Vous êtes sur la page 1sur 3

Fiche technique

Blé dur
LES BASES de la CULTURE

© ARVALIS - Institut du Végétal


Les enjeux Les préconisations
l Le blé dur est la première céréale de la région l Elles résument les bonnes pratiques agricoles
méditerranéenne. Languedoc et Provence pro- adaptées à la production de blé dur dans la
duisent 35% du blé dur de France et en cultivent région méditerranéenne, en distinguant 3 zones :
près de la moitié des surfaces. - Tardive
l Sa qualité, reconnue par l’industrie, lui - Intermédiaire
permet d’accéder à une aide à la production - Précoce
indispensable dans cette région au climat très l Elles visent 3 objectifs :

contraignant. Les rendements y sont plus faibles - Rentabilité ;


et surtout plus variables que dans les autres - Qualité ;
régions de production. - Respect de l’environnement.
l Pour défendre cette place particulière de l Elles restent évidemment générales et seront

notre production de blé dur, il nous faut pro- utilement adaptée à vos conditions de cultures ;
duire une qualité élevée et régulière sans consultez votre technicien.
sacrifier la rentabilité de la culture. L’enjeu est l Pour adapter ces conseils à l’année, suivez les

donc de régulariser les rendements tout en messages conjoncturels ABDD ou Cultivances.


gérant les coûts de production au plus juste. Pour approfondir ces bases, procurez vous les
publications ARVALIS – Institut du Végétal.
Périodes idéales des 3 apports d’azote

Semis Période idéale


du 15/10 au 01/11
Fertilisation azotée 1er 2ème
à partir du
3ème
à partir du
du 01/12 10/03 20/04
Faire lever tôt et rapidement (10 à 15 jours) 250 plantes/m2 du 20/10 au 10/11 Apporter de l’azote en quantité juste suffisante pour le rendement
au 20/02 15/04
bien réparties et protégées contre les parasites. du 25/10 au 20/11 et la qualité de la culture.
20/12 10/02 10/04
Date de Semis Densité de Semis Besoins de la culture
La période idéale de semis est courte et un semis précoce est Plus on sème tôt et sur un sol bien préparé, plus on peut éco- Le blé dur doit absorber 3,5 unité d’azote pour produire 1 l A fin tallage, pour la montaison des épis : environ 2 u/q ;
la première condition de réussite d’un blé dur : meilleur enra- nomiser de semences. quintal de grain à 13-14% de protéines. l Dès que la dernière feuille pointe, pour la fertilité de l’épi et
cinement, plus d’épis plus fertiles, moins d’échaudage… Pour calculer la quantité de semences en kg/ha, multipliez le Le sol en fournit un peu mais l’essentiel doit être couvert par la teneur en protéines : environ 1 u/q.
Attention, avant la période idéale, les risques sont forts : gel nombre du tableau ci-dessous par le Poids de 1000 grains des apports d’engrais.
en avril, jaunisse, maladies, verse… des semences et divisez par 100 (exemple : 320 grains/m2 x L’absorption de l’azote suit la croissance du blé, faible pen- Climat
N’y risquez que peu de vos surfaces ! 50 g / 100 = 160 kg/ha) dant le tallage, elle croît pendant la montaison quand la plan- l A l’automne, plus il pleut, moins il reste d’azote dans le sol ;
Pour les semis les plus précoces (début de période idéale), 2 te pousse vite. L’engrais est d’autant mieux valorisé que les l’apport doit alors être précoce (3 feuilles).
Grains à semer par m selon les conditions de semis
semez des variétés tardives. apports suivent ce rythme. l Au printemps, de l’eau est nécessaire pour amener l’azote
Après la période idéale, le rendement diminue, plus rapide- Date de semis Bonne préparation Préparation médiocre aux racines. Quand des pluies sont annoncées, il vaut mieux
ment en zone tardive et en terre séchante ; dans ces condi- Précoce 280 320 Quantité et Fractionnement anticiper l’apport plutôt que d’attendre un stade théorique ;
tions préférez les variétés précoces. Moyenne 340 380 Les meilleurs résultats (rentabilité + qualité + environne- et l’irrigation suivant un apport d’azote est toujours très
Qualité du Semis ment) sont obtenus en moyenne en suivant ce tableau. bien valorisée. Cette réactivité au climat est particulière-
Choix de la Variété… ment importante pour le 2ème apport car le mois de mars
Azote à apporter (en unités) selon le rendement visé
est peu pluvieux.
Les variétés ont des tolérances différentes aux principaux Rendement (q/ha) 3 feuilles Fin tallage Fin montaison l Fin avril, les pluies fréquentes assurent au 3ème apport une
risques régionaux : mauvaise implantation, échaudage clima-
- de 40 60 à 80 20 à 40 très bonne efficacité.
tique, maladies foliaires, piétin échaudage, verse, mouchetu- 40
40 à 60 80 à 110 40 à 70
re, mitadinage… ou
60 à 80 110 à 140 60 à 90 Forme d’engrais
Choisir des variétés limitant ces risques a un fort impact éco- 0
+ de 80 140 à 170 80 à 100
nomique. Ammonitrate et Urée ont des efficacités voisines.
l A 3 feuilles, pour la croissance Par contre, les engrais liquides (solution azotée) sont beau-
…et du Traitement de Semences des racines et des talles : environ coup moins efficaces (pertes par volatilisation).
Bon Trop profond Trop motteux Choisir un produit spécifique est rentable dans 3 cas : 40 u mais 0 si le sol peut fournir ;
Elle est fondamentale ! semis précoce, risque de zabre ou taupin, risque de
L’idéal : piétin échaudage.
l des grains à 2-3 cm de profondeur, Pour bien choisir Variété et Traitement, consultez
l dans de la terre fine et rappuyée, votre fournisseur ou les publications ABDD
l avec de petites mottes en surface. et ARVALIS. Protection contre les maladies
Conserver les 3 feuilles supérieures et l’épi en bon état, du début de la montaison à la maturité.
Périodes idéales Périodes idéales
Enjeu des maladies 1-2 nœuds Dernière feuille étalée
Désherbage Fin d’automne
25/11 - 20/12
Printemps
20/03 - 10/04
l
Les 3 maladies foliaires, rouille
brune, septoriose et oïdium, font
(10/04) 25/04-05/05
Supprimer, au moindre coût, la concurrence des mauvaises 01/12 - 20/12 01/02 - 01/03 (01-05/04) 20/04-01/05
perdre couramment 20 à 60% du
herbes les plus nuisibles au rendement et à la qualité. 05/12 - 25/12 20/01 - 20/02 20/03-01/04 15/04-25/04
rendement. Elles sont présentes partout mais plus graves sur
la zone précoce et la vallée du Rhône (influence de la mer) et l Dans la zone tardive, traiter avant Dernière Feuille est rare-
Pour de meilleurs résultats : Il ne faut donc pas rater la 1ère bonne occasion ! certaines années (chaudes et avec vent marin dominant). Elles ment nécessaire ; mais à fin épiaison traitez les parcelles
l Avant le semis, désherbez (mécaniquement ou au glyphosa- dégradent aussi la qualité : grains échaudés et PS faible. gardant l’humidité !
te) pour réduire les populations de ray-grass et éliminer les 3 feuilles épi à 1cm 2 nœuds l La fusariose de l’épi n’est pas systématique ; elle est grave l Dans la zone précoce et la vallée du Rhône, ne renoncez au
vivaces. Le labour est aussi un bon outil de désherbage. par temps humide et chaud à la floraison. Les grains fusa- traitement à 1-2 nœuds que si la culture est très saine
l Un blé bien implanté est moins sensible à la concurrence Stade riés déprécient fortement la qualité. (variété très tolérante à la rouille).
des adventices. du blé
l Appliquez les herbicides tôt, sur des adventices jeunes : ils Calendrier de traitements Bien placer le traitement principal
seront plus efficaces et vous en mettrez moins. Un fongicide ne protège que les feuilles présentes lors du Les 3 dernières feuilles vont remplir le grain. Pour les garder
Levée des Ray-grass,
adventices Vulpin, Gaillet, traitement et son efficacité est bien meilleure en utilisation en bon état le plus longtemps possible, appliquez un fongici-
Epoques de désherbage Dicots d’hiver* préventive (avant l’arrivée de la maladie). de dès que la dernière feuille est complètement sortie car elle
La plupart des adventices ont fini de lever quand le blé Suivez le calendrier ci-dessous. n’est pas encore contaminée par les maladies.
atteint 3 feuilles, en particulier le ray-grass ; un semis préco- Folle avoine, Folle avoine,
(Chardon) Chardon 1-2 nœuds Dernière feuille Début floraison
ce se désherbe en décembre. étalée
S’il y a de la folle avoine, du chardon ou des renouées, il faut *Dicots d’hiver = véroniques, coquelicot, Renouées Stade
un 2ème traitement au printemps. crucifères, matricaire, stellaire… du blé

Climat et efficacité Idéal, la dernière feuille


L’efficacité des herbicides est bien supérieure quand l’air est Choix des produits 3 semaines 3 semaines
Trop tôt est étalée depuis peu
Consultez votre fournisseur ou les publications ABDD et Zone
humide (+ de 60%) et la température minimale supérieure à Choix des produits
NON sauf OUI sauf NON sauf si temps
0°C. ARVALIS. Evitez d’employer chaque année le même produit attaque d’oïdium humide Pour un même coût, une dose réduite d’un très bon produit
rendement
2 périodes réunissent ces conditions : la fin d’automne et le début contre ray-grass et folle avoine, les résistances sont un risque OUI sauf absence très faible NON sauf reprise est plus efficace que la pleine dose d’un produit inférieur.
de printemps ; mais mars, sec et froid, est souvent défavorable. sérieux. totale de rouille et climat sec de rouille brune
Consultez votre fournisseur ou les publications ABDD et ARVALIS.
Pour vous donner le meilleur de moi-même, de beaux grains bien remplis,
j’ai besoin de vous. Pour vous guider, laissez-moi vous raconter ma vie…

Ce que je vis… Si vous voulez m’aider…


Du semis à 3 feuilles Pour germer, ma graine a besoin d’eau, d’air et L’important est d’avoir une levée rapide.
de chaleur (températures > 0°C) ; quand tout va La réussite de l’implantation tient surtout à la
LEVÉE

bien, 80% des graines donnent une plante. qualité du lit de semences (terre fine sans
Pour faire pousser mes 1ères racines et feuilles, lissage autour de la graine) et au bon placement
les réserves de ma graine me suffisent. de la graine (profondeur et rappuyage).
Mais je crains les insectes du sol, l’excès d’eau Tout ce qui aide l’eau à s’évacuer est utile : drai-
et, surtout à la levée, le gel. nage, rigoles, fossés…

De 3 feuilles à épi à 1 cm J’émets des tiges latérales, appelées talles, qui L’important est de faire naître la 1ère talle (elle
sont des épis potentiels. est visible à 4 feuilles) et de permettre un enra-
TALLAGE

Et je fabrique aussi mes futurs épillets ; début cinement profond.


montaison (épi à 1cm), le nombre de rangs de Pour ce faire, les jeunes racines doivent trouver
mes épis sera définitif. un peu d’azote (et de phosphore).
Mais je fabrique surtout des racines ; début Les tassements du sol et l’excès d’eau freinent
montaison, elles atteignent leur profondeur la croissance des racines ; la plante sera ensuite
maximale (plus d’1 m s’il n’y a pas d’obstacle). plus sensible à la sécheresse et à l’échaudage.

D’épi à 1 cm aux 1ères barbes Mes tiges s’allongent et mes feuilles supérieures L’important est d’entamer la montaison avec
sortent ; j’ai alors de gros besoins en eau et en de l’azote disponible et sans concurrence
MONTAISON

azote. d’adventices. Le maximum de talles peut alors


Pour tous ces éléments, et pour la lumière, il y a donner un épi.
compétition entre mes tiges ; les plus faibles Le manque d’eau qui induit un manque d’azote
meurent. est la première cause de perte d’épis ;
Mes racines ne progressent plus en profondeur l’irrigation après les apports d’azote est
mais se ramifient. toujours très rentable.
NB : une végétation dense aura de gros besoins
en eau : l’excès est néfaste.
Des 1ères barbes à la floraison Quand vous voyez mes barbes pointer, je L’important est d’entamer cette phase sensible
fabrique mon pollen, puis mes ovules. avec de l’azote disponible et des feuilles saines ;
FÉCONDATION
ÉPIAISON &

La sortie de mes étamines, la floraison, signifie s’il y a aussi de l’eau dans le sol, c’est
que la fécondation est faite. évidemment idéal.
Pendant ces évènements clefs, je suis très L’azote est d’abord utilisé pour le rendement ;
fragile ; je crains le froid, le manque d’eau et il en faut donc assez pour garantir une bonne
d’azote… Mon épi grossissant très vite, j’ai teneur en protéines.
encore de gros besoins ; l’azote que j’absorbe NB : le risque de gel tardif mi-avril est le
me servira ensuite à remplir mon grain. principal obstacle à des semis plus précoces.

De la floraison à la récolte Je ne m’occupe plus que de mon grain. L’important est de limiter l’échaudage, surtout
D’abord, je fabrique une espèce de sac, appelé avant grain laiteux.
REMPLISSAGE

enveloppe, très riche en eau ; mon grain est laiteux. Les moyens :
Puis, je le remplit, en accumulant des réserves, - Un semis précoce.
et il devient pâteux. - Des racines profondes et saines*.
La première partie est la plus sensible à la - Des feuilles saines.
chaleur, à la sécheresse et aux maladies. - Pas d’excès de végétation en terre séchante.
Pour finir je sèche. Et je ne crains plus qu’une - Des variétés précoces, à gros grain.
chose : que le ciel me tombe sur la tête. * : le piétin échaudage est une cause fréquente
Dépêchez-vous de me récolter ! d’échaudage en blé sur blé.

Rédaction : Alain ALLIÈS (34) - Jean-François DEVAUX (84) - Françoise FÉNÉON (13) - Jean-Michel GILLOT (11) - Christophe LAFON (34) -
Paul LOPEZ (04) - Thierry PIANETTI (30). Et l’ensemble des adhérents de l’ABDD.
Sous la direction de ARVALIS – Institut du Végétal Nîmes (30), Manosque (04). Avec le concours financier de Région Provence Alpes Côte d’Azur.