Vous êtes sur la page 1sur 35

GENNES

Société française du
pipeline du Jura

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 1


L’environnement immédiat du dépôt de Gennes

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 2


L’environnement du dépôt

Pipeline SPSE
Fos-Strasbourg

Dépôt de
Gennes

Pipeline SFPLJ
Gennes-Cressier

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 3


Fonctionnement du dépôt

S.P.S.E. S.F.P.L.J. Raffinerie


Petroplus
Karlsruhe (Cressier)

Pipe-line
du
Jura

Fos sur Mer

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 4


P2 30m Clôture E R P3 25m
E R
360°
R
caméra

Nord
E

Merlon Merlon

LEGENDE

poteau incendie 70/100

prise mousse 45/100

prise eau 45 ou 100

volant circuit mousse

volant circuit eau

vanne réseau maillé mousse


Réservoir Réservoir
vanne réseau maillé eau T5 (léger) T6 (lourd)

vanne régulatrice pétrole

vanne télécommandée

vanne manuelle

canon mousse 3800l/mn

générateur mousse 7m3/mn

Récuperation des
eaux pluviales
vers décanteur

Arrivée piquage
SPSE 24''

E 360°
Merlon Merlon R
caméra

E
Merlon Merlon
Manifold

T5

T6

T2

T1
Cuvette de bac

M
Cuve à
égouttures
Bassin incendie

Clôture
Merlon
Réservoir Réservoir
T1 (léger) T2 (léger)

Zone manifold
Bassin
RI2

Récuperation des
eaux pluviales
vers décanteur
Clôture

E
Merlon

R R

R E

Salle de contrôle E

Station de pompage
Batiment
SdC

Hangar
ma tériel
de contrôle
Gr1
Surverse

Gr2

Puits P4 115m
vers Bacs
Laboratoire SP1
Poste HT Bassin
Gr4
63 Kv RI1
P1 55m

Décanteur

Palente

Sectionneurs Portail secours


Ornans
E.D.F Batiment pompiers
CRM incendie
et PCO Clôture
Maintenance
Centre de

R.C.M.

Zone PPI pompiers

Portail

Accès dépôt
d'entrée
dépôt
360°
caméra
C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 Clôture
5
par RD 464
depuis le dépôt de Fos sur mer

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 6


À travers le dépôt de Gennes

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 7


Vers le client final : la raffinerie de Cressier

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 8


Quelles sont les mesures d’amélioration
Les améliorations concernent à la fois :
• Les systèmes participant à la lutte contre l’incendie
• La limitation du risque en cas de perte de produit
• La protection vis-à-vis de la pollution de l’air
• La protection vis-à-vis de la pollution par le sol
• Les systèmes de surveillance vidéo et anti-intrusion

• Un Système de Gestion de la Sécurité (S.G.S.)


• Une gestion rigoureuse des barrières ultimes (E.I.P.S.)
• Une meilleure traçabilité de la formation des intervenants sur le site

Ceci dans le strict respect de l’Arrêté complémentaire


2004/DCLE/4B/n°2004-2605-03044

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 9


Quelles sont les améliorations techniques
 Canons à mousse fixes sur l’ensemble des cuvettes, manifold et
station de pompage SP1
 Renforcement du maillage du réseau incendie
 Remplacement du proportionneur réseau incendie
 Deuxième réserve incendie
 Prolongement protection par rideau d’eau salle de contrôle
 Plateforme pour SDIS de reprise de pompe incendie

 Reprise étanchéité des cuvettes de bac


 Cuvelage étanche zone manifold
 Cuvelage étanche zone de pompage SP1

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 10


Quelles sont les améliorations techniques

 Détecteurs d’hydrocarbures dans les cuvettes


 Détecteurs de gaz au niveau de la station de pompage principale
 Séparateur hydrocarbures zone manifold
 Suppression de tout risque d’effet de jet de produit vertical
 Mise aux nouvelles normes des matériels électriques
 Renforcement de la protection foudre et effets CEM
 Renforcement réseau caméras-vidéo
 Remplacement du système anti-intrusion

 Nouveaux drains de toit de bac à mémoire de forme


 Joints du toit de bac nouvelle génération
 Joints du toit de bac nouvelle génération

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 11


Les améliorations en chiffres
Montant des investissements sur le dépôt

 Année 2003 : 1021 K€


 Année 2004 : 1079 K€
 Année 2005 : 159 K€
 Année 2006 : 1086 K€
 Année 2007 : 2272 K€

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 12


2003 k€
Evacuation terres S1 98,00
Mise en conformité dépôt - Ingénierie 266,12
Mise en conformité des équipements électriques 77,85
Etanchéité manifold et SP1 + bassin supplémentaire 276,84
Réseau incendie 131,42
Barrière anti-intrusion 57,84
Protection foudre et déparasitage 30,50
Rondier / Mouchard 3,30
ESR Terres S1 7,98
Etude de dangers du dépôt de Gennes 11,10
Etudes de danger : compléments 12,23
Séparateur d'hydrocarbures manifold 47,51

1020,69

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 13


2004 k€
Canons à mousse fixes cuvettes 64,10
Proportionneur-équilibrage réseau eau et prémélange 2003 77,37
Prolongement du rideau d'eau de la salle de contrôle + vanne 16,50
Couvre joints sur brides SP1 8,80
Détecteurs hydrocarbures sur cuvettes et SP1 60,76
Suppression joint isolant départ 16'' 41,69
Entretien bac T6 545,33
Mise en place Hose drain bac T6 27,10
Remplacement des joints du toit du bac T6 119,58
Révision des Agitateurs 15,68
Contrôle US et peinture citerne 10 m3 dépôt 15,28
Reprise d'étanchéité des cuvettes de bacs 79,30
Matériel incendie 8,00

1079,49

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 14


2005 k€
Complément conformité dépôt de Gennes 31,87
Aménagement d'une aire d'aspiration pour les pompiers du SDIS 64,88
Renforcement du réseau caméra vidéo 19,85
Remplacement des pylônes éclairage du dépôt SFPLJ 41,81

158,41
2006 k€
Entretien bac T2 791,78
Mise en place Hose drain bac T2 30,05
Remplacement des joints du toit du bac T2 73,78
Reprise étanchéité tuyauteries sous merlons T1,T2,T5 et T6 36,35
Matériels incendie 15,89
Traitement des terres polluées S2 86,61
Refonte de l'étude des dangers pour l'application du PPRT 51,69

1086,15

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 15


2007 k€
Entretien décennal bac T-1 851
Remplacement des joints du toit du bac T-1 82
Remplacement hose drain du bac T-1 28
Achat deux agitateurs équipés 93
Révision des vannes asp et ref des groupes de pompage 62
Remplacement transmetteur de niveau décanteur SP1 12
Achat d'un débimètre portable 9.5
Remplacement matériel protection cathodique 7
Remplacement du HT 63kV et 5,5kV du PLJ 800
Mise en conformité ATEX 118
Conformité du dépôt de Gennes 157
Traitement des terres polluées S2 38
Géoréférencement des plans recollement 14

2’272

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 16


Les moyens d’intervention présents sur le dépôt
Sont dimensionnés pour répondre aux nouvelles exigences
règlementaires, ainsi qu’aux scénarios définis par l’étude des dangers
Ces moyens sont constitués par :

• Une réserve artificielle d’eau redimensionnée


• Un réseau général « incendie » adapté
• Un bâtiment « incendie » géographiquement isolé du risque avec :
- des pompes électriques et diesel
- une réserve d’émulseur
• Les scénarios feu de joint ou de bac et feu de cuvette, de manifold et de
la station de pompage gérés par des moyens fixes.
• Et surtout :

Des hommes pour réagir efficacement

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 17


Méthodologie de l’EDD

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 18


La matrice MMR
• Cette matrice, règlementaire, permet de
situer chaque scénario en fonction de sa
gravité et de sa probabilité.
• Pour le site de Gennes, elle est la suivante

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 19


La matrice MMR
Probabilités (Croissantes de E vers A)
Gravité des
conséquences sur
les
personnes
E D C B A
exposées

Désastreux
Suite à une feu de bac prolongé, on peut envisager le
boil over qui représente le potentiel de danger le plus
pénalisant en terme de distances d'effets. On précise
Catastrophique
que le boil over n'est envisagé qu'après un feu de bac
prolongé d'au minimum 10 heures.
Flash Fire issu de Les conséquences sont des effets thermiques liés à une
l'évaporation de la boule de feu. Les distances d'effets considérés sont
Important nappe suite au celles prisent en référence par la tierce expertise
débordement du TECHNIP en date du 03/10/2003 sur la base de la
bac formule de l'Instruction Technique du 9 novembre 1989
soit :
Sérieux Boil Over Seuil des effets significatifs: 1110m.
Ce scénario est qualifié de "rapide mais très retardé",
les populations et infrastructures susceptibles de se
•Feu de nappe dans trouver dans le périmètre des effets peuvent être
la rétention d'un évacuées, on considère que les populations extérieures
Feu de nappe au bac. situées dans le périmètre ne seront pas touchées.
Modéré
manifold •Feu de nappe au
niveau de la station
de pompage

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 20


La matrice MMR
• La matrice MMR montre donc bien que
tous les scénarios accidentels sortant du
périmètre du site restent sans
conséquences catastrophique ou plus sur
son environnement.

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 21


Effets thermiques des feux de nappe

• Le schéma suivant montre que les effets


thermiques des feux de nappes ne
touchent aucune habitation à proximité.

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 22


Effets thermiques des feux de nappe

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 23


Flash Fire sur évaporation nappe
de pétrole

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 24


Boil over

Source : http://www.previnfo.net/modules.php?ModPath=sujet&ModStart=wiki&op=aff&page=BoilOver

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 25


Boil over sur un bac
Périmètre
d ’étude du PPRT
SFPLJ
(phénomène de
Boil over) Commune de Nancray

Commune de
Gennes

Commune Commune de la Chevillote


de Saône

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 26


Communication à chaud en cas de
crise
• Utilisation des fiches G/P (Gravité
Perception) de la DRIRE PACA et Rhone
Alpes
• Utilisation de l’indice de matières
relâchées en cours d’adoption

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 27


Article 7 de l’arrêté du 10 mai 2007
Engagement de la Direction :
La Politique de Prévention des Accidents Majeurs a été révisée et
diffusée en octobre 2006 et est jointe en annexe de cette
synthèse. Cette révision a permis de renforcer la priorité accordée
par l’Entreprise sur l’importance de la gestion des risques générés
par notre activité.
La politique de prévention définie par la Direction dans le cadre de
Seveso 2 est affichée dans l’établissement et à fait l’objet d’une
large communication auprès du personnel.
Le programme d’investissement prévu dans le cadre de l'arrêté
d’exploitation du 26 mai 2004 pour l’amélioration de la sécurité du
dépôt s'est poursuivi conformément au planning.

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 28


Article 7 de l’arrêté du 10 mai 2007
Organisation et formation :
La sécurité a constitué une priorité dans le budget formation. Le programme de formation sécurité défini dans le plan de formation a été
entièrement réalisé, soit au total 65 formations et 18 habilitations.
Un contrôle des connaissances en matière de sécurité pour l'ensemble des fonctions opérationnelles a été réalisé en 2006. Le questionnaire
utilisé est joint en annexe de cette synthèse, ainsi qu’une synthèse des résultats obtenus.
Les résultats ont donnés un taux de bonnes réponses de 76% pour l’ensemble du personnel de SPSE.
Les points faibles ont été identifiés et un programme de formation renforcé sur ces points a été établi afin de permettre l’évolution de notre
personnel. Un nouveau questionnaire permettra, en 2007, de mesurer l’évolution recherchée et de définir les nouveaux axes
prioritaires de formation.
La sécurité a constitué une priorité dans le budget formation à travers les domaines suivants :
• Accueil sécurité des nouveaux embauchés
• Formation Risque Chimique 2
• Sauveteurs Secouristes du Travail (STT)
• Exercices sur feu réel
Formation du personnel sur le nouveau système de remontée d’informations HSE.
Un poste de formateur sécurité, fonctionnellement rattaché à la direction générale, a été crée en juin 2006. Avant sa prise effective de fonction,
cette personne a reçu une formation intensive et spécifique dans les domaines de la sécurité, tant des personnes que des biens, et
de la prévention des risques industriels majeurs.
Sa mission est de renforcer la cellule déjà existante afin de former et de prévenir le personnel de la société et des sociétés extérieures dans ses
domaines de compétences.
En 2006 le formateur sécurité a déjà effectué sur l’ensemble de SPSE :
• 10 formations initiales SST
• 34 recyclages SST
• 17 formations au feu réel
• 71 formations à la gestion d’un POI
La procédure relative à la formation professionnelle décrit les certifications métiers associées aux personnels impliqués dans la prévention et le
traitement des accidents majeurs.
Cette procédure garantit que le parcours nécessaire à l’acquisition d’une formation métier est complètement réalisé par l’ensemble du
personnel impliqué.

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 29


Article 7 de l’arrêté du 10 mai 2007
Identification et évaluation des risques d’accident :
Le programme d’investissement prévu dans le cadre de la mise en conformité du dépôt
consécutif au nouvel arrêté d’exploitation datant du 26 mai 2004 est en cours de
réalisation dans les délais imposés.
La principale source d’identification des risques d’accident majeurs est l’étude de danger
remise à jour au minimum tous les cinq ans. L’actuelle étude de dangers a été
révisée en 2006.
Les Equipements Importants Pour la Sécurité (EIPS) du dépôt ont été identifiés par
l’étude de dangers (Moyens d’extinction fixe des bacs, niveau très haut des
réservoirs, système de surveillance des bacs à l’arrêt), des procédures spécifiques
ont été rédigées. Ces équipements font l’objet d’une attention continue.
De plus, l’identification et l’évaluation des risques d’accidents majeurs sont effectuée lors
des modifications d’installation dans notre site et suite aux retours d’expérience
tant internes que résultants du suivi de l’accidentologie. Les moyens mis en œuvre
pour effectuer ce bouclage sont décrits dans nos procédures internes.
Suite à l’accident de Buncefield, Angleterre, en décembre 2005, l’identification des
phénomènes initiateurs semblables a été réalisée et un contrôle systématique de
nos installations a permis de vérifier que l’occurrence d’un accident équivalent
était très faible.
Cependant, nous avons effectué un contrôle systématique des barrières ultimes afin de
maitriser un éventuel phénomène initiateur équivalent.

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 30


Article 7 de l’arrêté du 10 mai 2007
Maîtrise des procédés et d’exploitation :
L’ensemble des procédures d’exploitation de la société a été révisée et rédigée sous
format qualité.
Toutes nos opérations de maintenance courantes sont gérées sous la forme de check-
lists diffusées à l’ensemble des intervenants. Ces check list ont été analysées de
façon à identifier les risques subis ou générés par l’opération. Les moyens de
prévention du risque ont ainsi été adaptés à l’opération spécifique entreprise.
Pour les opérations de maintenance non courantes, qu’elles soient réalisées en interne
ou sous-traitées, une analyse systématique du risque est effectuée préalablement
à l’opération. Les impacts de l’opération de maintenance, tant sur le procédé que
sur l’exploitation sont analysées et une réponse appropriée en terme de mesure
de maitrise du risque est apportée de façon à réaliser l’opération dans des
conditions de sécurité optimales.
Les opérations d’exploitation, tant en marche normale, que lors des phases de marche
dégradées ou de démarrage ou d’arrêt d’opérations sont gérées par des
procédures internes au service opération. Ces procédures analysent le risque
généré et y apporte une réponse adaptée.

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 31


Article 7 de l’arrêté du 10 mai 2007
Gestion des modifications
Les gestions des modifications font l’objet d’une procédure interne P ORG 003 :
« Maitrise des modifications d’installation ».
Au titre de l’année 2006, pour le site de SFPLJ à Gennes, 4 demandes de modifications
ont été instruites et réalisées. Ces demandes sont réparties comme suit :
• Modification système de sécurité incendie : 3 demandes
Un tableau de suivi systématique des demandes de modification est tenu à jour et nous
permet de connaitre l’état de chaque demande effectuée

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 32


Article 7 de l’arrêté du 10 mai 2007
Gestion des situations d’urgence :
Aucun événement accidentel n’a nécessité le déclenchement du POI au cours de l'année
2006.
Le POI du dépôt sera revu sous format qualité en 2007.
Des formations de l’ensemble du personnel amené à intervenir dans le cadre du POI ont
été réalisées tout au long de l’année.
Le personnel de terrain est entrainé tous le mois, sur des scénarios choisis et préparés
par HSEQ, par le formateur sécurité HSEQ.
Un exercice POI a été réalisé le 11 avril 2006 sur le thème "feu de cuvette" avec
dégradation de la pomperie incendie nécessitant la mise en œuvre de moyens
externes.

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 33


Article 7 de l’arrêté du 10 mai 2007
Gestion du retour d’expérience
Notre gestion du retour d’expérience est basée sur la remontée par les équipes de terrain
des accidents et des accidents évités de justesse, nommés « événements
significatifs ». La gestion de ces remontées est assurée par l’intermédiaire d’une
procédure.
Chaque « évènement significatif » fait l’objet d’une analyse particulière par une méthode
adaptée, les résultats sont présentés et commentés mensuellement au comité de
direction et aux instances représentatives du personnel (CE, CHSCT, …)
Aucun accident d'exploitation n'est survenu en 2006.
En 2006, 5 « événements significatifs » ont été remontés et ont entrainé des mesures
correctives adaptées.

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 34


Article 7 de l’arrêté du 10 mai 2007
Contrôle, audits, revues de direction
Le respect des procédures élaborées dans le cadre du SGS est assuré par HSEQ. Ce
suivi fait l’objet d’un reporting mensuel auprès de la Direction Générale. Dans ce
cadre, chaque mois est examiné :
• Le suivi des objectifs assignés à chaque entité de l’entreprise,
• L’adéquation des outils mis en œuvre avec la politique de prévention des accidents majeurs,
• L’efficacité des mesures prises pour prévenir ces mêmes accidents majeurs.
Un ensemble d’audit interne du Système de Gestion de la Sécurité a été réalisé au cours
de l'année 2006. Il a porté sur l’ensemble du Système de Gestion de la Sécurité.
Le résultat de ces audits a fait l’objet d’une présentation à la Direction Générale
qui a validé un plan d’action complet afin d’améliorer la performance globale de la
société en terme de gestion de la sécurité.
La mise en œuvre de ce plan d’action a été confiée à HSEQ qui reporte trimestriellement
de son avancement au comité de direction.
Nous restons à votre disposition pour vous fournir toute information complémentaire qui
pourrait vous paraître nécessaire et vous prions de bien vouloir agréer, Monsieur
le Préfet, l'expression de nos sentiments distingués.

C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 35

Vous aimerez peut-être aussi