Vous êtes sur la page 1sur 21

I-7 Technologie des colonnes d’absorption :

Les principales familles des colonnes utilisées en absorption sont :

 Les colonnes garnies

 Les colonnes à plateaux


Le phénomène physique qui régit l’absorption est la diffusion à contre courant qui s’instaure
entre la phase liquide et la phase gazeuse. Les transferts de matière et de chaleur s’établissent
au moyen de dispositifs de contact qui engendrent de grandes surfaces d’échanges entre les
deux phases. Pour ce faire, il existe deux variantes possibles :

 dispersion du gaz dans une phase liquide continue, c’est le cas de l’absorption dans
une colonne à plateaux.

 Dispersion d’un liquide dans une phase gazeuse continue, c’est le cas de l’absorption
dans une colonne à garnissage.

Colonne à garnissage (en vrac) Colonne à plateaux

I-8 Les colonnes garnies :


I-8-1 Les différents types de garnissage ;
Le garnissage est constitué de petits éléments qui sont disposés en vrac ou rangés (structure
ordonnée). Le premier type de garnissage utilisé était constitué de petits cylindres creux de

Master 1 Génie Chimique Page 1


diamètre extérieur égal à sa hauteur appelé anneaux Raschig, réalisés en céramique ou en
métal.

Anneaux Raschig en céramique Garnissage en vrac Garnissage structuré

I-8-2 Construction des colonnes garnies :


Le fonctionnement d’un lit de garnissage dépend essentiellement de :

 la distribution de la phase liquide et de la phase gazeuse.

 du choix d’une dimension nominale du garnissage compatible avec le diamètre


intérieur de la colonne.

 du ruissellement de la phase liquide dans le lit du garnissage.

 de la turbulence et du mouillage du garnissage qui favorisent l’échange de matière


entre les deux phases.

I-8-3 Dimensionnement des colonnes garnies :


Le dimensionnement d’une colonne d’absorption nécessite essentiellement la détermination
de sa hauteur totale ainsi que son diamètre. Ce sont ces deux paramètres qui impactent
directement le coût de la colonne et ainsi le coût d’investissement du procédé.

I-8-3-1 Hydrodynamique des colonnes garnies – Calcul du diamètre de la colonne :


Lorsqu’on fait circuler un liquide et un gaz à contre courant à travers un lit de particules
solides, on constate que les interactions entre les deux écoulements sont d’autant plus
importantes que les débits sont plus élevés.
L’étude expérimentale de la variation de la perte de charge en fonction du débit de gaz pour
différentes valeurs du débit liquide, montre l’existence de trois domaines (cf figure 11).

Master 1 Génie Chimique Page 2


Figure 11 : Variation des pertes de charge en fonction du débit gazeux
pour différentes valeurs de débit liquide

A débit liquide nul, les pertes de charges sont dues à la friction du fluide dans les interstices
du garnissage, elles sont alors approximativement proportionnelles au carré de la vitesse du
gaz. En coordonnées logarithmiques, la courbe représentative est une droite de pente voisine
de 2.
Le premier domaine, à débit liquide non nul, correspond aux faibles valeurs du débit gazeux.
Le liquide s’écoule dans le garnissage en n’en mouillant qu’une partie. Les interactions entre
les deux écoulements sont négligeables. La variation de ΔP en fonction de G a donc la même
allure que le cas précédent. Dans ce domaine, l’augmentation du débit gazeux a pour effet
principal d’accroitre la proportion de la surface mouillée. Lorsque le débit gazeux atteint une
certaine valeur, correspondant au mouillage à peu près complet du garnissage, les interactions
deviennent alors suffisantes pour gêner la descente du liquide qui, à son tour, diminue
l’espace libre offert à l’écoulement du gaz. Une partie de l’énergie du flux gazeux est donc
utilisée pour maintenir en suspension une certaine quantité de liquide dans le garnissage. Les
pertes de charges deviennent alors proportionnelles à une puissance notablement supérieure à
2 de la vitesse du gaz. On observe un changement de pente dans la droite log (ΔP) = f(log G).
La région correspondante est la zone de charge de la colonne, le point de discontinuité est le
point de charge (C1, C2, C3).
Si l’on continue d’augmenter le débit gazeux, le volume de liquide retenu dans le garnissage
augmente rapidement jusqu’à obstruer les interstices du garnissage. Le liquide ne peut plus
s’écouler à travers le garnissage et forme une phase continue : c’est l’engorgement. La

Master 1 Génie Chimique Page 3


variation de ΔP devient alors extrêmement rapide. Le point de discontinuité apparaissant sur
la courbe log(ΔP) = f(log G) est le point d’engorgement (E1, E2, E3).
L’étude quantitative du phénomène montre que les paramètres à prendre en considération
sont :

 G : la vitesse massique du gaz (kg/s)

 L : la vitesse massique du liquide (kg/s)

 ρG, ρL : les masses volumiques du gaz et du liquide respectivement (kg/m3).

 µL : la viscosité dynamique du liquide en centi-poises (1cP)

 g : accélération de pesanteur (m/s2)

 a : la surface volumique du garnissage (m-1)

 ε : la porosité du lit
LOBO, en se basant sur les travaux de SHERWOOD, a déterminé la vitesse massique du gaz
à l’engorgement notée par Uf à l’aide d’une corrélation graphique entre les nombres suivants :
A = Uf2.(F/g). (ρH2O/ρL).( ρG/ ρL).µL0,2 et B = (L/G).( ρG/ρL)0,5.
Avec F = a/ ε3 qui représente le facteur de forme du garnissage
Ainsi la détermination de la vitesse du gaz à l’engorgement Uf est obtenue à l’aide graphe de
LOBO suivant :

Abaque généralisé représentant l’engorgement et les pertes de charge dans les colonnes
garnies

Master 1 Génie Chimique Page 4


On note que l’échelle de l’abaque est logarithmique.
En pratique, on travaille avec une vitesse de gaz correspondant à 50-80% de celle à
l’engorgement afin d’éviter ce phénomène qui paralyse l’opération d’absorption, ainsi :
U = 0,5-0,8.Uf sachant que G = S.U = ( π.d 2)/4 . U S étant la section droite de la
colonne
D’où le diamètre de la colonne sera : d = (4.G/ π.U)0,5
Par ailleurs, dans le cas où ρL>> ρG, la vitesse du gaz à l’engorgement peut être calculée à
partir de l’équation suivante :
Log Uf2.(a/ ε3.g).( ρG/ ρL).µL0,16 = C – 1.75 (L/G)0,25.( ρG/ ρL)0,125
C : constante caractéristique du type de garnissage C = 0,022 pour les garnissages spiralés ou
sous forme d’anneaux

I-8-3-2 Calcul de la hauteur des colonnes garnies


a) Introduction
La hauteur de la colonne peut être déterminée de deux manières :

 En utilisant la notion de la hauteur équivalente à un plateau théorique (HEPT) et dans


ce cas, la hauteur s’écrit :
H = NTh. HEPT
Cette méthode consiste à assimiler une colonne à une superposition de plateaux
théoriques. Elle conduit à une présentation éloignée de la réalité.
Il serait donc préférable de traiter la colonne à garnissage comme un milieu continu et lui
appliquer un calcul différentiel au moyen des méthodes cinétiques qui impliquent une
connaissance approfondie des coefficients de transfert de matière entre les phases.
 A la suite des travaux de Chilton et Colburn, on peut utiliser la notion du nombre
d’unité de transfert (NUT), grandeur statique adimensionnelle et celle de la hauteur
d’une unité de transfert (HUT), grandeur dynamique qui dépend de l’appareil utilisé,
du type de garnissage et du coefficient de transfert de masse. Ainsi la hauteur totale de
la colonne s’obtient :
H = HUTG.NUTG = HUTL.NUTL

Master 1 Génie Chimique Page 5


b) Le transfert de masse dans les colonnes garnies
L’absorption, aussi appelée lavage de gaz, est l’opération unitaire qui consiste à transférer un
soluté de la phase gazeuse vers la phase liquide. La vitesse du transfert est proportionnelle à la
fois à la surface d’échange entre les deux phases mais aussi au potentiel de transfert,
correspondant d’une part à la différence entre la pression partielle en soluté dans la phase
gazeuse et la pression d’équilibre avec le liquide et à la différence entre la concentration en
soluté dans la phase liquide et la concentration d’équilibre avec le gaz.
Nous aborderons le transfert de masse au cours de l’opération d’absorption physique (sans
réaction chimique) et de l’absorption avec réaction chimique.

b.1) Transfert de matière entre la phase gazeuse et la phase liquide dans l’absorption
physique :
Le transfert d’un composé depuis la phase gazeuse vers la phase liquide dépend, d’une part,
de l’équilibre thermodynamique entre les deux phases et, d’autre part, des transferts
simultanés à l’intérieur de chacune des deux phases. Les conditions existant à proximité de
l’interface étant très difficiles à observer, ou à explorer expérimentalement, plusieurs théories
ont vu le jour afin de quantifier le transfert entre les deux phases ; ces théories étant basées sur
le fait que la résistance au transfert de masse se trouve localisée près de l’interface.

b.1.1 Théorie du double film :


S’il n’y a pas équilibre entre les deux phases en présence, il y a nécessairement transfert
global de matière dans un sens tendant à le réaliser. Dans le cas général où les phases sont en
mouvement turbulent, la mécanique des fluides nous renseigne de l’existence dans chacune
des phases d’un film, ou sous-couche limite, laminaire près de l’interface. La plus ancienne
des théories de transfert, celle du double film, suggérée par Whitman (1923), considère
que la résistance au transfert de masse est localisée dans deux films minces stationnaires
situés de chaque côté de l’interface et, qu’à l’intérieur de chacun d’eux, le phénomène
est régi par la diffusion moléculaire en régime permanent. A l’extérieur des films, les
concentrations sont uniformes à cause de la turbulence.

Master 1 Génie Chimique Page 6


NA

G L

Figure 12 : Théorie du double film


La Figure 12 illustre le profil des concentrations du soluté dans les deux phases selon la
théorie du double film. En phase gazeuse, le constituant A est à une concentration CG
constante dans la phase gazeuse. En atteignant le film stagnant gazeux, la concentration
diminue de manière linéaire jusqu’à la valeur CiG. Dans le film liquide stagnant liquide, CiL
baisse également linéairement jusqu’à la valeur CL qui reste ensuite constante dans toute la
phase liquide. Dans la théorie du double film de Whitman, on admet que :
• la résistance au transfert est exclusivement localisée dans ces deux films
• l’interface proprement dite ne présente pas de résistance au transfert,
• l’équilibre thermodynamique entre les deux phases est atteint à l’interface et obéit aux
mêmes relations à l’équilibre que pour les deux phases dans leur ensemble CiG = HA CiL.

C. d’équilibre
M
y
(y – y*)

(y – yi) Mi
yi
à l’interface les deux
phases sont en
y* équilibre

dte opératoire (xi – x)

(x* – x)

x xi xx*

Figure 13 : Diagramme d’équilibre pour le calcul de la colonne d’absorption


(Les compositions sont exprimées en fractions molaires)

Master 1 Génie Chimique Page 7


b.1.2 Expression du flux de matière en fonction des coefficients de transfert dans les
films kG et kL :
Dans le film gazeux, le flux NA (moles/s.m2) transféré du soluté A par unité d’aire
d’interface est donné par l’expression :
NA = kG (CG – Ci G)
Dans le film liquide :
NA = kL (Ci L – CL)
kG et kL : sont les coefficients de transfert de matière partiels (individuels) respectivement
dans les films gazeux et liquide (m/s).
CG, CiG sont les concentrations du soluté respectivement dans la phase gazeuse à l’extérieur
du film et à l’interface (moles/m3).
CL, CiL sont les concentrations du soluté respectivement dans la phase liquide à l’extérieur du
film et à l’interface (moles/m3).
CiG et CiL sont les compositions du soluté à l’interface et sont supposées être en équilibre
thermodynamique. Dans le cas de solutions diluées, cet équilibre s’exprime par la loi de
Henry :
CiG = HA CiL
La théorie du double film conduit à des expressions du flux de matière impliquant que les
coefficients de transfert de matière de films sont proportionnels aux coefficients de diffusion
dans les phases gazeuse et liquide respectivement DG et DL (m2/s):

La détermination des coefficients de transfert de film kL et kG (dépendant de la nature et des


propriétés des fluides, des caractéristiques de l’écoulement et de la géométrie des interfaces)
est un des objectifs importants des recherches expérimentales en génie chimique. Cependant,
la mesure directe de ces coefficients n’est pas possible car les concentrations à l’interface ne
sont pas accessibles. Il est donc nécessaire de recourir à la détermination des coefficients de
transfert globaux en opérant dans des conditions telles que la résistance soit négligeable dans
une des phases mises en contact.

Master 1 Génie Chimique Page 8


b.1.3 Expression du flux en fonction des coefficients de transfert globaux KG et KL
Le flux peut aussi être exprimé en fonction des coefficients globaux de transfert côté gaz et
côté liquide, notés KG et KL respectivement. Pour cela, il faut considérer l’ensemble des deux
films et prendre en compte deux nouveaux potentiels d’échange (CG – CG *) pour la phase
gazeuse et (CL* – CL) pour la phase liquide. Les concentrations CG *et CL* sont des fractions
molaires fictives du gaz et du liquide supposées respectivement à l’équilibre avec les
concentrations globales de l’autre phase respectivement CL et CG.

NA = KG (CG – CG *) phase gazeuse

NA = KL (CL* – CL) phase liquide

b.1.4 Relation d’additivité des résistances


Pour des solutions diluées, l’équilibre thermodynamique entre les deux phases peut
s’exprimer selon la loi de Henry :
CG * = HA C L

CL* = (1/HA) CG

Lorsque cette loi est vérifiée, en éliminant les concentrations d’interface, on peut facilement
exprimer les coefficients de transfert de masse globaux, KL et KG, en fonction des
coefficients de transfert de masse partiels, kL et kG. Ces relations se nomment les « relations
d’additivité des résistances»; on appelle « résistances » au transfert les inverses des
coefficients de transfert.
1/KG = 1/kG + HA/kL

1/KL = 1/kL + 1/(HA.kG)

Ces expressions s’obtiennent comme suit :

(CG – CG *) = (CG – Ci G) + (Ci G – CG *) avec Ci G = HA CiL et CG * = HA CL

((CG – CG *) = (CG – Ci G) + HA(Ci L – CL) NA/ KG = NA/kG + HA NA/kL

1/KG = 1/kG + HA/kL

Par ailleurs, (CL* – CL) = (CL* – CiL) + (CiL – CL) avec CiL = CiG /HA et CL* = CG/HA

Master 1 Génie Chimique Page 9


(CL* – CL) = (1/HA) (CG – CiG) + (CiL – CL) NA/ KL = NA/ (HAkG) + NA/kL

1/KL = 1/kL + (1/HA) kG

C. Calcul de la hauteur de la colonne garnie


Pour décrire le fonctionnement de la colonne nous allons faire les hypothèses simplificatrices
suivantes :
 Les solubilités du diluant dans le solvant et du solvant dans le diluant sont
négligeables et seul le soluté est transféré d’une phase à l’autre ;
 Les régimes permanents d’écoulement et de transfert de matière établis ;
 L’opération de transfert est isotherme ;
 ·Les solutions sont très diluées et donc la masse volumique de chaque phase peut être
considérée comme constante.
 Le flux molaire du soluté NA entre les deux phases se traduit par une variation
continue des fractions molaires en soluté (x, y) dans chaque phase tout au long de la
colonne. On considérera néanmoins que l’on est en présence de phases suffisamment
diluées et nous admettrons que les débits molaires totaux restent constants tout au long
de la colonne.
Les phases liquide et gazeuse s’écoulent à contre-courant dans la colonne (Figure 14 (a)) en
échangeant tout le long de l’interface, le soluté. L’évolution des concentrations en soluté dans
les deux phases en fonction de la hauteur de la colonne est représentée sur la Figure 14 (b).

z
L2, x2 G2, y2
h

G-dG, y-dy
L, x
dz x
y
L+dL, x+dx G, y

0
L1, x1 G1, y1 x, y

Figure 14: Schéma de principe du contacteur (a) et profil des concentrations en fonction de la
hauteur de garnissage (b)
Master 1 Génie Chimique Page 10
C.1 Bilan de matière
En reprenant les notations de la Figure 14 (a), le bilan de matière global d’un élément
de volume de hauteur dz, en régime stationnaire, s’exprime par :

G + L = (G-dG) + (L+dL)
Ainsi dL – dG = 0 dL = dG
Les variations des débits des phases sont donc égales.
Le bilan matière sur le soluté s’exprime :
G y + Lx = (G-dG)(y-dy) + (L+dL)(x+dx)
G y + Lx = Gy - Gdy - ydG +dydG + Lx+Ldx +xdL+dLdx
Si on néglige les produits (dérivées) du 2ème ordre, on obtient :
Gdy + ydG = Ldx +xdL
d(Gy) = d(Lx)
Là encore, les variations des débits de soluté sont égales.
La quantité de matière échangée dans un élément de hauteur « dz » étant le produit du flux par
la surface d’échange « A », le flux de transfert peut s’exprimer comme :
d(Gy) = d(Lx) = dNA’ avec NA’ = NA A et dNA’= NAdA
Ainsi :
d(Gy) = d(Lx) = NAdA = kG (yA – yAi) dA= kL (xAi – xA) dA

d(Gy) = d(Lx) = NAdA = KG (yA – yA*) dA = KL (xA* – xA) dA


dA : surface d’échange entre les phases gaz-liq contenue dans un élément de volume S dz,
avec S étant la section droite de la colonne.
On pose dA = a. S. dz avec “a” étant l’aire interfaciale spécifique
m2 (m2/m3). m2. m

NA : densité de flux de transfert (nombre de moles de soluté A qui traverse l’unité d’aire
d’interface par unité de temps)
Ainsi des équations précédentes, on obtient :
d(Gy) = kG (yA – yAi) a.S.dz = KG (yA – yA*) a.S.dz Phase gazeuse
d(Lx) = kL (xAi – xA) dA = KL (xA* – xA) a.S.dz Phase liquide

Master 1 Génie Chimique Page 11


En intégrant ces relations entre pied (1) et la tête (2) de la colonne, la hauteur de la colonne
s’exprime :
h = ∫(1/kG a.S) d(Gy)/(yA – yAi) =∫(1/KG a.S) d(Gy)/(yA – yA*)

h = ∫(1/kL a.S) d(Lx)/(xAi – xA) =∫(1/KL a.S) d(Lx)/(xA* – xA)

On obtient ainsi différentes expressions de la hauteur de la colonne selon la phase considérée


et selon le potentiel de transfert utilisé, potentiel de film ou potentiel global. Si on se place
dans le cas où les débits G et L sont à peu près constants, cela implique que la quantité de
matière transférée est faible, donc que le taux de mouillage reste pratiquement constant et
donc l’aire interfaciale spécifique « a » aussi. De plus, les vitesses d’écoulement des fluides et
les concentrations étant quasiment constantes, la variation des coefficients de transfert est
négligeable.
Dans ces conditions, on peut calculer la hauteur h de la colonne suivant l’expression :
h = (G/kG a.S) ∫dy/(yA – yAi) = (G/KG a.S) ∫dy/(yA – yA*)

HUTG NUTG HUToG NUToG

h = (L/kL a.S) ∫dx/(xAi – xA) = (L/KL a.S) ∫dx/(xA* – xA)

HUTL NUTL HUToL NUToL


Le facteur devant l’intégrale ayant les dimensions d’une hauteur et l’intégrale étant
sans dimension, la hauteur de la colonne apparaît donc comme égale à un certain nombre de
fois une hauteur caractéristique.
Ainsi, la hauteur de la colonne s’écrit :
h = HUTG*NUTG= HUToG *NUToG
h = HUTL*NUTL= HUToL *NUToL
(NUT)oG ou NoG : nombre des unités de transfert globales dans la colonne dans la phase
gazeuse
(NUT)oL ou NoL : nombre des unités de transfert globales dans la colonne dans la phase
liquide
(HUT)oG ou HoG,(HUT)oL ou HoL: Hauteurs d’une unité de transfert globale dans les phases
respectivement gazeuse et liquide.
(NUT)G ou NG : nombre des unités de transfert du film gazeux
(NUT)L ou NL : nombre des unités de transfert du film liquide

Master 1 Génie Chimique Page 12


(HUT)G ou HG,(HUT)L ou HL: Hauteurs d’une unité de transfert des films respectivement
gazeux et liquide.
kG et kL : sont les coefficients de transfert de matière partiels (individuels) respectivement
dans les phases gazeuse et liquide (moles/m2.s).
KG et KL : sont les coefficients de transfert de matière globaux respectivement dans les phases
gazeuse et liquide (moles/m2.s).
y* : fraction molaire du soluté dans la phase gazeuse en équilibre avec une phase liquide de
composition x.
x* : fraction molaire du soluté dans la phase liquide en équilibre avec une phase gazeuse de
composition y.
G et L sont les débits molaires respectivement dans les phases, gazeuse et liquide (moles/s).
a : surface volumique du garnissage.
Cette hauteur caractéristique, nommée hauteur d’une unité de transfert ou HUT par Chilton et
Colburn, dépend des débits, des surfaces d’échange et des coefficients de transfert. Pour une
colonne donnée, il existe plusieurs HUT selon la phase considérée et la manière dont on
exprime le potentiel de transfert. La HUT constitue une mesure inverse de l’efficacité du
garnissage mis en œuvre dans le contacteur, pour les conditions opératoires utilisées. Le
terme comprenant l’intégrale est appelé nombre d’unités de transfert ou NUT. Ce nombre
dépend à la fois des concentrations imposées aux limites de la colonne et des potentiels de
transfert. Le NUT constitue une mesure de la difficulté d’effectuer la séparation
envisagée.
En pratique, pour calculer la hauteur du garnissage Z ou H nécessaire à la réalisation d’une
séparation donnée, on utilise les formules suivantes :

H = NTh. HEPT Plateaux théoriques

H = HUToG.NUToG
En unités de transfert
H = HUToL.NUToL

Les expressions faisant intervenir NUTG, NUTL sont d’un emploi moins commode car elles
nécessitent la connaissance des compositions à l’interface. Cependant, les nombres NTh,
NUToG, NUToL peuvent être calculés algébriquement ou graphiquement à partir des données à
l’équilibre et des données opératoires.

Master 1 Génie Chimique Page 13


C.2 Calcul des HUT
Le calcul direct des HUT via leur définition est assez rare car les coefficients de transfert et la
surface d’échange sont souvent mal connus. La détermination des HUT se fait donc
généralement de façon expérimentale sur des installations pilotes équipées du même
garnissage et parcourues par des débits de fluide par unité de section identiques. Dans la
littérature spécialisée (Perry et Green (1987) et les catalogues des fabricants, il est possible de
trouver des valeurs expérimentales pour quelques systèmes classiques. La plupart du temps, il
s’agit de HUT de film, qu’il faut combiner pour obtenir les HUT globales.
Si la courbe d’équilibre est une droite, de coefficient de partage m, alors :

HUToG = HUTG + (mG/L) HUTL


HUToL = HUTL + (L/mG) HUTG

C.3 Estimation des hauteurs d’unités de transfert


Les hauteurs d’unités de transfert globales, HUToG et HUToL, sont caractéristiques de
l’installation (couple phase gazeuse / phase liquide, la nature du garnissage) alors que les
hauteurs d’unités de transfert de film, HUTG et HUTL, sont caractéristiques de chacune des
phases et peuvent être estimées indépendamment à l’aide de corrélations.

C.3.1 Formule de Pratt pour les gaz :


HUTG = (1/C) * (ε/a)*(de G’/µG ε)0.25(µG/ρGDG)0.67
Avec
(de G’/µG ε) : nombre de Reynolds modifié pour le gaz
(µG/ρGDG) : Nombre de Schmidt pour le gaz
ε : Fraction de vide du garnissage
a: Surface spécifique du garnissage (cm2.cm-3 = cm-1)
de : Diamètre équivalent du garnissage de= 4ε/a (cm)
G’: Débit massique de gaz par unité de section droite de la colonne (g.s-1.cm-2) avec G’ = G/S
S : section droite de la colonne (cm2)
µG: Viscosité dynamique du gaz en Poise (g.cm-1.s-1)
ρG : Masse volumique du gaz (g.cm-3)
DG : Coefficient de diffusion du soluté dans la phase gazeuse (cm2.s-1)
C : constante sans dimension valant 0.105 pour les anneaux Raschig empilés en vrac et 0,07
en unité CGS pour les selles de Berl.
Master 1 Génie Chimique Page 14
C.3.2 Formule de Sherwood & Holloway pour les liquides :

HUTL= A * (L’/µL)0.25(µL/ρLDL)0.5

L’: Débit massique de liquide par unité de section droite de la colonne (g.s-1.cm-2) avec L’ =
L/S.
µL : Viscosité dynamique du liquide en Poise (g.cm-1.s-1)
ρL : Masse volumique du gaz (g.cm-3)
DL : Coefficient de diffusion du soluté dans la phase liquide (cm2.s-1)
A : constante sans dimension valant 0.3 pour les anneaux Rashing empilés en vrac et 0,12 en
unité CGS pour les selles de Berl.
C.3.3 Calcul des NUT
Le calcul du nombre d’unités de transfert globales (NUTo) peut se faire par intégration
graphique ou mathématique.
Intégration graphique :
La figure 15 montre la construction des courbes 1/(y - y∗) et 1/(x∗ - x) à partir de la courbe de
partage et de la droite opératoire. La mesure des aires comprises sous les courbes entre les
bornes d’intégration fournit les valeurs des nombres d’unités de transfert globales.

Figure 14 : Calcul du nombre d’unités de transfert globales par intégration graphique

Master 1 Génie Chimique Page 15


Intégration mathématique :
Nous nous plaçons dans le cas pour lequel on peut considérer les débits des phases gazeuse G
et liquide L sont constants sur toute la hauteur d’une colonne. Ainsi nous pouvons écrire :
y* = m x équation de la courbe d’équilibre
y=kx+q équation de la droite opératoire avec k = L/G et q = y2 - (L/G) x2
Ainsi :

De l’équation de la droite opératoire nous tirons l’expression de x = (y – q)/k que nous


remplaçons dans l’équation de la courbe d’équilibre et nous obtenons ainsi :
y – y* = y – m (y – q)/k =[(k – m) y + m q] / k
Ainsi :

NUToG = ∫dy / (y – y*) = ∫ k dy /[(k – m) y + m q] = [k / (k – m)] ∫ dy / [y + (mq / k – m)]

La solution de l’intégrale est :

NUToG = k / (k – m) ln [y1 + (mq / k – m)] / [y2 + (mq / k – m)]

Si (mq / k – m) << y1 et y2, on aura :

NUToG = k / (k – m) ln [y1 / y2]

Une autre expression mathématique du NUToG est obtenue en exprimant l’équation de la


droite opératoire telle qu’elle est obtenue à partir di bilan matière :

y = (L/G) x + y2 – (L/G) x2 x et y sont des fractions molaires

En considérant le facteur d’absorption noté par A = (L/G)/m, on écrira :

NUToG = A /(A – 1) ln [(A – 1)(y1 –y2*)/A (y2 –y2*)] + (1 /A)

Avec y2* = m x2

Master 1 Génie Chimique Page 16


Relations entre NUToG et Nt, HUToG et HEPT

Dans le cas où la droite d’équilibre et la


droite opératoire sont parallèles :

Nt = NUToG

HEPT = HUToG

Dans le cas où la droite d’équilibre et la


droite opératoire ne sont pas parallèles :

Nt = [A /(A – 1] ln (1/A) NUToG

HEPT = [A /(A – 1] ln (1/A) HUToG

Avec A = (L/G)/m

b.2. Etude du transfert de matière entre la phase gazeuse et liquide dans l’absorption
avec réaction chimique

Généralement dans les procédés de traitement des gaz acides, lorsqu’un composé dissout dans
la phase gazeuse s’absorbe dans la phase liquide, il est souvent associé à des réactions
chimiques dans la phase liquide. L’effet de la réaction chimique sur le transfert de matière est
pris en compte par l’intermédiaire d’un nombre adimensionnel, appelé facteur d’accélération
E. Ce facteur dépend de la vitesse de réaction, de l’hydrodynamique des phases et des
concentrations dans le liquide.
On considère une phase gazeuse contenant une espèce chimique A qui s’absorbe dans la
phase liquide où elle réagit de façon irréversible avec un réactif B selon la réaction :
A + αB Produits
α est le coefficient stœchiométrique du réactif B. Pour des réactions d’ordre m par rapport à A
et n par rapport à B, la vitesse de consommation de A dans la phase liquide est de la forme :

Master 1 Génie Chimique Page 17


rA = kmn [A]m[B]n
où kmn est la constante de vitesse de la réaction chimique.
On considéra dans la suite, des réactions chimiques d’ordre 1 par rapport à A et B. Par
conséquent, kmn = k2 . Lorsque le transfert est accompagné d’une réaction chimique en phase
liquide, l’expression du flux d’absorption doit être modifiée pour tenir compte de la présence
de la réaction chimique. En effet, dans ce cas le transfert résulte de la compétition entre le
transfert de masse et la réaction chimique. Le flux de transfert est alors écrit sous la forme :

NA’ = E kL (CLi – CL) = E NA

où le facteur d’accélération E est défini par :


E = NA’/ NA
NA’ : le flux moyen d’absorption du soluté dans le liquide en présence de la réaction chimique
NA : le flux d’absorption physique du soluté (sans réaction chimique)
Ce facteur E caractérise l'importance de la réaction chimique sur le transfert vis-à-vis du
processus de diffusion. Le facteur d’accélération traduit en quelque sorte l’effet de pompage
de la réaction chimique dans le film liquide et il est accessible à partir des nombres
adimensionnels suivants :
 le nombre de Hatta, Ha qui représente le rapport entre la conversion maximale
possible dans le film diffusionnel liquide et la quantité maximale traversant le film par
diffusion. Il indique ainsi le régime de la réaction chimique.

CB,L : concentration du co-réactif B dans la phase liquide (mole/m3)


DA : coefficient de diffusion du soluté A dans le film liquide (m2/s)
k2 : Constante de vitesse de la réaction chimique (m3/mole.s)
kL : coefficient de transfert de masse partiel dans le film liquide (m/s)
 le facteur d'accélération limite Ei : il contient les rapports des diffusivités et des
concentrations et traduit le facteur d’accélération obtenu pour une réaction instantanée.
Il représente la valeur asymptotique du facteur d’accélération E lorsque Ha augmente
indéfiniment.

Master 1 Génie Chimique Page 18


CiA,L : concentration du soluté à l’interface côté film liquide (mole/m3)
DB,L : coefficient de diffusion du co-réactif B dans le film liquide (m2/s)
Le facteur d’accélération peut alors être déduit de l’abaque de Van Krevelen et Hoftijzer
(1948) – figure 15 - si l’on connaît le nombre de Hatta Ha, et Ei.

Figure 15 Diagramme de Van Krevelen et Hoftijzer (1948), pour les réactions du 2ème odre
Lorsque :
 Ha2<<1, le taux de conversion dans le film diffusionel liquide est négligeable, la
réaction a lieu dans le volume du liquide.
 Ha2 >>1 la réaction a lieu dès la diffusion de l’espèce dans le liquide.
Suivant la valeur du nombre de Hatta on distingue ainsi différents régimes de réaction.
Chaque régime est caractérisé par des propriétés particulières. Dans le cadre du modèle du
film de Whitman (1923), les principaux régimes de réaction sont ainsi répertoriés :

Réaction lente « Ha ≤ 0.3 »


La cinétique de réaction est très lente, la réaction a lieu au sein de la phase liquide et le réactif
A n’est pratiquement pas consommé dans le film liquide. Dans ce cas le transfert n’est pas

Master 1 Génie Chimique Page 19


influencé par la réaction chimique et le facteur d’accélération vaut 1. Ce qui signifie que le
flux d’absorption dépend uniquement du transfert de matière à travers le film diffusionnel.

Réaction modérément rapide « 0.3 < Ha < 3 »


Dans ce régime la réaction est suffisamment rapide pour qu’une partie de la réaction ait lieu
dans le film diffusionnel liquide et l’autre au sein du liquide. Le facteur d’accélération est
supérieur 1.

Régime de réaction rapide « Ha > 3 »


Lorsque Ha > 3 la réaction a lieu uniquement dans le film diffusionnel liquide où le réactif A
est totalement consommé. Le facteur d’accélération est nettement supérieur à un et pour le
calculer on peut utiliser l’abaque de Van Krevelen & Hoftijzer (1948) (cf figure 15).
Il existe cependant un cas particulier pour ce régime de réaction rapide, celui de réaction du
pseudo-premier ordre. Dans ce cas le facteur d’accélération correspond à :
E = Ha
Le flux du soluté prend alors la forme suivante :

NA’ = E kLCLi = (k2 DA CB,L)0,5 CLi

On remarque aussi que le flux d’absorption dans le cas d’une réaction du pseudo-premier
ordre est alors indépendant de kL (la résistance au transfert de masse dans le film liquide est
négligeable) .

Régime instantané, « Ha > 3 » et « Ha > 10 Ei »


Lorsque le nombre de Hatta vaut dix fois la valeur de Ei , le facteur d’accélération est égal au
facteur d’accélération instantané Ei. La vitesse de réaction est conditionnée par la diffusion

des constituants A et B dans le film liquide. Les valeurs de Hatta sont déterminées grâce à
l’abaque de Van Krevelen et Hoftijzer. Les réactifs A et B ne peuvent coexister et se
répartissent de part et d’autre de l’interface, où la réaction se produit. Le flux de matière prend
alors la forme suivante :
NA’ = Ei kL CLi (CL = 0)

Master 1 Génie Chimique Page 20


Régime instantané de surface, Ha infiniment grand
Dans ce régime particulier, le plan de réaction est situé au niveau de l’interface où le composé
A réagit instantanément. A l‘interface, la concentration de l’espèce chimique absorbée est
alors égale à zéro. Dans ce cas la résistance au transfert est localisée dans la phase gazeuse et
le flux d’absorption est entièrement déterminé par le transport de A à travers le film gazeux.

Expression du facteur d’accélération


Pour les cinétiques du deuxième ordre, on utilise généralement une solution approchée
proposée par Brian et al. (1961), présentée soit sous forme d’une équation implicite équation
ci-dessous, soit sous forme d’abaque (Diagramme de Van Krevelen et Hoftijzer (1948)),
figure 15.

Tanh : tangente hyperbolique

Master 1 Génie Chimique Page 21