Vous êtes sur la page 1sur 4

ITII - IUT Lyon 1 - UCBL 2016-2017

Examen de science des matériaux


CORRECTION (sur 21)
NOM et prénom :
Répondre sur la feuille exclusivement - durée : 1,5h
Documents et calculatrice autorisés

Propriétés mécaniques des matériaux


1. On considère une pièce de section carrée de côté a = 3 cm faite d’un matériau de module d’Young E = 150 GPa.
La déformation plastique de cette pièce est atteinte lorsque la charge de traction atteint la valeur M1 = 500 kg.
(a) Quelle est la force F0 à appliquer à l’éprouvette pour la déformer élastiquement de ε0 = 0,001 % (1 pt) ?
F0 = Eε0 a2 = 1350 N.
(b) Pour une charge M2 = 1200 kg la déformation longitudinale de la pièce est ε2 = 0,02 %. Donner l’expression
littérale puis calculez la valeur εp de la déformation permanente lorsque l’on retire la charge M2 (1 pt).
εp = ε2 − M2 g/(a2 E) = 0,011 %.
(c) Faire un schéma explicatif contrainte/déformation en indiquant les éléments associés à M1 , M2 , ε2 , εp (1
pt).

(d) Pour une charge de traction M3 = 400 kg, la déformation transversale est εt = −0,001 %. Donner le
coefficient de Poisson ν de ce matériau (expression littérale et valeur numérique) (1 pt).
ν = −εt Ea2 /(M3 g) = 0,34.
2. On réalise des essais de traction sur deux matériaux A et B. Tracer qualitativement les courbes de traction de
ces matériaux sur le même graphique sachant que le matériau A est le plus résistant, le plus rigide et le plus
ductile. Justifier vos tracés (1 pt).

3. Un cylindre creux de diamètre intérieur et extérieur dint et dext en cuivre (module d’Young E, coefficient de
Poisson ν) est étiré élastiquement dans le sens de sa longueur par une charge F . Sa déformation transversale est
εt = −0,4 %. Calculer le coefficient de Poisson de ce matériau (2 pts).
A.N. : E = 240 GPa ; dext = 100 mm ; dint = 80 mm ; F = 9000 kN.
ν = −εt Eπ(d2ext − d2int )/(4F ) = 0,30.

Rupture fragile
1. Dans le cadre de la fabrication d’un jouet pour enfant, on cherche à vérifier la solidité de décorations faites à
partir de bandes fines de polyester, de largeur 1 cm et d’épaisseur 150 µm, dont la résistance à la traction et la
ténacité valent respectivement Rm = 80 MPa et KIc = 1 MPa·m1/2 . On considère qu’un enfant de l’âge considéré
est capable de soulever des poids de 6 kg, et d’exercer avec sa mâchoire une force de 100 N sur des dents de
section 1x4 mm2 .
(a) Compte tenu de ces éléments, y a t’il un risque que l’enfant casse la bande plastique initiale en tirant dessus
(2 pts) ?
σ1 = M g/(le) = 39 MPa. On a σ1 <Rm donc non.
(b) Qu’en est-il pour ce qui concerne une morsure ? En déduire la taille des défauts qui sont susceptibles d’être
induits dans le matériau. Que devient alors le risque de casser totalement la bande plastique en jouant avec
(2 pts) ?
σ2 = F/S0 = 25 MPa. On a σ2 <Rm donc non.
Taille e = F/(Rm l) = 1,25 mm.

Donc K = σ1 πe = 2,5 MPa·m1/2 . On a K > KIc donc risque de rupture fragile.
2. On s’intéresse à une fonte ayant pour limite élastique Re = 500 × 106 Pa. Lors d’essais de rupture fragile menés
sur des éprouvettes présentant un défaut de surface de profondeur a = 1 mm, la rupture a eu lieu pour une
contrainte σ = 180 MPa.
(a) On souhaite lors de l’utilisation des pièces en fonte rester en régime élastique. Pour cela on adopte un
coefficient de sécurité s = 4. Si la méthode de diagnostique ultrasonore permet de détecter les défauts
internes de taille totale l supérieure à 5 mm, peut-on garantir l’absence de risque de rupture brutale en
service (2 pts) ?

KIc = σ πa = 10 MPa·m1/2 .
p
Au pire K = (Re /s) πl/2 = 11 MPa·m1/2 . K > KIc donc non.
(b) Qu’en est il si l’on adopte une nouvelle fonte de ténacité 20 MPa·m1/2 (1 pt) ?
Ça va car K < KIc .

Choix de matériaux
On cherche à déterminer par une démarche rigoureuse de choix de matériaux lesquels sont les plus appropriés pour
construire les pales d’une éolienne. On modélise la pale comme une plaque de longueur L et de largeur l fixes.
1. On souhaite que l’éolienne ait une bonne rigidité, et que sa déformation (flèche au bout de la pale) δ soit limitée.
Sous l’action d’un vent de vitesse U , la déformation s’écrit :

3L4 ρa U 2
δ=
Ee3
e est l’épaisseur de la pale et ρa est la masse volumique de l’air.
Déterminer l’indice de performance pour avoir une éolienne la plus légère possible. Quels sont les matériaux les
plus appropriés (3 pts) ?
Fonction : faible déformation élastique en flexion.
Objectif : masse M minimum.
Paramètres : fixes : δ, L, l, U , ρa , ajustable : e, matériau : E, ρ.
3L4 ρa U 2
Équations : 1) δ = Ee3 , 2) M = ρLle.
1/3
Fonction objectif : M = (ρ/E 1/3 )L7/3 l31/3 ρa U 1/3 .
Indice de performance : I = E 1/3 /ρ.
Matériaux : balsa, bois, composites à fibres de carbone, de verre, . . .
2. Par ailleurs, le matériau de l’éolienne doit être suffisamment résistant pour ne pas se déformer plastiquement.
La contrainte maximale dans la pale s’écrit

3 ρa U 2 L2
σmax =
2 e2
Quels matériaux faut-il choisir pour avoir une éolienne résistante et légère (3 pts) ?
Fonction : pas de déformation plastique en flexion.
Objectif : masse M minimum.
Paramètres : fixes : L, l, U , ρa , ajustable : e, matériau : Re , ρ.
2 2
3 ρa U L
Équations : 1) Re = 2 e2 , 2) M = ρLle.
1/2
Fonction objectif : M = (ρ/Re )L2 l(3ρa /2)1/2 U .
1/2
Indice de performance : I = Re /ρ.
3. Pour cette application, quels autres critères de choix peuvent rentrer en compte dans le choix du matériau (1
pt) ?
1. Module-Densité Diamant Céramiques
Module d'Young E techniques

Alumines

Aciers
Verres
Uniaxial
Poterie

Sn
Roche,Pierre
Ciment,Béton
Composites Stratifiés
techniques Pb

Frêne
Chêne
Céramiques
Sapin Pin poreuses
Parallèle Alliages
aux fibres
techniques
Module d'Young

Dérivés
du bois

Bois Polymères
techniques
Frêne
Chêne
Pin
Sapin
Limite inférieure de E Perpendiculaire
pour les solides réels aux fibres Droites directrices
Epicéa
pour concevoir
à poids minimum
PVC
plastifié

Butyle Elastomères
dur

Liège
Mousses Butyle
de polymères mou

Densité

(c) Michael F Ashby


(c) Editions Dunod, pour la traduction française
Céramiques Diamant
techniques
Alliages
2. Résistance-Densité techniques
Verres

Uniaxial Aciers
Composites
techniques Poterie

Stratifiés Fontes

Mg Roche
Pierre
Frêne
Chêne
Pin
Sapin
Parallèle Alliages
aux fibres Dérivés
techniques
Pb
du bois
Ciment
Béton
Résistance

Frêne
Bois Chêne
Pin Céramiques
Sapin
Perpendiculaire poreuses
aux fibres
Polymères
techniques
Butyle
mou
Droites directrices
Elastomères pour concevoir
à poids minimum
Mousses
de polymères
Liège

Densité

(c) Michael F Ashby


(c) Editions Dunod, pour la traduction française