Vous êtes sur la page 1sur 121

miiaMfrlfëux

MRITA
COLLECTION SANTE / BIEN-ETRE
KOMBUCHA
Le champignon miraculeux

Harald W.Tietze
Vouiez-vous aider vos am is et vous aider vous-m êm es p ou r a voir une
m eilleure santé ?
C’est ce que fa it le rem arquable thé du cham pignon K om bucha, dans
le monde entier, dans chaque cu isin e , à m oind re coût.
Cela fonctionn e com m e une petite usine, tra n sfo rm a n t le thé et le
sucre en une b o isson ra fraîchissa nte to ta lem ent saine, con te n a n t des
acides o rg a n iq u e s, des en zym e s et des m in é ra u x q u i s o n t
essentiels pou r l’é q u ilib re de la santé.

Voici parm i s e s p lu s im p o rta n ts a v a n ta g e s :


- il nettoie le sang-
- am éliore le fo n ctio n n e m e n t du foie, de la vé sicu le b ilia ire et
de la d ig e stio n
- agit com m e un régulateur dans certa ine s form es de cancer
- fa cilite le tra ite m e n t des sidéens et sé ro -p o sitîfs
- dim inue la so u ffra n ce dans la d é p re ssion
- renforce Je systèm e im m u n ita ire
- agit com m e un to n iq u e et redonne de l’énergie.
De plus cette cu ltu re se re p ro d u it elle-m êm e, chaque sem aine, ce qui
fait que vous en disposez to u jo u rs p ou r do n n e r à des am is. Cela a
contribué à donner un bien-être et une bonne santé à p lu sie u rs
m illiers de personnes.
Des m alades sidéens et s é ro -p o s itifs a ffirm e n t en C a lifo rn ie avoir été
aidés par ce don naturel de la Mère Nature.
Ce livre pra tiq u e d é c rit l’ h is to ire m illé n a ire de l’ u tilis a tio n du
Kombucha, com m ent s'en servir, les expériences m édicales qui ont
été faites, les anecdotes évidentes qui m o n tre n t ses avantages
large m e nt re c o n n u s et les n o m b re u s e s re c e tte s de b o is s o n s
attrayantes que l'on peut réaliser avec cette e xtra o rd in a ire cu ltu re .

L'auteur, Harald Tietze, originaire de Bavière, e st un expert reconnu d e s


plantes. Il po ssèd e une pépinière de plantes médicinales en Australie, d'où il
tire une grande variété de tisanes, d'huiles et de pom m ades. L'intérêt
grandissant dans le monde entier pour la m iraculeuse boisson au kombucha
REVENDEZ NEUF
a de cette nouvelle édition.
V O S L IV R E S T O U T E L ’A N N E E

G IBERT^JEU N E 14,50f
PLA CE S A IN T -M IC H E L
95,1 IF
& S T R A S B O U R G -S T -D E N IS 95 FF
-----'-MKTTX— KOI TE------
H 2 f'•> ns «>.01 FONDS
H arald W. Tietze

Kombucha
Le champignon miraculeux
Traduit de l'anglais
par Yann Le Chevalier

AMRITA
CHEZ LE MEME EDITEUR

SARAH-MARIE, ou la mémoire du Phénix


Bernard Cay-Maubuisson
LES SECRETS DE DAME NATURE
Sophie-Sarah Kolovatova
CELUI QUI VIENT
Anne et Daniel Meurois-Givaudan
VISIONS ESSENIENNES
Daniel Meurois-Givaudan
LES DOSSIERS, CELUI QUI VIENT - T2
Anne Meurois-Givaudan
ALGERIE : DIEU PRIS EN OTAGE
Othman Bouhlal
LECTURE D’AURAS ET SOINS ESSENIENS
Anne Meurois-Givaudan
LES ANNALES AKASHIQUES
Robert Chaney
Illustration et maquette de couverture / DBR Créations.
Titre original : « KOMBUCHA - THE MIRACLE FUNGUS »
Published by GATEWAY BOOKS, The Hollies, Wellow, Bath, BA2 8QJ, U.K.
© 1994 Harald W. Tietze.
© Editions AMRITA 1998 - Tous droits réservés pour la version française.
SOMMAIRE

PREFACE DE LA SECONDE EDITION............................................. 9


INTRODUCTION...................................................................................... 11

PREMIERE PARTIE
D 'où vient le ko m b u cha ?

L'ORIGINE DU FONGUS KOMBUCHA......................................................... 15


LE KOMBUCHA EN OCCIDENT....................................................................... 16
LE KOMBUCHA EN AUSTRALIE........................................................................ 18
LES NOMBREUSES APPELLATIONS DU KOMBUCHA............................. 19
LE KOMBUCHA : REALITE OU FICTION ? ................................................... 21
LE THE DE KARGASOK......................................................................................... 21
QU'EST-CE QUE LE KOMBUCHA.................................................................... 23

DEUXIEME PARTIE
C o m m e n t fabriquer votre propre kom bucha

FAIRE FERMENTER VOTRE PROPRE KOMBUCHA................................... 25


LA METHODE............................................................................................................ 27
LE FONGUS SE REPRODUIT................................................................................ 28
LE PROCESSUS DE FERMENTATION CONTINUE....................................... 29
QUELQUES QUESTIONS FREQUENTES A PROPOS DE
LA FABRICATION DU KOMBUCHA............................................................ 30
LES PROBLEMES VENANT DE LA FERMENTATION DU KOMBUCHA.. 32
LA NICOTINE : UN POISON MORTEL POUR LE FONGUS.................... 34
UN FONGUS DE COTE EN CAS D'URGENCE.......................................... 34
QUE FAIRE SI LE FONGUS S'EPUISE A SE REPRODUIRE........................ 35
LE KOMBUCHA, UNE BOISSON ALCOOLISEE ? ..................................... 35
PEUT-ON MANGER LE FONGUS ? ................................................................. 36
DUREE DE VIE DU FONGUS............................................................................... 37
LE KOMBUCHA : UN EXTRAIT CONCENTRE POUR LES
DIABETIQUES OU POUR PARTIR EN VO YAGE...................................... 37
CONSERVER LE KOMBUCHA APRES FERMENTATION.......................... 38
DOSAGE : QUELLE QUANTITE PEUT-ON BOIRE ? .................................. 39
LES PROPRIETES DU KOMBUCHA PEUVENT CHAN GER...................... 40
MELANGES DE THES............................................................................................. 41
LES EFFETS DE LA CONSOMMATION A LONG TERME........................ 42
LA TRANSFORMATION DU SUCRE DANS LEKOMBUCHA.................. 43
MIEL PLUTOT QUE SUCRE ? ............................................................................... 45
VINAIGRE DE KOMBUCHA............................................................................... 47
LA CONSERVATION DU KOMBUCHA.......................................................... 47
KEFIR, YOGHOURTS ET CULTURES ASSIMILEES......................................... 49
LETHEKO M BU......................................................................................................... 50

TROISIEME PARTIE
C o m m e n t agir le fongus ?

LE FONGUS KOMBUCHA : UN CENTRE DE PRODUCTION


BIOLOGIQUE........................................................................................................ 51
LES CULTURES DE KOMBUCHA NE SONT PAS TOUTES IDENTIQUES :
Y A-T-IL UN KOMBUCHA AUTHENTIQUE................................................. 53
PEUT-ON CONSIDERER LE KOMBUCHA COMME UN MOYEN
THERAPEUTIQUE MIRACLE ? ............................................................. *......... 55
LA FERMENTATION DE L'ACIDE LACTIQUE............................................... 56

QUATRIEME PARTIE
Rendre c e tte boisson plus attractive

LES PRODUITS COMMERCIAUX AU KOMBUCHA................................. 59


LA FABRICATION MAISON : L'ETAPE LA PLUS IMPORTANTE
DANS LE PROCESSUS DE GUERISON....................................................... 61
MELANGER LE KOMBUCHA A D'AUTRES BOISSONS........................... 61
LE CHAMPAGNE KOMBUCHA........................................................................ 62
LE RAFFINEMENT DES INFUSIONS PAR LA FERMENTATION
DU KOMBUCHA.................................................................................................. 62
QUELLES PLANTES CONVIENNENT A LA FABRICATION
DU KOMBUCHA.................................................................................................. 63
THE VERT OU THE NOIR, QUEL EST LE MEILLEUR ? ............................... 70
LA PLACE DU KOMBUCHA DANS LA SCIENCE M EDICALE.............. 71

CINQUIEME PARTIE
La valeu r th érapeu tiqu e du kom bucha
LA MEDECINE MODERNE ET LE KOMBUCHA......................................... 75
COMPARAISON ENTRE LE KOMBUCHA ET L'INTERFERON DANS
SON ACTION DE RENFORCEMENT IMMUNITAIRE............................. 77
LE KOMBUCHA PEUT-IL GUERIR LE CANCER ? ....................................... 77
LA PAPAYE, REMEDE CONTRE LE CANCER ? ......................................... 78
LA DETECTION PRECOCE DU CANCER FAVORISE LA GUERISON... 82
LE SIDA......................................................................................................................... 83
LE KOMBUCHA : UNE THERAPEUTIQUE POUR LES ASTHMATIQUES... 85
TROUBLES DU SOMMEIL..................................................................................... 86
TROUBLES DE LA PROSTATE............................................................................... 86
LES DIABETIQUES ET LE KOMBUCHA............................................................ 86
CALCULS DE LA VESSIE ET LE KOMBUCHA.............................................. 87
SCLEROSE EN PLAQUES..................................................................................... 88
DIARRHEES................................................................................................................. 88
CONSTIPATION CHRONIQUE........................................................................... 88
PSORIASIS................................................................................................................... 90
TROUBLES DIGESTIFS ET INTESTINAUX........................................................... 91
JAMBES ENFLEES.................................................................................................... 91
CHOLESTEROL......................................................................................................... 91
HYPERTENSION........................................................................................................ 92
SYNDROME DE FATIGUE CHRONIQUE........................................................ 94
RHUMATISMES.......................................................................................................... 95
ARTHRITE..................................................................................................................... 95
GOUTTE....................................................................................................................... 98
TROUBLES RENAUX................................................................................................ 98
RHUMES CHRONIQUES....................................................................................... 99
AMYGDALITES......................................................................................................... 99
BRONCHITES............................................................................................................. 100
CANDI DA ALBICANS........................................................................................... 100
ANEMIE PERNICIEUSE........................................................................................... 100
LA BEAUTE PAR LE KOMBUCHA..................................................................... 101
LE KOMBUCHA EN CATAPLASME OU COMPRESSE............................ 102
LE BAIN AU KOMBUCHA.................................................................................... 104
MINCIR AVEC LE KOMBUCHA........................................................................ 104
LE KOMBUCHA POUR LES JEUNES DE PLUS DE 80 ANS..................... 106
LE KOMBUCHA COMME REMEDE CONTRE L'IMPUISSANCE.......... 107
BLESSURES ET ULCERES........................................................................................ 107
SE DOPER AU KOMBUCHA............................................................................... 108
LE KOMBUCHA DANS LA MEDECINE VETERINAIRE............................. 109
LE RESEAU KOMBUCHA : COMMENT OBTENIR ET PARTAGER
VOTRE FONGUS................................................................................................. 110

EPILOGUE

LA SANTE C'EST L'EQUILIBRE............................................................................ 113


LE NEUF ET L'ANCIEN DU NEW AGE ............................................................ 113
PLACEBO : LA DECOUVERTE DE LA MEDECINE MODERNE................ 114
JEUNER POUR GUERIR, ET NON SE SUICIDER AVEC
LA NOURRITURE.................................................................................................. 116
ALIMENTS ACIDES, ALIMENTS BASIQUES................................................... 117
TEM OIGNAGES....................................................................................................... 118

BIBLIOGRAPHIE ET SOURCES............................................................ 123


ADRESSES ET RESEAUX........................................................................ 125
AUTRES OUVRAGES DE HARALD W. TIETZE............................... 127
PREFACE DE LA SECONDE EDITION

Chaque matin, nous commençons la journée en buvant un thé


rafraîchissant. Rien d'inhabituel à cela, pensez-vous, sauf que
notre thé n'est pas une boisson ordinaire. C'est du kombucha, une
boisson revitalisante et délicieuse qui, à juste titre, a gagné l'ap­
pellation de "fongus miracle".
Le kombucha est un ancien organisme vivant similaire au fon­
gus ; une fois mélangé à du thé sucré il produit une boisson déli­
cieuse favorisant la bonne santé. Nous avons connu ce traitement
qui renforce l'immunité par un cousin de Californie, le seul sur­
vivant d'une famille où tous avaient contracté un cancer à cause
d'une pollution de l'approvisionnement en eau potable. Le kom­
bucha encourage le partage car il crée chaque semaine une pro­
géniture, et on trouve toujours quelqu'un à qui la donner. Nous
avons ramené la nôtre en Angleterre en juin 1994, et en avons
depuis donné des douzaines à nos collègues éditeurs, à des
auteurs, à la famille et à des amis. La plupart d'entre eux l'ont
adoptée avec succès, y trouvant une réelle source d'amélioration
de leur santé et de leur bien-être.
Son utilisation fait rapidement partie de notre façon de vivre
et nous donne la possibilité d'agir, concrètement et chez soi, pour
notre santé et celle de notre famille, à un coût quasiment nul.
Nous pouvons, de surcroît, avoir le plaisir de transmettre le kom-
bûcha à des amis et des voisins, pour leur bonne santé, leur épa­
nouissement et leur bien-être. Il est aisé de comprendre pourquoi
sa production et sa consommation étaient considérées, dans les
campagnes de Russie, comme un rituel sacré !
Nous avons aussi entendu dire que le kombucha améliore les
soins pour le renforcement immunitaire dispensés par la com­
munauté des malades du sida de Californie, et que sa renommée
de merveilleuse boisson salutaire s'est vite répandue. Les médias
britanniques ont noté sa popularité croissante au Royaume-Uni.
Aune époque où le taux de pollution de notre environnement s'est
accru de façon alarmante, notre système immunitaire aura besoin
de toute l'aide disponible et que peut-il y avoir de mieux qu'une
source naturelle de renforcement immunitaire, avec un pedigree
de 2 500 ans de guérison et aucune mauvaise réputation ?
Ce livre a une histoire intéressante. Il fut d'abord publié en
1994 en Australie, pour la population germanophone de ce pays.
Depuis, il a envahi le marché australien de la santé. La première
édition en anglais fut publiée par Harald Tietze, et il en est main­
tenant à sa cinquième réédition.
Nous sommes heureux de l’éditer maintenant sur l'autre côté
du globe et de participer à sa large diffusion. Dans cette nouvelle
édition vous trouverez davantage d'informations concernant la
manière de produire la boisson au kombucha, ainsi que des
conseils pour en varier le goût et pour l'utiliser à des fins thérapeu­
tiques avec des fruits et des plantes. Des témoignages anecdo­
tiques sur l'aide que certaines personnes ont reçue d'une thérapie
au kombucha nous parviennent et nous surprennent tous les
jours. Ce serait une erreur que de l'appeler une panacée, mais il
est intéressant de voir comment chaque personne y trouve une
aide spécifique, souvent de façon imprévue.
Alick et Mari Bartholomew, Wellow, mars 1995.
INTRODUCTION

Le kombucha est une ancienne source de nourriture et de gué­


rison originaire d'Asie. Grâce à un intérêt croissant pour les
méthodes asiatiques de guérison, le kombucha est parvenu en
Europe occidentale via la Russie. Dans ces pays, le kombucha
était considéré comme une boisson agréable et salutaire qui contri­
buait à une alimentation équilibrée. A mesure qu'elle s'achemi­
nait vers le monde occidental, cette potion a souvent montré des
capacités miraculeuses. En raison de ses succès dans le traite­
ment des maladies modernes, elle a acquis des noms tels que "fon-
gus magique", "fongus miracle", et "élixir de longue vie". Alors
que cette boisson fermentée était un remède populaire en Russie,
Tchécoslovaquie, Allemagne et Autriche, elle disparut presque
pendant et après la Deuxième Guerre mondiale. Cela était dû au
fait que le thé et le sucre manquaient.
Dans les années soixante, le kombucha fut importé en
Allemagne et en Autriche depuis l'Europe de l'Est. Dans les
années soixante-dix, le niveau de vie s'étant amélioré, il fut de
nouveau connu en tant que remède miracle ; des tests et des
recherches médicales sur ses effets furent conduits, principale­
ment en Allemagne et publiés en langue allemande. Des articles
lui furent consacrés dans de nombreux journaux.
Dans les sociétés modernes, abondantes en nourriture stérili­
sée, homogénéisée et pasteurisée, un adjuvant microbiologique à
la digestion tel que le kombucha peut faire des merveilles. De
nombreux docteurs et naturopathes recommandent la consom­
mation de kombucha pour tous types de maladies.
Le kombucha, comme de nombreux autres produits de la mé­
decine biologique, ne doit pas être considéré comme une panacée
- de telles choses n'existent pas. La santé est un équilibre du
corps, des émotions et de l'esprit. En lisant par exemple le compte
rendu des succès de fortes doses de vitamines pour soigner cer­
taines maladies, on peut se poser la question du temps que met­
tront les effets indésirables à se manifester. Sans un équilibre ali­
mentaire naturel il ne peut y avoir de santé. Lorsque l'on soigne
une maladie, il ne faut pas seulement traiter les symptômes mais
aussi la cause.
C'est une bonne nouvelle que le kombucha soit de plus en plus
populaire et reconnu comme un remarquable adjuvant de santé.
Ce merveilleux organisme vivant produit une boisson ra­
fraîchissante, revitalisante et délicieuse, facile à fabriquer à la
maison par toute la famille. Le renforcement du système immu­
nitaire figure parmi ses principales qualités, ce qui facilite la gué­
rison de nombreuses maladies. C'est aussi un désintoxicant : il
purifie le sang et nettoie les reins. Le kombucha joue également
un rôle important dans le renouvellement de la flore intestinale.
L'utilisation du kombucha en tant qu'aide à la guérison est pour
moi une priorité, en combinaison avec d'autres formes de méde­
cine holistique.
AVERTISSEMENT

Cet ouvrage vise à démontrer les bénéfices que l'on peut tirer
du kombucha en traitement de nombreux probèmes du corps hu­
main, mais il est bien précisé que le contenu de ce livre ne peut
en aucun cas se substituer à un suivi personnel par un médecin
qualifié. Les personnes atteintes de problèmes de santé doivent
consulter un médecin.
Sans kombucha

Retourner le livre pour voir les résultats de la consommation


du kombucha I
Première partie

D'OU VIENT LE KOM BUCHA ?

L'ORIGINE DU FONGUS KOMBUCHA


Personne ne peut dire de façon certaine comment et où est
apparu le fongus kombucha, mais nous savons qu'il est utilisé
depuis, au moins, deux mille ans. Il importe peu de savoir si ce
sont les Chinois, les Coréens, les Japonais ou les Russes qui
furent les premiers à faire fermenter le fongus. Pour être précis,
ce n'est pas un fongus en tant que tel mais une communauté de
bactéries et levures. Une autorité le décrit comme un lichen.
L'origine du nom peut provenir du japonais, kombu désignant le
thé brun aux algues, et cha l'infusion. Selon moi, la meilleure
description est celle du pasteur Weidinger, aussi herboriste, qui
fut pour moi une inspiration pour ce livre.
Voici ce qu'il dit :
« Le thé au kombucha est une ancienne boisson d'Extrême-
Orient provenant de la mer. Durant trois ans j'ai été mission­
naire sur l'île de Taiwan. Cette région côtière du sud-est, avec
son climat subtropical et sa longue saison de végétation, ojfrait
des conditions idéales pour la croissance du thé, qui était cultivé
sur de grandes étendues. Cette province est considérée comme le
lieu d'origine du thé, en latin thea. Le nom originel donné par
l'écrivain chinois Kuo-Po au breuvage extrait de ces feuilles
était Tu ou Tschuan. Aujourd'hui il est appelé Ch'a. Dans la pro­
vince de Fukien, cependant, il est toujours appelé T'e. Ceci m'a
permis de mieux comprendre le mot "thé". K'un-Pu-ch'a, un thé
comme du vin...
«M es activités missionnaires m'ont aussi amené à voyager
dans les îles de Quemoy et Matsu, situées à proximité de la pro­
vince de Fukien. J'ai été très impressionné par une boisson que
m'ont servie les gens du pays, au goût aigre-doux et très rafraî­
chissante sous le climat chaud de la région. Etait-ce un vin qui
avait le goût d'un thé délicieux, ou un thé inhabituel qui avait le
goût d'un vin rare ? Une fois ce breuvage bu je me sentis, non
seulement sensiblement plus fort après une longue et fatigante
marche, mais aussi, de façon étrange, en meilleure santé. Plus
spécialement, sous ce climat cela aida grandement mon métabo­
lisme et me rendit plus détendu. Lorsque je demandai ce que
c'était, on me répondit : Kun-Pu-ch'a. J'étais surpris : "le thé qui
venait de la vie de l'océan" ? Déjà, dans la dynastie Tsin, envi­
ron 221 avant J.-C., il était connu et révéré comme un breuvage
aux propriétés magiques qui donnait l'immortalité. Le thé reçut
plusieurs noms. Un des plus connus fut le "thé des dieux". Ce
thé-là était utilisé comme remède contre les gastrites chroniques.
Les gens parlent aussi d'un médecin coréen nommé Kom-bu qui,
en 414, prescrivit le thé pour soigner les troubles dont souffrait
l'empereur du Japon. Le "thé des dieux" alla, via la Corée, de
Chine au Japon où on lui donna le nom de "Tsche de Kombu". »
LE KOMBUCHA EN OCCIDENT
Cette boisson atteignit finalement l'Europe via la Mongolie et
la Russie. Lorsque j'ai mentionné le kombucha dans un article
sur les médecines traditionnelles publié en Australie, j'ai reçu
d'innombrables lettres de gens originaires des anciennes pro­
vinces orientales d'Allemagne et vivant maintenant en Australie.
Ils se rappelaient leurs grands-mères tirant une boisson rafraî­
chissante d'un vaste récipient à la surface duquel flottait une
sorte de fongus. D'autres se souvenaient que la recette avait été
transmise par des ouvriers polonais venant de l'est. Durant la
Première Guerre mondiale, le thé au fongus disparut en raison du
manque de sucre.
De plus amples renseignements sur l'existence du fongus ma­
gique recommencent cependant à se faire jour dans les années vingt,
lorsque des scientifiques s'intéressèrent à ses propriétés. Leurs
études furent suspendues par le début de la Seconde Guerre mon­
diale. Le kombucha ne redevint réellement populaire que dans les
années soixante et soixante-dix, probablement en tant qu'antidote
à de mauvaises habitudes alimentaires. Les médias occidentaux
s'emparèrent du sujet. On signala à Kargasok, en Russie, des per­
sonnes qui avaient atteint un âge avancé. Ceci semblait lié à la
consommation de kombucha, ce qui explique pourquoi il est aussi
connu sous le nom de "thé de Kargasok". Selon certaines sources,
une femme de quatre-vingts ans aurait donné naissance à un bébé
en bonne santé dont le père était un homme de cent trente ans !
Les études les plus connues viennent de l'université d'Omsk,
en Russie, et, en Occident, du docteur Rudolf Sklenar. Le doc­
teur Sklenar, dont les recherches sont souvent citées dans la presse,
vient d'Allemagne de l'Est où, parmi les gens de condition mo­
deste, le kombucha est en usage depuis le tournant du siècle. Il a
étudié la médecine à Prague et son premier contact avec le fon­
gus kombucha eut lieu dans un monastère. Il travailla avec cette
culture durant la Seconde Guerre mondiale et réalisa son travail
scientifique sur le kombucha. Dans les années soixante il publia
ses recherches dans la presse médicale et à grand public, ce qui
amena une plus grande prise de conscience des propriétés cura­
tives et revigorantes. Le docteur Sklenar utilisa avec succès le
kombucha pour le traitement de diabètes, d'hypertension, de tous
types de troubles digestifs, de maladies de l'estomac et des intes­
tins, de rhumatismes et de la goutte.
Le principal domaine d’investigation du docteur Sklenar
devint le traitement du cancer, et il intégra le kombucha dans son
programme. Ces méthodes de soin eurent tant de succès qu'elles
furent adoptées par de nombreux médecins. Une société portant
aujourd'hui son nom fabrique la boisson au kombucha et des
gouttes au kombucha. La boisson au fongus devint un remède
très populaire quand on sut que le docteur Veronika Carstens (la
femme de l'ancien président allemand) utilisait le kombucha avec
tous ses patients cancéreux. Le docteur Sklenar et le docteur
Carstens recommandaient la consommation du kombucha en
complément d'autres thérapies.
Ronald Reagan, président des Etats-Unis, souffrait d'un cancer,
et les informations concernant son traitement furent perdues au
milieu d'autres problèmes politiques. Selon le chercheur et écri­
vain Günther Frank, Ronald Reagan entendit parler du kombu­
cha par le biais de l'autobiographie de l'écrivain prix Nobel
Alexandre Soljénitsyne. En 1952, un cancer fut diagnostiqué
chez Soljénitsyne. Il recouvrit complètement la santé à l'hôpital
de Tachkent {Lepavillon des cancéreux) en 1953. Ronald Reagan
reçut une culture du Japon, et on a dit qu'il buvait un litre de kom­
bucha par jour. Son cancer arrêta de se propager, et Reagan put
terminer son mandat. Le docteur Robert E. Willner (Etats-Unis)
cite le kombucha comme un traitement très utile dans son excel­
lent livre La Solution au cancer.

LE KOMBUCHA EN AUSTRALIE
Les immigrants venant d'Asie et d'Europe ont introduit le fon­
gus kombucha en Australie. De nos jours, de nombreux prati­
ciens de santé ont soigné leurs patients pour toutes sortes de
maladies avec le kombucha et ils ont trouvé que, non seulement
leurs patients se sentaient bien mieux après l'avoir bu, mais aussi
que les résultats étaient meilleurs si le kombucha était associé à
un autre traitement.
Un pionnier du kombucha en Australie, M. José Perko, de The
Way ofLife Sanctuary, dans le Queensland, pense que le kombu­
cha fait avec du thé vert a une plus grande valeur thérapeutique
que le kombucha fait avec du thé noir, que l’on utilise générale­
ment dans les autres pays. En faisant des expériences avec divers
mélanges de fruits et de plantes (dont l’un est un concentré de
feuilles de papaye), M. Perko a réussi à conserver les mélanges
au kombucha pendant de longues périodes sans utiliser de
conservateurs artificiels et sans que le kombucha devienne trop
amer (dans les chapitres suivants je détaillerai certaines de ses
méthodes). Je voudrais le remercier pour les informations qu'il
m'a fournies pour ce livre.

LES NOMBREUSES APPELLATIONS DU KOMBUCHA


Il existe de nombreuses appellations pour le fongus kombucha
et pour la boisson qui en est extraite. Il est intéressant de noter
que beaucoup de ces appellations intègrent le mot "fongus", bien
que ce n'en soit pas vraiment un. Appelons-le "fongus kombucha"
par commodité, sans considérer cette appellation comme une
description botanique. D'autres noms couramment utilisés vont
de "fongus-algue" à "fongus magique".
Dans de nombreuses langues des noms tels que "fleur de
Russie", "gelée de Russie", "fongus de Russie", "fongus du
Japon", "éponge du Japon", "mère russe" et "fongus de vin
indien" rendent compte de son héritage. "Fongus merveilleux",
"fongus magique", "fongus héroïque", "fongus de longue vie" et
"gelée de goutte" sont aussi des noms que l'on retrouve dans
diverses langues.
Le kombucha a la propriété de donner au buveur un sentiment
général de bien-être, et il est souvent considéré comme un remède
pour de nombreuses maladies. En ce qui concerne le breuvage lui-
même, certains noms se réfèrent à son goût : thé-bière, thé-vin
et thé-cidre. En France on lui a donné le nom d"'élixir de longue
vie", ce qui fait encore référence à l'effet qu'il produit sur les
buveurs.
Voici une listes des noms que j'ai trouvés jusqu'à présent :
Algae fongus, Algentee, Brinum Ssene, Cajnogo griba, Cajnyj
grib, Cajnyj kvas, Cembuya orientalis, Chamboucho,
Champagne de vie, Champignon japonais, Champignon chinois,
Champignon miracle, Champignon de la charité, Champignon
de longue vie, China-pilz, Chinesischer Teepilz, Ciuperca de
ceai, Combouchan, Combucha, Combuchaschwamm,
Combuchatee, Conbucha, Devine Che, Elixir de longue vie ;
Fongojapon, Fungus japonicus, Fungus tea, Funko Cinese,
Ganoderma japonicum gichtqualle, Gift of life, Godly tsche,
Goût fungus, Grib, Haipao, Heldenpilz, Hero fungus, Hongo,
Indian Wine fungus, Indian mushroom, Indischer Teepilz,
Indischer Weinpilz, Japa'n gomba, Japanese fungus, Japanese
sponge, Japanischer Combucha, Japanischer Muterchen,
Japanischer Teepilz, Japanpilz, Japonskagliva, Jponskij grib ;
K'un-Pu-ch'a, Kambuha, KargasokPilz, KargasokSchwamm,
Kargasoktee, Kocha Kinoko, Komboecha, Komboechadrank,
Kombucha élixir, Kombucha tea fungus, Kombucha, Kombu-
chagetrdnk, Kombuchamost, Kombuchawein, Kombucha-thee,
Kombuchaschwamm, Konko, Kwas, Kwassan, Lingzhi, Magic
mushroom ;
Manchurian élixir, Manchurian fungus, Manchurian tea,
Manchurisch-japanischer Pilz, Manchurischer Schwamm, Me-
dusentee, Medusomyces Gisevii Lindau, Miracle fungus, Mo-Gu,
Olinka ;
Red tea fungus, Reishi, Russian tea-vinegar, Russian flower,
Russian fungus, Russische Qualle, Russische Blume, Russische
Muîîer, Russischer Pilz, Sakwaska, Symbiont Schizosaccha-
romyces Pombe-Bacterium xylinum, Tea beer, Tea cider, Tea fun­
gus, Tea fungus Kombucha, Tea kwas, Tea mould, Tea plant, Tea
wine, Teemost, Teekwa, Teewein, Teepilz, Teeschwamm, Teyi Saki,
Thee-Schimmel, Theebier, Theezwam, Tschambucco, Tsche of
Kombu, Wolgameduse, Wolgapilz, Wolgaqualle, Wunderpilz,
Yaponge, Zauberpilz, Zaubersaft, Zaubertrank.

LE KOMBUCHA : REALITE OU FICTION ?


Des informations concernant des guérisons sont souvent géné­
ralisées et divulguées sans avoir été préalablement étudiées
comme il se doit. En ce qui concerne les plantes médicinales, par
exemple, on pense généralement qu'elles ne peuvent que guérir
sans produire d'effets indésirables. En fait, ce qui est un remède
pour certains peut s'avérer être tout le contraire pour d'autres. La
première fois que j’ai reçu le fongus kombucha (d’un ami), il y
avait un livret d'information sur le thé de Kargasok. Malheu­
reusement, je n'ai pas pu en retrouver l'auteur mais je transcris ici
la description mot pour mot.

"LE THE DE KARGASOK"


Il y a environ soixante ans, une Japonaise visitait la région de
Kargasok en Russie, et fut surprise de trouver autant de per­
sonnes de plus de cent ans en bonne santé. Elle rencontra un
homme de cent trente ans qui avait épousé une femme de plus de
quatre-vingts ans toujours apte à avoir des enfants. La Japonaise
était fascinée et tenta d'obtenir le secret de cette femme octogé­
naire qui avait à peine une ride. Elle découvrit que, dans tous les
foyers, jeunes et vieux consommaient environ un demi-litre de
thé au kombucha tous les jours. Pour faire ce thé, la Japonaise
reçut un fongus de levure spéciale et des instructions pour pou­
voir l'utiliser. Elle emmena le fongus avec elle au Japon où elle
commença à le multiplier. Ses amis furent invités à boire ce thé
et elle leur donna aussi le fongus avec des instructions d'utilisa­
tion. Ils le transmirent à leur tour à leurs amis. Après avoir con­
sommé le thé pendant un certain temps, ces personnes commen­
cèrent à parler de ses effets bénéfiques :
- Un homme dont la tension était 21/12 la ramena à 14/8.
- Une jeune fille à qui on avait diagnostiqué un zona fut guérie.
A Kargasok, le cancer et l'hypertension sont inconnus. Au
Japon, peu de temps après que ce thé fût devenu le sujet d'émis­
sions de radio et de TV, plus d'un million de Japonais en consom­
maient. Puis le thé se répandit jusqu'à Taïwan, Hong-Kong, et il
parcourt maintenant le monde entier, passant d'un ami à un autre
en 8a8e d'affection et d'amour. Ce thé s'avéra être un remède
miraculeux pour de nombreuses affections. Des chercheurs ont
découvert que le fongus était constitué de trois éléments fonda­
mentaux sans lesquels le corps ne peut fonctionner. Le docteur
Pan Pen, du Japon, dresse une liste encourageante des effets de
cette culture. Ce thé :
- de toute évidence, allonge l'espérance de vie,
- est une remède contre la varicelle et le zona,
- réduit la formation des rides,
- diminue les chances de contracter un cancer,
-prévient les troubles de la ménopause,
- restaure l'acuité visuelle,
- raffermit les muscles des jambes,
- soigne l'arthrite,
- renforce les capacités sexuelles,
- traite la transpiration des pieds, la constipation, les douleurs
articulaires et dorsales,
- soigne les abcès,
- soigne l'obstruction des artères et les diabètes,
- renforce les reins,
- soigne la cataracte et les maladies cardiaques,
- restaure l'appétit et guérit des troubles du sommeil,
- diminue les risques de calculs biliaires et de maladies du foie,
- réduit l'obésité et arrête les diarrhées,
- aide les cheveux gris à retrouver leur couleur et combat la
calvitie.

Cette liste peut paraître naïve ou surévaluée, il n'y a pas d'in­


formations sur les types de thés utilisés, et on ne sait pas si c’est
le thé fermenté ou le fongus qui a été utilisé. On ne peut donc pas
généraliser : un individu aura pu être aidé, et un autre non. Il est
prouvé que le kombucha aide à prévenir la calvitie ; quant à
empêcher les cheveux de devenir gris, cela n'a pas marché pour
moi mais peut-être cela marchera-t-il pour d'autres. Si vous lisez
les témoignages à la fin de ce livre vous serez étonné de la grande
diversité de problèmes traités.
Est-ce que le kombucha peut être considéré comme un moyen
de guérison miraculeux ? Est-ce un remède contre le cancer ?
La recherche le déterminera sans aucun doute dans l'avenir.

QU'EST-CE QUE LE KOMBUCHA ?


Le kombucha est constitué d'un ensemble de bactéries et de
cultures de levures spéciales maintenues dans une relation sym­
biotique. Cet organisme vivant fermente dans le thé sucré pour de­
venir la boisson au kombucha. La saveur rafraîchissante donne une
sensation de bien-être. La quantité de levure active qu'il contient
confère à la boisson kombucha une vie qui continue après décan­
tation dans des bouteilles. Le kombucha est de plus en plus consi­
déré comme une aide lors du traitement de nombreuses affections.
Deuxièm e partie

CO M M EN T FABRIQUER VOTRE PROPRE


KOM BUCHA

FAIRE FERMENTER VOTRE PROPRE KOMBUCHA


INGREDIENTS :
- 2 litres d'eau ;
- 160 grammes de sucre en poudre1 ;
- 2 à 4 cuillerées de thé (noir, vert ou mélange) ou des sachets
de thé ;
- 1 culture de kombucha bien active ;
- 2 cuillerées de vinaigre. Le vinaigre n'est utilisé que pour la
première fermentation, s’il n'y a pas de thé au kombucha dispo­
nible. Pour les fermentations suivantes, utilisez 200 ml du
mélange fermenté à la place du vinaigre.

1 - Une réduction de la quantité de sucre préconisée ou une substitution par


du sucre roux peut porter préjudice à la santé du fongus.
A défaut, une infusion peut-être utilisée1 mais elle ne doit
jamais contenir d'huile. Nous vous recommandons de démarrer
avec du thé noir ou vert, et lorsque vous aurez plus d'expérience
vous pourrez essayer les infusions : mettez deux ou trois cuille­
rées de la plante à infuser dans de l'eau bouillante, laissez infu­
ser cinq minutes, retirez les plantes (ou les sachets) et suivez la
recette ci-dessous.

LA METHODE
Utilisez un saladier d’environ deux litres et demi. Mettez le
thé à infuser dans une grande théière, ajoutez le sucre et remuez.
Laissez infuser durant dix à quinze minutes puis versez le thé filtré
dans le saladier. Ajoutez le reste de l'eau, laissez refroidir à tem­
pérature ambiante puis ajoutez le vinaigre (ou la fermentation de
démarrage). Placez alors le fongus de façon à ce qu'il flotte sur
la surface du liquide, côté lisse tourné vers l’extérieur. Le fongus
sera à environ cinq centimètres du bord du récipient.
Couvrez d'une mousseline (ou d'un autre tissu laissant passer
l'air) fixée au saladier avec un élastique.
Le récipient sera ensuite placé dans un endroit chaud (la tem­
pérature idéale de fermentation se situe entre 23 et 28 °C, selon
la saison). Le fongus ne demande pas de lumière mais réclame
de la chaleur et de l'air, et la fumée est pernicieuse. Après six à
neuf jours de fermentation (selon la température extérieure), reti­
rer le fongus avec des mains propres, filtrez la boisson et mettez-
la en bouteilles ou dans des bocaux à couvercle, en laissant suf­
1 - Vous devez vous assurer que les plantes ont été correctement séchées et
conservées, sans risque de contamination par des spores ou des moisissures.
Celles qui contiennent des quantités appréciables d'huile sont : l'aneth, l'angé­
lique, l'armoise, la bergamote, la camomille, le cumin, l'estragon, le fenouil,
la lavande, la livèche, la marjolaine, la menthe, la menthe poivrée, le romarin,
le thym.
fisamment d'espace pour l'air. Après quelques expériences vous
trouverez le meilleur temps de fermentation selon vos critères.
La boisson doit avoir un goût légèrement sucré et pas trop acide.
Les bouteilles seront placées au réfrigérateur, sinon le proces­
sus de fermentation continuera et la boisson aura un goût aigre.
Le fongus retiré de l'infusion peut être immédiatement utilisé pour
démarrer une nouvelle fermentation.
Les meilleurs récipients pour l'infusion sont des saladiers de
verre, porcelaine ou de terre vernissée. Les récipients de métal, y
compris l'acier inoxydable, ne peuvent être utilisés car les acides
de l'infusion entrent en réaction avec le métal - une comparaison
peut être faite avec le whisky ou le vin qui changent de goût lors­
qu'ils ont fermenté dans des récipients de bois. Des récipients en
plastique sont de plus en plus utilisés ; ils doivent être de bonne
qualité, traités en plastiques alimentaires et résistants aux acides.
Les polyvinyles, les polypropylènes et les plastiques bon marché
peuvent entraîner des réactions chimiques par la dégradation du
plastique. Les pots utilisés pour une fabrication maison de bière
peuvent être utilisés. Les récipients doivent avoir une large
ouverture et n’être ni trop hauts, ni trop remplis. Un récipient
large et peu profond permet au kombucha de fermenter plus vite
et mieux.
LE FONGUS SE REPRODUIT
A chaque fermentation un nouveau fongus apparaîtra (par fis­
sion binaire) sur le dessus de la "galette" qui flotte sur le liquide.
Il peut être doucement détaché à la main, et utilisé pour démar­
rer une nouvelle fermentation, ou donné à un ami. Si aucune
autre fermentation n'est commencée le jour même, lé fongus peut
être conservé au réfrigérateur aussi longtemps que nécessaire,
dans un récipient hermétique contenant du thé au kombucha avec
un espace pour l'air. La quantité quotidienne qu'il est recomman­
dé de boire est de trois verres : un avant le petit déjeuner et les
autres vingt à trente minutes après le déjeuner et le dîner. De plus
grandes quantités peuvent être consommées sans risques par des
personnes en bonne santé. Il n'y a pas de limites à la façon d’uti­
liser le kombucha, et plus vous aurez d'expérience, plus vous
aurez de bons résultats. Buvez à votre santé !

LE PROCESSUS DE FERMENTATION CONTINUE


Après ma première parution sur le kombucha, j'ai reçu une
quantité de commentaires et de questions de gens d'Europe de
l'Est et d'Europe centrale. Ils se rappelaient que leur mère ou
leurs grand-mères avaient un grand récipient de dix à vingt litres
entreposé dans un endroit chaud. Ils buvaient l'infusion chaque
fois que nécessaire, et de temps à autre le récipient était rempli
de quatre à cinq litres de thé sucré. C'était une forme de fermen­
tation continue. Des rajouts peuvent être faits avec différents thés :
les enfants, par exemple, aiment bien un mélange de thé au cas­
sis. Je n'ai jamais entendu parler d'aucun problème avec ce type
de fermentation. Dans des pays où la consommation de kombu­
cha se perpétue depuis des générations, les enfants le boivent
sans restriction.
Après avoir lu cela, j'ai aussitôt acheté un grand récipient avec
un robinet placé à quelques centimètres au-dessus du niveau du
fond, si bien que les dépôts de levure ne seraient pas vidés. J'ai
découvert que les ouvriers russes et polonais avaient apporté ce
système avec eux dans les régions de l'est de l'Allemagne. Des
réfugiés de guerre l'ont aussi apporté en Occident.
La fermentation continue, outre le fait qu'elle est plus facile,
présente l'avantage de ne pas réagir trop vite aux variations de
température en raison de la quantité de liquide. Un grand réci­
pient peut aussi être équipé de plaques chauffantes, comme cela
se fait pour la fermentation de la bière. De par ma propre expé­
rience je peux dire que le système de fermentation continue est
idéal pour une fabrication domestique du kombucha.

QUELQUES QUESTIONS FREQUENTES A PROPOS DE


LA FABRICATION DU KOMBUCHA, compilées par un
buveur et producteur de kombucha en Angleterre :
Combien de temps dois-je attendre avant de boire mon
kombucha ?
Une semaine après infusion est une bonne moyenne. Six à
huit jours après avoir mis en conservation votre récipient de
kombucha dûment couvert, goûtez le thé. Il ne doit être ni trop
sucré, ni trop amer. S'il est trop sucré, laissez le fongus fermen­
ter un ou deux jour de plus. Si le goût est plutôt amer, alors lais­
sez le prochain kombucha fermenter un jour de moins. Vous pou­
vez néanmoins boire le thé, il vous sera toujours salutaire même
si vous ajoutez de l'eau ou du jus de fruits !
Quelle est la bonne température pour le champignon ?
Le champignon du kombucha affectionne la température uti­
lisée pour la fermentation du vin ou de la bière. Pour cette raison,
si votre pièce est froide (en hiver, par exemple), il peut être avan­
tageux d'utiliser des systèmes de chauffage pour la fermentation,
comme ce qui peut s'acheter dans les magasins et les caves. En
été, la température ambiante est bonne. Un placard-séchoir est
l'endroit courant pour placer la fermentation. Toutefois, si le ré­
servoir d’eau chaude n'est pas bien isolé, la température risque
d'être trop élevée. Une chaleur de 23 à 28 degrés est convenable.
Comment savoir si ça a marché ?
D’abord, ne soyez pas surpris si le fongus coule tout au fond.
Il génère du dioxyde de carbone sous lui à mesure qu'il trans­
forme le thé, et il a besoin d’un peu de temps pour amasser suf­
fisamment de gaz et de bulles pour remonter à la surface. Au
bout de quelques jours vous remarquerez une odeur de vinaigre
et la formation d'une membrane transparente au-dessus du fon­
gus ; tout va bien : le nouveau fongus est en formation.
Que se passe-t-il si j'endommage le champignon ?
Le fongus est très résistant, et même déchiré ou amputé, il
produit sans cesse une couche supplémentaire. Elle sera plus
mince au-dessus de la partie endommagée mais elle retrouvera
son épaisseur au bout de quelques générations. Si le gaz accu­
mulé sous le champignon pousse cette fine couche au-dessus de la
surface du thé, soulevez-le pour laisser le gaz s'échapper ; cela
ramènera la fine membrane en contact avec le liquide et favori­
sera une croissance plus uniforme.
Que se passe-t-il lorsque je pars en vacances ?
Le fongus kombucha est un dur à cuire. Placé dans son thé et
au réfrigérateur il attendra trois à six mois, tout content. Il vaut
cependant mieux le laisser bien plat et s’assurer qu'il a un peu
d'air dans son récipient pour respirer.
Comment produire d'autres cultures pour ses amis ?
Un kombucha produira aisément des rejetons dans un fond de
thé (un à deux centimètres). Vous pouvez ainsi produire d'autres
kombuchas sans utiliser beaucoup de sucre et de thé, et sans
produire de grandes quantités de boisson. Le thé au kombucha
qui en résultera peut cependant être un peu trop amer ; préparez
donc au moins un récipient avec la quantité habituelle de li­
quide.
Une fois que vous avez plusieurs galettes de fongus vous pou­
vez les réfrigérer successivement, il suffit de les empiler dans un
récipient contenant un peu de thé. Les rejetons du kombucha ne se
battent pas entre eux, ils vivent très bien ensemble ! Tous les
champignons peuvent être maintenus actifs en effectuant une ro­
tation, ainsi vous aurez toujours des champignons sains et actifs à
distribuer quand on vous en fera la demande.
Quel effet la consommation du thé aura-t-elle sur ma
santé ?
Les effets de la consommation du thé varient d'une personne
à l'autre mais, en général, le thé agit d'une manière douce et réé­
quilibrante et aide le corps à se soigner lui-même en trouvant sa
voie de guérison.
En règle générale, plus vous êtes en contact avec votre corps,
plus grands seront les effets remarqués. Vous pourrez ressentir de
la chaleur, une meilleure vision, une détente générale, une libéra­
tion de votre énergie. Une sensation générale de bien-être est
souvent ressentie. Le nombre de rhumes que vous avez habituel­
lement peut être diminué. Les personnes âgées font souvent état
d'une amélioration de leur mobilité et d’une diminution des dou­
leurs articulaires persistantes.
Si votre corps est déjà très libre et détendu et votre énergie forte,
il se peut que vous ne remarquiez pas ces effets. Vous aimerez
alors le kombucha en tant que boisson délicieuse, rafraîchissante,
légèrement pétillante, bénéfique, et qui vous aide à vous mainte­
nir en forme.

LES PROBLEMES PROVENANT DE


LA FERMENTATION DU KOMBUCHA
Avec tout fongus vivant des accidents peuvent survenir, qui
peuvent s'avérer dangereux et même fatals pour l'organisme. Si
la température n'est pas régulée, ou si le fongus a été entreposé
pendant longtemps, il peut se recouvrir d’une couche visqueuse.
Si cela se produit il faut alors le nettoyer avec du jus de citron ou
du vinaigre de vin, et il pourra être utilisé à nouveau. La situa­
tion est plus délicate si le fongus se met à moisir. Une tempéra­
ture trop basse ou un environnement insuffisamment propre peu­
vent en être la cause et, dans ce cas, jetez la boisson et nettoyez le
fongus comme indiqué ci-dessus. Les 10 % habituels pour démar­
rer une nouvelle fermentation devront alors être pris ailleurs. Si
aucun autre breuvage n'est disponible, placez le fongus dans le
thé préparé avec le sucre et ajoutez deux cuillerées de vinaigre
(ou mieux, du vinaigre de kombucha). La boisson doit avoir une
odeur aigre au bout de quelques jours ; cela signifie que le fon­
gus fonctionne. Il ne doit pas avoir d’odeur de moisi. Dans les
régions où la mouche à vinaigre (Drosophilia fenesarum) est
active, il est très important de couvrir la boisson avec un linge de
mousseline fixé par un élastique afin d’éviter que la mouche n'y
ponde. (Meixner).
Le fongus est toujours un peu visqueux mais ne le nettoyez
que lorsque cela est nécessaire, par exemple après une longue
conservation ou lorsqu’il est moisi. Une fois, j'ai vu un fongus
avec lequel les résultats étaient mauvais. La personne avait appa­
remment tout fait comme il fallait mais, chez le fournisseur (dans
la ville voisine), je vis que le liquide avait été stocké dans un réci­
pient de vingt-cinq litres au goulot étroit, rempli jusqu'à ras bord
et couvert d’un linge qui touchait le fongus. Celui-ci n'avait tout
simplement pas assez d'air pour fonctionner normalement. Même
en doublant le temps de fermentation, la boisson restait trop
douce, et elle n’avait pas de bons effets sur la santé. Chez le four­
nisseur précédent les choses n'allaient pas bien non plus : au
cours des cinq derniers mois l'infusion avait été faite avec seule­
ment vingt grammes de sucre par litre. Toutes ces cultures sont
revenues à des performances normales. A deux d'entre elles j'ai
ajouté de la boisson du commerce, et pour une troisième j'ai uti­
lisé un thé noir deux fois plus fort avec double de sucre, et je l'ai
laissée fermenter jusqu'à ce qu'elle devienne très amère. La fer­
mentation normale a alors pu rependre et donner de bons résul­
tats. (Voir aussi page 47 La conservation du kombucha).
NB : Une culture morte ou en cours de guérison ne peut fonction­
ner correctement et n’aura pas de bons effets sur la santé.

LA NICOTINE:
UN POISON MORTEL POUR LE FONGUS
La fumée de tabac tue le fongus. Des gens m'ont souvent télé­
phoné pour me dire que leur fongus ne fonctionnait plus, et dans
50 % des cas quelqu'un fumait dans la pièce où le fongus fer­
mentait. Le fongus né tolère pas la fumée de cigarette. Si de la
fumée de feu de bois se produit occasionnellement, le fongus
peut survivre ; le breuvage prendra néanmoins un goût de fumée
que l'on retrouvera dans les boissons suivantes.
Le tabac est un exemple des produits nocifs que l'homme peut
développer à partir de la nature toutefois, les effets négatifs du
tabac peuvent devenir un avantage avec une infusion de tabac
pulvérisée dans votre jardin comme répulsif à insectes. Mais en
aucun cas le tabac ne doit être stocké dans un récipient alimen­
taire, ni infusé par erreur car boire l’infusion pourrait causer la
mort. Ceci est arrivé lorsque j'étais enfant : un de nos voisins
faisait pousser du tabac dans son jardin et conservait les feuilles
sèches dans sa cuisine. La famille, qui avait une grande variété d'in­
fusions, utilisa le tabac par erreur et cela eut des conséquences
fatales.

UN FONGUS DE COTE EN CAS D'URGENCE


Comme tout autre organisme vivant, le kombucha peut déve­
lopper des problèmes qui le rendent impropre à l'utilisation ou
qui le tuent. Il est alors sage d'avoir un fongus de côté (au réfri­
gérateur) pour assurer la continuation du thé au kombucha. Ce
fongus en réserve doit être un spécimen sain, qui a produit de
bons résultats, et il sera placé dans un récipient hermétique avec
environ 1/4 de litre d'infusion au kombucha. Le liquide de fer­
mentation deviendra très lentement aigre au réfrigérateur, et au
bout de trois à six mois il sera aussi acide que du vinaigre.
Lorsque vous démarrerez une nouvelle fermentation avec ce fon­
gus et ce vinaigre, vous constaterez que le processus de fermen­
tation est accéléré et que le fongus forme beaucoup plus rapide­
ment une nouvelle couche.

QUE FAIRE SI LE FONGUS S'EPUISE A


SE REPRODUIRE ?
Cela peut arriver à tout éleveur de kombucha : le fongus se
fatigue en raison de quelque anomalie dans son environnement,
perd de sa force et fait fermenter lentement le thé. Bien que le
fongus fonctionne toujours, la boisson aura un goût plat.
L'infusion doit alors être continuée avec du thé vert. De plus, on
aura avantage à restaurer le fongus fatigué en utilisant l’infusion
d’un autre fongus très actif. (Perko).

LE KOMBUCHA, UNE BOISSON ALCOOLISEE ?


Lorsque vous faites infuser deux litres de kombucha, le sucré
fermente et cela produit de l'alcool. La quantité d'alcool dépend
de la température et de la quantité de sucre. Avec un minimum
de 50 grammes de sucre la boisson titrera 0,1% d'alcool au bout
de 14 jours, et environ 0,3 % au bout de 21 jours. En utilisant
de plus grandes quantités de sucre (200 grammes) la boisson
atteindra 2 % d'alcool au bout de 14 jours mais elle aura alors
pris un goût très aigre et sera pratiquement imbuvable. Une
quantité de sucre idéale (160 grammes) et un temps de fermen­
tation de six à dix jours produisent un pourcentage d'alcool très
faible. Le pasteur Weidinger rapporte que le kombucha comporte
très peu d'alcool, de l'ordre de 0,5 %. La boisson peut donc être
donnée en bonnes quantités aux enfants et adolescents - les mu­
sulmans et les bouddhistes la boivent sans inquiétude. "Les
alcooliques désintoxiqués n'ont pas à craindre le faible degré
d'alcool." L'Armée du salut utilise le kombucha pour aider les
alcooliques.
Dans ce contexte, la lettre de Mme M. T. est intéressante : « J'ai
goûté le kombucha avec du cassis, et c'était très bon. Je n'ai plus
besoin de prendre un verre d'alcool pour me détendre lorsque je
rentre du travail. Le kombucha est bien mieux : il ne cause ni
maux ni douleurs, et n'èmpêche pas de dormir. ».

PEUT-ON MANGER LE FONGUS ?


Cette question revient sans cesse et je me demande pourquoi
on veut manger le fongus car c'est dur comme du cuir, visqueux,
et je ne trouve pas cela très appétissant. Quoiqu'il en soit, le fon­
gus n'est pas toxique.
Dans la littérature concernant le kombucha j'ai trouvé une
seule référence à la consommation du fongus : le professeur Lind-
ner, chercheur allemand, avait remarqué que cette masse glissante
passait facilement le long des parois des intestins et aidait à gué­
rir de la constipation. (Reportez-vous aussi à la page 109 Le kom­
bucha dans la médecine vétérinaire). Le fongus a lui-même toutes
les propriétés curatives du breuvage, et sous une forpie très
concentrée. Un extrait pressé du fongus est parfois vendu dans
les magasins de diététique. Si l'extrait est un médicament sous
forme concentrée, pourquoi, alors, ne mangerait-on pas le fongus
si on le trouve appétissant ?
DUREE DE VIE DU FONGUS
Dans les conditions optimales, le fongus dure plusieurs mois.
Il forme constamment de nouvelles couches en surface, et en
revanche les couches du dessous périssent. C'est un cadeau qui
peut se transmettre de génération en génération si l’on en prend
bien soin.

LE KOMBUCHA : UN EXTRAIT CONCENTRE POUR


LES DIABETIQUES OU POUR PARTIR EN VOYAGE
Vers la fin des années vingt, Wischofski et Herrmann, qui fai­
saient des recherches sur le kombucha, l'ont produit sous forme
concentrée. L'idée était de réaliser un produit pur et disponible
avec une certaine uniformité afin de faire des comparaisons
durant la recherche. Connu sous le nom de "gouttes de kombu­
cha" ou "Kombuchal", ce produit fut breveté en Allemagne et
disponible en pharmacie. Les gouttes étaient fabriquées en dis­
tillation sous vide de la culture liquide. A l’exception de l'alcool
et de l'acide acétique, le Kombuchal avait tous les composants du
kombucha normal. D'après les archives de la clinique de Prague,
il était démontré que tous les tests offraient des résultats positifs
concernant le vieillissement et l'occlusion artérielle.
L'idée de presser le fongus kombucha vint de son plus célèbre
chercheur, le docteur Sklenar lui-même. Les produits qui en
résultèrent furent nommés "gouttes de kombucha Dl" (DI étant
la dilution homéopathique de 1 sur 10) et "teinture au kombu­
cha". Avec les gouttes il réalisa des guérisons qui lui donnèrent
une réputation jusque bien après sa mort. Les personnes qui veu­
lent profiter des effets revitalisants et digestifs du kombucha
devraient emmener l'extrait de kombucha lorsqu'elles voyagent
(il est aussi utile en cas de mal des transports).
Bien que les experts affirment que le kombucha n'a pas d'ef­
fets secondaires indésirables pour les diabétiques, je suggère
d'utiliser de préférence les produits les plus aigres. Les gouttes
au kombucha ou l'extrait pressé sont des formes hautement
concentrées des éléments qui se trouvent habituellement dans la
boisson. Les fabricants recommandent, pour l'adulte, 15 à 20
gouttes dans de l'eau, trois fois par jour.

CONSERVER LE KOMBUCHA APRES FERMENTATION


La boisson au kombucha est vivante, d'où ses effets bénéfiques
et énergétiques. La fermentation du kombucha se produit plus
rapidement à température ambiante et ralentit considérablement
dans le réfrigérateur. Si on le laisse fermenter trop longtemps
cela donne un breuvage amer, qui est toujours bon pour la santé
mais pas toujours du goût de tout le monde. Cette boisson amère
est souvent utilisée lors de régimes amaigrissants.
Il faut prendre garde aux bouteilles stockées trop longtemps
car l'accumulation de gaz peut les faire exploser.
Les boissons au kombucha que l'on trouve dans certaines bou­
tiques de diététique peuvent avoir un goût très amer, ce qui est
un bon indice qu'elles ne contiennent pas de conservateur et qu'elles
n'ont pas été frelatées. La valeur nutritive de cette boisson est
aussi bonne que celle d'une fabrication maison. Il est possible
que, la première fois, un kombucha du commerce ou trop infusé
soit déplaisant et trop amer pour certains palais. Le kombucha
doit avoir un goût agréable (à l'exception de certaines combinai­
sons d'infusions), et par expérimentation on peut obtenir une
gamme illimitée de saveurs. Suivant le temps de fermentation le
liquide sera clair ou trouble, et après quelque temps la levure se
déposera au fond. Ce dépôt de levure peut être, soit consommé,
soit filtré avec un linge. On prélèvera 10 % du liquide pour démar­
rer une nouvelle fermentation, et le reste pourra être mis en bou­
teilles bouchées en prenant soin de laisser un espace d’air suffi­
sant pour éviter l’explosion.
DOSAGE : QUELLE QUANTITE PEUT-ON BOIRE ?
Le pasteur Weidinger a consommé le kombucha pendant plus
de cinquante ans, pur ou avec des infusions provenant de pays
tels que Formose ou Taïwan. A la question du dosage il fait la
réponse suivante : « Tous les remèdes naturels produisent la vie.
Des organismes vivants pénètrent notre corps, sont absorbés,
intégrés et triés au travers de notre circulation sanguine. Lorsque
je bois quelque chose ce n'est pas seulement "j'ouvre grand et ça
descend" ! Non ! Il se produit beaucoup plus que cela. En premier
lieu, le breuvage devient partie intégrante de moi-même. Je réagis
habituellement d'une façon contraire à ce à quoi je m'attendais.
Tout d'abord, le kombucha aura une influence sur notre âme, sur nos
sentiments : nous nous sentirons heureux, détendus, contents.
Puis notre conscience réagit ; cette capacité à absorber. Nous
avons plus de facilité à nous concentrer, à prendre des décisions,
et moins tendance à oublier des questions importantes puisque la
boisson influe sur notre activité intellectuelle, sur notre intelli­
gence. Enfin, et ce n’est pas le moindre, notre corps va réagir.
Quelle est donc la meilleure façon de boire le kombucha ?
Chaque individu doit découvrir sa propre réponse puisque cha­
cun réagit différemment et ressent les choses différemment. Vous
êtes un individu, et avec vous tout fonctionne à votre manière.
Seule la base a été installée par notre Créateur. Vous faites tout
différemment des autres. Beaucoup de choses peuvent etre simi­
laires mais tout ne sera pas identique. Il est très important de tenir
compte de ce fait lorsqu'il faut déterminer la quantité de kombu­
cha à boire.
« Après consultation d'un docteur vous devrez peut-être boire
un huitième de litre par jour après le repas de midi pour faciliter
la digestion. Cela devra être basé sur un programme précis in­
cluant des temps de repos. »
Une lettre circulaire distribuée avec le kombucha mentionnait
de possibles effets secondaires négatifs.
« Une détoxification rapide peut provoquer des gênes chez
certaines personnes si une trop grande quantité de thé est prise au
début du traitement. Augmentez lentement les doses, semaine
après semaine, en commençant par six cuillerées par jour en plu­
sieurs prises. Avec deux cuillerées prises trois fois par jour les
gênes peuvent généralement être évitées. Les effets indésirables
possibles sont les maux de tête, les maux d'estomac, la nausée, la
fatigue, les vertiges, la diarrhée, la constipation, les boutons, les
rougeurs et les gaz. Toutefois, ce sont des effets temporaires, ils
durent entre un jour et une semaine environ pour un sujet sain.
Les personnes gravement atteintes pourront connaître une crise
de guérison si elles boivent trop de kombucha trop tôt ; elles
pourront commencer par une quantité réduite - une à deux
cuillerées trois fois par jour - et l'augmenter petit à petit. Les
effets du kombucha se font d'abord sentir sur la partie la plus
faible du corps, puis sur celle juste un peu moins faible, et ainsi
de suite. »
LES PROPRIETES DU KOMBUCHA PEUVENT
CHANGER
1. La culture peut changer et cesser de fonctionner correcte­
ment. Si, après un certain temps, l'infusion a toujours un goût
sucré, c'est que la culture ne fonctionne plus. Cela peut se pro­
duire quand la culture a été exposée à une chaleur excessive,
comme par exemple pendant un transport ou sur une cuisinière
(je connaissais une personne qui avait placé l'infusion sur le feu
pour mieux contrôler la température !). Voir aussi page 30 Quelques
questions fréquentes.
2. Le type de thé utilisé ne convient pas (thé vert, infusion,
etc.). Cette partie de la préparation du kombucha est celle qui
engendre le plus de problèmes. A mon avis, les effets secondaires
négatifs ne sont pas dûs à la culture elle-même mais peuvent pro­
venir des ingrédients additionnels et du processus de fermenta­
tion. Les plantes, thés vert et noir inclus, sont transformées lors
de l'infusion. Leurs propriétés sont amplifiées durant la fermen­
tation et plus facilement assimilées et utilisées par le corps. (Voir
aussi page 62 Le raffinement des infusions par la fermentation du
kombucha.)
3. La quantité de sucre utilisée, le temps de fermentation, la tem­
pérature moyenne de fermentation et la durée et la température
de conservation en réfrigérateur après la fermentation principale
peuvent avoir, isolément ou ensemble, un effet sur les propriétés.

MELANGES DE THES
Les boissons au kombucha les plus populaires sont celles qui
contiennent des mélanges de thés accommodés selon le goût,
pour l'infusion et la fermentation (voir page 63 Quelles plantes
conviennent à la fabrication du kombucha ?). Certaines per­
sonnes ajoutent des fruits à l'infusion deux jours avant la fin de
la fermentation. Ceci, non seulement améliore le goût, mais ajoute
des vitamines et toutes les autres propriétés des fruits - ou végé­
taux - qui ont été ajoutés. Lorsqu'un fruit de saison est utilisé, il
doit être soigneusement lavé et broyé au mixer de cuisine. Une
forte fermentation se déclenche peu après l'ajout des fruits. Le
résultat est délicieux. Avez-vous goûté du kombucha à la fram­
boise ? à la mangue ? à la fraise ? Vos invités l'aimeront, des
plus petits aux plus grands.
Pour répondre à un nombre incalculable de questions, je dirais
que je n'ai trouvé que quelques effets négatifs. Ce sont :
La constipation (un cas). Du thé noir était utilisé, et le temps
de fermentation n'était pas assez long (la boisson était encore très
sucrée). Etant donné que le thé noir peut provoquer une consti­
pation chez certaines personnes, un mélange de bourdaine, de
fleurs de sureau et de framboise fut utilisé à la place, avec de
bons résultats.
Hypertension artérielle (un cas). Du thé vert était utilisé. Un
mélange contenant de l'aubépine et d'autres plantes lui a été sub­
stitué avec succès. (Voir aussi page 92 Hypertension)
Candida albicans (quelques cas). Dans ces cas, trop de boi-
son avait été prise en trop peu de temps. (Voir aussi page 100
Candida albicans.)
Les choses ont plusieurs aspects. La plupart des gens ont d'ex­
cellents résultats avec le kombucha mais il existe toujours une
légère probabilité que quelques-uns connaissent des réactions
négatives, quelle qu'en soit la raison. Pour tester les effets néga­
tifs possibles du kombucha j'en ai bu deux à trois litres par jour
pendant six semaines. Au bout de ce temps j'allais très bien, mais
cela ne veut pas dire que tout le monde peut en faire autant. Le
système d'essais et d'erreurs est le seul valable.

LES EFFETS DE LA CONSOMMATION


A LONG TERME
Je crois que rien ne doit être poursuivi à long terme, car le corps
finirait par s'y habituer et les effets attendus ne se produiraient
plus. Des tests ont montré qu'un traitement aux vitamines est
beaucoup plus efficace sur des périodes courtes que s'il est adopté
de façon continue (c'est aussi beaucoup plus économique). Dans
la plupart des foyers où le kombucha est consommé depuis des
décennies, les gens font souvent une interruption occasionnelle
d'une à deux semaines. S'ils sont stressés, ou si un virus est dans
l'air, ils reviennent au kombucha.
Pendant combien de temps peut-on boire du kombucha ? Le
pasteur Weidinger rapporte qu'il a une fois reçu la lettre suivante :
J'ai reçu d'un ami une culture de kombucha et j'ai déjà commencé
la fermentation. Est-ce que cette boisson est destinée à une con­
sommation permanente, ou dois-je arrêter de temps en temps ?
Comment puis-je conserver la culture vivante si je ne l'utilise pas ?
Sa réponse fut :
La durée de toute thérapie dépend de ce qui la motive. Si je
veux simplement vivre une vie plus saine je recommanderais de
trois semaines, à raison d'un verre par jour avant le petit déjeu­
ner et en commençant de préférence après une pleine lune et en
finissant une semaine avant la pleine lune suivante. Si je veux
traiter un problème spécifique, comme un trouble intestinal, des
rhumatismes, la goutte, ou renforcer le foie ou purifier le sang,
je recommanderais trois huitièmes de litre (trois verres à vin),
par jour pendant une période de trois à six mois, puis d'arrêter
pendant un mois et de reprendre. Un usage permanent n'est pas
recommandé car le corps a besoin d'un temps de repos entre
chaque traitement afin de tirer profit de l'aide apportée. Si l'on
ménage un arrêt entre les traitements, l'utilisateur sentira bien
mieux les effets lorsqu'il recommencera.
Il s'agit de la "théorie de l'interruption", qui est maintenant
recommandée par nombre d'experts du kombucha afin de per­
mettre au corps de rétablir un nouvel équilibre.

LA TRANSFORMATION DU SUCRE
DANS LE KOMBUCHA
En lisant dans la recette qu'il faut utiliser 160 grammes de
sucre pour 2 litres de thé, beaucoup de gens concernés par les
questions de santé restent sceptiques. Tant de ce sucre pernicieux ?
La réponse est facile : OUI ! La culture du kombucha demande
du sucre pour fermenter et rester vivante. Au travers du proces­
sus de fermentation le sucre se transforme en acide lactique et
en alcool ; avec moins de 50 grammes par litre le fongus sera
anémié.
Le pasteur Weidinger répond à cette question de la façon sui­
vante :
Le sucre en tant que tel peut provoquer des troubles sanguins
et des états dépressifs. Notre société le rejette comme édulcorant
depuis des années. De nombreux experts s'accordent pour dire
que la consommation constante de sucre a des effets négatifs sur
la qualité du sang, pouvant provoquer un dysfonctionnement du
foie et, par conséquent, une altération de l'humeur et du caractère.
Qu'en est-il alors de l'utilisation du sucre dans le kombucha ?
Comme le sucre utilisé dans le kombucha est entièrement trans­
formé, il ne peut y avoir d'effets négatifs de cette catégorie.
Récemment, une personne a essayé, Coca à la main, de me
convaincre des mauvais effets du sucre dans le kombucha. Elle a
eu du mal à croire que, dans chaque Coca qu'elle buvait, il y avait
sept petites cuillerées de sucre (non fermenté !) et aussi 32 mg de
caféine !
Ce graphique montre la
4 transformation du sucre
dans une boisson faite
à partir de thé noir.
Il devient d'abord du
glucose qui entre
ensuite en réaction
avec le thé pour
produire les acides
organiques salutaires, ce
qui donne une boisson
qui ne devrait pas être
particulièrement sucrée.
La durée de ce
processus dépend
de la température
ambiante.
(C ette rech erch e a é té
conduite p ar le d octeur
Jurgen Reiss e t fut
publiée en 1987 dans
la revue d e nutrition
allemande
Lebensmittelrunscha.)

Tem ps de ferm entation (en |oun).


MIEL PLUTOT QUE SUCRE ?
L'utilisation du sucre continue d'être un sujet d'inquiétude
pour beaucoup de personnes attentives à leur santé, mais le fait
est que le fongus a besoin du sucre pour survivre, celui-ci fer­
mentant en composants "sains". Avec des édulcorants artificiels
le fongus finira par être anémié et mourir ; l'effet du miel sur le
fongus peut également être préjudiciable et le conduire à la mort.
Le sucre est essentiel pour le processus digestif du fongus. C'est
aussi la raison pour laquelle la quantité de sucre ne produit pas
nécessairement de différence dans le goût une fois que le pro­
cessus de fermentation est achevé. Avec plus de 190 grammes
par litre la quantité de sucre restant après fermentation sera trop
élevée, cela pourrait poser des problèmes aux personnes diabé­
tiques ou souffrant d'un cancer ou de troubles gastriques ou in­
testinaux.
Il y a quelques années j'ai moi-même fait des essais avec du
miel ; le fongus s'est épuisé et est mort doucement. J'étais donc
surpris d'apprendre, lorsque j'ai rencontré M. Perko (The Way of
Life Sancîuary au Queensland), qu'il avait réussi de la boisson au
kombucha en utilisant du miel au lieu de sucre. De toutes les per­
sonnes que je connais, M. Perko est celle qui a réalisé le plus
d'essais de plantes à infuser pour le kombucha. Il dirige d'autres
expériences pour évaluer les effets des différents types de pollens
du miel sur la culture du kombucha. Dans ses mélanges de plantes
à infusion testées il y avait toujours du sureau, et l'infusion de
fleurs de sureau peut être utilisée pour démarrer un fongus de
kombucha. Le sureau a la particularité de conférer au kombucha
le caractère du champagne, ce qui est un exemple des nom­
breuses variétés possibles de kombucha - cet homme est vrai­
ment d’une extraordinaire habileté. Pour une utilisation normale,
néanmoins, je déconseille vivement l'utilisation de miel dans
l'élaboration d'une boisson au kombucha.
Si vous décidez malgré tout d'utiliser du miel pour faire du
kombucha, il est important de maintenir une température de 28
degrés - c'est pourquoi des expériences dans la province tropica­
le du Queensland se sont avérées positives. Mme J. G. a inventé
une méthode simple qui a très bien fonctionné pendant longtemps :
elle utilise le miel une fois sur deux, si bien que le fongus fer­
mente une semaine avec le miel et une semaine avec le sucre. Avec
plusieurs récipients fermentant en permanence elle a toujours
une infusion au miel, et mélangée à l'infusion ordinaire elle
donne une boisson d'un très bon goût.
M. Bill Corrigan, du Queensland, a aussi fait un rapport de ses
observations et expériences avec le kombucha édulcoré au miel :
Mon esprit rationnel ne pouvait accepter le jugement porté sur
le miel, surtout lorsque l'on sait que le sucre de canne n'est deve­
nu prépondérant que récemment, il n'était pas utilisé ni même
connu dans la plupart des cultures quifabriquaient le kombucha.
Les seuls problèmes que j'ai eus se sont produits lors des mois
les plus froids, quand la température varie. Lorsque la tempéra­
ture est uniformément chaude, aucun problème. Je fais toujours
séparément des infusions de thé vert et d'autres plantes, je laisse
le mélange refroidir à température ambiante et ce n'est qu'alors
que j'ajoute le miel. Ainsi les enzymes ne se détruisent pas dans
le liquide chaud. La quantité de miel : pas moins de quatre
cuillerées par litre, si possible plus.
Bill utilise des plantes fraîches de son propre jardin comme
l'ortie, le pissenlit, l'achillée et le sureau, qu'il ajoute à l'infusion
deux ou trois jours avant la fin de la fermentation. Il conserve le
kombucha en bouteilles pendant deux mois et demi à températu­
re ambiante (au Queensland). Il constate avec plaisir que le goût
s'améliore avec l'âge, sans prendre d'amertume.
Dans les régions plus froides, des récipients à température
contrôlée sont nécessaires si on utilise le miel. C'est la raison
pour laquelle mes propres essais n'ont pas obtenu les résultats
escomptés. C’est aussi pour cela que les commentaires venant de
pays plus froids donnent un "non" catégorique à l'infusion au miel.

VINAIGRE DE KOMBUCHA
Il est certainement arrivé à beaucoup de fabricants de kombu­
cha d'oublier une infusion et de la laisser fermenter pendant des
semaines. Le résultat est un vinaigre de kombucha qui peut être
utilisé comme tout autre vinaigre, mais qui peut aussi servir à
nettoyer le fongus si celui-ci venait à moisir.

LA CONSERVATION DU KOMBUCHA
Si vous prenez bien soin de votre fongus vous aurez, toute
votre vie, la joie et la satisfaction d'en tirer beaucoup de bénéfices
pour votre santé. Le fongus lui-même est un élément très stable.
A une température de plus de 18 °C il fermentera, pour peu qu'il
ait suffisamment de sucre et d'oxygène. Si vous avez trop de fon­
gus ou si vous partez en vacances vous pouvez les conserver au
réfrigérateur, dans environ 1/4 de litre de leur propre liquide et
avec suffisamment d’air. Le fongus tombe alors dans une sorte
d'hibernation et il est possible de le conserver sans problèmes
pendant trois mois.
Il n'est pas certain que le fongus puisse être congelé. Certains
experts disent qu'il n'y a pas de problème lors de la congélation
mais d'autres, comme le docteur Meixner, soutiennent que les
cristaux de glace sont préjudiciables. Des essais ont peut-être été
menés sur différentes cultures. Pour ma part je ne vois pas pour­
quoi le fongus devrait être congelé puisqu'il peut survivre pen­
dant un temps considérable au réfrigérateur.
Une autre façon de conserver le fongus est le séchage, surtout
avant expédition puisque les récipients habituels qui servent à
conserver le fongus sont susceptibles d'être cassés pendant le trans­
port et de couler. Le fongus séché est très léger et peut être aisé­
ment envoyé par avion. La meilleure température de séchage est
33 °C. Un séchage direct au soleil ou au micro-onde tuera le fon­
gus. Des déshydratants du commerce que l'on utilise habituelle­
ment pour les fruits et autres aliments sont parfaits. Lorsque vous
démarrez une fermentation avec un fongus séché, utilisez un
demi-litre de thé deux fois plus infusé pour le premier bain au
lieu de la concentration normale.
Voici une suggestion de recette :
Ingrédients :
- 1 litre d'eau ;
- 160 grammes de sucre ;
- 2 cuillerées ou 2 sachets de thé noir ou vert ;
- un fongus séché ;
- si possible, 200 ml de boisson au kombucha du commerce,
ou une cuillerée (15 ml) de vinaigre bouilli.
Préparation :
Versez le sucre dans l'eau qui chauffe et remuez jusqu'à dis­
solution. Lorsque l'eau bout, retirez du feu et versez sur le thé.
Laissez infuser dix à quinze minutes.
Laissez tiédir le thé et versez en filtrant dans un récipient de
verre, porcelaine ou faïence. Ajoutez le fongus séché.
Ajoutez la boisson au kombucha du commerce, si vous en
avez, ou une cuillerée de vinaigre. Couvrez et conservez dans
l'endroit habituel, en vous assurant d'avoir laissé un .espace de
trois à cinq centimètres entre le fongus et le haut du récipient.
Une température de 23 à 28 °C doit être maintenue la pre­
mière semaine. Laissez fermenter cette première infusion pen­
dant au moins quinze jours, jusqu'à ce qu'elle soit vraiment
amère. Avec cette boisson on peut démarrer une deuxième infu­
sion, qui sera alors de deux ou trois litres. Vous trouverez de plus
amples détails sur d'autres méthodes de préparation pages 25 à
29 (Faire fermenter votre propre kombucha).

KEFIR, YOGHOURTS ET CULTURES ASSIMILEES


On me demande sans cesse si le kombucha peut être comparé
au kéfir ou à la culture de gingembre. Avec le kéfir, le koumis ou
le yoghourt, les cultures sont utilisées pour la fermentation du
lait. La plus populaire de ces trois cultures est le yoghourt, qui
est entré dans les mœurs depuis plus de cinquante ans. Le
yoghourt nature (sans ajout de fruit ou d'arôme) peut facilement
être produit chez soi, les micro-organismes du yoghourt (Lacto-
bacillus bulgaricus et streptococcus thermopilus) font fermenter
le lait en trois heures à 44 °C, et des fruits peuvent alors être ajou­
tés si on le souhaite.
On m'interroge aussi incessamment sur la culture de gin­
gembre utilisée dans la fabrication de la bière de gingembre (gin-
ger beer/ale). Ma recherche montre que la bière de gingembre
était, il y a des années, brassée dans des tonneaux de bois et qu'une
écume blanche sur le dessus ajoutait au goût. Avec les méthodes
de brassage modernes, la bière de gingembre est fermentée avec
la levure de bière appelée Saccharomyces cerevisiae.
Le kéfir (parfois appelé tibi) est une autre culture similaire au
kombucha, qui utilise de l'eau pour sa préparation. Le kéfir
semble être originaire du Caucase. La culture consiste en de
petites boulettes d'un blanc transparent qui, une fois dans l'eau,
croissent rapidement. Le temps de fermentation est de deux à
trois jours environ et le taux de gaz augmente jour après jour.
Tout comme le kombucha, le kéfir a besoin de sucre pour sur­
vivre et des raisins secs et des dattes sont ajoutés pour favoriser
la fermentation et améliorer le goût. Le kéfir est aussi connu sous
le nom de "cristaux japonais" et "d'eau de kéfir", et est principa­
lement utilisé pour améliorer l'eau, et, partant, l'état de santé
général. Il favorise la détoxification du corps, ce qui favorise la
stabilité. La dose quotidienne recommandée est d'environ un litre.

LE THE KOMBU
L'usage du terme kombu en japonais est plutôt confus. Les
informations sur les effets bénéfiques du kombu-cha du Japon
(cha voulant dire "thé") sont probablement basées sur le thé du
kombu (l’Algue de la famille Laminaria). Le "thé kombu" est ré­
colté dans l'eau salée et n'a rien à voir avec le thé fermenté par le
fongus kombucha.
J'ai parlé du kombucha avec des Japonais qui utilisaient ce
terme pour le thé kombu d'eau salée, et je me suis rendu compte
du quiproquo.
Que l'on écrive kombucha avec un k ou avec un c n'a pas vrai­
ment d'importance. Dans les recherches intensives menées par
des savants renommés comme les docteurs Sklenar, Wiesner et
Cartens, il semble que l'orthographe "kombucha" prédomine. Dans
son livre Pilze selber züchten (Comment cultiver les champi­
gnons), le docteur Alex Meixner, expert allemand en bioculture,
écrit "combucha" - il fait également une mise en garde : il précise
que tous les produits au kombucha n'ont pas la même qualité.
Troisième partie

CO M M EN T A G IT LE FONGUS ?

LE FONGUS KOMBUCHA :
UN CENTRE DE PRODUCTION BIOLOGIQUE
Nous sommes à une époque où nous consommons de grandes
quantités de conservateurs, nous cuisinons avec des fours à
micro-ondes et nous utilisons d'autres procédés qui détruisent
l'énergie vivante de nos aliments. Il est important, pour la diges­
tion, de consommer vivants des micro-organismes et des bacté­
ries (même si ce n'est pas très agréable d'y penser !), et sans ces
minuscules collaborateurs microbiologiques, ni nous, ni les
plantes, ne serions capables de survivre. On compte par exemple
250 millions de bactéries dans un gramme de terre de jardin et le
vin et la bière n'existeraient pas sans micro-organismes. C'est un
miracle que ces collaborateurs invisibles puissent s'adapter aussi
facilement car ils s’en tirent pas mal dans notre époque chimique
à quelques trois cents additifs alimentaires - mais nous ne de­
vrons pas être surpris par l'apparition de nouvelles maladies et
allergies générées par ce bombardement de produits et d'additifs
étrangers !
Le pasteur Weidinger fait le commentaire suivant :
La reproduction ne se produit pas par les spores, comme pour
les cultures de levures conventionnelles. Le kombucha est un
lichen. Les lichens sont considérés comme la nourriture et les re­
mèdes les plus anciens de l'homme. Cette remarquable plante
formée de divers organismes est apparue il y a quelques 2,5 mil­
liards d'années. Ce fut d ’abord des algues qui ne sortaient pas de
l'univers océanique. Quand elles se sont répandues sur la terre
elles dépendaient d'un compagnon qu'elles trouvaient dans les
fongus (le mycel). Ils formèrent une relation de survie et évoluè­
rent vers un être unique, le lichen. Ce n 'est que sous cetteforme qu 'ils
purent survivre. L'algue fournit au fongus des nutriments orga­
niques, les hydrates de carbone. Le fongus a pourfonction de ser­
vir de réservoir d'eau contenant aussi des sels minéraux vitaux.
Il existe plus de 1 600 types de lichens. Le lichen de la manne
fournit de la nourriture pour l'homme, le lichen du renne fournit
de la nourriture pour l'animal. D'autres, comme la mousse irlan­
daise ou le lichen du poumon, sont des éléments constitutifs de
remèdes médicaux ou, comme la mousse du chêne, servent à la
fabrication de parfums. Les lichens contiennent de la force. Ils
semblent être des messagers de Dieu, venus d'un autre monde.
Bien qu'ils soient de types très variés, ils ont tous les mêmes
principes de base : les acides de lichens. Ce sont des compo­
sants vitaux du lichen qui revitalisent la matière vivante, les
minéraux et les éléments sous forme de simples traces. Là où il
y a des lichens, la vie est éveillée. Le fongus du thé kombucha est
plus qu'un simple fongus ; c'est la symbiose d'algues et de fon­
gus. Le kombucha est un lichen. Le thé au kombucha est la vie,
reçoit la vie, favorise la vie. Un lichen kombucha pleinement
développé forme une membrane gélatineuse solide, de même
diamètre que le récipient qui le contient.
L'expert en fongus, le docteur Meixner, note que le composant
important du kombucha est les levures tropicales Schizosaccharo-
myces pombe, Saccharomycodes ludwigii et Pichia fermentans.
La bactérie la plus importante dans la symbiose est apparemment
la minuscule bactérie du vinaigre, Acetobacter xylinum, qui crée
une masse visqueuse à partir de cellulose. Ces éléments bacté­
riens et fongiques sont liés dans le fongus du thé, et facilitant la
symbiose.
Le docteur Helmut Golz mentionne cinq bactéries actives
dans son livre Kombucha - an old tea health remedy (Le kombu­
cha, un ancien thé médicinal) :
- Acetobacter xylinum
- Acetobacter xylinoides
- Gluconobacter bluconicum
- Acetobacter aceti
- Acetobacter pasteurianum
et les levures suivantes :
- Schizosaccharomyces pombe
- des levures provenant de YApiculatus
- Saccharomycodes ludwigii
- Pichia fermentons
- Mycoderma
- des levures provenant des Torula.
A la différence des levures conventionnelles, les levures doubles
(Schizosaccharomyces) se multiplient en se divisant. Cela semble
expliquer pourquoi les personnes souffrant du Candida albicans
tirent profit d'une boisson au kombucha riche en levures (voir Frank
page 100).

LES CULTURES DE KOMBUCHA NE SONT PAS


TOUTES IDENTIQUES :
Y A-T-IL UN KOMBUCHA AUTHENTIQUE ?Il
Il n'y a pas de réponse précise à cette question. Les cultures
de kombucha existent sur la planète depuis des milliers d'années ;
ces fongus à thé sont cultivés dans des cuisines conventionnelles
et ont plusieurs stocks ou combinaisons de levures et de bacté­
ries. Je pense qu'une bonne comparaison est celle avec les pom­
miers. Dans un verger il y a vingt pommiers qui se ressemblent.
Lequel est le meilleur arbre ? On ne peut répondre à cette ques­
tion qu'au moment de la récolte. Certaines arbres donnent des
pommes acides, d'autres des pommes sucrées et d'autres des
pommes juteuses. La perpétuation se fera avec le meilleur. Le
pasteur Weidinger explique ce processus de sélection de la
manière suivante :
Seuls les meilleures mères animales et les meilleurs arbres
donneront de bons produits - une réalité dont tous les éleveurs
et cultivateurs sont conscients. L'important est de reproduire quel­
que chose de vivant qui a ses propres qualités et qui ne peut pas
être interchangé. Il en va de même pour la reproduction du fon-
gus kombucha. Seul un fongus kombucha grand, solide et bien
développé pourra être divisé.
Des recherches sur l'origine de la culture montrent qu'elle a
été menée depuis plus de deux mille ans dans des récipients de
pierre placés dans des cuisines non stériles de ferme. Grâce à ses
propriétés antibiotiques, elle a conservé sa santé et sa stabilité.
Est-ce que la culture de laboratoire, développée depuis trente ou
quarante ans dans de bonne conditions d'hygiène, est aussi stable ?
Pendant la fermentation la culture doit être maintenue propre,
sinon elle moisira et mourra. Dans certains cas la culture fer­
mentera tout de même, mais la boisson ne sera pas aussi vivante
et ses effets ne seront pas les mêmes que ceux d'une culture
saine. Il est important de continuer le brassage avec un fongus
aux meilleures qualités. Au cas où un "accident" se produirait et
où le fongus ne fonctionnerait plus comme d'habitude, il est bon
de mettre le fongus dans du "thé mère" pour l'aider à produire les
composants de levures et de bactéries manquants.
Les effets produits par les différents breuvages ne peuvent
être comparés qu'à conditions de culture égales, c'est-à-dire lors­
qu'elles incluent :
- le même type de culture,
- la même sorte de thé (thé vert, infusion, etc.),
- la même quantité de sucre par litre,
- le même temps de fermentation,
- la même température moyenne de fermentation,
- le même temps et la même température au réfrigérateur, après
la fermentation principale et alors que la boisson continue à fer­
menter.
Des variations de ces conditions peuvent produire des nuances
de goûts et auront une influence sur les effets. Des combinaisons
peuvent poser des problèmes à certaines personnes, il est donc
particulièrement important de n'utiliser que la culture la plus
saine pour les infusions ultérieures et la multiplication. Un fon­
gus qui ne fonctionne pas normalement doit être écarté. Le kom­
bucha est le thé aux mille et une saveurs, et l'achat ou le don d'un
kombucha est un acte de confiance. (Si vous avez besoin d'aide
pour obtenir une culture de bonne qualité, consultez les adresses
en fin de volume.)

PEUT-ON CONSIDERER LE KOMBUCHA COMME


UN MOYEN THERAPEUTIQUE MIRACLE ?
Lorsque j'entends parler de moyen thérapeutique miracle j'ai
plutôt tendance à être sceptique. De même qu'il n'y a pas qu'une
seule cause à une maladie, de même il est peu probable qu'un
remède général miracle existe. On s'accorde à dire que le kom­
bucha équilibre la digestion et favorise la régularité. « Nous
sommes ce que nous mangeons » dit un vieux dicton.
Hippocrate a dit : « La mort est lovée dans nos entrailles », et
il liait beaucoup de maladies à des problèmes de digestion. Selon
les experts, la restauration de la flore intestinale est la phase la
plus importante dans la guérison d'une maladie. En médecine tra­
ditionnelle, l'utilisation du kombucha donne des résultats si posi­
tifs que des mots comme "magique" et "miraculeux" lui sont
associés.

LA FERMENTATION DE L'ACIDE LACTIQUE


Le terme de "fermentation de l'acide lactique" n'est pas très
ragoûtant, cependant, les produits associés à ce terme sont, non
seulement bien étudiés, mais aussi très populaires. Comment
ferions-nous des menus sans vin, sans bière et sans fromage ? La
fermentation de l’acide lactique joue un rôle important dans la
conservation. Un des meilleurs exemple du processus est la
choucroute. Le fameux capitaine Cook emportait toujours de la
choucroute avec lui dans ses expéditions, car c'était la seule
façon de conserver les vitamines en ce temps-là. Sans l'impor­
tante vitamine C (environ 20 mg pour 100 g de choucroute) les
hommes d'équipage auraient contracté le scorbut. Bien sûr, la
choucroute a évolué au fil du temps. Aujourd'hui c'est principa­
lement le sel qui est utilisé dans la choucroute mais, jadis, au lieu
du sel on utilisait des herbes et des épices comme les baies de
genièvre, les graines de moutarde et le thym. Pour pallier les
déficiences en calcium il était courant d'ajouter de la farine de
coquilles d'œufs à la choucroute.
Il y a trois mille ans, une boisson vinaigrée était citée comme
boisson revigorante pour les travailleurs. « Approche, mange du
pain et trempe ton morceau dans le vinaigre » {La Bible, Ruth, 2,
14). Le fermier Booz invitait, par ces mots, Ruth - qui allait deve­
nir sa femme - à manger. Les avantages de la fermentation lac­
tique étaient déjà bien connus dans l'antiquité.
La pâte à pain aigre est la nourriture de base de bien des pays,
elle reste fraîche plus longtemps et est facile à digérer. J'ai eu une
conversation particulièrement intéressante avec une femme mao­
rie. Je lui expliquais comment brasser le kombucha, comment
multiplier le fongus, etc., et elle demanda si c'était la même chose
qu'avec la plante-pain (R'ewa'n'a P'arawa). Je n’ai pas su quoi
répondre, ce fut une découverte pour moi que de voir que, dans
cette partie du monde, on produisait traditionnellement du pain
fermenté.
Le R'ewa'n'a P'arawa était transmis de génération en généra­
tion comme un don religieux. Le pain était fabriqué à partir des
racines d'une bruyère et assurait santé et force.
La fermentation du kombucha est un processus de fermenta­
tion d'acide lactique. Il existe deux acides lactiques : l'un est l'aci­
de lactique L (+), l'autre l'acide lactique D (-). L'acide lactique (+)
du kombucha détoxifie, nettoie, purifie et revigore le corps.
Les sous-produits métaboliques de la fermentation provoquée
par le thé et le sucre comprennent les acides gluconiques et glu-
coroniques, l'acide acétique, l'acide carbonique, les vitamines B 1,
B2, B3, B6 et B 12, l'acide folique et diverses enzymes. L'acide
usinique produit est antibactérien et, en partie, antiviral. Les bac­
téries d'acide acidique agissent contre les streptocoques, les
diplocoques, et les bâtonnets Flexner et Shigella (Nosredna).
Quatrièm e partie

RENDRE CETTE BOISSON PLUS ATTRACTIVE

LES PRODUITS COMMERCIAUX AU KOMBUCHA


Les breuvages au kombucha sont déjà disponibles dans le
commerce car certaines personnes ne veulent pas préparer cette
boisson elles-mêmes et préfèrent l'acheter. Trouver une bonne
boisson en magasin n'est pas chose facile. Certains flacons por­
tent sur leur étiquette toutes les composantes d'un bon produit,
mais le contenu n'est pas toujours aussi prometteur.
Avec la boisson au kombucha du commerce nous parlons
d'une boisson alimentaire pleinement active. Le processus de fer­
mentation agit toujours pleinement et le goût changera tous les
jours. Il est possible que des bouteilles du commerce aient des
goûts différents, même si les étiquettes sont identiques, car selon
la durée et la température de stockage le goût peut changer et
aigrir. Les gens qui achètent juste une bouteille, pour essayer,
peuvent être dégoûtés pour toujours par une boisson trop amère
et ne sauront jamais que le kombucha est un produit délicieux.
Un changement de goût dû au stockage est le signe qu'aucun
conservateur n'a été utilisé, et que le breuvage est une nourriture
vivante. Par "conservateurs" nous pensons surtout aux additifs
chimiques mentionnés sur les étiquettes.
Chauffer la boisson empêche la fermentation mais ne doit pas
être pratiqué avec le kombucha. Un traitement aux micro-ondes
détruira les composants microbiologiques (qui sont la principale
source de ses effets curatifs). Les boissons du commerce sont
presque toujours fabriquées à partir de thé vert ou noir. Je ne
connais qu'un seul fabricant qui incorpore une infusion d'herbes
à la mixture au thé vert. Les infusions produisent la boisson tout
aussi rapidement et augmentent sa durée de conservation sans
détruire l'équilibre microbiologique. De plus, les propriétés cura­
tives des plantes se retrouvent dans la boisson. Cette méthode
particulière a été développée avec une extrême précision par M.
José Perko pendant des années d'expériences et d'essais. La série
Papaye 5 est un extrait concentré de feuilles de papaye sur une
base de kombucha, et il consiste en :
- papaye 5
- céleri et papaye 5
- piment et papaye 5
- betterave, pissenlit et papaye 5
- feuilles de goyave et papaye 5
Le céleri est utilisé comme un diurétique naturel et soulage les
rhumatismes. Le piment (Cayenne) est utilisé pour stimuler et
renforcer le système circulatoire et cardiovasculaire. La betterave
et le pissenlit purifient le sang, soutiennent et renforce le foie.
Les feuilles de goyave sont riches en vitamine C et sont utilisées
dans le Sud-Est asiatique comme un analgésique naturel et pour
contrôler la diarrhée.
Le Papaye 50 et le Concentré de kombucha sont l'extrait de la
culture même du kombucha, associé à un extrait superconcentré
de feuilles de papaye (10 fois plus fort que le Papaye 5).
LA FABRICATION MAISON :
L'ETAPE LA PLUS IMPORTANTE DANS LE PROCESSUS DE
GUERISON
La guérison naturelle ne dépend pas du seul usage des médi­
caments pour soigner les symptômes, la guérison naturelle est la
guérison par vous-même. Elle se produit lorsqu'un être humain
devient une partie de la nature et se soigne en harmonie avec la na­
ture, en utilisant plusieurs remèdes naturels. Lorsque le pasteur
Weidinger a aimablement accepté que je cite des extraits de ses
diverses publications, il a fait cette remarque intéressante :
Ce que je voudrais particulièrement mettre en lumière, c'est
que je ne considère pas le kombucha comme un produit com­
mercial mais comme une fabrication maison. Je suis en faveur
du kombucha fabriqué chez soi et non issu d'un processus com­
mercial. Pour cette raison je dois généralement refuser l'utilisa­
tion de mes commentaires, car je considère que quelqu'un qui
fait l'effort de s'informer est déjà sur la voie de la guérison.

MELANGER LE KOMBUCHA A D'AUTRES


BOISSONS
Le kombucha peut être mélangé à d'autres boissons. Les
enfants, par exemple, aiment le kombucha au jus de pommes. Le
kombucha fermenté avec des feuilles de framboisier a un goût
très proche du jus de pomme au bout de trois ou quatre jours, et les
enfants, souvent, ne remarquent pas qu'ils boivent du kombucha.
De plus, le sirop de framboises ou de cassis est très aimé des
petits ; jeunes et adultes aiment le citron ; certaines personnes
sont même convaincues qu'on fait un excellent mélange avec du
whisky ! A l’époque où le kombucha était populaire en Europe
centrale, les gens organisaient des fêtes où les seules boissons
proposées étaient différents types de kombucha.
LE CHAMPAGNE KOMBUCHA
En rendant récemment visite à M. Perko (dans le Queensland),
j'ai pu goûter différentes sortes de kombuchas. C'était comme
une dégustation de vin en Italie ou en Autriche. Le dernier verre
qu'on m'a servi était un champagne, un produit très fin dont je
pensais qu'il devait être très cher. J'ai été très surpris lorsqu'on
m'a dit que c'était aussi du kombucha. Bien que la recette exacte
n'ait pas été publiée, M. Perko a révélé qu'il utilisait du sucre, du
miel, des fleurs de sureau, des mûres et quelques plantes en petites
quantités. Je lui étais reconnaissant de m'avoir fait goûter cela et de
m'avoir offert une bouteille de ce magnifique breuvage. Peut-
être qu'un jour la recette sera rendue publique.

LE RAFFINEMENT DES INFUSIONS PAR


LA FERMENTATION DU KOMBUCHA
Le kombucha a été utilisé par de nombreux peuples à travers
les âges comme boisson de choix et remède. Les principaux fac­
teurs de fermentation sont le sucre, une température régulière, et
un temps de fermentation et de stockage constants. Avec les infu­
sions qui peuvent intervenir dans la fabrication, les variétés de
goûts sont infinies. En deux mots je dirais qu’il existe plusieurs
milliers de breuvages au kombucha avec différents effets, et je
pourrais écrire un livre entier sur tous les remèdes et saveurs pro­
posés.
Il est important de se rappeler que le processus de fermenta­
tion du kombucha conserve les caractéristiques du thé utilisé, et
on dit que le processus de fermentation renforce certaines de ses
propriétés. Pour brasser le kombucha, on utilise généralement un
thé très léger. Les personnes que le thé noir énerve verront cet
effet accru par le kombucha, même si un thé plus léger est utilisé,
elles tireront donc plus de bénéfices d'une infusions. C’est la
même chose pour des produits tels que la choucroute ou l'ail fer­
menté, où après fermentation l'ail conserve ses effets mais sans
l'odeur qui lui est associée.
Pour brasser le kombucha, toutefois, tous les thés ne convien­
nent pas. Les huiles volatiles peuvent endommager le fongus et
même le tuer. La quantité de plantes pour infusion doit être le
double de celle du thé noir, c'est-à-dire approximativement 10
grammes par litres. Une cuillerée bombée de feuilles représente
à peu près 5 grammes.

QUELLES PLANTES CONVIENNENT A


LA FABRICATION DU KOMBUCHA ?
Les infusions les plus communes sont : les feuilles de fram­
boisier, l'aubépine, la valériane, l'ortie brûlante, le pissenlit, le
sureau, les feuilles de fraisier, les feuilles de mûrier, etc. Si vous
en êtes au début de votre carrière de brasseur de kombucha, je ne
saurais trop vous conseiller d'éviter les plantes à infusions qui
poussent près du sol. Commencez avec des feuilles de framboi­
sier, du sureau ou de l'aubépine. Les infusions de plantes pous­
sant près du sol risquent de contenir en plus grand nombre des
bactéries et des germes qui peuvent, jusqu'à un certain point,
neutraliser (ou en tout cas faire moisir) le champignon. Bien que
l'achillée contienne une grande quantité d'huile volatile, on peut
l'intégrer dans un mélange à raison de 20 %. Un mélange d'achil-
lée, de pissenlit, d'ortie brûlante, sureau et feuilles de framboisier
en quantités égales est une boisson très saine, et qui plus est,
excellente au goût.
Il faut souligner un fait : la qualité et les propriétés curatives
de la médecine naturelle dépendent des composants, de la façon
dont ils ont été traités et de leur fraîcheur. Il faut une culture de
fongus très saine pour produire une bonne infusion. J'ai cultivé
des herbes pendant des années, et j'ai toujours répété que les
meilleures sont celles de son propre jardin. Toutes, à l'exception
de quelques-unes, doivent être fraîches. En règle générale, lorsque
vous revenez avec une nouvelle récolte, l'ancienne est bonne à
aller sur le tas de compost. Les personnes qui veulent avoir de
bons résultats doivent savoir quand les plantes ont été récoltées,
et que les racines et les écorces sont généralement plus faciles à
conserver.
D'autres facteurs importants sont le moment de la récolte et la
façon dont les plantes ont été séchées et entreposées. Certaines
demandent à être récoltées au petit jour et d'autres au soleil de
l'après-midi. La plupart des racines doivent être récoltées durant
la période de sommeil de la plante, d'autres lorsque la plante est
en fleurs. Le séchage doit être rapide pour éviter la moisissure
qui, à son tour, pourrait endommager le kombucha lors d'une
autre étape. Les plantes ne doivent pas être séchées à trop haute
température, et la lumière directe du soleil doit être évitée durant
le séchage. Ceux qui font des entorses aux règles de fabrication
d'un remède de santé ne peuvent être sûrs de son effet. En 1984,
j'ai produit une vidéocassette intitulée Le Retour à la nature par
les plantes médicinales (Back to nature with médicinal herbs),
qui décrit les premières exigences pour obtenir les plantes appro­
priées.
La plupart des livres sur les plantes que l’on trouve aujour­
d'hui se fondent sur l'expérience de nos ancêtres. Notre connais­
sance de la santé vient d'un temps où aucun comprimé n’existait
et où la recherche et l'industrie n'essayaient pas d'obtenir des ingré­
dients actifs, de les extraire et de les commercialiser sous une forme
vendable. La connaissance des soins s’est construite à partir des
expériences réussies de travail avec la nature. Lorsque l'équilibre
de la nature est perturbé, nous devons mener des expériences sur
de très longues durées avant d'être certains des effets. De nouvelles
expériences dans une nature déséquilibrée seront-elles réussies ?
Pour le kombucha, le mélange de plusieurs plantes recom­
mandées est présenté ci-dessous, les proportions des ingrédients
étant indiquées entre parenthèses. Par exemple, (1/4) signifie
qu'une part de cette infusion doit être utilisée avec quatre parts
de votre thé noir ou vert habituel. Voici la liste de certaines infu­
sions et de leurs applications :
ACHILLEE MILLEFEUILLE (Achillea millefolium) : pour les
saignements, les hémorroïdes, les varices et les troubles de la mens­
truation. Améliore la circulation du sang ; antispasmodique. (1/4)
AIGREMOINE (Agrimonia eupatoria) : tonique amer (revigo­
rant). Astringente pour l'appareil gastro-intestinal. Utile pour le
traitement des diarrhées. Bon remède pour les douleurs au foie.
Efficace contre la toux, l'enrouement, la bronchite (gargarismes).
Renforce l'immunité. (1/3)
AGRIPAUME (Leonurus cardiaca) : tonique cardiaque anti­
spasmodique contre l'anxiété. Tempère l'irritabilité nerveuse due
à une suractivité des glandes thyroïdes. Excellent tonique pour les
femmes en période de menstrues et les mères allaitantes. (1/3)
ANGELIQUE (Angelica archangelica) : un des principaux
toniques généraux : stimulant, stomachique, carminatif. (1/4)
AUBEPINE (Cratœgus oxyacantha) : tonique cardiaque.
Stimule l'apport d'oxygène au muscle du cœur. Régule la pres­
sion sanguine et l'activité cardiaque. (1/2)
BENOITE (Geum urbanum) : pour les état fébriles, l'asthme et
l'obésité. Stimule la digestion et revigore le corps. (1/3)
BOURDAINE (Rhamnus frangula) : laxatif doux, cathartique.
Peut déclencher les menstruations. (1/4)
BOURSE-A-PASTEUR (Thlaspi bursa pastoris) (Capselle) :
très importante plante homéostatique. S'utilise en particulier
pour les hémorragies utérines, les règles difficiles, les reins, le
nez, la bouche, l'appareil respiratoire et la vessie. Régule l'hy­
pertension ou l'hypotension artérielles. (1/3)
CAMOMILLE (Matricaria Chamomilla) (Matricaire) : tonique,
carminative et sédative. Efficace contre les douleurs névral­
giques, les convulsions infantiles, les troubles stomacaux et gas­
tro-intestinaux. (1/4)
ECORCE DE CHENE (Quercus robur) : contre les hémor­
roïdes, les ulcères aux jambes et les engelures. Combat la trans­
piration des pieds. (1/3)
EPILOBE (Epilobium roseum) : la meilleure plante pour tous
les troubles de la prostate, de la bile et des reins. (1/2)
EPINE-VINETTE (Berberis vulgaris) : un bon remède contre
les troubles de l'estomac, du foie et des reins, la constipation chro­
nique et la jaunisse. A des propriétés diurétiques. (1/4)
FENOUIL (Fœniculum vulgare) : souvent utilisé pour les bébés
souffrant de dyspepsie, de diarrhées et de flatulences. En asso­
ciation avec d'autres plantes, il soulage les troubles des appareils
digestif et respiratoire. Utilisé dans les cas de catarrhes bronchiaux
et autres infections respiratoires graves, et les coliques. (1/6)
FEUILLES DE FRAMBOISIER (Rubus idœus) : utiles en cas de
diarrhée et de stomatite. S'utilisent aussi en bains de bouche. (1/1)
GAILLET JAUNE (Galium verum) : nettoie les reins, le foie,
le pancréas et la bile. Renforce le système lymphatique et favo­
rise le traitement des tumeurs. (1/3)
GENTIANE (Gentiana lutea) : tonique honoré de tout temps,
qui favorise la digestion.
GUIMAUVE (Althea officinalis) : pour toute inflammation de
l'appareil digestif, des organes respiratoires, etc. (1/3)
LAMIER BLANC (Lamium album) : efficace en cas de règles
difficiles et d'écoulement vaginal, en applications internes et exter­
nes. Tonique utérin. Traitement de l'appareil urinaire. (1/2)
MENTHE POIVREE (Mentha pip.) : bien connue pour soigner
les maux stomacaux et intestinaux. Légèrement désinfectante, spas-
molytique, carminative ; favorise la production et le flux de bile ;
soulage les flatulences, les vomissements ; calme les nausées.
Les indications comprennent les dérangements stomacaux, la
mauvaise digestion, les crampes d'estomac, la diarrhée, la nervo­
sité, l'agitation, la colique. (1/5)
MILLEPERTUIS (Hypericum perforatum) : utile dans les
troubles nerveux, les dépressions et les dérèglements hormonaux.
En applications extérieures l'huile est efficace pour les blessures,
les brûlures, les gerçures, les rhumatismes et le mal de dos. (1/4)
MOLENE (Verbascum densiflorum) : excellent remède contre
la plupart des maux des poumons y compris la toux, la bronchite,
l'enrouement. Soulage les irritations de la muqueuse de l'appareil respi­
ratoire sur laquelle il a un effet purifiant et expectorant. (1/2)
FEUILLES DE MYRTILLES (Vaccinium myrtillus) : doivent
être prises avec grandes précautions et seulement durant une
courte période, suivie d'une période d'arrêt de même durée. Uti­
lisées aussi en infusion. (1/3)
ORTIE BRULANTE (ou piquante) (Urtica dioïca) : pour les
troubles urinaires et cutanés ainsi que pour les douleurs rhuma­
tismales - réduit l'excès d'acidité. (1/3)
PISSENLIT (Taraxacum officinale) : stimule les fonctions du
foie et de la vésicule biliaire. Utilisé pour tous les troubles diges­
tifs, les rhumatismes et la goutte. (1/3)
PLANTAIN LANCEOLE (Plantago lanceolata) : efficace dans le
traitement des infections de l'appareil respiratoire et les catarrhes
(élimine les sécrétions des bronches). Tonifie et stabilise les tis­
sus en raison de sa haute teneur en silice. A été utilisé comme re­
mède contre la tuberculose. Usage externe pour les blessures. (1/2)
PRELE (Equiseîum arvense) : pour tout problème de l'appareil
urinaire, et pour l'énurésie. (1/2)
SAUGE (Salvia officinalis) : purifiant du sang. Supprime la
transpiration. En cas de dysfonctionnements des glandes thyroïdes
et durant la ménopause elle soigne les règles peu abondantes,
irrégulières et douloureuses. En gargarismes c’est le meilleur re­
mède contre les laryngites, les amygdalites, les gorges irritées et
enrouées. (1/4)
ECORCE DE SAULE BLANC (Salix alba) : calme la fièvre et
soulage la douleur. Remède très efficace dans le traitement des
rhumatismes, des inflammations ou des hémorragies internes.
Bon diurétique. Peut être utilisé en gargarisme pour les amyg­
dales, et en applications pour les plaies et les brûlures. (1/3)
SOUCI (Calendula officinalis) : tonifie les vaisseaux sanguins
ainsi que les veines variqueuses, traite les infections (en particu­
lier dans le système lymphatique). Régule la menstruation, puri­
fie le sang. Laxatif doux. (1/3)
SUREAU (Sambucus nigra) : splendide remède de printemps.
Purifie le sang. Laxatif doux. (1/1)
TUSSILAGE (Tussilago farfara) : expectorant en cas de toux
et d'asthme. (1/3)
RACINE DE VALERIANE (Valeriana officinalis) : très popu­
laire contre la nervosité et les insomnies, et comme calmant. (1/5)
SOLIDAGO (Solidago virga aurea) (Verge d’or) : très béné­
fique pour les reins et l'appareil urinaire. Excellent diurétique
pour les infections chroniques des reins car il augmente le flux
d'urine. Stimule l'afflux de sang dans les reins et dans les veines
des jambes. (1/2)
VERONIQUE (Veronica officinalis) : purifiant du sang, régu­
lateur des menstruations, des accès de transpirations et émissions
de mucus. Effet tonique et apaisant sur les nerfs.
Il existe beaucoup de mélanges pour maigrir, dormir, soigner
la bile, l'asthme ou autre chose que l'on peut préparer soi-même.
Il est conseillé de changer de mélange au bout de quelques
semaines pour donner au corps un nouveau stimulant, ce qui
améliorera les effets - ainsi que pour éviter des effets secon­
daires négatifs. Voyez aussi les points suivants :
Est-ce pour votre bien-être général ? Alors, il est important
de rechercher le meilleur goût. Le thé vert ou noir est mélangé à
d'autres plantes en fonction du goût et du rafraîchissement voulu :
mûrier, framboisier (feuilles et/ou fruits), citron, fruits tropicaux, etc.
Est-ce que l'infusion vous est bénéfique ? Par exemple, si
vous souffrez de constipation, la menthe poivrée n'est pas la bonne
infusion ; le thé vert ou noir peut influer sur votre tension san­
guine. Et si vous ne vous sentez pas bien, changez de mélange !
S'agit-il de traiter un symptôme particulier ? Toutes les
plantes utilisées doivent être efficaces contre la maladie traitée.
Les nombres indiqués ci-dessous se réfèrent à la quantité utilisée
(par exemple, une cuillerée de chaque). Voici quelques possibi­
lités :
Asthme : Mélange A : millepertuis (1), racine de benoîte (1),
racine de valériane (1), racine d'angélique (1), mélisse (2).
Mélange B : thym (1), racine de benoite (1), fleurs de sureau
(1/2), racine de guimauve (1), mélisse (1).
Mélange C : molène (2), racine de benoîte (1), plantain lan­
céolé (1).
Problèmes de vessie : prêle (1), souci (1), épilobe (1).
Insomnies : houblon (1), millepertuis (1/2), racine de valé­
riane (1/2), mélisse (1), fleur de la passion (1/2).
Pour mincir : alchémille (1), graine ou racine d'angélique
(1), souci (1/2), barbe de mais (2), racine de benoîte (1/2), écorce
de bourdaine (1).

THE VERT OU THE NOIR, QUEL EST LE MEILLEUR ?


On m'a souvent demandé quel était le meilleur, du thé noir ou
du thé vert, pour une fermentation au kombucha. Dans ses pays
orientaux d'origine, seul le thé vert était utilisé. En Russie et dans
les pays germanophones c'est principalement le thé russe - le thé
noir - que l'on emploie. Le thé est la boisson la plus répandue
dans le monde, et non pas la bière ou le Coca Cola comme cer­
taines personnes aimeraient le croire. En dehors du thé noir ou
vert il y a le thé Oolong semi-fermenté. La source commune à
tous les thés est le théier Camellia sinensis.
Les thés dénommés thés English breakfast, russes, etc., sont
des thés noirs fermentés. Certains sont mélangés à d'autres plantes,
par exemple la lavande, ou la bergamote qui donne son goût au
thé Earl grey. En Occident la majorité des gens boivent du thé
noir ou du thé Oolong plutôt que du thé vert, sans doute à cause
de leur goût plus fort. En buvant du thé noir, beaucoup de gens
ressentent un effet stimulant semblable à celui du café. Le thé
vert, au contraire, ne stimule pas autant mais il a un effet plus
régulier et plus durable.
La caféine est l’alcaloïde responsable de l'effet stimulant du
thé - qui contient entre 1 et 5 % de caféine. On a récemment parlé
du thé vert comme d’un éventuel moyen de prévenir le cancer.
Le docteur Robert E. Willner (Etats-Unis), auteur du livre The
cancer solution (La Solution au cancer), mentionne un "thé déli­
cat et pâle" comme une source de substances anticarcinogènes. Le
thé vert contient la substance chimique Epigallocatechin gallaîe
(EGCG), qui inhibe le développement du cancer et abaisse le
taux de cholestérol.
"Le thé vert donne santé et longévité" déclare un vieux dicton
bouddhiste. Les Japonais étendent les effets curatifs du thé vert
en en mangeant les feuilles puisque, lorsque le thé est bu, une
grande partie des précieuses vitamines et des oligoéléments est
jetée. Le professeur Kazutami Kuwano, de l'université Kasei
Gakuin (Chikaro Shimoaka - Le Thé vert est plus qu'une boisson
de santé) a étudié de près la "nourriture thé". Il a découvert que
les vitamines A et E contenues dans le thé vert ne sont pas absorbées
par le corps puisque ces vitamines ne sont pas solubles dans l'eau.
Boire le thé fournit la moitié du calcium, du fer et de la vita­
mine C que l’on absorbe lorsque l’on mange les feuilles. Pour
faire trois tasses de thé vert on utilise environ six grammes de
feuilles (une cuillerée). Si cette quantité de thé est mangée, elle
représente 50 % de nos besoins quotidiens en vitamine E et 20 %
en vitamine A (il n’y a pratiquement pas de calories dans les
feuilles de thé). Les effets curatifs du thé vert sont déterminés par
la qualité du produit, et celle-ci dépend du lieu de culture du thé,
de la façon dont il est récolté (jeunes feuilles ou vieilles feuilles)
et du processus de traitement. Une perte de la qualité du thé -
comme de toute plante médicinale - peut aussi provenir de mau­
vaises conditions de stockage, ou d’un stockage trop long.
LA PLACE DU KOMBUCHA DANS
LA SCIENCE MEDICALE
Il ne fait pas de doute qu'il vaut mieux prévenir une maladie
que la guérir. Pourtant, c'est là que pour bien des gens le bât blesse.
En effet, pour éviter d’être malades ils vont prendre de puissants
médicaments naturels et ignorer les éventuels effets secondaires
indésirables.
Un exemple typique est celui de la consoude (Symphytum offi­
cinale). Ce remède, puissant pour soigner un os cassé, doit être
utilisé avec précaution car l'usage interne à titre préventif peut
être préjudiciable. La camomille et la menthe poivrée sont toutes
les deux des plantes de valeur si elles sont utilisées correctement,
mais elles peuvent avoir des effets négatifs si elles sont mal uti­
lisées - et toutes les plantes peuvent être préjudiciables si elles
sont utilisées sur de longues durées. Il y a quelques mois, une
femme m’a demandé ce que l'on pouvait faire contre la consti­
pation. Il apparut que cette femme avait consommé quotidienne­
ment des infusions de menthe poivrée et de camomille. Elle cessa
de les prendre, et le problème fut résolu.
On peut prévenir la maladie par une vie équilibrée, et la nour­
riture est un des trois éléments principaux d'une vie saine. Connu
pour son rôle dans la digestion, le kombucha peut prendre une
part active à l'équilibre de l'individu. En ce sens, il agit comme
un revigorant général en renforçant les défenses du corps, et joue
donc un rôle important dans une alimentation préventive.
A l’époque technique où nous vivons, il faut tout prouver scien­
tifiquement, et si quelqu'un ne peut pas le faire il n'est pas pris au
sérieux. « Où est la preuve scientifque ? » est une question clas­
sique qui revient lorsque l'on parle du kombucha ou de sujets
similaires. Lorsque je regarde les livres que j'ai sur l'agriculture,
livres qui datent de trente ans, je hoche la tête et ne peux m'em­
pêcher de m’interroger sur la valeur des preuves scientifiques.
Ces livres sont basés sur des études scientifiques, et maintenant
de nouvelles recherches démontrent qu’elles étaient fausses.
Le problème que rencontre la science moderne avec le kom­
bucha est qu'il est quasiment gratuit (il ne coûte que le sucre et le
thé) et que chacun peut le préparer chez soi, dans sa cuisine. Des
tests scientifiques ont été conduits dans certains pays mais c’était
seulement pour savoir comment les gens réagissaient, et non
pourquoi ils réagissaient de cette façon. Les grandes firmes chi­
miques ne sont pas intéressées par le kombucha puisque, d'une
part, chacun peut produire chez soi ce remède délicieux et peu
onéreux et que, d'autre part, le kombucha fonctionne tel qu’il est,
dans sa condition naturelle d'équilibre. Extraire le principe actif
pour produire un médicament commercialisable ne marche pas
avec le kombucha. Personne ne subventionnera des recherches
scientifiques puisqu’il n'y aura aucun produit à vendre. Nous
avons donc juste à attendre avant d'avoir une preuve scientifique,
et à nous réjouir des résultats que des millions de personnes
connaissent.
Cinquièm e partie

LA VALEUR THERAPEUTIQUE
DU KOM BUCHA

LA MEDECINE MODERNE ET LE KOMBUCHA


Les résultats du kombucha ne peuvent être pleinement expli­
qués de façon scientifique, mais l'expérience et des preuves anec­
dotiques ont permis de mettre en évidence son efficacité depuis
plusieurs siècles. Lors des essais scientifiques, seuls les thés vert
et noir ont été utilisés, et au bout de 14 jours de fermentation ces
thés montrent des résultats totalement différents de ceux obtenus
avec des infusions.
Le Lebendsmittelrundschau allemand a publié les résultats sui­
vants en 1987 :
Plante
Acide Acide Acide Ethanol
lactique gluconique acétique
Thé ordinaire 2,94 % 2,52 % 0,08 % 1,07 %
Menthe poivrée 0,14 % 0,04% 0,01 % 0,01 %
Tilleul 0,007 % 0,06 % 0,30 % 0,04%
Les acides lactique et gluconique sont les deux composants
les plus importants sur lesquels les scientifiques se sont concen­
trés. Avec le premier, ils ont recherché "l'acide lactique L (+)". Il
existe de nombreux rapports scientifiques : le docteur S. Herrmann
et son équipe, menant des essais à Prague, sont arrivés à la
conclusion que l'acide gluconique du kombucha pouvait dis­
soudre les calculs biliaires, et les recherches du docteur Wiesner
ont montré que le kombucha pouvait être favorablement comparé
à un Interféron dans leur traitement.
Le kombucha est encore plus efficace pour l’asthme que le
traitement à l'Interféron. Le rapport du docteur Wiesner suggérait
que le kombucha pouvait stimuler la résistance du corps à la
maladie, favorisant ainsi le processus de guérison. Il peut, de
plus, être considéré comme un aliment important étant donné sa
capacité à ralentir les attaques virales et son absence d’effets
secondaires. Il faut aussi mentionner que le docteur Reinhold
Wiesner a mis au point un test sanguin qui rend électroniquement
compte du niveau d'énergie dans le sang lorsqu’il y a adminis­
tration d'un médicament. A la clinique l'Omsk, en Russie, les
essais suivants sur le kombucha ont été menés :
- La dysenterie des nouveaux-nés. Après seulement quelques
jours au kombucha, on nota que les bébés reprenaient du poids.
Les diarrhées diminuèrent et au bout d'une semaine de traitement
on ne trouvait plus de bactéries de la dysenterie dans les selles.
- L'hypertension artérielle et l'artériosclérose s’étaient nette­
ment améliorées après deux à trois semaines de traitement au
kombucha. Parallèlement, le taux de cholestérol était descendu
de façon remarquable.
- Les inflammations des amygdales furent soignées de façon
spectaculaire. Les patients utilisaient un thé au kombucha pour
se rincer la bouche dix fois par jour et le liquide était gardé en
bouche jusqu’à quinze minutes.
COMPARAISON ENTRE LE KOMBUCHA ET
L’INTERFERON DANS SON ACTION DE
RENFORCEMENT IMMUNITAIRE
Le docteur Reinhold Wiesner, physicien et biologiste de
Brême, en Allemagne, publia en 1987 les résultats d'une étude
sur l’effet du kombucha. Il testa les effets de la boisson sur 246
patients, et compara les résultats avec ceux obtenus avec l’Inter­
féron synthétisé à partir de l'agent antiviral que notre corps pro­
duit naturellement. Les patients souffraient de troubles rénaux,
inflammation du foie, rhumatismes, sclérose en plaques et asthme.
Le kombucha fut supérieur à l'interféron (203 contre 183) pour
l'asthme, et pour les autres maladies les résultats n'étaient que
légèrement en-dessous de ceux de l'Interféron : rhumatisme : 92 %
de réussite, troubles rénaux : 89 %, inflammation du foie : 81 %,
et sclérose en plaques : 80 %.
LE KOMBUCHA PEUT-IL GUERIR LE CANCER ?
Le kombucha ne peut pas être considéré comme la seule res­
source dans un processus de guérison. Cependant, dans les pays
germaniques on pense grand bien du kombucha dans le cadre d’une
thérapie biologique pour le cancer. Les docteurs Johannes Khul,
Rudolf Sklenar et Veronika Carstens, experts de cette maladie,
sont devenus célèbres grâce à l'efficacité de leur thérapie pour le
cancer, dans laquelle le kombucha joue un grand rôle en revita­
lisant la flore intestinale des patients. Le docteur Reinhold Wiesner,
physicien et biologiste de Schwanemünde dans le Nord de l'Alle­
magne, a publié un très intéressant rapport de recherche. Un médi­
cament antiviral était testé parallèlement au kombucha et les
résultats montrent que, lorsque le kombucha était utilisé, l'effica­
cité n'était que légèrement inférieure à celle de l'autre produit.
Aucun détail sur le type de thé utilisé n’était donné ; toutefois, le
thé noir est généralement utilisé en Allemagne, et le thé vert (ou
kombu) en Asie et au Japon, et, pour le traitement des cancers,
l’emploi des feuilles de papaye et/ou le souci (Calendula offici-
nalis) est fréquent.
Mme R. E. H. m'a écrit cette lettre :
Ma sœur a 58 ans, elle fume, et deux ans après une mastecto­
mie à droite elle développe maintenant un autre cancer dans les
côtes, le crâne, et elle a une grosseur au poumon. On lui a pres­
crit une chimiothérapie. Deux semaines après la première chi-
mio elle a perdu tous ses cheveux et elle a ressenti une douleur
insupportable dans les côtes, pour laquelle ilfallait de fortes doses
de morphine en analgésique. Quand elle s 'est mise à perdre ses
cheveux elle a commencé à boire du thé de Mandchourie (kom-
bucha) et, au bout de deux jours, elle a arrêté la morphine car la
douleur avait cessé. Elle n'avait plus d ’insomnies. Les cheveux
commençaient à repousser et ne tombaient plus lorsqu 'elle repre­
nait la chimio (quatre séances au total, à quatre semaines d'in­
tervalle). Elle a pu à nouveau travailler à plein temps, hormis
une journée après chaque séance de chimio. Le traitement du
cancer des os était censé la faire grossir et le gain de poids peut
atteindre 30 à 35 kg ! Elle n ’a pas pris de poids, bien qu'elle eût
bon appétit. La tumeur de son poumon a diminué, et les spécia­
listes lui ont dit : "Quoique vous fassiez, continuez Sur les
vingt-neuf patients en chimio elle est la seule à avoir continué
son travail, tous les autres ont dû cesser car ils étaient trop
malades ; elle n 'a pas subi les effets secondaires de la chimio à
un degré aussi sévère que les autres. Elle n'a pas eu d'autres
scanners pour le cancer des os depuis.

LA PAPAYE, REMEDE CONTRE LE CANCER ?


J’ai connu la papaye il y a trois ans, en tant que délicieux fruit
tropical qui, avec du jus de citron, favorise la digestion. La pre­
mière fois que j ’ai entendu parler de ses propriétés médicinales,
c’était par une femme qui écrivait dans le journal allemand d'Aus­
tralie, Die Woche, en expliquant comment la papaye avait guéri
son cancer. Mme H. avait perdu tout espoir de guérison quand on
lui a parlé du pouvoir curatif des feuilles de papayer.
Un rapport plus détaillé dans le Weekend Bulletin (Gold Coast,
Australia) traite de la guérison du cancer de la vésicule de Mme K.
Mme K, âgée de soixante-quatorze ans, a subi une opération
mais, le cancer n'ayant pu être totalement retiré, elle devait rece­
voir un traitement complémentaire à Brisbane. Pendant trois mois
elle utilisa les feuilles de papayer. Lorsqu'elle en manqua elle uti­
lisa la peau du fruit, qu'elle fit bouillir. Quand ensuite elle retourna
voir le docteur pour un examen, le cancer était guéri. Une vérifi­
cation quatre mois plus tard le confirma, et Mme K., qui est à
présent en parfaite santé, est convaincue que sa guérison est due
à la papaye.
A l'autre bout du monde le scientifique américain, le docteur
Jerry McLaughlin, de l'université de Purdue, a aussi utilisé la
papaye pour lutter contre le cancer. Il dit qu’il a trouvé, dans le
papayer, un composant chimique qui est "un million de fois plus
puissant que le plus puissant des médicaments anti-cancéreux".
De nombreux rapports montrent que des patients atteints de can­
cer ont été guéris en buvant du concentré de feuilles de papayer.
On trouve de l’extrait de feuilles de papayer fermenté avec du
kombucha dans quelques boutiques de diététique. Le concentré
au kombucha est maintenant commercialisé en Australie. J'ai ren­
contré plusieurs praticiens qui ont eu du succès avec la Papaye,
mais ils sont réticents à en parler - pour ne pas porter préjudice
à leur travail et par crainte des implications légales. Les premiers
rapports sur les propriétés curatives de la papaye ont été faits en
1978 et ont provoqué une forte demande de feuilles de papayer,
ce qui a eu pour effet de les raréfier subitement.
Le Gold Coast Bulletin a publié plusieurs rapports sur les pro­
priétés médicinales de la papaye, dont celui-ci :
« La thèse de la papaye guérisseuse du cancer porte ses fruits.
Les jardiniers de Gold Coast ont répondu à un appel de per­
sonnes atteintes de cancer qui désespéraient de trouver en suffi­
sance des feuilles de papayer. Et l'homme de Gold Coast qui, il
y a 14 ans, avait été le premier à parler de ces feuilles comme d'un
remède possible contre le cancer, a été retracé jusque dans une mai­
son de retraite du Labrador. L'histoire de Stan Sheldon, qui soi­
gna son cancer en buvant une décoction d’extrait de feuilles de pa­
payer, fut racontée pour la première fois dans le Gold Coast
Bulletin en 1978. La recherche actuelle aux Etats-Unis a apporté
un soutien scientifique à ses allégations, isolant un composant
chimique du papayer qui semble être un million de fois plus fort
que le plus fort des médicaments contre le cancer.
M. Sheldon, 88 ans, dit que cette découverte ne le surprend
pas : « Je mourais d'un cancer aux deux poumons quand on m’a
dit que c’était un vieux remède aborigène. Je l'ai essayé pendant
deux mois, et c'est alors que j ’ai passé une radiographie du tho­
rax pour des tests obligatoires de détection de la tuberculose. Ils
m'ont dit que les deux poumons étaient en bon état. J'en ai parlé à
mes médecins et ils ne m’ont pas cru, jusqu'à ce qu'ils aient fait
leurs propres tests. Alors ils se sont gratté la tête, et m'ont recom­
mandé de continuer à boire mon extrait de feuilles de papayer. »
C'était en 1962. Le cancer n'est jamais réapparu. Depuis, M.
Sheldon a transmis cette recette à d'autres personnes atteintes de
cancer. « Seize d'entre elles ont guéri », dit-il. La recette de M.
Sheldon consiste à faire bouillir puis mijoter pendant deux
heures des feuilles et des tiges fraîches de papayer dans une cas­
serole, de les égoutter, puis de mettre l'extrait obtenu en bou­
teilles. Il dit que l'extrait peut être conservé au réfrigérateur, bien
qu'il puisse fermenter au bout de trois à quatre jours. Il explique
qu’il était parfois difficile de se procurer des feuilles de
papayer. « Tout le monde n'appréciait pas de vous voir les
cueillir, on avait peur que vous abîmiez l'arbre. » Mais, la semaine
dernière, les cultivateurs de papayers de Gold Coast ont répondu
généreusement à un appel à l'aide des victimes du cancer déses­
pérées de trouver un remède.
« Des jardiniers, une pépiniériste et la propriétaire d’un com­
plexe touristique ont offert des feuilles de leurs papayers aux per­
sonnes cherchant à s’en procurer. Vern Forrest, un habitant de
Burleigh Heads, est un véritable monsieur Papaye : depuis qu'il a
lu dans le Bulletin de 1978 l'histoire de M. Sheldon il a fait pousser
des papayers et en a donné les feuilles à des victimes du cancer.
« J’étais sûr que ça marchait, dit-il, je connais des gens, ils sont
encore là aujourd'hui alors qu’ils devraient être morts si l’on en
croit leur premier diagnostic de cancer, mais le traitement à la
papaye les a aidés à combattre la maladie. »
Betty Ellingsworth, responsable d’une pépinière, a fait savoir
que les victimes du cancer étaient bienvenues pour récolter les
feuilles de ses quatre papayers. Et Pat Washington a offert les
feuilles des arbres de son Tallai Hills Home.
Bob Brinsmead, qui dirige l'attraction touristique Avocado-
land dans le Tweed, a aussi des papayers qu'il met à la disposition
des victimes du cancer. « Je ne suis pas étonné des recherches
américaines, dit-il. Il y a une pommade à la papaye, fabriquée à
Brisbane, qui est très efficace pour soigner les lésions de la peau.
Un jour j’ai appliqué la sève d'une tige de papaye directement sur
une grosseur inquiétante que j'avais derrière l'oreille, et j ’en ai été
débarrassé. » Le docteur Jerry McLaughlin, le scientifique de
l'université de Purdue qui découvrit la substance anti-cancéreuse
de la papaye, a été victime de la publicité. Les essais pour le
contacter à la faculté de pharmacie de l'université, dans l'Indiana,
déclenchent un message enregistré où il dit qu'il est "impossible
pour lui de répondre à toutes les demandes de renseignements
qui ont suivi la publication de sa découverte, qui en est toujours
au stade de l'expérimentation animale." »
Un nouveau produit a fait son apparition : un concentré de
papaye et kombucha. Il faut également mentionner que la peau
des papayes est une ressource en cas de blessure.
LA DETECTION PRECOCE DU CANCER
FAVORISE LA GUERISON
Plus le cancer peut être diagnostiqué tôt, plus grandes seront
les chances de guérison. Malheureusement, avec les méthodes de
diagnostic médical actuel, le cancer est souvent à un stade avancé
lorsqu'on le découvre. Selon le docteur Sklenar, avant la période
de développement critique du cancer on peut détecter des mala­
dies qui peuvent être là depuis longtemps. Il a mis au point un
test sanguin de détection précoce et il déclare que, par ce test,
grâce à sa méthode de la couleur du sang" il peut détecter un
cancer assez tôt. A sa démarche pour détecter tôt le cancer il a
ajouté 1 iridologie, dont il trouve l’apport très intéressant. Des
traces dans 1 iris, du brun au noir, l’on amené à la conclusion que
le colon ne fonctionnait pas parfaitement, or les patients au stade
précancer ont souvent des problèmes digestifs. Même si le dia­
gnostic de 1iris n est valable que dans 80 % des cas, il reste néan­
moins un outil précieux dans la détection précoce de la maladie.
D autres méthodes peu habituelles de diagnostic s'avèrent éga­
lement être des outils précieux pour détecter tôt un cancer. En
voici un exemple : je pensais bien qu'une de mes proches amies
avait un sérieux problème au foie, et j ’ai consulté un praticien
sans parler de mes inquiétudes à cette amie. Le praticien conclut
—avec beaucoup d'intuition —que la personne que je décrivais
pouvait avoir un cancer du foie. Des tests effectués dans des
hôpitaux réputés d'Allemagne et de Suisse ne confirmèrent pas le
diagnostic du cancer. La patiente eut de fréquents autres contrôles
en hôpital pour d'autres maladies, et trois ans seulement après
que le praticien eût suggéré le cancer du foie mon amie eut un dia­
gnostic qui le confirmait, ce qui se traduisit par sa mort trois
mois plus tard. Reste à savoir si la patiente aurait pu changer l'is­
sue de ce diagnostic en modifiant son alimentation, en cessant de
fumer et en trouvant une autre position pour dormir.
LE SIDA
Deux des avantages les plus cités de la boisson au kombucha
sont l'énergie qu'il libère et le renforcement du système immunitaire.
J'ai souvent pensé que le kombucha pouvait être bénéfique aux
personnes atteintes du sida, mais je ne disposais pas d informa­
tions sur l'influence de ce remède ancestral sur cette maladie
moderne.
Cependant, il est de plus en plus et partout fait mention de
l’usage grandissant du kombucha dans les communautés séropo­
sitives. On dit que le kombucha peut renverser les symptômes du
sida. Aux Etats-Unis, qui comptent une population de séroposi­
tifs d’environ un million de personnes, la nouvelle d'une possible
cure miracle se répand rapidement. Dans certains articles, on peut
lire que des composants du kombucha arrivent à "inhiber partiel­
lement le virus", que des taux élevés d'antigène p24 peuvent être
inversés, qu'un accroissement du taux d'immunité est réalisable et
que des prises de poids de 5 à 7 kg ont été enregistrées. Ce sont là
des indices d'amélioration. Les gens en sida depuis longtemps
affirment également que le kombucha a une action positive.
Le "blob"1, comme on appelle parfois le kombucha, est offert
à des amis en tant que remède contre le sida mais avec des avan­
tages supplémentaires : son goût agréable, son innocuité évidente,
et, s’il faut un argument supplémentaire, son coût très faible.
(Positive Living, Los Angeles, Etats-Unis ; With Compliments,
Sydney, Australie ; Whole Life Times, Malibu, Californie.)
Le kombucha aurait pu rester à l’intérieur de la communauté
holistique s ’il n ’y avait eu, dans le numéro d'août 1994 de
Positive Living, un communiqué publié par Aids Project Los
Angeles (APLA). Sous un titre proclamant : ''Seconde naissance
le 4 juillet”, se trouvaient la photo et l'histoire de Joe Lustig, un

1 - Blob : mot anglais signifiant “grosse goutte”.


habitant de Long Beach atteint du sida. Sujet du dossier du mois
sur le profil d'un survivant du sida, Lustig raconta à Paul Serchia,
le rédacteur en chef, son "étonnante résurrection" le jour de la
fête de l'Indépendance américaine (4 juillet).
« J'ai passé presque tout 1993 dans mon lit, dit Lustig. Je pou­
vais à peine me rendre à la salle de bain sans béquille. »
"Lustig fut déclaré séropositif en 1985 et au stade du sida en
1990, après avoir eu une pneumonie pneumocytis carinii (PCP).
Il développa alors toute un chapelet d'infections de plus en plus
dangereuses : méningite, encéphalite, pancréatite, toutes compli­
quées par la démence. « J'étais dans un tel brouillard que je ne
pouvais plus payer mes factures. J'avais une sensation latente de
fatigue et de maladie. Une sensation très lourde de toxicité. Elle
était là tous les matins quand je me réveillais, et tous les soirs
quand j'allais me coucher. »
"Pourtant, en moins d'une semaine de consommation de kom-
bucha, Lustig se sentit mieux. « Je dois insister sur le fait que,
pour moi, la vie ne valait plus la peine d'être vécue. Puis je me
suis réveillé un matin et ma première pensée fut que j'étais mort
et que j'étais allé au paradis. Tout allait mieux. »
"Selon Lustig, il se leva et fit quelque chose qu'il n'avait pas
fait depuis des années : il alla courir. Il insiste aussi sur le fait
qu'aucun changement dans ses médicaments n'avait eu lieu qui
pût avoir provoqué ce changement.
"Maintenant Lustig parcourt tous les jours cinq ou huit kilo­
mètres à bicyclette, jouit d'une meilleure énergie, est réveillé plus
longtemps et a amélioré ses fonctions cognitives. Il a aussi aban­
donné un de ses médicaments. « Je n'ai pas pris de Nizoral (un
médicament contre le muguet) depuis dix semaines, dit-il, - depuis
qu’il boit le kombucha. » (New Age Journal, novembre 1994).
R. D., de B. B., écrit : C'est un ami américain qui m'a fait
connaître le kombucha ; il avait amené un fongus "mère" des
Etats-Unis. Il est séropositif depuis onze ans et il était très
enthousiaste à propos du kombucha qu'il buvait depuis neuf
mois, surtout pour conserver son taux d'immunité. Il a l’air de
quelqu 'un de sain et robuste, conserve une attitude positive, a un
mode de vie modéré et une alimentation équilibrée. Mon ami dit
que depuis qu'il boit le thé au fongus il se sent plus énergique et
incroyablement bien. La consommation du thé au kombucha s'est
répandue dans le monde des séropositifs et des malades du sida
en Amérique durant ces dernières années, du fait qu'il semble
être un très bon remède naturel pour eux.
Un autre correspondant écrit : J'ai commencé à boire du kom­
bucha il y a trois mois et je le trouve très efficace. Il y a environ
cinq ans j'ai été diagnostiqué séropositif. Mon taux de T4 était
alors de 660 et est descendu en quelques années à 390 avant que
je me mette à votre thé. En deux mois mon taux est remonté à 570 :
il n'avait pas été aussi haut depuis presque deux ans et demi. J'ai
également trouvé qu’il était bon pour mon arthrite et mes pro­
blèmes de sinus.

LE KOMBUCHA :
UNE THERAPEUTIQUE POUR LES ASTHMATIQUES
L'asthme est une maladie qui se répand à une vitesse alar­
mante et est déclenchée par divers facteurs environnementaux.
Le kombucha a un effet positif sur la digestion en détoxifiant le
corps, et cette détoxification a un effet positif sur l'asthme. A cet
égard, un résultat d'essai du docteur Wiesner est très intéressant.
Il a comparé sur 246 patients les effets du kombucha et ceux de
l’Interféron qui renforce l’immunité, et d’une manière générale
les asthmatiques firent état d'une amélioration considérable
quand ils prenaient du kombucha —plusieurs infusions avaient
aussi eu des effets positifs pour ces personnes. Il est cependant
préférable de trouver la cause de la maladie afin de pouvoir l’éra­
diquer.
TROUBLES DU SOMMEIL
Bien dormir est tout aussi important que manger ou boire.
Nous pouvons survivre plusieurs semaines sans nourriture mais
pas sans sommeil. Chaque individu doit déterminer le temps de
sommeil dont il a besoin. Certaines personnes ont assez de cinq
heures de sommeil et d'autres ont besoin de dix. Le stress et
l'inquiétude, associés à des facteurs environnementaux, peuvent
être la cause de troubles du sommeil, et les personnes qui en souf­
frent ont trouvé qu'un verre de kombucha était efficace.

TROUBLES DE LA PROSTATE
Un des principaux problèmes liés au vieillissement chez l'homme
est celui de la prostate. Environ un tiers des hommes sont opérés
de la prostate et un autre tiers connaissent des problèmes de
toutes sortes. Depuis des générations, dans les Alpes d’Europe on
utilise une infusion d'épilobe des Alpes (Epilobium roseum et
epilobium parviflorum) pour y remédier. Depuis 1983 ce remède
est disponible en Australie et vendu sous le nom de Prostawort.
Lorsqu’on l’utilise en association avec le kombucha, la propor­
tion par rapport au thé vert est de 20 % et le thé ne doit pas avoir
plus de douze mois. Cette infusion a de bons effets dans les cas
d’inflammation de la vessie ; un mélange de prêle, souci et épi-
lobe a aussi montré de bons résultats. Une dame âgée sujette à
l’inflammation de la vessie depuis des années boit maintenant ce
mélange dès l'apparition des premiers symptômes, éliminant
ainsi le problème avant qu'il ne s'installe.

LES DIABETIQUES ET LE KOMBUCHA


Un peu partout dans le monde on passe le kombucha à ses
amis en sachant qu'il n'y a pas d'effets secondaires ennuyeux.
Cependant, on pose souvent la question du sucre et de ses effets
sur les diabétiques. En fait, après six à neuf jours le sucre a été
transformé en d’autres subtances par le processus de fermenta­
tion (voir graphique page 44). Il ne devrait donc pas y avoir de
problème pour les diabétiques, à moins, bien sûr, de boire la bois­
son avant fermentation complète. Le pasteur Weidinger le sait,
étant lui-même diabétique.
Est-ce que les diabétiques doivent se méfier des boissons au
kombucha vendues dans le commerce ? La production commer­
ciale peut amener des publicités ambitieuses et les promesses peu­
vent ne pas être toujours tenues. Les boissons contenant des sucres
non fermentés doivent être évitées par les diabétiques, par contre,
certaines tisanes mélangées au thé vert leur conviennent : les
feuilles de myrtille (Vaccinium myrtillus), la renouée (Polygonum
aviculare L.), la bardane (Arctium lappa L.), la chicorée
(Cichorium intybus L.)-

CALCULS DE LA VESSIE ET LE KOMBUCHA


Le docteur Herrmann a fait des recherches pour savoir si le
Kombuchal (extrait de kombucha) pouvait dissoudre les calculs
de la vessie. Des pierres de phosphate ont été introduites dans la
vessie de lapins mâles. L'animal a reçu du Kombuchal deux à
trois fois par jour pendant plusieurs semaines ; la pierre de phos­
phate a fondu lentement et a fini par être évacuée de la vessie.
Avant que les petites pierres ne disparaissent l’urine était plus
chargée en phosphate et en calcium. Le savant tchèque découvrit
que les pierres de phosphate pouvaient, en grande partie, être dis­
soutes par l'acide gluconique lors d'expériences en laboratoire. Il
pense que l'acide gluconique, pris tous les jours et pendant des
années, peut être absorbé par l'organisme humain. Un acide glu­
conique gratuit, chimique ou biologique, peut être produit à partir
d'une kombucha au thé vert et noir.
SCLEROSE EN PLAQUES
Le docteur A. Wiesner a fait des essais comparant l’action du
kombucha avec celle de l’Interféron médicamenteux qui renforce
le système immunitaire. Le kombucha a montré une efficacité de
80 % par rapport au médicament moderne. Dans une lettre publiée
dans le magazine Op Zœk, Mme M. W., de Hollande, atteinte de sclé­
rose en plaques, a raconté son expérience avec le kombucha. Elle
a commencé à boire du kombucha en avril 1989 et elle a vécu une
détoxification complète. Elle n'éprouve plus de fatigue et elle a
même récupéré son permis de conduire. Dans sa lettre de février
1990 elle écrit que cela fait six mois qu’elle prend du kombucha et
qu’elle envisage de se remettre au ski. Elle voudrait que d'autres
personnes soient informées des propriétés du fongus kombucha
et voient la même amélioration de leur santé.

DIARRHEES
Les personnes souffrant de diarrhées peuvent efficacement se
soigner au kombucha. Un mélange de thé noir et de plantain est
souvent recommandé. Des essais scientifiques ont été menés à
Omsk, en Russie, sur des nouveaux-nés souffrant de dysenterie
bactérienne. Quelques jours seulement après la prise de gouttes
au kombucha, les diarrhées régressèrent. Les bébés ont repris du
poids et de l’appétit. La bactérie de la dysenterie avait totalement
disparu au bout d'une semaine.

CONSTIPATION CHRONIQUE
Dans tous les comptes rendus de prise de kombucha pour soi­
gner une maladie, son effet sur une maladie secondaire telle que
la constipation chronique est remarquable. Cela ramène une fois
de plus la vieille question de la poule et de l'œuf. Hippocrate a dit
que la mort se loge dans les intestins et qu'une mauvaise diges­
tion est la racine de tout mal. Les scientifiques modernes disent
que la condition essentielle à un processus de guérison est une
flore intestinale saine.
Le kombucha, avec ses bactéries vivantes et ses levures, favo­
rise et améliore la digestion. Pris en excès, d'autres remèdes
contre la constipation peuvent provoquer une diarrhée, le kom­
bucha, lui, établit un équilibre. J'ai moi-même fait des tests en
buvant deux litres et plus de kombucha sur une période de qua­
torze jours, et j'ai obtenu de bon résultats. Notre propre expé­
rience est toujours plus convaincante. J'ai toujours souffert de
douleurs nerveuses à l'estomac et de problèmes intestinaux, ce
qui explique pourquoi je suis devenu un fan du kombucha. La
constipation est depuis longtemps un de mes ennuis de santé,
surtout en voyage. En 1982 cela m'a conduit à une opération pour
occlusion intestinale. Tous les remèdes - commerciaux et natu­
rels - que j'avais essayés jusqu’alors n'avaient eu que des effets
limités et je devais augmenter la dose au bout de quelque temps
ou alors changer de remède.
Je pense qu’avec le kombucha j ’ai trouvé le seul remède vrai­
ment efficace, et en plus il est agréable au goût. Il est important
de comprendre la cause de la constipation : cela peut être le régime
alimentaire, mais il est aussi vrai que tout le monde n'a pas besoin
d'aller à la selle tous les jours. Beaucoup de gens ont tendance à
paniquer s'ils n'ont pas leur évacuation quotidienne, et ils se ruent
sur des pilules pour améliorer cela - ce qui, à mon sens, est la pire
des choses à faire. Même les remèdes naturels pris régulièrement
peuvent être pernicieux. Les maux de tête et la constipation sont
généralement les symptômes d’un corps qui ne va pas bien.
La cause de la constipation chronique est le plus souvent notre
régime alimentaire et le manque d'exercice, mais elle peut aussi
être due au stress ou à des médicaments. Les gens qui retardent
le moment d'aller aux toilettes parce qu’ils n'ont pas le temps
entraînent leurs intestins à devenir paresseux. Cela peut souvent
être résolu en changeant tout simplement d'alimentation et en
mangeant des produits complets, des légumes, des salades fraîches
et aussi des graisses naturelles comme le beurre, l'huile pressée à
froid, les noix et noisettes, etc. Les produits frais doivent consti­
tuer environ un tiers de notre alimentation. Une fois par semaine
on ne consommera que des produits crus, ou on jeûnera (comme
cela se pratique dans beaucoup de religions). Boire chaque matin
un verre de kombucha apporte une aide essentielle à la digestion.
Les laxatifs - y compris les laxatifs à base naturelle comme le
séné - ne doivent être pris qu'en dernier recours, lorsque rien
d'autre n'a eu d’effet.
Une infusion légère à effet laxatif, comme la bourdaine, peut
être utilisée. Cependant, les femmes doivent utiliser cette tisane
avec précaution car elle peut provoquer des troubles de la mens­
truation. Les personnes qui utilisent des tisanes laxatives doivent
s'en tenir aux plus légères, et en changer souvent pour éviter les
effets secondaires à long terme. Il en va de même pour les mé­
langes d’infusions. Le jus de pruneaux et les pruneaux doivent
aussi être consommés pendant une courte période.
J. A., du Nord Queensland, a écrit ceci : On m'a récemment
fait connaître le kombucha miraculeux et je m'émerveille devant
les résultats obtenus pour la constipation et les douleurs d'esto­
mac qui ne hantent plus mes jours.

PSORIASIS
Le kombucha est recommandé par les docteurs qui ont recon­
nu cette boisson fermentée comme une aide contre le psoriasis.
Mme S., de B., : J'ai bu ce thé (le kombucha) pendant plusieurs
semaines, plus ou moins régulièrement. J'ai du psoriasis sur plu­
sieurs endroits de mon corps, et la tache de 10 cm que j'avais sur
le coude est réduite de moitié.
Une femme qui souffrait de cette maladie depuis plus de trente
ans, et pour qui aucun traitement n'avait été efficace, a retrouvé
une peau souple et douce après avoir bu du kombucha.

TROUBLES DIGESTIFS ET INTESTINAUX


L'usage du kombucha en association avec d'autres traitements
a très souvent eu comme effet secondaire de soigner l'estomac et
les problèmes intestinaux. On pourrait en conclure que, comme
la flore intestinale a été réactivée en buvant du kombucha, la
cause de la maladie originelle était peut-être une mauvaise diges­
tion. Lors de toutes les utilisations du kombucha, le premier
signe positif est habituellement un rééquilibre de l'appareil diges­
tif. Rééquilibrer la flore intestinale n'est pas seulement lié à la
guérison de l'estomac et des troubles intestinaux, c’est la clé de
toute guérison et du bien-être général.

JAMBES ENFLEES
Plusieurs comptes rendus signalent que l’œdème des jambes
diminue avec le kombucha. Mon père, qui avait alors 87 ans, de­
vait voir le médecin au moins deux fois par semaine pour se faire
ponctionner les genoux. Il a bu de l'infusion d'ortie brûlante et il
n’a pas eu besoin de traitement pendant les huit années suivantes.
En Angleterre, une femme d'une cinquantaine d'années souf­
frait régulièrement d'un œdème des chevilles. Après deux mois
de consommation du kombucha son problème avait disparu, et il
n’est pas revenu.
CHOLESTEROL
Les médias ont diffusé quantité d'informations sur le choles­
térol, bien que les scientifiques ne soient pas tous d'accord à son
sujet. Une tension artérielle élevée, un fort taux de cholestérol et
le blocage des artères qui en résulte sont considérés comme la
raison principale des crises cardiaques. Le docteur Herrmann,
assisté de son équipe de scientifiques à Prague, a mené des tests
sur des animaux faisant augmenter leur taux de cholestérol jus­
qu'à treize fois au-dessus de la normale. Le produit utilisé était le
VigantolR. Le docteur Herrmann a poussé les chats à une dose
mortelle et, simultanément, il leur a donné des gouttes de kom-
bucha. Les chats ont survécu à une telle dose et le savant a rap­
porté que l’association du VigantolR et du kombucha ne condui­
sait pas à une augmentation du cholestérol. Même si les tests sur
les animaux ne peuvent pas toujours être transposés aux hu­
mains, celui-ci tendrait à confirmer ce que les consommateurs de
kombucha ont découvert par eux-mêmes. Dans la clinique russe
d'Omsk, après trois semaines de prise de kombucha, une dimi­
nution du taux de cholestérol a été notée.

HYPERTENSION
L'hypertension et les maux qui y sont associés sont au premier
rang des maladies des sociétés occidentales actuelles. Le kom­
bucha est souvent cité comme remède de l'hypertension. Un de
mes amis qui souffre de ce mal l'a essayé et a remarqué une
légère amélioration, mais une infusion d'aubépine fraîche avait
de meilleurs résultats que le seul kombucha. J'ai recommandé de
faire fermenter le kombucha dans une infusion d'aubépine. Les
résultats ont alors montré que sa tension prise chez lui et celle
prise par le docteur, étaient revenues à la normale. Mon ami (M.
W.) souligna que ni l'aubépine ni le kombucha pris isolément
n'avaient des résultats comparables au kombucha fermenté dans
une infusion d'aubépine.
Ces cas ne doivent pas être généralisés ; néanmoins, une
observation similaire a été faite par une autre personne atteinte
d'hypertension. Mme M. Y. a écrit : Depuis quatre semaines je
prends du kombucha fermenté dans de la tisane d'aubépine pour
abaisser ma tension artérielle ; environ 200 ml par jour. Je prends
aussi deux tasses d'aubépine fraîchement infusée. Une conjonc­
tion de ces deux produits s'est avérée très efficace pour mainte­
nir ma tension à un niveau normal, et j'ai pu me dispenser de toute
autre médication. Cependant, en raison d'un précédent ennui de
santé j'ai besoin d'être sûre que j'agis de la bonne façon, je vous
remercie donc de m'apporter toutes les indications que vous
pourrez à cet égard. Selon vous, est-il conseillé de prendre tant de
tisane aubépine/kombucha sur une longue période, ou bien doit-
on ménager des périodes de "repos" ? Si ma tension augmente
durant cette période, y a-t-il une substance de remplacement que
je puisse utiliser ?
Tout d’abord, ma réponse est qu'il est vivement recommandé
de ne jamais vous dispenser des médicaments qui vous ont été
prescrits sans consulter votre médecin. Cela peut présenter cer­
taines difficultés puisque certains médecins mettent en garde contre
les traitements traditionnels tels que les plantes médicinales. Ils
recommandent de cesser tout traitement par les plantes en faveur
du traitement chimique prescrit. D'autres praticiens, plus larges
d'esprit, peuvent conseiller leurs patients avec plus d'objectivité.
La dose recommandée pour l'hypertension artérielle est de
deux tasses par jour, et une pour l'hypotension. Dans le cas de
Mme M. Y. je dirais que sa prise quotidienne de 200 ml d'infu­
sion aubépine/kombucha plus deux tasses de tisane d'aubépine
est un dosage trop élevé. Les périodes de "repos" sont souvent
conseillées car le corps s'habitue au traitement, cependant, l'au­
bépine semble être une exception. Beaucoup de gens ont pris
quotidiennement de l'aubépine pendant des dizaines d'années
avec d'excellents résultats. Néanmoins, il est bon de tenir compte
de certains avertissements. L'aubépine a été bannie d'Australie car
contenant des alcaloïdes, et des surdoses peuvent avoir des effets
secondaires négatifs. Comme pour les autres remèdes, c'est le
dosage qui fait le médicament - ou le poison.
Les expériences de mon père dans le domaine de la tension
artérielle et des problèmes cardiaques sont un bon exemple de ce
que je veux dire. Né en 1899, il a dû rejoindre l'armée à l'âge de
17 ans. Le médecin militaire qui l'a examiné a conseillé qu'il soit
libéré après une courte période d'entraînement, en raison de l'état
de son cœur. Durant les vingt dernières années de sa vie il a pris
régulièrement de la tisane ou de la teinture d'aubépine pour
contrôler son cœur et sa tension. Lorsqu'il fut hospitalisé à 96 ans,
sa mort étant attendue, je demandai au docteur combien de temps
il lui restait à vivre. Le docteur me répondit que son cœur était si
fort qu'il l'empêchait de mourir !
Mme R. H. a écrit : J ’a i pensé qu'il vous intéresserait de
savoir que les personnes souffrant d ’hypertension et consom­
mant du kombucha peuvent avoir à réduire leurs médicaments.
L'expérience montre que les personnes consommant du kom­
bucha avec certains médicaments pouvaient connaître une chute
de tension ; dans cette éventualité elles devraient toujours consul­
ter leur médecin.

SYNDROME DE FATIGUE CHRONIQUE


Après la publication de la première édition de ce livre, j'ai reçu
du courrier en quantités inhabituelles, surtout des commentaires
et des semi-réponses. Beaucoup de gens demandaient pourquoi je
n'avais pas mentionné les effets positifs du kombucha sur le syn­
drome de fatigue chronique, étant donné que le kombucha est le
seul remède qui les soulage. Des lettres venues de Nouvelle-
Zélande et d'Angleterre confirment cette opinion. Une femme,
par exemple, écrit qu'elle avait souffert de fatigue chronique
durant des années, et qu'elle a connu un allégement des symp­
tômes après avoir bu quelques bouteilles de kombucha.
Mme J. E. B., de Nouvelle Galles du Sud, m'écrit : J'ai pris du
kombucha pendant deux mois car je souffrais depuis quatre ans
du syndrome de fatigue chronique. Lorsque je vous ai parlé, cela
faisait cinq semaines que j ’étais libérée d'un des nombreux symp­
tômes (les maux de tête et les idées dans le brouillard), et des signes
montrent maintenant que l'irritation intestinale qui accompagne
cette maladie est en voie d'être surmontée. Cependant, cette mala­
die est caractérisée par des moments de rémission et des rechutes,
les rechutes étant de plus en plus courtes, je l’espère, et de moins
en moins sévères à mesure que la guérison progresse. »
Mme S. H. : J'ai souffert d'états de fatigue chronique pendant
quelques années et j'ai essayé de nombreux produits différents
(vitamines, etc.), en vain. J'ai trouvé que les produits au kom­
bucha étaient très efficaces.
Ma remarque à propos de ce syndrome de fatigue chronique,
est que les personnes qui souffrent de cette maladie dorment dans
des chambres où le réseau tellurique est fort et/ou polluées par des
ondes électriques et/ou électromagnétiques, à tel point qu'on ne peut
pas dire qu'il s'agit d'une pure coïncidence. Il est alors fortement
recommandé de faire les relevés adéquats dans la chambre.

RHUMATISMES
Le docteur Wiesner a trouvé que le kombucha était à peu près
à 92 % de l’efficacité de l’Interféron dans le traitement des rhu­
matismes. Une de ses patientes rapporte avoir été traitée sans
succès avec d'autres produits et elle essaya le kombucha : ses
doigts cessèrent de lui faire mal et elle put à nouveau bouger son
bras sans en souffrir. En poursuivant le kombucha, elle s’est tota­
lement libérée des rhumatismes.

ARTHRITE
Les témoignages de guérison et d'amélioration de l'arthrite
sont nombreux mais le stade de la maladie chez les patients pri-
vés n’était pas bien établi. Il est certainement important que l'ar­
thrite soit traitée aussi tôt que possible, et des changements dans
l'alimentation des patients devraient être entrepris. L'acidité ou le
niveau de pH du kombucha est d'une grande importance, et il est
fréquent que l'on pose des questions à ce sujet. L'interaction du
pH des aliments que nous mangeons et la façon dont il affecte le
pH de notre corps sont très complexes. L'échelle du pH va de 0
(acide) à 14 (basique). L'eau de pluie non polluée a un pH neutre
de 7. Le jus de citron se trouve à 2, les fraises à 3,3, les fram­
boises à 3,4, les pommes de terre à 5,8 et le sel à environ 7,5. Le
kombucha fermenté, quand il a le goût du cidre, a un pH qui se
situe environ à 3. En faisant varier le rapport thé/sucre et le
temps de fermentation, le pH peut aller de 2,8 à 4. Avec cette
nouvelle prise de conscience du pH, beaucoup de gens se sont
mis à douter de ce qui est acceptable et de ce qui ne l'est pas, et
ont tiré des conclusions erronées.
Une femme du Sud de l'Australie m'a écrit que le kombucha
ne pouvait être bon pour l'arthrite puisqu'il avait un pH de 3 envi­
ron. Elle n'est pas la seule à penser que le kombucha doit avoir
des effets négatifs sur l'arthrite. L'expérience pratique et le fait
qu'une nourriture acide ou aigre ne crée pas nécessairement un
milieu acide dans le corps démontrent que cette conclusion est
fausse. Une autre personne, inquiète du niveau de son pH, acheta
du papier témoin et examina le pH de ses urines tous les jours.
Son alimentation fut adaptée pour que le pH lu dans ses urines
soit de 7,4. On peut penser que cette personne a abandonné rapi­
dement, la lecture du pH indiquait probablement que son corps
fonctionnait comme il devait, éliminant l'excès d'acide.
Quand quelqu'un parle d'un corps acide, qu'est-ce que cela
signifie ? Nous avons beaucoup de liquides dans notre corps, et
chacun a son pH spécifique. Dans la digestion, par exemple, la
salive a un pH de 7,1, le suc gastrique de 1,5 et le liquide pan-
créatique de 8,8 (Aihara). Malgré ces nuances dans notre corps,
le sang a un pH très constant de 7,4. Les jeunes ont un niveau
plus bas, et avec l'âge le pH du sang devient plus alcalin. Des
fluctuations du pH dans le sang peuvent conduire à des troubles
sévères : un sang au pH de 7,7 peut conduire à des convulsions
tétaniques et un sang au pH de 6,95 (Fasching) pH 6,0 peut
mener à l'inconscience et à la mort (Aihara). Un pH supérieur à
7,56 est le seuil de développement des tumeurs (Fasching). Et,
surprenant, la nourriture acide (pH inférieur à 7) a un effet alca­
lin sur le corps.
Mme T., de I., m'écrit : Le kombucha a soulagé mon arthrite,
ma main pour écrire ne soujfre plus.
M. W. R., de M., écrit : En avril 1993 je suis parti en voyage
au Tibet, et je suis revenu après avoir souffert d ’une sérieuse
crise de mal des montagnes. Environ trois mois plus tard j'ai
contracté une arthrite rhumatismale. Je fus finalement placé
sous les soins d'un rhumatologue qui m'administra un program­
me de médicaments strict pour contrôler ce mal. En juin et juillet
1994 on me fit connaître le kombucha, que je prends depuis. Lors
de ma visite chez le spécialiste en décembre, il me dit, après exa­
men sanguin, que je n'avais plus d'arthrite. Durant les trois der­
niers mois je n 'ai pas pris de médicaments sauf deux comprimés
chaque soir et de l'huile de primevère une fois par jour, et je me
sens en superforme.
Un autre enthousiaste écrit : Depuis que je me suis mis à boire
l'infusion au kombucha en décembre 1994 mon osteo-arthrite
s'est améliorée de 50 % au moins, et je profite de nouveau de la
vie, mais la douleur a été telle que j ’ai souvent pensé à en finir.
Diverticulite, infections des oreilles, problèmes intestinaux, tout
s'est grandement amélioré. Je peux maintenantfaire de l'exercice
et mes articulations n'enflent plus.
GOUTTE
Une goutte sévère n'est que la partie émergée de l'iceberg, ou,
comme l’a dit un naturopathe, "le résultat de bien'des erreurs
d'alimentation". Les troubles intestinaux peuvent être généti­
ques, ce qui veut dire que les personnes qui ont cette maladie dans
la famille devraient, de toute façon, éviter les aliments qui pro­
duisent un haut niveau d'acide urique. La douleur est causée par
l'accumulation de nombreux petits cristaux de cette forme d'acide
urique. Jadis la goutte était appelée la maladie des riches, elle
était due à une alimentation bien trop riche. La goutte était une
des maladies les plus rares dans les périodes de restrictions qui
ont suivi les Guerres mondiales - le café, toutefois, est cité
comme un des causes de la goutte.
Le docteur Helmut Golz a écrit que l'alcool contient de la
purine, qui est transformée dans le foie en acide urique. Un indi­
vidu sain évacue normalement un demi-gramme d’acide urique
par jour, mais l’alcool augmente l’acide urique et cela mène à la
goutte. Selon le docteur Golz, de tous les thés c’est le thé noir,
ou thé de Russie, qui a le plus fort taux de purine. Etant donné
que seul ce thé avait été utilisé en Russie et en Allemagne pour
les essais, j'ai pensé que le kombucha devait avoir eu des effets
négatifs sur les patients atteints de goutte. Mais le docteur Golz a
expliqué que la symbiose du kombucha demande de la purine
pour sa propre digestion, et l'acide urique, qui est habituellement
difficile à dissoudre, est alors transformé en une solution aqueu­
se et aisément éliminé par la vessie. Le fongus kombucha trans­
forme donc à la fois le sucre et les éléments de la purine pendant
la digestion, si bien qu'ils ne sont pas nocifs.

TROUBLES RENAUX
Dans ses essais comparatifs avec l’Interféron, le docteur A.
Wiesner a découvert que l'aliment biologique qu'est le kombucha
était efficace à 89 %. Le docteur Harnisch rapporte le cas d'un
fonctionnaire de soixante ans dont les reins ne fonctionnaient pas
correctement depuis l'enfance. Son taux d'acide urique était éga­
lement trop élevé. Aucun autre remède (y compris les remèdes
alternatifs) n'avait été efficace jusqu'à ce qu’il prenne du kombu­
cha. Ses reins fonctionnent normalement depuis.

RHUMES CHRONIQUES
On dit qu'un rhume dure généralement quinze jours si on va
chez le médecin et deux semaines si on le soigne chez soi avec
ses remèdes préférés. Autrement dit, il n'y a aucune différence.
Aucun remède n'a encore été trouvé pour soulager les effets
désagréables de la grippe. Des nouveaux virus, toujours plus
résistants, rendent la lutte contre la grippe de plus en plus diffi­
cile. Même les consommateurs de kombucha peuvent l’attraper,
quoiqu'ils disent qu'ils tombent rarement malades. Les rhumes
chroniques ont toutefois une autre origine, et ils doivent être exa­
minés plus en détail. La cause en est souvent une alimentation
peu saine, c'est-à-dire une digestion peu saine. Dans ces cas-là,
le kombucha, qui a l'avantage d'être un antibiotique naturel, est
un traitement recommandé.

AMYGDALITES
A la clinique russe d'Omsk on traitait avec du kombucha les
personnes atteintes d'inflammation des amygdales. Elles en fai­
saient un gargarisme dix fois par jour, conservant le liquide en
bouche jusqu’à quinze minutes à chaque fois. Les inflammations
des amygdales diminuaient, et, comme c’était le cas pour les autres
maladies traitées au kombucha, des effets secondaires positifs
étaient observés dans la guérison de troubles intestinaux et d'in­
flammation de la cavité nasale.
BRONCHITES
L’amélioration d’une bronchite est souvent possible grâce au
kombucha. Un docteur des Pays-Bas (Hamisch) rapporta que,
après avoir testé les effets du kombucha sur lui-même, il l'a pres­
crit avec succès à des enfants atteints de bronchites.

CANDIDA ALBICANS
Certaines personnes souffrant du Candida albicans ont une
réaction négative rien qu'en pensant à la levure ! Dans une inter­
view donnée à Search for Health, l'expert en kombucha Günther
Frank déclare que la levure de kombucha aide à lutter contre le
Candida au lieu de l'aggraver. Les levures doubles (Schizo-
saccharomyces) ne contiennent pas les spores dont tant de gens
souffrent. Au contraire, elle peuvent être efficaces contre les
levures dommageables.
On dit que les levures contenues dans le kombucha remplace­
ront les autres levures, mais qu'elles auront besoin de temps pour
le faire. Les personnes atteintes du Candida doivent prendre cette
boisson avec modération, et prendre garde à ne pas trop filtrer les
dépôts de levure en la mettant en bouteilles. (L’observation vaut
également en dehors du Candida.)

ANEMIE PERNICIEUSE
Depuis qu ’un ami m ’a offert unfongus kombucha au début de
janvier je prends la tisane tous les jours. Depuis 1977 je souf­
frais d ’une anémie pernicieuse pour laquelle je recevais des
injections mensuelles de vitamine B12. Avant que ce mal ne soit
détecté mes jambes avaient commencé à s'engourdir, depuis la
plante des pieds jusqu'à bien au-dessus des genoux. Après deux
injections de vitamine B12 mes jambes étaient revenues nor­
males, sauf la plante des pieds qui semblait être de bois, je ne
sentais plus rien du tout. Pendant dix-huit ans les docteurs m'ont
dit que je ne devais pas m'attendre à une amélioration car les
terminaisons nerveuses étaient probablement trop endommagées ;
je m'étais doncfait à cette idée, et aussi à une sorte de démangeaison
aux chevilles - comme une réaction allergique aux injections.
Mais cette semaine je me suis réveillé une nuit à cause d'une
sensation de brûlure dans les orteils, et quand je me suis levé le
matin j'ai tout à coup remarqué que je sentais la texture du tapis
sous mes pieds, ce que je n'avais jamais senti auparavant. Au
cours de la semaine mes plantes de pied sont revenues à la nor­
male, et je n'ai plus eu de sensations d'engourdissement. Les
démangeaisons ont aussi disparu.
LA BEAUTE PAR LE KOMBUCHA
La première fois que j'ai entendu parler du kombucha comme
d'un produit de beauté miracle j'ai été très sceptique. Le kombu­
cha traitement antirides, ça c’était tiré par les cheveux. Une fois
que les rides sont là, pensais-je, il est impossible de les "repas­
ser" avec du kombucha. Pourtant, je me suis dit qu'il serait peut-
être possible de l'utiliser à titre préventif. En tant qu'effet annexe
de l’action du kombucha sur l'appareil digestif on doit pouvoir
théoriquement améliorer une peau rêche et malsaine, souvent
due à une alimentation mal équilibrée et non saine, ou à une
mauvaise digestion.
Je ne crois pas que boire du kombucha éloignera les rides,
mais ne laissez pas tomber ! Vous pouvez également procéder à
des applications externes du kombucha sous forme de pommade.
Ce n'est pas difficile à faire, le fongus lui-même peut être réduit
en crème en quelques secondes avec un mixer de cuisine.
Appliquez cette crème sur votre visage et laissez-la agir vingt
minutes, le temps de vous allonger et de vous reposer, puis rin­
cez à l'eau chaude. Avec sa forte concentration en levures
actives, la crème est aussi un excellent hydratant. Quand on sait
que les ingrédients actifs de la plupart des bost étiques coûteux
sont les levures pasteurisées, on ptut penser que des levures
vivantes et actives devraient avoir un rés îltat encore meilleur.
Pour la cellulite on peut tenter un second iraitement, en y ajou­
tant un massage quotidien de la zone cor. -ernée avec de l'infu­
sion au kombucha.

LE KOMBUCHA EN CATAPLASME OU COMPRESSE


L'auteur a reçu les lettres suivantes :
J'ai remarqué votre livre sur le kombucha à l'Organic Oasis
(l'Oasis biologique) de Forest Glen, et votre demande d'en avoir
des retours.
Il y a quelques mois un ami m'a donné un champignon pour
démarrer une culture, et nous l'avons utilisé pour nous-mêmes et
aussi partagé avec d'autres. J'aimerais vous parler d'une dame
de soixante-six ans qui a utilisé le kombucha d'une façon assez
inhabituelle avec des résultats incroyables.
Margaret a vécu dans un fort état de stress les deux ans après
que son mari l'ait quittée, et cela a eu plusieurs répercussions sur
sa santé. Elle ressentait une douleur constante dans la hanche
gauche et plus bas dans la jambe depuis plusieurs mois, et
lorsque nous sommes venus récemment chez elle pour y passer
quelque temps elle était incapable de s ’allonger, et elle s’asseyait
régulièrement sur une chaise la nuit pour essayer de trouver un
peu de repos. Etre allongée sur un lit était pour elle insuppor­
table. Elle souffre aussi d'hypoglycémie et elle craignait de
prendre du kombucha par voie interne, aussi décida-t-elle d'es­
sayer le champignon en cataplasme sur sa hanche. Elle couvrit
la membrane avec un film plastique de cuisine, elle enfila un
vieux collant, et en quelques minutes seulement la douleur se mit
à diminuer. Elle se mit précautionneusement au lit vers neuf
heures du soir et, en fait, elle dormit d'une traite jusqu'à quatre
heures de l'après-midi. Elle fut tellement enchantée par le soula­
gement qu 'elle a maintenant des champignons kombucha qui pous­
sent dans plusieurs récipients, et elle continue à appliquer une
compresse lorsque la douleur se manifeste à nouveau.
Elle souffrait aussi de constipation et un soir, avant d'aller se
coucher, elle appliqua un cataplasme au champignon sur son
ventre. Cela aussi s'avéra extrêmement efficace et ses fonctions
intestinales sont revenues à la normale.
Margaret a une peau très claire, et une méchante grosseur
poussait sur son visage juste devant l'oreille gauche. Après
quelques applications de kombucha la grosseur a réduit et main­
tenant elle a presque disparu.
Les méthodes naturelles de guérison ne sont pas étrangères à
cette dame puisqu'elle est présidente d'un groupe de thérapies
naturelles, et elle a utilisé bien d'autres traitements de médecine
alternative. Aucun ne s'est avéré aussi efficace que le kombucha.
Ceci m'a très clairement démontré que ce ferment spécial un
incroyable potentiel pour soulager et soigner l'humanité souf­
frante.
Je suis sûr que vous trouverez cela intéressant et utile.
Mon mari souffre d'arthrite rhumatoïde au genou droit. Il a
subi plusieurs opérations ces cinq dernières années et malgré
cela son genou le fait toujours souffrir, il enfle de temps en temps
et lui cause une forte douleur. Certains jours il ne peut ni mar­
cher ni dormir à cause de cette douleur. Une amie m'a donné un
peu dufongus kombucha qu'elle venait de recevoir, pour essayer
de soulager le genou de mon mari. J'ai appliqué le fongus en
compresse directement sur le genou. Pendant les premières
minutes il ressentit une douleur aiguë dans l'articulation mais la
douleur se dissipa graduellement, aussitôt après la compresse
eut un effet adoucissant, et mon mari fut soulagé et n 'eut plus
mal. Il laissa la compresse sur le genou toute la nuit pour voir ce
que cela ferait, et il dormit paisiblement pour la première fois
depuis des mois. Nous allons continuer cette thérapie pour voir
si elle soigne vraiment cette maladie invalidante.

LE BAIN AU KOMBUCHA
Le pasteur Kneipp, un des plus célèbres praticiens naturels
des pays germanophones, a développé un grande diversité de
thérapies à l'eau qui sont aujourd'hui utilisées dans six mille hôpi­
taux et cliniques privées. Le corps humain peut facilement absor­
ber des substances thérapeutiques à travers la peau. Ajouté à un
bain, le kombucha est efficace pour la régénération du corps entier
et le bien-être général. En tant que traitement bénéfique pour les
problèmes de peau courants, ajoutez environ un demi-litre de
kombucha à un bain moyen. Pour le traitement de zonas, eczémas
et mycoses, les compresses au kombucha sont recommandées.
Pour avoir de beaux cheveux vigoureux, appliquez sur le cuir
chevelu des linges trempés dans le kombucha.

MINCIR AVEC LE KOMBUCHA


Lorsque l'on parle de mincir il faut d'abord définir précisé­
ment ce que l'on entend par "mince". Le désir d'être mince a pro­
duit un marché bien gras pour l'industrie, si bien qu'il est difficile
pour la personne moyenne légèrement trop dodue de prendre la
bonne décision. En 1993, 6,5 millions de marks allemands ont
été investis en publicité par l'industrie de l'amincissement (Wirs-
chaftswoche, Hambourg, Allemagne, numéro du 12/1993). Des
sommes aussi considérables ont été dépensées aux Etats-Unis, au
Royaume-Uni et dans d'autres pays occidentaux où l'on prend
soin de son image et dans lesquels les régimes, la forme physique
et la vente de produits spéciaux hypocaloriques représentent un
très, très gros chiffre d'affaires. Chaque personne en assez bonne
santé et réaliste quant à sa ligne a un poids personnel idéal, mais
beaucoup de personnes, et en particulier des femmes, se rendent
malheureuses en se fixant elles-mêmes des objectifs de poids irréa­
listes et en changeant constamment leur alimentation.
De nouveaux régimes "miracle" sont constamment présentés
dans les journaux et les magazines féminins. Les personnes qui
suivent servilement ces régimes alimentaires mal équilibrés cou­
rent le risque de se rendre malades de malnutrition ! Il n'existe pas
de traitement miracle qui puisse, par exemple, donner à une
femme de taille moyenne la silhouette élancée et la structure cor­
porelle d'un mannequin. Demandez-vous, avant de vous lancer
dans un programme de perte de poids, si vous préférez être
mince et malade ou en bonne santé et à votre poids personnel
idéal. Etre trop mince est tout aussi dangereux qu’être en excès
de poids. Comme dans beaucoup de situations, le but est de trou­
ver un juste milieu.
Mais qu'est-ce que tout ceci a à voir avec le kombucha ? A
long terme, seul un régime sensé peut amener à conserver une
bonne santé et un poids idéal. Le kombucha peut avoir, à cet
égard, des effets bénéfiques. Utilisé dans un programme intelli­
gent de réduction de poids, le thé aura fermenté jusqu'à quatorze
jours, il aura alors acquis un goût aigre. Un verre de ce breuvage
sera bu en début d'après-midi et le soir avant le repas. Une fois
le poids idéal atteint, les infusions suivantes ne seront fermentées
que six à dix jours et bues en tant que parties intégrantes d'un
régime équilibré. Le kombucha favorise le processus de diges­
tion et, ainsi, aide à atteindre son poids individuel idéal. Il a un
léger effet purgatif, plus sensible s’il est pris avant les repas.
Contrairement aux laxatifs, toutefois, le kombucha n'augmente
pas ses effets si on en prend de plus fortes doses.
A une époque où beaucoup de gens ne font pas assez d'exer­
cice, ont des métiers sédentaires, mangent irrégulièrement et in­
cluent beaucoup de nourriture pasteurisée, le kombucha est tout
particulièrement recommandé. Des intestins paresseux seront la
cause d'une constipation, d'un excès de poids et d'autres symp­
tômes associés à un mode de vie pas très sain. L'effet positif du
kombucha sur la santé peut, de toute évidence, être relié à l'effet
qu'il a sur la régénération de la flore intestinale. Des scientifiques
du monde entier sont d’accord sur ce point.
Ma vidéocassette réalisée en 1984 : Back to nature with médi­
cinal herbs (Le retour à la nature par les plantes médicinales ),
dans laquelle je faisais référence à l'amincissement et au poids
idéal, n’a pas échappé à un magazine féminin renommé. Suite à
notre interview, le magazine a fait le test de ma méthode sur plu­
sieurs personnes : tous les essais furent positifs. Mais comme j ’ai
refusé de changer mon compte rendu et d'en faire un programme
de régime, l'histoire ne fut jamais publiée. Depuis, ce magazine
et de nombreux autres ont publié d'innombrables régimes - aug­
mentant à chaque fois leurs ventes. Pourtant, bien qu'un régime
amincissant nutritionnellement mal équilibré et déficient en ali­
ments frais puisse, à court terme, faire perdre du poids, à long
terme il n’améliorera pas la santé. La santé dépend de l'équilibre.
Un régime inadéquat ne parviendra jamais à soigner une maladie
ou à obtenir une perte de poids sensible et permanente.

LE KOMBUCHA POUR LES JEUNES


DE PLUS DE 80 ANS
L’information disant qu'un homme de 130 ans et une femme
de 89 ans ont pu avoir un bébé en bonne santé était de nature à
exciter les médias et à attirer l'attention sur le kombucha. Nous
pouvons tous avoir notre propre opinion sur les âges donnés.
Mais, ce qu'il faut noter, c'est que beaucoup de personnes âgées
pensent que c'est le kombucha qui leur permet d'avoir une vie
toujours active. Même le docteur Sklenar, qui était médecin mili-
taire en Russie, rapporte avoir rencontré des gens d'âge avancé et
ils avaient l’air de mener une vie saine et active. Le kombucha a
pour effet de détoxifier, d'aider la digestion, et d’améliorer l'éner­
gie, il n'est donc pas surprenant qu'il contribue à la santé et la
bonne forme des personnes d'âge avancé. Le kombucha ne peut
être considéré que comme un ingrédient de cette recette efficace,
et non comme la seule cause de ce succès.

LE KOMBUCHA COMME REMEDE CONTRE


L'IMPUISSANCE
La puissance (virile) d'un être humain est très largement consi­
dérée comme une mesure précise de la santé et de la vitalité. En 1992,
les Allemands ont dépensé 790 millions de marks sur les hor­
mones sexuelles (Stem, 12/1992), cela représente environ 10 marks
par habitant, des nouveaux-nés jusqu'aux arrières-grands-parents.
Le stress, une mauvaise alimentation, des facteurs environne­
mentaux, le manque d'exercice et les effets secondaires de médi­
caments peuvent tous contribuer à une baisse des capacités sexuelles.
Lors de ses recherches en Russie, le docteur Sklenar a trouvé de
nombreux exemples de personnes âgées toujours actives sexuel­
lement et les vieux fermiers des régions rurales qu'il visitait attri­
buaient cette capacité à la consommation de kombucha. D'après
le naturopathe allemand Jost Kuessner (das neue) : "Le fongus
résout l'impuissance. Beaucoup d'hommes encore jeunes ont des
problèmes d'érection. Au bout d'une semaine seulement le kom­
bucha aide à retrouver une vitalité sexuelle".

BLESSURES ET ULCERES
Le fongus lui-même peut aussi servir à guérir les blessures et
les ulcères. Une femme du Queensland m'a dit qu'elle souffrait
d'un ulcère à la jambe depuis plusieurs années. Elle a appliqué
dessus un fongus frais juste sorti de son récipient, l'ulcère a guéri
en moins d'une semaine et n'est jamais revenu. D'autres per­
sonnes qui ont directement placé un jeune fongus sur des plaies
mentionnent aussi de bons résultats.

SE DOPER AU KOMBUCHA
Les membres d'une des plus grandes organisations "sportives"
du monde, l'armée russe, boivent régulièrement du kombucha.
Certains régiments ont leurs propres recettes secrètes, et l'armée
allemande a aussi fait des essais sur son efficacité. Le professeur
Simon Gerrit, de l'Ecole sportive de l'armée à Warendorf, en
Allemagne, a testé le kombucha et est arrivé à la conclusion que
"le kombucha fermenté pur et biologique" a un "effet revigorant
et améliore les performances des athlètes".
Les athlètes russes de haut niveau consomment du kombucha
pour améliorer leurs performances. Des tests scientifiques ont
été menés au centre olympique de Warendorf et ont donné des
résultats exceptionnels. Même avec le plus rude des entraîne­
ment, les douleurs musculaires ne posaient pas de problèmes et
les athlètes amélioraient leurs performances en buvant 20 cl de
kombucha trois fois par jour. L'équipe de médecins qui a mené
les expériences a découvert que le sel de l'acide lactique dimi­
nuait avec le kombucha. Sous l’action d’un exercice physique
poussé l'organisme s’acidifie plus vite et le kombucha corrige
cela. Dans l'ensemble, les athlètes en tiraient des bénéfices et
récupéraient plus vite après de longues courses. Un bien-être et
des performances accrues étaient dûs, selon les scientifiques, à
l'échange positif d'énergie dans les cellules que le kombucha
encourageait.
Un homme me posa beaucoup de questions sur le kombucha.
Il me dit qu'il fabriquait quinze litres de kombucha par jour pour
son propre usage. En me basant sur une consommation moyenne
je calculai qu'il devait avoir une famille de quinze personnes, mais
pas du tout ! Il s'avéra qu'il donnait du kombucha à des chevaux
de course pour leur donner un "coup de fouet". "Je sais que les
mérites du kombucha se mesurent dans de précieuses secondes
de course" me dit-il. On parle aussi des chameaux de course dans
les pays arabes qui reçoivent une boisson fermentée comme
"dopage" légal, comme le rapporte le magazine suisse de santé
Naîürlisch sous le titre "L'énergie bio fait courir les chameaux".
La Suisse exporte 73 % de sa production, les ingrédients et le détail
de la fermentation restant des secrets de fabrication. Pendant des
années, de nombreux herboristes et naturopathes australiens ont
administré à leurs patients une préparation secrète : qui s'avéra
n’être rien d'autre que du kombucha.

LE KOMBUCHA DANS LA MEDECINE VETERINAIRE


Les cultivateurs ont été de plus en plus critiqués ces dernières
années en raison de leur dépendance envers les produits chi­
miques. Aujourd'hui, la demande de nourriture naturelle est de
plus en plus forte et les produits biodynamiques et les méthodes
de soin alternatives pour animaux gagnent progressivement en
popularité. Le kombucha est aussi utilisé en applications vétéri­
naires. On a fait un essai sur des moutons et des veaux : des
gouttes de kombucha ont été administrées à des animaux souf­
frant de diarrhée et le taux de réussite a été de 100 %. Le kom­
bucha a été mélangé à la nourriture des animaux en bonne santé,
et leur croissance a augmenté de 15 %.
L'aspect économique de la consommation de kombucha est
important aussi, évidemment. La fermentation du kombucha
demande une grande quantité de sucre, ne serait-ce pas là une
utilisation bénéfique des excédents de sucre que nous consom­
mons et qui provoquent beaucoup de nos maladies ? Ne serait-il
pas également possible de remplacer les dangereux traitements
aux hormones administrés aux animaux par un produit au kom-
bucha, plus sain ?
Voici une délicieuse anecdote d'un correspondant australien :
Le meilleur exemple de succès fut pour moi la guérison de
notre chien, un berger allemand qui souffrait depuis plusieurs
étés d'un eczéma urticant qui provoquait une plaque dénudée à
la base de sa queue, avec cette année l'apparition de grosseurs
verruqueuses. Comme il est difficile de lui faire boire le liquide,
j'ai commencé à couper le fongus et à lui en donner un morceau
chaque matin ; il réclame maintenant son morceau de kombucha
tous les jours avant le petit déjeuner. Les poils de son dos sont
pratiquement tous revenus et j'espère que les verrues disparaî­
tront avec le temps. Je continuerai d'utiliser le kombucha jusqu'à
ce qu'elles aient disparu. Le chien semble aussi bien plus solide,
notamment en ce qui concerne ses pattes postérieures qui s'af­
faiblissaient.

LE RESEAU KOMBUCHA
(COMMENT OBTENIR ET PARTAGER VOTRE FONGUS)
La façon dont la communauté du sida en Californie a décou­
vert un sens de la compassion en partageant le fongus est un
excellent exemple de la mise en relation que produit le kombu­
cha. Il est peu probable qu’un autre organisme soit aussi proli­
fique et se reproduise d'une semaine à l'autre. Ce serait dommage
de le jeter alors qu'il peut apporter la guérison à un ami, ou à un
étranger qui pourrait devenir votre ami. Notre Mère Nature nous a
fait le don inestimable de la guérison, vous pouvez vous aussi la
transmettre à d'autres.
Une très bonne façon de créer un réseau kombucha est de gar­
der trace de ceux à qui vous avez donné une culture. Ainsi, si on
vous en demande un et que vous n’en avez pas, vous pouvez sim-
plement dire de prendre contact avec une personne de cette liste.
Essayez de mettre une annonce dans votre magasin de diététique.
Imaginez à quel point notre société pourrait être transformée si
chacun prenait l'habitude de cultiver le kombucha dans sa cuisi­
ne, tout comme cela se faisait dans les campagne les plus recu­
lées de Russie !
Vous n'avez pas besoin d'être mathématicien pour vous rendre
compte que, si tous ceux à qui vous avez donné un fongus fai­
saient la même chose dans l'année, il y aurait des milliers de cul­
tures de kombucha qui aideraient des tas d'autres gens à guérir !
Et si vous échangiez alors des recettes et des tuyaux sur les
meilleures façons de faire une boisson ou sur la manière de
confectionner des pommades, quelle structuration de la société
ce serait ! Et c'est bien ce dont nous avons besoin.
La connaissance du kombucha se répand à toute allure. Des
milliers de gens cultivent des cultures et les distribuent. Si vous
voulez en commencer une, gardez les oreilles ouvertes, cherchez
dans les magazines de médecines alternatives ou demandez à
votre praticien holistique. Merci de ne pas écrire à l'éditeur pour
cela. Vous trouverez quelques adresses page 125 si vous voulez
vous faire connaître en tant que source de cultures ou si vous
voulez en obtenir une.
EPILOGUE

LA SANTE C'EST L'EQUILIBRE


Sans aucune exception, les gens qui font des recherches sur le
kombucha le recommandent comme une méthode de soin globale.
On ne peut pas isoler certaines maladies et leur traitement si l'on
veut rétablir une santé holistique. Un regain d'intérêt significatif
pour cette méthode de guérison s’est produit, il y a quelques
années, mais il ne faut pas considérer le kombucha comme un re­
mède isolé ; il vaut mieux le voir comme ce qu'il est réellement :
un aliment précieux, vivant et dispensateur de santé. Demandez
à des personnes âgées d'où elles tiennent leur bonne santé et leur
forme physique et vous recevrez probablement un regard
moqueur. Si vous insistez, cependant, et posez des questions plus
précises, la réponse la plus courante est d’une alimentation saine
et équilibrée.

LE NEUF ET L'ANCIEN DU N E W AG E
D'innombrables méthodes "alternatives" de guérison existent
dans le monde entier, mais certaines peuvent devenir brumeuses
en passant d’un pays à l'autre. Libérer les énergies bloquées avec
le Reiki, lire les auras avec la photographie de Kirlian ou les
empreintes de plasma, débloquer des peurs en retournant dans le
passé par des régressions, maîtriser le présent et l'avenir avec
l'astrologie et la numérologie, soigner par les sons ou les cou­
leurs, l'aromathérapie, l'acupuncture, les cristaux.,., sont quelques
exemples des nombreuses pratiques de soins. Beaucoup d'entre
elles sont des redécouvertes de traditions qui remontent à des
milliers d'années, et de meilleurs moyens de communication ont
répandu rapidement ces connaissances. Pas une seule de ces tra­
ditions ou pratiques ne doit être écartée, mais elles doivent être
prises en compte au même titre que toutes les autres méthodes
de soins disponibles, y compris la médecine moderne.

PLACEBO :
LA DECOUVERTE DE LA MEDECINE MODERNE
Le phénomène de l'effet placebo ne cadre pas bien dans le
tableau de la science moderne. Si la médecine moderne devait
utiliser des mots du vocabulaire commun, elle le décrirait sans
doute comme un "miracle". Guérir avec rien est scientifiquement
impossible. Guérir d'un mot ou d'un effleurement est quelque chose
que nous ne connaissons qu'au travers de la Bible. Au cours de
tous les tests de la médecine moderne, cependant, nous sommes
fréquemment confrontés à l'autoguérison ou à l'effet placebo. La
science a-t-elle redécouvert la guérison miraculeuse lors de ces
essais, et en sont-ils la preuve ? Bien que la médecine placebo n'ait
pas d'ingrédients actifs, elle a des taux de réussite incroyable­
ment élevés pour tous types de maladies. Même lors des tests en
double aveugle, l'effet placebo a été identifié.
Pendant à peu près cinquante ans, la recherche a testé l'effica­
cité de la médecine placebo. Dans des tests, un groupe de pa­
tients reçoit un nouveau médicament et, parallèlement, un groupe
comparable reçoit le même produit mais sans agents actifs. Dans
les tests en double aveugle, ni le médecin, ni le patient ne savent
quel est le médicament administré. Si par exemple les deux
tiers des patients souffrant de forts maux de tête réagissent au
premier médicament alors qu'un même taux de patients réagit de
la même façon au faux médicament, cela ne prouvera pas que
l'ingrédient actif fonctionne. Tout le monde veut une anesthésie
locale chez le dentiste ; comment un patient réagirait-il si, après
le traitement, le dentiste révélait que l'anesthésiant utilisé n'était
que de l'eau ? Environ 30 % des patients offrent les mêmes résul­
tats avec un placebo qu'avec un médicament réel.
Les effets soignants du placebo dépendent en grande partie de
la personne qui l'administre. Un prescripteur sûr de lui aura de
meilleurs résultats qu'une personne plus hésitante. Il est intéres­
sant de noter que les effets secondaires néfastes des médicaments
sont aussi ressentis avec les placebos. De toute évidence, le cer­
veau est capable d’envoyer des messages de guérison au corps.
Lorsque nous prenons un médicament nous croyons en son pou­
voir guérisseur, et donc, inconsciemment, nous nous guérissons
nous-mêmes. Si le pouvoir d'autoguérison du mental est si fort,
ne devrions-nous pas exercer ce pouvoir afin de nous soigner
sans effets secondaires néfastes ? Après avoir publié la première
édition de ce livre j'ai reçu beaucoup de lettres et d'appels télé­
phoniques. Le feed-back au sujet de la médecine placebo était
particulièrement fort.
Une infirmière, qui pendant des années avait travaillé en équipe
de nuit à l'hôpital, m'a dit que c'était une pratique courante de don­
ner des placebos aux patients. Les patients recevaient une certaine
dose de médicament pour les aider à dormir mais beaucoup
réclamaient une deuxième pilule au milieu de la nuit. La dose
maximum autorisée par nuit était une seule pilule, et les infir­
mières donnaient donc aux patients qui réclamaient une deuxième
dose une pilule de vitamine C (apparemment identique au som­
nifère) avec un taux de réussite de 100 % ! Lorsque je mis en
question ce fort taux de réussite en arguant que la vitamine C
avait un effet stimulant exactement à l'opposé de l'effet attendu
d'un somnifère, l'infirmière me répondit : « Ça marchait, voilà
tout ». A ma question de savoir pourquoi la vitamine C plus saine
n'avait pas été donnée en premier lieu aux patients, je n'obtins
pas réponse. Je ne peux donc que répéter ma question : Pourquoi
les millions de dollars dépensés chaque année dans la recherche
de nouveaux médicaments ne sont-ils pas utilisés dans les mêmes
proportions pour chercher les possibilités d'augmenter "l'effet
placebo", afin que moins de médicaments soient nécessaires ?
"Lorsque vous prenez un médicament avec un verre d'eau pour
l'avaler, l’eau vous fait souvent plus de bien que le médicament".
(Docteur F. Batmanghelidj).
JEUNER POUR GUERIR, ET NON SE SUICIDER
AVEC LA NOURRITURE
Des problèmes d'alimentation émergent comme jamais aupa­
ravant. A la télévision nous voyons un nombre incalculable de
personnes mourir de faim dans bien des pays, et sur l'autre face
du globe des gens souffrent de problèmes de santé à cause d'une
alimentation trop riche. La question maintenant est de savoir
quelle est la mort la plus enviable : une mort de faim rapide, ou une
mort lente par suralimentation ? Cela peut paraître étrange mais
le jeûne doit être considéré comme une des meilleures méthodes
de soin. L'effet positif du jeûne sur la santé a été reconnu par beau­
coup de religions primitives. Dans la plupart des religions on
observe un jour de jeûne, ou un temps plus long avec une nourri­
ture limitée. Les animaux, eux aussi, jeûnent pour une meilleure
santé, c'est-à-dire qu'ils jeûnent pendant les longues périodes
d'effort physique. L'anguille et le saumon jeûnent tous les deux
quand ils voyagent sur de longues distances pour rejoindre leurs
lieux de reproduction. Les oiseaux migrateurs voyagent sur des
milliers de kilomètres sans prendre de nourriture. Le jeûne est un
bon moyen préventif contre la maladie.
Les maladies intestinales, l’excès de graisse dans le sang et
une forte tension artérielle sont les principaux facteurs de risques
dans les pays occidentaux, - et ils peuvent être tous aisément
traités avec les problèmes du Tiers-Monde. Si les pays occiden­
taux fournissait au Tiers-Monde la nourriture économisée d'un jour
de jeûne, il n'y aurait plus personne mourant de suralimentation
d'un côté et plus personne mourant de faim de l'autre.
ALIMENTS ACIDES, ALIMENTS BASIQUES
Il y a deux groupes d'aliments basiques et acides. L'un est
constitué d'aliments qui sont réellement acides ou basiques, et
l'autre d'aliments qui produisent une réaction acide ou alcaline.
Par exemple, la lime est extrêmement acide avec un pH de 1,9
mais elle augmente le contenu alcalin du corps. Si vous voulez
influer sur le pH de votre corps, ce qui est important n’est pas de
connaître le pH des aliments que vous mangez mais plutôt la
réaction que ces aliments vont produire dans votre corps. Pour en
savoir plus, je vous recommande la lecture du livre Acid and
Alkaline (Acide et alcalin), de Herman Aihara.
Une recherche menée en Russie et en Tchécoslovaquie est
intéressante à cet égard. Pour les buts de cette recherche, l'eau a
été divisée en eau vive et en eau morte. Le courant électrique conti­
nu transforme l'eau neutre (d'un pH de 7 environ) en eau acide (pH
4) et eau alcaline (pH 10). D’après les* informations données,
cette eau a été utilisée avec d'excellents résultats pour une gran­
de variété de maladies. Les recherches étaient basées sur le fait
que les plantes ne peuvent se développer que dans un milieu au
pH spécifique. Des orties indésirables peuvent être éliminées de
deux manières : soit en pulvérisant des produits chimiques - et
leurs effets négatifs sur l'environnement - soit en altérant le pH
du sol (calcium) si bien que les orties ne pourront survivre.
D’après les recherches, il en va de même avec les maladies.
Modifier le pH du sang combattra certaines maladies. En ce qui
concerne le cancer, par exemple, si le pH du sang est altéré avec
de l'eau modifiée à 7,4 il n'y a plus de "terrain fertile" pour que
le cancer puisse se développer, ce qui préviendra l'apparition de
nouvelles tumeurs. Comme le montrent les informations en pro­
venance de Russie, plus de 500 patients atteints de maladies di­
verses furent traités avec succès. Cependant, il est aussi souligné
qu'il est impossible de soigner toutes les maladies avec de l'eau
(Krotov). La fabrication de cette eau est relativement facile, et j'ai
rencontré il y a quelques mois des personnes de Tchécoslovaquie
qui confirmaient, avec enthousiasme, les capacités de guérison
de l'eau modifiée. Vous pourrez trouver des informations plus dé­
taillées sur les "eaux vives" et les "eaux mortes" dans mon livre
sur les cures d'eau.

TEMOIGNAGES
Merci à tous ceux qui m'ont écrit pour faire partager leur
expérience de la consommation du kombucha. Voici un échan­
tillon de ce que j'ai reçu :
D'un docteur australien : ...Je n'utilise le kombucha que
depuis six mois et j'ai quelques patients qui s'y essayent. Jusqu'à
présent, les premiers résultats connus sont les suivants : 1 : ac­
croissement de l'énergie, 2 : perte de poids, 3 : activité intesti­
nale régulière, 4 : un patient avec des problèmes gastriques est
maintenant guéri à 100 %, 5 : diminution de la taille des naevus,
6 : bons résultats pour les sinus et l'élimination de mucus, 7 : je
l'ai utilisé pendant la saison des rhumes des foins et j'ai été sou­
lagé plus tôt que d'habitude. Le seul problème rencontré jusqu'à
présent est l'urticaire en cas de surconsommation. Nous sommes
maintenant cinquante familles à prendre du kombucha.
Un témoignage remarquable de H. T, de S. :... Un cancer du
poumon a été diagnostiqué à mon père. Dans un poumon, la
tumeur avait la taille d'une petite orange. Son docteur l'informa
que son cancer était incurable mais que des traitements lui pro­
cureraient une meilleure qualité de vie pour le temps qui lui res­
tait. Son frère lui donna un kombucha et il commença à en boire
immédiatement deux verres par jour. Quatre mois plus tard, un
examen aux rayons X ne montrait plus trace d'un cancer. Nous,
sa famille, n'avons aucun doute que le kombucha était respon­
sable de sa guérison.
... On m'a récemment fait connaître le miraculeux kombucha.
Je suis à ce jour enchanté des résultats en ce qui concerne la cons­
tipation et les douleurs d'estomac qui ne hantent plus mes jours.
...Je dois dire que le kombucha m'a surpris. J'avais de l'asth­
me, car je travaille dans une usine de textile depuis des années.
Je souffrais aussi de fatigue chronique depuis des années, et après
deux bouteilles de kombucha je sens une nette différence.
...Je souffrais de fatigue chronique depuis des années et j'ai
essayé en vain des tas de produits différents : vitamines, etc. J'ai
trouvé que les produits au kombucha étaient très efficaces.
... C'est devenu la coqueluche des lycéennes d'ici qui gran­
dissent vite et sont toujours fatiguées ; elles disent que le kom­
bucha leur donne plus d'énergie. Merci beaucoup.
... J'ai acheté ce médicament (kombucha) à un naturopathe
pendant dix-huit mois et il nous a sauvés, mon mari et moi, de la
mort.
...L e kombucha a soulagé mon arthrite, ma main droite n'est
maintenant plus douloureuse.
... J ’a i pensé que cela vous intéresserait de savoir que les per­
sonnes qui souffrent d ’hypertension peuvent avoir à réduire
leurs médicaments lorsqu'elles prennent du kombucha, étant
donné que la tension artérielle d'une dame est allée trop bas.
... En ce qui me concerne, je suis très impressionné par ce thé
(kombucha). Je ne suis plus jeune, j ’ai 77 ans. Ma digestion est
bien meilleure et j'ai beaucoup plus d'énergie. Une de mes amies,
de deux ans plus jeune que moi, a pu réduire de moitié ses com­
primés pour hypertension. Les effets secondaires de ces compri­
més ont diminués. Une forte démangeaison qui lui prenait tout le
corps est en train de disparaître. Elle a aussi pu se débarrasser
d'un caillot dans une jambe en appliquant des compresses de
kombucha pendant trois nuits. Elle a toujours été sujette à ces
caillots, ils peuvent durer trois à quatre semaines et être très
douloureux. Si je n'avais pas vu votre livre dans une boutique de
diététique ici à M., ces résultats positifs n'auraient pas eu lieu.
Merci donc d'avoir écrit ce livre et de nous avoir fait connaître
ce merveilleux kombucha.
...Je tire de grands bienfaits du kombucha. Même après une
semaine je me sens beaucoup mieux : activité intestinale régu­
lière, plus d'énergie, bon sommeil.
...Je bois ce thé depuis un mois environ et j'ai remarqué un
changement dans les varices de ma jambe droite.
...Je le prépare et le bois depuis trois mois et je me sens plus
d'énergie et en meilleure santé générale.
Quelques commentaires caractéristiques sur la variété des goûts :
Délicieux... mes enfants croyaient que c'était du jus de
pommes.
J'apprécie le kombucha car c'est la seule boisson que j'aime
et qui n'a pas d'effets secondaires.
...Je me sens vraiment bien après avoir bu du kombucha.
...Depuis que je me suis mis au kombucha je l'aime plus que
la bière ou le vin, et je me sens bien mieux le lendemain.
Je fais du kombucha depuis un an et je trouve toujours de
nouvelles et délicieuses recettes.
Vraiment sain, et en même temps délicieux.
D'autres commentaires sur les effets après consommation de
kombucha :
Des tumeurs cancéreuses dans les poumons ont diminué.
...Une jeune homme de 79 ans a pris du thé pendant deux
mois et la circulation du sang s'est rétablie dans ses mains : elles
étaient noires et bleues et sont maintenant d'une couleur bien
plus saine.
...Il avait tendance à faire de l ’œdème ; il est maintenant
mince et ses chevilles sont fines.
...remarqué des poils gris sur le torse et le ventre qui redeve­
naient noirs.
...Ma tension artérielle est revenue à la normale.
...Des taches brunes sur la peau ont disparu.
... L'urine est devenue claire alors qu’elle était très trouble.
...meilleur sommeil en deux semaines.
...soulagement de la douleur arthritique dans le cou et les
épaules.
...Mes cheveux sont devenus considérablement plus épais,
avec moins de chute lors de shampooing.
...La constipation a été un problème pendant vingt ans. Avec
le kombucha, tout va bien.
...urine claire, poids plus facile à maintenir.
...je me sens tout simplement tellement mieux.
...a augmenté mon énergie et ma mobilité lorsque je joue au
tennis.
...régularité intestinale.
...Des taches provoquées par le soleil ont disparu.
...Les bouffées de chaleur ont disparu.
BIBLIOGRAPHIE ET SOURCES

Aihara, Herman, Acid and Alkaline, George Oshawa Macrobiotic Fndtn, 1544
Oak St., Oroville, CA. 1980.
Biser, Sam. Interview with F. Batmanghelidj, MD “The Greatest Health
Discovery in the World”.
Breuss, R. “Cancer and Leukemia - Advice for the prévention and natural
treatment of numerous diseases” : Bludenz Vgb, Austria, (1982).
Brown, A.J. “On an acetic ferment which forms cellulose” : Jour. C hem . Soc.
L ond. (1886).
Carstens, Dr V. “Hilfe aus der Natur - meine Mittel gegen Krebs’ : Q u ick
(43/1987).
Cribb, A.B. & J.W. W ild m ed icin e in A u stra lia : p. 60 (1986)
Das Beste, “Geheimnisse und Heilkraefte der Pflanzen”.
Filho, L.X., Paulo E.C., Pareira E.C. & Vincente, C. “Phenolics from tea
fungus analyse by performance liquid chromatography” : Phyton, Buenos
Aires (1985).
Frank, Gunter, \7. K o m b u ch a - H e a lth y b e v e ra g e a n d n a tu ra l rem ed yfro m the
F a r E a s t : Ennsthaler, Steyr, Austria.
Gadd, C.H. “Tea Cider” : Tea Q u a rte rly (Talawalelle, Ceylon, 1933).
Gold Coast Bulletin : “Cancer plea bears fruit” and “Pawpaw’s médicinal
qualities” : Weekend Bulletin (1993), P.O. Box 1, Southport, Qld 4215.
Golz, Dr. K o m b u ch a E in a lte s T eeh eilm ittel sch en k t n eu e G esu n dh eit, Ariston,
München, Germany, (1992).
Goetz, Gerog “Kombucha - der Wunderpilz, der Millionen Gesundheit schenkt’
in D a s N e u e (Issue 3 - 14, 1988).
Harnisch, Dr Guenther : K o m b u c h a g e b a llte H e ilk r a ft d e r N a tu r ’, Turm,
Bietigheim-Bissengen, Germany.
Harris, R.D. P ro sta w o rt o r W illow h erb : Candelo, Crowsnest, Australia.
Hess, Walter, “Bio-Strath macht auch Kamele schneller’ in Natürlich, AT
Zeitschriftenverlag, Bahnhofstrasse 39-43, Aarau, Switzerland (1994).
Horstkorte, C. “Zaubertrank aus China-Pilzhilft auch bei Sex Problemen”
Kaminski, A. A. “Aerzte : Pilz heilt Frauenleiden” : B ild d e r F rau (2/1988)
a. Springer Verlag, Hamburg, Germany.
Kaminski, A. A. “Aerzte : Pilz heilt FRauenleiden” : B ild d e r F rau (2/1988)
Springer, Hamburg, Germany.
Kanuka-Fuchs, Reinhard. Building Biology & Ecology Institute of New
Zealand, 22 Customs St. W., Auckland, New Zealand.
Kelly, Justin. “Magnetic Health Teaching Services’ : 5 Cocararra Ct, Tugun
Heights, Qld 4224. Australia.
Koerner, H., “DerTeepilz Kombucha” : D e r N a tu ra rzt 108 (1987), and
“Kombucha - Zubereitung wurde von Sportmedizinern getestet” N atu ra-
m e d (10/1989).
Kuski, A. & Esko, W., Avery Publishing Group, Garden City Park, New York,
USA.
Lassak, E.V. & McCarthy T., A u str a lia n M é d ic in a l P la n ts, Methuen, 44
Waterloo Rd, Norgh Ryde 2113, Australia (1983).
Meixner, Dr a., P ilze s e lb e r zu ech ten : AT Verlag, Aarau, Switzerland.
Mulder D., “A Revival of Tea Cider” : Tea Q u arterly, Talawakelle, Ceylon,
(1961).
Perko J., “Kombucha - Health you can drink’ and other information. The Way
To Live Sanctuary, Canungra, Qld 4275, Australia.
Potter’s N e w C y c lo p a e d ia o f B o ta n ic a l D ru g s a n d P réparation s.
Quinn, D., L eft f o r D e a d : Quinn Publishing Co., Minneapolis, U.S.A.
Reiss, J., “Der Teepilz und seine Stoffwechselprodukte” : D eu tsch e
L eb en d sm ittelru n d sch a u (9/1987).
S e a r c h fo r H ealth : “Kombucha ‘yeasts’ fights candida, they do not encourage
it” ; and “Kombucha converts tea and sugar into a healthy, nutritious
detoxifying beverage”.
Sharma, Dr P.R., T he A r t o f S p ir itu a l L ivin g : The Ram-Rukimini Institute
Liaison, Geneva, Switzerland.
Teeguarten, Ron, C h in ese Tonie H erb s, Japan Press (1986).
Tietze, Harald, “BackTo Nature with Médicinal Herbs” (Video 1984).
Tietze, Harald, E a rth ra y s : The S ilen t K ille r : P.O. Box 34, Bermagui South,
NSW 2546, Australia.
Timmons, Stuart, “Fungus Amon Us New Age Jour, P.O. Box 53275, Boulder,
CO 80321.
Urban & Schwarzenberg, R o ch e L exicon M edizin .
Vogel, Dr A., D e r klein e D o k to r : Teufen, Switzerland.
Waal, de Dr M., M é d ic in a l H e rb s in th e B ib le : Weiser, York Beach, Maine,
USA.
Wagner, H., G e g e n je d e K ra n k h eit ist ein K ra u t g ew a ch sen : Ruhland
Altoetting Weidinger, Herman Josef “Kombucha - Tee der aus dem Meere
kam” and “Die Kombucharunde” in R in gelb lu m e : (1988) 3822 Karlstein,
Austria.
Weidinger, Hermon Joseph, “Kombucha - Tee der aus dem Meere Kam” ans
“Di Kombucharunde” in “Ringelbume”, 3822 Karlstein, Austria (1988).
Wiesner Laboratories : “Kombucha nach Dr med Sklenar” (1987)
Schwanewede.
Willner, Robert E., The C a n ce r S olu tion : Peltic Pub.Co., 4400 North Fédéral
Hwy., 210, Boca Raton, FL 33431, USA (1994).
Zimmerman, W., “Wogegen hilf der Kombucha Pilz ?” F o r ts c h r itte d e r
M ed izin (12/1989)
ADRESSES ET RESEAUX

EN FRANCE
Fournisseur de culture de kombucha : Suzanne ROBERT, 3 rue de
l’Angle - 85 110 Chantonnay. Tél. : 02.51.46.82.57.

EN GRANDE-BRETAGNE
Si vous voulez vous faire connaître en tant que source de cultures
de kombucha dans votre commune, vous pouvez vous faire enregistrer
comme tel auprès de The Kombucha Network, PO Box 1887, Bath,
BA2 8YA. (Veuillez adresser une enveloppe affranchie à votre nom).
Si vous voulez acheter une culture et si vous n’avez pas trouvé de source
locale, on vous aidera aussi à en trouver une, mais il faut être patient :
ce réseau prend du temps à se mettre en place et travaille dans de
meilleures conditions par osmoses locales.

AUX ETATS-UNIS
Fournisseur de culture de kombucha : Lee VINOCUR, PO Box 81,
North Palm Spring, CA 92258 (Tél. : (619) 329 9813).

EN AUSTRALIE
Merci de joindre une enveloppe affranchie à votre nom.
Kombucha, c/o Harald W. Tietze, PO Box 34, Bermagui South
NSW 2546, Australie. Tél. : 064-934-552 (International : +61-61-934-
552). Fax : 064-934-900 (International : +61-64-934-900).
AUTRES OUVRAGES DE HARALD W. TIETZE

Tietze Publications, disponibles dans les boutiques de diététiques


australiennes, ou directement auprès de l'auteur :
Harald W. Tietze, PO Box 34, Bermagui south NSW 2546, Australie.
W A TE R M E D IC IN E ,
Un manuel pratique sur différents traitements à base d'eau pour de nom­
breux états de santé. Inclut l'eau vive et activée, la thérapie par l'urine, le
traitement par la vapeur et la glace, les cures d'eau de Kneipp, et l'eau
comme porteur d'énergie. L’utilisation de l'eau pour renforcer le corps et
soigner les maladies courantes.
E A R T H R A Y S , T H E S I L E N T K 1L L E R ,
Une exploration de la radiation géopathogénique (géo : la terre, pathogé­
nique : provoquant la maladie) émise par la terre en certains endroits.
Depuis des milliers d'années, les effets néfastes des radiations terrestres
ont été observés sur les plantes, les animaux et les humains, et compris par
de nombreuses culture.
Les recherches d'Harald Tietze en Allemagne, Autriche, Italie et
Papouasie-Nouvelle Guinée ajoutent une nouvelle dimension au savoir
ancien, qui met en lumière l'influence de la radiation terrestre sur les mala­
dies modernes que sont le cancer, l'asthme, l'arthrite, les rhumatismes.
VIDEO
B A C K T O N A T U R E WTTH M E D IC IN A L H E R B S,
Des indications pratique pour cultiver des plantes médicinales, et faire soi-
même des infusions de santé. Comment fabriquer vos propres teintures et
pommades. Des exemples d'auto-médications réussies avec les herbes
médicinales : varices, troubles de la prostate, énurésie, irritabilité, troubles
digestifs. Comment les herbes peuvent vous aider à arrêter de fumer. Des
données détaillées sur les régimes intelligents pour atteindre votre poids
idéal sans jeûner. Des exemples pour la protection biologique de votre
foyer contre les fourmis, les pucerons, les chenilles et autres insectes.