Vous êtes sur la page 1sur 113

Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

MINISTÈRE DES ENSEIGNEMENTS RÉPUBLIQUE DU MALI


SECONDAIRE SUPERIEUR ET DE Un Peuple – Un But – Une Foi
LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE
***************
UNIVERSITÉ DE BAMAKO
*-*-*-*-*-*-*-*-
FACULTÉ DE MÉDECINE, DE PHARMACIE ET D’ODONTO –
STOMATOLOGIE

ANNEE UNIVERSITAIRE : 2008-2009 N°………/

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS


DIGESTIFS EN MILIEU HOSPITALIER

THÈSE
Présentée et soutenue publiquement le …08…/…04…/2009
Devant la Faculté de Médecine, de Pharmacie et
d’Odonto-stomatologie
Par
Mr Cheick A DIARRA
Pour obtenir le Grade de Docteur en Médecine
(DIPLOME D’ETAT)

Jury
PRESIDENT : Pr DIALLO Gangaly
MEMBRE : Dr TRAORE Cheick Bougadari
CO-DIRECTEUR : Dr DIARRA Moussa Tièmoko
DIRECTEUR DE THESE : Pr MAIGA Moussa Youssoufa

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

DEDICACES ET
REMERCIEMENTS

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

DEDICACES

A mon berger céleste


Le Seigneur est mon berger, je ne manquerai de rien.
Il me met au repos dans de prés d’herbes fraiches, il me conduit au calme près
de l’eau.
Il ranime mes forces, il me conduit sur la bonne voie, parce qu’il est le berger
d’Israël.
Même si je passe par la vallée obscure, je ne redoute aucun mal, Seigneur, car tu
m’accompagnes.
Tu me conduis, tu me défends, voilà ce qui me rassure.
Face à ceux qui me veulent du mal, tu prépares un banquet pour moi.
Tu m’accueilles en versant sur ma tête un peu d’huile parfumée.
Tu remplis ma coupe jusqu’au bord.
Oui, tous les jours de ma vie, ta bonté, ta générosité me suivront pas à pas.
Seigneur je reviendrai dans ta maison, aussi longtemps que je vivrai.
[Psaume 23]

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

A mon père : Mr Diarra Fotogoma Jeremy


Cher papa, tu as cru en moi et tu n’as jamais ménagé aucun effort pour faire de
moi ce que je suis aujourd’hui. Tu m’as guidé dans mes premiers pas. Tu m’as
appris le sens de l’honneur, de la dignité, de l’intégrité, du travail et du combat.
Tu as toujours été un exemple pour toute la famille, par ton acharnement dans le
travail. Ton parcourt, ton combat et ta réussite ont fait de toi un repère de vie.
Tes prières ne m’ont jamais fait défaut ainsi que tes conseils, tes
encouragements, ton soutien moral, affectif et matériel. Malgré le poids de l’âge
tu manifestes le même intérêt pour notre réussite dont tu es la clé. Ce travail est
le tien, Daigne le Seigneur te combler d’avantage de bénédiction. AMEN !
A ma mère : Mme Diarra Benibo Eugénie
Tu incarnes pour moi l’affection d’une mère dévouée, courageuse et tolérante.
Ton amour pour le travail, ta grande générosité, ton sens du pardon et de
patience m’ont toujours impressionné. Je ne saurai oublier cette chaleur
maternelle, et les mots me manquent pour te qualifier et exprimer tout l’amour et
l’admiration que je porte. Tout le mérite de ce travail est aussi le tien. Ton
amour, ta tendresse et ton courage me permettent de me relever lorsque je
tombe. Merci pour les encouragements perpétuels, tes bénédictions et tes prières
quotidiennes. Merci pour tout le sacrifice consenti pour tes enfants ainsi que
pour toute la famille. Que le Seigneur t’accorde longue vie. AMEN !
A mon défunt grand frère : Feu Mr Diarra Siankoumbé Hermann
Tu m’as accompagné dès le début de mes études primaires. Ta simplicité, ton
ouverture d’esprit, ton abnégation m’ont servi à me frayer un chemin pour en
arriver là. L’éducation quasi paternelle que tu m’as donnée, ton appui matériel
moral et intellectuel ont été la base de mes études. Du haut du royaume des
cieux, que ce travail te soit une source de réjouissance spirituelle.

A nos défunts : sœur, nièce et neveu :

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Feus Marie, Nèma Grâce et Marcel Diarra


La volonté du divin s’est accomplie, elle a voulu que vous ne soyez pas des
nôtres en ces instants, du moins physiquement. Chacun de vous d’une manière
ou d’une autre a contribué à ce travail. Qu’il soit aussi le vôtre et que vos prières
accompagnent toute la famille.
A ma belle sœur : Mme Diarra Katherine Kamaté
Les mots me manquent pour t’exprimer ma sincère gratitude et toute ma
reconnaissance. La persévérance, l’altruisme, l’excellence et j’en passe, sont tant
de qualités que j’ai reçues de vous au cours de mes études scolaires. Elles ont
sans doute été la pierre angulaire de ma carrière et de ce travail qui est aussi le
tien. Que le divin consolateur nous garde dans son amour insondable.
A ma grande sœur : Mme Koné Ténin Diarra
Chère grande sœur, ce travail est le fruit de toute l’assistance dont j’ai bénéficié.
Tu n’as ménagé aucun effort en faveur de mes études. Je te manifeste ma
profonde et sincère gratitude. Pour tous tes sacrifices, que le seigneur te
récompense.
A tous mes frères, sœurs, cousins, cousines, neveux et nièces
Jamais je ne me suis senti seul face à mes problèmes. Vous avez tous été avec
moi, aux moments difficiles, jusqu’à ce jour. Vous m’avez aidé à me relever lors
de mes chutes. L’ambiance familiale et l’affection fraternelle m’ont toujours
accompagné sur cette route dure, longue et tortueuse. Soyez fiers de toute votre
patience à travers ce travail.
A ma famille entière
Votre amour et votre sollicitude sont des forces qui me permettent d’avancer,
bravant toutes les épreuves. Je vous dédie ce travail et vous témoigne toute ma
reconnaissance. Ensemble, nous avons traversé des moments agréables, parfois
pénibles, mais nous en sommes sortis encore plus forts et soudés. Je suis
convaincu que le meilleur reste à venir car jour après jour nous vivons les
réponses de l’Eternel à nos prières. Que le Seigneur vous bénisse.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

A tous les malades, en particulier ceux atteints de cancers digestifs.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

REMERCIEMENT

A tous nos maîtres de la faculté de médecine


Vous êtes pour nous des modèles à suivre. Nous avons été impressionnés par la
qualité de vos enseignements, ainsi que vos leçons d’humilité. Aujourd’hui,
nous vous disons merci, le cœur plein d’émotion et de reconnaissance.
A nos maîtres du service d’hépato – gastro – entérologie
Pr Maïga Moussa Y Dr Kallé Abdoulaye
Dr Diarra Moussa T Dr Konaté Anselme
Chers maîtres, vous êtes les initiateurs de ce travail, et vous n’avez ménagé
aucun effort pour son élaboration. Votre intégrité, votre disponibilité, votre
rigueur, votre courage et votre sens social élevé font de vous des maîtres
admirés. Auprès de vous, nous avons acquis l’amour pour la recherche
scientifique. Nous avons été fiers de compter parmi vos élèves en espérant ne
vous avoir pas déçu. Trouvez ici chers maîtres, l’expression de notre sincère
reconnaissance et de notre profond respect.
A tous le personnel du service d’hépato – gastro – entérologie
Merci pour votre sympathie.
A mes ainés du servie
Les docteurs Dicko Moussa, Malé Ouatou, Koussoubé Seydou, Sankanta Kéré,
Maïga Aboubacrine, Traoré Aïssata, Camara Hamidou.
Merci pour vos conseils.
A mes collègues du service
Dr Diarra Alassane, Diarra Dotoum, Doumbia Cheick B, Dr Maïga Alhousseyni,
Sidibé Adama, Dr Sangaré Drissa, Mme Maïga Fatoumata Maïga, Dr Kolou
Mondonziwé, Dr Sidibé Aïssé.
Nous avons passé de moments agréables ensemble. Vous m’avez apporté votre
sympathie et votre amitié. Chaque étape de notre vie est une expérience dont

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

nous devons tirer les leçons positives. Merci infiniment pour votre complicité et
votre disponibilité.
A mes cadets du service
Togola Kalifa, Maïga Souleymane, Mariko Souleymane, Touré Abdoul Karim,
Diakité Yacouba, Fofana Yaya, Touré Penda, Diarra Ami N, Dembélé Rachelle.
Courage et dévouement.
A mes amis
Sissoko Edmond, Sanou Jacques, Coulibaly Philipes, Dembélé Michel,
Kamissoko Bernard, Traoré Alassane, Kanté Oumar.
Merci pour votre sincère amitié.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

HOMMAGES AUX
MEMBRES DU JURY

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

A notre maître et président de jury

Professeur Gangaly Diallo


Professeur titulaire en chirurgie viscérale
Chef de service de la chirurgie générale du CHU Gabriel Touré
Médecin colonel des forces interarmes
Mérite de l’ordre national de la santé
Trésorier général de l’association des chirurgiens d’Afrique francophone
(ACAF)
Secrétaire général de l’association des chirurgiens du Mali

Honorable maître,
Permettez nous de vous remercier pour l’honneur que vous nous faites en

acceptant de présider notre jury malgré vos multiples occupations.

Homme de science et de principe, chirurgien chevronné, votre expérience

professionnelle, votre rigueur pour le travail bien fait et bien d’autres qualités

font de vous un exemple à envier et à suivre.

Cet instant nous offre l’heureuse occasion de vous rendre hommage et de vous

dire merci pour l’enseignement reçu.

Veuillez accepter cher maître, l’assurance de notre reconnaissance et de notre

profond respect.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

A notre maître et juge

Docteur Cheick Bougadari TRAORE


Maître Assistant en Anatomie Pathologique.
Pathologiste et chercheur à l’Institut National de Recherche en Santé
Publique.
Coordinateur du projet de dépistage du cancer du col de l’utérus au
Mali.

Cher maître,
Nous n’avons pas été surpris par la spontanéité et la simplicité avec lesquelles

vous avez accepté d’être parmi les membres de notre jury, malgré vos multiples

occupations.

Nous avons été impressionné par vos qualités scientifiques, votre sens social et

votre ouverture d’esprit, soyez en remercier.

Veuillez trouver ici l’expression de notre profond respect.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

A notre Maître et co-directeur de thèse

Docteur Moussa Tiémoko DIARRA


Spécialiste en Hépato – gastro - entérologie
Maître assistant en Hépato – gastro - entérologie à la FMPOS
Praticien hospitalier au CHU Gabriel Touré.

Cher maître,
Vous nous avez fait l’honneur de diriger ce travail.

Votre disponibilité et votre sympathie ont accompagné sa réalisation.

Votre ardeur au travail, votre dévouement, votre souci constant et permanent de

la formation, nous ont marqué et séduit.

Soyez rassuré cher maître de notre sincère reconnaissance.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

A notre Maître et Directeur de thèse

Professeur Moussa Youssoufa MAÏGA


Professeur titulaire en Hépato – gastro - entérologie.
Chef de service de Médecine du CHU Gabriel Touré.
Responsable des cours d’Hépato – gastro - entérologie à la FMPOS.

Cher maître,
C’est un immense honneur que vous nous avez fait en nous confiant ce travail et

nous vous sommes redevables de son aboutissement.

Votre expérience, l’étendue de votre savoir, votre rigueur scientifique et votre

dynamisme font de vous un maître accompli, admirable et respecté de tous.

Malgré vos occupations, vous n’avez cessé de suivre ce travail du début à la fin.

C’est l’occasion ici de vous témoigner notre grande admiration, notre estime et

notre infinie gratitude. Que Dieu vous accorde longue vie.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

SOMMAIRE

ABREVIATIONS :……………………………………………..……………2
I. INTRODUCTION :…………………………………………………………4
II. GENERALITES :……………………………………………..…………….8
1. CANCERS DE L’ŒSOPHAGE :……………………...……………….8
2. CANCERS DE L’ESTOMAC :……………………….……………….16
3. CANCERS COLORECTAUX :……………………...………………..23
4. CANCERS DU FOIE :…………………………………………..……..32
5. CANCERS DU PANCREAS :…………………………………………36
III. METHODOLOGIE :…………………………………………………..…40
IV. RESULTATS :………………………………………………………..…...44
V. COMMENTAIRES ET DISCUSSIONS:...…………………………..…66
VI. CONCLUSION ET RECOMMENDATIONS :………………………..78
VII. REFERENCES :…………………………………………………….…...81
ANNEXES :……………………………………………………………....92

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

ABREVIATIONS

TNM: Tumor Nodes Metastasis


OMS: Organisation Mondiale de la Santé
ASA: American Society of Anesthesiologists
TOGD: Transit Oeso Gastro Duodenal
CCR: Cancer Colo -Rectal
USA: United States of America
ACR: Adenome Colo – Rectal
PAF: Poly – Adénomatose Familiale
ACE: Antigène Carcino – Embryonnaire
VHB: Virus de l’Hépatite B
NASH : Non Alcoholic SteatoHepatitis
CHC : Carcinome HépatoCéllulaire
IRM : Imagerie par Résonnance Magnétique
CA 19.9 : Carbohydrate Antigen
TDM : TomoDensitoMétrie
CPRE : Cholangio Pancréatographie Rétrograde Endoscopique
DPC : Duodéno Pancréatectomie Céphalique
5FU : 5 Fluoro – Uracile
CHU : Centre Hospitalier Universitaire

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

INTRODUCTION

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

I. INTRODUCTION

Les cancers digestifs sont des affections relativement fréquentes et aussi de


mauvais pronostic, lequel est essentiellement lié au retard de diagnostic [1].
La pathologie digestive cancéreuse reste d’actualité et a fait l’objet de
nombreuses études, avec de nombreuses disparités, car il existe de nombreuses
zones géographiques de prévalence [1, 2]. Le tube digestif est le premier site de
cancers chez l’homme [3]. Pour ZEITOOUN, l’appareil digestif est le système
le plus concerné, même si l’on exclut les cancers secondaires [4]. La répartition
des cancers sur les différents segments du tube digestif est cependant très
variable d’un pays à l’autre. Les caractéristiques épidémiologiques de chaque
localisation digestive connaissent également la même variabilité [3].
En France, selon une étude (2003), le nombre estimé de cancers digestifs était de
30071 chez l’homme et de 19971 chez la femme [5]. Dans ce pays l’incidence
annuelle du cancer de l’œsophage était de 5000 nouveaux cas [6], et celle du
cancer colo rectal de 36300 nouveaux cas, situant ce dernier au troisième rang
des cancers après celui du sein et de la prostate [5].
En Afrique, certaines études [7, 8, 9], le plus souvent rétrospectives, ont montré
que les cancers du tube digestif ne sont pas rares, et leur incidence serait même
en augmentation, probablement du fait de la disponibilité de l’endoscopie pour
le diagnostic et de la modification des habitudes alimentaires.
La fréquence des cancers digestifs en milieu hospitalier était de 2,86 % en
Tunisie [10], 19,84 % au Togo [11], et 14,6 % au Congo (Brazzaville) [12].
Dans toutes ces études, la localisation gastrique était la plus fréquente.
Au Mali, des séries chirurgicales sur le cancer de l’estomac, du colon et du
rectum, ont démontré que la chirurgie à visée curative au moment du diagnostic
de ces cancers n’est possible que dans respectivement 19,7%, 39,13% et 54,6%
des cas [13, 14, 15].

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Une étude épidémiologique a rapporté des fréquences de 16 % pour le cancer de


l’œsophage, 65 % pour l’estomac, 19 % pour le cancer colo rectal [16].
Quant au cancer du pancréas de plus en plus constaté et au carcinome
hépatocellulaire très fréquent dans notre contexte, leur pronostic est effroyable
[17,18].
Les données épidémiologiques sur les cancers digestifs restent fragmentaires,
cependant ces pathologies sont de plus en plus constatées dans notre contexte.
Nous avons ainsi entrepris cette étude pour une meilleure compréhension de
l’épidémiologie des cancers digestifs, et nos objectifs étaient :

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

OBJECTIF GENERAL :

Etudier les aspects épidémiologiques des tumeurs malignes digestives.

OBJECTIFS SPECIFIQUES :

1. Déterminer la fréquence hospitalière globale des tumeurs malignes

digestives Dans les services d’hépato – gastro – entérologie et de


chirurgie générale du CHU Gabriel Touré.

2. Déterminer les caractéristiques sociodémographiques des patients atteints


de cancers digestifs

3. Déterminer les fréquences en fonction du siège

4. Analyser les facteurs de risques.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

GENERALITES

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

II. RAPPELS

RAPPELS SUR LES CANCERS DE L’ŒSOPHAGE


DE L’ESTOMAC DU COLON DU RECTUM DU FOIE
ET DU PANCREAS

1. CANCER DE L’OESOPHAGE

1.1. EPIDEMIOLOGIE :
1.1.1. Epidémiologie descriptive:
1.1.1.1. Fréquence:
Au Mali, certaines études ont rapporté une fréquence de 16 % des cancers du
tube digestif [19], et 4,4 % de l’ensemble des cancers digestifs [20].
En Afrique australe, les fréquences du cancer de l’œsophage sont les plus
élevées au monde avec 15 à 30% de toutes les tumeurs malignes. Le type
histologique est le carcinome épidermoїde dans 90% des cancers œsophagiens
[21].
1.1.1.2. Sex-ratio :
En France, pays où l’incidence du cancer de l’œsophage est élevée, les hommes
sont 15 fois plus touchés que les femmes. Dans les pays à faible incidence, le
sex-ratio est de 4 à 5 hommes pour une femme. En France, l’âge moyen du
diagnostic est de 60 ans, le risque existe à partir de 40 ans. Ce risque devient
plus faible après 75 ans [22].
Au Mali l’âge moyen de survenue se situe autour de 52 ans [23]. Une étude
menée en 2002, à trouvé une sex-ratio de 2 en faveur des hommes [20].
1.1.2. Epidémiologie analytique : [21]
Plusieurs facteurs ont été incriminés dans la survenue du cancer de l’œsophage :

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

1.1.2.1. Facteurs environnementaux :


L’alcool
Le tabac
Les nitrosamines
La carence en vitamines A, E et C à été évoquée; la carence en protéines
animales
Les aliments chauds et autres agressions œsophagiennes d’origine alimentaire
(aliments durs).
1.1.2.2. Les radiations ionisantes : Au cours des radiothérapies des organes
voisins de l’œsophage : seins, thyroïde, trachée.
1.1.2.3. Les maladies précancéreuses de l’œsophage :
Le méga œsophage ou achalasie, rarement
L’endobrachy - œsophage ou muqueuse de BARRET
Les sténoses peptiques et caustiques
Les polypes œsophagiens
1.1.2.4. Autres :
La maladie cœliaque et la tylose
Les cancers de la sphère ORL souvent associés aux cancers de l’œsophage dans
8 à 18% des cas;
Les papillomavirus ;
La dysplasie sidéropénique (syndrome de PLUMMER VINSON)

1.2. ANATOMIE PATHOLOGIQUE :


1.2.1. Macroscopie :
Le cancer de l’œsophage peut revêtir plusieurs aspects:
Ulcéro Bourgeonnant le plus souvent
Ulcéré
Bourgeonnant (polypoїde, végétant)
Infiltrant.
DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako
2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Le siège peut être :


Tiers supérieur dans 20% des cas,
Tiers moyen dans 30% des cas,
Tiers inférieur dans 50% des cas.

1.2.2. Microscopie :
Le cancer de l’œsophage se présente sous deux formes histologiques :
Les carcinomes : Représentent 99% des cancers de l’œsophage, ils comprennent
deux types :
Les carcinomes épidermoїdes : 90% des carcinomes, ils reproduisent un tissu de
type malpighien.
Les adénocarcinomes : Représentent 9% des carcinomes, reproduisent un tissu
de type glandulaire (muqueuse de BARRETT).
Les autres types : Représentent 1% des cancers de l’œsophage, il s’agit :
Des mélanomes malins
Des sarcomes
Des lymphomes malins

1.2.3. Extension tumorale :


1.2.3.1 Extension locorégional :
L’infiltration de toute la tunique est précoce, et l’extension se fait
longitudinalement au reste de l’œsophage, et transversalement aux organes de
voisinage (médiastin).
1.2.3.2 Extension ganglionnaire lymphatique :
Elle est également très précoce avec atteinte des ganglions latéro-tumoraux très
fréquemment puis les ganglions du cardia et de la coronaire stomachique, la
chaîne cervicale et moins fréquemment les ganglions trachéo-bronchiques.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

1.2.3.3. Extension métastatique :


Les métastases sont plus rarement observées à cause de l’évolution rapide de la
maladie. Elles se font essentiellement au foie, aux poumons, aux os.
1.2.4. Classification TNM de l’OMS :
T = Tumeur
Tx = Tumeur primitive non évaluable
T0 = Pas de signe de tumeur primitive
Tis = Carcinome in situ (pré invasive)
T1 = Invasion de la lamina propria ou la sous muqueuse
T2 = Invasion de la musculeuse
T3 = Invasion de l’adventice
T4 = Invasion des organes péri œsophagiens
N = Nodule
Nx = Métastase ganglionnaire régionale non évaluable
N0 = Pas de métastase ganglionnaire à distance
N1 = Métastase ganglionnaire à distance
M = Métastases
M0 = Pas de métastases
M1 = Présence de métastases

1.2.5. Stadification : Il existe 4 stades :


Stade 0 = Tis N0 M0
Stade 1 = T1 N0 M0
Stade 2 = Stade 2a = T2 N0 M0 ou T3 N0 M0
Stade 2b = T1 N1 M0 ou T2 N1 M0
Stade 3 = T3 N1 M0 ou T4 Nx M0
Stade 4 = Tx Nx M1

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

1.3. CLINIQUE :
1.3.1. Signes généraux :
Amaigrissement rapide
Anémie
Fièvre
Asthénie
1.3.2. Signes fonctionnels :
Dysphagie
Régurgitations
Douleur rétro sternale (faisant craindre l’envahissement d’un organe de
voisinage)
Hématémèse avec méléna ou non
Toux par inhalation de produits de régurgitation ou liée à une fistule œso –
trachéo – bronchique.
1.3.3. Signes physiques : Ils sont rares :
Un ganglion de Troisier peut exister, de même que d’autres localisations
ganglionnaires : axillaires, cervicales, sous claviculaires.
Une hépatomégalie irrégulière
Une augmentation du volume de l’abdomen en rapport avec l’ascite
Une perte de poids avec OMI.

1.4. EXAMEN PARA CLINIQUE :


La fibroscopie œsogastroduodénale : Fondamentale au diagnostic, elle permet
d’objectiver la tumeur sous les aspects décrits dans l’anatomie pathologie, et de
faire des biopsies pour la confirmation histologique.
Le transit œsogastroduodénal : montre des images correspondantes aux
différents types macroscopiques.
L’écho endoscopie : Permet de préciser l’extension pariétale de la tumeur.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

La radiographie du thorax et l’échographie abdominale évaluent les


extensions ganglionnaires et métastatiques au foie et aux poumons.
Le scanner thoracique : Utile au pronostic, apprécie l’extension éventuelle aux
organes de voisinage (aorte, arbre trachéo bronchique), mesure le diamètre de la
tumeur, détecte les petites métastases pulmonaires, et suivant certaines coupes,
permet de détecter les adénopathies cœliaques et des métastases hépatiques.
Le dosage des marqueurs tumoraux tel que la SCC (Squamous Cell
Carcinoma), utile pour le suivi sous traitement.
Contribuent au bilan préopératoire.
La fonction respiratoire est évaluée en prévision d’une thoracotomie.
La fonction hépatique évaluée surtout si antécédent d’éthylisme chronique.

1.5. TRAITEMENT :
1.8.1. Bilan d’opérabilité :
L’âge physiologique
Le statut OMS qui conditionne également la faisabilité de la chimiothérapie.
L’état nutritionnel.
Classification ASA.
Les fonctions cardiaques, pulmonaires, rénales, hépatiques.
Une consultation d’aide au sevrage tabagique et alcoolique en pré opératoire.
1.8.2. Moyens et méthodes :
1.8.2.1. Chirurgie : Elle n’est indiquée qu’à visée curative
1.8.2.1.1. Chirurgie curative :
Elle constitue le seul traitement curatif. Elle n’est malheureusement possible que
dans 20% des cas. Elle est fonction du siège de la tumeur, de l’état général du
patient, du bilan d’extension en l’absence métastases, il s’agit de :
Une œso - gastrectomie partielle (cancer du tiers moyen et du tiers inférieur).
Une œso - gastrectomie subtotale (cancer du tiers supérieur).

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Une pharyngo - laryngo – œsophagectomie.


Le rétablissement de la continuité utilise une plastie gastrique ou colique.
1.8.2.1.2. Chirurgie palliative :
Elle a pour but de permettre l’alimentation, il peut s’agir de gastrostomie, de
plastie colique.
1.8.2.2. Radiothérapie - Chimiothérapie :
Généralement utilisée comme traitement adjuvant à la chirurgie.
1.8.2.3. Traitement endoscopique curative : La mucosectomie dans les
cancers superficiels à faible risque de diffusion tumorale.
1.8..2.4. Traitement endoscopique palliatif : Endoprothèse et/ou laser ; la
thérapie photodynamique.
1.8.3. Indications :
Cancer superficiels (in situ ou T1) : Mucosectomie si lésion non ulcérée
superficielle de diamètre inferieure à 2 cm.
Cancer du tiers inférieur et moyen :
Stade 1 et 2 : Chirurgie curative avec chimio-radiothérapie adjuvant.
Stade 3 et 4 ;
Chirurgie palliative.
Ou chimio-radiothérapie palliative.
Ou prothèse surtout s’il existe une fistule.

1.9. PRONOSTIC :
Le pronostic de ces cancers est extrêmement médiocre, quelles que soient les
modalités thérapeutiques. Ceci est lié au fait que le diagnostic est le plus souvent
tardif, à l’extrême précocité de la diffusion lymphatique et à la précocité à la
quelle survient ce cancer.
Le pronostic est rapidement effroyable. La survie à 5 ans est fonction du stade
évolutif : en Europe elle est de 70% pour Tis, 25% pour T1, 15% pour T2 et T4,
et 10% en cas d’extension ganglionnaire.
DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako
2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Pour un même stade évolutif, la survie après, la chirurgie d’exérèse chute d’un
rapport de 30% à 10% qu’il y’ait ou non une extension ganglionnaire.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

2. LES CANCERS DE L’ESTOMAC

2.1. EPIDEMIOLOGIE :
2.1.1. Epidémiologie descriptive :
Les cancers de l’estomac se situent au deuxième rang des cancers dans le
monde, avec environ 755 000 nouveaux cas par an [24]. Les deux pays où
l’incidence est la plus élevée sont le Japon et le Chili (80 pour 100 000
habitants) ; viennent ensuite l’Islande, la Chine et l’Autriche [25]. Aux Etats
unis, le taux de mortalité est de 7, 5 hommes et de 3,7 femmes pour 100 000
habitants [26].
L’Europe de l’ouest et les pays d’Amérique du nord, se situent dans les régions
à risque moyen ; l’Europe orientale et l’Amérique du sud ont une incidence plus
élevée.
En Afrique, la prévalence est de 4 pour 100 000 habitants [27, 28]. Dans la plus
part des pays le rapport hommes femmes est de 2,5, et il s’agit d’un cancer
touchant les classes sociales à bas revenu, sans distinction entre l’origine rurale
et urbaine [29,24]. Ces variations dues à des facteurs carcinogènes sont liées à
l’environnement, notamment alimentaire [30].
2.1.2. Epidémiologie analytique
2.1.2.1. Facteurs de risque
Les travaux scientifiques ont montré que certains facteurs peuvent augmenter le
risque de développer un cancer de l’estomac : ils sont au nombre de 3 types :
Les facteurs environnementaux [31]
 Rôle de l’alimentation :

Les salaisons et fumages, en revanche, une alimentation riche en fruits et


légumes diminue le risque.
 Nitrates et nitrites.
 Les hydrocarbures aromatiques

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

 L’exposition aux produits industriels comme le caoutchouc, le cuivre,

l’amiante.
Lésions et conditions précancéreuses [31, 32]
 Rôle de l’helicobacter pylori,

L’helicobacter pylori est une bactérie à transmission oro-fécale. Il a été reconnu


par l’OMS comme carcinogène gastrique certain en 1994.
La gastrite superficielle, induite par H. pylori, peut évoluer progressivement vers
la gastrite chronique atrophique, la métaplasie puis la dysplasie et enfin le
cancer.
 Métaplasie intestinale
 Dysplasie
 La maladie de Biermer (gastrite atrophique auto-immune)

 Le moignon de gastrectomie
 L’ulcère gastrique chronique et gastrite chronique
 L’adénome gastrique
 La maladie de Ménétrier

Les facteurs génétiques [33]


 Groupes sanguins A et O
 Antécédents de cancers familiaux : le diagnostic doit être évoqué,

lorsqu’il existe dans une famille au moins 2 cas de cancer gastrique de


type diffus chez les apparentés au premier ou deuxième degré dont un est
diagnostiqué avant 50 ans, ou bien 3 cas chez les apparentés au premier
ou au deuxième degré, quel que soit l’âge.

2.2. SIGNES CLINIQUES : [34,35]


2.2.1. Signes généraux :
 L’amaigrissement
 L’asthénie

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

 L’anémie.
2.2.2. Signes fonctionnels :
Il n’y a pas d’histoire symptomatique du cancer de l’estomac. Il revêt tous les
aspects, depuis celui des troubles dyspeptiques de l’allure la plus banale et la
plus atténuée, jusqu’à celui typique dans ses moindres détails des ulcères
gastriques ou duodénaux les plus douloureux. En présence d’un ou de plusieurs
de ces symptômes (une épigastralgie, des difficultés récentes de digérer ou de
simples aigreurs, une anorexie, surtout si elle est sélective pour la viande et la
graisse, des nausées ou des vomissements, une perte de poids), il est important
de consulter un médecin, en particulier si le patient est âgé de plus de 50 ans, ou
en présence d’un ou de plusieurs facteurs de risque.
2.2.3. Signes physiques :
L’examen physique recherche :
 Une masse épigastrique
 Un ganglion de Troisier
 Une hépatomégalie associée ou non à une splénomégalie
 Une ascite, une tumeur de Krückenberg

 Une autre tumeur palpable digestive (anale, colique)


 Un méléna, des nodules de Douglas au toucher rectal.

2.3. LES EXAMENS COMPLEMENTAIRES :


2.3.1. La fibroscopie œsogastroduodénale :
C’est l’examen clé du diagnostic. Elle permet, non seulement de décrire la
Lésion, mais surtout d’effectuer des biopsies en vu du diagnostic anatomo -
Pathologique.
2.3.2. Autres examens : Ce sont :
 Le transit œsogastroduodénal (TOGD),

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

 Le lavement baryté et le transit du grêle,


 L’échographie et l’écho endoscopie,
 Le scanner,
 La radiographie pulmonaire.
Ils sont surtout utilisés dans le bilan pré. per ou postopératoire.
 L’hémogramme permet d’apprécier l’anémie.

 Les marqueurs tumoraux pour la surveillance.

2.4. ANATOMIE PATHOLOGIE : [36]


2.6.1. Macroscopie :
Les adénocarcinomes siègent par ordre décroissant, dans l’antre, le corps et le
cardia.
Il existe trois aspects macroscopiques :
 Bourgeonnant ;
 Ulcéré ;
 Infiltrant.
2.6.2. Microscopie :
L’étude histologique permet de distinguer :
2.6.2.1. Les formes typiques : ce sont des adénocarcinomes de différentiation
variable. Les cellules sont cubiques, basophiles ou claires et spumeuses avec des
inclusions mucipares. Ces cellules ont tendance à se grouper en structures
glandulaires.
2.6.2.2. Les formes atypiques : ce sont des adénocarcinomes ou les cellules
tumorales sont en plages ou isolées, dispersées dans un stroma fibreux dense,
sans aucune tendance à groupement glandulaire. Ces cellules sont souvent muco
- secrétantes. Cet aspect est observé dans la linite.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

2.6.2.3. Les formes métaplasiques : ce sont des adénocarcinomes de types


intestinal constitués de hautes cellules cylindriques basophiles. Elles sont
agencées en grandes cavités, plus ou moins dilatées ou en végétation capillaire.

2.6.3. Classification :
De nombreuses classifications ont été proposées, basées soit sur des critères
purement histo-cytologiques descriptifs, soit sur des critères de mode
d’extension, donc d’évolutivité.
CLASSIFICATION ANALYTIQUE (classification TNM 2000)
T = Tumeur primitive
Tx = Tumeur primitive non évaluable
T0 = Pas de signes de tumeur primitive
Tis = Carcinome in situ
T1 = Tumeur limitée à la muqueuse ou à la sous muqueuse
T2 : T2a = Tumeur étendue à la musculeuse
T2b = Tumeur étendue à la sous séreuse
T3 = Tumeur envahissant la séreuse
T4 = Tumeur envahissant un organe de voisinage
N = Ganglions lymphatiques régionaux
N0 = Pas d’extension aux ganglions régionaux
Nx = Métastases ganglionnaires régionales non évaluables
N1 = 1 à 6 ganglions métastatiques
N2 = 7 à 15 ganglions métastatiques
N3 = Plus de 15 ganglions métastatiques
M = Métastases à distances
Mx = Métastases à distance non évaluables
M0 = Pas de métastases
M1 = Métastases à distances (dont ganglions sus claviculaires, mésentériques,
para- aortiques).
DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako
2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Mx = Statut métastatique inconnu.


2.6.4. Stadification :
Les différentes valeurs attribuées à T, N et M permettent de grouper les cancers
en 5 stades qui sont exprimés par un chiffre romain allant de 0 à IV.
Le but de l’évaluation précise du stade a trois objectifs : thérapeutique, pronostic
et prospectif.
Stade 0 : Tis
Stade I : Stade IA : T1, N0, M0
Stade IB : T1, N1, M0
Stade II : T1, N2, M0 ; T2, N1, M0 ; T3, N0, M0
Stade III : Stade IIIA : T2, N2, M0 ; T3, N1, M0 ; T4, N0, M0

Stade IIIB : T3, N2, M0


Stade IV : Il existe plusieurs possibilités de caractéristiques T, N, M attribuées à
ce stade : T4, N1-2, M0 ; tout T, N3, M0 ; tout T, tout N, M1.

2.5. FORMES PARTICULIERES : [30]


 Le cancer superficiel de l’estomac
 La linite plastique

2.6. AUTRES TYPES HISTOLOGIQUES :


 Les lymphomes ;
 Les tumeurs carcinoïdes ;
 Les sarcomes ;
 Les tumeurs secondaires.
 Les tumeurs stromales

2.7. TRAITEMENT : [37, 38]


DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako
2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Le traitement dépend du type de cancer diagnostiqué, son stade, ainsi que l’état
général du malade.
2.7.1. Traitement curatif :
Il est basé sur l’exérèse chirurgicale.
Conditions : malade en bon état général et l’absence de métastases décelées à
l’issue du bilan d’extension :
 La gastrectomie partielle quand la partie antrale est atteinte.

 La gastrectomie totale quand la partie moyenne est atteinte.

 L’œso gastrectomie quand le cardia est atteint.

 Le curage ganglionnaire est associé à l’exérèse gastrique.

La mucosectomie peut être réalisée en cas de cancer superficiel.


2.7.2. Traitement palliatif :
2.7.2.1. La chirurgie palliative :
Avec gastrectomie partielle de propreté (enlevant la tumeur), ou la mise en place
de stomies d’alimentation pour éviter une dénutrition trop importante peut être
envisagée en cas d’hémorragie et/ou de sténose, si l’état du patient le permet.
2.7.2.2. Traitent endoscopique :
Les prothèses pour les cancers du cardia, plasma d’argon.
2.7.2.3. La chimiothérapie et la radiothérapie.

2.8. PRONOSTIC :
Le pronostic est lié aux constatations anatomopathologiques.
Histologiquement, plus les tumeurs sont indifférenciées, c’est à dire différentes
des structures normales, plus elles sont agressives. A l’inverse, plus une tumeur
est différenciée, c'est-à-dire proche de la structure normale, plus son évolution
est favorable.
Le pronostic est meilleur dans les cancers végétant endogastriques et dans les
tumeurs de l’antre, mais mauvais dans les cancers du cardia et les cancers diffus.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

3. LES CANCERS COLORECTAUX

3.1. EPIDEMIOLOGIE :
3.1.1. Fréquence :
Le cancer colo rectal est le cancer le plus fréquent dans les pays occidentaux
pour les deux sexes confondus ; il vient au troisième rang des cancers chez
l’homme après le cancer de la prostate et le cancer broncho pulmonaire ; et au
deuxième rang des cancers chez la femme après le cancer du sein. Il représente
25% des cancers digestifs [39, 40].
3.1.2. Sexe et âge :
Le sex - ratio est voisin de 1 pour les cancers coliques, alors qu’il existe une
prédominance masculine pour le cancer du rectum avec un sex - ratio de 1,5
[41]. Dans les pays industrialisés, l’incidence maximale se situe entre 60 et 70
ans. On peut toute fois observer un CCR chez un sujet de moins de 30 ans [39].
Dans les pays en développement, les CCR sont de survenue très précoce. En
Côte d’Ivoire, l’âge moyen de survenue des CCR est de 46 ans [42].
3.1.3. Race :
En Afrique du sud, dans les zones urbaines, la fréquence du CCR est de 10%,
moins élevée chez le noir que chez le blanc. Ce cancer reste quasi inexistant
chez les noirs ruraux, alors que sa fréquence tant à augmenter chez les noirs
urbanisés [6].
3.1.4. Distribution géographique :

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Le CCR est fréquent dans les pays industrialisés, notamment en Europe de


l’ouest et en Amérique du nord ; il est rare en Amérique du sud, en Afrique et en
Asie.
Aux USA, le CCR représente 14% des cancers [6].
En France leur fréquence est estimée à 15% et leur incidence est de 50 à 60
pour 100 000 habitants. Cette incidence augmente d’environ 1 à 2% par an dans
les pays occidentaux [6].
En Cote d’Ivoire le CCR est très rare, moins de 1% des hospitalisations, et
2,13% des cancers digestifs [42].
Au Sénégal, les CCR répresentent 0,4% de l’ensemble des examens anatomo
pathologiques effectués en 25 ans, 2,5% de l’ensemble des cancers [43].
Au Mali, sa fréquence est de 3,8 % de tous les cancers, et 14, 7 % des cancers
digestifs [44].
3.1.5. Facteurs socio-économiques et environnementaux :
3.1.5.1. Influence du risque :
Il existe une corrélation nette entre l’environnement des populations et la
fréquence des CCR. L’incidence des CCR est de 25,4 pour 100 000 hommes aux
USA, alors qu’en Ouganda elle est de 0,3 pour 100 000 hommes [45].
La distribution anatomique varie selon le niveau de risque. Dans les pays à
risque élevé [45], les cancers du colon ascendant sont plus fréquents, alors que
les cancers du sigmoïde représentent la localisation la plus fréquente dans les
pays à faible risque.
3.1.5.2. Influence de l’environnement :
Les sujets migrants des pays à faible risque vers les pays à risque élevé,
acquièrent le risque des pays d’accueil dès la deuxième génération [46]
3.1.6. Facteurs alimentaires : [41,47]
Consommation calorique : charcuterie (conservateurs de type nitrites), matières
grasses animales (mouton, abats : foie, cervelle) et les œufs.
Sédentarité et l’obésité
DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako
2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

L’alcool et le tabac jouent un rôle dans la croissance des adénomes, mais non
sur la phase de cancérisation elle-même.
La consommation de fibres alimentaires diminue le risque de transformation
maligne d’un adénome.
Les produits laitiers fermentés, le sélénium, le traitement hormonal substitutif de
la ménopause et le café aurait également un rôle protecteur.
3.1.7. Facteurs de risque et états précancéreux:

Niveau de Les sujets de la population générale de plus de 50 ans des 2


risque moyen sexes sans antécédent personnel ni familial de CCR
Niveau de  Antécédent personnel de CCR ou d’ACR de plus de 1
risque élevé cm et/ou multiple et/ou villeux ;
 Antécédent, chez un membre (ou à fortiori plusieurs) de
la famille au 1er degré de CCR ;
 Une maladie inflammatoire cryptogénétique de
l’intestin.
Niveau de Appartenance à une famille de PAF ou le syndrome de Lynch.
risque très élevé

Tableau I :
Groupes à risque de CCR [39, 46].

3.2. ANATOMIE PATHOLOGIQUE : [39, 6, 46]


3.2.1. Topographie :
En France, 30% des cancers recto coliques siègent dans le rectum, 45% dans le
sigmoïde, 4% dans le côlon gauche, 6% dans le côlon transverse et 15% dans le
côlon droit, 2 à 5% des cancers recto coliques comportent une 2ème localisation
colique (cancer synchrone).
3.2.2. Macroscopie

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Le cancer colique ou rectal est le plus souvent ulcéro-infiltrant, avec une


ulcération entourée d’un bourrelet carcinomateux, mais son aspect varie selon le
siège de la tumeur.
3.2.3. Histologie :
 Adénocarcinome, le plus souvent lieberkühnien dans 80 %, Il peut être
bien, moyennement ou peu différencié.
 Les lymphomes malins non hodgkiniens sont plus fréquents au niveau
colique
 Les carcinomes épidermoїdes sont exceptionnels, comme les mélanomes
et les léiomyosarcmes.
3.2 .4. Extension :
3.2.4.1. Extension pariétale :
Née de la muqueuse, la tumeur envahit successivement les autres couches de la
paroi recto colique, puis les organes de voisinage.
3.2.4.2. Extension ganglionnaire :
Dans les cancers du côlon, elle suit les pédicules vasculaires mésentériques,
supérieur à droite et inférieur à gauche.
Dans les cancers du rectum, l’extension suit la vascularisation artérielle. Les
veines et les lymphatiques sont satellites des artères et le drainage se fait par
conséquents, à la fois vers le système porte et vers le système cave.
3.2.4.3. Extension métastatique :
Il s’agit surtout de métastases hépatiques, puis viennent les localisations
pulmonaires, péritonéales, et beaucoup plus rarement, osseuses ou cérébrales.
3.2.5. Classification :
3.2.5.1. Classification de Dukes/Asler - Coller :
4 stades :
Stade A : Tumeur envahissant la muqueuse et la sous muqueuse
Stade B : B1 : La tumeur envahit la musculeuse

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

B2 : La tumeur envahit la séreuse sans toucher les organes adjacents


Stade C : C1 : La tumeur atteint les ganglions proximaux
C2 : La tumeur atteint les ganglions distaux
Stade D : Métastases à distance
3.2.5.2. Classification TNM :
Tx : Tumeur non évaluable
T0 : Pas de signes de tumeur primitive
Tis : Tumeur in situ, limitée à l’épithélium ou envahissant la lamina propria
T1 : Envahissement de la sous muqueuse
T2 : Envahissement de la musculeuse
T3 : Envahissement de la sous séreuse et/ou du tissu péri pariétal non
péritonéalisé ou du tissu péri colique
T4 : Envahissement du péritoine viscéral ou des organes adjacents.
Nx : Métastase ganglionnaire régionale non évaluable
N0 : Pas de métastase ganglionnaire régionale
N1 : Métastase ganglionnaire régionale (maximum 3 ganglions)
N2 : Métastase ganglionnaire régionale (plus de 3 ganglions)
Mx : Métastase à distance non évaluable
M0 : Pas de métastases à distance
M1 : Métastases à distance.

3.3. SIGNES CLINIQUES : [39, 6, 46, 48, 49]


3.3.1. Signes communs :
 Altération de l’état général
 Troubles du transit : constipation récente (plutôt dans les localisations

gauches), diarrhées (localisations droites) ou alternance diarrhée


constipation.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

 Hémorragie digestive, elle peut passer inaperçue, et se révéler par une

anémie ferriprive.
 Douleur abdominale présente dans 40% des cancers coliques, leur siège

dépend de celui du cancer. A un stade tardif, elle se manifeste par des


syndromes occlusifs résolutifs cédant avec les émissions de gaz ou de
selles.
 Syndrome rectal : en cas de cancer du rectum avec faux besoins,

épreintes, coliques suivies d’une exonération minime ou afécale, ténesme,


sensation de corps étranger intra rectal.
Des complications peuvent révéler le cancer :
 Occlusion intestinale aigue

 perforation diastasique ou tumorale


 hémorragie abondante
 Métastases : ganglionnaires, hépatiques, péritonéales et pleuro
pulmonaires ; infections.
A un stade asymptomatique, le cancer peut être découvert lors d’un toucher
rectal et/ou d’une coloscopie de dépistage.

3.4. EXAMENS COMPLEMENTAIRES :


3.4.1. Endoscopies digestives basses :
La rectoscopie à tube rigide peut être réalisée en consultation. Elle fait le
diagnostic des cancers rectaux inaccessibles au toucher rectal, en montrant la
tumeur le plus souvent ulcéro – végétant, et permet des biopsies. Elle doit être
compléter par une coloscopie sauf si la tumeur est sclérosante et infranchissable.
3.4.2. Opacification radiologique : Elle doit se limiter aux occlusions
aigues ou en complément d’une coloscopie incomplète dont l’échec est d’origine
technique.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

3.4.3. Explorations utiles à la décision thérapeutique ou à la


surveillance :
Echographie abdominale et endorectale,
Radiographie pulmonaire,
Antigène carcino – embryonnaire (ACE),
Scanner et IRM.
3.4.4. Autres :
Le coloscanner et la vidéocapsule qui nécessitent la même préparation que la
coloscopie

3.4. TRAITEMENT : [39, 6, 46, 48,49, 50]


3.4.1. Traitement chirurgical :
3.4.1.1. Cancer du colon :
Siège A froid En urgence
Colon droit Colectomie droite + Colectomie droite + Iléostomie
Anastomose et colostomie
Iléo transverse
Colon Colectomie transverse + Colectomie transverse +
Transverse Anastomose colo Double colostomie
Colique
Colon Colectomie gauche + Colectomie gauche +
Descendant Anastomose colo Double anastomose
Colique
Sigmoïde Résection du sigmoïde+ Résection du sigmoïde +
Anastomose colo rectale Colostomie d’amont et
Hartmann (fermeture du
Moignon rectal)
Tableau II :

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Interventions chirurgicales à visée curative dans les cancers


coliques

3.4.1.2. Cancer du rectum :


Siège (rectum) A froid En urgence
1/3 supérieurs (10 Résection rectale + Colostomie
cm Anastomose colo rectale d’amont
au dessous du
sphincter)
1/3 moyens Résection rectale + Anastomose Colostomie
jusqu’à 2 cm Colo anale (souvent protégé par une d’amont
colostomie temporaire)
1/3 inférieur (˂ 2 Amputation abdomino - périnéale Colostomie
cm du Avec colostomie définitive d’amont
sphincter)
Tableau III :
Interventions chirurgicales à visée curative dans les cancers du
rectum
3.4.2. Traitement adjuvant :
3.4.2.1. Cancer du colon :
En situation post opératoire, la chimiothérapie adjuvante est désormais
considérée comme un standard pour les stades C de Dukes. Il s’agit de
l’association 5 fluoro-uracile + acide folinique pendant une durée de 6 mois.
3.4.2.2. Cancer du rectum :
La radiothérapie néo adjuvante est indiquée dans les cancers du bas et du moyen
rectum au stade C de Dukes.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Une chimiothérapie adjuvante utilisant le 5FU et l’acide folinique pendant 6


mois, permet un gain de survie.
3.4.3. Métastases :
En cas de métastases hépatiques isolées, une exérèse chirurgicale doit toujours
être tentée lorsqu’elle est possible. La résection de métastase pulmonaire est plus
discutée. En cas de métastase non résécables, la chimiothérapie allonge la durée
de vie de 9 à 15 mois. Les drogues actuellement utilisées sont : l’association de
5FU et d’acide folinique ; l’oxaliplatine ; l’irinotécan.

3.4. PRONOSTIC : [39, 6, 46, 48, 49]


L’extension intra pariétale de la tumeur et l’existence de métastases
ganglionnaires sont les facteurs pronostiques les plus importants comme le
montre les taux de survie à 5 ans :
 80 à 100% pour les cancers limités à la muqueuse (Dukes A)
 60% pour les cancers envahissant la séreuse (Dukes B)
 40% pour les cancers avec envahissement ganglionnaire (Dukes C)
 10% pour les cancers avec métastase à distance (Dukes D).

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

4. LES CANCERS DU FOIE [51] :

4.1. CANCERS PRIMITIFS DU FOIE :


4.1.1. Epidémiologie du CHC :
L’incidence annuelle dépend beaucoup de la géographie :
 L’incidence est très élevée (20 à 150 cas/100 000 habitants par an) en

Afrique noire et en Asie du Sud – Est, pays où le CHC est l’un des
cancers les plus fréquents.
 L’incidence est intermédiaire dans le bassin méditerranéen et au Japon.

 Elle est plus faible en Europe du Nord et aux USA (3 cas/10000

habitants par an).


Le CHC atteint surtout les hommes ; et l’âge de survenue varie autour de 40 ans
dans les zones à forte incidence, autour de 60 ans dans les pays à faible
incidence.
 Facteurs de risques :
 Cirrhose : dans 80 % des cas le CHC se développe sur un foie

cirrhotique.
 Hépatite B : il existe une forte corrélation entre les zones d’endémie

pour l’infection par le VHB et les zones à forte incidence du CHC.


 Hépatite C : considérée comme étant à l’origine de l’augmentation de

l’incidence du CHC dans les pays occidentaux et au Japon.


 Alcool : son rôle passe essentiellement par la cirrhose.

 Autres causes d’hépatopathies chroniques :


DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako
2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

L’hémochromatose, les hépatopathies auto immunes, le déficit en alpha


1 anti trypsine.la maladie de Wilson, la cirrhose biliaire primitive, la
NASH.
 Autres facteurs :
Les stéroïdes anabolisants, l’adénome hépatique, l’aflatoxine
Le CHC sur foie sain est rare.
4.1.2. Aspects cliniques et circonstances de découverte :
Dans un cas sur deux, cirrhose et CHC sont découverts simultanément chez un
malade dont le diagnostic de cirrhose n’était pas connu. Le diagnostic est alors
porté à l’occasion :
 De complication de cirrhose sous jacente (ascite, hémorragie digestive
etc.)
 Ou de symptômes en rapport avec la tumeur : altération de l’état
général, hépatalgies, hépatomégalie douloureuse.
Souvent, le diagnostic est fait à un stade précoce par les examens de dépistage
(échographie, alpha foeto protéines) chez un patient cirrhotique.
4.1.3. Examens paracliniques :
4.1.3.1. Bilan biologique :
 Les tests hépatiques fonctionnels sont pratiquement
constamment perturbés.
 L’alpha foeto protéine est le marqueur tumoral le plus
spécifique. Un taux supérieur à 400 UI/L ou à 500 ng/L est
très évocateur du diagnostic. Elle est augmentée dans 60 %
des CHC.
4.1.3.2. Examens morphologiques :
 L’échographie associée si possible à la biopsie écho –
guidée, sont habituellement suffisantes pour le diagnostic de
CHC.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

 Le scanner hépatique et l’IRM.


4.1.4. Modalités évolutives et pronostic:
La vitesse d’évolution du CHC est très variable, les principales
métastases extra hépatiques étant pulmonaires et osseuses.
En général, la mort survient dans un tableau d’insuffisance
hépatocellulaire, ou de décompensation de la cirrhose, 6 à 12 mois
après la découverte des signes cliniques.
Il peut rarement exister des complications locales : nécrose intra
tumorale, rupture dans le péritoine entrainant un hémopéritoine.
4.1.5. Moyens thérapeutiques :
Ce sont :
 La transplantation hépatique
 La résection hépatique
 Les traitements percutanés : alcoolisation ou radiofréquence,
chimio – embolisation, radiothérapie in situ, chimiothérapie.
 Le sorafenib (Nexavar) : utilisé au stade avancé de la maladie,
améliore la survie.

4.2. AUTRES CANCERS PRIMITIFS DU FOIE :


 Le carcinome fibrolamellaire
 Le cholangiocarcinome intra hépatique
 L’angiosarcome hépatique
 L’hémangioendotheliome épithélioïde

4.3. LES TUMEURS SECONDAIRES DU FOIE :


DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako
2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Les tumeurs les plus fréquemment en cause sont :


 Les carcinomes (œsophage, estomac, colon, rectum, pancréas,
poumons, seins, prostate, reins, gonades, thyroïde).
 Les tumeurs neuroendocrines (tumeurs carcinoïdes, insulinome,
gastrinome).
 Les métastases hépatiques des mélanomes.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

5. CANCER DU PANCREAS [52]:

Le cancer du pancréas représente 10 % des cancers digestifs. Il s’agit dans


près de 95 % d’un adénocarcinome excréto – pancréatique de type
canalaire. Les autres tumeurs malignes sont représentées par des
carcinomes endocrines plus ou moins différenciés, les lymphomes, les
métastases (rein, sein).

5.1. EPIDEMIOLOGIE ET FACTEURS DE RISQUES :


Le cancer du pancréas représente la quatrième cause de décès par
cancer dans les pays industrialisés. Son incidence est en augmentation depuis
les 20 dernières années (10/100000 pour les hommes et 7,4/100000 pour les
femmes).
Les facteurs de risques sont essentiellement la pancréatite chronique et le tabac.

5.2. ASPECTS CLINIQUES :


Le cancer du pancréas siège le plus fréquemment sur la tète du pancréas (70 %
des cas), contre 20 % au niveau du corps, et 10 % au niveau de la queue.
La symptomatologie dépend en partie du siège de la tumeur :
 En cas de cancer de la tète du pancréas, la tumeur est habituellement

révélée par un ictère « nu » c’est – à – dire sans douleur ni fièvre, souvent


précédé et accompagné d’un prurit. L’examen peut retrouver une grosse
vésicule tendue ;

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

 Dans les autres localisations, la tumeur est découverte devant une masse
de l’hypochondre gauche ou des métastases ;
 Autres modes de révélations :
 Douleur de type pancréatique
 Phlébites
 Sténose duodénale
 L’apparition d’un diabète ou d’une stéatorrhée.

5.3. EXAMENS PARACLINIQUES :


5.3.1. Les marqueurs biologiques :
 CA 19.9 : sensibilité (80 %), spécificité (75 %)
 Oncogène Ki – ras : ce test n’est pas effectué en pratique courante.

5.3.2. Examens morphologiques :


 Echographie abdominale
 TDM hélicoïdal
 Echo endoscopie
 Wirsungo – IRM
 CPRE : n’a plus d’indication diagnostique en dehors de la recherche des
tumeurs intracanalaires de petites tailles.

5.4. PONOSTIC :
Il est effroyable, moins de 3 % des patients sont vivants 5 ans après le
diagnostic.

5.5. MOYENS THERAPEUTIQUES :


 Chirurgie curative :

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

 Duodéno – pancréatectomie céphalique (DPC) : c’est le

traitement des cancers de la tète du pancréas.


 Pancréatectomie caudale : en cas de tumeur du corps et de la
tête.
 Chirurgie palliative : dérivation biliaire et/ou digestive.
 Autres traitements palliatifs :
 La chimiothérapie 5 FU et/ou cisplatine
 La radiothérapie seule ou associée à la chimiothérapie
 Les traitements endoscopiques (prothèses).

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

METHODOLOGIE

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

III. METHODOLOGIE

1. Type et durée d’étude : Il s’agissait d’une étude transversale qui a été

menée de février à juin 2007, et de février à juin 2008.

2. Lieu de l’étude : Cette étude a été menée dans les services d’hépato –

gastro – entérologie et de chirurgie générale du CHU Gabriel Touré.

3. Patients : Il s’agissait des patients porteurs de cancers digestifs recensés

dans les deux services au cours de l’étude.

3.1. Critères d’inclusion : Ils ont été

3.1.1. Cancers du tube digestif :


 Constatation endoscopique ou per opératoire d’une tumeur
maligne
 La confirmation histologique de la tumeur maligne.

3.1.2. Carcinome hépatocellulaire :


 Un foie dur
 Foie nodulaire à l’échographie
 La ponction à l’aiguille fine (PAF) : cytologie

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

3.1.3. Cancer du pancréas :


 Echographie abdominale : présence de masse
 Scanner abdominal : également présence de masse
 Constatation per opératoire de cancer pancréatique.
3.2. Critères de non inclusion :

3.2.1. Cancer du tube digestif : absence de confirmation histologique.


3.2.2. Carcinome hépatocellaire : absence d’arguments cytologiques,
ou association clinique, AFP et échographie non évocatrice.
3.2.3. Cancer du pancréas : absence d’arguments à l’imagerie.
3.3. Méthodes :

3.3.1. Interrogatoire : a permis d’apprécier :

 Le mode de vie : La consommation d’alcool, de tabac, de


cola, de tô avec potasse, de fruits et légumes (régulière ou
occasionnelle), le mode de conservation de la viande et du
poisson.

 Les antécédents : Les antécédents personnels et familiaux


des patients notamment cancer dans la famille, a été
recherchée la notion d’ictère, d’hépatite, de gastrite,
d’ulcère gastrique, de pathologie colique, de transfusion
sanguine.

 Les symptômes digestifs et signes généraux : douleur


abdominale, dysphagie, vomissements, hématémèse,
diarrhées, constipation, alternance de diarrhée et de
constipation, rectorragie, méléna, amaigrissement et
œdèmes des membres inferieurs.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

3.3.2. Examen physique : a été complet, à la recherche des signes de

localisation de la tumeur, des métastases et des adénopathies


périphériques ; le toucher rectal a été systématique.

3.3.3. Examens paracliniques :

 L’endoscopie digestive haute ou basse a permis la mise

en évidence de la tumeur et la réalisation des biopsies


pour étude anatomo pathologique des pièces.

 L’échographie abdominale a été réalisée dans un but

diagnostique pour le CHC, et pour la recherche de


localisations secondaire pour les cancers du tube digestif.

 La tomodensitométrie chaque fois que l’échographie n’a

pas été contributive et surtout pour l‘étude du pancréas

 La ponction à l‘aiguille fine du foie pour le diagnostic

cytologique d’un CHC.

 L’alpha foeto protéine : dans le diagnostic du cancer du

foie lorsque son taux est supérieur à 400 UI/L.

3.3.4. Supports : Toutes nos données ont été colligées sur une fiche

d’enquête individuelle. Nous avons consulté

 Les registres de compte rendu anatomo pathologique pour


les résultats de biopsies non apportés par les malades.

 Les registres de compte rendu opératoire pour les


traitements chirurgicaux dont les malades ont bénéficié.

3.4. Analyse des données : La saisie et l’analyse des données ont été
réalisées sur le logiciel SPSS 14.0 for Windows.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Nous avons fait une saisie simple des textes, tableaux et graphiques
sur les logiciels World et Excel.
Comme test statistique, nous avons utilisé le chi2 avec pour seuil de
signification p inférieur à 0,05.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

RESULTATS

IV. RESULTATS
1. Fréquence :
De février à juin 2007, puis de février à juin 2008, nous avons colligé 115 cas
de cancers digestifs sur 1547 patients hospitalisés aux services de hépato
gastroentérologie et de chirurgie générale du CHU Gabriel Touré, soit une
fréquence de 7,4 %, la répartition des patients selon le service était la suivante :
 Hépato gastroentérologie : 61 patients, soit 8,9 % des patients
hospitalisés (685 patients) ;
 Chirurgie générale : 54 patients, soit 6,3 % des patients hospitalisés (862
patients).
DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako
2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

2. Age :
Figure 1 : Répartition des patients selon la tranche d’âge

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

On constate une augmentation de la fréquence des cancers avec l’âge. L’âge


moyen était de 56,6 ± 2,4 ans, avec une médiane de 56,5 ans, et des extrêmes de
27 et 90 ans.

3. Sexe :
Figure 2 : Répartition des patients selon le sexe

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Le sex – ratio était de 1,5 en faveur des hommes (homme/ femme).

4. Profession :
Tableau IV : Répartition des patients selon la profession.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Professions Effectif Pourcentage (%)


Cultivateurs 38 33,0
Femmes au foyer 40 34,8
Commerçants 6 5,2
Fonctionnaires 7 6,1
chauffeurs 10 8,7
Retraités 5 4,4
transporteurs 3 2,6
Autres* 6 5,2
Total 115 100,0
NB : (*) pasteur (1), sans profession (1), imams (2), ouvriers (2).

Les femmes au foyer et les cultivateurs ont été les couches professionnelles les
plus représentées avec respectivement 34,8 % et 33 %.

5. Provenance :
Tableau V : Répartition des patients selon la provenance

Provenance Effectif Pourcentage (%)


Kayes 34 29,6
Koulikoro 19 16,5
Sikasso 16 13,9
Ségou 20 17,4
Mopti 2 1,7

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Gao 3 2,6
Tombouctou 1 0,9
Bamako 20 17,4
Total 115 100,0

Dans la plupart des cas, les patients étaient originaires de Kayes.

6. Mode de conservation de la viande :


Tableau VI : Répartition des patients selon le mode de conservation de la
viande
Conservation viande Effectif Pourcentage (%)
Salaison 86 74,8
Réfrigération 1 0,9
Salaison et réfrigération 2 1,7
Conservation naturelle 26 22,6
Total 115 100

La majorité des patients utilisait la salaison comme mode de conservation de la


viande.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

7. Mode de conservation du poisson :


Tableau VII : Répartition des patients selon le mode de conservation du
poisson.
Conservation du Effectif Pourcentage (%)
poisson
Fumage 93 80,9
Fumage et séchage 19 16,5
Conservation naturelle 3 2,6
Total 115 100

Dans 80, 9 % des cas, le fumage était le mode de conservation du poisson.

8. Consommation de boissons alcoolisées :


Tableau VIII : Répartition des patients selon la consommation de boissons
alcoolisées.
Consommation de Effectif Pourcentage (%)
bossons
Alcoolisées
Non 108 93,9

Oui 7 6,1

Total 115 100

Dans 6,1 % des cas, les patients étaient consommateurs de boissons alcoolisées,
qu’elles soient modernes ou traditionnelles.

9. Consommation de tabac :
Tableau IX : Répartition des patients selon la consommation de tabac
DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako
2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Consommation de Effectif Pourcentage (%)


tabac
Non 76 66,1

Oui 39 33,9

Total 115 100

Dans 31,9 % des cas, les patients étaient consommateurs de tabac : cigarette,
tabac à chiqué ou cendre à pipe.

10. Consommation de cola :


Tableau X : Répartition des patients selon la consommation de cola

Consommation de cola Effectif Pourcentage (%)


Non 77 67

Oui 38 33

Total 115 100

La consommation de cola a été retrouvée chez 33 % de nos patients.

11. Consommation de tô avec potasse :

Tableau XI : Répartition des patients selon la consommation de tô avec


potasse.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Consommation de to Effectif Pourcentage (%)


avec potasse

Non 1 0,9

Oui 114 99,1


Total 115 100

La presque totalité des patients était consommateurs de tô avec potasse.

12. Consommation de fruits et légumes :


Tableau XII : Répartition des patients selon la consommation de fruits et
légumes.
Consommation de Effectif Pourcentage (%)
fruits et légumes

Régulière* 24 20,9

Occasionnelle** 91 79,1

Total 115 100


NB : (*) plus de trois fois / semaine ; (**) moins de trois fois / semaine.

Chez 79,1 % des patients la consommation de fruits et légumes était


occasionnelle.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

13. Signes fonctionnels:


Tableau XIII : Répartition des patients selon les signes à l’interrogatoire.
Signes à l’interrogtoire Effectif Pourcentage (%)

Douleur abdominale 108 94

Amaigrissement 106 92,2

Vomissement 87 75,7

Constipation 39 34

Dysphagie 25 21,7

Œdèmes des membres inferieurs 23 20

Méléna 15 13

Rectorragie 12 10

Hématémèse 9 7,8
DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako
2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Alternance Diarrhée/Constipation 9 7,8

La douleur abdominale, l’amaigrissement et les vomissements étaient les


symptômes les plus retrouvés à l’interrogatoire.

14. Signes physiques :


Tableau XIV : Répartition des patients selon les signes à l’examen
physique.
Signes à l’examen physique Effectif Pourcentage %

Masse abdominale 75 65,2

Hépatomégalie 33 28,7

Adénopathies superficielles 19 16,6

Ascite 18 15,7

Ictère 18 15,7

Splénomégalie 11 9,6

Ondes péristaltiques abdominales 10 8,7

Lésions de grattages 8 7

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Grosses vésicules biliaires 2 1,7

Le syndrome tumoral était fréquemment retrouvé chez nos patients.

15. Siège :
Tableau XV : Répartition segmentaire des cancers.
Siège Effectif Pourcentage (%)

Œsophage 4 3,5
Estomac 68 59,1

Colorectum 12 11,2

Foie 23 19,1

Pancréas 8 7,1

Total 115 100

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Le cancer de l’estomac était le plus fréquent, suivi de celui du foie. Pour le siège
colorectal, la tumeur était localisée 5 fois sur le colon, 5 fois sur le rectum et 2
fois sur le sigmoïde.
L’antigène Hbs était présent chez 16 malades sur 23 porteurs de CHC ayant
bénéficié de cet examen.
Histologiquement, 3 cancers de l’œsophage étaient des carcinomes
épidermoїdes contre 1 cas d’adénocarcinome ; l’ensemble des cancers de
l’estomac, et des CCR étaient des adénocarcinomes, ainsi que 2 cancers du
pancréas (les 6 autres n’ayant pu bénéficier d’histologie).

16. Traitement :
Tableau XVI : Répartition des patients selon la solution thérapeutique.
Solutions Effectif Pourcentage (%)
thérapeutiques

Chirurgie curative 11 9,6

Chirurgie palliative 48 41,7

Traitement médical
56 48,7
symptomatique

Total 115 100


.
Le traitement était symptomatique dans 48,7 % des cas.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

17. Siège et âge :


Tableau XVII : Répartition des tumeurs selon leur siège et la tranche d’âge
des patients.
Siège Tranche d’âge Probabilité
20 – 30 31 – 40 41 – 50 51 – 60 61 – 70 ˃ 70
N=3 N = 14 N = 22 N = 33 N = 26
n (% ) n (% ) n (% ) n (% ) n (% ) N = 17
n (% )
Œsophage = 4 - 1(7,1%) 1(4,5%) 1(3,0%) - 1(5,9%) -

2(66,7% 22(66,7% 16(61,6%


Estomac = 68 6(42,9%) 11(50%) 11(64,7%) 0,625
) ) )

Colorectum =12 - 1(7,1%) 1(4,5%) 5(15,2%) 5(19,2%) - 0,306

5(35,8% 7(31,9%
Foie = 23 - 3(9,1%) 5(19,2%) 3(17,6%) 0,195
) )

1(33,3%
Pancréas = 8 1(7,1%) 2(9,1%) 2(6,0%) - 2(11,8%) -
)

Les cancers de l’estomac et du colon étaient plus fréquents entre 51 – 70 ans,

celui du foie entre 31 – 50 ans, mais la différence n’est pas statistiquement


significative.
18. Siège et sexe :
Tableau XVIII : Répartition des tumeurs selon leur siège et le sexe des
patients.
Siège Sexe Probabilité
Masculin Féminin
N= 69 N= 46
n (%) n (%)
Œsophage = 4 1 (1,4%) 3 (6,5%) 0,175

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Estomac = 68 38 (55,1%) 30 (65,2%) 0,278

Colorectum = 12 7 (10,1%) 5 (10,9%) 0,567

Foie = 23 17 (24,6%) 6 (13%) 0,127


Pancréas =8 6 (8,7%) 2 (4,3%) -

Il n’y avait pas de différence statistique significative de la répartition des


tumeurs selon sexe des patients.

19. Siège et profession :


Tableau XIX : Répartition des tumeurs selon leur siège et la profession des
malades.
Profession Siège
Œsophage Estomac Colorectum Foie Pancréas
n (%) n (%) n (%) n (%) n (%)

26(68,4%
Cultivateurs = 38 1 (2,6%) 3 (7,9%) 8 (21,1%) -
)

Ménagères* = 40 2 (5%) 28 (70%) 4 (10%) 4 (10%) 2 (5%)

Commerçants =6 - 4 (66,6%) 1 (16,7%) - 1 (16,7%)

Fonctionnaires = 7 1 (14,3%) 1 (14,3%) 1 (14,3%) 4 (57,1%) -

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

chauffeurs = 10 - 5(50%) - 5(50%) -

Retraités =5 - 1 (20%) 1 (20%) 1 (20%) 2 (40%)

transporteurs =3 - 3 (100%) - - -

Autres** =6 - - 2 (33,3%) 1 (16,7%) 3 (50%)

Probabilité - 0,036 0,889 0,013 0,153

NB : (*) = Femmes au foyer.


(**) = Pasteur (1), sans profession (1), imams (2), ouvriers (2),

Le cancer gastrique était plus fréquent chez les cultivateurs et les ménagères,
quant au CHC, il était plus retrouvé chez les fonctionnaires avec une différence
statistiquement significative.

20. Siège et consommation de tabac :


Tableau XX : Répartition des tumeurs selon leur siège et la consommation
de tabac.
Siège Consommation cde tabac Probabilité
Non Oui
n (%) n (%)

Œsophage 1 (25%) 3 (75%) 0,242

Estomac 48 (70,6%) 20 (29,4%) 16. 10-7


0,014
Colorectum

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

9 (75%) 3 (25%)

Foie 13 (56,5%) 10 (43,5%) 0,376

Pancréas 5 (62,5%) 3 (37,5%) 0,309

La consommation de tabac était fréquente en cas de cancer de l’œsophage, mais


la différence n’est pas statistiquement significative.

21. Siège et consommation de cola


Tableau XXI : Répartition des tumeurs selon leur siège et la consommation
de cola.

Siège Consommation de cola Probabilité


Non Oui
n (%) n (%)

Œsophage 2 (50%) 2 (50%) -

Estomac 41 (60,3%) 27 (39,7%) 0,016

Colorectum 9 (75%) 3 (25%)


0,014

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Foie 19 (82,6%) 4 (17,4%) 9. 10-6

Pancréas 6 (75%) 2 (25%) 0,045

La consommation de cola était moins retrouvée sauf dans le cancer de


l’œsophage avec une différence statistiquement significative.

22. Siège et consommation de tô avec potasse :


Tableau XXII : Répartition des tumeurs selon leur siège et la
consommation de tô avec de la potasse.

Siège Consommation de tô avec potasse Probabilité


Non Oui
n (%) n (%)

Œsophage - 4 (100%) 0,014

Estomac - 68 (100%) 10-8

Colorectum 1 (8,3%) 11 (91,7%) 0,000044

Foie - 23 (100%)

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

10-7

Pancréas - 8 (100%) 0,00007

La consommation de tô avec potasse était fréquemment retrouvée dans tous les


cas avec une différence statistiquement significative.

23. Siège et consommation de fruits et légumes


Tableau XXIII : Répartition des patients selon le siège et la consommation
de fruits et légumes.
Consommation de fruits et légumes
Siège Régulière* Occasionnelle** Probabilité
n (%) n (%)

Œsophage 1 (25%) 3 (75%) 0,248

Estomac 3 (4,4%) 65 (95,8%) 10-7

Colorectum 6 (50%) 6 (50%) -

Foie 8 (34,8%) 15 (65,2%) 0,039

Pancréas 6 (75%) 2 (25%) 0,045


NB : (*) plus de trois fois / semaine (**) moins de trois fois / semaine.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

La consommation de fruits et légumes était occasionnelle en cas de cancer de


l’estomac avec une différence statistiquement significative.

24. Siège et conservation de viande :


Tableau XXIV : Répartition des tumeurs selon leur siège et le mode de
conservation de la viande.
Siège Conservation de viande Probabilité
Salaison et Conservation
Salaison Réfrigération
réfrigération naturelle
n (%) n (%)
n (%) n (%)

Œsophage 3 (75%) - - 1 (25%) 0,046

Estomac 60 (88,2%) 1 (1,5%) 1 (1,5%) 6 (8,8%) 10-9

Colorectum 8 (66,6%) - - 4 (33,3%) 0,00020

Foie 11 (47,8%) - 1 (4,4%) 11 (47,8%) 0,000011

Pancréas 4 (50%) - - 4 (50%) 0,013

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

La salaison était le mode de conservation de la viande significativement retrouvé


en cas de cancers de l’œsophage, l’estomac et le colon et rectum.

25. Siège et conservation de poissons :


Tableau XXV : Répartition des tumeurs selon leur siège et le mode de
conservation de poissons.
Siège Conservation de poissons Probabilité
Fumage Fumage et Conservation
naturelle
n (%) séchage
n (%)
n (%)
Œsophage 4 (100%) - - 0,0024

Estomac 53 (77,9%) 15 (22,1%) - 10-8

Colorectum 10 (83,3%) - 2 (16,7%) 0,000027

Foie 20 (87%) 2 (8,7%) 1 (4,3%) 10-9

Pancréas 6 (75%) 2 (25%) - 0,0052

Le mode de conservation du poisson par fumage était fréquemment associé à


tous les cancers avec une différence statistiquement significative.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

COMMENTAIRES ET
DISCUSSIONS

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

V. COMMENTAIRES ET DISCUSSIONS

Au cours de cette étude transversale, nous avons colligé de février à juin 2007,
puis de février à juin 2008, 115 cas de cancers digestifs sur 1547 patients
hospitalisés dans les services d’hépato gastro - entérologie et de chirurgie
générale du CHU Gabriel Touré soit une fréquence de 7,4%. Ce taux sous
estime la fréquence réelle des cancers digestifs car certains malades n’ont pas
été inclus en absence de certitude diagnostique, d’autres n’ont pas subi les
explorations souhaitées. Toutefois les malades inclus ont été rigoureusement
sélectionnés à partir de preuves histologiques, et d’autres examens non invasifs
très suggestifs de cancers selon le siège
1. Fréquence :
Auteurs Effectifs Fréquences Probabilité
Camara (2006) [53] 78 8,65 % 0,332
Trabelsi et al (1998) [10] 644 2,86 % 0,002
Ayite et al (1990) [11] 492 19,84 % 0 ,515
Peko et al (2004) [12] 375 14,6 % 0,519
Notre série 115 7,4 % -

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

La fréquence des cancers digestifs dans notre étude est statistiquement différente
de celle rapportée par Trabelsi et al [10]. Cette différence peut s’expliquer par la
taille des effectifs.

2. Age :
L’âge moyen de nos patients 56,6 ± 2,4 ans est superposable à ceux rapportés
par Camara 51 ± 13,51 ans [53], et de Ayite 49,06 ans [11].
Il est cependant différent des résultats des travaux de Faibre qui montrent qu’en
France les cancers digestifs sont rares avant 50 ou 55 ans [3].
Cette différence s’explique par la jeunesse de la population d’une part, d’autre
part par l’exposition précoce au virus de l’hépatite B dans notre contexte [11].

3. Sexe :
Le sex – ratio dans notre série (1,5 au dépens des hommes) se rapproche de celui
de Peko et al (1,5) [12] et celui de Camara 2,12 [53].
Dans notre étude, la prédominance masculine est également rapportée par
certaines études européennes [22, 3].

4. Profession :
Dans notre série, globalement les couches professionnelles les plus concernées
ont été les femmes au foyer (34,8%) et les cultivateurs (33%). Ce résultat est
superposable à celui rapporté par Camara [53] avec respectivement 28,2% et

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

29,5%. De façon générale, les couches sociales à bas niveau de vie paraissent
être les plus atteintes par ces affections.

5. Signes d’appel :
Au cours de notre étude, les signes d’appel les plus fréquents ont été la douleur
abdominale (94%) l’amaigrissement (92,2%) et les vomissements (75,7%).
Résultat superposable à celui rapporté par Camara [53] avec respectivement
80,8% et 84,6% et 23,1%. Ces signes témoignent du diagnostic des cancers au
stade tardif.

6. Siège et âge :
6.1. Cancer de l’œsophage :
Auteurs Effectifs Moyennes d’âges Probabilité
Maїga et al (1999) [19] 16 59,9 ± 7,8 ans 0,0052
Peghini et al (1997) [54] - 57,5 ans -
Notre série 4 54 ± 1,6 ans -

L’âge moyen des patients atteints de cancer de l’œsophage se rapproche de celui


de Peghini et [54]. Il était cependant différent de celui rapporté par Maïga et al,
pouvant s’expliquer par la taille de la population concernée dans notre série : 4
cas. En Europe, l’âge moyen élevé est classique [55].
6.2. Cancer de l’estomac :
Auteurs Effectifs Moyennes d’âges Probabilité
Krstev et al (2005) [56] 443 63,8 ans 10-6
Mise et al (2005) [57] 86 60 ans 10-6
Thong - Ngam et al (2001) [58] 119 60,2 ans 10-6
Ayite et al (2002) [59] 63 52,6 ans 10-6
Koné (2008) [60] 161 54,53 ans 0,00085
Notre série 68 54 ± 1,6 ans -

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Au niveau de l’estomac, l’âge moyen de notre série, était superposable aux


résultats rapportés par des études africaines [59,60]. Il est cependant inférieur à
ceux de certaines études européennes et asiatiques [56, 57, 58]. Ces résultats
confirment l’âge jeune des patients dans notre contexte [24].

6.3. Cancer du colorectum :


Auteurs Effectifs Moyennes d’âges Probabilité
Hong – Zhi et al (2004) [61] 22 48 ans 10-6
Fariane et al (2004) [62] 147 65,5 ans 10-6
Farhoud et al (2002) [63] 320 58 ans 0,316
Sule et al (2001) [64] 144 44,3 ans 10-6
Cong et al (2000) [65] 34060 69,3 ans 0,00029
Diarra et al(2006) [66] 19 43,7 ± 16,9 ans 0,0079
Notre série 12 58,3 ± 2 ans -

La moyenne d’âge de nos patients était superposable à celui de Farhoud au


Portugal [63]. Il est cependant supérieur à ceux mentionnés par Hong – Zhi et al
de Chine [61], de Sule et al au Nigéria [64], de Diarra et al au Mali [66] ; et
inférieur à ceux de Fariane et al en Inde [62], et de Cong et al en France [65].
Ces résultats marquent la précocité de la survenue des CCR dans les pays en
développement mentionnée par la littérature [42].
6.4. Carcinome hépatocellulaire :
Pour le CHC, la moyenne d’âge 52 ± 2,7 ans était superposable à celle de
Diarra et al 52,17 ± 14,96 ans [18].
6.5. Cancer du pancréas :
Auteurs Effectifs Moyennes d’âges Probabilité
Lefevre et al (2002) [52] 799 69,6 ans 0,0137
Pierre – Edouard et al (2000) [67] 135 65,6 ans 10-6

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Ayite et al (2002) [68] 15 49,4 ans 10-6


Notre série 8 53,6 ± 1,8 ans -

La moyenne d’âge de nos patients atteints de cancer du pancréas était inférieure


à celles rapportées par certaines études Françaises [52, 67], tandis qu’elle est
supérieure à celle retrouvée par Ayité au Togo [68]. Ces différences peuvent
s’expliquer par la taille de notre population.

7. Siège et sexe :
7.1. Cancer de l’œsophage :
Auteurs Effectifs Sex – ratio Probabilité
Maїga et al (1999) [19] 16 0,45 0,733
Keïta (2008) [69] 7 2,5 0,132
Notre série 4 0,33 -

Le sex – ratio des patients atteints du cancer de l’œsophage était superposable à


celui de Maïga e al [19]. Le sex – ratio rapporté par Keïta [69] est cependant
différent de celui de notre série. Cette prédominance féminine contraste avec les
données de la littérature [21,22].
7.2. Cancer de l’estomac :
Auteurs Effectifs Sex – ratio Probabilité
Mise et al (2005) [57] 86 2,5 0,504
Krstev et al (2005) [56] 443 1,8 0,700
Sophie et al (2001) [70] 7505 1,7 0 ,741
Tong – Ngam et al (2001) [58] 119 1,5 0 ,840
Ayite et al (2002) [59] 63 1,7 0,741
Keïta (2008) [69] 52 1,6 0,787
Notre série 68 1,26 -

La prédominance masculine de notre série a été également retrouvée par tous les
auteurs ci – dessus cités.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

7.3. Cancers du colorectum :


Auteurs Effectifs Sex – ratio Probabilité
Hong – Zhi et al (2004) [61] 22 2,7 0,518
Jac – Gahb et al (2004) [71] 26 2,3 0,608
Toader et al (2002) [72] 117 1,4 0,189
Cong et al (2000) [65] 34060 1,2 0,857
Sule et al (2001) [64] 144 1,5 0,933
Diarra et al (2006) [66] 19 0,4 0,285
Notre série 12 1,4 -

Dans notre série, la prédominance masculine se rappoche des études : africaine


[64], asiatiques [61,71] et européennes [65,72]. Il contraste cependant avec la
prédominance féminine mentionnée par Diarra et al au Mali [66].
7.4. Carcinome hépatocellulaire :
Le sex – ratio était de 2,8 superposable à celui rapporté par Diarra et [18] : 3,5.
7.5. Cancer du pancréas :
Auteurs Effectifs Sex – ratio Probabilité
Lefevre et al (2002) [52] 799 1,2 0,400
Pierre – Edouard et al (2000) [67] 135 1,3 0,433
Ayite et al (2002) [68] 15 2 0,666
Doukssiyeh (2006) [17] 22 1,4 0,466
Notre série 8 3,0 -

La prédominance masculine était également mentionnée par les auteurs africains


et européens [17, 52, 67, 68].

8. Siège et profession :
8.1. Cancer de l’œsophage :
Nous avons retrouvé la fréquence la plus élevée chez les fonctionnaires : 14,3%
tandis que Maїga et al [19] ont rapporté des fréquences plus élevées chez les
DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako
2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

femmes au foyer (68,5) et les cultivateurs (31,3). Cette différence peut


s’expliquer par l’effectif des cancers de l’œsophage (4 cas) dans notre série.
8.2. Cancer gastrique :
Auteurs Effectifs Professions
Ménagères Probabilité Cultivateurs Probabilité
Traoré (2006) [73] 343 28,9% 10-6 26,2% 10-6
Diallo (2008) [74] 55 34,5% 0,000006 25,6% 10-5
Notre série 68 70% - 68,4% -

Nous avons une fréquence plus élevée chez les femmes au foyer et les
cultivateurs. Ce résultat est superposable à ceux rapportés par Traoré [73] et
Diallo [74]. Ces résultats témoignent du risque que représentent les conditions
socio – économiques défavorables dans la genèse des cancers gastriques [29].
8.3. Cancers colorectaux :
Auteurs Effectifs Professions Probabilité
Ménagères Cultivateurs Retraités

Diarra et al(2006)[66] 19 52, 50 % - -


Chendjou (2006) [44] 141 29,5 % - - -
Notre série 12 10 % 7,9 % 20 % -

Dans notre série, la fréquence la plus élevée a été retrouvée chez les retraités.
Diarra et al [66] ont trouvé que les couches sociales les plus représentées étaient
les femmes au foyer et les cultivateurs. Chendjou F [44] a aussi retrouvé une
fréquence plus élevée chez les femmes au foyer.

8.4. Carcinome hépatocellulaire :


Dans notre série, la fréquence du CHC était plus élevée chez les fonctionnaires
(57,1%) avec p = 0,013, tandis que Diarra et al ont retrouvé une fréquence plus
élevée chez les paysans et les ouvriers (couches sociales à bas niveau de vie)
[18].
8.5. Cancer du Pancréas :
Les fréquences les plus élevées de cancer du pancréas ont été retrouvées chez les

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

« Autres* » (50%) : pasteur (1), sans profession (1), imams (2), ouvriers (2),
et retraités (40%) dans notre série, pendant que Doukssiyeh [17] retrouve des
fréquences les plus élevées chez les ménagères : 40,9%, s’expliquant par la taille
de la population atteinte de cancer du pancréas dans notre étude.

9. Consommation de tabac :
9.1. Cancer de l’œsophage :
La consommation de tabac était liée au cancer de l’œsophage dans 75% des cas.
Ce résultat est différent de celui rapporté par Maïga et al [19] : 43,7%, et
pourrait être lié à la taille de l’effectif des cancers de l’œsophage dans notre
série. Il confirme le rôle cancérogène de l’intoxication tabagique mentionnée par
la littérature [24].

9.2. Cancer de l’estomac :


Auteurs Effectifs Consommation de tabac Probabilité
Diallo (2008) [74] 55 18,2% 0,560
Koné (2008) [60] 77 28,8% 0,806
Notre série 68 29,4% -

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Dans notre série, la consommation de tabac était plus fréquemment liée au


cancer de l’estomac. Ce résultat est superposable à celui rapporté par Koné
[60], et à celui de Diallo [74].

9.3. Cancers colorectaux :


La consommation de tabac a représenté 25% des CCR. Cette fréquence est
supérieure à celle rapportée par Diarra et al [66] : 15,8%.
9.4. Carcinome Hépatocellulaire :
La consommation de tabac était liée au CHC dans 43,5% des cas, mais la
différence statistique n’était pas significative (p = 0,376).
9.5. Cancer du Pancréas :
Dans le cancer du pancréas, la consommation de tabac a été retrouvée dans
37,5% des cas (p = 0,320).

10. Consommation de tô avec potasse


10.1. Cancer de l’œsophage :
La consommation de tô avec potasse par rapport au cancer de l’œsophage dans
notre série (100%) était égale à celle rapportée par Maïga et al [19].
10.2. Cancer de l’estomac :
La consommation du tô avec potasse dans le cancer de l’estomac au cours de
notre étude (100%) était superposable à celle N’Diaye [16] 77,5%.

10.3. Cancers colorectaux :


Dans notre série, la fréquence de la consommation de tô avec potasse (91,7%)
était superposable à celle de Diarra et al (94,7%) [66].
10.4. Carcinome Hépatocellulaire :
Dans le CHC, la consommation de tô avec potasse représentait 100% des cas
avec une différence statistique significative (p = 10-7).

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

10.5. Cancer du Pancréas :


Au niveau du cancer du pancréas, la consommation de tô avec potasse a
représenté également 100% des cas avec une différence statistique significative
(p = 0,00007).

11. Consommation de fruits et légumes


11.1. Cancer de l’œsophage :
Dans le cancer de l’œsophage la consommation régulière de fruits et légumes
retrouvée dans notre série (25%) était supérieure à celle de Maïga et al (6,3%)
[19].
11.2. Cancer de l’estomac :
La consommation régulière de fruits et légumes était associée à la faible
fréquence de cancer gastrique dans notre série : 4,4%. Ce résultat est comparable
à celui de N’Diaye [16] : 10,8%. Ils témoignent du rôle protecteur qu’aurait la
consommation régulière des fruits et légumes quant aux cancers gastriques.
11.3. Cancers colorectaux :
La fréquence de la consommation régulière de fruits et légumes au cours des
CCR dans notre série : 50%, est comparable à celle de Diarra [66] : 41,1%. Le
rôle protecteur de ces substances riches en fibres universellement admis [75].
11.4. Carcinome Hépatocellulaire :
Au cours de notre étude, la consommation régulière de fruits et légumes a
représenté 34,8% des cas de CHC, avec différence statistiquement significative
(p = 0,039).
11.5. Cancer du Pancréas :
La consommation de fruits et légumes était régulière en cas de cancer du
pancréas (75%, p = 0,045).

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

CONCLUSION ET
RECOMMENDATIONS

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

VI. CONCLUSION ET RECOMMENDATIONS

Les cancers digestifs constituent un problème de santé publique dans notre


contexte, de part leur fréquence, mais aussi leur gravité.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

La fréquence de ces affections chez les adultes jeunes, la couche, la plus


productivement active dénote des répercutions socio – économiques.
La presque totalité de ces affections est diagnostiquée à un stade où aucune
solution radicale n’est envisageable. La forte représentativité des sujets
économiquement démunis suggère encore le rôle permissif des facteurs
nutritionnels dans la genèse de ces cancers. Une enquête à ce sujet doit élucider
les facteurs alimentaires incriminés, et envisager une action préventive.
En ce qui concerne le CHC, le rôle du virus de l’hépatite B est prépondérant
voire exclusif. La vaccination systématique des nouveaux nés suscite à l’heure
actuelle un espoir pour la réduction de la prévalence de ces cancers si cette
stratégie reste pérenne et élargie.
Les cancers du pancréas sont de plus en plus diagnostiqués également à un stade
évolué. Ils doivent être systématiquement recherchés chez les sujets âgés
consultants pour ictère.

A la lumière de ces constatations, nous recommandons :


 La sensibilisation prudente de la population pour une consultation précoce
devant tout signe digestif.
 La référence précoce des malades ayant des symptômes digestifs

d’évolution chronique.
 L’amélioration du plateau technique.
DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako
2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

 Une stratégie de dépistage précoce.


 La vaccination soutenue à large échelle contre le virus de l’hépatite B.

 Une enquête sur les facteurs de risques environnementaux favorisants les

cancers du tube digestifs en vue d’une action préventive.


 La création d’un centre de traitement adjuvant de ces cancers:

radiothérapie, chimiothérapie.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

REFERENCES

VII. REFERENCES

1. DIOMANDE MI, TROH E, BOKA BM.

Aspects histo épidémiologiques des cancers digestifs en Côte d’Ivoire à


propos de 216 cas colligés en 10 ans (1983 – 1992)

Rev Int Science Med 2000 ; 2 : 110 – 114


DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako
2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

2. FAIBRE J, GROSCLAUDE P, LAUNOY G.

Les cancers digestifs en France distribution géographique et estimation de


l’incidence nationale

Gastroenterol Clin Biol 1997 ; 21 : 174 – 180

3. THOMAS RM, SOBIN IH.

Gastrointestinal cancer.

Cancer suppl 1995; 75: 154 – 170

4. ZEITOUN P.

Introduction.
Encyclopédie des cancers. Paris : Flammarion, 1987
5. REMONTET L, ESTEVE J, BOUVIER AM, GROSCLAUDE P,
LAUNOY G, MENEGOZ F et al.

Cancer incidence and mortality in France over the period 1978 – 2000.

Rev épidemiol santé publique 2003; 51: 3 – 30


6. FAIBRE J, HILON P.

Epidémiologie des cancers colo rectaux. Cancers digestifs chapitre IV.


Encyclopédie des cancers. Paris : Flammarion,1987
7. AYITE A, DOSSEH E, SENA K, ETEY K, NAPO – LOURA G,

JAMES K.
Epidémiologie descriptive des cancers digestifs au Togo
Jr Afr Chirur dig 2001 ; 1: 10 – 16

8. PEGHINI M, BARABE P, TOUZE JE.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Epidémiologie des cancers du tube digestif au Sénégal. Apport de 18000


endoscopies effectuées à l’hôpital principal de Dakar.

Med trop 1990 ; 50: 205 – 269.


9. SAWADOGO A. H BOUDO A. DURAND G. PEGHINI M. BAMQUET

D. SAWADOGO AB et al.

Epidémiologie des cancers digestifs au Burkina Faso. Apport de 8000


endoscopies effectuées au centre hospitalier national Sanou Souro
(CHNSS) de Bobo Dioulasso
Med Afr Noire 2000 ; 47 : 342 – 345
10. TRABELSI O, KOLSI K, HAOUET K, KACEM C, EL HACHAICHI A,

ABDESSELEM MM et al. Approche de l’épidémiologie descriptive des


cancers digestifs à travers l’activité d’un service de chirurgie générale.

Tunisie Médicale 1998 ; 76 (6 – 7) : 195 – 199


11. AYITE A, DOSSEH E, SENAH K, ETEY K, LAWANI I, JAMES K et

al. Epidémiologie descriptive des cancers digestifs au CHU de Lomé


(Togo). Med Afr Noire 1998 ; 45 (4) : 259 – 262

12.PEKO JE, IBARA JR, DANGOU JM, GOMBE MBALAWA C.

Profil histo épidémiologique de 375 cancers digestifs primitifs au CHU


de Brazzaville.
Med Trop 2004, 64 : 168 - 170
13. DIOP AK TRAORE, ONGOIBA N, MAIGA MY, TRAORE HA,

DIALLO A, SACKO L et al.

Devenir gastrique en chirurgie “B” de l’hôpital du point G à Bamako.


Mali med 1994 ; 9 (1): 17 – 18
14. DIALLO G, ONGOIBA N, MAIGA MY, YENA S, TRAORE AH,

DIALLO A et al. Cancers du rectum à propos de 67 cas

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Mali med 1995 ; 10 (3 et 4) : 33 – 35

15. MAIGA MY, DEMBELE M, DIALLO G, N’DIAYE M, ONGOIBA O,

SANOGO Z, YENA S, TRAORE HA.

Etude épidémiologique, Clinique et pronostic des cancers de l’estomac en


milieu hospitalier
Mali Med 2002 ; 17 (1) : 13 – 17
16.N’DIAYE M.

Cancers du pancreas.
These med, Bamako 2000; 102
17.DOUKSSIYEH SA.

Cancers du pancreas.
These med, Bamako 2006; N°31
18.DIARRA M, KONATE A, DEMBELE M, KONE B, WANDJI MJ,
MAIOA MY et al.

Carcinome hépatocellulaire: aspects épidémiologiques, cliniques et


évolutifs.

Med Afr Noire 2006 ; 53 (1) : 23 - 28

19. MAIGA MY, DIALLO G, DEMBELE M, N’DIAYE M, ONGOIBA N,

SANOGO Z et al.

Cancers de l’œsophage: aspects épidémiologiques, cliniques et


pronostiques

Acta Endoscopica 2002 ; 32 : 455 - 457

20. DEMBELE F.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Aspects endoscopiques et anatomopathologiques des cancers de


l’œsophage dans l’unité d’endoscopie de l’hôpital du point « G » (30 cas).

These med, Bamako 2002 ; 148

21.BOUCHE O, DUVUDER F.

Cancer de l’œsophage

Impact internat. Paris : Masson, 1997

22.SEGOL PH, VERWAERDE JC, FOURNIR JL.

Notions fondamentales et diagnostiques.


Encycl med chir (Paris) Gastroente rol 1994; 10: 9-027
23.TOURE A

Contribution à l’étude des cancers au Mali: à propos d’une étude


statistique de 1378 cas.
These med, Bamako 1986 ; 6
24.CREW K D, NEUGUT A L.

Epidemiology of upper gastrointestinal malignancies


Semi noncom 2000; 31: A50 – 64
25.FUCHS C S, MAYER R J.

Gastric carcinoma. N Engl J Med 1995; 333: 32 – 41


26. BOUVIER A M, REMONTET L, JOUGLA E.

Incidence of gastrointestinal cancers in France


Gastroenterol Clin Biol 2000; 28: 77 – 81
27. BARBIER J P H, CELLIER C, LANDI B.

Maladies de l’appareil digestif. Paris : Masson, 1997

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

28.HILLON P, FAIVRRE J, BEDENE L, KLEPING C.

Alimentation et cancérogénèse digestive en France et dans le monde


Encycl Med Chir 1985; 9118: A10 – 12
29.CORREA P.

Is gastric cancer preventable?


Gut 2004; 23: 1217 – 1219
30.BRETAGNE J F.

Faut – il éradiquer Helicobacter pylori pour prévenir le cancer gastrique ?


Gastroenterol Clin Biol 2003 ; 27 : 440 – 452
31.DELCHIER J C.

Les lésions précancéreuses gastriques: quelle prévention?


Gastroenterol Clin Biol 2004; 28 (5): D172 – D177
32.CALDAS C, CARNERO F, LYNCH H C.

Familial gastric cancer overview and guideline for management


J Med Genet 1999; 36: 873 – 880
33.DUCREUX M, BOIGE V, TAIER J.

La linite : une forme particulière de cancer gastrique.


Gastroenterol 2000 ; 25 : 573 – 581
34. WATANABE H. JASS J R. SOBIN L H.

Histological typing of esophageal and gastric tumors. World health


Organization international histological classification of tumors (2nd Ed)
Berlin: Springler Verlag, 1990
35. OLIVIER B, STEPHZNIE L.

Cancer de l’estomac. Rev prat 2005; 55 : 12 - 17


36.RUSKONE – FOURMESTRAUX A.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Lymphomes gastriques du MALT. Rev med int 2004 ; 28 : 573 – 581

37.LANDI, LECOMTE T, BERGER A, CELLIER C.

Traitement des tumeurs stromales digestives.


Gastroenterol Clin Biol 2004 ; 28 : 893 – 901
38. VOLPE C M, KOO J, MILORO S M, DRISCOLI D L, NAWA H R,

DOOUGLAS H O.

Jr: the effect of extend lymphadecrtomie of survival in patients with


gastric adenocarcinoma J Am Cool Surg 1995; 181: 57 – 64
39. JIAN R, MODIGLANI R, MARTEAU P, BOUHNIK Y, PANIS Y.

Hépato gastro – entérologie. Paris : Ellipses, 2001


40.ANDRIEU JM, COLONNA P.

Cancers : évaluation traitement et surveillance. Paris : Estem 1997

41.BERREBI W.

Hépato - gastroenterologie. 3ème édition. Paris : Estem, 2003

42. ATTIA Y, SOUBEYRAND J, GAUDET G, MAKAN K, KOUAKOU,.

NDRI Y. Les cancers coliques en Côte d’Ivoire: étude Clinique et


épidémiologique Med Afr Noire 1991 ; 28 : 353 – 358

43.MBENGUE M.

Cancers colo rectaux au Sénégal : à propos d’une étude rétrospective de


258 dossiers recueillis à Dakar de 1960 à 1985

These med, Dakar 1985 ; 168

44.CHENDJOUNFOTSI B L.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Etude épidémiologique et histologique des tumeurs colo rectales au Mali :


à propos de 258 cas.

These med, Bamako 2006 ; 79

45.LOUIS E, BELAICHE J.

Histoire naturelle et facteurs de risque du cancer colo rectal au cours des


maladies inflammatoires intestinales

Acta Endoscopica 2004 ; 34 (2) : 231 – 236

46.BALIAN C, ARAKELIAN P, POUSSIN D, BEUZEN P, BALIAN A.

Hépato - gastroenterologie. Paris: Ellipses, 2003


47.MELANGE M.

La prévention médicamenteuse des tumeurs colo rectales : les anti-


inflammatoires non stéroïdiens préviennent-ils le cancer colo rectal ?
Louvain Med 1999 ; 118 : S 260 – 263

48.FATTORUSSO V, RITTER O.

Vademecum Clinique : du diagnostic au traitement 16ème édition. Paris:


Masson, 2001

49.HASLETT C, CHILVERS E R, HUNTER J, BOON N.

Médecine interne: Principes et pratiques 18ème édition. Londres : Maloine,


1999

50.PERLEMUTER L, PERLEMUTER G.

Guide de thérapeutique. 3ème édition. Paris: Masson, 2003

51. FREXINOS J, BUSCAIL.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Hépato - gastroenterologie et proctologie 5ème édition. Paris : Masson,


1987

52.LEVRE H, LAUNOY G, ARSENE D, GALAIS MP, MAUREL J,

BOUYARD N.

Epidémiologie et pronostic des cancers du pancréas dans le département


du Calvados : tendance évolutive sur 20 ans.

Gastroenterol Clin Biol 2002 ; 26 : 0399 – 8320

53.CAMARA H. Place des tumeurs malignes dans les hospitalisations dans

un service de médecine.

These med, Bamako 2006; 35

54.PEGHINI M, RAJAONARISON P, PECADESSE JL,

RAZAFIDRAMBOA H, RICHARD J, MORIN D. Epidémiologie des

cancers épidermoїdes de l’œsophage à Madagascar ; apport de 14 000

Endoscopies effectuées au centre hospitalier de Soanviandriana à

Antananarivo.

Med Trop 1997 ; 44 : 518 – 521

55.GIGNOUX M, POTIER D.
Cancers de l’œsophage : la survie s’améliore, et les indications se
clarifient.

Gastroenterol Clin Biol 1993; 17: 2 – 3

56.KRSTEV S, DOSEMECI I, LISSOWSKA J, CHOW W – H, ZATONSKI

W, WARD H.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Occupation and risk of stomach cancer in Poland.

Occupation and environmental medecine 2005; 62: 318 – 324

57.MISE S, TONKIC A, JUKIC C, TITIC M, PESUTIC - PISAC V,


ALFIREVIC D.
Gastric cancer in southern Croatia during 2002-2005.
Indian J Gastroenterol 2005; 24: 84 – 85
58.THONG – NGAM D, TANGKLIVANICH P, MAHACHAI V.
KULLAVANIJAYA P.
Current status in gastric cancer in Thai patients.
J Med Asso Thai 2001; 84 (4): 475 – 82
59.AYITE AE, ADODO A, DOSSEH E, ABITA T, OCLOO A.
Prise en charge du cancer primitif de l’estomac au CHU de Lomé. A
propos de 63 cas.
J Afr Chir Digest 2002; (3) : 110 -116
60.KONE Y. Cancers de l’estomac ; aspects épidémiologiques, cliniques

et thérapeutiques dans le service de chirurgie « A » du centre

hospitalier universitaire du point « G ».

These med, Bamako 2008; 25

61.HONG – ZHI W, XIN – FU H, YI W, JIA – FU J, JIN G.

Clinical features diagnosis treatment and prognosis of multiple primary

colorectal carcinoma.

World J Gastroenterol 2004; 10 (14): 2136 – 2139

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

62.FARIANE MC, RHODEN A, FLETCHER PR, CARPENTIER P.

Cancer of the colon and rectum in a Jamaican population diagnostic

Implication of the changing frequency and subsite distribution

West India Med J 2004; 53 (3): 170 – 3

63.FARHOUD S, BROMBERG SH, BARRETO E, GODOY AC,.

Clinical and macroscopic variables that influence the prognosis of

Colorectal cancer.

Arq Gastroenterol 2002; 39 (3) : 163 – 72

64.SULE AZ, MANDONG BM, IYA D.

Malignant colorectal cancer in ten years in Jos Nigeria.

West Afr J Med 2001; 20 (4): 251 – 5

65.CONG H, NADAL JM, BOURBILLON F, LEBLANC G.

L’activité chirurgicale du cancer colorectal en France en 1997.

Bull épidemiol hebdo 2000 ; 49 : 1 – 6

66.DIARRA M, KONATE A, DIARRA AS, KALLE A, DEMBELE M,

DIALLO G et al. Les cancers colorectaux en milieu tropical

Acta endoscopica 2006 ; 36 (2) : 187 – 193

67.PIERRE – EDOUARD Q, ALEXANDRE P, JEAN - MARC L,

STEPHANE A, GUILLAUME S, PIERRE C.

Evolution de la prise en charge de l’adénocarcinome pancréatique dans


DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako
2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

une série hospitalière.

Gastroenterol Clin Biol 2000; 24 : 501 – 505

68.AYITE AE, NANA OB, DOSSEH E.

Prise en charge des cancers du pancréas au CHU – Tokoin de Lomé.

J Afr Chir Digest 2002 ; 2 (3) : 118 – 123

69.KEITA K. Etude épidémiologiques et anatomopathologiques des

Cancers du tube digestif.

These med Bamako, 2008; 510

70.SOPHIE D, ANTOINE A.

Les cancers de l’estomac.

Bulletin de cancer 2001; 88 (11) : 1105 – 18

71.PARK JG, LEE MR, LIM SB, HONG CW, YOON SN, KANG SB et al.

Colonic J – pouch anal anastomosis after ultralow anterior resection with

upper sphincter excision for lowlying rectal cancer.

World J Gastroenterol 2005; 11 (17): 2570 – 2573

72.TOADER E, TARASI I.
Clinical and epidemiological aspects in patients with colorectal cancer.
Rev Med Chir Soc Med Nat Iasi 2002; 106 (4): 730 – 5
73.TRAORE T.

Etude épidémiologique et anatomopathologique des cancers

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

de l’estomac.

These med, Bamako 2006; 257.

74.DIALLO K.

Etude épidémiologique et anatomo – clinique des cancers de l’estomac : à

propos de 56 cas.

These med, Bamako 2008; 468

75.ADAM R, LEVI F, NAVARO F, BRIENZA S, LECOUTURIER S

DEPRESS – BRUMMER P et al. Traitement combiné des

Métastases hépatiques non résécables des cancers colorectaux par

Chrono - chimiothérapie systémique et hépatectomie secondaire

Gastroenterol Clin Biol 1992 ; 16 : A46

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

ANNEXES

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

FICHE D’ENQUETE
I IDENTFICATION DU PATIENT

Q1. Fiche numéro:……………………../


Q2. Date :………… /…………../200… /
Q3.Nom :………………………………/ Prénom(s) :………………………………………/
Q4. Age :……………………… …..ans. Q5 Sexe : 1 : Masculin 2 : Féminin
Q6.Ethnie : 1: Bambara 2: Peulh 3: Malinké
4: Sarakolé 5: Sonrai 6: Minianka/Sénoufo
7: Dogon 8: Bobo 9: Touareg
10: Bozo 11: Kassonké 12: Maure
13: Autres:…………..…………………………...………….../
Q7. Profession : 1: Cultivateur 2: Ménagère 3: Commerçant
4: Fonctionnaire 5: Ouvrier 6: Militaire
7: Elève / Etudiant 8: Artisan 9: Retraité
10: Sans profession 11: Autres :.…...…………………./
Q8. Région d’origine : 1: Kayes 2: Koulikoro 3: Sikasso
4: Ségou 5: Mopti 6: Gao
7: Tombouctou 8: Kidal 9: Bamako
Q9. Résidence à Bamako :…….………………………… / Tel :……………………………/

II. MODE DE VIE :

Q10. Consommation de boisson alcoolisée : 1 : Traditionnelle 2 : Moderne


Quantité :…………g/jour
Durée :………….an(s)
Q11. Consommation de tabac : 1 : Cigarette : Quantité………paquets/an
2 : Tabac à chiquer
3 : Cendre à pipe
Q12. Consommation de cola : 1: Oui 2: Non
Q13. Consommation de to avec potasse : 1: Oui 2: Non
Q14. Conservation de viande : 1: Salaison 2: Réfrigération

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

3: Autres :…..………….. …………../

Q15. Conservation de poisson : 1: Fumage 2: Séchage


3: Autres :.....………………………../
Q16. Consommation de poisson : 1: Régulière 2: Occasionnelle
Q17. Consommation régulière de fruits et légumes : 1: Oui 2: Non
Q18. Consommation occasionnelle : 1: Oui 2: Non

III. ANTECEDANTS :

Q19. Ictère : 1: Oui 2: Non


Q20. Hépatite connue : 1: Oui 2: Non
Q21. Gastrite connue : 1: Oui 2: Non
Q22. Ulcère gastrique connu : 1: Oui 2: Non
Q23. Pathologie colique : 1: Oui 2: Non
Q24. Transfusion sanguine : 1: Oui 2: Non
Q25. Autres :…………………………………………….. …………………………………./

IV. SYMPTOMATOLOGIE :

Q26 Dysphagie : 1: Oui 2: Non


Q27. Diarrhée : 1: Oui 2: Non
Q28. Constipation : 1: Oui 2: Non
Q29. Alt D/C : 1: Oui 2: Non
Q30. Vomissements : 1: Oui 2: Non
Q31. Hématémèse : 1: Oui 2: Non
Q32. Rectorragie : 1: Oui 2: Non
Q33. Méléna : 1: Oui 2: Non
Q34. Amaigrissement : 1: Oui 2: Non
Q35. OMI : 1: Oui 2: Non
Q36. Douleur abdominale : 1: Oui 2: Non
Q37. Ictère 1: Oui 2: Non

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

V. EXAMEN PHYSIQUE :

Q38. Hépatomégalie : 1: Oui 2: Non


Q39. Si oui : 1: Douloureuse 2: Non douloureuse
Q40. Surface : 1: Régulière 2: Irrégulière
Q41. Bord inférieur 1: Tranchant 2: Mousse
Q42. Consistance : 1: Ferme 2: Dure 3 : Molle
Q43. Grosse vésicule biliaire : 1: Oui 2: Non
Q44. Masse abominable : 1: Oui 2: Non
Caractéristique :…….………………………………………………………...................
..…………………………………………………………………………………………..
.…………………………………………………………………………………………./
Q45. Ondes péristaltiques : 1: Oui 2: Non
Q46. Lésions de grattage : 1: Oui 2: Non
Q47. Splénomégalie : 1: Oui 2: Non Stade :...de Hacket
Q48. Ascite : 1: Oui 2: Non
Q49.Toucher rectal :…...…………………………………………………………………........
……………………………………………………………………………………………..
…..………………………………………………………………………………………../
Q50. Adénopathies superficielles : 1: Cervicales 2: Ganglion de Troisier
3: Inguinales 4: Claviculaires
5: Autres :….………..……………………………./

VI. EXAMENS COMPLEMENTAIRES :

Q51. Endoscopie digestive : 1: Haute 2: Basse 3: Haute et basse


Siège de la tumeur :……………………………………………………………………../
Aspect macroscopique :...……………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………….../
Q52. Biopsie : 1: Oui 2:Non
Résultat :…………………………………………………………………………………./

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Q53. Echographie abdominale : 1 : Oui 2: Non


Résultat :…………………………………………………………………………………...
……………………………………………………………………………………………...
……………………………………………………………………………………………../
Q54. Scanner : 1: Oui 2: Non
Résultat :…………………………………………………………………………………
..……………………………………………………………………………………………
…………….. …………………………………………………………………………….../
Q55. TOGD : 1: Oui 2: Non
Résultat :…………………………………………………………………………………
.……………………………………………………………………………………………
…………….. …………………………………………………………………………….../
Q56. Lavement baryté : 1: Oui 2: Non
Résultat :…………………………………………………………………………………
..……………………………………………………………………………………………
…………….. …………………………………………………………………………….../

Q57. Ponction à l’aiguille fine : 1: Oui 2: Non


Cytologie :…………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………../
Q58. Alpha foeto protéines : 1: Oui 2: Non
Taux :……………UI/L
Q59. Antigène Hbs : 1: Positif 2: Négatif
Q60. Anticorps anti Hbc IgG 1: Positif 2: Négatif
Q61.Anticorps anti VHC: 1: Positif 2: Négatif

Q62. VII. DIAGNOSTIC RETENU :


……………………………………………………………………………………………/
Q63. VIII. SOLUTION(S) TERAPEUTIQUE(S) :
…………………………………………………………………………………………….../

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

FICHE SIGNALYTIQUE
Nom : DIARRA
Prénoms : Cheick Arouna
Titre de la thèse : Epidémiologie des cancers digestifs
Ville de soutenance : Bamako
Pays d’origine : MALI
Lieu de dépôt : Bibliothèque de la FMPOS
Secteurs d’intérêts : Hépato – gastro – entérologie, Chirurgie digestive
Résumé :
Les cancers digestifs sont de plus en plus constatés dans nos régions,
probablement du fait de la disponibilité plus importante des moyens
diagnostiques.
Le but principal de notre travail était d’étudier l’épidémiologie de ces affections
dans les services d’hépato - gastro – entérologie et de chirurgie générale du
CHU Gabriel Touré.
Il s’agissait d’une étude transversale ayant porté sur les patients hospitalisés de
février à juin 2007 puis de février à juin 2008.
Nous avons retrouvé 115 cancers digestifs sur 1547 patients hospitalisés, soit
une fréquence de 7,4%. Le sex – ratio était de 1,5 en faveur des hommes et l’âge
moyen des patients était de 56,6 ± 2,4 ans.
Les cancers de l’estomac et le CHC étaient plus fréquents avec respectivement :
59,1% et 19,1% des cas.
Les ménagères et les cultivateurs (couches socio – économiques défavorisées)
étaient plus fréquemment atteints, avec respectivement 34,8% et 33% des cas.
La salaison, le fumage, la consommation de tabac, de tô avec potasse ont été les
facteurs de risque les plus retrouvés dans respectivement 74,8%, 80,9%, 33,9%
et 99,1% des cas.
DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako
2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Mots clés : Cancers digestifs – Epidémiologie.

SERMENT D’HIPPOCRATE
En présence des maîtres de cette faculté, de mes chers
condisciples, devant l’effigie d’Hippocrate, je jure au nom de
l’être suprême d’être fidèle aux lois de l’honneur et de la probité
dans l’exercice de la médecine.

Je donnerai mes soins gratuits à l’indigent et n’exigerai jamais


un salaire au dessus de mon travail, je ne participerai à aucun
partage clandestin d’honoraires.

Admis à l’intérieur des maisons, mes yeux ne verront pas ce qui


s’y passe, ma langue taira les secrets qui me seront confiés et
mon état ne servira pas à corrompre les mœurs ni à favoriser le
crime.

Je ne permettrai pas que des considérations de religion, de


nation, de race, de parti ou de classe sociale viennent
s’interposer entre mon devoir et mon patient.
Je garderai le respect absolu de la vie humaine dès la
conception.

Même sous la menace, je n’admettrai pas de faire usage de


mes connaissances médicales contre les lois de l’humanité.

Respectueux et reconnaissant envers mes maîtres, je rendrai à


leurs enfants l’instruction que j’ai reçue de leur père.

Que les hommes m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes


promesses.

Que je sois couvert d’opprobre et méprisé de mes confrères si


j’y manque.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11
Epidémiologie des cancers digestifs en milieu hospitalier

Je le jure.

DIARRA CHEICK A Thèse Médecine Bamako


2009 0
11