Vous êtes sur la page 1sur 69

Chapitre 3

La Stéréochimie

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 1


Chapitre 3: La Stéréochimie
Échelle macroscopique 1/57 000
(sens trigonométrique)
(sens horaire)

Escalier défensif
Glycine
en forme d’hélice gauche (hélice droite)
(Chambord)
F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 2
Chapitre 3: La Stéréochimie
Échelle des macromolécules biologiques Protéine
(structure quaternaire)

ADN
« hélice droite »
F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 3
Chapitre 3: La Stéréochimie
Échelle moléculaire: quelques molécules à activités biologiques


F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 4
Chapitre 3: La Stéréochimie
Échelle moléculaire: quelques molécules à activités biologiques

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 5


Chapitre 3: La Stéréochimie
1. Les molécules organiques et leurs représentations
1.1. La formule brute

Elle représente la connaissance du nombre d’atomes de chaque élément contenu dans une
molécule. Elle peut s’avérer utile (connaissance du degré d’insaturations D.I. d’une molécule,
caractérisation par analyse élémentaire d’un composé, …), bien qu’elle n’apporte aucune
information ni sur la disposition des atomes dans la molécule, ni sur la réactivité de la molécule.
Exemple d’une formule brute : CxHyNtOz D.I. = (2x+2-y+t)/2
Une formule brute peut correspondre à plusieurs isomères. Afin d’obtenir une représentation
explicite, on utilise une formule plane.

1.2. La formule plane


1.2.1. La formule développée

C’est la projection sur une feuille de la formule spatiale de la molécule. Elle présente l’intérêt de
montrer comment les atomes sont liés les uns avec les autres.

Exemple d’une formule développée (l’éthanol) :

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 6


Chapitre 3: La Stéréochimie
 Rappel des quelques règles à respecter quand on écrit une formule plane :
- respecter la valence de chaque atome (C tétravalent, H monovalent, …)
- respecter la règle de l’octet qui impose à chaque atome d’être entouré de 8 électrons de
valence. On dénombre 2 électrons par liaison partagée entre deux atomes (s ou p) et 2
électrons par doublet non-liant.
2 électrons
2 électrons
8 électrons pour O
8 électrons pour C

2 électrons
2 électrons

- Pour savoir si l’atome considéré est chargé (positivement ou négativement) ou neutre, on


dénombre le nombre d’électrons à la périphérie de l’atome. On considère alors 2 électrons
par doublet non-liant et 1 seul électron par liaison s ou p (car les 2 électrons représentant
la liaison covalente sont partagés entre les atomes liés). On compare ensuite le résultat avec
le remplissage de la couche de valence de l’atome dans son état fondamental: si on
dénombre un nombre supérieur d’électrons, l’atome sera chargé négativement, tandis que
l’atome sera chargé positivement dans le cas contraire.
F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 7
Chapitre 3: La Stéréochimie

1 électron
Exemple d’atomes neutres : 2 électrons

C (état neutre fondamental): Z=6, 1s2 2s2 2p2 6 électrons pour O


=> 4 électrons de valence 4 électrons pour C
O (état neutre fondamental): Z=8, 1s2 2s2 2p4
1 électron
=> 6 électrons de valence 2 électrons
Exemple d’un atome chargé négativement :
O (état neutre fondamental) Z=8, 1s2 2s2 2p4 => 6 électrons de valence

7 électrons dénombrés autour de O, donc l’atome


d’oxygène considéré porte une charge négative, notée

Exemple d’un atome chargé positivement :


N (état neutre fondamental) Z=7, 1s2 2s2 2p3 => 5 électrons de valence

4 électrons dénombrés autour de N, donc l’atome d’azote considéré porte


une charge positive, notée
F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 8
Chapitre 3: La Stéréochimie
1.2.2. La formule semi-développée

Elle est en générale préférée car plus pratique à utiliser. On représentera alors des groupements
d’atomes: les liaisons entre carbone et hydrogène ne sont pas représentées, tandis que toutes
les autres liaisons sont représentées par un trait. On peut (mais ce n’est pas une obligation)
représenter les doublets non-liants.

Exemples:

Req: Les deux premiers composés ont même formule brute C4H10 bien qu’étant différents de par
l’enchaînement de leurs atomes. On aborde ici la notion d’isomérie : on dit que ces deux
composés sont isomères.
Le butane peut être appelé n-butane (n signifiant que l’alcane est linéaire): c’est une chaîne
linéaire, tandis que l’isobutane constitue une chaîne ramifiée.
F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 9
Chapitre 3: La Stéréochimie

1.2.3. La représentation en bâtonnets dite formule développée topologique

On se contentera dans ce cas de ne faire figurer que des traits obliques (« zigzag », angles de
120°) qui représentent des liaisons C/C ou C/hétéroatomes (N, O, …).

Les hydrogènes portés par les C ne seront pas mentionnés (sauf s’ils sont liés à une fonction
comme dans le cas d’un l’aldéhyde CHO), mais leur existence est implicite.

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 10


Chapitre 3: La Stéréochimie
1.3. La représentation des molécules dans l’espace

1.3.1. La représentation en perspective – représentation de Cram

Contrairement aux représentations précédentes, la représentation de Cram permet de visualiser


les molécules dans l’espace. Les dispositions relatives différentes de substituants peut générer la
formation de plusieurs produits dits stéréosiomères.

Req: Une liaison dont l’orientation n’est pas définie peut être représentée par:

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 11


Chapitre 3: La Stéréochimie
1.3.2. La représentation de Fischer

Dans cette représentation (en forme de croix), il est


important que:

1) les liaisons placées sur la verticale partent vers


l’arrière, tandis que les liaisons horizontales
soient dirigées vers l’avant.
2) la chaine carbonée la plus longue soit placée sur
la verticale.
3) la fonction la plus oxydée soit placée en haut de la
verticale.

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 12


Chapitre 3: La Stéréochimie
Pour écrire une molécule en représentation de Fischer à partir d’une représentation de Cram

Pour dessiner une représentation de Fischer à partir d’un modèle de Cram, une technique est de
placer son œil dans le plan de la feuille entre les 2 liaisons hors du plan dessinées par des
triangles, ces dernières pointant vers l’œil.

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 13


Chapitre 3: La Stéréochimie
Exemple d’un modèle de Fischer sur une molécule plus complexe: le D-Glucose

Dans ce cas plus complexe,


on doit changer son œil de
point de vue pour chaque
carbone asymétrique, tout
en gardant la fonction
aldéhyde la plus oxydée
vers le haut.

Une autre technique, qui mène


au même résultat, consiste à
tourner les liaisons s afin
d’obtenir un conformère dans
lequel toutes les liaisons hors
plan sont dirigées vers l’œil.
F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 14
Chapitre 3: La Stéréochimie
1.3.3. La représentation de Newman

La représentation de Newman est le résultat d’une projection d’un modèle de Cram, dans
laquelle 2 carbones voisins sont désormais superposés. Afin de dessiner cette représentation,
on place son œil dans la direction carbone-carbone considérée.

Dans la représentation de Newman, le


carbone situé « en avant » (le plus proche de
l’œil) est représenté par un cercle. Du centre
de ce cercle partent 3 liaisons vers A, B et C.
Le carbone situé « à l’arrière » ne peut pas
être vu puisqu’il est masqué par le premier.
Seules les extrémités des liaisons (au-delà de
la périphérie du cercle) vers les substituants
D, E et F sont visibles.

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 15


Chapitre 3: La Stéréochimie
Req: On peut également passer d’un modèle de Fischer à un modèle de Cram ou de Newman

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 16


Chapitre 3: La Stéréochimie
1.4. L’isomérie
Des substances possédant même formule brute, mais des formules développées différentes
sont dites isomères. Elles pourront avoir des propriétés physiques ou chimiques différentes.

1.4.1. L’isomérie plane de constitution ou de position


a. Isomérie de constitution (de squelette, de position, de fonction)
- isomérie de squelette
Ces isomères possèdent les mêmes fonctions et ne diffèrent que par leur chaîne carbonée.
Exemples :
C5H12

C5H10

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 17


Chapitre 3: La Stéréochimie
- Isomérie de position
Ces isomères possèdent la même chaîne carbonée et ne diffèrent que par la position d’un
atome ou d’un groupe d’atomes le long de cette chaîne carbonée. Ces isomères peuvent avoir
des propriétés chimiques similaires mais des propriétés physiques différentes.

Exemples :

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 18


Chapitre 3: La Stéréochimie
- Isomérie de fonction
Ces isomères ont même formule brute mais ne portent pas les mêmes groupements
fonctionnels, ni les mêmes enchainements carbonés. Ils diffèrent par leurs propriétés chimiques
et physiques.
Exemples : C5H8O2 (degré d’insaturation D.I. = (2X5+2-8)/2 = 2

C6H10O2 (degré d’insaturation


D.I. = (2X6+2-10)/2 = 2

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 19


Chapitre 3: La Stéréochimie
1.4.2. L’isomérie stérique ou stéréoisomérie
Dans ce cas d’isomérie, les liaisons sont identiques, mais leurs dispositions relatives sont
différentes. La formule plane de 2 stéréoisomères étant identique, nous les décrivons en
utilisant des représentations spatiales (représentations de Cram, Fischer ou Newman).
Il existe deux types de stéréoisomérie:
- la stéréoisomérie de conformation (rotation autour de liaisons s)

- la stéréoisomérie de configuration (il est nécessaire de rompre des liaisons s ou p


pour passer d’un stéréoisomère de configuration à un autre, ce qui demande, en
général, beaucoup plus d’énergie).

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 20


Chapitre 3: La Stéréochimie
A. La stéréoisomérie conformationnelle
La rotation des liaisons s permet un équilibre dit conformationnel entre différents
stéréoisomères appelés conformères ou rotamères.
En général, sauf exception, la température ambiante est suffisante pour passer les différentes
barrières énergétiques (énergies d’activation): par conséquent, la séparation de ces conformères
est, la plupart du temps, impossible.
a. cas de la molécule d’éthane C2H6

Req: les
conformations
décalées sont les
plus stables car
moins de gênes
stériques
F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 21
Chapitre 3: La Stéréochimie

Diagramme énergétique
Conformères
éclipsés les moins
stables car plus de
gênes stériques
entre les H
E Angle
dièdre q
Ea environ 12,5 kJ/mol
(très faible) 0 60 120 180 240 300 360

Conformères décalés
les plus stables car
moins de gênes
stériques entre les H

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 22


Chapitre 3: La Stéréochimie
b. cas de la molécule de butane C4H10

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 23


Chapitre 3: La Stéréochimie
Diagramme énergétique Conformère éclipsé 3
un peu plus stable
Conformère 1 que 1 car gênes
éclipsé le moins stériques entre H et
stable car gênes Me et non entre 2 Me
stériques entre
Me

E
Angle
12 kJ/mol 15 kJ/mol dièdre q
15,9 kJ/mol
0 60 120 180 240 300 360
Conformères décalés
les plus stables car
moins de gênes
stériques
Parmi eux, certains
sont plus stables
(anti) que d’autres conformère décalé anti 4
(gauche) plus stable que 2
(conformère dans lequel
il y a le moins de gêne)
F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 24
Chapitre 3: La Stéréochimie
c. cas d’un composé cyclique: le cyclohexane
Le cyclohexane peut exister sous la forme de différents conformères. Le conformère le plus
stable est sous forme chaise, tandis que le conformère le moins stable sera sous forme bateau.

Représentations de la forme chaise

Chaque couleur de liaison correspond En bleu: liaisons axiales (verticales)


à des liaisons parallèles En rouge: liaisons équatoriales

Chaque couleur d’atome H correspond


à des orientations différentes

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 25


Chapitre 3: La Stéréochimie

équilibre conformationnel, Energie d’activation Ea (DG≠) environ 45,1 kJ/mol

Aucune conformation
En bleu: liaisons axiales (verticales)
conformation eclipsée de de liaison C-C éclipsée
En rouge: liaisons équatoriales
la liaison C2-C3 Toutes les liaisons
Aucune conformation
et de la liaison C5-C6 initialement en position
de liaison C-C éclipsée
axiale occupent désormais
conformation peu stable des positions équatoriales
et inversement

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 26


Chapitre 3: La Stéréochimie
d. cas d’un composé cyclique substitué par un groupement volumineux:
exemple du tert-butylcyclohexane
Le conformère le plus stable est le conformère chaise dans lequel les substituants les plus
volumineux sont disposés en positions équatoriales pour éviter les interactions 1,3-diaxiales et
les interactions gauches toutes deux énergétiquement défavorables. Interactions 1,3-diaxiales
impliquant le tBu
tBu en (défavorable)
position
équatoriale tBu en
position axiale

DG environ 21 kJ/mol défavorable


favorable
interactions gauches
Interactions 1,3-diaxiales (dues à la conformation
conformation
décalée gauche)
décalée anti
favorable

Modèle de Newman
Modèle de Newman
F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 27
Chapitre 3: La Stéréochimie
e. cas d’un composé cyclique substitué par plusieurs groupements volumineux
Dans ce cas, le conformère le plus stable est le conformère chaise dans lequel les substituants
les plus volumineux sont disposés en position équatoriale. Si on a le choix entre deux
substituants, on peut s’aider des valeurs d’Eliel (différences d’énergies libres entre les
conformères axiaux et équatoriaux avec dans tous les cas, la liaison équatoriale la plus
favorable) dont certaines sont indiquées dans le tableau ci-dessous.

Substituant H CH3 tBu OH NH2 F Cl Br


DG° (kcal/mol) O 1.7 5 0.94 1.4 0.25 0.52 0.55

Exemple: le 1-tertbutyl-2-methylcyclohexane cis


Dans ce cas, il est plus favorable de placer le substituant tert-butyle en position équatoriale
(gain énergétique de 5 kcal/mol), même si le substituant méthyle est alors en position axiale
(perte de seulement 1,7 kcal/mol)

Favorable
(le plus stable)
F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 28
Chapitre 3: La Stéréochimie
B. La stéréoisomérie de configuration
Elle correspond à 2 dispositions spatiales d’une molécule pour lesquelles le passage d’une
forme à l’autre nécessite la rupture et la création de liaison. Cette transformation nécessite
donc beaucoup plus d’énergie que la simple rotation autour de liaisons s vue précédemment. Il
est donc tout à fait possible de séparer des stéréoisomères de configuration à température
ambiante. Nous préciserons par la suite du cours les différents stéréo-descripteurs suivants:
- Configuration absolue R/S d’un carbone asymétrique
- Stéréochimie threo/érythro/méso (disposition relative): s’applique aux composés
comportant 2 carbones asymétriques adjacents qui contiennent au moins 2 groupements
identiques 2 à 2.
- Stéréochimie like (lk)/unlike (ul): plus générale, elle s’applique aux composés contenant 2
carbones asymétriques adjacents sans restriction et sera basée sur les configurations
absolues des carbones asymétriques.
- Isomérie cis/trans d’un cycle (disposition relative de 2 substituants par rapport au plan
moyen d’un cycle)
- Isomérie Z/E des double-liaisons (elle s’applique à toutes les doubles liaisons possédant 2
groupements différents sur chaque C sp2 d’une double-liaison)
- Isomérie cis/trans des double-liaisons (plus restrictive, disposition relative de deux
groupements identiques portés chacun sur 1 des 2 C sp2 d’une double-liaison)
- Stéréochimie D/L (nomenclature restrictive, disposition relative d’un substituant donné sur le
carbone asymétrique le plus éloigné de la fonction la plus oxydée dans un modèle de Fischer)
F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 29
Chapitre 3: La Stéréochimie
a. La stéréoisomérie R/S d’un atome de carbone asymétrique C*

Définition d’un carbone asymétrique (ou centre stéréogène): tout carbone hybridé sp3 lié à 4
substituants différents (a, b, c et d) est dit asymétrique. Il peut alors se retrouver sous 2
configurations absolues différentes appelées (R) et (S).
Une molécule possédant 1 carbone asymétrique C* peut donc être dessinée dans l’espace sous
la forme de deux stéréoisomères.

Comme chaque carbone peut adopter deux configurations absolues (R) et (S) différentes, une
molécule contenant n carbones asymétriques possède au maximum 2n stéréoisomères.

Afin de pouvoir décrire chacun de ces stéréoisomères, il est nécessaire de déterminer la


configuration absolue des C*. On fait appel aux règles de Cahn-Ingold-Prelog qui permettent de
classer les substituants a, b, c et d selon un ordre de priorité.
F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 30
Chapitre 3: La Stéréochimie
règles de Cahn-Ingold-Prelog
 Les groupements (substituants du carbone asymétrique) sont classés par ordre de priorité selon la règle
suivante :
- On considère les atomes liés à l’atome asymétrique. L’ordre de priorité est donné par les numéros
atomiques Z de ces atomes. Celui qui a le numéro Z le plus élevé a priorité sur les atomes de numéros Z
inférieurs.
- Si 2 atomes substituant le carbone asymétrique sont identiques, c’est celui qui porte l’atome de numéro
Z atomique le plus élevé qui aura la priorité (rang suivant). Si l’on ne peut trancher au deuxième atome,
on passe au troisième, et ainsi de suite, toujours en suivant le chemin prioritaire.
Req: Dans le cas de liaisons multiples, on remplace ces liaisons par autant de liaisons simples. (par
exemple, si un atome est lié par une liaison double à un carbone, on dira qu’il est lié deux fois à ce
carbone).
Règles additionnelles qui s’appliqueront dans quelques exemples:
- dans le cas d’isotopes, c’est l’isotope de masse supérieure qui a priorité (exemple: le deuterium a priorité
sur l’hydrogène).
- Un doublet non-liant peut être considéré comme un substituant: il aura alors l’ordre de plus faible priorité.
- A rang égal, un atome de configuration R est prioritaire sur atome de configuration S.
- A rang égal, un alcène de configuration Z est prioritaire sur alcène de configuration E.
 Pour déterminer la configuration absolue du carbone asymétrique, on regarde depuis le carbone
asymétrique vers l’atome de moins grande priorité (classé 4 selon les règles de Cahn - Ingold - Prelog). Si
les groupements de priorité (1) (2) (3) sont respectivement disposés dans le sens des aiguilles d’une
montre (rectus en latin), le carbone asymétrique est dit de configuration (R). Dans le cas contraire (sens
trigonométrique), le carbone asymétrique est dit de configuration (S) (sinister en latin).
F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 31
Chapitre 3: La Stéréochimie

Exemple sur le 2,3-diméthylpent-4-én-1-ol:

En regardant depuis le
(1) C* vers l’atome de
moins grand priorité 4,
(R) on tourne dans le sens
(4) des aiguilles d’une
(2)
(3) montre quand on va de
1 à 3, donc
configuration absolue
(R) pour le C*

(3R)-2,3-diméthylpent-4-én-1-ol

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 32


Chapitre 3: La Stéréochimie

Autres exemples:

En regardant depuis le C* vers


l’atome de moins grand priorité 4
(3) (2) (ici H qui, par déduction est placé en
arrière du plan de la feuille), on
(4)
tourne dans le sens contraire des
aiguilles d’une montre quand on va
(1) de 1 à 3, donc configuration absolue
(S) pour le C*

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 33


Chapitre 3: La Stéréochimie

Autres exemples:

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 34


Chapitre 3: La Stéréochimie

Exemple de détermination de configurations absolues sur une


représentation de Fischer:

Attention: dans ce cas, il est essentiel de savoir que si l’atome de moins grande priorité (selon
Cahn Ingold Prelog) (ici H) est sur un axe horizontal, alors cet atome est en avant du plan de la
feuille. Ainsi, nous regardons la molécule dans la direction H vers C*, soit le sens inverse à celui
énoncé pour déterminer les configurations absolues. Dans ce cas unique (atome de moins
grande priorité sur horizontale), la règle est inversée: si les substituants 1, 2 et 3 sont disposés
dans le sens des aiguilles d’une montre, alors le carbone sera (S) et inversement pour le carbone
de configuration (R).
F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 35
Chapitre 3: La Stéréochimie
Req: sur une représentation de Fischer:

- il est possible de faire un nombre pair de permutations (échange de substituants) sans


changer la configuration du C*.

2 permutations

- De même, il est possible de faire une rotation de 180° du modèle sans changer la
configuration du C*.

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 36


Chapitre 3: La Stéréochimie
- En revanche, dans une représentation de Fischer, un nombre impair de permutations, ou
une rotation du modèle d’un angle de 90° conduit à l’inversion de la configuration absolue
du carbone asymétrique

1 permutation => changement de


configuration

Rotation de 90° => changement


de configuration

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 37


Chapitre 3: La Stéréochimie
b. La nomenclature like/unlike dans une molécule contenant 2 carbones asymétriques C* liés

Les molécules contenant 2 atomes de carbones asymétriques font également l’objet d’une
nomenclature spéciale utilisant le stéréo-descripteur like (lk)/unlike (ul).

Si les 2 carbones asymétriques ont même configuration absolue (R,R) ou (S,S), on qualifie le
stéréoisomère considéré avec le terme like (lk).

Si les 2 carbones asymétriques ont des configurations absolues opposées (R,S) ou (S,R), on
qualifie le stéréoisomère considéré avec le terme unlike (ul).

Pour une molécule possédant 2 carbones asymétriques, il peut donc exister au maximum 2
stéréoisomères like et 2 stéréoisomères unlike.

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 38


Chapitre 3: La Stéréochimie
Exemple 1 : cas d’une molécule contenant deux carbones asymétriques non identiquement
substitués: existence de 2 stéréoisomères like et 2 stéréoisomères unlike

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 39


Chapitre 3: La Stéréochimie
Req: dans certains cas de molécules possédant n carbones asymétriques, on peut avoir un
nombre moins important que 2n stéréoisomères: c’est le cas lorsque les mêmes substituants A, B
et C sont portés sur chaque C*. Dans ce cas précis, il n’existera qu’un seul stéréoisomère unlike.

Exemple 2 : cas d’une molécule contenant deux carbones asymétriques liés dont les 3
substituants des 2 carbones asymétriques sont identiques 2 à 2: existence de 2
stéréoisomères like et d’un seul stéréoisomère unlike autrement nommé composé méso
dans ce cas particulier

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 40


Chapitre 3: La Stéréochimie
c. La nomenclature thréo/érythro/méso dans une molécule contenant 2 carbones
asymétriques C* liés
Les molécules contenant 2 atomes de carbones asymétriques font également l’objet d’une
nomenclature spéciale et restrictive (par comparaison avec like/unlike) appelée nomenclature
thréo/érythro/méso qui dérive directement des glucides appelés thréose et érythrose. Elle
concerne la disposition relative de groupements identiques et n’a rien à voir avec les
configurations absolues des C* (puisque rien à voir avec les règles de Cahn Ingold Prelog).
Représentations de Fischer des glucides thréose et érythrose

On remarque que les substituants H et OH peuvent s’éclipser 2 à 2


dans les 2 stéréoisomères érythrose, tandis qu’ils ne le peuvent pas
dans les stéréoisomères thréose.
F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 41
Chapitre 3: La Stéréochimie
Pour pouvoir utiliser cette nomenclature, il faut que les 2 carbones asymétriques portent au
moins deux substituants identiques deux à deux. Si, dans une projection de Newman, on peut
trouver une conformation dans laquelle les deux groupements identiques 2 à 2 peuvent
s’éclipser, alors on dit que le stéréoisomère est érythro. S’ils ne peuvent pas s’éclipser, on dit
que le stéréoisomère est thréo.
Exemple 1 : cas d’une molécule contenant deux carbones asymétriques dont 2 substituants
sont identiques 2 à 2. (existence de 2 stéréoisomères thréo et 2 stéréoisomères
érythro)

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 42


Chapitre 3: La Stéréochimie
Enfin, il existe un cas particulier du stéréoisomère érythro appelé stéréoisomère méso, dans
lequel les 3 substituants différents portés par chaque C* sont identiques 2 à 2 et peuvent
s’éclipser. Dans ce dernier cas, il existe dans la molécule un plan de symétrie. Par conséquent,
tous les stéréoisomères méso sont achiraux (voir cours sur l’isomérie optique).

Exemple 2 : cas d’une molécule contenant deux carbones asymétriques dont tous les
substituants sont identiques 2 à 2, et dont l’un des stéréoisomères possède un plan de
symétrie. (existence de 2 stéréoisomères thréo et d’un stéréoisomère méso)

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 43


Chapitre 3: La Stéréochimie
Remarques importantes sur les différentes nomenclatures des molécules contenant 2 C*:

- la nomenclature thréo/érythro n’a rien à voir avec la nomenclature like/unlike. On peut


avoir un couple de stéréoisomères érythro qui ont des configurations (R,S) et (S,R) (unlike)
comme on peut avoir des stéréoisomères érythro de configuration (R,R) ou (S,S) (like).
Exemple:

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 44


Chapitre 3: La Stéréochimie
Remarques importantes sur les différentes nomenclatures des molécules contenant 2 C*:

- En revanche les stéréoisomères méso contiennent forcément une configuration (R,S)


autrement appelé unlike dans la mesure où ces composés possèdent tous un plan de
symétrie (l’image dans un miroir d’un carbone de configuration R est un carbone de
configuration S)

Exemple:

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 45


Chapitre 3: La Stéréochimie
d. La stéréoisomérie cis/trans dans un cycle
C’est la disposition relative de deux substituants par rapport au plan moyen du cycle. On dira
que le stéréoisomère est trans quand les deux substituants sont de part et d’autre du plan
moyen du cycle (défini par les liaisons de couleur rouge dans la figure ci-dessous), tandis qu’il
sera cis si les 2 substituants sont du même côté.

Exemples:

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 46


Chapitre 3: La Stéréochimie
e. La stéréoisomérie Z/E d’une double-liaison

Une double-liaison pourra être écrite sous la forme de 2 stéréoisomères différents si elle ne
contient pas deux substituants identiques sur l’un ou l’autre des 2 carbones sp2.

Ceci est la conséquence directe de l’empêchement à la libre rotation de la liaison p


(recouvrement latéral de 2 orbitales p) autour de son axe (voir chapitre liaison chimique et
hybridation).

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 47


Chapitre 3: La Stéréochimie

Afin de pouvoir décrire chacun des 2 stéréoisomères (qu’on appellera diastéréoisomères, voir
suite du cours), il est nécessaire de déterminer la configuration absolue de la double-liaison.
On utilise alors les règles de Cahn-Ingold-Prelog qui permettent de classer selon un ordre de
priorité les substituants A et B, d’une part, et C et D d’autre part.

Si les 2 substituants de plus grande priorité de chacun des 2 carbones sont placés sur le même
demi-plan par rapport à la double-liaison, alors le stéréoisomère est Z (provenant du mot
allemand Zusammen signifiant ensemble).

Si les 2 substituants de plus grande priorité de chaque carbone sont placés chacun dans des
demi-plans opposés par rapport à la double-liaison, alors le stéréoisomère est E (provenant du
mot allemand Entgegen signifiant opposé).

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 48


Chapitre 3: La Stéréochimie

Exemples de détermination de stéréochimie Z/E de double-liaisons:


1 2 1
1 1 2

2 2 1 2
2 1

Req: il existe également une autre nomenclature (cis/trans), bien que beaucoup plus restrictive,
permettant de différencier certains stéréoisomères d’une double-liaison: ces deux
nomenclatures (Z/E, cis/trans) sont parfaitement distinctes.
F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 49
Chapitre 3: La Stéréochimie
f. La stéréoisomérie cis/trans dans une double-liaison

C’est la disposition relative de deux substituants identiques par rapport à une double-liaison
dont aucun des carbones sp2 ne porte 2 substituants identiques.
Attention, pour une double-liaison, cette définition est très restrictive puisqu’elle ne s’applique
qu’aux double-liaisons portant un substituant identique sur chacun des carbones de la double-
liaison (voir schéma ci-dessous).

On dira que le stéréoisomère est trans quand les deux substituants identiques A sont de part et
d’autre de la double-liaison, tandis qu’il sera cis s’ils sont du même côté.

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 50


Chapitre 3: La Stéréochimie

Exemples:

Remarques:
- La nomenclature (Z/E), qui utilise les règles de priorités de Cahn-Ingold-Prelog, est beaucoup
plus générale.
- Il n’y a aucun lien entre la nomenclature cis/trans et la nomenclature Z/E. On peut trouver des
double-liaisons cis qui sont E et d’autres qui sont Z (voir exemples ci-dessous).

Exemple de double liaisons de configuration cis et E et de configuration cis et Z:

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 51


Chapitre 3: La Stéréochimie
g. La stéréoisomérie D/L
Cette nomenclature dérive directement de la chimie des glucides et des acides aminés.
Elle concerne la position, dans un modèle de Fischer, du substituant hydroxy (dans le cas d’un
glucide) ou amino (dans le cas d’un acide aminé) porté par le carbone asymétrique le plus
éloigné de la fonction la plus oxydée.
Si la fonction considérée (OH ou NH2) est disposée à droite, on dit que la molécule est D.
Si la fonction considérée (OH ou NH2) est disposée à gauche, on dit que la molécule est L.
Représentations de Fischer de quelques glucides

Req:
Les glucides naturels sont de configuration D, tandis que les acides aminés naturels sont de
configuration L.
F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 52
Chapitre 3: La Stéréochimie

Représentations de Fischer d’acides aminés

Req:
- La nomenclature D/L indiquent donc la configuration absolue d’un carbone asymétrique
bien précis.
- Attention, il n’y a aucun lien entre D/L et respectivement R/S, voire d/l ou (+)/(-) (voir
partie sur l’isomérie optique).

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 53


Chapitre 3: La Stéréochimie
1.4.3. L’isomérie optique
A. Activité optique - pouvoir rotatoire
Certains composés possèdent une activité optique (on parle aussi d’un pouvoir rotatoire), c’est-
à-dire qu’ils sont capables de dévier le plan de la lumière polarisée d’un certain angle a. On dit
alors que ces molécules sont chirales. Leur activité optique peut être mesurée à l’aide d’un
polarimètre.
Principe du polarimètre :

- Si la substance dévie le plan de la lumière polarisée vers la droite, on dit qu’elle est dextrogyre
et on note (d) ou (+)

- Si la substance dévie le plan de la lumière polarisée vers la gauche, on dit qu’elle est lévogyre
et on note (l) ou (-)
F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 54
Chapitre 3: La Stéréochimie
B. Condition de l’Activité Optique d’une molécule
A quoi reconnaît-on une molécule chirale ?
- Une molécule est chirale (elle possède donc une activité optique), si elle possède une image
spéculaire qui ne lui est pas superposable.
On peut également dire qu’une molécule est chirale si elle ne possède ni plan de symétrie P,
ni centre de symétrie c, ni d’axe alternant Sn (combinaison d’une rotation de 2p/n autour d’un
axe, suivie d’une réflexion par rapport à un plan perpendiculaire à cet axe). Si un de ces 3
éléments de symétrie est trouvé dans une conformation d’une molécule, alors celle-ci est
achirale.

Exemples:

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 55


Chapitre 3: La Stéréochimie

Exemples:

Conséquences de la chiralité
Toute molécule chirale est optiquement active.

Si une substance dévie le plan de la lumière polarisée vers la droite d’un certain angle a, alors
son image dans un miroir (i.e. image spéculaire) déviera le plan de la lumière polarisée vers la
gauche du même angle a.

On dit que ces deux molécules (images l’une de l’autre dans un miroir sans être superposables)
sont énantiomères.
F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 56
Chapitre 3: La Stéréochimie
ATTENTION à ne pas confondre axe alternant et axe de symétrie: la chiralité est tout à fait
compatible avec un axe de symétrie Cn. Il ne faut donc pas confondre axe de symétrie C et axe
alternant S.
Exemple du (1R,2R)-1,2-diméthylcyclopentane:

On peut vérifier ce résultat en dessinant son image


spéculaire et en vérifiant que celle-ci ne lui est pas
superposable. Il existe donc un énantiomère à cette
molécule, donc elle est chirale.

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 57


Chapitre 3: La Stéréochimie
C. Activité optique due à la présence de carbone asymétrique
a. Cas d’une molécule ne contenant qu’un seul C*
Dans ce cas, il est évident que la molécule n’est pas superposable à son image puisque l’image
d’un carbone de configuration (R) est un carbone distinct de configuration (S). La molécule est
donc forcément chirale et possède en conséquence une activité optique. Elle existe alors sous
deux formes stéréoisomères appelées énantiomères.
Définition des énantiomères : ce sont 2 molécules images l’une de l’autre dans un miroir et
non superposables.
Exemple de 2 énantiomères possédant 1 C*:
énantiomères

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 58


Chapitre 3: La Stéréochimie

Propriétés relatives aux énantiomères

- Deux énantiomères ont mêmes propriétés physicochimiques : ils ont le même point
d’ébullition, le même point de fusion, …

- Si un des deux énantiomères dévie le plan de la lumière polarisé vers la droite d’un certain
angle a (dextrogyre), alors son énantiomère dévie le plan de la lumière polarisée vers la
gauche (lévogyre) de la même valeur d’angle a.

- Un mélange équimolaire (50/50) des deux énantiomères est qualifié de mélange racémique
et ne dévie pas le plan de la lumière polarisée (on dit que ce mélange ne possède pas
d’activité optique, bien que chacun des 2 énantiomères soit chiral).

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 59


Chapitre 3: La Stéréochimie
b. Cas d’une molécule contenant au moins 2 C*

Comme chaque carbone asymétrique peut adopter deux configurations absolues (R) et (S)
différentes, une molécule contenant n carbones asymétriques possède au maximum 2n
stéréoisomères.

Parmi ces 2n stéréoisomères, il existe des paires d’énantiomères (molécules images dans un
miroir et non superposables), et d’autres stéréoisomères qui ne sont pas des énantiomères: ces
derniers sont appelés diastéréoisomères.

Contrairement aux énantiomères, les diastéréoisomères n’ont pas les mêmes propriétés
physicochimiques, ni la même réactivité chimique.
Chapitre 3: La Stéréochimie
Exemple 1: cas d’une molécule contenant deux carbones asymétriques: existence de 22
stéréoisomères: 2 stéréoisomères unlike et 2 stéréoisomères like

NB: Il est à noter que chaque stéréoisomère est chiral, donc optiquement actif, car il ne possède ni plan de
symétrie P, ni centre de symétrie c, ni axe alternant Sn. (ou encore, car chaque stéréoisomère possède un
énantiomère)
Chapitre 3: La Stéréochimie
Exemple 2: cas d’une molécule contenant deux carbones asymétriques: existence de 3
stéréoisomères si l’un d’eux possède un plan de symétrie

Un des différents stéréoisomères contient un plan de symétrie est n’est donc pas chiral: c’est le
composé méso. Il n’a donc pas d’énantiomère. Il s’ensuit l’existence de seulement trois
stéréoisomères pour cette molécule contenant deux carbones asymétriques (une seule paire
d’énantiomères [(R)(R) et (S)(S)] (composés like) et deux paires de diastéréoisomères) .
F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 62
Chapitre 3: La Stéréochimie
b. Cas d’une molécule contenant n C* et 1 double-liaison de configuration Z/E possible
Dans ce cas, le nombre de stéréoisomères sera de 2n x 2.
Exemple: cas d’une molécule possédant 1 carbone asymétrique et 1 double liaison:
existence possible de 4 stéréoisomères ATTENTION!
ATTENTION! l’image d’une
l’image d’une double-liaison E
double-liaison Z est une double
est une double liaison E
liaison Z

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 63


Chapitre 3: La Stéréochimie
D. Activité optique due à la dissymétrie moléculaire sans la
présence de carbone asymétrique
Req: Il est important de noter qu’une molécule peut être chirale même si elle ne possède pas
de carbones asymétriques.
a. Isomérie allénique
Les allènes, autrement appelés cumulènes, sont des composés possédant plusieurs doubles
liaisons successives. Ces molécules ont une géométrie particulière induite par l’hybridation sp
du carbone porteur des 2 doubles liaisons. Ces double-liaisons se retrouvent alors dans deux
plans orthogonaux.
C sp C sp2
P
C sp2
2py 2py
sp2
2
sp2
sp 2
sp sp sp
sp2 2p sp2
z 2pz
P

2 plans perpendiculaires
F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 64
Chapitre 3: La Stéréochimie

Exemple: exemples de 2 allènes énantiomères

Ces deux molécules étant images l’une de l’autre dans un miroir et n’étant pas
superposables, elles sont donc énantiomères et toutes deux chirales. Ceci est
vérifié par l’absence, dans la molécule, de plan de symétrie P, de centre de symétrie
c ou d’axe alternant S.
Chacune de ces molécules est dite optiquement active (i.e. dévie le plan de la
lumière polarisée).

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 65


Chapitre 3: La Stéréochimie
b. cas d’atropoisomérie

L’atropoisomérie se retrouve dans les molécules dans lesquelles la rotation autour de liaisons
simples s ne peut pas se faire en raison d’une gêne stérique.

Exemple: exemples de 2 atropoisomères

Si la rotation de la liaison s est empêchée par l’encombrement stérique généré par


les substituants A, B, C et D, alors les deux conformères représentés ne sont plus en
équilibre. Ils deviennent images dans un miroir sans être superposables: ils sont
donc énantiomères. Chacun d’eux est alors chiral (optiquement actif).

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 66


Chapitre 3: La Stéréochimie
c. cas de l’hexahélicène
Dans le cas de l’hexahélicène, il n’est pas possible de disposer les six cycles benzéniques accolés
dans le même plan à cause de la gêne stérique entre les cycles A et F: la molécule subit alors
une distorsion par rapport au plan qui va entraîner la formation d’une hélice droite ou d’une
hélice gauche énantiomère.

Exemple: structures des 2 énantiomères de l’hexahélicène (formes hélicoïdales chirales)

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 67


Chapitre 3: La Stéréochimie
d. cas de molécules nouées
Ici, l’entrelacement d’une molécule sous la forme d’un nœud moléculaire, communément
appelé nœud de trèfle, permet la possibilité de former deux molécules chirales énantiomères.
Exemple: représentations de 2 nœuds de trèfles synthétiques énantiomères

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 68


Chapitre 3: La Stéréochimie
2. La séparation des molécules chirales

2.1. Cas d’un mélange de diastéréomères

2.2. Cas des énantiomères: dédoublement d’un racémique

F. Coutrot - frederic.coutrot@univ-montp2.fr - www.glycorotaxane.fr 69