Vous êtes sur la page 1sur 27

[http://mp.cpgedupuydelome.

fr] dD édité le 17 janvier 2011 Enoncés 1

Intégration Exercice 8 [ 01963 ] [correction]


Pour m, n ∈ N, calculer
Z 2π
Calcul de primitives Im,n = cos(mt) cos(nt) dt
0

Exercice 1 [ 01960 ] [correction]


Déterminer
R 2 lesR primitives
R suivantes : Exercice 9 Centrale PC [ 01547 ] [correction]
a) tet dtb) lnt t dtc) t dtln t Démontrer que, pour tout Q ∈ R [X],
Z 1 Z π
Q(t) dt = −i Q(eiθ )eiθ dθ
Exercice 2 [ 00279 ] [correction] −1 0
Déterminer les primitives suivantes :
a) cos t sin t dtb) tan t dtc) cos3 t dt
R R R
Propriétés de l’intégrale

Exercice 3 [ 00280 ] [correction] Exercice 10 [ 01965 ] [correction]


Déterminer lesRprimitives suivantes : Soit f : [a, b] → R une fonction continue par morceaux et c ∈ ]a, b[.
R t2
a) 1+t3 dtb) √ t
R t
dtc) 1+t4 dt Montrer que
1+t2 !
Z b Z c Z b
1 1 1
f (t)dt 6 max f (t)dt, f (t) dt
b−a a c−a a b−c c
Exercice 4 [ 01962 ] [correction]
Déterminer
R dt Rles primitivesRsuivantes :
a) it+1 b) et cos t dtc) t sin tet dt. Exercice 11 [ 01966 ] [correction]
Soit f : R → R continue et T > 0. On suppose que
Z x+T
Exercice 5 [ 01961 ] [correction]
f (t) dt = C te
Soit λ ∈ C\R, a = Re(λ) et b = Im(λ). Etablir x

Montrer que f est périodique.


 
t−a
Z
dt
= ln |t − λ| + i arctan + C te
t−λ b
Exercice 12 [ 01967 ] [correction]
Calcul d’intégrales Soit f : [a, b] →
R R continue.
R
b b
Montrer que a f (t) dt = a |f (t)| dt si, et seulement si, f > 0 ou f 6 0.

Exercice 6 [ 01964 ] [correction]
Calculer les intégrales suivantes :
R2 R 1 dt R 1/2 dt
a) 1 tdt2 b) 0 1+t 2 c)
√ . Exercice 13 X MP [ 03051 ] [correction]
0 1−t2
Soient (a, b) ∈ R2 avec a < b et f ∈ C 0 ([a, b] , C).
A quelle condition portant sur f a-t-on
Exercice 7 [ 00284 ] [correction] Z
b Z b
Calculer
R 2π les intégrales
R 2 suivantesR1 : t

f =

|f |?
a) 0 cos2 t dtb) 1 ln t dtc) 0 √1+t
a a
2
dt
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Enoncés 2

Exercice 14 [ 01968 ] [correction] c) En déduire qu’il existe c ∈ [a, b] vérifiant


Soit f : [0, 1] → R continue telle que Z b Z c
Z 1
f (t)g(t) dt = f (a) g(t) dt
1 a a
f (t) dt =
0 2 d) Soient f, g : [a, b] → R continues avec f monotone.
Montrer qu’il existe c ∈ [a, b] tel que
Montrer que f admet un point fixe.
Z b Z c Z b
f (t)g(t) dt = f (a) g(t) dt + f (b) g(t) dt
a a c
Exercice 15 [ 01969 ] [correction]
Soit f : [a, b] → R une fonction continue.
Montrer : Exercice 18 [ 03188 ] [correction]
1
Z b Soit f une fonction réelle de classe C 1 positive et décroissante sur I = [a, b].
∃c ∈ ]a, b[ , f (t) dt = f (c) Soit g une fonction continue sur I. On définit G : I → R par la relation
b−a a
Z x
G(x) = g(t) dt
a
Exercice 16 [ 01970 ] [correction] a) Montrer qu’il existe m, M ∈ R tel que
[Formule de la moyenne]
Soient f, g : [a, b] → R continues avec g > 0. G ([a, b]) = [m, M ]
Montrer qu’il existe c ∈ [a, b] tel que
b) Montrer que
Z b Z b Z b Z b
f (t)g(t)dt = f (c) g(t) dt f (t)g(t) dt = f (b)G(b) − f 0 (t)G(t) dt
a a
a a

c) En déduire qu’il existe c ∈ [a, b] tel que


Exercice 17 [ 03092 ] [correction] Z b Z c
[Seconde formule de la moyenne] f (t)g(t) dt = f (a) g(t) dt
a a
Soient f, g : [a, b] → R deux fonctions continues avec f décroissante et positive.
a) Pour n ∈ N? , on pose
Exercice 19 [ 01971 ] [correction]
n−1 ak+1
(b − a) Soit f : [0, π] → R continue.
X Z
Sn = f (ak ) g(t) dt avec ak = a + k a) Montrer que si
ak n π
k=0
Z
f (t) sin t dt = 0
Montrer que 0
b alors il existe a ∈ ]0, π[ tel que f s’annule en a.
Z
Sn −−−−−→ f (t)g(t) dt b) Montrer que si
n→+∞ a Z π Z π
b) On introduit G la primitive de g s’annulant en a. f (t) sin t dt = f (t) cos t dt = 0
0 0
Montrer que
alors f s’annule 2 fois sur ]0,Rπ[.
f (a) min G 6 Sn 6 f (a) max G π
(indice : on pourra regarder 0 f (t) sin(t − a) dt).
[a,b] [a,b]
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Enoncés 3

Exercice 20 Mines-Ponts PC [ 01972 ] [correction] Exercice 25 X MP [ 02966 ] [correction]


Soit (a, b) ∈ R2 tel que a < b, f : [a, b] → R continue et n ∈ N telle que : Soient f : [0, 1] → R continue telle que
Z b Z 1
∀k ∈ {0, 1, ..., n} , tk f (t) dt = 0 f (t) dt = 0
a 0

Montrer que f s’annule au moins n + 1 fois sur [a, b]. m le minimum de f et M son maximum.
Prouver Z 1
f 2 (t) dt 6 −mM
Exercice 21 [ 01973 ] [correction] 0
Soit f : [0, 1] → R continue. Montrer que f possède une unique primitive F telle
que Exercice 26 X MP [ 02967 ] [correction]
Z 1
F (t) dt = 0 Soient f et g deux fonctions croissantes et continues sur [0, 1]. Comparer
0 Z 1 Z 1  Z 1 
f (t)g(t) dt et f (t) dt × g(t) dt
0 0 0
Exercice 22 [ 01974 ] [correction]
Soit f : [a, b] → R. Montrer que la fonction Limite d’intégrales
Z b
x 7→ f (t) sin(xt) dt Exercice 27 [ 01978 ] [correction]
a
Déterminer les limites suivantes sans pour autant calculer les intégrales
est lipschitzienne. correspondantes :
Rx R 2x R 2x
a) lim+ −x sin t2 dtb) lim x lndtt c) lim x sint t dt
x→0 x→+∞ x→+∞
Exercice 23 [ 01975 ] [correction]
[Irrationalité du nombre π] Exercice 28 [ 00286 ] [correction]
a) Pour a, b ∈ N? , montrer que la fonction polynomiale Déterminer les limites suivantes sans pour autant calculer les intégrales
1 n correspondantes :
Pn (x) = x (bx − a)n R 2x t R 2x 1/t R 2x
a) lim+ x e tdt b) lim x e t dtc) lim x cos(1/t) dt
n! x→0 x→+∞ x→+∞ t

et ses dérivées successives prennent en 0 et en ab des valeurs entières.


b) Pour n ∈ N? , on pose Z π Exercice 29 [ 01976 ] [correction]
In = Pn (t) sin t dt Soit f : [0, 1] → R continue. Montrer que
0 Z 1
Montrer que In → 0. tn f (t) dt −−−−→ 0
n→∞
c) En supposant π = a/b, montrer que In ∈ Z. Conclure. 0

Exercice 30 [ 01977 ] [correction]


Exercice 24 [ 02642 ] [correction] Soit f : R+ → R continue. Déterminer
Soit f : [a, b] → R une fonction en escalier. Z x
Montrer qu’il existe une subdivision σ du segment [a, b] adaptée à f telle que 1
lim+ f (t) dt
toute autre subdivision adaptée à f soit plus fine que σ. x→0 x 0
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Enoncés 4

Intégration par parties Changement de variables

Exercice 31 [ 01979 ] [correction] Exercice 37 [ 01982 ] [correction]


Déterminer lesRprimitives suivantes : Déterminer les primitives suivantes en procédant par un changement de variable
a) t ln t dtb) t arctan t dtf) t sin3 t dt. adéquat
R R
R ln t dt R e2t dt
a) √t+dt√t3 b) t+t(ln
R
t)2 c) et +1 .

Exercice 32 [ 00263 ] [correction] Exercice 38 [ 00290 ] [correction]


Déterminer les primitivesR suivantes : Déterminer Z
a) (t2 − t + 1)e−t dtb) (t − 1) sin t dtc) (t + 1)cht dt dt
R R

t t2 − 1

Exercice 33 [ 01980 ] [correction] Exercice 39 [ 01983 ] [correction]


Calculer les intégrales suivantes Calculer
Re les intégrales
Re suivantes
R 1 viadt un changement de variable adéquat
R1 Re R eπ dt dt
a) 0 ln(1 + t2 ) dtb) 1 tn ln t dt(avec n ∈ N)c) 1 sin(ln t) dt a) 1 t+t(ln t)2 b) 1 t ln t+1 c) 0 et +1

Exercice 40 [ 00260 ] [correction]


Exercice 34 [ 00287 ] [correction] Calculer
R 1 √ les intégrales
R 1 suivantes
√ via un
R 2 changement
ln t
de variable adéquat
Calculer les intégrales suivantes 2 2 2
a) 0 1 − t dt b) 0 t 1 − t dtc) 1 t dt √
R1 R 1/2 R1
a) 0 arctan t dtb) 0 arcsin t dtc) 0 t arctan t dt

Exercice 41 [ 01984 ] [correction]


a) Observer
Exercice 35 [ 01981 ] [correction] Z π/4 Z π/4 π 
Soit f : [a, b] → R de classe C 1 . Montrer que ln(cos t) dt = ln cos − t dt
0 0 4
Z b b) En déduire
lim f (t) sin(nt) dt = 0 Z π/4
n→+∞ a ln(1 + tan t) dt
0

Exercice 36 X MP [ 03089 ] [correction] Exercice 42 [ 01985 ] [correction]


Soient (a, b) ∈ R2 , µ ∈ R+? et f ∈ C 2 ([a, b] , R) telles que a) Montrer que
Z π/2 Z π/2
∀x ∈ [a, b] , |f 0 (x)| > µ et f 0 monotone cos t sin t π
dt = dt =
0 cos t + sin t 0 cos t + sin t 4
Montrer : Z b) En déduire
b 1 Z 1

e2iπf (t)
dt 6
dt

µπ √
a
0 1 − t2 + t
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Enoncés 5

Exercice 43 [ 01986 ] [correction] Exercice 47 [ 01989 ] [correction]


Soit f : [a, b] → R continue telle que Soit f : [0, 1] → R continue. On définit F : [0, 1] → R par
Z 1
∀x ∈ [a, b] , f (a + b − x) = f (x)
F (x) = min(x, t)f (t) dt
0
Montrer que
b b
a) Montrer que F est de classe C et calculer F 00 (x).
Z Z
a+b 2
xf (x) dx = f (x) dx
a 2 a b) En déduire
Z xZ 1
F (x) = f (t) dt du
0 u
Exercice 44 Centrale MP [ 00188 ] [correction]
a) Soit f ∈ C ([0, 1] , R). Etablir
Z π Exercice 48 [ 01990 ] [correction]
π π
Z
tf (sin t) dt = f (sin t) dt Soit g : R → R une fonction continue.
0 2 0 On pose, pour tout x ∈ R,
b) En déduire la valeur de Z x
π
f (x) = sin(x − t)g(t) dt
x sin2n (x)
Z
0
In = 2n dx
0 sin (x) + cos2n (x) a) Montrer que f est dérivable et que
Z x
Fonction dont la variable est borne d’intégration 0
f (x) = cos(t − x)g(t) dt
0

Exercice 45 [ 01987 ] [correction] b) Montrer que f est solution de l’équation différentielle y 00 + y = g(x).
Soit f : R → R une fonction continue. c) Achever la résolution de cette équation différentielle.
Justifier que les fonctions g : R → R suivantes sont de classe C 1 et exprimer leur
dérivée : R 2
x Rx Rx
a) g(x) = 2x f (t) dtb) g(x) = 0 x f (t) dtc) g(x) = 0 f (t + x) dt Exercice 49 [ 01991 ] [correction]
Soient f : R → R de classe C 1 et F : R? → R définie par
Z x
Exercice 46 [ 01988 ] [correction] 1
∀x 6= 0, F (x) = f (t) dt
Soit ϕ : R → R la fonction définie par : 2x −x

sht a) Montrer que F peut être prolongée par continuité en 0. On effectue ce


ϕ(t) = pour t 6= 0 et ϕ(0) = 1 prolongement.
t
b) Montrer que F est dérivable sur R? et exprimer F 0 (x) à l’aide d’une intégrale
Soit f : R → R définie par :
c) Montrer que F est dérivable en 0 et observer F 0 (0) = 0.
Z 2x
f (x) = ϕ(t) dt
x
Exercice 50 [ 00276 ] [correction]
a) Montrer que f est bien définie et étudier la parité de f . Pour x ∈ ]0, 1[, on pose
b) Justifier que f est dérivable et calculer f 0 (x).
Z x2
dt
c) Dresser le tableau de variation de f . ϕ(x) =
x ln t
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Enoncés 6

a) Montrer que ϕ est bien définie et que cette fonction se prolonge par continuité Suite dont le terme général est défini par une inté-
en 0 et en 1.
b) En déduire la valeur de
grale
Z 1
x−1
dx Exercice 54 [ 01994 ] [correction]
0 ln x
Pour p et q entiers naturels, on pose :
Z b
Exercice 51 Centrale PC [ 00088 ] [correction] Ip,q = (t − a)p (b − t)q dt
Soit f continue de R dans R telle que a
Z 2y+x a) Former une relation de récurrence liant Ip,q et Ip+1,q−1 .
∀(x, y) ∈ R2 , f (x) − f (y) = f (t) dt b) Donner une expression de Ip,q à l’aide de factoriels.
2x+y

Montrer que f est de classe C 1 et déterminer f .


Exercice 55 [ 01997 ] [correction]
[Intégrales de Wallis]
Exercice 52 Centrale PC [ 00057 ] [correction] Pour n ∈ N, on pose
Soit f ∈ C 1 ([0, 1] , R) avec f (0) = 0. π/2
Z
a) Montrer que In = sinn t dt
Z 1 0
1 1 0 2
Z
f (t)2 dt 6 f (t) dt R π/2 n
a) Montrer que In = 0 cos t dt et In > 0
0 2 0
b) Montrer que pour tout n ∈ N, on a
b) Si f (1) = 0, améliorer l’inégalité obtenue en a).
n+1
In+2 = In
n+2
Exercice 53 Centrale MP [ 03183 ] [correction]
a) Déterminer le domaine définition ∆ = Df de la fonction f qui à x réel associe : c) Donner une expression de In à l’aide de factoriels en distinguant les cas n = 2p
Z x+1 et n = 2p + 1.
t d) Etablir que pour tout n ∈ N,
f (x) = √ dt
3
t +1
x π
(n + 1)In+1 In = et In+2 6 In+1 6 In
b) Déterminer la limite puis un équivalent simple de f (x) lorsque x tend vers +∞. 2
c) Avec le logiciel de calcul formel, déterminer les développements asymptotiques
1
 e) Déterminer un équivalent de In .
en +∞ jusqu’au terme o x7/2 de la fonction
Z x+1
dt
x 7→ √ Exercice 56 [ 01992 ] [correction]
x t On pose, pour n ∈ N
1
(1 − x)n x
Z
puis de f .
In = e dx
Démontrer l’existence de ce développement asymptotique de f (x) en s’aidant du 0 n!
logiciel pour les calculs d’intégrales nécessaires.
a) Montrer que la suite (In ) tend vers 0.
d) Etudier les variations de f sur ∆.
b) Montrer que
e) Avec le logiciel de calcul formel, donner une valeur approchée du maximum de 1
f sur ∆ et de son abscisse. Visualiser le tracé du graphe de f . In = + In+1
(n + 1)!
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Enoncés 7

c) En déduire que e) Montrer que


n Z 1
X 1
e = lim lim ln(1 + xn ) dx = 0
n→∞ k! n→∞ 0
k=0
et en déduire que  
ln 2 1
un = 1 − +o
Exercice 57 [ 01993 ] [correction] n n
Pour n ∈ N, on pose Z e
In = (ln x)n dx Sommes de Riemann
1
a) Calculer I0 et I1 .
Exercice 60 [ 01998 ] [correction]
b) Etablir une relation liant In et In+1 .
Déterminer les limites des suites définies par le terme général suivant :
c) En déduire que n n n
e n k √ 1
P P P
∀n ∈ N, 0 < In < a) 2
n +k 2 b) 2
n +k 2 c) n2 +2kn
n+1 k=1 k=1 k=1

d) Déterminer la limite puis un équivalent simple de (In ).


e) Soit (un ) une suite réelle définie par Exercice 61 [ 01999 ] [correction]
En faisant apparaître une somme de Riemann, déterminer un équivalent simple de
u0 = a et ∀n ∈ N, un+1 = e − (n + 1)un
n √
X
On suppose que a 6= I0 , montrer, en étudiant Dn = |un − In |, que |un | → +∞. Sn = k
k=1

Exercice 58 [ 01995 ] [correction]


Soient n ∈ N et x ∈ ]0, π[. Exercice 62 [ 00744 ] [correction]
a) Justifier l’existence de Déterminer la limite de la suite de terme général
π  n1
cos nt − cos nx
Z 
In = dt (2n)!
0 cos t − cos x nn n!
b) Exprimer In . On pourra commencer par calculer In+1 + In−1 .
Exercice 63 Mines-Ponts MP [ 02785 ] [correction]
 1/n
 n   n 1/n
Exercice 59 [ 01996 ] [correction] 1 + nk k
Q Q 
Etudier les limites de et de 1+ n2 .
Pour n ∈ N, on pose k=1 k=1
Z 1
dx
un =
0 1 + xn
Exercice 64 Mines-Ponts MP [ 02786 ] [correction]
a) Calculer u0 , u1 , u2 . Calculer les limites de
b) Montrer que (un ) est une suite strictement croissante.
n     n
c) Montrer que un → 1. X k k X 1
sin sin 2
et sin2 √
d) Etablir n n k+n
Z 1 n k=1 k=1
1 1
Z
x dx ln 2
∀n ∈ N? , n
= − ln(1 + xn ) dx lorsque n → +∞.
0 1 + x n n 0
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Enoncés 8

Exercice 65 Mines-Ponts MP [ 02787 ] [correction] En déduire


n
n
sin(kx)
X xk
Si n ∈ N? et x ∈ R, soit fn (x) =
P
k . lim
k=1 n→∞ k!
k=0
Soit xn le plus petit réel strictement positif en lequel fn atteint un maximum
local. Calculer lim fn (xn ).
Exercice 71 [ 02002 ] [correction]
En appliquant l’inégalité de Taylor-Lagrange à la fonction x 7→ ln(1 + x) entre 0
Exercice 66 Mines-Ponts MP [ 02823 ] [correction]
et 1, montrer que :
Soient f : R → R convexe, a, b réels avec a < b, g : [a, b] → R continue. Montrer
que 1 1 1 (−1)n−1
1− + − + ··· + −−−−−→ ln 2
Z b ! Z b
1 1 2 3 4 n n→+∞
f g(t) dt 6 f (g(t)) dt
b−a a b−a a

Exercice 72 [ 02003 ] [correction]


Exercice 67 [ 00193 ] [correction] Soient f : R → R de classe C 2 et a ∈ R.
Soit f : [0, π] → R de classe C 1 . Déterminer
Déterminer la limite quand n → +∞ de f (a + h) − 2f (a) + f (a − h)
lim
Z π h→0 h2
f (t) |sin(nt)| dt
0

Exercice 68 Mines-Ponts MP [ 03198 ] [correction]


Déterminer un équivalent quand n → +∞ de
n
X 1
un =
(n + 2k)3
k=1

Formules de Taylor
Exercice 69 [ 02000 ] [correction]
Soit g : [0, 1] → R une fonction continue.
Déterminer les fonctions f : [0, 1] → R, deux fois dérivables, telles que :
f (0) = f (1) = 0 et f 00 = g.

Exercice 70 [ 02001 ] [correction]


Montrer que pour tout n ∈ N et tout x ∈ R
n

n+1 |x|
x X xk |x| e

e − 6
k! (n + 1)!


k=0
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Corrections 9

Corrections Exercice 6 : [énoncé]


R2  1 2
a) 1 dt 1
t2 = − t 1 = 2 .
R 1 dt 1
Exercice 1 : [énoncé]
R 2 b) 0 1+t2 = [arctan t]0 = π4 .
2
a) tet dt = 21 et + C te . R 1/2 dt
c) 0 √1−t
1/2
= [arcsin t]0 = π
R ln t 1 2 te 2 6.
b) t dt = 2 (ln t) + C .
R dt te
c) t ln t = ln |ln t| + C .
Exercice 7 : [énoncé]
sin 2t 2π
R 2π R 2π
a) 0 cos2 t dt = 0 1+cos 2t
dt = 2t +
 
Exercice 2 : [énoncé] 2 4 0
= π.
R2 2
a) R cos t sin t dt = 12 sin2 t + C te .
R
b) 1 ln t dt = [t ln t − t]1 = 2 ln 2 − 1.
b) R tan t dt = − te 1 √
R ln |cos t|R+ C . 2
R1 t √
1 c) 0 √1+t2 dt = 1 + t2 0 = 2 − 1.
3
c) cos t dt = cos t − cos t sin t = sin t − 3 sin3 t + C te .

Exercice 3 : [énoncé] Exercice 8 : [énoncé]


R t2 1 3 te Si m = n = 0 alors
a) 1+t 3 dt = 3 ln(1 + t ) + C . 2π

Z
t te
R
2
b) √1+t2 dt = 1 + t + C . In,n = dt = 2π
R t 1 2 te 0
c) 1+t 4 dt = 2 arctan t + C .
Si m = n 6= 0 alors
Z 2π Z 2π
Exercice 1 1
R dt 4 1: R[énoncé] In,n = cos2 (nt) dt = + cos(2nt) dt = π
dt
= −i tt+i dt = arctan t − 2i ln(t2 + 1) + C te . 2 2
R
a) it+1 = i t−i 0 0
R t R (1+i)t2 +1  1 (1+i)t
dt et e(1+i)t dt = 1+i + C te donc
R
b) e cos tdt = Re e e Si m 6= n, en exploitant
t
e cos t dt = e2 (cos t + sin t) + C te .
R t
 1
c) t sin tet dt = Im te(1+i)t dt et
R R
cos mt cos nt = (cos(m + n)t + cos(m − n)t)
2
t 1
+ C te = t+i(1−t) e(1+i)t + C te
R (1+i)t
te dt = 1+i e(1+i)t − (1+i) 2e
(1+i)t
2
t on obtient
puis t sin tet dt = e2 (t sin t + (1 − t) cos t) + C te .
R
2π 2π
1 2π 1 2π [sin(m − n)t]0
Z Z
[sin(m + n)t]0
Im,n = cos(m + n)t dt+ cos(m − n)t dt = + =
2 0 2 0 2(m + n) 2(m − n)
Exercice 5 : [énoncé]
On peut écrire
1 t − a + ib t−a b Exercice 9 : [énoncé]
= = +i
t−λ 2
(t − a) + b 2 2
(t − a) + b 2 (t − a)2 + b2 Par linéarité de l’intégrale, il suffit de vérifier la relation pour Q = X n avec n ∈ N.
or D’une part
Z 1 1
1 − (−1)n+1

t−a
Z
1 1 n+1
dt = ln (t − a)2 + b2 + C te = ln |t − λ| + C te

2 2
Q(t) dt = t =
(t − a) + b 2 −1 n+1 −1 n+1
et et d’autre part
t−a
Z
b
2 2
dt = arctan + C te
(t − a) + b b Z π 
1

ei(n+1)π − 1
Q(eiθ )eiθ dθ = ei(n+1)θ =
puis la formule proposée. 0 i(n + 1) 0 i(n + 1)
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Corrections 10

Si n est impair alors Exercice 12 : [énoncé]


(⇐) ok
Z 1 Z π Rb Rb Rb Rb
Q(t) dt = 0 = −i Q(eiθ )eiθ dθ (⇒) Si a f > 0 alors a f = a |f | donne a |f (t)| − f (t) dt = 0. Or la fonction
−1 0 |f | − f est continue et positive donc elle est nulle.
Rb
Le cas a f < 0 est semblable.
Si n est pair alors
1 π
−2
Z Z
2
Q(t) dt = et Q(eiθ )eiθ dθ = Exercice 13
R : [énoncé]
−1 n+1 0 i(n + 1)
b Rb
Supposons a f = a |f |.
et la relation voulue est encore vérifiée. Rb R
b
On peut écrire a f = reiθ avec r = a f et θ ∈ R.
Une alternative plus courte, mais moins élémentaire consister à exploiter que la
forme différentielle Considérons alors g : t 7→ f (t)e−iθ .
Rb R b Rb Rb
On a a g = a f ∈ R donc a g = a Re(g).
ω(x, y) = Q(z) dz = Q(x + iy) (dx + i dy) Rb Rb
Or |g| = |f | et l’hypothèse de départ donne a |g| = a Re(g) puis
Rb
est exacte et que donc son intégrale curviligne le long d’un pourtour fermée est a
|g| − Re(g) = 0.
nulle. Puisque la fonction réelle |g| − Re(g) est continue, positive et d’intégrale nulle,
c’est la fonction nulle.
Par suite Re(g) = |g| et donc la fonction g est réelle positive.
Finalement, la fonction f est de la forme t 7→ g(t)eiθ avec g fonction réelle positive.
Exercice 10 : [énoncé]
La réciproque est immédiate.
Supposons
Z c Z b
1 1
f> f
c−a a b−c c Exercice 14 : [énoncé]
On a alors La fonction ϕ : t 7→ f (t) − t est définie, continue sur [0, 1] et
b c b c c c
Z 1 Z 1
b−c b−a 1
Z Z Z Z Z Z
f= f+ f6 f+ f= f ϕ(t)dt = f (t) dt − = 0
a a c a c−a a c−a a 0 0 2

Le cas donc ϕ s’annule.


Z c Z b
1 1
f< f
c−a a b−c c
Exercice 15 : [énoncé]
est semblable et on peut conclure. Posons Z b
1
µ= f (t) dt
b−a a
Exercice 11 : [énoncé] La fonction ϕ : t 7→ f (t) − µ est définie, continue sur [a, b] et
On introduit F une primitive de la fonction continue f . Z b Z b
La fonction x 7→ F (x + T ) − F (x) est constante, elle est donc de dérivée nulle et
ϕ(t) dt = f (t) dt − µ(b − a) = 0
par suite f (x + T ) − f (x) = 0. a a

donc ϕ s’annule.
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Corrections 11

Exercice 16 : [énoncé] En séparant la somme en deux, puis en procédant à un décalage d’indice sur la
Rb
Si a g(t) dt = 0 alors g = 0 (car on sait g continue et positive) et le problème est première
n n−1
immédiatement résolu. X X
Sinon, puisque f est continue sur le segment [a, b], elle admet un minimum et Sn = f (ak−1 )G(ak ) − f (ak )G(ak )
k=1 k=0
maximum en des points c et d.
Posons m = f (c) et M = f (d). puis en recombinant les deux sommes
Par positivité de la fonction g, on a n−1
X
mg(t) 6 f (t)g(t) 6 M g(t) Sn = f (an−1 )G(an ) + (f (ak−1 ) − f (ak )) G(ak ) − f (a0 )G(a0 )
k=1
donc Rb Or G(a0 ) = G(a) = 0 et puisque la fonction f est décroissante et positive
a
f (t)g(t) dt
m6 Rb 6M
n−1
a
g(t)dt X
Sn 6 f (an−1 )M + (f (ak−1 ) − f (ak )) M avec M = max G
Il suffit alors d’appliquer le théorème des valeurs intermédiaire entre c et d pour k=1
[a,b]
conclure.
Enfin par télescopage
Sn 6 f (a0 )M = f (a)M
Exercice 17 : [énoncé] De façon symétrique, on a aussi
a) En exploitant la relation de Chasles, on peut écrire
n−1
Sn > f (a)m avec m = min G
Z b X Z ak+1 [a,b]
Sn − f (t) dt = (f (ak ) − f (t)) g(t) dt
a k=0 ak c) En passant à la limite ce qui précède, on obtient

Soit ε > 0. Puisque f est continue sur le segment [a, b], elle y est uniformément Z b

continue et donc il existe α > 0 tel que f (a)m 6 f (t)g(t) dt 6 f (a)M


a

∀s, t ∈ [a, n] , |s − t| 6 α ⇒ |f (s) − f (t)| 6 ε Si f (a) = 0, le problème est immédiatement résolu, sinon, ce qui précède affirme
que
Pour n assez grand, on a |(b − a)/n| 6 α et alors pour tout t ∈ [ak , ak+1 ] on a Z b
1
|ak − t| 6 α donc |f (ak ) − f (t)| 6 ε. On en déduit f (t)g(t) dt
f (a) a
Z b n−1 Z
X ak+1 est valeur intermédiaire à deux valeurs prises par G et le théorème des valeurs
Sn − fn (t) dt 6 ε |g(t)| dt 6 εM (b − a) avec M = sup |g|

a ak [a,b]
intermédiaires permet de conclure.
k=0
d) Quitte à considérer −f , ce qui ne change rien au problème posé, on peut
Par suite supposer que la fonction f est croissante. En appliquant le résultat précédent à la
Z b
fonction t 7→ f (b) − f (t) décroissante et positive, on peut affirmer qu’il existe
Sn −−−−−→ f (t)g(t) dt
n→+∞ a c ∈ [a, b] tel que
b) En exprimant l’intégrale à l’aide de la primitive G Z b Z c
(f (b) − f (t))g(t) dt = (f (b) − f (a)) g(t) dt
n−1
X a a
Sn = f (ak ) (G(ak+1 ) − G(ak ))
k=0
et il suffit de réorganiser les membres de cette identité pour former celle voulue.
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Corrections 12

Exercice 18 : [énoncé] Exercice 20 : [énoncé]


a) La fonction G est continue donc l’image d’un segment est un segment. Notons que l’hypothèse initiale donne que pour toute fonction polynomiale P de
b) Il suffit de procéder à une intégration par parties. degré 6 n,
c) Puisque la fonction −f 0 est positive, on a
Z b
Z b P (t)f (t) dt = 0
a
m (f (a) − f (b)) 6 − f 0 (t)G(t) dt 6 M (f (a) − f (b))
a Par l’absurde supposons que f ne s’annule pas plus de n fois. Par la continuité de
f , on peut dresser son tableau de signe et en notant x1 , . . . , xp (avec p 6 n) les
et donc
points où f s’annule en changeant de signe, on peut affirmer que
Z b
x 7→ (x − x1 ) . . . (x − xp )f (x) est une fonction continue de signe constant. Or
mf (a) + [G(b) − m] f (b) 6 f (t)g(t) dt 6 M f (a) + [G(b) − M ] f (b)
a celle-ci est nulle donc c’est la fonction nulle. On en déduit que f est nulle sur
[a, b] \ {x1 , . . . , xp } puis sur [a, b] par continuité.
puis
Z b
mf (a) 6 f (t)g(t) dt 6 M f (a)
a
Ainsi, que f (a) soit nul ou non, il existe c ∈ [a, b] tel que Exercice 21 : [énoncé]
Unicité : soient F et G deux primitives solutions. Il existe C ∈ R tel que
Z b
F = G + C.
f (t)g(t) dt = f (a)G(c) Z 1 Z 1
a F =0= G
0 0

Exercice 19 : [énoncé] donne alors C = 0 puis F =R G.


Rπ x
a) 0 f (t) sin t dt = 0 et t 7→ f (t) sin t est continue donc il existe a ∈ ]0, π[ tel que Existence : Posons F(x) = 0 f (t) dt. La fonction
f (a) sin a = 0 i.e. f (a) = 0. Z 1
b) Par l’absurde si f ne s’annule qu’une seule fois alors le tableau de signe de f
F : x 7→ F(x) − F(u) du
est de l’une des quatre formes suivantes 0

t 0 a π t 0 a π résout le problème.
,
f (t) 0 + 0 + 0 f (t) 0 − 0 − 0

t 0 a π t 0 a π
ou Exercice 22 : [énoncé]
f (t) 0 + 0 − 0 f (t) 0 − 0 + 0 Rb
Les deux premiers cas sont à exclure car Posons g(x) = a f (t) sin(xt) dt.
Z π
b b
(x − y)t
Z Z
f (t) sin t dt (x + y)t
g(x) − g(y) = f (t) (sin(xt) − sin(yt)) dt = 2f (t) sin cos dt
0 a a 2 2
est l’intégrale nulle d’une fonction non nulle de signe constant.
Les deux autres cas sont à exclure car donc
Z b
Z π Z π Z π |g(x) − g(y)| 6 |x − y| |tf (t)| dt
f (t) sin(t − a) dt = cos a f (t) sin t dt − sin a f (t) cos t dt a
0 0 0
en vertu de |sin u| 6 u et ainsi f est lipschitzienne.
est l’intégrale nulle d’une fonction non nulle de signe constant.
Absurde.
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Corrections 13

Exercice 23 : [énoncé] A est une partie non vide de N, elle possède donc un plus petit élément p.
a) Par la formule de Leibniz Il existe une subdivision σ = (a0 , . . . , ap ) adaptée à f .
! Montrons que toute subdivision σ 0 = (b0 , b1 , ..., bn ) adaptée à f est plus fine que σ.
m
X m 1 n (k) Par l’absurde : supposons ∃i ∈ {1, 2, ..., p − 1} tel que ai ∈ / {b0 , b1 , . . . , bn }.
∀m ∈ N, Pn(m) (x) = (x ) ((bx − a)n )(m−k)
k n! On peut alors affirmer qu’il existe j ∈ {1, 2, . . . , n} tel que ai ∈ ]bj−1 , bj [.
k=0
Comme σ et σ 0 sont adaptées à f on peut affirmer que f est constante sur
(m) (m)
Si m < n alors Pn (0) = Pn (a/b) = 0. ]ai−1 , ai [ , ]ai , ai+1 [ et ]bj−1 , bj [ puis que f est constante sur ]ai−1 , ai+1 [.
Si n 6 m 6 2n alors Par suite la subdivision σ 0 = (a0 , . . . , ai−1 , ai+1 , . . . , ap ) est adaptée à f or cela
! ! contredit la définition de p.
1 m m n!
(m)
Pn (0) = n!((bx − a)n )(m−n) (0) = bm−n (−a)2n−m ∈ Z
n! n n (2n − m)!
Exercice 25 : [énoncé]
et La fonction t 7→ (M − f (t))(f (t) − m) est positive donc
! ! Z 1
1 m m n!
Pn(m) (a/b) = (xn )(m−n) (a/b)n!bn = a2n−m bm−n ∈ Z (M − f (t))(f (t) − m) dt > 0
n! m−n n (2n − m)! 0
R1
Si m > 2n alors Pn
(m)
= 0 donc Pn
(m)
(0) = Pn
(m)
(a/b) = 0 ∈ Z. En développant et par linéarité, on obtient −mM − 0
f 2 (t) dt > 0 sachant
R1
b) On a 0
f (t) dt = 0.
On en déduit l’inégalité demandée.
1 π n
Z
1
t (bt − a) sin t dt 6 π n+1 (|b| π + |a|)n −−−−−→ 0
n

|In − 0| =
n! 0 n! n→+∞
Exercice 26 : [énoncé]
c) Par l’absurde, supposons π = a/b. Nous allons établir l’inégalité
Par intégration par parties :
Z 1  Z 1  Z 1

f (t) dt × g(t) dt 6 f (t)g(t) dt
"m
X Z π
k−1
In = (−1) (k−1)
sin(t + kπ/2)Pn (t) + (−1)m sin(t + mπ/2)Pn(m) (t)dt 0 0 0
k=1 0
0 On peut commencer par observer que si cette inégalité est vraie pour f et g, elle
Donc l’est encore pour f + Rλ et g + µ avec
1 R 1 λ, µ ∈ R. On peut donc, sans perte de
"2n+2 #π 2n+2 généralités, supposer 0 f (t) dt = 0 g(t) dt = 0 et il s’agit alors d’établir
R1
f (t)g(t)
∈ Z dt > 0.
X X
In = (−1)k−1 sin(t + kπ/2)Pn(k−1) (t) = (−1)k sin(kπ/2)(Pn(k−1) (π)+Pn(k−1) (0))
0
k=1 k=1
Il existe alors a ∈ [0, 1] tel que f (x) 6 0 pour x ∈ [0, a] et f (x) > 0 pour x ∈ [a, 1].
0
Il existe aussi b ∈ [0, 1] tel que g(x) 6 0 pour x ∈ [0, b] et g(x) > 0 pour x ∈ [b, 1].
Comme In ∈ Z et In → 0, la suite (In ) est stationnaire égale à 0. Quitte à échangerf et g, on peut supposer a 6 b.
Or sur [0, π] la fonction t 7→ Pn (t) sin(t) est continue, positive sans être nulle et Z 1 Z a Z b Z 1
0 < π donc In > 0. Absurde.
f (t)g(t) dt = f (t)g(t) dt + f (t)g(t) dt + f (t)g(t) dt
0 0 a b
Ra
Exercice 24 : [énoncé] f (t)g(t) dt > 0 car f (t), g(t) 6 0 sur [0, a].
R0b Rb
Soit A l’ensemble des n ∈ N tel qu’il existe une subdivision σ = (a0 , . . . , an ) a
f (t)g(t) dt > f (b) a
g(t) dt car f (t) 6 f (b) et donc f (t)g(t) > f (b)g(t) puisque
adaptée à f . g(t) 6 0.
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Corrections 14

R1 R1
b
f (t)g(t) dt > f (b) b
g(t) dt car f (t) > f (b) et donc f (t)g(t) > f (b)g(t) puisque Exercice 28 : [énoncé]
g(t) > 0. a) Quand x → 0+ , par croissance de la fonction exponentielle
On en déduit Z 2x x Z 2x t Z 2x 2x
Z 1 Z 1 e e e
f (t)g(t) dt > f (b) g(t) dt > 0 dt 6 dt 6 dt
0 a x t x t x t
et on peut conclure. donc
2x
Notons que la comparaison et
Z
x
e ln 2 6 dt 6 e2x ln 2
Z 1  Z 1  Z 1 x t
f (t) dt × g(t) dt 6 f (t)g(t) dt puis par encadrement
0 0 0 2x
et
Z
ne peut être améliorée car c’est une égalité quand f et g sont des fonctions dt → ln 2
x t
constantes.
b) Quand x → +∞, par décroissance de la fonction t 7→ e1/t
Z 2x 1/2x Z 2x 1/t Z 2x 1/x
Exercice 27 : [énoncé] e e e
dt 6 dt 6 dt
a) Quand x → 0+ , x t x t x t
Z x Z x Z x
2

sin t2 dt 6
donc
sin t dt 6 1. dt = 2x → 0 Z 2x
e1/t
e1/x ln 2 dt 6 e1/2x ln 2

−x −x −x
Rx x t
donc −x sin t2 dt → 0.
puis par encadrement
b) Quand x → +∞, 2x
e1/t
Z
2x 2x
dt → ln 2
Z Z
dt dt
6 x t
x ln 2x x ln t
c) Quand x → +∞, pour x assez grand, la fonction t 7→ cos(1/t) est croissante sur
donc
x
Z 2x
dt [x, 2x] donc
6
ln 2x x ln t Z 2x
cos(1/x)
Z 2x
cos(1/t)
Z 2x
cos(1/2x)
puis dt 6 dt 6 dt
Z 2x x t x t x t
dt
→ +∞ puis
x ln t   Z 2x  
1 cos(1/t) 1
c) Par intégration par parties cos ln 2 6 dt 6 cos ln 2
x x t 2x
Z 2x  2x Z 2x
sin t cos t cos t et par encadrement
dt = − − dt 2x
t t x t2
Z
x x cos(1/t)
dt → ln 2
Or quand x → +∞, x t
 2x Z 2x Z 2x  2x
cos t cos t dt 1
− → 0 et
dt 6 = − →0 Exercice 29 : [énoncé]
t x x t2 x t2 t x
f est continue sur un segment, elle y est donc bornée par un certain M et alors
donc Z 1 Z 1 Z 1
2x
M
Z
sin t n n
tn dt =

dt → 0 t f (t) dt 6 |t | |f (t)| dt 6 M →0
x t
0

0 0 n+1
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Corrections 15

Exercice 30 : [énoncé] c)
R eπ eπ R eπ eπ R eπ
Z x
1 1 x
Z 1
sin(ln t) dt = [t sin(ln t)]1 − 1 cos(ln t) dt = − [t cos(ln t)]1 − 1 sin(ln t) dt
R eπ eπ π

x f (t) dt − f (0) 6
x |f (t) − f (0)| dt donc 1 sin(ln t) dt = − 12 [t cos(ln t)]1 = e 2+1
0 0

Par la continuité de f en 0, Pour tout ε > 0, il existe α > 0 vérifiant


Exercice 34 : [énoncé]
∀x ∈ R+ , x 6 α ⇒ |f (x) − f (0)| 6 ε R1 1 R1 t
a) 0 arctan t dt = [t arctan t]0 − 0 1+t π 1

2 dt = 4 − 2 ln(1 + t )
2 1

= π4 − ln22 .
0
b)
et donc Z x R 1/2 1/2 R 1/2 t 1/2 √
π π
+ 23 − 1.
√
1
0
arcsin t dt = [t arcsin t]0 − 0 √1−t dt = 12 + 1 − t2 0 = 12

x f (t)dt − f (0) 6 ε R1 1
2
R 1 t2 π 1 π
c) 0 t arctan t dt = 12 t2 arctan t 0 − 12 0 1+t 1 1

2 dt = 8 − 2 [t − arctan t]0 = 4 − 2 .
0

On peut donc conclure que


x
Exercice 35 : [énoncé]
Z
1
lim+ f (t) dt = f (0) Par intégration par parties
x→0 x 0
Z b b
1 b 0
 Z
f (t)
f (t) sin(nt) dt = − cos(nt) + f (t) cos(nt) dt
Exercice 31 : [énoncé] R a n a n a
a) t ln t dt = 21 t2 ln t − 12 t dt = 12 t2 ln t − 14 t2 + C te .
R
R t2 dt Or
b) t arctan tdt = 21 t2 arctan t − 12 1+t
R
2 =
f (a) cos(na) f (b) cos(nb)
, →0
1 2 1
R 1 1 2
 te n n
2 t Rarctan t − 2 R 1 − 1+t2 dtR= 2 (t + 1) arctan t − t + C
3 2 et
c) t sin t dt = t sin t dt − t sin t cos t dt Z
1 b

1 b 0
Z
t dt = sin t − t cos t + C te R
R
t sin 0
f (t) cos(nt) dt 6 |f (t)| dt → 0

n a n a

1 1
R 2 3 3
R t sin3 t cos Rt dt = − 3 t cos
R t + 3 2 cos t dt or 1
cos dt = cos t dt − cos t sin t dt = sin t − 3 sin3 t dt donc Z b
Finalement
lim f (t) sin(nt) dt = 0
Z n→+∞
2 1 1 a
t sin3 t dt = sin t − t cos t + t cos3 t + sin3 t + C te
3 3 9
Exercice 36 : [énoncé]
Ecrivons
b b
Exercice 32 : [énoncé] f 0 (t) 2iπf (t)
Z Z
2iπf (t)
a) R (t2 − t + 1)e−t dt = −(t2 + t + 2)e−t + C te .
R e dt = e dt
a a f 0 (t)
b) R (t − 1) sin t dt = sin t + (1 − t) cos t + C te . Par intégration par parties
c) (t + 1)cht dt = (t + 1)sht − cht + C te .
Z b 0  2iπf (t) b Z b 00
f (t) 2iπf (t) e 1 f (t) 2iπf (t)
0
e dt = + e dt
a f (t) 2iπf (t) a 2iπ a f 0 (t)2
0
Exercice 33 : [énoncé]
a) Quitte à considérer −f , supposons f 00 > 0
R1  1 R 1 2t2 1 π
ln(1 + t2 ) dt = t ln(1 + t2 ) 0 − 0 1+t 2 dt = ln 2 − 2 [t − arctan t]0 = ln 2 − 2 + 2 .
Z Z
0 b f 00 (t) b 00
f (t) 1 1
e 2iπf (t)
e dt 6 dt = 0 − 0
Re n h i n+1

e n
1 n+1 1
t dt = ne +1
R
b) 1 t ln t dt = n+1 t ln t − n+1 1 (n+1)2 . a f 0 (t)2

a f 02 (t) f (a) f (b)
1
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Corrections 16

et donc Exercice 41 : [énoncé]


Z
b f 0 (t)
  a) Par le changement de variable u = π/4 − t
2iπf (t)
1 1 1 1 1
e dt 6 + + −
Z π/4 Z 0 Z π/4
π π
a f 0 (t) 2π |f 0 (b)| |f 0 (a)| f 0 (a) f 0 (b)
 
ln cos t dt − ln cos − u du = ln cos − t dt
0 π/4 4 0 4
Selon le signe (constant) de f 0 , le terme en f 0 (b) ou le terme en f 0 (a) se simplifie
b) On a
et on obtient Z Z π/4 Z π/4
b f 0 (t) 1 ln(cos t + sin t) − ln cos t dt

2iπf (t) ln(1 + tan t)dt =
e dt 6

a f 0 (t) µπ 0 0

or √ π 
cos t + sin t = 2 cos −t
4
Exercice 37 : [énoncé] donc

a) √t+dt√t3 =√ u+u
R 2u du R 2 du
= 2 arctan u + C te = 2 arctan t + C te .
R
3 = π/4 π/4 √
Z Z π
u= t
1+u2  π ln 2
ln(1 + tan t) dt = ln 2 + ln cos − t − ln cos t dt =
b) 0 0 4 8
ueu du
ln t dt u du 1 te
= 12 ln(1 + ln2 t) + C te .
R R R 2
=
t+t(ln t)2 u=ln t eu +eu u2 = 1+u2 = 2 ln(1 + u ) + C
R e2t dt R u du R 1
c) et +1 = t u+1 = 1 − u+1 du = u − ln(1 + u) + C te = et − ln(1 + et ) + C te . Exercice 42 : [énoncé]
u=e
a) Par le changement de variable x = π2 − t on a
Z π/2 Z π/2
cos t sin t
Exercice 38 : [énoncé] dt = dt
0 cos t + sin t 0 cos t + sin t
Par le changement de variable u = 1/t
Or
π/2 π/2 π/2
− du − du
Z Z Z
dt 1
Z Z Z
cos t sin t π
√ q = √ = arccos u + C te = arccos + C te dt + dt = dt =
t t2 − 1 1
u u2 − 1 1 − u2 t 0 cos t + sin t 0 cos t + sin t 0 2
donc Z π/2 Z π/2
cos t sin t π
dt = dt =
0 cos t + sin t 0 cos t + sin t 4
Exercice 39 : [énoncé]
Re dt
a) 1 t+t(ln =
R 1 du π b) Via le changement de variable t = sin x (avec x ∈ [0, π/2])
t)2 u=ln t 0 1+u2 = 4 .
Re R 1 du  √ 1 √ Z 1 Z π/2
b) 1 t√lndtt+1 = 0 √u+1 = 2 u + 1 0 = 2( 2 − 1). dt cos x π
u=ln t √ = dx =
c) 0 1−t +t2
0 cos x + sin x 4
R1 dt
Re du
Re1 1 e
=
0 et +1 u=et 1 u(u+1)
= 1 u
− u+1 du = [ln u − ln(u + 1)]1 = ln 2 − ln(e + 1) + 1.
Exercice 43 : [énoncé]
Par le changement de variable t = a + b − x
Z b Z b
Exercice 40 : [énoncé]
R1√ R π/2 xf (x) dx = (a + b − t)f (t) dt
a) 0 1 − t2 dt = cos2 udu = π4 . a a
t=sin u 0
R1 √ R π/2 2 R π/2 π
b) 0 t2 1 − t2 dt = 0
sin u cos2 u du = 41 0 sin2 2udu = 16 . donc
t=sin u
Z b Z b
√ √ √ √
R 2 ln t R 2 2
c) 1 √t dt =√ 1 2 ln u2 du = 4 [u ln u − u]1 = 2 2 ln 2 − 4 2 + 4. 2 xf (x) dx = (a + b) f (x) dx
u= t a a
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Corrections 17

Exercice 44 : [énoncé] Exercice 46 : [énoncé]


a) Par le changement de variable u = π − t, on obtient a) ϕ est continue sur R donc f (x) existe.
Z π Z π
Z −2x Z 2x
I= tf (sin t) dt = (π − u)f (sin u) du ? ? sht shu
0 0
∀x ∈ R , −x ∈ R et f (−x) = dt = − du = −f (x)
−x t u=−x x u
et donc
Z π Z π Z π Ainsi f est impaire.
2I = tf (sin t) dt + (π − u)f (sin u) du = π f (sin u) du b) ϕ est continue donc possède une primitive F . Comme f (x) = F (2x) − F (x) f
0 0 0
est dérivable et
puis l’identité proposée. sh2x − shx
f 0 (x) =
b) En observant cos2n x = (1 − sin2 x)n , on peut appliquer la relation précédente x
π π
Z
sin2n (x) pour x ∈ R? et f 0 (0) = 1.
In = 2n dx c) Pour tout x > 0, on a sh2x > shx donc f 0 (x) > 0. Ainsi f est croissante sur R+ .
2 0 sin (x) + cos2n (x)
Puisque
En coupant l’intégrale en π/2 Z 2x
shx
f (x) > dt = shx ln 2
t
"Z #
π/2 Z π
π sin2n (x) sin2n (x) x
In = dx + dx
2 0 sin2n (x) + cos2n (x) 2n 2n
π/2 sin (x) + cos (x) on a f (x) → +∞ quand x → +∞.
On complète le tableau de variation par parité.
En procédant au changement de variable y = π − x dans la seconde intégrale
Z π/2
sin2n (x)
In = π dx
0 sin2n (x) + cos2n (x) Exercice 47 : [énoncé]
a) En découpant l’intégrale en deux
Enfin, en procédant au changement de variable y = π/2 − x, on observe
Z π/2 Z x Z 1
cos2n (x) F (x) = tf (t) dt + x f (t) dt
In = π 2n dx
0 sin (x) + cos2n (x) 0 x

et on en déduit On en déduit que F est dérivable et


"Z #
π/2 π/2
sin2n (x) cos2n (x) π2
Z Z 1 Z 1
2In = π 2n dx + 2n dx = F 0 (x) = xf (x) + f (t) dt − xf (x) = f (t) dt
0 sin (x) + cos2n (x) 0 sin (x) + cos2n (x) 2
x x

Finalement
π2 Finalement F est de classe C 2 et F 00 (x) = −f (x)
In = b) F 0 (1) = 0 donc
4 Z u Z 1
0
F (u) = − f (t) dt = f (t) dt
Exercice 45 : [énoncé] 1 u

On introduit F primitive de f sur R. Puisque F (0) = 0, on a


a) g(x) = F (x2 ) − F (2x) est C 1 par opérations et g 0 (x) = 2xf 2
R x (x ) − 2f (2x).
1 0
Z x Z x Z 1
b) g(x) = x(F (x) − F (0)) est C par opérations et g (x) = 0 f (t) dt + xf (x).
R 2x F (x) = F 0 (u) du = f (t) dt du
c) g(x) = x f (u) du = F (2x) − F (x) est C 1 par opérations et 0 0 u
u=t+x
g 0 (x) = 2f (2x) − f (x).
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Corrections 18

Exercice 48 : [énoncé] c) Sachant Z x


a) En développant
tf 0 (0) dt = 0
Z x Z x Z x −x
f (x) = (sin x cos t − cos x sin t)g(t) dt = sin x cos tg(t) dt−cos x sin tg(t)dt on peut écrire
0 0 0 Z x
1
F 0 (x) = t (f 0 (t) − f 0 (0)) dt
f est donc dérivable et 2x2 −x
Z x Z x Z x
En posant
f 0 (x) = cos x cos tg(t) dt + sin x sin tg(t) dt = cos(t − x)g(t) dt
0 0 0
Mx = sup |f 0 (t) − f 0 (0)|
t∈[−x,x]
b) f 0 est dérivable et on a alors Z x
Z x Z x Z x 0 1 1
|F (x)| 6 2 tMx dt = Mx
f 00 (x) = − sin x cos tg(t) dt+cos x sin tg(t) dt+g(x) = − sin(x − t)g(t)dt+g(x) 2x −x 2
0 0 0
0
Or f est continue en 0, donc Mx −−−→ 0 puis
donc f 00 (x) + f (x) = g(x). x→0

c) C’est une équation différentielle linéaire d’ordre 2 à coefficients constants.


F 0 (x) −−−→ 0
Solution homogène y(x) = λ cos x + µ sin x. x→0
Solution particulière y(x) = f (x).
Solution générale En vertu du théorème du prolongement C 1 , on peut affirmer que F est dérivable
Z x en 0 et F 0 (0) = 0.
y(x) = λ cos x + µ sin x + sin(x − t)g(t) dt
0
Exercice 50 : [énoncé]
a) Soit x ∈ ]0, 1[, x, x2 ⊂ ]0, 1[ et t 7→ ln1 t est définie et continue sur ]0, 1[ donc
 
Exercice 49 : [énoncé] R x2
a) Soit f˜ une primitive de f . ϕ(x) = x lndtt existe.
Pour t ∈ x2 , x ,
f˜(x) − f˜(−x) f˜(x) − f˜(0) f˜(0) − f˜(−x) 1 1 1
F (x) = = + −−−→ f˜0 (0) = f (0) 6 6
2x 2x 2x x→0 ln x ln t ln x2
donc
On prolonge F par continuité en 0 en posant F (0) = f (0). x2 − x x2 − x
b) F est dérivable par opérations et 6 ϕ(x) 6
ln x2 ln x
Z x +
f (x) + f (−x) 1 Quand x → 0 , ϕ(x) → 0.
F 0 (x) = − 2 f (t) dt
2x 2x −x On a aussi Z x2
t dt
Par intégration par parties ϕ(x) =
x t ln t
Z x Z x
x
f (t) dt = [tf (t)]−x − tf 0 (t) dt donc
x2 x2
x2 dt
Z Z
−x −x x dt
6 ϕ(x) 6
x t ln t x t ln t
et on peut donc simplifier
or
Z x x2
1
Z
dt x2
F 0 (x) = tf 0 (t) dt = [ln(ln t)]x = ln 2
2x2 −x x t ln t
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Corrections 19

Quand x → 1− , ϕ(x) → ln 2. Exercice 52 : [énoncé]


Finalement ϕ peut être prolongée par continuité en 0 et en 1. a) Puisque f (0) = 0, on a
x
b) Soit F une primitive de ln1 t sur ]0, 1[.
Z
f (x) = f 0 (t) dt
On a ϕ(x) = F (x2 ) − F (x) ce qui permet de dériver ϕ et d’obtenir 0

x−1 Par l’inégalité de Cauchy-Schwarz


ϕ0 (x) =
ln x Z x 1/2 Z x 1/2
0 2
R1 |f (x)| 6 dt f (t) dt
L’intégrale 0 x−1
ln x dx est définie car on vérifie aisément que la fonction intégrée 0 0
peut être prolongée par continuité en 0 et en 1 et on a
et donc
Z 1 Z x Z 1
x−1 0
1
dx = [ϕ(x)]0 = ln 2 2
f (x) 6 x 2
f (t) dt 6 x f 0 (t)2 dt
0 ln x 0 0

puis
Z 1 Z 1 Z 1  Z 1
1
Exercice 51 : [énoncé] f (x)2 dx 6 x f 0 (t)2 dt dx = f 0 (t)2 dt
0 0 0 2 0
Puisque continue, la fonction f admet une primitive F sur R et
b) En reprenant ce qui précède
∀(x, y) ∈ R2 , f (x) − f (y) = F (2y + x) − F (2x + y) !
Z 1/2 Z 1/2 Z 1/2 Z 1/2
0 1
Pour y ∈ R fixé, on obtient f (x) dx 62
x f (t) dt 2
dx = f 0 (t)2 dt
0 0 0 8 0
f : x 7→ f (y) + F (2y + x) − F (2x + y)
Sachant f (1) = 0, on a aussi de façon symétrique
1 1
Puisque la fonction F est de classe C , on obtient que f est de classe C et Z 1 Z 1
1
0 f (x) dx 6 2
f 0 (t)2 dt
f (x) = f (2y + x) − 2f (2x + y) 1/2 8 1/2

En dérivant cette relation en la variable y, on obtient et en sommant ces deux majorations, on obtient

0 = 2f 0 (2y + x) − 2f 0 (2x + y) Z 1
1
Z 1
f (x)2 dx 6 f 0 (t)2 dt
0 8 0
et donc
0 0
f (2y + x) = f (2x + y)
Puisque pour tout (s, t) ∈ R , il existe (x, y) ∈ R2 vérifiant
2
Exercice 53 : [énoncé]
( a) L’existence de la fonction intégrée exige t > −1. Par convergence de l’intégrale
2x + y = s pour x = −1, on obtient ∆ = [−1, +∞[.
x + 2y = t b) On a
Z x+1
(x + 1) dt x+1
on peut affirmer que la fonction f 0 est constante. 0 6 f (x) 6 √ =√
3
x +1 x3 + 1
x
On en déduit que la fonction f est affine.
Par le calcul, on vérifie que, parmi les fonctions affines, seule la fonction nulle donc
vérifie la relation proposée. f (x) −−−−−→ 0
x→+∞
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Corrections 20

On a d) Soit F une primitive sur ]−1, +∞[ de la fonction continue


Z x+1 Z x+1
x dt (x + 1) dt
p 6 f (x) 6 √ t
x (x + 1)3 + 1 x x3 + 1 t 7→ √
t3 +1
donc
x x+1 On a f (x) = F (x + 1) − F (x). On en déduit que f est dérivable sur ]−1, +∞[ et
p 6 f (x) 6 √
(x + 1)3 +1 x3 + 1
x+1 x
On en déduit f 0 (x) = p −√
3
(x + 1) + 1 3
x +1
1
f (x) ∼
x3/2
du signe de
c) La commande p p
g(x) = (x + 1) x3 + 1 − x (x + 1)3 + 1
series(int(1/sqrt(t),t=x..x+1),x=infinity); Si x ∈ [−1, 0] est négatif, cette quantité est assurément positive.
Si x ∈ [0, +∞[, g(x) est du signe de
donne un développement asymptotique à un ordre supérieur à celui demandé.
h(x) = (x + 1)2 (x3 + 1) − x2 ((x + 1)3 + 1)
series(t/sqrt(t^3+1),t=infinity);
expand((x+1)^2*(x^3+1)-x^2*((x+1)^3+1));
donne  
t 1 1 1 1 donne
√ = √ − 7/2 + o quand t → +∞
t3 +1 t 2t t7/2 h(x) = 1 + 2x − x2 − 2x3 − x4
donc dont la dérivée est
Z x+1 Z x+1 Z x+1   h0 (x) = 2 − 2x − 6x2 − 4x3
dt 1 dt 1
f (x) = √ + + o dt quand x → +∞
x t 2 x t7/2 x t7/2 Sur [0, +∞[ cette dérivée est strictement décroissante et s’annule donc une unique
fois en un α ∈ [0, +∞[.
Or on obtient facilement (en en revenant aux ε) que On en déduit les variations puis le signe de h(x) sur [0, +∞[
Z x+1   Z x+1 
1 dt x 0 α β +∞
o dt = o quand x → +∞
x t7/2 x t7/2 h0 (x) 0 + 0 − −
h(x) 1 % h(α) & 0 & −∞
Comme précédemment, on a
Z x+1
Avec Maple, on peut déterminer une valeur approchée de β
dt 1

x t7/2 x7/2 fsolve((x+1)^2*(x^3+1)-x^2*((x+1)^3+1));
donc   En excluant la solution négative, on obtient β = 0, 88 à 10−2 près.
1 1 1 1 1 37 1 1
f (x) = − + − +o Finalement f est croissante sur [−1, β] et décroissante sur [β, +∞[.
x1/2 4 x3/2 8 x5/2 64 x7/2 x7/2
e) Le maximum de f est β. Sa valeur est
Notons qu’un calcul direct par Maple n’est guère avenant.
f:=x->int(t/sqrt(t^3+1),t=x..x+1);
series(int(t/sqrt(t^3+1),t=x..x+1),x=infinity); f(.8832035059);
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Corrections 21

ce qui fournit 0,7103307033. . . puis


Pour obtenir un tracé satisfaisant de la fonction f , commençons par redéfinir (n + 2)In+2 = (n + 1)In
celle-ci à l’aide d’une forme inerte
c)
f:=x->int(t/sqrt(t^3+1),t=x..x+1); 2p − 1 2p − 1 2p − 3 1 (2p)! π
I2p = I2p−2 = · · · I0 = 2p
2p 2p 2p − 2 2 2 (p!)2 2
puis procédons au tracé
sachant I0 = π/2.
plot(f(x),x=-1..2,y=-1..2);
2p 2p − 2 2 22p (p!)2
I2p+1 = · · · I1 =
2p + 1 2p − 1 3 (2p + 1)!

Exercice 54 : [énoncé] sachant I1 = 1.


a) Par intégration par parties, on obtient d) Posons un = (n + 1)In+1 In . On
q un+1 = (n + 2)In+2 In+1 = (n + 1)In In+1 = un
Ip,q = Ip+1,q−1
p+1
et u0 = I1 I0 = π/2 donc pour tout n ∈ N
b) On en déduit
q(q − 1) . . . 1 (n + 1)In+1 In = π/2
Ip,q = Ip+q,0
(p + 1)(p + 2) . . . (p + q)
or Pour tout t ∈ [0, π/2],
(b − a)p+q+1 sinn+2 t 6 sinn+1 t 6 sinn t
Ip+q,0 =
p+q+1
donc
donc In+2 6 In+1 6 In
p!q!
Ip,q = (b − a)p+q+1
(p + q + 1)! e) On a
n+1
In 6 In+1 6 In
n+2
Exercice 55 : [énoncé]
donc In+1 /In → 1. Ainsi In+1 ∼ In .
a) En appliquant le changement de variable u = π/2 − t on obtient
Par suite
π
Z π/2 = (n + 1)In+1 In ∼ nIn2
In = cosn u du 2
0 et donc √
π
t 7→ sinn t est continue, positive sans être la fonction nulle et 0 < π/2 donc In > 0 In ∼ √
b) Par intégration par parties 2n
sachant In > 0.
Z π/2 π/2
Z π/2
n+1
t dt = cos t sinn+1 t 0 − (n + 1) 2 n

In+2 = sin t sin cos t sin t dt
0 0
Exercice 56 : [énoncé]
donc
a) On a
Z π/2 Z 1
e e
In+2 = −(n + 1) (1 − sin2 t) sinn t dt = (n + 1)In − (n + 1)In+2 0 6 In 6 dx = →0
0 0 n! n!
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Corrections 22

donc par encadrement In → 0. Exercice 58 : [énoncé]


nt−cos nx
b) Par intégration par parties a) f : t 7→ cos
cos t−cos x est définie et continue sur [0, π] \ {x}.

1 1 Z 1
(1 − x)n x (1 − x)n+1 x (1 − x)n+1 x

cos nt − cos nx cos(nx + nh) − cos(nx) (1 − cos(nh)) cos(nx) − sin nx sin nh
Z
1 sin
In = e dx − e + e dx = + In+1 = = ∼ n
0 n! (n + 1)! 0 0 (n + 1)! (n + 1)! cos t − cos x cos(x + h) − cos x (1 − cos h) cos x − sin h sin x h→0 si

c) Pour k > 1, On peut donc prolonger f par continuité en x ce qui assure l’existence de In .
1 b) On a :
= Ik−1 − Ik
k! Z π
donc cos(n + 1)t + cos(n − 1)t − (cos(n + 1)x + cos(n − 1)x)
n n In+1 + In−1 = dt
X 1 X 0 cos t − cos x
=1+ Ik−1 − Ik = 1 + I0 − In
k! π
2 cos nt cos t − 2 cos nx cos x
k=0 k=1
Z
avec In+1 + In−1 = dt
Z 1 0 cos t − cos x
I0 = ex dx = e − 1 π Z π
cos nt cos t − cos nt cos x cos nt − cos nx
Z
0 In+1 + In−1 = 2 dt + 2 cos x dt
Ainsi 0 cos t − cos x 0 cos t − cos x
n
X 1 enfin
= e + In −−−−−→ e Z π
k! n→+∞
In+1 + In−1 = 2 cos nt dt + 2 cos x.In = 2 cos x.In
k=0
0

(In ) est une suite récurrente linéaire double d’équation caractéristique


Exercice 57 : [énoncé] r2 − 2 cos xr + 1 = 0 de racines eix et e−ix .
a) I0 R= e − 1. Donc il existe λ, µ ∈ R tel que
e e
I1 = 1 ln x dx = [x ln x − x]1 = 1.
b) Par intégration par parties ∀n ∈ N, In = λ cos(nx) + µ sin(nx)
Z e Z e π
e I0 = 0 et I1 = π donc λ = 0 et µ = d’où
(ln x)n+1 dx = x(ln x)n+1 1 − (n + 1) (ln x)n dx = e − (n + 1)In

In+1 = sin x
1 1
sin nx
c) Par intégration d’une fonction continue, positive et non nulle, on a In > 0. In = π
sin x
e
Puisque In+1 > 0, on a aussi In < n+1 .
d) Par encadrement In → 0.
Puisque In+1 = e − (n + 1)In → 0 on a (n + 1)In → e puis Exercice 59 : [énoncé]
e e a) u0 = 1/2, u1 = ln 2 et u2 = π/4.
In ∼ ∼ b) On a
n+1 n 1
xn (1 − x)
Z
e) On a un+1 − un = dx
0 (1 + xn )(1 + xn+1 )
Dn+1 = (n + 1)Dn
or la fonction
donc Dn = n!D0 . xn (1 − x)
x 7→
Si a 6= I0 alors Dn → +∞ puis |un | > Dn − In → +∞. (1 + xn )(1 + xn+1 )
est continue, positive sans être la fonction nulle et 0 < 1 donc un+1 − un > 0.
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Corrections 23

c) On a Par somme de Riemann


Z 1 n Z 1
x dx 1 n Z 1 1
xn dx =
  
|un − 1| = 6 →0 1X k 2 3/2 2
0 1 + xn 0 n+1 f → f (t) dt = t =
n n 0 3 0 3
k=1
donc un → 1.
d) Par intégration par parties donc
2
Sn ∼ n3/2
Z 1
x n−1
1
 1
1
Z 1
ln 2 1
Z 1 3
In = x n
dx = x ln(1 + xn ) − ln(1 + xn ) dx = − ln(1 + xn ) dx
0 1 + x n 0 n 0 n n 0
Exercice 62 : [énoncé]
e) On a On a
Z 1 Z 1
1 1!
06 ln(1 + xn ) dx 6 xn dx = →0 n n
  
n + 1 (2n)! n 1X 1X k
0 0 ln = (ln(n + k) − ln n) = ln 1 +
nn n! n n n
car il est connu que ln(1 + t) 6 t pour t > −1. k=1 k=1

On a alors Z 1 La fonction x → ln(1 + x) étant continue sur [0, 1], on obtient


n
ln(1 + x ) dx → 0  1! Z 1
0 (2n)! n
ln −
− −− −→ ln(1 + x) dx = 2 ln 2 − 1
donc nn n! n→+∞ 0
Z 1
xn
 
ln 2 1
un = 1 − n
dx = 1 − +o On en déduit
0 1+x n n  1
(2n)! n 4
n

n n! e
Exercice 60 : [énoncé]
n n R1
n 1 1 dt π Exercice 63 : [énoncé]
P P
a) n2 +k2 = n 1+(k/n)2
−−−−−→ 0 1+t2 = 4.
k=1 k=1 n→+∞
n n R1 x n  !1/n n Z 1
P k 1k/n P 1
 
b) n2 +k2 = −−−−−→ 0 1+x
1+(k/n)2 n→+∞
n 2 dx = 2 ln 2.
Y k 1X k
k=1 k=1 ln 1+ = ln 1 + → ln(1 + t)dt = 2 ln 2 − 1
n n √ n n n 0
R 1 dx 1 k=1 k=1
√ 1 1 √ 1
P P √
c) 2
n +2kn
= n −
− −−−→ 0

1+2x
= 1+ 2x 0
= 3 − 1.
k=1 k=1 1+2k/n n→+∞ donc !1/n
n  
Y k 4
1+ →
n e
k=1
Exercice 61 : [énoncé]
k 1
On peut écrire Pour k ∈ {1, . . . , n}, n2 6 n donc
n r !
√ 1X k !1/n
Sn = n n n 
n n
Y k 1
k=1 16 1+ 2 61+
n n
k=1
et
n r n  
1 X k 1 X k puis
= f n  !1/n
n n n n Y k
k=1 k=1
√ 1+ 2 →1
n
avec f : t 7→ t définie et continue sur [0, 1]. k=1
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Corrections 24

Exercice 64 : [énoncé] Or la fonction t 7→ sin(πt)/t peut être prolonger en une fonction continue sur [0, 1]
Pour x > 0, x − 16 x3 6 sin x 6 x donc |sin x − x| 6 M x3 avec M = 1/6. donc par somme de Riemann
On a alors Z 1
3

sin(πt)
sin k − k 6 M. k 6 M

fn (xn ) → dt
n 2 n 2 n6 n3 0 t
donc n  
    X n
X k k k k M Exercice 66 : [énoncé]
sin sin − sin 6 →0


n n2 n n2 n2

k=1 k=1 Il est « à savoir »qu’une fonction f : R → R convexe est obligatoirement
continue. . .
Or
n   Z 1 Par les sommes de Riemann,
X k k
sin → t sin t dt
n n2 0 1
Z b
1X
n 
b−a

k=1
g(t) dt = lim g a+k
donc b−a a n→+∞ n n
k=1
n    
X k k
sin sin → sin 1 − cos 1 donc par continuité
n n2
k=1 !
b n  !
b−a
Z
1 1X
Pour x > 0, x − 16 x3 6 sin x 6 x donne aussi sin2 x − x2 6 M 0 x4 avec M 0 = 1/3. f g(t) dt = lim f g a+k
Ainsi b−a a n→+∞ n n
k=1
n n n
X
2 1 X 1 0
X 1 M0
sin √ − 6 M 6 →0 Par l’inégalité de Jensen


k + n

(k + n) 2 n

k=1
k+n k=1 k=1
n  ! n   
Or 1X b−a 1X b−a
n n 1
f g a+k 6 f g a+k
n n n n
Z
X 1 1X 1 dx k=1 k=1
= → = ln 2
k+n n 1 + k/n 0 1+x
k=1 k=1 En passant cette relation à la limite, on peut conclure.
donc
n
X 1
sin2 √ → ln 2 Exercice 67 : [énoncé]
k=1
k+n
Par le changement de variable u = nt
Z π
1 nπ
Z
f (t) |sin(nt)| dt = f (u/n) |sin u| du
Exercice 65 : [énoncé] 0 n 0
On a
n En découpant l’intégrale par la relation de Chasles
X (n + 1)x sin nx
fn0 (x) = cos kx = cos 2
2 sin x2 π n−1 Z
1 X (k+1)π
Z
k=1
f (t) |sin(nt)| dt = f (u/n) |sin u| du
donc 0 n kπ
π k=0
xn =
n+1 puis par translation de la variable
Par suite
n kπ n kπ π n−1 Z
sin n+1 1 X sin n+1 1X π
Z  
X u + kπ
fn (xn ) = = k
f (t) |sin(nt)| dt = f sin u du
k n+1 n+1 0 n 0 n
k=1 k=1 k=0
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Corrections 25

et on peut alors écrire On en déduit


2
n−1 n−1 Z un ∼
π XZ π 1X π 9n2
Z       
1 u + kπ kπ kπ
f (t) |sin(nt)| dt = f −f sin u du+ f sin u du
0 n 0 n n n 0 n
k=0 k=0
Exercice 69 : [énoncé]
D’une part
n−1 n−1 Si f est solution alors f est de classe C 2 et par la formule de Taylor reste intégral :
1 XZ π 


2 X 


f sin u du = f Z x Z x
n 0 n n n ∀x ∈ [0, 1] , f (x) = f (0) + xf 0 (0) + (x − t)f 00 (t) dt = xf 0 (0) + (x − t)g(t) dt
k=0 k=0
0 0
se reconnaît comme étant une somme de Riemann et donc
R1
n−1 Z Or f (1) = 0 donc f 0 (0) = (t − 1)g(t) dt puis
1X π
Z 1
2 1 0
  Z

f sin u du → 2 f (πt) dt = f (t) dt 1 x
n n π 0
Z Z
0k=0 0
f (x) = x (t − 1)g(t) dt + (x − t)g(t) dt
1 0 0
D’autre part, la fonction f étant de classe C sur le segment [0, π] elle y est
M -lipschitzienne avec Inversement, considérons f définie par :
M = sup |f 0 | Z 1 Z x
[0,π]
f (x) = x (t − 1)g(t) dt +
(x − t)g(t) dt
et on a alors 0 0

On a f (0) = f (1) = 0. De plus


n−1 Z   n−1 Z
1 X π u + kπ
  
kπ 1X π u M π
Z
f −f sin u du 6 M sin u du = u sin u du → 0

n n n n n n 0 Z 1 Z x Z x

k=0 0 k=0 0
f (x) = x (t − 1)g(t)dt + x g(t) dt − tg(t) dt
0 0 0
On en déduit Z π
2 π
Z
f (t) |sin(nt)| dt → f (t) dt donc f est dérivable et
0 π 0 Z 1 Z x
Notons que le résultat peut aussi être établi d’une façon semblable pourf f 0 (x) = (t − 1)g(t) dt + g(t)dt + xg(x) − xg(x)
seulement continue en exploitant l’uniforme continuité de f sur le segment [0, π]. 0 0

f est donc deux fois dérivable et


Exercice 68 : [énoncé] f 00 (x) = g(x)
On peut écrire
n
1 X 1 1
un = = 2 Sn
n3 (1 + 2k/n)3 n Exercice 70 : [énoncé]
k=1
En appliquant la formule de Taylor reste intégral à la fonction x 7→ ex entre 0 et x
avec
1X 1
n on obtient :
n Z x
Sn = X xk (x − t)n x
n (1 + 2k/n)3 ex = + e dt
k=1 k! 0 n!
k=0
Par les sommes de Riemann, on a
donc Z
n x
x X xk (x − t)n t
Z 1  1
dt 1 2 e − = e dt
Sn −−−−−→ 3
= − 2
=
k! 0

n!
0 (1 + 2t) 4(1 + 2t) 0 9

n→+∞
k=0
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Corrections 26

Si x > 0 alors Exercice 72 : [énoncé]


En vertu du théorème de Taylor-Young :
x Z x Z x n+1 |x|
(x − t)n t (x − t)n t (x − t)n x xn+1 ex
Z
|x| e
e dt = e dt 6 e dt = = 1

0 n! 0 n! 0 n! (n + 1)! (n + 1)! f (a + h) = f (a) + hf 0 (a) + h2 f 00 (a) + o(h2 )
2
Si x 6 0 alors donc
x 0 0 n+1 n+1 |x| f (a + h) − 2f (a) + f (a − h) = h2 f 00 (a) + o(h2 )
(x − t)n t (t − x)n t (t − x)n
Z Z
|x| |x|
Z
e
e dt = e dt 6 dt = 6

0 n! x n! x n! (n + 1)! (n + 1)! puis
f (a + h) − 2f (a) + f (a − h)
lim = f 00 (a)
Quand n → +∞, h→0 h2
n+1
|x| e|x|
→0
(n + 1)!
donc
n
X xk
lim = ex
n→∞ k!
k=0

Exercice 71 : [énoncé]
La fonction f : x 7→ ln(1 + x) est définie et de classe C ∞ sur R+ avec

(−1)k−1 (k − 1)!
f (k) (x) =
(1 + x)k

f (0) = 0, f (k) (0) = (−1)k−1 (k − 1)! pour k > 0 et f (n+1) (x) 6 n! = M sur R+ .
Par l’inégalité de Taylor Lagrange :
n

X f (k) (0) k M xn+1
f (x) − x 6

k! (n + 1)!
k=0

Pour x = 1, on obtient :

n
X (−1)k−1 1
ln 2 − 6 →0

k n+1
k=1

donc
n
X (−1)k−1 1 1 1 (−1)n−1
=1− + − + ··· + −−−−−→ ln 2
k 2 3 4 n n→+∞
k=1
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] dD édité le 17 janvier 2011 Corrections 27

Figure 1 – La fonction f étudiée

Vous aimerez peut-être aussi