Vous êtes sur la page 1sur 28

FACULTE DE DROIT DE TANGER 2009/2010

Master Management des Organisations

MISE EN ŒUVRE D’UN


PROJET DE GESTION
INDUSTRIEL
Réalisé par :
BEN MOUSSA MOHAMMED
BEN ROHO ABDERRAHMAN
KIRMI OMAR
1
Plan

lChapitre I: généralités
lChapitre II: les clés de la réussite
lChapitre III: la démarche de projet GP
lConclusion:

2
I- GENERALITES

l Le projet de gestion industrielle est cependant


trop souvent assimilé dans les entreprises à un
projet informatique. Or, autant nous sommes
tous d’accord pour mettre en avant le rôle
indispensable de l’informatique dans ce
domaine, autant la réussite du projet et la qualité
de la gestion industrielle résultante reposeront
sur la motivation des hommes et leur
connaissance en matière de gestion et
organisation de la production.
3
I- GENERALITES (suite)
l Lorsqu’on met en oeuvre un système du type ERP, c’est
encore plus crucial et tous les acteurs de l’entreprise
sont actifs dans le grand projet. Une des caractéristiques
principales de la mise en oeuvre d’un projet de gestion
industrielle est la gestion de l’interpénétration des
fonctions dans l’entreprise. En effet, un tel projet va
impliquer des choix sur :
l • Les relations avec les partenaires (clients et
fournisseurs) ;
l • Le système de gestion de l’entreprise et le système
d’indicateurs de performance ;
l • Les modes de fonctionnement des ateliers de
production.

4
I- GENERALITES (suite)
l L’impact sur la performance de l’entreprise est tellement
déterminant qu’il doit être conduit avec soin comme un
projet prioritaire pour l’entreprise. Quatre choses seront
déterminantes :
l 1. la priorité du projet dans les axes stratégiques de
l’entreprise ;
l 2. la façon dont sera géré le projet ;
l 3. les choix stratégiques qui seront décidés en matière
de système d’information ainsi que la structure
informatique choisie (ERP, EAI, mix des deux) ;
l 4. la façon dont sera conduite la mise en place concrète
du nouveau système.
5
II. LES CLES DE LA REUSSITE
2.1 Règles fondamentales

l En effet, l’ordinateur est un outil. C’est un outil formidable, mais ce


n’est pas lui qui résout les problèmes de fond. Il faut donc :

• prendre en compte l’aspect humain qui est capital, car la mise en


oeuvre du projet s’effectue par les hommes et les femmes de
l’entreprise. La réussite du projet passe donc par leur motivation ;
• corriger tout dysfonctionnement avant d’informatiser. En effet, aucun
outil ne sera aussi flexible qu’un homme pour s’adapter à un
dysfonctionnement.
• avoir des données fiables, car l’organisation et la gestion de la
production reposent sur les données techniques de l’entreprise : la
planification puis l’exécution en dépendent ;
• agir constamment avec rigueur et réalisme ;
• avoir en tête que l’outil le plus utile en organisation et gestion
industrielle est le bon sens.

6
2.2 Rôle de la direction

l Les personnes relevant de la direction doivent avoir


reçu une formation extérieure adaptée à leur niveau
de responsabilité et relative aux concepts utilisés et à
l’intérêt de la démarche pour l’entreprise. Ainsi
convaincues, elles seront à même de sensibiliser
l’ensemble de la hiérarchie du pourquoi du projet, de son
importance, du plan de mise en place et de son suivi.

l L’ensemble du projet est accompagné de la mise en


place de structures. Il est aussi indispensable que la
direction nomme, au plus tôt, un chef de projet qui lui
sera directement rattaché une mission d’animation, de
coordination et de formation. La direction assignera les
responsabilités sur des objectifs clairs et sera impliquée
tout au long du projet par un suivi régulier.
7
2.3 L’aspect humain

l Cinq points clés contribueront à la motivation de


tous et permettront la mise en place puis le
déroulement réussi du projet :

• Un engagement et une participation active de la direction, car on


ne peut attendre une motivation de tous si la direction n’est pas
explicitement active dans le projet.
• Un engagement total et la formation des responsables dans toute
la hiérarchie.
• Une formation au projet, étendue à tout le personnel, car formation
et information seront les clés de la motivation de l’ensemble des
acteurs plus ou moins proches du projet.
• Une formation permanente après la formation initiale consistera un
entretien et un perfectionnement continu des connaissances.
• Une communication accrue dans l’entreprise indispensable au bon
fonctionnement et au bon management.
8
2.4 Le suivi du projet
l Le déroulement et le suivi du projet sont effectués par deux
groupes importants pour l’adhésion de tous au projet et sa
réussite générale : l’équipe de projet et le comité de pilotage.

l - L’équipe de projet est composée de : chef de projet, directeur de


l’usine et responsables du bureau d’études, du bureau des
méthodes, de l’ordonnancement central, des achats, de la qualité,
de la comptabilité, des ventes, des ressources humaines.
Cette équipe pilote l’avancement du projet par des réunions
hebdomadaires courtes et efficaces, sans absentéisme, en créant
des groupes de travail pour les problèmes particuliers et
spécifiques.
l - Le groupe de pilotage, composé du directeur général, des
membres de la direction et du chef de projet, pilote et gère le projet
en organisant des réunions mensuelles courtes. Il vérifie son bon
déroulement et prend les décisions d’orientation.
¡ L’assistance d’un consultant extérieur est requise afin que l’entreprise et
le projet bénéficient d’un regard extérieur et neuf, donc plus objectif.
9
2.5 Le calendrier du projet

l À partir de la prise de décision de la direction, le projet de gestion


industrielle va se dérouler schématiquement en quatre phases :

l • Une phase initiale de diagnostic, bilan, organisation générale et


formation initiale ;
l • Une phase d’analyse du système d’information et de choix d’une
structure informatique ;
l • Une phase de mise en place, depuis le choix du progiciel jusqu’à
son démarrage expérimental ;
l • Une phase d’exploitation où l’on généralise la mise en place du
projet à l’ensemble de l’entreprise.

l il est nécessaire de mener le projet d’une manière dynamique, sans


qu’il traîne, afin que la motivation ne s’estompe pas. Un tel projet
doit normalement être mis en place entre 18 mois et 2 ans.

10
2.6 L’aspect financier
l Tout projet doit être financièrement justifié. Il nous faut donc
évaluer les coûts et les gains.

¡ Les coûts proviennent de trois facteurs :


l - les coûts informatiques qui comprennent l’investissement matériel, le
progiciel, les développements spécifiques aussi bien que le
fonctionnement ;
l - la mise à jour des données techniques, travail considérable qu’il faut
évaluer (articles, nomenclatures, gammes, postes de charge, stocks,
clients, prévisions...) ;
l - les coûts de personnel pour la mise en place du projet et pour la
nouvelle organisation en exploitation ;
¡ Les gains correspondent à :
l • L’amélioration du service client ;
l • L’augmentation de la productivité (fiabilité et réalisme) ;
l • La réduction des coûts d’achats due à la fiabilité des prévisions ;
l • Une réduction des coûts de non-qualité car la réactivité est améliorée ;
l • Une réduction des coûts de transport due à la maîtrise de l’amont et de
l’aval ; 11

.
2.6 L’aspect financier (suite)

l Il faut savoir que de nombreuses entreprises qui ont


mené à bien un tel projet révèlent qu’elles l’ont
rendu rentable en 18 à 24 mois. Et, surtout, il faut
avoir à l’esprit que l’expérience démontre également
qu’il revient quasiment aussi cher de conduire le
projet sans succès réel que de le réussir
complètement : il faut donc absolument mettre en
place tous les éléments pour le réussir !
l
12
III- La démarche de projet GP
3.1 Introduction

l Pour qu’un projet de gestion de production réussisse, il fallait qu’il


se traite méthodiquement, pour y faire il faut d’abord savoir d’où on
part et où on veut arriver avant de choisir les moyens d’y parvenir.

l Il est donc nécessaire d’effectuer un diagnostic pour avoir un état de


l’existant, d’en faire un bilan et de fixer des objectifs. Il faudra
ensuite réaliser des choix techniques pour atteindre ces objectifs. Et
on doit, par ailleurs, se donner les moyens de mettre tout cela en
place, notamment avec des personnes compétentes et motivées
(formation et management interactif).

13
3.1 Introduction (suite)

La mise en place d’un projet GP suit en général


les quatre étapes suivantes :

l Phase de diagnostic et d’analyse du système d’information


existant,
l Phase de choix et structuration du système d’information,
l Phase de choix du progiciel et de mise en place du nouveau
système,
l Phase d’exploitation.

14
3.2 Phase diagnostic et analyse

l C’est une étape extrêmement importante de la démarche que de


poser le problème dans son ensemble. Le point de départ en est une
analyse critique des démarches existantes pour aboutir à des
objectifs en termes de performance du système de production et en
termes financier.

l Cette analyse repose sur la description structurée des différents


centres de décision et des procédures de circulation de l’information.
On peut utiliser des méthodes de modélisation du système
d’information, par exemple :
- MERISE
- SADT
- GRAI
- OLYMPIOS

15
3.3 Phase de choix et structuration du
système d’information

l La synthèse de l’étude sur l’existant a fait apparaître les


dysfonctionnements systématiques qui engendrent des
perturbations sur le système de production, à la fois dans
le système physique et surtout dans l’organisation du
système d’information qui le supporte. On a ainsi mis en
évidence des situations critiques qui sont souvent à
l’origine de conflits entre services. Ce sera l’occasion de
les analyser objectivement et en commun, à partir de
faits vérifiés, pour mettre en œuvre des mesures
correctives d’amélioration des flux physique et
informationnel. C’est l’occasion de conforter et faciliter
l’action engagée par l’effet psychologique sur les
acteurs. 16
3.4 Phase de choix du progiciel et mise en
place du nouveau système de gestion
industrielle

Après avoir identifier les dysfonctionnements, et


la structure du système d’information qui est
souhaité étant claire, on peut passer au choix
des progiciels et à la partie plus concrète du
projet.

17
3.4.1 Choix d’un progiciel

lLe progiciel n’est pas le facteur principal


de la réussite d’un projet de gestion de
production, mais il faut naturellement
choisir un bon progiciel qui est bien adapté
à l’entreprise.

18
3.4.1.1 Critères de choix du progiciel

lAu moment du choix, la question suivante


se pose très vite : est-il préférable de
développer ou faire développer un logiciel
spécifique qui sera « bien » adapté à
l’entreprise, ou bien d’utiliser un logiciel
standard a priori moins proche de
l’entreprise concernée ?

19
3.4.1.2 Méthode de choix du progiciel de GPAO

La méthode proposé pour choisir un progiciel de GPAO :

• Il faut bien connaître les méthodes de gestion de la production, notamment le


management des ressources de production et la gestion de projets car ce n’est
pas aux progiciels et à leurs vendeurs de définir les idées directrices du projet
de l’entreprise.
• Il est utile de commencer par une recherche documentaire dans des revues,
ouvrages spécialisés, notamment les travaux du CXP (voir bibliographie),
association qui étudie les progiciels existant sur le marché.
• Les références d’entreprises utilisatrices sont irremplaçables. On pourra
recueillir l’avis de diverses personnes avec des points de vue différents selon
leur fonction.
• On établira un cahier des charges précis pour faire l’appel d’offres.
• Un jeu d’essai caractéristique de l’entreprise permettra de juger des
possibilités proposées par les divers progiciels, des modifications et des
interfaçages nécessaires.
• On fera une première sélection pour arriver à quatre ou cinq candidats avant
d’approfondir l’étude du choix définitif définissant le progiciel le plus adapté.
20
3.4.1.3 Modifications du progiciel

l Il se pose toujours la question de savoir s’il faut


rester standard ou modifier le progiciel pour une
adaptation spécifique à l’entreprise. Il faut bien
avoir à l’esprit que toute modification entraîne
une rigidité qui gênera ensuite les possibilités
d’évolution ; en effet, elle interdira le passage
aux nouvelles versions proposées. Pour limiter
ces désagréments, il ne faut alors faire que des
modifications jugées indispensables.

21
3.4.2 Mise à niveau des données techniques

l La difficulté ne se situe pas au niveau de


l’installation informatique du nouveau logiciel.
Elle réside, tout d’abord, dans la préparation des
données qui est souvent sous-estimée et surtout
dans le démarrage de l’application pour passer
de l’ancienne gestion à la nouvelle. En effet, le
nouveau système va naturellement aboutir à
proposer des ordres de fabrication et
d’approvisionnement.

22
3.4.3 Mise en place

l La mise en place du progiciel ne peut rien laisser au hasard. La


pérennité de l’entreprise peut en dépendre. Il faut être sûr que tout
soit parfaitement cadré avant de passer en réel avec le nouveau
système.

l En général, on procède à un essai sur un pilote en parallèle avec le


système existant avant le basculement. Le pilote peut être un atelier
particulier ou un type de produit particulier. Dans un premier temps,
on fait tourner les deux systèmes en parallèle tout en continuant à
gérer avec l’ancien système. Cette étape, qui peut aller de quelques
jours à plusieurs semaines, a pour but de s’assurer qu’une
déficience majeure n’interviendra pas suite à un oubli ou à un bogue
de logiciel.

23
3.5 Phase d’exploitation

- Cette phase a lieu après le basculement. C’est


également une phase souvent critique car, malgré toutes
les précautions que l’on a prises, il réside toujours des
problèmes :
• Des informations disponibles avec l’ancien système ne
le sont plus ;
Les erreurs de saisies ou données manquantes sont
génératrices de problèmes ;
• De nouvelles habitudes de travail doivent être prises…

- L’accompagnement dont doit bénéficier cette phase


est donc important et le succès du projet sera lié à la
réactivité de l’équipe de projet durant tous ces premiers
mois d’exploitation.
24
3.5 Phase d’exploitation (suite)

L’étape d’exploitation doit faire partie du projet avec


comme principales actions :

• la finalisation du paramétrage du progiciel,


• la prise en compte des problèmes,
• la mise à niveau des données techniques,
• la gestion des modifications apportées au progiciel,
• la mise en place et la finalisation du tableau de bord
d’indicateurs de performance,
• la mesure des écarts entre les objectifs et le niveau des
performances du nouveau système.

25
CONCLUSION
l La mise en oeuvre d’une gestion industrielle dans l’entreprise
est un projet lourd qui exige un engagement total de la
direction et l’animation efficace d’un chef de projet.

l La réussite repose sur la motivation de l’ensemble du


personnel qui doit en comprendre tout l’intérêt et son rôle au
sein du projet. Ayant bien à l’esprit qu’il faut faire de la gestion
de la production avec une aide informatique, et non se
contenter simplement d’installer un progiciel.

l On partira d’une situation saine, après élimination des


dysfonctionnements de la gestion précédemment mise en
place et amélioration de l’implantation dans les ateliers. On
installera au plus tôt le pilote qui doit apporter l’amélioration
maximale, car son impact positif créera une dynamique
favorable.
26
CONCLUSION (suite)
l Afin d’évaluer la réussite du projet, on mettra en place
un réseau d’indicateurs de performance. Cette structure
de contrôle des résultats et performances est destinée à
informer tous les acteurs du projet, des responsables
aux opérateurs.

l Rappelons enfin que le projet de gestion de la


production est accompagné de plans associés de
qualité, maintenance, communication... La démarche est
en effet nécessairement une approche globale définie au
niveau stratégique par la direction générale dans une
optique d’excellence pour la pérennité de l’entreprise.

27
Bibliographie

l ARNOULT P., RENAUD J; Flux de production : les


outils d’amélioration, AFNOR, 2003.

l ARNOULT P., RENAUD J, Les Niveaux de


planification, AFNOR, 2003.

l BAGLIN G., BRUEL O., GARREAU A., GREIF M., VAN


DEFT C, Management industriel et logistique,
Economica, 2001.

28