Vous êtes sur la page 1sur 4

La convention de VARSOVIE

Contexte général :
La Convention de Varsovie, signée le 12 octobre 1929 en Varsovie la capitale de la Pologne,
et entrée en vigueur le 13 février 1933, est une convention internationale qui régit tout
transport international de personnes, bagages ou marchandises, effectué par aéronef contre
rémunération.
Dans le but de remplacer la convention de Varsovie, la Convention de Montréal qui vise
l’unification de certaines règles relatives au transport aérien international, a été mise en place.
Cependant de nombreux états n'ont pas signé la Convention de Montréal et restent soumis au
système varsovien.
La convention de Varsovie a été amendée en 1955, 1961, 1971 et 1975.
Elle s'applique à tout transport international de personnes, bagages ou marchandises, effectué
par aéronef contre rémunération. Elle s'applique également aux transports gratuits effectués
par aéronef par une entreprise de transports aériens.
Est qualifié transport international, au sens de la Convention, tout transport dans lequel, le
point de départ et le point de destination, qu'il y ait ou non interruption de transport ou
transbordement, sont situés soit sur le territoire de deux Hautes Parties Contractantes, soit sur
le territoire d'une seule Haute Partie Contractante, si une escale est prévue dans un territoire
soumis à la souveraineté ou à l'autorité d'une autre Puissance même non Contractante. Le
transport sans une telle escale n'est pas considéré comme international au sens de la
Convention.
Le transport à exécuter par plusieurs transporteurs par air successifs est censé constituer pour
l'application de cette Convention un transport unique lorsqu'il a été envisagé par les parties
comme une seule opération, qu'il ait été conclu sous la forme d'un seul contrat ou d'une série
de contrats et il ne perd pas son caractère international par le fait qu'un seul contrat ou une
série de contrats doivent être exécutés intégralement dans un territoire soumis à la
souveraineté ou à l'autorité d'une même Haute Partie Contractante.
Responsabilité lors des transports :
Responsabilité vis-à-vis des personnes :
« Le transporteur est responsable du dommage survenu en cas de mort, de blessure ou de toute
autre lésion corporelle subie par un voyageur lorsque l'accident qui a causé le dommage s'est
produit à bord de l'aéronef ou au cours de toutes opérations d'embarquement et de
débarquement. » Article 17 de la Convention
Responsabilité en ce qui concerne les bagages :
« 1. Le transporteur est responsable du dommage survenu en cas de destruction, perte ou
avarie de bagages enregistrés ou de marchandises lorsque l'événement qui a causé le
dommage s'est produit pendant le transport aérien.
2. Le transport aérien, au sens de l'alinéa précédent, comprend la période pendant laquelle les
bagages ou marchandises se trouvent sous la garde du transporteur, que ce soit dans
un aérodrome ou à bord d'un aéronef ou dans un lieu quelconque en cas d'atterrissage en
dehors d'un aérodrome.
3. La période du transport aérien ne couvre aucun transport terrestre, maritime ou fluvial
effectué en dehors d'un aérodrome. Toutefois lorsqu'un tel transport est effectué dans
l'exécution du contrat de transport aérien en vue du chargement, de la livraison ou du
transbordement, tout dommage est présumé, sauf preuve contraire, résulter d'un événement
survenu pendant le transport aérien. » Article 18
Responsabilité en cas de retard :
« Le transporteur est responsable du dommage résultant d'un retard dans le transport aérien
de voyageurs, bagages ou marchandises. » Article 19
Absence de responsabilité :
Le transporteur n'est pas responsable s'il prouve que lui et ses préposés ont pris toutes les
mesures nécessaires pour éviter le dommage ou qu'il leur était impossible de les prendre.
Dans les transports de marchandises et de bagages, le transporteur n'est pas responsable, s'il
prouve que le dommage provient d'une faute de pilotage, de conduite de l'aéronef ou de
navigation, et que, à tous autres égards, lui et ses préposés ont pris toutes les mesures
nécessaires pour éviter le dommage.
Les salaires expatriés :
Salaire d'expatrié : qui est concerné ?
Le statut d'expatrié est le fait pour le salarié d'une entreprise du secteur privé d'être muté à
l'étranger en vue d'y exercer une mission pour une durée généralement longue et
indéterminée. L'expatriation se distingue du détachement par le statut accordé au salarié au
regard du droit du travail et de la Sécurité sociale. Le salarié expatrié a un seul contrat de
travail et est soumis à la législation du pays émettant ce contrat. Cependant, il abandonne tout
lien social avec son pays. Il ne sera par conséquent plus soumis au droit du travail, ni au
régime de la protection sociale de son pays d’origine.

Salaire expatrié : de quoi est-il composé ?

Pour inciter son collaborateur à s'expatrier, la société va lui proposer des compensations qui
seront :

 des indemnités d'expatriation ;


 et/ou une prime d'expatriation.

Ces avantages peuvent compenser la perte de salaire du conjoint, le déménagement, le


logement, les frais de scolarité des enfants, la compensation des prestations familiales, etc.

Indemnité d’expatriation :
C’est une somme d'argent versée par un employeur à ses salariés expatriés, en plus de leur
salaire. Ce versement est en principe destiné à compenser les perturbations et les difficultés
rencontrées par le salarié au cours de sa vie à l'étranger. Pour l'entreprise, cette prime vise
aussi à inciter un salarié à s'expatrier.
Le versement de l'indemnité d'expatriation n'est pas une obligation prévue par le Code du
travail. Cette prime est née de la pratique, si bien que son montant et ses règles de calcul sont
très variables.
L'indemnité est calculée à partir d'un pourcentage du salaire de référence qui généralement
varie entre 5 et 20 %. Ce taux est calculé en fonction du pays (éloignement, contexte
politique, niveau économique...). Les pourcentages sont mis à jour chaque année par arrêté
publié au Journal officiel.

Fiscalité, impôt, quel statut pour l'expatrié ?


Le statut d'expatrié engendre des changements du point de vue de la fiscalité. Au Maroc, c'est
la résidence fiscale qui est prise en compte. Si un salarié conserve sa résidence fiscale sur le
territoire national, il devra payer des impôts au Maroc. La résidence fiscale correspond au
foyer de vie de la famille. Si un marocain fait le choix de partir vivre à l'étranger avec toute sa
famille et ne revient à son pays que pour les vacances, il est alors exonéré d'impôt sur le
revenu au Maroc.
Établissement Stable VS Filiale :

Établissement stable Filiale


N'est taxable que sur les Taxable sur ses bénéfices
Assiette de l’impôt bénéfices réalisés par son mondiaux
intermédiaire

L’E.S n’est pas un résident du Elle pourra invoquer des


pays où il est établi, il ne peut conventions préventives de
donc pas invoquer des double imposition conclues par
conventions préventives de le pays selon le droit des
double imposition conclues par sociétés duquel elle est
ce pays où est situé son siège constituée
social

Modalités de calcul
Taux d’impôt supérieurs à ceux
de l’impôt Taux d’impôt inférieurs à ceux
des filiales des établissements stables

La distribution des dividendes


par les filiales entrainent la
L'absence de retenue à la source perception d'une retenue à la
lors du transfert des bénéfices source
vers le siège central

Même traitement que pour les Même traitement que pour les
Traitement des filiales E.S
pertes
Incitants fiscaux et
Pas de discrimination Pas de discrimination
autres subventions