Vous êtes sur la page 1sur 20

UNIVERSITE MOHAMED V

Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales – Souissi

Filière des Sciences Economiques et de Gestion


________________________________________________________________

Master Comptabilité, Contrôle, Audit

Travail sous le

Thème :

Analyse des profils de risque et de


rentabilité de deux échantillons d’actions

Présenté par :
ADNOUNE Manal
TAMDY Saadia
Formatted: French (France)
NEJJAR RidaEncadrant :
BELAHOUAOUI Rida Mme.CHIADMI Meryem

Année universitaire 2018 - 2019


PLAN :

Introduction……………………………………………………………………

Première partie théorique…………………………………………………………

Chapitre 1 : Généralité sur la gestion des portefeuilles et le niveau de risque ....


Section 1 :Le portefeuille des titres financiers..................................................
Section 2 :Le coefficient bêta ...........................................................................
Deuxième partie pratique…………………………………………………………
Chapitre 1 : Présentation des sociétés de l’échantillon et analyse des données ..
Section 1 : Présentation des données utilisés des sociétés par secteur
d’activité (2016/2017) .......................................................................................
Section 2 : Analyse des résultats .......................................................................
Conclusion……………………………………………………………………..
Introduction

Le travail vise à étudier la rentabilité et le risque des actions d’un échantillon


d’entreprises marocaines, À travers l’exploitation des données
communiquées par la bourse de Casablanca et les sites officiels des
entreprises concernées.
La bourse de valeurs contient un site qui présente une panoplie de secteurs
côtés, notre choix a été mené donc sur les secteurs qui vont nous permettre
de maximiser notre vérification de la majorité des hypothèses choisis.
Nous nous sommes focalisés sur cinq secteurs majeurs : l’agroalimentaire et
production, Mines, l’immobilier, bâtiments et travaux de construction et
enfin celui de chimie MLSI. En incluant ainsi dans chacun d’eux trois
entreprises, sur une période de 24 mois allant du 31/12/2015 au 31/12/2017.
Le calcul des rentabilités des cours et du marché (représenté par le Masi)
nous a amené à déduire un certain nombre d’indices significatifs à travers une
régression linéaire par la méthode des moindres carrés ordinaires.
On fait, la problématique de l’étude à laquelle nous avons essayé de
répondre à travers ce mémoire est la suivante :
Quelle est L’influence des caractéristiques spécifiques des firmes et du
contexte macroéconomique sur le coefficient de risque systématique ß.
Pour répondre à cette problématique, notre réflexion s’étalera sur deux
grandes parties :
La partie théorique : Généralité sur la gestion des portefeuilles et le
niveau de risque ;
La partie empirique : Impact de la sensibilité sur certaines
caractéristiques des sociétés cotées à la Bourse des Valeurs de
Casablanca.
Partie Théorique :
Chapitre 1 : Généralité sur la gestion des
portefeuilles et le niveau de risque

Section 1: Le portefeuille des titres financiers


La Notion de système financier
Un système financier se définit par l'ensemble des règles, des pratiques et des institutions (Bourses de
valeurs, banques, etc.) qui permettent de mobiliser des capitaux pour les mettre à disposition d'agents à
besoins de financement. Ces besoins correspondent pour l'essentiel à des projets
d'investissement d'entreprises, d'administrations ou de particuliers. Par conséquent, leur satisfaction
concourt à l'accroissement de la capacité productive de l'économie.

Cette mise en relation peut se faire directement ou indirectement selon la terminologie proposée par Gurley
et Shaw. Il s’agirait dans le premier cas d’une finance directe et dans le deuxième d’une finance indirecte

Dans la première situation, le système financier sert simplement d’intermédiaire mettant en rapport
l’offreur et demandeur de capitaux, par exemple pour une souscription par un emprunt par un ménage.

Dans la deuxième situation, les intermédiaires financiers achètent les titres émis par l’entreprise et, pour se
financer, émette elle-même des titres qu’elle place auprès des épargnants. Le système financier sert alors
d’écran entre offreur et demandeur de capitaux. Ce phénomène est appelé effet de transmutation.

L’économie d’endettement

L’économie d’endettement peut se définir comme étant le système financier dans lequel la finance indirecte
prédomine et cela peut se présenter sous la forme d’un financement par le crédit. Ce dernier requiert
l’intervention d’un processus d’intermédiation financière et l’établissement de relations bilatérales
individualisées entre les banques et leurs clients. Avant de prendre un risque, les banques évaluent toutes
les situations y afférentes et financent les opérations dont elles anticipent favorablement le résultat. Ainsi,
le crédit peut constituer le principal mode de financement de l’activité productive. Même lorsque les
entreprises ont, par leur dimension, un accès au marché des valeurs mobilières, la faiblesse du taux
d’autofinancement implique le recours complémentaire au crédit.

Economie de marchés financiers

Dans une économie de marchés financiers, l'essentiel des besoins de financement est couvert par l'émission
par les entreprises de titres financiers (actions, obligations, billets de trésorerie...) souscrits par les
investisseurs. Une économie de marchés financiers est caractérisée par l'appel direct à l'épargne. À
l'inverse, une part très importante des placements des agents excédentaires se fait directement sur les
marchés financiers par souscriptions ou achats d'actions, d'obligations, de billets de trésorerie, de certificats
de dépôts, d'actions de sociétés d'investissement à capital variable (SICAV), de parts de fonds commun de
placement (FCP). L'intermédiation cède le pas à l'intermédiaire, les établissements financiers faisant
évoluer leur rôle vers le placement des titres émis par les entreprises auprès des investisseurs.

Les portefeuilles des titres financiers


La théorie du portefeuille de H. Markowitz ne prend en compte que le rendement espéré et le risque,
mesuré par la standard déviation. Elle pousse donc l'investisseur à déterminer le meilleur rendement espéré
pour un certain niveau de risque, sur un ensemble d'actifs déterminé ou le plus faible niveau de risque
possible pour un rendement donné.

Un portefeuille de titres regroupe l'ensemble des valeurs mobilières qui appartiennent à un investisseur.
Il peut être constitué d'actions, d'obligations, de parts de FCP etc. Lorsque les titres sont achetés sur les
marchés, une ligne apparaît dans le portefeuille de titres. Elle comporte les identifiants de la valeur acquise,
la quantité en portefeuille, le montant de l'investissement et l'évolution du cours du titre.

Lorsqu'un investisseur passe des ordres de Bourse ou des ordres sur OPC qui consistent à vendre ou
acheter des titres financiers, il fait de la gestion de portefeuille de titres. S'il vend des valeurs mobilières à
un prix supérieur au prix d'achat initial, il réalise une plus-value. Le résultat inverse génère une moins-
value.

Avant d’acheter des valeurs mobilières, vous devez au préalable ouvrir un compte titres auprès de votre
banque. C’est ce compte (ou ces comptes si vous en avez plusieurs) qu’on appelle parfois aussi portefeuille
titres. Sur ce compte titres, vos achats et ventes font l’objet d’une inscription, les achats au crédit et les
ventes au débit, valeur par valeur, et comme pour votre compte chèque, vous recevez régulièrement un
relevé vous permettant de savoir où vous en êtes. De même après chaque achat ou vente de titres, vous
recevrez un avis reprenant toutes les caractéristiques de l’opération effectuée sur votre portefeuille de titres
; on appelle cet avis un » avis d’opéré «. Au moins une fois par an, en fin d’année, vous recevez un
récapitulatif complet de votre portefeuille de titres avec sa valeur au 31 décembre, mais certaines banques

Section 2 : Le coefficient bêta


La notion et types de risques d’un portefeuille de titres financiers
La diversification d'un portefeuille de titres ou d'actifs permet, soit de réduire le risque pour un niveau de
rentabilité donné, soit d'améliorer la rentabilité pour un niveau de risque donné. La diversification
maximale d'un portefeuille est obtenue pour le portefeuille de marché, qui regroupe tous les titres à leur
prix d'équilibre. Pour un groupe la diversification permet de réduire le risque de volatilité des résultats,
mais très souvent elle est difficile à gérer compte tenu des différences de cultures, de facteurs clés de succès
qu'elle implique de maîtriser sur des marchés différents.

Il existe des différences notables entre les sources de risque. Croissance du PIB inférieure aux attentes,
chiffres du chômage décevants, indice de confiance en hausse, résultats semestriels spectaculaires,
problème dans une usine… Certains évènements sont liés directement à l’activité d’une entreprise et
seulement à celle-ci, d’autres sont plus éloignés, sans pour autant être dénués d’impact.

Le premier type de surprise, affectant une grande partie des actifs, est appelé « risque systématique » ou «
risque de marché ». Ce dernier influence une majorité d’actifs, dans une proportion plus ou moins forte.

Le second type de surprise est appelé « risque non-systématique » ou « risque spécifique ». Un tel risque
n’affecte qu’un seul actif, ou une poignée d’actifs.

La distinction entre risque systématique et risque spécifique rend possible la ségrégation des deux sources
de rendement au sein du rendement global d’un actif. Il est possible d’écrire :

R = E(R) + U
↔ R = E(R) + m + e
Avec :
– R : Rendement de l’actif
– E(R) : Rendement attendu de l’actif
– U : Rendement découlant du risque systématique et du risque spécifique
– m : Rendement généré par le marché
– e : Rendement spécifique, généré par l’actif uniquement.

La part totale du rendement imprévu, U, peut ainsi être divisée entre deux parts, l’une liée au
marché, m, et une autre liée uniquement à l’entreprise.

Le coefficient beta
Le bêta peut se définir comme la sensibilité du prix d’un titre financier ou d’un ensemble de titres
financiers à la variation de l’ensemble du marché. Ainsi dire d’un titre que son beta est de 1 signifie que
son prix subira les mêmes variations que celles du marché, s’il est supérieur (inférieur) à l’unité le prix du
titre subira des variations amplifiées (diminuées) par rapport au marché ; enfin un bêta négatif impliquerait
que le prix du titre varie en sens inverse des mouvements du marché ce qui est très rare sur le marché
actions.

Cov (Rx,Rm)

V(Rm)

Explication de Bêta en gestion de portefeuille


Graphiquement, un Bêta différent se traduit par un coefficient directeur différent. Cela relève une
sensibilité différente par rapport aux marchés.

Exemple de l'influence du Bêta


Un mouvement de 1% du retour du marché entraîne en moyenne un mouvement de 1% retour de l'action B
qui a un Bêta égal à 1.

 Pour l'action A avec un Bêta égal à 1,5, les mouvements de cette action seront 1,5 fois plus
volatiles que ceux du marché, à la hausse comme à la baisse.
 Pour l'action C avec un Bêta égal à 0,6, les mouvements de cette action auront une volatilité égale
en moyenne à 60% de celle du marché, à la hausse comme à la bai

Partie Pratique :

Chapitre 1 : Présentation des sociétés de


l’échantillon et analyse des données

Section 1 : Présentation des données utilisés des


sociétés par secteur d’activité :
1. Echantillon A :
Un échantillon A composé de 15 actions cotées à la bourse de valeurs
de Casablanca BVC et labélisées RSE (Label CGEM de la
responsabilité sociale des entreprises) :

Sociétés Logo Activité


CREDIT DU MAROCfondée en 1929Filiale du Groupe Crédit
CREDIT DU Agricole S.A., Crédit du Maroc est une banque universelle et
MAROC généraliste qui s'adresse à toutes les catégories de clientèle :
particuliers, professionnels et entreprises. Son organisation
s'appuie sur un réseau commercial réparti sur tout le territoire
et unifié pour l'ensemble des marchés, pour mieux servir les
clients
BMCI a été réellement créée en 1943 mais afin d’avoir une
BMCI étroite relation financière entre la France et le Maroc, Le
Groupe BNP Paribas qui est une société anonyme l’avait pris
parmi ses filiales en 1964. Le réseau étant intégré dans la
zone euro et qui couvrent actuellement au niveau international
plus de 80 pays. Celle-ci avait obtenu par le biais de la BNP
plusieurs partenaires à travers le monde.
WAFA ASSURANCEFondée en janvier 1972, La Société
WAFA Nouvelle d’Assurances (SNA) reprendra quelques mois plus
ASSURANCE tard les portefeuilles des délégations de deux compagnies
d’assurances anglo-saxonnes, Saint-Paul Fire et Norwich
Union. En 1989, La SNA change de nom et pour Wafa
Assurance pour marquer son intégration au GroupeWafabank.
ATLANTA ATLANTAASSURANCEDès sa création, Atlanta a bénéficié
du savoir faire de l’assureur français «La préservatrice» et de
ASSURANCE sa volonté de développer l’activité des assurances au Maroc.
Le groupe Holmarcom renforce sa position dans le capital
d’Atlanta /Sanad en le portant à 70%. Le groupe Holmarcom
renforce son positionnement dans le secteur des assurances
avec l’achat de la Compagnie d’assurances Sanad
Aut hall est une société créée en 1920, ses activiés sont,
AUTO HALL Commerce. Industrie de matériel automobile. agricole.
industriel et hydraulique.
Cotéé en bourse de casablanca depuis 1941.
Managem est un groupe crée en 1930 et coté en bourse de
MANAGEM casa depuis 2000, qui a pour but La prise de participation
directe ou indirecte dans toutes opérations ou entreprises
(.....). La gestion de toutes affaires- entreprises ou sociétés
minières- immobilières. financières. industrielles ou
commerciales.(.....)
La société a été créée en 1995et elle a pour objet unique et
LYDEC exclusif de négocier et de réaliser le Contrat de Gestion
Déléguée portant sur la délégation pendant trente ans des
services de distribution d’eau potable. d’assainissement et de
distribution d’électricité dans la Communauté Urbaine de
Casablanca, cotée n bourse depuis 2005.
Société créée en 1927 et cottée en bourse de valeurs de casablanca
TOTAL depuis 2015, la société a pour objet :

MAROC  L’industrie et le commerce du pétrole, des schistes et de leurs


dérivés, ainsi que de toutes matières pouvant se rattacher
directement ou indirectement à cet objet ;
 L’industrie et le commerce de tous corps gras, simples ou
composés d’origine minérale ou organique, quelle qu’en soit la
provenance, de tous hydrocarbures, huiles essentielles et de
tous les sous-produits provenant des corps ci dessus ou étant le
résultat de leur traitement ;
 La recherche, l’exploitation de gisements pétrolifères, la prise
d’intérêts dans des sociétés existantes, l’achat et la vente de
pétroles bruts et produits finis, en un mot, tout ce qui se rattache
à la production pétrolifère.

COSUMAR GROUPE crée en 1929, COSUMAR est un Acteur


important dans le secteur agroalimentaire de notre pays et
véritable moteur œuvrant pour une meilleure compétitivité
de la filière sucrière marocaine,
Societe cotées en bourse depuis 03/06/1985
SMI Société métallurgique d’imiter, créée le 12/06/1969, opere
dans le secteur des mines, elle a pour objet L'étude.
l'extraction. l'exploitation et la commercialisation de tous
minerais liés ou non à l'argent.
Société cotées en bourse depuis 18/06/1997

STROC industrie Societe créée le 01/01/1989,opere dans le


Secteurd’ingénieries et Biens d'Equipement
Industriels.elle a pour objet :Etude réalisation et
maintenance d'équipements et d'installations à usage
industriel ou collectif.
Societe cotée en bourse depuis 30/06/2011

Présent au Maroc depuis 1913, Lafarge Maroc a bâti son leadership au fil des
LAFARGEH années pour être reconnu au niveau national dans la fabrication des matériaux de
OLCIM construction à travers ses 4 métiers : le ciment, les granulats et bétons, le plâtre et la
chaux. En effet, Lafarge Maroc développe des produits et des services adaptés aux
Du Maroc besoins des utilisateurs finaux tels que les entreprises de bâtiment et travaux
publics (BTP), les producteurs de béton prêt à l'emploi (BPE), les fabricants de
produits en béton appelés pré fabricants et les artisans. Aussi, dans le domaine des
granulats et bétons, la société produit les granulats routiers, les granulats béton, du
béton prêt à l'emploi, et les Bétons Spéciaux. Lafarge Plâtres Maroc, filiale à 100%
de Lafarge Maroc, offre à son tour une gamme très large de produits à base de
plâtre, allant du plâtre en poudre aux plaques de plâtre en passant par les carreaux
de plâtre et les dalles de plafond. Enfin, Lafarge Chaux Maroc, filiale à 100% de
Lafarge Maroc, produit de la Chaux vive en roche de différentes granulométries, de
la Chaux vive tamisée et moulue et de la Chaux hydratée.

UNIMER Societe créée le 01/01/1973 ,opere dans le secteur agroalimentaire


et production, elle a pour objet :La gestion de toutes industries de
traitement. de conditionnement et de transformation de tous
produits destinés à l'alimentation et de leurs dérivés sous quelque
forme que ce soit.et la prise à bail et l'armement de navires de
toutes sortes …
Société cotée en bourse depuis 29/03/2001
LESIEUR Societe créée le 01/01/1940 ,opere dans le secteur agroalimentaire
et production, elle a pour objet ;Fabrication et commercialisation de
tous corps gras.
Société cotée en bourse depuis 07/12/1972

Hightech PaymentSystems (HPS) est une multinationale créée en 1995,


HPS leader dans l'édition des solutions de paiement électronique pour les
institutions financières, processeurs, switches nationaux et régionaux dans
le monde entier. En 2006 HPS à été introduit en bourse.

Maroc telecomest une société de télécommunications fondée en 1998


Maroc au Maroc. Privatisée partiellement par le royaume du Maroc à partir de
telecom 2001, elle devient une filiale du groupe français Vivendi. En 2013, des
négociations ont lieu entre Vivendi et l'opérateur émirati Etisalat pour la
vente à ce dernier de cette participation1, vente qui se concrétise en mai
2014.

2.Echantillon B :
Echantillon B composé de 15 actions cotées à la bourse de valeurs de
Casablanca BVC et non labélisées RSE :

M2M Group est une entreprise marocaine spécialisée dans les systèmes
M2M électroniques de paiement, de documents d'identité sécurisés et de titre de
transport magnétique. M2M Group est créée en 1990, date d’introduction en
bourse été en 2007.

Disway est le 1er opérateur de la distribution en gros de matériel


DISWAY informatique et télécom au Maroc, issu de la fusion en 2010 des leaders de
la distribution : Distrisoft et Matel PC Market.
Disway est coté à la bourse des valeurs de Casablanca en 2007 et certifié
ISO 9001.
Disway offre un éventail très large de marques internationales des plus
grands éditeurs et constructeurs informatiques ainsi qu'une gamme
complète de produits et d'accessoires.

Microdata est une société créée en 1991 et qui opèreau Maroc et à


MICRODATA l'étranger dans : - La commercialisation. la distribution. l'importation.
l'exportation. la fabrication. l'installation et la maintenance de tout
équipement électronique et informatique, cotée en bourse de casablance
depuis 2007.
La Banque centrale populaire est une société anonyme cotée à la Bourse
BANQUE de Casablanca depuis 2004.LeGroupe Banque populaire dispose du premier
POPULAIRE réseau bancaire marocain avec 1 000 agences à fin décembre2011. Il sert
également la plus large base clientèle au Maroc

Groupe Attijariwafabank, premier groupe bancaire et financier du


Maghreb, crée en 1961 coté en bourse de Casablanca depuis 2004
ATTIJARI avec 6,8 millions de clients et 16 081 collaborateurs, Présent dans 24 pays,
WAFA BANK le Groupe se donne pour priorité la proximité avec ses clients et les met au
cœur de sa stratégie via son ambitieux programme de bancarisation et ses
efforts d’innovation continus
BMCE BANKLe groupe crée en 1959 coté en bourse de Casablanca
BMCE BANK depuis1972 est Présent à travers 28 pays; avec11 000 collaborateurs; Plus
de 1 000 points de vente et Près de 4 millions comptes.
BMCE Bank au Maroc 630 agences dont 27 centres d’affaires dédiés aux
PME;690 GAB; Plus de 2,2 millions de comptes; Près de 4 900
collaborateurs

SAHAM Saham assurance (ex-CNIA SAADA Assurance) a été créée en


1949 sous le nom de Compagnie Nord-africaine et Intercontinentale
ASSURANCE d'Assurance. 16 ans plus tard, elle devient une filiale de la Caisse de dépôt
et de gestion.
CENTRALE Societecréée le 20/06/1959, opere dans le secteur agroalimentaire
et production, elle a pour objet :Effectuer au Maroc toutes les
DANONE opérations se rapportant à la production. au ramassage. à la
transformation. à l'hygiènisation. à la vente des produits agricoles.
notamment ceux de l'élevage. de l'arboriculture et de la viticulture.
Construire. installer et exploiter au Maroc des usines destinés à
recueillir. àhygièniser. pasteuriser et réfrigérer le lait destiné à la
vente. à la fabrication de beurre.de fromage..
Societecotee en bourse depuis 07/10/1974.
DARI Societe créée le 06/12/1994, opere dans le secteur agroalimentaire
et production, elle a pour objet La fabrication. l'achat. la vente.
COUSPATE L’importation. l'exportation. la représentation. la distribution. le
conditionnement de tous produits alimentaires et notamment les
pâtes alimentaires. couscous et tous produits préparés
industriellement avec de la farine ou de la semoule de blé dur ;
Societe cotées en bourse depuis 11/07/2005
UNIMER Societe créée le 01/01/1973 ,opere dans le secteur agroalimentaire
et production, elle a pour objet :La gestion de toutes industries de
traitement. de conditionnement et de transformation de tous
produits destinés à l'alimentation et de leurs dérivés sous quelque
forme que ce soit.et la prise à bail et l'armement de navires de
toutes sortes …
Société cotée en bourse depuis 29/03/2001
LESIEUR Societe créée le 01/01/1940 ,opere dans le secteur agroalimentaire
et production, elle a pour objet ;Fabrication et commercialisation de
tous corps gras.
Société cotée en bourse depuis 07/12/1972

Sociétés Logo Activité


filiale d'Italcementi Group, est le 2ème cimentier au Maroc et le
Ciments du premier opérateur dans le Béton Prêt à l'emploi et les granulats à
Maroc travers sa filiale Betomar. Le dispositif industriel du ciment se
constitue de 3 usines à Agadir, Safi et Marrakech, un centre de
broyage à Laâyoune et un centre d'ensachage à Jorf Lasfar.

"Créée en 1980, Afric Industries SA est l´une des principales sociétés


Afric de l´industrie de papiers abrasifs au Maroc. Elle bénéficie d´une
Industries image de marque auprès des consommateurs, d´une maîtrise des
techniques d´enduction et d´un relationnel historique avec les
intermédiaires et distributeurs du secteur. La Société produit et
commercialise, principalement, dans le cadre de son activité «
Papiers Abrasifs » la marque « Mangouste® » ainsi que la marque «
Tingis® » En 1989, la Société étend son domaine d´intervention à
l´industrie des rubans adhésifs pour l´emballage et le masquage.
Toutefois, eu égard aux contraintes auxquelles fait face la Société au
sein du marché des rubans adhésifs, caractérisé notamment par une
exacerbation des pratiques commerciales informelles, cette dernière
déploie actuellement une stratégie de sortie de cette activité qui
génère une rentabilité économique structurellement négative. En
2007, la Société poursuit sa politique de diversification et se dote
d´une nouvelle unité dédiée à la fabrication de produits de
menuiseries en aluminium. Le lancement de l´activité « Menuiserie
Aluminium » représente le fruit d´une réflexion stratégique menée
par la Société et ses actionnaires pour identifier les opportunités de
développement d´une nouvelle branche de métier destinée à
remplacer progressivement l´activité « Rubans Adhésifs ». A noter
qu´Aluminium du Maroc est l´actionnaire de référence d´Afric
Industries SA et détient une participation directe dans le capital de
la Société de 47%."
.
Douja Promotion Groupe Addoha est un opérateur immobilier créé
Douja en 1988. Cette société ainsi que ses nombreuses filiales sous-traite
Promotion l'ensemble des activités de construction pour la réalisation des
projets immobiliers, le financement et aussi la commercialisation de
Groupe logements de type économique et de standing. Suite aux nouvelles
acquisitions opérées lors de son introduction en bourse, le leader du
Addoha logement national a entrepris une double politique de diversification
aussi bien de son offre que de son maillage territorial. Le Groupe a,
de ce fait, investi dans les logements économiques, de moyen et de
haut de gamme dans plusieurs villes du Royaume. Enfin, Douja
Promotion Groupe Addoha a racheté 50% du capital de Fadesa
Maroc pour 1,3 Mrd MAD. Cette nouvelle acquisition a permis au
groupe immobilier de s'ouvrir sur la sphère internationale. Le
Groupe a également créé en 2008 ADDOHA MANAGEMENT,
filiale chargée de la maîtrise d'ouvrage exclusivement dédiée aux
projets d'ADDOHA, lui permettant ainsi d'augmenter sa capacité de
production.

La Société continue d`avoir pour objet, au Maroc et à l`étranger : La


ESPACE promotion immobilière sous toutes ses formes ; L`acquisition par
SAADA tous moyens de droit, tous terrains nus ou comportant des
constructions à démolir ; La construction et l`édification de tous
immeubles, bâtiments ou autres, au Maroc et à l`étranger ; La
réalisation sur ces terrains de toutes opérations de lotissement, y
édifié toutes constructions affectées à l`habitation ou à usage
commercial, professionnel ou administratif ; L`exploitation de l`actif
social ainsi constitué, par la vente, la location ou l`usage personnel
des lots et des constructions ; La mise en valeur et le lotissement de
terrains urbains et ruraux ; L`exécution de toutes opérations en vue
de réaliser l`objet social ainsi défini, la prise d`intérêts ou la
participation par voie d`apport partiel, d`apport fusion, de
souscription ou d`achat de titre, dans toutes sociétés existantes ou en
cours de constitution ayant un objet similaire ou connexe. Et plus
généralement, effectuer toutes opérations financières, commerciales,
mobilières nécessaires ou simplement utiles à la réalisation de son
objet social et susceptibles de favoriser son essor et son
développement, ainsi que toute participation directe ou indirecte,
sous quelque forme que ce soit, dans les entreprises poursuivants des
buts similaires ou connexes.
Alliances est une société spécialisée dans l'étude, le montage et la
Alliances conduite de réalisations immobilières et touristiques de grande
envergure. Le groupe immobilier a mené des projets d'aménagement
confiés par les institutionnels de la place et par les chaînes
internationales dont il a été le partenaire privilégié (groupe Accor,
Four SaisonsHôtels and Resorts, Club Med, Tui, Lucien Barrière...).
Au fil des années, le groupe Alliances a diversifié ses activités afin de
se positionner aujourd'hui comme un important opérateur
immobilier et touristique intégré au Maroc. Ce dernier, intervient
sur l'ensemble de la chaîne de création de valeur : le développement,
la promotion, la commercialisation et la gestion. Enfin, les créations
des différentes filiales de services et de projets se sont inscrites dans
le cadre de la stratégie globale d'intégration du groupe. Ainsi, au fur
et à mesure, le positionnement d'Alliances Développement
Immobilier a évolué d'un prestataire de services dans la réalisation à
un promoteur immobilier sur quatre segments complémentaires
(Développement, réalisation, commercialisation et gestion d'actifs).
Les différentes sociétés de projets ont été créées en fonction du
segment de marché sur lequel chacune opère, et en fonction du
modèle de partenariat conclu.
Section 2 : Analyse des résultats :
Présentation de la structure du travail (voir fichier excel)
 Etape 1 : Le calcul de la rentabilité de chaque titre.
 Etape 2 : Le calcul de la rentabilité du marché.
 Etape 3 : Le calcul du risque total de chaque titre.
 Etape 4 : Le calcul du beta de chaque titre.
 Etape 5 : la décomposition des risques.
 Etape 6 : Calcul de la rentabilité et du risque du portefeuille.
 Etape 7 : Vérification des hypothèses et commentaires.

Interpréter les hypothèses :

Hypothèse 1 : Endettement et le niveau de risque

Les entreprises les plus endettés de notre échantillon présentent un Bêta


élevée !

Les entreprises non labellisées


Après avoir analyser cette hypothèse qui repose sur le relation entre le taux d’endettement et
le niveau du Béta, on déduit que cette hypothèse n’est pas vérifiée, dans la mesure où les
entreprises les plus endettes ne présentent pas un niveau de beta élevé.

Dans notre cas, la BCPprésente le ratio d’endettement le plus élevé avec un taux de 82%, et
en contrepartie un coefficient de Bêta qui s’élève à 1,18. Alors que la société Res dar saada
qui a un niveau d’endettement de 2,38% qui est largement inférieur par rapport à BCP avec un
bêta de 1,19 qui est supérieur à celui de BMCE.

Les entreprises labellisées:


On terme d’interprétation on peut dire que cette hypothèse n’est pas vérifiée, dans la mesure
où les entreprises les plus endettes ne présentent pas un niveau de beta élevé.

Dans notre cas, la société LYDEC présente le ratio d’endettement le plus élevé avec un taux
de 97,55%, et en contrepartie un coefficient de Bêta qui s’élève à -0.0009.

Hypothèse 2 : la relation entre le ratio de dividende et le béta


Les entreprises non labellisées :

Les entreprises labellisées :

Après calcul de la capitalisation boursière et le ratio de dividende de chaque société, on a


calculé le coefficient de pondération (ration dividende de chaque société/ la sommes des
rations de dividende) par la suite on a multiplié le CP*béta et on a calculé la moyenne de ce
produit. Les sociétés non labelliséesprésentent un Bêta moyen de 0,2230, celui des sociétés
labellisées est de 0,0175,

Nous constatons que les sociétés qui disposent d’un ratio de dividende élevé ne présente pas
un béta élevé, dans notre cas les sociétés labellisés ont un ration de dividende de 442.27 avec
un béta moyen de 0,0175 par contre les sociétés non labellisés ont un ratio de dividende de
380,61 avec un béta supérieurs par rapport aux sociétés labellisés(0.2230).

Hypothèse 3 :
Comparaison entre beta des sociétés labélisées et les sociétés non labélisées :

Selon les données observées et les 2 échantillons choisis, on constate que les sociétés
labélisées RSE ont une beta faible voir même négative dans certains cas, alors qu’au niveau
des sociétés non labélisées on observe que beta de ces sociétés est élevée. Mais on ne peut pas
dire qu’il y a une relation sûre et certaine entre le coefficient beta et le type d’entreprise
(labélisée ou non).
Conclusion

Le problème d’optimisation des portefeuilles reste parmi les grands


problèmes financiers à résoudre, selon les contraintes existantes pour ce
problème. L’objectif de la résolution de ce type de problème était de
proposer à l’investisseur marocain un ensemble de portefeuilles efficients, en
vue d’un placement optimal de son risque, en fonction de son degré
d’aversion vis-à-vis du risque. La résolution de ce type de problème
d’optimisation nécessite la détermination de la rentabilité et le risque de
chaque action puis poser le problème à résoudre. Les résultats obtenus lors
de ce travail sont encourageants et conformes à la théorie des élections de
portefeuille de Markowitz. L’ensemble du portefeuille optimalconstruisent la
frontière efficiente de makowitz. L’optimisation des portefeuilles était basée
sur la méthode de la recherche taboue qui donne des solutions approchées
des solutions optimales.