Vous êtes sur la page 1sur 16

CONTRIBUTION À L'ÉTUDE DES

COLÉOPTÈRES DE GUYANE

Tome II
______

Sous la direction de

Julien TOUROULT
______

Supplément au Bulletin de liaison d’ACOREP-France "Le Coléoptériste".


ACOREP-France, 45 rue Buffon, F-75005 PARIS

––––––––––

Septembre 2010
__________

-1-
PRÉAMBULE
La Guyane, un pays qui fait rêver la majorité Une autre ambition est de rechercher les
des entomologistes ! "Mes chasses aux méthodes d'observation et les périodes les plus
papillons" d'Eugène Le Moult en poche, on s’y favorables sur le terrain, afin de développer
rend une première fois, on y retourne ou on s’y efficacement les inventaires et les études pour
installe, espérant y faire de grandes découvertes. contribuer in fine à la connaissance et à la
Mais au-delà du rêve, la très riche faune de ce préservation du patrimoine naturel.
département d’outre-mer reste souvent discrète. À terme, il faudra aussi bâtir un "Référentiel
Les collectes nécessitent même parfois plus taxonomique des Coléoptères de Guyane",
d’opiniâtreté qu’en Europe. En dehors de rares régulièrement mis à jour. Le chantier est
ouvrages spécialisés et de quelques sites web, immense mais cela n’empêche pas de
l'entomologiste dispose de très peu d'outils commencer à le défricher !
synthétique pour aider à la détermination d'une Au nom de tous les membres de notre
faune néotropicale exceptionnelle. association, je remercie chaleureusement et
Chaque année de très nombreux articles sont félicite l’ensemble des auteurs pour avoir
publiés sur la faune de Guyane, qui est l’une des parfaitement joué le jeu et fourni des
zones les plus étudiées d'Amérique du Sud. Ces contributions de qualité dans les délais impartis. Il
travaux viennent surtout d’entomologistes faut saluer particulièrement nos collègues
amateurs français ou étrangers, dont de Gianfranco Curletti et Joachim Rheinheimer,
nombreux collègues d’ACOREP-France et de la respectivement italien et allemand, qui ont fait
SEF. l’effort de rédiger en français.
Cependant il s’agit de publications dispersées Le matériel étudié dans les divers articles
dans les revues, souvent très "pointues" provient principalement d’une jeune association
(descriptions d’espèces, révisions de genre) qui d’entomologistes, la Société entomologique
ne permettent pas de se faire une vue Antilles-Guyane (SEAG). Depuis 2007, cette
d’ensemble. Certains groupes sont même équipe innove dans les méthodes de collecte, en
"orphelins" et n’ont pas fait l’objet de publication développant notamment les techniques de
concernant la Guyane depuis plus d’un siècle. piégeage d’interception sur le littoral et dans
Quand Julien Touroult m’a parlé de ce projet l’intérieur, elle étudie certaines familles et confie
en 2009, nous envisagions un fascicule normal le reste du matériel aux meilleurs spécialistes,
de notre Bulletin de liaison "Le Coléoptériste". dynamisant ainsi l’étude des insectes de Guyane.
L’idée a rencontré un tel franc succès, tous les Un grand merci pour sa précieuse contribution en
auteurs sollicités ayant répondu positivement et terme d’articles et de matériel d’étude.
d’autres les ayant rejoints bien vite, que nous Il faut noter également l’effort des
disposons déjà de quoi éditer dans un premier gestionnaires d’espaces protégés de Guyane
temps deux fascicules et la matière arrive pour (réserves naturelles, ONF, Parc Amazonien de
bâtir un troisième tome ! Guyane) qui, depuis quelques années, sont
En chiffres, cela représente pour les deux demandeurs d’études entomologiques, ce qui a
premiers tomes : 172 pages, 18 articles et 12 grossi la source d'un matériel d’étude de grande
courtes notes, 22 auteurs, 350 taxons illustrés, 5 qualité.
espèces nouvelles pour la Science et plus de 70 Enfin, nous sommes redevables à la Direction
nouvelles citations pour la Guyane. Si le succès régionale de l’environnement de Guyane (DIREN)
se confirme, nous poursuivrons donc cette qui aide financièrement ce projet d’ACOREP-
initiative en publiant d’autres tomes sur la France. Je remercie donc l'ensemble de la
Guyane, avec les mêmes auteurs et, bien sûr, DIREN-Guyane pour ce soutien et tout
avec tous ceux qui voudront contribuer à cette particulièrement son directeur adjoint, Monsieur
importante entreprise. Arnaud Anselin, qui a été notre contact attentif et
Cette publication consacrée aux Coléoptères bienveillant pour lancer ce projet.
de Guyane marque la volonté d’ACOREP-France Vous avez entre les mains le second tome de
d’être l’association des coléoptéristes français, y la série "Contribution à l'étude des Coléoptère de
compris ceux de Guyane, le plus vaste Guyane", il ne tient qu'à vous de nous fournir
département français. votre contribution pour que cette publication
En lançant cette série "spéciale Guyane", prenne petit à petit toute la place qui lui revient.
notre but est de regrouper des vues d’ensemble
par famille, avec des listes faunistiques, des Jean Raingeard
genera permettant de classer les espèces et des Président d'ACOREP-France
illustrations pour s’y retrouver.

-2-
Les genres de Cantharidae, Lampyridae, Lycidae et Telegeusidae de
Guyane française (Coleoptera, Elateroidea)
par Robert CONSTANTIN*

* 103 impasse de la Roquette


F-50000 Saint-Lô
robert.constantin@aliceadsl.fr

Abstract. Keys to separate the genera of Cantharidae (10 genera), Lampyridae (19
genera), Lycidae (21 genera) and Telegeusidae (1 genus) of French Guiana are proposed
in French and English language. Habitus photographs of each genus are provided, as
also microphotographs of several morphological characters. New faunistic data are
given: Pseudotelegeusis howdeni Wittmer, 1976 (Telegeusidae), Photinoides mystrionophorus Mc
Dermott, 1963 and Aspisomoides bilineatum (Gorham, 1880) (both Lampyridae) are cited
for the first time from French Guiana.
Key-words. Coleoptera, Cantharidae, Lampyridae, Lycidae, Telegeusidae, taxonomy,
French Guiana.

Les Cantharoidea, au sens de Crowson auteurs classiques ayant chacun leur opinion sur la
(1972), ont été démembrés lors de travaux récents et systématique. Un important travail de révision
sont maintenant regroupés avec les Elateroidea. générique reste à entreprendre pour les taxons placés
dans les genres Lucidota et Photinus. Certaines
Historiquement, les Lampyridae, Lycidae et photographies représentent des espèces nouvelles.
Cantharidae néotropicaux ont été décrits en majeure Elles sont ici désignées comme "sp". ou "sp. cf. taxon
partie à la fin du XIXéme siècle par J. Bourgeois, H. voisin".
Gorham, T. Kirsch et E. Olivier. Après les décès de
Jules Bourgeois en 1911 et d'Ernest Olivier en 1914, Les clés présentées ici font de larges
Maurice Pic livra une longue série de descriptions emprunts à Olivier (1907, 1911), McDermott (1964),
squelettiques, embrouillant pour longtemps ses Crowson (1972), Ivie (2002) et Bocakova (2003). Elles
successeurs, tandis que G. Champion (1914, 1915) constituent une synthèse provisoire pour réaliser un
révisait les Cantharidae du Mexique et d'Amérique classement préliminaire et promouvoir de nouvelles
centrale. recherches. La découverte de représentants
néotropicaux d'autres genres est prévisible. Une étude
Ces familles ne donnèrent lieu qu'à peu de travaux des Phengodidae de Guyane sera publiée séparément.
modernes au cours du XXème siècle, dont un
catalogue mondial des Lampyridae (McDermott, Matériel et méthodes
1966). Récemment, les publications de S. Zaragoza
Le matériel provient en majeure partie de
Caballero sur la faune mexicaine, de R. S. Miller
récoltes de la SEAG par pièges d'interception, avec
(1991) et S. Kazantsev (2005, 2008) sur plusieurs
recueil dans l'eau fortement salée, rinçage, égouttage,
genres de Lycidae, de M. Bocakova (2001, 2003) sur
congélation, montage à sec sur paillette après
les genres de Lycidae Platerodinae et Calopterini ont
réhydration. Cette méthode a procuré des spécimens
apporté un éclairage nouveau. Walter Wittmer (1915-
en parfait état et souples. Les photographies ont été
1998) se passionna pour l'étude des Phengodidae,
réalisées avec un appareil numérique Canon
enrichissant considérablement la connaissance de
Powershot G3 adapté sur un stéréomicroscope Leica
cette famille.
MZ12, selon la technique d'assemblage de différents
L'étude d'un riche matériel collecté en Guyane par la plans focaux (une dizaine en moyenne) par le logiciel
SEAG a révélé un nombre considérable d'espèces CombineZ de Alan Hadley.
nouvelles, tout comme celui récolté personnellement Le matériel a été comparé aux collections
en Équateur, dont la composante faunistique européennes, en premier lieu à celle du MNHN où
amazonienne est voisine. Le classement systématique sont conservés les collections de Jules Bourgeois,
dans un cadre générique a été une tâche plus délicate Ernest Olivier, Maurice Pic, et une partie de la
que prévue, en particulier pour les Lampyridae, les collection de Henry S. Gorham, ainsi qu'au NHMB,

- 32 -
collection générale comprenant la collection de Walter Aragua, Rancho Grande (NHMB).
Wittmer, et au NHM, riche de ses collections liées à la
publication des volumes de Biologia Centrali- Cette espèce, nouvelle pour la Guyane, est
Americana et de la collection George C. Champion. apparue en petite série dans les pièges-vitre de la
SEAG. Matériel examiné : Guyane française, réserve
Acronymes des collections et abréviations : Trésor, 4°36' N-52°16' W, alt. 260 m, 5-X-2009, 4 ♂,
CCo : collection R. Constantin, Saint-Lô, F SEAG leg. ; idem, 13-X-2009, 4 ♂, SEAG leg. ; réserve
GF : Guyane française natuelle des Nouragues, Station de Saut Pararé,
LT : longueur totale du clypéus à l'apex élytral ou 4°01 'N-52°41' W, alt. 120 m, 1-XI-2009, 2 ♂, SEAG
abdominal leg. ; Mont Tabulaire-Itoupé, 3°01'19" N-53°05'03" W,
MCV : Montagne des Chevaux, localité située à 6 km à
alt. 800 m, 17-III-2010, 1 ♂, SEAG leg. ; Laussat 3
l'ouest de Roura
NHM : The Natural History Museum, London km NW, 20-V-2010, 1 ♂, G. Lamarre leg. (MNHN et
NHMB : Naturhistorisches Museum, Basel, CH CCo).
MNHN : Muséum national d'Histoire naturelle, Paris Sa biologie reste inconnue. Les Telegeusidae,
SEAG : Société entomologique Antilles-Guyane, voisins des Phengodidae, constituent une toute petite
Cayenne famille comprenant trois genres et une dizaine
d'espèces discrètes et rares, distribuées entre le sud
Clé des familles des ex-Cantharoidea des USA et le nord du continent sud-américain.
(Elateroidea partim) observés en Guyane
Clé générique des Lampyridae de Guyane
1. Trochanters allongés. Hanches intermédiaires
distinctement séparées. Marge antérieure du 1. Clypéus très développé, fortement sclérifié et soudé
mésosternum droite. Pronotum avec une carène au front. Labre situé sous le bord antérieur du
longitudinale ou au moins une fossette médiane clypéus (fig. 1) (Photurinae)...........................................2
basale. Élytres à carènes longitudinales et à - Clypéus court, peu sclérifié. Labre membraneux
intervalles divisés en cellules formant une réticulation prolongeant le bord antérieur du clypéus....................3
...............................................................................Lycidae
2. Tarses (♂ ♀) à ongle externe bifide et ongle interne
- Trochanters non allongés. Hanches intermédiaires simple (fig. 32)................................................... Photuris
non ou faiblement séparées. Marge antérieure du
mésosternum échancrée. Pronotum sans carène ni - Tarses à ongles externe et interne bifides (♂) ou
fossette basale..................................................................2 simples (♀) (fig. 33).................................. Bicellonycha
2. Pronotum recouvrant la tête en vue dorsale. Organes 3. Mandibules modifiées, à base conique large,
lumineux habituellement présents sur l'abdomen........ pubescente, la pointe fine et glabre (fig. 2)..................4
.......................................................................Lampyridae - Mandibules simples, arquées, régulièrement rétrécies
- Tête visible en vue dorsale.............................................3 de la base à l'apex (fig. 3)..............................................12
3. Antennes biflabellées à lamelles très longues, souvent 4. Tarses étroits, le dernier article dépassant l'avant-
enroulées. Élytres raccourcis, ne recouvrant qu'une dernier de plus de la moitié. Antennes ♂
partie des ailes (fig. 34). Larves connues à organes relativement courtes, biflabellées. ♀ inconnues
lumineux....................................................Phengodidae (Pleotomini)......................................................................5
- Antennes simples ou dentées. Pas d'organe lumineux. - Tarses larges, compacts, à quatrième article long et
............................................................................................ 4 large, enveloppant la plus grande partie du dernier
article (fig. 8). Épipleures larges, délimités
4. Antennes pectinées. Mandibule fine et simple.
intérieurement par un léger sillon oblique...................6
Pronotum brillant, rebordé, à fossettes près des
angles antérieurs. Élytres raccourcis, ne recouvrant 5. Corps allongé, parallèle. Pronotum aussi long que
que la moitié basale des ailes. Longueur 3,5-4 mm large, rétréci triangulairement en avant (fig. 16)............
(fig. 14).......................................................Telegeusidae ............................................................. Calyptocephalus
- Antennes simples ou faiblement dentées. Élytres - Corps oblong ou ovalaire. Pronotum transverse (fig.
entiers, ou raccourcis, dans ce cas la mandibule est 15)..................................................................... Phaenolis
bidentée avant l'apex (fig. 4).....................Cantharidae 6. Stigmates abdominaux en position ventrale (fig. 10).
Note sur un Telegeusidae Antennes ♂ flabellées ou pectinées (Lamprocerini)..7
- Stigmates abdominaux en position dorsale (fig. 11).
Le Telegeusidae Pseudotelegeusis howdeni
Antennes courtes et simples (Cratomorphini)..........10
Wittmer, 1976, n'était connu que par trois exemplaires
mâles. Il a été décrit sur deux spécimens collectés par 7. Antennes biflabellées, à lamelles très longues (♂) ou
H. & A. Howden sur l'île antillaise de Trinidad, Morne courtes (♀).......................................................................8
Bleu et un exemplaire provenant du Venezuela, prov. - Antennes uniflabellées (♂) ou pectinées (♂ ♀)..........9

- 33 -
Fig. 1. Photuris fulvipes (Blanchard) ♂, clypéus. vue dorsale. Fig. 2. Aspisoma maculatum (DeGeer) mandibule droite, vue ventrale. Fig. 3.
Psilocladus guyanensis Pic, mandibules, vue ventrale. Fig. 4. Macromalthinus maximiceps Pic, mandibule droite, vue dorsale. Fig. 5. Cyrtopteron
atripenne Pic, disque du pronotum. Fig. 6. Haplobothris costata Pic, disque du pronotum. Fig. 7. Silis lemoulti Pic, bord droit du pronotum, vue
dorsale. Fig. 8. Aspisoma maculatum (DeGeer), articles IV et V du métatarse droit. Fig. 9. Discodon surinamense Pic, articles IV et V du métatarse
gauche. Fig. 10. Lucio blattinum (Perty), stigmate du ventrite VI, vue ventrale. Fig. 11. Aspisoma maculatum (DeGeer), stigmate de l'urite IV, vue
ventrale avec pleurite éversé vers le bas. Fig. 12. Photinoides mystrionophorus McDermott, pygydium, vue ventrale. Fig. 13. Pygodiscodon
obscurum Wittmer, pygydium, vue latero-dorsale.

8. Antennes biflabellées à lamelles symétriques (fig. 18) longitudinale. Élytres à trois côtes fines et à
...................................................................... Lamprocera épipleures réduits (fig. 23).....................Aspisomoides
- Antennes biflabellées à lamelles asymétriques, les 12. Antennes ♂ flabellées (Amydetinae).............................13
lamelles internes 3 à 5 fois plus longues que les - Antennes simples (♂ ♀) (Lampyrinae Photinini).........15
lamelles externes (fig. 19)...................................... Lucio
13. Antennes biflabellées, les lamelles longues (♂) ou
9. Antennes uniflabellées à lamelles longues (♂) ou courtes (♀) ciliées de longs poils (fig. 26)......................
dentées (♀) (fig. 20)..................................... Lychnacris ....................................................................... Psilocladus
- Antennes pectinées (♂) ou dentées (♀). Forme plus - Antennes uniflabellées ♂ (♀ inconnues)...................14
aplatie (fig. 21).................................................. Tenaspis
14. Élytres subulés, déhiscents à leur côté interne,
10. Corps ovalaire. Yeux ♂ très gros et contigus. découvrant les ailes. Pronotum sans gibbosités.
Pronotum à deux taches vitrées translucides près du Grande taille, supérieure à 12 mm (fig. 17)....................
bord antérieur. Abdomen à segments lobés (fig. 24)... ....................................................................... Dryptelytra
................................................................. Cratomorphus
- Élytres entiers, parfois découvrant les ailes à leur côté
- Corps ovalaire, en forme de bouclier. Yeux ♂ non externe. Pronotum à deux gibbosités. Taille plus
contigus. Pronotum sans taches vitrées. Abdomen à petite 5-8 mm. Élytres à côtes très saillantes (fig. 25). .
segments non lobés.......................................................11 ..................................................................... Magnoculus
11. Corps ovale. Pronotum trapézoidal. Élytres sans 15. Antennes de 9 articles. Espèce jaune de 10 mm...........
côtes et à épipleures très larges (fig. 22).....Aspisoma .......................................................................... Oliviereus
- Corps parallèle. Pronotum ogival à fine carène - Antennes de 11 articles.................................................16

- 34 -
Fig. 14. Pseudotelegeusis howdeni Wittmer, 1976 (LT : 4 mm ; GF, réserve Trésor). Fig. 15. Phaenolis sp. cf. defecta Olivier, 1907
(LT : 10 mm ; GF, Nouragues). Fig. 16. Calyptocephalus comatus Olivier, 1895 (LT : 15 mm ; GF, MCV). Fig. 17. Dryptelytra
cayennensis Laporte, 1833 (LT : 12-14 mm ; GF, MCV). Fig. 18: Lamprocera flavofasciata (Blanchard, 1846) (LT : 19 mm ; Uruguay,
Canelones). Fig. 19. Lucio blattinum (Perty, 1830) (LT : 15 mm ; GF, Montsinéry). Fig. 20. Lychnacris sp. ♀ (LT : 13 mm ; Ecuador,
Napo). Fig. 21. Tenaspis sp. ♂(LT : 16 mm ; Panama, Varagues). Fig. 22. Aspisoma maculatum (DeGeer, 1774) (LT : 16 mm ; GF,
Nouragues). Fig. 23. Aspisomoides bilineatum (Gorham, 1880) ♀ (LT : 10,5 mm ; GF, piste de Kaw). Fig. 24. Cratomorphus
bifenestratus Gorham, 1880 ♂ (LT : 23 mm; Brésil, Sao Paulo). Fig. 25. Magnoculus sp. cf. obscurus (Olivier, 1885) ♂ (LT : 6 mm ;
GF, MCV).

- 35 -
16. Antennes courtes, ne dépassant pas la moitié du Lucidota Laporte de Castelnau, 1833. Un très grand
corps, les articles subcylindriques. Suture clypéo- genre néotropical dans lequel ont été placées plus de
frontale membraneuse. Abdomen ♂ à deux avant- 170 espèces. La séparation entre Photinus et Lucidota
derniers sternites lumineux, blanchâtre cireux..........17 reste confuse. Une dizaine d'espèces ont été décrites
- Antennes allongées, dépassant la moitié du corps, à de la Guyane, mais le matériel de la SEAG des
articles fortement comprimés, parfois dentés. Nouragues, de la Montagne des Chevaux, du Mont
Clypéus soudé au front. Appareil lumineux ♂ réduit.. Itoupé, révèle déja près d'une vingtaine d'espèces.
.......................................................................................... 18
Platylampis Motschulsky, 1853. Un petit genre avec
17. Pygidium sans projections ventrales (fig. 30)................ 7 espèces sud-américaines. Platylampis explanata Pic,
............................................................................ Photinus 1943, décrit du Pérou et de Bolivie, se retrouve en
- Pygidium ♂ à deux longues apophyses ventrales (fig. Equateur, au Venezuela et en Guyane.
12, 31).......................................................... Photinoides
Oliviereus Pic, 1930. Genre monospécifique,
18. Corps allongé, parallèle. Antennes dentées ou Oliviereus flavus Pic, 1930, décrit de Guyane. Jusqu'à
simples. Pronotum arrondi ou rétréci en avant (fig. présent, aucun exemplaire n'a pu être retrouvé dans
27, 28)................................................................ Lucidota les collections de l'auteur au MNHN.
- Corps plus court, ovalaire. Antennes simples. Photinoides McDermott, 1963. Un genre créé pour
Pronotum triangulaire à marge latérale large et
4 espèces du Mexique, de Bolivie et du Pérou.
relevée. Élytres courts, les épipleures élargis à la base
Photinoides mystrionophorus McDermott, 1963, décrit du
et relevés (fig. 29)........................................ Platylampis
Pérou, a été observé en Guyane : Montagne des
Chevaux (Roura), 22-XII-2008, 19-XII-2009, 3-I-
Remarques et notes faunistiques sur les 2010, 14-III-2010, 3 ♂ 2 ♀, SEAG leg. (CCo).
Lampyridae. Photinus Laporte de Castelnau, 1833. Un autre très
Calyptocephalus Gray, 1832. Un genre comprenant grand genre, de contour difficile. Plus de 250 espèces
22 espèces, dont 5 signalées de Guyane. sur tout le continent américain, dont 9 signalées de la
Phaenolis Gorham, 1880. Un genre voisin du Guyane. Déja plus de 15 espèces ont été observées en
précédent, regroupant 22 espèces, dont une guyanaise Guyane.
P. lemoulti Pic 1938. Magnoculus McDermott, 1966 (nom de
Lamprocera Laporte de Castelnau, 1833. Il y a 16 remplacement de Megalophalmus Gray, 1832,
espèces connues, dont une est décrite de Guyane L. préoccupé). Un genre bien individualisé, comprenant
diluta Olivier, 1885. 23 espèces. Aucune n'était signalée de Guyane, mais
déja 5 espèces ont été distinguées dans le matériel de
Lucio Laporte de Castelnau, 1833. Les Lucio la SEAG.
comprennent 16 espèces, toutes de grande taille, dont
L. maerens E. Olivier, 1912, de Guyane. Dryptelytra Laporte de Castelnau, 1833. Il compte
14 espèces, dont D. cayennensis Laporte, 1833, assez
Lychnacris Motschulsky, 1853. Un genre commun en Guyane.
comprenant 15 espèces, dont L. flabellata (F., 1801)
décrit de Guyane Psilocladus Blanchard, 1876. Un genre comprenant
42 espèces néotropicales, dont 3 signalées de Guyane.
Tenaspis Leconte, 1881. Un genre néotropical Les individus, majoritairement des mâles, sont
comprenant 16 espèces, dont T. rufibasis Olivier, 1909 interceptés en grand nombre par les pièges-vitres.
et T. sinuosa Olivier, 1899, décrits de Guyane. Psilocladus miltoderus Blanchard, décrit de Bolivie,
Aspisoma Laporte de Castelnau, 1833, regroupe plus montre une vaste distribution dans le bassin
de 75 espèces, toutes néotropicales, dont 5 signalées amazonien, et se retrouve en Guyane avec d'autres
en Guyane espèces voisines.
Aspisomoides Zaragoza, 1995. Deux espèces Bicellonycha Motschulsky, 1853. Une quarantaine
d'Aspisoma d'Amérique centrale ont été transférées d'espèces néarctiques et néotropicales, dont B.
dans ce genre, dont Aspisomoides bilineatum (Gorham, bipartita Pic, 1927, de Guyane.
1880), retrouvé en Guyane sur la piste de Kaw, pk 38, Photuris Dejean, 1833. Un grand genre abritant plus
20-VIII-1996, 1 ♀, leg. J. Touroult (CCo). de 80 espèces néarctiques et néotropicales, dont 5
Cratomorphus Motschulsky, 1853. Un genre qui signalées de Guyane.
comprend des insectes de grande taille, souvent à
large répartition. Plus de 30 espèces ont été décrites,
toutes néotropicales. Aucune n'est connue de la
Guyane, mais leur présence est très probable.

- 36 -
Clé générique des Lycidae de Guyane - Dernier article des palpes maxillaires et labiaux
tronqués à l’apex. ♂ à antennes flabellées (fig. 38).......
1. Tête allongée, prolongée en avant par un rostre. ......................................................................... Idiopteron
Antennomère III très allongé (Lycini).........................2
14. Carène médiane du pronotum divisée dans sa partie
- Tête non prolongée en avant par un rostre.................3 basale, ménageant une aréole étroite triangulaire à
2. Élytres amples et nettement élargis vers l'extrémité plus grande largeur près du bord basal (fig. 5)..........15
chez le ♂, plus faiblement chez la ♀ (fig. 37)....Lycus - Carène médiane divisée dans sa partie médiane,
- Élytres subparallèles, non dilatés vers l'extrémité, les formant une aréole fusiforme ou lenticulaire (fig. 6)...
deux sexes semblables (fig. 36)................Lycostomus .......................................................................................... 16
3. Espèces brun noir de petite taille, pièces buccales 15. Élytres à 4 fortes côtes (fig. 39)...............Cyrtopteron
réduites en position ventrale. (Femelles inconnues)...4 - Élytres à 3 côtes, la 3è interrompue (fig. 40)..................
- Espèces en partie rouge ou orangé de plus grande .................................................................. Lycomorphon
taille...................................................................................7 16. Élytres à 4 côtes, sans côtes secondaires....................17
4. Antennes de 10 articles, les antennomères III-X - Élytres à 4 côtes primaires et 5 côtes secondaires,
rectangulaires fortement comprimés (fig. 46)............... parfois réduites...............................................................18
........................................................................ Neolyrium 17. Aréole médiane du pronotum rétrécie sur le tiers
- Antennes de 11 articles...................................................5 basal. Cellules élytrales fortes et presque aussi
5. Antennes dentées (fig. 48)..........Ceratopriomorphus longues que larges (fig. 44)........................Metapteron
- Antennomères IV-XI longuement flabellées..............6 - Aréole médiane du pronotum lenticulaire. Cellules
6. Antennomère III court et étroit. Quelques soies élytrales transverses (fig. 45)..................Haplobothris
antennaires écailleuses (fig. 47).......... Flabellocaenia 18. Antennes des ♂ pectinées ou flabellées.....................19
- Antennomère III flabellé. Pas de soies antennaires - Antennes des ♂ dentées (fig. 52 ♀)..............Linoptes
écailleuses (fig. 49)............................. Pseudacroleptus 19. Pronotum trapézoïdal, rétréci en avant (fig. 51)............
7. Pronotum à fond lisse sans traces de carène ........................................................................ Calocladon
longitudinale (Platerodini)............................................20 - Pronotum arrondi en avant (fig. 50)..........Emplectus
- Pronotum à carène médiane longitudinale, simple ou 20. Antennes allongées, atteignant le quart apical des
divisée (Calopterini)........................................................8 élytres (fig. 54)................................................... Teroplas
8. Carène médiane du pronotum simple, non divisée....9 - Antennes plus courtes (fig. 53)........................ Plateros
- Carène médiane du pronotum divisée, formant une
aréole centrale................................................................14 Remarques et notes faunistiques sur les Lycidae.
9. Base du pronotum avec prolongement médian
recouvrant le scutellum (fig. 42).............Lycoplateros Lycus Fabricius, 1787. Ce très grand genre tropical
- Base du pronotum droite ou bisinuée, laissant le comprend aussi un lot d'espèces néotropicales, dont
scutellum découvert......................................................10 Lycus (Thoracocalon) icarus Bourgeois, 1889, décrit de
10. Élytres avec 4 côtes primaires, au moins à la base....11 Guyane. Aucun spécimen de cette région n'était
- Élytres avec 3 côtes primaires......................................13 disponible dans les collections historiques conservées
au MNHN. Le genre est illustré avec une espèce assez
11. Mâles à antennes flabellées. Dernier article des
voisine d'origine mexicaine (fig. 37).
palpes maxillaires allongé (fig. 41)..........Leptoceletes
- Mâles à antennes dentées.............................................12 Lycostomus Motschulsky, 1861. Un grand genre
12. Dernier article des palpes maxillaires transverse,
oriental avec quelques espèces néotropicales, dont
tronqué et élargi au sommet. Élytres dilatés vers Lycostomus maroniensis Pic, 1923, décrit de Guyane et
l’extrémité, parfois triangulaires. Cellules élytrales voisin de Lycostomus championi Gorham, 1880.
transverses (fig. 35)...................................... Calopteron La tribu néotropicale des Calopterini comprend en
- Dernier article des palpes maxillaires allongé, Guyane au moins les genres suivants : Calopteron
sécuriforme. Élytres subparallèles. Cellules élytrales Laporte de Castelnau, 1838, Metapteron Bourgeois,
allongées (fig. 43)....................................... Mesopteron 1905, Leptoceletes Green, 1952, Idiopteron Bourgeois,
13. Dernier article des palpes maxillaires et labiaux à 1905, Cyrtopteron Bourgeois, 1905, Mesopteron
apex prolongé par une longue pointe. Élytres à 3 è Bourgeois, 1905, Haplobothris Bourgeois, 1879,
côte interrompue. ♂ à antennes dentées (fig. 40)......... Calocladon Gorham, 1881, Emplectus Erichson, 1847,
.................................................................. Lycomorphon Linoptes Gorham, 1884, Lycoplateros Pic, 1922, et
Lycomorphon Pic, 1922.

- 37 -
Fig. 26. Psilocladus miltoderus Blanchard, 1846 ♂ (LT : 8 mm ; GF, Nouragues). Fig. 27. Lucidota mellicula Olivier 1907 (LT : 9-
11 mm ; GF, Nouragues). Fig. 28. Lucidota pennata Dejean, 1837 (LT : 12 mm ; GF, Nouragues). Fig. 29. Platylampis explanata Pic,
1943 (LT : 7,5 mm ; GF, Nouragues). Fig. 30. Photinus sp. (LT : 12 mm ; GF, MCV). Fig. 31. Photinoides mystrionophorus McDermott,
1963 (LT : 10 mm ; GF, MCV). Fig. 32. Photuris fulvipes (Blanchard, 1846) (LT : 12 mm ; GF, Nouragues). Fig. 33. Bicellonycha sp. ♂
(LT : 13 mm ; GF, Nouragues). Fig. 34. Phrixothrix gibbosus Wittmer, 1976 (LT : 12 mm ; GF, Nouragues). Fig. 35. Calopteron
tropicum ♀ (Linné, 1764) (LT : 17 mm; GF, Nouragues). Fig. 36. Lycostomus championi Gorham, 1880, paratype MNHN (LT : 12
mm ; Guatemala, Duenas). Fig. 37. Lycus fernandezi Dugès, 1878 (LT : 13-15 ; USA, Arizona, photographie de Tom Murrray).

- 38 -
Fig. 38. Idiopteron sp. cf. biplagiatum (Kirsch, 1884) (LT : 8,5 mm ; Ecuador, Sto Domingo). Fig. 39. Cyrtopteron atripenne Pic, 1922
(LT : 6 mm ; GF, MCV). Fig. 40. Lycomorphon sp. cf. amazonicum Nascimento & Bocakova, 2009 (LT : 5,5 mm ; GF, Nouragues).
Fig. 41. Leptoceletes sp. (LT : 7 mm ; GF, Nouragues). Fig. 42. Lycoplateros sp. (LT : 6 mm ; GF, MCV). Fig. 43. Mesopteron sp. (LT :
5,5 mm ; GF, MCV). Fig. 44. Metapteron sp. cf. suturale (Latreille, 1833) (LT : 6 mm ; GF, Nouragues). Fig. 45. Haplobothris costata
Pic, 1930 (LT : 4,5 mm ; GF, Nouragues). Fig. 46. Neolyrium sp. cf. duidaense Kazantzev, 2005 (LT : 5 mm ; GF, Mont Itoupé). Fig. 47.
Flabellocaenia sp. cf. letitia Miller, 1991 (LT : 3,5 mm ; GF, Mont Itoupé). Fig. 48. Ceratopriomorphus sp. (LT : 3,5 mm ; GF, MCV).
Fig. 49. Pseudacroleptus sinuatus Pic, 1911 (LT : 4,5 mm ; GF, Nouragues).

- 39 -
Au delà de l'identification des genres, il est impossible (fig. 56)............................................................. Tylocerus
de préciser l'espèce sauf pour quelques genres - Premier article antennaire non allongé........................5
contenant peu d'espèces comme Cyrtopteron, 5. Scutellum ♂ portant un long appendice médian
Haplobothris, Metapteron. La monographie de Bocakova (fig. 60) ...................................... Silis sgn. Peltariosilis
(2003), base de la clé des Lycidae de Guyane,
- Scutellum ♂ sans appendice..........................................6
comprend une riche iconographie de référence.
6. Pronotum fortement transverse. Bord latéral du
Pseudacroleptus Pic, 1911, Flabellocaenia Pic, pronotum des ♂ à apophyses, excroissances ou
1929 et Ceratopriomorphus Pic, 1922, sont des fissures près de la base (fig. 7, 59)........................... Silis
insectes discrets, inféodés aux forêts primaires bien - Pronotum moins transverse. Bord latéral non
conservées et généralement absents dans les paysages modifié près de la base ou à petite incision transverse
modifiés. Leur apparition en petite série dans les près du tiers postérieur...................................................7
pièges d'interception constitue une excellente surprise. 7. Pygidium ♂ prolongé par une pointe mucronée
Neolyrium Kazantsev, 2005. Un genre créé portant deux tubérosités (fig. 13, 58)..............................
récemment pour deux espèces remarquables du .................................................................. Pygodiscodon
Venezuela et d'Équateur. Quelques exemplaires d'un - Pygydium ♂ simple (fig. 57).........................Discodon
Neolyrium voisin de N. duidaense Kasantsev, 2005, ont 8. Élytres raccourcis, à peine plus longs que larges, ne
été observés en Guyane. recouvrant que la base des ailes membraneuses.........9
Plateros Bourgeois, 1879. Un très grand genre - Élytres entiers, parfois rétrécis vers l’extrémité,
pantropical. En Guyane, la SEAG a collecté 8 espèces recouvrant la majeure partie des ailes membraneuses.
différentes, avec une prédominance de femelles. .......................................................................................... 10
9. Front légèrement concave entre les yeux. Antennes
Teroplas Gorham, 1884. Ce genre, redéfini par courtes, les articles comprimés, au plus 2x plus longs
Bocakova (2001), puis par Kazantsev (2005), que larges. Pronotum aussi long que large (fig. 68)......
comprend quelques espèces d'Amérique centrale. Il .............................................................................. Lobetus
est aussi présent en Guyane dans les récoltes de la
- Front et vertex nettement concaves. Antennes
Montagne des Chevaux et des Nouragues.
longues, les articles fins, 4x plus longs que larges.
Le genre Macrolygistopterus Pic, 1929 comprend Pronotum plus long que large, plus étroit en avant
une série d'espèces répandues entre le Mexique et le (fig. 69)................................................ Macromalthinus
Brésil. Non signalé de Guyane, sa présence y est 10. Élytres progressivement élargis vers l’extrémité
possible. Ce sont des insectes de bonne taille, 12-18 (fig. 66)............................................................. Daiphron
mm, reconnaissables par la tête avec un rostre, le - Élytres non élargis vers l’extrémité.............................11
pronotum sans carène médiane ni expansions 11. Pronotum mat, fortement rebordé latéralement.
marginales mais avec des traces de côtes latérales Élytres rétrécis vers l'extrémité. 7-9 mm (fig. 67).........
obliques, les élytres à 4 fines côtes lisses sans cellules ........................................................................... Malthesis
réticulées.
- Pronotum brillant, sans rebord marqué. Élytres non
rétrécis au sommet. Taille variable 7-24 mm (fig. 63,
Clé générique des Cantharidae de Guyane 64, 65)................................................... Chauliognathus
1. Les trois premiers articles des palpes maxillaires
inégaux. Épines tibiales robustes et bien visibles.......2 Remarques et notes faunistiques sur les
- Les trois premiers articles des palpes maxillaires Cantharidae.
subégaux. Épines tibiales très petites. Sternite IX des Tylocerus Dalman, 1833. Un genre distribué dans les
♂ et édéages asymétriques (Chauliognathinae)...........8 Antilles. Tylocerus cayennensis Pic, 1910 est la seule
2. Quatrième article tarsal fendu transversalement à sa espèce décrite du continent sud-américain.
base (fig. 9). Abdomen à huit segments apparents, IX L'holotype, aimablement prêté par le MNHN, est le
et X invaginés. Sternite VIII du ♂ divisé jusqu’à la seul exemplaire connu.
base (Silinae).....................................................................4
- Quatrième article tarsal non divisé près de sa base. Discodon Gorham, 1881. Un très grand genre
Abdomen à neuf segments visibles..............................3 comprenant plus de 335 espèces néotropicales, dont
3. Dernier article des palpes maxillaires globulaire à une douzaine décrites de Guyane. Ce petit nombre est
sommet pointu (Malthininae) (fig. 55).........Caccodes déjà dépassé dans le matériel des pièges-vitre de la
SEAG.
- Dernier article des palpes maxillaires globulaire ou
sécuriforme, à apex tronqué ou en lame, non pointu Pygodiscodon Wittmer, 1966. Pygodiscodon obscurum
(Dysmorphocerinae) (fig. 61).................Plectonotum Wittmer, 1966, décrit du nord du Brésil, a été retrouvé
4. Premier article antennaire allongé, en forme de scape en Guyane à la station des Nouragues et sur la

- 40 -
Montagne des Chevaux. Maronius Gorham, 1881. Ce genre a été révisé par
Brancucci en 1981 et comprend 17 espèces
Silis Charpentier, 1825. Un autre très grand genre
distribuées du Mexique au Brésil et à l'Argentine.
comprenant plus de 150 espèces néotropicales. Cinq
Aucune n'était signalée de Guyane. Des exemplaires
espèces ont été signalées de la Guyane, dont Silis
femelles de deux espèces ont été reconnues dans le
peruviana Pic, 1906, décrite du sud du Pérou
matériel de la SEAG. Elles sont voisines des
amazonien (Constantin, 2009).
Macromalthinus et se reconnaissent aux antennes un
Silis sous-genre Peltariosilis Wittmer, 1952. Ce sous- peu moins allongées, au pronotum faiblement
genre contient 3 espèces, dont 2 décrites du Brésil et transverse, subrectangulaire, à angles antérieurs
Silis (Peltariosilis) guyanensis Pic, 1906. légèrement saillants. Longueur : 5-6 mm.
Polemius LeConte, 1851. Un genre néarctique et
néotropical, voisin des Silis. Il se reconnaît aux ongles
APPENDIX:
des tarses, non bifides mais à petite dent basale et au Keys to the genera of Lampyridae, Lycidae and
pronotum incisé latéralement près des angles Cantharidae of French Guiana
antérieurs. Il n'est pas recensé de Guyane, mais sa Key to Families of ex-Cantharoidea (Elateroidea
présence y est probable (fig. 62). partim) occuring in French Guiana
1. Trochanters more or less elongate. Middle coxae distinctly
Plectonotum Gorham, 1891. Un genre comprenant separated. Front margin of mesosternum straight. Pronotum
près de 50 espèces, à large répartition néotropicale, du with a longitudinal carina or at least a basal median furrow.
Panama au sud du Chili. Dans les régions Elytra with longitudinal costae and intervals divided in
montagneuses des Andes de l'Équateur, il montre une reticular cells...................................................................... Lycidae
- Trochanters short. Middle coxae not or little separate. Front
très grande diversité spécifique (Constantin, 2008). margin of mesosternum straight always strongly emarginate.
Aucun Plectonotum n'était signalé de Guyane, mais un Pronotum without carina nor basal furrow................................2
exemplaire ♀ de Plectonotum sp. cf. labiale Gorham, 2. Pronotum covering the head in dorsal view. Luminous organs
1885, décrit de Panama, volcan de Chiriqui, a été usually present on the abdomen..............................Lampyridae
- Head visible in dorsal view............................................................3
observé sur la Montagne des Chevaux. 3. Antennae biramose, the rami very long, often rolled up.
Brachelytrous, the short elytra covering only the basal part of
Caccodes Sharp, 1885. Un genre à vaste distribution the wings (fig. 34). Known larvae luminous........Phengodidae
tropicale asiatique, pacifique et néotropicale, dont les - Antennae normal or serrate. Not luminous...............................4
40 représentants évoquent certains petits Malthodes 4. Antennae pectinate. Mandible thin and not toothed.
pâles. Aucun n'était signalé de Guyane, mais déjà les Pronotum lustrous, bordered, with small groves near the basal
angles. Brachelytrous, the elytra covering only the basal half
♀ de deux espèces ont été observées sur la Montagne of the wings. Length 3,5-4 mm (fig. 14)..............Telegeusidae
des Chevaux et aux Nouragues. - Antennae normal or feebly serrate. Elytra developed, or
shortened, in this case mandible apically bidentate (fig. 4).........
Chauliognathus Hentz, 1830. L'un des plus grands ..................................................................................... Cantharidae
genres de Cantharidae, relativement homogène. Sa
Key to the genera of Lampyridae of French Guiana
distribution occupe les régions néarctiques, 1. Clypeus expanded, strongly sclerotized and connate with
néotropicales et australiennes. Il y a près de 350 frons. Membranous labrum arising from its ventral surface
espèces néotropicales, la plupart décrites par Maurice near the anterior border (fig. 1) (Photurinae).............................2
Pic. - Clypeus short, not strongly sclerotized, merging anteriorly
with the membranous labrum......................................................3
Daiphron Gorham, 1881. Regroupe une quarantaine 2. External tarsal claw bifid and internal claw entire (♂ ♀)
d'espèces, toutes néotropicales, dont 3 décrites de (fig. 32).............................................................................. Photuris
- Both tarsal claws bifid (♂) or entire (♀) (fig. 33).........................
Guyane. ................................................................................... Bicellonycha
3. Mandibles modified, basally conical and stout, tips slender,
Malthesis Motschulsky, 1853. Un genre qui regroupe glabrous, discontinous in curvature from the base (fig. 2).......4
34 espèces, dont 3 en Guyane française et au Guyana. - Mandibles normal, arcuate, regularly narrowing to tips (fig. 3).
........................................................................................................ 12
Lobetus Kiesenwetter, 1852. Ce genre révisé par 4. Tarsi slender, tarsomere V extending for at least half its
Brancucci (1982), comprend 12 espèces distribuées du length beyond lobes of the IVth. Male antennae
Panama au Brésil. Lobetus lemoulti Pic, 1913 est la seule comparatively short, biramose. ♀ unknown (Pleotomini).......5
espèce citée de Guyane. - Tarsi stout and compact, tarsomere V extending only slightly
beyond lobes of the IVth (fig. 8). Epipleura wide, interiorly
Macromalthinus Pic, 1919. Un autre genre révisé par delimited by a thin, oblique furrow.............................................6
5. Body elongate, parallel-sided. Pronotum as long as wide,
Brancucci (1981), qui recense 5 espèces néotropicales, anteriorly narrowed toward the apex (fig. 16)..............................
dont 3 du Brésil, 1 du Pérou et Macromalthinus ............................................................................ Calyptocephalus
maximiceps (Pic, 1919) de Guyane. - Body oval. Pronotum transverse (fig. 15).................. Phaenolis

- 41 -
Fig. 50. Emplectus sp. ♂ (LT : 5 mm ; GF, Mont Itoupé). Fig. 51. Calocladon sp. ♂ (LT : 8 mm ; GF, Nouragues). Fig. 52. Linoptes sp. ♀
(LT : 12 mm ; GF, Nouragues). Fig. 53. Plateros sp. ♀ (LT : 8 mm ; GF, Nouragues). Fig. 54. Teroplas sp. ♂ (LT : 7 mm ; GF, MCV).
Fig. 55. Caccodes sp. ♀ (LT : 3,5 mm ; GF, MCV). Fig. 56. Tylocerus cayennensis Pic, 1910, holotype (LT : 13 mm ; GF, Cayenne,
MNHN). Fig. 57. Discodon surinamense Pic, 1906 (LT : 8 mm ; GF, Nouragues). Fig. 58. Pygodiscodon obscurum Wittmer, 1966 (LT :
6 mm ; GF, MCV). Fig. 59. Silis barticana Pic, 1908 (LT : 5 mm ; GF, Nouragues). Fig. 60. Silis (Peltariosilis) guyanensis Pic, 1906 (LT :
4 mm ; GF, MCV). Fig. 61. Plectonotum sp. cf. labiale Gorham, 1885 ♀ (LT : 2,5 mm ; GF, MCV).

- 42 -
Fig. 62. Polemius dentimargo Champion, 1915 holotype (LT : 4,5 mm ; Guatemala, Cubilguitz, NHM). Fig. 63. Chauliognathus
flavolineatus Pic, 1947 (LT : 10 mm ; GF, Nouragues). Fig. 64. Chauliognathus cinguliventris (Erichson, 1847) (LT : 14-16 mm ;
Ecuador, Napo). Fig. 65. Chauliognathus sulphureus Waterhouse, 1878 (LT : 14 mm ; GF, Nouragues). Fig. 66. Daiphron laticolle Pic,
1919 (LT : 19 mm ; GF, Nouragues). Fig. 67. Malthesis forestierei Pic, 1934 ♀ (LT : 8 mm ; GF, Nouragues). Fig. 68. Lobetus lemoulti,
Pic, 1913 ♂ (LT : 4 mm ; Brésil, A.P., rio Calçoene, NHMB). Fig. 69. Macromalthinus maximiceps Pic, 1919 (LT : 8 mm ; GF, MCV).

6. Abdominal spiracles ventral (fig. 10). Antennae ♂ flabellate or 12. Antennae ♂ flabellate (Amydetinae).........................................13
pectinate (Lamprocerini)..................................................................7 - Antennae simple (♂ ♀) (Lampyrinae Photinini).....................15
- Abdominal spiracles dorsal (fig. 11). Antennae short , not 13. Antennae biramose, the rami long (♂) or short (♀) ciliate with
serrate (Cratomorphini)..................................................................10 long hairs (fig. 26)...................................................... Psilocladus
7. Antennae biramose, the rami very long (♂) or short (♀).........8 - Antennae uniramose ♂ (♀ unknown)......................................14
- Antennae uniramose (♂) or pectinate (♂ ♀).............................9 14. Elytra subulate, arcuately dehiscent, not fully covering the
8. Antennae biramose, the rami symmetrical (fig. 18)..................... wings. Pronotum without tubercles. Size over 12 mm (fig. 17).
.................................................................................... Lamprocera ...................................................................................... Dryptelytra
- Antennae biramose, the rami asymmetrical, the internal 3-5 x - Elytra entire, sometimes not covering externally the wings.
longer than the external rami (fig. 19)................................ Lucio Pronotum with two subbasal rounded tubercles. Smaller size
9. Antennae uniramose with long rami (♂) or serrate (♀) 5-8 mm. Elytra with raised costae (fig. 25)...........Magnoculus
(fig. 20)......................................................................... Lychnacris 15. Nine antennal joints. Yellow species, length 10 mm...................
- Antennae pectinate (♂) ou serrate (♀). Body more depressed ........................................................................................ Oliviereus
(fig. 21)............................................................................. Tenaspis - Eleven antennal joints.................................................................16
10. Body oval. Male eyes bulging and contiguous. Pronotum with 16. Antennae short, not longer than half body-length,
distinct vitrous spots near forward edge. Abdominal segments antennomeres subcylindrical. Clypeo-frontal suture
lobed (fig. 24)........................................................ Cratomorphus membranous. Abdomen ♂ with the last two penultimate
- Body oval, scutiform. Male eyes not contiguous. Pronotum ventrite luminous, waxy white....................................................17
without vitrous spots. Abdominal segments non lobed.........11 - Antennae elongate, longer than half body-length, the
11. Body oval. Pronotum trapezoid. Elytra without costae and antennomeres more or less compressed, sometimes serrate.
epipleura very wide (fig. 22)......................................... Aspisoma Clypeus connate with frons. Luminescence ♂ reduced..........18
- Body parallel-sided. Pronotum ogival with a thin longitudinal 17. Pygidium without ventral projections (fig. 30)............Photinus
carina. Elytra with three thin costae and narrow epipleura - Pygidium ♂ with two ventral projections (fig. 12, 31)................
(fig. 23).................................................................... Aspisomoides ..................................................................................... Photinoides

- 43 -
18. Body elongate, parallel. Antennae dentate or simple. 18. Male antennae pectinate or flabellate........................................19
Pronotum rounded or narrowed apically (fig. 27, 28)................. - Male antennae serrate (fig. 52 ♀).................................. Linoptes
.......................................................................................... Lucidota 19. Pronotum trapezoid, anteriorly narrowed (fig. 51)......................
- Body shorter, oval. Antennae simple. Pronotum triangular ...................................................................................... Calocladon
shaped, the lateral margins wide and upturned. Elytra short, - Pronotal margin anteriorly rounded (fig. 50)...........Emplectus
epipleura wide at the base and upturned (fig. 29). Platylampis 20. Antennae elongate, reaching the apical forth of elytra (fig. 54)
........................................................................................... Teroplas
Key to the genera of Lycidae of French Guiana - Antennae shorter (fig. 53)............................................... Plateros
1. Head elongate, rostrate. Antennomere III elongate (Lycini)...2
- Head not rostrate ..........................................................................3 Key to the genera of Cantharidae of French Guiana
2. Elytra large, widened distally ♂, more feebly ♀ (fig. 37)............ 1. Maxillar palpomeres I-III of unequal lengh. Tibial spurs
................................................................................................ Lycus robust and clearly visible. Male sternite IX and aedeagus
- Elytra more parallel-sided, not widened distally, both sexes symmetrical..................................................................................... 2
similar (fig. 36)........................................................... Lycostomus - Maxillar palpomeres I-III subequal. Tibial spurs very small.
3. Brown black species of small size. Mouth pieces reduced in Male sternite IX and aedeagus asymmetrical
ventral position. Antennae often peculiar. (♀ unknown).........4 (Chauliognathinae)......................................................................... 8
- Species partly red or orange, usually of bigger size..................7 2. Fourth tarsomere split across at the base (fig. 9). Abdomen
4. Ten antennal joints, antennomeres III-X quadrate, strongly with eight visible ventrites, IX et X invaginated. Division of
compressed. Antennal pubescence complemented with small the male sternite VIII reaching the base (Silinae)......................4
roundish scales (fig. 46).............................................. Neolyrium - Fourth tarsomere not split across at the base. Abdomen with
- Eleven antennal joints...................................................................5 nine visible ventrites...................................................................... 3
5. Antennae serrate (fig. 48).......................... Ceratopriomorphus 3. Last maxillar palpomere globular and apically pointed
- Antennomeres IV-XI flabellate....................................................6 (Malthininae) (fig. 55).................................................... Caccodes
6. Antennomere III short and narrow. Antennal pubescence - Last maxillar palpomere globular, or securiform, apically
complemented with small roundish scales (fig. 47)..................... truncate or sharp, not pointed (Dysmorphocerinae) (fig. 61)....
................................................................................ Flabellocaenia ................................................................................... Plectonotum
- Antennomere III flabellate. No antennal roundish scales 4. First antennomere elongate, scape-like (fig. 56)........Tylocerus
(fig. 49)............................................................... Pseudacroleptus - First antennomere not elongate...................................................5
7. Pronotum median surface without median longitudinal carina 5. Scutellum of the male with a long median projection (fig. 60)
(Platerodini).................................................................................. 20 .................................................................... Silis sgn. Peltariosilis
- Pronotum with a median longitudinal carina, entire or divided - Scutellum of the male without projection..................................6
(Calopterini).................................................................................... 8 6. Pronotum strongly transverse. Pronotal lateral margin of the
8. Median pronotal carina entire, not divided. If divided, only male basally deeply notched or featuring long spines and folds
slightly basally................................................................................. 9 (fig. 7, 59).................................................................................. Silis
- Median pronotal carina divided, forming a longitudinal areola - Pronotum less transverse. Pronotal lateral margin of the male
........................................................................................................ 14 not modified or with a small basal transverse split....................7
9. Basal pronotal margin of the pronotum with median apical 7. Pygidium ♂ with a mucronate projection bearing two
projection covering the scutellum (fig. 42)...........Lycoplateros tubercles (fig. 13, 58)............................................ Pygodiscodon
- Basal pronotal margin of the pronotum bisinuate or straight, - Pygydium ♂ not modified (fig. 57)............................. Discodon
the scutellum not covered..........................................................10 8. Brachelytrous. Elytra just longer than wide, covering only
10. Elytra with four raised costae, at least at the base...................11 basally the wings............................................................................. 9
- Elytra with three raised costae...................................................13 - Elytra entire, sometimes distally narrowed , covering most of
11. Male antennae flabellate. Last maxillar palpomere elongate the wings....................................................................................... 10
(fig. 41)...................................................................... Leptoceletes 9. Frons slightly concav between the eyes. Antennae short, the
- Male antennae serrate..................................................................12 joints compressed, less than 2x longer than wide. Pronotum
12. Last maxillar palpomere transverse, truncate and widened as long as wide (fig. 68)................................................... Lobetus
distally. Elytra widened distally, sometimes triangular. Elytral - Frons and vertex concave. Antennae elongate, the
cells transverse (fig. 35).............................................. Calopteron antennomeres 4x longer than wide. Pronotum longer than
- Last maxillar palpomere elongate, securiform. Elytra more wide, narrowed anteriorly (fig. 69)................. Macromalthinus
parallel-sided. Elytral cells elongate (fig. 43).........Mesopteron 10. Elytra distally widened (fig. 66).................................. Daiphron
13. Last maxillar and labial palpomeres apically pointed. Third - Elytra not distally widened ........................................................11
elytral costa discontinuous. ♂ antennae serrate (fig. 40)............. 11. Pronotum dull, strongly bordered on the lateral margins.
................................................................................. Lycomorphon Elytra distally narrowed. Length 7-9 mm (fig. 67)....Malthesis
- Last maxillar and labial palpomeres apically truncate. ♂ - Pronotum lustrous, the margins only slightly bordered. Elytra
antennae flabellate (fig. 38)......................................... Idiopteron not distally narrowed. Length 7-24 mm (fig. 63, 64, 65)
14. Median pronotal carina divided basally, the areola narrow, ............................................................................. Chauliognathus
triangular, widest near the base (fig. 5)......................................15
- Median pronotal carina divided in the middle, with almost REMERCIEMENTS. Je remercie particulièrement les
lenticular longitudinal areola, widest medially (fig. 6)............ 16 conservateurs des musées qui m'ont largement ouvert
15. Elytra with four raised costae (fig. 39)................... Cyrtopteron
- Elytra with three raised costae, the third costa interrupted leurs portes, procuré des conditions de travail
(fig. 40)................................................................... Lycomorphon confortables, facilité l'accès aux collections historiques et
16. Elytra with four raised costae, without secondary costae.......17 le prêt de spécimens, en premier lieu le Muséum national
- Elytra with four primary costae and with five secondary d'Histoire naturelle, Paris (Thierry Deuve, Antoine
costae, sometimes reduced.........................................................18 Mantilleri, Olivier Montreuil, Azadeh Taghavian, ainsi
17. Median longitudinal areola on pronotum slightly constricted
on the basal third. Elytral reticulate cells strong, almost que Stéphane Boucher), the Natural History Museum,
quadrate (fig. 44)........................................................ Metapteron London (Maxwell Barclay), Naturhistorisches Museum,
- Median longitudinal areola on pronotum lenticular. Elytral Basel (Michel Brancucci).
reticulate cells transverse (fig. 45)......................... Haplobothris Le matériel étudié ici est le résultat des collectes

- 44 -
intensives menées collectivement par la SEAG et c'est 165, fasc. 1. Editio seconda. Cantharidae, 485 pp. Dr W. Junk
avec une profonde admiration que je salue le dynamisme ed., The Hague.
et l'efficacité de cette équipe, notamment Pierre-Henri GORHAM H.S., 1880-1886. in : F. D. Godman & O. Salvin (eds.).
Biologia Centrali-Americana. Insecta, Coleoptera, Malacodermata
Dalens, Stéphane Brûlé, Eddy Poirier et Julien Touroult.
(Lycidae, Lampyridae, Telephoridae, Lymexylonidae,
Plusieurs captures remarquables sont dues à Greg Melyridae, Cleridae, Ptinidae, Bostrychidae, Cioidae), volume
Lamarre (INRA-UMR EcoFoG). D'autres spécimens de 3, part 2. Porter, London. XII + 372 pp.+ 13 color plates
Guyane m'ont été confiés par Alain Audureau, Mickaël (Supplement: 306-307, 1885).
François, Gérard Nazaret et Sébastien Rojkoff. Merci à IVIE M.A., 2002. – Key to Families of Beetles in America North
Tom Murray (MS, USA) pour la permission de of Mexico. in: Arnett R.H. et al., ed. American Beetles,
reproduire sa photographie de Lycus fernandezi. Polyphaga: Scarabaeoidea through Curculionoidea. CRC
Press, Boca Raton 2 : 816-835 ; 861pp.
Je remercie aussi ma collègue Milada Bocakova
KAZANTSEV S.V., 2005. – Neolyrium gen. n., first South American
(Department of Biology, Palacky University, Olomouc, genus of net-winged bbetles with 10-segmented antennae
CZ) pour son aide dans le traitement des Lycidae et une (Coleoptera: Lycidae). Zootaxa, 1064 : 51-64.
lecture critique. KAZANTSEV S.V., 2005. – A review of the genera Microlycus Pic,
Enfin, je suis reconnaissant aux autorités du 1922 and Teroplas Gorham, 1884 (Coleoptera: Lycidae).
Parc National de Guyane (F. Mortier, C. Guitet et N. Russian entomological Journal, 14 (4) : 275-280
Surugue), de la réserve naturelle des Nouragues, de la KAZANTSEV S.V. & ZAITSEV A.A., 2008. – Description of larval and
réserve Trésor (O. Tostain), de l'ONF (M. Dewynter) et imaginal stages of new species from the genera Pseudacroleptus
Pic, 1911 and Ceratoprion Gorham, 1880 (Coleoptera: Lycidae:
de la DIREN Guyane pour les facilités accordées pour
Leptolycinae). Russian Entomological Journal 17 (3) : 283-292.
les recherches en zone protégée. Les prospections
KLEINE R., 1933. – Pars 128: Lycidae. Coleopterorum Catalogus
initiées avec la SEAG en ont rapporté un matériel d'une auspiciis et auxilio W. Junk editus a S. Schenkling. W. Junk,
belle diversité. Berlin, 145 pp.
LLOYD J.E., 2002. – Family 62. Lampyridae Latreille 1817. in:
Références Arnett R.H. et al., ed., American Beetles, Polyphaga:
BOCAKOVA M., 2001. – Revision and phylogenetic analysis of the Scarabaeoidea through Curculionoidea. CRC Press, Boca
subfamily Platerodinae (Coleoptera: Lycidae). European Journal Raton 2 : 187-196 ; 861pp.
of Entomology, 98 : 53-85. MCDERMOTT F.A., 1963. – Photinoides, a new genus, with three new
BOCAKOVA M., 2003. – Revision of the Tribe Calopterini species (Coleoptera: Lampyridae). Coleopterists Bulletin. 17 : 84-
(Coleoptera: Lycidae). Studies on Neotropical Fauna and 89.
Environment, 38 (3) : 207-243. MCDERMOTT F.A., 1964. – The Taxonomy of the Lampyridae.
BRANCUCCI M., 1980. – Morphologie comparée, évolution et Transactions of the American Entomological Society. 90 : 1-72.
systématique des Cantharidae (Insecta: Coleoptera). MCDERMOTT F.A., 1966. – Lampyridae. In : Steel W.O. ed.
Entomologica Basiliensia, 5 : 215-388. Coleopterorum Catalogus Supplementa. Junk, W Pars 9 (Editio
BRANCUCCI M., 1981. – Révision du genre Macromalthinus Pic (Col. Secunda), 149 pp.
Cantharidae). Entomologische Arbeiten aus dem Museum Frey 29 : MILLER R.S., 1991. – A revision of Leptolycini with a discussion
259-272. of paedomorphosis. Ph.D Dissertation. The Ohio State
BRANCUCCI M., 1981. – Révision du genre Maronius Gorham University, Colombus, 403 pp.
et notes sur les genres voisins (Coleoptera : NASCIMENTO E.A. do & BOCAKOVA M., 2009. – A revision of the
Cantharidae). Entomologica Basiliensia 6 : 328-367. genus Lycomorphon (Coleoptera: Lycidae). Zootaxa, 2132 : 40-
BRANCUCCI M., 1982. – Révision du genre Lobetus Kiesw. (Col., 52.
Cantharidae). Entomologica Basiliensia, 7 : 315-339. OLIVIER E., 1907. – Coleoptera. Fam. Lampyridae. In : Wytsman P,
CHAMPION G.C., 1914. – III. Revision of the Mexican and Central ed., Genera Insectorum. 74 pp.
American Chauliognathinae (Fam. Telephoridae), based on OLIVIER E., 1911. – Révision des Lampyrides. Revue Scientifique du
the genital armature of the males. Transactions of the Bourbonnais et du Centre de la France. 24 : 24-27, 39-58, 63-85, 98-
Entomological Society of London, (1914) : 128-168, plates III-VIII. 112.
CHAMPION G.C., 1915. – II. Revision of the Mexican and Central WITTMER W., 1976. – Eine neue Gattung der Familie Telegeusidae
American Telephorinae (Fam. Telephoridae), with (Col.). Mitteilungen der Schweizerischen Entomologischen Gesellschaft
descriptions of new species. Transactions of the Entomological 49 : 293-296.
Society of London, (1914) : 16-146, plates III-IX. WITTMER W., 1976. – Arbeiten zu einer Revision der Familie
CONSTANTIN R., 2008. – A contribution to the genus Plectonotum Phengodidae (Coleoptera). Entomologische Arbeiten aus dem
Gorham, 1891, in Ecuador (Coleoptera, Cantharidae). Museum Frey 27 : 415-524.
Entomologica Basiliensia et Collectionis Frey, 30 : 49-74. ZARAGOZA S., 1993. – Descripcion de especie nueva y registros
CONSTANTIN R., 2009. – A contribution to the genus Silis nuevos del genero de Pyropyga (Coleoptera: Lampyridae:
Charpentier, 1825, in Ecuador (Coleoptera, Cantharidae). Lampyrinae: Photini) de Mexico. Anales Instituto de Biologia
Entomologica Basiliensia et Collectionis Frey, 31 : 55-87. Universidad Nacional Autonoma de Mexico, Ser. Zool., 64(2) : 139-
CROWSON R.A., 1972. – A review of the classification of 151.
Cantharoidea (Coleoptera), with the definition of two new ZARAGOZA S., 1995. – La familia Lampyridae (Coleoptera) en la
families, Cneoglossidae and Omethidae. Revista de la estación de biologia tropical Los Tuxtlas, Veracruz, Mexico.
Universidad de Madrid, 21 (82) : 35-77. Publicaciones especiales Instituto de Biologia Universidad Nacional
DELKESKAMP K., 1977 .– Coleopterorum Catalogus Supplementa, pars Autonoma de Mexico, Ser. Zool., 14 : 1-93.

- 45 -