Vous êtes sur la page 1sur 70

REPUBLIQUE DU BENIN

********
MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT
SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE
(MESRS)
********
Université d’Abomey-Calavi
(UAC)
********
Faculté des Sciences Economiques et de Gestion
(FASEG)
********
ECOLE DOCTORALE D’ECONOMIE ET DE GESTION
Mémoire du Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées
(DESS)
GESTION DES PROJETS ET DEVELOPPEMENT LOCAL
(GPDL)

CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU SYSTEME DE


PASSATION DES MARCHES PUBLICS A LA MAIRIE
D’ABOMEY CALAVI

Réalisé et présenté par :


Noël Jean W.B. KIKI

13 ème Promotion

Année académique : 2015-2016


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

AVERTISSEMENT

L’ECOLE DOCTORALE EN SCIENCES ECONOMIQUE ET DE GESTION


N’ENTEND DONNER AUCUNE APPROBATION NI IMPROBATION AUX
OPINIONS EMISES DANS LES MEMOIRES. CES OPINIONS DOIVENT
ETRE CONSIDEREES COMME PROPRES A LEURS AUTEURS.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 1


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

DÉDICACE

Je dédie ce travail à :

Mes Parrains Norbert BONOU-SELEGBE et Pascal DJOHOSSOU ; qu’ils


trouvent ici, le fruit de leurs multiples conseils et de leur encouragement à
mon égard.

Mon père Pascal KIKI, pour tous les espoirs qu’il a eu à fonder en moi ; pour
m’avoir poussé à aller plus loin ; trouves ici, le témoignage de mon affectueux
attachement ;

Ma Feue mère Christine KOUGBLENOU, que de peines, que de sacrifices, que


de patience ! Il m’est impossible de t’exprimer ici toute ma reconnaissance.

Mon épouse Mérith HEMADOU et mes enfants Marie-Lumière, Marie-Louange


et Marie-Triomph KIKI, que ce modeste travail suscite en vous l’ambition de
faire aboutir ce qui fera de vous des êtres libres et pleinement responsables.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 2


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

REMERCIEMENTS

Ce travail est la résultante d'un ensemble conjugué d'apports humains, financiers et


intellectuels. Certes, nous ne pouvons pas citer ici toutes les personnes qui nous
ont apporté leur soutien, mais nous tenons tout de même à remercier
particulièrement :

 Dr Thomas HOUEDETE, coordonnateur du programme de gestion des projets et

développement local ;

 Professeur Géro Fulbert AMOUSSOUGA, Directeur de l’Ecole Doctorale des

Sciences Economiques et de Gestion ;

 Du corps enseignants du programme DESS-GPDL, pour la qualité de la

formation reçue et leur précieux temps qu’ils ont bien voulu sacrifier pour

nous ;

 Tout le personnel de la mairie d’Abomey-Calavi en général et au Maire en

particulier ;

 Tous les camarades de la 13ème promotion du DESS, pour leurs conseils et

exhortation.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 3


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Récapitulatif des problèmes identifiés par centre d’intérêt……….. 31


Tableau 2 : Echantillon de l'étude……………………………………………………… 43
Tableau 3 : Causes de l’inapplication de la procédure de demande de
cotation………………………………………………………………………... 62
Tableau 4 : Causes du non respect des délais légaux et réglementaires de
passation des marchés…………………………………………………….. 62
Tableau 5 : Données relatives à l’atteinte des principes de transparence des
procédures et d’égalité de traitement des candidats ……………… 62

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 4


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

LISTE DES FIGURES


Figure 1 : Situation géographique de la commune d’Abomey-Calavi .......... 12

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 5


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

LISTE DES GRAPHIQUES

Graphique 1 : Poids démographique des différents arrondissements ………… 14

Graphique 2 : Causes de l’inapplication de la procédure de demande de


cotation……………………………………………………………………. 46

Graphique 3 : Résultats de l’enquête relative à l’inobservance des délais


légaux et réglementaires de passation des marchés……………. 47

Résultats de l’enquête relative aux causes de l’atteinte des


Graphique 4 : principes de transparence des procédures et d’égalité de
traitement des candidats……………………………………………… 48

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 6


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

SIGLES & ABREVIATIONS


AAO : Avis d’Appel d’Offres
AOF : Attributions Organisation et Fonctionnement
AOO : Appel d’Offres Ouvert
ARMP : Autorité de Régulation des Marchés Publics
BPU : Bordereau des Prix Unitaires
CAA : Caisse Autonome d’Amortissement
CCMP : Cellule de Contrôle des Marchés Publics
CPMP : Commission de Passation des Marchés Publics
DAO : Dossier d’Appel d’Offres
DGID : Direction Générale des Impôts et des Domaines
DGPD : Direction Générale des Politiques de Développement
DNCMP : Direction Nationale de Contrôle des Marchés Publics
DPP : Direction de la Programmation et de la Prospective
DQE : Devis Quantitatif et Estimatif
DRH : Direction des Ressources Humaines
FONAC : Front des Organisations Nationales de lutte contre la
Corruption
MEF : Ministère de l’Economie et des Finances
OLC : Observatoire de Lutte contre la Corruption
PAPMP : Plan Annuel de Passation des Marchés Publics
PRMP : Personne Responsable des Marchés Publics
SA : Secrétariat Administratif
SG : Secrétaire Général
SGAM : Secrétaire Général Adjoint
S/PRMP : Secrétariat de la Personne Responsable des Marchés
Publics
TDR : Termes De Référence
UEMOA : Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 7


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

SOMMAIRE

AVERTISSEMENT ……………………………………………………………………………………… 1
DEDICACE ……………………………………………………………………………………………… 2
REMERCIEMENTS …………………………………………………………………………….……… 3
LISTE DES TABLEAUX ………………………………………………………………………….…… 4
LISTE DES FIGURES ……………………………………………………………………………….… 5
LISTE DES GRAPHIQUES ……………………………………………………………………………. 6
SIGLES & ABREVIATIONS …………………………………………………………………………… 7
SOMMAIRE ……………………………………………………………………………………………… 8
INTRODUCTION ………………………………………………………………………………………… 10
CHAPITRE I : CADRE INSTITUTIONNEL ET OBSERVATIONS DE STAGE …………….. 12
SECTION 1 : Présentation de la commune d’Abomey Calavi ………………………………. 12
Paragraphe 1 : Présentation de la commune d’Abomey-Calavi ………………………. 12
Paragraphe 2 : Présentation de la mairie d’Abomey-Calavi …………………………… 17
SECTION 2 : Observations de stage ……………………………………………………………… 21
Paragraphe 1 : Etat des lieux du système de passation des marchés publics à la
21
Mairie d’Abomey-Calavi …………………………………………………………………………
Paragraphe 2 : Inventaire des forces et faiblesses du système…………………………. 29
CHAPITRE II : CADRE THEORIQUE ET METHODOLOGIQUE DE LA RECHERCHE…. 33
SECTION 1 : Cadre théorique……………………………………………………………………… 33
Paragraphe 1 : Problématique, objectifs et hypothèses de la recherche……………… 33
Paragraphe 2 : Revue de littérature …………………………………………………………. 36
SECTION 2 : Méthodologie de l’étude…………………………………………………………….. 42
Paragraphe 1 : Technique de collecte des données et méthode d’échantillonnage… 42
Paragraphe 2 : Outils de collecte des données et méthode de traitement des
données……………………………………………………………………………………………. 44
CHAPITRE III : CADRE EMPIRIQUE DE L’ETUDE……………………………………………. 46
SECTION I : Présentation, analyse des résultats et vérification des hypothèses………. 46
Paragraphe I : Présentation et analyse des résultats…………………………………….. 46
Paragraphe 2 : Vérification des hypothèses………………………………………………… 49
SECTION II : Propositions de solutions et conditions de leur mise en œuvre………….. 51
Paragraphe 1 : Approches de solutions……………………………………………………… 51
Paragraphe 2 : Conditions de mise en œuvre des solutions …………………………… 54
CONCLUSION …………………………………………………………………………………………… 58
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ……………………………………………………………… 60

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 8


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

ANNEXES …………………………………………………………………………………………………. 62
TABLE DES MATIERES ………………………………………………………………………………. 66

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 9


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

INTRODUCTION
Par la loi n°45‐1498 du 18 novembre 1955 relative à la réorganisation municipale
en Afrique Occidentale Française, en Afrique Equatoriale Française, au Togo, au
Cameroun et à Madagascar, certaines villes des colonies françaises d’Afrique ont été
pour la première fois organisées et administrées comme entités territoriales
décentralisées. C’était alors la période coloniale caractérisée par une très forte
centralisation des pouvoirs de décision administrative et financière aux mains des
gouverneurs représentant le colon français et travaillant pour lui.
L’innovation ainsi introduite dans le mode de gestion des colonies françaises
d’Afrique constituait une rupture d’autant plus importante que désormais, il y était
institué, en plus des communes de moyen exercice, des communes dites de plein
exercice, bénéficiant d’une certaine autonomie et dans la gestion desquelles, des
assemblées élues avaient un droit de regard.
Au Dahomey, actuel Bénin, les localités de Porto‐Novo, Cotonou, Ouidah, Abomey et
Parakou avaient été ainsi érigées en communes de plein exercice. C’est dans cette
dynamique que ce pays a connu, au crépuscule de la colonisation, sa première
forme de décentralisation de l’Administration territoriale. Mais dès les premières
heures de la période post-coloniale, les différents gouvernements qui se sont
succédés à la tête du pays ont tôt fait de retourner à une administration centralisée
du territoire national. Ce n’est qu’en 1990, avec la Conférence des Forces Vives de la
Nation, que l’option d’une Administration territoriale décentralisée a été
formellement faite à nouveau, puis consignée dans les articles 150 à 153 de la
Constitution du 11 décembre 1990, afin de tenir les promesses de démocratie à la
base que n’a pu honorer le système de la centralisation et de libérer toutes les
énergies locales pour l’édification d’une nation prospère.
Désormais, de larges pouvoirs sont conférés aux communautés à la base afin
qu’elles gèrent elles‐mêmes leurs propres affaires, pour un développement local plus
assuré. En réponse à ces nouvelles orientations nationales, du 07 au 10 janvier
1993 ont été tenus les Etats Généraux de l’Administration Territoriale dont les
conclusions et recommandations ont permis de définir les grandes lignes de la
Réforme ainsi engagées et d’élaborer, par les soins d’un comité de suivi, les textes
fondamentaux qui régiront désormais la nouvelle administration territoriale. Les
enjeux de ce choix étant la promotion de la démocratie à la base et le

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 10


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

développement local, il est important que certains principes soient observés,


notamment l’implication de tous les citoyens dans la gestion des affaires publiques,
la transparence dans la gestion des ressources financières et des autres biens
patrimoniaux de la commune, la redevabilité des élus vis‐à‐vis de leurs populations,
la lutte contre la corruption.etc. Les principes ainsi énoncés s’apparentent en réalité
aux règles de base de la bonne gouvernance telle qu’elle est entendue dans les
milieux internationaux et acceptée dans notre pays. Cette bonne gouvernance peut
être aussi appréciée lors des passations des marchés publics au moyen de contrats
écrits passés entre l’acheteur (la commune) et un vendeur ou fournisseur. La
passation des marchés publics doit permettre l’acquisition de biens et de services,
d’une manière qui contribue à accroître l’accès, la concurrence et l’équité qui soit la
plus rentable, ou le cas échéant, la plus conforme aux intérêts de la commune.
Cependant, force est de constater que ces principes de bonne gestion des deniers
publics, du libres accès à la passation des marchés publics, de l’égalité du
traitement des fournisseurs, de la transparence dans les procédures de passation
des marchés et d’exécution des marchés publics sont violés de façon flagrante et
entraîne donc la perte de confiance des bailleurs et partenaires au développement et
comme corolaire la fuite, des capitaux étrangers. C’est pour donc corriger cet état de
chose que nous avons orienté nos réflexions sur le thème : « Contribution à
l’amélioration du système de passation des marchés publics à la mairie
d’Abomey-Calavi ».
La présente étude s’articule autour de trois chapitres. Le premier chapitre présente
le cadre institutionnel et les observations de stage. Le deuxième chapitre aborde le
cadre théorique et méthodologique de l’étude. Enfin, le troisième chapitre est
réservé à la présentation des résultats, leurs analyses et suggestions susceptibles
d’améliorer le système de passation des marchés publics à la mairie d’Abomey-
Calavi.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 11


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

CHAPITRE I : CADRE INSTITUTIONNEL ET OBSERVATIONS DE STAGE


Dans ce chapitre, il est présenté le cadre institutionnel de notre étude qu’est la
Mairie d’Abomey-Calavi ainsi que les observations de stage.

SECTION1 : Présentation de la commune d’Abomey Calavi

Il s’agira dans cette section de présenter le cadre contextuel de l’étude qui est la
commune d’Abomey-Calavi.

Paragraphe1 : Présentation de la commune d’Abomey-Calavi

A- Cadre Physique

1- Au plan géographique
La commune d’Abomey-Calavi est située dans la partie sud du Bénin et plus
précisément dans le département de l’Atlantique. Elle est limitée au Nord par la
commune de Zè, au Sud par l’océan Atlantique, à l’Est par les communes de So-Ava
et de Cotonou et à l’Ouest par les communes de Tori-Bossito et Ouidah. Elle est la
commune la plus vaste du département (539km2), près de 20% de la superficie du
département et 0,48% de la superficie nationale. Elle est animée par 306 agents
dont 89 APE et 217 contractuels répartis dans l’administration communale (mairie,
arrondissement et services déconcentrés). Elle compte soixante-dix (70) villages et
quartiers de ville dirigés par des chefs de village ou de quartiers de ville répartis sur
neuf (09) arrondissements que sont : Godomey, Akassato, Zinvié, Ouèdo, Togba,
Hêvié, Kpanrou et Glo-Djigbé.

Figure 1: Situation géographique de la commune d’Abomey-Calavi

Source : Mairie d’Abomey-Calavi

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 12


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

2- Le relief, la pluviométrie, les microclimats particuliers


La commune d’Abomey-Calavi a un relief peu accidenté caractérisé par une bande
sablonneuse avec des cordons littoraux, un plateau de terre de barre et des
dépressions et marécages. Le climat est de type subéquatorial et marqué par deux
saisons pluvieuses et deux saisons sèches.

3- La géologie, l’hydrographie et la nature des sols


Le réseau hydrographique est constitué essentiellement de deux plans d’eau que
sont le lac Nokoué et la lagune côtière, des marais, des ruisseaux et des marécages.
La plus grande partie du territoire de la commune est constituée de sols ferrugineux
tropicaux et des sols sablonneux peu propices à l’agriculture. Les sols
hydromorphes très inondables n’occupent qu’une petite partie au nord de la
commune. Les terres cultivables sont estimées à 464 ,5 Km2. Le couvert végétal de
la commune varie selon les faciès traversés. Le réseau hydrographique est
constitué essentiellement de deux plans d’eau que sont le lac Nokoué et la lagune
côtière.

4- Végétation et faune
Le couvert végétal est un peu variant. La zone côtière est dominée par des
cocoteraies et les mangroves à palétuviers, le plateau est couvert d’une savane
dégradée avec une domination de la jachère à palmier à huile. On note un
groupement herbeux dans les marécages et le long des berges du lac Nokoué.

B- Au plan démographique et Socio-économique

1- Sur le plan démographique


Le recensement général de la population de 2013 indique pour la commune une
population de 655965 habitants (RGPH4, 2013) avec un taux d’accroissement de
5,84 % en milieu urbain et 2,89 % en milieu rural. Cette croissance démographique
supérieure à la moyenne nationale est due en partie à la proximité de la commune
avec la ville de Cotonou qui n’arrive plus à contenir sa population en forte
croissance. Cette dernière se déverse alors à Abomey-Calavi qui passe pour être le
grand dortoir par excellence des populations de Cotonou.

D’une densité moyenne de 571 habitants par km², cette population est inégalement
répartie dans les neuf arrondissements. En effet, 74,12 % de cette population sont

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 13


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

concentrés dans les centres urbains que sont essentiellement Godomey et Abomey-
Calavi centre, AKASSATO et 25,88 % dans les autres arrondissements.
L’arrondissement de Godomey concentre à lui seul près de la moitié de la
population (49,86 %) de toute la commune. En revanche, les arrondissements de
Kpanroun (2,41 %), Ouèdo (3,27 %), sont les moins peuplés comme illustrés par le
graphique ci-après.

Graphique 1: Poids démographique des différents arrondissements

180
153
160
140
120
100
75 79
80 61
60
31 31
40 17 19
8 9 13 6 7 13 6 7 7 3 4 10 5 5 9 10 13 6 7
20
-
Abomey- Akassato Glo-Djigbé Godomey Hêvié Kpandroun Ouèdo Togba Zinvié
Calavi

Population Homme Femme

Source : RGPH4 INSAE 2013

La population d’Abomey-Calavi est dominée par une forte proportion de jeunes de


10 à 59 ans avec une importante représentativité des femmes (51,4 % de la
population). L’ethnie dominante dans la commune est le Aïzo. Mais les migrations
récentes et antérieures ont permis l’installation d’autres ethnies comme les Fon, les
Toffins, les Yoruba, les Nagots, les Goun et quelques autres ethnies du Nord du
Bénin SDAC (2010).

2- Au plan socio-économique
Au plan d’infrastructures sanitaires, la commune dispose d’un nombre relativement
important d’infrastructures de santé qui sont entre autres un hôpital de zone à
Abomey-Calavi quidessert les populations d’Abomey-Calavi et de Sô-Ava, l’hôpital la
Croix de Zinvié, des centres de santé, des maternités ,des cabinets privés, des
dispensaires, des dépôts pharmaceutiques inégalement répartis entre les
arrondissements. Godomey et Abomey Calavi accueillent la majorité des
infrastructures. Cette situation peut s’expliquer par le poids démographique de ces
deux arrondissements.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 14


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

Au plan social, la commune dispose d’un centre des handicapés peu fonctionnel ces
dernières années, d’un Centre de Promotion Sociale (CPS) très fréquenté, d’un
service social au Tribunal de Première Instance de Deuxième Classe d’Abomey-
Calavi et des structures et ONG qui s’occupent des enfants tels que SOS-Village
d’Enfants (village d’enfants SOS), Regard d’Amour, Équilibre Bénin pour les
handicapés physiques, etc. Ces structures souffrent cruellement de manque de
moyens financiers pour réaliser leurs objectifs.

Au plan éducatif, la commune d’Abomey-Calavi regorge de plusieurs infrastructures


publiques et privées pour l’enseignement maternel, primaire, général, technique et
professionnel. Le niveau d’équipements de l’enseignement primaire et secondaire
est acceptable mais insuffisant dans l’enseignement maternel. D’autres
Insuffisances ont aussi été relevées. A AKASSATO Les infrastructures scolaires des
écoles primaires publiques (EPP) sont sous-équipées et le nombre de personnel
qualifié est insuffisant avec une forte disparité. A cela s’ajoute l’insuffisance de
manuels scolaires (un livre pour plus de 6 écoliers). La commune d’Abomey-Calavi
abrite également la première Université du Bénin. Actuellement, elle a dépassé ses
capacités d’accueil (SDAC 2010).

Dans la commune d’Abomey-Calavi, les secteurs économiques sont ceux


générateurs d’emplois et de revenus. Il s’agit de l’agriculture, l’élevage, la pêche, la
transformation et l’artisanat, le commerce, l’industrie, le tourisme et l’hôtellerie, etc.
La principale activité menée dans la commune est la production agricole. Plusieurs
fermes de grandes superficies sont exploitées pour diverses cultures. La vie
économique est animée par deux marchés boutiques. L’existence des bas-fonds, des
pâturages, des organisations d’agriculteurs et d’éleveurs et des structures
d’encadrement et de financement, est à la base d’une diversité de spéculations
(maïs, manioc, ananas, arachide, riz, palmier à huile, sorgho etc.) et d’un cheptel
diversifié (bovin, caprin, porcin, ovin, volaille, lapins et aulacodes).Les agriculteurs,
éleveurs et pêcheurs ne représentent que 10,6% des actifs occupés ; ce qui illustre
la forte urbanisation de la commune.

Le potentiel commercial d’Abomey-Calavi est lié à l’abondance de produits


agropastoraux (cultures vivrières, poisson, bétail, volaille). Par ailleurs, on

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 15


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

enregistre dans la commune 11 marchés locaux ; 41 hangars ; 3433 boutiques et


autres magasins.

L’industrie est à l’étape embryonnaire. Les activités du secteur industriel ne sont


pas développées, elles demeurent encore primaires et se résument seulement à la
transformation artisanale des produits agricoles. Ce secteur occupe 18,2% de la
population active. La proximité de Cotonou, l’existence de palmeraies, quelques
unités de planification, de transformation de manioc en ses dérivés et de fabrication
d’engrais étoffent ce secteur. La transformation est en grande partie assurée par les
femmes soit individuellement, soit en groupement. Quant à l’artisanat, il regroupe
aussi bien des femmes que des hommes.

Le commerce constitue la première activité économique et occupe 36,2 % de la


population active. Les principaux produits commercialisés sont aussi bien les
produits vivriers agricoles que les produits importés. Les premiers proviennent des
marchés de la commune et de l’intérieur du pays surtout en période de soudure.
En revanche, le ravitaillement en produits importés se fait par les grands magasins
de Cotonou et parfois du Nigeria. Des marchés de proximité s’animent au jour le
jour dans certains quartiers de la commune ; notamment au niveau des
arrondissements de Godomey, de Calavi, d’Akassato, de Zinvié et de Golo-Djigbé.

Deux localités de la commune connaissent un développement important d’activités


commerciales. Il s’agit d’Abomey-Calavi Centre (Arrondissement d’Abomey-Calavi) et
Godomey Centre (Arrondissement de Godomey) qui connait une dynamique assez
particulière de par sa position à l’entrée de Cotonou et à la croisée des deux routes
nationales inter-états n°1 et n° 2. La promotion des activités commerciales est
facilitée par la présence de structures de micro-finance installées dans la commune.
Les femmes regroupées ou non bénéficient du soutien financier de ces institutions
de la place (PAPME, CLCAM, PADME, FIDEVI, FINADEV,… etc.) et suivent de temps
en temps des formations en matière de gestion des fonds. L’état défectueux des
pistes rurales, l’absence d’équipements marchands d’envergure, le manque de
magasins de stockage, l’inorganisation des commerçants et le manque de moyens
de transport adaptés constituent les principaux problèmes du secteur commercial à
Abomey- Calavi. (SDAC 2010).

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 16


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

Paragraphe 2 : Présentation de la mairie d’Abomey-Calavi

A- Au plan administratif et organisationnel

1- Sur le plan administratif


Avec l’avènement de la décentralisation, la circonscription urbaine d’Abomey-Calavi
est devenue commune d’Abomey-Calavi. Ainsi l’organisation politique et
administrative de la commune est régie par la loi n°97-029 du 15 janvier 1999
portant organisation des communes en République du Bénin. En application de
l’article 12 de la loi n°97-029 du 15 janvier 1999, relative à la composition du
conseil. Le conseil communal est tenu conformément à l’article 16 de la loi susvisée
de se réunir en sessions ordinaires quatre fois l’an aux mois de mars, juin,
septembre et novembre. Chaque session ne peut excéder quatre jours. Le conseil
peut également se réunir en sessions extraordinaires sur convocation du maire ou à
la demande motivée de la majorité absolue des membres du conseil communal ou
en cas de prescription par l’autorité de tutelle.

La commune d’Abomey-Calavi compte soixante et onze (71) villages et quartiers de


ville dirigés par des chefs de villages ou de quartiers de ville et répartis sur neuf (09)
arrondissements que sont : Abomey-Calavi, Godomey, Akassato, Zinvié, Ouèdo,
Togba, Hêvié, Kpanroun et Golo-Djigbé. Chacun des arrondissements est dirigée par
un chef d’arrondissement (CA) élu au sein de ses pairs conseillers. A l’instar de
toutes les communes, elle est dotée de l’autonomie financière et de la personnalité
juridique.

2- Au plan organisationnel des services de la mairie d’Abomey-Calavi


L’organisation administrative de la commune est de type fonctionnel. L’arrêté n° 21
/013/ C-AC /SG /SAC du 1er Février 2007 portant création, organisation, et
attributions des services de la mairie d’Abomey-Calavi a prévu : les services
communaux, les services infra communaux. Les services communaux se
composent comme suit : le secrétariat particulier, la cellule de communication et du
protocole, le contrôle de gestion interne, le conseil juridique, les chargés de
mission, le secrétariat des adjoints au maire, la cellule de passation des marchés, le
secrétariat général, six (06) directions techniques que sont : la direction des
Ressources Financières (DRF), la Direction des Ressources Humaines (DRH), la
Direction des Affaires Juridiques et Foncières( DAJF), la Direction des Services

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 17


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

Techniques (DST), la Direction du Développement Local et de la Promotion


Economique (DDLPE) et la Direction des Services à la Population (DSP). Les services
infra-communaux regroupent les services communaux déconcentrés créés au
niveau de chaque arrondissement .Ils se composent comme suit : le secrétariat
administratif d’arrondissement, le bureau de l’état civil. L’administration
communale est appuyée dans sa mission par les services déconcentrés de l’Etat à
savoir, la poste, la brigade de gendarmerie, le CERPA (ex CARDER), le Centre de
Santé Communal (CSC) ; on peut citer d’autres en plus etc. (Organigramme de la
mairie).Les différents services sus mentionnés sont retracés en annexe 1 dans
l’organigramme. Nous porterons une attention particulière à la Direction du
Développement Local et de la Promotion Economique(DDLPE) où nous avons
effectué notre stage. La Mairie d’Abomey-Calavi est organisée à deux niveaux : les
services communaux et les services infra communaux.

B- Présentation de la Direction du Développement Local et de la Promotion


Économique de la Mairie d’Abomey-Calavi
La direction du développement local et de la promotion économique a pour mission
principale d’organiser et de coordonner les initiatives de développement local et de
promouvoir l’économie locale. La direction du développement local et de la
promotion économique comprend un secrétariat et quatre (04) services : le service
de la planification et de la prospective (SPP) ; le service de la promotion économique
(SPE) ; le service d’appui aux initiatives communautaires (SAIC) et le service de la
coopération décentralisée (SeCoDe). Les activités de la direction sont coordonnées
par un Directeur placé sous l’autorité du Secrétaire général. Les activités de chaque
service sont coordonnées par un Chef de service placé sous l’autorité du Directeur.
Le Secrétariat est chargé de : la saisie, l’enregistrement, la reprographie, la
ventilation et le classement du courrier au départ et autres documents ; la réception
et l’enregistrement du courrier à l’arrivée, sa ventilation ou son classement ;
l’accueil des usagers et la réception du standard téléphonique de la direction et de
l’organisation de l’agenda du Directeur.

1- Service de la Planification et de la Prospective (SPP)


Le service de la Planification et de la Prospective ont pour attributions : l’élaboration
des documents de planification à savoir le schéma directeur d’aménagement de la

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 18


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

commune, du plan de développement économique et social communal ;


l’élaboration, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation du plan de développement
communal ; la tenue du secrétariat du comité de pilotage pour l’élaboration et de la
cellule chargé du suivi de la mise en œuvre du PDC ; l’exécution des projets inscrit
au programme d’investissement publics de l’Etat ; la mise en place et la gestion
d’une base de données sur les indicateurs sociaux de développement de la
commune ; la tenue du répertoire des partenaires intervenants dans la commune ;
l’élaboration des rapports techniques mensuel, trimestriel et annuel d’activités du
service. Le service de la planification et de la prospective comprend deux (02)
divisions : la division de la planification, du suivi et de l’évaluation des projets
(DPSEP) et la division de la prospective (DP). La division de la planification, du suivi
et de l’évaluation des projets est chargée de : l’élaboration des documents de
planification à savoir : le schéma directeur d’aménagement de la Commune, du plan
de développement économique et social ; l’élaboration, la mise en œuvre et
l’évaluation du plan de développement communal ; la tenue du secrétariat du
comité de pilotage pour l’élaboration et de la cellule chargée du suivi de la mise en
œuvre du plan de développement communal ; l’exécution des projets inscrits aux
programmes d’investissements publics de l’Etat ; l’élaboration des rapports
mensuel, trimestriel et annuel d’activités de la division. La division de la
prospective est chargée de : la mise en place et la gestion d’une base de données sur
les indicateurs sociaux du développement de la Commune ; la tenue d’un répertoire
des partenaires intervenant dans la Commune et l’élaboration des rapports
mensuel, trimestriel et annuel d’activités de la division.

2- Du Service de la Promotion Economique (SPE)


Le service de la promotion économique a pour attributions : la prise des mesures
incitatives en faveur des opérateurs économiques désireux d’entreprendre des
activités dans le domaine du tourisme et de l’hôtellerie, de l’artisanat, des
transports, du commerce, de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche ; l’initiation de
l’aménagement des zones économiques ; l’élaboration des rapports mensuel,
trimestriel et annuel d’activités du service. Le service de la promotion économique
comprend trois (03) divisions : la Division des Initiatives Économiques (DIE) ; la
Division des Zones d’Activités (DZA) ; la Division du Tourisme et de l’Hôtellerie. La
Division des Initiatives Economiques est chargée de : la prise des mesures

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 19


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

incitatives en faveur des opérateurs économiques désireux d’entreprendre des


activités dans les domaines du tourisme, de l’hôtellerie, de l’artisanat, des
transports, du commerce, de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche et de
l’environnement etc. ; l’élaboration des rapports mensuel, trimestriel et annuel
d’activités de la division. La division des zones d’activités est chargée de : l’initiation
de l’aménagement de zones économiques (zones artisanales, touristiques,
industrielles, franches, viabilisées et d’activités) ; l’élaboration des rapports
mensuel, trimestriel et annuel d’activités de la division. La division du tourisme et
de l’hôtellerie est chargée de : veiller à la promotion et à la mise en œuvre d’une
politique communale en matière de tourisme et d’hôtellerie ; veiller à la protection et
à la valorisation des potentiels touristiques de la commune ; l’élaboration des
rapports mensuel, trimestriel et annuel d’activités.

3- Du Service d’Appui aux Initiatives Communautaires (SAIC)


Le service d’appui aux initiatives communautaires a pour attributions : la
sensibilisation des décideurs locaux à l’importance de l’approche intégrée au
« développement communautaire de quartiers», santé et salubrité; la promotion de
la création et du développement des comités de quartiers ; l’identification des
quartiers devant bénéficiés en priorité des interventions publiques par rapport à
une série de critères objectifs ; la tenue à jour du répertoire des ONG et organismes
qui interviennent dans la commune ; l’évaluation de l’impact de projets de quartiers
et des microprojets qui seront proposés par les communautés ; l’assistance des
communautés de villages et de quartiers pour la réalisation des projets en faisant
intervenir les autres services de la ville tels les services techniques ; la préparation
et la diffusion de l’information sur les projets de quartiers ; la préparation des
contrats de quartiers avec les comités de quartiers à soumettre à l’appréciation du
conseil communal ; l’élaboration des rapports mensuel, trimestriel et annuel
d’activités du service. Le service d’appui aux initiatives communautaires comprend
deux (02) divisions : la division de l’organisation des communautés (DOC) et la
division des projets de quartiers (DPQ). La division de l’organisation des
communautés est chargée de : la sensibilisation des décideurs locaux à l’importance
de l’approche intégrée au “développement communautaire de quartier″, santé et
salubrité ; la promotion de la création et du développement de comités de quartiers ;
l’identification des quartiers devant bénéficier en priorité des interventions

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 20


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

publiques par rapport à une série de critères objectifs ; la tenue à jour du répertoire
des ONG et organismes qui interviennent dans la Commune ; l’élaboration des
rapports mensuel, trimestriel et annuel d’activités de la division. La division des
projets de quartiers est chargée de : l’évaluation des impacts de projets de quartiers
et des microprojets qui seront proposés par les communautés ; l’assistance des
comités de villages et de quartiers pour la réalisation des projets en faisant
intervenir les autres services de la ville, en particulier les services techniques ;la
préparation et la diffusion de l’information sur les projets de quartiers ; la
préparation des contrats de quartiers avec les comités de quartiers à soumettre à
l’appréciation du conseil communal ; l’élaboration des rapports mensuel, trimestriel
et annuel d’activités de la division.

SECTION 2 : Observations de stage

Paragraphe 1 : Etat des lieux du système de passation des marches publics à la


Mairie d’Abomey-Calavi

Le système de passation des marchés publics peut être défini comme un dispositif
composé d’acteurs, de règles, de méthodes et d’outils, mis en place pour conduire
les différentes étapes de la procédure de passation des marchés publics, en vue de
l’atteinte des objectifs spécifiques d’un programme ou d’une structure. Le présent
paragraphe nous permettra de passer en revue ces différentes étapes. Précisons que
la procédure de passation des marchés publics comprend plusieurs étapes
successives et un ensemble de normes respectant un cadre légal et réglementaire.
Elle part de l’identification des besoins à la notification du marché à son titulaire.
Sa description sera ici l’occasion pour nous de faire ressortir, à chaque étape, les
atouts et les imperfections du système de passation des marchés publics à la Mairie
d’Abomey-Calavi.

1- Identification des besoins et élaboration d’un plan annuel de passation


des marchés publics
L’article 20 de la loi n°2009-02 du 07 août 2009 portant code des marchés publics
et des délégations de service public en République du Bénin (CMPDSP) fait
obligation aux Autorités Contractantes d’élaborer des plans prévisionnels annuels
de passation des marchés publics, sur la base de leurs programmes d’activités.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 21


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

A cet effet, l’alinéa 2 de l’article 3 du décret n°2011-480 du 08 juillet 2011 portant


procédure d’élaboration des plans de passation des marchés publics dispose que
«l’ensemble des départements opérationnels, les gestionnaires de crédit, les directions
techniques et de projets de l’Autorité Contractante fournissent à la PRMP, les
informations nécessaires afin de lui permettre d’élaborer le plan prévisionnel de
passation des marchés publics dans les délais prévus… ». L’alinéa 4 du même article
précise que ledit plan doit être tenu à la disposition de toute personne intéressée à
l’obtention d’un marché public ou d’une délégation de service public. L’objectif ici
est de permettre aux entreprises intéressées de se préparer à prendre part aux
différents projets d’acquisition de biens et services envisagés par l’administration,
connaissant d’avance la nature et l’importance de ces besoins. Le plan doit être le
plus détaillé que possible et doit préciser l’objet des marchés, les sources de
financement des marchés, les coûts prévisionnels des marchés, les méthodes
envisagées pour la passation des marchés, les périodes dans lesquelles les marchés
seront passés. Après le vote du budget, le plan prévisionnel annuel de passation est,
selon le cas, réaménagé sur la base des crédits ouverts au budget et soumis à la
validation de la CCMP. Il est ensuite transmis à la DNCMP sous la forme de Plan
Annuel de Passation des Marchés Publics (PAPMP) au plus tard le 31 janvier de
l’année N, pour publication au moyen d’un avis général. A cet effet, nous avons
constaté qu’à la Mairie, les PAPMP sont transmis à temps à la DNCMP. Par
contre, il a été noté la non-publication du PAPMP et la non-application de la
procédure de demande de cotation prescrite par le CMPDSP pour les marchés
dont les montants se situent en-dessous des seuils de passation. En effet, pour la
passation desdits marchés, les responsables de la Mairie font toujours recours à
l’ancienne procédure de consultation restreinte qui consiste à choisir le
cocontractant sur la base des factures proforma recueillies auprès de trois
entreprises, fournisseurs ou prestataires de service de leur préférence. En outre, la
lecture des rapports d’activités de la Mairie nous a montré, outre le problème de
non respect des délais prévus, que ces plans de passation ne sont pas toujours
respectés dans le fond. En effet, il a été constaté qu’un nombre non négligeable de
marchés non initialement prévus dans ledit plan sont initiés et passés, alors que
d’autres régulièrement inscrits, sont simplement abandonnés. Il s’agit-là du non
respect des prévisions du PAPMP qui entraîne la modification tacite du

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 22


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

chronogramme d’acquisition des biens et services en cours d’exercice. Cela viole


notamment le principe de transparence des procédures, consacré par l’article 4 du
CMPDSP.

2- Elaboration des Dossiers d’Appel d’Offres (DAO) et lancement de l’Avis


d’Appel d’Offres (AAO)
Aux termes des dispositions de l’article 8 du CMPDSP, la PRMP est garante de la
conduite de la procédure de passation des marchés publics, depuis l’établissement
du PAPMP jusqu’à l’approbation du marché définitif ou de la délégation du service
public. L’élaboration du DAO reste l’une des étapes les plus importantes dans la
chaîne de passation des marchés publics. Le SGM, en vertu de l’article 4 du décret
n°2010-496 du 26 novembre 2010 portant AOF de la PRMP, des CPMP et des
CCMP, qui lui confère la qualité de PRMP, est assisté dans cette tâche par un
Secrétariat (S/PRMP), la CCMP et certaines directions techniques.
A la Mairie d’Abomey-Calavi, il a été constaté que tous les organes de la chaîne de
passation prévus par le CMPDSP n’ont pas été mis en place par l’ARMP. Ce qui
constitue déjà un goulot d’étranglement. De même, d’autres insuffisances ont été
notées.
En ce qui concerne la CCMP, l’article 31 du décret sus cité précise qu’elle est
composée d’un Chef de Cellule, d’un juriste ou spécialiste des marchés publics,
d’un ingénieur des travaux publics, de deux cadres de la catégorie A1 et de toute
personne dont la compétence est jugée nécessaire. Mais, conformément à l’arrêté
2011 n°060/MDEAP/DC/SGM/SA du 16 novembre 2011 portant nomination de
ses membres, la CCMP de la Mairie est plutôt composée, d’un Chef Cellule (cadre
A3), d’un technicien supérieur des travaux publics (cadre A3), d’un économiste
(chercheur) et d’un attaché de services financiers (cadres A3). Il s’agit ici d’un
problème de non-respect des dispositions du décret n°2010-496 sus cité ou de
manque de personnel compétent. De même, en dehors du Chef de ladite cellule,
aucun des membres devant animer chacun des Services de cette structure, n’a
encore été responsabilisé. On remarque alors un retard dans la
responsabilisation des collaborateurs du Chef de la CCMP de la Mairie. De
même, la cellule ne dispose d’aucun véritable spécialiste en marchés publics.
Au stade de l’élaboration et de la validation du DAO, plusieurs imperfections ont
également été relevées.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 23


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

En effet, conformément aux dispositions de l’article 52 du CMPDSP, le DAO contient


notamment, le CCAG, le RPAO, le CCAP, le CCTG, le CCTP, le CCE, les TDR, le
BPU, le DQE, le sous détail des prix et les formulaires types relatifs à la soumission
et aux cautions. Notons que tous les DAO que nous avons pu étudier présentent
invariablement trois parties à savoir : l’AAO, les IS et les Annexes où sont rangés
certains formulaires et autres éléments tels que le BPU, le DQE, etc. il se pose là un
problème de non-maîtrise des techniques d’élaboration du DAO.
Il a été aussi noté des problèmes de :
- contradiction entre le DAO et l’AAO ;
- manque de cohérence parfois entre certains éléments du DAO (contrat de
marché et le BPU) ;
- mauvaise définition des critères de sélection qui souvent sont très vagues, peu
objectifs et ramenés pour la plupart des cas à la « conformité pour l’essentiel »
sans précision de ceux devant être véritablement jugés conformes pour l’essentiel ;
- omission totale de ces mêmes critères ;
- insuffisance et/ou absence de garantie de bonne exécution dans certains DAO
relatifs aux marchés de fournitures (matériels informatiques) ;
- prévision de cette même garantie dans des DAO de marchés de prestations
intellectuelles en violation de l’article 113 du CMPDSP ;
- prévision de la caution de soumission dans tous les DAO liés aux marchés de
prestations intellectuelles en violation de l’article 74 du CMPDSP ;
- usage fréquent d’addendum ;
- utilisation de clauses qui violent le droit à l’information des soumissionnaires
en matière du dénouement d’un appel d’offres, en contradiction avec les articles 85
et 86 du CMPDSP ;
- choix du tribunal de 1ère instance de calavi pour le règlement des litiges
pouvant naître de l’exécution des marchés publics, au lieu de la chambre
administrative de la Cour Suprême qui en est compétente.
La liste des insuffisances notées dans l’élaboration du DAO à la Mairie d’Abomey-
Calavi n’est pas exhaustive. Il en résulte un problème de non-maîtrise des lois et
règlements relatifs à la passation des marchés publics par les acteurs
concernés.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 24


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

Après réception des DAO validés par l’organe de contrôle compétent, la PRMP
procède à l’élaboration de l’avis d’appel d’offres en vue de sa publication tant au
Journal Officiel des Marchés Publics que dans des organes de presse privés, contre
paiement d’une somme. A cet égard, il a été noté des problèmes d’incohérence
entre l’AAO et le contrat de marché : certains AAO sont lancés sans le numéro
d’enregistrement et parfois sans la date et la signature de la PRMP. A cette étape, le
DAO validé sera ensuite multiplié et vendu aux candidats désireux de concourir.

3- Présentation, réception et ouverture des offres


Les soumissionnaires disposent, en vertu de l’article 60 du CMPDSP, de 30 jours
calendaires pour préparer et déposer leurs offres, à compter de la date de
publication de l’AAO, pour les marchés de montant supérieur ou égal aux seuils
fixés au décret n°2011-479 du 8 juillet 2011 et de 45 jours calendaires, pour ceux
de montant supérieur au seuil communautaire. Pour les marchés de travaux et de
fournitures, les offres techniques et financières composées de 4 exemplaires
(1’original et 3 copies) sont remises sous pli fermé, dans une seule enveloppe
«intérieure» portant le nom et l’adresse du soumissionnaire. Cette enveloppe est
placée, à son tour, dans une autre extérieure fermée et ne portant que l’objet de
l’AAO, l’adresse indiquée dans l’avis pour le dépôt des offres, avec la mention « A
N’OUVRIR QU’EN SEANCE ». S’agissant des marchés de prestations intellectuelles,
l’offre technique et celle financière sont placées dans deux enveloppes différentes
portant l’une, la mention « PROPOSITION TECHNIQUE » et l’autre, la mention
« PROPOSITION FINANCIERE », toutes les deux placées dans une enveloppe
extérieure fermée avec les mêmes mentions que celles précédemment citées.
La réception des offres se fait au lieu, date et heure indiqués dans l’avis d’appel
d’offres. A leur réception, les plis sont revêtus d’un numéro d’ordre, de la date et de
l’heure de dépôt et enregistrés dans un cahier préparé à cet effet. Ledit cahier
mentionne les numéros d’ordre de dépôt des offres, l’objet du dossier, la date et
l’heure de dépôt, les noms et prénoms des déposants ainsi que leurs observations et
signature. Après l’heure de dépôt, le cahier d’enregistrement est clôturé et aucune
offre n’est plus réceptionnée. Signalons qu’à ce niveau toute la phase de la vente des
DAO et de la réception des offres est assurée par le Secrétariat de la PRMP.
L’ouverture des plis a lieu en séance publique à la date et à l’heure indiquées dans
l’AAO.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 25


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

Outre la CCMP qui y participe, la CCPMP fait appel aux compétences d’autres
structures de la Mairie, en fonction de la spécificité du marché. A l’entame de la
séance, le président rappelle l’objet de celle-ci, donne la parole au représentant de
la CCMP qui rappelle les clauses relatives à la présentation des offres et au
marquage des enveloppes. Une liste de présence est alors ouverte et mise à la
disposition de l’assemblée. A ce stade, l’on procède d’abord, suivant l’ordre
d’enregistrement, à la vérification de la conformité des plis, à la lecture à haute voix
des renseignements figurant sur chaque enveloppe extérieure et à leur ouverture.
Pour les marchés de travaux, de fournitures et services courants, les offres
techniques et financières sont ouvertes le même jour. Les pièces fournies par
chaque soumissionnaire sont ensuite lues à haute voix (présence matérielle) ainsi
que le montant de chaque soumission.
Quant aux marchés de prestations intellectuelles, seules les offres techniques sont
ouvertes au cours de cette séance. Les offres financières le seront lors d’une autre
séance publique ne portant que sur les offres des soumissionnaires ayant obtenu le
minimum de points requis à l’évaluation technique et préalablement porté à la
connaissance des candidats. Soulignons que lorsque les marchés sont constitués de
plusieurs lots, aucune indication relative aux lots soumissionnés n’est exigée de la
part des soumissionnaires pour le marquage de l’enveloppe extérieure. La
conséquence directe de ce manque d’organisation est que des offres aient été
ouvertes alors que le minimum de trois plis requis n’a pas été obtenu pour certains
lots. Cela occasionne des pertes de temps qui renvoient au même problème de
manque d’organisation.
A la fin de la séance, il est recueilli les observations des soumissionnaires ou de leur
représentant sur le déroulement de la séance. Le procès-verbal d’ouverture des
plis établi, signé par tous les membres présents, n’est pas publié comme l’exige
l’article 76 du CMPDSP.

4- Evaluation et jugement provisoire des offres


Après l’ouverture des offres, une sous-commission d’analyse est mise sur pied afin
de procéder à l’évaluation des offres et à leur classement suivant les critères définis
dans le DAO. En général, elle est composée comme suit à la Mairie:
- Président : La PRMP ou son représentant ;
- Rapporteurs : deux agents du Secrétariat de la PRMP ;

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 26


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

- Membres : un représentant de la structure technique commanditaire du besoin,


un représentant de la DGID, un représentant du DCF et un spécialiste du domaine
concerné par le marché.
Nous avons noté, dans la composition des sous commissions d’analyse, qu’il est fait
recours à des personnes ressources en fonction des spécifications techniques de
chaque marché. En revanche, quelques imperfections ont été constatées à cette
phase déterminante de la procédure. Il s’agit en réalité, de l’impréparation des
travaux de dépouillement et d’analyse et d’une lenteur générale qui entraînent le
non-respect des 15 jours réglementaires impartis à la sous-commission
d’analyse. Cela peut s’expliquer par des retards, des absences parfois continues de
certains membres de la sous-commission, des interruptions intempestives, des
reports de séances, l’inexistence de méthodes efficaces de travail. Il a été également
noté des problèmes de non-conformité des critères d’évaluation (définis parfois
en pleine séance d’évaluation) avec ceux prévus au DAO, de mauvais traitement
fait aux entreprises naissantes, de non-prise en compte des éléments tels que
les bilans, les états financiers, certaines garanties, etc. dans l’évaluation
financière. A tout ceci, il faut ajouter l’évaluation des marchés de fournitures
(équipements) sur la base unique du prix. Signalons en outre, qu’à l’issue des
travaux de la sous commission d’analyse, le rapport d’analyse n’est pas souvent
soumis à l’étude préalable de la CPMP avant sa transmission au contrôle, comme
l’exige le 3ème alinéa de l’article 78 du CMPDSP. Relevons ici que cette légèreté
dans l’évaluation des offres a déjà conduit, dans le cadre d’un dossier, à notifier
l’attribution d’un marché au soumissionnaire retenu avant de découvrir, lors de
l’élaboration du projet de marché, que ce dernier n’était pas en réalité le moins
disant.
Au regard de tout ce qui précède, il se pose un problème du non-respect des
principes de transparence des procédures et d’égalité de traitement des
candidats qui sont des principes sacrés en marchés publics.

5- Jugement définitif et notification de l’attribution


Après étude du procès-verbal de jugement provisoire d’analyse et d’évaluation des
offres, l’organe de contrôle compétent rend sa décision qui peut être une validation
ou un rejet.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 27


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

En cas de validation, le jugement définitif est prononcé et notifié à l’Autorité


Contractante qui le notifie à son tour au soumissionnaire. Par contre, lorsqu’il s’agit
d’un rejet, la CPMP réunit à nouveau la sous-commission d’analyse qui reprend les
travaux, en tenant compte des observations faites par l’organe de contrôle. Dès la
validation du dossier, l’AC notifie au soumissionnaire retenu, l’attribution du
marché. Elle informe également par écrit, les autres soumissionnaires du rejet de
leurs offres et leurs garanties de soumission sont libérées.
Il faut noter qu’au niveau de la CCMP de la Mairie d’Abomey-Calavi, l’examen des
résultats des travaux de dépouillement et d’analyse est assuré par tous les agents
de la Cellule sans distinction, contrairement à l’organisation prévue par l’arrêté n°
058, qui attribue cette compétence au seul Service d’Etude (problème de non-
responsabilisation des agents de la CCMP). De même, la CCMP a du mal à
respecter les cinq (5) jours ouvrables qui lui sont impartis dans l’exercice de son
droit de contrôle.

6- Signature et approbation du contrat


Dès notification de l’attribution au soumissionnaire retenu, le projet de marché est
élaboré par la PRMP et transmis à la CCMP pour étude et avis. Dès l’obtention de
l’avis favorable de la CCMP, le projet de contrat est soumis à la signature du
titulaire, puis à celle de la PRMP.
Après le visa, le projet de contrat est soumis à l’approbation du conseil qui est tenu,
en vertu de l’article 91 du CMPDSP, de se prononcer dans le délai de validité des
offres, ou dans les quinze (15) jours calendaires qui suivent la transmission du
dossier, en cas de refus d’approbation. Mais dans la pratique, ce délai n’est pas
souvent respecté. A cela s’ajoute une certaine lenteur observée au niveau du
Contrôle Financier.
Après son approbation, le marché est retourné à la DNCMP qui le numérote et le
transmet à l’Autorité Contractante, en vue de sa notification au titulaire.

7- Notification du marché au titulaire


La notification, selon l’article 92 du CMPDSP, consiste en un envoi par l’Autorité
Contractante, du marché signé au titulaire, dans les trois (03) jours calendaires qui
suivent l’approbation, par tout moyen permettant de donner date certaine. Elle
consacre la réception du marché par le titulaire. Elle est suivie de l’enregistrement

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 28


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

du marché par le titulaire à la DGID, contre paiement des droits équivalant à un


(1%) du montant hors taxes du marché. Lorsque le marché est financé sur
ressources extérieures, l’enregistrement est sans frais pour le titulaire du marché si
la convention ou l’accord de financement le prévoit.
A la fin de la procédure de passation d’un marché, les originaux des offres des
soumissionnaires, leurs copies, les projets de DAO et autres documents ayant servi
dans la procédure et qui devraient être archivés, sont mal disposés dans les
bureaux de la PRMP, par manque d’archivistes, de locaux et de mobiliers de
rangement.
Au terme de nos observations, nous pouvons inventorier les forces et faiblesses du
système de passation des marchés publics à la Mairie D’Abomey-Calavi.

Paragraphe 2 : Inventaire des forces et faiblesses du système

1- Forces du système
Le système de passation des marchés à la Mairie d’Abomey-Calavi possède des
forces certaines qui méritent d’être soulignées. Elles se présentent comme suit :
 la transmission dans le délai des PAPMP à la DNCMP ;
 l’élaboration des rapports périodiques d’activités ;
 l’assiduité et le dévouement du personnel au travail.

2- Faiblesses du système
Les faiblesses du système sont les suivantes :
 le non-respect des prévisions du PAPMP ;
 l’inapplication de la procédure de demande de cotation ;
 le manque de personnel qualifié ;
 le manque d’efficacité dans l’analyse et l’évaluation des offres ;
 le non respect des principes de transparence des procédures et d’égalité de
traitement en matière d’évaluation des offres ;
 l’entorse aux dispositions légales relatives aux garanties ;
 l’absence d’archivistes au sein du système de passation ;
 l’absence de certains organes de passation et de contrôle prévus par le
CMPDSP ;
 Inexistence d’une base de données fiable sur les marchés publics ;

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 29


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

 le non-respect des délais légaux et réglementaires de passation ;


 l’insuffisance de locaux adéquats pouvant abriter tant le personnel que les
archives.

Les problèmes identifiés par centre d'intérêt sont récapitulés dans le tableau ci-
dessous.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 30


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

Tableau 1: Récapitulatif des problèmes identifiés par centre d’intérêt



CENTRES PROBLEMATIQUES
D’ORD PROBLEMES SPECIFIQUES PROBLEME GENERAL
D’INTERET
RE
Conditions de - Insuffisance de personnel qualifié Mauvaises conditions Problématique de l’amélioration
travail des organes - Absence d’une ligne de crédits spécifique aux activités de travail des organes des conditions de travail des

1 de passation des de la PRMP dans le budget de la Mairie de passation des organes de passation des
marchés publics - Manque de locaux et de matériels adéquats de travail marchés publics à la marchés publics à la Mairie
Mairie d’Abomey-Calavi d’Abomey-Calavi
Gestion du - Non-respect des prévisions du PAPMP Faible efficacité du Problématique de l’amélioration
système de - Inapplication de la procédure de demande de cotation système de passation de la performance du système

2 passation des - Entorse aux dispositions légales relatives aux garanties des marchés publics à de passation des marchés
marchés publics - Non respect des principes de transparence des la Mairie d’Abomey- publics à la Mairie d’Abomey-
procédures et d’égalité de traitement des candidats Calavi Calavi
surtout dans l’évaluation des offres
- Cumul des fonctions de passation et de contrôle par la
CCMP
- Inobservance des délais légaux et réglementaires de
passation
Gestion des - Absence d’archivistes au sein du système de passation Difficultés de gestion Problématique de la

3 Archives et - Insuffisance de locaux pouvant abriter les archives des données et archives modernisation de la gestion du
statistiques sur les - Inexistence d’une base de données fiable sur les sur les marchés publics système d’information sur les
marchés marchés publics. à la Mairie d’Abomey- marchés publics à la Mairie
Calavi d’Abomey-Calavi

Source : Nos observations de stage (Janvier, Février, Mars 2016).

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 31


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

Au regard de ce qui précède, on note qu'à travers chacun des trois centres d'intérêt
retenus, correspondent des problèmes spécifiques qui varient selon le centre d'intérêt.

Au centre d'intérêt relatif à la gestion du système de passation des marchés publics,


nous avons retenu six problèmes spécifiques débouchant sur le problème général
intitulé "faible efficacité du système de passation des marchés publics à la Mairie
d’Abomey-Calavi". C'est pourquoi, nous avons opté réfléchir sur le thème:
« Contribution à l'amélioration du système de passation des marchés publics à la
Mairie d’Abomey-Calavi ».

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 32


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

CHAPITRE II : CADRE THEORIQUE ET METHODOLOGIQUE DE LA RECHERCHE


Ce chapitre comporte deux sections. Dans la première section qui s’intéresse au cadre
théorique, nous présentons dans un premier temps la problématique, les objectifs
ainsi que les hypothèses de notre étude et dans un second temps, nous passons en
revue quelques études antérieures ayant abordé les différents aspects de notre
problématique. La deuxième section est essentiellement consacrée à la présentation de
la démarche méthodologique que nous avons adoptée pour notre étude.

SECTION 1 : Cadre théorique

Paragraphe 1 : Problématique, objectifs et hypothèses de la recherche

1- Problématique
 Choix de la Problématique

Pour répondre à leurs besoins, les personnes publiques ont le choix entre utiliser
leurs moyens internes ou faire appel à des opérateurs économiques par le biais du
contrat. Il s’agit là de la seule manifestation de la liberté contractuelle des personnes
publiques. Celles-ci disposent simplement d’une alternative quant à la manière
d’assurer la satisfaction de leurs besoins. Dès lors qu’elles optent pour la voie
contractuelle, des limitations importantes sont apportées à cette liberté pourtant
constitutionnellement reconnue. Si le contrat envisagé répond à la définition du
marché public, telle qu’elle est énoncée à l’article 1er du Code des marchés publics, sa
passation est soumise à une réglementation spécifique et détaillée qui régit chaque
étape menant à la signature du contrat. Cependant, malgré ces dispositions prises,
des irrégularités sont observées dans la passation des marchés. En effet, nous notons,
le non respect des procédures et délais de passations des marchés publics, les
violations du référentiel des prix, le favoritisme dans l’attribution des contrats. Ces
dysfonctionnements observés ont pour corolaire, l’acquisition de biens non-conformes
aux spécifiques techniques du dossier d’appel d’offres, inexécution de certaines
activités, le non respect de la durée des étapes du processus de la passation des
marchés. De multiples raisons sont à la base de cet état de choses. On peut citer entre
autres, la non application des textes ou leur imprécision, le retard dans la réception des
avis de non objection, la mauvaise planification des besoins et du budget, le manque
d’expertise du personnel, la paupérisation des fonctionnaires, la non maîtrise des

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 33


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

procédures de passation des marchés, la méconnaissance de leur rôle, le


renversement de l’échelle des valeurs dans la société et la banalisation des actes de
corruption. C’est ainsi que, l’exécution des marchés publics n’a cessé d’engendrer de
multiples problèmes malgré tous les efforts consentis par les autorités politico-
administratives. En effet, au niveau des ministères, institutions et communes,
l’attribution des marchés publics entraîne des difficultés dont les causes s’observent
aussi bien au niveau de ces institutions et communes qu’au niveau des titulaires des
marchés. De même, on peut noter, la mauvaise qualité des infrastructures réalisées à
coûts de milliards, les disparités énormes entre les prix pratiqués pour le même bien
ou service d’une institution à une autre, l’organisation de fausses concurrences et la
politique de fractionnement des commandes sont légions.

Tel est l’environnement malsain dans lequel évolue le système de passation des
marchés publics malgré la prise de nouveaux décrets qui visent pourtant plus de
célérité et d’efficacité dans la procédure de passation des marchés publics et par
ricochet l’accroissement du taux de consommation des crédits budgétaires. Il faut
noter que depuis quelques années, les taux de consommations de crédits budgétaires
sont restés constamment faibles car tournant autour de 35 à 40 % au maximum.
Cette situation est bien défavorable au développement local tant recherché pour
améliorer les conditions de vie des populations à la base. D’autres problèmes
également sont constatés. On observe par exemple: les abandons de chantiers,
l’exécution hors délai des contrats de marchés publics, les litiges liés à l’évolution des
prix fixés, le recours intempestif à la procédure de gré à gré qui est devenue une règle
et non une exception et pire, plusieurs contrats sont signés en « régularisation » c'est-
à-dire après la réalisation du service. Ces pratiques manifestement malsaines sont
bien sûr à l’origine des déperditions financières subies par l’état, les communes et qui
ont pour conséquence la perte de confiance des bailleurs et partenaires au
développement.

Au regard de tout ce qui précède des interrogations surviennent quant aux facteurs
explicatifs de la violation flagrante des procédures de passation des marchés à la
Mairie d’Abomey Calavi. Cela suscite alors les interrogations suivantes : Quels sont les
facteurs qui entravent le respect des procédures de passation des marchés publics?
Quels sont les facteurs explicatifs du non respect des délais légaux et réglementaires

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 34


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey-Calavi? Quelles sont les


causes du non respect des principes de transparence et d’équité dans l’évaluation des
offres à la Mairie d’Abomey-Calavi.

Pour apporter des solutions à tous ces maux qui minent le domaine de passation des
marchés publics dans les collectivités locales, nous proposons de porter nos réflexions
sur le thème intitulé « Contribution à l’amélioration du système de passation des
marchés publics à la Mairie d’Abomey-Calavi ».

 Justification de la Problématique

La présente étude a été faite dans le cadre de l’obtention du diplôme de fin de


formation en DESS Gestion des Projets et Développement Local (GPDL). Cette étude
porte sur la contribution à l’amélioration du système de passation des marchés
publics à la Mairie d’Abomey-Calavi. Le choix de ce thème réside dans notre volonté
d’essayer de mettre en pratique les notions acquises durant notre formation de
Gestion de projets et développement local. Rappelons qu’un marché public est un
contrat écrit, passé conformément aux dispositions du CMPDSP et par lequel un
entrepreneur, un fournisseur ou un prestataire de service s’engage à réaliser des
travaux ou à fournir des biens ou des services moyennant une rémunération, au profit
d’une personne morale de droit public (ou de droit privé agissant pour le compte de
cette dernière). Autrement dit, la passation d’un marché public obéit à une procédure
bien déterminée. Cette dernière constitue une étape primordiale dans le processus
conduisant à la satisfaction des besoins d’intérêt général. De plus, la valeur d’un
système de passation des marchés publics, ne dépend pas seulement de son existence
juridique ou théorique, mais plutôt de sa fiabilité et surtout de l’efficacité croissante
dont il fait montre. Il s’avère donc bénéfique, voire indispensable pour la Mairie
d’Abomey-Calavi, que le système mis en place pour conduire cette procédure soit
performant. Mais au regard des résultats de nos observations de stage sur l’ensemble
des acteurs, règles, outils et méthodes constituant le système de passation des
marchés publics, il subsiste un doute sur la fiabilité et l’efficacité du système qui
prévaut dans cette commune.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 35


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

2- Objectifs et hypothèses de la recherche


 Objectifs

Les objectifs visés dans le cadre de cette étude se présentent sous deux volets :
l’objectif général et les objectifs spécifiques.

Objectif général de l’étude

L’objectif général visé par cette étude est d’améliorer le système de passation des
marchés publics à la Mairie d’Abomey-Calavi.
De cet objectif général, se dégage trois objectifs spécifiques :
Objectifs spécifiques

OS 1 : Analyser les causes de l’inapplication de la procédure de demande de cotation à


la Mairie d’Abomey-Calavi.
OS 2 : Déterminer les facteurs explicatifs du non respect des délais légaux et
réglementaires de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey-Calavi.
OS 3 : Analyser les causes du non respect des principes de transparence et d’équité
dans l’évaluation des offres à la Mairie d’Abomey-Calavi.

 Hypothèses de recherche

Ainsi, pour atteindre les objectifs ci-dessus cités, nous avons formulé les hypothèses
suivantes :
Hypothèse l : La confusion créée par les décrets d’application du code et la note
circulaire n°962/MEF/DC/CF/DGB/SP du 03 avril 2012 empêche l’application de la
procédure de demande de cotation à la Mairie d’Abomey-Calavi.
Hypothèse 2 : La mauvaise organisation du travail explique le non respect des délais
légaux et réglementaires de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey-
Calavi.
Hypothèse 3 : Le non respect des principes de transparence et d’équité dans
l’évaluation des offres à la Mairie d’Abomey-Calavi est dû aux insuffisances liées aux
critères d’évaluation définis dans les dossiers d’appel à concurrence.
Paragraphe 2 : Revue de littérature
Il s’agira pour nous dans ce paragraphe, de faire le point des recherches antérieures
se rapportant à chaque problème spécifique en résolution.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 36


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

1- Contributions antérieures à l’inapplication de la procédure de demande de


cotation
Lors de nos recherches, nous n'avons trouvé aucune contribution antérieure se
rapportant spécifiquement à la demande de cotation. La documentation mobilisée ici,
hormis la législation nationale, est essentiellement liée aux marchés à procédure
adaptée (MAPA) du code français des marchés publics de 2006 (NOR :
ECOM0620003D) qui répond à la même philosophie que la demande de cotation de
notre CMPDSP.
En effet, selon le vade-mecum, MAPA élaboré par le Centre de Ressources du
Développement Territorial (p.3 et 7), une demande de cotation bien menée tout comme
« un MAPA réussi tient à deux choses : la rationalisation et l’opérationnalité ».
Le recours à cette procédure par le législateur, vise à laisser une certaine liberté à
l’acheteur public pour lui permettre ainsi d’adapter le processus réglementaire au
marché à passer. Elle présente ainsi différents avantages dont « la gestion des délais
selon les contraintes, les dépenses réduites grâce aux gains sur la publicité », toute
chose devant garantir la continuité du service public.
Toutefois, cette liberté relative laissée à l’Autorité Contractante, ne doit pas pour but
de porter atteinte aux principes de la commande publique. C’est du reste la
quintessence de l’article 30 du CMPDSP qui précise que l’AC peut avoir recours à cette
procédure « à condition que les modalités de celles-ci respectent les principes posés à
l’article 4 » dudit code, à savoir : la liberté d’accès à la commande publique ; l’égalité de
traitement des candidats ; et la transparence des procédures. Ces principes ont pour
but d’assurer l’efficacité de la commande publique et la bonne utilisation des
deniers publics.
Selon Cyrille Emery (2004), « assurer l’efficacité de la commande publique, c’est mettre
en œuvre toutes les dispositions (…), provoquer la concurrence dès le premier euro
dépensé, faire de la publicité, veiller au respect des principes ». En d’autres termes,
l’Autorité Contractante se doit, en vue d’une gestion efficace de ses commandes
publiques, de veiller au respect de ces principes de base dans la conduite des
procédures, en organisant notamment la mise en concurrence, quel que soit le
montant des dépenses à effectuer. Cela voudra aussi dire, au regard de la législation
nationale, que pour toute dépense de travaux, de fournitures ou de services de

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 37


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

montant compris entre 1 FCFA et leurs seuils respectifs de passation, la demande de


cotation est la procédure appropriée.
A cet effet, l’article 7 du décret relatif aux seuils de passation précise que l’AC assure «
la publication de l’avis de consultation par voie de presse, par affichage dans ses locaux
et par tout moyen électronique à sa disposition». Le respect de ces dispositions qui
renforcent la concurrence, garantit la transparence dans la gestion des commandes
concernées et accroît l’efficacité du système de passation. Autrement, la collectivité
publique commet une faute à l'origine de la nullité du contrat. Ainsi en a décidé la
Cour Administrative d’Appel de Marseille dans son Arrêt n°02MA00706 du 30 mars
2004 - SA Carlson Wagonlit Travel.

2- Contributions antérieures à l’inobservance des délais légaux et


réglementaires de passation
La question des délais de passation ne souffre d’aucun vide juridique. Elle a été
plusieurs fois consacrée par différents textes au Bénin. En effet, le CMPDSP et ses
décrets d’application ont fixé les délais raisonnables de passation qui jalonnent le
déroulement des procédures.
Au demeurant, entre la date du lancement de l’AAO et celle de la réception des offres,
il faut observer trente (30) ou quarante cinq (45) jours calendaires, selon que les
montants soient inférieurs ou supérieurs aux seuils communautaires de publication
(article 60). L’ouverture des plis, l’évaluation des offres et la présentation du rapport
d’analyse ne peuvent dépasser quinze (15) jours ouvrables (article 78, alinéa 2).
Quant à l’attribution du marché et la publication du procès-verbal d’attribution, elles
doivent avoir lieu dans le délai de validité des offres (article 84, dernier alinéa). La
PRMP dispose de sept (7) jours, à compter de la date de réception du projet de marché
adopté par la CPMP et signé par l’attributaire, pour signer le marché (article 90, alinéa
5). L’AC est tenue d’observer un délai minimum de quinze (15) jours pour d’éventuels
recours des candidats évincés, avant de signer le projet de marché et de le soumette à
l’approbation, après la publication du procès-verbal d’attribution (article 85, alinéa 3).
L’approbation du marché doit intervenir dans le délai de validité des offres et en cas de
refus, dans les quinze (15) jours calendaires de la transmission du dossier. La CCMP
et la DNCMP disposent respectivement d’un délai maximum de cinq (5) et sept (7)

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 38


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

jours ouvrables à compter de la date de réception d’un dossier, pour statuer et


transmettre leur décision à la CPMP (articles 34 du décret n°2010-496
et 29 du décret n°2010-495 portant AOF de la DNCMP). En ce qui concerne la
notification du marché à l’attributaire, elle a lieu dans les trois (3) jours calendaires
suivant l’approbation (article 92, alinéa 2 du code). La publication de l’avis
d’attribution définitive du marché doit se faire quinze (15) jours après son entrée en
vigueur (article 93, alinéa 2).

Soulignons que l’inobservance des délais de passation peut tirer sa source même de la
planification des besoins. Pour ce faire, Nicolas Jean, traitant de la problématique de
la gestion du temps dans les marchés publics dans le n°40 des Contrats publics
(2005, p.55) affirme que « la personne responsable des marchés peut (ou doit) prendre
le soin de planifier et d’anticiper toutes les phases de l’achat, du début de la définition
des besoins à la fin complète de l’exécution du marché, en passant bien évidemment par
la procédure ».
Cela suppose à la fois une organisation conséquente et la disponibilité des ressources
nécessaires. C’est ce qui se dégage du document du Séminaire sur la passation des
marchés publics, réalisé par ISADE sa – BANQUE MONDIALE (p.24) qui précise que la
préparation d’un marché doit « établir l’organisation requise pour gérer le projet, et elle
doit prévoir les problèmes qui pourraient surgir au cours de la réalisation et envisager
des solutions. » C’est dans ce même ordre d’idées que Wilson O’shaughnessy (2006,
p.5) nous rappelle qu’« une démarche de planification stratégique constitue en soi un
projet à réaliser et nécessite de ce fait une gestion minutieuse ». L’auteur va plus loin
dans son raisonnement (p.40) pour faire ressortir un constat, qu’il expose en ces
termes : « On observe souvent que le nombre de projets à réaliser est trop élevé et qu’il
ne reflète pas la capacité des ressources disponibles. On assiste alors à des
dépassements importants dans le coût et les échéanciers ». Tout cela témoigne de
l’importance et de l’imbrication des notions de planification et de qualité des
ressources humaines (temps, organisation, outils et méthodes) dans l’efficacité de la
procédure de passation des marchés.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 39


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

3- Contributions antérieures à l’atteinte aux principes de transparence des


procédures et d’égalité de traitement des candidats surtout dans l’évaluation
des offres
« Une personne publique se rend coupable de délit de favoritisme si elle méconnaît les
règles de l'appel d'offres, destinées à assurer l'égalité dans l'accès aux marchés publics,
alors même qu'elle n'était pas tenue de recourir à cette procédure ».
Tel est le sens de la décision rendue le 15 mai 2008 par la chambre criminelle de
la cour de cassation française, qui stigmatise et sanctionne, notamment, les
passations illégales de marchés de gré à gré.
De même, pour le Conseil d’Etat (CE), « l'acheteur public qui n'a pas renseigné la
rubrique ‘’cautionnement et garanties exigées’’ lorsqu’il a des exigences de ce type à
l'égard des candidats, manque à ses obligations » (CE n°300992 du 21 novembre
2007).
Tout comme dans un avis d'appel à concurrence, l'absence de la date d'envoi de
l'avis pour publication au journal officiel entache d'illégalité la procédure de publicité
(Ordonnance du Tribunal Administratif de Marseille n°0706772 du 19 novembre 2007
– Société Transparence) ; la cour peut annuler le rejet d'une candidature à un marché,
au motif que l'un des critères spécifiés par le règlement de consultation n'est pas
justifié par l'objet du marché ou ses conditions d'exécution (Arrêt de la Cour
Administrative de Douai n°02DA00889 du 31 mars 2005 – Société Thématique SA
c/OPAC Oise Habitat).
Aussi, lorsque l’Autorité contractante décompose les critères en sous-critères, doit-elle
pondérer à l'avance et rendre publics les sous-critères s'ils ont une influence sur le
classement des offres (Ordonnance de la Cour Administrative d’Appel de Bordeaux
n°07BX01819 du 12 octobre 2007 – Région Réunion).
Ces quelques exemples tirés de la jurisprudence française témoignent de l’importance
des précautions à prendre dans la gestion de la passation des marchés publics,
notamment en termes de définition des critères de choix du cocontractant de l’AC et
des obligations de chaque partie au marché. Autrement dit, les principes d’égalité de
traitement des candidats et de transparence des procédures exigent que l'objet de
chaque marché ainsi que ses critères d'attribution soient clairement définis.
Cela renvoie, dans une certaine mesure, à l’utilité de la planification dans les marchés
publics. En effet, comme le rappelle Nicolas Jeanjean cité plus haut, « la définition

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 40


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

des besoins est la clé de voûte de tout le processus d’achat ; elle détermine le bon
déroulement de toutes les étapes ultérieures (choix d’une procédure adéquate, de
l’allotissement, définition des obligations respectives des parties, détermination des
critères de sélection, choix du meilleur candidat, etc.).
En matière de choix, le document de référence en marchés publics est le DAO ou la
demande de proposition. Les recours liés à la qualité du dossier d’appel d’offres
portent notamment sur les données particulières et les critères d’évaluation et de
qualification. Dans sa note de présentation sur la reforme du cadre juridique et
institutionnel des marchés publics au Bénin, François SERRES (2006), préconise, «
l’élaboration et l’utilisation des documents types de gestion des marchés publics tels que
les DAO types, les formats types d’établissement de comptes rendus ou de rapports etc.,
pour permettre une meilleure collecte de l’information et un gain de temps ».
Dominique LEGOUGE (1998), s’inscrit aussi dans cette logique d’harmonisation des
outils de passation des marchés publics. Aussi, à l’occasion de la conférence de Paris
sur l’efficacité de l’aide au développement en 2005, a-t-il été demandé aux pays
bénéficiaires des aides, de renforcer leurs propres capacités de développement, en ces
termes : « la capacité de planifier, gérer et mettre en œuvre les politiques et programmes
(…), est un élément essentiel pour la réalisation des objectifs de développement (…). Le
renforcement des capacités est une responsabilité qui revient aux pays partenaires, les
donneurs ayant un rôle de soutien ».
L’objectif de toutes ces dispositions est, à n’en point douter, d’assurer la transparence
dans les procédures de passation des marchés publics. C’est ce que souligne l’ex
Ministre en charge des Finances, A. BIO TCHANE, dans la préface de l’ancien code
des marchés publics et textes d’application (ordonnance n°96-04 du 31janvier 1996),
en ces termes : « bonne gouvernance et la transparence dans la gestion des affaires
publiques (…) paraissent en effet, à travers leurs effets induits, les seules capables de
renforcer la confiance des populations dans les institutions politiques et de favoriser
leur adhésion aux réformes économiques nécessaires pour assurer leur bien-être
collectif ».
L’atteinte des objectifs de notre étude exige qu’une démarche soit faite à l’endroit des
acteurs du système afin de mieux appréhender les dysfonctionnements constatés.
Cette démarche fera l’objet de la seconde section de ce chapitre.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 41


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

SECTION 2 : Méthodologie de l’étude


Dans cette section, nous expliquerons la démarche méthodologie adoptée dans le
cadre de notre travail de recherche.
Paragraphe 1 : Technique de collecte des données et méthode d’échantillonnage

1- Technique de collecte des données

Pour élaborer la base théorique de notre recherche, il a été impérieux de procéder à


une étude documentaire. Cette phase a consisté à parcourir des bibliothèques, les
centres de documentation, quelques structures spécialisées et à effectuer des
recherches sur certains sites de recherche. Cette revue documentaire nous a en outre
permis d’apprécier le niveau des travaux effectués jusque là sur le thème. En effet, la
première source d’information de ce travail est le service de documentation de la
Mairie. Au niveau de cette structure, nous avons eu copie des différents documents
relatifs à notre thème et aussi nous avons pu constater les travaux antérieurs sur le
thème. De même, nous avons consulté des anciens mémoires de DESS et d’autres
documents et ouvrages dans les bibliothèques de la FASEG qui nous ont permis
d’étudier et d’analyser les contours de notre thème d’étude. Enfin, nous avons effectué
des recherches sur quelques sites internet et sur Google.

La pré-enquête nous a permis d’effectuer les premières observations sur le champ


d’étude. Au cours de cette étape, des contacts avec les personnes ressources de la
passation des marchés ont été pris. Cela nous a permis de mieux cerner la
problématique de notre étude, et d’élaborer les outils d’investigation devant servir pour
l’enquête proprement dite. Plusieurs techniques ont été utilisées :

- l’observation: Cette observation nous a permis de constater la procédure de


passation des marchés à la Mairie d’Abomey-Calavi. Cela nous a aussi permis
de nous rendre compte des différents problèmes relevés dans notre étude
concernant l’application de la procédure prévue par l’ARMP.

- Enquête : Cette phase de la recherche a consisté à collecter des informations


quantitatives approfondies sur diverses questions touchant la perception des
populations et autres acteurs de la gestion des déchets ménagers. Diverses
précautions comme la garantie de l’anonymat, ont été prises afin de collecter des

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 42


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

informations fiables nous permettant de faire une bonne analyse, de vérifier les
hypothèses formulées.

2- Identification de la population et choix de l’échantillon


Dans le but de collecter des informations aussi fiables que possible, nous avons
procédé à une enquête. Pour ce faire, les données d’enquête seront collectées auprès
d’un échantillon constitué des différentes personnes intervenant dans le domaine de la
passation des marchés. Notre échantillon est donc composé de :

- La PRMP (1) : la Personne Responsable des Marchés Publics 1 ;

- Les six (6) membres de la Commission de Passation des Marchés Publics


(CPMP) ;

- Les six (6) membres de la Cellule de Contrôle de Passation des Marchés Publics
(CCMP) ;

- Les trois (03) membres du Secrétariat de la Passation des Marchés Publics


S/PRMP

- Un (1) membre de la direction générale des impôts et des domaines (DGID).

Nous avons d’abord opté pour un échantillon par choix raisonné, afin de sélectionner
les directions et services à considérer, puis les personnes à enquêter. Ce choix
s’explique par la nécessité d’assurer la qualité des données à recueillir.

Ainsi, notre échantillon se présente comme l’indique le tableau suivant :

Tableau 2 : Echantillon de l’étude

N° SERVICES NOMBRES DE PERSONNES INTERROGEES


01
PRMP 01
02 CPMP 06
03 CCPMP 06
04 S/PMP 03
05 DGID 01
Total 17
Source : Nous même

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 43


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

Paragraphe 2 : Outils de collecte des données et méthode de traitement des


données.

Cette partie est consacrée à la présentation des outils de collecte des données ainsi
que la méthode de traitement des données.

1- Outils de collecte des données


Les données primaires ayant servi de base à la présente étude ont été collectées par le
biais d’une enquête par questionnaire administré en face à face. Selon Thietart et coll
(1998), le questionnaire permet d’interroger directement des individus en définissant
au préalable, par une approche qualitative, les modalités de réponses au travers des
questions dites fermées. Pour eux, le questionnaire a pour avantage de pouvoir faire
face à un échantillon vaste pour en établir une relation statistique. Notre
questionnaire est constitué de questions semi fermées autour de nos problèmes
spécifiques. On y retrouve trois questions du genre : « selon vous, qu’est-ce qui est à la
base de l’inapplication de la procédure de demande de cotation ? ». Chacune des trois
questions est relative à chaque problème spécifique, assortie de trois réponses
supposées et d’un champ libre intitulé « Autres » pour enrichir nos suppositions
(cf. annexe n°2).
Par ailleurs, nous avons procédé à une recherche documentaire comme outil de
collecte de données secondaires. En effet, plusieurs études, notamment des mémoires
de fin de formation en Administration des Finances, à l’Ecole Nationale
d’Administration et de Magistrature (ENAM), ont déjà abordé la question de
l’amélioration du système de passation des marchés publics, mais dans des contextes
et structures qui diffèrent des nôtres. Ces études seront mises à contribution dans
notre travail, afin d’intégrer les données communes ou transversales y relatives.

2- Méthode d’analyse et de traitement des données


La méthode d’analyse utilisée est la statistique descriptive. Cette étude utilise donc
les tableaux, les représentations graphiques. Les données recueillies ont été utilisées
pour tester les différentes hypothèses émises dans cette étude. Ces données ont
préalablement fait l’objet d’un dépouillement manuel et seront traitées à l’aide du
tableur Excel. Nous présenterons ces données sous forme de tableaux et de
graphiques, afin de donner tous les détails concernant l’avis des personnes interrogées
dans le cadre de nos enquêtes.
Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 44
Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

Nous avons fait recours aux seuils de décision pour confirmer ou infirmer les
différentes hypothèses. Ainsi, nous avons fixé un seuil de décision de 52%. Cela
signifie que dès lors qu’une cause est reconnue par 52% au moins des personnes
interrogées comme étant valable, nous la considéreront comme fondée.

3- Difficultés rencontrées
Lors de la réalisation de ce travail de recherche, nous avons été confrontés à un
certain nombre de problèmes. Ces derniers sont relatifs au refus de collaboration de
certaines personnes, à l’accès difficile à certains documents et à l’indisponibilité de
certaines personnes devant nous fournir des réponses responsables. Le seul argument
usité pour justifier cet état de chose qu’on peut qualifier de résistances
administratives, est le caractère soi-disant confidentiel de certaines informations.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 45


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

CHAPITRE III : CADRE EMPIRIQUE DE L’ETUDE


Tout comme les deux premiers, ce troisième et dernier chapitre comporte deux
sections. Dans la première section, nous allons procéder à la présentation et à
l’analyse des résultats d’une part, à la vérification des hypothèses d’autre part tandis
que dans la deuxième section, nous proposerons des solutions aux problèmes
identifiés ainsi que les conditions de leur mise en œuvre une gestion efficace et
transparente du système de passation des marchés à Abomey-Calavi.

SECTION I : Présentation, analyse des résultats et vérification des hypothèses

Cette section est consacrée à la présentation, à l’analyse ainsi qu’à la vérification des
hypothèses émises dans le cadre de cette étude.

Paragraphe I : Présentation et analyse des résultats

1- Présentation et analyse des résultats relatifs à l’inapplication de la


procédure de demande de cotation
Les résultats issus de nos enquêtes relatifs à l’inapplication de la procédure de
demande de cotation sont présentés à travers le tableau n°3 en annexe1. Le graphique
n°1 ci-dessous illustre ces mêmes résultats.
Graphique 2 : Causes de l’inapplication de la procédure de demande de cotation

70 64,71
60

50

40

30 23,53
Série1
20
11,76
10

0
L'absence de volonté de la Le faible degré La confusion crée par les
part de certains gestionnaires d'appropriation de la décrets d'application du code
de crédit procédure par les acteurs du et la circulaire n°962/MEF/du
système 03 Avril 2012

Source : Résultats issus des données de l’enquête

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 46


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

Le Graphique ci-dessus présente les résultats relatifs aux causes de l’inapplication de


la procédure de demande de cotation. Ce graphique montre que la raison
prépondérante de l’inapplication de la procédure de demande de cotation est la
confusion créée par les décrets d'application du code et la circulaire n°962/MEF/du
03 Avril 2012. En effet, sur les 17 personnes constituant notre échantillon, 64,71%
trouvent comme raison de l’inapplication de la procédure de demande de cotation, la
confusion créée par les décrets d’application du code et la circulaire n°962/MEF/du
03 Avril 2012 ; contre 23,53% affirmant plutôt que cela est dû au faible degré
d'appropriation de la procédure par les acteurs du système. Enfin 11,76% évoquent
comme raison, l'absence de volonté de la part de certains gestionnaires de crédit.

2- Présentation et analyse des données relatives à l’inobservance des délais


légaux et réglementaires de passation

Les résultats de nos enquêtes concernant les causes du non respect des délais légaux
sont présentées dans le tableau n°4 en annexe 1. Le graphique n°3 ci-dessous illustre
ces résultats.
Graphique 3 : Résultats de l’enquête relative à l’inobservance des délais légaux
et réglementaires de passation des marchés

Série1

52,94
17,65
23,53
5,88

Source : Résultats issus des données de l’enquête

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 47


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

Comme le montre ce graphique, pour 17,65% des enquêtés, le problème spécifique


n°2 s’explique par le retard dans la préparation des TDR et dossiers d’appel à
concurrence par les acteurs du système tandis que 52,94% de ces personnes pensent
plutôt que cela est lié à l’insuffisance d’outils adéquats de travail, la mauvaise
organisation du travail et l’indisponibilité des cadres. De même, en ce qui concerne
les interférences d’intérêts (politique-général-personnel), 23,53% des enquêtés ont
validé cette cause pendant que 5,88% seulement évoquent d’autres raisons.

3- Présentation et analyse des données relatives à l’atteinte aux principes de


transparence des procédures et d’égalité de traitement des candidats
Le graphique ci-dessous présente les résultats de l’enquête liée à l’atteinte des
principes de transparence des procédures et d’égalité de traitement des candidats.

Graphique 4 : Résultats de l’enquête relative aux causes de l’atteinte des


principes de transparence des procédures et d’égalité de traitement des
candidats

70
64,71

60

50

40

29,41
30
Série1

20

10
5,88

0
Faible niveau de maitrise des Insuffisances liées aux Manque de conscience
textes par les acteurs du critères d'évaluations dans professionnelle
système les Dossiers d'appels à
concurrence

Source : Résultats issus des données de l’enquête


Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 48
Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

Selon les résultats illustrés par ce graphique, 29,41% des personnes interrogées
estiment que ce problème spécifique n°3 est dû au faible niveau de maîtrise des textes
par les acteurs du système tandis que pour 64,71% de ces enquêtés, il est plutôt la
résultante des insuffisances liées aux critères d’évaluation définis dans les dossiers
d’appel à concurrence. En revanche, 5,88 % le lient au manque de conscience
professionnelle.
Paragraphe 2 : Vérification des hypothèses

Il s’agira dans cette partie de procéder à la vérification des hypothèses émises dans le
cadre de la réalisation de ce travail de recherche eu égard aux informations collectées.

1- Vérification de l’hypothèse N°1


Au terme de nos investigations, on s’aperçoit que l’hypothèse N°1 selon laquelle :
l’inapplication de la procédure de demande de cotation à la Mairie d’Abomey -
Calavi est due à la confusion créée par les décrets d’application du code et la
circulaire n°962/MEF/DC/CF/DGB/SP du 03 avril 2012 est confirmée. En effet,
les résultats montrent que sur les 17 personnes interrogées (acteurs du système de
passation des marchés), 64,71 % des avis recueillis évoquent comme raison de
l’inapplication de la procédure de demande de cotation à la Mairie d’Abomey-Calavi, la
confusion créée par les décrets d’application du code et la circulaire
n°962/MEF/DC/CF/DGB/SP du 03 avril 2012 et en nous référant au seuil de
décision, on constate que cela est supérieur au seuil de décision fixé qui est de 52%.
Ce qui montre que c’est la confusion créée par les décrets d’application du code et la
circulaire n°962/MEF/DC/CF/DGB/SP du 03 avril 2012 qui constitue l’obstacle à
l’application de la procédure de demande de cotation à la Mairie d’Abomey-Calavi.
Cependant, cette confusion n’est pas la seule raison évoquée par les personnes
composant notre échantillon. En effet, les résultats de notre enquête relatifs aux
facteurs explicatifs de l’inapplication de la procédure de demande de cotation
montrent aussi que certaines raisons telles que : la mauvaise volonté de la part de
certains gestionnaires de crédit, le faible degré d'appropriation de la procédure par les
acteurs du système en sont aussi à la base car affichant respectivement les taux de
réponses de 11, 76% et 23,53%. Au regard des différents résultats obtenus et de nos
analyses, l’hypothèse N°1 selon laquelle : « l’inapplication de la procédure de
demande de cotation à la Mairie d’Abomey-Calavi est due à la confusion créée

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 49


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

par les décrets d’application du code et la circulaire n°962/MEF/DC/CF/DGB/SP


du 03 avril 2012 » est confirmée.

2- Vérification de l’hypothèse N°2


A l’issue de nos investigations, on constate que l’hypothèse N°2 stipulant que :
« l’inobservance des délais légaux et réglementaires de passation des marchés
serait due à l'insuffisance d'outils adéquats de travail, la mauvaise organisation
du travail et l'indisponibilité des cadres » est confirmée. En effet, les résultats issus
de nos investigations montrent que le principal facteur explicatif de l’inobservance des
délais légaux et réglementaires de passation des marchés est l’ l'insuffisance d'outils
adéquats de travail, la mauvaise organisation du travail et l'indisponibilité des cadres.
En effet, les résultats montrent que 52, 94 % de l’échantillon évoquent cette raison
comme explicatif de cet état de chose. De même en nous référant au seuil de décision
fixé (52%), on constate que ce taux de réponse obtenu est légèrement supérieur à ce
seuil. Ce qui vient confirmer l’hypothèse N°2 émise dans le cadre de cette étude.
Cependant, d’autres raisons ont été aussi évoquées par les personnes interrogées
comme étant explicatif du phénomène observé. Ces raisons sont: le retard dans la
préparation des TDR et dossier d'appel à concurrence par les acteurs du système, les
interférences d'intérêts et d’autres disparates qui présentent respectivement les scores
17,65%, 23,53% et 5,88 %.

3- Vérification de l’hypothèse N°3


Au terme de nos investigations, on s’aperçoit que l’hypothèse N°3 selon laquelle :
« l’atteinte aux principes de transparence des procédures et d’égalité de
traitement des candidats serait due aux insuffisances liées aux critères
d'évaluations dans les dossiers d’appels à concurrence » est confirmée. En effet,
les résultats montrent que sur les 17 personnes interrogées (constituant notre
échantillon), 64,71 % des avis recueillis évoquent comme raison de l’atteinte aux
principes de transparence des procédures et d’égalité de traitement des
candidats, les insuffisances liées aux critères d'évaluations dans les DAO et en nous
référant au seuil de décision (52%), on constate que ce score obtenu est supérieur au
seuil fixé. Ce qui montre que ce sont les insuffisances liées aux critères d'évaluations
dans les dossiers d’appels à concurrence qui font obstacle aux principes de
transparence dans les procédures et égalité de traitement des candidats. Cependant,

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 50


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

ces insuffisances liées aux critères d’évaluations dans les dossiers d’appels à
concurrence ne sont pas les seules raisons évoquées par les personnes composant
notre échantillon. En effet, les résultats de notre enquête concernant les facteurs
explicatifs de l’atteinte aux principes de transparence des procédures et d’égalité
de traitement des candidats montrent aussi que certaines raisons telles que : le
faible niveau de maitrise des textes par les acteurs du système et l’absence de
conscience professionnelle en sont aussi à la base car affichant respectivement les
taux de réponses de 29,41% et 5,88 %. Au regard des différents résultats obtenus et
de nos analyses, l’hypothèse N°3 selon laquelle : « l’atteinte aux principes de
transparence des procédures et d’égalité de traitement des candidats serait due
aux insuffisances liées aux critères d'évaluations dans les dossiers d’appels à
concurrence » est confirmée.

SECTION II : Propositions de solutions et conditions de leur mise en œuvre

Paragraphe 1 : Approches de solutions


Il sera question dans ce paragraphe de proposer des approches de solutions par
problème spécifique identifié.

1- Approches de solutions à l’inapplication de la procédure de demande de


cotation
Conformément au diagnostic posé, pour une application rigoureuse de la procédure de
demande de cotation, nous suggérons :
- la révision du décret 2011-479 du 08 juillet 2011 fixant les seuils de
passation, de contrôle et d’approbation des marchés publics pour sa mise en phase
avec le code (CMPDSP), notamment, en ses articles 5 (alinéa 3) et 6 (alinéa 4). Cela
permettra de dissiper les confusions et de favoriser la mise en application de la
procédure, car aucune disposition du Titre II du CMPDSP relatif au cadre
institutionnel de la conduite de la passation et du contrôle des marchés publics, ne
prévoit l’existence d’un comité d’approvisionnement, contrairement aux
dispositions de ce décret.
Aussi, en matière d’évaluation des offres, l’article 79 du CMPDSP retient-il l’offre
conforme évaluée “le moins disant“ au lieu de l’offre la plus avantageuse ou “le
mieux disant“ comme le prévoit l’article 6 du décret concerné (malgré la pertinence de
cette dernière).

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 51


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

- la mise à la disposition des Autorités Contractantes d’un document type


afférent à la procédure, suivi du renforcement des capacités des acteurs de la
chaîne de passation. Ce document pourra porter sur les modalités pratiques de la
procédure et les éléments du contrat de marché. Le renforcement de capacités, quant
à lui, permettra à chaque acteur d’avoir une idée exacte des composantes d’une
demande de cotation et assurera une conformité quant aux caractéristiques
sommaires du document à tous les niveaux.

2- Approches de solutions à l’inobservance des délais légaux et réglementaires


de passation des marchés publics
Il est important de signaler ici que le long délai de passation des marchés publics
entraîne le faible taux de consommation des crédits, le report de crédits et l’annulation
ou la perte des crédits ; toutes choses qui attirent la performance d’une structure vers
le bas. C’est pourquoi les mesures suivantes sont proposées afin d’aider à accélérer la
procédure :
- réduire les retards dans la préparation des TDR et des dossiers d’appel à
concurrence : cette mesure passe par le respect scrupuleux des délais prévus au
PAPMP en matière d’élaboration et de transmission des termes de référence à la PRMP
par les coordonnateurs de projets et responsables des structures techniques
commanditaires, avec la possibilité d’une certaine anticipation.
Hormis le respect des délais prévus par le PAPMP, un certain professionnalisme doit
être de mise, en matière de montage des dossiers d’appel à concurrence ; ceci passe
aussi par une responsabilisation formelle du service devant être commis à cette
tâche qui n’a pas encore un siège précis de réalisation.
- doter les organes de passation d’outils adéquats de travail tout en revoyant
l’organisation du travail au sein de ceux-ci et en rendant véritablement
disponibles les cadres devant les animer : à cet effet, il importe non seulement
d’améliorer le cadre de travail des organes, notamment la S/PRMP, la CCMP et la
sous-commission d’analyse des offres, mais aussi de les équiper d’ordinateurs
modernes avec des logiciels de suivi des procédures de passation et de calcul des
délais par exemple. S’agissant de l’organisation du travail, il est important que
chacun sache le rôle qui est le sien au sein de ses organes et s’en occuper. Cela
évitera de continuer à opérer dans la précipitation comme c’est le cas actuellement.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 52


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

Une telle mesure exige la définition des profils de postes au sein de la PRMP, au
niveau de son secrétariat et surtout au niveau de la CCMP en vue de responsabiliser
chaque acteur. Cela y va de l’application complète de l’arrêté 2011
n°060/MDEAP/ DC/SGM/SA du 16 novembre 2011 portant nomination des membres
de la CCMP.
Une bonne organisation du travail en matière de signature ou d’approbation des
contrats suppose, en outre, une délégation de signature par le Maire d’abord à son
Secrétaire Général en cas d’absence ou d’empêchement, puis aux Autorités
contractantes pour les marchés dont les montants sont de la compétence des CCMP et
la suppression de certains contrôles redondants.
- amoindrir les effets des interférences entre les intérêts politiques,
personnels et l’intérêt général que visent les marchés publics : pour y parvenir il
faudra, avant tout et autant que faire se peut, dépolitiser la nomination des
membres des organes de passation des marchés publics ainsi que les
coordonnateurs de projets et responsables des structures techniques potentielles
commanditaires des marchés.
Il convient également de respecter les prévisions du PAPMP en n’engageant que les
procédures de passation des marchés effectivement inscrits audit plan afin
d’éviter les tentations qui peuvent naître des «marchés improvisés» en cours
d’exercice. L’intensification des contrôles inopinés tant de la DNCMP, de
l’Inspection Générale d’Etat que des organes de lutte contre la corruption comme
l’Observatoire de Lutte contre la Corruption (OLC), le Front des Organisations
Nationales contre la Corruption (FONAC), est également souhaitée.

3- Approches de solutions à l’atteinte aux principes de transparence des


procédures et d’égalité de traitement des candidats surtout dans
l’évaluation des offres
Les causes réelles qui sont à la base de ce problème sont le faible niveau de maîtrise
des textes par les acteurs du système et les insuffisances liées aux critères
d’évaluation définis dans les dossiers d’appel à concurrence. Pour y remédier, il
importe de :
- renforcer les capacités des acteurs du système, notamment en techniques
de définition des besoins, d’élaboration des DAO et d’évaluation des offres : la

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 53


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

mise en œuvre de cette mesure permettra d’abord d’assurer une définition


professionnelle des besoins (précis et bien détaillés) de l’Autorité Contractante. Cela
aura pour conséquence de garantir une planification plus rigoureuse des marchés,
consistant à n’inscrire au PAPMP que les marchés à passer réellement au cours de
l’exercice ciblé par ledit plan. Elle aura également pour mérite de favoriser une
maîtrise et une application rigoureuses du CMPDSP et de ses décrets
d’application par tous les acteurs du système (AC, PRMP, S/PRMP, CPMP, CCMP, les
entrepreneurs, fournisseurs et prestataires de services agréés). L’intérêt capital de
tout ceci est de favoriser un montage professionnel des DAO (conformes aux textes
en vigueur) et une meilleure exploitation de ces DAO par les candidats aux appels
d’offres. Elle favorisera enfin, une définition plus professionnelle des critères
d’évaluation des offres et du choix du cocontractant de l’Administration, clairs,
précis, objectifs avec un niveau de détail suffisant et en conformité avec le DAO.
Dans cette perspective, il faudra demander, dans un premier temps, des recyclages à
l’intention des membres des acteurs tels que la PRMP, les membres du S/PRMP, de la
CPMP, de la CCMP et les gestionnaires de crédits pour mieux les outiller aux tâches à
eux assignées. Dans un second temps, il s’avère indispensable de doter les organes
de passation (PRMP, sous-commissions d’analyse des offres, CPMP, CCMP et
DNCMP), de cadres spécialistes en passation des marchés publics et contrats
assimilés, sortis des écoles de formation, des financiers, des juristes, d’ingénieurs en
génie civil, etc.
L’ensemble de ces mesures permettront d’insuffler un nouveau dynamisme au
système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey-Calavi.

Paragraphe 2 : Conditions de mise en œuvre des solutions

Les solutions proposées ne seront efficaces que s’il existe des conditions favorables à
leur mise en œuvre effective. Il urge donc de créer ces conditions et cela dépendra de
la prise en compte des suggestions que nous formulerons à l’endroit des autorités et
acteurs à divers niveaux de la chaîne de passation.

1- Suggestions à l’endroit de l’ARMP

Pour une amélioration globale du système national de passation des marchés publics,
l’ARMP doit prendre les dispositions ci-après :

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 54


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

 Le renforcement des attributions du secrétariat de la PRMP à travers la


transformation de celui-ci en Direction de Passation des Marchés Publics (DPMP). Elle
aura rang de direction centrale à l’instar de la DPP, DRFM, etc. et placée sous la
supervision du SG qui pourra garder la délégation de PRMP mais seulement en terme
de coordination et de signature. Dirigée par un Spécialiste en passation des marchés
publics, elle sera chargée de la conduite de la procédure de passation depuis le choix
de cette dernière jusqu’à l’approbation du contrat définitif du marché et du suivi de
l’exécution de ce dernier jusqu’à sa réception définitive.
 La régularisation de la situation d’incohérence entre le code (CMPDSP) et ses
décrets d’application en matière de procédure d’acquisition des biens et services de
montants inférieurs aux seuils de passation.
 L’élaboration et la mise à disposition des Autorités contractantes, des modèles
de documents d’application de la procédure visée au point précédent et la large
vulgarisation des DAO types récemment approuvés par décret n°2012-305 du 28 août
2012.
 La création et l’animation de cadres d’échanges, de concertation et de formation
périodiques entre les différents acteurs du système de passation (PRMP, CCMP, CPMP,
ARMP) pour garantir la maîtrise parfaite des procédures, la bonne définition des
besoins et une analyse efficace des offres.
 L’évaluation périodique des acteurs ainsi que des procédures et des pratiques
du système de passation des marchés publics, suivie de sanctions adéquates avec la
possibilité d’une prime aux agents méritants.

2- Suggestions à l’endroit de la Mairie


Dans le même ordre d’idées, la Mairie d’Abomey-Calavi est invitée à tout mettre en
œuvre en vue de ce qui suit :
 La dynamisation des différents organes intervenant dans la passation des
marchés publics à travers un audit de performance qui permettra de sensibiliser ses
agents pour leur faire prendre conscience du rôle déterminant qui est le leur dans
l’assainissement du système communal de passation des marchés publics. Cela passe
par la remise de lettre de mission, à évaluer périodiquement, au premier responsable
de cette structure.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 55


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

 La prise d’un arrêté pour déléguer son pouvoir d’approbation aux Autorités
contractantes, au moins dans la limite de compétence de ceux-ci, et à son Secrétaire
Général pour les autres marchés de montants supérieurs, en cas d’empêchement ou
d’absence. Cet arrêté sera assorti d’un cadre organique pour le contrôle et le suivi de
ces délégations de pouvoir.
 L’attribution aux Autorités Contractantes, du pouvoir de viser, une fois pour de
bon, les marchés à approuver par ceux-ci (dans les limites de leur compétence) pour
éviter la redondance observée à ce niveau.
 La prise d’un arrêté octroyant aux acteurs de la chaîne de passation des
marchés publics, des avantages subséquents afin de les mettre à l’abri de la tentation.
 L’accélération de l’informatisation du système de passation des marchés publics
afin d’éviter le retard dans l’obtention de son avis sur les DAO et résultats des
jugements provisoires des offres.
 L’amélioration de l’accès aux informations sur les marchés publics, notamment
la publication par voie électronique des avis d’appel à concurrence, dans la perspective
de la dématérialisation des procédures. Cela servirait de palliatif aux retards dans la
parution du journal officiel des marchés publics.
 Le rejet pur et simple des projets de marchés non inscrits au PAPMP et de gré
à gré ne respectant pas les conditions fixées à l’article 49 du CMPDSP.

3- Suggestions à l’endroit de la DRH


A l’endroit de la DRH, nous formulons les recommandations suivantes :
 L’élaboration par la DRH d’un plan de recrutement permettant de doter le
S/PRMP et la CCMP d’Administrateurs et Techniciens Supérieurs des Marchés
Publics, de Financiers, ainsi que d’Ingénieurs du génie civil et de juristes compétents.
 La nomination dans les organes de passation et à la tête des structures
techniques et des équipes de gestion des projets et programmes d’investissements
publics, des cadres répondant effectivement aux profils de postes exigés par les textes.
Il s’agit-là de la promotion des compétences disponibles ; toute chose devant
permettre d’éviter les soupçons de politisation à outrance dénoncée par nos enquêtés.
 La création de conditions de travail propices à l’épanouissement des agents des
organes de passation à travers la construction de bureaux administratifs modernes et
équipés en mobiliers et matériels de travail adéquats.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 56


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

 L’actualisation de l’arrêté n° 058/MDAEP/DC/SA du 15 novembre 2011 créant


la CPMP de la Mairie en vue de son harmonisation avec le décret n°2012-544 du 17
décembre 2012 portant AOF de la Mairie.

4- Suggestions à l’endroit de la PRMP et de la CCMP de la Mairie


En direction de la PRMP et de la CCMP de la Mairie, nous formulons les
recommandations ci-après :

 La prise de mesures en vue de rendre effectivement fonctionnelle la CPMP pour


une plus grande efficacité dans la passation des marchés publics de la Mairie.
 La responsabilisation effective des cadres mis à leur disposition en conformité
avec les textes en vigueur, avec des cahiers de charges précis, assortis de l’obligation
de compte rendu et d’un mécanisme d’autoévaluation périodique.
 La mise en place d’un système d’information fiable sur les marchés de la Mairie,
par la création d’une base de données, la mise au point ou l’acquisition des logiciels de
suivi des procédures de passation et de calcul des délais de passation. Cela passe
aussi par une bonne conservation des archives produites.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 57


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

CONCLUSION
Le stage effectué au sein du Secrétariat de la Personne Responsable des Marchés
Publics (S/PRMP) de la Mairie d’Abomey-Calavi a montré que le système de passation
des marchés publics dans cette commune souffre encore d’énormes
dysfonctionnements qui entachent sa crédibilité. Ce qui impacte négativement sa
performance et compromet dangereusement l’efficacité de la commande publique. Il
est donc important, voire indispensable de trouver les solutions adéquates à ces
goulots d’étranglement pour redorer le blason du système.
L’objectif global de notre étude est de contribuer à l’amélioration dudit système de
passation au niveau de la commune pour un développement local à la base.
A cet égard, nous avons identifié, à l’issue de nos investigations sur le terrain, des
problèmes pour lesquels nous avons proposé des solutions en vue d’une amélioration
de leur système de passation des marchés. Soulignons cependant que les solutions
préconisées dans ce document ne sauraient être mises en œuvre de façon efficace si
une série d’actions concertées entre toutes les personnes impliquées dans le processus
de passation des marchés publics, n’est pas menée. Dans ce cadre, les multiples
recommandations élaborées à l’intention des autorités à divers niveaux et autres
acteurs de la chaîne de passation, méritent d’être véritablement prises en compte.
Parmi celles-ci, on peut rappeler :
- l’urgence d’une harmonisation par l’ARMP, du décret n°2011-479 du 08 juillet
2011 relatif aux seuils de passation avec les dispositions du code des marchés publics
et des délégations de service public, afin de tracer un cadre réglementaire plus
transparent et plus efficace à l’exécution des dépenses en dessous des seuils de
passation ;
- la mise à disposition des DAO types appuyés de renforcement des capacités des
acteurs de la chaîne ;
- la promotion par l’Autorité contractante, des compétences disponibles,
notamment dans les domaines de la passation des marchés publics, de la gestion des
projets et des finances, pour plus de professionnalisme dans la gestion des dossiers.
En définitive, la négligence des mesures proposées ne fera qu’aggraver les
insuffisances notées et aura pour conséquence directe, la perte de confiance des
candidats à la commande publique, des partenaires financiers et des citoyens à l’égard
des services publics, et la multiplication des contestations de la part des

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 58


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

soumissionnaires. Il s’en suivra une stérilité grandissante des avis d’appel d’offres, ce
qui constitue un frein au développement tant souhaité.
Somme toute, cette étude sur la contribution à l’amélioration du système de
passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey-Calavi, nous n’avons pas la
prétention d’avoir cerné tous les problèmes rencontrés par les organes de passation de
cette Mairie. Toutefois, nous sommes certains que la prise en compte des suggestions,
issues de la recherche de solutions aux problèmes identifiés, apportera une valeur
ajoutée aux résultats de la Mairie.
Des études ultérieures pourraient se pencher sur d’autres aspects liés à la
thématique, que nous n’avons pas pu traiter ici, tels que l’amélioration des conditions
de travail des membres des différents organes du système de passation des marchés
publics et la modernisation du système d’information sur les marchés publics de la
Mairie.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 59


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

 Beauge T. : « Dictionnaire de la commande publique », réforme 2006 du code


des marchés publics.
 Emery, C. (2004) : « Passer un marché public : principes, procédures,
contentieux » 2ème édition, Delmas.
 Guinikoukou, F. (2002) : «Recommandations pour un système de passation
des marchés », atelier national sur le système de passation des marchés publics
au Bénin, Cotonou, novembre 2002.
 Jeanjean, N. : « problématique de la gestion du temps dans les marchés
publics», Contrats Publics / N° 40 - janvier 2007.
 Kouchika D. (2012) : «Problématique de l’amélioration de la performance du
système des marchés publics au MDAEP », mémoire de fin de formation,
ENAM, cycle II, GMP.
 Lajoye, Ch. (2008) : « Droit des Marchés Publics », 3e édition, Gualino.
 Legouge, D. (1998) : « Le guide de la qualité dans les achats publics » 2ème
édition des Organisations.
 Wilson, O. (2006) : « La conception et l’évaluation de projet » Tome 2, édition
SMG.
 Zinsou Charles (2008) : « Problématique de l’amélioration des délais de
passation des Marchés Publics en République du Bénin », mémoire de fin de
formation, ENAM, cycle I, AFT.

LOIS, DECRETS ET ARRETES

 Directive n° 04/2005/CM/UEMOA du 09 décembre 2005 relatives aux


procédures de passation, d’exécution et de règlement des marches publics et des
délégations de service public dans l’espace UEMOA.
 Loi n° 2009-02 du 07 août 2009 portant code des marchés publics (CMPDSP).
 Ordonnance n° 96-04 du 31 janvier 1996 portant code des marchés publics
applicable en République du Bénin.
 Décret n° 2012-544 du 17 décembre 2012 portant AOF du MDAEP.
 Décret n° 2012-224 du 13 août 2012 portant AOF de l’ARMP.

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 60


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

 Décret n° 2011-479 du 08 juillet 2011 fixant les seuils de passation, de contrôle


et d’approbation des marchés publics.
 Décret n° 2011-480 du 08 juillet 2011 portant procédures d’élaboration des
plans de passation de marchés.
 Décret n° 2010-495 du 26 novembre 2010 portant AOF de la Direction Nationale
de Contrôle des Marchés Publics.
 Décret n° 2010-496 du 26 novembre 2010 portant AOF de la Personne
Responsable des Marchés Publics, des Commissions de Passations des Marchés
Publics et des Cellules de Contrôle des Marchés Publics.
 Arrêté n° 2011-058/MAIRIE/DC/SG/SA du 15 novembre 2015 créant la CPMP
de la Mairie d’Abomey-Calavi.
 Centre de Ressources du Développement Territorial : « marchés à procédure
adaptée », vade-mecum MAPA du code français des marchés publics 2006-2011
(NOR : ECOM0620003D).
 Banque Mondiale, (1999) : « Rapport Analytique sur la Passation des Marchés
au Bénin ».

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 61


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

ANNEXES
ANNEXE 1 : Présentation des résultats de l’enquête

Tableau 3 : Causes de l’inapplication de la procédure de demande de cotation

CAUSES DE L'INAPPLICATION DE LA PROCEDURE DE


EFFECTIFS POURCENTAGES
DEMANDE DE COTATION

L'absence de volonté de la part de certains


2 11,76
gestionnaires de crédit
Le faible degré d'appropriation de la procédure par les
4 23,53
acteurs du système
La confusion crée par les décrets d'application du
11 64, 71
code et la circulaire n°962/MEF/du 03 Avril 2012

TOTAL 17 100

Tableau 4: Causes du non respect des délais légaux et réglementaires de passation


des marchés
CAUSES DE L’INOBSERVANCE DES DELAIS LEGAUX ET REGLEMENTAIRES
EFFECTIFS POURCENTAGES
DE PASSATION

Retard dans la préparation des TDR et dossier d'appel à 3 17,65


concurrence par les acteurs du système
L'insuffisance d'outils adéquats de travail, la mauvaise 9 52,94
organisation du travail et l'indisponibilité des cadres
4 23,53
Les interférences d'intérêts
1 5,88
Autres
TOTAL 17 100

Tableau 5 : Données relatives à l’atteinte des principes de transparence des procédures


et d’égalité de traitement des candidats

CAUSES LIEES A L’ATTEINTE DES PRINCIPES DE TRANSPARENCE DES


EFFECTIFS POURCENTAGES
PROCEDURES ET D’EGALITE DE TRAITEMENT DES CANDIDATS

Faible niveau de maitrise des textes par les acteurs du 5 29,41


système
Insuffisances liées aux critères d'évaluations dans les 11 64,71
DAO
Manque de conscience professionnelle 1 5,88

TOTAL 17 100

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 62


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

ANNEXE 2 : Questionnaire

Monsieur/Madame,
Auditeur en fin de formation pour l’obtention du Diplôme d’Etude Supérieure
Spécialisée (DESS) en Gestion des Projets et Développement Local (GPDL), nous avons
entrepris dans le cadre de la rédaction de notre mémoire, des recherches sur la
« Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la
Mairie d’Abomey-Calavi ».
A cet effet, nous vous prions de bien vouloir répondre aux préoccupations contenues
dans le présent questionnaire. Nous vous remercions d’avance pour votre contribution
qui sera, sans doute, très déterminante pour l’atteinte des objectifs de notre travail.
Identité de l’enquêté (facultative) :
1) Qu’est ce qui selon vous est à la base de l’inapplication de la procédure de
demande de cotations à la Mairie d’Abomey-Calavi ?
 L’absence de volonté de la part de certains gestionnaires de crédits.
 Le faible degré d’appropriation de la procédure par les acteurs du système et
l’absence d’un document type y afférent.
 La confusion créée par les décrets d’application du code et la lettre circulaire
n°962/MEF/DC/CF/DGB/SP du 03 avril 2012.
 Autres (à préciser) :
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
2) A votre avis, qu’est ce qui explique l’inobservance des délais légaux et
règlementaires de passation des marchés publics ?
 Le retard dans la préparation des dossiers d’appel à la concurrence par les
acteurs du système ;
 L’insuffisance d’outils adéquats de travail, la mauvaise organisation du travail et
l’indisponibilité des cadres ;
 Autres (à préciser) :
………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 63


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

3) Selon vous qu’est ce qui est à l’origine de l’atteinte aux principes de


transparence des procédures et d’égalité de traitement des candidats
surtout dans l’évaluation des offres à la Mairie d’Abomey-Calavi ?
 Le faible niveau de maîtrise des textes par les acteurs.
 Les insuffisances liées aux critères d’évaluation définis dans les dossiers d’appel
à concurrence.
 Le manque de conscience de professionnalisme par rapport à l’enjeu des
marchés publics.
 Autres (à préciser) :
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………

NB : Veuillez ne cocher qu’une seule réponse pour chaque question

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 64


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

ANNEXE 3 : Organigramme de la Mairie d’Abomey-Calavi

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 65


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

TABLE DES MATIERES

AVERTISSEMENT ……………………………………………………………………………………….. 1
DEDICACE ………………………………………………………………………………………………… 2
REMERCIEMENTS ………………………………………………………………………………………. 3
LISTE DES TABLEAUX ………………………………………………………………………………… 4
LISTE DES FIGURES …………………………………………………………………………………… 5
LISTE DES GRAPHIQUES …………………………………………………………………………….. 6
SIGLES & ABREVIATIONS ……………………………………………………………………………. 7
SOMMAIRE ………………………………………………………………………………………………… 8
INTRODUCTION ………………………………………………………………………………………….. 10
CHAPITRE I : CADRE INSTITUTIONNEL ET OBSERVATIONS DE STAGE ……………… 12

SECTION 1 : Présentation de la commune d’Abomey Calavi ………………………………. 12

Paragraphe 1 : Présentation de la commune d’Abomey-Calavi ……………………….. 12

A. Cadre Physique …………………………………………………………………………….. 12

1. Au plan géographique ………………………………………………………………. 12

2. Le relief, la pluviométrie, les microclimats particuliers …………………….. 13

3. La géologie, l’hydrographie et la nature des sols……………………………… 13

4. Végétation et faune ………………………………………………………………….. 13

B. Au plan démographique et Socio-économique ………………………………………. 13

1. Sur le plan démographique ………………………………………………………. 13

2. Au plan socio-économique ………………………………………………………… 14

Paragraphe 2 : Présentation de la mairie d’Abomey-Calavi …………………………… 17

A. Au plan administratif et organisationnel……………………………………………… 17

1. Sur le plan administratif…………………………………………………………… 17

2. Au plan organisationnel des services de la mairie d’Abomey-Calavi……. 17

B. Présentation de la Direction du Développement Local et de la Promotion


Économique de la Mairie d’Abomey-Calavi…………………………………………… 18

1. Service de la Planification et de la Prospective (SPP)………………………… 18

2. Du Service de la Promotion Economique (SPE)……………………………….. 19

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 66


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

3. Du Service d’Appui aux Initiatives Communautaires (SAIC)………………. 20

SECTION 2 : Observations de stage ……………………………………………………………… 21

Paragraphe 1 : Etat des lieux du système de passation des marchés publics à la


Mairie d’Abomey-Calavi ………………………………………………………………………… 21

1. Identification des besoins et élaboration d’un plan annuel de passation


des marchés publics………………………………………………………………… 21

2. Elaboration des Dossiers d’Appel d’Offres (DAO) et lancement de l’Avis


d’Appel d’Offres (AAO)………………………………………………………………. 23

3. Présentation, réception et ouverture des offres……………………………….. 25

4. Evaluation et jugement provisoire des offres………………………………….. 26

5. Jugement définitif et notification de l’attribution…………………………….. 27

6. Signature et approbation du contrat……………………………………………. 28

7. Notification du marché au titulaire……………………………………………… 28

Paragraphe 2 : Inventaire des forces et faiblesses du système…………………………. 29

1. Forces du système…………………………………………………………………… 29

2. Faiblesses du système…………………………………………………………....... 29

CHAPITRE II : CADRE THEORIQUE ET METHODOLOGIQUE DE LA RECHERCHE….. 33

SECTION 1 : Cadre théorique……………………………………………………………………… 33

Paragraphe 1 : Problématique, objectifs et hypothèses de la recherche……………… 33

1. Problématique………………………………………………………........ 33

2. Objectifs et Hypothèses de la recherche……………………………………..…. 36

Paragraphe 2 : Revue de littérature …………………………………………………………. 36

1. Contributions antérieures à l’inapplication de la procédure de demande


de cotation…………………………………………………………………………… 37

2. Contributions antérieures à l’inobservance des délais légaux et


réglementaires de passation……………………………………………………… 38

3. Contributions antérieures à l’atteinte aux principes de transparence


des procédures et d’égalité de traitement des candidats surtout dans
l’évaluation des offres……………………………………………………………….. 40
SECTION 2 : Méthodologie de l’étude…………………………………………………………….. 42

Paragraphe 1 : Technique de collecte des données et méthode d’échantillonnage… 42

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 67


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

1. Technique de collecte des données………………………………………………. 42

2. Identification de la population et choix de l’échantillon……………………. 43

Paragraphe 2 : Outils de collecte des données et méthode de traitement des


données……………………………………………………………………………………………… 44

1. Outils de collecte des données……………………………………………………. 44

2. Méthode d’analyse et de traitement des données…………………………….. 44

3. Difficultés rencontrées……………………………………………………………… 45

CHAPITRE III : CADRE EMPIRIQUE DE L’ETUDE……………………………………………… 46

SECTION I : Présentation, analyse des résultats et vérification des hypothèses………. 46

Paragraphe I : Présentation et analyse des résultats…………………………………….. 46

1. Présentation et analyse des résultats relatifs à l’inapplication de la


procédure de demande de cotation………………………………………………. 46

2. Présentation et analyse des données relatives à l’inobservance des


délais légaux et réglementaires de passation ………………………………… 47

3. Présentation et analyse des données relatives à l’atteinte aux principes


de transparence des procédures et d’égalité de traitement des
candidats……………………………………………………………………………… 48

Paragraphe 2 : Vérification des hypothèses………………………………………………… 49

1. Vérification de l’hypothèse N°1…………………………………………………… 49

2. Vérification de l’hypothèse N°2……………………………………………………. 50

3. Vérification de l’hypothèse N°3……………………………………………………. 50

SECTION II : Propositions de solutions et conditions de leur mise en œuvre………….. 51

Paragraphe 1 : Approches de solutions……………………………………………………… 51

1. Approches de solutions à l’inapplication de la procédure de demande de


cotation………………………………………………………………………………… 51

2. Approches de solutions à l’inobservance des délais légaux et


réglementaires de passation des marchés publics ………………………….. 52

3. Approches de solutions à l’atteinte aux principes de transparence des


procédures et d’égalité de traitement des candidats surtout dans
l’évaluation des offres ……………………………………………………………… 53

Paragraphe 2 : Conditions de mise en œuvre des solutions …………………………… 54

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 68


Contribution à l’amélioration du système de passation des marchés publics à la Mairie d’Abomey Calavi

1. Suggestions à l’endroit de l’ARMP ………………………………………………. 54

2. Suggestions à l’endroit de la Mairie …………………………………………….. 55

3. Suggestions à l’endroit de la DRH ………………………………………………. 56

4. Suggestions à l’endroit de la PRMP et de la CCMP de la Mairie ………….. 57

CONCLUSION …………………………………………………………………………………………….. 58

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ……………………………………………………………….. 60

ANNEXES ………………………………………………………………………………………………….. 62

TABLE DES MATIERES ………………………………………………………………………………… 66

Réalisé et présenté par Noël Jean W.B. KIKI 69