Vous êtes sur la page 1sur 20

TP 3 : UTILISATION DE L’OSCILLOSCOPE

Nous avons vu qu’un multimètre ne pouvait nous donner qu’une tension efficace comme
information pour une tension alternative. Ces appareils ne nous permettent donc pas de
connaître la valeur de la tension à n’importe quel instant. En revanche, les oscilloscopes vont
nous permettre d’apprécier l’allure dans le temps d’un ou de plusieurs signaux. Là encore,
l’utilisation de ces appareils de mesures nécessite de connaître leurs performances ou limites
pour savoir s’ils sont appropriés aux conditions d’utilisations imposées.

I- Partie théorique

a) principe :

L’objectif est le suivant : Décrire les variations dans le temps d’une tension U à analyser, donc
obtenir le graphe U(t) qui va décrire l’évolution temporelle de l’amplitude de la tension.

Ce graphe sera visualisable sur un


écran à l’aide d’un faisceau d’électrons
Système de déviation
horizontale
qui créera un spot lumineux dont la
fente déviation verticale sera commandé par
la tension à analyser. Naturellement, il
faudra faire balayer horizontalement le
Filament chauffé
permettant d’obtenir
spot afin d’observer l’évolution
une source d’électrons temporelle de la tension à analyser.
Pour ce faire, on applique au faisceau
d’électrons une tension supplémentaire
Système d’accélération
permettant d’obtenir un Système de qui sera responsable de la déviation
faisceau d’électrons rapides déviation verticale horizontale du spot

Etudions le principe de déviation horizontale du spot :

La tension responsable de la déviation horizontale possède l’allure suivante :

allure du signal
Retour du spot au départ de l’écran

t
évolution de la position du spot On a une tension de commande
périodique dont la vitesse de
variation traduit la vitesse à
laquelle le spot décrit l’écran
Prenons le cas d’un tension sinusoïdale que l’on souhaite analyser :

Tension de déviation horizontale

On voit apparaître un
problème car il est possible
d’avoir, à chaque balayage,
Tension de déviation verticale : signal utile un écran différent. Dans ces
conditions on obtient un
écran qui représente une
tension « qui n’est pas
stable »

Afin de remédier à ce problème on « demande » à l’oscilloscope de ne déclencher la tension


de déviation horizontale que si la tension utile dépasse une certaine valeur que l’on fixe. Ainsi
à l’aide d’un comparateur, on compare le signal utile au niveau fixé et on peut alors
déclencher le balayage horizontale si la tension est supérieure ou inférieure au seuil fixé. Une
fois le déclenchement commencé, le retour au début d’écran ne se fera qu’après avoir décrit
tout l’écran et quand le signal repassera par le seuil fixé. On obtient alors dans le cas d’un
signal utile de forme triangulaire :

Tension de déviation horizontale Représentation du


signal sur l’écran

b) présentation d’un oscilloscope double voie :

Un oscilloscope possède la présentation générale suivante :

- Une partie pour le signal de déclenchement (on parle de


synchronisation) : Dans cette zone on retrouve une fonction pour
régler le niveau de déclenchement mais aussi une fonction qui permet
de sélectionner le signal qui va être comparer au seuil choisi. On a le
choix entre les différentes signaux acquis et un signal extérieur.
- Une zone pour le réglage de la base de temps : en jouant sur cette
base de temps on modifie la période du signal de déviation
horizontale
- Une zone pour le réglage de l’échelle verticale : pour traiter des
signaux d’amplitude quelconque on utilise un amplificateur ce qui est
à l’origine des différents calibres
- Une partie pour sélectionner un ou plusieurs des signaux acquis ainsi
que le mode de représentation

Réglage de la base temporelle.


Permet de sélectionner soit le Possibilité de décalibrer cette base.
représentation de V1, de V2, ou de Cette dernière fonction est utile
V1+V2. Dans le cas où l’on veut pour mesurer le déphasage entre
apprécier V1+V2, on peut choisir deux tensions.
entre deux modes de Possibilité également de faire une
Ecran représentations :Alt,chop ouXY translation horizontale de tout
l’écran

Zone de réglage pour l’échelle verticale en Zone de réglage manuel pour la


tension. On peut effectuer une translation synchronisation : on peut régler le
verticale des différentes tensions. On peut choisir niveau du seuil de déclenchement,
de représenter les tensions en mode AC, DC ou de déterminer la tension qui va être
relier les voies à la masse. comparer à ce seuil, déterminez si le
déclenchement se fera sur le front
montant ou descendant de cette
dernière tension. On peut également
effecteur un réglage automatique de la
synchronisation

Les positions AC/DC peuvent être modélisées de la manière suivante :

En position AC, on enlève la


composante continue du
signal d’entrée.
En position DC, on transmets
la totalité du signal.
Voscillo
En position GND, on ne
transmet pas le signal car on
relie la voie à la masse.

c) Utilisation d’une sonde d’oscilloscope.


Il ne faut pas perdre de vue qu’un appareil de mesure ne doit pas perturber le système qu’il
veut caractériser c’est-à-dire que la valeur lue doit bien correspondre au fonctionnement du
système en absence du système de mesure. Un oscilloscope est caractérisé (après l’étage de
sélection des positions AC/DC) par un étage d’entrée équivalent à une résistance d’entrée de
1M  en parallèle avec une capacité de 25 pF. On va montré que l’utilisation des sondes
d’oscilloscopes permet d’effectuer des mesures en renforçant l’impédance d’entrée de
l’oscilloscope ainsi que sa bande passante. Les sondes vont donc permettre d’améliorer la
prise de mesures à l’oscilloscope

Mesure d’une tension à l’oscilloscope mais sans sonde :

On utilise des fils classiques, ils sont modélisés par une résistance R :
Vs
1)Montrez que le rapport s’écrit :
Ve
R
 
Vs Roscillo  1  R  Roscillo
   avec :  0  .
Ve R  Roscillo    C oscillo RRoscillo
Roscillo Coscillo 1 j
Ve 
  0 
1M  25pF Vs
.

2)On pose :R=1k  . Tracez l’allure des diagrammes de Bode. Est-ce un avantage d’avoir le
Vs
rapport qui soit fonction de la pulsation ? Est-ce un avantage d’avoir un déphasage entre
Ve
la tension et l’entrée qui soit fonction de la pulsation ?
Conclusion.

Mesure d’une tension à l’oscilloscope mais avec une sonde :

La sonde est modélisée par une résistance Rcâble avec une capacité en parallèle
C câble 3) Trouvez une relation entre les différents
composants pour avoir une tension Vs qui soit
indépendante de la pulsation et qui conduit à :
Vs Vs Roscillo
Rcâble:9M  .
Ve Coscillo Roscillo Ve Roscillo  Rcâble
4) Dans ces conditions la fonction de transfert ne
dépend pas de la pulsation et la sonde n’introduit
1M  aucun déphasage. Cependant la sonde introduit
0
25pF une atténuation du signal. Que vaut cette
atténuation ?
5)Toujours dans les conditions précédentes, calculez la nouvelle impédance d’entrée de
l’oscilloscope. Conclusion
Rq : Afin de combler cette atténuation X10, on paramètre l’oscilloscope pour avoir un
amplificateur *10. Il faut aussi remarquer qu’il existe des sondes *100 et *1000 qui divisent
respectivement par 100 et 1000 le signal d’entrée. Cependant ces deux configurations
augmentent l’impédance d’entrée de l’oscilloscope.

Nous avons vu qu’une sonde devait être utilisée quand Roscillo C oscillo  Rcâble C câble
Cette condition implique une valeur de Ccâble qui se règle expérimentalement grâce à une vis
présente sur la sonde.
Dans le cas d’une sonde non réglée, l’acquisition peut donner n’importe quoi..

d) problème de masse :

Un oscilloscope permet de mesurer une tension en fixant l’un des potentiels à la masse. Il
faudra donc toujours faire attention à ne pas avoir deux masses différentes dans un même
circuit sous peine de court-circuit, car les masses des appareils sont reliés entre elles par un
fil de très faibles résistances!!
Il faut donc vérifier où les masses du générateur, des voltmètres (s’ils en ont une) ont été
placé.

II- Partie pratique :


a) Présentation d’un oscilloscope numérique: Le Tektronix TDS 1200

Lisez attentivement cette première partie et alimentez votre oscilloscope à l’aide d’un GBF
délivrant un signal carré de 2,5V d’amplitude avec un offset de 2,5V afin de vous familiariser
avec les différentes fonctions de l’oscilloscope.

- Réglages verticaux :

Permet de translater verticalement le voie 1 et la voie2.


Cette fonction est utile dans le cas de signaux avec un
offset important.

Menus CH1 et CH2 permettent d’afficher des sélections


du menu vertical (AC/DC/masse, sonde, filtrage des
composantes de fréquences supérieures à20MHz,
inversion, choix du calibre ) et d’activer ou désactiver
l’affichage d’une voie

Permet d’afficher le menu des opérations


mathématiques du signal (soustraction, addition, FFT) ;
permet aussi d’activer ou de désactiver le signal
calculé.

Réglage de l’échelle verticale


- réglages horizontaux :

Fonction qui permet de décaler l’instant de déclenchement, elle permet


aussi de translater horizontalement une courbe mise en mémoire

Permet de sélectionner une base de temps réglée par la molette SEC/DIV


ou de zoomer sur une zone définie par deux curseurs (eux même
paramétrés par les molettes horizontale position et SEC/DIV).
Possibilité également d’utiliser la fonction inhibition afin de stabiliser
des signaux périodiques complexes. Cette dernière fonction consiste à
jouer sur le temps de redéclenchement avec la molette au dessus du
voyant UTILIS allumé.
Fonction qui permet de placer le temps de déclenchement au centre de
l’écran.
Molette de réglage de la base de temps.

- Déclenchement :

Cette fonction permet de régler le niveau de tension seuil de


déclenchement

Il existe trois types de déclenchement : sur front montant ou


descendant du signal d’entrée lorsqu’il traverse le niveau de
déclenchement, sur un signal vidéo si il s’agit d’un signal vidéo, sur
une impulsion si il s’agit d’une impulsion.
Dans chacun de ces déclenchements, il y a un menu pour connaître la
voie de déclenchement, si le signal de déclenchement est considérer
avec ou sans sa composante continue, mode auto ou normal (cette
dernière configuration ne représente que les signaux déclenchés)…
Le niveau de déclenchement est défini sur le point médian entre les
crêtes du signal de déclenchement
Permet de terminer une acquisition
Permet d’afficher le signal de déclenchement au lieu du signal de voie
pendant que ce bouton est enfoncé
Fonction qui permet de vérifier si la sonde est bien réglée
- Menu et commandes :

SAUV./RAP :permet de sauvegarder ou rappeler des réglages ou signaux


MESURES :permet de mesurer différents paramètres : fréquence, période, moyenne, valeur
crête-crête, valeur efficace, valeur min, valeur max, temps de montée de 10% à 90% du front,
temps de descente…
ACQUISITION :permet de choisir le mode d’acquisition : suite d’échantillon, moyennage…
UTILITAIRE :nous n’avons pas accès à cette fonction
CURSEURS :permet d’effectuer des mesures à l’aide de curseurs
AFFICHAGE :permet de choisir comment les différents échantillons seront reliées entre eux,
d’obtenir le mode XY…
AIDE :menu aide
CONF.PAR.D: rappel des réglages d’usine
AUTOSET :réglage automatique pour des signaux simples
SINGLE SEQ :fonction qui permet de faire une acquisition unique c’est-à-dire d’un écran.
La position du temps et du niveau déclenchement permet alors d’avoir une partie désirée du
signal
RUN/STOP :fige ou non le signal

- Spécifications :

Il faut lorsque l’on utilise un oscilloscope connaître ses performances. Cherchez sur le
document constructeur les caractéristique suivante de l’oscilloscope :
- Résistance d’entrée
- Capacité d’entrée
- Tension maximum que pourrez administrer de manière permanente
- Bande passante
- Nombre d’échantillons par voie sur la fenêtre

b) Réglage des sondes différentielles


Nous avons vu qu’une sonde permet d’améliorer de
manière générale la prise de mesure. Cependant, il
fallait régler cette dernière.
Afin de régler la sonde effectuez le montage ci-contre
et observez le signal délivré par l’oscilloscope.

Plusieurs oscillogrammes seront observables. Voici


les trois types que vous pourrez obtenir.

Afin d’obtenir une sonde réglée, on utilise un tournes


vis en plastique (afin d’éviter d’apporter des charges
électrique qui perturberaient notre réglage). Effectuez
ce réglage et faites un test sonde.

c) Acquisition de différents signaux :

1e mesure :

Pour cette première mesure, nous allons nous rendre compte des limites de notre
oscilloscope. Nous allons représenter des signaux horloges (appelés V1, V2 et H1, H2)
utilisés dans un système caméra à technologie CCD.
Le constructeur nous annonce l’oscillogramme suivant :
23,2ms

1) On désire représenter une période de V1. Quelle base de temps choisir ?


2) Sachant que l’oscilloscope placera 2500 points sur cette acquisition, quelle est
l’intervalle de temps qui sépare deux échantillons successifs ?
3) Pensez-vous qu’il est possible d’avoir simultanément une période de V1 et le motif de
V1 de 12µs représenté correctement ?
4) Faire l’acquisition d’une période de V1 et figez le graphe (joindre l’oscillogramme) .
Effectuez alors un zoom sur le motif. Dessinez alors l’allure du graphe et interprétez.
5) Il est possible cependant de représenter correctement le motif de V1. On peut
directement adapter le calibre horizontale « à l’échelle » du motif ou utiliser la
fonction zoom dans horizontal menu. Faire ces deux méthodes et joindre les graphes.
6) On désire maintenant représenter V1 et H1. Est-il possible de représenter correctement
plusieurs périodes de H1 avec une période V1 ? Vérifiez expérimentalement-joindre le
graphe.
7) Utilisez maintenant l’oscilloscope Agilent MSO6054A. A mesure de comparaison le
Tektronix vaut 1500€ et l’Agilent 10000€. En utilisant la documentation technique de
l’Agilent remplir les informations suivantes :

- Résistance d’entrée
- Capacité d’entrée
- Tension maximum que pourrez administrer de manière permanente
- Bande passante
- Nombre d’échantillons
8) Conclusion.
9) Pouvons-nous alors représenter correctement une période de V1 en gardant une
acquisition correcte des motifs ? Le vérifiez et joindre le graphe
10) Pouvons-nous avoir une période de V1 et quelques période de H1 représentées
correctement simultanément ?
11) Faire un zoom sur le passage à l’état haut de V1 et mesurez le temps de monté de 10%
à 90% à l’aide du Tektronix.

2e mesure :
On va étudier un système mécanique.
Contrairement à l’électronique la fréquence
des systèmes mécaniques est en générale très
faibles (les périodes sont donc grandes). Nous
allons ici apprécier l’évolution des oscillations
du ressort grâce à une solution conductrice
soumise à une tension. En appréciant le
12V
11V potentiel de la masse M, on apprécie sa
10V M position.
9V
8V 1) Effectuez les branchements nécessaires
7V pour faire une étude sur l’oscilloscope.
6V
5V 2) Le mouvement étant lent, on va utiliser
4V la fonction table traçante de
3V
2V l’oscilloscope (appelé aussi mode
1V ROLL ou balayage). Pour cela
0V
reportez-vous à la doc constructeur de
l’oscilloscope et joindre le graphe
3e mesure :

Il est fréquent en électronique que l’on ait besoin d’étudier un signal qui n’est pas répétitif. Il
faut alors limiter l’acquisition à l’écran et éviter un deuxième déclenchement. Cette fonction
est possible : c’est le mode SINGLE SEQ
On va étudier un moteur à courant continu. On rappel que lorsque ce dernier voit sa rotation
bloquée alors il est équivalent à une bobine en série avec une résistance R de faible valeur.
L’expérience est la suivante :
En mesurant la tension aux bornes de la
moteur x résistance on va apprécier l’évolution du
courant. En fermant le circuit, la bobine va
s’opposer aux variations brusques du
courant et le courant va alors varier de
manière exponentielle.
R1
C’est cette variation que l’on veut observer
V1
10
ici car la détermination du temps pour lequel
6V
le courant vaut 63% de la valeur final (ce
temps vaut L/(10+R)) et va nous permettre
de connaître l’inductance du moteur.
masse

1) Dans un premier temps faites plusieurs fois l’expérience afin


d’apprécier la valeur de la tension et ainsi de fixer un seuil de
déclenchement correct. Repérez également le temps
caractéristique de l’expérience afin de paramétrer correctement
la base de temps. Enfin, choisissez correctement le temps de
déclenchement.
2) D’après vous à quoi peut servir le fait de choisir le temps de
déclenchement ?
3) En déduire ensuite l’inductance du moteur.

d) Etude des oscilloscopes analogique-numérique

Il existe des oscilloscopes qui ont gardé une partie analogique et donc quelques fonctions
purement analogique tels que ALT et CHOP :exemple du HAMEG 407 (on pourra aussi
étudier le METRIX sur la table)

Ces deux fonctions interviennent lorsque l’on veut représenter deux signaux :

- Le mode ALT : le spot décrit alternativement et de façon continue la courbe


représentant une voie puis celle qui représente l’autre. C’est la seule fonction qui
permet de représenter de manière stable deux signaux de fréquences différentes car
elles synchronisent tour à tour sur les deux signaux. Ce mode est utile pour les signaux
hautes fréquences
- Le mode CHOP : Cette fonction fait, qu’au cours d’une même période du balayage, le
spot décrit alternativement la courbe correspondant à la voie 1 puis à la voie 2.
Chacune des courbes est donc constituée d’un ensemble fini de points. Ce mode est
approprié pour des signaux de même fréquence et pas trop élevée.
Détermination des fonctions du HAMEG HM407
1-bouton d’alimentation
2-bouton de réglage automatique
3-led qui nous indique qu’il y a une commande à distance de l’oscilloscope par la sortie RS
232
4-réglage de la luminosité des graphes et des renseignements sur les calibres (pour passer de
l’un à l’autre il faut appuyer sur READ OUT). Il est possible d’enlever les renseignements sur
les calibres en appuyant longtemps sur READ OUT.
5-Permet le réglage des trace d’un point de vue horizontale
6-joue sur l’astigmatisme.
7-En appuyant longuement sur cette fonction on passe alors en mode numérique. Si ensuite on
appuie une fois de manière brève sur cette touche on a alors une mise en mémoire de tout
l’écran
8-Permet de régler l’acquisition d’un signal par un déclenchement avancé ou retardé (une
croix apparaît sur l’écran pour indiqué ce temps de pré-déclenchement ou elle disparaît pour
indiquer le post-déclenchement
9-En étant dans le mode numérique il est possible de sélectionner plusieurs modes : RFR,
ENV et AVM sont des fonctions de rafraîchissement ou de moyennage.
10-Si on appuie longtemps sur cette touche on sélectionne le mode monocoup. Il suffit alors
d’appuyer brièvement sur single pour « armé » l’oscilloscope.
11-Permet d’afficher un signal de référence.
12- Permet de conserver en mémoire les réglages de l’appareil et de les « rappelez »
13-Yposition voie 1
14-idem voie 2
15- Précise le mode de déclenchement
16-si diode allumée constamment ou clignote c’est que l’on est en représentation temporelle
17-niveau de déclenchement
18 gère la position de x
19-multiplie par 10 la base de temps
20-calibre de tension
21-CH1 permet d’observer le signal 1 après avoir appuyé brièvement et si on appuie
longtemps on joue sur le calibre tension (décalibrage)
22- une pression brève enclenche le mode DUAL, une pression prolongée entraîne le mode
XY. En appuyant simultanément et successivement sur DUAL et CH1on passe en mode ALT
et CHOP
23-Trig
24-calibre de tension
25-idem à 21 mais pour CH2
26-trig mode ( c’est le réglage du signal de déclenchement ou de synchronisation, en AC il ne
possède pas de composante continue, en DC, oui ….
27- réglage du temps de retour au début d’écran
28-Base de temps
29- décalage de t=0
30- un appui long permet de décalibrer la base temporelle
31-entrée voie 1
32-sélection AC/DC du signal d’éntrée
33-masse
34-masse du testeur de composant 45 borne +
35-entrée CH2
36-AC/DC du signal
37-masse et fonction inversion
38-Trig ext
39-interphace pour ordinateur
40 à 43 servent pour les curseurs
44-signal délivré pour le réglage des sondes.

Détermination des fonctions du METRIX OX 8040


1) Alimentez un oscilloscope analogique METRIX à l’aide d’une tension sinusoïdale de
1000 Hz exactement et par la tension délivrée par l’oscilloscope Tektronix pour le
réglage des sondes. Obtenir un graphe correct de ces fonctions. Vérifiez alors que la
position ALT pour la synchronisation est la seule fonction qui permet de représenter
deux tensions de fréquences différentes.

2) Alimentez maintenant l’oscilloscope avec un GBF relié sur les deux voies et appréciez
le comportement en fréquence des modes de représentation ALT et CHOP. Conclusion.

3) Conservez le montage précédent pour vous familiariser avec les différentes fonctions
de ces oscilloscopes

4) Reprendre les 3 mesures effectuées avec le TEKTRONIX mais maintenant avec un


oscilloscope analogique –numérique (METRIX ou HAMEG).

5) Le Hameg possède la fonction testeur de composant. Identifiez grâce à cette fonction


les différents composants présents dans la boîte.