Vous êtes sur la page 1sur 52

Rapport de Projet de Fin d’Etudes

--------------------------------------------------------------
L’impact de la gestion de trésorerie sur la
rentabilité des entreprises marocaines
-------------------------------------------------------------

Stage effectué au sein de : CIMENTS DU MAROC

Préparé par : Ahmed BOUJRA

Sous l’encadrement : M. KRATI

Et l’encadrement pédagogique : M. OUABOUCH

Année universitaire : 2018-2019


REMERCIEMENT

Avant tout, je remercie le Seigneur Dieu de m’avoir donnée la santé, le courage et la volonté́
pour achever ce modeste travail.

Je tien aussi à remercie :

 Mes parents pour leurs sacrifices et leurs encouragements, conseilles qui me font
beaucoup de réussites

 Mon encadrent Monsieur OUABOUCH Hassan de m’avoir accompagnée,


conseillé dans la réalisation de ce travail

 Mon encadrent Monsieur KRATI Youssef de m’avoir accueilli au sein de son


département

 Mon responsable IDALEN Abdelouahab pour avoir consacrer son précieux temps
à m’encadrer et son aide pour finaliser ce projet.

 Monsieur SALTANI Karim contrôleur crédit pour avoir partager des précieuses
informations.

I
LISTE DES ABREVIATIONS
CIMAR : Ciments du Maroc
FR : Fond de roulement
BFR : Besoin de fond de roulement
TR : Trésorerie
TA : Trésorerie active
TP : Trésorerie passive
AC : Actif circulant
PC : Passif circulant
APC : Association Professionnelle des Cimentiers
CIMPOR : Cimentons de Portugal
PM : Part du marché
BTP : Bâtiment et des Travaux Publics
BPE : Béton prêt à l'emploi
ERP : Enterprise Resource Planning
OPCVM : Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières
SICAV : Les sociétés d’Investissement à Capital Variable
FCP : Fond Commun de Placement
AGO : Assemblée générale ordinaire
TFT : Tableau des flux de trésorerie
TTC : Toute taxe comprise
DSO : Days sales outstanding
DPO : Data Protection Officer
DIO : Days Inventory Outstanding

II
LISTE DES FIGURES ET TABLEAUX
Liste des Figures :

Figure 1 : Organigramme du rôle de la trésorerie dans une petite entreprise


Figure 2 : Organigramme du rôle de la trésorerie dans une grande entreprise
Figure 3 : Répartition des cimenteries et centre de broyages
Figure 4 : Organigramme du groupe Ciments du Maroc
Figure 5 : Organigramme du département financier Ciments du Maroc
Figure 6 : Schéma de l’activité Ciment (circuit client)

Liste des Tableaux :

Tableau 1 : Fiche signalétique des sociétés du secteur


Tableau 2 : Les OPCVM mois de (Avril, Mai, Juin)
Tableau 3 : Fiche signalétique comparative entre CIMAR et LAFARGEHOLCIM
Tableau 4 : Flux Ciments du Maroc
Tableau 5 : Flux LafargeHolcim

Liste des Graphique :

Graphique 1 : Consommation de ciments au niveau du Maroc


Graphique 2 : Répartition du marché cimentier Marocain

III
Table des matières
Remerciement
Introduction générale…………………………………………………………………….…...1
PARTIE I : GENERALITES SUR LA TRESORERIE…………………………….….…...3
Chapitre I : Généralité sur la gestion de trésorerie………………………………………....4
Section 1 : Introduction à la gestion de trésorerie…………………………………………..4
1. La trésorerie …………………………………………………………………...4
1.1. Définition……………………………………………………………………..4
1.2. Les éléments constitutifs de la trésorerie…………………………………...4
1.3. La trésorerie au niveau de la comptabilité…………………………………5
Section 2 : Le rôle de la gestion de trésorerie………………………………………………..6
2.1 Le rôle de la gestion de trésorerie dans une petite et grande entreprise….8
Section 3 : Les missions de trésoreries et les qualités requises………………………….….8
3.1 Les principales missions d’un trésorier………………………………….….8
3.2 Les qualités requises d’une trésorerie……………………………………….9
3.3 Les Principales rôle du trésorier………………………………………….…9
Chapitre II : La rentabilité de la gestion de trésorerie……………………………………10
Section 1 : Les facteurs prédominants pour une bonne gestion de trésorerie……………10
1.1. Les facteurs de la gestion de trésorerie…………………………………….10
1.2. Les problèmes structurels de trésorerie……………………………………11
Section 2 : Les paramètres de l’équilibre financier de la trésorerie……………………….13
2.1 Le fonds de roulement……………………………………………………….13
2.2 Le besoin en fonds de roulements…………………………………………...14
2.3 La trésorerie………………………………………………………………….15
2.4 Les ratios financiers………………………………………………………….16
PARTIE II : LA GESTION DE LA TRESORERIE AU SEIN DE CIMENTS DU
MAROC……………………………………………………………………………………...18
Chapitre I : Généralité sur Ciments du Maroc…………………………………………….19
Section 1 : Présentation générale et Historique du secteur du ciment……………………19
1.1 Description du secteur du ciment…………………………………………..19
1.2 Etat des lieux ……………………………………………..…………………20
1.3 Les principaux opérateurs du secteur …………………..…………………21
1.4 Les déterminants du secteur cimentier Marocain…………………………23
Section 2 : Présentation du Ciments du Maroc…………………………………………….25
1.1 Présentation…………………………………………………………………25
1.2 Historique …………………………………………………………………...26
1.3 Organigrammes …………………………………………………………….27
Chapitre II : Analyse de la situation de trésorerie ciment du Maroc…………………….31
Section 1 : Description de la fonction trésorerie……………………………………………31
1.1 Aperçu sur le rôle de trésorier……………………………………………...31
1. 2 Les prévisions de la trésorerie au sein de ciments du Maroc……………31

IV
Section 2 : L’investissement au sein de ciments du Maroc…………………………...…..33
2.1 L’investissement et son impact sur la trésorerie……………………...…..33
2.2 Gestion des encaissements et encaissements au sein de CIMAR……..….35
Section 3 : Comparaison entre LAFARGEHOLCIM et CIMAR………………………..38
3.1 Généralités…………………………………………………………………..38
3.2 Comparaison des flux de trésorerie………………………………………..39
Conclusion générale…………………………………………………………………………42
Bibliographies………………………………………………………………………………..43
Annexe………………………………………………………………………………………..44

V
INTRODUCTION GENERALE
La trésorerie est l’indicateur de santé économique de l’entreprise, elle est la résultante de tous
les flux financiers qui traversent l’entreprise, elle mesure donc les conséquences des décisions
financières et commerciales prises par le management de l’entreprise.

Une dégradation de la trésorerie est souvent le signal d’une détérioration de la situation


financière de l’entreprise suite à un mauvais suivi des ratios de gestion ou une détérioration
significative des conditions économiques.

La trésorerie zéro reste l’idéal de tous les trésoriers, elle reflète la bonne gestion de l’entreprise.
La trésorerie zéro consiste à éviter la position d’emprunt de fonds et parallèlement le maintien
excessif de liquidités non rémunérées sur les comptes bancaires de l’entreprise.

Toute entreprise quelle que soit son efficacité ou quelle que soit sa structure financière peut se
trouver confrontée à un problème de trésorerie de façon conjoncturelle ou structurelle.

Les problèmes structurels de trésorerie sont essentiellement des problèmes à moyen et long
terme qui tiennent essentiellement à des difficultés telles qu’une insuffisance de fonds de
roulement qui peut amener des problèmes de trésorerie exemple :

 Investissement excessif sous forme d’acquisition d’immobilisations.

 Investissement financier important (prise de contrôle de sociétés, achats des titres


de participations...).

 Faiblesse du capital social

 Sous endettement à moyen et long terme.

Les problèmes conjoncturels sont des problèmes qui touchent le court terme exemple :

 Gonflement accidentel des stocks par suite d’annulations de commandes


 Retard ou défaillance du règlement d’un client
 Conflits sociaux, grève ou autre.

1
Quel que soit l’entreprise petite ou grande elles rencontrent des problèmes de trésorerie, il
convient dans un premier temps de comprendre l’origine de ces problèmes et par la suite trouver
les solutions appropriées.

Il faut instaurer un système de gestion prévisionnelle de la trésorerie afin de pouvoir optimiser


sa trésorerie dans un environnement instable autrement dit anticiper et maitriser son avenir en :

 Prévoyant les événements au lieu de les subir.


 Se dotant d’une ligne d’action au lieu de procéder coup par coup.
 En passant d’un système de résultats constatés à un système de résultats
programmés.

Il convient également de définir les tâches de chaque personne au sein de l’entité financière afin
de les répartir d’une manière adéquate selon les besoins du système de gestion existant.

Dans ce qui suit, je traiterai dans la première partie généralités sur gestion de trésorerie, la
deuxième partie sera consacrée à l’analyse de la fonction trésorerie et une comparaison entre
ciment du Maroc et LafargeHolcim.

2
3
CHAPITRE I : LES GENERALITES SUR LA GESTION DE
TRESORERIE

SECTION 1 : INTRODUCTION A LA GESTION DE TRESORERIE

La gestion de trésorerie est l’ensemble des choix et procédures qui permettent de garantir la
solvabilité de l’entreprise. Elle consiste à gérer les moyens de paiement et de financement et
d’être une source d’information pour les gestionnaires de l’entreprise en des risques liés à leur
décision sur la trésorerie.

1. LA TRESORERIE

1.1 DEFINITION
La trésorerie est un terme qui désigne les liquidités disponibles immédiatement chez
l’entreprise.

Au sens large, la trésorerie comprend même les bons de caisse, les bons de trésorerie, les effets
de commerce et aussi les titres de placement que conserve l’entreprise pour but de les vendre
ultérieurement.

1.2 LES ELEMENTS CONSTITUTIFS DE LA TRESORERIE

La trésorerie au sein de l’entreprise se compose de :

1/ La caisse : qui est l’élément essentiel de la trésorerie car, c’est elle contient toutes les
liquidités disponibles dont l’entreprise et dont elle a accès sur immédiatement et sans avoir
recours à un quelconque déplacement.

La caisse se compose de deux parties une des encaissements (pour les recettes) et l’autre pour
les décaissements (les dépenses).

Les recettes sont présentes tel que :

- Encaissement sur vente au comptant

4
- Encaissement sur remboursement

- Avance sur service

- Virements de fonds

- Remboursement, avance sur frais de mission.

2/ La banque : a pour rôle principal des banques consiste à assurer la gestion des moyens
de paiement. Ce sont des entreprises ou bien des établissements qui collecte du public des fonds
ou des dépôts et qu’ils emploient pour leur propre compte en opération d’escomptes, crédit ou
financière.

La banque joue le rôle d’intermédiaire financier entre les déposants de fonds et les demandeurs
de capitaux, tant en se procurant des bénéfices sous formes d’intérêt.

1.3 LA TRESORERIE AU NIVEAU DE LA COMPTABILITE

La comptabilité au niveau de la TR (trésorerie) permet d’enregistrer la comptabilité en se basant


sur le flux de trésorerie, d’une façon générale la comptabilité de trésorerie repose sur un seul
principe, on doit enregistrer

Au niveau de la comptabilité marocaine on retrouve une distinction entre :

La trésorerie active (TA) s’agit de la disponibilité que l’entreprise détient, elle se compose
de :

 Les caisses
 Les chèques et valeur à versé
 Les comptes bancaires

La trésorerie passive (TP) en globe tous les facilités de paiement accordé par la banques et
qui rend l’entreprise dans une situation d’endettement, elle comprend :

 Les soldes créditeurs auprès des banques et d’autres établissements financiers

5
 Les crédits de trésoreries
 Les crédits d’escompte

SECTION 2 : LE ROLE DE LA GESTION DE TRESORERIE

La gestion de trésorerie se trouve dans les classes 4 et 5 au niveau du bilan, c’est le trésorier
qui est en charge. Le rôle du trésorier sont plusieurs, mais elles varient d’une petite entreprise
à une grande mais généralement le trésorier doit assurer une liquidité a l’entreprise a n’importe
quel moment pour honorer tous les paiements à échéance que ça soit avec des liquidités a
disposition ou bien faire appel à des financements externes et aussi assurer un financement au
coût minimum.

2.1 LE ROLE DE LA GESTION DE TRESORERIE DANS UNE PETITE ET GRANDE

ENTREPRISE

Dans une petite entreprise :

Dans les petites entreprises le rôle de trésorerie peut se limitée dans :

 Etre sûr que le niveau de trésorerie est largement suffisant pour faire face aux échéances
 Réduire les frais financiers
 Négocier avec les banques
 Placer la trésorerie excédentaire

Figure 1 : Organigramme du rôle de la trésorerie dans une petite entreprise

6
Source : Gestion de trésorerie Radouane Naciri Consultant

Dans une grande entreprise :

Figure 2 : Organigramme du rôle de la trésorerie dans une grande entreprise

Source : Gestion de trésorerie Radouane Naciri Consultant

Dans les grandes entreprises le trésorier travaillant on collaboration avec le directeur financier.
Le trésorier d’une grosse boite ça mission s’aura de :

 Optimiser l’endettement de portefeuille


 Etablir le budget et les prévisions de trésorerie
 Participer au montage fusion
 Suivre les positions de trésorerie
7
 Sécuriser les transactions financières
 Suivre et gérer les risques de taux de change
 Etablir le budget et les prévisions de trésorerie et analyser les écarts réels

SECTION 3 : LES MISSIONS DE TRESORERIES ET LES QUALITES REQUISES

3.1 LES PRINCIPALES MISSIONS D’UN TRESORIER

Quelles que soient la taille et l’activité́ des entreprises dans lesquelles ils exercent leurs
fonctions, les trésoriers sont fondamentalement chargés des missions suivantes :

 La gestion des flux financières en suivant de près l’évolution de BFR et utiliser au


maximum les moyens modernes de paiement et d’encaissement.

 Assurer la solvabilité de l’entreprise par la minimisation des frais financiers en finançant


les besoins à court terme par l’utilisation des crédits les moins chers, et les
maximisations des produits financiers en plaçant les excédents de trésorerie au meilleur
taux et sur le meilleur horizon, et dans les deux cas cela implique d’avoir une vision
précise sur l’évolution de son besoin. Donc le trésorier est le garant de la solvabilité
permanente de l’entreprise.

 Bâtir des prévisions de trésorerie par la construction d’un plan de financement et le


budget de trésorerie.

 La gestion des risques financiers à court terme (risque de change et risque de taux).

 La négociation des conditions bancaires.

 Le trésorier assure le contrôle des conditions bancaires appliquées par la banque et


demande la rectification des erreurs car plus les conditions sont préférentielle et plus les
risques d’erreur de la banque sont potentiellement importants, car elle est habituée à
comptabiliser les conditions standards.

 Le placement des excédents

 Assurer la sécurité des transactions pour éviter les tentatives de fraudes.

-Il doit suivre les conditions appliquées par les banques tel que :

8
 Echelle des intérêts et ticket agios

 Dates de valeur

 Taux d’intérêt

 Barèmes de commissions

 Conditions appliques sur les comptes multiple d’une même banque

3.2 LES QUALITES REQUISE D’UN TRESORERIE

Un bon trésorier doit tout d’abord avoir les pieds sur terre, Il doit être pragmatique et réaliste.
Il doit être rigoureux pour qu’il puisse affronter, manier et interpréter les chiffres.

Le trésorier doit disposer de quelques qualités primordiales pour mieux exercer son activité au
sein de l’entreprise, de ces qualités on trouve :

 Communicateur : le trésorier est dépendant de toutes les fonctions de l’entreprise, car


ces dernières lui fournir des informations nécessaires pour alimenter ses prévisions.
 Technicien : la gestion de la trésorerie est un domaine technique et le trésorier devra
maitriser le logiciel de trésorerie, les éléments de mathématiques financières et le
fonctionnement des produits de couverture de change et de taux.
 Organisateur : le trésorier doit organiser une démarche de gestion qu’il faut suivre
quotidiennement.

3.3 LES PRINCIPALES ROLE DU TRESORIER

La structure de la trésorerie se repose sur un personnage qui est le trésorier qui de son rôle
est :

 Prévoir l’évolution des soldes débiteurs et créditeurs des comptes de l’entreprise


 Assurer une trésorerie optimale
 Garantir le meilleur placement des excédents de trésorerie
 Financé les investissements à moindre cout

9
CHAPITRE II : LA RENTABILITE DE LA GESTION DE
TRESORERIE
SECTION 1 : LES FACTEURS PREDOMINANTS POUR UNE BONNE GESTION DE

TRESORERIE

1.1 LES FACTEURS DE LA GESTION DE TRESORERIE

La trésorerie se base sur différents composant pour qu’on puisse la maitriser et maintenir son
équilibre et ça stabilité. Un bon trésorier doit être capable de calculé le montant de fonds de
roulement obligatoire au cycle d’exploitation de l’entreprises aussi il doit maitriser les liquidités
équivalentes accessibles.

Voici les paramètres sur lesquels le trésorier doit être vigilant :

Besoin en fonds de roulement (BFR)et son impact sur la trésorerie

Le calculé du besoin en fonds de roulement est obtenue des donnés qui figurent au bilan
comptable qui sont l’actif circulant (AC) et le passif circulant (PC) est ce fait comme suit :

BFR = Actif circulant – Passif circulant

Le trésorier doit surveiller son évolution que ça soit une hausse ou une baisse du BFR, Il doit
le moduler à une moyenne restreinte. Les réflexes qu’un trésorier doit acquérir c’est de diminuer
les créances des clients et de baisser les stocks. Tous les acteurs de l’entreprise doivent être
impliqués dans ces décisions pour une identification des besoins et des axes de financement sur
lesquels se focaliser.

Les créances clients :

Votre objectif pour une bonne gestion de votre trésorerie : réduire autant que faire se peut vos
créances clients. A chaque commande reçue, il vous faut établir immédiatement une facture,
spécifiant dans le net à payer les escomptes accordés et leur évolution en fonction de la date
de paiement définie.

Sachez par ailleurs vous adapter à tous les cas de figures qui peuvent se présenter, parmi
lesquels :

10
 Un client qui économise en honorant immédiatement sa dette ;
 Des délais de paiement non respectés et la nécessité de relancer le client ;
 La possibilité de régler par tranches pour un client en difficulté de liquidités.

Dans tous les cas, il s’agit pour vous de réagir rapidement pour rentrer dans vos fonds.

Financement et impact sur la trésorerie :

Il serait plus avantageux de recourir à des crédits à moyen ou long terme pour une meilleure
rentabilité de la trésorerie. Les capitaux propres ou les excédents de trésorerie sont plus
avantageux à placer surtout lorsque les taux de placement sont supérieurs aux taux d’emprunt.

Chiffre d’affaires et impact sur la trésorerie :

Tout bon gestionnaire doit être capable de manipuler les un chiffre d’affaires colossal, Plus
l’entreprise réalise un chiffre d’affaires important, plus le gestionnaire aura besoin de
financements sa trésorerie ne sera pas stable. Il doit savoir négocier des financements à court
terme avec la banque, soit augmenter les capitaux permanents.

1.2 LES PROBLEMES STRUCTURELS DE TRÉSORERIE

Traditionnellement, les problèmes que peut rencontrer toute entreprise ont des origines soit
structurels soit conjoncturel. Il importe ici de nuancer l'analyse en fonction de la gravité
présumée des problèmes. Ces derniers peuvent impliquer le haut du bilan (Fonds de roulement)
ou le bas du bilan (besoin en fonds de roulement) voir, dans certains cas les deux. D'autres
problèmes peuvent également émaner de l'organisation de la gestion de la trésorerie dans une
entreprise 1.

Les problèmes d’ordre organisationnel

Les problèmes organisationnels sont encore omniprésents dans les entreprises. Ne pas les
résoudre peut causer des dommages au sein de l’organisation : perte de temps et d’argent, baisse
de la productivité mais surtout un désengagement de la part des employés concerné.

1 Philippe Rousselot, Jean-François verdié : la gestion de trésorerie, édition Dunod, paris 1999, P14

11
Les problèmes conjoncturels de trésorerie

Les problèmes conjoncturels sont des problèmes touchant le court terme, comme ceux qui
résultent des fluctuations à court terme de l’activité́ de l’entreprise et donc des mouvements
encaissements et de décaissement.

Les principales causes indentifiables sont les suivants :

 Les variations saisonnières de l’activité qui peuvent conduire à d’importants besoin


de trésorerie à certaines périodes (semaine, Mois, Années).
 Le gonflement accidentel des stocks par suite d’annulations de commandes.
 Le retard ou la défaillance du règlement d’un client qui provoque un manque
d’encaissement.
 Des fluctuations de nature complètement aléatoire et donc par définitions
imprévisible, comme des guerres, des conflits sociaux, des grevés etc.
 La baise accidentelle des capitaux par suite d’une forte demande de la clientèle.

Les problèmes structurels de trésorerie

Les problèmes structurels de trésorerie sont essentiellement des problèmes à moyen et long
terme qui sont liées essentiellement à des difficultés telles qu’une insuffisance de fonds de
roulement (FR) qui peut amener des problèmes de trésorerie.

Voici une lister qui représente les principales causes de ces problèmes, on pourrait trouver les
suivantes :

 Des investissements financiers trop importants (prises de contrôle de sociétés, achats de


titres de participations, etc.)

 Un très grand montant investi sous la forme des acquisitions d’immobilisations


corporelles et incorporelles.

 Une insuffisance des capitaux permanents due notamment :

a) A un sous endettement de l’entreprise soit à long terme ou bien à court terme

b) A la limite du capital social de l’entreprise

c) A la limite des bénéfices mis en réserve

12
SECTION 2 : LES PARAMETRES DE L’EQUILIBRE FINANCIER DE LA TRESORERIE

2.1 LE FONDS DE ROULEMENT

Le fonds de roulement (FR) est la somme d’argent constamment disponible qui permet a
l’entreprise de manière efficace de payer est à couvrir ses charges d’exploitation avant de
recevoir les paiements de ses clients et sans avoir recours a un emprunt. Autrement dit, le fonds
de roulement permet de désigner les fonds disponibles à l'entreprise pour financer son activité
productive et ses investissements à plus long terme. Il est égal à la différence entre les capitaux
propres et l’endettement à moyen et long terme.

Le fond de roulement est calculé à partir des éléments qui figure dans le haut du bilan comptable
de l’entreprise, voici ces méthodes :

Fond de roulement = Capitaux permanents - Actifs immobilisés


Fond de roulement = Ressources stables - Emplois stables
Fond de roulement = Actifs à court terme - Passifs à court terme

Un fonds de roulement négatif : quand le fonds de roulement est négatif cela se traduit à un
risque financier important. La situation est critique pour l'entreprise car cela veut dire qu'elle
n'est pas en mesure de faire face aux décaissement prévus à court terme, et qu’elle ne peut pas
supporter la totalité de ses investissements.

Dans ce cas l’entreprise doit trouver une solution pour rétablir son fonds de roulement, soit par
un nouveau financement nouvel apport en capital social, apport en compte courant associé
souscription d’un emprunt cession d’actif.

L'entreprise doit améliorer son fond de roulement non pas pour le court terme seulement.

Un fonds de roulement négatif, quand il est calculé à partir du long terme, signifie que les
ressources à long terme ne suffiront pas à financer le bon fonctionnement d'une entreprise.

Par ailleurs, un fonds de roulement négatif qui est calculé à partir du court-terme signifie que
l'entreprise n'est pas en mesure de payer ses dettes à court terme en liquidant son actif de court
terme.

13
Un fond de roulement positif : Un fond de roulement positif signifie que l’entreprise est en
bonne santé financièrement. Lorsque le fonds de roulement est positif, ce qui est préférable,
l’entreprise génère un excèdent dégager en terme de ressource qui lui permet de financer en
totalité ou partiellement son besoin en fonds de roulement et le solde vas contribuera à bâtir la
trésorerie nette de l'entreprise.

Le fond de roulement qui est censé être positif peut avoir des défaillances tel que :

 Défaillance d’un client, qui entraîne une hausse du besoin en fonds de roulement,
 Augmentation du délai de rotation des stocks,
 Augmentation du délai de règlement des clients,
 Diminution du délai de règlement des fournisseurs ou mise en place d’un acompte
sur commande

2.2 LE BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT

Le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) est la somme nécessaire que l'entreprise doit avoir au
sein de ça trésorerie pour pouvoir payer ses charges courantes. Très souvent, on retrouve des
entreprises avec un décalage de trésorerie au niveau de ces encaissements et ces décaissements.
L’entreprise doit avoir la possibilité de payer ses factures sans attendre à recevoir le paiement
dû par ses clients.

Pour pouvoir calculer le besoin en Fonds de Roulement (BFR) on applique cette formule :

BFR = stocks + créances clients - dettes fournisseurs et dettes fiscales

Pour une bonne gestion du besoin en fonds de roulement, il est primordialle d’être attentif sur :

 Une comptabilité à jour (balance des comptes clients notamment)


 Une bonne gestion des stocks
 La gestion du poste client : limiter les délais de paiement des clients (traiter
rapidement les factures, les relances, le recouvrement) ...
 La gestion du poste fournisseur (négocier les délais de paiement...)
 Le choix du mode de financement du besoin en fond de roulement (découvert
bancaire, cession Dailly, affacturage)

14
Le BFR peut avoir 3 cas :

-Un BFR positif (> 0)

Cas qui est "standard", un BFR positif veut dire que l’entreprise besoin de financement à court
terme pour faire tourner son activité, le cycle d'exploitation requiert un financement
complémentaire. Si le fonds de roulement est insuffisant, il est nécessaire de mobiliser des
ressources financières additionnelles comme l’apport en comptes courants d'associés, moyen
fréquemment usé lors des premiers mois d'activité après une création d'une entreprise.

-Un BFR négatif (< 0)

Pour le BFR négatif cela veut dire que l’entreprise est on bonne santé. Commun dans le secteur
d'activité de la grande distribution et plus fréquemment pour les entreprises de services,
l'activité se suffit à elle même. Généralement, l'encaissement immédiat des ventes et le
paiement sous délais des fournisseurs expliquent ce cas de figure. Cela permet à l’entreprise de
dégager un excédent de ressources très utile pour qu’elle puisse financer la trésorerie et la
capacité d’autofinancement de ses activités.

-Un BFR nul (= 0)

Lorsque le BFR est nul c’est que l'équilibre est alors parfait entre les ressources et les besoins
d’exploitation, elles permettent de couvrir les emplois en intégralités. Dans ce cas l’entreprise
n’a pas besoin à financier mais par contre elle ne dispose d’aucun excédent financier.

2.3 LA TRESORERIE

Analyse le niveau de la trésorerie dépend directement des deux ratios précédents : Fond de
roulement du besoin en fonds de roulement de l'entreprise.

En effet, la trésorerie résulte de la différence qui se trouve entre les deux facteurs fonds de
roulement et le besoin en fonds de roulement de l'entreprise.

Ainsi par exemple, une entreprise qui autofinance de manière importante ses investissements,
qui dépend de ces propres moyens, et qui a d’une autre part des délais de règlements clients très
supérieurs à ceux de ses fournisseurs, on trouve que cette entreprise a des besoins importants
en trésorerie, et donc une trésorerie négative.

15
Inversement, une entreprise qui finance ces investissements par des emprunts auprès des
banques par exemple, et qui encaisse rapidement ses clients, a en principe une trésorerie
positive, dès lors que son résultat est en rapport avec ses besoins de financements.

Pour le calcule de la trésorerie on applique :

Trésorerie = Fond de roulement – Besoin en fond de roulement

2.4 LES RATIOS FINANCIERS

Les ratios financiers font parti des ratios les plus utilisés. Ce sont des indicateurs économiques
utilisés pour guide des analyses financières d’entreprise c’est ça quels sont très utiles pour les
entrepreneurs car ils les aides à suivre au plus près la santé financière de leur entreprise et être
réactif quand le besoin s’en fait sentir. Ils sont aussi très utilisés lors d’une analyse financière.
Ils permettent de s’informer sur la performance financière de l’entreprise si un repreneur
souhaite évaluer ou sur la santé financière d’une société qui sollicite des fonds

Un ratio financier représente un (coefficient, indice, pourcentage) calculé en rapportant deux


informations issues des états financiers d’une entreprise (compte de résultat, bilan) pour évaluer
la santé financière de l’entreprise à un moment donné, est ne donne aucune prévision on ce qui
concerne l'évolution de l’entreprise

Les ratios financiers donnent des indications sur la santé financière d’une entreprise, plus
précisément sur sa rentabilité, sa structure des coûts, sa productivité, sa solvabilité, sa liquidité
et son équilibre financier.

Deux ratios sont utilisés pour estimer la liquidité d’une entreprise : le ratio d’indépendance
financière, de liquidité générale.

1) Ratio d’indépendance financière

Le ratio d'autonomie financière ou bien ratio d’autonomie financière d'une entreprise est traduit
sous deux formes :

- S’il est supérieur a 1 cela veut dire que la société a des capitaux propres plus importants que
les dettes financières donc, l'entreprise a la capacité de couvrir ses emprunts bancaires avec ses
capitaux propres

16
- S’il est inferieur a 1, le ratio veut dire que que les capitaux propres ne peuvent pas couvrir
l'ensemble des dettes contractées auprès des établissements bancaires. L'entreprise est en
situation de danger par rapport a son côté financier, donc l'entreprise est trop endettée

On peut calcule ce ratio à partir de cette formule :

Ratio d’indépendance financière = Capitaux propres / Capitaux permanents

2) Ratio de liquidité générale

Le ratio de solvabilité générale nous permet de mesurer la capacité de définir la santé financière
d'une entreprise, c’est à dire est ce que l’entreprise peut être considérer comme solvable à court
terme et aussi de voir si l’entreprise peut rembourser l’ensemble de ses dettes grâce à la vente
de ses actifs en cas de liquidation.

Ratio de liquidité générale = Actif circulant / Passif circulant

17
18
CHAPITRE I : GENERALITE SUR L’ENTREPRISE
« CIMENTS DU MAROC »

SECTION 1 : PRESENTATION GENERALE ET HISTORIQUE DU SECTEUR DU

CIMENT

1.1 Description du secteur du ciment

Le secteur cimentier est un marché à fort croissance, il est l’un des industries les plus anciennes
et plus développés au Maroc. Le secteur détient une place primordiale au niveau de la
socioéconomique marocaine à travers sa contribution à la création de la valeur ajoutée et à la
promotion de l’emploi.

Le secteur cimentier marocain connaît une présence de quatre opérateurs adhérés à une
association nommée l’APC « Association Professionnelle des Cimentiers ».

L’APC est une association à but non lucratif créée en 1982 pour
représenter le secteur cimentier marocain auprès du public et les
institutions public et privé.

La concurrence entre ses acteurs est de plus en plus rude, elle s’est accentuée suite à l’entrée du
nouvel et seul opérateur avec des capitaux marocains en 2010.

L’activité cimentière avait représenté l’une des forces de l’économie marocaine, avec une
contribution de 1.6% au PIB national en 2012 et aussi la forte contribution à la création
d’emplois.

19
Graphique 1 : Consommation de ciments au niveau du Maroc

Source : L’économiste Edition N° 5189 Le 17/01/2018

L’activité a connu une importante évolution lors des dix dernières années grâce aux différents
chantiers lancés par le Royaume. A présent elle a connu une période difficile, À la fin 2017, la
consommation est à son plus bas ! Les ventes n’étaient que de 13 millions de tonnes sur toute
l’année. Et la situation ne s’arrange pas depuis le début d’année. Selon les derniers chiffres
arrêtés par le ministère de l’Habitat, les volumes écoulés remontent à peine à 3,30 millions de
tonnes au terme du premier trimestre de 2018. Soit une baisse de 15,11% comparée à la même
période de l’année passée.

C’est un secteur en pleine mutation, et son dynamisme est attaché à la flambée de l’immobilier
et aussi à la politique des projets importants d’infrastructures. Le secteur cimentier est sans
doute l’une des activités qui contribuent le plus au développement du pays. (Finnacenews)

L’activité cimentière est une activité qui a besoin d’un très grand budget d’investissement et
d’un financement sur le long terme. Le secteur cimentier dépend du secteur d’immobilier et de
l’état du secteur de la construction. Le ciment est un matériau de construction de haute qualité,
et utilisé dans les projets de construction du monde entier. Et entre dans la composition du béton
auquel il confère sa résistance.

1.2 ETAT DES LIEUX

Le marché du ciment au Maroc contient 4 entreprise : LafargeHolcim Maroc, Ciments du


Maroc, Ciments de l’Atlas et Asment Temara. Elles assurent la totalité de

20
l’approvisionnement du marché national. Et même à l’exportation de sa matière première qui
est le calcaire.

Il est à noter que la majorité des entreprises sont filiales à des groupes internationaux,
exploitant ainsi 13 cimenteries d’une capacité de production annuelle de 22 millions de tonnes.
Cette capacité de production a nécessité des investissements importants de l’ordre de 18
milliards de dirhams, dont plus de la moitié appartiennent à des multinationales étrangères
telles que CIMPOR (Portugal) LafargeHolcim (Suisse), HeidelbergCement (Allemagne).

La plus grande capacité de production du ciment est détenue par LafargeHolcim Maroc.

Principaux évènements ayant marqué le secteur du ciment au cours des dix dernières
années 1:
 2000 La capacité de production du secteur était de 10 millions de tonnes
 La production est de 7.5 millions de tonnes
 2001 -La taxe sur le ciment est de 50 dirhams par tonne produit
 2005 -La production est passée de 7.5 à 10 millions de tonnes par an
 2009 -Cette année a connu le déclenchement de la crise immobilière
-La stagnation de la consommation du ciment
 2010 -L’arrivée de ciment de l’Atlas avec une capacité de production de 3.2
millions de tonnes
 2014 -Le 7 avril 2014, la fusion des grands cimentiers Français et Suisse Lafarge et
Holcim donnant naissance à une nouvelle société LafargeHolcim Maroc.
 2016 -Intégration de Ciments du Maroc dans le groupe Allemand Heidelberg, le
2ème plus grand cimentier au monde.

1.3 LES PRINCIPAUX OPERATEURS DU SECTEUR

Comme énoncé ci-dessus, le secteur cimentier est accaparé par quatre principaux acteurs affiliés
à de grands groupes internationaux, que sont : LafargeHolcim Maroc filiale du groupe suisse
LafargeHolcim, Ciments du Maroc filiale du groupe allemand Heidelberg Cement, Asment
Temara filiale du groupe brésilien Votorantim Cimentos et enfin le nouvel entrant marocain
Ciments de l’Atlas. Voici une petite présentation :

1
Sources : APC, Analyse SIS Consultants
21
 Ciments de l’Atlas : Opérateur marocain nouvellement entré dans le secteur en 2010 et
présentant une part de marché de 16,6%. Il détient et exploite 2 cimenteries d’une capacité de
production annuelle de 3,2 millions de tonnes. Il commercialise le ciment, le béton et les
granulats.
 Asment Temara: Troisième cimentier marocain, détenant une part de marché de 7,5%.
L’entreprise dispose d’une seule usine située près de Rabat à Temara avec une capacité de
production annuelle de 1,2 millions de tonnes.

 LafargeHolcim : Leader cimentier du secteur, la filiale du groupe suisse. Cette entreprise une
joint-venture entre le Groupe LafargeHolcim, leader mondial des matériaux de construction et
la société Nationale d’investissement (SNI), fond d’investissement privé panafricain à capitaux
marocains. L'entreprise compte 6 cimenteries (Bouskoura, Tétouan, Meknès, Fès et Oujda) et
deux stations de broyage une à Tanger et l’autre a Nador, représentant une capacité de
production de 11,7 millions de tonnes. Un projet de cimenterie dans le Souss est en cours de
développement.

Elle fabrique 5 familles de produits : le ciment, le béton, le granulat, la chaux et le plâtre.

Tableau 1 : Fiche signalétique des sociétés du secteur2


Société LafargeHolcim Maroc Ciments du Maroc Asment Temara Ciments de l’Atlas

Capital 524 073 390 1 443 600 400 495 000 000 1 200 000 000

Chiffre d’affaires 26 3,096 1206,0 2677,3


en 2018

Capacité de 11.7 Mt 5 Mt 1.2 Mt 3.2 Mt


production
Unités de ciment 6 3 1 2
Zones  Bouskoura,Settat  Ait Baha  Temara  Beni Mellal
d’implantation  Tétouan  Safi  Ben Ahmed
 Meknès,Fes  Marrakech
 Oujda
Date de 1995 1952 1976 2010
Démarrage
Cotée en Bourse 1997 1969 _ _
Principal LafargeHolcim et la Heidelberg Votorantim Anass Sefrioui
actionnaire holding de la famille Cimentos
royale SNI
Source : Elaboration propre

2
Sites des sociétés et de leurs maisons-mère, site de la Bourse de Casablanca et Association
Professionnelle des Cimentiers.11113
22
Ce schéma nous montre la part du marché (PM) par chacune des entreprises 3:

Graphique 2 : Répartition du marché cimentier Marocain

Répartition du marché cimentier Marocain


60,00%
50,00%
40,00%
30,00%
20,00%
10,00%
0,00%
Colonne1

Source : Elaboration propre

Commentaire : Après avoir analysé le chiffre d’affaire des 4 entreprises. On constate que
LafargeHolcim est le leader sur le marché avec une part de marché de 52.46%, ensuite vient en
deuxième position Ciments du Maroc avec une part de marché de 23.32%, en troisième position
sur le marché Ciments de l’Atlas avec une part de 16.69%. Pour retrouver en dernière position
Asment Temara avec une part de marché de 7.51%.

1.4 LES DETERMINANTS DU SECTEUR CIMENTIER MAROCAIN

Le prix du ciment : Le prix du ciment représente une variable intégrant différent paramètres.
Son analyse nécessite une maîtrise de la chaîne de valeurs de ce secteur très structuré et
capitalistique. Le ciment se vend en vrac à la tonne ou conditionné dans des sacs. Le prix n’est
réglementé par aucune autorité, il est de deux types : prix de sortie à l’usine qui se négocie selon
plusieurs variables et celui de détail qui suit la loi de l’offre et de la demande. Le prix de vente
à l’usine se négocie en fonction des quantités à acheter, de la catégorie et du niveau de fidélité
du client.

3
Part de marché globale = Chiffre d’affaires de l’entreprise /Chiffre d’affaires du secteur.
23
Il est important à signaler que le prix à l’usine est inférieur de 10% à 17% par rapport au prix
du détaillant. Il est constitué de deux composantes importantes : la marge brute et le coût de
production du ciment. Cependant, les prix de vente pratiqués dans les diverses régions ne
présentent que des différences légères relatives aux tensions conjoncturelles.

 La consommation du ciment : La consommation du ciment s’inscrit dans une croissance


continue qui est soutenue depuis quelques années déjà par le bâtiment qui figure parmi les
secteurs enregistrant le plus fort taux de croissance. En effet, le développement de l’industrie
cimentière est corrélé au développement économique du Maroc et à la dynamique enregistrée
au niveau du secteur du Bâtiment et des Travaux Publics (BTP). Cette dynamique est animée
par la construction de vastes chantiers d’infrastructures, telles que les autoroutes, les ports, les
barrages et les nombreux établissements touristiques.

C’est dans ce sens que la consommation du ciment au Maroc a connu une croissance
importante passant de 240 kg/an/habitant en 2000 à 470 kg/an/habitant en 2012, enregistrant
ainsi une évolution annuelle de plus de 7%. Cette consommation représente 14,57 millions de
tonnes soit un chiffre d’affaires de l’ordre de 14 milliards de dirhams.

Cependant, la consommation du ciment au Maroc reste faible par rapport à ses homologues
à niveau de développement comparable, puisqu’elle s’établit à 538 kg en Egypte et 568 kg
en Turquie.

En 2012, la consommation du ciment diffère grandement d’une zone géographique à une autre.
Elle s’élève à 726 kg/habitant dans la région de Tanger-Tétouan, contre 713 kg dans l’Oriental
et 600 kg dans l’Ouest. Ces disparités de consommation entre les régions s’expliquent
essentiellement par la proximité de l’implantation des capacités de production des cinq
groupes opérant dans le marché.

Il est également important à noter que la répartition de la consommation du ciment par secteur
de construction affiche à son tour des écarts, puisqu’elle s’établit à 80% pour les logements,
contre 14% pour les travaux publics et 6% pour les bâtiments non résidentiels.

24
SECTION 2 : PRESENTATION DE CIMENTS DU MAROC

2.1 PRESENTATION

Créée en 1951, Ciments du Maroc est la filiale du Groupe Heidelberg, 2ème cimentier mondial
et ceci suite à l’acquisition de Heidelberg de 45% d’Italcementi auprès d’Italmobiliare le 28
juillet 2015.

Avec l’intégration entre Heidelberg et Italcementi, le groupe devient à l’échelle mondiale, le


premier producteur de granulats, le second de l’industrie cimentière et la troisième du marché

Du béton prêt à l’emploi. En disposant de 63 000 collaborateurs travaillant dans plus de 3000
sites de production à travers 60 pays sur les 5 continents. La capacité totale de production des
156 cimenteries est de près de 200 millions de tonnes de ciment.

HeidelbergCement Group dispose de plus de 600 carrières de granulats et plus de 1700 centrales
à béton. Il devient ainsi l’un des plus grands fabricants intégrés de matériaux de construction
dans le monde.

L’activité de Ciments du Maroc se résume dans la fabrication du béton prêt-à-l ‘emploi, des
granulats et dans la production du ciment. À cet effet, le groupe détient 23 centrales de BPE
réparties sur le territoire, 4 carrières de granulats, 3 cimenteries et un centre de broyage et
d’ensachage.

En plus de cela, Ciments du Maroc qui est fidèle à son positionnement innovant. Elle ajoute
une nouvelle activité dans son porte feuille produits qui est la fabrication et la
commercialisation de mortier sec prêt à l’emploi. En s’associant au leader espagnol de cette
activité « Grupo Puma ». Cette dernière avec Ciments du Maroc ont signé une joint-venture
pour la production et la commercialisation de mortier sec prêt à l’emploi. Le montant
d’investissement est d’environ 18 millions de dirhams pour la construction d’une usine dédiée
à la production de mortiers secs ayant une capacité annuelle d’environ 60 000 tonnes. L’usine
est située dans l’enceinte du centre de broyage de Jorf Lasfar.

Avec ce partenariat, Ciments du Maroc est devenu le premier à se positionner sur le marché du
mortier sec. Cela va lui permettre de proposer aux clients des solutions de construction
complète, du gros œuvre à la finition.

25
Ciments du Maroc a également créé en juillet 2015, une nouvelle société dédiée au
développement en Afrique. Confirmant la vocation de développement des activités

Aujourd’hui Ciments du Maroc détient un capital social qui est fixé à la somme de 1 443 600
400 DH, repartie en 14 436 004 actions ayant une valeur nominale de 100 DH

Figure 3 : Répartition des cimenteries et centre de broyages

Source : https://www.cimentsdumaroc.com/fr/nos-implantations

2.2 HISTORIQUE

1951 : Création de la Société des Ciments d’Agadir, filiale à 100% de Ciments Français.

1989 : Création de deux filiales dans les matériaux de construction : Bétomar pour le béton prêt
à l'emploi (BPE) et Sagram pour les granulats.

1990 : La construction d'une cimenterie : capacité de 600 000 tonnes à Safi.

1992 : Cimasfi et la Société des Ciments d'Agadir fusionnent sous le nom de Ciments du Maroc.

26
2001 : Création de la filiale Indusaha à Laayoune et entrée en production de son centre de
broyage.

2005 : Convention de 3,6 milliards de dirhams avec l'Etat marocain pour la construction d'une
nouvelle cimenterie (Aït Baha).

2009 : Mise en service en novembre du premier broyeur à ciment de la cimenterie d'Aït Baha.
2010 : Mise en service de la cimenterie d’Aït Baha, d’une capacité de production de 2,2 millions
de tonnes et doublement de la capacité du centre de broyage d’Indusaha

2014 : Fusion-absorption de Bétomar par Ciments du Maroc.

-Mise en service du centre de broyage de Jorf Lasfar.

2015 : - Signature d’un accord entre HeidelbergCement et Italmobiliare pour l’acquisition des
parts de celle-ci dans Italcementi. Le nouvel ensemble, constitué de HeidelbergCement
et Italcementi devient ainsi le deuxième opérateur mondial dans le secteur du ciment.
Leader dans le métier des granulats et troisième acteur dans le béton prêt à l’emploi.

- Constitution de la société holding Africim pour le développement d’activités de


Ciments de Maroc.

- Création de la société Maestro Drymix issue de la joint- venture entre Ciments du


Maroc et Grupo Puma pour la production et la commercialisation de mortier sec prêt à l’emploi.

2016 : Intégration de Ciments du Maroc dans HeidelbergCement Group.

2019 : Le groupe Heidelberg vient de céder 7,57% de ses participations dans la CIMAR.

2.3 ORGANIGRAMMES

27
Figure 4 : Organigramme du groupe Ciments du Maroc

Directeur Général

Matteo ROZZANIGO

Département Sécurité Département Juridique

Brahim BASSAID Abdelkader GANOUR

Département Audit interne Département


Communication
Mohamed HASSOUNE
Ghizlane OUAKRIM

Direction Direction Direction Direction des Direction des


Commerciale et
Technique Administrative & Achats Ressources
Logistique
Financière Humaines
Mohammed Mostapha Christophe
BOUJANOUI NAMSY Luis LLIMOS LEGRAND Said EL GHAZI

28
Figure 5 : Organigramme du département Financier Ciments du Maroc

Direction Administrative &


Financière

Luis LLIMOS

Département Département
Département Département Contrôle de
Département Paie Système Département
contrôle Crédit Comptabilité et Gestion
D’information Trésorerie
fiscalité
Ahmed Imane EL
Youness AIT Issmail ATAFI Abdellah
MOUDNI ANSARI Youssef KRATI
BAMOUH TOUZANI

29
FICHE SIGNALITIQUES 2019
-Raison sociale : Ciments du Maroc
-Forme juridique : Société Anonyme
-Date de Constitution : 28 Juin 1951
-Société mère : Heidelberg Cément Group
-Directeur général : Matteo Rozzanigo
-Président du Conseil d’Administration : Hakan Gürdal
-Secteur(s) d'activité : Bâtiment & Matériaux de Construction
-Capital social (en 2019) : 1 443 600 400,00 MAD
-Effectif : 813
-Filiales : Indusaha, Maestro Drymix, Africim Agadir
atlantique Suez Cement Company Cinord Ecocim
-Date d'introduction en bourse : 24/06/1969

-Identification fiscale : 1085799

-Identifient commun de l’entreprise : 001524400000046

-Registre de commerce : 70617

-CNSS : 1929415

-Principaux actionnaires : Heidelberg cément : 58.81%


Divers actionnaires : 23.95%
PROCIMAR : 3.53%
Fipar Holding (Group CDG): 5.94 %
Fonds Abu-Dhabi : 4.79%
CNIA SAADA : 0.18%
PATRIMOINE Gest/Place : 0.10%
SAFARI SA : 0,07%
Hakam Abdelatif : 0.12%
Mamda MCMA : 0.11%
ALLIANZ MAROC : 0.08%

-Logo :

30
CHAPITRE II : ANALYSE DE LA SITUATION DE
TRESORERIE CIMENTS DU MAROC
SECTION 1 : DESCRIPTION DE LA FONCTION DE TRESORIER

1.1 APERÇU SUR LE ROLE DE TRESORIER


Il convient dans un premier temps de donner un aperçu sur la fonction du trésorier. Le trésorier
doit avoir non seulement des qualités techniques mais aussi des qualités de contact, ses relations
avec les services comptables sont importantes malgré l’indépendance des fonctions de même
pour ses relations avec les banques partenaires, les fournisseurs et les clients de l’entreprise.

Le trésorier doit en outre obtenir de tous les responsables de l’entreprise la sûreté d’être prévenu
de toute opération entrainant une entrée ou une sortie de fonds, l’information du trésorier repose
nécessairement sur des réseaux d’information organisés.

Pour situer encore mieux le personnage du trésorier, nous pouvons affirmer que son
comportement est entièrement dominé par la recherche de l’économie des moyens de
financement, il doit prévoir et gérer les flux de l’entreprise, anticiper et garantir les risques
financiers, c’est le principal responsable de l’utilisation des services bancaires, il est tout
naturellement désigné pour la négociation des conditions bancaires, il doit contrôler les
opérations bancaires, placer les excédents et surtout assurer la liquidité de la solvabilité de
l’entreprise.

1.2 LES PREVISIONS DE LA TRESORERIE AU SEIN DE CIMENTS DU MAROC

Ciment du Maroc établie quotidiennement des prévisions de trésorerie afin de faire fasse pour
déterminer comment vont évoluez les liquidités de l’entreprise dans le futur.

La prévision des recettes :

Les prévisions des recettes chez Ciment du Maroc proviennent essentiellement des
encaissements des ventes. Pour l’activité ciments plus de 80% des factures ventes sont payées
en comptant à la livraison

Pour l’activité des matériaux (bétons et granulats) les factures ventes sont payées en comptant
a 30% et le reste échelonné.

Dans le cas des entreprises qui vendent à crédit, une analyse statistique permet de déterminer
l’étalement des encaissements par rapport aux ventes de la période.

Les modalités de paiement accepté par ciments du Maroc sont :


31
- Les chèques
- Les chèques certifiés
- Les lettres de changes
- Les LCN
- Les lettres de changes avalisés
- Les ordres de virements
- Les versements déplacés chez la banque

Les autres encaissements ont des sources diverses :

Les produits accessoires d’exploitation (Prestations de service, transport) ; Les opérations


hors exploitation (cession d’immobilisation...) ; Les opérations financières (Rachat des
OPCVM).

Leur étalement dans le temps dépend des conditions des contrats, de l’activité de l'entreprise,
ou encore de sa stratégie. Elle supporte une certaine approximation en raison de leur importance
relative.

La prévision des dépenses.

La prévision des décaissements est plus difficile du fait de la très grande variété des charges.
La relation entre l'engagement d'une dépense et le décaissement correspondant varie en fonction
de la nature de la charge.

A cet égard, les dépenses sont classées en quatre catégories :

 Dépenses sur charges normales d’exploitation.


 Dépenses sur opérations financières.
 Dépenses sur investissements.

En principe la périodicité et le délai de paiement en sont bien connus. Il subsiste assez souvent
une incertitude quant au montant que l'on peut malgré tout assez bien approcher.

La prévision des dépenses sur opérations financières et investissements découle du plan de


financement.

Les modalités et les règlements fournisseur sont préalablement définie pendant l’établissement
du bon de commande sur l’ERP.

Par rapport a la société Ciments du Maroc ça trésorerie se porte très bien depuis 2013, ça

32
trésorerie dégage un excèdent depuis, cependant et vue les contextes économiques et la chute
des ventes de ciment au Maroc le groupe HeidelbergCement opte pour faire des placements on
OPCVM monétaires a court terme d’une façon quotidienne pour optimiser le placement de leurs
excédents de trésorerie.

SECTION 2 : L’INVESTISSMENT AU SEIN DE CIMENTS DU MAROC

2.1 L’INVESTISSEMENT ET SON IMPACT SUR LA TRESORERIE

L’investissement chez les grandes entreprises se fais très rares, elles se contente de ce qu’elles
ont investie au par avant qui tourne jusqu'à date.

On ce qui concerne la CIMAR l’investissement se fais d’une façon discrète, c’est le groupe
HeidelbergCement qui décide où et quand vont crée une nouvelle usine ou faire de gros
investissent. Ces information d’investissement reste secrète au sein du groupe seulement, et
aucun emploi ni chef de département n’ai cette information.

Pour que HeidelbergCement investie une nouvelle usine par exemple, elle cherche à trouver
des terrains au ils peuvent extrairais du calcaire qui est l’une des matières premières du ciment
d’une duré minimales de 50 ans et voir plus.

Pour l’instant le groupe ordonne au trésorier de faire des placements de fonds dans des OPCVM
monétaire d’une façon quotidienne

33
Tableau 2 : Les OPCVM mois de (Avril, Mai, Juin)

Date Buy/Sell Count Amount


01/04/2019 Sell 5,78 81.436.624,50
02/04/2019 Sell 2,05 28.881.960,96
03/04/2019 Buy 5,89 - 82.998.567,85
04/04/2019 Buy 480,00 - 6.769.987,20
05/04/2019 Sell 677,00 9.549.132,39
08/04/2019 Buy 874,00 - 12.330.164,76
09/04/2019 Buy 1,77 - 24.929.966,88
10/04/2019 Buy 832,00 - 11.739.170,56
11/04/2019 Buy 922,00 - 13.010.222,14
12/04/2019 Buy 647,00 - 9.130.308,72
15/04/2019 Buy 436,00 - 6.153.804,28
16/04/2019 Buy 1,56 - 21.977.413,11
17/04/2019 Buy 2,47 - 34.895.048,64
18/04/2019 Sell 2,17 30.691.445,00
19/04/2019 Sell 2,71 38.274.060,66
22/04/2019 Sell 575,00 8.119.598,00
23/04/2019 Buy 2,52 - 35.573.872,18
24/04/2019 Buy 618,00 - 8.728.168,50
25/04/2019 Buy 960,00 - 13.559.404,24
26/04/2019 Buy 858,00 - 12.119.490,24
30/04/2019 Sell 2,33 32.904.321,61
02/05/2019 Sell 2,48 35.058.241,89
03/05/2019 Sell 425,00 6.006.006,50
07/05/2019 Sell 521,00 7.364.345,42
08/05/2019 Buy 1,40 - 19.805.180,46
09/05/2019 Buy 1,09 - 15.367.940,78
10/05/2019 Buy 553,00 - 7.818.341,65
13/05/2019 Buy 618,00 - 8.738.909,34
14/05/2019 Buy 378,00 - 5.345.664,66
15/05/2019 Buy 1,04 - 14.736.682,98
16/05/2019 Buy 344,00 - 4.865.419,04
17/05/2019 Sell 2,14 30.228.121,44
20/05/2019 Buy 1,33 - 18.773.679,42
21/05/2019 Sell 5.519,00 7.343.040,36
22/05/2019 Buy 1,19 - 16.866.800,00
23/05/2019 Buy 2,14 - 30.269.459,58
27/05/2019 Buy 3,00 - 42.407.151,64
28/05/2019 Buy 1,06 - 14.990.642,73
29/05/2019 Sell 3,28 46.448.001,46
30/05/2019 Sell 2,47 35.014.341,45
31/05/2019 Buy 431,00 - 6.102.774,67
03/06/2019 Buy 504,00 - 7.137.416,16
10/06/2019 Buy 3,11 - 44.006.553,44
12/06/2019 Sell 477,00 6.758.751,33
13/06/2019 Buy 875,00 - 12.398.732,50
14/06/2019 Sell 2,22 31.388.233,40
17/06/2019 Buy 927,00 - 13.138.871,58
18/06/2019 Buy 1,86 - 26.392.621,08
19/06/2019 Buy 268,00 - 3.798.985,76
20/06/2019 Buy 1,36 - 19.294.379,82
21/06/2019 Buy 1,46 - 20.684.374,31
24/06/2019 Buy 2,18 - 30.869.533,45
25/06/2019 Buy 1,11 - 15.669.585,10
26/06/2019 Buy 438,00 - 6.211.461,96
27/06/2019 Sell 7,88 111.756.524,00
28/06/2019 Buy 796,00 - 11.290.209,28
28/06/2019 Sell 55,03 780.513.726,72
28/06/2019 Buy 55,03 - 780.513.726,72

Source : Document interne trésorerie CIMAR

34
D’après ce tableau, la société place ses excédents dans deux types de placement :

 SICAV : Les sociétés d’Investissement à Capital Variable :

C’est une personne morale qui possède un Conseil d’Administration avec des actionnaires
pourvus chacun d’un droit de vote lors de l’assemblée annuelle. La SICAV est un dispositif
fiscal intéressant pour les petits investisseurs mais aussi pour les investisseurs fortunés.

 FCP : Fond Commun de Placement :

Les FCP signifie Fonds commun de placement. Il fonctionne comme une copropriété : les
investisseurs apportent des fonds en souscrivant des parts, et l’ensemble des fonds est géré par
une société de gestion. Chaque FCP doit être agréé par l’Autorité des Marchés Financiers.

Ces placements sont faits sur la base de :

- La rentabilité
- La sensibilité
- L’actif net de la société en question

Selon les procédures en vigueur, ces investissements sont plafonnés à 20% du capital de la
SICAV / FCP.

Ces investissements n’ont pas un impact important sur les deux cycles d’investissement et
d’exploitation, vu qu’ils ne correspondent qu’à 11% des investissements.

2.2 GESTION DES DECAISSEMENT ET ENCAISSEMENT AU SEIN DE CIMAR

Pour l’amélioration de la trésorerie de ciments du Maroc, le département contrôle crédit


applique des ratios pour mieux gérer et optimiser la trésorerie et savoir aussi comment.

Dès que Ciments du Maroc accorde à ses clients des délais de paiement qui dépassent pas les
90 jours au-delà de ce délais le département commerciale relance les clients qui ont dépassé ce
délais.

Pour optimiser la trésorerie au sein de la CIMAR, le service contrôle crédit agit sur les
encaissements des clients et les décaissements fournisseurs tout en évitant les retards de
paiements, les impayés et en relançant les clients en retards.

35
Pour maitriser donc le compte client le département Contrôle Crédit utilise des Ratios qui
servent d’indicateurs d’alarme pour mieux limiter le risque.

L'encaissement :

L'analyse DSO du poste client permet à ciments du Maroc de ciblé ou bien fixé des objectifs
mensuels aux équipes commerciales pour faire le recouvrement, et donc mesurer l'effort fournit
par la direction commerciale qui n’a pas seulement un rôle de vente mais plusieurs objectifs
liés à la vente.

DSO formule : Créances TTC / Chiffre d’affaires TTC x Nombre de jours

Le décaissement :

L'analyse DPO du poste fournisseur montre à ciments du Maroc les délais de paiement des
fournisseurs de type prestations non-stratégique, l'objectif est de pousser la direction des achats
à fixer de longs délais, en gardant l'œil sur la qualité de prestations du fournisseur.

DPO formule : (Total moyen des dettes fournisseurs TTC x 360) / Total des achats TTC
Le stock :

L'analyse DIO évalue à ciments du Maroc le nombre de jour que prend le renouvellement du
stock de marchandises destiné à la vente, la direction technique prend en charge d'assurer le
juste stock c’est a dire produire le nécessaire pour vendre et diminuer l'âge du stock.
Avec toutes ces analyses ciments du Maroc n'essaie pas d'avoir plus de liquidité dans ses
réserves de trésorerie par contre elle cherche où sont les points de faiblesse de son organisation.

DIO formule : Stock moyens / (Cout annuel des marchandises vendues x 360)

36
Figure 6 : Schéma de l’activité Ciment (circuit client)

31/01/n 30/04/n 31/05/n 30/06/n 31/07/n 31/08/n

Créance 90j 120j 150j 180j 210 j Max

Délai de paiement
Contractuel max

- Relance Téléphonique commerciale


- Visite Commerciale
- Mise en jeu des Cautions
- Déclaration d’intervention
- 1ére Lettre de relance
Contentieuse Assurance
/Avocat
- 2ème Lettre de relance

Intervention du Département Contrôle Crédit


- Prise de contact
- 3ème Rappel
- Visite Client

- Déclaration / Prorogation d’impayé Assurance Crédit


- Présentation au Comité Crédit pour statuer

Administration des Ventes et Direction Contrôle Crédit Assurance/


Commerciale Ciment Avocat

Département Juridique

Source : Document interne CIMAR

37
SECTION 3 : COMPARAISON ENTRE LAFARGE ET CIMAR

3.1 GENERALITES

LafargeHolcim Maroc leader national du secteur des matériaux de construction, elle est
présente au sein du Royaume du Maroc depuis 1928.

LafargeHolcim Maroc est la 1ére capitalisation boursière industrielle de la bourse de


Casablanca et la 2éme Groupe cimentier coté en Afrique.

L’entreprise apporte des solutions pour mieux construire le Maroc, elle offre aussi des solutions
constructives de services et de produits innovants contribuant à une urbanisation harmonieuse
et durable.

LafargeHolcim propose un large maillage industriel qui compte :

 Ciment
 Béton
 Granulats
 Plâtre
 Chaux
 Mortier

LafargeHolcim couvre l’ensemble du pays est compte 6 usines de ciments et 3 centres de


broyage, et 16 centrales à béton

38
Tableau 3 : Fiche signalétique comparative entre CIMAR et LAFARGEHOLCIM

Elément LafargeHolcim Ciments du Maroc


Forme juridique Société Anonyme Société Anonyme

Date de Constitution 1928 28/06/1951


Société Mère LafargeHolcim Heidelberg Cément Group

Directeur général George Michos Matteo Rozzaningo

Président du Conseil d'Administration Ali Fassi Fihri Hakan Gürdel

Secteur d'activité Bâtiment & Matériaux de Bâtiment & Matériaux de


construction construction
Capital social 702 138 750,00 MAD 1 443 600 400,00 MAD
Effectif 816 813
Date d'introduction en bourse 19/02/1997 24/06/1969

Identification fiscale 18795914 1085799


Identifient commun de l'entreprise 1686740000005 1524400000046

Registre de commerce 354009 70617


CNSS 4944725 1929415

Principaux actionnaires LafargeHolcim Group Heidelberg Cément Group

Chiffre d'affaire 2017 7 887 303 000,00 MAD 3 526 505 919,08 MAD

Source : Site Ciments du Maroc et LAFAGREHOLCIM

3.2 COMPARAISON DES FLUX DE TRESORERIE

Ce tableau de l’état des flux de trésorerie est un tableau analytique de financement qui nous
montre de façon quantifie les mouvements de trésorerie pendant une période déterminée, appelé
exercice financier. Il se partage en trois parties principales : les flux de trésorerie liés à
l’exploitation, les flux de trésorerie liés à l’investissement et les flux de trésorerie liés au
financement.

39
Tableau 4 : Ciments du Maroc

Source : TFT Ciments du Maroc (2016,2017 et 2018)

L’utilisation des flux nets de trésorerie générés par Ciments Du Maroc durant les trois derniers
exercices pour les opérations d’investissement connait une baisse considérable. Cela est
expliqué par la stratégie du HeidelbergCement Groupe à limiter les investissements afin de
maitriser l’activité existante et générer du cash afin de réduire l’endettement à l’échelle
internationale.

Tableau 5 : LafargeHolcim

Source : TFT LafargeHolcim (2016,2017 et 2018)

40
L’utilisation des flux nets de trésorerie générés par LafargeHolcim durant les trois derniers
exercices pour les opérations d’investissement connait une baisse en 2017 et une légère
augmentation en 2018. Cela est expliqué par les projets d’investissement lancés par la société
et spécialement l’usine de ciment en cours de construction à Lagfifat.

Les flux de trésorerie liés aux opérations de financement concernent principalement la


distribution des dividendes qui varient selon la décision de l’AGO.

41
CONCLUSION GENERALE

La gestion de trésorerie est une discipline auxiliaire qui se réfère à d’autres disciplines des
sciences de gestion qui sont plus fondamentales. Il est indispensable de maîtriser à la fois les
ouvrages d’analyse financière, de technique bancaire, de comptabilité et mathématiques
financières pour en comprendre de manière plus détaillée les enjeux.

La trésorerie d'une entreprise peut être analysée comme l'ensemble de ses possibilités de
paiement considéré par rapport à l'ensemble des engagements qu'elle a contractés. La situation
de trésorerie découle des conditions dans lesquelles les disponibilités vont se présenter les unes
par rapport aux autres dans le temps. C’est ce qui exprime la notion de solvabilité définie
comme l'aptitude d'un agent économique à faire face à ses dettes lorsque celles-ci viennent à
échéance.

La gestion optimale de la trésorerie consiste à prévoir, contrôler et maîtriser la dimension et la


date des exigibilités et celles des disponibilités spontanées résultant du fonctionnement de
l'entreprise, et, à se procurer en temps voulu et au moindre coût les disponibilités
complémentaires qui sont éventuellement nécessaires. Autrement dit la gestion optimale de la
trésorerie a pour objectif d’assurer la liquidité de la firme au moindre coût. L'optimum de la
gestion se définit par la compatibilité étroite qui existe entre la liquidité et la rentabilité.

A court terme, la solvabilité ne doit pas reposer sur la détention de liquidités mais sur de
sérieuses prévisions concernant,

A long terme seul une rentabilité élevée assure à l'entreprise un volume d'autofinancement
compatible avec une politique d'endettement qui procure à l'entreprise des ressources nouvelles,
tel que Ciment du Maroc qui depuis des années n’a aucune dette à payer et sa trésorerie qui est
d’une bonne santé

Tout investissement entraîne l’immobilisation de fonds mais sa rentabilité doit permettre la


reconstitution des liquidités de la firme.

Une gestion optimale de la trésorerie est une gestion qui maximise à la fois liquidité et
rentabilité.

42
Ouvrages
- « Gestion de Trésorerie » de Radouane Naciri

Mémoires
- « Procédures et Techniques de Gestion de la Trésorerie » de Khelloufi
Hafida et Zouaoui Sakina
- « L’optimisation de la Gestion de la trésorerie de la Sté INGELEC » de
Zerbane jamila.
- « La gestion de la trésorerie dans une entreprise – Cas de l’ETBH » de
Hattab Fawzi.

Sites Web
- www.l-expert-comptable.com
- www.journaldunet.fr
- www.compta-facile.com
- www.ammc.ma
- www.leconomist.ma
- www.financenews.ma
- www.cimentsdumaroc.ma
- www.lafargeholcim.ma

43
44
Annexe 1 : TFT LAFARGEHOLCIM

45
Annexe 2 : TFT CIMENTS DU MAROC

46