Vous êtes sur la page 1sur 35

Transport routier

de marchandises
Guide pour l’évaluation
des risques professionnels
L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS)

Dans le domaine de la prévention des risques


professionnels, l’INRS est un organisme scientifique
et technique qui travaille, au plan institutionnel,
avec la CNAMTS, les Carsat, Cramif, CGSS
et plus ponctuellement pour les services de l’État
ainsi que pour tout autre organisme s’occupant
de prévention des risques professionnels.
Il développe un ensemble de savoir-faire pluridisciplinaires
qu’il met à la disposition de tous ceux qui, en entreprise,
sont chargés de la prévention : chef d’entreprise,
médecin du travail, CHSCT, salariés. Face à la complexité
des problèmes, l’Institut dispose de compétences
scientifiques, techniques et médicales couvrant
une très grande variété de disciplines, toutes
au service de la maîtrise des risques professionnels.
Ainsi, l’INRS élabore et diffuse des documents
intéressant l’hygiène et la sécurité du travail :
publications (périodiques ou non), affiches,
audiovisuels, multimédias, site Internet…
Les publications de l’INRS sont distribuées
par les Carsat. Pour les obtenir, adressez-vous
au service Prévention de la caisse régionale
ou de la caisse générale de votre circonscription,
dont l’adresse est mentionnée en fin de brochure.
L’INRS est une association sans but lucratif (loi 1901)
constituée sous l’égide de la CNAMTS et soumise
au contrôle financier de l’État. Géré par un conseil
d’administration constitué à parité d’un collège
représentant les employeurs et d’un collège
représentant les salariés, il est présidé alternativement
par un représentant de chacun des deux collèges.
Son financement est assuré en quasi-totalité
par la CNAMTS sur le Fonds national de prévention
des accidents du travail et des maladies professionnelles.

Les caisses d’assurance retraite et de la santé au travail (Carsat),


la caisse régionale d’assurance maladie d’Île-de-France (Cramif)
et les caisses générales de sécurité sociale (CGSS)

Les caisses d’assurance retraite et de la santé au travail,


la caisse régionale d’assurance maladie d’Île-de-France
et les caisses générales de sécurité sociale disposent,
pour participer à la diminution des risques professionnels
dans leur région, d’un service Prévention composé
d’ingénieurs-conseils et de contrôleurs de sécurité.
Spécifiquement formés aux disciplines de la prévention
des risques professionnels et s’appuyant sur l’expérience
quotidienne de l’entreprise, ils sont en mesure
de conseiller et, sous certaines conditions, de soutenir
les acteurs de l’entreprise (direction, médecin du travail,
CHSCT, etc.) dans la mise en œuvre des démarches
et outils de prévention les mieux adaptés à chaque
situation. Ils assurent la mise à disposition
de tous les documents édités par l’INRS.

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’INRS,


de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite.
Toute représentation
Il en est de même pour ou la
reproduction
traduction, intégrale
l’adaptationou partielle faite sans le consentement
ou la transformation, l’arrangement ou de la
l’INRS,
reproduction,
de
parl’auteur ouun
un art ou deprocédé
ses ayants droit ou ayants
quelconque (articlecause, estdu
L. 122-4 illicite.
code de la propriété intellectuelle).
IlLaen est de même
violation pourd’auteur
des droits la traduction, l’adaptation
constitue ou la transformation,
une contrefaçon l’arrangement ou
punie d’un emprisonnement de latrois
reproduction,
ans
par un artamende
et d’une ou un procédé quelconque
de 300 000 (article
euros (article L. L. 122-4
335-2 et du code de
suivants dulacode
propriété intellectuelle).
de la propriété intellectuelle).
La violation des droits d’auteur constitue une contrefaçon punie d’un emprisonnement de trois ans
et
© d’une
2011, amende de 300 000
INRS. Conception euros (article
graphique, mise enL. 335-2
pagesetetsuivants du code
illustrations de laBoulet.
: Sophie propriété intellectuelle).
Transport routier
de marchandises
Guide pour l’évaluation
des risques professionnels

Anne-Sophie Valladeau,
Brigitte Andéol-Aussage,
INRS

ED 6095
Novembre 2011
Cette brochure a été rédigée avec l’aide :
- du Comité technique national des transports, eau, gaz, électricité, livre et communication, animé par la CNAMTS,
- du champ coordonné Transports-Logistique-Aéroportuaire.
sommaire

Introduction............................................................... p. 4

LES PRINCIPAUX RISQUES.. ............................................... p. 6

Analyse des situations de travail


et bonnes pratiques. ................................................... p. 8
Plan d’action................................................................. p. 9
Diagramme de l’activité. ............................................... p. 10
Tableau détaillé des risques et des bonnes pratiques. . ......... p. 11
1. Prise du véhicule......................................................... p. 11
2. Attelage. ................................................................. p. 13
3. Mise à quai. ............................................................. p. 14
4. Chargement/déchargement............................................... p. 15
5. Arrimage, sanglage, calage. .............................................. p. 18
6. Départ du quai. .......................................................... p. 18
7. Activité de conduite. ..................................................... p. 19
8. Arrivée chez le client..................................................... p. 20
9. Maintenance de 1er niveau. .............................................. p. 21
Activité administrative (étapes 4, 8 et 9)..................................... p. 21

Conclusion................................................................. p. 22

Pour en savoir plus.................................................... p. 23

Annexes...................................................................... p. 24
Annexe 1 – Protocole de sécurité....................................... p. 25
Annexe 2 – Risque routier................................................. p. 26
Annexe 3 – Risque lié aux chutes de hauteur......................... p. 28
Annexe 4 – Risque lié aux accidents de plain-pied................... p. 29
Annexe 5 – Risque lié aux manutentions manuelles. . ............... p. 30
Annexe 6 – Risque lié à la manutention mécanique................. p. 31

3
4
Ce guide a pour objectif d’accompagner les professionnels du
transport routier de marchandises (TRM), dans une démarche
d’évaluation des risques professionnels.

Il est destiné aux entreprises de transports routiers de marchandises condition-


nées, utilisant des véhicules de plus de 3,5 tonnes.
Bien que, pour certaines phases de l’activité, les risques encourus soient iden-
tiques, sont exclus de ce document, du fait de leurs spécificités, le transport :
des animaux vivants,
du vrac (benne–citerne),
des voitures,
ainsi que les activités de déménagement.

Ce guide traite des risques encourus par les conducteurs.

Il s’adresse aux chefs d’entreprise et aux personnes en charge dans leur


entreprise de la réalisation de l’évaluation des risques professionnels
(EvRP). L’EvRP doit être faite après échange avec les salariés et les résultats
doivent être écrits dans un document (appelé « Document unique » ou
DU), sous la responsabilité du chef d’entreprise.

Ce guide est une aide pour les personnes participantes à l’évaluation


des risques, développant ci-après :
les principaux risques auxquels sont soumis les conducteurs routiers professionnels,
sur la base des statistiques d’accident du travail,
un diagramme de l’activité des conducteurs permettant de situer les phases de
travail pendant lesquelles ils sont exposés aux risques d’accident,
une méthode pour classer les risques suivant des critères de gravité et de fréquence
d’exposition des conducteurs. Un tableau proposant un classement de ces risques
permet de définir des priorités et de planifier les actions de prévention à mettre
en place,
un exemple d’analyse des risques pour chaque phase de l’activité complétée de
pistes de prévention issues des bonnes pratiques présentées par les professionnels.

En annexe, le guide est complété par une série de fiches


thématiques.

5
LES PRINCIPAUX
RISQUES
S CHIF FRES
Q UELQUE

Un questionnaire concernant les risques


professionnels a été envoyé en 2009 aux
entreprises du secteur. 350 entreprises
ont répondu. 75 % d’entre elles ont plus
de 50 salariés.

C’est à partir de leurs réponses que ce guide a été


structuré, en particulier pour retenir les risques
qui font l’objet d’une annexe.

Selon ces entreprises, les principaux risques


d’accident du travail auxquels leurs salariés sont
exposés sont représentés figure 1.

Figure 1
Principaux risques d’accidents.
Vue des entreprises

Addictions
9%
Risque routier
Risques de chute 35 %
de hauteur
16 %

Risques liés
à la manutention
mécanique
9%

Chute de plain-pied Manutentions manuelles


10 % 21 %

6
Les accidents de la route sont perçus par les Figure 2 – Statistiques CNAMTS 2012

entreprises comme les plus fréquents. En effet, Répartition des accidents avec arrêt.
la conduite représente environ 68 % du temps Risque routier
8%
de service des conducteurs. Cependant les sta- Manutentions
tistiques montrent que seulement 1 accident du manuelles
Chute 32 %
travail sur 10 est un accident de la route. Les de hauteur
accidents de la route, bien que peu nombreux, 22 %

sont très graves. Ils constituent 13 % des acci-


dents avec IPP (incapacité permanente partielle)
et 70 % des accidents mortels des conducteurs
Manutention
de poids lourds. mécanique
10 % Chute de plain-pied
21 %
Les statistiques 2012 de la CNAMTS(1) (voir figure 2)
montrent quelques différences par rapport à la
perception des risques qu’ont les entreprises. Les
principales causes d’accident avec arrêt sont liées
aux manutentions manuelles et aux chutes.
Figure 3 – Statistiques CNAMTS 2012
Classement des accidents par gravité.

Risque routier Manutentions


12 % manuelles
19 %
La figure 3 présente les causes d’accidents du
travail en fonction de leur gravité (c’est-à-dire les
accidents occasionnant le plus de jours d’arrêt
de travail). Les chutes sont les causes principales
Chute
d’accidents graves. de hauteur
27 %

Manutention Chute de plain-pied


mécanique 24 %
10 %

La comparaison des résultats des questionnaires L’objectif est d’informer et de sensibiliser les
et des statistiques de la CNAMTS conduit à déve- chefs d’entreprise sur certains risques identifiés
lopper en priorité les thématiques suivantes dans comme parmi les plus accidentogènes.
les fiches présentées en annexe :
risques liés aux manutentions manuelles, Les fiches présentées en annexe complètent le
risques liés aux accidents de plain-pied, guide d’évaluation des risques accompagnant
risques liés aux chutes de hauteur, le chef d’entreprise dans toutes les étapes de
risques liés aux manutentions mécaniques, l’évaluation des risques auxquels est exposé le
risque routier. conducteur, que ce soit sur le site de son entre-
prise ou sur celui des clients.

1. CNAMTS : Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés.

7
Analyse des situations
de travail
et bonnes pratiques

8
Une méthode
pour classer les risques

Le risque se mesure le plus souvent par la combi-


naison de deux critères : la gravité et la fréquence.
Ceci permet de classer les risques pour ensuite
les prioriser et établir un plan d’action. Dans le
cadre de ce guide, les critères suivants ont été
retenus :

Faible : sans arrêt de travail.


Gravité
Peu grave : nécessite un arrêt de travail inférieur à 3 jours.
Grave : nécessite un arrêt de travail supérieur à 3 jours.
Très grave : lésion irréversible, maladie incurable, décès.

Très souvent ou régulièrement : au moins une fois par jour.


Souvent : une fois par semaine.
Fréquence
Peu souvent : une fois par mois.
Rare : une fois par an.

Une méthode
pour prioriser les risques

Le tableau 1 est un outil qui doit permettre à


chaque entreprise, en fonction de la combinaison
de ces deux critères et des actions de préven-
tion déjà mises en place, de définir des priorités
d’action P1, P2, P3, P4. Elles aident à établir un
plan d’actions de prévention des accidents du
travail et maladies professionnelles.

Tableau 1 P1 : priorité 1 P2 : priorité 2 P3 : priorité 3 P4 : priorité 4


(du plus urgent P1 au moins urgent P4)

Fréquence
Faible Peu souvent Souvent Très souvent
(exceptionnelle) ou régulièrement
Très grave P3 P2 P2 P1
Grave P3 P3 P2 P2
Gravité
Peu grave P4 P4 P3 P3
Faible P4 P4 P4 P4

9
Diagramme
de l’activité

La figure 4 présente la succession des tâches


effectuées par le conducteur, depuis sa prise de
poste jusqu’à son arrivée chez le client. Cette liste
de tâches standard doit être adaptée aux spécifi-
cités des entreprises.

Figure 4 – Les tâches effectuées par le conducteur.

Maintenance
de 1er niveau
sur camion
+ tâches
Prise
9 administratives

1
du véhicule

Arrivée
les tâches chez le client

du conducteur 8 + tâches
Attelage
2 administratives

3 7 Conduite
+ circulation
routière
Mise à quai
4 6
5 Départ du quai

Chargement/déchargement
Arrimage
+ tâches administratives

10
Analyse des risques
et bonnes pratiques

Le tableau 2 aide à se poser des questions et à Les bonnes pratiques ne sont pas des réponses
prendre en compte des contraintes supplémen- directes aux questions posées, qui sont propres à
taires, liées par exemple au statut du salarié chaque entreprise.
(jeune embauché) ou à certaines conditions de
travail : travail intérimaire, matinal, seul, de
nuit, en coactivité…
9
1
8
2

Tableau 2 1. Prise du véhicule 3


4 5
6
7

• Identifier les équipements spécifiques du véhicule

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

Le véhicule est-il équipé d’une sellette Faire connaître les équipements


de sécurité ? comme : boîte de vitesses automatisée,
hayon, sellette de sécurité, commande
Le conducteur sait-il utiliser la sellette de mise à niveau de la remorque,
de sécurité ? alarme sur absence de frein de parc,
chronotachygraphe numérique…
Le véhicule est-il équipé d’une boîte
de vitesses automatique ? Ensemble de risque d’accidents : Former à la prise en main
• chute de hauteur, du véhicule car le conducteur
Le conducteur sait-il utiliser une boîte • accident dû au stress, n’a pas toujours le même véhicule
de vitesses automatique ? • accident de plain-pied. et les équipements sont différents d’un
véhicule à l’autre.
Connaît-il tous les équipements
disponibles dans le véhicule ? Faire connaître les pratiques
de l’entreprise en termes
Le conducteur est-il formé de procédures de chargement
à l’utilisation de tous les équipements et déchargement.
présents dans le véhicule ?
Accueillir les intérimaires (livret
de sensibilisation, de sécurité…)

• Faire le tour du véhicule, monter/descendre


• Vérifier les pneus
• Vérifier la fermeture des portes
Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

La prise du véhicule nécessite-t-elle Prévoir un véhicule équipé de :


des montées et descentes ? • main courante,
• marches antidérapantes.
La zone de circulation autour Chute de hauteur.
du véhicule est-elle dégagée Rappeler d’utiliser les marches d’accès
afin que le conducteur ne chute pas ? Chute de plain-pied. cabine selon les principes :
• face au véhicule et mains libres,
• la règle des 3 points d’appui.

Maintenir les zones de circulation


propres et en bon état.

11
11
1. Prise du véhicule (suite)

• Circuler sur la zone de prise de véhicule

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

Le conducteur circule-t-il Intégrer des équipements de sécurité


dans une zone protégée des autres (sellette de sécurité à ouverture
Renversement et écrasement
véhicules ? à distance), pour limiter la circulation
du conducteur par un tiers.
autour du véhicule, bequillage automatique.

Faire porter un gilet fluorescent.

Dans votre entreprise, matérialiser


La zone de circulation au sol les allées de circulation.
est-elle encombrée ?
Concevoir et/ou choisir
Les allées de circulation piétons des emplacements éclairés.
et véhicule sont-elles matérialisées ? Chute de plain-pied.
Sensibiliser le client sur la nécessité
d’avoir des zones de manœuvre
et de circulation autour du véhicule
propres et non encombrées.

Fournir et s’assurer du port


des chaussures de sécurité.

12
9
1
8
2

2. Attelage 3
4 5
6
7

• Monter/descendre et circuler autour du véhicule pour atteler

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

Le véhicule est-il équipé d’une sellette Pour diminuer les montées/descentes,


de sécurité(2) ? équiper le véhicule de sellette de sécurité,
ouverture de la sellette à distance,
bras suiveur, etc.
Chute de hauteur.
Rappeler d’utiliser les marches
selon les principes :
• face au véhicule et mains libres,
• la règle des 3 points d’appui.

Le conducteur est-il sur une zone Privilégier des emplacements éclairés.


Renversement et écrasement
de coactivité ?
du conducteur par un tiers.
S’assurer du port du gilet fluorescent.

Y a-t-il risque de chute de plain-pied Prévoir une zone de circulation autour


du conducteur circulant autour du véhicule non encombrée.
de son véhicule ? Chute de plain-pied.
Fournir et s’assurer du port
des chaussures de sécurité.

Est-il possible que le frein de parc Équiper le véhicule d’une alarme


ne s’enclenche pas sans que indiquant l’absence du frein
le conducteur s’en aperçoive ? de stationnement dès l’ouverture
Écrasement du conducteur par départ
de la portière.
en roue libre du véhicule.
Rappeler au conducteur la nécessité
de mettre le frein de parc et de caler le
véhicule.

• Brancher des flexibles et atteler une remorque en manque d’air

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

Existe-t-il des préconisations Équiper le véhicule d’un bloqueur de


permettant d’éviter le risque remorque pour les phases d’attelage.
d’écrasement du conducteur Écrasement du conducteur entre véhicule tracteur
entre la remorque et le tracteur, et remorque, par mouvements intempestifs Former à l’utilisation des commandes
lors du branchement des flexibles ? du véhicule. de freins de remorques.

2. Sellette de sécurité = plateforme sur laquelle vient reposer l’avant d’un semi-remorque accrochée à un tracteur routier, composée d’un verrou sécurisé.

13
2. Attelage (suite)

• Monter les béquilles

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

Est-il aisé de monter/descendre Chocs aux épaules, lombalgies, lumbagos, Prévoir la mise en place de béquilles
les béquilles et d’ouvrir la sellette ? TMS, causés par beaucoup d’efforts motorisées au-delà de 5 décrochages
et de nombreuses ouvertures de la sellette par jour.
pour les tracteurs.
Prévoir une assistance à l’ouverture
Heurts à la tête, le conducteur de la sellette.
se déplaçant sous la remorque.
Rappeler les consignes de circulation
autour du véhicule.

9
1
8
2

3. Mise à quai
7
3
4 6
5

• Effectuer les manœuvres et descendre fréquemment du véhicule

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

Y a-t-il un système permettant d’éviter Diminuer les montées/descentes


au conducteur de monter et descendre Chute de hauteur. en équipant le véhicule d’un protecteur
plus de 2 fois lors de sa mise à quai pour de gabarit ou radars de recul.
visionner les étapes de ses manœuvres ?

Y a-t-il des systèmes empêchant Faire établir un protocole


aux piétons de circuler dans la zone de sécurité.
d’attelage ?
Stress pour les conducteurs Informer le conducteur
Existe-t-il des systèmes pour prévenir qui doivent veiller à ne pas écraser un tiers du protocole de sécurité.
les départs intempestifs de camion ? ou endommager le matériel.
Faire caler le véhicule à quai.
Comment est gérée la coactivité
piétons/camions ?

• Ouvrir les portes de cabine et portes de remorques

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

Les portes de cabine sont-elles Équiper les portes de cabine


équipées de dispositif de retenue ? de dispositif de retenue.
Lombalgies.
Comment réduire l’effort nécessaire Installer des cloisons internes
à la manœuvre des cloisons mobiles ? à ouverture assistée.

Les marchandises à l’arrière Adopter un dispositif de retenue


du véhicule sont-elles arrimées ? Chocs ou écrasements liés de la marchandise, approprié.
à la chute de marchandises
sur le conducteur. Privilégier les portes arrière de type
rideau, motorisées.

14
9
1
8
2

4. Chargement/déchargement  3 7
(3) 4 5
6

• Ajuster la hauteur de la remorque par rapport au quai

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

Le conducteur est-il amené à circuler Favoriser les commandes de mise


autour de son véhicule pour régler à niveau accessibles depuis le plateau
la hauteur de son véhicule à quai ? de chargement et non au sol, pour éviter
les circulations entre deux camions.
Écrasement du conducteur par un tiers.
Faire mentionner dans le protocole
Chute de plain-pied.
de sécurité, l’emplacement sécurisé
d’attente du conducteur, pour éviter
qu’il ne se retrouve dans une zone
de manœuvre des chariots élévateurs
et d’autres poids lourds.

• Bâcher et débâcher

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

Le conducteur a-t-il un système Chute de hauteur. Équiper le véhicule de système


pour bâcher/débâcher depuis le sol ? de bâchage actionné depuis le sol.

Le conducteur a-t-il un système Lombalgies. Équiper le véhicule de systèmes


mécanique d’aide pour bâcher/débâcher. de fermeture automatisés.

3. Ces prestations doivent faire l’objet de conventions avec les clients afin d’éclairer l’organisation du travail en phase de coactivité. Il convient le cas échéant de se référer aux
textes en vigueur.

15
4. Chargement/déchargement (suite)

• Charger/décharger, livrer des charges

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

Le conducteur a-t-il à disposition Privilégier la manutention mécanique


TMS dus à des mouvements répétés
du matériel de manutention lui (ex. : petit transpalette électrique
et à des charges lourdes qui entraînent
permettant de ne pas manutentionner de livraison).
de nombreuses manutentions manuelles.
manuellement des charges lourdes ?
Fournir et s’assurer du port
Coupures.
des chaussures de sécurité et de gants.

Les plateaux du véhicule sont-ils Mettre à disposition des hayons


entretenus régulièrement ? avec arrêt de rolls.
Sont-ils glissants ?
Former à l’utilisation du hayon, et
Existe-t-il un système permettant rappeler l’interdiction de son utilisation
au conducteur de ne pas tomber comme élément de liaison quai-camion.
du hayon avec la charge ?
Chutes de plain-pied ou de hauteur
Choisir des surfaces antidérapantes
(depuis hayon).
(plateaux, hayons…) et les maintenir
en état.
Chute de hauteur.
Dégraisser les planchers des remorques
1 fois par an, ainsi que les marches d’accès
et le hayon.

Le conducteur est-il toujours Agressions. Conseiller au conducteur de fermer


accompagné lors des phases la cabine à clés pendant la tâche.
de chargement/déchargement, Risques aggravés si cette activité
stationnement et transport ? se fait seul (travailleur isolé).

• Réaliser des manutentions mécanisées

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

Le conducteur est-il formé S’assurer que les conducteurs sont


à l’utilisation des appareils formés à l’utilisation des engins
de manutention ? de manutention (chariots élévateurs,
transpalettes électriques) et si nécessaire,
Renversement ou écrasement titulaires d’une autorisation de conduite(4)
par défaut de maîtrise de l’équipement. pouvant être établie suite à la délivrance
d’un CACES.

Mentionner les règles d’utilisation des


chariots dans les protocoles de sécurité.

Fournir et s’assurer du port


des chaussures de sécurité

4.Voir publication INRS référencée ED 96 « Le CACES. Certificat d’aptitude à la conduite en sécurité ».

16
4. Chargement/déchargement (suite)

• Manutentionner des charges avec des transpalettes manuels

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

Le conducteur utilise-t-il Adopter de préférence


un transpalette manuel ? des transpalettes à assistance électrique.

Former le personnel à l’outil


TMS dus à des mouvements en torsion de manutention.
des épaules.
Fournir et s’assurer du port
des chaussures de sécurité.

Sensibiliser le client à la nécessité


de limiter le poids des charges(5) tirées
en transpalette manuel.

• Dételer la remorque
• Poser un tréteau de soutien de remorque en l’absence de tracteur

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

Le conducteur a-t-il à disposition, Privilégier la mise en place des béquilles


chez le client, des béquilles/tréteaux de sécurité ou des tréteaux de soutien.
de soutien pour prévenir la chute
d’une remorque non équipée ? Écrasement par chute de la remorque. Former à leur mise en place.

Définir leur utilisation dans les


protocoles de sécurité.

• Manipuler les produits transportés

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

Le conducteur connaît-il Vérifier les conditions de transport


les étiquetages des produits chimiques des produits selon la réglementation ADR.
éventuellement transportés ?
Organiser une formation spécifique
aux risques chimiques (étiquetage,
Risques liés aux produits transportés propriétés des produits, documents
(nature des produits…). de bord si l’ADR s’applique).

Fournir le matériel adéquat (chaussures,


gants, combinaisons).

Former le conducteur à la PRAP


(prévention des risques liés aux activités
physiques).

5.Voir publication INRS ED 6161, Méthode d’analyse de la charge physique de travail, partie 3. « Phase 2. Indicateur 1. Efforts physiques ».

17
9
1
8
2

5. Arrimage, sanglage, calage 3


4
5 6
7

• Utiliser des moyens de calage


• Fixer la marchandise sur la remorque et dans le véhicule pour prévenir
de son renversement (montée/descente)

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

L’arrimage est-il effectué par le client ? Privilégier l’arrimage par îlots


et le calage depuis le plancher afin
Le conducteur maîtrise-t-il de limiter les opérations d’ajustement
les techniques d’arrimage ? des sangles en hauteur.

Fournir aux conducteurs un manuel


TMS. de bonnes pratiques d’arrimage.

Chute de hauteur. Mettre à disposition les accessoires


d’arrimage nécessaires (sangles, barres,
chaînes…).

Faire suivre des formations spécifiques


aux clients/conducteurs en fonction de
l’interlocuteur à qui incombe l’arrimage
suivant la règle des 3 tonnes fixée par les
contrats types(6).

9
1
8
2

6. Départ du quai 3 7

4 6
5

• Fermer les portes

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

La zone de circulation autour Sensibiliser le client à la nécessité d’avoir


du véhicule est-elle dégagée ? des zones de manœuvre et de circulation
autour du véhicule propres et non
Comment le conducteur ferme-t-il Chute de plain-pied. encombrées.
les portes du véhicule ?
Chute de hauteur. Vérifier le bon état des lanières
de fermeture des portes de type rideau.

Fournir et s’assurer du port


des chaussures de sécurité.
6. Décret n° 99-269 du 6/04/99.

18
9
1
8
2

7. Activité de conduite 3
4
5
6
7

• Organiser son déplacement


• Utiliser un véhicule adapté et en bon état
• Adapter la conduite à l’environnement (retard de livraison, contraintes horaire,
recherche de destination, météo défavorable…)

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

Risques d’accident liés à :


Un plan des tournées existe-t-il ? Prendre en compte la sécurité
une organisation insuffisante dans la négociation des délais de livraison.
Le conducteur travaille-t-il de nuit ? des déplacements,
en horaires décalés ou irréguliers ? Limiter les durées de conduite de nuit.

Le même véhicule est-il toujours Fournir un véhicule équipé de systèmes


affecté au même conducteur ? de sécurité et d’aide à la conduite (freins
complémentaires, ABS, EBS, ESP…).
Le véhicule est-il entretenu/maintenu
périodiquement ? Assurer la maintenance du véhicule.
une gestion inadaptée,
un défaut de maintenance de la flotte Équiper les véhicules de climatisation
des véhicules, de type autonome pour les grands routiers.

Équiper les pneumatiques de systèmes


de gonflage automatiques.

Définir et former aux règles d’utilisation


Existe-t-il dans l’entreprise des moyens de communication.
un protocole fixant les règles aux communications pendant
de communication lors le déplacement, Interdire de téléphoner même avec kit
des déplacements ? mains libres.

Le conducteur a-t-il interdiction Fixer des plages d’appel pendant


de téléphoner au volant ? les temps de travail hors temps de repos.

Une politique de gestion Développer la sensibilisation


des addictions existe-t-elle ? et la formation sur l’hygiène de vie à
respecter (alcool, repas, repos, drogue…).
Le conducteur a-t-il interdiction
de consommer des drogues ou alcool Inscrire dans le règlement intérieur
au volant ? au manque de compétences, d’attention, les interdictions de consommation
somnolence. de drogue et alcool.
Le conducteur a-t-il reçu une
formation spécifique à la conduite Former à la prise en main du véhicule
du véhicule de l’entreprise ? car le conducteur n’a pas toujours
le même véhicule et les équipements sont
différents d’un véhicule à l’autre.

Le conducteur a-t-il accès Conseiller au conducteur de stationner


à des parkings sécurisés ? dans des lieux éclairés, non isolés.
Agressions.
Interdire au conducteur d’embarquer
des personnes étrangères à l’entreprise
à bord du véhicule.

19
7. Activité de conduite (suite)

• Agir sur une panne du matériel

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

Le conducteur connaît-il Mettre à disposition un véhicule sûr


les procédures d’urgence ? et entretenu.

A-t-il à sa disposition un carnet Définir des règles de suivi de l’entretien


d’entretien pour faire le lien des véhicules (suivre les pressions
avec le service de maintenance ? au minimum 1 fois par mois et suivre
Risque de suraccidents dûs aux pannes, l’usure des pneumatiques).
aux éclatements pneumatiques…
Fournir les équipements obligatoires
(gilet, triangle, cales, cônes, lampes, bandes
réfléchissantes, extincteurs…).

Fournir les consignes à appliquer


(24 heures/24), notamment en situations
d’urgence.

9
1

2 8

8. Arrivée chez le client


7
3
4 6
5

• Trouver l’adresse du client

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

Le conducteur connaît-il avant Se faire communiquer


le départ le lieu de livraison Stress. les caractéristiques de l’environnement
et ses caractéristiques ? de livraison (travaux de voirie, rues
étroites, adresse exacte…).

• Se rendre à l’accueil de l’entreprise à livrer

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

Y a-t-il un protocole de sécurité Renversement, heurt suite à collision. Informer le conducteur des consignes
connu du conducteur ? générales du site d’accueil (protocole
de sécurité).

20
1 9
8
2

9. Maintenance de 1 niveau er 7
3
4 6
5

• Vérifier les niveaux, les pneus, l’éclairage


• Rendre compte des défaillances et anomalies

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

Le conducteur est-il formé et équipé Doter le conducteur d’une lampe.


pour effectuer cette maintenance ?
Fournir des fiches d’anomalies à joindre
Chute de plain-pied. aux documents de bord du véhicule
et à associer aux clefs.
Chute de hauteur.
Fournir un carnet d’entretien.

Former le conducteur à la maintenance


de 1er niveau.

1 9
2 8

Activité administrative (étapes 4, 8 et 9)


7
3
6
4 5

• Remplir des documents (administratifs, de maintenance…)

Exemples de questions à se poser Quels risques associés pour le salarié Bonnes pratiques

Le conducteur sait-il remplir Préparer en amont du transport


des documents administratifs ? Stress. les documents dans l’ordre de livraison.

Former les conducteurs


sur les documents administratifs à remplir.

21
Penser à refaire régulièrement cette analyse des risques (au moins une
fois par an), avec le personnel directement concerné. Pour cela posez-vous
les questions suivantes :

le personnel a-t-il changé (rotation du personnel, nouveaux embauchés…) ?


les méthodes de travail sont-elles différentes ?
le matériel au niveau du véhicule a-t-il évolué ?
les matières transportées ont-elles changé de nature ?
les conditions dans lesquelles se fait le travail ont-elles changé ? (nouvelle législation,
nouvelles exigences clients, nouvelles normes…). Encourager le personnel à faire
remonter des informations concernant sa situation de travail en mettant à disposition
des fiches.

Communiquer régulièrement à travers :

points info,
affiches,
fiches de suggestions sécurité,
notes de services…

Faire également une analyse des


incidents et accidents : comprendre
pourquoi c’est arrivé.

22
Pour
en savoir
plus
En complément des éléments donnés en annexes
Documents INRS

 ouler et manutentionner en sécurité. Guide et choix des équipements des poids lourds.
R
ED 6189, 2014, 18 p.
Le transport des matières dangeureuses. L’ADR en question. ED 6134, 2012, 28 p.
Méthode d’analyse de la charge physique de travail. ED 6161, 2014, 40 p.
Le risque routier. Un risque professionnel à maîtriser. ED 935, 2004, 16 p.
Transport routier de marchandises.Vigilant à l’arrêt comme au volant. ED 826, 2006, 60 p.
Arrimage des charges sur les véhicules routiers. ED 6145, 2013, 68 p.
 ranspalettes électriques à conducteur accompagnant. ED 36, Coll. Fiche pratique
T
de sécurité, 2005, 4 p.
L e CACES. Certificat d’aptitude à la conduite en sécurité. Paris, INRS, ED 96, coll. Fiche
pratique de sécurité, 2009, 4 p.
Pratiques addictives au travail. ED 6147, 2013, 32 p.

Sites web dédiés aux TPE

L ogiciel d’évaluation des risques - OIRA : http://client.oiraproject.eu


http://inrs.fr / trm

Normes

 FX 35-109 – Ergonomie. Manutention manuelle de charge pour soulever, déplacer


N
et pousser/tirer. Méthodologie d’analyse et valeurs seuils. Déc. 2009.
NF EN 1005-2+A1 – Sécurité des machines. Performance physique humaine.
Partie 2 : manutention manuelle de machines et d’éléments de machines. Nov. 2008.

Réglementation

L oi n° 82-1153 du 30 décembre 1982 d’orientation des transports intérieurs (loi LOTI).


Les opérations de chargement et de déchargement – Articles R. 4515-1 et suivants
du code du travail.
Voir contrats type édités au J.O. Décret n° 99-269 du 6/04/99.

23
Annexes

24
Annexe 1 – Protocole de sécurité

Rappel de la réglementation
Le protocole de sécurité (articles R. 4515-1 à 11 du code du travail) est un plan de prévention
simplifié qui permet de définir les règles de coordination et de prévention à mettre en place et
à respecter pour toute action de chargement et de déchargement de marchandises, livrées dans
une entreprise d’accueil (6) par un véhicule de transport.
Le principe posé est la prévention des accidents du travail induits par ces activités en :
décrivant les activités et les moyens utilisés,
évaluant les risques générés par le chargement/déchargement (7) des marchandises,
échangeant des informations entre les entreprises concernées,
coordonnant des mesures de prévention.

Il est formalisé par écrit sous forme de document papier, consignes, affiches…

Informations à échanger entre l’entreprise de transport et l’entreprise d’accueil


pour permettre l’établissement du protocole de sécurité

Entreprise d’accueil Entreprise de transport

Les consignes de sécurité. Les caractéristiques, aménagements


Les lieux de livraison ou de prise en charge. et équipements du véhicule.
Les modalités d’accès et de stationnement La nature et le conditionnement
aux postes de chargement de la marchandise.
ou de déchargement. Les précautions ou sujétions particulières
Un plan et les consignes de circulation. liées aux produits transportés.
Les matériels et engins de manutention
utilisés.
Les moyens de secours en cas d’accident.
L’identité du responsable désigné
(n° de téléphone et nom).
Signalisation des situations de co-activité.

Définition de mesure de prévention


pour les phases de chargement et de déchargement
des marchandises transportées

6. Opération de chargement/déchargement : activité de mise en place/retrait de marchandises dans un véhicule de transport routier (poids lourds, véhicule utilitaire…).
7. Entreprise d’accueil : toute entreprise qui réceptionne un véhicule de transport.

25
Annexe 2 – Risque routier

Les conducteurs routiers professionnels sont plus exposés aux accidents


de la route que d’autres professions, vu le temps passé au volant.
Prévenir le risque routier professionnel consiste à agir sur :
les déplacements : organisation en amont…
les véhicules : choix de véhicules appropriés, en bon état, sûrs…
les communications lors des déplacements : instauration d’un protocole,
les compétences : formation initiale et complémentaire.

Organisation des déplacements


La gestion et la programmation globale des déplacements par l’entreprise (dans le temps,
la durée…) sont un des points clefs de la réduction du risque routier.
Tout déplacement se prépare depuis l’entreprise, et non au dernier moment, sur la route…
Il est nécessaire d’organiser au sein même de l’entreprise la prise des rendez-vous, la
planification des tournées, le choix des itinéraires, l’appréciation des distances parcourues,
le respect des temps de pause, la gestion des urgences et des retards. De même, la planifi-
cation des déplacements doit se faire en tenant compte de la fatigue résultant de l’ensemble
des tâches affectées au conducteur (chargement, déchargement, conduite...)
Réduire l’exposition au risque routier lors de déplacements, c’est :
limiter des distances quotidiennes parcourues ou de la durée de conduite, de jour comme
de nuit. Il faut notamment penser à respecter les prescriptions réglementaires des temps
de conduite et des temps de pause, et les temps de récupération nécessaires pour limiter
la fatigue lors de la conduite,
planifier et rationaliser des déplacements longs,
préconiser autant que possible l’usage de l’autoroute : ce réseau est en effet beaucoup plus
sûr que les voies nationales ou départementales,
respecter les règles du Code de la route.

Une telle réflexion peut être menée en collaboration avec des clients et/ou des fournisseurs
habituels. Une démarche conjointe de prévention du risque routier permet :
d’optimiser l’organisation des tournées (importance du rôle du service en charge de la ré-
gulation pour mieux comprendre l’urgence exprimée par le client avant de la répercuter),
de prendre en compte la sécurité dans la négociation des délais de livraison,
de mieux coordonner les tâches pour le retrait ou la livraison de marchandises.

26
Véhicule adapté
Au moment de l’achat ou de la location d’un véhicule, il faut s’assurer que celui-ci est doté
des meilleurs équipements de sécurité et d’aide à la conduite existants (système de freinage
par assistance électronique, airbags, ESP, sellette de sécurité par exemple…).
Un contrôle de l’état et un entretien régulier des véhicules contribuent à limiter les risques
d’accidents sur la route et participent à la sécurité des salariés.
Les entreprises doivent mettre en place une organisation permettant le maintien en bon état
de maintenance des véhicules :
désignation d’un responsable du parc,
planification des entretiens des véhicules,
mise en place d’un carnet d’entretien pour chaque véhicule à la disposition du conducteur
pour permettre la traçabilité de l’état du véhicule.

Les conducteurs doivent être encouragés à signaler tout dysfonctionnement. Pour être
efficace, cette remontée d’informations doit être organisée et formalisée selon un circuit
établi (fiches d’observations, demandes d’interventions…). Les règles d’entretien doivent
être définies par l’entreprise. La périodicité des contrôles doit être adaptée aux conditions
d’utilisation des véhicules et aux préconisations du constructeur.

Communication
Téléphoner au volant déconcentre le conducteur et le détourne de sa tâche de conduite. De
nombreuses études montrent que téléphoner en conduisant accroît les risques d’accident,
y compris avec un kit « mains libres ». Il est donc recommandé aux entreprises de proscrire
l’utilisation du téléphone au volant d’un véhicule, quel que soit le dispositif technique utilisé.
Il est nécessaire d’instaurer un protocole de communication qui permette aux conducteurs
de rester en liaison avec leur entreprise et leurs clients, sans mettre en danger leur sécurité
sur la route. Ce protocole doit répondre aux besoins de l’entreprise tout en accordant la
priorité à la sécurité du salarié. Il permet de préciser dans quelles conditions ce dernier
devra utiliser son téléphone portable lorsqu’il est en mission, par exemple :
communications quand le véhicule est à l’arrêt uniquement,
renvoi automatique des appels,
fixation des plages d’appels sur les temps de pause de conduite.

Compétences
Les poids lourds peuvent avoir des caractéristiques très variables et nécessitent l’acquisition
ou la maîtrise de compétences spécifiques.
Les entreprises doivent mettre en place une formation complémentaire des Formation
initiale minimale obligatoire (FIMO) et Formation continue obligatoire (FCO) correspondant
à la prise en main du véhicule et de toutes les options présentes sur le véhicule. Elles pour-
ront s’aider pour cela des notices d’instruction fournies par le fabricant.
Ceci s’intégrera dans un dispositif permettant un suivi régulier et une mise à jour des quali-
fications des salariés, en fonction de l’évolution du parc de véhicule.

27
Annexe 3 – Risque lié aux chutes
de hauteur

Définition
On entend par « chutes de hauteur », toute perte d’équilibre, tout entraînement vers le sol
se produisant dans un environnement avec dénivellation. Les situations de travail avec déni-
vellation nécessitent l’utilisation de moyens d’accès sécurisés.

Constat
22 % des accidents (avec arrêt de travail) du transport routier de marchandises.

Maintenance
de 1er niveau
sur camion

Où trouve-t-on + tâches
Prise
9 administratives

1
du véhicule
les risques liés
aux chutes Arrivée
chez le client
de hauteur ? 8 + tâches
Attelage
2 administratives

Dans toutes les phases de travail.


3 7 Conduite
+ circulation
routière
Mise à quai
4 6
5 Départ du quai

Chargement/déchargement
Arrimage
+ tâches administratives

Exemples de causes de chutes de hauteurs

Liées aux matières Liées à l’organisation Liées aux relations Liées à la structure
transportées avec le client d’accueil

Instabilité du chargement Attente à quai, mettant Le conducteur peut être Obstruction des moyens
causé par en péril le respect amené à accepter d’accès aux quais.
un conditionnement des horaires pour les clients les exigences du client Moyens d’accès aux quais
non optimal. suivants : le conducteur agit et faire du chargement/ insuffisants.
Réalisation d’arrimage. dans la précipitation. déchargement non prévu : Quais non sécurisés.
Utilisation inadéquate • non-spécification des rôles,
du hayon. • non-respect des missions
de chacun.

28
Annexe 4 – Risque lié aux accidents
de plain-pied

Définition
On entend par accident de plain-pied, les accidents déclenchés par une perturbation d’équi-
libre de la victime. Ces pertes d’équilibre surviennent sur des surfaces ne présentant aucune
rupture de niveau (planes).
Les accidents de plain-pied peuvent se produire sur des surfaces glissantes, irrégulières ou
encombrées d’objets au sol…

Constat
21 % des accidents (avec arrêt de travail) du transport routier de marchandises.

Maintenance
de 1er niveau
sur camion
+ tâches

Où trouve-t-on
Prise
9 administratives

1
du véhicule

les risques liés Arrivée


chez le client
aux accidents 8 + tâches

de plain-pied ?
Attelage
2 administratives

Principalement dans les phases


3 7 Conduite
+ circulation
de travail 1, 2, 4, 6, 9. routière
Mise à quai
4 6
5 Départ du quai

Chargement/déchargement
Arrimage
+ tâches administratives

Exemples de causes d’accidents de plain-pied

Liées aux matières Liées à l’organisation Liées aux relations Liées à la structure
transportées avec le client d’accueil

Marchandises au sol. Allées de circulation Le conducteur peut Sol en mauvais état.


encombrées. être amené à accepter Mauvais éclairage.
Attente à quai, mettant les exigences du client
en péril le respect des et faire du chargement/
horaires pour les clients déchargement non prévu :
suivants : le conducteur agit • non-spécification des rôles,
dans la précipitation. • non-respect des missions
Flux véhicules/piétons de chacun.
non séparés.
Surfaces de déplacement
du conducteur (plancher,
hayon…) non entretenues.

29
Annexe 5 – Risque lié aux manutentions
manuelles

Définition
On entend par « manutention manuelle » le levage, le port, le maintien, le déplacement de
charges, ainsi que les efforts exercés sur les matériels (ex : sellette) et les appareils (exemple :
transpalette manuel).

Constat
32 % des accidents (avec arrêt de travail) du transport routier de marchandises.
Maintenance
de 1er niveau
sur camion
+ tâches
Prise
9 administratives

1
du véhicule

Arrivée
Où trouve-t-on les risques chez le client

liés aux manutentions 8 + tâches

manuelles ?
Attelage
2 administratives

Dans les phases de travail 2, 3, 4 et 5. 3 7 Conduite


+ circulation
routière
Mise à quai
4 6
5 Départ du quai

Chargement/déchargement
Arrimage
+ tâches administratives

Exemples de causes d’accidents lors des manutentions manuelles

Liées aux matières Liées à l’organisation Liées aux relations Liées à la structure
transportées avec le client d’accueil

Diversité des marchandises. Attente à quai, mettant Le conducteur est Le conducteur peut avoir
Absence d’outils en péril le respect l’intermédiaire entre le client à manutentionner
de manutention adaptés des horaires pour et l’employeur : il peut dans des entrepôts
ou outils inadaptés les clients suivants : être amené à accepter encombrés, des quais
(nécessité de fournir le chargement/déchargement les exigences du client en mauvais état…
des efforts importants). se fait dans l’urgence. et faire du chargement/ Présence de marches
Pour les conducteurs Indisponibilité du matériel déchargement non prévu. rendant impossible
de longue distance, position de manutention mécanique. Le conducteur doit l’utilisation des moyens
assise statique prolongée. s’adapter aux horaires de manutention prévus.
Pour les conducteurs du client.
régionaux, multiplication En fonction des aléas
du nombre rencontrés dans le suivi
de manutentions. des tournées, le conducteur
Instabilité du chargement réorganise son chargement.
causée par
un conditionnement
non optimal.

30
Annexe 6 – Risque lié à la manutention
mécanique

Définition
On entend par « accident lié à la manutention mécanique », les accidents liés à la manutention
des engins (collisions, écrasements, dérapages), ou à la charge manutentionnée (chute, heurts,
renversement) ou au moyen de manutention (rupture, défaillance).

Constat
10 % des accidents (avec arrêt de travail) du transport routier de marchandises.

Maintenance
de 1er niveau
sur camion
Où trouve-t-on + tâches

les risques liés


Prise
9 administratives

1
du véhicule

à la manutentions Arrivée
chez le client
mécanique ? 8 + tâches
Attelage
2 administratives

Dans la phase de travail 4.

3 7 Conduite
+ circulation
routière
Mise à quai
4 6
5 Départ du quai

Chargement/déchargement
Arrimage
+ tâches administratives

Exemples de causes d’accidents liés à la manutention mécanique

Liées aux matières Liées à l’organisation Liées aux relations Liées à la structure
transportées avec le client d’accueil

Charge instable. Croisement des flux Le client demande Sol en mauvais état.
Charge trop lourde. de chariots élévateurs/ au conducteur d’effectuer Zones exiguës.
Charge mal conditionnée. transpalettes. le chargement et lui fournit Coactivité avec d’autres
Conducteur non formé un matériel inadapté engins et piétons.
à l’utilisation d’un chariot ou en mauvais état.
élévateur.

31
Pour obtenir en prêt les audiovisuels et multimédias et pour commander les brochures et les affiches
de l’INRS,
Pour adressez-vous
obtenir au service Prévention
en prêt les audiovisuels de votre
et multimédias Carsat,
et pour Cram ou CGSS.
commander les brochures et les affiches
de l’INRS, adressez-vous au service Prévention de votre Carsat, Cram ou CGSS.
Services Prévention des Carsat et Cram
Services Prévention des Carsat et Cram
Carsat ALSACE-MOSELLE Carsat BRETAGNE Carsat NORD-EST
(67 Bas-Rhin) (22 Côtes-d’Armor, 29 Finistère, (08 Ardennes, 10 Aube, 51 Marne,
Carsat ALSACE-MOSELLE
14 rue Adolphe-Seyboth Carsat BRETAGNE
35 Ille-et-Vilaine, 56 Morbihan) Carsat NORD-EST
52 Haute-Marne, 54 Meurthe-et-Moselle,
(67 Bas-Rhin)
CS 10392 (22 Côtes-d’Armor,
236 29 Finistère,
rue de Châteaugiron (08 Ardennes,
55 Meuse, 10 Aube, 51 Marne,
88 Vosges)
14 rue Strasbourg
Adolphe-Seyboth 35 Ille-et-Vilaine,
35030 56 Morbihan)
Rennes cedex 52 Haute-Marne,
81 54 Meurthe-et-Moselle,
à 85 rue de Metz
67010 cedex 55 Meuse, 88 Vosges)
CS 236 rue99
de26
Châteaugiron
tél.10392
03 88 14 33 00 tél. 02 74 63 54073
81
Nancy cedex
67010
fax 03 88 23 54 13 cedex
Strasbourg 35030
fax 02 Rennes
99 26 70cedex
48 tél.à03
8583
rue34de49Metz
02
tél. 03 88 14 33 00 tél. 02 99 26 74 63
drpcdi@carsat-bretagne.fr 54073
fax 03 Nancy
83 34 48cedex
70
prevention.documentation@carsat-am.fr
fax 03 88 23 54 13
www.carsat-alsacemoselle.fr fax 02 99 26 70 48
www.carsat-bretagne.fr tél. 03 83 34 49 02
documentation.prevention@carsat-nordest.fr
prevention.documentation@carsat-am.fr drpcdi@carsat-bretagne.fr fax 03 83 34 48 70
www.carsat-nordest.fr
(57 Moselle)
www.carsat-alsacemoselle.fr Carsat CENTRE
www.carsat-bretagne.fr documentation.prevention@carsat-nordest.fr
3 place du Roi-George (18 Cher, 28 Eure-et-Loir, 36 Indre, Carsat NORD-PICARDIE
www.carsat-nordest.fr
(57
BP Moselle)
31062 Carsat CENTRE41 Loir-et-Cher, 45 Loiret)
37 Indre-et-Loire, (02 Aisne, 59 Nord, 60 Oise,
357036
placeMetz
du Roi-George
cedex 1 (18
36 Cher, 28 Eure-et-Loir, 36 Indre,
rue Xaintrailles Carsat NORD-PICARDIE
62 Pas-de-Calais, 80 Somme)
BP 31062 37 Indre-et-Loire,
45033 41 Loir-et-Cher,
Orléans cedex 1 45 Loiret) (02 Aisne,
11 allée 59 Nord, 60 Oise,
Vauban
tél. 03 87 66 86 22 62 Pas-de-Calais, 80 Somme)cedex
57036 36
tél.rue Xaintrailles
fax 03 Metz
87 55 cedex
98 65 1 02 38 81 50 00 59662 Villeneuve-d’Ascq
11
tél. 03 87 66 86 22
www.carsat-alsacemoselle.fr 45033
fax 02 Orléans
38 79 70cedex
29 1 tél.allée Vauban
03 20 05 60 28
fax 03 87 55 98 65 tél. 02 38 81 50 00
prev@carsat-centre.fr 59662
fax 03 Villeneuve-d’Ascq
20 05 79 30 cedex
(68 Haut-Rhin)
www.carsat-alsacemoselle.fr fax 02 38 79 70 29
www.carsat-centre.fr tél. 03 20 05 60 28
bedprevention@carsat-nordpicardie.fr
11 avenue De-Lattre-de-Tassigny prev@carsat-centre.fr fax 03 20 05 79 30
www.carsat-nordpicardie.fr
(68 Haut-Rhin)
BP 70488 Carsat CENTRE-OUEST
www.carsat-centre.fr bedprevention@carsat-nordpicardie.fr
11 avenue
68018 De-Lattre-de-Tassigny
Colmar cedex (16 Charente, 17 Charente-Maritime, Carsat NORMANDIE
www.carsat-nordpicardie.fr
BP
tél.70488
03 69 45 10 12 Carsat CENTRE-OUEST
19 Corrèze, 23 Creuse, 79 Deux-Sèvres, (14 Calvados, 27 Eure, 50 Manche,
68018 Colmar cedex
www.carsat-alsacemoselle.fr (16 Charente,
86 Vienne, 87 17 Charente-Maritime,
Haute-Vienne) Carsat
61 Orne, NORMANDIE
76 Seine-Maritime)
tél. 03 69 45 10 12 19
37 avenue23
Corrèze, duCreuse, 79 Deux-Sèvres,
président René-Coty (14 Calvados,
Avenue 27 Eure, 50 Manche,
du Grand-Cours, 2022 X
Carsat
www.carsat-alsacemoselle.fr
AQUITAINE 86 Vienne,
87048 87 Haute-Vienne)
Limoges cedex 61 Orne, 76 Seine-Maritime)
76028 Rouen cedex
(24 Dordogne, 33 Gironde, 37
tél.avenue
05 55 45du39président
04 René-Coty Avenue
tél. 02 35du
03Grand-Cours,
58 22 2022 X
Carsat AQUITAINE
40 Landes, 47 Lot-et-Garonne, 87048 Limoges
fax 05 55 45 71 45 cedex 76028 Rouen cedex
fax 02 35 03 60 76
(24 Dordogne, 33 Gironde,
64 Pyrénées-Atlantiques) tél. 05 55 45 39 04
cirp@carsat-centreouest.fr tél. 02 35 03 58 22
prevention@carsat-normandie.fr
40 Landes,
80 avenue47deLot-et-Garonne,
la Jallère fax 05 55 45 71 45
www.carsat-centreouest.fr fax 02 35 03 60 76
www.carsat-normandie.fr
64 Pyrénées-Atlantiques)
33053 Bordeaux cedex cirp@carsat-centreouest.fr prevention@carsat-normandie.fr
80
tél.avenue
05 56 11de
64la36Jallère Cram ÎLE-DE-FRANCE
www.carsat-centreouest.fr Carsat PAYS DE LA LOIRE
www.carsat-normandie.fr
33053
fax 05 Bordeaux
57 57 70 04cedex (75 Paris, 77 Seine-et-Marne, (44 Loire-Atlantique, 49 Maine-et-Loire,
tél. 05 56 11 64 36
documentation.prevention@ Cram ÎLE-DE-FRANCE
78 Yvelines, 91 Essonne, Carsat PAYS72DE
53 Mayenne, LA LOIRE
Sarthe, 85 Vendée)
fax 05 57 57 70 04
carsat-aquitaine.fr (75 Paris, 77 Seine-et-Marne,
92 Hauts-de-Seine, 93 Seine-Saint-Denis, (44 Loire-Atlantique,
2 place de Bretagne49 Maine-et-Loire,
documentation.prevention@
www.carsat.aquitaine.fr 78
94 Yvelines, 91 Essonne,
Val-de-Marne, 95 Val-d’Oise) 53 Mayenne,
44932 Nantes72 Sarthe,
cedex 9 85 Vendée)
92 Hauts-de-Seine, 93 Seine-Saint-Denis, 2 place
carsat-aquitaine.fr 17-19
94
place de l’Argonne
Val-de-Marne, 95 Val-d’Oise) tél. 02 51de72Bretagne
84 08
Carsat AUVERGNE
www.carsat.aquitaine.fr 75019 Paris 44932
fax 02 Nantes
51 82 31 cedex
62 9
(03 Allier, 15 Cantal, 17-19
tél. 01place
40 05de32l’Argonne
64 tél. 02 51 72 84 08
documentation.rp@carsat-pl.fr
Carsat AUVERGNE
43 Haute-Loire, 75019
fax 01 Paris
40 05 38 84 fax 02 51 82 31 62
www.carsat-pl.fr
(03 Allier, 15 Cantal,
63 Puy-de-Dôme) tél. 01 40 05 32 64
demande.de.doc.inrs@cramif.cnamts.fr documentation.rp@carsat-pl.fr
43 Haute-Loire,
Espace Entreprises fax 01 40 05 38 84
www.cramif.fr Carsat RHÔNE-ALPES
www.carsat-pl.fr
63 Puy-de-Dôme)
Clermont République demande.de.doc.inrs@cramif.cnamts.fr (01 Ain, 07 Ardèche, 26 Drôme, 38 Isère,
Espace Entreprises
63036 Clermont-Ferrand cedex 9 Carsat LANGUEDOC-ROUSSILLON
www.cramif.fr Carsat
42 Loire, RHÔNE-ALPES
69 Rhône, 73 Savoie,
Clermont République
tél. 04 73 42 70 76 (11 Aude, 30 Gard, 34 Hérault, (01 Ain, 07 Ardèche, 26 Drôme, 38 Isère,
74 Haute-Savoie)
63036
offredoc@carsat-auvergne.frcedex 9
Clermont-Ferrand Carsat LANGUEDOC-ROUSSILLON
48 Lozère, 66 Pyrénées-Orientales) 42
26 Loire, 69 Rhône, 73 Savoie,
rue d’Aubigny
tél. 04 73 42 70 76
www.carsat-auvergne.fr (11 Aude,
29 cours30 Gard, 34 Hérault,
Gambetta 74 Haute-Savoie)
69436 Lyon cedex 3
48 Lozère, 66 Pyrénées-Orientales) 26
offredoc@carsat-auvergne.fr 34068 Montpellier cedex 2 tél.rue d’Aubigny
04 72 91 97 92
29
tél.cours
04 67Gambetta 69436
Carsat BOURGOGNE
www.carsat-auvergne.fr 12 95 55 fax 04 Lyon
72 91 cedex
98 55 3
et FRANCHE-COMTÉ 34068 Montpellier
fax 04 67 12 95 56 cedex 2 tél. 04 72 91 97 92
preventionrp@carsat-ra.fr
Carsat BOURGOGNE
(21 Côte-d’Or, 25 Doubs, tél. 04 67 12 95 55
prevdoc@carsat-lr.fr fax 04 72 91 98 55
www.carsat-ra.fr
et FRANCHE-COMTÉ
39 Jura, 58 Nièvre, fax 04 67 12 95 56
www.carsat-lr.fr preventionrp@carsat-ra.fr
(21 Côte-d’Or, 25 Doubs,
70 Haute-Saône, prevdoc@carsat-lr.fr Carsat SUD-EST
www.carsat-ra.fr
39 Jura, 58 Nièvre,89 Yonne,
71 Saône-et-Loire, Carsat MIDI-PYRÉNÉES
www.carsat-lr.fr (04 Alpes-de-Haute-Provence,
70
90 Haute-Saône,
Territoire de Belfort) (09 Ariège, 12 Aveyron, 31 Haute-Garonne, Carsat SUD-EST06 Alpes-Maritimes,
05 Hautes-Alpes,
71
ZAESaône-et-Loire,
Cap-Nord, 38 89rue
Yonne,
de Cracovie Carsat
32 Gers, MIDI-PYRÉNÉES
46 Lot, 65 Hautes-Pyrénées, (04 Alpes-de-Haute-Provence,
13 Bouches-du-Rhône, 2A Corse-du-Sud,
90 Territoire
21044 Dijonde Belfort)
cedex (09 Ariège,
81 Tarn, 12 Aveyron, 31 Haute-Garonne,
82 Tarn-et-Garonne) 05
2B Hautes-Alpes, 06Var,
Haute-Corse, 83 Alpes-Maritimes,
84 Vaucluse)
ZAE Cap-Nord,
tél. 03 38 rue de Cracovie
80 70 51 32 32rue
2 Gers, 46 Lot, 65 Hautes-Pyrénées,
Georges-Vivent 13 Bouches-du-Rhône,
35 rue George 2A Corse-du-Sud,
21044 Dijon cedex
fax 03 80 70 52 89 81 Tarn,Toulouse
31065 82 Tarn-et-Garonne)
cedex 9 2B Haute-Corse,
13386 Marseille83cedex
Var, 84
5 Vaucluse)
tél. 03 80 70 51 32
prevention@carsat-bfc.fr 2 rue
fax 05Georges-Vivent
62 14 88 24 35
tél.rue
04 George
91 85 85 36
fax 03 80 70 52 89
www.carsat-bfc.fr 31065 Toulouse cedex 9
doc.prev@carsat-mp.fr 13386
fax 04Marseille cedex 5
91 85 75 66
prevention@carsat-bfc.fr fax 05 62 14 88 24
www.carsat-mp.fr tél. 04 91 85 85 36
documentation.prevention@carsat-sudest.fr
www.carsat-bfc.fr doc.prev@carsat-mp.fr fax 04 91 85 75 66
www.carsat-sudest.fr
www.carsat-mp.fr documentation.prevention@carsat-sudest.fr
www.carsat-sudest.fr

Services Prévention des CGSS


Services Prévention des CGSS
CGSS GUADELOUPE CGSS LA RÉUNION
Immeuble CGRR, Rue Paul-Lacavé, 97110 Pointe-à-Pitre 4 boulevard Doret, 97704 Saint-Denis Messag cedex 9
CGSS GUADELOUPE CGSS LA RÉUNION
tél. 05 90 21 46 00 – fax 05 90 21 46 13 tél. 02 62 90 47 00 – fax 02 62 90 47 01
Immeuble CGRR, Rue Paul-Lacavé, 97110 Pointe-à-Pitre
lina.palmont@cgss-guadeloupe.fr
4 boulevard Doret, 97704 Saint-Denis Messag cedex 9
prevention@cgss-reunion.fr
tél. 05 90 21 46 00 – fax 05 90 21 46 13 tél. 02 62 90 47 00 – fax 02 62 90 47 01
lina.palmont@cgss-guadeloupe.fr
CGSS GUYANE prevention@cgss-reunion.fr
CGSS MARTINIQUE
Direction des risques professionnels Quartier Place-d’Armes, 97210 Le Lamentin cedex 2
CGSS GUYANE CGSS MARTINIQUE
CS 37015, 97307 Cayenne cedex tél. 05 96 66 51 31 et 05 96 66 51 32 – fax 05 96 51 81 54
Direction des risques professionnels Quartier Place-d’Armes, 97210 Le Lamentin cedex 2
tél. 05 94 29 83 04 – fax 05 94 29 83 01 prevention972@cgss-martinique.fr
CS 37015, 97307 Cayenne cedex
prevention-rp@cgss-guyane.fr tél. 05 96 66 51 31 et 05 96 66 51 32 – fax 05 96 51 81 54
www.cgss-martinique.fr
tél. 05 94 29 83 04 – fax 05 94 29 83 01 prevention972@cgss-martinique.fr
prevention-rp@cgss-guyane.fr www.cgss-martinique.fr

Achevé d’imprimer par BIALEC - 54000 Nancy


Dépôt légal : novembre 2011 - Imprimé en France
Ce guide a été élaboré avec la participation de professionnels
et traite des risques encourus par les conducteurs.
Il a pour objectif d’accompagner les chefs d’entreprises
de transport routier de marchandises (TRM),
dans une démarche d’évaluation des risques professionnels.
Aussi, trouveront-ils rassemblées ici les informations
suivantes :
• un diagramme de l’activité,
• une manière de quantifier les risques,
• un tableau reprenant pour chaque phase de l’activité :
- la description des différentes tâches effectuées,
- la cotation des risques retenue pour
permettre d’établir un plan d’actions,
- des exemples de bonnes pratiques.

Par ailleurs, les fiches thématiques détaillant certains


risques, en annexes, permettent de mieux appréhender
ce qu’est la prévention des risques professionnels
suivant l’activité concernée.

Institut national de recherche et de sécurité


pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles
• •
65, boulevard Richard-Lenoir 75011 Paris Tél. 01 40 44 30 00 info@inrs.fr

Édition INRS ED 6095


1re édition (2011) • mise à jour avril 2016 • 3 000 ex. • ISBN 978-2-7389-1932-8

u L’INRS est financé par la Sécurité sociale - Assurance maladie / Risques professionnels t