Vous êtes sur la page 1sur 5

Mécanique I, 2019 C.

Văcărescu
Première année - Spécialisation: Génie Civil en langue française

Source : Vasilescu A., Văcărescu C. - Mécanique : notions théoriques et applications –


statique, editura Conspress Bucureşti, 2015

Devoir D25-26
b proposée dans la
Calculer les efforts exercés dans toutes les barres de la structure
figure 10.3, en utilisant la méthode des nœuds. La force P et la longueur a sont données.

2P P 3P
4P

3a
4a 4a 4a 4a

Fig. 10.3

Solution :

2P P 3P
4 6 4P
2
 
3a

H1 1 8
   

V1 3 5 7 V8

4a 4a 4a 4a

Fig. 10.4

Les nœuds sont numérotés (fig. 10.4) et le nombre total est n  8 .


Contrôlez la relation selon laquelle le système est isostatique :
N DDL  2n  b  r   2  8  13  3  0 .
Les trois réactions de liaisons extérieures sont calculées par l'isolement de la structure
entière. Les équations d'équilibre sont écrites en considérant le schéma de forces de la figure
10.4.
 M i (1)  0  2 P  4a  P  8a  3P  12a  4 P  3a  V8  16a  0  V8  4 P

 M i (8)  0  V1  16a  2 P  12a  P  8a  3P  4a  4 P  3a  0  V1  2 P

 X i  0  4 P  H 1  0  H 1  4 P
Mécanique I, 2019 C. Văcărescu
Première année - Spécialisation: Génie Civil en langue française

Les résultats sont vérifiés en écrivant l’équation de projection de forces le long de


l’axe vertical Oy :

Y i  0  V1  V8  2 P  P  3P  0. y N12
Les barres 2-3 et 6-7 sont d’effort zéro 4P
(fig. 10.4). 
On commence par l'isolement d'un nœud qui a N13 x
1
deux barres d’efforts inconnus. Dans cette situation, il 2P
y a deux nœuds : le numéro 1 et le numéro 8.
Le nœud numéro 1 est isolé et il est représenté Fig. 10.5
sur le schéma de forces de la figure 10.5. Les efforts
des deux barres, respectivement N13 et N12, sont deux
forces inconnues qui sortent du nœud. Les deux réactions H1 et V1 sont aussi considérées.
Dans ce cas, les équations de projections sont :
 10
 X i  0  4 P  N13  N12 cos   0  N12   3 P
  
 Yi  0  2 P  N12 sin   0  N  20 P

13
3
Les valeurs de fonctions trigonométriques sin   0,600 et cos   0,800 sont
établies dans le triangle rectangle formé par les nœuds 1, 2 et 3.
Les résultats obtenus sont indiqués sur le schéma général de la poutre en treillis
(fig. 10.6, b). L’effort de la barre supérieure N12 est négatif et donc cette force entre dans le
nœud. Les deux efforts calculés dans le premier nœud sont transmis aux nœuds voisins 2 et 3.

2P P 3P
2 4 6 4P
y 10P
N32 3
4P 1 8

N31 N35 x 20P 20P


3 2P 3 5 7 4P
3 3

a b

Fig. 10.6

Il est à noter sur le schéma de forces où est isolé le nœud numéro 3 (fig. 10.6, a), que
l'une des trois barres s'est avérée être d’effort zéro (N32 = 0) et les deux autres efforts N13 et
N35 sont égaux et de sens contraires. La conséquence immédiate est que le nombre
d'inconnues est réduit d’une unité, l'effort N13 (= N35) peut être envoyé directement au nœud 5
(fig. 10.6, b).
L’analyse du schéma général de forces de la poutre en treillis représenté dans la figure
10.6, b, nous montre que les nœuds voisins qui sont susceptibles d'être isolés sont les nœuds 2
Mécanique I, 2019 C. Văcărescu
Première année - Spécialisation: Génie Civil en langue française

et 5. Dans le nœud numéro 2 il y a deux barres d’effort inconnu (2-4 et 2-5), tandis que le
nœud 5 contient quatre barres d’effort inconnu (5-2, 5-4, 5-6 et 5-7). Il est évident que le
nœud 2 est choisi pour être isolé (fig. 10.7, a).

2P 8P P 3P
2 3 4 6 4P
y 10P
2P 3
2 N24 4P 1 8
  x
10P 20P 3 20P 5 7
2P 4P
3 N25 3 3

a b

Fig. 10.7

Les deux équations de projection de forces pour le schéma de la figure 10.7, a sont :
 10
 X i  0  N 24  N 25 cos   3 P cos   0 
 N 24   P
8
   3
10
 Y  0  P sin   N sin   2 P  0  N 25  0
 i
3
25

L’effort N12 est négatif et donc entre dans le nœud. Les résultats sont présentés sur le
schéma général de la figure 10.7, b.
Nous considérons le nœud 4 (fig. 10.8, a). Ce nœud se trouve dans la situation
particulaire d’un nœud à trois barres, dont deux colinéaires et chargé le long de la troisième
barre.

2P P 3P
8P 8P
2 4 6 4P
y 3 3
10P
8P P 3 P
3 N46 4P 1 8
x
4 20P 20P 7
2P 3 5 4P
N45 3 3

a b

Fig. 10.8

Les équations de projection nous montrent ces particularités :


Mécanique I, 2019 C. Văcărescu
Première année - Spécialisation: Génie Civil en langue française

 8 
 X i 0  P  N 46  0
8
 N 46   P
 3   3
 Yi 0   P  N 45  0  N 45   P

En conclusion, les deux barres colinéaires ont le même effort, et la force extérieure est
équilibrée par l’effort de la troisième barre (N45). Ces conclusions peuvent être utilisées dans
d'autres applications.
Le schéma général de forces est rempli avec les résultats obtenus dans l'isolation du
nœud 4 (fig. 10.8, b).
Le processus se poursuit avec le nœud 5 (fig. 10.9, a). On écrit les équations de
projection pour le nœud 5 :

  5
20 N 56  P
 i
X  0   P  N cos   N  0 
 3
 
56 57
 3
 Yi  0   P  N 56 sin   N  16 P
  57 3

Le schéma général de forces est actualisée (voir la figure 10.9, b).

2P P 3P
y 8P 8P
2 3 4 3 6 4P
P
N56 10P
5P
  4P 1
3 P
3 8
20P N57 x
3 5 20P 20P 16P 16P
2P 3 5 7 4P
3 3 3 3

a b

Fig. 10.9

L’effort N57 calculé dans le nœud 5 doit être envoyé directement au nœud 8,
N87 = N57, parce que dans le nœud 7 survient l’égalité N75 = N78 (voir la conclusion obtenue
pour le nœud 3, dans la même situation).
En isolant le nœud numéro 6 (fig. 10.10, a), on détermine un seul inconnu N68 de
l’équation de projection de forces sur l’axe Ox :
8 5 20
X i 0
3
P  P cos   4 P  N 68 cos   0  N 68   P .
3 3
Une deuxième équation de projection (qui peut être écrite dans ce nœud 6) est une
équation de vérification :
5 5 3  20  3
Y i  0  3P 
3
P sin   N 68 sin   0   3P  P    
3
P    0.
5  3  5
Le schéma final de forces est représenté sur la figure 10.10, b.
Mécanique I, 2019 C. Văcărescu
Première année - Spécialisation: Génie Civil en langue française

2P P 3P
8P 8P
y 2 3 4 3 6 4P
8P 3P 10P
6 4P 3 P 5P 20P
3 4P 1 3 3
  x 8
5P
N68 20P 3 20P 5 16P 7 16P
3 2P 4P
3 3 3 3

a b

Fig. 10.10

Le dernier nœud 8 (fig. 10.11) nous donne la 20P y


N86 =
possibilité d’écrire deux autres équations de 3
vérification : 8

 16 20 16 20 4
 X i  0   3 P  3 P cos   3 P  3 P  5  0
x
16P
N87 =
 3 4P
 Y  0  4 P  S sin   4 P  20 P  3  0.
 i 86
3 5
Fig. 10.11