Vous êtes sur la page 1sur 3

c 





c
     
 La microéconomie (ou micro- La macroéconomie (ou macro-
économie) est la branche de économie) s¶intéresse à l¶étude de
l'économie qui analyse le l¶économie dans son entier à

 comportement économique au niveau travers les grands agrégats
d'entités individuelles telles économiques tels que le revenu,
qu'un consommateur ou l¶investissement, la consommation,
une entreprise. le taux de chômage etc.
Etude du comportement des agents Cherche à expliciter les relations
en termes de production ou de entre les grands agrégats
 consommation, la fixation des prix et économiques et à prédire leur
des revenus etc. évolution face à une modification
des conditions (un choc, une
politique délibéré).
Partant des acteurs (le producteur, le Partant des conditions du
consommateur etc.) en micro, les fonctionnement de l¶économie

  économistes suivent une démarche dans entier, les économistes en
individualiste. macro suivent une démarche
holiste (provient du grec : la
totalité, l¶entier).
Système de marchés Circuit

 
A quel moment un agent va Comment le déficit public affecte-
consommer ? Qu¶est qu¶il va t-il l¶économie ? Pourquoi le coût
consommer ? Combien tel entreprise de la vie continue de s¶accroître ?
  va produire et à quel prix ? etc. Pourquoi un fort taux de chômage,
même si l¶économie est en forte
croissance ? etc.

c
1. Sophisme de compositionCe qui est vrai pour un individu n¶est pas vrai pour la
collectivité. (ex: si j¶augmente ma propension à épargner ĺs= S/Y Ĺ, je fais cela dans
l¶intention de m¶enrichir ; mais si tout le monde imite mon comportement, à niveau de
production identique, une augmentation de l¶épargne va conduire à une baisse de la
consommationĺ (S=Y-C, si SĹ ĺ CĻ ĺ DĻ ĺ YĻ ĺ ĹLicenciementsĺ ĻRevenus ĺ
Appauvrissement)

Appauvrissement (conclusion collectivement)  Enrichissement (intention du début
individuellement)

2. Circuit économique Le circuit économique est une configuration de plusieurs pôles
reliés entre eux par des flèches représentant des transferts de valeur. Ces pôles représentent
des agents économiques ou des opérations économiques effectués par ces agents. 
c  
O tt   l ti :C iiti   t  l til 
i  t  t 
i  t l   l  t i 
til    i   t tl  
  ti


 ' 
 '

 




 '
 '
 ' '
    





 i  : lit t
i ti 
tl  l   l    ît  l 
 t  t  li  tt t
itil 
  
  tl 
   
 t 
  litl 
  
 i t
l    
 titi  t     l 
    tl     
 
it
j 
l    
 i t
l 
  Ct
iti


 Ciit! " i :l  t  i t i 
#$% tiit i t &
'  
i   t i  
 ' %   t  tl t ii ll 
 i  t til
'  
(   iitit
itl  i O tl t  t
#i  l #$il t l  i  )*i'il tt   ' l iitC tt 
 i   t 
  ) t i  l i i 
   l      t 
l  i   l  

it  i i i t
 l t  
+lit
ti
l 
ti
t  




 X 

 

' 

 
' 
 

 

    



c 




Au cœur de l¶analyse keynésienne, il y a l¶entrepreneur et les banques qui, grâce à leurs
anticipations déterminent le niveau de l¶activité économique.

4. Les limites de l¶analyse en termes de circuit


a Avec ce modèle on comprend les dynamiques expansionnistes ou récessionnistes,
mais on ne comprend pas les crises (retournement de situation).
a ol donne une fausse impression de toute puissance. Toute récession peut être évitée
par l¶émission de monnaie. Hélas en réalité ce n¶est pas le cas.
a Dans ce circuit, il y a une contradiction entre une analyse macroéconomique et
l¶importance accordée aux anticipations.

La pertinence de l¶analyse en termes de circuit.
a Le circuit met en évidence de relations hiérarchisées
a Les entreprises et les banques doivent avoir les mêmes anticipations pour que leurs
décisions deviennent effectives
a Cohérence des anticipations : Si i est élevé, cela va conduire à une demande plus faible
de crédits, donc moins de P$, augmentation du chômage, d¶où une politique monétaire
keynésienne expansionniste visant à maintenir des taux d¶intérêt bas.

Vous aimerez peut-être aussi