Vous êtes sur la page 1sur 8

AIGUEBELLE

Travail réalisé par : Hind MOUAOUAL


Souad HOUSSNI
Fatna EZZEROUALY

Encadré par : M. GAMAL

1
I- Présentation de la société AIGUEBELLE
II- Produits et environnement
III- Analyse externe
1. Le chocolat au Maroc
2. le chocolat en Europe
3. Le chocolat en Afrique
IV- L’analyse d’OT

2
I- Présentation de la société AIGUEBELLE :
Fondée en 1942 au Maroc, la Compagnie Chérifienne de
Chocolat est une société à la tradition et au savoir faire
ancestral, qui puise ses racines en Europe dans le 12ème
siècle au temps de l’abbaye d’Aiguebelle.
Savoir faire ancré dans la tradition, objectifs et moyens
tournés vers le future, voilà le secret de la grande réussite
de l’entreprise Aiguebelle l’une de ses dernières actions en
date, qui illustre le mieux cette volonté d’aller toujours de
l’avant, est l’accord signé en l’an 2000 avec l’union
européenne concernant la certification ISO 9001 Version
2000.
Cette reconnaissance internationale vient non seulement
confirmer le grand intérêt que porte Aiguebelle à la qualité de
ses produits.
En ce qui concerne la matière première, Aiguebelle importe
la fève de cacao des trois pays suivants :
Côte d’ivoire, Ghana, et l’Indonésie.

II/ Produits et environnement :

3
III- Analyse externe :

1. Le chocolat au Maroc
Le secteur, chocolaterie et confiseries confondues, compte une
quinzaine d'opérateurs, emploie un millier de personnes et
pèse quelque cinq cents millions de DH avec une
prépondérance de la confiserie (70%).

4
Dans le chocolat pur, deux intervenants locaux, Pastor et
Aiguebelle, se partagent 70% du marché local.

2. le chocolat en Europe
En Europe que l’on trouve les niveaux de consommation
de chocolat les plus élevés. On peut citer comme exemple la
France avec 6,3 kg/habitant et la Suisse avec 12 kg/habitant.

• En 2001, les ventes de chocolat sur le marché


européen ont atteint 31,5 milliards de francs.

• La position de leader du marché européen est


détenue par le groupe Ferrero classé 6ème à l’échelle
mondiale du secteur de la chocolaterie confiserie avec un
chiffre d’affaires en 2002 consolidé de 4,4 milliards
d’Euros.
 Désormais la classification du chocolat aura, en Europe
comme dans le monde entier, pour critère l’utilisation
ou non des MGV.

3. Le chocolat en Afrique
• Les pays de l’Afrique de l’Ouest sont les principaux
producteurs de cacao avec 65% de récolte mondiale des
fèves de cacao, dont près de 45% produits par la côte
d’ivoire, 1er producteur et exportateur de cacao sur le
marché mondial.
• Les autres grands producteurs Africains sont le Ghana,
le Nigeria, le Cameroun, le Congo, le

5
• Madagascar et Soa Tom

IV- L’analyse d’OT

 Opportunités du secteur :
Le « Plan EMERGENCE » lancé en 2005, constitue une nouvelle
stratégie industrielle qui vise à canaliser les effets de
l’ouverture et à dynamiser la mise à niveau des entreprises
afin que le Maroc puisse se positionner dans les échangés
mondiaux et résister face à la montée en puissance des pays
asiatiques
Ce plan a identifié les industries agroalimentaires en tant
que secteur à fort de potentiel de croissance.
La stratégie arrêtée préconise une meilleure valorisation des
ressources agricoles et une offre exportable et compétitive.

6
Cela ne sera possible qu’à travers la consolidation des firmes
industrielles et la recherche et développement.
Le secteur agroalimentaire recèle des opportunités d’affaires
très intéressantes notamment pour la France qui est déjà bien
présente dans le secteur au travers de certaines de ses
filiales. D’autres pistes restent insuffisamment exploitées
(produits bio ; huile d’argan, élevage de d’indes..).

 Menaces du secteur :
Alors que le secteur des produits pâtissiers s’adapte au
marché ; il connaît de grandes difficultés.
La concurrence et les droits de douanes sont les importants
problèmes que rencontrent les opérateurs de ce secteur.
* Concurrence : les opérateurs avouent que leur activité reste
très perturbée par la contrebande. En effet cette structure
échappe aux droits de douane et de ses obligations en vers
l’Etat ce qui se répercute sur leur prix de vente ;mois chers
que les produits réglementés.
S’ajoute la concurrence de plus en plus importante des
produits importés à des prix défiants la logique, notamment de
le Turquie, d’Espagne et de certains pays arabes comme la
Tunisie et Egypte.

* Droit de douane : les fabricants nationaux souffrent des droits


de douane qu’ils continuent à payer sur des matières premières
comme le sucre ; l’emballage ; le glucose ; le lait ; les graisses
végétales et autres ; alors que les concurrents arabes sont peu

7
ou pas taxés à l’entrée de notre territoire ; du fait d’accords de
libre-échange .