Vous êtes sur la page 1sur 1

Comme j'étais l'un des élèves du lycée, je me suis toujours demandé ce que je suis censé faire afin d'obtenir

une vie meilleure à l’avenir, ce que je devais apprendre pour obtenir une bonne université ou une bonne école
qui me permettrait de réaliser mes rêves. Et à la fin je n'ai pas trouvé de réponses à ces questions parce que,
malheureusement, l’orientation dans les lycées marocains est un gros mensonge, dans la mesure où personne
ne vous donne les bonnes réponses, et je ne suis certainement pas la seule à avoir souffert de ce problème,
nous étions en quelque sorte perdus en termes d'orientation.
C'est pourquoi nous avons décidé d'aider mentalement et professionnellement les lycéens, c'est-à-dire de
les aider dans l’orientation que nous n'avons pas eue dans notre carrière, afin que nous puissions donner un
coup de main à la prochaine génération à avoir une idée de la branche qu'il faut choisir dans l'enseignement
supérieur et de l'université à intégrer.
En outre, ce projet est dédié aux étudiants de notre âge, ce qui signifie que nous choisissons d'aider ces
étudiants par des étudiants qui ont passé cette étape avec succès et qui ont aussi des niveaux d'éducation plus
élevés. Dans notre première évaluation des besoins (sortie de terrain) que nous avons faite dans les
universités, les étudiants universitaires ont bien accueilli notre idée dans la mesure où ils ont besoin d'un
emploi à temps partiel. La deuxième évaluation des besoins a été dédiée aux élèves de lycée, nous étions
censés aller chercher des écoles au hasard et voir si les élèves ont toujours le même problème d'orientation.
Nous avons donc demandé aux différents étudiants de Sidi Maarouf, les résultats ont été plus catastrophiques
que nous le pensions, nous avons constaté que les étudiants n'ont aucune idée des branches qu'ils doivent
choisir aux écoles supérieures puisque plus de 70 % de ceux avec qui nous avons fait un interview ne sont pas
satisfaits de leur choix. Plus encore, ils n'avaient aucune idée de ce qui se passait après le lycée, ils ne savent
vraiment pas ce qu'ils sont censés faire après avoir fini leur baccalauréat.
Revenons donc à notre projet, que nous avons choisi de lui donner le nom de "ACH GHANDIR", nous
avons décidé de travailler avec des écoles privées, en particulier celles qui offrent des heures supplémentaires
aux étudiants, où nos formateurs peuvent faire des cours d'orientation et des ateliers. Ces écoles se chargeront
de notre paiement et nous nous chargerons du paiement des formateurs.
De plus, nous allons annoncer notre projet dans des forums éducatifs et pourquoi pas d'organiser nos propres.
Comme nous sommes étudiants en ingénierie à l'ENSEM, nous allons exploiter nos connaissances en
informatique pour créer une application qui comprendra plusieurs informations qui facilitent la
communication entre les étudiants et les formateurs.
Nous pensons également à faire un petit accord avec certaines associations éducatives qui peuvent nous aider
à avoir plus de contact avec les étudiants. Enfin "ASH GHANDIR " n'est pas une idée qui est venue de nulle
part, nous choisissons ce projet parce que nous l'avons vécu et d'autres le vivent encore. " ASH GHANDIR"
a clairement besoin d'être libéré pour aider la prochaine génération marocaine dans leur carrière
professionnelle et pour réaliser leurs rêves !