Vous êtes sur la page 1sur 15

Bni Mellal

Axe du barrage : X= 456 228.00 Y = 200000.00

I DEFINITION DE L'ETAT DE REFERENCE DE L'ENVIRONNEMENT

I.1 ENVIRONNEMENT PHYSIQUE

I.1.1 Climat
Le climat de la zone d’étude est de type montagnard à tendance méditerranéenne. Elle est
caractérisée par un climat froid en hiver est modéré à chaud pendant l’été. La neige est peu
abondante et fond généralement assez rapidement. La grêle, très fréquente pendant le mois de
juillet entraîne de nombreux dégâts sur les cultures.

I.1.1.1 Pluviométrie
La pluviométrie moyenne est de l’ordre de 500 mm. Cependant, elle est variable et irrégulière
selon les années et selon les zones.

Poste Jan Fev Mars Avr Mai Juin Juil Aout Sep Oct Nov Dec

Bin El
Ouidane 68 66 89 71 45 15 5 5 18 44 58 93
en mm

Extrait de l’étude hydrologique du barrage Boutferda

Tableau 1.Pluviométrie moyenne au niveau du barrage Bin El Ouidane

I.1.1.2 Température
Les températures minimales et maximales moyennes annuelles sont respectivement de l’ordre de
8°C et +37°C, dont la température moyenne est de 22.5°C

Poste Jan Fev Mars Avr Mai Juin Juil Aout Sep Oct Nov Dec

Min (°C) 32.5 27.1 21.9 18.9 18.4 19.1 21.4 24.2 27.0 31.1 36.6 36.7

Max(°C) 17.3 13.3 9.3 5.6 6.4 5.7 7.9 10.6 12.6 16.3 19.9 20.2

Moy(°C) 24.9 20.2 15.6 12.2 11.5 7.9 14.6 17.4 19.8 23.7 28.2 28.4

Extrait de l’étude hydrologique du barrage Boutferda

Tableau 2.Température moyenne au niveau du barrage Bin El Ouidane

I.1.1.3 Evaporation
Constamment élevée sur la côte, l’humidité relative diminue quand on s’enfonce à l’intérieur du
pays. En montagne elle peut varier de 80% en décembre à 40% en juillet.
Les valeurs relatives au barrage Bin El Ouidane sont consignées ci- après (mesure sur plan d’eau
libre) :

Sep Oct Nov Dec Jan Fev Mar Avr Mai Juin Juil Aout Total

annuel

mm 180 140 70 70 60 70 110 100 140 190 250 240 1620

% 11.1 8.6 4.3 4.3 3.7 4.3 6.7 6.1 8.6 11.7 15.4 14.8 100

Extrait de l’étude hydrologique du barrage Boutferda

Tableau 3.Evaporation mesurée au niveau du barrage Bin El Ouidane

I.1.2 Géomorphologie et topographie


Le futur projet hydroélectrique objet de l’étude est situé dans les reliefs du haut Atlas calcaire.

D’une manière générale, le bassin versant de l’oued El Abid contrôlé par le barrage
hydroélectrique Boutferda présente une topographie très irrégulière (1214 à 3227 m NGM).

Il est essentiellement marqué par la densité de son réseau hydrographique entaillant les massifs
montagneux, dont Le principal affluent de l’oued El Abid est l’oued Assif n-Ouirine.

Le point culminant du bassin versant correspond au Massif montagneux de Jbel Moa’Skare se


situant aux alentours de la cote 3227 NGM (cf. Plan n°4).

Par ailleurs, la retenue du futur barrage se développe grossièrement dans la direction NW-SE sur
une longueur de l’ordre de 2.7 km (cf. Plan n°5).

I.1.3 Géologie

I.1.3.1 Géologie régionale « Bassin versant »


La zone du projet est située dans le domaine du Haut Atlas calcaire. Elle correspond au rebord
nord-occidental du Haut Atlas Central. Elle est située, au sud de la plaine du Tadla, aux abords de
la jonction entre le Haut Atlas et le Moyen Atlas. La bordure septentrionale du bassin versant
dessine une ligne de relief essentiellement formée de dépôts du Jurassique moyen.

Ce domaine s’étale sur plusieurs formations allant de l’antécambrien au quaternaire. Toutefois la


zone du projet ne s’étale que sur les formations suivantes : (cf. carte géologique n° 6)

 Trias : comprenant essentiellement des basaltes dolorétiques, des marnes et argiles à


niveau salifères qui joue un rôle important comme substratum imperméable de la série
jurassique et est à l’origine de la plupart des eaux salées de la région. Il est situé
localement sur la partie sud du bassin versant.
 Lias : de nature calcairo-dolomitique, il constitue le niveau présentant la plus grande
continuité, il donne à la chaine l’originalité de ses formes structurales en arêtes
redressées de calcaires dolomitiques massifs. Le lias est localisé essentiellement au
niveau du Jbel Mo’Askare.
 Jurassique moyen : composé essentiellement de calcaire, calcaire marneux, et
marnes.
 Jurassique gréseux rouge du haut atlas : Le jurassique se termine par une série surtout
gréseuse continentale, de faciès rouge (jurassique supérieur), il est situé au nord de
Oued El Abid presque à 9 km à vol d’oiseaux du site du barrage Boutferda.
 Crétacé moyen : se situe au nord du bassin versant, il est formé essentiellement par
des marnes bariolées du cénomanien et des calcaires du Turonien.
 Miocène : formations continentales de remblayage.

I.1.3.2 Géologie de la cuvette


La retenue du barrage Boutferda se situe à l’instar de son bassin versant, dans le domaine du Haut
Atlas calcaire. Les faciès jurassiques de La cuvette sont prédominés par des carbonates, des
alternances calcaréomarneuses et des marnes. Au niveau de la retenue, apparaissent des
sédiments du bassin généralement épais, formés principalement par des carbonates et des
marnes.

I.1.4 Pédologie
Dans le bassin versant de l’oued El Abid contrôlé par le barrage Boutferda, il existe une diversité
des sols (tirs, hamri, rmel et biad).Cependant, trois grandes catégories de sols ont été relevées
(cf. Plan n°7) :

 Des sols Podzoliques(Biad), sols rouges et bruns podzolisés et sols humifères


carbonatés de forêts de chaine vert, cèdres, pins d’Alep…, en association avec des
sols érodés et des espaces dénudés désertiques avec sols dans les fissures de roches
calcaires mésozoîques. Ces sols sont relevés au niveau des zones les moins élevées
du bassin versant et s’étendent sur toute la plaine de l’oued el Abid et occupe plus
que 90% de la superficie du bassin versant.
 Des sols de haute montagne : podzols (rares), sols podzolisés et sols régénérés,
portant des Juniperus thurifera (en voie de disparition) et, en association variées,
Genêts, Pyrethrum, Artemisia, sur « terra rossa » (hamri) et sur roche calcaires
mésozoîques, en association avec des espaces dénudés rocailleux et désertiques,
concentrés au sud du bassin versant au niveau des versants des reliefs les plus
importants, soit ceux de Jbel Moa’skar, Jbel Ouira et Jbel Bab’n ouayad.
 Des sols de hautes montagnes de prairies humifères, souvent acides parmi des
espaces dénudés, rocheux et pierreux de désert montagneux avec végétation de
genêts et autres xérophytes épineux sur roches calcaires mésozoîques. Cette
catégorie de sols est localisée au niveau des sommets de montagnes les plus hauts
précisément celle de la série de Jbel Mo’Askare.

I.1.5 Réseau hydrographique


Le bassin versant de l’oued El Abid naît dans le Jbel Mo’Askare et s’écoule d’Est en Ouest. Il est de
forme allongée et s’étend au cœur du Haut Atlas calcaire. Il est délimité à l’Est et au Sud par une
ligne de haute crête supérieures à 3000 m. Le point culminant étant le JBel Mo’Askare (3277 m) au
sud de Tounfite.

La superficie du bassin versant contrôlé par le futur barrage est de 1670 km².

Ce bassin versant est drainé par un réseau hydrographique très développé et ramifié
essentiellement, constitué par les oueds Assif –n-Ouirine (principal influant d’Oued El Abid), Assif
–n-Ougheddou et Assif-n-Lkassene.

Le long de leurs vallées, ces trois oueds sont alimentés par un grand nombre des cours d’eau
d’importance variables : Aqqa n-Ademrou, Aqqa n- Imarwine, Aqqa Bouhou, Aqqa n-Tafrawt,
Aqqa Ben Qacem, Aqqa Ou Kharroub, Aqqa n-Bou Chwari, Aqqa Amane Tghilest, Aqqa Amane
Assameur, Aqqa Ou Saka, Aqqa n-Tadrout,Aqqa n-Dawd, Aqqa A’rgi.

La longueur du talweg principal est de 56.89 Km, et la pente moyenne du bassin équivalent est de
l’ordre de 3.53 %, qui est relativement faible.

D’après l’étude hydrologique du barrage Boutferda, les apports moyens interannuels sont
estimés à 262 Mm3 au niveau du site du barrage implanté sur oued Laabid.

I.1.6 Qualité des eaux de surface

La station de surveillance de la qualité des eaux sur l’oued Laabid est une station secondaire
qui n’est pas reconnue. Alors vu que le futur barrage se trouve en amont du barrage Bin El
Ouidane, on va se baser sur les données de ce dernier.
Il faut signaler que le barrage de Bin El Ouidane est situé en aval de confluence entre l’oued
Laabid et l’oued Ahançal.

Barrage O2 Pt NO3

Bin El Ouidane 9,30 0,060 5,302

Extrait de PDAIRE d’Oum Er-Rbia

Tableau 4.Qualité des eaux au niveau de la surface de la retenue du barrage Bin El Ouidane (mg/l)

La qualité de l’eau est globalement bonne dans la zone d’étude.

I.1.7 Hydrogéologie
Du point de vue hydrogéologique, quatre domaines sont inventoriés à l’intérieur du bassin
versant de l’oued El Abid contrôlé par le barrage Boutferda (cf. Carte hydrogéologique Plan n° 8) :

 Le Domaine 1 : Aquifère multicouche à nappe supérieure libre et nappe inférieure


captive, ou nappe supérieure et nappe profonde possédant des caractéristiques
discontinues importantes. Ce domaine s’étend sur la majeure partie du bassin
versant, il occupe environ 70% de ce dernier. Il s’agit en effet de la série perméable
Aalénien-Dogger, fragmenté en bassins séparés dans chaque cuvette synclinale. La
nappe se comporte comme des réseaux fissurés plus au moins denses, avec
prédominance du régime turbulent, à caractère karstique.
 Le Domaine 2 : Essentiellement imperméable, ne contenant aucune nappe
phréatique ou profonde d’extension significative. Le substratum imperméable
général de ces nappes est constitué par les marnes du Toarcien-Aalénien inférieur.
Il peut s’élever jusqu’à la base du Dogger et est situé localement sur les limites Ssud
et Eest du bassin versant. es deux rives d’Oued El Abid. Commented [A1]: ?

 Le domaine 3 : Aquifère discontinu, d’âge liasique inférieur, généralement


perméable, à surface libre assimilable à une monocouche en structures plissées ou
fracturées compartimenté par des zones étroites sans nappes.
 Le Domaine 4 : Système d’aquifères monocouche ou multicouches sans nappe
phréatique significative pouvant présenter sous une couverture imperméable d’âge
Toarcien – Aalénien, une nappe profonde.
La structure générale de la chaîne détermine la répartition du Jurassique moyen en une série de
bassins synclinaux quasi indépendants, comprenant chacun un ou plusieurs aquifères.

Au niveau de la future retenue du barrage Boutferda, seul le domaine 1 a été identifié. Il s’agit de
la série perméable Aalénien-Dogger, fragmenté en bassins séparés dans chaque cuvette
synclinale. La nappe se comporte comme des réseaux fissurés plus au moins denses, avec
prédominance du régime turbulent, à caractère karstique.

I.1.8 Paysage
La commune rurale de Boutferda dispose d’un important patrimoine forestier.

La géomorphologie et la couverture végétale du sol sont les facteurs essentiels qui façonnent le
paysage.

L’analyse de ces deux facteurs à l’intérieur du bassin versant de l’oued El Abid permet de le
segmenter en deux parties présentant des paysages à caractères homogènes, en liaison avec le
relief et du sol.

 La première partie, s’étend sur la vallée et les versants formant les oueds majeurs
constituant le bassin versant. Il s’agit de l’oued El Abid, Assif –n- Ouirine,Assif -n-
Ouânts, Assif–n-Lkassene, Aqqa–n-ouanine,Assif –n- Tassent,Assif –n- Ougheddou
et Wad Oum cbah. Cette partie est caractérisée par des élévations ne dépassant pas
les 2153 m NGM. Elle est couverte par des sols humifères carbonatés recouverts de
forêts (Cèdres, pins d’Alpes, etc.), en association avec des sols érodés et des
espaces dénudés désertiques.
 La deuxième partie du bassin versant, correspond généralement aux parties les plus
hautes de ce dernier (Jbel Mo’Askare), formé par l’extrême amont du bassin versant
et les sommets des montagnes. Cette partie est façonnées par un paysage plutôt
désertiques couvert de sols dénudés et Rocailleux.
I.1.9 Sismicité du milieu
Selon la carte des zones de sismicité du Maroc, la zone d’étude se trouve dans une zone de faible
sismicité.

L’accélération horizontale maximale devant être prise en compte par le dimensionnement des
ouvrages variés entre 0.15 et 0.2 g.

I.2 ENVIRONNEMENT BIOLOGIQUE

I.2.1 Flore de la zone du projet


Au niveau du bassin versant, l’occupation végétale du sol se compose principalement de forêt et
des broussailles.

Les espèces de plantes terrestres existantes dans la zone d’étude sont très variées. Il s’agit
principalement ce Cèdres en associations avec le Chêne vert et le Pin maritime.

Les espèces floristiques endémiques dans la région correspondent à ceux du parc national du
haut atlas oriental. Ce dernier est drainé par plusieurs oueds qui constituent un réseau
hydrographique dense et enchevêtré. Les versants Nord du parc sont couverts par une belle
futaie de Cèdres en associations avec le Chêne vert, le Pin maritime de montagne, le Genévrier
thurifère et le Genévrier de Phénicie. Au-delà de 3 000 m d'altitude, la flore est représentée par
une végétation en coussinets. La végétation comprend donc des forêts de Cèdre, de Chêne vert
et de Genévrier et de vastes étendues de steppes au-dessus de 3000 mètres d’altitude. Principale
formation végétale sur le site, la forêt de Cèdre est d’un intérêt particulier parce qu’elle est la
seule Cédraie au MarocMaroc à occuper un vaste territoire de montagne rocheuse, tout en étant
à la limite de son aire de répartition

I.2.2 Faune de la zone du projet


Sur le plan faunistique, La rudesse du relief offre refuge et sécurité à une importante population
de Mouflons à manchettes (Ammotragus lervia), aux Gazelles de Cuvier (Gazella cuvieri) vivant
encore à l’état sauvage (dites également Gazelles de montagne) et aux dernières Panthères.
D’autres espèces enrichissent le peuplement animal : Magot et Sanglier, ainsi que plus de 120
espèces d’oiseaux terrestres dont des rapaces rares, une vingtaine d’espèces d’oiseaux
aquatiques et une trentaine d’espèces de reptiles et amphibiens.

I.2.3 SIBE et espaces protégés


Le bassin versant de l’oued El Abid englobe dans sa partie amont 44% du Parc National du Haut
Atlas Oriental.

La localisation de ce PN, l’étendue de ses terrains traversés par le bassin versant de l’oued El Abid
sont présentées dans ce qui suit.

Le Parc National du haut Atlas Oriental appartient aux provinces d’Errachidia, de Khénifra et de
Béni Mellal. Il est situé à 33 km au Sud-Est du site du barrage.

Il est constitué de massifs montagneux très accidentés. Ce parc national s'étend sur une
superficie de 42 000 ha, entre la zone relativement humide, au nord, et celle sèche et désertique,
au sud du Haut Atlas oriental.
Figure 2. Etendue des SIBE et PN à l’intérieur du bassin versant de l’oued El abid
Le parc est drainé par plusieurs oueds qui constituent un réseau hydrographique dense et
enchevêtré. Les versants Nord du parc sont couverts par une belle futaie de Cèdres en
associations avec le Chêne vert, le Pin maritime de montagne, le Genévrier thurifère et le
Genévrier de Phénicie. Au-delà de 3 000 m d'altitude, la flore est représentée par une végétation
en coussinets. La végétation comprend donc des forêts de Cèdre, de Chêne vert et de Genévrier
et de vastes étendues de steppes au-dessus de 3000 mètres d’altitude. Principale formation
végétale sur le site, la forêt de Cèdre est d’un intérêt particulier parce qu’elle est la seule Cédraie
au MarocMaroc à occuper un vaste territoire de montagne rocheuse, tout en étant à la limite de
son aire de répartition.

La rudesse du relief du parc offre refuge et sécurité à une importante population de Mouflons à
manchettes, aux Gazelles de Cuvier vivant encore à l’état sauvage (dites également Gazelles de
montagne) et aux dernières Panthères . D’autres espèces enrichissent le peuplement animal de ce
parc : Magot et Sanglier, ainsi que plus de 120 espèces d’oiseaux terrestres dont des rapaces
rares, une vingtaine d’espèces d’oiseaux aquatiques et une trentaine d’espèces de reptiles et
amphibiens.
Azilal
Axe du barrage X= 422 017.00 Y = 158 559.00

II DEFINITION DE L'ETAT DE REFERENCE DE L'ENVIRONNEMENT Formatted: Font: Bold, No underline, Font color: Auto,
All caps, Kern at 14 pt, Shadow
II.1 ENVIRONNEMENT PHYSIQUE Formatted: Font: Bold, No underline, Font color: Auto,
All caps, Kern at 14 pt, Shadow
II.1.1 Climat
Formatted: Font: Bold, No underline, Font color: Auto,
Le climat de la zone d’étude est de type montagnard à tendance méditerranéenne. Il est Kern at 14 pt, Shadow
caractérisé par une saison humide s’étendant de novembre à mars et une saison sèche s’étalant
d’avril à octobre.

La zone d’étude est située à des altitudes supérieures à 1000 m. Ccette zone connait des chutes
de neige à partir du mois d'octobre et persistent tout au long de la saison du printemps.

Les variations interannuelles sont également très marquées et sde traduisent par dles années
pluvieuses et dles années sèches.

La pluviométrie moyenne annuelle est de l’ordre de 500 mm, et la moyenne des températures
moyennes est de 22.5°C, avec une moyenne des maxima de 37°C et une moyenne des minima de
8°C.

Constamment élevée sur la côte, l’humidité relative diminue quand on s’enfonce à l’intérieur du
pays. En montagne elle peut varier de 80% en décembre à 40% en juillet.

Les tableaux qui suivent présentent les répartitions mensuelles de la pluviométrie, des
températures moyennes et des moyennes des minima et des maxima dans les stations les plus
proches, ainsi que l’évaporation.

Poste Jan Fev Mars Avr Mai Juin Juil Aout Sep Oct Nov Dec

Bin El
68 66 89 71 45 15 5 5 18 44 58 93
Ouidane

Extrait de l’étude hydrologique du barrage Tillouguite aval, 2013

Tableau 5 : Pluviométrie moyenne au niveau du barrage Bin El Ouidane

Poste Jan Fev Mars Avr Mai Juin Juil Aout Sep Oct Nov Dec

Min (°C) 32.5 27.1 21.9 18.9 18.4 19.1 21.4 24.2 27.0 31.1 36.6 36.7

Max(°C) 17.3 13.3 9.3 5.6 6.4 5.7 7.9 10.6 12.6 16.3 19.9 20.2

Moy(°C) 24.9 20.2 15.6 12.2 11.5 7.9 14.6 17.4 19.8 23.7 28.2 28.4
Extrait de l’étude hydrologique du barrage Tillouguite aval, 2013

Tableau 6 : Température moyenne au niveau du barrage Bin El Ouidane

Sep Oct Nov Dec Jan Fev Mar Av Ma Juin Juil Aout Total

r i annuel

mm 180 140 70 70 60 70 110 100 140 190 250 240 1620

% 11.1 8.6 4.3 4.3 3.7 4.3 6.7 6.1 8.6 11.7 15.4 14.8 100

Extrait de l’étude hydrologique du barrage Tillouguite aval, 2013

Tableau 7: Evaporation mesurée au niveau du barrage Bin El Ouidane

II.1.2 Géomorphologie et topographie


Le futur barrage hydro-électrique objet de l’étude est situé dans relief du haut Atlas calcaire.

D’une manière générale, le bassin versant de l’oued Assif N’Ouhançal csontrôlé par le barrage
Tilouguite présente une topographie très irrégulière (3100 à 1000 m NGM).

Il est essentiellement marqué par la densité de son réseau hydrographique entaillant les massifs
montagneux.

Le point culminant du bassin versant correspond au Massif montagneux de Jbel Imghal se situant
aux alentours de la cote 3100 NGM (cf. Plan n°4).

Par ailleurs, la retenue du futur barrage se développe grossièrement dans la direction SW-NE sur
une longueur de l’ordre de 2.6 km (cf. Plan n°5).

II.1.3 Géologie Formatted: Font: Bold, No underline, Font color: Auto,


Kern at 14 pt, Shadow
II.1.3.1 Géologie régionale « Bassin versant » Formatted: Font: Italic, No underline, Font color: Auto
La zone du projet est située dans le domaine du Haut Atlas calcaire. Ce domaine s’étale sur
plusieurs formations allant de l’antécambrien au quaternaire. Toutefois la zone du projet ne
s’étale que sur les formations du jurassique moyen. (cf. carte géologique n°6)

Il s’agit des formations de marnes, calcaires et marno-calcaires du dogger.

En effet, le bassin versant contrôlé par le barrage hydro-électrique Tilouguite aval est constitué de
plusieurs massifs montagneux constitués de de plis jurassiens assez réguliers, fréquemment
rompus par des failles ; les anticlinaux allongés, aigus, dissymétriques succèdent aux synclinaux
très larges à allure de cuvettes. Les grandes vallées présentent, sur les deux, versants nord et sud,
une succession de vais longitudinaux et de cluses transversales.

II.1.3.2 Géologie de la cuvette Formatted: Font: Italic, No underline, Font color: Auto

La retenue du barrage hydro-électrique Tilouguite aval se situe à l’instar de son bassin versant,
dans le domaine du Haut Atlas calcaire. Les affleurements y sont généralement composés par des
marnes versicolores, avec des passées calcaires basales et sommitales du Bathonien. (cf Plan n°
04).
II.1.4 Pédologie Formatted: Font: Bold, No underline, Font color: Auto,
Kern at 14 pt, Shadow
Dans le bassin versant de l’oued Assif N’Ouhançal contrôlé par le barrage hydro-électrique
Tilouguite aval, trois grandes catégories de sols ont été relevés :

 Des sols Podzoliques, sols rouges et bruns podzolisés et sols humifères carbonatés
de forêts de chaine vert, cèdres, pins d’Alep…, en association avec des sols érodés
et des espaces dénudés désertiques avec sols dans les fissures de roches calcaires
mésozoîques. Ces sols sont relevés au niveau des zones les moins élevées du bassin
versant et s’étendent sur toute la plaine de l’oued el Abid.
 Des sols de haute montagne : podzols (rares), sols podzolisés et sols régénérés,
portant des Genêts et Pyrèthre, sur « terra rossa » (hamri) et sur roche calcaires
mésozoîques, en association avec des espaces dénudés rocailleux et désertiques,
concentrés au niveau des versants des reliefs.
 Des sols de hautes montagnes de prairies humifères, souvent acides parmi des
espaces dénudés, rocheux et pierreux de désert montagneux avec végétation de
genêts et autres xérophytes épineux sur roches calcaires mésozoîques. Cette
catégorie de sols est localisée au niveau des sommets des montagnes les plus
hautes.
(cf. Plan n°7)

II.1.5 Réseau hydrographique Formatted: Font: Bold, No underline, Font color: Auto,
Kern at 14 pt, Shadow
Le bassin versant de l’oued Assif N’ouhancal prend ses origines dans les reliefs de Jbel Msadrid à
l’est d’Imilchil et débouche sur oued EL Abid, affluent rive gauche de l’oued Oum Errabia. En effet,
avec oued El Abid, Oued Assif N’ouhançal présente l’un des affluents les plus importants du
barrage Bin El Ouidane.

Le barrage hydro-électrique Tilouguite aval est situé à environ 30 km de la queue de retenue du


barrage Bin El Ouidane. La superficie du bassin versant contrôlé est de 2510 km².

Ce bassin versant est drainé par un réseau hydrographique très développé et ramifié
essentiellement, constitué par les oueds Assif N’ouhancal et Assif N’Oukhachane.

Le long de leurs vallées, ces deux oueds sont alimentés par un grand nombre des cours d’eau
d’importance variables : Akka n’ Warg, Akka n’Tazaght, Akka n’Taghia, Akkanou tour, Akka n
Sloul, Akka n Taouet, Akka n Ouanza, Assif n Melloul, Akka n Chennchane, Akka n merbich et Akka
n Tighizit.

La longueur du talweg principal est de 152.6 Km, et la pente moyenne du bassin équivalent est de
l’ordre de 1.4 % est relativement faible.

D’après l’étude hydrologique du barrage Tilouguite aval, les apports moyens interannuels sont
estimés à 325.5 Mm3 au niveau du site du barrage implanté sur oued Assif n’Ahançal.
II.1.6 Qualité des eaux de surface
Aucune station de surveillance de la qualité des eaux sur l’oued Assif n’Ahnçal. Et vu la localisation
du futur barrage en amont du barrage Bin El Ouidane, on va se baser sur les données de ce
dernier.

Il faut signaler que le barrage de Bin El Ouidane est situé en aval de confluence entre l’oued
Laabid et l’oued Ahançal.

Barrage O2 Pt NO3

Bin El Ouidane 9,30 0,060 5,302

Extrait de PDAIRE d’Oum Er Rbia, 2008

Tableau 8 : Qualité des eaux au niveau de la surface de la retenue du barrage Bin El Ouidane
(mg/l)

La qualité de l’eau est globalement bonne dans la zone d’étude.


II.1.7 Hydrogéologie Formatted: Font: Bold, No underline, Font color: Auto,
Kern at 14 pt, Shadow
Du point de vue hydrogéologique, quatre domaines sont inventoriés à l’intérieur du bassin
versant de l’oued Assif N’ouhançal contrôlé par le barrage hydro-électrique Tilouguite aval (cf.
Carte hydrogéologique Plan n° 8) :

 Le Domaine 1 : Aquifère multicouche à nappe supérieure libre et nappe inférieure


captive, ou nappe supérieure et nappe profonde possédant des caractéristiques
discontinues importantes. Ce domaine s’étend sur la majeure partie du bassin
versant, il occupe environ 77% de ce dernier. Il s’agit en effet de la série perméable
Aalénien-Dogger, fragmentée en bassins séparés dans chaque cuvette synclinale.
 Le Domaine 2 : Essentiellement imperméable, ne contenant aucune nappe
phréatique ou profonde d’extension significative et composé de formations
imperméables du trias et du primaire.
 Le domaine 3 : Aquifère discontinu, d’âge liasique inférieur, généralement
perméable, à surface libre assimilable à une monocouche en structures plissées ou
fracturées compartimenté par des zones étroites sans nappes.
 Le Domaine 4 : Système d’aquifères monocouche ou multicouches sans nappe
phréatique significative pouvant présenter sous une couverture imperméable d’âge
Toarcien – Aalénien, une nappe profonde.
Au niveau de la future retenue du barrage hydro-électrique Tilouguite Aval, seul le domaine 1 a été
identifié. Il s’agit de la série perméable Aalénien-Dogger, fragmentée en bassins séparés dans
chaque cuvette synclinale.

II.1.8 Le Paysage Formatted: Font: Bold, No underline, Font color: Auto,


Kern at 14 pt, Shadow
La géomorphologie et la couverture végétale du sol sont les facteurs essentiels qui façonnent le
paysage.
L’analyse de ces deux facteurs à l’intérieur du bassin versant de l’oued Assif N’ouhançal permet
de le segmenter en deux parties présentant des paysages à caractères homogènes, en liaison
avec le relief et l’utilisation du sol.

 La première partie, s’étend sur la vallée et les versants formant les oueds majeurs
constituant le bassin versant. Il s’agit de l’oued Assif N’ouhançal, Assif
N’oukhanchane, Akka n’warg, Akka n’Taouet et Assif Melloul. Cette partie est
caractérisée par des élévations ne dépassant pas les 2450 m NGM. Elle est couverte
par des sols humifères carbonatés recouverts de chênes verts et cèdres formant
plusieurs forêts et broussailles.
 La deuxième partie du bassin versant, correspond généralement aux parties les plus
hautes de ce dernier, formé par l’extrême amont du bassin versant et les sommets
des montagnes. Cette partie est façonnées par un paysage plutôt désertiques
couvert de sols dénudés et Rocailleux.

II.1.9 Sismicité du milieu


Selon la carte des zones de sismicité du Maroc, la zone d’étude se trouve dans une zone de faible
sismicité.

L’accélération horizontale maximale devant être prise en compte par le dimensionnement des
ouvrages variés entre 0.15 et 0.2 g.

II.2 ENVIRONNEMENT BIOLOGIQUE Formatted: Font: Bold, No underline, Font color: Auto,
All caps, Kern at 14 pt, Shadow
II.2.1 Flore de la zone du projet Formatted: Font: Bold, No underline, Font color: Auto,
Kern at 14 pt, Shadow
Au niveau du bassin versant, l’occupation végétale du sol se compose principalement de forêt et
des broussailles.

Les espèces de plantes terrestres existantes dans la zone d’étude sont très variées. Parmi ces
espèces, on trouve :

 Pinède:Pinède : très belle pinède qui peut s'associer au génévriergenévrier rouge,


thuya vers le bas et au chêne vert vers le haut
 Un écosystème type à pin d'Alep dont la provenance estprovenance est bien
appréciée par les forestiers - végétation assez riche.
II.2.2 Faune de la zone du projet Formatted: Font: Bold, No underline, Font color: Auto,
Kern at 14 pt, Shadow
La zone du projet compte plusieurs espèces de mammifères, d’oiseaux et de reptiles.

27 espèces de mammifères, dont 11 sont considérées comme intéressantes, endémiques


ou menacées comprenant le porc-épic et le chat ganté.

77 espèces d’oiseaux y sont aussi identifiés dont 31 sont considérées comme menacées
parmi lesquels le Faucon pèlerin et le Rollier d'Europe.
25 espèces de reptiles y ont aussi été recensées, dont 16 espèces considérées comme
menacées.
II.2.3 SIBE et espaces protégés Formatted: Font: Bold, No underline, Font color: Auto,
Kern at 14 pt, Shadow
Le bassin versant de l’oued Assif N’Ouhançal englobe le Parc National du Haut Atlas Oriental ainsi
que quatre Sites à Intérêt Biologique et Ecologique (SIBE), à savoir le SIBE de Tamga, Akhiyame, le
lac d’Isli et le lac d’Islite.

La localisation du PN et de ces SIBE, l’étendue de leurs terrains traversés par le bassin versant de
l’oued Assif N Ouhançal sont présentées dans ce qui suit.

Figure 1. Localisation du bassin versant de l’oued Assif N Ouhançal par rapport aux espaces Formatted: Font: Candara, 11 pt, No underline, Font
color: Auto
protégés et SIBE inventoriés dans le Royaume
Formatted: Font: Candara, 11 pt, No underline, Font
color: Auto
 Le Parc National du haut Atlas Oriental appartient aux provinces d’Errachidia, de
Khénifra et de Béni Mellal. Ce parc est situé à 57 km du site du futur barrage hydro-
électrique. Il est constitué de massifs montagneux très accidentés.
Ce parc national s'étend sur une superficie de 49 000 ha, entre la zone relativement
humide, au nord, et celle sèche et désertique, au sud du Haut Atlas oriental, dont Formatted: Font: Candara, No underline, Font color:
Auto
6000 ha appartenant au bassin versant de l’oued Assif N Ouhançal.
 Le SIBE de Tamga, est classé parmi les sites d’intérêt biologique et écologique de
priorité 1 dans le domaine continental - zone terrestre. Il est localisé dans la province
d’Azilal, sous contrôle du district forestier de Tilouguite et est situé à 6 km du site du
barrage hydro-électrique. La superficie délimitée par ce site avoisine les 8 500 Ha,
dont la totalité appartient au bassin versant de l’oued Assif N Ouhançal.
 Le SIBE d’Akhiyame, est classé parmi les sites d’intérêt biologique et écologique de
priorité 3 dans le domaine continental - zone terrestre. Il appartient aux provinces
d’Errachidia et d’Ouarzazate, et est situé à 61 km du site du barrage hydro-électrique.
Il s'étendrait depuis la grotte d'Akhyam (située un peu au sud d'Agoudal à l'amont du
Dadés) sur les vallées de l'assif n'Ougni Aït Moussa et assif n'Ikoulla englobant les
jbels Arhen Bou n'Ouerz et Sarout. La superficie délimitée par ce site et appartenant
au bassin versant de l’oued Assif N Ouhançal serait d’environ 1400 ha.
 Le SIBE du lac Isli, est classé parmi les sites d’intérêt biologique et écologique de
priorité 1 dans le domaine continental - zone humide. Il appartient aux provinces
d’Errachidia et de Béni Mellal, sous contrôle du district forestier de Rich et est situé à
66 km du site du barrage hydro-électrique. La superficie délimitée par ce site avoisine
les 400 Ha, dont la totalité appartient au bassin versant de l’oued Assif N Ouhançal.
 Le SIBE du lac Tislit, classé parmi les sites d’intérêt biologique et écologique de
priorité 2 dans le domaine continental - zone humide. Il appartient aux provinces
d’Errachidia et de Béni Mellal, sous contrôle du district forestier de Rich et est situé à
57 km du site du barrage hydro-électrique. La superficie délimitée par ce site avoisine
les 250 Ha, dont la totalité appartient au bassin versant de l’oued Assif N Ouhançal.
Figure 2. Etendue du PN et des SIBEs à l’intérieur du bassin versant de l’oued Assif n’Ouhançal Formatted: Font: Candara, 11 pt, No underline, Font
color: Auto
Formatted: Font: Candara, 11 pt, No underline, Font
color: Auto
Formatted: Font: Candara, 11 pt, No underline, Font
color: Auto
Formatted: Font: Candara, 11 pt, No underline, Font
color: Auto
Formatted: Font: Candara, 11 pt, No underline, Font
color: Auto
Formatted: Font: Candara