Vous êtes sur la page 1sur 16

2.2.3.

Cadre géodynamique de
l’orogenèse Panafricaine
2.2.3. Cadre géodynamique de l’orogenèse Panafricaine

• La présence d'un cortège ophiolitique dans la


boutonnière de Bou Azzer El Grara à poussé
plusieurs chercheurs à la reconstitution
géodynamique de la bordure nord du Craton
Ouest Africain.
• Depuis les travaux de Leblanc et Lancelot en
1980, de nombreux modèles géodynamiques
de la tectonique Panafricaine dans l'Anti-Atlas
ont été proposés.
2.2.3. Cadre géodynamique de l’orogenèse Panafricaine

Leblanc et Lancelot (1980)


• Ces auteurs tracent l’évolution en 7 stades:
1. Divergence
2. Inversion tectonique
3. Obduction
4. Retour de la subduction
5. Collision
6. Phase de relaxation post orogénique
7. Transgression adoudounienne (Infracambrien)
2.2.3. Cadre géodynamique de l’orogenèse Panafricaine
a) Phase de divergence avec ouverture océanique: Le
domaine marginale en effondrement permettant
l’extrusion de matériel volcanique (Dolérites)

b) Inversion tectonique et convergence avec


apparition d’une double subduction vers le Sud la
première de type arc insulaire, la seconde sous le
domaine marginale.

c) Phase d’obduction des ophiolites sur le craton est


genèse de l’accident majeur de l’Anti-Atlas

d) Le retour de la subduction (marge active) et


l’apparition d’un volcanisme calco-alcalin dans les
formations du PII3

e) Phase de collision entre les deux continents (fin du


PII3) provoquant la phase tardive de l’orog.
Panafricaine, cette étape est associée avec la montée
des granodiorites

f) Stade de relaxation post orogénique, formation de


bassins où s’accumulent des mollasses des calcaires
lacustres et +ieurs types de roches magmatiques
essentiellement des roches volcanosédimentaires.

g) Transgression marine à l’Eocambrien = Adoudounien


2.2.3. Cadre géodynamique de l’orogenèse Panafricaine

D’autres auteurs se posent la question


sur l’extension du volcanisme PIII
notamment dans le Sarhrou ( =
continent Nord?)
?
Le modèle de Leblanc et Lancelot 1980
n’explique pas l’extension très
importante du volcanisme PIII dans le
Sarhrou et le reste du Maroc.
2.2.3. Cadre géodynamique de l’orogenèse Panafricaine

Thomas et al. (2002) et Gasquet et al.


(2005)
• Les modèles reposent sur l'apport de
nombreuses données géochimiques et
géochronologiques. Les deux modèles
sont analogues à quelques différences
près et se divisent en quatre grandes
étapes :
2.2.3. Cadre géodynamique de l’orogenèse Panafricaine
S N Thomas et al. (2002)
1. Initiation d’une phase de rifting au
Néoprotérozoïque moyen: Les séquences
ophiolitiques de Bou Azzer et de Nqob
représentent les témoins de l’existence d’un tel
S N domaine vers 780 Ma.
2. Phase de compression menant à une
subduction intra-océanique et au
développement d’un arc volcanique
insulaire.
S N
3. Phase de collision de l’arc insulaire avec la
bordure nord du Craton Ouest Africain et
obduction de la croûte océanique. Cette
étape correspondrait à la phase de déformation
B1 décrite par Leblanc (1975) et datée à 664 ±
14 Ma par Thomas et al. (2002).
S N

4. Phase d’extension généralisée au sein de


l’Anti-Atlas à l’Ediacarien supérieur (PIII
S N terminal) accompagnée d’un magmatisme
calco-alcalin fortement potassique évoluant
progressivement vers un magmatisme alcalin à
la fin de l'Ediacarien. Le début du Cambrien est
marqué par une sédimentation de plate-forme.
Figure10: Modèle d'évolution géodynamique de la chaîne de l'Anti-Atlas. D'après Thomas et al. (2002).
2.2.3. Cadre géodynamique de l’orogenèse Panafricaine

SSW Les principales différences entre les


NNE
modèles de Thomas et al. (2000) et
celui de Gasquet et al. (2005)
concernent le pendage de la
subduction sous le Craton Ouest
Africain, et la phase de déformation
B2 décrite par Leblanc (1975).
Concernant le pendage de la
subduction, Gasquet et al. (2005)
proposent des directions de
plongement variées, liées à
l’individualisation de nombreuses
microplaques. Quant à la phase de
déformation B2, elle n’est pas prise
en compte dans la reconstitution
géodynamique de Thomas et al.,
(2002), et correspond à la fermeture
d’un bassin d’avant-arc dans le
modèle de Gasquet et al. (2005).

Figure : Modèle d'évolution géodynamique de la


chaîne de l'Anti-Atlas. D'après Gasquet et al.
(2005).
2.2.3. Cadre géodynamique de l’orogenèse Panafricaine

Modèle de Bousquet et
al., 2008
2.2.3. Cadre géodynamique de l’orogenèse Panafricaine

Conclusion
• L’évolution panafricaine de la chaîne de l’Anti-Atlas est
donc marquée par la succession d’évènements
d’extension et de collision analogues à ceux décrits dans
la plupart des chaînes panafricaines ceinturant le Craton
Ouest Africain.
• Trois différences majeures subsistent (Gasquet et al.,
2005) :
– (i) l’Anti-Atlas est caractérisé par une phase de déformation
limitée et l’absence d’épaississement crustal important,
– (ii) les formations de l’Anti-Atlas correspondent à des terrains
superficiels caractérisés par un faible métamorphisme (faciès
des schistes verts à amphibolites),
– et (iii) l’importance de la phase d’extension post-orogénique au
sein de la chaîne anti-atlasique.
2.2.4. Les reconstitutions
géodynamiques du pourtour
du Craton Ouest Africain.
2.2.4. Les reconstitutions géodynamiques du pourtour du
Craton Ouest Africain.

• En raison du peu de données existantes concernant


l'évolution du WAC au Cryogénien inférieur (=PII2), nous
nous intéresserons ici aux modèles de reconstitution du
pourtour du WAC durant la transition Néoprotérozoïque-
Cambrien.
2.2.4. Les reconstitutions géodynamiques du pourtour du
Craton Ouest Africain.
Corrélations tectoniques des
différentes chaînes
panafricaines localisées en
périphérie du Craton Ouest
Africain et en Avalonia. D'après
Hefferan et al. (2000).

Bassaride
s
2.2.4. Les reconstitutions géodynamiques du pourtour du
Craton Ouest Africain.

Figure 21 : Schéma simplifié d'après


Doblas et al. (2002) montrant l'évolution du
Craton Ouest Africain (WAC) et des chaînes
panafricaines durant la transition
Néoprotérozoïque-Cambrien. La position
des continents sur le globe correspond aux
travaux de Dalziel et al. (1997). SP : Pôle
Sud. (A) Représentation des structures
compressives localisées autour du WAC, et
âges de la structuration des différentes
chaînes panafricaines. (B) Représentation
des structures extensives post-
orogéniques autour du WAC (C)
Localisation des évènements magmatiques
associés à l'extension post-orogénique. TB
: Bassin de Taoudeni; BA : Bassarides; MA
: Mauritanides; AA : Anti-Atlas; OU :
Ougarta; TS : Trans-Saharan; DA :
Dahomeyrides; NI : Nigeria; BR :
Brasiliano: RO : Rockelides; FL : Floride.
2.2.4. Les reconstitutions géodynamiques du pourtour du
Craton Ouest Africain.
L’orogénèse panafricaine conduit à la soudure des trois cratons africains: le CWA, C.
Congo et le C. du Kalahari.
Ceinture Pharusienne

Ceinture Katangienne
2.2.4. Les reconstitutions géodynamiques du pourtour du
Craton Ouest Africain.
Les reconstitutions géodynamiques globales de l'histoire néoprotérozoïque placent le Craton Ouest
Africain (WAC) sur la bordure sud des paléo-continents Rodinia et Pannotia (paléo-Gondwana).

A B

Maroc

RODINIA (vers 1Ga) PANNOTIA (vers 545 Ma)


Néoprotérozoïque inf à moyen Fin Néoprotérozoïque

A la fin du Néoprotérozoïque, le Maroc correspondrait à la marge méridionale de la Pannotia et serait situé


en arrière d'un domaine d'arc représenté par les micro-contients Avalonia et Cadomia.