Vous êtes sur la page 1sur 2

2.

Système d'information et prise de decision

1.2.1. Les premiers apports des sciences cognitives

Au cours des années 1960, les premiers travaux d'H.A. Simon relatifs aux modalités de la prise
de décision du manager rendent floue la frontière entre les théories de 1'organisation, la
psychologie et ce qui va devenir les sciences de la cognition.

Le développement de la recherche va mettre en évidence :

- la fragilité des bases du raisonnement du décideur, en particulier dans les périodes de


rupture conjoncturelle voire épistémologique (rationalité limitée) ;
- la double nature possible du cheminement de la pensée face à un besoin de décision.

"La résolution d'un problème peut passer par une voie analytique ou heuristique. Si la première
était alors considérée comme classique, la seconde apparaissait comme synonyme d'une faible
rationalité du décideur. Or elle semble beaucoup plus fréquente en particulier quand on est
amené à étudier des transformations de faible importance par rapport à un état antérieur."

Nombreux sont les problèmes qui ne peuvent pas être décomposes en phases analytiques
maitrisables par 1'individu. Ils ne sont pas structurables, programmables. D'après M.C.
Monnoyer (1994), lorsqu'un problème devient très complexe, la démarche heuristique par
rapport à la démarche analytique est la seule possible. Elle permet en effet d'éviter la
confrontation difficile avec le flux d'information nécessaire considérable que suppose la
méthode analytique a l'occasion de la mise à plat de 1'ensemble des étapes nécessaire au
processus complet de raisonnement.

Les analyses de A. Newell et H.A. Simon (1972) ont en outre mis en évidence 1'interet tant sur
le plan de 1'analyse logique que de 1'appui à la mémorisation de la mise à disposition auprès
du décideur d'outils d'aide à la décision. Le système d'information peut être conçu pour aider le
décideur dans sa prise de décision, la fonction collecte de traces apparaissant alors comme une
vision limitée, des besoins de 1'organisation.

1.2.2, De 1'information trace a 1'information ressource

Avec les années 1970, 1'interet se focalise sur la capacité d'évolution d'une organisation. Dans
un environnement complexe, cette capacité apparait dépendante des caractéristiques des
informations consommées par 1'organisation (Morin, 1977). L'aptitude à résoudre les
problèmes complexes ("wicked" selon Ricker, 1972), c'est-à-dire ceux pour lesquels il est
difficile de dire si la solution est bonne ou mauvaise, fera la différence entre succès et échec de
1'organisation. L'information est le moyen de résoudre 1'incertitude, le système d'information
permet de structurer le "flux des idées" du décideur confronte avec des problèmes dont la
résolution n'est pas immédiatement déductible d'une situation antérieure et connue, ceux qui
semblent non programmes (Simon, 1972). L'information devient la "ressource" du décideur.

La construction du système d'information ne peut plus se focaliser sur les informations internes,
ces traces laissées par les transactions, désormais appelées "informations génériques" (Morin,
1977), ou "informations de fonctionnement". "Les informations externes, tout comme les idées
doivent être intégrées dans le système d'information, elles sont nécessaires tant au processus
heuristique qu'au processus analytique de décision, elles apparaissent sous le terme
d'informations de developpement."1 Les travaux de Porter (1985) mettent en évidence, a travers
le concept de chaine de valeur, le role potentiel qu'exerce la circulation de 1'information entre
les différents services de 1'entreprise sur la saisie d'opportunités stratégiques et 1'amelioration
qui s'exprime en terme de gains de compétitivité ou de positionnement sur le marché.

1.2.3. La mise en place des systèmes d'information informatise (SII)

Le developpement de 1'outil informatique, sa capacite de memorisation et de traitement laissent


penser que la construction d'un "canal d'irrigation" reliant tous les acteurs de 1'entreprise leur
permettra de disposer des elements d'information repondant a leurs interrogations. L'ordinateur
central, ce "grand chaudron" assurera quant a lui le traitement des donnees que l'on aura su
codifier. L'inquietude se focalise en effet sur la perte d'informations au sein de 1'entreprise, en
particulier