Vous êtes sur la page 1sur 23

Chapitre 1

Heureux comme
un crapaud

C’est la rentrée des classes. Mais le prince 
Timéo ne veut pas aller à l’école.
— Pourtant, tous les enfants y vont ! lui 
expliquent le roi et la reine.
Timéo pense : « Eh bien moi, je n’irai pas ! »
Discrètement, Timéo sort du château et va 
trouver la sorcière Bricabrac.
— Je veux être changé en crapaud ! lui 
demande le prince.
La sorcière est très étonnée. D’habitude,les 
princes la supplient pour qu’elle ne leur jette pas
de sort. Mais Timéo insiste...
Alors Bricabrac agite sa baguette et «POUF !», 
Timéo est aussitôt transformé en petit crapaud 
aux yeux bleus !
— Parfait ! s’exclame Timéo. À présent, je suis 
un crapaud, et les crapauds ne vont pas à 
l’école !
Très satisfait, il quitte la sorcière.
Soudain, il éprouve une envie irrésistible de 
sauter. Et le voilà qui se met à bondir dans tous 
les sens !
Et puis il ressent une envie folle de se baigner. 
Alors, il plonge dans la mare la plus proche.
Ensuite, il décide de se sécher. Il saute sur un 
nénuphar et s’allonge au soleil.
« C’est très amusant d’être un crapaud ! » 
pense Timéo.
La journée se passe ainsi. Pendant que les 
autres enfants sont à l’école, Timéo bondit, nage 
et se repose.
Chapitre 2
Au secours de la princesse

Le lendemain matin, sur le chemin qui conduit 
à l’école, le prince Timéo aperçoit ses deux amis, 
Léo et Victor. Ils portent chacun un cartable sur 
le dos.
Timéo sautille sur son nénuphar en criant :
— Ohé, Léo, Victor ! Venez vous baigner avec 
moi. On va bien s’amuser.
Mais tout ce que Léo et Victor entendent, ce 
sont des coassements :
— Coaaa ! Coaaa !
Et les deux enfants poursuivent leur chemin 
sans même se retourner.
Timéo regarde ses amis s’éloigner et il se 
retrouve seul.
Il est un peu triste et bougonne :
— Tant pis pour eux. Moi, je n’irai pas à l’école.
C’est trop triste d’être enfermé entre quatre 
murs.
Et pour se distraire, il recommence à bondir 
dans tous les sens, à nager et à se sécher au 
soleil.
Mais bientôt, Timéo se lasse de faire tout le 
temps les mêmes choses. Assis sur un nénuphar,
il soupire :
— Finalement, c’est assez ennuyeux d’être un 
crapaud.
Soudain, il aperçoit la princesse Juliette. Il la 
connaît, car elle habite le château en face de 
chez lui. Mais il n’a jamais osé lui parler.

La princesse porte, elle aussi, un cartable.
Timéo la regarde passer. Grâce à ses gros yeux 
globuleux, il voit beaucoup mieux qu’avant.
Et brusquement, il aperçoit quelqu’un qui est 
caché derrière un arbre.
Timéo s’alarme : «C’est... C’est un ogre ! Et il 
attend que Juliette s’approche pour la
capturer !»
Alors, Timéo bondit au secours de la princesse. 
Et au moment où l’ogre sort de sa cachette, 
Timéo lui saute dessus en coassant de toutes ses 
forces :
— COAAA !
Timéo se plaque comme une ventouse sur le 
visage de l’ogre qui ne voit plus rien. Juliette se 
retourne. Et lorsqu’elle découvre l’ogre, elle 
s’enfuit en courant.
L’ogre est furieux. Il décolle Timéo de son 
visage et le jette par­dessus son épaule. Puis il 
se lance à la poursuite de la princesse.
Timéo retombe sur la branche d’un arbre, 
après plusieurs pirouettes dans les airs.
De là­haut, il voit l’ogre qui rattrape la 
princesse en quelques enjambées et la saisit 
brutalement. La pauvre Juliette se débat tant 
qu’elle peut !
— C’est terrible ! s’affole Timéo. Il va la 
dévorer !
Chapitre 3
Même pas peur !

Soudain, Timéo entend un étrange 
bourdonnement. C’est un nid de guêpes 
suspendu à une branche, juste au­dessus de la 
tête de l’ogre.
Aussitôt, Timéo bondit sur la branche. Il se 
met à sauter et sauter encore jusqu’à ce que le 
nid de guêpes se détache et tombe sur l’ogre.
Alors des dizaines de guêpes affolées attaquent
l’ogre et le piquent.
— Aïe ! Ouille ! Aïïïe ! hurle l’ogre en lâchant la
princesse.
Juliette en profite pour s’abriter dans le creux 
d’un arbre. Et l’ogre s’enfuit à toute vitesse, 
poursuivi par un essaim de guêpes furieuses.
Soulagée, la princesse peut sortir de sa 
cachette. Elle saisit Timéo dans ses mains et 
soupire :
— Merci, gentil crapaud, tu m’as sauvé la vie.
Et elle lui donne un baiser.
Instantanément, Timéo retrouve son 
apparence de prince. Le baiser de Juliette a 
annulé le sortilège de la sorcière !
— Prince Timéo ? s’exclame la princesse, 
surprise.
Elle vient de reconnaître le prince qui habite 
en face de chez elle.
Elle rougit. Puis elle sursaute et s’écrie :
— L’école ! Nous allons être en retard à l’école !
— NOUS ? s’étonne Timéo. Mais moi, je n’ai 
pas envie d’aller à l’école ! D’ailleurs, je n’ai pas 
mon cartable.
Juliette le rassure :
— Ce n’est pas grave, la maîtresse te prêtera 
des affaires. Elle est très gentille. Tu ne dois pas
avoir peur.
Timéo proteste :
— Mais... mais je n’ai pas peur !
— Alors dépêchons­nous ! s’exclame Juliette.
Et elle l’entraîne avec elle.
Bientôt, ils arrivent devant la porte de l’école. 
Timéo s’arrête, il hésite à nouveau.
Le prince aperçoit alors Léo et Victor qui 
jouent dans la cour de récréation. Juliette, sa 
nouvelle amie, semble impatiente de les 
rejoindre.
Elle lui sourit et demande :
— Tu viens ?
Timéo pense : « Léo et Victor ont l’air de bien 
s’amuser... »
Il entre dans la cour derrière la princesse.
À présent, il a très envie d’aller à l’école !