Vous êtes sur la page 1sur 2

Kant est un philosphe allemand du XVIIIeme siecle.

Il rédigera de nombreuses oeuvres qui traitent surtout de trois


grands axes: la critique de la raison pure, la critique da la raison pratique et la critique de la faculté de juger.
Cet extrait est issus de l'oeuvre Réponse à la question : Qu'est-ce que les lumières ? Qui a été écrit en 1784.

Le theme de cet extrait est de savoir pourquoi l'homme qui est né libre se place-t-il la plus part du temps sous
tutelle. Il y a deux principales raisons qui sont retenues :
– y aurait-il une différence au niveau de l'intelligence, c'est à dire est ce que certains individus seraient plus
aptes que d'autre à la pratique des travaux manuel ou de la musique ou encore des activités intellectuelles
ce qui voudrait donc dire que seul les personnes possédant un métier qui est de savoir et de penser
(exemples : savants, philosophes, medecins, hommes politiques) pourraient être libre ?
– Y aurait-il des interdictions au niveau de la liberté d'expression, donc de penser à cause de la censure, de
la propagande ou encore de l'intimidation (cette interdiction au niveau de la liberté d'expression étant
obligé par le pouvoir en place aussi bien au nivea politique que religieux.)
En somme, si l'Homme ne pense pas par lui meme cela est due a l'absence de potentialité, d'éducation ou de
formation. D'où le manque « d'engagment » des hommes et des femmes au niveau de la connaissance, de la
pensée, de la politique et de la religion.

La thèse que soutient Kant, c'est que pour lui, le probleme ne viendrait pas de l'éducation, ni meme de la censure
ou de toutes autres sources mais de l'Homme lui même ou plus précisement de sa paresse et de sa lacheté, ce qui
entraine une inutilisation de la capacité de penser ou meme d'utiliser sa raison, son audace et son courage qui lui
permettrait de penser librement. On peut s'en apercevoir dans le second paragraphe : « Paresse et lacheté sont les
causes qui font qu'un si grand nombre d'homme (…) de se poser comme leurs tuteurs. » Pour Kant, la paresse et la
lacheté de l'Homme est ce qui le pousse a se placer sous la tutelle d'autrui.

prblematique : ?

Nous allons voir dans un premier temps que Kant expose sa these puis dans un second temps, nous verrons les
principales causes et conséquences de la condition de mise sous tutelle de la plus part des hommes et des gemmes
et pour finir, la conclusion de Kant sur sa propre analyse.

I. Expostion de la thèse de Kant.

Dans le premier paragraphe, de « Les Lumières » à « voilà la devise des Lumières », Kant nous expose sa
thèse : les hommes qui sont sous tutelles sont eux-mêmes responsables de leur situation en effet nous pouvons le
voir a la réplique suivant : « On est soi-même responsable de cet état de tutelle quand la cause tient non pas à une
insuffisance de la résolution et du courage de s'en servir sans la conduite d'un autre ». Ce que Kant dénonce dans
ce premier paragraphe, c'est que les hommes aussi bien que les femmes n'utilisent pas leur droit de s'exprimer ou
de penser par eux même. Ils réagissent comme si cette liberté ne leur était pas due mais plutot comme s'ils
devaient se battre contre un ennemi du pouvoir mis en place (religion, politique...) alors que le combat qu'ils
devraient mener et un combat que l'on pourrait qualifier 'd'interne' puisqu'ils doivent se battre contre leur lacheté,
contre leur paresse ce qui implique le fait de se mettre sous la tutelle d'autrui. Kant ici prend le rôle de la liberté
comme non plus un droit mais un devoir avec la phrase suivante : « Aie le courage de te servir de ton propre
entendement ! ». Cette réplique reflete tres bien l'état dans lequel se trouve Kant qui est a la fois incompréhensif et
a la fois outré de voir des gens si passif alors qu'ils remettent eux meme leur liberté entre les mains d'une autre
personne. Pour Kant, personne ne devrait pouvoir et avoir à penser et décider à notre place.

Ce qui nous pousse donc a nous demander qu'est ce qui amenne ces gens a se palcer sous tutelle ?

II. Causes et conséquences de la condition de mise sous tutelle.

Dans le second paragraphe, de « Paresse et lâcheté sont les causes » à « tentative ultérieure », Kant nous
fait paratager son point de vue sur les principales causes et conséquences de la condition de mise sous tutelle dans
laquelle se trouve une majorité des Hommes. Kant dénonce que les hommes et les femmes se retrouvent traités
comme des enfants avec leur consentement puisqu'ils se sont mis sous tutelle. Ils deviennnent peut a peut
incapable de se prendre en charge eux mêmes.
Les causes de cette mise sous tutelle sont la paresse et la lâcheté dont fait preuve la plus grande partie des
hommes et des femmes. Ils refusent donc de comprendre, décider et agir par eux même. Kant nous le dit lui même
dans la phrase suivante : « Paresse et lâcheté sont les causes qui font qu'un grand nombre d'hommes (…) de se
poser comme leurs tuteurs. »
Les conséquences qui en résultent sont le pouvoir que prennent certains hommes en dirigeant leur
semblable qui sont sous leur tutelle. Nous pourrions faire le raprochement avec les trois exemples que prend Kant
pour illustrer ses dires : « Si j'ai un livre qui a de l'entendement à ma place, un directeur de conscience qui de la
conscience à ma placen un médecin qui juge à ma place de mon régime alimentaire,etc... ». Ici, Kant prend un
exemple pour chaque domaine de la vie : la pensée, la conscience moral, et la santé. Cela prouve qu'il est facile de
trouver des 'guides' pouvant choisir a notre place ou encore nous conseiller sans que l'on ai à utiliser notre liberté
par lâcheté ou paresse. Nous pourrions parler de 'servitude volontaire' puisqu'ici, nous executons des 'ordres'
donner sous forme de conseil mais que nous acceptons de prendre car nous n'utilisont pas notre liberté de penser
selon Kant. Ce qui entraine bien entendu les tuteurs a continué leur 'devoir' puisqu'ils se sentent 'obligés' de nous
rendre service alors que leur compétence ne sont pas forcement a la hauteur de nos esperances mais peut importe
puisque nous ne pensons plus, donc nous ne savons plus.

Nous conaissons a présent les causes et les conséquences. Il faut maintenent analyser les données.

III. Conclusion de Kant sur son analyse.

Dans ce dernier paragraphe, de « Il est donc difficile » à « malgré tout d'un pas assuré », Kant conclue sur
son analyse : même si la liberté et quelque chose d'inné chez l'homme, il faut la travaillé, l'exercé, pour pouvoir
réellement en profiter. En effet, ce n'est pas en confiant celle-ci a un tuteur que nous pourrions penser par nous
meme et mener nos vies comme nous l'entendions mais plutot d'avoir des vies régies par des hommes qui ne
cessent de nous conduires sous notre demande. La lacheter et la paresse ne ferons de nous que des assistés. Pour
Kant, le plus dur et de trouver l'impulsion au fond de soi et de commencer peut a peut a penser par nous memes.
Penser par nous même devient aussi alors un moyen de dépasser les préjugés puisque tout le monde ou du moins
une grande majorité des hommes est sous tutelles. Pour Kant, les personnes sous tutelle auront vraiment du mal a
se détachés de l'état de tutelle puisque à ses yeux, l'état de tutelle est devenu un mode de vie.