Vous êtes sur la page 1sur 56

OUVRAGES DE

SOUTENEMENT

Source: www.almohandiss.com
MURS POIDS

Leur poids propre Un moment résistant au moment


moteur des forces de remblai

Il existe

Murs poids en béton Murs poids en maçonnerie

Murs poids légèrement armés

Source: www.almohandiss.com
Murs poids en maçonnerie :

Utilisables lorsque le
sol de fondation est bon

Économiques jusqu’à
une hauteur de 4m

Source: www.almohandiss.com
Murs poids en béton

Utilisables lorsque le sol de


fondation est bon
Keys
Peuvent être envisagés jusqu’à
des hauteurs de 7 à 8 m

Source: www.almohandiss.com
Murs poids légèrement armés

Utilisables lorsque le sol de fondation est


de bonne portance et / ou le patin-semelle
peut mobiliser une butée sure.

Économiques pour les hauteurs


comprises entre 4 à 7 m

Dépense moindre de matière

Contraintes moindres sur le sol de


fondation.

Source: www.almohandiss.com
Murs à consoles

La masse de remblai sur la console joue un rôle stabilisateur.


La séparation du massif en deux parties distinctes réduit les efforts
de poussée

Mais….
Le remblaiement et le compactage sont difficiles
L’encastrement de la console = Point faible de la structure

Source: www.almohandiss.com
Murs à contreforts
Adopté comme solution quand la
hauteur des terres
à soutenir est importante,
ou lorsque le coefficient de poussée est élevé.

Très onéreux à cause des


complications du calcul de ferraillage
Et d’exécution des travaux
Les contreforts
soulagent le voile en
le reliant à la
semelle

Source: www.almohandiss.com
Murs à bêche

La bêche se situe à l’avant, au milieu ou à l’arrière de la semelle.

Ligne de rupture

Source: www.almohandiss.com
Murs à dalle de frottement
On a recours à cette solution lorsqu’on veut surelever un mur en
maçonnerie,déjà existant, par un mur en béton armé sans appliquer
sur le premier une charge excessive.
La dalle résiste au
mouvement par frottement sur
une ou deux facettes
Ils sont constitués d’un voile
mince en béton armé relié
À une dalle horizontale noyée
dans le remblai au moyen des tirants

Source: www.almohandiss.com
Murs à dalle d’ancrage

ce type de mur est réaliser dans le cas des murs de quai.

Ils sont analogues aux précédents,


sauf que la dalle est assez
Éloignée du mur et mobilise
le remblai en butée.

Source: www.almohandiss.com
Murs à échelle
ce type devient de plus en plus rare Une suite de tirants
courts qui travaillent
Inconvénients: essentiellement au
frottement latéral
dans le massif
 Système fragile car, lors des
terrassements les tirants risquent
de fissurer Par flexion.
 La valeur du coefficient
de frottement Tirant-remblai
n’est pas très sure

Source: www.almohandiss.com
CALCUL DE LA POUSSEE

I/ Introduction
II/ Différents types de poussée
III/ Étude des différentes
méthodes de calcul

Source: www.almohandiss.com
I/ Introduction
1/ Différentes théories
Les théories de calcul des murs de soutènement on été classées
selon :
-Que le sol soit considéré comme un milieu élastique (Équations
d’élasticité de Lamé)
-Qu’il s’agisse d’un sol plastique (On se base sur la formule de Rankine
et de Caquot)
-La théorie du coin de glissement (Méthode de Coulomb/Construction
graphique de Culmann)
-Des méthodes expérimentales

Source: www.almohandiss.com
2/ Considérations pratiques sur la poussée
Une comparaison entre les coefficients de poussée, calculés en
fonction de l’angle de frottement interne du sol, a distingué entre
deux groupes :

• Le premier groupe conduit à un coefficient de poussée plus élevé


que le second de 15 à 45%. Celui-ci est a été alors estimé comme
représentant la pression des terres au repos.

• Le deuxième groupe représente la poussée active.

Source: www.almohandiss.com
2/ Considérations pratiques sur la poussée

Terzaghi a signalé que le coefficient de poussée:

Varie avec l’état de compacité du sable


Augmente avec la densité du sable

Source: www.almohandiss.com
3/ Diagramme des poussées et position du
centre de poussée

La majorité des théories, sauf celles de Terzaghi et de Kotter-Hansen


admettent la loi linéaire de répartition des pressions qui conduit à un
centre de pression sur le mur, placé sur le tiers inférieur.
• Ces derniers auteurs, bien au contraire, ont explicité des courbes
donnant un centre de pression placé plus haut et pouvant atteindre
la mi hauteur.

Source: www.almohandiss.com
II/ Différents types de poussée

Types de poussées

Poussée passive
Poussée au repos Poussée active
ou butée

Source: www.almohandiss.com
1/ Poussée au repos : L’écran est immobile
1.1/ Coefficient de poussée au repos : k0
On définit pour un massif de sol semi indéfini (aucune force
extérieure) le coefficient des terres au repos :  k .
h 0 v
Avec :
 h : Contraintes horizontales au point M.
 v : Contrainte verticale au point M.
h : Profondeur du point M.

Source: www.almohandiss.com
• Remarque : k 0 dépend de :

La profondeur considérée h.
La nature du sol
La contrainte appliquée dans le passé.

Source: www.almohandiss.com
1.2/ Cas d’un sol pulvérulent
Pour un sol pulvérulent,k 0 est donné par la formule de Jacky :
k 0  1  sin 

 Angle de frottement interne du sol.


Cette formule a été modifiée: k 0  (1  sin  )(Pr)0.7 1  Pr  10

c
Avec : Pr  et  c : Pression de consolidation
v

Source: www.almohandiss.com
k0

1.3/ Cas d’un sol cohérent

Hendron, puis Brocker et Ireland ont réalisé des mesures de k 0 dans


l’oedomètre et ont tracé des courbes de en fonction de I p (Indice de
plasticité de sol) et de Pr.
Quand à Chérif et autres, ils ont utilisé le « stress-meter » à l’U.W pour
déterminer k 0 :
k 0     (Pr 1)
Avec :
 : 0.00745(LL-20)+log(0.08)
 : 0.00275(LL-20)+log(0.54)
Pr : Rapport de surconsolidation
LL : Limite de liquidité

Source: www.almohandiss.com
II/ Différents types de poussée

2/ Butée: Pa

• Définition : La butée est la réaction opposée par le massif du sol au


mouvement de l’écran vers lui, après mobilisation totale des
résistances internes de cisaillement, elle correspond à une
contraction latérale du massif, et une expansion verticale de sa
surface libre.
On définit un coefficient de butée par : k   h
p
v

Source: www.almohandiss.com
3/ Poussée active: Pa

• Définition : La poussée active est la réaction opposée par l’écran au


mouvement du sol vers lui, après mobilisation totale des résistances
internes de cisaillement. Elle correspond à une expansion latérale
du massif et un affaissement de sa surface libre provoqué par le
mouvement de l’écran.
On définit un coefficient de poussée par : 
ka  h
v

Source: www.almohandiss.com
4/ Remarques :

a/ Les déplacements dans le cas des poussées passives sont plus élevées que
dans le cas des poussées actives.

Type de sol
 (Poussée)  (butée )

Sable :
Dense c=0 0.0005 H 0.002H
Lâche c=0 0.002H 0.006H
Argile :
Dense c0 0.01H 0.02H
Molle c0 0.01H 0.04H

Source: www.almohandiss.com
ETUDE DES DIFFERENTES
METHODES DE
CALCUL

Source: www.almohandiss.com
ETUDE DES DIFFERENTES
METHODES DE CALCUL

Ancienne formule de Rankine

 Hypothèses de base

 Sol pulvérulent et pesant


 Surface libre horizontale
 Ecran vertical et lisse
 Absence de surcharge

Source: www.almohandiss.com
 Coefficient de poussée et butée

• Coefficient de poussée K a  tg ²( / 4   / 2)


• Coefficient de butée K p  tg ²( / 4   / 2)

: angle de frottement interne du sol

 Formule récente de Rankine


•La force poussée: Pa  1 / 2. .H ² K a

avec cos   cos ²   cos ²


K a  cos 
cos   cos ²   cos ²

Source: www.almohandiss.com
 Formule récente de Rankine

• La butée: Pp  1 / 2H ² K p

avec cos   cos ²   cos ²


K p  cos 
cos   cos ²   cos ²

 : poids.volumique.du.sol
H : hauteur .du.mur
 : inclinaiso n.du.talus
 : angle.de. frottement . int erne.du.mur

• Pour un sol cohérent:


Pa  1 / 2. .H ² K a  2cH K a

Pp  1 / 2H ² K p  2cH K p

Source: www.almohandiss.com
Méthode de coulomb

 Hypothèses de base:

- Sol isotrope, homogène et frottant


- Surface de rupture plane
- Les forces de frottement sont uniformément réparties le
. Long de la surface de rupture
- Le coin de rupture est un corps rigide
- Le problème est plan

Source: www.almohandiss.com
 Cas d’un sol pulvérulent
• Coulomb a étudié l’équilibre du massif ABE E 

 

B
 
sin(   )
AB  AE
sin(    )
H D

180    

 
A
AireABE  1 / 2BD. AE
H ²  sin(   ) 
W  V .A    
2  sin(    ) 
Le poids de ABE: sin( )

Source: www.almohandiss.com
 Cas d’un sol pulvérulent (suite)
• Coulomb utilise Le polygone des forces
E 

Pa
    
B
180   
W
W
Pa
H 
-  R    
 Pa

 

(a) Hypothèse de rupture (b) Polygone des forces

Fig. Cas ACTIF

Source: www.almohandiss.com
 Cas d’un sol pulvérulent

• Le polygone des forces nous donne:


Pa W

sin(    ) sin(180         )

La valeur maximale de Pa étant donnée par dPa / d  0

On trouve
H ² sin ²(   ) 1
Pa 
2 sin ² . sin(   ) sin(   ). sin(   )
1
sin(   ). sin(   )

Source: www.almohandiss.com
 Cas d’un sol pulvérulent

• Pour le cas de butée, on a :


E 

B
Pp
180   
W
Pp 
H - R

R
 W
Pp
   
 

Fig. : CAS PASSIF

Source: www.almohandiss.com
 Cas d’un sol pulvérulent

• La force de butée est:


H ²
Pp  Kp
2

avec
sin ²(   ) 1
Kp 
sin ² . sin(   ) sin(   ). sin(   )
1
sin(   ). sin(   )

Source: www.almohandiss.com
Méthode de Caquot et Kerisel

Hypothèses:

- l’inclinaison de l’écran
- l’inclinaison du sol
- l’existence de surcharge
- le frottement du sol sur l’écran
- l’hétérogénéité du sol
- sols cohérents

Cette méthode utilise le théorème des «états correspondants »

Source: www.almohandiss.com
 Cas d’un sol pulvérulent

•Le coefficient de poussée est exprimé par:


K a  p1   β

avec 2
  P
  H
cos 2      1  λ δ
P1 
cos      sin    . sin     
1  
 sin    . cos     
 tg 2   tg 2 
Log   2 
2tg 2 
 sin  Log 1 
 0.9 x 2
 0.1x 4
1  0
.3 x 3


x
  0 0 est La valeur pour laquelle   1
  0    2
sin  0 cot   cot 2   cot 2 
2.0   0    sin  tg 
sin  2 1  cos sec 
Source: www.almohandiss.com
 Cas de surcharge uniforme

• Le coefficient de poussée du à la surcharge q


est exprimé par:
q
cos   sin . cos  2tg β
k ap  e
1  sin 
Pq
H
avec: λ δ
 sin  
  Arc sin 
 

 sin  
 
   
2 2
H
Pq  k aq .q.
cos 

Source: www.almohandiss.com
 Cas d’un sol cohérent et frottant

• On applique le théorème des états


correspondants. q=c cotgφ
H1=c cotgφ
• Les forces résultants de la
cohésion sont:
P1c
P2c δ
H Paγ
P1c  k ac .c. cot g.H δ

P2c  c. cot g.H

Source: www.almohandiss.com
 Cas d’une surcharge ponctuelle

• La poussée active est exprimée par:


q
x
2q H2
Paq  . 2 h
 x H2 Yg
H
G

• Le point d’application de Paq est:

yG   

x 2 x. x 2  H 2. Arctg
H
 
 x
2
H H

Source: www.almohandiss.com
 Cas général: sol stratifié

• Pour déterminer la poussée des terres le q1


long de AB, on superpose:
 1c11, H 1

a) la poussée due au poids γi λ


b) l’action des couches supérieures A A’
à la couche i M  i ci  i , H i

l
c) la surcharge B

Source: www.almohandiss.com
Analyse de stabilité
des murs de
soutènement

Source: www.almohandiss.com
Analyse de stabilité des murs de
soutènement

La stabilité d’un mur de soutènement est considérée sous les aspects


suivant :

Stabilité au renversement
Stabilité au glissement
Résistance au poinçonnement
stabilité interne du mur

Source: www.almohandiss.com
Analyse de stabilité de mur poids

Sv β

wsol
Paq
λ

Pa

bv

t
t’

Source: www.almohandiss.com
Stabilité au renversement:

les moments fléchissant par rapport à l’axe passant par A sont:


Moment stabilisant:
Ms = M(Wmur)+M(Wsol)+∑M(Pasin(λ+δ))

Moment renversant:
Mr=∑M(Paicos(λ+δ))

Pai: poussée exercée sur le mur

La stabilité est vérifiée lorsque : Ms/Mr > 1.5

Source: www.almohandiss.com
Stabilité au glissement
On compare N à la résistance que le terrain de fondation est capable
d’opposer au glissement,à savoir: C.B+N.tgφ’
Avec N = Wmur + Wsol + ∑ Paisin(λ + δ)
 C’ : la cohésion du sol de fondation.
 b : largeur de la base du mur .
 N : résultante normale de R. T R
 φ’ : angle de frottement interne du sol de fondation. N

Le coefficient de glissement égale à:

C ' b  Ntg '


Fg 
Il faut que: T
Fg > 1.5

Source: www.almohandiss.com
Résistance au poinçonnement

L’excentrement de la réaction du sol de fondation par rapport au centre


de la base est :
b M M
e  s r

On distingue deux cas :


2 Fv
 e
F
0 < e < b/6
 A
1  6 
b 
v

b

on doit vérifier que: (3σA + σB ) / 4 < σad


b/6 < e < b/12
F  e
A v

b 
1  6 
b
On doit vérifier que:
3/4 σmax < σad

Source: www.almohandiss.com
Résistance au poinçonnement

on admet que la distribution des contraintes normales sous la fondation


d’un mur de soutènement est linéaire
b/2 b/ 2

x e
N
Fondation du mur de soutènement

3d

N(1-6.2/b)/b
N(1+6.2/b) / b 2N / 3(b/2-2)
0 < e < b/6 b/6 < e < b/2

Diagramme de contrainte trapézoïdal Diagramme de contrainte triangulaire

Source: www.almohandiss.com
Stabilité interne du mur
la traction maximale est à évaluer au niveau de la section
d’encastrement du fut du mur dans la semelle. Son expression est
donnée par :
σT = Mencast / ( I / v)
ou Mencast le moment d’encastrement du fut qui est égale à :
Mencast = ∑ Pai (Zi – t)

Pai : la force de poussée exercée dans la couche i ( soit due au poids


des terres à la cohésion ou à la surcharge.
Zi : la hauteur de son point d’application comptée à partir de la base du
mur.

Source: www.almohandiss.com
Dimensions usuelles des murs de
soutènement
Dimensions usuelles d’un mur poid:
H/12 min 30cm

H/8 à H/6

1/2 à 1/3 de H

Source: www.almohandiss.com
Dimensions usuelles des murs de
soutènement
Dimensions usuelles d’un mur de soutènement en béton armé:

H/24 min 30cm

b/3

H/12

b = H/2 à 2H/3

Source: www.almohandiss.com
Dimensions usuelles des murs de
soutènement
Dimensions usuelles d’un mur à contrefort:

B= 0.4 à 0.7h

Source: www.almohandiss.com
Analyse de stabilité des murs en béton
armé q
q 2
1
Cas d’un mur cantilever
S/12
β
Pq
1
yG
λ δ
On considère un mur cantilever Paq1

soutenant un remblai incliné, à δ


plusieurs couches, supportant H Pa
une surcharge d δ

H/12
t
B
Mur cantilever
Source: www.almohandiss.com
Analyse de stabilité des murs en béton
armé
Cas d’un mur cantilever
Stabilité au renversement :

M s  M wvoile   M wsemelle   M wsol    M Pqvi   M Pcvi   M Pavi 


   
M r  1.35 M Pahi   M Pchi   M Pw   1.5 M Pqhi   Pq 2 hH 0  yG 
 i   i 

On doit vérifier que :

Ms
 1.5
Mr

Source: www.almohandiss.com
Analyse de stabilité des murs en béton
armé
Cas d’un mur cantilever
Stabilité au glissement :

FR  1.35Pht  Pc ht  Pw   1.5Pq ht  Pq 2 h 
Fv  wvoile  wsemelle  wsol  Pvt  Pc vt  Pq 2v  Pq vt

On dois vérifier que :

C '.b  Fv.tg '


 1.5
Fh

Source: www.almohandiss.com
Analyse de stabilité des murs en béton
armé
Cas d’un mur cantilever
Vérification de la portance et de l’excentricité :

Elle est analogue à celle pour les murs poids


(Il faut pondérer les termes de Fv )

Fv  1.35wvoile  wsemelle  wsol  Pvt  Pcvt   1.5Pq 2v  Pq vt 

Résistance interne du mur :

Elle sera vérifiée au fur et à mesure du calcul de ferraillage

Source: www.almohandiss.com
Cas d’un mur à contreforts

Les vérifications de la Stabilité du mur vis-à-vis


• du glissement .
• du renversement .
• de la portance et l’excentricité .
Sont analogue à celles déjà discutées pour le
mur cantilever
Le contrefort

Source: www.almohandiss.com

Vous aimerez peut-être aussi