Vous êtes sur la page 1sur 49

José Carrasco

https://vk.com/id450975626
Argentine
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

F R A N Ç A
E N I S
E F
R A
U
T

C
I
C
E

L
L

E
Zadig
Niveau 4

Voltaire

A DA P T É E N F R A N Ç A I S FA C I L E
PA R C A T H E R I N E B A R N O U D
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

Adaptation, d’après Zadig ou la Destinée , conte publié

pour la première fois sous ce titre en 1748.

CLE International 2007


José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

ruetua’L
Voltaire
(1694-1778)

Voltaire est né à Paris en 1694. Son vrai


nom est François-Marie Arouet. Il com-
mence à écrire très jeune.
Ses premières pièces de théâtre sont
jouées au mariage du roi Louis XV.
Mais il critique l’Église et le pouvoir et
il a de nombreux ennemis. Il est
condamné à la prison, puis il doit partir
en exil en Angleterre. Il y restera trois ans.
De retour en France, il écrit des tragédies,
puis les Lettres philosophiques (1734). Zadig,
écrit en 1748, l’oblige à nouveau à quitter la France.
En 1759,Voltaire, qui vit en Suisse, publie l’un de ses chefs-
d’œuvre, Candide.
En 1760, il s’installe à Fernet, près de la frontière suisse.
C’est là qu’il écrira ses derniers ouvrages : Traité sur la tolé-
rance (1763), La Philosophie de l’Histoire (1765)…
e
Voltaire partage les idées des philosophes du XVIII siècle
comme Rousseau, Diderot et D’Alembert.
En 1778, il retourne à Paris où il meurt à l’âge de 84 ans.

3
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

etnoc e L

Zadig (1748)
Genre
Conte philosophique.

L’histoire
L’histoire se passe en Orient, entre Babylone 1, la Syrie et
l’Arabie. Zadig (ce nom signifie «le véridique» en arabe et
«le juste» en hébreu) est un jeune homme à la recherche du
bonheur.
Zadig est riche et intelligent, mais il se trouve dans des situa-
tions très difficiles où il est victime de jalousie, d’injustice, de
méchanceté… Un jour ministre, un autre jour esclave, il
représente la condition humaine dans tous ses extrêmes.

Thèmes principaux
Le bonheur, le bien et le mal, l’injustice, l’intelligence, la tolé-
rance.

1. Babylone : ville de Mésopotamie (qui se trouve, aujourd’hui, en Irak).


4
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

segannosrep se L
Zadig
Jeune homme riche et intelligent

Moabdar
Roi de Babylone

Astarté
Reine de Babylone

Arbogad
Célèbre brigand*

Sétoc
Riche marchand

Ermite*
Religieux solitaire

Cador
Ami fidèle de Zadig

Les mots suivis d’un astérisque (*) sont expliqués dans le lexique, page 47. 5
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

–1–

gidaZ
À la recherche du bonheur
Du temps du roi Moabdar, il y avait à Babylone un jeune

homme nommé Zadig. Riche et de bonne éducation, il ne profitait

jamais de la faiblesse des hommes et il respectait les femmes. Il était


1
beau et généreux. Il avait lu les livres de Zoroastre qui enseignait

la sagesse. Avec un esprit juste et modéré, un cœur sincère et noble,

il avait beaucoup d’amis. Il pensait qu’il pouvait être heureux.

Zadig va se marier avec Sémire, une femme d’une grande

beauté, née dans une des plus riches familles de Babylone.

Sémire aime Zadig avec passion.

Ce jour-là, le soleil brille et ils se promènent tous les deux

près du fleuve Euphrate, sous les palmiers. Soudain, deux

hommes armés s’approchent. Ils veulent enlever la jeune

femme car Orcan, le neveu d’un ministre, est jaloux. Lui

aussi veut épouser Sémire. Zadig prend aussitôt la défense de

sa fiancée*. Les deux hommes sont violents, mais le jeune

homme réussit à les faire fuir. Zadig ramène Sémire chez elle,

évanouie* et blessée*.

Quand Sémire ouvre enfin les yeux et voit Zadig penché

sur elle, elle dit :

Zadig !

Je vous aime :

vous m’avez

sauvé la vie.

e
1. Zoroastre (ou Zarathoustra) : prophète persan, au VII siècle avant
Jésus-Christ.

7
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

– 1 –
gidaZ

La blessure* de la jeune femme est légère et elle guérit


vite. Zadig, lui, est davantage blessé : une flèche reçue au
visage risque de lui faire perdre un œil. Sémire est désespé-
rée car l’homme qu’elle aime ne peut plus la regarder. Le
grand médecin Hermès, venu de Memphis1, pense qu’il ne
pourra pas soigner Zadig, mais deux jours après, ce dernier
est guéri.
Pendant ce temps, Sémire est partie à la campagne. Le
jour où Zadig peut enfin la rejoindre, on lui apprend qu’elle
s’est mariée à Orcan, la nuit même. Pourquoi ce change-
ment ? Parce qu’elle déteste les borgnes*.
Zadig pense mourir de douleur, tant son chagrin est
immense. Puis il se dit qu’il peut épouser* une autre femme.
Il choisit Azora, qui lui paraît la plus sage de la ville.
Après un mois de mariage heureux, Zadig découvre que
son épouse n’est pas facile à vivre. C’est pour cette raison
qu’il décide de la répudier*.
Il cherche alors le bonheur dans l’étude de la nature et il
choisit de vivre dans une maison de campagne sur les bords
du fleuve Euphrate.
– Personne n’est plus heureux qu’un philosophe, dit-il. Il
vit tranquille et ne craint pas les hommes.
Zadig ne s’intéresse pas à la recherche scientifique de son
temps, il préfère étudier les propriétés des animaux et des
plantes.
Zadig se promène près d’une forêt, quand un garde de la
reine et plusieurs officiers s’approchent de lui.

1. Memphis : capitale de l’ancienne Égypte.


8
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

À LA RECHERCHE DU BONHEUR

gidaZ
Non, je ne l’ai pas vu,
Vous n’avez pas vu
jamais d’ailleurs.
le chien de la reine ?
Mais je sais que c’est

une chienne.

Au même moment, le plus beau cheval du roi disparaît

dans les plaines de Babylone. Les officiers, qui courent après

lui, rencontrent Zadig.

Vous n’avez pas vu

le cheval du roi ?

Non,

je ne l’ai pas vu,

jamais d’ailleurs.

Mais je sais que

c’est celui qui galope

le mieux.

9
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

– 1 –
gidaZ

En entendant cela, les gardes et les officiers pensent aus-


sitôt que Zadig a volé le cheval du roi et le chien de la reine :
la justice le condamne donc à passer le reste de ses jours en
Sibérie.
Peu de temps après, le chien et le cheval sont retrouvés et
le jugement est annulé. Mais Zadig est condamné à payer
environ 13 kilos d’or, pour avoir menti car il a vu ces ani-
maux, cela ne fait aucun doute.
Quand il peut enfin s’expliquer, il dit :
– Je vous jure que je n’ai jamais vu la chienne de la reine
ni le cheval du roi. Voici ce qui s’est passé : je me promenais
quand j’ai vu les traces des pattes d’un chien sur le sable,
mais aussi des traces de mamelles*. J’ai compris que l’animal
était une chienne. Ensuite, j’ai vu des marques de fer à che-
val, toutes à égale distance. J’ai alors pensé que ce cheval
avait un galop parfait, comme je vous l’ai dit.
Les juges acceptent l’explication de Zadig, et le roi et la
reine admirent les nombreuses observations faites par le
jeune homme. Tous deux pensent qu’il faut rendre l’argent à
Zadig, mais le coût de la justice est très élevé.

Vous avez payé 400 onces* d’or.


Nous retenons seulement
398 onces d’or pour
les frais de justice.

10
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

À LA RECHERCHE DU BONHEUR

gidaZ
Grand Dieu ! Qu’il est

difficile d’être heureux

dans cette vie !

11
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

gidaZ
Pour comprendre la première partie

Complétez avec les personnages : Azora, reine, roi,


Orcan, Sémire, Zadig.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . souhaite se marier avec Sémire, mais il

est blessé au visage par les hommes d’ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

Quand il est guéri, Zadig apprend que . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

s’est mariée avec Orcan. Le jeune homme se marie alors avec

.. ... ... .. ... ... .. ... .. ... ... .. ... qu’il répudie un mois après.

Accusé d’avoir volé le chien de la . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . et le

cheval du . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ., Zadig est condamné à payer

400 onces. Malgré l’erreur de jugement, la justice ne lui rend pas

tout son argent.

L’histoire commence par un portrait...

a. Notez au moins trois qualités de Zadig : .. ... .. ... .. ... ... .. ... ... .. .. ;

. ... ... .. ... ... .. ... ... .. ... .. ... ... .. ... ; . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

b. Voltaire présente-t-il des aspects négatifs du personnage ?

. ... .. ... ... .. ... ... .. ... ... .. ... .. ... ... .. ... ... .. ... ... .. ... .. ... ... .. ... ... .. ... ... .. ..

Vrai ou faux ?
VRAI FAUX
a. L’histoire se passe en Orient. □ □
b. Zadig trouve le bonheur dans le mariage. □ □
c. Sémire aime Zadig pour sa beauté. □ □
d. Zadig est condamné à cause de son intelligence. □ □
e. Voltaire donne une opinion positive de la justice. □ □
12
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

–2–

gidaZ
À la cour du roi
Après ses mésaventures* avec la justice, Zadig se consacre

à la philosophie et à l’amitié. Il a une très belle maison où ses

amis viennent souvent dîner le soir. Le matin, sa bibliothèque

est ouverte à tous les savants.

Les discussions sont nombreuses et les sujets variés. Un

jour, il est question de l’interdiction de manger du griffon*.

Comment défendre

le griffon, si cet animal

n’existe pas ?

Il existe car Zoroastre

ne veut pas

qu’on en mange.

S’il existe, n’en mangeons

pas. S’il n’existe pas,

nous en mangerons

encore moins !

13
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

– 2 –
gidaZ

Un savant, qui a écrit plusieurs livres sur le griffon, n’ap-

précie pas du tout la remarque de Zadig. Il décide alors de

l’accuser. Le jeune homme risque d’être condamné.

Heureusement, Cador, le fidèle ami de Zadig, intervient pour

sa défense :

– Vous ne pouvez pas le punir, c’est un saint !

Et les choses en restent là.

Zadig pense que tout va contre lui. Tout lui pose problè-

me… même les êtres qui n’existent pas !

Il ne veut plus parler aux savants.

Il réunit maintenant chez lui les plus honnêtes gens de

Babylone et les dames les plus aimables. Il offre des concerts

et des dîners délicats. Les conversations sont charmantes et

rien n’est fait par vanité car Zadig préfère l’ être au paraître.
En face de chez lui, vit Arimaze. C’est un homme

méchant et orgueilleux* et il est jaloux du succès de Zadig.

Arimaze cherche une occasion pour lui causer des ennuis* et

elle se présente bientôt.

Un jour, Zadig se promène dans son jardin avec deux

amis et une dame. Il leur lit un poème élogieux* qu’il a écrit

sur le roi. Puis il déchire le papier en deux et le jette. Arimaze,

qui l’a observé, va chercher les papiers, en trouve un et le

transmet au roi. Mais comme le poème est maintenant

incomplet, les louanges* deviennent des injures*. O n met

Zadig en prison et on déclare que les trois quarts de sa for-

tune iront au roi et l’autre quart à Arimaze.

Zadig risque la condamnation à mort. Heureusement, le

perroquet du roi s’envole jusque dans le jardin de Zadig,

trouve l’autre moitié du poème et la rapporte à son maître.

Les deux moitiés réunies forment le texte original, plein de

louanges, et le roi reconnaît son erreur de jugement.

14
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

À LA COUR DU ROI

gidaZ
Une fois sorti de prison, Zadig récupère son argent, sans

chercher à causer des ennuis à Arimaze.

Le roi et la reine apprécient chaque jour davantage le bel

esprit de Zadig. Alors, Zadig commence à croire qu’il n’est

pas si difficile d’être heureux.

Tous les cinq ans, on organise une grande fête à Babylone,

pour choisir les citoyens les plus généreux. Devant le roi, le

gouverneur présente les actions les plus remarquables qui se

sont passées pendant cette période. Après un vote, le vain-

queur reçoit le Prix de la générosité, une coupe d’or pleine de

pierres précieuses, pour encourager les citoyens à agir de

façon semblable.

Au cours des dernières années, on a remarqué les actions

d’un juge, d’un jeune homme et d’un soldat. Tous les trois

ont eu une attitude étonnante. L’un à l’égard d’un citoyen,

l’autre envers un ami et le troisième envers sa mère. Mais le

roi veut parler de l’honnêteté de Zadig.

Alors que tous les hommes du royaume ont dit du mal d’un

ministre disgracié*, Zadig est le seul à reconnaître ses qualités.

Il a eu le courage de contredire le roi. Celui-ci dit en public :

– C’est la première fois qu’un homme exprime une opi-

nion contraire à la mienne. Cela m’a beaucoup surpris.

– Sire, dit Zadig, c’est votre majesté qui mérite la coupe :

vous ne vous êtes pas fâché contre moi.

Pour finir, chaque personne présentée par le gouverneur

reçoit 20000 pièces d’or, et Zadig la coupe d’or.

Tout le monde, en Asie, se souvient de cette grande fête

qui a duré plus longtemps que les autres.

Zadig dit alors :

– Je suis enfin heureux !

Mais il se trompe.

15
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

– 2 –
gidaZ

Le roi n’a plus de premier ministre et il choisit Zadig pour

le remplacer. Les belles dames sont ravies, car jamais il n’y a

eu de ministre si jeune à Babylone.

Zadig remercie le roi et la reine, sans oublier le perroquet.

Mais ce bonheur
Bel oiseau, vous m’avez
étrange va-t-il
sauvé la vie et vous
durer ?
m’avez fait premier

ministre.

Non.

Voilà de quoi dépend

le destin des hommes !

16
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

À LA COUR DU ROI

gidaZ
Cependant, comme Zadig est spécialiste de la nature, il
sait que le perroquet ne peut pas prédire son avenir.
Premier ministre, il veut exercer sa fonction de son mieux
et il laisse les vizirs1 donner librement leur opinion. Quand il
s’occupe d’une affaire, ce n’est pas lui qui juge, c’est la loi.
Mais il n’est pas trop sévère : il a le sens de la justice et de
l’humanité. Il dit qu’il vaut mieux sauver un coupable que de
condamner un innocent.
Zadig pense que les lois existent pour faire respecter l’or-
dre, mais aussi pour protéger les citoyens.
Un jour, un riche commerçant qui est mort aux Indes a
souhaité laisser 30000 pièces d’or à l’un de ses fils. Mais
comment savoir celui qui aime le plus son père ? Zadig
convoque les deux fils et leur fait croire que le père est vivant.
L’aîné dit qu’il est très heureux d’apprendre cette nouvelle
mais il a fait construire un tombeau qui a coûté très cher. Le
deuxième fils, qui a partagé son héritage avec sa sœur, est
prêt à rendre sa part.
– Vous ne rendrez rien, dit Zadig, vous aurez les 30000
pièces car c’est vous qui aimez le mieux votre père.
Dans tout l’empire, Zadig est connu comme une person-
ne d’une grande autorité et d’un grand savoir. Toutes les
femmes le regardent avec intérêt. Les savants l’écoutent.
Depuis 1500 ans,il y a à Babylone une grande querelle* qui
partage l’empire en deux. Les uns disent qu’il faut entrer dans
le temple de Mithra du pied gauche, les autres disent qu’on doit
y entrer du pied droit. Un jour, pendant une fête solennelle, on
se demande quel sera le choix de Zadig. Pour mettre tout le
monde d’accord, il décide d’entrer dans le temple en sautant à
pieds joints*. Puis il fait un discours pour expliquer son choix.

1.Vizir : ministre, du temps de l’Empire ottoman.


17
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

– 2 –
gidaZ

Arimaze, l’homme jaloux, et sa femme disent que le dis-

cours de Zadig n’a pas le bon style oriental. Zadig se conten-

te d’avoir le style de la raison. Mais tout le monde dit du bien

de lui parce qu’il est premier ministre.

Le matin, il s’occupe rapidement des affaires particulières

ou générales. Ensuite, il s’occupe des artistes de Babylone : il

fait représenter des tragédies où l’on pleure, et des comédies

où l’on rit. Le soir, Zadig amuse beaucoup le roi, et surtout

la reine.

L’aimable ministre !

Le grand ministre !

Heureusement qu’on

ne l’a pas exécuté !

18
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

À LA COUR DU ROI

gidaZ
Les dames de Babylone se présentent tous les jours devant

Zadig et elles essaient de le séduire. Mais Zadig ne voit rien.

Il est très occupé et a souvent l’esprit ailleurs. Il ne sait pas

pourquoi.

Zadig a des entretiens réguliers avec le roi Moabdar et son

épouse Astarté. Celle-ci prend de plus en plus plaisir à voir

le premier ministre. Elle est sensible à sa beauté et à ses paro-

les. Et elle ne le cache pas à son mari, car il apprécie égale-

ment ce fidèle serviteur de l’État.

Un jour, Zadig fait un rêve étrange : il est couché sur des

herbes piquantes, puis il se repose sur un lit de roses mais il

est soudain blessé par un serpent. Il compare ce rêve à sa vie

et se demande ce qui va bientôt lui arriver…

19
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

gidaZ

Pour comprendre la deuxième partie

Zadig rencontre une série de problèmes, puis une série


de réussites. Retrouvez l’ordre de l’histoire (de 1 à 7).
□ Il est accusé par un savant spécialiste du griffon.
□ Il va en prison à cause d’un poème.
□ Il perd tout son argent.
□ Il reçoit la coupe d’or à la fête de Babylone.
□ Il est défendu par son ami Cador.
□ Il devient premier ministre de Babylone.
□ Il n’est pas condamné à mort grâce au perroquet du roi.

Retrouvez les mots contraires.

Coupable • • avare

Interdiction • • comédie

Généreux • • autorisation

Tragédie • • mort

Vivant • • injure

Louange • • innocent

Répondez aux questions.

a. Que pensez-vous de cette réflexion de Voltaire : «Il vaut mieux


sauver un coupable que condamner un innocent.» ?

b. Zadig voudrait mettre tout le monde d’accord. Cela est-il possi-


ble quand on est ministre ? Quand on est simple citoyen ? Donnez
des exemples.

c. Le bonheur de Zadig va-t-il durer ? Soulignez (p. 16 et p. 19) les


indications sur l’avenir probable du jeune homme.
20
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

–3–

gidaZ
La jalousie
Astarté fait des cadeaux au jeune Zadig qui est souvent
troublé par cette femme si belle. Mais il veut résister à tout
sentiment amoureux pour la reine. Leurs rencontres font
naître une passion chaque jour plus grande. Et quand leurs
yeux se croisent, ils semblent se dire l’un à l’autre : «Nous
nous adorons, mais nous ne pouvons pas nous aimer.»
Zadig ne sait pas comment garder ce secret. Un jour, son
ami Cador lui dit :
– Il est difficile de cacher une passion. Et si j’ai lu dans
votre cœur, le roi découvrira très vite vos sentiments. C’est le
plus jaloux des hommes.Vous résistez à votre passion parce
que vous êtes philosophe et que vous êtes Zadig. Astarté est
une femme et elle pense qu’elle est innocente, mais son
regard laisse apparaître tant d’émotion pour vous…
La reine prononce souvent le nom de Zadig et celui-ci a
peur de trahir* le roi. Moabdar est troublé, car il a remarqué
mille choses qui lui montrent que la reine et Zadig s’estiment
beaucoup. Par exemple, les babouches1 de sa femme sont
bleues, et les babouches de Zadig également. Astarté a des
rubans* jaunes et le bonnet de Zadig est jaune. Le roi finit
par être certain qu’il y a une relation entre sa femme et son
premier ministre.
Moabdar est jaloux et il décide de se venger* : il va empoi-
sonner la reine et étrangler* Zadig. Une nuit où il en donne
l’ordre à un garde, il y a dans la chambre un nain* qui est
muet*,mais qui n’est pas sourd*.On accepte toujours sa pré-
sence, comme si c’était un animal domestique. Mais ce nain
aime beaucoup Astarté et Zadig : il décide de les prévenir.

1. Babouche : chaussure que l’on porte en Orient.


21
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

– 3 –
gidaZ

Comme il ne sait pas écrire, le nain fait un dessin très pré-

cis pour avertir la reine. Au milieu de la nuit, elle comprend

que sa vie et celle de Zadig sont en danger. Elle écrit une let-

tre au jeune homme.

Quand Zadig ouvre la lettre, il lit ces mots : Partez mainte-

nant ou vous allez perdre la vie. Partez Zadig,je vous le deman-

de au nom de notre amour.

Zadig fait venir Cador. Sans rien lui dire, il lui montre la

lettre. Cador comprend l’urgence de la situation : Zadig doit

partir dans la nuit.

Je me charge de la reine.

Je dirai à tout le monde

que vous êtes parti

pour les Indes.

22
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

L A JAL O US I E

gidaZ
– Je viendrai bientôt vous trouver pour vous donner des

nouvelles de Babylone, ajoute-t-il.

À la demande de Cador, deux chameaux* attendent déjà

devant une porte secrète du palais.

Un seul domestique* accompagne Zadig qui disparaît

déjà sur la route de Memphis. Zadig crie sa douleur :

– Qu’est-ce donc que la vie humaine ? Deux femmes m’ont

trahi; la troisième, qui n’est pas coupable et qui est la plus

belle, va mourir ! Tout ce que je fais me cause du malheur. Si

j’étais méchant comme tant d’autres,je serais heureux comme

eux.

C’est la nuit, on doit s’orienter avec les étoiles. Zadig

admire le ciel et il réfléchit à la place de l’homme dans l’uni-

vers. Que sont ses malheurs face à l’infini ? Il imagine les

hommes comme des insectes se tuant les uns les autres sur

un petit morceau de terre.

Mais aussitôt ses réflexions philosophiques disparues, il

pense à Astarté, peut-être déjà morte, et de nouveau à son

malheur à lui. Il avance vers les frontières de l’Égypte où son

fidèle domestique est parti à la recherche d’une maison.

Zadig se promène dans des jardins, près d’un village,

quand il voit et entend une femme appeler au secours. Un

homme, qui la suit, la rejoint bientôt et la frappe. Voyant la

violence de l’Égyptien, il est facile d’imaginer qu’il est jaloux

et qu’elle est infidèle. La femme est très belle, elle ressemble

un peu à la malheureuse Astarté. Elle crie :

– Cet homme est un barbare, sauvez-moi la vie !

Zadig connaît un peu la langue égyptienne et il va séparer

l’homme et la femme.

23
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

– 3 –
gidaZ

Si vous avez un peu

d’humanité, respectez

cette beauté

sans défense !

Ah, tu l’aimes donc aussi !

Je vais me venger de toi…

Les deux hommes se battent. L’Égyptien est plus fort,

mais il fait des mouvements dans tous les sens. Zadig est plus

adroit et il réussit à faire tomber l’épée* de son adversaire. En

position de vainqueur, il lui propose de l’épargner*. Furieux,

l’Égyptien sort son poignard* et il blesse Zadig qui répond

par un coup d’épée mortel.

24
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

L A JAL O US I E

gidaZ
L’Égyptien meurt dans un horrible cri. Maintenant, Zadig

parle à la dame avec beaucoup de respect :

– Il m’a obligé à le tuer. Vous êtes délivrée de cet homme

violent. Que voulez-vous maintenant ?

– Je veux ta mort ! Tu as tué mon amant !

Zadig est en colère et il préfère partir. À peine monté sur

son chameau, il aperçoit quatre soldats de Babylone qui arri-

vent en faisant grand bruit. En apercevant la femme, l’un

d’eux dit :

– C’est elle. Elle ressemble au portrait qu’on nous a fait.

Et ils emmènent la dame qui crie à Zadig :

– Secourez-moi encore une fois, étranger généreux ! Je

vous demande pardon.

Mais Zadig ne veut plus se battre pour elle. Il est inquiet

de voir les quatre Babyloniens, sans doute envoyés par le roi

Moabdar. Il ne comprend pas pourquoi ils sont venus pren-

dre cette Égyptienne.

De plus, Zadig est blessé et doit trouver rapidement du

secours au village. À son arrivée, les villageois disent :

– Voilà celui qui a enlevé la belle Missouf et qui a assassi-

né* Clétofis.

Zadig répond :

– Missouf est trop capricieuse et je ne l’ai pas enlevée. Je

n’ai pas assassiné Clétofis, c’est lui qui voulait me tuer. Je suis

un étranger qui vient chercher asile en Égypte.

Les Égyptiens sont justes et humains et ils commencent

par soigner ses blessures. Puis Zadig et son domestique sont

interrogés, chacun de leur côté, pour connaître la vérité.

Zadig n’est pas un assassin, mais il est coupable d’avoir

versé le sang d’un homme. La loi le condamne à être esclave.

25
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

gidaZ

Pour comprendre la troisième partie

Complétez avec A o u N’A PAS.

a. Zadig .................... dit à la reine qu’il l’aimait.

b. Le roi .................... remarqué que la reine et Zadig aimaient

le bleu.

c. Moabdar .................... décidé de tuer sa femme et son

premier ministre.

d. Le nain .................... prévenu la reine.

e. Cador .................... aidé son ami à fuir en Égypte.

f. L’Égyptien .................... écouté Zadig.

g. Zadig .................... empêché les soldats d’enlever Missouf.

Parmi ces réflexions, cochez celle qui vous paraît


«philosophique».

a. C’est le plus jaloux des hommes. □


b. Astarté a des rubans jaunes et le bonnet de Zadig est jaune. □
c. Quelle est la place de l’homme dans l’univers ? □
d. Je suis un étranger qui vient chercher asile en Égypte. □

Soulignez les 7 mots qui concernent l’amour.

sentiment – babouche – aimer – adorer - cœur – soldat –

passion – émotion – philosophe – jalousie – chameau – dessin

26
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

–4–

gidaZ
L’esclavage
Les deux chameaux sont vendus, et les habitants du villa-

ge se partagent tout l’or de Zadig. Puis Zadig et son domes-

tique sont mis en vente comme esclaves, sur la place

publique. Un marchand arabe, nommé Sétoc, les achète.

Tous les deux marchent ensemble, attachés par une chaî-

ne, derrière leur maître. Malgré cela, Zadig n’arrête pas de

parler à son domestique :

– Ma vie est bien étrange. J’ai été condamné pour avoir vu

une chienne, pour avoir parlé du griffon et pour avoir écrit

une poésie sur le roi. Je devais être étranglé parce que la reine

avait des rubans jaunes, et maintenant me voilà esclave parce

qu’un homme a battu sa femme.

Ne perdons pas courage.

Cela finira peut-être !

27
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

– 4 –
gidaZ

Deux jours après, Sétoc, le marchand, part pour l’Arabie


avec ses esclaves et ses chameaux. Le chemin est long et
pénible. Le domestique est plus robuste que Zadig. Mais le
jeune homme sait parler au marchand et il devient bientôt
son conseiller.
Quand ils arrivent enfin, Sétoc va trouver un Hébreu, à
qui il a prêté de l’argent en présence de deux témoins, pour
lui demander de le lui rendre. Mais les témoins sont morts et
l’homme malhonnête ne veut pas rendre l’argent.
Zadig plaide* la cause du marchand devant le juge. Grâce
à l’intelligence du jeune homme, Sétoc récupère son argent.
À partir de ce jour, l’esclave devient l’ami intime de son
maître. Zadig est heureux parce que Sétoc n’a pas de femme.
Le marchand est un homme honnête, qui a beaucoup de bon
sens. Tous les deux ont des discussions sur de nombreux
sujets : la terre et les étoiles, l’homme et la nature, la reli-
gion…
Zadig découvre un jour une coutume respectée en Arabie
depuis plus de mille ans. Quand un homme marié est mort
et que sa femme veut être sainte, elle se brûle en public sur le
corps de son mari pendant une fête solennelle. Zadig dit à
Sétoc combien cette coutume est horrible et contraire au
bien de l’humanité. Comme une jeune femme, nommée
Almona, a décidé de la suivre et donc de mourir, par respect
de la religion, Zadig va la voir puis il parle aux chefs des tri-
bus. Il réussit à convaincre tout le monde qu’il faut arrêter
cette pratique barbare.
Depuis ce temps, aucune dame ne se brûle plus dans la
région. Zadig est donc le bienfaiteur de l’Arabie.
Sétoc ne peut plus se séparer de Zadig et il l’emmène à la
grande foire de Bassora. Il y a là les plus grands commer-
çants de la terre.
28
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

L’ E S C L A V A GE

gidaZ
Le deuxième jour, un Égyptien, un Indien, un habitant de
Chine, un Grec et plusieurs autres étrangers se trouvent
autour d’une table. Chacun parle des coutumes de son pays :
l’un pense que l’on peut manger du bœuf et l’autre non, l’un
pense qu’on ne peut pas faire cuire du poisson, l’autre a une
autre croyance… Chacun pense qu’il a raison et que son voi-
sin a tort.

Zadig a gardé le silence, mais le dîner va mal se terminer


et il se lève pour dire :
– Mes amis, vous vous disputez pour rien car, en vérité,
vous êtes tous du même avis.

À la fin, tout le monde embrasse Zadig.

De retour en Arabie, Zadig apprend qu’on l’a jugé en son


absence et qu’il est condamné.

Les prêtres* des étoiles ont en effet décidé de punir Zadig


qui s’est opposé à leurs pratiques religieuses. Ils le condam-
nent à être brûlé à petit feu.

Sétoc, désespéré, veut sauver son ami, mais on l’oblige à


se taire. Heureusement, la jeune Almona (que Zadig a sauvée
d’une mort semblable) intervient. Avec beaucoup d’habileté,
elle séduit les prêtres en leur donnant rendez-vous la nuit.
Ainsi, Zadig est sauvé.

Sétoc est charmé par la stratégie d’Almona, et il décide


d’épouser la jeune femme.

Zadig, enfin libre, fait ses adieux à Sétoc et marche en


direction de la Syrie. Il pense toujours à la malheureuse
Astarté.

29
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

gidaZ
Pour comprendre la quatrième partie

Choisissez la suite qui convient.

Zadig devient esclave en Égypte parce qu’il…


□ est parti de Babylone.

□ a écrit une poésie sur le roi.

□ a tué un homme.

Zadig devient l’ami de Sétoc parce qu’il…


□ connaît bien le chemin pour l’Arabie.

□ a aidé le marchand à obtenir son argent.

□ s’est opposé aux coutumes religieuses de l’Arabie.

Les prêtres des étoiles condamnent Zadig parce qu’il…


□ vient de Babylone.

□ a mangé du bœuf.

□ s’est opposé à une pratique religieuse de l’Arabie.

Vrai ou faux ?
VRAI FAUX
a. Zadig et son domestique sont les esclaves de Sétoc. □ □
b. Sétoc est un marchand honnête. □ □
c. Zadig est heureux parce que Sétoc a une femme. □ □
d. Les commerçants de Bassora parlent avec calme

des coutumes de leur pays. □ □


e. Pour les prêtres des étoiles, Zadig est le

bienfaiteur de l’Arabie. □ □
f. La jeune Almona sauve Zadig de la mort. □ □

30
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

–5–

gidaZ
Nombreuses rencontres
En chemin, des Arabes armés attaquent Zadig et son domes-

tique devant un château situé au milieu d’un désert. Ils crient :

– Tout ce que vous avez nous appartient, et vous-mêmes

vous appartenez à notre maître.

Mais les deux voyageurs n’ont pas peur et ils sortent leur

épée. Le maître du château, nommé Arbogad, observe,

depuis une fenêtre, l’habileté de Zadig qui parvient à résister

aux nombreuses attaques. Peu de temps après, il sort et

demande à ses hommes d’arrêter le combat.

– Tout ce qui est sur mes terres est à moi. Mais vous êtes

si courageux que je fais une exception pour vous, dit-il à

Zadig. Venez dîner avec moi ce soir.

Zadig plaît beaucoup à Arbogad qui lui propose de tra-

vailler pour lui. Mais Arbogad est un brigand. Enfant, il volait*

des chevaux, puis il a volé des voyageurs, et il a réussi à pren-

dre ce château par la force. Arbogad dit qu’il est facile de voler

depuis que le roi Moabdar a été tué. Babylone est en ruine*.

Moabdar est mort ! J’ai enlevé plusieurs femmes.

Et qu’est devenue Astarté est peut-être morte,

la reine Astarté ? ou je l’ai peut-être vendue.

Je n’en sais rien…

31
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

– 5 –
gidaZ

Arbogad répète qu’il est le plus heureux des hommes,

mais Zadig s’inquiète pour Astarté. Il ne peut pas fermer l’œil

de la nuit. Le lendemain, il demande des nouvelles d’Astarté

à tous ceux qu’il rencontre dans le château, mais personne ne

lui répond.

Il obtient la permission de partir avec son domestique. En

chemin, il pense : «L’empire de Babylone est renversé, ce

voleur est heureux. Et je ne sais pas où est la malheureuse

Astarté…»

À quelques kilomètres du château d’Arbogad, Zadig aper-

çoit un pêcheur sur le bord d’une rivière.

Je suis certainement

le plus malheureux

de tous les hommes.

Je ne prends pas un Non ! Quels sont donc


poisson. Je vais mourir vos malheurs ?
dans la rivière.

32
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

NOMBREUSES RENCONTRES

gidaZ
Le pêcheur raconte à Zadig qu’il était le plus célèbre mar-
chand de fromages de Babylone. Il a été ruiné : il avait vendu
six cents fromages à la reine Astarté et au fameux ministre
Zadig, mais il n’a jamais été payé. Puis sa femme l’a trahi et
sa maison a brûlé. Il a essayé alors le métier de pêcheur, mais
sans succès :
– Les poissons se moquent de moi, comme les hommes, dit-
il. Je meurs de faim. Sans vous, j’allais mourir dans la rivière.
Zadig répond :
– Peut-être ne serez-vous pas toujours malheureux. J’ai
entendu parlé de Zadig, c’est un honnête homme. S’il retour-
ne à Babylone, il vous donnera votre argent.
Puis il demande des nouvelles d’Astarté:le pêcheur ne sait
pas si elle est morte, si elle est en prison, ou si elle est en
fuite*.
Désespéré, Zadig donne au pauvre homme la moitié de
l’argent qu’il a apporté d’Arabie. Le pêcheur, troublé, le
remercie mais s’étonne de la tristesse de Zadig :
– Vous êtes donc aussi malheureux, vous qui faites du
bien ?
Avant de le quitter, Zadig demande au pêcheur d’aller l’at-
tendre à Babylone, chez son ami Cador.
Arrivé dans une prairie, Zadig voit plusieurs femmes qui
cherchent quelque chose avec beaucoup d’attention. Étonné,
il demande à l’une d’elles s’il peut les aider.
– Non. Ce que nous cherchons ne peut être touché que
par des femmes, répond une Syrienne.
– C’est étrange, dit Zadig, de quoi s’agit-il ?
– Nous cherchons un basilic* pour notre maître Ogul, qui
est malade. Son médecin lui a ordonné de manger un basilic
cuit dans l’eau de roses. La première qui le lui apportera
deviendra sa femme.
33
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

– 5 –
gidaZ

Zadig les laisse chercher et continue de marcher dans la

prairie. Une dame est assise au bord d’une petite rivière. Elle

ne cherche rien. Son visage est couvert d’un voile. Elle tient

dans la main une baguette avec laquelle elle écrit sur le sable.

Zadig s’approche d’elle et ces lettres apparaissent sous ses

yeux : un Z, puis un A et un D. Enfin, c’est son nom qu’il voit

écrit !

C’est vous, Astarté,

reine de Babylone !

34
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

NOMBREUSES RENCONTRES

gidaZ
La surprise d’Astarté est si grande qu’elle se lève et tombe

dans les bras de Zadig. Puis ils s’assoient l’un près de l’autre

et se parlent avec une grande tendresse.

Oh, malheureuse et respectable

reine, pourquoi êtes-vous ici

avec ces femmes esclaves ?

Je vais vous raconter

ce qui s’est passé

à Babylone.

35
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

– 5 –
gidaZ

– Le roi Moabdar, jaloux, voulait votre mort et avait


décidé de m’empoisonner. Cador m’a enlevée la nuit de
votre départ, et il m’a cachée dans la plus grande statue du
temple d’Orosmade. Pour mieux tromper le roi, votre ami
lui a dit que vous aviez pris la route des Indes, et moi celle
de Memphis. Le roi a envoyé des soldats après vous et après
moi. Mais ceux qui me cherchaient ne me connaissaient
pas, et ils ont enlevé une femme de la même taille que moi,
aux frontières de l’Égypte. Cette erreur a d’abord mis le roi
en colère, puis il a trouvé la dame très belle. On l’appelait
Missouf, ce qui signifie la belle capricieuse en langue égyp-
tienne. Le roi a décidé de l’épouser, mais rien n’était plus
comme avant. En effet, Missouf s’est mise à gouverner
Babylone. Un jour, Moabdar a entendu ma voix au temple
d’Orosmade, et il est devenu fou. Ceci a provoqué la guer-
re civile. On m’a fait sortir de la statue du temple. Le prin-
ce d’Hyrcanie, apprenant ce qui se passait, est venu avec
son armée, a tué le roi et il a pris les deux femmes de
Moabdar.
Zadig est bouleversé par les paroles d’Astarté, mais elle
n’a pas fini.
– J’étais enfermée avec Missouf. Elle m’a raconté son his-
toire et j’ai compris que c’était vous qui l’aviez sauvée de son
mari violent. Je voulais fuir et j’ai réussi à partir secrètement
avec une esclave égyptienne… J’étais près de l’Arabie quand
un fameux brigand, nommé Arbogad, m’a enlevée et vendue
au seigneur Ogul. Il m’a achetée sans savoir qui j’étais.

***
Les femmes rentrent au château sans avoir rien trouvé.
Zadig se présente devant Ogul et lui dit :
– Je suis médecin. J’ai entendu parlé de votre maladie.

36
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

NOMBREUSES RENCONTRES

gidaZ
Je peux vous guérir

en quelques jours.

En échange, je vous

demande la liberté

pour une jeune esclave

de Babylone.

Cette proposition est acceptée. Astarté part donc à

Babylone avec le domestique de Zadig.

Zadig a observé que le seigneur Ogul mangeait beaucoup

trop : il le fait donc courir et il diminue son alimentation.

Quelques jours après, il est guéri. Mais cela ne plaît pas au

médecin d’Ogul qui pense que Zadig est un danger pour la

médecine. Le jeune homme risque à nouveau sa vie.

Heureusement,il reçoit un courrier d’Astarté et il quitte rapi-

dement le château.

37
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

gidaZ

Pour comprendre la cinquième partie

Les différentes rencontres faites par Zadig.


Associez les personnages à leur description.
• Homme malheureux, ancien
Arbogad •
marchand de fromages.
• Homme malhonnête, maître
Un pêcheur •
d’un château dans le désert.
• Seigneur d’un château situé
Des esclaves •
dans une prairie.
• Reine de Babylone, devenue
Astarté •
esclave.
• Femmes qui travaillent pour
Ogul •
Ogul.

Répondez aux questions.


a. Arbogad apprend une nouvelle importante à Zadig. Laquelle ?
(p. 31)
b. Zadig s’inquiète pour Astarté. Pourquoi ? (p. 32)
c. Quels sont les malheurs du pêcheur ? (p. 33)
d. Les esclaves cherchent un basilic pour guérir Ogul. Pour Zadig,
est-ce un moyen efficace ? (p. 37)
e. Quelle est la rencontre la plus étonnante que fait Zadig ? (p. 34)
f. Qui donne le plus de nouvelles de Babylone ? (p. 36)
g. Pour le médecin d’Ogul, Zadig est «un danger pour la méde-
cine». Pourquoi ? (p. 37)

Heureux(se) ou malheureux(se) ? Complétez.

a. Arbogad est le plus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . des hommes.

b. Le pêcheur est le plus .............................. de tous.

c. Zadig est aussi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ., alors qu’il aide les autres.

d. Astarté est une . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . reine parmi les esclaves.

e. Zadig est très .............................. de revoir Astarté.


38
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

–6–

gidaZ
Retour à Babylone
À son retour à Babylone, Astarté est reçue comme une

reine. Le prince d’Hyrcanie est mort dans un combat et les

Babyloniens veulent choisir un nouveau roi. Ils choisiront le

plus vaillant* et le plus sage des prétendants : pour cela, le

futur roi doit remporter quatre combats qui auront lieu dans

un amphithéâtre. Ensuite, les plus forts vont combattre l’un

contre l’autre. Le gagnant devra revenir quatre jours après,

avec les mêmes armes, puis il devra expliquer les énigmes*


1
proposées par les mages .

La reine ne doit pas parler aux prétendants. Mais, grâce à

Cador, elle a envoyé à Zadig une armure complète et le plus

beau cheval de Perse.

On tire au sort* les combattants. Zadig est le dernier. Le

premier est un seigneur très riche, mais peu courageux et sans

esprit. Nommé Itobad, il porte une armure verte et il est si

maladroit qu’il ne gagne pas un seul combat. Les autres pré-

tendants en gagnent deux ou trois. Seuls, le prince Otame et

Zadig sont à la fin vainqueurs de quatre combats. Le premier

porte des armes bleues et or, et celles de Zadig sont blanches.

Le cavalier* bleu et le cavalier blanc combattent avec une

grande habileté et semblent de force égale. Mais Zadig finit

par désarmer son adversaire. Otame crie :

– Cavalier blanc, c’est vous qui serez roi de Babylone !

La joie de la reine est immense. Le vainqueur doit atten-

dre le lendemain pour se faire connaître au grand mage.

Zadig, très fatigué, dort toute la nuit. Pendant ce temps,

Itobad profite du sommeil de Zadig pour échanger son

1. Mage : autorité religieuse en Orient (chez les Perses).

39
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

– 6 –
gidaZ

armure verte contre l’armure blanche. Et le matin, il va dire

au mage que c’est lui le vainqueur.

Zadig dort encore quand Astarté, désespérée, retourne à

Babylone. À son réveil, il ne trouve plus son armure blanche.

Il quitte l’amphithéâtre avec l’armure verte, sous les insultes

de tous ceux qu’il croise. Furieux, il décide de vendre cette

malheureuse armure.

Le jeune homme se promène sur les bords du fleuve

Euphrate, pensant à tous ses malheurs et persuadé qu’il va

être malheureux toute sa vie. C’est à ce moment qu’il ren-

contre un ermite qui porte une longue barbe blanche. Zadig

s’arrête pour lui demander quel livre il lit.

– C’est le livre de la destinée*, répond l’ermite. Vous vou-

lez en lire quelques pages ?

Bien que Zadig connaisse plusieurs langues, il ne peut pas

comprendre un seul mot de cet étrange livre.

Hélas, oui !

Vous me paraissez

bien malheureux !

Permettez

que je vous accompagne.

Je vous serai peut-être utile.

40
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

RETOUR À BABYLONE

gidaZ
Zadig a du respect pour l’ermite qui parle de la destinée,
de la justice, de la morale, du bien et du mal… Ils décident
de rester plusieurs jours ensemble.
Le soir, les deux voyageurs arrivent à un château superbe.
L’ermite demande l’hospitalité pour lui et le jeune homme
qui l’accompagne. Ils visitent les appartements du maître
avant d’être bien servis à table, mais à la place des pauvres.
Après une nuit au château, un domestique leur donne à cha-
cun une pièce d’or. Les deux voyageurs repartent.
– Le maître de maison est un peu fier, mais c’est un
homme généreux.
En disant ces paroles, Zadig voit que l’ermite porte un
grand sac plein d’or et de pierres précieuses qu’il vient de
voler. Mais il ne dit rien.
Vers midi,ils demandent l’hospitalité pour quelques heures
à un riche avare*. Un vieux domestique les accueille mal, avec
du mauvais pain. Mais l’ermite le remercie avec les deux piè-
ces d’or reçues le matin. Puis il demande à parler au vieil
avare. Avant de partir,il lui donne tout ce qu’il a volé le matin.
– Mon père, dit Zadig, qu’avez-vous fait ? Vous volez de
l’or à un seigneur qui nous reçoit généreusement, et vous le
donnez à un avare qui nous traite mal.
– Mon fils, répond l’ermite, cet homme magnifique, qui
reçoit pour faire admirer ses richesses, deviendra plus sage.
Et l’avare apprendra l’hospitalité. Ne vous étonnez de rien, et
suivez-moi.
Le soir, ils arrivent dans une maison simple, habitée par
un philosophe. Il est généreux et il partage un bon dîner avec
les deux étrangers. Puis il les invite à dormir dans un appar-
tement agréable. Le lendemain matin, l’ermite dit à Zadig :
– Il faut partir pendant que tout le monde dort encore
mais avant, je veux laisser à cet homme une marque de mon
affection.
41
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

– 6 –
gidaZ

Et il met le feu à la maison. Zadig veut l’en empêcher,

mais il est trop tard : la maison brûle.

– Voici la maison de notre homme détruite. L’heureux

homme, dit l’ermite.

Zadig est très troublé. Il veut s’enfuir mais quelque chose

d’étrange l’oblige à suivre l’ermite.

Pour la dernière étape du voyage, les deux hommes s’ar-

rêtent chez une veuve* qui vit avec son neveu de quatorze

ans. Ils sont très bien reçus et, quand ils partent, la dame

demande à son neveu d’accompagner les voyageurs pour

leur montrer le chemin. Arrivés sur un pont, l’ermite pousse

le jeune garçon qui disparaît dans la rivière.

Zadig crie :

– Vous êtes un monstre !

Et l’ermite répond :

– Apprenez que sous les ruines de la maison brûlée, le

maître a trouvé un trésor immense. Et que ce jeune garçon

encore vivant allait tuer sa tante dans un an, et vous dans

deux.

Zadig répond :

– Qui te l’a dit ? Comment peut-on noyer* un enfant qui

n’a rien fait de mal ?

À ce moment, Zadig s’aperçoit que l’ermite n’a plus de

barbe, et que son vêtement a disparu. Il a devant lui l’ange


1
Jesrad envoyé du ciel. Zadig lui demande la permission de

l’interroger :

– Il est donc nécessaire qu’il y ait tant de malheurs ?

À cela, l’ange répond :

1. Jesrad : ange envoyé par Dieu qui représente le Bien pour Zoroastre.

42
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

RETOUR À BABYLONE

gidaZ
– Les hommes jugent, mais ils ne connaissent pas tout. Il

n’y a pas de hasard. Tout est épreuve ou récompense…

Maintenant, prends le chemin de Babylone.

L’ange disparaît. Zadig marche au hasard. Il arrive à

Babylone au moment où les combattants sont déjà réunis

dans le palais. Ils doivent répondre aux questions du grand

mage et expliquer les énigmes. Tous les chevaliers sont pré-

sents, sauf celui qui portait l’armure verte.

Dès son arrivée à Babylone, les habitants ont reconnu

Zadig. Tout le monde est ravi de le voir et souhaite son retour

à la tête de l’empire. Sauf Arimaze, toujours orgueilleux, qui

tourne la tête quand il le voit. La reine apprend son arrivée

avec beaucoup de crainte et d’espérance. Elle ne comprend

pas pourquoi Zadig est sans armes, ni pourquoi Itobad porte

l’armure blanche.

J’ai combattu comme

les autres, mais quelqu’un

ici porte mes armes.

43
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

– 6 –
gidaZ

Je demande la permission

de me présenter pour

expliquer les énigmes.

Après un vote, la demande de Zadig est acceptée. Le

grand mage pose cette première question :

– Quelle est de toutes les choses au monde la plus longue

et la plus courte, la plus rapide et la plus lente, la plus igno-

rée et la plus regrettée, la plus nécessaire à tous ?

C’est à Itobad de parler, mais un homme comme lui ne

comprend rien aux énigmes. Un combattant répond la fortu-


ne, un autre la terre, un autre la lumière. Pour Zadig, c’est le
temps, car dit-il :

– L’éternité est ce qu’il y a de plus long, mais rien n’est

plus court que le temps qui manque à nos projets. Le temps

est lent pour celui qui attend et rapide pour celui qui vit de

bons moments.

Zadig a raison.

44
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

RETOUR À BABYLONE

gidaZ
La deuxième énigme est la suivante :
– Quelle est la chose qu’on reçoit sans remercier, dont on
profite* sans savoir comment, et qu’on perd sans s’en aper-
cevoir ?
Les prétendants proposent plusieurs réponses, mais seul
Zadig devine que c’est la vie. Il explique toutes les autres
énigmes avec la même facilité. Il répond à toutes les ques-
tions avec beaucoup d’intelligence. On entend :
– C’est bien dommage qu’un si bon esprit soit si mauvais
cavalier.
À la fin des questions, Zadig raconte ce qui s’est passé :
– J’ai eu l’honneur de gagner le combat contre Otame.
Mais pendant que je dormais, le seigneur Itobad a pris mon
armure blanche. Je demande un nouveau combat contre lui.
Itobad accepte. Zadig renverse facilement son adversaire
qui lui rend la belle armure blanche. Cador prouve qu’elle
appartient bien au jeune gagnant.
Zadig devient roi et il est heureux. Enfin, Astarté peut se
marier avec l’homme qu’elle aime. Tous les deux adorent
alors la Providence*.
Puis Zadig fait venir Arbogad dans son armée, avec la pro-
messe qu’il devienne un vrai guerrier. Le nouveau roi appelle
Sétoc pour qu’il dirige le commerce de Babylone. Il donne
une belle maison au malheureux pêcheur. Cador devient
l’ami du roi et le nain muet n’est pas oublié. La belle Sémire
et Azora regrettent alors leur ancien fiancé et mari.
L’empire connaît la paix, la gloire et l’abondance. La terre
est gouvernée par la justice et par l’amour. On remercie
Zadig et Zadig remercie le ciel.

45
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

gidaZ

Pour comprendre la sixième partie

Comment s’organise la fin du conte ?


Remettez les actions dans l’ordre (de 1 à 7)


Zadig gagne le combat contre le cavalier Otame.


Zadig devient roi de Babylone.


Astarté est de retour mais il n’y a plus de roi à Babylone.


Le seigneur Itobad échange son armure et se déclare vainqueur.


Zadig rencontre l’ermite.


Zadig répond à toutes les énigmes du mage.

Zadig ne comprend pas l’attitude de son compagnon de voyage.

Selon vous, quel est le rôle de l’ermite ?


Cochez (plusieurs réponses possibles).
□ Il augmente le malheur de Zadig.
□ Il explique l’existence des malheurs du monde.
□ Il fait le bonheur de tous les hommes qu’il rencontre.
□ Il pose la question de l’existence de Dieu.

Avec «Zadig», Voltaire invite ses lecteurs à la


réflexion. Répondez.
a.Que pensez-vous des voyages qui permettent de découvrir des
coutumes et des croyances différentes ?

.......................................................................................

b. Pensez-vous que l’homme peut tout maîtriser ? Croyez-vous au


hasard ?

.......................................................................................

c. L’ensemble du conte parle de la difficulté d’être heureux. Qu’en


pensez-vous ?

.......................................................................................

46
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

euqixe L
Assassiner : tuer quelqu’un volontairement.

Avare : qui a de l’argent mais qui refuse de le dépenser.

Basilic (un) : serpent fabuleux; on disait qu’il était mortel

pour les hommes.

Blessé : qui a une blessure plus ou moins grave, qui a mal.

Blessure (une) : quelque chose qui provoque de la douleur,

de la souffrance physique.

Borgne (un) : personne qui n’a qu’un œil.

Brigand (un) : voleur, bandit, homme malhonnête.

Cavalier (un) : homme qui monte à cheval.

Chameau (un) : animal à deux bosses qui vit dans le désert.

Destinée (la) : puissance qui semble fixer les événements de

la vie.

Disgracié : renvoyé par le roi, qui n’a plus les faveurs du roi.

Domestique (un) : employé de maison, serviteur.

Élogieux : qui contient des compliments.

Énigme (une) : chose à deviner.

Ennui (un) : problème.

Épargner (quelqu’un) : le laisser vivre.

Épée (une) : arme formée d’une longue lame pointue.

Épouser : se marier.

Ermite (un) : religieux solitaire.

Étrangler : serrer le cou d’une personne pour qu’elle ne

respire plus.

Évanoui : qui est tombé en syncope.

Fiancée (une) : femme qui a donné sa promesse de mariage.

Fuite (la) : action de fuir, pour éviter un danger.

Griffon (un) : animal légendaire, moitié aigle, moitié lion.

Injure (une) : insulte, parole très négative envers quelqu’un.

Louange (une) : parole positive, éloge envers quelqu’un.

Mamelles (les) : chez les femelles, elles fournissent le lait

aux petits.

Mésaventure (une) : aventure désagréable.

Muet : qui ne parle pas.

Nain (un) : homme très petit.

Noyer : faire disparaître, faire mourir asphyxié sous l’eau.

47
José Carrasco
https://vk.com/id450975626
Argentine

euqixeL
Once (une) : mesure de poids (1 once = environ 30 grammes).
Orgueilleux : fier, qui a une opinion très positive de lui-
même.
Pieds joints (à) : les deux pieds ensemble, l’un à côté de
l’autre.
Plaider (la cause de) : prendre la défense de quelqu’un.
Poignard (un) : couteau large et pointu.
Prêtre (un) : homme qui dirige les cérémonies religieuses.
Profiter : bénéficier, tirer avantage.
Providence (la) : volonté de Dieu.
Querelle (une) : conflit, dispute.
Répudier : renvoyer sa femme (de façon légale dans certains
pays).
Ruban (un) : morceau de tissu fin et étroit.
Ruine (en) : détruit, désorganisé.
Sourd : qui n’entend pas.
Tirer au sort : désigner par le hasard.
Trahir : tromper, décevoir.
Vaillant : fort, robuste, brave.
Venger (se) : rendre à quelqu’un le mal qu’il nous a fait.
Veuve (une) : femme dont le mari est mort.
Voler : prendre quelque chose à quelqu’un sans son accord.

Édition : Brigitte FAUCARD


Couverture : Grupo ADRIZAR
Illustration couverture : Fernando DAGNINO
Illustrations de l’intérieur : Bruno DAVID
Maquette et mise en page : ALINÉA
Photo p. 3 : Portrait deVoltaire, BIS/© Archives Larbor.

ISBN : 978-2-09-037794-1

48