Vous êtes sur la page 1sur 2

Victime de son succès, le Louvre affiche complet et refuse les visiteurs sans réservation

Le déménagement de La Joconde pour travaux éprouve la capacité du plus grand musée du monde à
accueillir le public. Avec 10 à 12 millions de visiteurs attendus cette année, l’institution réfléchit à une
généralisation de la vente des billets en ligne et à l’avance.
Sur l’écran d’accueil du site Internet du Louvre, une fenêtre apparaît dès la connexion. «En raison d’une forte
affluence, le musée du Louvre est complet aujourd’hui. Plus aucun accès ne sera possible pendant la journée»,
peut-on lire. Si les agents du musée laissent passer quelques visiteurs quand l’affluence diminue, le quidam qui
se présente le nez au vent a de fortes chances de se voir refuser l’accès au musée. «Seule la réservation en ligne
peut garantir l’entrée», précise le message. À condition d’être patient. Mercredi, quand on consultait la
billetterie, quasiment aucun créneau n’était disponible avant le mois d’août. Depuis, des places supplémentaires
ont été ajoutées.
Par le passé, il est déjà arrivé que le musée refoule des visiteurs. Mais «on ne le disait pas», confie Vincent
Pomarède, administrateur général adjoint du Louvre. «Il y avait des files d’attente gigantesques. Ceux qui étaient
au bout de la file ne rentraient finalement pas et donc étaient furieux», ajoute-t-il. C’est pourquoi la direction du
musée pousse les visiteurs à prendre leur billet à l’avance, pour une date et un horaire précis. «La réservation
permet de gérer au plus près l’afflux de visiteurs et leur garantit d’accéder au musée dans la demi-heure», justifie
Vincent Pomarède. En 2019 le musée a vendu entre 55 et 60 % de ses billets en ligne, contre 40% l’année
dernière. Et la tendance pourrait s’accentuer. «Nous pourrions rendre la réservation obligatoire à terme. Nous y
réfléchissons encore», affirme-t-il en soulignant que cela permettrait d’accueillir plus de personnes chaque
année.

Un engorgement lié au déménagement de la Joconde

«La Joconde est un phénomène qui nous dépasse. C’est irrationnel. Devant elle, les gens ont
les mêmes yeux que devant une star»
Vincent Pomarède, administrateur général adjoint du Louvre
Le défi est de taille. À la mesure de l’explosion de la fréquentation du plus grand musée du monde. Avant les
travaux du Grand Louvre, le nombre de visiteurs atteignait péniblement deux millions par an dans les années
1980. En 1999, il dépasse les 5 millions. En 2018, il a atteint un nouveau record absolu avec 10,2 millions, en
hausse de 25%. Et ce n’est pas fini: pour l’année 2019, dix à douze millions de visiteurs sont attendus. Le Grand
Louvre et ses 72.735 m² de surface d’exposition serait-il devenu trop petit?
«C’est une situation exceptionnelle liée au déplacement de La Joconde», assure Vincent Pomarède. Le chef-
d’œuvre de Léonard de Vinci est actuellement exposé au milieu des Rubens de la Galerie Médicis, dans l’aile
Richelieu. La salle des États, où Mona Lisa est conservée habituellement, est en travaux de rénovation. «La
Jocondeest un phénomène qui nous dépasse. C’est irrationnel. Devant elle, les gens ont les mêmes yeux que
devant une star», s’étonne-t-il.
» LIRE AUSSI - 500 ans après, les fascinants mystères de La Joconde
Ce déménagement crée des embouteillages car l’aile Richelieu est moins adaptée à une telle foule avec des
circulations plus étroites que dans l’aile Denon. Pour accéder à la salle des États, les visiteurs ont plusieurs
circuits et passent devant plusieurs autres œuvres iconiques, comme la Victoire de Samothrace ou le Sacre de
Napoléon. «Cette longueur d’accès nous protégeait d’une arrivée massive», affirme Vincent Pomarède.
«Aujourd’hui, le public prend des escalators qui conduisent directement à la Galerie Médicis et il n’y a pas
d’autres œuvres ponctuant le parcours jusqu’à La Joconde», explique celui qui dirigeait le département des
Peintures jusqu’en 2014

Un chef-d’œuvre parmi d’autres

Qu’ils souhaitent voir La Joconde ou pas, tous les visiteurs sont touchés par les restrictions d’accès au Louvre.
Ne faut-il pas, dès lors, créer un billet spécial pour ceux qui veulent découvrir les antiquités grecques, la peinture
française des XVIIe et XVIIIe siècle, le mobilier d’art ou les arts islamiques? «On y a pensé, affirme Vincent
Pomarède. Mais cela poserait un problème, car cela donnerait l’impression que La Joconde est une œuvre à part,
ce qui n’est pas le cas sur le plan de l’histoire de l’art.» Créer un circuit spécifique pour les touristes les plus
pressés serait d’autant plus regrettable que le Louvre dispose d’un tiers des œuvres de Leonard de Vinci et qu’il
incite les visiteurs à les découvrir aussi.
» LIRE AUSSI - Un trop-plein de réservations pour l’exposition Léonard de Vinci fait sauter le site du
Louvre
La direction du musée invite aujourd’hui son public à la patience: les travaux de la salle des États seront
terminés «à l’automne 2019». La Joconde retrouvera alors sa demeure ordinaire et tout devrait rentrer dans
l’ordre. Ou pas. L’ouverture de l’exposition très attendue dédiée à Léonard de Vinci le 24 octobre risque à son
tour de perturber la vie du musée.