Vous êtes sur la page 1sur 23

Presses Universitaires du Mirail

Cap au Nord : de nouvelles routes pour le soja brésilien


Author(s): Martine GUIBERT
Source: Caravelle (1988-), No. 69, PORTS D'AMÉRIQUE LATINE (Décembre 1997), pp. 151-172
Published by: Presses Universitaires du Mirail
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/40853457 .
Accessed: 16/06/2014 23:11

Your use of the JSTOR archive indicates your acceptance of the Terms & Conditions of Use, available at .
http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp

.
JSTOR is a not-for-profit service that helps scholars, researchers, and students discover, use, and build upon a wide range of
content in a trusted digital archive. We use information technology and tools to increase productivity and facilitate new forms
of scholarship. For more information about JSTOR, please contact support@jstor.org.

Presses Universitaires du Mirail is collaborating with JSTOR to digitize, preserve and extend access to
Caravelle (1988-).

http://www.jstor.org

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
C.M.H.LB.Caravelle
n° 69, pp. 151-172,Toulouse,1997

Cap au Nord: de nouvelles routes


pour le soja brésilien
PAR

MartineGUIBERT
GRAL-CNRS

La restructuration actuellede la logistiquede transport au Brésil


participede l'objectifque se sontdonnéles acteursdes filières agro-
: diminuer
industrielles le custoBrasilou surcoûtlié,entreautres1, à la
désorganisation et à la vétusté des différentsmodes d'acheminement
C'est un enjeu considérable
terrestre. car,dans ce pays-continent, de
grandes distances séparent les zones de production et les foyers urbains
de consommation, localisés,pourla plupart, le longdescôtes.Alorsque
la concurrence s'exacerbe surles marchésinternationaux, le Brésildoit
avoirles moyens, grâceà l'efficience de sesportsd'expédition, de rester
l'un des principauxexportateursde produitsagricolesbruts et
transformés.

1 Les Brésiliens
désignentpar custoBrasilun ensemblede facteursnégatifsqui
surenchérissent lescoûtsde production desproduits
et de commercialisation et
agricoles
industriels: politiquemacro-économique, mauvaisfonctionnement
politiquefiscale, de
la logistique,du stockage chezle clientou auxopérations
à la livraison de débarquement
etembarquement portuaires.

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
152 C.M.H.LB. Caravelle

Plusieursprojetsnovateurs de couloirsde transport multimodaux2


sont en coursde concrétisation. Certainsaccompagnent la mise en
baséesurle soja,de vastesrégions
cultureactuelle, du Nord-Ouestet du
Centre-Ouest. D'autresdoiventmodifier les circuitsutilisésdans les
régions cultivées.
traditionnellement Celui de la voiefluvialeParaguay-
Paranáconsisteà développer un axe de transport intégréentreles pays
du Mercosur.
Dans ce travail,nous nous intéressons spécifiquement au cas du
couloirde transportmultimodal du Nord-Ouest. Mis en serviceen avril
autourdu Rio Madeiraetde l'Amazone,
1997,il se structure etdessert la
ChapadadosParecis, grandezonede développement du soja,au cœurde
l'Etatdu Mato Grosso.La finalité de grainesde soja,du
estl'expédition
portd'Itacoatiara(surl'Amazone)jusqu'auporteuropéende Rotterdam
etjusqu'auxportsasiatiques.Lescoûtsetlesdélaissontmoinsélevésque
ceuxdes portsdu Sud du pays(Santosdansla banlieuede São Paulo,
Paranaguá prèsde Curitiba),
pluséloignés desdestinationsfinalesetplus
désorganisés.
En préliminaire,nousévoquonsl'expansion spatialede la culturedu
soja jusqu'auxabords de l'Amazonie et nousprésentons succinctement
lesautresprojetsde couloirsde transportmultimodaux.

Le soja, supportde la dernièrefrontière


agricole
Avec le maïs,les haricots,le riz,la canne à sucre,le café et les
agrumes, le soja figureparmiles principalesproductions agricolesdu
Brésil.Sur un volumeannueltotalvariantentre70 et 80 millionsde
tonnes,obtenuessur50 millions d'hectares, entre25 et
le soja représente
26 millionsde tonnes,récoltées sur 11 à 12 millionsd'hectares
(rendement moyend'environ2,3 tonnespar hectare).Les conditions
climatiques au momentdes semis,le dynamisme
favorables du marché
et lesprixinternationaux
brésilien élevésontstimuléla bonnerécoltede

2 Nous choisissonsde traduire


l'expressionbrésilienne"corredorde transporte
midtimodatypar"couloirde transport Elledésigneun système
multimodal". de transport
autourd'unaxe(un fleuve)
structuré qui combineau minimum deuxmodesde transport
continentauxdifférents.Dans la littératurefrançaise nous retrouvons
spécialisée, cette
ainsique cellede "système
expression, multimodal"
de transport ou cellede "couloirde
combiné"(voirBourdillon,
transport 1991).

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
DE NOUVELLESROUTESPOURLE SOJABRÉSILIEN 153

la campagne 1996/973.Les dernièresestimations(USDA - Ministèrede


l'Agriculturedes Etats-Unis)avancentune productionde 77,4 millions
de tonnesde grains(céréaleset oléagineux).26,4 millionsde tonnesde
soja seraientrécoltéessur 11,4 millionsd'hectares.Ce chiffrecorrespond
à prèsde 20 % dé la productionmondiale(132,5 millionsde tonnes),les
Etats-Unisfournissant environ50 % et l'Argentine plus de 9 %.
C'est dans les années 1970 que le Brésil est devenu le second
producteurmondial de soja. Sa cultures'est d'abord développéeau Sud
et au Sud-Est et s'estviteétendueà la régiondes Cerrados,
dans les Etats
du Mato Grosso do Sul, Goiás et Minas Gerais. Elle a ensuitemotivéla
remontéevers le Nord de producteursà la recherchede terresbon
marché.Depuis quelques années,elle s'est installéeplus versle Centre-
Ouest, dans l'Etat du Mato Grosso et, dernièrement, dans le Centre-
Nord, au confins des Etats du de
Maranhão, Bahia, du Tocantins et du
Piauí.
Aujourd'hui,les Etats du Paraná,du Rio Grande do Sul et du Mato
Grosso restentles principauxproducteurs; ils proposentprèsdes 2/3 du
soja récolté.

*
Cetteconjoncture commerciale parla finde l'ICMS - Imposto
positivea étéamplifiée
de CirculaçãodeMercadorias - surlesgraines
e Serviços de soja. Elledevraitpermettreaux
producteursd'assainirleur situationfinancière(fondsdisponiblespour diminuer
l'endettement) et de réaliserdes investissementsen matériel, semencessélectionnées,
engraiset produits phytosanitaires.Cetteembellieesttrèsappréciée, aprèsdesannéesde
crisede la renteagricolequi a condamnédesmilliers de producteurs à vendreleursterres.

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
154 CM.H.LB. Caravelle

spatialede la culturedu soja


Tableau 1 : La distribution

Superficie Production
Localisation 1993/94 1994/95 1995/96 % 1993/94 1994/95 1995/96 %
I I I 95/96
' I I I95/96
Etatsdu
Sud etSud-
Est
^__^
Paraná 2 154,1 2 125,0 2 311,5 2158 5 332,9 5 591,0 6 009,9 25,04
Rio Grande 3 185,1 3 007,7 2 864,3 26,74 5 442,7 5 886,2 4 497,0 18,73
do Sul
Mato Grosso 1101,7 1042,7 878,3 8,20 2 392,5 2 358,9 2 064,0 8,60
do Sul
São Paulo 553,9 540,0 563,6 5,26 1 230,9 1 165,0 1 223,0 5,09
Santa 217,3 205,0 222,4 2,07 434,4 443,3 467,0 0,02
Catarina ______
Etatsdu
Nord-Ouest _^__
Mato 2 023,0 2 280,4 1859,3 17,36 5 319,8 5 685,5 4 555,3 18,98
Grosso
Etatsdu
Centre-
Ouest
Goiás 1110,5 1123,0 909,4 8,49 2 331,0 2 153,7 1955,2 8,14
MinasGerais 591,5 601,3 528,0 4,93 1268,9 1199,7 1082,4 4,51
Etatsdu
Centre-Est
Bahia 434,0 470,6 433,0 4,04 873,4 1 072,9 909,3 3,79
Maranhão 62,9 87,5 85,3 0,01 140,6 169,4 191,9 0,01
TOTAL
BRESIL I 11 514,4| 11 545,4| 10 709,5| 100' 24 912,4 | 25 843,0 | 24 000* | 100

Superfìcieen millions Production


d'hectares. en millionsde tonnes.* : estimation
Source: Elaboration
personnelle de Vieira,1997 (donnéesde base: CONAB)
à partir

Les deux foyersd'expansionrécentsde la Chapada dos Pareciset de la


régionBalsas-Barreiras chacunà Tune de ses deux extrémités,
délimitent,
la dernièrefrontière brésilien,en
agricoleouverteau centredu territoire
borduredu bassinamazonien.

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
DE NOUVELLESROUTESPOURLE SOJABRÉSILIEN 155

Avec 165 000 km2 et environ 200 000 habitants,la région de la


Chapada dos Parecis se situe dans l'Etat du Mato Grosso. De par sa
topographieplane, ses sois profondset rouges,son climatensoleilléet
régulièrement de terresles plus
pluvieux,elle constituel'un des réservoirs
potentiellementproductives du Brésil. En 1994, sur 1,5 million
d'hectaresvalorisés,le soja occupaitplus de 1,1 milliond'hectares.Avec
un rendementde 2,67 tonnes par hectare,plus élevé que la moyenne
nationale,la productiona frôléles 3 millionsde tonnes(Ministeriodos
Transportes,1996 : 4). En 1997, 5 millionsde tonnesde soja devraient
êtrerécoltéesau totaldans l'Etat du Mato Grosso (Folha de São Paulo,
15 mars 1997). Le groupe fondé par André Maggi est l'un des
principauxmaîtresd'oeuvrede la miseen culturede cettezone. Aprèsla
consolidation de ses activitésà l'Ouest de l'Etat du Paraná et près de
Cuiabá, à l'Ouest de l'Etat du Mato Grosso,il a étenduses propriétésau
Nord de l'Etat du Mato Grosso. La nouvelle ville de Sapezal (4 000
habitants) lui doit son existence,ses infrastructures, ses projets de
développement et sa transformation récente en município.Considéré
comme "o rei da soja", le groupe projette l'achat de nouvelles terres
encore plus au Nord, à Humaitá, au Sud de l'Etat d'Amazonas. Il
posséderait95 % des 40 000 hectaresqu'il consacreà cetteculture.Il
produira, en 1997, autour de 100 000 tonnes. Avec 600 à 700 000
tonnesvendues,il est l'un des principauxnégociantset, surtout,il aspire
à devenirl'un des plus importantsexportateursdu Brésil. La mise en
servicedu couloir de transportmultimodalNord-Ouest, qu'il soutient
très activement,devraitlui permettred'expédier, en 1997, 420 000
tonnes(Folha de São Paulo, 26 janvier1997).
Le second foyerse composede la régionde Balsas,au sud de l'Etat du
Maranhão, et de celle de Barreiras,au sud de l'Etat du Piauí. Dans la
régionde Balsas,l'arrivéequotidienned'agriculteurs,venusdu Sud pour
acheter des terreséventuellementdéfrichéeset encore peu chères,
provoque le réveil et la création de petitesvilles, la constitutionde
fazendaset une croissancetrèsfortedes productionsagricoles: 8 000
tonnesde grainsrécoltéesen 1990, 254 000 en 1997, 500 000 prévues
en 2000. Dans la régionde Barreiras,l'expansiondu soja se faitdans le
cadre du programmePRODECER - PROgramade DEsenvolvimento do
CERrado-, financéà 60 % par le Japon."O interessedo governojaponês
nesses financiamentosé aumentara ofertamundial de alimentos,para
não ficardependentede poucos fornecedores"(Veja, 2 avril 1997). La
phase actuelle prévoitl'implantationde colonies agricolessur 40 000

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
156 C.M.H.LB. Caravelle

hectares. En 1996,20 à 25 000 hectares ontétéseméset 23 000 tonnes


récoltées {Folha de São Paulo, 23 octobre 1996).
Gravitantautour de ces deux zones pionnières,d'immenses
superficies devraient êtreprogressivement misesen valeur: Sud de l'Etat
d'Amazonas, versHumaitá,Nord-Estde l'Etatd'Acre,versRio Branco,
terres le longdu Rio Madeiraetde l'Araguaia, Ouestde l'Etatde Bahia,
etc.Autrement dit,de Rio Brancoà Barreiras, "segundoo Ministério da
Agricultura, existem 45 milhões de hectaresde terreno cultivável nessa
faixa,ainda inexplorados. [...] Essesnúmerosrefletem o tamanhoda
potencialidade económicadessafaixado BrasilCentral"( Veja,2 avril
1997). Seulela miseen culture des 16 millions d'hectaresde la Chapada
dos Parecispermettrait d'obtenir, après amélioration des rendements,
l'équivalentde 60 millionsde tonnes soja (soit productiondes
de la
Etats-Unis ou plusde deuxfoisla production brésilienne actuelle).
L'ouverture de fronts agricolesgénèrele développement d'activités
industrielles et de services.Etantdonné sa forteconsommation de
fertilisants, de pesticideset de semences sélectionnées, et sesbesoinsen
technologie avancée, la du
production soja s'avère très liée au secteur
agro-industriel d'amont. Elle s'intègrenéanmoins encore plusà l'agro-
industried'aval car, commeles autresoléo-protéagineux (tournesol,
colza, arachide, coton), c'est une production destinée à être
transformée4.
En moyenne, au Brésil,85 % de la récolte esttriturée. En 1996,plus
de 20 millionsde tonnesde grainesont ainsiété industrialisées pour
obtenir15,3millionsde tonnesde tourteaux et prèsde 3,7 millionsde
tonnesd'huile.Afinde limiterle fret,les unitésde transformation du
soja se sontmultipliées danslesrégions et des
de production près points
de consommation ou d'expédition. Concentrées dansle Sud et Sud-Est,
elles s'installentpetit à petitdans le Centre,suivantl'expansion
géographique du soja5.En fait,

4 La trituration de la grainede soja permetd'obtenirde l'huile, propreà la


consommation humaineaprèsson raffinage, et des sous-produitsà forttauxprotéique,
telsles tourteauxincorporésdansles rationsdes animauxélevésintensivement pourla
production de viandesblanches porcs)ou de lait(vacheslaitières).
(volailles,
5 Par nord-américaine Cargillseraitsur le point
exemple,la firmemultinationale
d'acheterl'huilerie
qu'elleloue à Barreiras.La sociétébrésilienne une
Cevala construit
unitéde triturationde plusde 600 000 tonnesparan à São Luis(Etatdu Maranhão).

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
DE NOUVELLESROUTESPOURLE SOJABRÉSILIEN 157

a marcha da indústria
processadoraparaas regiõesdefronteira,seguindo
o caminhoda matèria-prima (e trazendo outros
consigo segmentos da mesma
ypodeserexplicada
indústria) peloelevado percentual
(aproximadamente 65
%) que representaa matéria-prima noscustosoperacionais de umaplanta
processadorade óleosvegetais. ', a instalaçãode
Para algunsespecialistas
indústriasesmagadorasnas regiõesde fronteirasó será plenamente
viabilizadacoma presençade unidades de conversão
deproteína em
vegetal
animal(produção avícola,por exemplo).O fretedo transporte de óleoe
fareloé muitoelevado,o quejustificaria deslocar
umprodutocommaior
valoragregado.(Burnquist,1994 : 53)
En exportant66 % des tourteauxqu'il produit,40 % de l'huile brute
et 25 % des graines, le Brésil appartient au groupe de tête des
exportateurs mondiauxde produitsà base de soja. Ses deux concurrents
directssontles Etats-Uniset l'Argentine.Il est le premierfournisseur de
tourteaux, le deuxième d'huile bruteet le troisième de graines.Ces trois
produits(sans compterles alimentsplus élaborés) représentent environ
10 % des recettesà l'exportationde l'Etat brésilienet un tiersde celles
composées exclusivementde produitsagricoleset agro-industriels qui
ont rapporté,en 1997, 14,5 milliardsde dollars.Avec une baisse des
ventesde produitsdérivés(9,3 millionsde tonnesde tourteauxcontre
10,7 en 1996 et 1 millionde tonnesd'huile contre1,3 en 1996) et une
haussetrèsimportantede cellesde graines(8,5 millionsde tonnescontre
3,3 en 1996)6, le complexesoja devraitrapporter plus de 5,4 milliardsde
dollars(plus 22 % par rapportà 1996) (Veja, 26 mars1997).
Les principaux acheteurs sont l'Union Européenne, les pays du
Moyen-Orientet ceux d'Asie du Sud-Est. Or, le glissementspatialde la
culturedu soja versl'Ouest et le Centredu territoire
a créé un nouveau
handicapen matière de de
logistique transport interne.

O alargamentoda área de cultivopara o cerrado,ao mesmotempoque


permitiuuma produtividadecomparávelàs mais altas obtidasno mundo,
introduziuproblemasde transportee deprodução,que ao mesmotempoque
tornamo custode produçãomato-grossense o maisalto do país, aumentaa
distânciamédia entreas áreasprodutorasbrasileirase osportospara 895

Elle est une conséquencedirectede lá suppressiondes 13 % d'ICMS sur les


exportationsde graines,
lestourteaux
continuant à êtretaxésà 11 % etl'huileà 8 %. Les
acteursdu complexesoja ontdoncplacéplusde grainessurles marchéstierset en ont
importé 2 millionsde tonnes(contre1 millionde tonnesen 1996) pourapprovisionner
leurshuileries(Voir GazetaMercantil, 5 septembre1996, et Folha de São Pauloy2
septembre 1996)

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
158 CM.H.LB. Caravelle

km,estimados
em 1990, contraos 662 kmcalculados
em 1980. (Vieira,
1997: 122)
Ainsi,les nouvelleszones de productionsont plus éloignéesdes
installations
portuairesd'expéditiondu Sud etdu Sud-Est.En revanche,
ellessontplusprochesdesportsde destination. Parexemple,il y a 5 000
km de moinsentrele portde Pontoda Madeira,prèsde São Luis,et
celuide Rotterdam, qu'entrele portde Santos,prèsde São Paulo,et ce
mêmeporteuropéen.Cettesituation inédite,replacéedansun contexte
international rendvitaleuneamélioration
trèscompétitif, desconditions
d'acheminement de la productionversces pointsd'expéditionplus
rentables.

Plusieursprojetsde couloirsde transportmultimodaux


Au coursdes années 1970 et 1980, "uma tendênciade descon-
centraçaogeográfica da atividadeeconómica"et "uma significativa
expansão do comércio intra-regional"7(Castro,1995 : 5) ontaccrules
besoinsen logistique de transport. Or, parmanquede modernisation et
d'organisation, les réseaux de transport brésiliens continuent, à
l'approche du XXIe siècle,à ne pas offrir
de bonnes conditionspour
l'écoulement des marchandises, notamment des différentesproductions
agricoles,auxvolumesconséquents maisà faiblevaleurajoutée.Bienque
le
privilégié, transport routier reste inadéquat.Les conditionsde
circulation sontdangereuses surla plupartdes routeset de nombreux
goulotsd'étranglement congestionnent surtout
le trafic, au plusfortdes
récoltes.Le réseauferroviaire actuel,identiqueà celuides années1950,
estdélaissé.Les voiesfluviales commecellesqui avaientété aménagées
surle Tietê,le São Francisco ou l'Araguaia sontpeu utilisées. 67 % des
produits issusdu complexe soja sontainsitransportés parla route,28 %
le sont par le rail et 5 % par voie fluviale.Aux Etats-Unis,ces
proportions sontrespectivement de 16 %, 23 % et61 % (Abiove,1996).
Face à la haussedes coûts(le transport routier coûteneuffoisplus
cherque le transport fluvialet troisfoisplus cherque le transport
ferroviaire), une nouvellevisiondu transport s'est imposéechez les
acteursdesdifférentes filièresagro-industrielles.

7 La
régiondu Sud-Est a perdu de l'importancedans la formationdu PIB national,au
profitdes régionsdu Nord, Nord-Est et Centre-Ouest. La région Sud a maintenu sa
participation.

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
DE NOUVELLES ROUTES POUR LE SOJABRÉSILIEN 159

O conceitovia de transporte por eixosde transporte


devesersubstituído
[...] o que nada maisé do que a combinaçãode uma ou mais modalidades,
que tornamaiseconomicaa transferencia de um bemdesdea sua origematé
o cliente...
(Pavan,1994:55)
Des projets de ' transportmultimodauxont été élaborés qui
structurent des "couloirs"d'acheminement des marchandisesautour
d'axesqui peuvent un fleuve.
être,parexemple, Moyensde maîtriseetde
valorisation ces couloirsconstituent
de l'espacebrésilien, des enjeux
économiques, sociauxetenvironnementaux considérables.
En effet,
os corredores
de transporte multimodaisintegrados(rodovia,ferrovia,
hidrovia,porto,aerovia)objetivama integração
racionale competitiva
entre
as áreas de produção e os centrosde consumodo país ou pontospara
(Licio, 1995 : 3)
exportação/importação.
La créationde ces couloirsde transport multimodaux, insérésau
cœur de régionsen plein boom agricole,figureparmiles actions
multisectorielles
à menerdansle cadredu planpluri-annuel 1996-1999
plusde décentralisation,
qui préconise de dérégulationet de partenariat
Leur
privé-public8. aménagement a étéchiffréà 800 millions de dollars.
Parmiles quatreprojetsde couloirsdirectement liésà l'écoulement
desproductionsdu complexesoja9,ceuxdu Centre-Nord et du Centre-
Est aurontdes impactsnationauxet ceux du Paraná-Paraguay et du
Nord-Ouest aurontdesimpacts continentaux.

Le couloirCentre-Nord
II englobel'Etatdu Tocantinsets'étenddu Nord-Ouestde l'Etatdu
Goiásau Sud de l'Etatdu Maranhão,du Sud-Estde l'Etatdu Paráetde
l'Estde l'Etatdu Mato Grossoà l'Etatdu Piauí.80 millionsd'hectares

8 Par ailleurs,
après la loi sur les ports de 1993 qui autorise la privatisation des
installationsportuairesfédérales,un programmeconcretd'investissements privésdans les
ports d'expéditionde produitsagricoleset agro-industriels a été lancé en octobre 1995
(voir Folha de São Paulo, 6 janvier1997 et 11 mai 1997). Un certainretarda été prispar
rapportaux autresgrandspays agro-exportateurs comme les Etats-Unis,organisésdepuis
longtemps,ou l'Argentine,qui a déjà restructuré et moderniséses portsd'exportationet
qui a des coûts d'embarquement3 ou 4 foisinférieurs à ceux du Brésil.
"
II en existequatreautres: le projetde couloir Nord (sortiemaritimepar la Caraïbe), le
projet de couloir Cuiabá-Santarém, le projet de couloir Nord-Est (axé sur le Rio São
Francisco) et le projet Mercosul qui doit intégrerles réseaux de transportroutiers,
fluviauxet portuairesdes quatre pays.

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
160 C.M.H.LB.Caravelle

sont concernés,dont plus de 21 millionscultivables.En 1993, 2,3


millionsde tonnesde grains(riz,maïs,soja) ont été récoltées sur3,8
millions d'hectares(Ministèredes Transports,1996 : 10). Les
rendements déjàélevésdesprincipaux noyauxde développement (région
de Balsaset régionde Barreiras) et l'avancéerapidede l'exécutiondu
programme PRODECER laissentaugurerde volumesde production
agricoles futursimportants. La régionprésente ausside bonnesaptitudes
la
pour sylviculture (production de celluloseà Imperatriz).
Ce couloirse scindeen deuxparcoursaxéssurle Rio Araguaiaet le
Rio Tocantins,dontle dragageet le balisageconstituent les principaux
investissements. Le premier trajetemprunte le Rio das Morteset le Rio
Araguaia,de Nova Xavantinajusqu'à Xambioá,soit 1 800 km de
transport fluvial.Il se poursuitpar la routejusqu'à Imperatrizou
Estreito. Lesderniers 2 100 kmse fonten cheminde fer,d'abordjusqu'à
Açailândia et,enfin, jusqu'auportde Pontoda Madeira(São Luis) ou
celuid'Itaqui,parla ferrovia Carajás1®. Le secondtrajetcombinedeux
modesde transport : la voiefluvialede Miracemaà Estreito (480 kmsur
le Rio Tocantins),la voieferrée d'Estreitoà Imperatriz surun tronçon
Nord-Sudde 230 km(dont120 en construction) et de Carajásau port
de São Luis(Pontoda Madeira)ou Itaqui(600 km).
Le premier parcoursa permis,en 1997,d'écoulerla production de
soja de la région de Balsas. un
Après transport en camion jusqu'à la
stationferroviaire le
d'Imperatriz, soja est mis dans des wagonset
emportépar la ferrovia Carajás.Il est ensuitechargésur les bateaux
amarrés dansles portsmaritimes concernés, en transitant ou non dans
dessilosde stockage. La diminution du fretestnette: "o frete de Balsas
atéRoterdãficaem37 dólaresa tonelada.O produtor paranense paga4 1
reaispara que sua soja cheguea Roterdã"(Veja, 12 avril1997). Le
secondparcoursestutilisédepuiscettemêmeannée,aprèsla miseen
servicede 110 kmde la voieferrée Nord-Sudet sa combinaison avecla
ferroviaCarajás. Les acteurs mettent en avant l'association d'une voie
ferréeneuveet d'un portmoderneet organisé, géréspardes entreprises
et des à bas
privées garantissant produits prix compétitifs et surle marché
mondial(Manchete Rural,avril 1996).

1° La
Companhia Vale do Rio Doce gère la voie ferréedu Carajás qui transporte
annuellement49 millions de tonnes de marchandises,dont 45 millions de tonnes de
mineraide fer(sa principaleproduction),et 4 millionsde tonnesde grains,dont 200 000
tonnesde grainesde soja.

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
DE NOUVELLESROUTESPOURLE SOJABRÉSILIEN 16 1

Plus généralement,le coût actuel du fretentreNova Xavantina et


Rotterdam,après utilisationde la route et via Santos, le port du Sud,
s'élève en moyenne à 87 dollars par tonne. L'utilisation du couloir
Centre-Nordsur sa partiela plus longue (voie fluvialeNova Xavantina-
Xambioá sur l'Araguaia,routeXambioá - Imperatrizou Estreito,voie
ferréeImperatriz- São Luis, voie maritimeSão Luis - Rotterdam)
impliqueraitdes fraisd'un montantde 71 dollarspar tonne. Après les
premiersaménagements,ils seraientde 55 dollarspar tonne,et de 37
dollarsà partirde Miracema.
L'expansion du soja dans la zone d'influencedu Rio Araguaia et
l'intégrationde celle-cidans la zone d'influencedu couloirCentre-Nord
expliquentla décisionde la Ceval de construireune unitéde trituration
dans l'Etat du Maranhão. "Com uma produção avaliada em um milhão
de toneladas de grãos de soja, o Araguaia vai dar uma vantagem no
volume transportado pelo corredore garantirproduçãosuficientepara o
esmagamento no Maranhão" {Gazeta Mercantil,25 juillet 1996).
de
L'entreprise navigation Navbel doit fournirà la Ceval 4 bargesde 2
500 tonneschacune et un remorqueur.Par ailleurs,il existeles projets
d'implantation, dans le munícipe d'Imperatriz,d'une industrie de
cellulose (420 000 tonnes par an) et d'une industriede fertilisants
(50 000 tonnespar an).

Le couloirCentre-Est
II doit relierau système portuaire de Vitória-Tubarão, dans l'Etat
d'EspiritoSanto,toutela régioncentrée surle Nord-Ouestde l'Etatdu
Minas Gerais(TriânguloMineiro)et la régiondu district fédéralde
Brasilia.Environ13 millionsd'hectares seraientsusceptiblesd'êtremis
en valeur,dont près de 10 sont cultivables.Le cheminde ferest
l'ossaturede cetaxede transportdestinéà acheminer,pourl'exportation,
des produitsagricoles, des produitssidérurgiques,de la celluloseet du
minerai de feret,pourl'importation, desfertilisants,
du blé,desproduits
industriels(voitures).
Appartenant à la CompanhiaVale do Rio Doce, la
voie ferréeentrele portde Tubarão et la ville de Belo Horizonte
fonctionne bien.Le tronçonsuivant, entreBelo Horizonteet Pirapora,
est en coursde privatisation.Son extension jusqu'à Unai devraitêtre
construitepar la compagnieprivée.Les travauxde restructuration
portuairecomprennent notamment la construction,à Tubarão,d'un
terminald'exportation exclusivement réservéà l'embarquement de

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
162 CM.H.LB. Caravelle

graineset d'huilede soja. Les coûtsde transport


ferroviaire
de produits
d'Unai
agricoles à Tubarão seraientde Tordrede 38 dollars
partonne,
contre62 à l'heureactuelled'Unaià Santos.

La voie fluvialeParaguay-Paraná
Elle doitparcourir 3 600 kmde la villede Cáceres(Etatdu Mato
Grosso)à l'embouchure du Rio de la Plata.Au Brésil,elleconcerneles
Etats de São Paulo, du Paraná et du Mato Grosso do Sul. Son
aménagement resteencoreà l'étudetantles travaux sontimportants et
l'impactenvironnemental sérieux.Les partiesdéjà utiliséespour le
de
transport soja se situent dans la secondepartiede la futurevoie,
notamment à partird'Asunción (grainesde sojaproduites au Paraguay et
transportées pour trituration jusqu'aux unités du
argentines port de
Rosario).Début 1997,des travaux de dragageontétéentrepris à partir
du portde San Martin(qui appartient au complexeportuaire argentin
Rosario- San Lorenzo- San Martin).Ils ont portéà 32 pieds la
profondeur du Río Paraná,ce qui permet le passagede bateauxde haute
mer.Le secondprojeten coursd'approbation estceluide la construction
d'un canalqui relieraitle Rio Paraguay et le Río Paraná.Il démarrerait
au-dessusdu gigantesque barragehydroélectrique et
d'Itaipii,l'éviterait
se poursuivrait
jusqu'au-dessus d'Asunción, la capitaleparaguayenne. La
connexion Tietê- Paraguay - Paranáseraitalorspossible.

Le couloirNord-Ouest
Bien qu'inachevé,il est opérationnelsur sa majeurepartieet a
commencéà êtreutiliséen avril1997. Une analyseplusprécisede son
organisation estmotivée
etdesobjectifs parsoncaractère dans
prioritaire
la phaseactuelled'aménagement du centredu territoire Il doit
brésilien.
irriguerles Etatsdu Mato Grosso,de Rondônia et d'Amazonas et les
mettre en relationaveclespaysandinslimitrophes.

et enjeux11
Le couloirde transportmultimodal: structure
L'aire d'influencedu couloirNord-Ouestconcerne20 millions
d'hectarespotentiellement Elle couvre,avanttout,la région
cultivables.

11 Les informations
présentéesici sont extraitesdu document technique Corredorde
transportemultimodal noroeste,établi et diffuséen juin 1996 par le Ministère des
Transportsbrésilien.

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
DE NOUVELLESROUTESPOURLE SOJABRÉSILIEN 163

de la Chapada dos Parecis,dont l'épicentreest à 500 km au Nord-Ouest


de Cuiabá. Elle dessertégalementles zones de Cerradosqui bordent,de
partet d'autre,sur 150 km,la routeBR-364 (de Cuiabá à Rio Branco en
passant par Porto Velho), les terresqui s'étendent le long du Rio
Madeira (entrePortoVelho et Itacoatiara),le sud de l'Etat d'Amazonas
(d'Humaitá à Apui) et le Nord-Estde l'Etatd'Acre.
Le couloircombinela route,des zones de productionà PortoVelho,
la voie fluviale,sur le Rio Madeira, de PortoVelho à Itacoatiara(1115
km), et la voie maritime,surl'Amazone,à partird'Itacoatiara.Ainsi,
o projetodo Corredor de TransporteMultimodalNoroesteconstituir-se-á
em um eixode macro-integração [...]. A
para aquela regiãodo solobrasileiro
implantação do aludido Corredor tem por intuito
fomentar o escoamento da
"
de
produção grãosproveniente da Nova FronteiraAgrícola Brasileira ",
aproximadamente 4 milhõestonI ano, situadaa noroestedo Estadode Mato
Grosso(regiãoda Chapada dos Parecis),por consequência,maximizandoa
competitividade dessesprodutosjunto ao mercadointernacional, face ao
barateamento dos custosde transporteenvolvidos.(Extraitd'un avis du
MinistreFédéraldes Transportsadresséau MinistreFédéralde la
etdu Budget)
Planification

Au début de 1996, sous le contrôlede l'Etat Fédéral brésilien,un


protocole de partenariat a été signé entre les autorités des Etats
d'Amazonas, du Mato Grosso et de Rondônia, les instances
professionnellesimpliquéeset les responsablesdu groupe privéMaggi.
Son objet était l'implantationdu projet Transporte de Grãos, Granéis
Sólidose InsumosAgrícolaspela HidroviaMadeira-Amazonas.Le groupe
Maggi est l'instigateurdu projet. Il détient 57% de la société mixte
Hermasa Navegaçõesda Amazonia SAycréée avec le gouvernementde
l'Etat d'Amazonas. Il finance à traverselle la plupart des travaux
d'améliorationet de créationdes infrastructures fluvialeset portuaires
(Bolsa de Comercio de Rosario,1997). Au total,248 millionsde dollars
serontinvestis.

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
164 CM.H.LB. Caravelle

Carte1 : Localisation
etstructure
ducouloir
detransport
multimodal
Nord-Ouest

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
DE NOUVELLESROUTESPOURLE SOJABRÉSILIEN 165

Le port de Porto Velho a été transformé pour recevoirles camions,


stockerles grains(capacitéde 50 000 tonnes)et les embarquer(capacité
de 800 tonnespar heure). Le groupe Maggi a apporté 5,5 millionsde
dollarset le gouvernementde l'Etat du Rondônia, 1,5 million.Le port
d'Itacoatiaraa été aménagé pour le stockagedes grains(capacité de 90
000 tonnes) et leur transbordementdes barges aux supertankers
Panamax (capacité de chargementde 1 500 tonnespar heure). Dans ce
cas, le Gouvernementde l'Etat d'Amazonas et le groupe Maggi ont
collaboréà hauteurrespectivement de 12 et 16 millionsde dollars,tandis
qu'une banque avançait24 millionsde dollars.L'entreprise
nationale12
Hermasa a acquis des bargeset des remorqueurspour 54 millions de
dollars.
Parmi les autres grands travaux,il faut releverla réparationdu
tronçonroutierComodoro - Porto Velho et la constructionde la route
MT-235 {RodoviaCeleiroda Produção)^sur400 km,entreCampo Novo
dos Parecis et Comodoro. Elle raccorderala BR-163 et la BR-364 et
traverserad'Est en Ouest la Chapada dos Parecis. Les 125 millionsde
dollarsnécessairesserontissusde financements publics. Les 28 millions
de dollarsinvestisdans la cartographie,le balisageet le dragagedu Rio
Madeira le sont aussi. Il s'agit de rendrenavigablele fleuvependant
toutel'année (contre8 mois actuellement).

De acordo com o Departamentode Hidrovias Interiores,o calado


mínimoatualmenteexistente, de cercade 2 metros,atendeas necessidades
iniciaisdo projetoHERMASA, podendoalcançara cotade 3 metros, após a
execução dos serviçosde melhoramentona hidrovia,acompanhando os
desdobramentos dasfasesde implantaçãodo Projeto(1997 a 2002).

Actuellement, 90 % du soja de la zoneestécouléparla route,versle


Sud,en direction du portde Paranaguá, prèsde Curitiba, ou du portde
à
Santos, 70 km de São Paulo.2 200 km en
sontparcourus camion,sur
des routesmalentretenues. A l'arrivée,les opérationsde déchargement,
de stockageetd'embarquement se passentdansde mauvaises conditions,
du faitde la désorganisationgénérale et de la vétusté
des installations
portuaires.L'attenteest toujourslongue : il fautune semaineen
moyennepourembarquer le soja dansle portde Paranaguáet 12 jours

12 II
s'agit de la BNDES - Banco Nacional de DesenvolvimentoEconomicoe Social -. Elle
faitcrédità des taux avantageuxaux entreprisesnationalesdésireusesde développerun
projetd'industrialisation.

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
166 C.M.H.LB. Caravelle

dans celui de Santos. Il en résulteun surcoûtqui n'existepas avec le


couloirde transportmultimodaldu Nord-Ouest.
Début avril1997, 300 000 tonnesde grainesde soja (100 000 tonnes
produiteset 200 000 tonnesachetéespar le groupeMaggi) ont inauguré
le trajet.Transportéesen camionsurla routeBR-364, de la Chapada dos
Parecis à Porto Velho, elles ont été chargéesen vrac sur des convois
composésd'un remorqueuret de six bargesde 11 600 tonneschacune.
Guidés par des ordinateursqui analysentdes informations satellitaires,
les convoisont parcouruplus de 1 000 km sur le Rio Madeira jusqu'au
portd'Itacoatiara.Une semaineest nécessairepour fairel'alleret retour.
Les grainesde soja ont été ensuitetransbordées,soit directement,soit
aprèsstockageen silos,dans des naviresde haute mer,typePanamax de
90 000 tonnes,qui ont gagné l'Océan Atlantique,via l'Amazone13.En
1998, il est prévud'écoulerainsi 600 000 tonnes,et plus tard,1 million
de tonnes.
La comparaison des frais de transportentre le trajet classique
-
Chapada-Santos-Rotterdamet le nouvel axe d'écoulement Chapada
Porto Velho - Itacoatiara - Rotterdam est sans appel quant à
l'importance de l'économie réalisée: dans le premiercas, ils s'élèventà
102 dollars par tonne ; dans le second, à 79 dollars par tonne. Avec
l'augmentationdes volumes,ils devraientencorebaisserpour se stabiliser
autourde 55 dollarspar tonne(Tableau 2).

13 Les acheteurssont deux autres


géantsdu soja : Cargillet le groupeSumitomo.

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
DE NOUVELLES ROUTES POUR LE SOJABRÉSILIEN 167

Tableau2 :
Le coûtdu fretChapadadosParecis- Santos- Rotterdam

Coûtsetprixen dollarspartonne
Trajettraditionnel Aujourd'hui A longterme
CotationRotterdam 1996 293 293
Chapadados Parecis- Santos
fretroutier 70 70_
Santos- Rotterdam
fretmaritime
etprixFOB 32 29_
Impôts 43. 0_
Gains I 148J 191

Coûtsetprixen dollarspartonne
Nouveautrajet Aujourd'hui A longterme
CotationRotterdam 1996 293_ 293
Chapadados Parecis- PortoVelho
fretroutier 30 20_
-
PortoVelho Itacoatiara
fretfluvial 19 13
prixFOB 9_ 6_
- Rotterdam
Itacoatiara
fretmaritime 21 16_
Impôts 43_ 0_
Gains I 17JJ 248_
Source: Vieira,
1997

Un enjeu résidedonc dans l'amélioration de la compétitivité


du
Brésilsurle marchémondialdu soja et son renforcement
vis-à-vis
du
premier les
mondial,
exportateur Etats-Unis :

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
168 CM.H.LB. Caravelle

... comessahidrovia,a soja brasileiradeveráchegaraosportoseuropeusa


um custoinferior ao norte-americano - os maiores Nos EUA, o
produtores.
custode produçãoda toneladade soja vai de US$ 130,00 a US$ 160,00.
No Brasil, o valor mais baixo (obtido na soja escoadapela hidroviado
Madeira) é de R$ 113,00. {Folha de São Paulo, 12 avril1997)

Un autreenjeu consisteà consoliderla frontière agricoleouverteau


Nord-Ouest en la rentabilisantet en introduisantdes activitésagro-
que ce soit dans les Etatsdu Rondônia ou d'Amazonas,ou
industrielles,
dans des zones plus en retraitdes Etatsd'Acre,Pará et Roraima{Folha de
São Paulo, 25 mars1997).

A diversificação de culturas,a implantaçãode agroindústrias,dentrode


um modelode desenvolvimento e o surgimento
auto-sustentado, de novos
negócios, são possibilidades consequentes do novo ciclo. Configura-se
iminentea instalaçãodosseguintes : açúcare álcool,
projetosagroindustriais
sub-produtos do milho,proteínasanimais (frigorífico e criatórios),óleos
vegetais,
fécula de mandioca e raçõesanimais. (Ministèredes Transports,
1996:19).
Le groupe Maggi a élaboré de tels projets dont il ne conçoit la
réalisationqu'à partirdu momentoù l'infrastructure
existe.
Dans une perspectivegéographiquedépassantces enjeux à l'échelle
mondiale et ces objectifs de développement à l'échelle nationale,
l'implantationdu couloirde transportmultimodalNord-Ouest renvoie
également à l'échelle régionale (sous-continentale). La proximité
géographique de plusieurs pays sud-américains(Bolivie, Colombie,
Pérou) permet de supposer qu'ils pourraient être des acheteurs
importants des productionsagricoleset agro-industriellesenvisagéesdans
les zones traverséesqui sont "...geograficamente e culturalmentemais
próximosdessespaísesdo que dos estadosbrasileirosdo Sul e Sudeste..."
(MAARA, 1996 : 10). De même,dans le cadrede l'intégration régionale
sud-américaine et avec comme objectif les marchés asiatiques, les
activitésd'exportationdes produitsbrésilienspeuventêtre envisagésà
partirdes portsdu Pacifique(portsd'Esmeraldaet de Paita en Equateur,
port de Matarani au Pérou). Dès lors,la multimodalitésupposeraitde
privilégierle transportferroviaireet fluvial.La route,trop chère,serait
un supportet un moyencomplémentaire.

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
D E NOUVELLES ROUTES POUR LE SOJABRÉSILIEN 169

Conclusion
Le corridorde transportmultimodalNord-Ouest est un exemplede
la nouvelle politique des autorités brésiliennes en matière
d'acheminementdes produitsissusdu complexesoja. L'améliorationde
la compétitivitédu Brésil sur le marché mondial est d'autant plus
nécessaireque les perspectivesd'exportationsont bonnes : réductiondes
subventionsaux producteursaméricainset européensconcurrents, baisse
globale de la production et hausse de la demande,faibledisponibilitéde
nouvellesterres,consolidationdes marchéseuropéens,asiatiqueset sud-
américains.Le déficonsisteà adopterdes politiquesmacro-économiques
et agricolesadéquateset à développerdes moyenslogistiquesefficaces.
L'aménagementde portsmodernesest en courssur les voies fluviales
brésiliennes.Certainssontdes portsditsde troisièmegénération,c'est-à-
dire des ports qui intégrentdes activités de manutention et de
commercialisation, et où est crééede la valeurajoutée,par implantation
d'industries.Les portsdits de deuxièmegénération,développéspetit à
petit dans les années 1980, concentraientseulement des centres de
servicespour le transportet le commerce.Les ports dits de première
génération,conçus dans les années 1960, étaientsurtoutdes lieux de
dépôt des marchandises.
Or, l'abaissementdes coûts maritimes,par l'aménagementde ces
plate-formesportuairesperformanteset par l'augmentationde la taille
des bateauxde hautemer,exigeen amontla diminutiondes coûts pré et
post-acheminement des marchandises.

En el transporte
multimodal, losmodosde transportesoneslabonesde
una muylargacadenaque vinculalos intereses de losprotagonistas
del
comercio internacional.
[...] Porefecto de un vasto sistema
y eficiente global
de transportes,
una redde intereses económicosinteractúan
alrededor
de esas
mercaderías que terminarán finalmente vendiéndoseen mercadosquizás
muy distantes.
(Fraguio,1994 : 2)
Le dynamisme du port rejaillit sur ses zones géographiques
d'influence.Elles peuvents'élargirpar maîtrisedes coûts de transport
terrestre
et par mise en concurrencedes différents modes (Bourdillon,
1991 : 94). La relationentrele portet les airesqu'il contrôlese resserre,
tendantà une véritable"integraciónde estospuertoscon sus respectivos
hinterlanda travésde redesferroviarias, carreterase hidrovíaseficientes"
(La Nueva Provincia^6 septembre1996).

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
170 C.M.H.LB.Caravelle

Decides par les autoritéset aménagésen partenariatavec de grands


groupes privés, les projets de couloirs de transportmultimodaux
devraientêtre réalisésà moyen terme.Ils redéfinirontprofondément
l'organisationdu sytèmeportuairebrésilien,par une répartitionplus
judicieusedes expéditions,selon la proximitégéographiquedes zones de
productionet des points d'expédition.Cependant, leur mise en place
sera freinéepar des problèmesenvironnementaux. Dans les documents
et dans les budgetsprévisionnels,
officiels,préparatoireset prospectifs,
aucune étude d'impact écologique n'apparaît... Des institutionsont
commencé à s'opposer, qui défendent les conditions de vie des
populationsindienneslocaliséesprèsdes voiesfluvialesconcernées,et qui
insistentsur les conséquences désastreusesde la voie Paraná-Paraguay
pour le Pantanal.

RÉSUMÉ : Par la mise en place progressive de couloirsde transport


multimodaux, le Brésilmodifie d'acheminement
sa logistique de sesproductions
et réorganise
agricoles sonsystème portuaired'expédition issusdu
des produits
complexesoja. La voie ouverte
fluviale, surle Rio Madeira(de PortoVelho au
et prolongée
portd'Itacoatiara) parla voiemaritime de l'Amazone,structurele
couloirNord-Ouest récemment inauguré.

RESUMO : A travésdo establecimento progressivode corredoresde


multimodais,
transporte o está
Brasil sua
modificando de escoamento
logística
de seus produtosagrícolase está reorganizandoseu sistemaportuariode
exportação abertano Rio Madeira
de produtosdo complexosoja. A hidrovia,
e prolongada
(de PortoVelhoao portode Itacoatiara) pelavia marítimado Rio
Amazonas, o
estrutura corredorNoroesterecentemente
inaugurado.

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
DE NOUVELLESROUTESPOURLE SOJABRÉSILIEN 17 1

Références
bibliographiques

ABIOVE (1996). Donnéesstatistiques


annuelles sojaau Brésil.São
surle complexe
Paulo.

françaisface à
BOURDILLON, Jacques (1991). Les réseauxde transport
Paris
VEurope. : La Documentation 223
Française. p.
BURNQUIST, Heloisa Lee (coord.)(1994). "O complexoagroindustrial da
soja",pp 43-68. In : Liberalização um
comercial: fator de desenvolvimento
do setoragrícolabrasileiro}Brasilia: IPEA, Serie Estudosda Política
Agrícola,n°l 4,21 6 p.
Bolsa de Comerciode Rosário(1997). "Improving Brazil'sinfrastructure".
Boletín n°
Rosario, 89, 13 juin,p.
semanal, 6-8.
CASTRO, Newtonde (1995). Intermodalidadey intramo
dalidadee o transporte
de longadistânciano Brasil.Brasília: IPEA, Textospara Discussão,
21 p.
n°367,fevereiro,
FRAGUIO, CarlosJ. (1994). Los puertosa comienzosdel sigloXXI. Bahía
Nacionaldel Sur.Ciclo de conferencias.
Blanca: Universidad Octubre.
13 p.
LICIO, Antonio (1995). aOs eixos estruturadorese os corredoresde
transportes". de
Revista n° 4, ano IV, p. 3-
out-nov-dez,
políticaagrícolay
4.
Ministério do Abastecimento
da Agricultura, e da Reforma
Agrária(MAARA)
(1996). A agricultura
brasileira
: integração
sudamericana
e entradas/saídas
Brasília.
peloPacífico. Mimeo. 13 p.
Ministério do Abastecimento
da Agricultura, e da Reforma Agrária(MAARA)
(1996). Corredores
de multimodais.
transporte Brasília.Fevereiro.
29 p.
Ministério
dos Transportes(1996). Corredor
de transporte
multimodal
noroeste.
Brasília.
Junho.36 p.
PAVAN,RenatoCasali (1994). "Infra-estrutura
de transportes",
p. 55-60. In :
MELLO, Fernando Homem Fórum
(de) (coord.). Car de
gill debates: "O
futuro brasileiro".
agrícola : 126
Campinas FundaçãoCargill, p.

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
172 C.M.H.LB.Caravelle

VIEIRA,LuísFernando(1997). "Complexos do milho,da soja


agroalimentares
e do trigono Brasil",p. 115-136.In : Procisur/IICA.
Mapeotecnológico
decadenas agroalimentariasenel ConoSur.Montevideo,febrero.
- 1997. "Abertura
nosportos".FolhadeSão Paulo,11 mai.
- 1997."Novahidrovia o custoda soja brasileira".
no Rio Madeiradevebaratear
Folha de São Paulo, 12 avril.
- 1997."O novoeldoradoverde".Veja,2 avril.
- 1997."Choveuna horta".Veja,26 mars.
- 1997. "Amazonastransporta Folhade São Paulo,25
soja do Centro-Oeste".
mars.
- 1997. "Produçãopoderácrescer Folhade São Paulo,
4, 5% no Centro-Oeste".
15 mars.
- Novoreida sojaexplorafronteiras".
- 1997."Maggié o maiorplantador Folha
deSão Paulo,26 janvier.
- 1997. "País perdeUS$ 5 bi com portosineficazes".
Folhade São Paulo,6
janvier.
- 1996. "Soja aumentaespaçono cerradodo Piauí". Folhade São Paulo,23
octobre
- 1996. "Particular Bahia
La NuevaProvincia,
énfasisen las cargasgenerales".
Blanca,6 septembre.
- 1996."Esmagadoras
pagarãomaispelasoja". GazetaMercantil,
5 septembre.
- 1996. "Indústriareduzprocessamento da soja". Folha de São Paulo, 2
septembre.
- 1996. "Corredorestornama soja mais competitiva no mercadoexterno".
MancheteRural,São Paulo,avril.

This content downloaded from 185.44.77.82 on Mon, 16 Jun 2014 23:11:13 PM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions

Centres d'intérêt liés