Vous êtes sur la page 1sur 10

Cours d'introduction

L'Eudcation sentimentale, Gustave Flaubert

I-Le contexte historique et culturel


a- La fin du Second Empire
A l'apparition de L'Eudcation sentimentale en 1869 le regne de Louis Napoleon (III) vit ses derniers
moments. Apres la defaite de Sedan une aller plus tard, l'emprereur abdiquera et la troisieme
Republique sera proclamee.

La defaite definitive (la debacle_zola) vient portant de loin :

1-Révolution économique et sociale/ « fete imperiale »

La première décennie du Second Empire est marquée par une politique autoritaire caractérisée par le
contrôle de la vie politique et sociale. A la tête de l'Etat, Napoléon III s'appuie sur un petit cercle de
ministres, tous hommes dévoués et de confiance.
-lois repressives dites de « la surete generale » 1858

La société française s'est transformée sous l'impulsion de Napoléon III plus vite qu'en aucune autre
période de son Histoire. C'est à cette époque qu'elle a accompli sa révolution industrielle : siderurgie
industrie chimique.
L'empereur prend lui-même en main la politique économique et sociale du gouvernement.
Convaincu des bienfaits du libre-échange, il signe en 1860 un traité de libre-échange avec le Royaume-
Uni. Il institue aussi une union monétaire, l'Union latine, qui a englobé jusqu'à la Première Guerre
mondiale de nombreux pays. Enfin, il accorde le droit de grève aux ouvriers.
-revolution ferrovieree
-construction Opera Garnier 1868
-le niveau de vie moyenne progresse

2- le declin

Déboires diplomatiques

Mais l'empereur, imbu de principes humanitaires et désireux de faire prévaloir en Europe le «principe
des nationalités» (une nation, un pays), mène par ailleurs une diplomatie brouillonne.
C'est ainsi qu'il s'engage aux côtés du Royaume-Uni dans une guerre, victorieuse mais éprouvante
contre la Russie, en Crimée. Il intervient aux côtés des chrétiens d'Orient puis entraîne la France dans
de graves déconvenues, au Mexique comme en Italie.
Enfin, gravement affaibli par la maladie et poussé de l'avant par l'opinion publique, elle-même
manipulée par l'habile chancelier allemand Bismarck, il engage une guerre désastreuse contre les
armées de la Prusse et des autres États allemands.

-napoleon III souffrant -ministres vieillissent -l idee de Republique gagne du terrain

II- le contexte culturel


a- la consecration du realisme
= le romantisme

ITT., ARTS. [En Europe, fin du xviiies. et 1remoit. du xixes. surtout]


1. [À l'origine] Courant d'idées, d'expression littéraire, artistique s'inspirant du Moyen Âge, de ses
valeurs chrétiennes, chevaleresques et s'opposant au classicisme, à l'Antiquité. Le vrai romantisme (...)
n'est pas autre chose que le développement spontané du moyen âge dans l'art et la littérature (Cousin,
Hist. philos. mod., t. 2, 1846, p. 259).
2. [Par la suite] Mouvement intellectuel, littéraire, artistique qui visait à renouveler les formes de
pensée et d'expression en rejetant les règles classiques et le rationalisme, en prônant la nature, le
culte du moi, la sensibilité, l'imagination, le rêve, la mélancolie, la spiritualité, en réhabilitant le
goût contemporain, la couleur locale, la vérité historique. Romantisme, prédominance de la
passion sur la forme et de l'inspiration sur la règle (Flaub., Corresp., 1871, p. 230).Le
romantisme (...), en exaltant le sentiment, l'imagination et l'intuition, allait provoquer un
remaniement profond de la pensée occidentale (Hist. sc., 1957, p. 1565).
3.

=le realisme
le realisme s'affirme comme l'esthetique dominante de la deuxieme moitiee du XIX siecle. Les œuvres
de Stendhal et de Balzac marquent la transition vers le realisme. Cette notion s'etend aux autres
domaines culturels :
– la peinture de Courbet, L'enterremnt a Ornans 1849 premier scandal realiste
– louis Duranty fonde la revue ''Le realisme '' 1856
– le theatre : alexandre Dumas fils (La question d'argent 1857), les frere Goncourt, Germinie
Lacerteux 1865
= le naturalisme
-radicaliser le realisme
-signer la fin du relaisme : le roman devient champs d experimentation

b- Flaubert et le realisme
– Madame Bovary entre romantisme et realisme
– L'Education sentimentale est publiee a l'apogee du realisme
– A propos de mes amis, vous ajoutez « mon école ». Mais
je m'abime le tempérament à tâcher de n'avoir pas
d'école! A priori, je les repousse, toutes. Ceux que je
vois souvent, et que vous désignez, recherchent tout ce
que je méprise et s'inquiètent médiocrement de ce qui me
tourmente. Je regarde comme très secondaire le détail
technique, le renseignement local, enfin le côté historique
et exact des choses. Je recherche par-dessus tout la beauté,
correspondance avec Geores Sand

II- Biographie
Biographie de Gustave Flaubert
1821 Naissance de Gustave Flaubert, le 12 Décembre à l'Hôtel Dieu, l'hôpital de Rouen. Son père,
Achille-Cléophas, est chirurgien en chef de cet hôpital. Sa mère, Justine-Caroline, est elle
aussi, fille de médecin. Gustave a un frère aîné né en 1813. Il aura également une sœur,
Caroline, qui naîtra en 1824.
Ses parents habitent un pavillon rattaché à l'hôpital. Le petit Gustave passe une enfance assez
triste dans l'atmosphère austère de l'hôpital; délaissé par rapport à son frère aîné, brillant élève,
porteur de toutes les ambitions de la famille, il se sent lui-même passif, instable, différent, et se
réfugie dans la littérature.
1824 Naissance de Caroline, sa sœur
1825 Julie entre au service de la famille Flaubert, comme nourrice, puis comme domestique. Elle y
restera jusqu'à la mort de Gustave, à qui elle survivra trois ans. Gustave Flaubert la dépeindra
sous les traits de Félicité dans Un cœur simple
1829 Début de l'amitié avec Ernest Chevalier, à qui il écrira la première lettre de la Correspondance
le 31 Décembre 1830
1830 Premiers textes : Louis XIII, Eloge de Corneille, bientôt suivis d'une Belle explication de la
fameuse constipation.
1832 En février Gustave entre au collège royal de Rouen.
Avec ses camarades de collège, il crée le personnage rabelaisien du Garçon, au travers duquel
les adolescents se moquent des bourgeois
1833 Voyages familiaux en Normandie, à Nogent-sur-Seine, à Versailles, Fontainebleau, Paris
1834 Chaque été, la famille Flaubert passe ses vacances à Trouville
Au collège, rédaction, avec Ernest Chevalier, de Art et Progrès, journal manuscrit contenant
des nouvelles et une rubrique Théâtre.
1835 Deuxième (et dernier) numéro d'Art et Progrès où Gustave publie un Voyage en enfer
1836 Lors de se vacances à Trouville, Gustave rencontre Elisa Schlésinger, épouse de Maurice
Schlésinger, directeur de la Gazette et revue musicale de Paris. Début d'une longue passion
impossible. Gustave Flaubert évoquera cette rencontre déterminante dans les Mémoires d'un
fou et les deux versions de l'Education sentimentale. Elisa Schlésinger, " le fantôme de
Trouville", incarnera la femme inaccessible.
Il travaille à une première œuvre : Bibliomanie
1837 Gustave Flaubert rencontre Alfred Le Poittevin qui deviendra l'un de ses grands amis.
Sa vocation littéraire se précise. Il publie ses premières œuvres dans le Colibri, une revue
littéraire de Rouen : Bibliomanie, Une leçon d'histoire naturelle.
1838 Gustave Flaubert entre en classe de rhétorique.
Rédaction de textes autobiographiques : Agonies, pensées sceptiques et Mémoires d'un fou,
dédiées à Alfred Le Poittevin.
1839 Gustave Flaubert entre en classe de philosophie en octobre et en est exclu en décembre.
Il écrit Smarh.
1840 Il est reçu au baccalauréat, il part en voyage dans les Pyrénées et en Corse.
De passage à Marseille, il rencontre Eulalie Foucaud de Langlade et aura une brève idylle avec
elle. Il évoquera cette rencontre dans Souvenirs, notes et pensées intimes et dans Novembre.
1841 Son père l'oblige à faire son droit à Paris. Il s'inscrit à la Faculté de Droit de Paris. Il n'y
rentrera qu'en décembre.
1842 " Je me fous pas mal du Droit, pourvu que j'ai celui de fumer ma pipe et de regarder les nuages
rouler au ciel, couché sur le dos en fermant à demi les yeux. C'est tout ce que je veux. "
Il poursuit ses études sans enthousiasme. Il sera toutefois reçu en seconde année.
Il rédige Novembre.
1843 Il commence la rédaction de la première version de l'Education sentimentale.
Il rencontre Maxime Du Camp, homme de lettres mondain.
Il mène une vie agitée. Il fréquente l'atelier du sculpteur Pradier, atelier où il fera la
connaissance de Victor Hugo.
Il échoue à son examen de deuxième année de Droit.
1844 En Janvier, il est victime d'une crise nerveuse d'une extrême violence, la première d'une longue
série. " Je me suis senti tout à coup emporté par un torrent de flammes."
Cette grave crise oblige sa famille à accepter qu'il arrête ses études. La famille Flaubert achète,
en avril, une grande maison, au bord de la Seine, à Croisset, près de Rouen. Gustave y passera
sa longue convalescence.
1845 Sa sœur Caroline épouse Emile Hamard. Gustave Flaubert les accompagne lors de leur voyage
de noces en Italie.
A Gênes, il admire un tableau de Bruegel, la Tentation de Saint- Antoine, qui lui inspirera le
récit éponyme
1846 Le 15 Janvier, mort du Docteur Flaubert.
En Mars, mort de sa sœur Caroline, après avoir mis au monde une petite fille, prénommée elle
aussi Caroline
En Mai, mariage d'Alfred Le Poittevin.
En Juin, il rencontre Louise Colet, femme de lettres en vogue, dans l'atelier du sculpteur
Pradier. Ils auront une liaison orageuse jusqu'en 1848, puis à nouveau de 1851 à 1854.
Début de l'amitié avec Louis Bouilhet
1847 Trois mois de voyage à pied en Anjou, Bretagne et Normandie avec Maxime Du Camp
Ils en rapporteront Par les champs et par les grèves : Flaubert écrit les chapitres impairs, Du
Camp les chapitres pairs. Ils renonceront à publier ce journal de leur randonnée.
Flaubert commence à travailler à la rédaction de La tentation de Saint Antoine
1848 Mort d'Alfred Le Poittevin
Flaubert et Du Camp vont voir l'émeute à Paris, qui sera décrite dans L'Education sentimentale
Première rupture avec Louise Colet.
1849 Le premier septembre, Flaubert achève la rédaction de La tentation de Saint Antoine
Il en fait la lecture à Bouilhet et Du Camp qui jugent "qu'il faut jeter cela au feu et n'en jamais
reparler"
Le 29 octobre, il par pour l'Orient avec Du Camp. Il commence par l'Egypte
1850 Suite de son voyage en Orient ( Palestine, Syrie, Liban, Turquie)
1851 Il rentre de son voyage d'Orient par l'Italie : Naples, Rome, Florence, Venise, Milan.
Il renoue avec Louise Colet
Il commence Madame Bovary le 19 Septembre. Il y travaillera jusqu'en mai 1856 : 56 mois
d'un travail acharné.
1854 Seconde rupture avec Louise Colet
1855 Flaubert s'installe à Paris, 42 boulevard du Temple. Il se partagera désormais entre Croisset et
Paris.
Rupture définitive avec Louise Colet
1856 Il termine Madame Bovary en avril
Parution en feuilleton dans la Revue de Paris de Du Camp. Flaubert découvrira, après coup,
que certains passages ont été coupés (notamment la scène du fiacre). Il proteste.
Seconde version de la Tentation de Saint Antoine, dont des fragments paraissent dans l'Artiste
1857 Madame Bovary sort en librairie. Le procès pour "atteinte aux bonnes mœurs et à la religion"
vaut au roman un grand succès.
Flaubert est finalement acquitté, mais ce procès le rend célèbre.
En septembre Flaubert se lance dans la rédaction de Salammbô.
1858 Il interrompt l'écriture de Salammbô d'avril à juin pour un voyage en Algérie et Tunisie.
De retour à Paris, il commence à fréquenter les milieux littéraires : les Goncourt, Sainte-
Beuve, Baudelaire, Gautier…
1862 Publication de Salammbô le 24 Novembre 1862. Le "solitaire de Croisset" passe l'hiver à Paris
et mène une vie mondaine : diners littéraires chez Magny. Il y retrouve Les Goncourt, Sainte-
Beuve, Théophile Gautier... C'est lors de l'un de ces dîners qu'il rencontre George Sand. Début
d'une amitié profonde entre l'auteur de Madame Bovary et l'auteur de Consuelo.
1863 Il rencontre Tourgueniev et la Princesse Mathilde
1864 Il commence L'Education sentimentale et prépare le plan avec son ami Bouilhet. Il travaillera à
la rédaction de L'Education sentimentale jusqu'en 1869.
Flaubert est invité à Compiègne chez l'Empereur Napoléon III
1865 Plusieurs voyages : Londres, Baden-Baden, où séjourne Maxime Du Camp
1866 Durant l'été, il retrouve secrètement à Londres, Juliet Herbert, l'ancienne gouvernante des
Flaubert.
Il reçoit la Légion d'honneur
Séjour de George Sand à Croisset
1867 Le 10 juin, il est invité à la réception donnée par l'empereur aux Tuileries, en l'honneur du tsar
Alexandre II.
1868 Séjour à Croisset de George Sand.
Durant l'automne, Flaubert reçoit à Croisset le grand écrivain russe, Tourgueniev.
1869 Fin de la rédaction de L'Education sentimentale et lecture publique chez la Princesse Mathilde
Mort de son ami Louis Bouilhet en Juillet : "La moitié de mon cerveau est resté à jamais au
Cimetière monumental ( de Rouen) " écrit Flaubert suite au décès de son ami.
Publication de L'Education sentimentale qui fut très mal accueilli par la critique. Seuls
Théodore de Banville, Emile Zola et George Sand prirent la défense de Flaubert. Le livre se
vendit très mal. En 1873, soit quatre ans après sa parution, le tirage initial de 3000 exemplaires
n'était toujours pas écoulé.
Flaubert passe les fêtes de Noël à Nohant, chez George Sand
1870 En hommage à son ami Bouilhet, dont il est l'executeur testamentaire, Flaubert commence à
retravailler sa pièce Le Sexe faible, et écrit une préface aux Dernières chansons.
Mort de Jules de Goncourt en Juin
Croisset occupé par les Prussiens, Flaubert et sa mère se réfugient à Rouen, chez les
Commanville
1871 Visite à la Princesse Mathilde à Bruxelles, et à Juliet Herbert à Londres
Flaubert se réinstalle à Croisset en avril et retravaille La tentation de Saint Antoine
En novembre, il reçoit la visite d'Elisa Schlesinger, veuve depuis mai
1872 Publication des Dernières chansons de Bouilhet, avec une préface de Flaubert, et d'une
cinglante Lettre à la municipalité de Rouen pour son refus d'ériger une statue en l'honneur de
son ami.
Mort de sa mère le 6 avril
Achèvement de la troisième version de La tentation de Saint Antoine, qui sera publiée en 1874.

Mort de Théophile Gautier en octobre


Séjour à Luchon
Il commence la rédaction de Bouvard et Pécuchet
1873 Séjour à Nohant, chez George Sand, avec Tourgueniev
Rédaction d'une "grande comédie politique", Le candidat qui n'aura que quatre représentations
début 1874
Mort de Feydau en octobre
1874 Publication de la version définitive de La tentation de Saint Antoine.
A nouveau l'œuvre doit affronter l'incompréhension de la critique : " Les injures s'accumulent!
C'est un concerto, une symphonie, où tous s'acharnent dans leurs instruments… ce qui
m'étonne, c'est qu'il y a sous plusieurs de ces critiques, une haine contre moi, contre mon
individu, un parti pris de dénigrement, dont je cherche la cause." écrit-il dans une lettre à
George Sand, datée du 1er mai.
Voyage en Normandie, où il trouve le décor de Bouvard et Pécuchet :
" Je placerai Bouvard et Pécuchet entre la vallée de l'Orne et la vallée d'Auge, sur un plateau
stupide, entre Caen et Falaise. "
Séjour en Suisse, sur ordre de son médecin
1875 Rédaction de Bouvard et Pécuchet.
Ruine de son neveu Commanville, l'époux de Caroline, à qui Flaubert avait confié sa fortune :
pour éviter la faillite, il vend une de ses fermes et quitte son appartement parisien
Abandon, qu'il pense définitif, de la rédaction de Bouvard et Pécuchet Séjour à Concarneau en
septembre, où il commence La Légende de Saint Julien l'Hospitalier qu'il termine en cinq mois
1876 Début de la rédaction d'Un cœur simple
Mort de Louise Colet en mars
Mort George Sand en Juin
Fin de la rédaction d'Un cœur simple et commencement d'Hérodias
1877 Fin de la rédaction d'Hérodias en février.
Publication en avril de : Les trois contes. Ils sont bien accueillis par la critique. "Trois chefs
d'œuvre absolus et parfaits" dira Théodore de Banville.
Reprise de Bouvard et Pécuchet
1878 Poursuite de la rédaction de Bouvard et Pécuchet
1879 Flaubert se fracture la péroné
Les difficultés financières continuent. Il obtient, de Jules Ferry, un poste de conservateur et une
pension de 3000 F
1880 Il commence le chapitre X de Bouvard et Pécuchet. Il se sent épuisé, dégoûté de tout, harcelé
par les nouvelles traites à payer. Il meurt subitement au milieu de ses manuscrits le 8 mai,
foudroyé par une hémorragie cérébrale.
Enterrement le 11 Mai, en présence de Zola, Goncourt, Daudet, Banville, Maupassant…
Flaubert est inhumé au Cimetière monumental de Rouen, comme son ami Bouilhet.
1890 Inauguration d'un monument à Flaubert à l'Hôtel Dieu de Rouen

– esprit reveur
– ermite

III- l'oeuvre

a- l'autre education sentimentale


ecrit en 1845, le roman n'est publie qu ' a titre posthune en 1910 dans La Revue Blanche. L'histoire des
deux jeunes amis, Jules et Henri, est totalemnet independante de celle de Frederic Moraux
evolution : la premiere est plus romatique (dissertations, interventions nature humaine etc) / la
deuxieme est plus distanciee, plus d'ironie. L'auteur invisible, le realisme subjectif , michel raimond

b- la genese
cinq ans, 1864-1869
-travail documentaire, vraisemblance, il se rend sur les lieux decris dans le roman : ex. fre./ros a
Fontainebleau, le retour par train en 1848 alors que l'inauguaration du premier train date de 1849. fre.
Loue une voiture pour revenir a paris assister Dussardier. ex. un diner au cafe anglais cherche le menu
de l epoque vingt ans apres.
Les notes : 250 pages de carnets/ 600,700 pages de notes sur feuilles volantes

les corrections : rature, ajouts, ''je tache de bien penser pour bien ecrire. Mais c'est bien ecrire qui est
mon but, je ne le cache pas'' Fl.

c- un recit autobiographique
le meme age le meme depart, pourtant fre. Vient aussitôt pour repartir a nogent

carnet 19 : ''Mme Moreau (roman)


le mari, la femme, l'amant, tous s'aiment, tous laches.
-traversee sur le bateau de Monterau. Un collegien.-Mme Sch.-M.Sch. Moi''

d- le titre
il prend une valeur generique ou presque
la puissance de la formule, universalite du theme formule en octosyllabe,
''un titr si beau par sa solidite'' Proust
ambiguite : education du sentiment/education par le sentiment

histoire du mot sentmental :


en1768 lawrence sterne publie a sentmental journey, traduit voyage sentimental, sentmental n'est pas
encore francais. Anglicisme a donne lieu a:setimentalisme, sentimentalite, sentimentalement
-1770,1820 succes
-colaration sarcastique
-1835 , dictionnaire de l'academie ;''sentimental(...) ne s'emploie guerre qu'ironiquement ''
-1865,1870 ; neutralite, designe le sentment

roman d'apprentissage : formation, sous-titre ''histoire d'un jeune homme'', la tradition du


Bildungsroman, la vie de marienne,bel-ami, candide etc.
Cours introduction suite et fin
IV-etude de l'oeuvre

1-structure narrative

un rythme ternaire :
chaque partie I et II / six chapitres
a part la derniere partie/ sept chapitre (epilogue)
le dernier chapitre clot le recit : ''et ce fut tout'' / ''ce fut comme une apparition''
chapitre 6 et 7 unite du temps ; annees soixante/ annees cinquante chap. 5
desequilibre= echec

b- paris/nogent ryhtme du texte


chaque partie commence par le voyage ; la premiere' bateau/deuxiesme inverse caleche/ troisieme
presence des nogentais a paris

c- symetrie des chapitres


jean-pierre duquette, fl. Ou l'architecture du vide

2- parralelisme et antitheses

a- narrateur omniscient
ex. part. 3 chap. 3 argent donne a arnoux ; fr. descendant le rue Breda/ desl. Devale la rue des Mrtyrs/
arnoux assi dans une bergere

b- antithese
partie ch. 05 oppostion entre lorette/ bourgeoise
''plus turbulente que les autres''/les mouvements de Mme Arnoux ''majeste tranquille''
continuite d'un paragraphe a l'autre

c- le reseau

-la circulation des objets ; le coffret, Mme Arnoux/Rosanette/Mme d'Ambreuse


lieux deshonnetes/ tete de veau

3- les voix du roman

a- realisme minutieux
fabrique de la faiences / retour de Fontaibleau
petite invraisemblance ; age de l'enfant 3 ans/ grossesse de Rosanette 2 ans 49-51

b- realisme subjectif
michel Raimond ;''presenter au lecteur la realite fictive a travers l'optique d'un personnage''
mme d'ambreuse ; voir le dos
focalisation interne ; verbe perception ; voir contempler,observer etc.
le paysage file comme ''deux larges rubans qu'on deroule''

monologue interieur/ discourt indirect libre


c- un roman ironique
dictionnaire des idees recu ;
=les sterotypes ; voyage de noces en italie/ amour ardent est andalou
=betise ; senecal qui se bourre le crane des ecrits socialiste ;'' mably, morelly, fourier, saint-simon,
comte, cabet, lous blanc, la lourde charrete des ecrivains socialiste''

4- les personnages
a- les amis ambitieux
couple classique ; lucien/david, jules/henri, frederic/deslauriers
– la nonchalence
''l'homme de ttes les lachetes'', ''couardise prodigieuse'', fr''etait encore lache''
– anti-heros
''les heros ne se sentent pas bon'' hussonnet
– =percee vers la modernite, la vacuite de la vie, la fin des grandes valeurs
deslauriers/ l'ombre
b- les figures feminines
– les types ; lorette /la bourgoisie/ la femme du monde/ enfant-femme
c- les bourgeois
arnoux ; homme d'affaire/ dambreuse banquier peu scrupuleux
cercle ; art industriel ; regimbart, pellerin, hussonet
Quartien latin ; senecal, cisy, martinon, dussardier (mort)

5- le style de la continuite
discours indirect libre
imparfait
Un état qui se prolonge est indiqué par l'imparfait.
et imparfait, si nouveau dans la littérature, change entièrement l'aspect des choses et des êtres, comme
font une lampe qu'on a déplacée, l'arrivée dans une maison nouvelle, l'ancienne si elle est presque vide
et qu'on est en plein déménagement.

V- les themes
a- espace
– espace rive droite, bourgeois/ gauche, quartier latin
– chaaussee d'antin, grnde bourgeoisie , dambreuse/ foubourg saint-germain (balzac)
– entre deux ; foubourg Monmartre/ argent/ artistes/lorette
– seine ; frontiere/ la muse du departement balzac
– paris/province, la vie/la mort
b- temps
part. 1 5 ans/ part.2 2ans/ part.3 4ans
la deuxieme ; se joue l'avenir de fr./france
le temps vecu comme duree ; la suspension de la chronoligie, scence de la rencontre.
Le ralenti ; pillage dees Tuileries
sommaire ; alors commencerent trois mois 'ennui'' apres echec

c- l'histoire
projet ;'' faire l'histoire morale des hommes de ''sa'' geneartion'' , ''setinmentale serait plus vraie''
''montrer que le Sentimentalisme (son développement depuis 1830) suit la Politique et en reproduit les
phases »
rendez-vous fr/mme arnou 22 fevrier

roman historique/ walter scott/fr. Temoin indifferent

c- ''la passin incative''

''c'est un livfe d'amour, de passion ; mais de passion telle qu'elle peut exister maintenat, cad inactive''
lachete de fr/mme Arn./ femme fantome ''rever d'elle''
/ fetichisme'' la vie de votre pied me trouble'' inceste

d- un livre sur rien


le mediocre
l'ennui et l'action
echec ; sentmental,social/artistique/plotique