Vous êtes sur la page 1sur 4

Orthophonie - Versant ORL

Quels acteurs? Quelle histoire?

A/ Actualité de l’orthophonie, versant ORL

Les professionnels de santé souvent impliqués en ORL :


 Médecin ORL : Audiologiste Phoniatre Chirurgien
 Audioprothésiste
 Psychiatre
 Psychologue
 Psychomotricien
 Orthophoniste

Les autres professionnels de la surdité :


 Educateur
 Enseignant spécialisé
 Enseignant de LSF
 Codeur LPC

Les compétences de l’orthophoniste en ORL


 Surdité de l’enfant et de l’adulte Ex : prise en charge de la communication de l’enfant sourd,
entrainement à la lecture labiale chez l’adulte devenu sourd
 Voix : troubles d’origine organique ou fonctionnelle Ex : dysphonies
 Déglutition : dysphagies Ex : déglutition atypique de l’enfant, dysphagie de l’adulte
 Rééducation des troubles vélo-tubo-tympaniques
 Voix œsophagienne et prothèses phonatoires
 Rééducation des fonctions des anomalies oro-myo-faciales entraînant des troubles
d’articulation ou de parole
 Fentes labiales et palatines
 Suites de chirurgies ORL : Ex : laryngectomies, glossectomies…

Les structures en ORL


 Centres Hospitaliers : services ORL, pédiatrie
 CAMSP (Centre d’Accueil Médico-Social Précoce), parfois spécialisé en audiologie (0 -> 6ans)
 Institutions pour enfants sourds : INJS (Institut National des Jeunes Sourds), CAL (Centre
d’Audition et du Langage = juste bordeaux)

Autres acteurs
 HAS (Haute Autorité de Santé)
 CIS (Centre Information Surdité)
 Associations de parents et professionnels : APB (Asso Parole Bégaiement) , CISIC (Centre
d’Info pour les Sourds d’Implants Cochléaires)

1
B/ Fondements ORL historiques de la pratique orthophonique

LES CONCEPTS
1) La multidisciplinarité

C’est un levier qui a fait progresser l’orthophonie, qui l’a construite, comme toute pratique et toute science.

Chacun, avec son propre parcours, ses propres connexions, fait des liens entre différents domaines
scientifiques pour aider un malade, différents «malades» présentant des symptômes similaires pour mieux
comprendre un phénomène et agir dessus, différents soignants et leurs pratiques propres

La créativité et l’innovation sont souvent en lien avec la multidisciplinarité : c’est en faisant des liens
nouveaux entre les éléments que l’on fait émerger de nouvelles pratiques

2) Orthophonie et surdité

La surdité a participé à l’émergence de l’orthophonie. C’est en essayant d’agir sur la communication des
sourds qu’une partie de l’orthophonie est née.

L’histoire de l’orthophonie et de la question de la surdité sont étroitement liées.

La compréhension de la communication des sourds (voix, parole, langage, communication) a contribué à une
meilleure connaissance du fonctionnement du langage. (Tout comme l’étude des malades aphasiques.)

3) Orthophonie et contexte historique

La pratique orthophonique est toujours inscrite dans un contexte historique particulier (politique, social,
économique, scientifique, religieux, culturel)

LES ACTEURS HISTORIQUES


1) Hippocrate (460-356 av JC)
« Traité des Chairs » : théorie physiologique
 Emet les concepts des cavités, résonnance, de la langue qui bouge, surdité

1) Claude Galien (131-201)


Travaille sur l’anatomie à partir de dissections d’animaux
 Distingue voix et parole, repère le larynx, nerfs, cerveau

1) De Vinci (1452-1519)
 Etude du larynx vers 1490 (dissection clandestine)
16ème siècle : Avant 1750, aucune éducation des sourds-muets. Seuls quelques enfants favorisés en
bénéficient notamment pour la religion (confession) et le statut juridique (héritages).

2
1) Pedro Ponce de Leon (1508-1584)
 Création d’un alphabet bimanuel : adaptation d’un système fait pour aider à jouer de la
musique (« Main guidonienne ») transposé avec les lettres.

1) Juan de Pablo Bonet (1573-1633)


Premier traité de phonétique et d’orthophonie en Europe
« Réduction des lettres à leurs éléments primitifs » = Bases théoriques de l’éducation orale (=traité de
phonétique)
 Diffusion d’un alphabet manuel = configuration de la main rappelle forme graphique des
lettre (but : faciliter la confession)

1) Abbé de l’Epée (1712-1789 = lumières)


Nouvelle façon d’envisager les sourds
Reconnu par la communauté sourde pour la considération qu’il menait à leur égard
Imprégné de l’idée d’un langage universel
N’a pas enseigné les signes mais en a toléré l’utilisation dans son institution permettant ainsi leur diffusion.

2) L’Abbé Itard et Victor, l’enfant sauvage


Une pratique orthophonique inscrite dans un contexte historique et intellectuel particulier
Victor a seulement été exposé à la langue orale, aucun langage signé et il n’apprit jamais à parler
 A posé des questions psychologiques, de l’inné et de l’acquis

1) Marc Colombat (1797-1861) : Création de « l’orthophonie » (1828)


Médecin français spécialiste des vices de la voix et des troubles de la parole
S’intéresse notamment au bégaiement et fonde en 1830 l’Institut Orthophonique destiné aux « maladies de
voix »

2) Jean-Pierre Rousselot (1846-1924)


Multidisciplinarité au cœur de sa pratique
 Marie son goût des langues avec sa culture scientifique acoustique
 Adapte la méthode graphique à la phonétique (enregistrement des mvts humain…)
Crée plusieurs appareils permettant l’inscription de la parole
 Collabore avec un professeur de l’Institut National des sourds-muets de Paris qui cherche à
perfectionner l’apprentissage de la lecture labiale et de la parole
Fonde des revues, laboratoires, instituts : laboratoire de phonétique, Institut de Laryngologie et
d’Orthophonie

1) Suzanne Borel Maisonny (1900-1995)


Phonéticienne et grammairienne
Aide enfants opérés de fentes labiales et palatines à améliorer leur articulation
S’intéresse aux troubles d’origine fonctionnelle, organique

 Fonde l’orthophonie moderne !


Crée la méthode phonético-gestuelle pour aider les enfants à produire des phonèmes
A œuvré pour la reconnaissance du certificat de capacité d’orthophoniste (1964)

3
C/ Conclusion : perspectives et enjeux

 L’influence des techniques médicales sont à prendre en compte :


- L’orthophonie a en partie émergé des échecs ou limites des interventions médicales et
chirurgicales (divisions labiales et palatines, par ex)
- Les techniques opératoires et d’appareillage ne cessent de se perfectionner, la pratique doit
continuellement s’y adapter (implants cochléaires, par ex)

 Surdité : Sortir de la dichotomie signes/oral


- Le monde des Sourds reste traversé par ce débat avec un manque d’information, voire de la
désinformation.
- Les soignants et enseignants ont des difficultés à appréhender tous les aspects de la question
de l’identité des Sourds.
- Dépistage néonatal universel, implant cochléaire… le débat se cristallise sur ces thèmes

 ORL et aspects cognitifs


- Les questions ORL en orthophonie ont longtemps étaient limitées aux aspects organiques,
fonctionnels et psychologiques.
- Les aspects cognitifs commencent à être pris en compte : ils seront une clé de l’évolution
des pratiques (Mémoire, Fonctions exécutives, Raisonnement logique)

Vous aimerez peut-être aussi