Vous êtes sur la page 1sur 12

Norme française

NF EN 1992-4/NA

Indice de classement : E 27-817

ICS : 21.060.99 ; 91.010.30 ; 91.080.40

T1 Eurocode 2 ‐ Calcul des structures en béton


T2 Partie 4 : Conception et calcul des éléments de fixation pour béton
T3 Annexe nationale à la NF EN 1992‐4
E : Eurocode 2 - Design of concrete structures — Part 4: Design of fastenings for use in concrete — National
annex to NF EN 1992-4:2018

D : Eurocode 2 - Bemessung und Konstruktion von Stahlbeton-und Spannbetontragwerken — Teil 4:


Bemessung der Verankerung von Befestigungen in Beton — Nationaler Anhang zu NF EN 1992-4:2018

Norme française homologuée par décision du Directeur Général d'AFNOR.

Correspondance

A la date de publication du présent document, il n'existe pas de travaux de normalisation internationaux ou


européens traitant du même sujet.

Résumé

Le présent document définit les conditions d’application sur le territoire français de la norme NF EN 1992-4
de décembre 2018, laquelle reproduit la Norme européenne EN 1992-4:2018.

Descripteurs

Thésaurus International Technique :

Modifications

Corrections
NF EN 1992‐4/NA

Introduction

La présente Annexe Nationale fournit les « paramètres déterminés au plan national » (NDP) pour les
paragraphes suivants de la Norme européenne EN 1992-4:2018 autorisant un choix national.

 4.4.1(2),

 4.4.2.2(2),

 4.4.2.3,

 4.4.2.4,

 4.7(2),

 7.3 (2),

 C.2(2),

 C.4.4(1),

 C.4.4(3),

 D.2(2).

La présente Annexe Nationale est prévue pour être utilisée avec la norme NF EN 1992-4:2018.

Les paragraphes cités sont ceux de la Norme européenne EN 1992-4:2018.

Quand la norme NF EN 1992-4:2018 est rendue applicable dans un marché public ou privé, l’Annexe
Nationale est également applicable.

La norme NF EN 1992-4:2018 et son annexe nationale fournissent une méthode de calcul des fixations
(raccordement d'éléments structuraux et d'éléments non structuraux à des éléments structuraux) utilisées
pour transmettre des actions au béton. Les exigences relatives à la transmission des charges de l'élément en
béton à ses supports sont données dans la NF EN 1992-1-1 et son annexe nationale, dans l'Annexe A de la
NF EN 1992-4:2018 et dans le FD P 06-029:2017.

NOTE En complément de l’Annexe A, des alinéas a) et b) du A.2.2 pour les chargements en traction NEk > 15 kN
appliqués en sous face de dalle, il convient de vérifier que la profondeur d’ancrage soit suffisante pour que le cône
d’arrachement de diamètre 3 hef soit traversé par au moins une armature longitudinale. Cette vérification n’est pas
nécessaire si la fixation respecte les conditions de l’un des alinéas suivants A.2.2 C) (= acier suspente) ou A.2.2 d)
(=0,8 hef).

2
NF EN 1992‐4/NA

Annexe nationale

(normative)

AN.1 Application nationale du 4.4 Vérification par la méthode des coefficients partiels

Paragraphe 4.4.1 Coefficients partiels pour les actions

Le choix national des coefficients partiels est le suivant :

Utilisation des valeurs recommandées dans la norme NF EN 1992-4, soient : ind = 1,2 pour la rupture du
béton et ind = 1,0 pour les autres modes de rupture et, en cas de sollicitation en fatigue, F,fat = 1,0.

3
NF EN 1992‐4/NA

Paragraphe 4.4.2.2 État limite ultime (charge statique et sismique)

Le choix national des coefficients partiels est le suivant (les différences par rapport à la NF EN 1992-4 sont indiquées en rouge) :

Tableau 4.1 — Valeurs recommandées de coefficients partiels

Coefficient partiel
Modes de rupture
Situations permanentes et transitoires Situations accidentelles
Rupture de l'acier ‐ Fixations
Traction = 1,2 ⋅ fuk/fyk ≥ 1,4 = 1,05 ⋅ fuk/fyk ≥ 1,25
Cisaillement avec et γMs = 1,0 ⋅ fuk/fyk ≥ 1,25 lorsque fuk ≤ 800 N/mm2 et = 1,0 ⋅ fuk/fyk ≥ 1,25 lorsque fuk ≤ 800 N/mm2 et fyk/fuk ≤
sans bras de levier fyk/fuk ≤ 0,8 0,8
= 1,5 lorsque fuk > 800 N/mm2 ou fyk/fuk > 0,8 = 1,3 lorsque fuk > 800 N/mm2 ou fyk/fuk > 0,8
Rupture de l'acier – rails insert

Traction dans les


chevilles et les boulons = 1,2 ⋅ fuk/fyk ≥ 1,4 = 1,05 ⋅ fuk/fyk ≥ 1,25
d'ancrage
Cisaillement dans les γMs = 1,0 ⋅ fuk/fyk ≥ 1,25 lorsque fuk ≤ 800 N/mm2 et = 1,0 ⋅ fuk/fyk ≥ 1,25 lorsque fuk ≤ 800 N/mm2 et fyk/fuk
chevilles et cisaillement fyk/fuk ≤ 0,8 ≤ 0,8
avec et sans bras de
levier dans les boulons = 1,5 lorsque fuk > 800 N/mm2 ou fyk/fuk > 0,8 = 1,3 lorsque fuk > 800 N/mm2 ou fyk/fuk > 0,8
d'ancrage
Raccordement entre
cheville et rail sous
γMs,ca = 1,8 = 1,6
charge de traction et de
cisaillement
Rupture locale du rail
insert par flexion des
γMs,l = 1,8 = 1,6
lèvres en traction et
cisaillement

4
NF EN 1992‐4/NA

Coefficient partiel
Modes de rupture
Situations permanentes et transitoires Situations accidentelles
Flexion de rail γMs,flex = 1,15 = 1,0
Rupture de l'acier – Renforcement supplémentaire

Traction γMs,re = 1,15 a = 1,0


Rupture liée au béton

Rupture par cône de γMc = γc ⋅ γinst = γc ⋅ γinst


béton,
γc = 1,5a = 1,2a
rupture du bord du
γc = 1,3b = 1,3 b
béton,
pour la réparation et la consolidation de pour la réparation et la consolidation de structures
rupture par éclatement structures existantes vis-à-vis des risques
du béton et rupture du existantes vis-à-vis des risques sismiques, voir la
sismiques, voir la série EN 1998 série EN 1998
béton par effet de levier
= 1,0 pour les boulons à tête et les rails insert satisfaisant aux exigences de 4.6 (en traction et en
cisaillement)
γinst ≥ 1,0 pour les chevilles de fixation sollicitées en traction, voir la Spécification technique européenne de
produit pertinente
= 1,0 pour les chevilles de fixation sollicitées en cisaillement

Rupture par fendage du γMsp = γMc


béton
Rupture par extraction-
glissement et rupture
combinée du béton et γMp = γMc
par extraction-
glissement
a Les valeurs sont conformes à la NF EN 1992-1-1.
b Les valeurs sont conformes à la NF EN 1998‐1/NA:2013, 5.2.4(3) NOTE 2.

5
NF EN 1992‐4/NA

Paragraphe 4.4.2.3 État‐limite ultime (charge de fatigue)

Le choix national des coefficients partiels est le suivant :

Utilisation des valeurs recommandées dans la norme NF EN 1992-4, soient : coefficient partiel pour le
matériau Ms,fat =1,35 (rupture de l'acier), Mc,fat = Msp,fat = Mp,fat = 1,5  inst (rupture par cône de béton).

Paragraphe 4.4.2.4 État limite de service

Le choix national des coefficients partiels est le suivant :

Utilisation des valeurs recommandées dans la norme NF EN 1992-4, soit : M = 1,0

AN.2 Application nationale du 4.7 Détermination de l'état du béton

Le choix national des coefficients partiels est le suivant :

Utilisation de la valeur recommandée dans la norme NF EN 1992-4, soit : adm = 0

AN.3 Application nationale du 7.3 Fixation dans les systèmes non structuraux redondants

Le choix national est le suivant :

Nombre de points de fixation : Nombre de fixations par point Sollicitation de calcul maximale
de fixation : FEd,lim
n1 n2
3 1 4,5 kN

AN.4 Application nationale de l’Annexe C Calcul des fixations sous charges sismiques

Article C.2 Catégories de performance

Attribution des catégories de performance sismique C1 et C2 au niveau de sismicité et aux classes


d'importance de construction pour les bâtiments dits "à risque normal".

Le Tableau C.1 de la NF EN 1992-4 est à remplacer par le Tableau C1-1, Tableau C1-2 ou Tableau C1-3 selon
l’application.

6
NF EN 1992‐4/NA

Tableau C1‐1 — Catégories de performance sismique recommandées pour applications structurales

Zone sismiquea Pour toutes classes de sol


Catégorie I Catégorie II Catégorie III Catégorie IV
Très faible (1)
Faible (2) Pas d’exigence règlementaire DCL (1) : C1
C2
Autre cas : C2(2) (4)
Modéré (3) C2(2) (3) (4) C2(2) (3) (4) C2
Moyen (4) C2(2) (4) C2(2) (4) C2
Fort (5) C2(2) (4) C2(2) (4) C2
a Zone sismique selon Décret n° 2010‐1255 du 22 octobre 2010.

Note :
D’une manière générale, la catégorie de performance est C2, avec les dérogations possibles suivantes :

(1) Dans le cas de la classe de ductilité DCL, la catégorie de performance C1 est autorisée. La catégorie
d’importance est celle du bâtiment concerné. Pour un ancrage structural dans un bâtiment en béton,
la classe de ductilité DCL est possible en zone de sismicité 2 et catégorie d’importance III.

(2) Pour un bâtiment en acier ou en bois, dimensionné en classe de ductilité DCL et ancré dans ses
fondations béton par des chevilles, la catégorie de performance C1 est autorisée. L’Annexe nationale
de la NF EN 1998-1:2005 précise les conditions d’application de la classe de ductilité DCL.

(3) Pour les bâtiments en béton dont la conception parasismique suit les indications de l’Annexe
Nationale pour la classe de ductilité DCL+ (zone de sismicité 3, catégories d’importance II et III), la
catégorie de performance C1 est autorisée.

(4) Quand le 4.4.1 (2) de la NF EN 1998-1:2005 est vérifié, la catégorie de performance C1 est autorisée.

Classe de ductilité de la structure :

 DCL : (DCL applicable (NF EN 1998-1:2005, 3.2.1(5)). Comportement de structure faiblement


dissipatif.

 DCL+ : (DCL applicable sous réserve de compléments NF EN 1998-1/NA:2013, 5.3.1 (1)) :


Comportement de structure faiblement dissipatif.

 DCM et DCH : Comportement de structure dissipatif.

7
NF EN 1992‐4/NA

Tableau C1‐2  Catégories de performance sismique pour les éléments non structuraux (ENS)

Zone sismiquea Pour toutes classes de sol


Catégorie I Catégorie II Catégorie III Catégorie IV
Très faible (1) Pas d’exigence règlementaire
Faible (2) C1 C1
Modéré (3) C1(1) ou C2 C1(1) ou C2 C1(1) ou C2
Moyen (4) C1(1) ou C2 C1(1) ou C2 C1(1) ou C2
Fort (5) C2 C2 C2
a Zone sismique selon Décret n° 2010‐1255 du 22 octobre 2010.

Note :
La catégorie de performance C1 est toujours possible en zone de sismicité 2.

(1) En zones de sismicité 3 et 4 la catégorie de performance C1 est possible en cas d’assemblage


rendu hyperstatique p a r l a multiplication des points d’ancrages afin d’éviter la chute d’élément.
(4 points d’ancrage au minimum).

La catégorie de performance C2 est toujours obligatoire en zone de sismicité 5.

Tableau C1‐3  Catégories de performance sismique pour les équipements associés à une exigence
d’opérabilité ou de continuité de service hors Equipement à Risque Spécial (ERS), Ouvrage Agresseur
Potentiel (OAP), Barrière de Prévention, d’Atténuation d’effets ou de Protection (BPAP)

Zone sismiquea Pour toutes classes de sol


Catégorie I Catégorie II Catégorie III Catégorie IV
Très faible (1)
Faible (2) Pas d’exigence règlementaire C2
Modéré (3) C2
Moyen (4) C2
Fort (5) C2
a Zone sismique selon Décret n° 2010‐1255 du 22 octobre 2010.

8
NF EN 1992‐4/NA

Paragraphe C.4.4 Ajouts et modifications à l'EN 1998‐1:2004, 4.3.5.2

1/ Détermination des actions sismiques horizontales pour le dimensionnement des éléments non
structuraux (ENS) et des équipements.

A ce jour il existe deux référentiels pour la détermination de l’action sismique horizontale selon
NF EN 1998-1:2005, soit le guide « Dimensionnement parasismique des éléments non structuraux du cadre
bâti » (édition 2014), soit le fascicule de documentation FD P 06-029:2017.

a) Détermination de l’action sismique horizontale selon la NF EN 1998‐1:2005 et le Guide


« Dimensionnement parasismique des éléments non structuraux du cadre bâti » édition2014.

 Fa = (Sa . Wa . a) / qa (4.24)

 Sa = α ⋅ S ⋅ [3 (1 + z/H)/(1 + (1 – Ta/T1)2) – 0,5] (4.25)

La Formule (4.25) de la NF EN 1998-1:2005 peut être réarrangée sous la forme :

 z 
S a    S   1    Aa  0, 5 (C.3) selon NF EN 1992-4
 H 

3
Avec : Aa  (C.4) selon NF EN 1992-4
2
 T 
1  1  a 
 T1 
 

Le coefficient d'amplification sismique Aa peut être calculé conformément à la Formule (C.4) ou tiré du
Tableau C.2 de la NF EN 1992-4:2018 si l'une des périodes de vibration fondamentales n'est pas connue.

NOTE Lors du calcul des forces agissant sur les éléments non structuraux conformément à l'EN 1998–1:2004,
Formule (4.25), il peut être difficile d'établir avec certitude la période de vibration fondamentale Ta de l'élément non
structural. Le Tableau C.2 (NF EN 1992-4) fournit une approche pragmatique.

La valeur du coefficient sismique Sa ne peut pas être prise inférieure à α ⋅ S.

Avec :

Fa : force sismique horizontale, agissant au centre de gravité de l’élément non structural ou de l’équipement,
dans la direction la plus défavorable.

Sa : coefficient sismique applicable aux éléments non structuraux

Wa : poids de l’élément

a : coefficient d’importance de l’élément (voir NF EN1992-4:2018, 4.3.5.3)

qa : coefficient de comportement de l’élément (voir NF EN1992-4:2018, Tableau C.2)

: rapport entre l’accélération de calcul au niveau d’un sol de classe A, ag, et l’accélération de la pesanteur g

S : coefficient de sol

z : hauteur de l’élément non structural au-dessus du niveau d’application de l’action sismique (au-dessus du
niveau des fondations ou du sommet d’un soubassement rigide)

H : hauteur du bâtiment depuis les fondations ou le sommet d’un soubassement rigide.

9
NF EN 1992‐4/NA

Ta : période fondamentale de vibration de l’élément non structural

T1 : période fondamentale de vibration du bâtiment dans la direction appropriée

b) Détermination de l’action sismique horizontale selon NF EN 1998‐1:2005 et FD P 06‐029:2017

Fa = (Sa . Wa . a) / qa … (4.24) selon NF EN 1998-1:2005

14,1 zr 4
Sa  5. . S .( )²  où : = ag / g … (17) selon FD P 06-029:2017
qb ² H 9

avec

Fa : force sismique horizontale, agissant au centre de gravité de l’élément non structural ou de l’équipement,
dans la direction la plus défavorable.

Wa : Poids de l'ENS ou de l'équipement.

Sa : Coefficient sismique exprimé en g, prenant en compte la déformée modale de la structure support (zr/H)
et l’effet de résonnance (Te/Tb).

a: Coefficient d’importance de l’élément. (Voir NF EN 1998-1:2005, 4.3.5.3) ;

qa : Coefficient de comportement de l’élément (voir NF EN1992-4:2018, Tableau C.2) ;

qb : Coefficient de comportement du bâtiment.

zr : La hauteur du bâtiment où se situe l’élément.

H : La hauteur totale du bâtiment.

2/ Détermination des actions sismiques verticales pour le dimensionnement des éléments non
structuraux (ENS) et des équipements selon « Dimensionnement parasismique des éléments non
structuraux du cadre bâti » (édition 2014) et FD P 06‐029:2017.

Fav : Force sismique verticale agissant au centre de ENS ou de l’équipement. Equation (C.5)

Sav : Coefficient sismique verticale : Sav = 2 * (avg/g)

avg : Accélération verticale.

10
NF EN 1992‐4/NA

3/ Actions sismiques au centre de gravité de ENS ou de l’équipement à prendre en compte pour le


dimensionnement des fixations.


Légende

VEd,eq : Action de cisaillement sur les chevilles induite par les sollicitations sismiques.

NEd,eq : Action de traction sur les chevilles induite par les sollicitations sismiques.

CEd : Force de compression de calcul résultante sous la platine de fixation.

h : Distance du centre de gravité de l’élément ou de l’équipement par rapport au matériau support.

Figure NA.1  Actions sismiques au centre de gravité à prendre en compte pour le dimensionnement
des fixations

 Si dimensionnement en capacité (option a1), qa = 2 :

 En absence d’un dimensionnement en capacité basé sur le moment résistant plastique de l’élément
fixé : Multiplier l’effort sismique Fah et Fav par 1,2 qa - Voir Guide ministériel 2014 sur ENS et
FD P 06-029:2017

 Si dimensionnement élastique (option a2), qa = 1 :

 Cas général : Multiplier les efforts sismiques Fah et Fav par 1,5 qa - cf: EN 1992-4 -C3(2)

 Application avec au moins 4 points de fixation : Multiplier les efforts sismiques Fah et Fav par 1,2 qa,
voir FD P 06-029:2017

NOTE Le coefficient de comportement de l’élément qa n’a pas d’influence dans le dimensionnement des fixations
car l’effort sismique sur l’ENS ou l’équipement est divisé par qa et l’effort sismique sur l’ancrage est multiplié par le
même qa.

AN.5 Application nationale de l’Annexe D Exposition au feu – Méthode de calcul

Paragraphe D.2 Coefficients partiels

Le choix national du coefficient partiel est le suivant :

Utilisation de la valeur recommandée dans la norme NF EN 1992-4, soit :

 M,fi  1, 0 pour la rupture de l'acier et les modes de rupture liée au béton sous des charges de
cisaillement ;

 M,fi  1, 0   inst pour les modes de rupture liée au béton sous charges de traction

11
NF EN 1992‐4/NA

Bibliographie

[1] NF EN 1998-1:2005, Eurocode 8  Calcul des structures pour leur résistance aux séismes  Partie 1 :
règles générales, actions sismiques et règles pour les bâtiments

[2] FD P 06-029:2017, Règles de construction parasismiques  Dimensionnement des ancrages en zone


sismique

[3] Décret n° 2010-1255 du 22 octobre 2010, Délimitation des zones de sismicité du territoire français

[4] Guide 2014, DIMENSIONNEMENT PARASISMIQUE DES ÉLÉMENTS NON STRUCTURAUX DU CADRE BÂTI
 Justifications parasismiques pour le bâtiment « à risque normal », Ministère de l’Égalité des
territoires et du Logement et Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie

12