Vous êtes sur la page 1sur 4

ENP Oran-Institut d’électronique Oran, le 18 mars 2013

Première année ingénieurs


Electromagnétisme et ondes - D.MOKDAD
Durée de l’examen : 2 heures

Examen final du premier semestre


Questions de cours
1. Que signifie l’équilibre électrostatique ?
2. Définir une ligne de champ
3. Expliquer le théorème des éléments correspondants
4. A partir de la figure ci-dessus, déduire l’expression du vecteur densité 𝑗⃗

Exercice n°1
Trois condensateurs ont respectivement pour capacités 𝐶1 = 2𝜇𝐹, 𝐶2 = 3𝜇𝐹 𝑒𝑡 𝐶3 = 5𝜇𝐹 .
1. On les couple comme l’indique la figure 1, puis on soumet l’ensemble à une tension
de 100V. Calculer les charges prises par ces condensateurs
2. On isole les condensateurs du générateur sans modifier leurs charges puis on les
connecte en série comme l’indique la figure 2 ; chaque armature positive étant reliée
à une armature négative. Calculer les différentes tensions

fig.1 fig.2

Exercice n°2
On considère le schéma suivant

1. Trouver
a. La fém. et la résistance du générateur de Thèvenin équivalent entre les bornes
du milliampèremètre
b. La condition pour que le courant à travers l’ampèremètre soit nul (équilibre)
2. Donner (à équilibre) la valeur de X si 𝑎 = 120𝛺, 𝑏 = 60𝛺 𝑒𝑡 𝑅 = 180𝛺

0/3
ENP Oran-Institut d’électronique Oran, le 18 mars 2013
Première année ingénieurs
Electromagnétisme et ondes - D.MOKDAD
Durée de l’examen : 2 heures

Corrigé de l’examen final du premier semestre

Questions de cours (5 points)


1. L’équilibre électrostatique d’un conducteur est atteint lorsqu’aucune charge
électrique ne se déplace plus à l’intérieur du conducteur. Du point de vue de chaque
charge élémentaire, cela signifie que le champ électrostatique total auquel elle est
soumise est nul. Comme le champ dérive d’un potentiel, cela implique qu’un
conducteur à l’équilibre électrostatique est équipotentiel 1 point
2. Une ligne de champ d’un champ de vecteur quelconque est une courbe C définie dans
l’espace telle qu’en chacun de ses points le vecteur y soit tangent. 1 point
3. Théorème des éléments correspondants explique comment deux conducteurs (n’ayant
pas le même potentiel) placés l’un à coté de l’autre et portant, à l’équilibre, des
densités surfaciques différentes peuvent être à l’origine d’un tube de flux dont la
surface latérale est contenue dans l’air alors que les ses bases reposent
respectivement sur ces deux corps, délimitées par des contours fermés ; les charges
amassées dans ces derniers sont de signes opposés 1 point
4.

2 points
Exercice n°1 (9 points)

1. Tous les condensateurs sont branchés entre A et B ; ils sont donc en parallèle

𝑞1 = 𝐶1 𝑈 = 2. 10−6 100 = 0,2 𝑚𝐶 1 point


𝑞2 = 𝐶2 𝑈 = 3. 10−6 100 = 0,3 𝑚𝐶 1 point
𝑞3 = 𝐶3 𝑈 = 5. 10−6 100 = 0,5 𝑚𝐶 1 point

1/3
2.

𝑞1′ −𝑞1′ 𝑞3′ −𝑞3′

𝑞2′ −𝑞2′

−𝑞1 + 𝑞2 = − 𝑞1′ + 𝑞2′ → 𝑩 −𝑞3 + 𝑞1 = − 𝑞3′ + 𝑞1′ → 𝑨

𝑉1′ + 𝑉2′ + 𝑉3′ = 0 → 𝑪

𝑩 ⇒ 𝑞2′ = 𝑞2 − 𝑞1 + 𝑞1′ 𝑨 ⇒ 𝑞3′ = 𝑞3 − 𝑞1 + 𝑞1′

𝑞′ 𝑞′ 𝑞′ 𝑞′ 1 1
𝑪, 𝑩 𝑒𝑡 𝑨 ⇒ 𝐶1 + 𝐶2 + 𝐶3 = 𝐶1 + 𝐶 (𝑞2 − 𝑞1 + 𝑞1′ ) + 𝐶 (𝑞3 − 𝑞1 + 𝑞1′ ) = 0
1 2 3 1 2 3

1 1 1 1 1
⇒ − 𝑞1′ (𝐶 + 𝐶 + 𝐶 ) = 𝐶 (𝑞2 − 𝑞1 ) + (𝑞3 − 𝑞1 )
1 2 3 2 𝐶3

𝐶1 𝐶2 +𝐶1 𝐶3 +𝐶2 𝐶3 1 1 1 1
− 𝑞1′ = 𝑞2 + 𝑞3 − 𝑞1 ( + )
𝐶1 𝐶2 𝐶3 𝐶2 𝐶3 𝐶 𝐶 2 3

1 1 𝐶 +𝐶
− 𝑞 − 𝑞 +𝑞1 ( 2 3 )
𝐶2 2 𝐶3 3 𝐶2 𝐶3
𝑞1′ = 𝐶1 𝐶2 𝐶3
𝐶1 𝐶2 +𝐶1 𝐶3 +𝐶2 𝐶3

𝑞1 (𝐶1 𝐶2 +𝐶1 𝐶3 )−𝑞2 𝐶1 𝐶3 −𝑞3 𝐶1 𝐶2


𝑞1′ =
𝐶1 𝐶2 +𝐶1 𝐶3 +𝐶2 𝐶3

[(6+10)2−(10)3−(6)5]
𝑞1′ = . 10−4 = 0,9032. 10−4 𝐶 1 point
6+10+15
𝑞′ 0,9032.10−4
𝑉1′ = 𝐶1 = = −45,161 𝑉 1 point
1 2.10−6

𝑩 ⇒ 𝑞2′ = 𝑞2 − 𝑞1 + 𝑞1′ = (3 − 2 + 0,9032). 10−4 𝐶 = 0,0968. 10−4 𝐶 1 point


𝑞′ 0,0968.10−4
𝑉2′ = 𝐶2 = = 3,226 𝑉 1 point
2 3.10−6

𝑉3′ = −𝑉1′ − 𝑉2′ = 45,161 − 3,226 = 41,935 𝑉 2 points

2/3
Exercice n°2 (6 points)

𝑬𝑻𝒉 𝑹𝑻𝒉
𝑋 𝑅 𝑏𝑋−𝑎𝑅
1. 𝐸𝑇ℎ = 𝑉𝐵 − 𝑉𝐷 = (𝑉𝐵 − 𝑉𝐶 ) − (𝑉𝐷 − 𝑉𝐶 ) = 𝐸 (𝑎+𝑋 − 𝑏+𝑅) = 𝐸 (𝑎+𝑋)(𝑏+𝑅) 1,5 point
𝑎𝑋 𝑏𝑅
2. 𝑅𝑇ℎ = + 1,5 point
𝑎+𝑋 𝑏+𝑅
3. Condition d’équilibre : il faut que le courant soit nul ce qui veut dire que 𝐸𝑇ℎ = 0
donc 𝑏𝑋 − 𝑎𝑅 = 0 ⇒ 𝑏𝑋 = 𝑎𝑅 1,5 point
𝑎 120
4. 𝑋 = 𝑅 𝑏 = 180 = 360𝜴 1,5 point
60

3/3