Vous êtes sur la page 1sur 149

Module : introduction aux sciences

de gestion

Matière : comptabilité générale I

Volume horaire : 30 heures


plan du cours:
Introduction
Chapitre 1 : Notions fondamentales
Chapitre 2 : Les états de synthèse
Chapitre 3 : L’organisation comptable
Chapitre 4 : La facturation
Chapitre 5 : Les emballages
Chapitre 6 : Les effets de commerce

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 2
Bibliographie
Abouljaouad M. ; La pratique comptable marocaine
Benraiss A. ; précis de comptabilité générale
Fouguig B et Fechtali A. ; La comptabilité générale des
entreprises marocaines, Tomes 1 et 2
Perochon C. et Quezdar A. ; Comptabilité générale,
Tomes 1 et 2
Zaid O. et Brahmi A. ; Mémento pratique de
comptabilité, Le plan comptable marocain

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 3
Introduction

1. notion de comptabilité

2. intérêt de la comptabilité générale

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 4
1. notion de comptabilité :

La comptabilité est une technique


d’information
C’est une technique d’information sur
l’entreprise
C’est une technique d’information
quantitative

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 5
2. Intérêt de la comptabilité
générale

Pour le dirigeant et les actionnaires de


l’entreprise :
Connaître
• la situation du patrimoine de
l’entreprise
• le résultat de l’activité de l’entreprise
• un moyen de preuve vis à vis des tiers
Adil LOULID
Comptabilité Générale I 6
pour les pouvoirs publics :
le calcul des sommes dues au Trésor au titre
des impôts et taxes

pour les créanciers (banquiers) :


connaître la situation financière de l’entreprise
déterminer ses capacités de remboursement

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 7
pour les salariés :
information sur la pérennité de leurs emplois
les possibilités d’accroissement de leurs
revenus

Remarque

A coté de l’intérêt qu’elle présente pour


l’entreprise et ses partenaires,
en tant que technique d’information,
la tenue de la comptabilité est une
obligation légale

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 8
Chapitre 1 : Notions fondamentales
1. la notion de flux
2. la notion de compte
1. la notion de flux

L’entreprise entretient des


relations avec des agents
économiques divers,
Ces relations se traduisent par un
certain nombre de flux.
Adil LOULID
Comptabilité Générale I 9
Pouvoirs Publics

Clients Entreprise Banques

Fournisseurs

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 10
Un flux est un mouvement de biens
ou de valeurs. On distingue :
Les flux réels qui constatent des
mouvements de biens ou de
services.
Exemple: achat de marchandises
Les flux financiers qui constatent
des mouvements de monnaie.
Exemple: versement
d’espèces en banque

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 11
En règle générale, toute opération
réalisée par l’entreprise se traduit
par un flux réel et un flux monétaire.

De même que chaque flux est


constaté par un document (facture,
chèque bancaire…), et c’est ce
document qui constitue la base de
son enregistrement en comptabilité.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 12
2. la notion de compte

2.1. le compte
2.2. le solde d’un compte
2.3. le fonctionnement d’un compte
2.4. le jeu des comptes : principe de
la partie double

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 13
2.1. le compte

bien X
Fournisseur F Entreprise E

100 Dh

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 14
L’entreprise E achète le bien X
à l’aide des fonds remis au
fournisseur F :100 Dh.
Le bien X est alors un emploi
pour l’entreprise E.

Le fournisseur cède le bien X


pour obtenir les 100 Dh.
Le bien X est alors une
ressource pour le fournisseur.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 15
On appelle emploi la valeur obtenue
par chaque agent en échange de la
ressource qu’il a fournie.

Ainsi pour l’entreprise E :


Emploi : Bien X
Ressource : Liquidités
Pour le fournisseur F :
Emploi : Liquidités
Ressource : Bien X

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 16
La comptabilité note les emplois et les
ressources dans un tableau appelé
compte, et dont la partie gauche est
réservée aux emplois la partie droite aux
ressources.

La partie gauche d’un compte est appelée


DEBIT,

la partie droite est appelée CREDIT.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 17
Exemple : Le compte « Caisse »
→ Paiement d’un fournisseur : 1000 Dh

Débit (emploi) CAISSE Crédit (ressource)

1.000

→ Encaissement d’une créance sur un client : 2500

Débit (emploi) CAISSE Crédit (ressource)

2.500

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 18
2.2. le solde d’un compte
le montant net d’un compte à une date
donnée est égal à la différence entre le
total de ses débits et le total de ses
crédits
Cette différence est appelée solde du
compte.

Solde = Σ débits – Σ crédits


(ou Σ crédits – Σ débits)

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 19
2.3. le fonctionnement d’un compte

Exemple
le 20 octobre ; retrait de la banque pour
alimenter la caisse : 50.000 Dh
le 22 octobre ; achat d’un matériel au
comptant : 25.000 Dh
le 25 octobre ; vente de marchandises
contre espèces ; 75.000 Dh
le 30 octobre ; versement en banque ;
20.000 Dh

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 20
flux flux de
d’entrée sortie

Banque Matériel
Vente caisse Banque

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 21
Présentation du compte
« caisse »
date libéllé mont date libéllé mont

20/10 Retrait 50.000 22/10 Achat 25.000


25/10 vente 7.500 30/10 Verst 20.000
Solde 12.500

Total 57.500 Total 57.500

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 22
2.4. le jeu des comptes :
principe de la partie double
Toute opération nécessite pour son
enregistrement l’utilisation d’au moins deux
comptes.
Lorsqu’il s’agit d’une ressource, le compte
intéressé est crédité du même montant par le
débit d’un ou plusieurs comptes.
Lorsqu’il s’agit d’un emploi, le compte intéressé
est débité du même montant par le crédit d’un ou
plusieurs comptes.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 23
Exemple

le 20 octobre ; retrait de la banque pour


alimenter la caisse : 50.000 Dh
le 22 octobre ; achat d’un matériel au
comptant : 25.000 Dh
le 25 octobre ; vente de marchandises
contre espèces ; 7.500 Dh
le 30 octobre ; versement en banque ;
20.000 Dh

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 24
Chapitre 2 :
Les états de synthèse
Opérations

Enregistrement au cours de l’exercice


dans des comptes (du 01/01 au 31/12)

Documents de a la fin de l’exercice


synthèse (le 31/12)

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 25
Les documents de synthèse fournis par la
comptabilité générale sont au nombre de cinq :
Le bilan
Le compte de produits
et de charges (CPC)
L’état des soldes de gestion
(ESG)
Le tableau de financement (TF)
L’état des informations
complémentaires (ETIC)

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 26
1. Le bilan

1.1. Notion
1.2. Les comptes du bilan
1.3. Augmentation et diminution des
comptes du bilan

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 27
1.1. Notion

C’est un tableau qui reflète la


situation du patrimoine de
l’entreprise à une date donnée.

(généralement le 31 décembre)

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 28
Le bilan

Actif Passif
(emplois) (ressources)

Où va D’où vient
l’argent L’argent
(utilisation) (origine)

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 29
Les ressources peuvent avoir deux
origines :
Les actionnaires ou l’exploitant, on parle
alors de capital ou de capitaux propres
Les banques, les fournisseurs…il s’agit
des fonds étrangers ou dettes
Les emplois peuvent être :
Des emplois permanents (terrains,
constructions…)
Des emplois temporaires : stocks de
marchandises, créances…

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 30
1.2. les comptes du bilan
Les comptes de l’actif représentent
des emplois, ils sont nécessairement
débiteurs,
Les comptes du passif représentent
des ressources, ils sont
nécessairement créditeurs.
Certains comptes du bilan peuvent
être débiteurs ou créditeurs,
exemple : le compte «Banque»

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 31
1.3.Augmentation et diminution
des comptes du bilan
Les comptes augmentent du côté où il
sont placés au bilan et diminuent du
côté opposé.
Actif Passif

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 32
Le bilan il doit traduire un équilibre entre les
ressources et les emplois.

TOTAL de l’ACTIF = TOTAL du PASSIF

Cependant à la fin de l’exercice une


différence apparaît entre le total de l’actif et celui
du passif, cette différence est le résultat de
l’exercice

Résultat = Actif – Passif

Si actif > passif Bénéfice


Si actif < passif Perte

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 33
1.4.Présentation du bilan

Actif Passif
Actif immobilisé Financement
permanent

Actif circulant Passif circulant


(hors trésorerie) (hors trésorerie)

Trésorerie-actif Trésorerie-passif

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 34
2. Le compte de produits et de
charges (CPC)
2.1. Nature des charges et des
produits
2.2. Les comptes du CPC et leur
fonctionnement
2.3. Le CPC en liste.
2.4. Comptes de gestion et
comptes de situation

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 35
2.1. Nature des charges et des produits
a. Les charges

Elles correspondent aux


dépenses engagées par l’entreprise
en vue de la réalisation du résultat.
On distingue:
Les charges d’exploitation
Les charges financières
Les charges non courantes
Adil LOULID
Comptabilité Générale I 36
b. Les produits

Ils s’entendent des valeurs produites


et vendues par l’entreprise.
On distingue:
Les produits d’exploitation
Les produits financiers
Les produits non courants

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 37
2.2. Les comptes du CPC et leur
fonctionnement

Charges produits

Ch d’exploitation Pts d’exploitation

Ch financières Pts financiers

Ch non courantes Pts non courants

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 38
Les comptes du CPC fonctionnent de la
même manière que ceux du bilan;
Les comptes de produits sont créditeurs,
ils augmentent à droite et diminuent à
gauche
Les comptes de charges sont débiteurs,
ils augmentent à gauche et diminuent à
droite
charges produits

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 39
La différence entre les produits et les
charges d’un exercice donne le
résultat de l’exercice

Résultat = produits – charges

Produits > charges ; bénéfice


Produits < charges ; perte

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 40
2.3. Le CPC en liste.
Produits d’exploitation
- Charges d’exploitation
Résultat d’exploitation (1)
Produits financiers
- Charges financières

Résultat financier (2)


(1)+(2)= Résultat courant (3)

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 41
Produits non courants
- Charges non courantes
Résultat non courant (4)
(3)+(4) = résultat avant impôt
Impôt sur le résultat
Résultat net de l’exercice

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 42
2.4. Comptes de gestion et comptes de
situation
Des relations peuvent être établies entre les
comptes du bilan et les comptes du CPC.

A– les comptes d’actif et de charges représentent


des emplois, ils sont donc débiteurs. Ces
comptes :
Augmentent au débit
Diminuent au crédit
Les comptes du passif et de produits représentent
des ressources, ils sont donc créditeurs :
Ils augmentent au crédit
Et diminuent au débit

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 43
B– Le principe de la partie double exige si
l’on débite un compte on doit créditer au
moins un autre compte du même
montant,

Pour les comptes de gestion (CPC), leurs


mouvements provoquent simultanément
des mouvements au niveau des comptes
de situation (Bilan).

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 44
C– En conséquence, le résultat peut être
calculé à partir du bilan et du CPC :

A partir du bilan :
Résultat = Actif – Passif
A partir du CPC :
Résultat = Produits – charges

D’où l’égalité suivante :


TOTAL GENERAL = TOTAL GENERAL
DES DEBITS DES CREDITS

OU ACTIF + CHARGES
= PASSIF + PRODUITS

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 45
Chapitre :
l’organisation comptable

1. la démarche comptable
2. les supports comptables
3. le plan comptable général

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 46
1. La démarche comptable

Journal Gd livre
Doc de
base

Balance Etats de
Synthèse
- Bilan
- CPC
Adil LOULID
Comptabilité Générale I 47
2. les supports comptables

2.1. le journal
date
N° compte mtant
N° compte mtant
libellé

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 48
2.1. le journal

Chaque «article» du journal correspond


à une opération.

Le libellé fournit une explication de


l’opération et les références du
document de base (N° de la facture, N°
du chèque …)

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 49
2.1. le journal

A la fin de chaque page du journal on


procède à la totalisation des sommes
inscrites au débit et au crédit. Cette
totalisation permet de s’assurer que :

Total des débits = Total des crédits

Le total inscrit à la fin d’une page est


reporté au début de la page suivante

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 50
2.2. le grand livre
Le grand livre regroupe l’ensemble des
comptes de l’entreprise, il est établi par report
des écritures du journal.

Ainsi, si le journal enregistre les opérations


par ordre chronologique, dans le grand livre
ces opérations sont regroupées dans les
comptes.

Chaque compte enregistre l’ensemble des


mouvements qui l’ont concerné au cours de
la période.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 51
2.3. la balance
La balance est une liste générale de tous
les comptes.
La balance n’est pas obligatoire,

Elle revêt, toutefois, une grande


importance car elle permet de vérifier si les
enregistrements ont été faits correctement,
et ce par la vérification des deux égalités :

Σ Débits = Σ Crédits
Σ Soldes débiteurs = Σ Soldes créditeurs

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 52
3. Le plan comptable général

Objectif : permettre aux entreprises


d’utiliser une même dénomination des
comptes et de présenter les documents
de synthèse de manière uniforme,

Le plan comptable général fixe la liste


des comptes à utiliser par les entreprises
dans la tenue de leur comptabilité.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 53
3.1. la codification
Le plan des comptes se répartit en classes
qui regroupent les comptes de situation et les
comptes de gestion.
Les classes de comptes de situation forment
le bilan.
Elles sont au nombre de cinq :

Cl 1 : comptes de financement permanent


Cl 2 : comptes de l’actif immobilisé
Cl 3 : comptes de l’actif circulant hors trie.
Cl 4 : comptes du passif circulant hors trie.
Cl 5 : comptes de trésorerie

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 54
3.1. la codification

Les classes de comptes de


gestion forment le CPC, elles sont
au nombre de deux :

Classe 6 : comptes de charges


Classe 7 : comptes de produits

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 55
Chaque classe est subdivisée en
rubriques, postes et comptes :

niveau Code
1– Classe (masse) X
2– Rubrique XX
3– Poste XXX
4– Compte principal XXXX
5– Compte divisionnaire XXXXX
6– Sous-compte XXXXXX

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 56
Remarques :

Les masses, rubriques, postes et comptes


principaux sont limitativement prévus par le
PCG et présentent un caractère obligatoire.

Les comptes divisionnaires prévus par le


PCG sont recommandés aux entreprises,
alors que les sous-comptes sont laissés à
leur initiative.

Dans la présentation des documents de


synthèse (bilan et CPC) on se limite aux
postes

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 57
3.2. Constantes et parallélismes
Quelques constantes:
Au niveau du bilan :
Le 4 en 2ème position indique soit un compte
de créances soit un compte de dettes.
Exemple : 3421 : clients
4411 : Fournisseurs
Le 8 en 2ème position indique un compte
d’amortissement
Exemple : 211: Frais préliminaires
2811: Amortissement des
frais préliminaires

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 58
Au niveau du CPC :

Le 1 en 2ème position signifie : Exploitation


61 charges d’exploitation,
71 produits d’exploitation.

Le 3 en 2ème position signifie : financier


63 charges financières,
73 produits financiers

Le 5 en 2ème position signifie : non courant


65 charges non courantes
75 produits non courants

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 59
Les parallélismes

Il s’agit de ressemblances de
codifications de comptes appartenant à
des classes différentes.
Ainsi, un parallélisme de codification des
postes de l’actif et du passif circulant
existe au niveau du 2ème et du 3ème
chiffre.

345 Etat débiteur 445 Etat créditeur


346 comptes d’associés débiteurs
446 comptes d’associés créditeurs…

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 60
Chapitre 4 : La facturation

1. l’enregistrement d’une facture


«doit»
2. le transport
3. la TVA
4. les factures d’avoir

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 61
1. l’enregistrement d’une
facture «doit»
1.1. principe de l’enregistrement comptable
l’opération d’achat-vente (achat pour le
client et vente pour le fournisseur)
engendre deux flux économiques opposés
un flux réel (le bien ou le service)
un flux financier

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 62
Bien X
Fournisseur F Entreprise E
100 Dh

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 63
Cette opération est matérialisée par une
facture établie par le fournisseur et qui précise
le détail des marchandises vendues et le
montant à payer par le client.
La facture constitue le document de base de
l’enregistrement comptable d’une opération
d’achat-vente chez le client et chez le
fournisseur.

L’opération d’achat-vente est


enregistrée de la manière suivante:

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 64
Cas d’une vente à crédit:
chez le vendeur

3421 Clients 100


7111 ventes de 100
marchandises

Le vendeur constate un produit qui


engendre une créance

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 65
Chez l’acheteur

6111 achats de m/ses 100


4411 fournisseurs 100

L’acheteur constate une charge qui


engendre une dette.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 66
Cas d’une vente au comptant:
Chez le vendeur

51 banque(caisse) 100
7111 vente de m/ses 100

Le vendeur constate un produit qui


engendre une entrée de fonds

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 67
Chez l’acheteur

6111 achats de m/ses 100


51 banques (caisse) 100

L’acheteur constate une charge qui


engendre une sortie de fonds.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 68
1.2. l’enregistrement d’une
facture simple
Une facture simple est une facture
qui ne comporte ni majorations ni
minorations.

Exemple : le 25 octobre M. Tazi


expédie à la Société Lassale des
marchandises d’un montant de
1250 Dh payables dans 60 jours.
Facture N° F275

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 69
Les principaux comptes utilisés pour
l’enregistrement d’une facture sont :
Chez le fournisseur :

711 ventes de marchandises


712 ventes de biens et services
produits
3421 clients
514 banque
516 caisse…

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 70
Chez le client :
611 achats de marchandises
612 achats consommés de matières
et fournitures
4411 fournisseurs
514 banque
516 caisse

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 71
1.3. Les réductions sur facture
Les réductions commerciales :
elles comportent ;
Les remises
Les rabais
Les ristournes
Les réductions financières :
il s’agit de l’escompte de règlement

Toutes les réductions s’analysent comme


des diminutions du prix de vente, elles
sont souvent exprimées en pourcentage
(%) et se calculent en cascade.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 72
Exemple : soit un total d’une facture de 100.000
dh, un rabais de 5% , une remise de 10% et un
escompte de règlement de 1%.

La facture se présentera comme suit :


Montant brut : 100.000
Rabais (5%) : - 5.000

95.000
Remise (10%) : - 9.500

Net commercial : 85.500


Escompte (1%) : - 855

Net à payer : 84.645

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 73
l’enregistrement comptable
Les réductions commerciales portées sur
la facture ne sont pas enregistrées.
Seul le net commercial constituant le
véritable prix, doit être enregistré.

Exemple :
Un marchand de prêt à porter bénéficie d’une
remise systématique de 10% sur ses achats.
Sur un lot de chemises de deuxième choix, il
obtient du fournisseur un rabais exceptionnel
de 20%.
Le prix de base est de 120 dh. La facture F011
est établie le 30 octobre. Elle porte sur 200
unités.
Le règlement se fera dans 30 jours.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 74
La Facture

Montant brut 200 x 120 : 24.000


Remise (10%) : 2.400

21.600
Rabais (20%) : 4.320

Net à payer : 17.280

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 75
L’escompte de règlement est traité comme un
élément financier :

Chez le client, l’escompte obtenu est considéré


comme un produit financier, il est donc
enregistré dans un compte de produits
financiers :
7386 : Escomptes obtenus

Chez le fournisseur, l’escompte accordé est


considéré comme une charge financière. Il est
enregistré dans un compte de charges
financières :
6386 : escomptes accordés

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 76
Exemple :
Le 20 octobre une entreprise reçoit de son
fournisseur la facture N° 012 relative à un
achat de marchandises et comportant les
éléments suivants :
Montant brut : 12.000
Rabais : 10%
Remise : 5%
Escompte : 1%

Le 30 octobre règlement par chèque N°


0022

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 77
Facture
Montant brut : 12.000
Rabais (10%) : 1.200

10.800
Remise (5%) : 540

Net commercial : 10.260


Escompte (1%) : 102,6

Net à payer : 10.157,4

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 78
2. le transport

Au prix de vente convenu s’ajoutent


fréquemment certains éléments qui
majorent le net à payer. Il s’agit
notamment :
Des frais de transport mis à la
charge du client
De la taxe sur la valeur ajoutée
(TVA)
Les emballages

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 79
2.1. principe
Les conditions de vente définies par le
fournisseur et acceptées par le client
peuvent prévoir :
Soit une livraison gratuite : dans ce
cas les frais de transport sont à la
charge du fournisseur, ils
n’apparaissent pas sur la facture
(vente Franco)
Soit la facturation des frais de
transport au client, dans ce cas ils
sont à la charge de celui-ci et ils
s’ajoutent au prix des biens vendus
(vente Départ).
Adil LOULID
Comptabilité Générale I 80
N’apparaît pas
Du frs Sur la facture
Port
à la Payé directement
charge Par le client (1)
Du
client
Assuré (payé) par
Le fournisseur (2)

(1) Le port n’apparaît pas sur la facture


(2) Le port figure sur la facture

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 81
2.2. Enregistrement comptable
Deux situations doivent être
distinguées :
Le fournisseur fait appel à un
transporteur pour assurer la
livraison.
On débite le compte : 61426 ;
transport sur ventes, lors de
l’engagement des frais de port par le
fournisseur.
Ce compte est crédité lors de la
facturation.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 82
Le transport est assuré par le
fournisseur qui utilise ses propres
moyens.
Dans ce cas les frais de port constituent
pour ce dernier des produits accessoires.
Ils sont comptabilisés dans le compte :
71276 ; port et frais accessoires facturés

Pour l’acheteur il s’agit dans les deux


cas de frais de transport sur achats,

On les enregistre dans le compte :


61425 ; transport sur achats.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 83
Exemple 1

Le 5 février Reda établi à Tanger expédie


à son client Fadil installé à Marrakech, un
lot de marchandises, il paie en espèces
1.500 dh de frais de transport assuré par
l’ONCF.
Le même jour il adresse à son client la
facture relative aux marchandises
livrées :
Montant brut : 75.000
Remise : 3%
Escompte : 1%
Le règlement se fera dans 15 jours.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 84
Exemple 2 :

Le 10 février la société Sofy reçoit de


son fournisseur Mehdi la facture
relative à un achat à crédit,
comportant les éléments suivants :
Montant brut : 15.500
Remise : 5%
Forfait port : 250

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 85
Remarque

Dans le cas où le transport est assuré par un


transporteur, Lors de la facturation, deux cas
peuvent se présenter :
Le fournisseur facture à son client le montant
exact des frais de port
On débite alors, chez le fournisseur, le compte :
61426 ; transport sur ventes, ce compte sera crédité
au moment de la facturation.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 86
Le fournisseur facture à son client un montant
supérieur à celui qu’il a payé au transporteur
Dans ce cas, le compte :

61426 ; transport sur ventes sera débité au


moment du paiement des frais de port par le
fournisseur.

Mais lors de la facturation, on utilisera le compte :


71276 ; port et frais accessoires facturés, qui sera
alors crédité.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 87
Exercice
La société Electrosud est spécialisée dans la fabrication et la
commercialisation de matériel électrique, elle est installée dans la
zone industrielle de Berrechid. Au cours du mois d’octobre 2003,
elle a réalisé les opérations suivantes :

Le 22 octobre : vente à crédit au client Benali de Casablanca de :


300 prises de courant à 20 dh l’unité
500 ampoules électriques à 5 dh l’unité
remise 5%, escompte 1%, facture n° 125
Le transport a été assuré par la société Electrosud qui facture à
son client un forfait port de 350 dh

Le 29 octobre : reçu de la société Philips la facture n° 715


payable sous huitaine comportant les éléments suivants :
1500 m de fil en cuivre à 2,50 dh le mètre
3000 m de tuyaux à 4 dh le mètre
diverses pièces métalliques d’un montant total de 72.500 dh
rabais 5%, remise 2%, escompte 1%
Le transport a été assuré par Amana Express, payé par la société
Philips et facturé à Electrsud ; 625 dh

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 88
Présenter les deux factures
Procéder à leur enregistrement
comptable.
Procéder à l’enregistrement de la
facture n°715, en supposant que la
société Philips paie le transport à 625
dh, et le facture à son client à 750 dh.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 89
3. La taxe sur la valeur
ajoutée (TVA)
3.1. Mécanisme de la TVA
3.2. Les taux de la TVA
3.3. Comptabilisation de la TVA
3.4. TVA et Transport
3.5. Déclaration de la TVA

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 90
3.1. Mécanisme de la TVA
La TVA est un impôt indirect payé par le
consommateur final.
L’entreprise peut déduire de la taxe calculée sur les
ventes (TVA collectée ou facturée) celle qu’elle a
elle-même subit sur ses achats de biens et de
services (TVA déductible ou récupérable).
Ce que l’entreprise paie donc à l’Etat est la
différence entre la TVA qu’elle facture sur ses
ventes et celle qu’elle supporte sur ses achats
TVA à payer = TVA facturée – TVA
récupérable

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 91
Calcul de la TVA

TVA = Prix HT x Taux

Prix (TTC) = Prix (HT) + TVA


Pour un taux de TVA de 20%, on peut écrire :
TVA = Prix (HT) x 20% = Prix (HT) x 0,2
TTC = Prix (HT) + TVA
= Prix (HT) + Prix (HT) x 0,2
= 1,2 Prix(HT)
d’où Prix (HT) = Prix (TTC) / 1,2

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 92
3.2. Les taux de la TVA

Pour déterminer le montant de la


TVA , on applique au prix (HT) :
Le taux normal : 20%
des taux réduits :
7%,
10%
ou 14%

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 93
3.3. Comptabilisation de la
TVA
En principe ;
Toute vente ou prestation de service
donne lieu à une TVA facturée (ou
collectée)
Tout achat de biens de services ou
d’immobilisations donne lieu à une TVA
récupérable (ou déductible)
La TVA s’applique au prix net déduction
faite des réductions accordées au client.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 94
Les opérations d’achat et de vente sont
comptabilisées Hors Taxe, et la TVA est
enregistrée dans un compte de bilan.

Les comptes concernés sont :


Pour la TVA sur ventes :
4455 Etat, TVA facturée
Pour la TVA sur achats :
3455 Etat, TVA récupérable
34551 Etat, TVA récupérable sur
immobilisations
34552 Etat, TVA récupérable sur
charges

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 95
Exemple :

Le 15 novembre, l’entreprise
Menara SA, reçoit de son fournisseur
la facture F107 relative à un achat
de marchandises diverses ;
Brut : 32.000
Remise : 10%
Escompte : 1%
TVA : 20%

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 96
3.4. TVA et Transport

Les opérations de transport de


personnes et de marchandises sont
imposables au taux réduit de 14%

Deux cas peuvent être distingués :


Le transport est assuré par un
transporteur, il constitue une
prestation autonome, dans ce cas il est
soumis à la TVA au taux de 14%.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 97
Le transport est assuré par le fournisseur
lui-même qui utilise ses propres moyens.
On applique aux frais de port le même
taux de TVA que celui de la marchandise
(20% en général).

Sauf dans le cas où le taux de TVA de


la marchandise est inférieur à 14%

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 98
Exemple
Le 1er décembre, Anouar établi pour son client
Jalal la facture F330 relative à une vente de
marchandises à crédit:
Montant brut : 42.500
Remise : 5%
TVA : 20%
Frais de port : 500 dh
Passer les écritures comptables correspondantes
chez Anouar et Jalal dans les deux cas suivants :
Le transport est assuré par un transporteur et
facturé au client
Le transport est assuré par Anouar qui utilise ses
propres moyens.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 99
3.5. Déclaration de la TVA
a. Principe
La TVA à payer (TVA due) par l’entreprise est la
différence entre la TVA facturée sur les ventes et
la TVA récupérable sur les achats.
Le calcul et le paiement de la TVA se font
mensuellement.

TVA à payer au titre du mois M


= TVA facturée du mois M
– TVA récupérable sur immobilisations du mois M
– TVA récupérable/charges du mois M –1

La TVA sur charges est récupérée avec le décalage


d’un mois ;
La TVA à payer au titre du mois M doit être versée au
Trésor public avant la fin du mois M+1

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 100
Remarque
CA supérieur à 1.000.000 DH
Déclaration mensuelle
CA inférieur ou égal à 1.000.000
Déclaration trimestrielle

Soit le trimestre T composé des mois M, M+1


et M+2
TVA à payer au titre du trimestre T
= TVA facturée des mois M, M+1 et M+2
– TVA récupérable sur immobilisations
des mois M, M+1 et M+2
– TVA récupérable sur charges
des mois M–1, M et M+1

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 101
b. Les régimes d’imposition

La TVA facturée au cours d’un mois


est la TVA sur les ventes du mois.
Le montant de celle-ci dépend,
toutefois du régime d’imposition de
l’entreprise.
On distingue deux régimes
d’imposition:
Le régime de l’encaissement
Le régime des débits

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 102
Le régime de l’encaissement

Dans ce régime le fait générateur de la TVA


est constitué par l’encaissement du prix de la
marchandise.
L’entreprise soumise à la TVA selon le
régime de l’encaissement ne déclare que la
TVA sur les ventes pour lesquelles elle a
obtenu des règlements effectifs.
Une entreprise qui accorde un crédit à son
client n’est tenue de déclarer la TVA sur la
vente qu’au moment du paiement.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 103
Le régime des débits

C’est un régime facultatif (optionnel)

Le fait générateur de la TVA est


constitué par l’inscription d’une
somme au débit d’un compte.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 104
Le régime des débits

Cette inscription se fait au moment de


l’encaissement (on débite un compte
de trésorerie), ou au moment de la
facturation lorsqu’il s’agit d’une vente à
crédit (on débite le compte : clients)

L’entreprise soumise au régime des


débits est tenue de déclarer la TVA sur
les ventes encaissées, mais aussi sur
les ventes à crédit à condition qu’il y
ait facturation.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 105
Exemple
Une société réalise au cours du mois
de novembre les opérations de
ventes suivantes :
- 15 novembre ; vente au comptant contre
chèque :10.000 dh HT
- 20 novembre ; vente à crédit 3.000 dh HT, le
règlement se fera dans 30 jours.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 106
c. La récupération de la TVA
La TVA récupérable (ou déductible) ne dépend
pas du régime d’imposition.
Mais un certain nombre de conditions doivent
être vérifiées :

Les biens ou services ayant supporté une


TVA déductible doivent être affectés à
l’exploitation.
Les biens ou services ayant supporté une TVA
déductible ne doivent pas être exclus par la
loi du droit à déduction.
Les éléments exclus du droit à déduction
sont, entre autres :les voitures de tourisme

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 107
c. La récupération de la TVA

Les achats portant TVA récupérable


doivent être payés
La TVA sur les charges est
récupérable après le décalage d’un
mois à compter de son règlement.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 108
d. la comptabilisation

L’entreprise procède mensuellement au calcul


et au paiement de la TVA due à l’Etat.

La différence entre la TVA facturée


et la TVA récupérable donne lieu à
une TVA à payer enregistrée dans le
compte :

4456 Etat, TVA due


L’enregistrement se fait en deux temps :

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 109
Au moment du calcul :

On débite le compte :
4455 Etat, TVA facturée (du montant de TVA
facturée à déclarer).

Par le crédit des comptes :


34551 Etat, TVA récupérable sur
immobilisations
et 34552 Etat TVA récupérable sur charges
La différence est portée au crédit du compte :
4456 Etat, TVA due

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 110
Au moment du paiement :
On débite le compte :
4456 Etat, TVA due
Par le crédit d’un compte de trésorerie

Cas du crédit de TVA


Si la différence (TVA facturée – TVA
récupérable) est négative c.à.d. que la
TVA facturée est inférieure à la TVA
récupérable, elle donne lieu à un crédit de
TVA enregistré dans le compte :
3456 Etat, crédit de TVA

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 111
Dans le cas du crédit de TVA , on débitera le
compte :

4455 Etat, TVA facturée,


par le crédit des comptes :
34551 Etat, TVA récupérable sur immob.
Et 34552 Etat, TVA récupérable sur charges

La différence sera portée au débit du compte :


3456 Etat, crédit de TVA
Le crédit de TVA représente une créance de
l’entreprise sur l’Etat en matière de TVA, il
est récupéré au moment de la déclaration
suivante.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 112
4. les factures d’avoir
Une facture ordinaire constate la
créance du vendeur sur l’acheteur,
Une facture d’avoir constate, à
l’inverse, une dette du vendeur
envers l’acheteur suite à :
Un retour de marchandises du client
au fournisseur.
Des réductions accordées par le
fournisseur à son client après la
facturation initiale.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 113
4.1. le retour de marchandises

Les retours sont comptabilisés


en diminution des produits et des
charges ;
On annule l’écriture initiale par
inversion aussi bien chez l’acheteur
que chez le vendeur.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 114
Exemple
La société Bahia reçoit, le 10 janvier, une
facture relative à un achat de marchandises à
crédit pour un montant brut de 25.000 dh.
Remise 5%, escompte 1%, TVA 20%.
Le 18 janvier, la société retourne la moitié des
marchandises achetées après un constat de
non-conformité.
Le 20 janvier, elle reçoit de son fournisseur
l’avoir correspondant.

Procéder à l’enregistrement des deux


factures chez l’entreprise et son fournisseur.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 115
4.2. Les réductions hors facture

a. les réductions commerciales

Pour enregistrer les réductions


commerciales (rabais, remises, ristournes)
faisant l’objet de factures d’avoir, on utilise
les comptes :

7119 ou 7129 ; RRR accordés par l’entreprise,


chez le fournisseur
6119 ; RRR obtenus sur achats de
marchandises
ou 6129 ; RRR obtenus sur achats consommés
de matières et fournitures, chez le client

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 116
Ces comptes portent un 9 en
quatrième position, ce qui signifie qu’il
s’agit de comptes fonctionnant
inversement à leurs classes.

Ce sont des comptes soustractifs qui


viennent en diminution des produits et des
charges.

En fin d’exercices, ces comptes sont


virés aux comptes principaux. Pour la
présentation du CPC, les achats sont
diminués des RRR obtenus et les ventes
sont diminuées des RRR accordés.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 117
b. l’escompte de règlement
L’escompte faisant l’objet d’une facture d’avoir
est comptabilisé de la même façon qu’un
escompte figurant sur une facture ordinaire.

L’escompte accordé sur une facture d’avoir est


ainsi enregistré en charges financières chez le
fournisseur. Compte : 6386 ; escomptes
accordés.

Et en produits financiers chez le bénéficiaire.


Compte : 7386 ; escomptes obtenus.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 118
Exemple :

Le 25 janvier, la société Bahia reçoit de


son fournisseur une facture d’avoir
relative à une remise supplémentaire de
3% calculée sur le montant brut des
marchandises conservées.

1. Établir la facture
2. Procéder à son enregistrement comptable.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 119
Remarque :

Pour l’enregistrement des factures d’avoir


la TVA correspondante vient en
diminution de la TVA facturée chez le
fournisseur et de la TVA récupérable chez
le client.

Chez le fournisseur, on débite le compte ;


4455 ; Etat, TVA facturée
Chez le client, on crédite le compte 3455 ;
Etat, TVA récupérable.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 120
Chapitre 5 : Les emballages

1. nature des emballages


2. achat des emballages
3. la consignation
4. le retour des emballages
5. la vente des emballages

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 121
1. nature des emballages
Les emballages sont des objets
destinés à contenir les produits ou
les marchandises.

Les emballages perdus


Les emballages récupérables
Les emballages récupérables identifiables
Les emballages récupérables non
identifiables

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 122
2. achat des emballages
La comptabilisation d’une opération
d’acquisition d’emballages dépend de la nature
de ceux-ci, ainsi :
Les achats d’emballages perdus ou
récupérables non identifiables sont enregistrés
dans les charges.

61231 Achats d’emballages perdus


61232 Achats d’emballages récupérables

Les achats d’emballages récupérables


identifiables sont enregistrés dans un compte
d’immobilisations:
le 2333 ; emballages récupérables identifiables.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 123
3. la consignation
a. principe
La consignation ne porte que sur les
emballages récupérables,
Le fournisseur :
Met l’emballage à la disposition du client, mais
en reste propriétaire.
Facture au client un prix de consignation qui
s’ajoute au prix des marchandises.
S’engage à reprendre l’emballage en restituant
au client le prix de la consignation.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 124
b. la comptabilisation
Lors de la consignation,
Chez l’acheteur, on débite le compte :
3413 ; fournisseurs, créances pour emballages et
matériel à rendre

Chez le vendeur, on crédite le compte


4425 ; clients, dettes pour emballages et matériels
consignés.
La consignation est faite en général
sans la considération de la TVA

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 125
Exemple
Le 24 décembre l’entreprise Belkahia
adresse à son client la facture F201
relative à une vente de produits
imposables à la TVA au taux normal et
comportant les éléments suivants :
Montant brut : 20.000
Rabais : 5%
Consignation d’emballages : 100 caisses à
60 dh HT l’unité.

Passer les écritures correspondantes


chez le client et chez le fournisseur

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 126
4. le retour des emballages
Lors du retour des emballages on procède à
l’enregistrement inverse.

Deux cas sont à distinguer :


1er cas : les emballages n’ont subit aucune détérioration

Prix de reprise = prix de consignation

Chez le client, on crédite le compte :


3413 ; fournisseurs, CEMR,
par le débit du compte : 4411 ; fournisseurs.

Chez le fournisseur, on débite le compte :


4425 ; clients, DEMC,
par le crédit du compte : 3421 ; clients

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 127
Exemple

Reprenons l’exemple précédent et


supposons que le client retourne,
le 5 janvier la totalité des
emballages à l’entreprise
Belkahia. Aucune détérioration
n’est constatée.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 128
2ème cas : Une détérioration des emballages
consignés est constatée

Prix de reprise < prix de consignation

Cette différence de prix donne lieu


A un gain (ou boni) pour le fournisseur, enregistré au
compte :
71275 ; Bonis sur reprise des emballages
consignés,
A une perte (ou mali) pour le client, enregistrée au
compte : 61317 ; Malis sur emballages à rendre.

La constatation du boni et du mali donne lieu à une


TVA facturée chez le fournisseur et à une TVA
récupérable chez le client.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 129
Exemple

Procédons à l’enregistrement de
la déconsignation dans
l’hypothèse d’un prix de reprise
de 48 Dh la caisse.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 130
5. la vente des emballages
Si le client garde les emballages (en
totalité ou en partie), on doit constater une
opération de vente d’emballages.
Les comptes concernés sont :
Chez le fournisseur :
71278 ; autres ventes et produits
accessoires
4455 ; Etat, TVA facturée

Chez le client :
6123 ; Achats d’emballages
34552 ; Etat, TVA récupérable sur charges.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 131
Exemple

Reprenons l’exemple précédent et


procédons aux enregistrements comptables
dans les deux cas suivants :
Le client garde la totalité des emballages, le
fournisseur lui envoie la facture correspondante
le 10 janvier.
Le client restitue la moitié des emballages non
détériorés, il en conserve l’autre moitié. Une
facture lui est adressée à la même date.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 132
Remarque : la consignation TTC

La consignation est généralement faite hors taxe.

Toutefois, si les emballages sont totalement


détruits, ou si le client décide de les garder, le
fournisseur établi une facture de vente qui doit faire
apparaître la TVA correspondante.

Ainsi, pour éviter les problèmes de règlement de


cette TVA, certaines entreprises préfèrent facturer un
prix de consignation TTC.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 133
Chapitre 6 :
Les effets de commerce

1. nature des effets de commerce


2. création des effets de commerce
3. circulation des effets de
commerce

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 134
1. nature des effets de commerce
Ce sont des documents qui :
Donnent au créancier une meilleure garantie
Constituent des instruments de paiement
(endossement)
Constituent surtout des instruments de
mobilisation des créances (escompte)

On distingue :
la lettre de change (traite)
le billet à ordre

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 135
2. création des effets de commerce
La création d’un effet de commerce transforme
une créance ordinaire en une créance garantie et
mobilisable

on opère les transformations suivantes :

Chez le client (débiteur)

4411 Fournisseurs 4455 Frs, effets à payer

X X X

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 136
Chez le fournisseur (créancier)
3421 Clients 3425 Clts, E à recevoir

X X X

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 137
3. Circulation des effets de commerce
3.1. l’encaissement
Deux cas sont à distinguer :

1er cas :
L’encaissement est directement
effectué auprès du tiré (client), dans ce
cas les comptes : fournisseurs, effets à
payer, et ; clients, effets à recevoir,
sont soldés par l’utilisation de comptes
de trésorerie.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 138
Exemple :
Le 12 janvier, le fournisseur Belhaj envoie à
son client Labib la facture F325 relative à une
vente de marchandises ; montant brut : 32.000,
rabais :5%, TVA : 20%.
Le 15 janvier le client Labib accepte une
traite à l’ordre du fournisseur Belhaj du montant
de la créance et à échéance du 15 mars.
Le 15 mars, la traite est directement
encaissée en espèces auprès du tiré.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 139
2ème cas :
L’encaissement est opéré par la banque ;

On solde le compte :
3425 Clients, effets à recevoir,
par le débit du compte :
5113 ; Effets à l’encaissement,

A la réception de l’avis de crédit, le


compte :
5113 ; Effets à l’encaissement, sera soldé
par le débit du compte : Banque.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 140
La banque prélève les frais d’encaissement soumis
à la TVA au taux de 10%.

Ces frais sont enregistrés au compte :


6147 ; services bancaires, et une TVA
récupérable sur les charges est constatée.

Ces opérations concernent la comptabilité du tireur


(fournisseur), elles n’ont aucune influence sur
celle du tiré (client).

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 141
Exemple :

Reprenons l’exemple précédent, et


supposons que le fournisseur Belhaj
remet à sa banque la traite tirée sur son
client Labib le 13 mars.
Le 18 mars, il reçoit l’avis
correspondant ; montant des frais
prélevés par la banque : 84 Dh HT, TVA :
10%.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 142
3.2. L’endossement

Le bénéficiaire d’un effet de


commerce peut l’utiliser pour le
paiement d’un tiers envers lequel
il a une dette (son fournisseur par
exemple). Il suffit qu’il le signe au
verso.
On parle alors d’endossement de
l’effet de commerce.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 143
Chez le bénéficiaire initial, on crédite le compte :
Clients, effets à recevoir, par le débit du compte :
Fournisseurs.

Chez le nouveau bénéficiaire, le compte : Clients,


effets à recevoir, sera débité par le crédit du compte :
Clients.

L’endossement n’a aucun impact sur l’écriture


comptable chez le tiré. Celle-ci ne sera modifiée qu’à
la date de l’échéance.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 144
Exemple :
L’entreprise Salim et Co. détient une
traite tirée sur son client Chafik d’un
montant de 43.750 Dh et à échéance
du 19 février.
En date du 14 janvier, elle l’endosse au
profit de son fournisseur pour
règlement.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 145
3.3. L’escompte
Lorsque le bénéficiaire d’un effet de
commerce souhaite disposer de fonds
rapidement (avant l’échéance), il peut
remettre l’effet à l’escompte auprès de sa
banque.

La banque met alors les fonds à la


disposition du bénéficiaire, mais prélève en
rémunération du service rendu des agios
et la TVA correspondante.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 146
L’opération de remise à l’escompte est
enregistrée après réception du bordereau
d’escompte,

On crédite alors le compte : 5520 ; crédit


d’escompte par le débit des comptes :
6311 ; Intérêts des emprunts et dettes (pour
les intérêts)
6147 ; Services bancaires (pour les
commissions)
34552 ; Etat, TVA récupérable sur charges
Le compte Banque.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 147
Remarque :

L’escompte d’un effet non échu est


assimilé à un crédit bancaire, par
conséquent le compte : Clients, effet à
recevoir, n’est pas mouvementé, il ne
sera soldé qu’à l’arrivée de l’échéance.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 148
Exemple :
M. Bendriss dispose d’une traite d’un montant
de 20.000 Dh à échéance du 30 mai tirée
sur son client.
Le 30 avril il procède à sa remise à
l’escompte.
Le 2 mai, il reçoit de sa banque le bordereau
d’escompte comprenant des intérêts
calculés au taux de 12% l’an (à compter du
1er mai), et des commissions de 38 Dh HT.
Calculer le montant des intérêts
Procéder à l’enregistrement comptable.

Adil LOULID
Comptabilité Générale I 149

Vous aimerez peut-être aussi