Vous êtes sur la page 1sur 6

Génie civil

Projeter, relier et construire l’avenir

Photo : Ruedi Weidmann+


En bref …
Peu médiatisée, la profession d’ingénieur civil

n’en est pas moins omniprésente depuis très

longtemps déjà, comme en témoignent les

voies romaines ou les aqueducs. De tout temps,

le génie civil a imaginé et construit les infras-

tructures nécessaires au bien-être des hommes.

Les réseaux de transports sont aujourd’hui plus

complexes, les constructions plus audacieuses

et les matériaux plus variés, mais la mission

demeure la même : mettre à disposition de la

société les équipements dont elle a besoin.

Qu’il s’agisse d’éléments de ponts, de bâtiments, de


barrages ou de tunnels, d’ouvrages d’approvisionnement
en eau, en énergie ou encore de protection contre les
d
dangers naturels, voire de planification des transports, Construction par encorbellement des viaducs du Creugenat
sur l’autoroute A16 : l’ingénieur est responsable du choix
les projets de génie civil s’inscrivent dans une perspective des matériaux et de la méthode de construction ainsi que
à long terme qui implique la prise en compte de leur dura- de l’évaluation du comportement lors de la réalisation.
bilité, de leur impact sur l’environnement ou le dévelop- (Photo : GVH)

pement territorial, ainsi que des aspects économiques et


sociaux.

En tant qu’ingénieur-e civil-e, vous contribuez non seule- comportement des matériaux (résistance et déformabilité),
ment à la conception, la planification et la réalisation des vos connaissances en géotechnique (caractéristiques des
infrastructures, mais aussi à leur entretien et leur exploi- sols), en hydraulique ou encore dans le domaine de l’éner-
tation. Selon l’ampleur du projet, une seule et même gie ou des transports. Des activités qui s’appuient toujours
personne peut se voir confier l’ensemble de ces tâches plus sur des outils de modélisation informatique.
ou alors participer à un travail d’équipe.
En plus de maîtriser les principales techniques de cons-
Une de vos missions consiste à définir les dimensions des truction, vous devez aussi faire preuve de créativité, afin
ouvrages. Selon les cas, vous y parvenez grâce à la statique de proposer des solutions capables d’obtenir une adhésion
(calcul des efforts dans une structure), à votre maîtrise du aussi large que possible à vos projets.
Génie civil planification de leur entretien. Une tâche dont l’impor-
tance ne cesse de croître et qui doit être pensée de façon
à minimiser la gêne pour les usagers, tout en améliorant
les performances environnementales d’équipements
souvent conçus, à l’instar de l’essentiel de notre patri-
moine bâti, il y a plusieurs dizaines d’années. Des aspects
qui exigent l’intégration de nombreux partenaires (divers
corps de métiers, population, utilisateurs, autorités poli-
tiques, associations) et une grande créativité technique
ainsi que de réelles qualités de négociation.

Science de l’équilibre
Un des rôles clés de l’ingénieur civil est d’étudier et
comprendre le comportement structurel des ouvrages.
Cela revient en général à définir les charges, à suivre
leur cheminement dans la structure puis à calculer les
efforts pour déterminer les dimensions nécessaires de
l’ouvrage de façon à respecter des critères de résistance
et de déformabilité. Cette démarche se doit d’envisager
plusieurs situations, car il n’est pas rare que, selon le pro-
cédé ou le matériau de construction, le fonctionnement
structurel évolue et que les sollicitations déterminantes
se produisent en phase de réalisation déjà.

La problématique est différente pour les tunnels : il s’agit


alors de maintenir l’état d’équilibre d’un massif rocheux
dans lequel on crée une cavité. Un défi délicat, puisqu’on
ignore a priori les caractéristiques de la roche, un para-
mètre clé pour le choix des solutions techniques. Si des
d sondages permettent en général le choix de la méthode
Creusement de deux tubes sur plus de 50 km, six points d’attaque dont un au pied d’un puits vertical
de plus de 800 m, percement à l’explosif ou au tunnelier, traversée de zones géologiques instables : d’excavation (mécanique ou explosif), les solutions pour
le tunnel de base du St-Gothard exploite un savoir-faire fascinant. (Photo : Milo Keller, ECAL) soutenir la roche, qui vont de ne rien faire du tout à la
mise en place de diverses techniques de soutènement
(ancrages, cintres métalliques, injections, etc.), doivent
Diversité constamment être réévaluées et ajustées au cours du
Parcourir un tronçon d’autoroute ou de voie de chemin de percement.
fer suffit pour appréhender la diversité et l’importance du
Cette recherche constante de l’équilibre profite toujours
génie civil. Cela montre d’abord son rôle central dans une
plus des possibilités de calcul offertes par l’informatique,
des principales problématiques actuelles : la planification
en particulier par la méthode des éléments finis qui
des transports. Ensuite, d’un point de vue technique, en
consiste à découper un objet en petits éléments,
plus des ponts ou tunnels souvent spectaculaires, c’est
à calculer leurs déplacements et leurs sollicitations,
aussi à l’ingénieur civil qu’il incombe de concevoir les
puis à assurer leur compatibilité.
voies de roulement, d’assurer la stabilité des accotements,
de garantir le traitement des eaux de surface ou encore
Agir sur l’existant
de protéger les ouvrages contre des dangers naturels, tels
L’ingénieur civil exerce toujours plus son art sur des
que chutes de pierre ou inondations.
ouvrages existants qu’il faut modifier ou dont on doit
Au fur et à mesure de leur mise en service, le bon fonc- assurer le bon fonctionnement. Il se peut aussi que, à
tionnement des infrastructures passe par leur suivi et la l’instar de ce que l’on vit aujourd’hui en Suisse dans le
domaine de l’énergétique du bâtiment, de nouvelles
dispositions législatives imposent des modifications.
Le barrage des Toules, situé dans la région du Grand-
Saint-Bernard, illustre ce cas de figure. Il a été construit
en deux étapes, dont la première fut réalisée en 1958
pour permettre une mise en eau rapide de l’aménage-
ment. Placé juste à l’aval du premier, le barrage définitif
fut érigé entre 1961 et 1963, un joint vertical assurant la
liaison entre les deux parties. Ce joint s’est progressive-
ment dégradé alors que les critères de sécurité applica-
bles aux barrages en matière de gestion des crues et de
séismes ont été renforcés.

Les études, dont une part importante a porté sur l’éva-


luation de la sécurité structurelle du barrage et de ses
fondations ainsi que sur les conditions du site (géologie Renforcement du barrage des Toules : toujours plus
et sismicité, estimation des crues et de la capacité d’éva- fréquents, les travaux sur des ouvrages existants sont
cuation des ouvrages), ont conclu à la nécessité d’un souvent plus délicats en raison des incertitudes liées
B à l’état réel des structures. (Images : Stucky SA)
confortement du barrage. On a alors étudié des varian-
tes de travaux et choisi la plus intéressante d’un point
Les progrès scientifiques se traduisent par
de vue technique, sécuritaire et financier : elle comprend le développement de nouveaux matériaux de
notamment l’épaississement des ailes du barrage, la construction : le béton fibré ultraperformant
construction d’une butée sous la fondation de la rive (BFUP) offre des possibilités remarquables pour
la réfection ou le renforcement d’ouvrages.
gauche et la mise en place de colonnes de cisaillement
dans les joints verticaux du barrage. b

Autre particularité, les travaux doivent se dérouler uni-


quement pendant la bonne saison et sans interrompre
l’exploitation de l’aménagement hydro-électrique, des
contraintes qui influencent fortement l’organisation du
chantier.

Réaliser
Vos activités d’ingénieur-e civil-e ne se limitent pas à Aussi bien planifiée qu’elle soit, la construction d’un
élaborer des projets, puisque vous êtes aussi fortement ouvrage réserve systématiquement des imprévus qu’il
impliqué-e dans leur réalisation. Vous devez ainsi natu- faut rapidement analyser, le rythme souvent très sou-
rellement maîtriser un certain nombre de techniques de tenu des travaux impliquant des décisions rapides.
construction, mais aussi être capable de les évaluer, voire
Finalement, il est aujourd’hui inimaginable d’entre-
d’en développer de nouvelles. L’exemple des ponts est
prendre un chantier sans tenir compte de l’environ-
particulièrement éloquent à ce sujet : lors du processus
nement. A titre d’exemple, la plupart des matériaux
d’élaboration, vous devrez à un moment donné choisir le
issus du percement des tunnels des nouvelles liaisons
matériau à utiliser (acier, béton, bois, mixte) et aussi im-
ferroviaires alpines (NLFA) sont triés, une part impor-
médiatement réfléchir à la façon de construire l’ouvrage :
tante d’entre eux étant réutilisée in situ pour fabriquer
- par encorbellement : le pont est construit à partir
le revêtement en béton.
des piles préalablement élevées,
- par lancement : le pont est réalisé sur une de ces culées
pour être ensuite poussé dans sa position définitive,
- sur cintre : on utilise une structure provisoire sur
laquelle l’ouvrage est construit.
Photo : Julie Langenegger

Aujourd’hui, demain, dans 10 ans …

Bachelor (180 crédits ECTS) qu’aux délais, une activité qui vous amène à fréquenter régulière-
La formation en sciences de base (mathématiques, physique) est ment le chantier pour y suivre son avancement. L’expérience aidant,
répartie sur les trois ans du bachelor, permettant ainsi d’aborder un vous assumez progressivement des fonctions de chef de projet.
bon nombre de cours spécifiques au génie civil en première année Vous pouvez alors être impliqué dans la direction du bureau ou
déjà (statique, géologie, structures, matériaux). Les deuxième et envisager de créer votre propre entreprise.
troisième années comportent notamment les cours de mécanique
des sols et des fluides, de structures (béton, métal, etc.), d’hydrau- Votre formation permet aussi de rejoindre une administration
lique et se concluent avec un premier projet de mise en pratique publique : vous devez alors exprimer et planifier des besoins en
et de synthèse des connaissances. termes d’entretien ou de nouveaux équipements puis, avec l’aide
de mandataires, assurer le respect des délais et des budgets lors
Master (120 crédits ECTS) de l’exécution des travaux. Une autre possibilité est d’être engagé
La formation master propose ensuite six possibilités de spécialisation : au sein d’une entreprise pour y organiser les chantiers : choix des
Infrastructure et Environnement // Géotechnique // Transports méthodes, gestion du personnel, achat des matériaux, planification,
et Mobilité // Ingénierie structurale // Hydraulique et Énergie // etc. Vous pouvez aussi choisir d’élargir les connaissances dans
Géomatique. D’un volume de 30 crédits ECTS, cette spécialisation un domaine particulier en effectuant une thèse de doctorat.
donne une certaine coloration à la formation, sans la priver de son
caractère généraliste. Un lien solide avec la pratique professionnelle Quelle que soit la voie choisie, vous aurez à collaborer avec
est garanti par la réalisation de projets et un stage obligatoire de de nombreux partenaires issus des domaines de l’architecture,
deux mois dans une entreprise. de l’environnement, de la sociologie, de l’économie, des milieux
énergétiques ou encore de la politique. Très apprécié à l’étranger,
Perspectives professionnelles le savoir-faire des ingénieurs civils suisses vous autorise en outre
La voie la plus empruntée est celle consistant à intégrer un bureau à envisager une carrière internationale.
d’ingénieur au sein duquel, comme débutant-e, vous êtes intégré-e
dans une équipe. Vos tâches consistent alors à transformer des idées
en projet d’exécution. Dans le génie civil, cela signifie d’abord de faire Pour plus d’informations : http://bachelor.epfl.ch
des choix conceptuels (forme, fonctionnement, matériaux, méthodes,
Section de Génie civil
etc), puis d’effectuer des calculs statiques dont les résultats sont
Faculté Environnement naturel, architectural et construit (ENAC)
utilisés pour établir des plans. Vous rédigez aussi le descriptif des
travaux qui sert de base à l’appel d’offres et au contrat d’exécution @mail secrétariat : secretariat.sgc@epfl.ch
avec une entreprise. Lors de la réalisation, vous dirigez les travaux Téléphone : +41 21 693 28 05
en veillant au respect des contraintes techniques et financières ainsi Web : http://sgc.epfl.ch

© Mars 2010, Ecole polytechnique fédérale Lausanne (EPFL) Photo couverture : Sophie Brasey Graphisme : Antidote-design, Lausanne Textes : nibuXs, Jacques Perret

Vous aimerez peut-être aussi