Vous êtes sur la page 1sur 30

Technologie des câbles électriques souterrains

Et
Confection des boites de jonction et
d’extrémité sur les câbles HTA

1
SOMMAIRE
INTRODUCTION……………………………………………………………… 4

CHAPITRE 1 :
RAPPELS HISTORIQUES………………………………………………… ……5
GENERALITES………..……………………………………………………………5

Rôle des lignes électriques souterraines………...........……..………….5


Constitution générale d’une ligne électrique souterraine……………..5

CHAPITRE 2 :
TECHNOLOGIE DES CABLES…………….……….……………………..……...7
1- Câbles BT…………………………………………………………….……..7
2- Nature des âmes conductrices…………………………………………8
3- Différentes formes des conducteurs…………………….…………….9
4- Notions sur la fabrication des câbles………………….....................10
5- Différents types de câbles ……………………………………………..11
6- Critères intervenants dans le choix d’un câble………………….....14
7- Renseignements à fournir pour la commande d’un câble………..14
8- Câbles à isolation thermoplastique…………………………………..15
9- Câbles à champ radial et champ non radial…………………………17
10 - Câbles spéciaux………………………………………………….…… .…20
11 -Tension spécifiée………………………………………………………... .21
12 -Phénomènes électriques dans les câbles………………………….. ..22

CHAPITRE 3 :
REGLEMENTATION TECHNIQUE ………………………..……………..……...27

BIBLIOGRAPHIE :………………………………..…… ………………….…28

2
INTRODUCTION

Ce manuel, support de cours portant sur la technologie des câbles électriques


souterrains MT et BT et localisation des défauts’’, est élaboré dans le cadre de la formation
organisée suite à la coopération entre le Ministère des Affaires Etrangères et de la
Coopération, l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (désignée ci-après par
"JICA") et l'Office Nationale de l’Electricité et de l’eau potable Branche Electricité (désigné ci-
après par "ONEE-BE").

Pourquoi le souterrain ?

Les préoccupations esthétiques, les contraintes d’environnement, le développement


des puissances en jeu et l’amélioration de la qualité conduisent à développer la réalisation
des réseaux électriques en souterrain.

Ce document est composé de trois parties :

1ère Partie traite des généralités sur le réseau souterrain et de la technologie des
câbles, la 2ème Partie concerne la réglementation technique relative à l’utilisation des câbles,

la 3ème partie est réservée aux consignes relatives au montage des boites de jonction et
d’extrémité sur les câbles souterrains.

3
CHAPITRE 1

RAPPELS HISTORIQUES

La Technologie des câbles souterrains, est fort ancienne puisque, née à la fin
du XIXème siècle, elle compte aujourd’hui d’un siècle d’existence.
Depuis la mise au au point de la presse à plomb, en 1879, des câbles à isolation
papier imprégné se sont développés pour tous les niveaux de tension, depuis la
basse tension jusqu’à 500KV. Parallèlement, la découverte des matériaux
synthétiques (1933) a permis le développement des premiers câbles secs, dés
1940.
Les qualités techniques, économiques et d’exploitation des câbles d’énergie à
isolation synthétique (BT, MT, HT, THT) conduisent aujourd’hui à une utilisation de
plus en plus large de ces matériels dans les réseaux de transport et de distribution
d’énergie électrique, ainsi que dans les centrales et les postes.

GENERALITES
1- Rôle des lignes électriques souterraines :

Le passage sous terre des canalisations électriques s’impose dans certaines


circonstances ou leur passage aérien présenterait des inconvénients graves, c’est
le cas notamment :

 Dans les agglomérations ou des lignes aériennes pourraient être à l’origine de


nombreux accidents.
 En montagne, la ou les avalanches pourraient détériorer les lignes aériennes.
 Dans les régions orageuses.
 Dans certaines exploitations ( centrales, usines, etc) ou les canalisations
aériennes présenteraient un risque permanent pour le personnel.
 Aux environs des aérodromes.
 Partout ou existent des risques particuliers ou d’explosion.
 La ou l’esthétique doit être préservé.

2- Constitution générale d’une ligne électrique souterraine :

Une ligne électrique comprend essentiellement les câbles armés et les


accessoires de raccordement ainsi qu’un mode de pose des câbles approprié aux
besoins et lieux.

4
a- câbles armés :

Ils sont constitués de :

- Conducteurs :
Destinés à assurer la conduction électrique.

- Protections :
Electrique : assure l’isolement des conducteurs entre eux et
par rapport à la terre
Mécanique : protège le câble contre les détériorations dues
aux contacts des corps durs, de chocs d’outils,
des rongeurs, …..etc.
Chimique : met les conducteurs et leurs isolants à l’abri de
l’humidité.
Thermiques : protège le câble contre les contraintes
thermiques sous sol.
b- les accessoires :

Destinées aux raccordements des câbles ( prolongement, dérivation) et


prévues pour assurer les conditions électriques, mécaniques et chimiques des
câbles.

5
CHAPITRE 2

TECHNOLOGIE DES CABLES:


Les quatre types de câbles sont : les câbles à masse, les câbles à pression,
les câbles à isolation thermoplastique et les câbles à isolation gazeuse. Chaque type
se subdivise en un certain nombre de produits qui correspondent à une application
bien précise.
On distingue trois catégories de câbles : les câbles BT, les câbles MT et les
câbles HT.
I- Câbles BT:

- Constitution:

Le câble électrique souterrain est constitué des éléments suivants :

- Le conducteur (en cuivre ou en aluminium, rigides ou souples, de

formes diverses : ronde, méplate, sectorale,…)

- l’isolant électrique (en PVC, PE, PRC, caoutchouc,…)

PVC : polychlorure de Vinyle

PE : polyéthylène

PRC : polyéthylène réticulé chimiquement

- le bourrage (pour donner au câble sa forme ronde)

- la protection étanche (en plomb)

- la protection mécanique (en feuillard d’acier)

- la gaine de protection extérieure (en PVC)

6
2- NATURE DES AMES CONDUCTRICES :

- Cuivre :

Le cuivre normalement employé pour la fabrication des câbles à l’état recuit


et les caractéristiques suivantes :

-- résistivité à 20 °C en microhm/cm/cm2………………………………..1,724
-- densité à 20 °C …………………………………………………………..8,89
-- résistance à la rupture ( métal recuit)………………………………….. .22kg/m2

- Aluminium :

L’aluminium utilisé est à l’état demi-dur et a les caractéristiques suivantes :

-- résistivité à 20 °C en microhm/cm/cm2………………………………..2,82
-- densité à 20 °C …………………………………………………………..2,70
-- résistance à la rupture ( métal recuit)………………………………….. .14kg/m2

- conducteurs ronds câblés ou massifs :

les conducteurs sont constitués soit par un fil unique ; jusqu’à 10mm2 de
section ; soit par des fils câblés en une ou plusieurs couches concentriques dont le
nombre et le diamètre sont déterminés par la section totale à obtenir tout en
conservant au câble une souplesse suffisante.
La section des conducteurs est circulaire dans les câbles unipolaires et les
câbles multipolaires de section inférieure à 35mm2. Elle l’est aussi pour les câbles
dont la section de service est supérieure à 20KV.

7
3- DIFFERENTES FORMES DES CONDUCTEURS :

8
4- QUELQUES NOTIONS SUR LA FABRICATION DES CABLES :

4-1- AMES RONDES :

Le câblage se fait dans des toronneuses tubulaires avec des fils recuits.
Les bobines sont montées à l’intérieur d’un plateau tournant dans les
câbleuses. Les bobines suivent le mouvement tournant des cages,
l’avance du câble varie suivant le pas. Les fils constitutifs de la couche
extérieure doivent être câblés à un pas inférieur à 20fois le diamètre
extérieur du conducteur.

4-2- AMES SECTORALES :

Les sections ont les mêmes valeurs que celles fabriquées avec âmes
rondes. Une couche de fils sert de bourrage après passage dans des
filières, puis une couche de couverture englobe le tout. Le câble doit subir
une préformation suivant une hélice au pas demandé.

4-3- ISOLATION :

Les âmes sont montées sur des rubanneuses. La dernière couche est
imprimée d’un repère distinctif l’épaisseur est en fonction de la tension
spécifiée.

L’assemblage des conducteurs constituant le câble est effectué dans


des machines semblables aux câbleuses, de dimentions plus importantes
appelées assembleuses. Le bourrage, s’il est nécessaire, est fait sur ces
machines.

4-4- IMPREGNATION :

Passage dans un cuve pour séchage sous vide pendant plusieurs jours.
Vide d’air et d’humidité puis, à 130° admission d’huile dégazéifiée puis
pression à 3 bars. Refroidissement sous matière compound jusqu’à la mise
sous gaine d’étanchéité.

5- DIFFERENTS TYPES DE CABLES :


9
 Câble sous gaines

 Câbles sous gaine en plomb

 Câbles sous gaine pour efforts mécaniques

10
 Câbles pour commande des ascenseurs :

 Câbles souples sous gaines en caoutchouc :

 Câbles souples pour engin mobile :

11
 Câbles au PE

12
1- CRITERES INTERVENANTS DANS LE CHOIX D’UN CABLE :

- le mode de pose et la nature des milieux traversés

- la température maximale du milieu entourant le câble (température ambiante)

- la tension et la nature du courant

- le mode de mise à la terre du neutre

- l’intensité à transporter

- la nature des âmes

- la longueur de la liaison

- la chute de tension admissible

- la valeur du courant de court-circuit et la temporisation de coupure sur défaut

- le nombre d’année d’amortissement

- le prix du câble

2- RENSEIGNEMENTS A FOURNIR POUR LA COMMANDE D’UN


CABLE :

- nature du courant

- tension spécifiée

- type de câble ( à champ radial ou non )

- nombre de conducteurs

- nature du métal des âmes des conducteurs

- section des conducteurs

- forme des la section droite (circulaire ou sectorale )

- longueur commandée

- longueur de livraison

- éventuellement : (galvanisation des feuillards, protection supplémentaires ).

13
8- CABLES A ISOLANT THERMOPLASTIQUE (CABLES SECS) :

CABLES MT :

A-

14
Coupe de trois câbles à isolation thermoplastique (PRC).

15
9- CABLES A CHAMP RADIAL ET A CHAMP NON RADIAL :

Dans un câble unipolaire, en courant alternatif le champ électrique variable en


grandeur est naturellement RADIAL. C’est à dire qu’il se répartit perpendiculaire aux
couches de papier ou autre gaine formant isolant. La gaine conductrice extérieure
est partout à égale distance du conducteur.
Dans la câbles à champ radial le gradient maximum est situé à la surface de
l’âme conductrice. Les lignes de force sont partout perpendiculaire aux couches
d’isolant( papier ou autres).

Pour les câbles à champ non radial


( multiconducteurs), les conducteurs sont
isolés et réunis sous la même enveloppe
métallique. La distance de chacun des
conducteurs avec la gaine conductrice
extérieure n’est pas égale en tout points. Les
tensions de chacune des phases sont
variables dans le temps. Le gradient de
potentiel est lui aussi variable et composé de
valeurs de directions différentes : une
direction perpendiculaire, l’autre tangente aux
couches isolantes. Or la rigidité diélectrique
tangentielle du papier imprégné est environ 6
fois plus faible que la rigidité perpendiculaire.
L’utilisation de ce câble est limité à la tension spécifiée de 11680Kv.

16
La présence du champ électrique a conduit à prévoir à la construction des
câbles de tension spécifiée supérieure à 5500V un écran sur âme et un écran sur
isolant .
1 - ECRAN SUR AME :
Un écran semi conducteur en papier ou en compound est enrobé sur le
conducteur, il régularise sa surface, assure un contact intime entre le conducteur et
l’isolant et évite ainsi les décharges d’ionisation néfastes pour celui-ci.
2 - ECRAN SUR ISOLANT :
Pour permettre l’écoulement des courants de capacité ou de défaut, un écran
conducteur capable de supporter l’intensité de défaut, constitué soit par le plomb,
soit par des rubans en cuivre ou de papier métallisé est placé sur la partie extérieure
de l’isolant des câbles unipolaires ou multipolaires. Le bon contact entre l’isolant et
cet écran peut être assuré par des papiers semi-conducteurs.
3 - CABLES UNIPOLAIRES :

Le transport de puissance importante conduit souvent à des câbles triphasés


trop gros et trop lourds qui ne pourraient être livrés qu’en tronçons de faibles
longueurs.
Chacun des conducteurs est alors fabriqué séparément sous la forme de
câble unipolaire.

Afin d’éviter la création de courants induits pouvant conduire à des


échauffements exagérés la protection mécanique est obtenue soit par des
feuillards amagnétiques soit par la pose dans des caniveaux en béton de
résistance suffisante, les trois câbles sont posés côte à côte.

17
CHOIX DU TYPE DE CABLE A CHAMP RADIAL :

Les éléments du choix entre les câbles monopolaires triplomb ou à surface


métallisées ne dépendent pas seulement du câble mais aussi des accessoires et des
conditions locales d’installation ou d’exploitation. Il est donc pratiquement impossible
de donner des régles rigides pour le choix entre ces trois modèles de câbles à
champ radial. Rappelons brièvement cependant que :

- les câbles monopolaires ou triplomb sont ( au point de vue


électrique ) supérieurs aux câbles à surface métallisées dans
laquelle les bourrages facilitent les migrations de matière
d’imprégnation.

- Les câbles tripolaires sont plus lourds, plus encombrant, les


sections maximales réalisables sont plus faibles, les longueurs
de fabrication plus courtes que pour les câbles monopolaires.

- Les câbles triplomb sont plus souples que les câbles à surface
métallisées .

La capacité de transport des câbles à surface métallisées est d’environ 5 %


plus faible que celle des câbles triplomb.

CABLES A CHAMP NON RADIAL :

le câble à ceinture est formé de


plusieurs conducteurs isolés,
assemblés entre eux et recouverts
d’une ceinture isolante faite de
papiers rubanés ou autres isolants.
La ceinture participe à l’isolation
entre chacune des âmes et la gaine
d’étanchéité métallique.

La protection mécanique peut être faite par des feuillards en acier car il n’a
pas de création de courants induits, le champ magnétique inducteur étant nul.

18
10 - CABLES SPECIAUX POUR THT :

- Câbles à huile fluide ( basse et haute

pression de 10KV maxi).

- Câbles à pression de gaz ( de 30 à 220

KV).

- Câbles sous tube d’acier (jusqu’à 220 KV).

CABLES A HUILE :

Dans un câble classique, la matière d’imprégnation


enfermée dans la gaine d’étanchéité subit l’alternance des
pressions et des dépressions engendrés par les cycles
d’échauffement et de refroidissement.
Au contraire, l’huile qui imprègne l’isolant du câble à
pression interne peut se dilater librement : des réservoirs de pression mis en
communication avec la gaine d’étanchéité, constituent un volume compensateur dont
la variabilité régularise la pression de l’huile dans le câble.
Les mouvements de l’huile dans le câble sont facilités par des canaux de circulation
placés au centre des âmes conductrices pour les câbles unipolaires ou entre les
conducteurs isolés pour les câbles à 3 conducteurs.

CABLES A PRESSION INTERNE DE GAZ :

la tension de décharge disruptive dans les bulles gazeuses de l’isolant varie


dans le même sens que leur pression. En augmentant cette pression par la diffusion
d’un gaz comprimé dans l’isolant il est donc possible d’élever le seuil d’ionisation à
partir duquel se produisent les effluves.
Sous une pression de 15 bars le gaz peut pénétrer dans toute l’épaisseur de l’isolant.
Le gaz généralement utilisé est l’azote.
L’isolant ainsi amélioré supporte un gradient de potentiel deux fois plus élevé.

19
11- TENSION SPECIFIEE :

La tension spécifiée est la tension pour laquelle est prévu l’isolant entre
conducteurs et gaine métallique ou terre.

L’utilisateur doit choisir la tension spécifiée du câble en fonction de la tension


nominale entre phase du réseau (U) et des conditions d’exploitation de ce réseau.

 pour les câbles à champ non radial la tension spécifiée doit être égale à
la tension entre phases du réseau, neutre à la terre ou non.
 Pour tous les câbles à champ radial :

 La tension spécifiée des câbles destinés à être utilisés dans des


réseaux où l’élimination des défauts est effectuée
automatiquement et instantanément, le neutre étant relié
effectivement ou non à la terre, peut être prise égale à 0,58U

 l’élimination des défauts constitués par une phase à la terre est


assurée avec une temporisation de 5 minutes au plus peut être
prise égale à 0,75U.

 La tension spécifiée des câbles destinés à être utilisés dans des


réseaux où la durée de fonctionnement, avec une phase à la
terre en cas de défaut est supérieure à 5 minutes doit être prise
égale à U.

20
12- PHENOMENES ELECTRIQUES DANS LES CABLES :

21
III- IONISATION DES ISOLANTS

22
Câble unipolaire câble tripolaire
à champ radial à champ radial

23
Isolant traversé par les lignes de
champ

Câble tripolaire à ceinture

Schéma-6-

24
REGLEMENTATION TECHNIQUE

25
CHAPITRE 3
REGLMENTATION TECHNIQUE
3. TENSION ASSIGNÉE
Uo est la tension assignée efficace, à fréquence industrielle, entre l’âme d’un
conducteur de phase et la terre ou l’écran métallique.
U est la tension assignée efficace, à fréquence industrielle, entre deux quelconques
des âmes des conducteurs de phase.
Pour ces câbles à champ radial U est différent de Uo  U  Uo3 avec les valeurs
suivantes :
Uo = 12 kV
U = 24 kV
4. SECTION ET NATURE DE L’ÂME DES CONDUCTEURS
Parmi la gamme des sections nominales des âmes conductrices 5 sections
préférentielles ont été retenues, à savoir :
35, 50, 95, 150, 240 mm²
La section est choisie en tenant compte principalement :
 de la puissance de court-circuit du réseau et de son évolution prévisible,
 de la durée des courts-circuits,
 de l’intensité maximale prévue.

4.1 TYPES DE CÂBLES

Les câbles sont à isolation synthétique. On utilisera deux types de câble :


 les câbles unipolaires à champ radial, au polyéthylène (PRC) (C33- 226).

Les sections utilisées sont principalement :


 en cuivre : 35 et 50 mm²
 en aluminium : 50, 95, 150, 240 mm²

 les câbles tripolaires (torsadés), au polyéthylène réticulé (PR).

Le câble se présente sous la forme de trois conducteurs de phases unipolaires


assemblés en usine (C33-226).

Par conception, et ayant un écran métallique mis à la terre, ce câble est


enterrable directement dans le sol sans protection mécanique complémentaire.

Il existe également en version unipolaire (liaison dans les postes MT/BT) et en


version aérienne.

Dans ce dernier cas, les conducteurs de phases sont assemblés en usine autour
d’un porteur en acier de 50 mm² de section sous gaine isolante.

26
4.2 CARACTÉRISTIQUES ESSENTIELLES DU MATÉRIEL POUR
RÉSEAUX SOUTERRAINS HTA
4.2.1 Généralités
Les câbles retenus pour la réalisation des réseaux souterrains à 24 kV ou à 36kV,
sont de types rappelés dans le tableau 1 ci-dessous :

Température maximale de l’âme


Nature de l’isolant service normal surcharge court-circuit
Polyéthylène (PE) 70 80 150
Polyéthylène réticulé (PR) 90 120 250

4.2.2 Courants admissibles


Les intensités admissibles dans un type de câble dépendent :
 de la section et de nature des conducteurs,
 de la température ambiante,
 de la température admissible au conducteur (voir § 341),
 des conditions d’installation :
- câbles enterrés,
- câbles posés à l’air libre,
- intervalle entre canalisations voisines et nombre de canalisations.
 du régime de fonctionnement :
- régime permanent,
- régime discontinu,
- régime de surcharge.

4.2.3 Câbles posés â l’air libre


Les canalisations, constituées par un câble tripolaire ou trois câbles unipolaires
disposés en triangle ou côte à côte, sont installées à l’air libre, sur tablette, à l’abri
des rayons solaires et dans le cas de plus d’une canalisation de façon que l’effet de
proximité ne se fasse pas sentir entre elles.
Dans le cas d’une galerie ventilée on admet que l’effet de proximité est sans
influence entre les canalisations voisines.
Dans le cas de canalisations posées à l’air sans ventilation, on admet que l’effet de
proximité est négligeable quand la distance entre les canalisations est supérieure à
30 cm.

En règle générale, tous les réseaux souterrains HTA, à réaliser en premier


établissement, en renforcement ou en remplacement d’ouvrages existants, ainsi que
les raccordements des postes de Distribution, doivent être constitués de câbles à
champ radial pour une tension assignée de 24 kV ou 36 kV correspondant à une
tension de service de 22 kV avec une possibilité de variation de la tension de  9%..

Dans le cas de deux ou trois canalisations posées à l’air sans ventilation, avec des
distances inférieures à 30 cm, les intensités sont à réduire de 10%;

Dans le cas d’une canalisation installée en air confiné : en caniveau de poste par
exemple, les intensités sont à réduire de 15%.

27
TABLEAU 2

Câbles posés à l’air libre


Intensités admissibles en régimes permanent ou discontinu et en surcharge

Intensités admissibles en régime discontinu (en Ampères)

Nature de l’isolant
section
Type de câble (mm²) PE PR
en nature de
l’âme
Hiver Été Hiver Été
35 Cu 175 150 - -
Champ radial 50 Cu 225 195 - -
15/25kV 50 Al 175 150 205 185
95 Al 265 230 310 285
150 Al 350 305 410 375
240 Al 475 415 560 510

Intensités admissibles en surcharge (en Ampères)

Nature de l’isolant
section
Type de câble (mm²) PE PR
en nature de
l’âme
Hiver Été Hiver Été
35 Cu 190 170 - -
Champ radial 50 Cu 245 220 - -
15/25kV 50 Al 190 170 240 225
95 Al 290 260 365 345
150 Al 380 345 480 450
240 Al 525 470 660 620
4.2.4 Câbles enterrés

Les canalisations sont enterrées à 70 cm de profondeur dans un terrain de résistivité


thermique moyenne de 0,85 k.m/W en hiver et de 1,2 k.m/W en été et espacées d’au
moins un mètre de façon que leurs échauffements respectifs n’aient pas d’influence
les unes sur les autres.

On appelle régime discontinu un régime cyclique journalier comprenant deux


périodes à pleine charge séparées par une période de deux heures à demi-charge et
suivies d’une période de 10 heures à demi-charge.

Dans le cas d’un régime discontinu différent de celui indiqué ci-dessus et comportant
six heures à pleine charge suivies de dix-huit heures à demi-charge, les intensités ci-
après sont à majorer de 5%.

28
Dans le cas de canalisations en nappes distantes de nombre de coefficients
20 cm, les intensités sont à multiplier par les canalisations de
coefficients ci-contre. réduction
1 1
Dans le cas d’une canalisation enterrée en fourreau, 2 0,85
les intensités sont à réduire de 7 %. 3 0,78
4 0,72
6 0,62
9 0,55
Les tableaux ci-après indiquent :
 les intensités admissibles en régime permanent ou discontinu,
 les intensités admissibles en surcharge,
 les intensités admissibles en court circuit.

TABLEAU 3
Câbles enterrés
Intensités admissibles en régimes permanent ou discontinu et en surcharge
Intensités admissibles en régime discontinu (en Ampères)

Nature de l’isolant
section
Type de câble (mm²) PE PR
en nature de
l’âme
Hiver Été Hiver Été
35 Cu 205 170 - -
Champ radial 50 Cu 270 215 - -
15/25kV 50 Al 205 170 230 190
95 Al 305 245 340 280
150 Al 395 315 440 360
240 Al 520 415 580 480

Intensités admissibles en surcharge (en Ampères)

Nature de l’isolant
section
Type de câble (mm²) PE PR
en nature de
l’âme
Hiver Été Hiver Été
35 Cu 220 180 - -
Champ radial 50 Cu 285 235 - -
15/25kV 50 Al 220 180 260 220
95 Al 325 265 385 320
150 Al 420 340 495 415
240 Al 550 450 650 550

29
TABLEAU 4

Câbles enterrés

Intensités maximales admissibles en court-circuit :

température de
section Intensité maximale en kA admissible en court-circuit
Type fonctionnement
(mm²)
(°c)
d'isolant normal en nature câble froid à 10° C câble froid à 20° C câble froid à 30° C câble chaud
court- de
circuit l’âme 0,5 s 1s 2s 0,5 s 1s 2s 0,5 s 1s 2s 0,5 s 1s 2s

35 cu 8,0 5,6 4,0 7,8 5,5 3,9 7,6 5,3 3,8 6,2 4,3 3,1
50 al 6,6 4,6 3,3 6,2 4,4 3,1 6,0 4,2 3,0 4,8 3,3 2,4
PE 70 150 50 Cu 9,8 7,0 4,9 9,4 6,7 4,7 9,0 6,3 4,5 7,0 5,0 3,5
95 Al 13,0 9,2 6,5 12,4 8,8 6,2 12,0 8,3 6,0 9,4 6,6 4,7
150 Al 20,2 14,2 10,1 19,4 13,7 9,7 18,4 12,9 9,3 14,6 10,3 7,3
240 Al 33,4 23,5 16,7 31,8 22,6 15,9 30,4 21,3 15,2 24,0 17,0 12,0

50 Al 8,0 5,6 4,0 7,8 5,5 3,9 7,6 5,3 3,8 6,2 4,3 3,1
PR 90 250 95 al 16,0 11,3 8,0 15,6 11,0 7,8 15,2 10,6 7,6 12,2 8,6 6,1
150 Al 24,8 17,5 12,4 24,2 17,1 12,1 23,4 16,5 11,7 19,0 13,4 9,5
240 Al 41,0 28,9 20,5 39,8 28,1 19,9 38,2 27,2 19,1 31,2 22,1 15,6

Sauf indication contraire, on admettra que sur les réseaux souterrains les câbles
doivent tenir en court-circuit pendant une durée égale à 1 seconde

30