Vous êtes sur la page 1sur 9

Métallurgie de l’aluminium 1

Sommaire
Introduction ................................................................................................................................ 2

1. Généralités sur la métallurgie ............................................................................................. 2

1.1. Définition ..................................................................................................................... 2

1.2. Différents secteurs de la métallurgie ........................................................................... 2

1.2.1. La métallurgie primaire ........................................................................................ 2

1.2.2. La métallurgie secondaire .................................................................................... 2

2. Elaboration de l’aluminium ................................................................................................ 3

2.1. Présentation de l‘aluminium ........................................................................................ 3

2.2. Processus d’obtention de l’aluminium ........................................................................ 3

2.2.1. L’extraction de l’alumine ..................................................................................... 3

2.2.2. La production de l’aluminium .............................................................................. 4

2.2.3. Transformation de l’aluminium ........................................................................... 6

3. Quelques propriétés de l’aluminium ................................................................................... 8

Conclusion .................................................................................................................................. 9

Webographie .............................................................................................................................. 9

UAC/ EPAC/ GME/P—5 AKOGAN INES 2014 - 2015


Métallurgie de l’aluminium 2

Introduction
L’industrie sidérurgique pour l’acier et métallurgique pour les autres métaux s’occupent
de la fabrication de tôles, de plaques, de barres, de fils, de profilés divers, de tubes, de
pièces de forge ou de fonderie. Cette fabrication comporte une succession d’opérations de
transformation, d’extraction ou de séparation des constituants de minerais ou de produits
intermédiaire et a besoin nécessairement des notions de métallurgie afin de connaître les
propriétés des métaux, leurs élaborations ainsi que de leurs traitements.
Dans cet exposé, nous allons présenter la généralité sur la métallurgie, les processus
d’élaboration de l’aluminium et quelques propriétés de l’aluminium.

1. Généralités sur la métallurgie


1.1. Définition
La métallurgie est l’ensemble des techniques et des opérations nécessaires à
l’extraction, l’affinage et au travail des métaux. Elle se décompose en :
 Extraction du minerai et première transformation (minéralurgie) ;
 Recyclage des métaux ;
 Fonderie (hauts-fourneaux et affinage) ;
 Fabrication de produit brut par les laminoirs ;
 Transformation des produits bruts en produits semi-finis ;
 Fabrication de matériel et de produits finis pour l'industrie, le bâtiment et le transport.
1.2. Différents secteurs de la métallurgie
L'industrie de la métallurgie se compose de deux grands secteurs à savoir : la
métallurgie primaire et la métallurgie secondaire.
1.2.1. La métallurgie primaire
La métallurgie « primaire » ou « extractive » ou « de première transformation »
(winning) part du minerai pour aboutir au métal en général liquide, quelquefois sous forme
d’éponge (solide poreux) ou de poudre, qui constitueront la base des aciers et alliages. Cette
étape comporte des opérations d’extraction ou de séparation des constituants du minerai
plus ou moins importantes et nombreuses selon que l’on part de minerais riches (Fe ; Al ; Ti)
ou pauvres (Cu ; Zn ; Ni).
1.2.2. La métallurgie secondaire
La métallurgie « secondaire » (refining) consiste en un « traitement du métal
liquide » obtenu soit directement dans la première étape, soit par refusions de métaux
recyclés avant coulée. Elle comporte plusieurs opérations successives ou combinées :
l’affinage (purification), c’est-à-dire l’élimination des éléments nocifs restant dans le métal
liquide, la mise à la nuance (addition des éléments constitutifs de l’alliage), la coulée, et la
solidification (soit sous forme de lingots, soit directement sous forme de produits solides plats
ou longs par coulée continue, soit sous forme de pièces de fonderie, soit même sous forme de
poudre).
La métallurgie primaire et la métallurgie secondaire mettent en œuvre des
opérations de transformation, par réaction chimique, des constituants du minerai ou de solutions
liquides ou de phases gazeuses intermédiaires, en des composés plus ou moins facilement
séparables les uns des autres, soit par des opérations d’extraction, soit par des opérations de
séparation.
On classe ces opérations en trois branches :
 La pyrométallurgie : opérations effectuées à haute température ;
 L’hydrométallurgie : opérations effectuées en milieu aqueux et à des températures
relativement basses ;
 L’électrométallurgie : opérations mettant en œuvre des électrolyses soit en milieu
aqueux, donc à basse température, soit en sels fondus, donc à haute

UAC/ EPAC/ GME/P—5 AKOGAN INES 2014 - 2015


Métallurgie de l’aluminium 3

température.

2. Elaboration de l’aluminium
2.1. Présentation de l‘aluminium
L'aluminium est un élément chimique, de symbole Al et de numéro atomique 13. C’est
un métal pauvre, malléable, de couleur argent, qui est remarquable pour sa résistance à
l’oxydation et sa faible densité. C'est le métal le plus abondant de l'écorce terrestre et le
troisième élément le plus abondant après l'oxygène et le silicium ; il représente en moyenne 8
% de la masse des matériaux de la surface solide de notre planète. L'aluminium est trop réactif
pour exister à l'état natif dans le milieu naturel : on le trouve au contraire sous forme combinée
dans plus de 270 minéraux différents, son minerai principal étant la bauxite, où il est présent
sous forme d’oxyde hydraté dont on extrait l’alumine. Il peut aussi être extrait de la néphéline,
de la leucite, de la sillimanite, de l'andalousite et de la muscovite.

L'aluminium métallique est très oxydable, mais est immédiatement passivé par une fine
couche d'alumine Al2O3 imperméable de quelques micromètres d'épaisseur qui protège la masse
métallique de la corrosion. On parle de protection cinétique, par opposition à une protection
thermodynamique, car l’aluminium reste en tout état de cause très sensible à l'oxydation. Cette
résistance à la corrosion et sa remarquable légèreté en ont fait un matériau très utilisé
industriellement.

L'aluminium est un produit industriel important, sous forme pure ou alliée, notamment
dans l'aéronautique, les transports et la construction. Sa nature réactive en fait également un
catalyseur et un additif dans l'industrie chimique ; il est ainsi utilisé pour accroître la puissance
explosive du nitrate d'ammonium.

2.2. Processus d’obtention de l’aluminium


Le processus de fabrication de l’aluminium de première fusion se déroule en deux
grandes phases. Chacune comporte plusieurs étapes.

2.2.1. L’extraction de l’alumine

Figure 1 : Photo de la bauxite

La bauxite est constituée d’environ 75 % d’alumine hydratée (Al2O3 • 3H2O et Al2O3


• H2O). Elle est d’abord pulvérisée dans d'immenses broyeurs, puis mélangée dans des
autoclaves à une solution de soude caustique. À haute température et sous pression, la soude
caustique dissout l'alumine hydratée et produit une solution d'aluminate de sodium. Les
impuretés demeurent à l'état solide; elles sont séparées de la solution d’aluminate par lavage et
filtration sous pression.

UAC/ EPAC/ GME/P—5 AKOGAN INES 2014 - 2015


Métallurgie de l’aluminium 4

Les résidus, appelés boues rouges, sont inertes; ils contiennent surtout des oxydes de
fer, de silicium et de titane, et sont retirés par décantation et filtration. On lave les boues rouges
pour en récupérer les produits chimiques et on les met au rebut, par couches successives, sur un
terrain préparé à cette fin.
La solution d'aluminate de sodium obtenue est ensuite pompée dans des décomposeurs
de 25 à 30 m de haut dans lesquels on ajoute du trihydrate d'alumine pur très fin, qui sert à
amorcer la réaction. Sous l'effet de l'agitation et du refroidissement graduels, le trihydrate
d'alumine en solution précipite et forme d’autres cristaux. Ceux-ci sont ensuite séparés de la
solution de soude caustique par sédimentation et filtration. La solution de soude caustique est
renvoyée aux autoclaves pour être réutilisée.
Les cristaux sont calcinés à environ 1000oC dans de longs fours, où la chaleur chasse
l'eau qu'ils contiennent. Il reste alors de l'oxyde d'aluminium (Al2O3), une fine poudre blanche
ressemblant à du sel fin, qu’on appelle alumine calcinée. Il s’agit d’un composé très dur; seul
le diamant et quelques produits de synthèse ont une dureté supérieure. L’alumine calcinée sera
transformée ultérieurement en aluminium métallique.

Figure 2 : Photo de l’alumine

Il faut entre quatre et cinq tonnes de bauxite pour obtenir environ deux tonnes d'alumine
qui, à leur tour, donneront une tonne d'aluminium.

2.2.2. La production de l’aluminium


L'aluminium est tiré de l'alumine par un procédé électrolytique (procédé Hall-Héroult,
du nom de ses inventeurs) qui s'effectue dans des cuves traversées par un courant continu à
haute intensité. Les cuves, des caissons d'acier rectangulaires, sont revêtues de briques
réfractaires et de blocs de carbone qui forment la cathode.
Une aluminerie se divise en trois grands secteurs : le carbone, l'électrolyse et la fonderie.

Secteur carbone

Figure 3 : Processus de fabrication des anodes

UAC/ EPAC/ GME/P—5 AKOGAN INES 2014 - 2015


Métallurgie de l’aluminium 5

Dans ce secteur, on fabrique les anodes qui seront suspendues dans des cuves
électrolytiques et qui permettront le passage d’un courant électrique.
Les anodes sont fabriquées à partir de coke de pétrole et de brai liquide. La coke est
broyée suivant une granulométrie très précise et mélangée au brai liquide pour former une pâte
qui est ensuite cuite pendant plusieurs jours à environ 1 100°C dans des fours chauffés au gaz
naturel ou au mazout. Des systèmes très perfectionnés permettent de traiter les fumées
provenant de la cuisson des anodes.
Une fois cuites, les anodes sont scellées par de la fonte en fusion à une tige au moyen
de laquelle elles seront suspendues dans les cuves électrolytiques.
Secteur électrolyse

Figure 4 : Réduction électrolytique

L'aluminium est tiré de l'alumine par réduction électrolytique, c'est-à-dire par la


séparation des atomes d'oxygène et d'aluminium. La réduction de l'alumine calcinée en
aluminium s'effectue dans des cuves électrolytiques que traverse un courant continu. Les
caissons d'acier rectangulaires sont revêtus de briques réfractaires et de blocs de carbone qui
forment la cathode.
Les anodes sont suspendues dans une cuve qui renferme un électrolyte en fusion, que
l'on appelle bain, dans lequel l'alumine est dissoute. L'électrolyte est constitué de cryolithe
(Na3AlF6), qui est un sel fondu, et de certains additifs qui lui donnent la densité, la conductibilité
et la viscosité appropriées. Le principal additif est le fluorure d'aluminium (AlF3), que l'on doit
remplacer de temps à autre parce qu'il s'évapore et réagit avec la soude caustique pour redonner
de la cryolithe. Les fluorures émis sont captés et traités.
Dans le bain électrolytique, le courant électrique passe de l'anode à la cuve et réduit les
molécules d'alumine en aluminium et en oxygène à une température d'environ 950 °C. C'est ce
que l'on appelle l'électrolyse. L'oxygène réagit au carbone de l'anode pour former des gaz
carbonés (CO et CO2). L'aluminium, plus lourd que le bain, se dépose au fond de la cuve. Ce
procédé exige de grandes quantités d'énergie, soit entre 13 et 17 kilowattheures par kilo
d'aluminium.
À intervalles réguliers, l’aluminium en fusion est siphonné dans des poches de coulée
ou creusets et transféré dans des fours d’attente à la fonderie.

UAC/ EPAC/ GME/P—5 AKOGAN INES 2014 - 2015


Métallurgie de l’aluminium 6

Secteur fonderie

Figure 5 : Mise en forme de l’aluminium

C'est dans d’immenses fours pouvant contenir jusqu'à 90 tonnes d'aluminium liquide
que le métal est fabriqué, puis allié à d’autres métaux.

2.2.3. Transformation de l’aluminium


Le laminage
Le laminage permet d'obtenir des tôles ou bandes d'aluminium pour la fabrication de
tous produits légers de grandes surfaces nécessitant des propriétés mécaniques performantes.
Issue de la première ou de la deuxième fusion, une plaque d'aluminium qui fait l'objet
d'un premier laminage à chaud, puis d'un laminage à froid, présente une épaisseur pouvant
atteindre 6 microns (papier d'aluminium).
Le procédé de laminage à chaud consiste à préchauffer la plaque d’aluminium pour
l'amollir et/ou l'homogénéiser. Celle-ci est ensuite soumise à un va-et-vient répété entre des
cylindres compresseurs qui se resserrent à chaque passe. L'aluminium est ainsi aminci et
allongé, sans que sa largeur soit modifiée.
Le procédé de laminage à chaud améliore les qualités métallurgiques du métal sans
provoquer d'écrouissage appréciable. Le laminage à froid subséquent réduit encore la
dimension du métal et lui confère la résistance mécanique provenant de l'écrouissage.
La plaque laminée à chaud a une épaisseur supérieure à 6,30 mm, tandis que celle qui
est laminée à chaud et à froid peut avoir une épaisseur variant de 6,30 à 0,15 mm. La tôle
d’aluminium laminée à froid peut être aussi mince que 6 microns, et un lingot laminé à froid
peut donner une bande de 450 km de long. Cette tôle d'aluminium sert principalement à la
fabrication de canettes.

L’extrusion
L'extrusion consiste à presser une billette préalablement chauffée à travers une filière
d'acier. Le métal est façonné sur toute sa longueur selon le profil de la filière, un peu comme le
glaçage décoratif qui sort de la douille du pâtissier. Pour obtenir des tuyaux extrudés et des
profilés creux, on place un mandrin dans l'ouverture de la filière; forcé entre le mandrin et la
filière, l'aluminium prend la forme du mandrin à l'intérieur et la forme de la filière à l'extérieur.
Les profilés qui en résultent servent à la fabrication de portes, de cadres de fenêtres, de
revêtements muraux, de lampadaires, de meubles de jardin, ainsi qu’à la construction de
voitures, de wagons, de remorques, d'avions et de navires.

Autres techniques
On peut obtenir des formes diverses en coulant l'aluminium en fusion dans des moules.
Les techniques utilisées sont la coulée sous pression, le moulage en coquille et le moulage en
sable.

UAC/ EPAC/ GME/P—5 AKOGAN INES 2014 - 2015


Métallurgie de l’aluminium 7

Le forgeage permet de former une pièce dans une matrice à partir d'un pion métallique
chaud. Durant cette opération, une ébauche adopte sous pression la forme d’une matrice.
L'étirage permet de fabriquer le fil d'aluminium ainsi que des tubes et des barres. Ce
procédé de laminage à froid consiste à former et à réduire une ébauche en la faisant passer dans
une filière de plus en plus petite, jusqu'à l'obtention du diamètre souhaité.
Le filage par choc est une combinaison des procédés de filage et de forgeage. On
introduit dans une matrice un pion métallique qui est soumis à la forte pression d'un poinçon.
Le métal prend ainsi l'espace vertical ou oblique ménagé entre le poinçon et la matrice, sauf
une partie qui reste au fond et qui constitue le culot de la pièce filée.
L'aluminium peut être anodisé, surtout lorsqu'il est destiné à l'architecture. L'anodisation
est un procédé électrochimique qui remplace la couche d'oxyde qui recouvre naturellement
l'aluminium par une couche d'oxyde dont l'épaisseur et l'orientation sont déterminées. Cet oxyde
peut être teinté. L'anodisation améliore la résistance à la corrosion.

Figure 6 : Etapes d’élaboration de l’aluminium.

UAC/ EPAC/ GME/P—5 AKOGAN INES 2014 - 2015


Métallurgie de l’aluminium 8

3. Quelques propriétés de l’aluminium


 La légèreté
L’aluminium est environ le tiers du poids de l’acier. La légèreté de l’aluminium le rend
particulièrement adapté à tout moyen de transport : routier (allègement de 30 à 50 %),
ferroviaire, maritime et aérien (la plupart des avions sont faits d’alliages d’aluminium).
Cette propriété en fait également un métal de choix pour le transport de l’électricité; à
résistance égale, un fil en alliage d’aluminium est deux fois plus léger qu’un fil en cuivre.

 Résistance
À l’état pur, l’aluminium est mou et souple. On peut augmenter sa résistance
mécanique, physique, chimique ou autre par des alliages ou par traitement à froid.

 Diversité des alliages


L’aluminium peut être allié à plusieurs autres métaux, notamment le cuivre, le
magnésium, le manganèse, le silicium, le lithium, le zinc, ce qui améliore encore
certaines de ses propriétés.

 Résistance à la corrosion
Une couche compacte d’oxyde se forme naturellement à la surface de l’aluminium et le
protège de la corrosion atmosphérique. Cette propriété se traduit par la longévité des
produits en aluminium.

 Conductivité électrique
L’aluminium est un excellent conducteur d’électricité. Sous forme de barres ou de tubes,
l’aluminium pur et certains alliages sont très utilisés comme conducteurs dans de nombreuses
applications électriques, dont les lignes de transport d’électricité et les câbles industriels.

 Conductivité thermique
La conductivité thermique de l’aluminium est remarquable et favorise son
utilisation dans la fabrication, par exemple, d’ustensiles de cuisine, de capteurs solaires,
d’éléments frigorifiques, de disques et de freins.

 Réflexibilité
L’aluminium est un excellent réflecteur de chaleur, de lumière et d’ondes
électromagnétiques.

 Absence de propriétés magnétiques


En plus d’être ininflammable et anti-étincelant, l’aluminium est antimagnétique,
une caractéristique très recherchée dans certaines applications électriques et électroniques,
notamment les navires ou plateformes de forage marine dotés d’équipement sensible aux
perturbations magnétiques.

 Ductilité
L’aluminium est facile à façonner, une qualité appréciée au moment du filage des
profilés en aluminium et du laminage de bandes et de feuilles, ou du cintrage ou
encore d’autres transformations plastiques à chaud ou à froid.

 Capacité de recyclage
On peut recycler l’aluminium indéfiniment sans perdre aucune de ses propriétés. Il
suffit, lors du processus dit de deuxième fusion, de refondre les résidus de fabrication et
les produits d’aluminium en fin de vie, par exemple les canettes, pour fabriquer d’autres
produits d’aluminium.

UAC/ EPAC/ GME/P—5 AKOGAN INES 2014 - 2015


Métallurgie de l’aluminium 9

Conclusion

L’aluminium à un domaine d’utilisation très vaste dans l’industrie. Son utilisation dans
l’industrie nécessite la connaissance de ses propriétés, du choix de procédé de soudage et du
métal d’apport approprié. Ce qui nous amène à avoir des notions de métallurgie afin d’être en
mesure de faire un choix judicieux.

Webographie
[1] http://www.dunod.com/document/9782100597543/Feuilletage.pdf téléchargé
le 20/11/2014

[2] fr.wikipedia.org/wiki/Aluminium consulté le 01/12/2014

[3] http://www.ledialoguesurlaluminium.com/laluminium/un-m%C3%A9tal-unique

Consulté le 20/11/2014

[4] http://www.ledialoguesurlaluminium.com/laluminium/sa-fabrication/laluminium-
de-première-fusion consulté 20/11/2014

[5] "aluminium." Microsoft® Encarta® 2009 [DVD]. Microsoft Corporation, 2008.

UAC/ EPAC/ GME/P—5 AKOGAN INES 2014 - 2015