Vous êtes sur la page 1sur 17

Rapport de stage

Réalisé par :

Khedhri Rim

Réalisé à :

Société Italo-Tunisienne d'Exploitation Pétrolière

Sous l’encadrement de :

Mr. Touil Abellatif

Année universitaire 2019/2020


Remerciement :

Avant d’entamer ce rapport je profite de l’occasion pour remercier tout d’abord Monsieur
Ghawar, pour l’honneur qu’il m’a fait en m’acceptant de faire ce travail et d’avoir la chance
pour profiter de la bibliothèque afin d’enrichir nos connaissances.
Je tiens aussi à remercier Monsieur Touil Abdellatif pour leur patience, leur savoir-
faire, et tout le temps qu’il m’a accordé pour que je puisse apprendre les techniques et les
méthodes du travail effectué.
Je le remercie également pour sa générosité en matière de formation et d’encadrement,
pour l’aide et les conseils qu’il nous a apporté lors des différents suivis.

2
Plan :
Remerciement : ....................................................................................................................................... 2
Introduction Générale : ........................................................................................................................... 4
Organigramme :................................................................................................................................... 4
Principaux évènements : ..................................................................................................................... 5
Découvertes D’Hydrocarbures : .......................................................................................................... 5
1ère partie : système pétrolier d’El Borma : ................................................................................................. 7
1.Introduction : ............................................................................................................................ 7
2.Condition de la formation d’un gisement de pétrole :............................................................. 7
3. le gisement El Borma : ............................................................................................................. 8
2éme partie : Diagraphies .............................................................................................................................. 9
1.introduction : ............................................................................................................................ 9
2.Les moyens techniques d'enregistrement : ............................................................................. 9
3.Représentation schématique de l'invasion : .......................................................................... 10
Le log Gamma Ray ............................................................................................................................. 12
La résistivité électrique des roches ................................................................................................... 12
La PS .................................................................................................................................................. 13
Conclusion générale : ............................................................................................................................ 17

Liste des figures :


Figure1 : organigramme du Sitep ............................................................................................................ 4
Figure2 : le champ d’El Borma................................................................................................................. 6
Figure3 : les conditions nécessaires pour la formation d’un gisement pétrolière .................................. 8
Figure4 : Exemple de présentation d'une diagraphie : ......................................................................... 10
Figure5 : Représentation schématique de l'invasion ............................................................................ 11
Figure6 : le log gamma ray .................................................................................................................... 12
Figure7 : Exemple de P.S. dans une série de sables argileux ................................................................ 13
Figure8 : Influence de la salinité............................................................................................................ 14
Figure9 : Influence de l'épaisseur de banc et de la résistivité .............................................................. 15

3
Introduction Générale :

La société Italo-Tunisienne d'Exploitation Pétrolière (SITEP) est la société pionnière dans le


domaine de l'exploitation des hydrocarbures en Tunisie. Elle représente le symbole de
réussite du partenariat Tuniso-Italien. Elle est chargée de l'exploitation du gisement d'El
Borma et de la recherche d'hydrocarbures dans la concession d'El Borma. Elle a agi comme
soutien de l'économie nationale depuis sa création.

En 2010, la SITEP fêtera son 50ème Anniversaire.

La SITEP, société anonyme dont les parts sont réparties entre l'Etat Tunisien et l'Eni, a été
créée conventionnellement le 10 juin 1960 et constitutionnellement le 24 janvier 1961.
L'exploitation effective a commencé en 1966.

Le gisement d’El Borma dont la superficie s’étend sur 792 km², est situé au sud-ouest de la
Tunisie dans le gouvernorat de Tataouine, à la frontière Tuniso-Algérienne. Le pétrole
produit est d’excellente qualité. De densité 42° API, il est commercialisé sous le nom de
"Zarzaitine Mélange".

Classé au premier rang des gisements tunisiens, le gisement d'El Borma a cumulé au 31
décembre 2009, une production de 713 millions de barils avec un taux de récupération de
43%, parmi les plus élevés au monde.

Organigramme :

Figure1 : organigramme du Sitep

4
Principaux évènements :
1960 : Convention de création signée entre l’Etat Tunisien et la société Agip Minéraria

1961 : Création effective de la société SITEP. Il lui a été institué un permis de recherche dit
"Permis El Borma" couvrant une superficie de 1708 km2

1964 : Découverte de pétrole : Puits EB 1

1966 : Entrée en production du gisement de pétrole

1968 : Attribution à la SITEP d'une concession dite "Concession d'El Borma" pour une durée
jusqu'à 2018

1970 : Le cumul de la production a atteint les 100 Millions de barils

1975 : Projet de récupération assistée par injection d’eau

1978 : Activation par pompes électriques submersibles

1988 : Le cumul de la production a atteint les 500 Millions de barils

1989 : Activation par Gas-lift

1994 : Introduction de la technique de forage dirigé

2004 : Projet sismique 3D (428 km2)

2008 : Découverte du Puits EB 405

2009 : Découverte de la structure à huile EB 406 et de la structure (ordovicien) à gaz EB407

2010 : Extension de vingt-cinq ans de la durée de validité de la concession "El Borma" à la


SITEP, et ce, jusqu'au 17 novembre 2043.

Découvertes D’Hydrocarbures :
La zone d’El Borma est couverte essentiellement par des sols-peu évolués et peu profonds
coiffée par une voile éolienne. La majorité des affleurements se composent de roches
sédimentaires essentiellement calciques, de dolomies et des bancs sableux argileux (vers
l’est) ainsi que des marnes pouvant être parfois gypseuse (plus vers l’ouest). Ces séries
sédimentaires appartiennent à l’ère secondaire (du trias au crétacé supérieure) possèdent
un faible pendage vers l’ouest et le sud-ouest.

5
De point de vue structurale, la zone d’El Borma appartient à la région du Dahar qui se situe
dans la plateforme saharienne. Cette plateforme est une vaste province géologique (plus
que 2.5 millions Km2). Elle est limitée par les chaines Anti-Atlas et Atlas saharien au nord et
par les boucliers Regibet et Touerg au sud.

Figure2 : le champ d’El Borma


Puits d''exploration EB406 : le forage a été entamé le 06 Janvier 2009 et a été terminé le 03
Février 2009. Il a abouti à une découverte d’huile. Le puits est entré en production le 1er
Mars 2009 par une production journalière de 900 bbl/j d’huile.

Puits d''exploration EB407 : les travaux de forage ont été réalisés entre 17 Mars 2009 et 15
Mai 2009. Le puits a abouti à une découverte de gaz avec un débit de l’ordre de 500
000m3St/j.

Puits de développement EB406-2 : Le puits a été foré durant la période allant du 05 Juillet
2009 au 21 Aout 2009. Il a été mis en production le 08 Septembre 2009.

6
1ère partie : système pétrolier d’El Borma :

1.Introduction :

Après l'introduction en Tunisie de nouvelles techniques géophysiques et le développement de


technique de pointe (forage dirigé, infill drilling, sismique 3D), particulièrement
l’enregistrement magnétique de sismique, SITEP découvert la première production
commerciale de pétrole au Moyen- Trias grès de la structure El Borma, à la frontière
algérienne, d’une surface de 1708 km2.

Le pétrole et le gaz associé provenant de la concession onshore El Borma sont séparés et


stabilisés dans le centre. Le gaz est livré en forme gazeuse, à la station de compression de la
STEG à El Borma. Le brut, commercialisé sous le nom de “Zarzaitine Mélange”, est expédié
à travers un oléoduc au terminal la Trapsa à La Skhira.

2.Condition de la formation d’un gisement de pétrole :

Le pétrole se forme dans une roche riche en matière organique qui, sur des effets de pression
et de température se transforme en hydrocarbure liquide (pétrole) ou gazeux (gaz) : c’est la
roche mère.

7
Ce liquide étant moins dense que l’eau va migrer vers le haut pour se piéger dans une roche
poreuse et perméable : c’est le réservoir et qui peut être de nature lithologique différentes
(calcaire, sable, tuf volcanique, récif…).
Ce piégeage sera assuré par une couche imperméable qui couvre le réservoir, on parle de
couverture.

Roche
mère(source
rock)

Roche
Roche réservoir
couverture (seal
(reservoir rock)
rock)

Piége(trap) temps (timing)

Figure3 : les conditions nécessaires pour la formation d’un gisement pétrolière

L’exploration est la recherche des gisements de pétrole, elle comporte Trois étapes:
 L’étude de la géologie de surface
 Les études géophysiques
 Interprétation des données et études de synthèse

3. le gisement El Borma :

Le gisement d’El Borma d’âge Dévonien / Givétien est formé par :

8
 La roche mère dévonien : Aouinet Ouenine c’est la 3ème roche mère dans le bassin de
Ghadamès formée essentiellement par des dépôts silico-clastiques et des dépôts
terrigènes de carbonates.
 La roche réservoir : Kirchaou qui présente le trias gréseux, cette formation présente
des dépôts de type fluviatiles deltaïques avec la présence des grés triasiques
caractérisé par un système poreux mixte comprenant une porosité primaire et une
porosité secondaire d’origine dia génétique et plusieurs types de porosité secondaire.
 La roche couverture : le trias évaporitique

2éme partie : Diagraphies


1.introduction :

Les diagraphies : C’est un enregistrement en fonction de la profondeur des variations d’une


caractéristiques données des formations traversées par un sondage.

Ces diagraphies sont enregistrées lors d'un arrêt ou en fin de forage, et les paramètres mesurés
ne sont accessibles qu'avec un certain retard sur l'exécution du forage : ce sont les
diagraphies différées

Ou bien des mesures faites en cours du forage : les diagraphies instantanées

2.Les moyens techniques d'enregistrement :

• Un treuil : sur le tambour duquel sont enroulés des milliers de mètres de câble.

Le rôle du câble est t à la fois mécanique et électrique et il assure la transmission, vers l'outil,
de l'énergie électrique assurant son fonctionnement, et permet le retour en surface des signaux
émis par l'outil.

• Les circuits de contrôle et de commande : des appareils de mesure, ainsi que les
équipements de traitement de l'information. Ils sont réunis dans des "panels " que l'on met en
place dans des supports adaptés en fonction des outils utilisés.

• Les outils : ce sont les appareils que l'on descend dans le trou de forage, à l'extrémité du
câble. Cela peut aller de la simple électrode aux outils à plusieurs patins et aux outils de
diagraphies de production en prospection pétrolière.

9
• Un système d'enregistrement : l'avancement du film ou du papier était synchrone du
déroulement du câble et l'enregistrement se faisait en fonction de la profondeur.

Figure4 : Exemple de présentation d'une diagraphie :


3.Représentation schématique de l'invasion :

La présence du fluide de forage est génératrice de perturbations dans les formations.


Les formations forées contiennent des fluides (eau et pétrole) qu’il faut les maintenir en place
afin d'éviter leur venue en surface donc la boue de forage en phase liquide exerce une
pression hydrostatique supérieure à la pression des formations et des fluides qu'elles

10
contiennent il se produit dans la formation une filtration de la phase liquide et des
substances dissoutes : c'est le filtrat.

Les particules dispersées, elles, s'accumulent sur la paroi du trou, formant le dépôt de boue
encore appelé "gâteau de boue" ou "Mud-cake", dont sa composition, son épaisseur et sa
perméabilité dépendent surtout de la nature de la boue.

Figure5 : Représentation schématique de l'invasion


Rm : La résistivité de la boue remplissant le trou de forage
Rmc : La résistivité du Mud-cake
Rmf : La résistivité du filtrat e boue
Rxo : La résistivité de la zone lavée
Rw : La résistivité de l’eau de formation
Rt : La résistivité de la zone vierge (on a une saturation complète des pores par l’eau de
formation Rw)
Ri : La résistivité de la zone envahie

4.Acquisition :

11
Parmi les paramètres mesurés par les outils de diagraphies :

Le log Gamma Ray : c’est une mesure de la radioactivité naturelle existant dans les roches.

Les éléments radioactifs qui jouent un rôle important dans la radioactivité naturelle des roches
sont l’Uranium, Thorium et le Potassium. Ces éléments se fixent préférentiellement sur les
sédiments fins que sur les sédiments grossiers.

Le log gamma ray permet de mettre en évidence les niveaux imperméables qui sont souvent
les bancs d’argiles. Pour localiser le réservoir il faut retenir les zones à radioactivité faible.

Figure6 : le log gamma ray


La résistivité électrique des roches : Elle est dans la plupart des cas de type électrolytique,
c'est à dire que les roches conduisent le courant électrique grâce au fluide qu'elles contiennent.
On peut dire que la résistivité électrique d'une roche dépend essentiellement :

• De la qualité de l'électrolyte, c'est à dire de la résistivité du fluide d'imbibition Rw et, par


conséquent, de la quantité de sels dissous.

• De la quantité d'électrolyte contenue dans l'unité de volume de la roche, c'est à dire de la


porosité. • Du mode de distribution de l'électrolyte.

En général on utilise pour l'exécution des forages de l'eau prélevée dans les rivières
voisines, cette eau est très généralement plus résistante que l'eau de formation qui imbibe les
roches forées

12
La PS : Le log P.S. ou log de la polarisation spontanée, est l'enregistrement des différences
de potentiel électrique dues à des causes naturelles. Ces différences sont mesurées entre une
électrode de référence fixe, placée en surface, et une électrode mobile qui parcourt toute la
longueur du forage. Le log P.S. permet :

• de mettre en évidence les bancs poreux et perméables

• de localiser certains niveaux imperméables

• de calculer le pourcentage d'argile contenu dans la roche réservoir

• de calculer la résistivité de l'eau d'imbibition Rw, ce qui permet d'obtenir la salinité et donc
la qualité chimique de cette eau.

L'enregistrement s'approche d'une droite : celle-ci est appelée shale base line ou ligne de base
des argiles. En face des bancs poreux perméables, la courbe montre une forte déflexion vers la
gauche. Lorsque ces bancs sont assez épais, il est possible de tracer la ligne de base des
sables, sand line. La limite des bancs est à l'inflexion de la courbe.

Figure7 : Exemple de P.S. dans une série de sables argileux


La PS dépend essentiellement de la différence de la salinité entre les fluides en présence :
filtrat de boue et eau de formation.
Le schéma suivant présente les divers cas :
L’effet de la salinité :

13
DDP (-) : eau de formation plus salée que le filtrat de
boue.

Dans ce cas la PS est dite normale : le + est en face


des argiles

Le – est en face des sables

DDP (-) : eau de formation beaucoup plus salée que le


filtrat de boue

Une déflexion importante à gauche et la PS est dite


normale : le + est en face des argiles

Le – est en face des sables

Eau de formation de même salinité que le filtrat de


boue, je fore avec une boue de même résistivité.

Dans ce cas la PS est dite : plate et on ne peut pas


différencier entre les argiles et les bancs poreux et
perméables.

DDP (+) : eau de formation moins salée que le filtrat


de boue

La PS est inverse : le + est alors en face des sables et


le – en face des argiles.

Figure8 : Influence de la salinité


L’effet des épaisseurs des niveaux argileux :
Les limites correspondent aux points d'inflexion de la courbe P.S. Si le banc est épais la
déflexion est maximum et montre une forme aplatie. Si le banc est mince la courbe dessine un
pic, le potentiel statique n'est pas atteint. Dans ce cas pour connaître la valeur maximale de la
P.S. il faut utiliser des abaques qui permettent de corriger en fonction de l'épaisseur du banc.
Epaisseur que l'on détermine sur des autres diagraphies.

L’augmentation du diamètre du forage entraine une diminution de la déflexion P.S, de


même, lorsque la zone lavée s'agrandit la déflexion P.S. décroît.

14
Déflexion importante : banc épais

Pic plus ou moins importante : banc mince

Argile dispersée : plus le volume est important la


proportion d’argile est importante, moins la déflexion est
importante.

Figure9 : Influence de l'épaisseur de banc et de la résistivité

15
Petrel est une plateforme logicielle utilisée dans le secteur de l'exploration et de la
production de l'industrie pétrolière. Il permet à l’utilisateur d’interpréter les données
sismiques, d’effectuer une bonne corrélation, de construire des modèles de réservoir, de
visualiser les résultats de la simulation de réservoir, de calculer des volumes, de produire des
cartes et de concevoir des stratégies de développement permettant de maximiser
l’exploitation du réservoir. Le risque et l'incertitude peuvent être évalués tout au long de la
vie du réservoir. Petrel est développé et construit par Schlumberger.

16
Conclusion générale :

Ce stage était ma première expérience dans le domaine de la géophysique et surtout sur


le plan du pratique et du travail en groupe.

J'ai pu faire le rapprochement entre ce que j'avais appris en cours et ce qui se passe
vraiment dans l’institut et me familiariser avec les différents services et d'avoir une approche
réelle du monde du travail.

Je tiens à signaler que cette expérience été une bonne occasion propice afin de développer
un esprit méthodique et rigoureux.

J'aurais aimé que le stage dure plus longtemps et d’avoir l’occasion pour voire le champ
d’El Borma.

17