Vous êtes sur la page 1sur 213

LA TUNISIE

EN 2025
RAPPORT ECONOMIQUE COMPLET

DECEMBRE 2016

Les fondements de la croissance et du développement économique


L’INITIATIVE NATIONALE 4.0 : 10 PLANS D’ACTION
POUR UNE ACCELERATION INDUSTRIELLE ET TECHNOLOGIQUE EN 2025
Vers un développement plus ambi�eux, plus inclusif et plus durable
~i~

Ce Rapport a été élaboré par la commission « Fondements de la croissance


économique et du développement » mise en place par l’ITES dans le cadre de
l’étude prospective « La Tunisie en 2025 » présidée par M. Afif Chelbi et
composée de : Mme Zouhour Karray (Economiste, consolidation des rapports),
M. Hamadi Tizaoui (Géographe, Développement social et régional), Mme Lamia
Zribi (Economiste, Finance publique), avec les contributions sectorielles de :
M. Adel Gaaloul (TIC), M. Mustapha Haddad (Energie), M. Noureddine Hajji
(Secteur Financier), M. Mounir Majdoub (Développement durable), Mme Amel
Nafti (Agriculture), M. Ahmed Smaoui (Tourisme) et M. Sami Zaoui (Industrie).
Ce travail a reçu l’appui de M. Mehdi Taje, Directeur du Département des
Politiques Publiques, Etudes Stratégiques et prospectives, de Mlle Salima Idriss,
jeune stagiaire et de Mlle Dhouha Ksouri, responsable technique et logistique.
~ ii ~

SOMMAIRE

Résumé et conclusions........................................................................................................... 1
Chapitre I. Diagnostic Stratégique : du processus de la croissance et des politiques
économiques ............................................................................................................................ 13
I.1. Synthèse des politiques économiques ........................................................................... 13
I.1.1. Le chemin parcouru ............................................................................................................................. 13
I.1.2. Les lacunes constatées et les blocages rencontrés ............................................................................. 14
I.1.3. Bref Historique des politiques économiques en Tunisie ..................................................................... 15

I.2. Évolution des principaux indicateurs.............................................................................. 20


I.2.1. Évolution et structure du PIB .............................................................................................................. 20
I.2.2. Évolution et structure des exportations .............................................................................................. 23
I.2.3. Évolution et structure de la FBCF ........................................................................................................ 29
I.2.4. Évolution et structure de la productivité ............................................................................................ 32
I.2.5. Équilibres financiers ............................................................................................................................ 35
I.2.6. Création d’emplois et chômage .......................................................................................................... 40
I.2.7. Pauvreté .............................................................................................................................................. 44
I.2.8. Positionnement de l'IDH Tunisie ......................................................................................................... 47

Chapitre II. Notre Vision de la Tunisie Économique en 2025 et le schéma de croissance ...... 51
II.1. Notre vision : Une Tunisie plus ambitieuse internationalement, plus inclusive
régionalement et socialement et plus durable écologiquement ......................................... 51
II.2. Schéma de croissance 2016-2025 ................................................................................. 56
Chapitre III. Les leviers du changement ................................................................................... 68
III.1. Les leviers/Plans d’actions transversaux ...................................................................... 70
III.1.1. Plan d’action 1 : Les 8 Pré-requis pour la sortie de crise ................................................................... 70
III.1.2. Plan d’action 2 : Un écosystème favorable à l’entreprenariat et à l’innovation ............................... 72
III.1.3. Plan d’action 3 : Un secteur financier au service de l’économie ....................................................... 77
III.1.4 Plan d’action 4 : Le plan régions pour une nouvelle vision du développement régional, des villes, des
infrastructures et de l’aménagement du territoire ...................................................................................... 88
III.1.5.Plan d’action 5 : Le plan national de l’environnement pour le développement durable ................ 108

III.2. Les leviers / plans d’actions sectoriels........................................................................ 113


III.2.1.Plan d’action 6 : Pour une agriculture innovante, résiliente et durable .......................................... 113
III.2.2. Plan d’action 7 : Vers la maturité industrielle à l’horizon 2025 ...................................................... 137
III.2.3. Plan d’action 8 : La Tunisie Plateforme Digitale en 2025 ................................................................ 155
III.2.4. Plan d’action 9 :10 millions de touristes en 2025 ........................................................................... 173
III.2.5. Plan d’action 10 : Le plan Énergie ................................................................................................... 186
~ iii ~

TABLE DES FIGURES


Figure 1. Transformation structurelle du secteur manufacturier, 1983-2014 ...................................................... 23
Figure 2. Evolution des exportations des Biens et services en % du PIB, 1961-2014 ........................................... 24
Figure 3. Evolution de la structure des exportations tunisiennes de marchandises, 1970-2014 ......................... 27
Figure 4. Part des secteurs technologiques dans les exportations tunisiennes de marchandises, 1995-2010 .... 28
Figure 5. Evolution de la structure des exportations de services en Tunisie, 1976-2014 ..................................... 28
Figure 6. Décomposition de la croissance économique, 1962-2015..................................................................... 33
Figure 7. Evolution du déficit budgétaire et de la dette publique ........................................................................ 38

TABLE DES TABLEAUX


Tableau 1. Croissance du PIB du scénario médian .................................................................................................. 3
Tableau 2. Le chemin parcouru de la Tunisie entre 1956 et 2015 : quelques indicateurs de référence .............. 14
Tableau 3. RNB par habitant dans certains pays comparables à la Tunisie, 2015 (en dollars US courant) .......... 20
Tableau 4. Croissance économique en Tunisie par décennies .............................................................................. 21
Tableau 5. Structure de la valeur ajoutée 1962-2015 (en %)................................................................................ 21
Tableau 6. Structure du PIB de la Tunisie et de certains pays comparables (en %), 1980-2015........................... 22
Tableau 7. Évolution des exportations (prix courants, Millions de Dinars)........................................................... 24
Tableau 8. Évolution des exportations vers l’UE (en Millions d’Euros) ................................................................. 25
Tableau 9. Structure des exportations (en MD courants) ..................................................................................... 26
Tableau 10. Évolution de la FBCF de 1961 à 2015 ................................................................................................ 30
Tableau 11. Taux des IDE Tunisie/ Pays de comparaisons (en % du PIB), 2000-2014........................................... 31
Tableau 12. Évolution de la productivité totale des facteurs en Tunisie, 1962-2015 ........................................... 32
Tableau 13. Productivité Totale des Facteurs par grands secteurs d'activité en Tunisie 1961-2011 ................... 34
Tableau 14. Structure du financement extérieur (en %)....................................................................................... 37
Tableau 15. Population active en Tunisie 1961 – 2015 (en milliers et en %) ........................................................ 41
Tableau 16. Évolution des principaux indicateurs du marché de travail, 1966-2014 ........................................... 43
Tableau 17. Évolution des taux d'activité en Tunisie, 1990-2014 ......................................................................... 44
Tableau 18. Pauvreté et extrême pauvreté en Tunisie, 2000-2010 ...................................................................... 45
Tableau 19. Disparité régionale en matière de pauvreté et d'extrême pauvreté, 2010 ...................................... 45
Tableau 20. Évolution des inégalités en Tunisie, 1980-2010 (coefficient de Gini) ................................................ 47
Tableau 21. Décomposition de l'inégalité et de la polarisation entre 2000 et 2010 (indice de Gini) ................... 47
Tableau 22. Tendances de l'IDH de la Tunisie, 1980-2014* .................................................................................. 48
Tableau 23. Positionnement de l'IDH de la Tunisie par rapport à la Libye et au Maroc, 2014 ............................. 48
Tableau 24. L'IDHI de la Tunisie, par rapport à certains pays et groupe, 2014 ..................................................... 49
Tableau 25. L'Indice de Développement Humain par Genre de la Tunisie, 2014 ................................................. 49
Tableau 26. Croissance du PIB du scénario médian .............................................................................................. 58
Tableau 27. Investissements 2016-2025 ............................................................................................................... 60
Tableau 28. Évolution de l’investissement par secteur au prix courant ............................................................... 61
Tableau 29. Évolution des exportations ................................................................................................................ 63
Tableau 30. Taux de croissance potentiel et création d’emploi en Tunisie, 2016-2025 ....................................... 64
~ iv ~

Tableau 31. FBCF dans les régions en Tunisie, 2016-2025 ................................................................................ 108
Tableau 32. Evolution des indicateurs clés pour les orientations stratégiques du développement durable ..... 112
Tableau 33. Répartition du nombre et des superficies des exploitations selon la taille ..................................... 117
Tableau 34. Investissements publics et privés, en MD ....................................................................................... 118
Tableau 35. Evolution des indicateurs clés pour les orientations stratégiques du secteur agricole (Million de
Dinars) ................................................................................................................................................................. 137
Tableau 36.Evolution des indicateurs de l’industrie manufacturière (1962-2015) ............................................ 139
Tableau 37. Accroissement de la valeur ajoutée et PIB au prix de l’année précédente ..................................... 150
Tableau 38. Évolution des exportations, à prix courant (en millions de dinars) ................................................. 151
Tableau 39. Indicateurs économiques du secteur TIC ........................................................................................ 157
Tableau 40. Récapitulatif des indicateurs clés pour les orientations stratégiques du secteur TIC ..................... 166
Tableau 41.Evolution des indicateurs pour les orientations stratégiques du secteur TIC .................................. 173
Tableau 42. Evolution des indicateurs clés pour les orientations stratégiques du secteur de tourisme ............ 183
Tableau 43. Evolution des indicateurs clés pour les orientations stratégiques du secteur de l’énergie ............ 208
~1~

RESUME ET CONCLUSIONS
CHAPITRE I. DIAGNOSTIC STRATEGIQUE
Il s’agit d’élaborer un diagnostic stratégique rétrospectif permettant de répondre à un
questionnement central : pourquoi, durant 50 ans, la Tunisie est-elle restée cantonnée à une
croissance de l’ordre de 5 % par an au lieu d’un potentiel de 7 à 8 % indispensable pour un
développement économique harmonieux ? En d’autres termes, « pourquoi le véhicule du
développement a-t-il plafonné à 60 Km/h au lieu de rouler à 100 Km/h ? ».
Nous présenterons une synthèse des politiques économiques mises en œuvre en Tunisie
depuis l’indépendance, ainsi que l’évolution des principaux indicateurs économiques et nous
procéderons à l’analyse des blocages et des lacunes qui expliquent ce plafonnement en vue
d’en tirer les enseignements utiles pour tracer les perspectives à l’horizon 2025.

Il ressortira de cette analyse que la Tunisie a réalisé une croissance économique soutenue
depuis son indépendance comme le suggère un taux de croissance annuel moyen du PIB de
l’ordre de 5% entre 1960 et 2010, bien que ce rythme n’ait été que de 1,5% sur la période
s’étalant de 2011 à 2015. Cette croissance a été, durant longtemps, plus élevée que la
moyenne enregistrée par les pays de la région MENA et les pays à revenus intermédiaires,
même si elle a été plus lente que dans d’autres pays à croissance rapide.

Cette évolution a permis, d’une part, de réaliser un progrès remarquable du niveau de vie des
Tunisiens selon tous les indicateurs de développement. D’autre part, l’économie tunisienne
s’est diversifiée en quelques décennies, les exportations industrielles supplantant celles du
pétrole. En outre, la Tunisie a connu une régression importante de la pauvreté au cours de la
décennie 2000, prolongeant ainsi un trend déjà positif depuis les décennies précédentes.
Le chemin parcouru ne doit cependant pas occulter les lacunes constatées et les blocages
rencontrés qui ne permettaient pas d’atteindre un nouveau palier de croissance.

L’analyse historique a révélé que les principaux obstacles à une croissance plus soutenue et
plus équitable sont d’abord des failles relatives à la gouvernance, à la transparence et au
déficit démocratique ayant constitué un « plafond de verre » auquel s’est heurté le modèle
de développement tunisien, mais également un blocage idéologique quant aux rôles de l’Etat
et du secteur privé.

Le « traumatisme des années 1960 », l’échec des politiques étatistes en Tunisie, le choc du
programme d’ajustement structurel mis en place pour faire face à la crise de 1986, couplés à
la vague néolibérale internationale des années 1980, ont entraîné une incompréhension
concernant le rôle de l’Etat. Pour promouvoir le secteur privé, il convient de s’appuyer sur une
administration compétente et des politiques publiques ambitieuses. Celles-ci, sans renouveler
les erreurs des années 1960, auraient dû consacrer l’importance du rôle de l’Etat dans la
construction d’environnements concurrentiels favorables, tout en misant sur l’efficience de
l’initiative privée en tant que moteur de la croissance.

Ce blocage idéologique a induit, en particulier, les dix déficiences majeures suivantes :

1- Failles dans la gouvernance et la transparence ;


2- Rigidités administratives et manque d’attractivité des compétences dans
l’Administration ;
3- Défaillance des investissements d’infrastructures logistiques et technologiques ;
4- Ecosystème peu favorable à l’entreprise et à l’innovation ;
~2~

5- Grandes difficultés d’accès au financement pour les entreprises ;


6- Insuffisance des incitations pour la création et le développement des entreprises ;
7- Inadéquation du système de formation et de recherche aux besoins du système productif
8- Sous-estimation des effets des inégalités socio-économiques et territoriales ;
9- Une politique économique écologiquement non durable qui n’intègre pas
l’environnement et les limites des ressources naturelles ;
10- Des politiques sectorielles insuffisamment structurées autour du développement
technologique et de l’ouverture à l’international.

A notre sens, ces déficiences ont constitué les principaux freins au développement,
engendrant ainsi une erreur fondamentale de politique économique. En effet, bien qu’ayant
un déficit budgétaire quasi nul en 2010, l’aisance financière dont le pays a bénéficié pendant
de longues années n’a pas été mise au service de l’élaboration de politiques publiques plus
ambitieuses visant à impulser les infrastructures logistique et technologique, à renforcer les
compétences publiques et à booster le développement des entreprises.

Quelles actions l’Etat aurait-il dû entreprendre ? Fallait-il revenir à l’investissement public


direct dans les secteurs productifs à l’instar des années 1960 ? Cette proposition n’est pas
satisfaisante car tout projet productif doit se situer d’emblée sur le marché international et
non sur l’import substitution comme c’était le cas à cette époque.

Fallait-il pour autant laissez faire les forces du marché ? Cette proposition ne peut également
pas être retenue car, compte tenu de nos avantages/ désavantages compétitifs, il était
nécessaire que l’Etat crée des biais aux règles du marché pour changer, en partie, la donne.

Il aurait fallu mener des actions publiques supplémentaires qui auraient concerné tout sauf
l’investissement direct dans les secteurs productifs, c'est-à-dire notamment :

- Les investissements d’infrastructures assurant à l’entreprise un environnement adéquat ;


- Les incitations renforcées et des mécanismes de financements plus efficaces.

Enfin, la période de transition que vit la Tunisie depuis 2011 s’est traduite par des acquis
démocratiques certains, mais ayant également conduit à la détérioration des principaux
indicateurs économiques comme le suggère le recul spectaculaire de 60 places dans le
classement de Davos.

Remédier à cette situation exceptionnelle s’érige en préalable au traitement des déficiences


structurelles de l’économie tunisienne. En effet la période critique à court terme, 2016-2019,
conditionnera dans une large part les perspectives à l’horizon 2025.

CHAPITRE II. VISION ET SCHEMA DE CROISSANCE A L’HORIZON 2025


La Tunisie aura atteint, depuis au moins 5 ans, un nouveau palier de croissance. Ce bond en
avant s’exprimera à travers le taux de croissance qui sera de l’ordre de 5,6%, mais également
via son contenu. Par conséquent, la Tunisie assurera un positionnement international la situant
dans les 40 économies les plus compétitives ainsi que dans le groupe des pays à revenu
intermédiaire supérieur, comme l’indiquent les objectifs ciblés pour 2025 définis dans cette
vision.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~3~

Pour ce faire, elle aura mis en place un Etat de droit développementaliste alliant politiques
publiques volontaristes et rôle moteur du secteur privé se mobilisant dans le but d’établir des
stratégies cohérentes et concertées s’inscrivant dans le cadre d’UN MODELE DE DEVELOPPEMENT
RENOUVELE :

PLUS AMBITIEUX internationalement avec un ancrage par le haut dans la mondialisation ;


PLUS INCLUSIF régionalement et socialement ;

PLUS DURABLE écologiquement.

A cet effet, des politiques publiques ambitieuses seront mises en œuvre. Celles-ci
s’articuleront autour d’une idée clé : la nouvelle « loi 72 » du XXIème siècle. Cette dernière
apparaît comme la mesure de politique économique la plus importante depuis la
promulgation, quarante ans auparavant, de la « loi 72 ». Elle conduira à un effet transformatif
de l’économie équivalent à celui de la loi 72 et introduira 10 atouts ainsi que des actions
complémentaires regroupées dans ce qui pourrait être une Initiative Nationale 4.0 :
Entreprises/Technologies/Régions/Internationalisation.

La Tunisie, Etat démocratique et moderniste bénéficiant du statut de partenaire privilégié


avec l’Union Européenne, apparaîtra dès lors comme une plateforme de production et
d’innovation, une véritable EuromedValley, le Nearshore européen des industries et des
services à fortes valeurs ajoutées.

Pour le schéma de croissance 2016-2025, trois scénarios peuvent être envisagés :


Le premier schéma extrême renvoie au scénario de rupture qui consiste à continuer avec un
niveau de performance économique comparable à celui réalisé depuis 2011. Il renvoi à un taux
de croissance économique moyen de 2% sur la période 2016-2025 ;
Le deuxième schéma extrême est celui de l’émergence fondé sur une accélération du
scénario 3 par un rythme plus rapide de mise en œuvre des réformes ;
Un troisième scénario de croissance médian, de sortie de crise et de pré-émergence, dans la
lignée du Plan 2016-2020, pour lequel les pré-requis de sortie de crise auront été réalisés.
C’est ce dernier scénario que nous développerons ci-après.

Tableau 1. Croissance du PIB du scénario médian

2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025 2016-2020 2021-2025 2016-2025

Au prix de
1,5 2,3 4,5 4,7 5,3 4,9 5,4 5,7 5,9 6,2 3.7 5.6 ~5 %
l’année n-1

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~4~

SYNTHESE DES PRINCIPAUX INDICATEURS ECONOMIQUES A L’HORIZON 2025


POUR UN MODELE DE DEVELOPPEMENT RENOUVELE : PLUS AMBITIEUX internationalement
Doubler le PIB, les exportations, le contenu technologique des exportations
Tripler le volume annuel des investissements

1-PIB en 2025 : 200 milliards de dinars contre 90 milliards en 2016


Croissance du PIB : 2016-2020 : 3,7 % 2021-2025 : 5,6 %

2- Exportations en 2025 : 76 milliards de dinars contre 34 milliards en 2016 :


Contenu technologique des exportations : 50 % en 2025 contre 25 % en 2016

3-Investissements en 2025 : 55 milliards de dinars contre 17 milliards en 2016


Sur 10 ans, le volume d’investissement sera de 336 milliards de dinars dont des investissements
publics de 118 milliards (35 %) et des investissements privés de 218 milliards (65 %).Le taux
d’investissement / PIB sera en 2025 de 27,4 % contre 19,5 % en 2016.

PLUS EQUILIBRE régionalement et socialement,


Les zones de développement régional bénéficieront de 55 milliards de dinars d’investissements
publics et de 65 milliards de dinars d’investissements privés. Soit un volume global
d’investissements de 120 milliards sur 10 ans.

4- Emplois : 725 000 emplois créés en 10 ans, Taux de chômage : 11% contre 15 % en 2014
5-IDH en 2025 : 0, 8 contre 0,721 en 2014 incluant notamment :
Espérance de vie à la naissance en 2025 : 75,2 ans contre 74,8 en 2014 ;
Durée attendue de la solarisation : 16 ans en 2025 (14.6 années en 2014) ;
Revenu par habitant en PPA et en dollars en 2025 : 19 000 dollars contre 10 404 en 2011.
PLUS DURABLE écologiquement
6-Indépendance énergétique en 2025 : 80 % contre 57 % en 2015 et 88 % en 2010
7-Part de l’énergie renouvelable dans la production électrique : 20 % contre 1 % en 2015
8-Intensité énergétique (tep par M$ 2005 de PIB) : 173 contre 210 en 2015
9-Intensité globale d’utilisation de l’eau (1000 m3 d’eau par MDT de PIB) : 30 en 2025 contre
40 en 2012.
10-Réduction des émissions des gaz à effet de serre de 16,7 MteCO2 en 2025 (- 32% par
rapport au baseline)1.
11-Nombre d’entreprises écologiquement et socialement responsables2 en 2025 : 1000,
contre 200 en 2010.
12-Recyclage des déchets3 : 10% en 2025.

1
Objectifs du rapport NDC de la Tunisie pour l’Accord de Paris 2015.
2
Système de management environnemental ; ISO 14001 ; ISO 26000 ; ISO 50001 ; écologie industrielle ou tout
autre référentiel RSE…
3
Valorisation matière ou énergie.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~5~

CHAPITRE III. LES LEVIERS DU CHANGEMENT


Les leviers de changement que nous présenterons dans ce chapitre reposent sur la mise en
œuvre par l’Etat, en synergie avec le secteur privé, de politiques économiques volontaristes
qu’implique notre vision de la Tunisie économique en 2025. De telles politiques économiques
volontaristes sont mises en œuvre à travers deux types d’instruments
d’intervention, transversaux et sectoriels. Contrairement à certaines idées reçues, la politique
économique n’est pas qu’horizontale, elle est beaucoup plus complexe et comporte
également un grand nombre d’instruments fins, sectoriels et sous sectoriels spécifiques.

Ces politiques économiques sont articulées autour d’une Initiative Nationale 4.0 :
Entreprises/Technologies/Régions/Internationalisation visant à assurer une accélération
industrielle et technologique de la Tunisie à l’horizon 2025. Cette initiative comprend 10
plans d’action répartis en 5 leviers transversaux et 5 leviers sectoriels de changement.

III.1. Leviers / Plans d’actions transversaux

III.1.1. Plan d’action 1 : Les Pré-requis pour la sortie de crise

Il s’agira, dès 2017, de s’attaquer à la mise en œuvre urgente des 8 pré-requis suivants qui
permettraient de construire le scénario de sortie de crise et de pré-émergence souhaité.

1. Rétablir l’autorité de l’Etat et son fonctionnement ;


2. Assurer la sécurité des citoyens, des systèmes productifs et logistiques ;
3. Lever les entraves qui font obstacle au développement des entreprises, et en particulier
le développement démesuré de l’économie parallèle ;
4. Engager une action vigoureuse de lutte contre la corruption ;
5. Assainir le climat social ;
6. Instaurer une véritable et entière dynamique de réconciliation nationale ;
7. Adopter une gestion rigoureuse des dépenses publiques pour maîtriser les déficits ;
8. Prendre les mesures rigoureuses pour une reprise rapide du secteur pétrolier et du
secteur des phosphates.

Ces pré-requis engagés, il sera possible de mettre en place les 8 plans d’actions suivants.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~6~

III.1.2. Plan d’action 2: Pour un écosystème favorable à l’entreprenariat et à l’innovation

Notre principale richesse est constituée par nos entreprises et nos entrepreneurs existants ou
en gestation. Tout doit donc être mis en œuvre pour leur assurer un écosystème favorable.

Le premier élément fondamental pour un tel écosystème est la confiance dans


l’environnement institutionnel dans la stabilité des règles du jeu et de leur application. Il s’agit
de faire en sorte que le chef d’entreprise consacre le minimum de temps aux démarches
administratives et le maximum de temps à son entreprise. Pour cela, une réforme
administrative profonde est indispensable. Libérer les initiatives entrepreneuriales suppose
des administrations et des institutions d’appui fortes et compétentes.
Le deuxième élément de l’écosystème a trait au cadre institutionnel, notamment au code des
investissements.
Le troisième élément de l’écosystème, le coaching et l’accompagnement des promoteurs, est
déterminant dans la survie des Startups et le développement des entreprises.

Le quatrième élément de l’écosystème concerne la relance de l’investissement public et privé


par la mise en œuvre d’un programme national de création et de développement de
l’entreprise, ainsi qu’un programme de restructuration financière des PME, le lancement de
projets en PPP et la promotion de l’essaimage à partir des grandes entreprises.

Le cinquième élément de l’écosystème : l’accès au financement nécessite une profonde


réforme du système financier à travers le traitement de ses trois lacunes majeures : le
financement des PME, celui des régions et celui de l’innovation (voir Plan d’action 3 ci-après
sur le secteur financier).

Le sixième élément de l’écosystème concerne les mécanismes de promotion et de


financement du développement technologique, de la recherche et de l’innovation.

Enfin, le septième élément de l’écosystème a trait à l’adéquation de la formation et de la


recherche aux besoins de l’entreprise.

III.1.3. Plan d’action 3 : Un système financier au service de l’entreprise

Tous les observateurs avertis considèrent que notre secteur financier est en retard en termes
de maturité et de compétitivité à l’international par rapport aux autres secteurs de l’économie

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~7~

tunisienne. Les besoins de financement des entreprises restent insuffisamment couverts. Par
exemple, les petites entreprises (moins de 50 employés) et les micro-entreprises (moins de 5
employés) qui représentent les 2/3 de la production et 2/3 des emplois du secteur privé ne
bénéficient que de 15% des concours bancaires alloués aux entreprises du secteur privé, en
raison du manque d’intérêt des banques et de l’inexistence de produits et services adaptés
aux besoins de ces entreprises. Pour combler cette carence, il convient de revoir en
profondeur le cadre réglementaire et institutionnel de la sphère financière dans son ensemble
et de fixer de nouvelles ambitions dans la perspective, à l’horizon de 2025, d’élever le secteur
financier au même niveau de maturité que les autres secteurs de l’économie nationale, voire
d’ériger Tunis en une place financière et de porter l’économie à un nouveau palier de
sophistication et de compétitivité. C’est dans ce cadre que se situe le Plan d’action 3 visant à
réformer le système financier.

III.1.3. Plan d’action 4 : Le plan Régions : une nouvelle vision du développement régional, des
villes, des infrastructures et de l’aménagement du territoire

L’objectif est que toutes les régions soient interconnectées et contribuent activement à
l’insertion de la Tunisie dans l’économie mondiale. Cette vision pourrait être concrétisée et
mise en œuvre par :

L'initiation d'un plan action région d'envergure comprenant deux composantes :


infrastructure/ logistique et aménagement du territoire. La décennie prochaine sera celle
du décollage des régions. Les zones de développement régional bénéficieront de 50 % des
investissements publics, soit 55 milliards de dinars sur la période et d’un montant de 65
milliards de dinars en investissements privés. Soit un volume global d’investissements publics
et privés pour le Plan Régions de 120 milliards de dinars durant les dix prochaines années,
c'est-à-dire une moyenne annuelle d’investissement global de 12 milliards de dinars. C’est un
effort sans précédent dans notre histoire contemporaine.

III.1.4. Plan d’action 5 : Le plan national de l’environnement pour le développement durable

Le rapport « 2016 EPI »4 classe la Tunisie au 53ème rang sur 180 pays devançant tous les pays
arabes et africains. De là, un objectif pourra être retenu pour 2025 : gagner dix rangs dans le

4« 2016 Environmental Performance Index ». January 2016. Prepared by: Yale Data-Driven Environmental Group ; Yale
University and Center for International Earth Science Information Network (CIESIN), Columbia University. Availableat:
http://epi.yale.edu. La Finlande est classée au premier rang avec un score de 90,68.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~8~

classement EPI. C’est l’objet du plan d’action national de l’environnement pour le


développement durable pour 2025 qui préconise dix mesures prioritaires :

Mesure 1. Restructurer les institutions de l’environnement afin d’octroyer à l’action


environnementale plus d’efficacité et d’intégration.
Mesure 2. Introduire l’évaluation environnementale stratégique des politiques, plans et
programmes publics.
Mesure 3. Appliquer rigoureusement les règles d’achats durables dans tous les marchés
publics.
Mesure 4. Réorganiser le secteur de la gestion des déchets urbains dans l’esprit de la
décentralisation.
Mesure 5. Réduire le recourt à l’enfouissement des déchets pour atteindre un taux de
recyclage global de 10% à l’horizon 2025.
Mesure 6. Instituer une redevance locale pour la gestion des déchets.
Mesure 7. Rénover le système d’assainissement des eaux usées en le décentralisant et en
responsabilisant d’avantages les pollueurs.
Mesure 8. Actualiser et mettre en œuvre la stratégie nationale de conservation de la
biodiversité et des écosystèmes et promulguer la loi sur la biosécurité.
Mesure 9. Mettre en place une nouvelle génération de plans intégrés de lutte contre la
dégradation des terres aux échelons national, régional et local.
Mesure 10. Engager l’élaboration d’un nouveau schéma national d’aménagement du
territoire.

III.2. Leviers / Plans d’actions sectoriels

III.2.1. Plan d’action 6 : Pour une agriculture innovante, résiliente et durable

Ce plan permettra de porter la valeur ajoutée agricole de 7948 MD en 2015 à 12 072 en 2025,
les exportations agricoles de 4009 MD à 6780 MD et les investissements agricoles de 1230
MD à 5200 MD. Les mesures prévues sont nombreuses mais certaines se dégagent de par leur
importance. Les mesures prioritaires suivantes constitueront des leviers pour la croissance, la
préservation et la gestion optimale des ressources naturelles.

Pour les moyennes et grandes exploitations :

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~9~

• Favoriser l’amélioration de la production agricole et la modernisation des techniques de


production et de gestion à travers l’encouragement à l’investissement privé qui devrait
atteindre 3100 MD en 2025 contre 796 MD en 2015 ;
• Améliorer la gestion des terres domaniales notamment en restructurant l’office des terres
domaniales.

Pour les petites exploitations :

• Un appui institutionnel sera nécessaire notamment pour accompagner, faciliter l’accès à


un financement approprié et favoriser l’intégration de ces exploitations dans les filières de
production à travers entre autres l’encouragement à l’agrégation.
• Les filières devront être dotées de fonds spécifiques permettant une certaine autonomie
pour assurer une plus grande efficacité aux interventions.
• Accélérer la promulgation des nouveaux textes régissant les ressources naturelles et
notamment le code des eaux et le code forestier.
• Engager la résolution des problèmes fonciers qui favoriserait l’installation des jeunes
agriculteurs sur des exploitations économiquement viables.
• Réformer les systèmes de recherche, de formation et de vulgarisation agricole.
• Améliorer l’accès des agriculteurs au crédit bancaire.
• Promouvoir les mécanismes de gestion des risques qu’ils soient climatiques ou
économiques.
• Restructurer les services du ministère de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la
pêche.

III.2.2. Plan d’action 7 : Vers la maturité industrielle à horizon 2025

Ce plan permettra de porter les exportations industrielles à plus du double de leurs valeurs,
soit de 26 404 en 2015 à 60 506 en 2025.
La Tunisie bénéficie d’un passé industriel de plus de cinquante ans. De ce fait, la vision
prospective de l’industrie manufacturière tunisienne s’inscrit à la fois sur des éléments de
continuité et de nombreux facteurs de changement. Nommée Industrie 4.0., l’ambition
industrielle de la Tunisie est structurée autour de quatre programmes clés :

Le Programme 1 s’appuie sur l’élaboration d’une stratégie partagée par tous et la mise en
place d’un Board de l’industrie et de la technologie.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 10 ~

Le Programme 2 a pour objectif de renforcer le positionnement de la Tunisie en tant que terre


d’investissement et d’expansion.

Le Programme 3 porte sur la mise en œuvre urgente d’un plan national de développement
des compétences.

Le Programme 4 dit Ecosystèmes et infrastructures vise le déploiement de plusieurs


écosystèmes et le renforcement de l’infrastructure.

III.2.3. Plan d’action 8 : La Tunisie Plateforme Digitale en 2025

Ce plan portera la valeur ajoutée du secteur de 4000 MD en 2015 à 8250 MD en 2025 et les
exportations de 950 MD à 9000 MD. Les emplois créés dans le numérique seront plus de
120 000 emplois durant la période 2016-2025.Cela nécessitera environ 10 milliards de
Dinars, la participation du secteur privé dans les projets étant estimée à 70%.

Dix mesures prioritaires sont identifiées dans le cadre de ce plan :

1) Assurer le leadership de la transformation numérique de la Tunisie par la création de la


fonction Digital Transformation Officer au sein du gouvernement.
2) Dédier le fond de développement des télécoms exclusivement au financement des
activités de développement de l’économie numérique.
3) Le déploiement de l’État plateforme ouverte par le développement des données publiques
ouvertes et les services publics ouverts (Open Data & Open Service).
4) Lancer le programme « PME transformation digitale » et mettre à leur disposition un
réseau de "Coach numérique".
5) Favoriser l’émergence en mode PPP de clusters de services et d’innovation digitales.
6) Mutualiser les infrastructures passives.
7) Créer des espaces numériques publics de télétravail pour faciliter aux jeunes l’accès aux
plateformes mondiales de micro-travail et de travail collaboratif.
8) Généraliser l’info-nuage dans le secteur public et les collectivités locales en vue d’assurer
une meilleure intégration des systèmes d’information de l’Etat.
9) Développer les infrastructures d’hébergement, dans les espaces technologiques, soit
1 000 000 m² de bâtiments de classe internationale d’ici 2025 avec la possibilité de
déléguer les travaux de construction au secteur privé dans le cadre d’accords PPP.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 11 ~

10) Engager des programmes de formation complémentaires et de développement de


compétences des demandeurs d’emploi dans le domaine du numérique pour subvenir aux
besoins de l’export du digital et de l’offshoring.
III.2.4. Plan d’action 9 : 10 millions de touristes en 2025
Pour atteindre l’objectif ambitieux de 10 millions de touristes en 2025, ce plan d’action
prévoit l’engagement d’un vaste programme de réformes comprenant :
• La réaffirmation du rôle stratégique et nécessaire du tourisme dans le développement
économique de la Tunisie.
• La relance de l’investissement dans la réhabilitation du parc hôtelier actuel et sa mise à
niveau.
• Le développement d’une offre alternative (hôtel de charme, gîtes, maison d’hôtes et
immobilier).
• L’enrichissement du produit touristique tunisien par le développement du tourisme
culturel et naturel à travers, notamment, la création de nouveaux parcours de golf, de
nouvelles marinas et la modernisation des musées.
• La mise en place d’une politique de la qualité totale basée sur une refonte des programmes
de formation hôtelière, la certification des écoles et l’élargissement des filières de
formation.
• Le développement d’une nouvelle image de la Tunisie, plus tournée vers la diversité, les
nouveaux produits et capitalisant sur la situation nouvelle du pays.
• Une nouvelle gouvernance du secteur : par la rationalisation des attributions des différents
intervenants (ONTT, AFT, Commissariats régionaux) et l’établissement de partenariats avec
l’ensemble des professionnels.
III.2.5. Plan d’action 10 : Le plan Energie
Depuis 2011, la dépendance énergétique, maintenue à moins de 13% au cours des années
2000, s’est sérieusement dégradée atteignant 43% en 2015. L’objectif de ce Plan énergie
étant de ramener ce taux à 17 % en 2025.
Dans ce nouveau contexte, nous retiendront les six mesures prioritaires suivantes :
1. Affirmer l’Etat de droit face à la contrebande et à l’insécurité des sites de production.
2. Instaurer un climat de confiance favorable à la relance des investissements et promulguer
les textes d’application de l’article 13 de la Constitution.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 12 ~

3. Diversifier l’approvisionnement du pays en promouvant le projet d’interconnexion


électrique avec l’Europe et en recherchant un deuxième fournisseur de gaz naturel.
4. La conjoncture internationale baissière est favorable à une refonte de la tarification des
produits énergétiques.
5. Adopter les normes internationales en matière de bonne gouvernance.
6. Adapter le mode de fonctionnement des entreprises publiques aux exigences d’efficacité
du secteur.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 13 ~

Chapitre I. Diagnostic Stratégique : du processus de la croissance


et des politiques économiques
I.1. Synthèse des politiques économiques

I.1.1. Le chemin parcouru

Depuis l’indépendance, la Tunisie a réalisé une croissance économique soutenue avec un taux
de croissance annuel moyen du PIB de l’ordre de 5 % entre 1961 et 2010, bien qu’il n’ait été
que de 1,5% sur la période allant de 2011 à 2015. Cette croissance a été, pendant longtemps,
plus élevée que la moyenne enregistrée par les pays de la région MENA et les pays à revenus
intermédiaires, même si elle a été plus lente que dans d’autres pays à croissance rapide (Chili,
Corée, Malaisie, etc.).

Il est possible de noter les progrès remarquables permis par cette évolution comme le suggère
l’amélioration du niveau de revenu par habitant qui s’est accru d’environ 3% entre 1961 et
2010. Ainsi, ce taux s’est révélé être supérieur à la moyenne mondiale (2%) et à celle des pays
arabes (Algérie 1,4%, Maroc 2,2%, Monde arabe 1,4%) tout en demeurant inférieur à la
moyenne atteinte par les pays du Sud Est asiatique (5%).

L’espérance de vie à la naissance atteint 75 ans, ce qui représente près de 28 années de plus
qu’au moment de l’indépendance. En outre, la Tunisie a connu une régression importante de
la pauvreté et de la pauvreté extrême au cours de la décennie 2000, ce qui est venu prolonger
un trend déjà positif ; le taux de pauvreté extrême équivaut aujourd’hui à moins de 5% tandis
qu’il était de plus de 75% au lendemain de l’indépendance.

D’autre part, l’économie tunisienne s’est diversifiée en quelques décennies. Les exportations
industrielles (15 % des exportations de biens et services en 1980, plus de 70 % en 2010) ont
supplanté celles du pétrole (50% en 1980, 5 % en 2010) et les exportations manufacturières
sont passées de 46 MD en 1961 à 900 MD en 1980 et à 28 milliards de dinars en 2015.Le
tableau ci-après illustre, à travers quelques indicateurs, le chemin parcouru.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 14 ~

Tableau 2. Le chemin parcouru de la Tunisie entre 1956 et 2015 : quelques indicateurs de référence
Année 1956 2015
Indicateur
PIB / habitant (Dinars constants 2005) 1175 (en 1961) 5032
Logements 500 000 2 500 000
Pauvreté absolue 75 % 5%
Nombre de collèges et Lycées ~15 1403
Nombre d’étudiants 2000 380 000
Espérance de vie 47 ans 75 ans
Nombre de médecins 200 12 000
(1/200 000 habts) (1/ 900 habts )
Raccordements électriques 30 % global 99,8 % global
et 99,4 % rural
Raccordements eau <30 % 96 %
Exportations (prix courants) 72MD 33 691 MD
Entreprises industrielles 10 salariés et plus ~100 5651
Salariés dans les industries manufacturières ~20 000 662 000
Sources officielles multiples

I.1.2. Les lacunes constatées et les blocages rencontrés

Le chemin parcouru ne doit cependant pas occulter les lacunes et les blocages relevés ne
permettant pas d’atteindre un nouveau palier de croissance.

L’analyse historique a révélé que les principaux obstacles à une croissance plus soutenue et
équitable sont d’abord des failles relatives à la gouvernance, la transparence et la démocratie
ayant constitué un « plafond de verre » auquel s’est heurté le modèle de développement
tunisien, mais également un blocage idéologique quant aux rôles de l’Etat et du secteur privé.

Le « traumatisme des années 1960 », l’échec des politiques étatistes en Tunisie, le choc du
programme d’ajustement structurel mis en place pour faire face à la crise de 1986, couplés à
la vague néolibérale internationale des années 1980, ont entraîné une incompréhension en
ce qui concerne le rôle de l’Etat. En effet, administration compétente et politiques publiques
ambitieuses sont des conditions essentielles au développement du secteur privé. Celles-ci,
sans renouveler les erreurs des années 1960, auraient eu comme rôle central de consacrer
l’importance du rôle de l’État dans la construction d’environnements concurrentiels
favorables, tout en misant sur l’efficience de l’initiative privée comme moteur de la croissance.

Ce blocage idéologique a induit, en particulier, les dix déficiences majeures enregistrées :

1. Failles dans la gouvernance et la transparence ;


2. Rigidités administratives et manque d’attractivité des compétences dans
l’Administration ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 15 ~

3. Défaillance des investissements d’infrastructures logistiques et technologiques ;


4. Eco - système peu favorable à l’entreprise et à l’innovation ;
5. Grandes difficultés d’accès au financement pour les entreprises ;
6. Insuffisance des incitations pour la création et le développement des entreprises ;
7. Inadéquation du système de formation et de recherche aux besoins du système
productif ;
8. Sous-estimation des effets des inégalités socio-économiques et territoriales ;
9. Une politique économique écologiquement non durable car n’intégrant pas
l’environnement et les limites des ressources naturelles ;
10. Des politiques sectorielles insuffisamment structurées autour du développement
technologique et de l’ouverture à l’international.

A notre sens, ces déficiences ont constitué les principaux freins au développement,
engendrant ainsi une erreur fondamentale en matière de politique économique. En effet, bien
qu’ayant un déficit budgétaire quasi nul en 2010, l’aisance financière dont le pays a bénéficié
pendant de longues années n’a pas été mise au service de l’élaboration de politiques
publiques plus ambitieuses visant à impulser les infrastructures logistique et technologique, à
renforcer les compétences publiques et à accélérer le développement des entreprises.

Ces déficiences expliquent que la Tunisie n’ait pas pu atteindre un nouveau palier de
croissance, nécessitant la conception et la mise en œuvre d’un modèle de développement
renouvelé.

Cela apparaît à travers la brève revue historique des politiques économiques menées en
Tunisie depuis l’indépendance, que nous présentons ci-après.

I.1.3. Bref Historique des politiques économiques en Tunisie

Depuis l’indépendance, et à la faveur d’un processus de planification stratégique initié dans le


cadre de onze plans de développement, la Tunisie a procédé à la mise en œuvre d’une
succession de politiques de développement ayant engendré des changements structurels des
bases productives et du paysage économique du pays d’une manière générale.

La première décennie (1961-1970) a été caractérisée par un rôle prépondérant de l’État dans
l’économie et une politique protectionniste. Bien que cela ait permis le lancement de projets

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 16 ~

d’infrastructures et de projets publics productifs dans certaines régions sur la base d’une
vision assez élaborée du développement économique et régional, ces actions demeuraient
circonscrites à quelques réalisations publiques, faute d’encouragement de l’investissement
privé. En outre, une politique d’import-substitution avait également été adoptée : les taux de
protection étaient très élevés et la quasi-majorité des importations étaient soumises à
autorisation ou licence d’importation. Cette politique a largement affecté les exportations qui
étaient dominées par les industries extractives (plus de 50% des exportations étaient
constituées d’hydrocarbures).

La deuxième décennie (1971-1980) a été marquée par la volonté de libérer l'initiative privée
et de stimuler les exportations. D’importantes politiques de libéralisation économique ont été
introduites et ont littéralement transformé le paysage économique en Tunisie.

Un cadre juridique favorable a été mis en place à travers la « loi 72 » instaurant le régime
« off-shore » pour attirer les investissements directs étrangers et promouvoir les exportations,
la loi 74 et le FOPRODI pour encourager les promoteurs privés et le développement régional.
Des organismes d’accompagnement ont également été créés (API, APIA, AFI, AFT). Les
politiques protectionnistes et une importante présence de l’État dans les secteurs productifs
ont toutefois été maintenus.

Si les résultats de ces mécanismes ont été probants en termes de créations d’entreprises
privées et d’exportation, ils se sont, en revanche, révélés nettement insuffisants en termes de
décentralisation compte tenu de la grande différence d’attractivité des régions côtières par
rapport aux régions intérieures. Il convient de souligner que, dès les années 1980, une dérive
des dépenses publiques a orienté la préoccupation des pouvoirs publics vers le programme
d’ajustement structurel mis en place pour y faire face.

La troisième décennie (1981-1990) peut être scindée en deux périodes. La période pré-
ajustement structurel (1981-1986), caractérisée par une dégradation sensible de la situation
économique et la période (1987-1990) initiée à partir de janvier 1987 par le programme
d’ajustement structurel destiné à rétablir les équilibres financiers et à redynamiser l’activité.

Ce programme a permis de renouer avec des taux de croissance de 4,5% et de rétablir


progressivement les équilibres financiers. Néanmoins, il a laissé des traces en termes de freins
à la conception de politiques publiques ambitieuses.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 17 ~

Les quatrième et cinquième décennies (1991-2000) et (2001-2010) ont été marquées par un
nouveau tournant consacrant la libéralisation et l’ouverture de l’économie à travers la
signature, en 1995, de l’accord d’association avec l’Union Européenne. Celui-ci a été un
catalyseur pour le renforcement de la compétitivité des entreprises et leur modernisation et
ce grâce à une gestion mesurée du processus d’ouverture. En effet, ce processus a été graduel,
par sous-secteur, étalé sur 12 ans et accompagné de mesures de sauvegarde, du programme
de mise à niveau (contrairement à certains pays qui ont perdu une bonne partie de leur tissu
économique faute d’une telle démarche) et d’un certain nombre de réformes.

Cette politique porta ses fruits en termes d’évolution des capacités exportatrices des
entreprises et de désengagement de l’Etat dans de nombreux secteurs productifs (plus de 200
opérations de privatisations). Mais, outre le fait que la croissance aurait pu être plus élevée,
cela n’a pas été le cas en termes de développement régional même si, à partir de 2008, un
début de déplacement des investisseurs vers l’axe intérieur est à signaler avec l'installation de
10 grands projets dans les 8 Gouvernorats intérieurs. Cependant, cette dynamique demeurait
assez circonscrite.

Les investissements publics qui représentaient 8 % du PIB dans les années 1990 ne
représentaient plus que 6 % dans les années 2000. C’est l’une des lacunes majeures de cette
dernière décennie ; l’effort d’investissement public aurait pu être plus ambitieux, permettant
d’accompagner davantage l’investissement privé. En particulier, au niveau régional, s’il est
vrai que le volume d’investissements publics dans les régions au cours des deux dernières
décennies a, globalement, été significatif, il s’agissait surtout d’infrastructures sociales
impliquant des évolutions en termes de routes, d’électrification, d’eau et d’assainissement et
d’équipements collectifs (d’enseignement, de santé, culturels, sportifs, etc.). Par contre, les
grandes insuffisances ont concerné les investissements publics ayant un effet direct sur
l’investissement privé (ports, autoroutes, espaces économiques, etc.). Ainsi, entre 1992 et
2010, les 14 gouvernorats de l’intérieur ont reçu plus d’investissements publics par tête
d’habitant que les gouvernorats côtiers mais quatre fois moins d’investissements privés.

Cependant, malgré l’effort public réalisé, celui-ci a été uniformément réparti sur les régions
intérieures. Or, il n’est pas réaliste de penser, qu’à un horizon de 5 à 10 ans, ces régions
atteindront uniformément un niveau d’infrastructure et d’environnement de l’entreprise au
niveau requis. Aussi, tout en maintenant cet effort uniforme qui a des effets sur la vie

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 18 ~

quotidienne de l’ensemble des citoyens, une action ciblée aurait été nécessaire, concentrée
sur un nombre limité de zones, qui constitueraient des « îlots de dynamisme », des « pôles
d’attractivité », (de villes polarisantes et de pôles de croissance), capables d’offrir à
l’entreprise et à l’investissement privé l’environnement adéquat.

Ainsi, les politiques publiques sont, en tout état de cause, responsables de la faiblesse de
l’investissement privé et, malgré l’importance des investissements publics réalisés, d’autres
actions publiques étaient à engager pour favoriser davantage le développement régional.
Mais quelles actions ? Fallait-il revenir à l’investissement public direct dans les secteurs
productifs comme dans les années 1960 ? Certainement pas car tout projet productif doit se
situer d’emblée sur le marché international et non sur l’import substitution comme ce fut le
cas à cette époque. Fallait-il pour autant laisser faire les forces du marché ? Sûrement pas non
plus car, compte tenu de nos avantages/ désavantages compétitifs, il fallait que l’Etat créât
des biais aux règles du marché pour changer en partie la donne. Il aurait fallu mener des
actions publiques supplémentaires qui auraient concerné tout sauf l’investissement direct
dans les secteurs productifs, c'est-à-dire notamment : les investissements publics pour les
infrastructures et commodités nécessaires pour assurer à l’entreprise un environnement
adéquat. En effet, les investissements publics réalisés ont concerné en majorité les volets
sociaux et très peu les infrastructures pour l’entreprise. Il aurait fallu dans ce cadre scinder le
titre II en deux volets (investissements sociaux et investissements d’appui aux entreprises, aux
régions et au développement technologique).

1. Les incitations renforcées (financières et fiscales) et des mécanismes de financements


plus efficaces (en capital et en crédit).

Nous relevons là une idée erronée, pourtant souvent véhiculée, à savoir que le niveau des
incitations serait très élevé et se monterait à 2,2 % du PIB, soit 1 296 MD dont 1000 MD
d’avantages fiscaux pour l’export. Or il n’en est absolument rien car, outre le fait qu’un tel
niveau d’incitation serait faible en comparaison avec plusieurs pays, il est largement surestimé
car les 1000 MD d’incitations à l’export sont un manque à gagner théorique par rapport à une
imposition de l’off-shore à 30 % que personne ne propose, et non à 10 %, appliquée en 2015
ayant engendré moins de 70 MD de recettes fiscales, une somme négligeable relativement
aux enjeux.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 19 ~

D’autre part, en 40 ans (1975 à 2014), le FOPRODI, qui regroupe les incitations financières aux
PME, aux nouveaux promoteurs et au développement régional, n’a déboursé que 700 MD soit,
en moyenne, moins de 20 MD par an, ce qui est insignifiant.

La première moitié de la sixième décennie (2011 – 2015) est la période de transition que
traverse la Tunisie depuis 2011 et s’est traduite par des acquis démocratiques certains, mais
qui a conduit également à la détérioration des principaux indicateurs économiques. Ainsi, les
dépenses publiques sont passées de 18 milliards de dinars à 28 milliards en 5 ans, dont les
salaires des fonctionnaires qui ont doublé passant de 6,6 à plus de 13 milliards. D’autre part,
la croissance est en panne, la Tunisie a perdu, entre 2011 et 2015, plus de trois points en
matière de rythme de croissance, passant à une moyenne de 1,5% sur ces 5 dernières années
et ce en raison des incertitudes et perturbations liées au contexte politique sécuritaire et
social.

Les 4 principaux secteurs –source de richesses et pourvoyeurs de devises, à savoir


l’industrie, le phosphate, les hydrocarbures et le tourisme– sont en grande difficulté.

La tendance haussière des exportations industrielles s’est inversée avec une baisse des
exportations aux prix constants (2005) de 23.050 MD en 2010 à 21 854 MD en 2015. Le secteur
phosphatier est sinistré avec une productivité divisée par 9 (production divisée par 3 et effectif
multiplié par plus de 3). Il en est de même pour le secteur énergétique où le déficit a atteint
4,2 millions de tonnes d’équivalent pétrole (Mtep) en 2015 contre 0,6 Mtep dix ans plus tôt
et un excédent de 0,1 Mtep en 1995. Le taux de dépendance énergétique s’est
particulièrement dégradé au cours des cinq dernières années passant de 7% en 2010 à 45%
en 2015. Quant au secteur touristique, il a été suscité par les attentats terroristes qui ont non
seulement eu des effets dramatiques sur ce secteur et les secteurs connexes mais ont touché
l’ensemble du site Tunisie, grevant, en particulier, tous les secteurs exportateurs à l’instar du
textile ou des composants automobiles.

Cette situation trouve sa traduction dans le classement établi par le rapport sur la
compétitivité mondiale 2015-2016 publié par le Forum de Davos dans lequel la Tunisie est
classée 92ème à l'échelle mondiale sur 140 pays alors qu’elle était classée 40ème en
2010/2011, enregistrant ainsi un recul spectaculaire de 52 places.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 20 ~

Cette situation est véritablement exceptionnelle car les études sur les transitions indiquent
que, dans la plupart des cas, les transitions politiques réussies engendrent sur le plan
économique, une courbe en J : une perte de croissance avant une reprise. Celle-ci tarde
cependant à venir alors que la Tunisie se trouve à sa 6ème année de transition et ne peut
endurer cette phase récessive trop longtemps. Remédier à cet état de fait est un préalable
au traitement des déficiences structurelles de l’économie tunisienne. Il conditionne,
également, dans une large mesure les perspectives à l’horizon 2025.

En effet la période critique à court terme, 2016-2019, sera déterminante, dans une large
mesure pour les perspectives 2025 et pour la réalisation de l’un des 3 scénarios possibles : le
scénario défavorable qu’il faut absolument éviter, celui d’un échec de la transition entrainant
un ajustement brutal (réductions de personnel, baisse des salaires, des retraites etc.), le
scénario moyen et le scénario de l’émergence qui, seul, permettrait de répondre aux
aspirations légitimes du peuple tunisien.

I.2. Évolution des principaux indicateurs

I.2.1. Évolution et structure du PIB

L’effort initié depuis l’indépendance a permis de réaliser des progrès notables au niveau de
l’amélioration du revenu par habitant qui s’est accru de 3% environ aux prix constants entre
1961 et 2010 et de la baisse du taux de pauvreté extrême à moins de 5% contre plus de 75%
au lendemain de l’indépendance.

Tableau 3. RNB par habitant dans certains pays comparables à la Tunisie, 2015
(en dollars US courant)

Tunisie Maroc Égypte Indonésie Turquie Malaisie Inde Chine Roumanie Chili PRITS* PRII**

4230 3070 3210 3630 10830 11120 1570 7400 9520 14910 7926 2018

Source: Banque Mondiale, 2016: Indicateurs de développement dans le monde (base de données, 06/2016)
* Pays à Revenues Intermédiaires de la Tranche Supérieure ** Pays à Revenues Intermédiaires Inférieure

Ces progrès se reflètent également à travers une croissance appréciable du PIB avoisinant les
5 % en moyenne par an sur la période 1961-2010, supérieure à la moyenne enregistrée dans
les pays de la région MENA pour la même période (tableau 3). Cette configuration du

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 21 ~

développement intègre, cependant, des périodes assez contrastées en lien avec le contenu
des politiques économiques et sociales qui leur sont rattachées.

Tableau 4. Croissance économique en Tunisie par décennies

Décennie 1961-1970 1971-1980 1981-1990 1991-2001 2001-2010 2011-2015

Croissance du PIB 5,5 % 7% 4% 5,3 % 4% 1,5 %

Source : ITCEQ, Calcul pour l’étude.

Analyse des sources de croissance


 (i) Les transformations structurelles : les évolutions sectorielles

Les politiques introduites tout au long du processus de développement de la Tunisie ont


engendré une diversification des sources de croissance conférant à l’économie une plus
grande capacité de résilience aux chocs exogènes. Ainsi, comme le montre le tableau 4, le
poids de l’agriculture et des industries non manufacturières dans le PIB, naguère
prépondérant, ne représente plus actuellement que respectivement 9% et 10,8% contre
15,9% et 22,8% durant la décennie 1962-1971 ; parallèlement des secteurs émergents ont vu
leurs poids se renforcer sensiblement tels que les industries manufacturières (15,5% contre
9,7%) et les services marchands (49,4% contre 35,7%).

Tableau 5. Structure de la valeur ajoutée 1962-2015 (en %)


1961-70 1971-1980 1981-1990 1991-2001 2001-2010 2011-2015

Agriculture et pêche 15.9 12.6 10.0 10.2 9.0 12,7


Industries non manufacturières 22.8 26.9 24.6 17.3 10.8 3,8
Industries manufacturières 9.7 12.6 15.0 15.3 15.5 10,8
Services marchands 35.7 35.6 37.8 43.9 49.4 49,9
Services non marchands 15.9 12.3 12.6 13.3 15.3 20,0

Source : ITCEQ, calcul pour l’étude.

Il s’avère ainsi que la transformation structurelle de l’économie tunisienne s’est opérée en


faveur des services, bien que la contribution du secteur industriel (manufacturier et non
manufacturier) demeure encore relativement importante.

Il en est résulté une réallocation sectorielle de l’emploi vers les services marchands et non
marchands. Cette évolution de la structure du PIB est comparable à celle connue par plusieurs
pays (voir tableau 5).

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 22 ~

Tableau 6. Structure du PIB de la Tunisie et de certains pays comparables (en %), 1980-2015
Pays 1980 2015
Secteurs Agriculture Industrie Services Agriculture Industrie Services
Tunisie 16.3 35.9 47.7 8.8 29.3 61.9
Turquie 26.5 23.8 49.7 8.0 27.1 64.9
Indonésie 24.0 41.7 34.3 13.4 41.9 42.2
Malaisie 23.0 41.8 35.2 8.9 40.0 51.2
Maroc 18.4 30.5 51.1 13.0 29.3 57.7
Jordanie 7.9 24.1 68.0 3.8 29.8 66.4
PRITI 30.4 28.8 41.1 16.6 31.1 51.9
PRITS 20.7 41.2 38.1 7.3 35.9 56.8

Source : Banque mondiale, 2016: Indicateurs de développement dans le monde.

Cependant, l’analyse de l’évolution du secteur des services reste mitigée si on l’appréhende


par sous-secteurs. En effet, la performance des services de communication et de transport,
en termes de croissance de la valeur ajoutée et en termes de croissance de la productivité du
travail, demeure significative par rapport à celle enregistrée par d’autres services tels que les
services rendus à l’entreprise et les services financiers. Ces derniers recèlent de larges
opportunités compte tenu du coût élevé du financement aujourd’hui et du faible accès au
financement, notamment des PME.

Le secteur industriel a subi d’importantes mutations en dépit de la stabilité relative de sa part


dans le PIB : face à la baisse de la part des industries non manufacturières en raison
notamment de la baisse de disponibilité des hydrocarbures, particulièrement, le secteur
manufacturier a enregistré une diversification progressive au dépend du secteur textile et au
profit des industries mécaniques et électriques qui se positionnent aujourd’hui comme
premiers secteurs à l’export (voir Figure1).

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 23 ~

Figure 1. Transformation structurelle du secteur manufacturier, 1983-2014


7,00
6,00
5,00
en % du PIB

4,00
3,00
2,00
1,00
0,00

2013
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012

2014
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
IME ITHCC
Source de données : INS

Le secteur chimique a connu des évolutions mitigées et demeure fortement tributaire de


l’évolution du secteur des phosphates. Il recèle des opportunités de croissance, notamment
dans les segments à forte valeur ajoutée, particulièrement dans les industries
pharmaceutiques.

Malgré cette tendance positive et en dépit des programmes mis en œuvre pour permettre aux
entreprises tunisiennes d’acquérir les capacités nécessaires pour faire face à la concurrence,
notamment les programmes de mise à niveau et de modernisation industrielle, la part dans le
PIB de l’ensemble des secteurs à fort contenu en savoir est aujourd’hui inférieur à 20% (selon
les données de l’ITCEQ).

(ii) La contribution des composantes de la demande

En ce qui concerne la contribution des différentes composantes de la demande à la croissance


du PIB, il ressort que la contribution de la demande intérieure et particulièrement de la
consommation aussi bien publique que privée, a alimenté plus de 70% de la croissance du PIB
sur de longues périodes. Cette contribution a été encore plus déterminante en 2011-2015,
alimentée par les fortes augmentations de la masse salariale. La contribution des autres
composantes de la demande, à savoir les exportations et les investissements, est présentée
dans les parties suivantes. Les différentes composantes de la productivité et leur contribution
à la croissance feront l’objet, également, d’analyses détaillées.

I.2.2. Évolution et structure des exportations

Le volume et la structure des exportations ont connu une évolution et une transformation
profonde depuis l’indépendance. Ainsi, les exportations sont passées, à prix courants, de
Les fondements de la croissance et du développement économique ITES
~ 24 ~

73 MD en 1961 à 33.691 MD en 2015 (tableau 7). Leur part dans le PIB est passée de 30 % en
1981 à 50 % en 2015. L’UE a toujours été notre principal marché, absorbant en 2010 elle a
absorbé plus de 70 % des exportations. Néanmoins, à partir de 2011, le trend haussier s’est
inversé avec une baisse des exportations aux prix constants (2005) de 23.050 MD en 2010 à
21 854 en 2015.

Tableau 7. Évolution des exportations (prix courants, Millions de Dinars)

1961 1970 1980 1990 2000 2010 2015

Exportations Biens 46 96 905 1851 8 004 23 519 27 607

Exportations B et S 73 166 1424 3305 11 693 31 210 33 691

Source de données : INS

La figure 2 montre l’évolution du poids des exportations de biens et services comme


composante de la demande et moteur de croissance économique. La décomposition de la
demande agrégée depuis 1986 montre que les exportations de biens et de services ont
enregistré une croissance plus rapide que la productivité totale à compter de la mise en œuvre
du programme de réforme économique et d’ajustement structurel en 1986, constituant ainsi
le facteur de croissance le plus important du côté de la demande durant cette période (Banque
Africaine du Développement, Gouvernement tunisien et gouvernement des États-Unis, 2013).
Vue l’exigüité du marché tunisien, l’ouverture commerciale avait offert à la Tunisie une
perspective de croissance importante.

Figure 2. Évolution des exportations des Biens et services en % du PIB, 1961-2014


60,00
56,32
Exports de biens et services

50,00
44,62
(en % du PIB)

40,00

30,00

20,00

10,00

0,00
2003
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1979
1981
1983
1985
1987
1989
1991
1993
1995
1997
1999
2001

2005
2007
2009
2011
2013

Source de données : Banque Mondiale (2016), Indicateurs sur le développement dans le monde

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 25 ~

Dès le début des années 19705, la Tunisie a adopté progressivement des mesures d’ouverture
économique et de libre-échange où la priorité fut accordée au développement du secteur
privé et à la promotion des industries exportatrices. La promulgation de la loi 72-83 offrait
plusieurs incitations aux investisseurs privés à participer dans des projets industriels
approuvés dont la production était destinée à l’exportation. De même, la Tunisie est devenue
membre de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) en 1990. Après
cinq ans, elle adhère en 1995 à l’organisation mondiale du commerce (OMC) et met en œuvre
son accord d’association avec l’UE enclenchant ainsi l’adoption progressive de mesures de
libre-échange des produits industriels avec l’UE entre 1996 et 2008. Toutes ces mesures ont
contribué à la transition progressive de la Tunisie d’une économie semi-fermée tournée vers
l’intérieur à une économie de marché tournée vers l’extérieur dont la croissance est tirée en
partie par les exportations, notamment du secteur privé. D’après la figure 2, les exportations,
s’élevant à 20% du PIB en 1970, dépassent 40% du PIB en 1981 et rechutent à 30% du PIB en
1986 à la suite de la crise économique qui a conduit le pays vers l’adoption du PAS avec l’aide
du FMI. Les différentes mesures ont engendré par la suite, durant les années 1990, une
croissance soutenue des exportations de l’ordre de 5% par an. En 2008, les exportations
atteignent 56,3% du PIB puis passent à moins de 50% en raison de la récession en Europe
(principal partenaire économique de la Tunisie).

Tableau 8. Évolution des exportations vers l’UE (en Millions d’Euros)

% import
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
UE 2015

Tunisie 7 337 8 630 8 815 7 540 8 622 9 386 8 838 8 681 8 998 8 758 0,5 %

Maroc 6 524 7 313 7 576 6 082 7 147 8 043 8 455 9 147 11 261 9 976 0,6%

Égypte 6 591 6 036 7 294 5 405 6 362 8 482 7 496 6 849 7 136 6 066 0,3 %

Turquie 29 354 32 405 32 512 26 561 31 107 35 511 34 509 36 190 38 368 42 417 2,4 %

Corée du
31 151 31 365 29 016 23 331 28 520 26 621 27 315 25 744 26 206 27 559 1,5 %
Sud

Malaisie 13 260 13 986 13 752 11 732 13 539 14 175 13 505 13 038 13 828 15 537 0,9 %

Source de données : Eurostat.

5
La nouvelle orientation d’ouverture économique est venue à la suite de l’échec de l’expérience du collectivisme en Tunisie durant la période
de l’après indépendance jusqu’à l’année 1969.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 26 ~

Dès la fin des années 1990, et jusqu’à 2012, les exportations de biens de la Tunisie vers l’UE
ont été supérieures à celles du Maroc. Ce n’est plus le cas depuis 2013 (tableau 7).

Par rapport à d’autres pays semblables, les performances de la Tunisie sont moindres.
Néanmoins, comme le note le rapport de la BAD, en 2014 : « la solide performance des pays
de comparaison occulte un peu les résultats positifs de la Tunisie. Les exportations tunisiennes
en part du PIB sont plus élevées depuis 1980 que celles de ces autres pays, à l'exception de la
Malaisie et de la Jordanie ; cependant, la croissance des exportations tunisiennes a été plus
lente que celle de pays comparables, à l'exception de la Jordanie. L'écart entre la Tunisie et les
pays de comparaison au titre des exportations en part du PIB se rétrécit progressivement.

La composition et la valeur ajoutée des exportations tunisiennes posent question, mais cette
activité est, quoi qu'il en soit, un moteur essentiel de la croissance économique, comme en
témoigne la décomposition de la demande agrégée depuis 1986. Les exportations tunisiennes
ont enregistré une croissance plus rapide que la productivité totale à compter de la mise en
œuvre du Programme de réforme et d'ajustement structurel en 1986, constituant le facteur de
croissance le plus important ».

Tableau 9. Structure des exportations (en MD courants)


1961 1970 1980 1990 2000 2010 2015

Exportations Biens 46 96 905 1851 8 004 23 519 27 607

Agricoles et IAA 28 29 69 136 707 1 879 4009

Énergie 0 26 646 907 977 3 313 1986

Phosphates 10 21 130 442 716 2 158 1110

ITH 0,5 2 170 1126 3 726 6 036 6003

IME 2 9 31 299 1 323 8 070 11451

Source de données : INS

En termes de structure, depuis l’indépendance, la Tunisie est passée du rang d’exportateur de


pétrole, de phosphate et de denrées agricoles au statut de producteur et exportateur de
produits manufacturés. Ainsi, dans les années 1960, les produits agricoles représentaient le
premier poste de nos exportations, et, dès l’année 1980, elles ont été dépassées par les
exportations d’hydrocarbures puis par celles du secteur de textile qui commençaient leur
ascension. De moins de 20% en 1970, la part des produits manufacturés dans le panier des
exportations a atteint 82,3% en 1998 et oscille depuis entre 70 % et 80%. En revanche, le poids
des exportations d’hydrocarbures par rapport aux exportations de marchandises a

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 27 ~

sensiblement diminué en passant d’un pic de 54% atteint en 1981 à seulement 15% des
exportations de marchandises en 2013 (figure 3).

Puis, la deuxième grande mutation commence durant les années 1990 avec la très forte
croissance des exportations du secteur des industries mécaniques et électriques qui passent
de 299 MD en 1990 à 11 451 MD en 2015, représentant le premier poste d’exportation depuis
le milieu des années 2000. Les exportations de services informatiques sont passées quant à
elles de moins de 50 MD à près de 1 milliard de dinars actuellement (tableau 8).

Figure 3. Évolution de la structure des exportations tunisiennes de marchandises, 1970-2014

90,0
En % des exportations de marchandises

80,0
70,0
60,0
50,0
40,0
30,0
20,0
10,0
-
1970 1974 1978 1982 1986 1990 1994 1998 2002 2006 2010 2014*
Produits alimentaires Hydrocarbures Produits manufacturiers Matières premières agricoles

Source de données : Banque Mondiale, 2016, Indicateurs sur le développement dans le monde.

Entre 1993 et 2004, le secteur des ITHCC concentrait en moyenne 50% des exportations du
secteur manufacturier. A partir 2005, la part de ce secteur dans les exportations
manufacturières a commencé à baisser régulièrement pour se limiter à 21% en 2015 et laisser
progressivement la place au secteur des IME dont les exportations n’ont cessé de progresser
lentement mais régulièrement à partir 2000 pour atteindre 41% des exportations
manufacturières en 2015.

De ce fait, le contenu technologique des exportations est passé de 12 % en 1995 à 25 % en


2010, la part des secteurs traditionnels (Textile, Agro-alimentaire, Dérivés des Phosphates,
produits Électriques et Matériaux de construction) est passée de88 % à 75 %.

Tandis que celle des secteurs à contenu technologique (Électronique, Textiles et Plastiques
techniques, Automobile &Aéronautique, TIC / BPO) est passée de 12 % à 25 % (figure 4).

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 28 ~

Figure 4. Part des secteurs technologiques dans les exportations tunisiennes de marchandises,
1995-2010
120

100 96
88
80
Cette remontée des filières aurait dû être plus75rapide, l’objectif qui pourrait être assigné serait
d’atteindre
60 50 % de contenu technologique à l’horizon 2025. Exportations technologique
Exportations traditionnelles
40
Tous les exemples internationaux de réussite en la matière, à commencer par ceux des pays
25
20 Est asiatique, montrent que cela nécessite
du Sud 12
de fortes incitations de l'État induisant des
synergies
0 élevées avec les initiatives privées productrices de haute valeur ajoutée.
1970 1995 2010

Cela est contraire à l’idée reçue que les incitations, notamment à l’exportation, ont été trop
élevées en Tunisie. Nous pensons au contraire qu’elles ont été trop faibles par rapport aux
pays qui ont réussi des mutations plus rapides.

En réalité, le régime de l’offshore a été un facteur essentiel de la compétitivité de nos

exportations, générant près de 400 000 emplois, soit plus de ¾ des emplois industriels. La
dichotomie offshore/onshore, souvent décriée, existe partout, d’une façon ou d’une autre.
L’enjeu important consiste plutôt à supprimer les entraves aux échanges entre les entreprises
des deux régimes. Enfin, attribuer à cette dichotomie le manque de projets d’intégration est
inexact car les projets de fabrication d’intrants sont très capitalistiques et exigent donc une
taille critique élevée pour être rentables, cela n’ayant rien à voir avec le régime fiscal. En
Europe on ne trouve plus de fabricants pour certains composants électroniques. En Tunisie,
chaque fois que cette taille peut être atteinte, on trouve des unités de production d’intrants
(tissu denim et autres, câbles, circuits imprimés, etc.) indépendamment du régime fiscal.

Quant aux exportations de services, elles ont affiché un taux de croissance annuel de 5,3%
entre 1986 et 2014. Le segment de services qui est le plus dynamique en termes de croissance
des exportations est celui des « communications, informatique et autres services » où les
exportations sont passées de 9% en 1986 à près de 20% des exportations de services en 2014
(voir figure 5). Ceci s’explique en partie par la conjoncture économique que connaît la Tunisie
depuis 2011 se caractérisant par une baisse des exportations du secteur du tourisme durant
la période 2011-2015, mais aussi par le dynamisme du secteur TIC dont la part dans les
exportations de services dépasse les 18% en 2010.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 29 ~

Figure 5. Évolution de la structure des exportations de services en Tunisie, 1976-2014


80
En % des exportations de services

70
60
50
40
30
20
10
0

Services d'assurance et financiers Informatique, communications et autres services


Services de transport Services de voyage

Source de données : Banque Mondiale (2016), Indicateurs sur le développement dans le monde.

I.2.3. Évolution et structure de la FBCF

Depuis la première décennie, la Tunisie a réalisé un effort d’investissement significatif. Le taux


d'investissement total par rapport au PIB a été plus élevé que celui de plusieurs pays à revenu
similaire.

Il en est de même pour le taux d'investissement privé/PIB qui a été de l’ordre de 20 % durant
la décennie 2000 dépassant la moyenne pour un pays qui affiche ce niveau de revenu.
Néanmoins, que ce soit pour le taux d'investissement total ou pour le taux d'investissement
privé, de nombreux autres pays ont des performances supérieures avec des taux globaux de
près de 30 % et des parts du secteur privé dans le PIB avoisinant les 25 %. En effet, la part du
secteur privé dans le total des investissements dépasse les 70 à 75 % dans la majorité des pays
de comparaison.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 30 ~

Tableau 10. Évolution de la FBCF de 1961 à 2015

1961 1970 1980 1990 2000 2010 2015

Investissements prix 88 238 1 151 2 752 7407 15 502 16 622


courants (MD)

Taux 21,9 % 27,5 % 28,8 % 23,3 % 25,2 % 24,6 % 19,4 %


d’Investissement/PIB

1961-1970 1971-1980 1981-1990 1991-2000 2001-2010 2011-2015

Part investist public 60 % 56 % 48 % 45 % 40 % 50 %

Part investissement privé 40 % 46 % 52 % 55 % 60 % 50 %

Source : ITCEQ.

Il faut dire que la part de l'investissement privé dans l’investissement total a été pendant
longtemps une des plus faibles par rapport aux pays de comparaison. Elle a été de 40 % durant
la première décennie pour atteindre 60 % durant la décennie 2000, ayant connu une ascension
significative après le tournant des années 1970 et encore davantage depuis la signature de
l’accord de libre-échange avec l’UE en 1995 (tableau 10).

D’autre part, depuis les années 1970, la Tunisie a fortement favorisé les investissements
directs étrangers (IDE) qui ont été un moteur du développement dans le secteur des
industries manufacturières et le secteur des hydrocarbures, secteurs très ouverts aux IDE.
Dans les autres secteurs : BTP, transport, commerce et autres services, d’importantes
restrictions sont imposées. Le niveau des IDE en Tunisie a augmenté régulièrement pour un
ratio moyen IDE/PIB de l’ordre de 3 %, hors privatisation de Tunisie Télécom, durant la
décennie 2000, au cours de laquelle le secteur de l'énergie a absorbé environ 60 % des IDE,
l'industrie 25 % et les services, secteur très protégé 8 %. Le niveau des IDE en Tunisie est
semblable à celui des pays comparables, seuls deux pays réalisent des performances
meilleures : il s'agit de la Jordanie et de la Roumanie. Sinon la Tunisie a reçu, entre 2005 et
2010, des IDE supérieurs à la moyenne des PRITS.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 31 ~

Tableau 11. Taux des IDE Tunisie/ Pays de comparaisons (en % du PIB), 2000-2014

Années 2000 2005 2010 2014

Tunisie 3,4% 2,2% 3,1% 2,2%


Turquie 0,4% 2,3% 1,3% 1,6%
Indonésie -3,8% 3,0% 2,5% 2,9%
Malaisie 0,7% 5,0% 5,8% 4,7%
Égypte 1,3% 5,8% 3,3% 1,7%
Maroc 0,6% 2,7% 1,3% 3,4%
Jordanie 10,7% 14,7% 6,6% 5,2%
Roumanie 2,7% 8,2% 1,8% 2,0%
PRITS 3,0% 3,7% 3,4% 2,8%
PRII 0,9% 2,4% 2,3% 2,0%
Source : Banque Mondiale, 2016: Indicateurs sur le développement dans le monde.

En termes d’évolution de la FBCF, il apparait que la FBCF globale a connu la croissance la plus
élevée au cours des deux premières décennies (9,4% et 8,1 %). Il y a ensuite la « décennie
perdue » des années 1980 (-1,7 % de baisse de la FBCF) puis une croissance moindre au cours
des années 1990 (4,8 %) et 2000 (3,9 %).

Il en ressort que l’effort d’investissement aurait pu être plus élevé durant ces deux dernières
décennies. Les investissements publics qui représentaient 8 % du PIB dans les années 1990
ne représentaient plus que 6 % dans les années 2000. C’est l’une des lacunes majeures de
cette dernière décennie où l’aisance financière dont a bénéficié le pays avec un déficit
budgétaire quasi nul en 2010 n’a pas été mise à profit pour impulser les infrastructures
logistiques et technologique, renforcer les compétences publiques et booster le
développement des entreprises.

Par ailleurs, il y a lieu de noter que, globalement, le volume d’investissements publics


d’infrastructures dans les régions au cours des deux dernières décennies a été élevé, mais il
s’agissait surtout d’infrastructures sociales, impliquant des évolutions en termes de routes,
d’électrification, d’eau, d’assainissement et d’équipements collectifs (d’enseignement, de
santé, culturels, sportifs, etc.).

Par contre, les grandes insuffisances ont concerné les investissements publics ayant un effet
direct sur la production et l’investissement privé (ports, autoroutes, espaces économiques,
infrastructures technologiques, etc.). Ainsi, entre 1992 et 2010, les 14 gouvernorats de

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 32 ~

l’intérieur ont reçu plus d’investissements publics que les gouvernorats côtiers en termes de
dinars par tête d’habitant. A titre illustratif les investissements par tête d’habitant pour les
gouvernorats du Nord-Ouest ont varié de 3 à 5 milles dinars, soit à peu près le double des
gouvernorats côtiers (ces investissements publics dans les gouvernorats de l’intérieur,
cumulés sur la période, ont été de 20 milliards de dinars), par contre les investissements privés
cumulés par habitant dans les gouvernorats de l’intérieur ont été à la hauteur de 2500 dinars
alors qu’ils ont avoisiné les 10 000 DT pour les gouvernorats côtiers, c'est-à-dire que le ratio a
varié de 1 à 4.

I.2.4. Évolution et structure de la productivité

La croissance économique a été possible durant toute la période 1961-2011 grâce


essentiellement à un effet d’accumulation de l’investissement physique et, dans une moindre
mesure, à un effet d’accumulation du facteur travail (tableau 12).

Tableau 12. Évolution de la productivité totale des facteurs en Tunisie, 1962-2015

1962-71 1972-1981 1982-1991 1992-2001 2002-2011 2012-2015

Intensité capitalistique (en


10% 6,2% -1% -0,2% 2,3% -0,1%
millier de dinar 2005)

Productivité du capital -5,2% -2,2% 2,4% 2,2% -0,1% 0,5%

Productivité du travail (en


4,2% 3,9% 1,4% 2% 2,1% 0,4%
Millier de dinar de 2005)

Productivité totale des facteurs -1,1% 0,4% 1,8% 2,2% 1,1% 0,4%

Taux de croissance du PIB 5,5 % 7% 4% 5,3 % 4% 1,5 %

Source : ITCEQ, calcul pour l’étude.

Durant les décennies 1990 et 2000, la croissance économique est largement attribuable à la
hausse de la productivité et de l’investissement privé, conséquence logique de l’ouverture
progressive du pays au commerce international en vue d’une transition vers une économie
plus libérale. Jusqu’à 2001, la productivité totale des facteurs a augmenté mais à un rythme
relativement faible comparativement aux pays de la région.

La période qui a suivi la mise en œuvre du plan d’ajustement structurel a globalement été
marquée par une hausse de la productivité. L'évolution de la productivité totale des facteurs
comme facteur de croissance économique a atteint un pic de 2.2% durant la décennie 1992-
2001 puis a chuté quasiment de 50% durant la décennie 2002-2011.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 33 ~

La décomposition de la croissance économique par décennie durant la période 1962-2015


montre que l’économie tunisienne a connu trois grandes phases (voir figure 6).

La première phase allant jusqu’au début des années 1990 révèle que la croissance
économique est réalisée principalement grâce à une accumulation du capital conjuguée à un
gain de productivité totale des facteurs, quoique faible, en augmentation.

La deuxième phase concerne les deux décennies 1982-1991 et 1992-2001 et montre une
contribution plus forte du facteur travail à la croissance économique associée à une stagnation
de la contribution de la productivité totale des facteurs.

Figure 6. Décomposition de la croissance économique, 1962-2015


120,0%
100,0%
80,0%
60,0%
40,0%
20,0%
0,0%
1962-1971 1972-1981 1982-1991 1992-2001 2002-2011 2012-2015
-20,0%
-40,0%
Contribution du facteur travail à la croissance Contribution du facteur capital à la croissance
Contribution de la PTF à la croissance

Source : ITCEQ, calcul pour l’étude.

La troisième et dernière phase couvre la période allant de 2002 à 2015. Durant cette période,
l’accroissement de la contribution du facteur travail à la croissance économique n’a pas été
suffisamment important pour compenser la contribution plus faible du facteur capital et n’a
pas été non plus conjugué à un gain de productivité. Bien au contraire, la contribution de la
productivité totale des facteurs à la croissance économique est en baisse continue.

En dépit des multiples initiatives entreprises depuis le début des années 2000 dans le cadre
des plans quinquennaux de développement pour asseoir un schéma de croissance
économique tirée par le savoir, l’innovation et les gains de productivités, les résultats sont
peu satisfaisants et demeurent bien en deçà du potentiel de l’économie tunisienne. En effet,
les efforts de clustérisassions (à travers la multiplication des technopoles de compétitivité)
ainsi que la mise en œuvre de multiples programmes d’appui à l’innovation (tels que le

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 34 ~

Programme de Mise à Niveau-PMN, les Investissements Technologiques à caractère


Prioritaire-ITP, la Prime d’Investissement en Recherche et Développement-PIRD, le
Programme National de Recherche-Innovation, PNRI, etc.) n’ont pas permis d’accroître de
manière significative les gains de productivités des entreprises tunisiennes. En réalité, c’est
tout un écosystème favorable à l’innovation, à la créativité et à l’entreprenariat qui inhibent
la croissance de la productivité et rendent les entreprises tunisiennes moins compétitives à
l’échelle internationale.

A l’exception des secteurs des industries non manufacturières et des services marchands, la
productivité totale des facteurs pour les autres secteurs, sur la période 1962-2011, a connu
d’abord une phase de croissance jusqu’à la décennie 1982-1991 suivie par une phase de
ralentissement et de baisse jusqu’à 2011. Pour les industries non manufacturières, la
productivité des facteurs est fortement déterminée par celle des secteurs des hydrocarbures
et de l’électricité dont l’activité est fortement liée aux résultats de recherche et d’exploration.
Pour le secteur des services, la moyenne sectorielle croît à un rythme relativement stable tout
en restant à un niveau faible.

En revanche, ce secteur regroupe un large éventail d’activités et la moyenne sectorielle faible


dissimule en réalité de grandes variations de productivités d’un sous-secteur à l’autre. A titre
illustratif, pour la décennie 2002-2011, la productivité atteint des niveaux très faibles dans le
commerce de détail (0.9%) et le transport (-0.8%) tout en étant relativement élevée dans les
télécommunications (10.8%). Pour les industries manufacturières, la productivité totale des
facteurs dans le secteur du textile, habillement et cuir était relativement élevée durant les
deux premières décennies atteignant respectivement 9% et 6% alors qu’elle baisse jusqu’à
0.9% durant la dernière décennie 2002-2011 couverte par l’analyse.

Tableau 13. Productivité Totale des Facteurs par grands secteurs d'activité en Tunisie 1961-2011

1962-1971 1972-1981 1982-1991 1992-2001 2002-2011 2012-2015

Agriculture et pêche -0,5% 1,3% 3,3% 1,1% 1,3% 2,4%


Industries
-5,4% -0,5% 4,5% 3,9% 1,7% -0,8%
manufacturières
Industries non
6,1% -5,2% 0,6% 3,7% -4,1% -0,8%
manufacturières
Services marchands -2,8% 0,7% 0,7% 1,2% 0,9% 0,8%
Administration 1,2% 2,2% 2,5% 2,1% 3,0% 1,8%

Source : ITCEQ, calcul pour l’étude.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 35 ~

Durant la période 1962-2011, nous constatons que pour quasiment tous les grands secteurs
de l’économie, la productivité du travail a connu une baisse à partir des années 1980 alors que
la productivité du capital a connu une croissance remarquable suivi par une baisse prononcée
où le taux le plus élevé atteint 1.8% pour les industries manufacturières. Il est clair que ces
tendances cachent des variations substantielles entre les sous-secteurs. Dans les industries
manufacturières, la productivité du travail durant la décennie 2002-2011 est de 0.2% pour le
textile, habillement et cuir contre 4.5% pour la construction, céramique et verre.

Quant à la productivité du capital, elle atteint durant la même période un maximum de 5.9%
pour les industries mécaniques et électriques contre -5.5% pour les industries chimiques. De
même, dans le secteur des services et durant la même décennie, la productivité des
travailleurs dans le secteur des télécommunications atteint 11.3% contre -0.8% et 1.1% pour
les hôtels, cafés & restaurants et pour le commerce de détails respectivement. La productivité
du capital investit s’élève à 9.8% dans les télécommunications, un niveau de productivité du
capital très supérieur comparativement aux autres secteurs de service.

I.2.5. Équilibres financiers

Tout au long des trois dernières décennies, la Tunisie est parvenue à maîtriser ses équilibres
financiers tant internes qu’externes en maintenant une position extérieure relativement
confortable, en accusant des déficits budgétaires modestes et en limitant l’inflation à des
niveaux tolérables grâce à une gestion efficace et prudente des rouages de l’économie.

Cette aisance financière n’a pourtant pas été suffisamment mise à profit pour la mise en
œuvre de politiques publiques plus ambitieuses pour impulser les infrastructures logistiques
et technologiques, renforcer les compétences publiques et booster le développement des
entreprises. La situation s’est, cependant, sensiblement détériorée au cours de la période
post-révolution (2011-2015).

Compte des opérations courantes et dette extérieure :


Le déficit structurel du compte courant de la Tunisie a été maintenu à des niveaux
relativement bas sur de longues périodes ; il s’est limité à 3% du PIB en moyenne et ce, en
dépit de la multiplication des chocs externes qui ont exacerbé les pressions exercées sur la
balance des paiements.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 36 ~

Les politiques budgétaires et monétaires prudentes adoptées en période de crises ont


contenu les pressions sur le solde courant, et ont maintenu le niveau des réserves en devises
à au moins l’équivalent de 100 jours d’importation.

Le déficit commercial explique dans une large mesure le niveau du déficit courant, même s’il
a été partiellement compensé sur de longues périodes par les recettes touristiques et le
rapatriement des économies sur salaires des tunisiens à l’étranger. Le financement de ce
déficit s’est opéré dans le cadre de la coopération financière bilatérale et multilatérale à
travers des emprunts publics à des conditions relativement avantageuses.

La Tunisie a été également le premier pays de la région à accéder au marché financier


international pour couvrir ses besoins en financements extérieurs depuis l’année 1994 grâce
à des fondamentaux macroéconomiques solides qui lui avaient permis d’obtenir des notations
appréciables et en amélioration continue de la part des agences de Rating spécialisées.

La contribution des investissements directs étrangers dans le total des financements


extérieurs s’est sensiblement améliorée pour atteindre 50% sur la période (2006-2010).

Sur cette base, la dette extérieure a été maintenue à des niveaux ne dépassant pas 37.3% du
RNDB en 2010, assortie de conditions globalement avantageuses en termes de maturité et de
coût du financement.

Au cours de la période (2011-2015), le déficit commercial s’est largement détérioré frôlant


un niveau équivalent à 17% du PIB et une valeur excédant 13.6 Milliards de dinars en 2014
contre, respectivement 13% et 8.29 Milliards de dinars en 2010 et ce suite au fléchissement
des exportations, aux politiques expansionnistes introduites favorisant la consommation et
à l’incertitude de l’environnement économique international, notamment dans les pays de
l’Union Européenne, premier partenaire commercial de la Tunisie.

Les recettes touristiques ont drastiquement baissé en raison des inquiétudes liées à la
situation sécuritaire (-35,1% en 2015 par rapport à 2014). Les transferts de fonds des tunisiens
à l’étranger qui ont relativement stagné pendant les premières années post-révolution ont
accusé une baisse de 6% en 2015 et ce en dépit de la dépréciation continue du taux de change
du Dinar.

Le déficit courant s’est ainsi progressivement aggravé pour atteindre 9% du PIB en 2014 et
2015 contre 4,8% en 2010. Les réserves de change sont passées de l’équivalent de 148 jours

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 37 ~

d’importation à la fin 2010 à l’équivalent de 109 jours actuellement (en date du 24 juin 2016)
malgré les importants flux de financements extérieurs dont a bénéficié la Tunisie sur la
période (2011-2015).

En effet, les emprunts d’origine publique et privée ont totalisé plus de 8.2 Milliards de dinars
en 2015 incluant les tirages sur les crédits pour l’année 2015 au titre de l’accord « Stand by »
avec le Fonds Monétaire International d’une valeur totale de 1.7 Milliards de Dollars. Ces
emprunts ont favorisé l’envol de la dette extérieure qui a atteint 48.3% du RNDB en 2015
contre 37.3% en 2010.

Tableau 14. Structure du financement extérieur (en %)


2006-2010 2011-2015
Dons 3.0 4.8
IDE et Participations 50.0 25.9
Emprunts à moyen et long terme 47.0 69.3
Total des financements extérieurs 100 100

Source : BCT / MDICI.

La dégradation de la situation économique et la détérioration de la position extérieure de la


Tunisie ont engendré une dépréciation sans précédent du dinar tunisien par rapport aux
principales devises étrangères. Le 23 juin 2016, la dépréciation du Dinar par rapport au Dollar
américain est de plus de 6% comparativement à son niveau au 31 décembre 2015 et de 10%
par rapport à l’Euro. Cette situation pourra s’accentuer face à l’élargissement continu du
déficit commercial et courant et à l’effet limité du taux de change sur la compétitivité des
exportations dans un contexte de récession de la zone Euro.

Cette dépréciation peut, dans une certaine mesure, favoriser les exportations, malgré ses
effets néfastes en termes de compétitivité des entreprises et de renchérissement des prix.
Notons que la chute des cours internationaux de plusieurs produits de base apporte un
soulagement temporaire. Toutefois, les déséquilibres extérieurs resteront une source de
vulnérabilité à moyen terme, dictant la mise en œuvre d’importantes réformes afin
d’améliorer la qualité des produits exportés, diversifier les produits et services à l’export ainsi
que les marchés d’exportation.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 38 ~

Équilibre budgétaire et dette publique


La Tunisie a appliqué sur de longues périodes une politique budgétaire globalement prudente
permettant de maintenir les déficits budgétaires à des niveaux bas ne dépassant pas 5% en
moyenne sur la période (1983-2010) et baissant à 1% en 2008 et en 2010.

De manière générale, les déficits budgétaires de la Tunisie ont augmenté moins rapidement
que la croissance. L’endettement public global a diminué progressivement passant de 63% en
2001 à 40,7% en 2010 suite à une gestion prudente des finances publiques et également grâce
au remboursement par anticipation de certains emprunts extérieurs à taux d’intérêt élevés
sur la période (2007-2009) financés par les recettes de la privatisation partielle de Tunisie
Télécom.

Ces résultats ont permis à l’État de disposer d’une marge budgétaire pour introduire les
ajustements nécessaires au besoin comme cela était le cas pendant la crise économique
mondiale de (2008-2009). Le principal élément de vulnérabilité sur la période antérieure à
2011 était plus de 60% de la dette publique soit libellée en devises étrangères.

Figure 7. Évolution du déficit budgétaire et de la dette publique

8 70
7 60
6 50
5
40
4
30
3
2 20

1 10
0 0
1983 1987 1990 1995 2000 2005 2010 2011 2013 2015

Déficit budgétaire (hors dons et privatisation) Dette publique

Source : BCT / MDCI.

Au cours de la période post-révolution (2011-2015), les politiques budgétaires


expansionnistes prônées pour redynamiser l’activité économique et surtout pour faire face
aux multiples revendications sociales ont entrainé une aggravation du déficit budgétaire et un
envol de la dette publique. Le déficit budgétaire est passé de 1% en 2010 à 6,2% en 2013 et
4,8% en 2015 et la dette publique de 40,7% du PIB en 2010 à 53,9% en 2015.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 39 ~

Ce niveau reste encore acceptable au regard des normes internationales mais risque
rapidement de devenir insoutenable et de compromettre la redynamisation attendue de
l’activité économique si des réformes d’envergure ne sont pas mises en œuvre.

Cette situation est d’autant plus préoccupante que la croissance du budget est restée axée sur
l’augmentation des dépenses courantes plutôt que sur les dépenses d’investissement. En
effet, la masse salariale a continué sa progression vertigineuse entamée depuis 2011,
approchant 14% du PIB en 2015 et dépassant 43 % du total des dépenses contre,
respectivement, 10,6% et 37% en 2010 et ce, malgré le gel des recrutements dans la fonction
publique. Les subventions, notamment au titre des hydrocarbures et du transport, ont
également contribué à ces dérapages, particulièrement en 2012 et 2013, suite à
l’augmentation des prix internationaux des produits de base et se sont stabilisés, à partir de
2014, suite à la baisse des prix de ces produits, particulièrement des hydrocarbures sur les
marchés internationaux et l’augmentation des prix subventionnés du carburant sur le marché
local.

Cependant les dépenses d’investissement sont restées en deçà des prévisions en raison de
contraintes liées à la conjoncture économique et sociale de la période post révolutionnaire et
à des dysfonctionnements structurels liés aux problèmes fonciers, à la capacité d’exécution
au niveau régional et à la lenteur des procédures de passation des marchés.

Les mesures introduites pour augmenter les recettes notamment dans le sens de la
rationalisation de l’impôt et de l’élargissement de l’assiette fiscale pour activer la réalisation
des projets publics demeurent insuffisantes et devront être accompagnées d’importantes
réformes d’assainissement budgétaire, notamment en terme de discipline de la masse
salariale, de rationalisation du système de subventions et de restructuration des entreprises
publiques et du système de sécurité sociale, largement déficitaire aujourd’hui outre
l’accélération de la mise en œuvre de la réforme fiscale.

L’inflation
L’augmentation des prix à la consommation a été maîtrisée sur de longues périodes en Tunisie
grâce à des politiques monétaires prudentes, l’objectif étant de contenir les coûts de
production et de préserver le pouvoir d’achat des populations. Le glissement annuel de
l’indice général des prix a rarement dépassé 5% en moyenne.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 40 ~

Afin d’appuyer une politique de relance de l’économie au cours de la période (2011-2015), la


Banque centrale de Tunisie a poursuivi une politique monétaire accommodante à travers des
interventions accrues sur le marché monétaire avec des injections importantes de l’ordre de
5 Milliards de Dinars en moyenne et au moyen de baisses sans précédent à la fois des taux
directeurs et des réserves obligatoires contribuant dans une certaine mesure à exacerber les
tensions inflationnistes.

Ces pressions inflationnistes ont incité la BCT à resserrer progressivement sa politique


monétaire à partir d’août 2012 et à suivre une stratégie d’intervention « neutre »
conformément à l’évolution des facteurs autonomes de la liquidité bancaire. En effet, le taux
d’inflation a atteint la barre de 4,5% en octobre 2011, 5,0% en juillet 2012 et un pic de 6,2%
en septembre 2013 contre 3,5% en 2011.

Cette augmentation s’explique, en plus des facteurs monétaires, par(a) la hausse des prix sur
les marchés internationaux de certains produits importés (b) les augmentations salariales
successives (c) l’affaiblissement du contrôle des prix et le dysfonctionnement des réseaux de
distributions (d) la fuite illégale des produits vers des marchés limitrophes (e) l’ accroissement
des prix des produits alimentaires en raison de l’accroissement de la demande interne et
externe (marché libyen) et (f) la dépréciation alarmante du taux de change du dinar.

Une certaine accalmie des tensions inflationnistes a été constatée depuis la deuxième moitié
de l’année 2015, une augmentation de 3.9% ayant toutefois été enregistrée en 2015,
autorisant la BCT à assouplir sa politique monétaire par une réduction du taux directeur de 50
points de base au mois de novembre 2015 pour se situer à 4.25%.

I.2.6. Création d’emplois et chômage

De 1961 à 2015, l'économie tunisienne a pu créer un peu plus de 2 400 000 postes d'emplois,
soit un rythme de création d'emploi moyen d'environ 44 000 postes d'emplois par an. Il s’agit
d’une réelle performance. En 1956, une grande partie de la population tunisienne était
désœuvrée, en proie au sous-emploi et au chômage.

Sur toute cette période le rythme annuel de création d'emploi n'a fait que s’accélérer : il était
d'un peu plus de 11 000 emplois par an entre 1961 et 1970 pour tripler durant la décennie
suivante.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 41 ~

Tableau 15. Population active en Tunisie 1961 – 2015 (en milliers et en %)


Année 1961 1970 1980 1990 2000 2010 2015
Effectif % Effectif % Effectif % Effectif % Effectif % Effectif % Effectif %

Agriculture et
474 45,3 474 41 479 31,3 483 25,2 505 19,8 588 17,9 512 14,8
pêche
Industries
72 6,9 104 9% 245 16,0 384 20,1 510 20,3 598 18,2 630 16
manufacturières
Industries non
182 17,4 196 17 261 17,0 278 14,5 360 14,1 485 14,8 497 14,4
manufacturières
Services
179 17,1 212 18 299 19,5 435 22,7 711 27,9 1044 31,9 1142 33,1
marchands

Administration 139 13,3 176 15 249 16,3 334 17,5 458 17,9 563 17,2 641 18,6

Emploi total 1046 100 1162 100 1532 100 1913 100 2552 100 3277 100 3453 100

Source : ITCEQ, 2016 : calculs pour les besoins de l'étude.

Les années 1990 et 2000 ont enregistré des créations annuelles moyennes supérieures à
64 000 emplois par an pour culminer entre 2000 et 2010 à 72 000 postes d'emplois par an. Ce
rythme a été arrêté les cinq dernières années pour se situer à environ 35 000 emplois par an
entre 2010 et 2015. Une décélération exceptionnelle dans un contexte très particulier
d'exacerbation de demandes sociales de travail. Bref, et jusqu'en 2010, les créations annuelles
d'emplois étaient toujours consistantes quoiqu'en deçà de la demande additionnelle
d'emplois, cette situation chronique créant un stock de chômeurs nécessitant de s'alimenter
par de nouveaux arrivants.

Les principales caractéristiques du marché de l'emploi en Tunisie se résument en :

1) Une augmentation de la population en âge d'activité (15-59 ans) qui constitue


aujourd'hui les trois quarts de la population (75.7% en 2014). Ce chiffre n'était que de 53.7%
en 1966. Cet indicateur dénote du recul de la population jeune en deçà de 15 ans. Il explique
également le recul des personnes à charge par actif qui était d’environ cinq personnes en
1966. Ce taux est tombé à moins de 3.5 personnes à charge par actif en 2014 ;

2) Le taux d'activité de la population tunisienne est resté curieusement stationnaire


sur pratiquement un demi-siècle (1966-2014). Il est de l’ordre de 45%. Comparé aux pays au
même niveau de développement, ce taux reste faible. Il peut être expliqué par un recul
continu et rapide des taux d'activité masculin (83.5% en 1966 et 65.55% en 2014). Ce recul n'a
été que très partiellement compensé par une augmentation des taux d'activité féminins.
Après une forte croissance de ces taux entre 1966 et 1975 (de 5 à 19%), ils ont plafonné à 20%
Les fondements de la croissance et du développement économique ITES
~ 42 ~

au cours des deux décennies suivantes (1975-1999). Ils ont repris leur croissance au début du
millénaire pour se situer à 28.2% en 2014, tout en restant très en deçà des pays comparables.
Il est clair que le taux d'activité global de la Tunisie dépendra tout d'abord de l'augmentation
des taux d'activité des femmes et ensuite de la maîtrise du chômage ;

3) Le chômage tunisien est structurel, dénotant d'une croissance peu créatrice


d'emploi. Le taux de chômage demeure, sur toutes les périodes, supérieur à 14% de la
population active tout en atteignant des chiffres dépassant les 15% (période 1989-1999). Mais
le plus inquiétant réside dans la confirmation de la massivité du phénomène et sa
féminisation. Les 15.2% des chômeurs de 1966 représentaient, en volume, 166 500 chômeurs
sur une population totale de 4.5 millions.

Les chômeurs femmes étaient moins de 9 000. En 2014, les 14.8% des chômeurs
représentaient un volume de 573 000 chômeurs sur une population totale d'un peu moins de
11 millions de personnes. La proportion des femmes dépasse 46.5% (267 000 personnes). A
l’avenir, la maîtrise du chômage dépendra d'une augmentation significative du taux d'activité
global et surtout de la réduction du chômage des femmes. Les dernières décennies (1994-
2014) sont également caractérisées par la très forte augmentation des taux de chômage des
diplômés.

4) Le recul spectaculaire des actifs dans l'agriculture qui ne représentaient, en 2014,


que 15% (45% en 1966).

Les actifs dans les secteurs non agricoles sont passés de 55% en 1966 à 85% en 2014. Les actifs
dans l'industrie dépassent les 33%. Le secteur des services reste le plus employant avec 52%.
Notons que les personnes vivant de l'agriculture seront irréversiblement de moins en moins
nombreuses : elles sont un peu moins de 350 000 habitants en 2014 (source RGPH, 2014).

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 43 ~

Tableau 16. Évolution des principaux indicateurs du marché de travail, 1966-2014

Proportion : Personne
Taux d'activité Taux de
Années Population active à charge/actif
(%) Chômage (%)
/Population totale occupé

Hommes
1966 53,2 83,5 2,66 15,3
1975 55,6 83,5 2,57 16,1
1980 57,0 79,2 2,59 14,6
1984 60,0 79,0 2,54 16,9
1989 61,7 75,4 2,52 14,7
1994 64,7 73,8 2,49 15,7
1999 68,6 72,6 2,39 15,9
2004 72,6 67,8 2,34 13,2
2009 75,4 68,7 2,18 11,3
2014 74,8 65,5 2,31 11,4
Femmes
1966 54,2 5,5 38,52 13,3
1975 56,7 19,5 10,53 14,1
1980 59,0 19,5 9,25 5,9
1984 60,7 21,9 8,83 14,8
1989 62,5 20,3 10,09 21,9
1994 65,7 22,9 8,13 18,1
1999 69,7 23,7 7,28 16,9
2004 74,1 24,2 6,74 17,1
2009 75,5 25,3 6,46 18,8
2014 76,6 28,2 5,97 22,5
Ensemble
1966 53,7 44,9 4,89 15,2
1975 56,1 51,7 4,09 15,7
1980 58,0 49,0 4,04 12,9
1984 60,4 50,8 3,90 16,4
1989 62,1 48,1 4,00 16,2
1994 65,2 48,4 3,79 16,3
1999 69,1 48,2 3,58 16,2
2004 73,3 45,8 3,47 14,2
2009 75,4 46,9 3,26 13,3
2014 75,7 46,5 3,33 14,8
Source : INS RGPHs depuis 1966 et enquêtes population emploi depuis 1979.

Ces créations d’emplois, pour peu significatives qu’elles aient été, n'ont pas suffi à donner du
travail à toutes les populations qui le demandent et particulièrement aux plus jeunes.
L'économie tunisienne a structurellement souffert d'un chômage élevé (supérieur à 15%
entre 1996 et 2002 et entre 13 % et 15% entre 2003 et 2010). Le taux de chômage est reparti
à la hausse après 2011. Il a été de 15.4 % en 2015.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 44 ~

En Tunisie, le chômage touche principalement les plus jeunes : le taux de chômage pour les
20-24 ans est de 21,8%. Pour les classes d'âge 25-29 ans, il est de 31,1 % alors que la proportion
des chômeurs dans la population active est de 14,4 % (source RGPH, 2014). Le taux de
chômage est structurellement plus élevé chez les femmes (22 % en 2014) que chez les
hommes (11,4%). En outre, ces taux sont également plus accentués dans les gouvernorats de
l'intérieur que dans les gouvernorats de la côte (9,3% à Monastir et 26,2 % à Gafsa). Enfin, le
chômage augmente avec le niveau d'instruction, notamment chez les jeunes. En 2014, 36,6%
des chômeurs sont des diplômés de l'université contre un taux de chômage de 18,3% de la
population active ayant reçu une éducation au niveau du primaire.

Plus grave encore, la Tunisie a toujours conservé des taux d'activité très faible de l'ordre de
46 %. Elle se classe parmi les derniers des Pays à Revenus Intermédiaires de la Tranche
Supérieure (PRITS). Ce taux s'explique par une faiblesse structurelle et inquiétante des taux
d'activité féminins qui plafonnent à 28,5% en 2014 (source : RGPH, 2014, en deçà des taux
d'activité moyen des PRITS (60%).

Tableau 17. Évolution des taux d'activité en Tunisie, 1990-2014

1990 1995 2000 2005 2010 2014

Population 15 ans et + 48.1 48.3 47.6 46.2 47.4 46.2

Hommes 75.5 74.1 71.6 68.3 69.7 76.4

Femmes 20.8 22.6 23.7 24.3 25.3 28.5

Source : INS, diverses publications et RGPH, 2014.

I.2.7. Pauvreté

La pauvreté et l'extrême pauvreté sont estimées en Tunisie depuis 1975 à partir des enquêtes
de consommation des ménages effectuées tous les cinq ans par l'Institut National de la
Statistique (tableau 18).

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 45 ~

Tableau 18. Pauvreté et extrême pauvreté en Tunisie, 2000-2010

PAUVRETE EXTREME PAUVRETE

Année 2000 2005 2010 2000 2005 2010

National 32.4 23.3 15.5 12.0 7.6 4.6


Grandes villes 21.5 15.4 9.0 4.3 2.2 1.3
Villes moyennes 32.5 22.1 14.0 10.5 6.5 2.9
Zones rurales 40.4 31.5 22.6 19.1 13.4 9.2

Source : INS (2012), Résultat de l'enquête nationale sur le budget de consommation et le niveau de vie des
ménages, 2010.

Tout d'abord, les années 2000 ont connu une régression importante de la pauvreté (-18
points) et de la pauvreté extrême (-7.4 points).

Cette tendance baissière rapide de la pauvreté est généralisée dans les milieux urbain et rural.
Il prolonge un trend déjà positif depuis les décennies précédentes. Entre les deux milieux, il
parait que le noyau dur de la pauvreté demeure rural (22,6% contre 15,5% au niveau national
en 2010). La pauvreté extrême rurale est deux fois plus élevée (9,2% en 2010) que le niveau
national (4,6%). Au contraire, le taux des populations pauvres est estimé à 9% dans les grandes
villes. Dans ces dernières, la pauvreté extrême est devenue insignifiante (1,3%). Les villes
moyennes quant à elles concentrent 14% des populations pauvres et environ 3% des
populations extrêmement pauvres.

Il est ainsi évident que la densité de la population et sa concentration dans les grandes villes
constituent un environnement favorable à la réduction de la pauvreté. La dispersion de la
population et des activités et leur isolement sont générateurs d'appauvrissement.

Tableau 19. Disparité régionale en matière de pauvreté et d'extrême pauvreté, 2010


Pauvreté Extrême pauvreté
Régions/ Année
2000 2005 2010 2000 2005 2010
Sud-Ouest 47.8 33.2 21.5 21.7 12.1 6.4
Sud Est 44.3 29.0 17.9 17.5 9.6 4.9
Centre Ouest 49.3 46.5 23.3 25.5 23.2 14.3
Centre Est 21.4 12.6 8.0 6.4 2.6 1.6
Nord-Ouest 35.3 26.9 25.7 12.1 8.9 8.8
Nord Est 32.1 21.6 10.3 10.5 5.5 1.8
Grand Tunis 21.0 14.6 9.1 4.3 2.3 1.1
Tunisie 12.1 7.6 4.6 12.1 7.6 4.6

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 46 ~

Source : INS, 2012: Résultat de l'enquête Nationale sur le budget de consommation et le niveau de vie des
ménages, 2010.

Le tableau 19 montre clairement les principales tendances observées :

- Les taux de pauvreté enregistrés dans les 14 gouvernorats de l'Ouest de la Tunisie sont
toujours supérieurs à 20% en 2010 (25,7% dans le Nord-Ouest ; 23,3% dans le Centre-
Ouest et 21,5% dans le Sud-Ouest) ;
- Le Sud-Est enregistre un taux proche de la moyenne nationale (15,5%) ;
- Les gouvernorats du littoral Est, excepté ceux du Sud-Est, enregistrent des taux de
pauvreté Inférieurs à 10%. Le Centre-Est est le moins pauvre ;
- La pauvreté extrême reste un phénomène relativement massif au Centre-Ouest
(14,3%) et au Nord-Ouest (8,8%).

Paradoxalement, le recul de la pauvreté est plus rapide dans les régions initialement moins
pauvres (en 2000). En effet, la prévalence de la pauvreté dans la région du Nord-Est a chuté
entre 2000 et 2010 de 68% tandis que l'extrême pauvreté a connu une baisse de 83% sur la
même période. Dans les régions les plus pauvres du Nord-Ouest, la pauvreté et la pauvreté
extrême n'ont connu qu'une baisse de 27% sur la même période.

Cette polarisation de la pauvreté témoigne de l'incapacité de l'État à fournir un accès


équitable à l'éducation et aux infrastructures de base dans les régions les plus défavorisées.

Elle suggère également l'existence d'un marché de l'emploi très fragmenté où la main d'œuvre
des régions défavorisées a plus de difficultés à obtenir du travail dans les concentrations
économiques les plus proches localisées uniquement sur le littoral Est sur un triangle qui relie
Tunis et sa région à Kairouan et à Sfax en passant par le Sahel littoral

Globalement, les estimations des tendances des inégalités de la consommation mesurées par
le coefficient de GINI démontrent :

1. Les inégalités ont considérablement diminué au cours des années 1980 avant de
croitre légèrement entre 2000 et 2005. Le coefficient de Gini de 2010 dénote,
comparativement, d'un niveau d'inégalité modéré : équivalent à celui de la Jordanie
(35,4) ; supérieur à celui de la Roumanie (30,0) ; inférieur à celui du Maroc (40,9) et de
la Turquie (39,0) et nettement inférieur à celui de la Malaisie (46,2) ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 47 ~

2. Les inégalités interrégionales se sont accrues entre 2000 et 2010 signifiant que les
régions les plus pauvres du Nord-Ouest, du Centre-Ouest et du Sud-Ouest se sont
appauvries par rapport aux régions les plus "nantis" du littoral Est. Au contraire, les
inégalités intra régionales au Nord-Ouest et au Centre-Ouest ont relativement régressé
passant de 21.1 à 17.6. Les habitants de ces régions s'identifient à leurs régions et se
considèrent globalement et structurellement exclus de la croissance et du
développement économiques.

Tableau 20. Évolution des inégalités en Tunisie, 1980-2010 (coefficient de Gini)

1980 1985 1990 1995 2000 2005 2000* 2005* 2010*

National 43.0 43.4 40.1 41.7 40.9 41.4 37.5 37.7 35.8
Urbain 39.6 41.1 37.4 38.9 39.1 39.5
Rural 37.5 36.4 35.4 35.3 35.8 36.9
* nouvelle méthode de calcul (2010)
Source : INS, 2012 : Résultat de l'enquête nationale sur le budget de consommation et le niveau de
vie des ménages, 2010
1 Les villes ayant entre 20 000 et 100 000 habitants. Les petites villes abritent entre 2000 et 20 000

habitants

Tableau 21. Décomposition de l'inégalité et de la polarisation entre 2000 et 2010 (indice de Gini)

Année 2000 2005 2010


1. Inégalités globales 37.5 37.7 35.8
2. Inégalités entre les régions 16.4 18.2 18.2
3. Inégalités intra régionales 21.1 19.5 17.6
4. Polarisation*= 2/3 77.7 93.6 103.6

La Tunisie a enregistré, sur le long terme, une croissance économique appréciable incapable
toutefois de résorber un niveau de chômage resté structurellement élevé privant l'économie
tunisienne de plus de 600 000 actifs en 2015. Le pays n'a pas pu bénéficier de sa fenêtre
démographique (augmentation proportionnelle de la population active dans la population
totale avant la stabilisation de la pyramide des âges et le plafonnement du niveau de
vieillissement). Les régions de l'intérieur du pays concentrent les plus faibles taux d'activité et
les plus hauts niveaux de chômage et de pauvreté.

I.2.8. Positionnement de l'IDH Tunisie

L'IDH de la Tunisie en 2014 est de 0.721, ce qui situe le pays dans la catégorie de
"développement humain élevé". Elle occupe la 96ème place parmi 188 pays et territoires. Entre

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 48 ~

1980 et 2014, l'IDH de la Tunisie a progressé de 48% passant de 0.486 à 0.721, soit une
moyenne annuelle d'environ 1.2%. Durant cette période, l’espérance de vie à la naissance a
augmenté d’environ 13 années ; la durée moyenne de scolarisation du tunisien a augmenté
de 5 années. Il en est de même pour la durée attendue de la scolarisation qui a augmenté de
6.3 années. Enfin, le Revenu National Brut (RNB) par habitant a plus que doublé en passant de
5 156 dollars américain (PPA 2011) en 1980 à 10 404 dollars en 2014 (tableau 22).

Tableau 22. Tendances de l'IDH de la Tunisie, 1980-2014*


Espérance de vie Durée attendue de Durée moyenne RNB par habitant Valeur de l'IDH
à la naissance la scolarisation de la scolarisation ($PPA 2011)

1980 62.0 8.3 2.0 5 156 0.486


2000 73.2 13.1 4.9 7 252 0.654
2010 74.6 14.5 6.6 10 023 0.714
2014 74.8 14.6 6.8 10 404 0.721
*D'après des données PNUD en séries chronologiques cohérentes et de nouvelles données théoriques.

Comparé à d'autres régions et pays, l'IDH de la Tunisie est inférieur à la moyenne du groupe
des pays à développement humain élevé (0.744) ; il reste néanmoins supérieur à la moyenne
des pays arabes (0.686). Dans cette région du monde, les pays qui sont proches de la Tunisie
en 2014, en termes d'IDH, sont la Libye et le Maroc.

Tableau 23. Positionnement de l'IDH de la Tunisie par rapport à la Libye et au Maroc, 2014
RNB par
Valeur Espérance de Durée Durée moyenne
Classement habitant
de vie à la attendue de la de la
de l’IDH ($PPA
l'IDH naissance scolarisation scolarisation
2011)
Tunisie 0.721 96 74.8 14.6 6.8 10 404
Libye 0.724 94 71.6 14.0 7.3 14 911
Maroc 0.628 126 74.0 11.6 4.4 6 850
États
0.686 - 70.6 12.0 6.4 15 722
arabes
IDH élevé 0.744 - 75.1 13.6 8.2 13 961
Source : PNUD, 2015 : Rapport sur le développement humain.

L'Indice de Développement Humain (IDH) ajusté aux Inégalités de la Tunisie6 pour 2014 est de
0.562 (contre un IDH global de 0.721), soit une" perte" de 22% due aux inégalités dans la
distribution des indices des trois dimensions (santé, éducation et revenue) de l’IDH. Le Maroc

6
L'IDH est une moyenne des progrès fondamentaux d'un pays en matière de développement humain. Cette moyenne masque des inégalités
dans la distribution du développement humain sur l'ensemble de la population au niveau national. Le Rapport de Développement Humain
de 2010 (PNUD) a tenu compte des inégalités dans les trois dimensions de l’IDH, en réduisant la valeur pour chaque dimension en fonction
des niveaux d'inégalités. L'IDHI, l'Indice de Développement Humain ajusté aux Inégalités, est essentiellement l'IDH diminué en fonction des
inégalités. La perte de développement humain due aux inégalités correspond à la différence entre l'IDH et l'IDHI. Elle peut être exprimée
sous forme de pourcentage. Plus les inégalités se creusent dans un pays, plus la perte de développement humain augmente.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 49 ~

enregistre des pertes dues aux inégalités de 29.7%. Cette perte est de 25.4% pour les États
arabes et est de 19.4% pour les pays à développement humain élevé. L'IDHI de la Tunisie est
meilleur que la moyenne des pays arabes et du Maroc mais il est inférieur à celui du groupe
des pays à IDH élevé. Si la Tunisie "perd" le cinquième de son IDH par ses inégalités, le Maroc
quant à lui perd environ le tiers.

Tableau 24. L'IDHI de la Tunisie, par rapport à certains pays et groupe, 2014

Valeur Perte Coefficient Inégalité en matière Inégalité en matière Inégalité des


de l'IDH en % d'inégalité d'espérance de vie à d'éducation revenues
humaine (%) la naissance (%)
(%) (%)
Tunisie 0.562 22.0 21.4 10.6 34.6 18.9
Maroc 0.441 29.7 28.5 16.8 45.8 23.6
États arabes 0.512 25.4 24.7 17.4 38.9 17.7
IDH élevé 0.600 19.4 19.0 10.7 16.8 29.4

Source : PNUD, 2015: Rapport sur le développement humain 2014.

L'IDH de la Tunisie par genre est également moins inégalitaire entre les femmes et les hommes
(0.671 pour les femmes et 0.751 pour les hommes) que le Maroc (0.670 et 0.828
respectivement pour les femmes et les hommes) et les pays arabes (0.719 et 0.849
respectivement pour les femmes et les hommes). Mais l'IDH par genre de la Tunisie est
inférieur à la moyenne des pays à IDH élevé (0.724 et 0.758 respectivement pour les femmes
et les hommes).

Tableau 25. L'Indice de Développement Humain par Genre de la Tunisie, 2014


Espérance de Durée Durée de RNB par Valeur de Ratio
vie à la attendue de scolarisation habitant ($ PPA) l'IDH F-H
naissance scolarisation
Valeur
F H F H F H F H F H
de l'IDG*
Tunisie 77.3 72.5 15.0 14.0 5.9 7.8 4748 16159 0.671 0.751 0.894
Libye 74.6 68.9 14.3 13.8 7.7 7.0 7427 22392 0.699 0.736 0.950
Maroc 75.1 72.0 10.6 11.6 3.2 5.3 3222 10573 0.555 0.670 0.828
États arabes 72.7 68.8 11.6 12.3 4.9 6.9 5686 24985 0.719 0.849 0.849
IDH élevé 77.4 72.8 13.8 13.4 7.7 8.5 10407 17443 0.724 0.758 0.954

IDG : Indice de Développement par genre


Source : PNUD, 2015: Rapport sur le développement humain.

Ajoutons que l'un des points fort de la Tunisie concerne son bon positionnement au regard de
l'Indice d'Inégalité du Genre. En Tunisie, les femmes occupent 31,3% des sièges du parlement
(le taux le plus élevé au Maghreb et dans le Monde arabe). Les femmes tunisiennes ayant
commencé des études secondaires représentent 32,8% (contre 20,7 au Maroc). Le taux

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 50 ~

d'activité des femmes reste un point faible de la Tunisie puisqu'il est proche de la moyenne
arabe (23,2%) mais il reste inférieur à celui de la Libye (30%) et du Maroc 26,5%. Dans ce
domaine, la Tunisie est largement distancée par le groupe des pays à développement humain
élevé (57%).

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 51 ~

Chapitre II. Notre Vision de la Tunisie Économique en 2025 et le


schéma de croissance

II.1. Notre vision : Une Tunisie plus ambitieuse internationalement,


plus inclusive régionalement et socialement et plus durable
écologiquement

A partir des perspectives d’évolution de l’économie mondiale analysées dans le chapitre I et


des enseignements tirés des réussites et des échecs passés résultant du diagnostic de notre
histoire économique, objet du chapitre II, nous tracerons notre vision pour l’économie
tunisienne en 2025.

La Tunisie aura atteint, depuis au moins 5 ans, un nouveau palier de croissance. Ce bond en
avant s’exprimera à travers le taux de croissance qui sera de l’ordre de 5,6% mais également
via le contenu de celle-ci.

Par conséquent, la Tunisie assurera un positionnement international la situant dans les 40


économies les plus compétitives ainsi que dans le groupe des pays à revenu intermédiaire
supérieur comme l’indiquent les objectifs ciblés pour 2025 définis dans cette vision. Pour ce
faire, elle aura mis en place un Etat de droit développementaliste alliant politiques publiques
volontaristes et rôle moteur du secteur privé, se mobilisant ainsi dans le but d’établir des

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 52 ~

stratégies cohérentes et concertées s’inscrivant dans le cadre d’UN MODELE DE DEVELOPPEMENT


RENOUVELE :

- PLUS AMBITIEUX internationalement avec un ancrage par le haut dans la


mondialisation ;
- PLUS INCLUSIF régionalement et socialement ;
- PLUS DURABLE écologiquement.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 53 ~

Une telle vision suppose que le scénario de l’émergence qui, seul, permettrait de répondre
aux aspirations légitimes du peuple tunisien aura été réalisé. Cela signifiera que le premier
préalable à cet effet aura été levé, à savoir la sortie réussie de la période critique de
transition que vit le pays. Dans cette même logique, la Tunisie aura bénéficié depuis plusieurs
années d’un horizon politique éclairci et apaisé dans lequel toutes les forces politiques,
notamment les forces syndicales et la société civile, auront trouvé pleinement leurs places
dans le strict respect des lois et de la constitution. Ceci implique également que la sécurité
aura été rétablie et que la valeur travail se sera imposée à tous.

Dès lors, la Tunisie aura mis en place un véritable Etat de droit moderniste, garant du respect
des valeurs universelles de liberté et de démocratie ainsi que de la cohésion sociale et de
l’intégration de tous. Celui-ci sera également soumis à l’obligation de transparence et de
redevabilité et aura finalisé la mise à niveau des institutions de l’Etat et d’un écosystème
favorable à l’entreprise.

Cet Etat aura réussi à lever les dix déficiences majeures identifiées dans le chapitre II,
obstacles à une croissance plus soutenue et équitable bridant les capacités et compétences
du pays.

À cet effet, il ne se sera pas interdit de mener des actions publiques qui auraient concerné
tout sauf l’investissement direct dans les secteurs productifs, c'est-à-dire notamment celles
qui auront permis de lever les 10 déficiences précitées, convaincu que cela ne se ferait pas par
les seules forces du marché, « la croissance n’étant pas un phénomène météorologique ».

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 54 ~

La Tunisie sera donc un Etat développementaliste qui mettra en place des politiques
publiques ambitieuses s’articulant autour d’une idée clé : la nouvelle « loi 72 » du XXIème
siècle. Cette dernière apparaît comme la mesure de politique économique la plus
importante depuis la promulgation, quarante ans auparavant, de la « loi 72 ». Elle conduira
à un effet transformatif de l’économie équivalent à celui de la loi 72 introduisant 10 atouts
ainsi que des actions complémentaires regroupées dans ce qui pourrait être une Initiative
Nationale 4.0 : Entreprises/Technologies/Régions/Internationalisation à même d’assurer un
environnement favorable à l’entreprise dont les besoins ont complètement changé.

Le cadre sommaire dans lequel elle pouvait évoluer dans les années 1970 est aujourd’hui
obsolète. Alors qu’une simple implantation dans un bâtiment et une zone d’activité
rudimentaire pouvait autrefois s’avérer suffisante, l’entreprise a, de nos jours, besoin
d’évoluer dans de véritables clusters, technopôles ou pôle d’attractivité lui assurant des
infrastructures de haut niveau et des connexions efficaces avec les services administratifs, les
institutions de financement, de formation et de recherche.

La nouvelle « loi 72 » du XXIème siècle et l’Initiative Nationale 4.0, le Plan


Entreprises/Technologies/Régions/Internationalisation seront centrés sur les 10 atouts
suivants :

1- Une gouvernance participative et transparente ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 55 ~

2- Une Administration compétente et efficace, des procédures simplifiées ;

3- Des infrastructures logistiques et technologiques performantes ;


4- Un système de financement au service de l’économie, facile d’accès et orienté vers
les entreprises ;

5- Des incitations significatives et appropriées pour la création et le développement des


entreprises sur les marchés internationaux ;

6- Un système de formation et de recherche adapté aux besoins du système productif ;

7- Une politique économique qui réussit à réduire les inégalités territoriales dans le
cadre d’un Programme national de développement régional ;

8- Une politique économique socialement responsable qui réussit à réduire les inégalités
socio-économiques dans le cadre d’un nouveau contrat social ;
9- Une politique économique écologiquement durable qui intègre l’environnement et
les limites des ressources naturelles ;

10- Des politiques sectorielles structurées autour du développement technologique et de


l’ouverture à l’international.

Dans ce nouveau contexte, le secteur privé pourra montrer la pleine mesure de ses capacités
entrepreneuriales, jouer son rôle de moteur essentiel au développement et faire preuve de
responsabilité sociale, démontrant ainsi que la force de la Tunisie réside dans ses entreprises.
Ainsi, c’est l’existence de milliers d’entrepreneurs dotés d’une connaissance approfondie des
technologies et à l’œuvre dans tous les marchés internationaux, qui constitue la principale
richesse du pays. Etat et secteur privé auront alors mis en œuvre des stratégies cohérentes
et concertées dans le but d’atteindre d’ambitieux objectifs de développement.

Dans ce cadre, de profondes réformes pourront être menées à bien. Ces dernières devront
néanmoins se plier à certaines exigences et être conformes à une vision poursuivant les
objectifs suivants : encourager la production et l’innovation, créer de la richesse et la
redistribuer de manière équitable au détriment de la spéculation, de la fraude et de la rente.
En résumé, ces réformes viseront à favoriser la prospérité de nos concitoyens, de nos
entreprises et de nos régions.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 56 ~

La Tunisie aura alors réussi à réduire ses 5 principales fractures, autrement dit les fractures
relatives aux régions, aux générations, aux classes sociales, aux secteurs structurés et
informels et enfin celle séparant hommes et femmes. La réduction de ces clivages permettra
au peuple tunisien de réaliser ses aspirations démocratiques et de prospérité.

La Tunisie démocratique et moderniste, proche du premier marché mondial, aura consolidé


son ouverture sur le monde. Elle bénéficiera notamment du statut de partenaire privilégié
avec l’Union Européenne, lui assurant un nouveau positionnement stratégique au sein d’un
environnement international favorable à son développement.

La Tunisie apparaîtra alors comme une plateforme de production et d’innovation, une


véritable EuromedValley, le Nearshore européen des industries et des services à fortes valeurs
ajoutées.

Les principaux indicateurs économiques que cette vision, ainsi que le programme qui lui est
associé, auront permis d’atteindre à l’horizon 2025 sont indiqués ci-après.

II.2. Schéma de croissance 2016-2025

Trois scénarios peuvent être envisagés, les deux premiers renvoyant à des schémas extrêmes
de croissance.

Le premier schéma extrême renvoie au scénario de rupture consistant à continuer avec un


niveau de performance économique comparable à celui réalisé depuis 2011. Celui-ci renvoi à
un taux de croissance économique moyen de 2% sur la période 2016-2025. Il s’agit d’un
scénario redouté dans lequel les pré-requis de sortie de crise, notamment le rétablissement
de l’autorité de l’Etat de droit, ne sont pas réalisés. De plus, les réformes économiques
nécessaires n’auront pas abouti ou avanceront trop lentement sans provoquer l’effet de
relance nécessaire. Par conséquent, le pays s’inscrira dans un cycle de récession ayant de
fortes implications sur l’emploi, la situation sociale et les finances publiques. Les exemples
historiques montrant que des révolutions échouent en raison de la dégradation de leurs
situations économiques sont nombreux.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 57 ~

Le deuxième schéma extrême est celui de l’émergence. Il est fondé sur une accélération du
scénario 3 grâce à un rythme de mise en œuvre des réformes plus soutenu conduisant à une
croissance plus élevée et à une relance plus dynamique.

Un troisième scénario de croissance médian, de sortie de crise et de pré-émergence, réaliste


et réalisable, consiste à inscrire le pays dans un scénario de base dans la lignée du Plan de
Développement 2016-2020, qui détermine en grande partie la performance économique à
l’horizon de 2025.

Les pré-requis de sortie de crise auront été réalisés ainsi qu’un bon nombre de réformes
économiques et sociales inscrivant le pays dans une telle dynamique économique.

De manière plus explicite, et tel que développé dans la vision économique pour la Tunisie, cela
revient à avoir un effet transformatif sur l’économie tunisienne équivalent à celui connu dans
les années 1970 grâce, notamment, à la mise en œuvre de la nouvelle «loi 72» du XXIème siècle
et à l’Initiative Nationale 4.0, le Plan Entreprises/Technologies/Régions/Internationalisation
étant centré sur les 10 atouts précités.

C’est ce dernier scénario que nous développerons ci-après.

Les projections de croissance économique selon ce scénario sur la période 2016-2025 sont
présentées dans le tableau 25. Ce schéma permet de relancer la croissance économique au
cours de l’année 2017 autour de 2%, pour ensuite franchir les seuils de 4% en 2018 et 2019,
et passer par la suite à un rythme accéléré dépassant les 5% à partir de 2022.Ce schéma de
croissance traduit l’engagement de la Tunisie à atteindre un palier de croissance économique
plus ambitieux et soutenable, permettant d’asseoir un nouveau projet de développement
global, inclusif et durable. Ce dernier aura pour vocation de garantir un équilibre harmonieux
entre priorités économiques et aspirations sociales, un accès plus équitable aux opportunités
économiques, une répartition plus juste des fruits de la croissance entre toutes les couches
sociales et toutes les régions et enfin, une prise en compte des limites des ressources
naturelles et des équilibres écologiques. Il traduit et soutient, à cet effet, la stratégie de sortie
de crise et de pré-émergence fixée pour les dix prochaines années.

En 2015, l’économie tunisienne se trouve à la croisée des chemins quant aux perspectives de
croissance économique possibles liées aux efforts requis pour relancer la dynamique de

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 58 ~

croissance et inscrire le pays dans un sentier d’émergence. Le schéma de croissance se fixe


trois objectifs majeurs à atteindre :

- L’efficacité économique à travers l’accélération du rythme de croissance économique ;


- L’équité à travers l’inclusion sociale et territoriale ;
- La soutenabilité à travers un rééquilibrage des équilibres macroéconomiques et la
promotion du développement durable.

Tableau 26. Croissance du PIB du scénario médian

2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025 2016-2020 2021-2025 2016-2025

Au prix de
6,8 7,6 9,5 9,7 9,8 8,8 9,2 9,5 9,6 9,8 8.7 9.4 ~9 %
marché
Au prix de
l’année 1,5 2,3 4,5 4,7 5,3 4,9 5,4 5,7 5,9 6,2 3.7 5.6 ~5 %
dernière

La réalisation de ces projections implique trois impératifs retenus par le schéma de


croissance :

La transformation structurelle de l’économie en vue de permettre une montée en puissance


des activités à haute valeur ajoutée d’une part et une transition vers un modèle de
croissance tiré par l’innovation d’autre part. Ce sont les deux conditions exigées par le
schéma de croissance pour intensifier les créations d’emploi et résorber le chômage à moyen
terme. Cette nouvelle orientation s’appuie également sur une meilleure intégration aux
chaînes de valeurs mondiales à travers un positionnement stratégique autour des activités
pour lesquelles l’économie développe un avantage concurrentiel sur les marchés les plus
dynamiques.

Le second impératif concerne l’approfondissement de l’intégration de l’économie dans


l’économie mondiale afin de générer de nouvelles sources de croissance à forte intensité
technologique et à faible intensité énergétique et de ressources naturelles et pérenniser les
sources actuelles. Cela implique le doublement des exportations de biens et services pour
atteindre plus de 75 milliards de dinars en 2025 avec un contenu technologique des
exportations de 50 % contre 25 % actuellement, le relèvement de leur contribution à la
croissance de plus de 60% en fin de période et le triplement des investissements. Le
relèvement de l’effort d’investissement, à des niveaux sans précédent en vue d’accélérer
l’équipement du pays en infrastructures et d’augmenter les créations d’emplois.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 59 ~

L’accroissement de la valeur ajoutée par secteur durant toute la période illustre les
transformations structurelles au niveau des différents secteurs :

- Un secteur d’agriculture et de pêche modernisé, gagnant en productivité, maîtrisant


les enjeux liés aux ressources naturelles (eau, sol et écosystèmes) et aux changements
climatiques et structuré autour du développement des filières, des produits de niches
et des chaînes de valeur pour mieux valoriser les produits et accroître la valeur ajoutée
permettant d’atteindre un taux de croissance moyen sur la période 2021-2025 de
l’ordre de 5.2% ;
- Une industrie manufacturière atteignant des taux de croissance dépassant le seuil de
5% à partir de 2020 en favorisant une évolution autour de deux axes stratégiques :
d’une part, la poursuite du repositionnement stratégique des activités traditionnelles
sur des créneaux à plus forte valeur ajoutée et d’autre part le développement de
groupes industriels et d’un tissu entrepreneurial dense, orientés vers des activités
innovantes ;
- Une accélération du développement des secteurs de services à la fois dans une logique
de croissance et d’expansion des activités à forte valeur ajoutée des différents secteurs
de services mais aussi dans une logique d’appui au développement général des
entreprises du secteur privé à travers la fourniture de prestations de services
permettant de renforcer la compétitivité des entreprises ;
- La relance des activités extractives, minières et pétrolières qui ont connu une forte
baisse durant les quatre dernières années, leurs contributions directes et indirectes au
PIB ayant été divisée par trois ;
- L’émergence d’une économie circulaire favorisant d’une part l’efficience des
ressources (eau, énergie et matières) et d’autre part le recyclage et la valorisation des
déchets comme matières primaires secondaires7.

La contribution de la demande intérieure d’importations dans le PIB sera équivalente à un


taux d’accroissement moyen de 3,1% sur la période 2016-2020 et de 4,3% pour la période
2021-2025. L’investissement constituera le principal moteur de la croissance économique

7
« Une Matière Première Secondaire (MPS) désigne une notion intermédiaire entre le déchet et le produit. En
pratique, la matière première secondaire est un déchet, qui a été transformé et/ou combiné, en vue d'obtenir
un produit utilisable dans les procédés de fabrication en remplacement de la matière première initiale ».
D’après : www.dictionnaire-environnement.com

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 60 ~

avec un taux d’accroissement moyen avoisinant les 8,5% aussi bien sur la période 2016-2020
que sur la période 2021-2025. Le rôle des exportations sera renforcé à travers un taux
d’accroissement moyen de 3,4% sur la période 2016-2020, puis accéléré sur la période 2021-
2025 atteignant un taux d’accroissement de 4,9%.

La consommation va continuer à progresser à un rythme soutenu de l’ordre de 7,4% par an


aux prix courants, mais qui sera inférieur à celui du PIB afin de rétablir rapidement les
équilibres financiers globaux et permettre un espace suffisant à l’effort d’investissement.

En revanche, l’enveloppe globale d’investissement devra atteindre un niveau sans précédent


de près 336 milliards de dinars sur la décennie avec un rythme annuel de progression de 13 %
aux prix courants afin d’accélérer le rattrapage et bien préparer l’avenir. L’objectif est
d’atteindre un taux d’investissement moyen de 27,4% du PIB en 2025.

Tableau 27. Investissements 2016-2025

2016 2020 2025 2016-2020 2021-2025 2016-2025

Investissement total 17 791 30 645 55 640 120295 223052 343347

Investissement public 6 227 10 725 19 474 40 948 76 914 117 862

Investissement privés 11 564 19 920 37 835 76 050 149 435 225 485

Investissement total
6 005 10 343 20 309 39 487 80 210 119 697
dans les régions
Investissement public
3 114 5 363 8 958 20 474 35 380 55 854
dans les régions
Investissements privés
2 891 4 980 11 351 19 013 44 830 63 843
dans les régions
Source : MIDCI, 2016.

L’investissement public sera de 118 milliards de dinars (35 %). La part de l’investissement privé
sera de 218 milliards (65 %), dont 51 milliards de dinars en investissement étranger. Les IDE
représenteront 15 % de l'investissement total.

Par ailleurs, le schéma de croissance préconise d’orienter 36 % de l’investissement global


prévu pour la période 2016-2025 aux régions de l’intérieur, soit 120 milliards de dinars. Cette
enveloppe sera répartie entre 56 milliards de dinars d’investissement public et
64 milliards de dinars d’investissement privé. L’investissement public qui sera consacré aux

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 61 ~

régions de l’intérieur représentera ainsi 60% de l’investissement public total fixé pour la
période 2012-2016.

Cet effort d’investissement nécessite d’accélérer les réformes structurelles et financières liées
à la formation des compétences, au système de recherche et d’innovation, au financement
des projets et des entreprises, au marché du travail, au système fiscal et au climat des affaires.
Il exige de libérer l’initiative, de lever les entraves et les restrictions à l’investissement privé et
de promouvoir l’émergence d’une nouvelle génération d’investisseurs audacieux et innovants
engagés dans la responsabilité sociétale. En contrepartie, il permet d’intensifier les créations
d’emplois et d’accélérer l’équipement du pays en infrastructure, à la fois pour désenclaver les
régions de l’intérieur et favoriser l’intégration de la Tunisie au reste du monde. Ce dernier
aspect est d’autant plus nécessaire que le schéma de croissance prévoit d’attirer un volume
important d’investissements extérieurs et d’orienter les nouveaux projets vers les secteurs
à fort contenu de connaissance.

La structure sectorielle des investissements (tableau 28) connaîtra durant la période 2016-
2025 un changement radical traduisant la volonté de passer à une économie plus diversifiée,
génératrice d’emplois qualifiés, fondée sur les activités à haute valeur ajoutée et orientée vers
l’économie verte. Le schéma de croissance prévoit une accélération remarquable de
l’investissement, particulièrement dans l’agriculture et pêche, où l’accroissement de
l’investissement va plus que doubler durant la période 2021-2025 par rapport à 2016-2020,
et les industries manufacturières où l’accroissement moyen de l’investissement passera de 7%
à 18,3%.

Tableau 28. Évolution de l’investissement par secteur au prix courant

2016 2020 2025 2016-2020 2021-2025

Agriculture et pêche 1290,0 2000,0 5200,0 10,2 21,1

Industries manufacturières 1987,0 2594,0 6000,0 7,0 18,3

Industries non manufacturières 3320,0 5186,0 10200,0 14,7 14,5

Services 8874,0 17915,5 29990,0 15,7 10,9

Équipements collectifs 2320,0 2950,0 4250,0 5,1 7,6

Total 17791,0 30645,5 55640,0 117000,0 219757,0

Variation 7,0 16,5 14,4 13,0 12,7

Source : MIDCI, 2016.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 62 ~

Au niveau de la demande extérieure, les exportations des biens et services devraient croître
au rythme annuel moyen de 10,2% aux prix courants et les importations à 8,5% durant la
période 2016-2020.

La réalisation de cet objectif nécessite la poursuite des réformes de politiques commerciales


vers une meilleure exploitation des échanges avec les pays de l’Union Européenne, les pays
arabes, les pays de l’AELE et la Turquie d’une part et vers une plus grande intégration dans
de nouveaux marchés, notamment l’Afrique et l’Amérique du Nord. Elle nécessite également
la réduction des coûts relatifs aux opérations de commerce extérieur et le renforcement de la
compétitivité des produits tunisiens en visant des niveaux de productivité plus élevés et une
meilleure adaptation aux exigences des marchés extérieurs.

L’évolution sectorielle des exportations est présentée dans le tableau 28. L’amélioration de la
contribution des exportations à la croissance exigera par ailleurs d’augmenter la valeur
ajoutée des produits exportés en misant sur les activités à haute valeur ajoutée et à fort
contenu technologique et ce aussi bien dans les secteurs traditionnels que dans les nouveaux
secteurs porteurs.

Plus précisément, il s’agit de positionner les secteurs traditionnels sur des créneaux porteurs
à plus forte valeur ajoutée en intégrant les activités en amont et en aval de la chaîne de valeur.
Ceci se traduira par un meilleur positionnement stratégique sur les chaînes de valeur
mondiales. Quant aux nouveaux secteurs porteurs, il s’agit de cibler les marchés
internationaux les plus dynamiques et pour lesquels l’offre tunisienne pourrait développer ou
disposer d’une position concurrentielle. La diversification des exportations (produits et
marché de destination) revêt pour les entrepreneurs une prise de risque que l’État réduira à
travers des mécanismes appropriés d’appui au profit des exportateurs.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 63 ~

Tableau 29. Évolution des exportations

2000 2010 2015 2020 2025

Exportations de biens
10 672 MD 31 210 MD 33 691 MD 47 086 MD 76 431 MD
et services
Exportations de biens 8 004 100% 23 519 100% 27 607 100% 37 226 100 % 62 540 100 %

Agriculture et IAA 707 8,8 % 1 879 8% 4009 14,6 % 4134 11,1 % 6780 10,8 %

Phosphates et Mines 977 12,2 % 3 313 14 % 1110 4% 2350 6,3 % 4324 7%

Énergie 716 8,9 % 2 158 9,2 % 1986 7,2 % 2028 5,5 % 3245 5,2 %

Habillement, Textile, 3 726 46,5 % 6 036 25,7 % 6003 21,7 % 7907 21,2 % 11 070 17,7 %
Cuir et Chaussures
Mécaniques,
Électriques et 1 323 16,5 % 8 070 34,3 % 11451 41,5 % 16 463 44,2 % 28 975 46,3 %
Électronique
Autres 555 7% 2063 8,8 % 3048 11 % 4344 11,7 % 8146 13 %

Source : MIDCI, 2016.

A ce stade, il est essentiel de souligner que, quel que soit le scénario retenu, la contribution
du facteur travail à la croissance économique de la prochaine décennie sera marquée par un
changement structurel majeur. En effet, le facteur travail, qui a toujours été un pilier de la
croissance en Tunisie, apparaîtra comme un élément secondaire suite à la baisse de la
croissance de la population et, par conséquent, de la population active. Cette baisse de la
population, tirant son origine de la baisse de la fécondité, est survenu brusquement à partir
de 2016 et s’accentuera progressivement les années suivantes. En effet, la population active
augmenterait d'environ 35 000 à 40 000 nouveaux actifs par an alors que les diplômés du
supérieur seront 70 000 ou plus par an.

En définitive, le futur schéma de croissance de la Tunisie sera déterminé par la productivité


globale des facteurs (PGF) et par le niveau d’investissement. En ce qui concerne le moyen
terme (2016-2025), le taux d’investissement représente le facteur le plus déterminant du
taux de croissance et de création d’emplois.

Au total, sur la période 2016-2015, le taux de croissance potentiel serait de 4,6%. La


population active potentielle croîtra à un rythme égal à 1,3% par an, ce qui permettra la
création d’environ 70 000 emplois par an, valeur en deçà de la demande additionnelle
d’emploi. Cela représenterait un rythme de création d'emplois de 15 000 par point de
croissance.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 64 ~

Durant le premier quinquennat, 2016-2020, la croissance potentielle serait de 3.7% par an,
induisant une croissance potentielle de la population active de 1.3% par an. Un rythme qui
permettrait la création de 50 000 emplois par an. Le second quinquennat connaitrait une
augmentation du rythme de la croissance potentielle du PIB qui devrait être de 5.6% par an.
Ce rythme assurerait la création d'environ 85 000 emplois par an. La création d’emplois serait
de 250 000 de 2016 à 2020 et de 425 000 de 2021 à 2025, soit sur 10 ans, une création de
675 000 emplois. Le taux de chômage moyen sur toute la période se stabiliserait à 11.1% : 12%
pour le premier quinquennat et 11% pour le second.

Tableau 30. Taux de croissance potentiel et création d’emploi en Tunisie, 2016-2025

Taux de Taux de Nombre Emplois crées Taux de


croissance croissance de d'emplois par point de chômage
global (%) l'emploi (%) crées par an croissance (%)
Rétrospective :
4.6 2.6 75 000 16 000 14
2001-2011

Scénario retenu par le Plan de Développement Économique et Social 2016-2020

2016-2020 3.7 1.3 50 000 14 000 12

2021-2025 5.6 1.3 85 000 15 000 11

2016-2025 4.6 1.3 70 000 15 000 11.1

Source : ITCEQ et Plan de développement économique et social, 2016-2020.

Par conséquent, malgré les efforts que le pays doit fournir pour revenir à un taux de croissance
proche de 5% et à un niveau de création d’emploi de plus de 80 000 par an, le niveau de
chômage ne baissera pas et demeurera supérieur à 10%. En effet, la baisse du stock du
chômage (à environ 400 000 chômeurs) sera compensée par une baisse continue de la
population active et de la population active occupée additionnelle (+ 40 000 demandes
d'emploi) et par les départs à la retraite qui sont d'environ 20 000 par an ; la population active
potentielle diminuant d'environ 600 000 personnes sur la période 2016-2025. Ainsi, la seule
manière de parvenir à une diminution du taux de chômage consiste en l’augmentation de la
population active potentielle par l’amélioration des taux d’activité par genre et, notamment,
celui des femmes.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 65 ~

Quels seraient donc les choix fondamentaux à gérer sur le moyen et le long terme au niveau
de la croissance et de l’emploi :

• Quelles sont les réformes profondes à introduire dans le domaine de l'éducation, de la


formation et du marché du travail pour s'adapter aux changements démographiques
caractérisés essentiellement par la baisse de la population active potentielle et la
population active occupée ?
• Comment voulons-nous valoriser les investissements dans le capital humain féminin
lors des dernières décennies et faire augmenter la participation des femmes dans la
population active pour atteindre 32% en 2025 et 40% en 2040 ?
• Comment peut-on réviser, à la hausse, la contribution du facteur capital à la croissance
dans les deux Plans prochains (2016-2025) ? Il est important que la contribution future
des investissements à la croissance soit un peu plus de 1.8%. Cela dépendra du niveau
d'investissement qui est aujourd'hui à son niveau historique le plus bas ?
• Comment, in fine, sortir d'un niveau de chômage structurel haut. La baisse de la
population active potentielle serait une condition historique pour le salut, moyennant
quelques conditions : création d'un nombre assez élevé d'emplois pour résorber le
stock des chômeurs et pour intégrer sur le marché du travail celles et ceux qui
s'inscrivent pour la première fois.

Incidence de la croissance future sur les indices de développement humain

Il est extrêmement difficile de projeter le niveau de développement humain futur de la Tunisie


même sur le moyen terme, 2016-2025. En effet, l'IDH est un indicateur composite qui associe
quatre indicateurs eux même synthétiques : espérance de vie à la naissance (74.8 en 2014) ;
durée attendue de la solarisation (14.6 années en 2014) ; durée moyenne de la scolarisation
(6.8 années en 2014) et RNB par habitant en dollars américain constant de 2011 (10 404
dollars par tête d'habitant en 2014). Comment tous ces indicateurs vont-ils évoluer au cours
de la prochaine décennie ?

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 66 ~

Si nous retenons l'hypothèse d'une croissance potentielle modérée comme elle a été retenue
par le Plan, les évolutions seraient les suivantes :

• Les conditions de vie, de santé publique et privé garderaient le niveau d'aujourd'hui et


s'amélioreraient légèrement permettant aux tunisiennes et aux tunisiens de gagner 4
mois d'espérance de vie pour atteindre un peu plus de 75,2 ans ;
• La durée attendue de la scolarisation dépendrait de l'amélioration du niveau de vie des
ménages et de la réussite ou pas de la réforme de l'enseignement mise en œuvre
depuis 2015. On peut s'attendre à une amélioration de la durée attendue de la
scolarisation pour arriver à 16 ans en 2025 ;
• Le RNB par habitant en dollars constant de 2011 et en PPA dépend du taux de
croissance qui sera réalisé entre 2016 et 2025. A un taux de croissance économique
potentiel moyen de 4.6% par an, on peut espérer atteindre un RNB/habitant d'environ
19 000 dollars des États-Unis en 2025 (en PPA).

En conséquence l'IDH de la Tunisie atteindrait à l’horizon 2025 les 0.8. Cette perspective est
souhaitable car moins périlleuse pour la population et pour l'économie du pays qui serait
propulsée sur la voie de l'émergence après 2025.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 67 ~

SYNTHESE DES PRINCIPAUX INDICATEURS ECONOMIQUES A L’HORIZON 2025

POUR UN MODELE DE DEVELOPPEMENT RENOUVELE : PLUS AMBITIEUX internationalement


Doubler le PIB, les exportations, le contenu technologique des exportations
Tripler le volume annuel des investissements

1-PIB en 2025 : 200 milliards de dinars contre 90 milliards en 2016


Croissance du PIB : 2016-2020 : 3,7 % 2021-2025 : 5,6 %

2- Exportations en 2025 : 76 milliards de dinars contre 34 milliards en 2016 :


Contenu technologique des exportations : 50 % en 2025 contre 25 % en 2016

3-Investissements en 2025 : 55 milliards de dinars contre 17 milliards en 2016


Sur 10 ans, le volume d’investissement sera de 336 milliards de dinars dont des investissements
publics de 118 milliards (35 %) et des investissements privés de 218 milliards (65 %). Le taux
d’investissement / PIB sera en 2025 de 27,4 % contre 19,5 % en 2016.

PLUS EQUILIBRErégionalement et socialement


Les zones de développement régional bénéficieront de 55 milliards de dinars d’investissements
publics tandis que les investissements privés dans ces régions seront de 65 milliards. Ce un
volume global d’investissements sera de 120 milliards sur 10 ans.

4- Emplois : 725 000 emplois créés en 10 ans, Taux de chômage : 11% contre 15 % en 2014
5-IDH en 2025 0, 8 contre 0,721 en 2014 incluant notamment :
Espérance de vie à la naissance en 2025 : 75,2 ans contre 74,8 en 2014 ;
Durée attendue de la solarisation : 16 ans en 2025 (14.6 années en 2014) ;
Revenu par habitant en PPA et en dollars en 2025 : 19 000 dollars contre 10 404 en 2011.

PLUS DURABLE écologiquement


6-Indépendance énergétique en 2025 : 80 % contre 57 % en 2015 et 88 % en 2010
7-Part de l’énergie renouvelable dans la production électrique : 20 % contre 1 % en 2015
8-Intensité énergétique (tep par M$ 2005 de PIB) : 173 contre 210 en 2015
9-Intensité globale d’utilisation de l’eau (1000 m3 d’eau par MDT de PIB) : 30 en 2025 contre
40 en 2012.
10-Réduction des émissions des gaz à effet de serre de 16,7 MteCO2 en 2025 (- 32% par
rapport au baseline)8.
11-Nombre d’entreprises écologiquement et socialement responsables9 en 2025 : 1000,
contre 200 en 2010.
12-Recyclage des déchets10 : 10% en 2025.

8
Objectifs du rapport NDC de la Tunisie pour l’Accord de Paris 2015.
9
Système de management environnemental ; ISO 14001 ; ISO 26000 ; ISO 50001 ; écologie industrielle ou tout
autre référentiel RSE…
10
Valorisation matière ou énergie.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 68 ~

Chapitre III. Les leviers du changement


Les leviers du changement que nous présenterons dans ce chapitre reposent sur la mise en
œuvre par l’État, en synergie avec le secteur privé, des politiques économiques volontaristes
qu’implique notre vision de la Tunisie économique en 2025.

En effet, le diagnostic précédent met en lumière, à la fois, les déséquilibres persistants et les
évolutions constatées. Notre bref historique des politiques économiques a fait ressortir les
entraves ayant empêché la matérialisation de progrès plus conséquents.

La thèse centrale qui sous-tend notre analyse est la suivante : ces entraves proviennent d’un
blocage idéologique relatif aux rôles respectifs de l’Etat et du secteur privé qui persiste
depuis quatre décennies.

Dans ce cadre, il est à noter qu’au niveau international, un nouveau consensus se dessine
quant à deux grandes idées :

1 – L’efficience du secteur privé comme moteur du développement et l’importance du


marché comme régulateur des efficiences économiques ;

2 – L’absence de lois du marché dans l’absolu et le « laisser faire » est une illusion
théorique qui n’est pratiqué nulle part en tant que politique économique.

Ces lois du marché constituent plutôt des repères desquels il convient de ne pas trop s’écarter,
mais qui, en raison de nombreuses « défaillances du marché », ne peuvent s’affranchir de la
mise en œuvre de stratégies volontaristes par l’Etat développementaliste.

A ce propos, il y a lieu de souligner que la différence entre les pays qui réussissent et ceux
qui échouent relève de leur capacité à mettre en œuvre des politiques économiques
cohérentes et concertées entre opérateurs publics et privés en vue d’atteindre des objectifs
ambitieux et inclusifs.

De telles politiques économiques volontaristes sont mises en œuvre à travers deux types
d’instruments d’intervention transversaux et sectoriels. Contrairement à certaines idées
reçues, la politique économique n’est pas qu’horizontale, elle est beaucoup plus complexe et
comporte également un grand nombre d’instruments fins, sectoriels et sous sectoriels
spécifiques.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 69 ~

Ces politiques économiques s’articulent autour de l’Initiative Nationale 4.0 :


Entreprises/Technologies/Régions/Internationalisation visant à assurer une accélération
industrielle et technologique de la Tunisie à l’horizon 2025. Cette initiative comprend
10 plans d’action répartis en 5 leviers transversaux et 5 leviers sectoriels de changement :

Leviers / Plans d’actions transversaux :

Plan d’action 1 : Les Pré-requis pour la sortie de crise ;

Plan d’action 2 : Pour un Ecosystème favorable à l’entreprenariat et à l’innovation ;

Plan d’action 3 : Le secteur financier au service de l’économie ;

Plan d’action 4 : Le plan régions : Une nouvelle vision du développement régional, des villes,
des infrastructures et de l’aménagement du territoire ;

Plan d’action 5 : Le Plan national de l’environnement pour le développement durable.

Leviers / Plans d’actions sectoriels

Plan d’action 6 : Pour une agriculture innovante, résiliente et durable ;

Plan d’action 7 : Vers la maturité industrielle à horizon 2025 ;

Plan d’action 8 : La Tunisie Plateforme Digitale en 2025 ;

Plan d’action 9 : 10 millions de touristes en 2025 ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 70 ~

Plan d’action 10 : Le Plan Energie.

III.1. Les leviers/Plans d’actions transversaux

III.1.1. Plan d’action 1 : Les 8 Pré-requis pour la sortie de crise

S’il est certain que la Tunisie traverse une crise économique et sociale de grande ampleur
nécessitant la mise en place de réformes et programmes sur le moyen et long terme, des
mesures produisant un effet significatif sur le court terme doivent également être adoptées.
En effet, aucune action de moyen et long terme ne peut être engagée sans la levée des
multiples blocages institutionnels et du système productif.

Ainsi, pour assurer une sortie de crise rapide, les pouvoirs publics sont appelés à adopter un
mode d’organisation « Task Force » et à se libérer des blocages bureaucratiques. En effet,
seuls des processus de décisions courts, des responsables publics intègres et des procédures
exceptionnelles rapides et transparentes seront à même de permettre l’obtention de
résultats tangibles à court terme tout en s’insérant dans une vision prospective.

C’est dans ce cadre que se situe notre contribution à la définition des pré-requis pour la sortie
de crise afin d’engager les réformes structurelles proposées dans la suite du rapport,
permettant de construire le scénario de sortie de crise et de pré-émergence souhaité.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 71 ~

Les pré-requis que nous présentons ci-après ne sont pas un plan d’action prêt à l’emploi mais
un guide qui, pour être mis en œuvre, a besoin d’être décliné en vraies fiches d’actions
détaillées pour chacun des 8 pré-requis préconisés ci-après :

1. Rétablir l’autorité de l’État et son fonctionnement en rétablissant la confiance et le


fonctionnement normal de l’Administration et des institutions aux niveaux national,
régional et local tout en imposant le strict respect des lois ;

2. Assurer la sécurité des citoyens, des systèmes productifs et logistiques, en tant que
le préalable essentiel à la relance économique ;

3. Lever les entraves qui font obstacle au développement des entreprises. La première
de ces entraves est le non-respect des règles de la concurrence et ce en particulier
par le développement démesuré de l’économie parallèle qui annihile l’existence de
toute entreprise transparente ;

4. Engager une action vigoureuse de lutte contre la corruption en veillant à la stricte


application des lois et de la lutte contre la contrebande, les réseaux organisés
d’importations illégales, les installations anarchiques, etc.

5. Assainir le climat social en accord avec les Partis, les organisations syndicales et la
société civile ;

6. Instaurer une véritable et entière dynamique de réconciliation nationale, comme


condition essentielle pour rétablir la confiance envers les compétences nationales de
l’Administration et du secteur privé dont la mobilisation est indispensable pour la
sortie de crise ;

7. Adopter une gestion rigoureuse des dépenses publiques afin de maîtriser les déficits
avec notamment la rationalisation de la masse salaire publique, la réduction du train
de vie de l’État, mettre fin aux indemnités, type « programme Amel» qui découragent
le travail productif par effet d’éviction, etc. Il sera possible d’alléger le déficit public et
d’engager le processus de sa réduction à 3% du PIB à l’horizon 2020 et de limitation
des subventions aux hydrocarbures à 1%. Ainsi la masse salariale de l’administration

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 72 ~

pourra être ramenée à 11% du PIB à l’horizon 2020 (contre près de 14 % en 2016 et
11% en 2010) ;

8. Prendre les mesures rigoureuses pour une reprise rapide du secteur pétrolier et du
secteur des phosphates.

Il s’agira donc, dès 2017, de s’attaquer d’urgence à la mise en œuvre de ces 8 pré-requis afin
de pouvoir engager la sortie de crise et la mise en œuvre des réformes structurelles et des
politiques économiques volontaristes qu’implique la vision que nous avons proposée.

III.1.2. Plan d’action 2 : Un écosystème favorable à l’entreprenariat et à


l’innovation

Assurer un écosystème favorable à l’entreprenariat et à l’innovation revêt une importance


cruciale dans notre démarche. En effet, la force de la Tunisie réside dans l’existence de
milliers d’entrepreneurs de niveau international ayant une connaissance approfondie des
marchés mondiaux, des technologies, etc. Notre principale richesse, c’est nos entreprises et
nos entrepreneurs confirmés ou en gestation. Tout doit donc être fait pour leur assurer un
écosystème favorable.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 73 ~

Le premier élément fondamental pour un tel écosystème est la confiance dans


l’environnement institutionnel, dans la stabilité des règles du jeu et de leur application.

D’autre part, il s’agit, pour tout responsable public, de faire en sorte que le chef d’entreprise
consacre le minimum de temps aux démarches administratives et le maximum de temps à son
entreprise.

A cette fin, une réforme profonde du mode de gestion des administrations est indispensable :
pour libérer les initiatives entrepreneuriales, il faut des administrations et des institutions
d’appui fortes et compétentes. Cette réforme de l'administration devra être axée sur la
modernisation de la fonction publique et le développement des compétences.

Le deuxième élément de l’écosystème a trait au cadre institutionnel, notamment au code


des investissements.

Dans ce cadre, suite à l’adoption fin 2016 d’un nouveau code n’ayant pas bénéficié de
l’adhésion de toutes les parties, il convient de commencer par veiller à ce que sa mise en
œuvre, et en particulier des articles les plus controversés dont les libellés prêtent à diverses
interprétations, se réalise de la manière la plus raisonnable et la plus efficace possible.

En outre, à ce jour les textes d’application et la loi qui concerne les incitations financières,
curieusement évincée du code, n’ont pas été publiés. Aussi, est-il primordial de veiller à ce
que ces textes assurent les conditions d’une accélération des investissements à l’exportation
dans les créneaux porteurs, à haute valeur ajoutée et dans les régions.

De ce fait, les incitations et les avantages qui seront définis dans ces textes devront se faire
dans les directions suivantes :

- Maintenir la politique d’éxonération fiscale totale de l’exportation comme proposé par


l’actuel gouvernement dans le projet de loi de finance 2017 ; cette proposition part du
constat selon lequel l’imposition à 10% instaurée en 2014 a eu un effet budgétaire
négligeable mais des implications extrêmement néfastes venant s’ajouter à la faible
attractivité du site Tunisie en ce moment ;
- Renforcer la politique d’encouragement du développement régional ;
- Octroyer des avantages spécifiques aux projets innovants et à fort contenu
technologique ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 74 ~

- Attribuer des encouragements spécifiques à l’activité de promotion immobilière


industrielle dans les zones de développement régional et aux Technopôles ;
- Consolider les avantages accordés aux nouveaux promoteurs et aux petites et moyennes
entreprises.

Troisième élément de l’écosystème, le coaching et l’accompagnement des promoteurs est


déterminant dans la survie des Startups et le développement des entreprises.

Face à un promoteur motivé et compétent dans son domaine, la question qui se pose consiste
à déterminer les conditions et pré-requis nécessaires à la mise en œuvre et au succès de son
projet. La réponse réside dans le travail quotidien des structures d’appui. En effet, conscients
que les lois du marché seules ne peuvent pas apporter de solution satisfaisante à cette
interrogation, tous les pays du monde ont mis en place un système national d'appui à la
création d'entreprises avec des degrés de réussites variables selon les Etats.

En Tunisie, le système national d'appui à la création d'entreprises comporte un grand nombre


de structures publiques et privées réparties sur tous les Gouvernorats de la République : L’API,
et ses 21 guichets uniques, 30 Pépinières d'entreprises, l’APIA, FIPA, l’ANETI, les 24 Centres
d'affaires, les ONG, le système bancaire, les SICAR, les institutions de micro-crédit, etc.
Contrairement à ce que l’on peut penser, ce n’est pas cette multiplicité qui est à l’origine du
problème ; en Rhône Alpes par exemple, il existe 66 structures d’appui à la création
d’entreprise. En réalité, la difficulté concerne plutôt leurs modes de gestion et les synergies.

Ces structures apportent une assistance et un encadrement à des milliers de porteurs d’idées
par an, et ce, à différents niveaux : cycle de formation à l’entreprenariat, coaching,
hébergement en pépinière, guichet unique, financements, etc. Chacune de ces prestations
comportent des atouts mais aussi des lacunes portant notamment sur le coaching, les
formalités administratives et les financements en capital et en crédit.

Il y a donc lieu de procéder à une profonde réforme de leur mode de gestion afin qu’elles
puissent disposer des compétences et des modes de fonctionnement adéquats.

Le quatrième élément de l’écosystème concerne la relance de l’investissement public et


privé par la mise en œuvre d’un programme national de création et de développement de
l’entreprise comprenant des mesures ciblées et contractuelles, un programme de
restructuration financière pour les entreprises en difficultés financières passagères, le

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 75 ~

lancement de projets en PPP (partenariats Public/Privé) et la promotion de l’essaimage à


partir des grandes entreprises comme outil efficace permettant l’externalisation d’activités
publiques au profit de nouveaux promoteurs.

Le cinquième élément de l’écosystème : l’accès au financement, déterminant notamment


pour les promoteurs de start-up et de PME, éléments clés de l’écosystème entrepreneurial.

Il est en effet nécessaire d’écarter l’idée selon laquelle le problème ne réside pas dans le
financement mais plutôt dans la rareté des projets identifiés et que, par conséquent, s’il y
avait de bons projets et de bons promoteurs, les banques financeraient. En effet, l’expérience
montre qu’il existe dans toutes les régions de la Tunisie des centaines de jeunes porteurs de
bons projets qui demeurent bloqués en raison des difficultés d’accès au financement en
capital et en crédits.

D’où l’impérieuse nécessité d’une profonde réforme du système financier et ce, à travers le
traitement de ses trois lacunes majeures : le financement des PME, celui des régions et celui
de l’innovation.

Dans ce cadre, outre la réforme du système financier dans son ensemble (voir plan d’action 3
ci-après) visant à pallier à ces trois lacunes en vue d’y assurer une plus grande réactivité,
l’introduction de nouveaux instruments et d’institutions de financement ainsi que
l’assainissement des banques publiques, les actions suivantes sont à engager de manière
prioritaire :

• La mise en place effective et rapide de la Banque des Régions et des PME (BRPME) dont la
création a été décidée en 2015 par la transformation et le renforcement de la BFPME en
s’inspirant des expériences internationales réussies dans ce domaine (KFW en Allemagne, BPI
en France, etc.). Elle devra disposer de compétences de haut niveau dans toutes les régions
et de lignes de crédits, de participation, de garantie et d’intervention. La BRPME, plus qu’une
simple institution financière, devra agir comme un véritable catalyseur dans le but de fédérer
le réseau des institutions d’appui aux PME et de constituer une banque de proximité capable
de répondre aux besoins des promoteurs à tous les stades d’un projet (étude, coaching,
amorçage, capital, crédit, etc.) ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 76 ~

• L’impulsion de la Caisse de Dépôt et Consignation (CDC) qui doit jouer un rôle moteur
comme actionnaire de référence dans la BRPME, dans les grands projets structurants et un
rôle de fonds pour dynamiser le secteur du capital risque, de l’amorçage, etc.

• La mise en place d’un véritable système de crédit agricole, secteur qui fait l’objet dans un
grand nombre de pays de mécanismes et d’institutions de financement adaptés, inexistants
en Tunisie ;

• La réforme en profondeur de l’ensemble du système de capital risque pour favoriser le


financement de la PME et des projets innovants ;

• Le développement du microcrédit et du financement des projets initiés par les jeunes et de


l’entrepreneuriat familial ;

• Le développement de la finance mutualiste spécialisée dans l’octroi de crédits au secteur de


l’économie sociale et solidaire.

Le sixième élément de l’écosystème concerne les mécanismes de promotion et de


financement du développement technologique, de la recherche et de l’innovation dans le
but de favoriser le passage d’une croissance par la compétitivité à une croissance par
l’innovation, seule option stratégique pour résoudre radicalement la problématique du
chômage par la transformation de la structure de l’économie vers une économie sophistiquée,
offrant des activités à haute valeur ajoutée.

Dans ce cadre, les études sectorielles réalisées ont mis en évidence les lacunes technologiques
à combler dans notre tissu économique. Ces études ont fait ressortir, à partir d’une analyse
multicritère intégrant notre positionnement international, une liste d’une vingtaine de
technologies clefs à maîtriser dans les domaines suivants : agriculture biologique,
biotechnologies, TIC, mécatronique, composants électroniques, textiles techniques,
matériaux Composites, biotechnologies, etc. Il convient de signaler que toutes les
technologies clefs sont des domaines non énergivores.

Or, l'État dispose dans ce domaine d’un grand nombre d’institutions de recherche, de
technopôles et de divers mécanismes de financement de l’innovation, de la recherche et du
développement technologique qu’il y a lieu d’activer significativement.

Enfin, le septième élément de l’écosystème a trait à l’adéquation de la formation et de la


recherche aux besoins de l’entreprise
Les fondements de la croissance et du développement économique ITES
~ 77 ~

La Tunisie tire avantage aujourd’hui des investissements effectués au fil des ans dans
l’éducation et la formation auxquelles elle alloue plus de 7.5 % de son PIB. Cet effort est illustré
par l’évolution rapide du nombre d’étudiants en Tunisie qui a atteint 380.000, soit près de 4%
du total de la population.

Néanmoins, des déficiences graves sont constatées en termes de qualité de l’enseignement


et des écarts importants signalés en termes d’adéquation de la formation, d’enseignement et
de recherche et ce, notamment mais pas uniquement, en matière de formation d’ingénieurs,
de cadres techniques et techniciens supérieurs.

Une nouvelle orientation est à insuffler à notre système de formation, d’enseignement et


de recherche pour assurer son adéquation aux besoins des entreprises.

Cette nouvelle orientation va permettre de porter le taux d'encadrement moyen dans les
entreprises à plus de 25 % à l’horizon 2025 et le nombre d’emplois créés, à termes, au profit
des diplômés de l’enseignement supérieur à plus de 50.000 emplois par an.

Elle devrait se matérialiser par des réformes profondes aux niveaux de la formation
professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche.

III.1.3. Plan d’action 3 : Un secteur financier au service de l’économie

Le secteur financier regroupe l’ensemble des activités de Banque, d’Assurances, de micro-


finance, de Capital investissement et de Gestion d’Actifs. Le secteur se compose aujourd’hui
de :

- 40 banques et établissements financiers gérant environ 78,2 Mds de dinars d’actifs avec un
effectif global de 21,5 mille personnes environ, se déclinant comme suit :
o 23 banques « universelles » (74,6Mds de dinars d’actifs) ;
o 7 banques off-shore;
o 8 sociétés de leasing (3,2 Mds de dinars d’actifs) ;
o 2 sociétés de factoring.
- 29 sociétés opérant dans le secteur des assurances dont 22 compagnies d’assurances, une
société de réassurance et 6 compagnies off-shore. Le secteur des assurances a recours à
1121 intermédiaires et agents ;
- 6 institutions de micro-finance gérant environ 300 millions de dinars d’actifs ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 78 ~

- 23 sociétés d’intermédiation en bourse gérant un volume annuel des transactions


d’environ 5,2 Mds de dinars ;
- 126 sociétés et véhicules d’investissement dans le marché boursier et marché des capitaux
gérant 4,5 Mds de dinars d’actifs ;
- Une centaine de sociétés et véhicules d’investissement dans les entreprises de toutes
sortes en Tunisie (55% de SICAR, 40% de FCPR et 5% de fonds d’amorçages).

Le secteur financier, dans sa globalité, occupe une place non négligeable dans l’économie. Les
services financiers contribuent à hauteur de 4,2% environ dans le PIB durant la période 2006-
2010 et 4% durant la période 2011-2015.

Tous les observateurs avertis du monde de l’économie considèrent que notre secteur financier
est en retard en termes de maturité et de compétitivité à l’international par rapport aux autres
secteurs de l’économie tunisienne. Bien plus, la situation du secteur financier est souvent la
raison invoquée par les agences de notation et les organismes de financement internationaux
pour déprécier leur jugement sur les niveaux de risque et de compétitivité de l’économie
tunisienne.

Cela implique une revue en profondeur du cadre réglementaire et institutionnel de la sphère


financière dans son ensemble mais aussi la fixation de nouvelles ambitions à l’horizon de
2025. Ainsi, l’objectif consiste à élever le secteur financier au même niveau de maturité que

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 79 ~

les autres secteurs de l’économie nationale, et peut être à terme, d’ériger Tunis en une place
financière régionale contribuant directement à porter l’économie à un nouveau palier de
sophistication et de compétitivité.

A. Eléments de diagnostic
Le Secteur Financier souffre de plusieurs problèmes pour l’essentiel structurels. Les plus
importants sont les suivants :

i) La qualité des services bancaires, le niveau de sophistication et le rythme


d’innovation des produits proposés sont très en deçà des standards des pays
matures et des pays à niveau de développement et ambitions équivalents. La
plupart des banques concentrent quasi exclusivement leurs activités sur
l’intermédiation bancaire (crédits) alors que les services de conseil, de placement
et de marché restent dans l’ensemble relativement marginaux. Le secteur bancaire
est, d’une certaine façon, en retard par rapport aux autres secteurs de l’économie
comme certaines filières de l’industrie, les services de technologie de l’information
et les services de conseil et d’ingénierie où les entreprises sont fortement
compétitives sur le plan régional et même global.

Même sur l’activité de crédit, les besoins des entreprises et de l’économie restent
insuffisamment couverts. Par exemple, les petites entreprises (moins de 50
employés) et les micro-entreprises (moins de 5 employés) qui représentent 2/3 de
la production et 2/3 des emplois dans le secteur privé ne bénéficient que de 15%
des concours bancaires alloués aux entreprises du secteur privé en raison du
manque d’intérêt des banques et de l’inexistence de produits et services adaptés
aux besoins de ces entreprises ;

ii) Avec 23 banques, le secteur bancaire est très fragmenté. La plus grande banque
détient 14% des parts de marché. 13 banques sur les 23 ont une part de marché
inférieure à 5% et 9 banques ont une part de marché inférieure à 1%. Quasiment
toutes les banques adoptent le modèle de la banque généraliste se copiant les unes
les autres, aboutissant à une concurrence non productive pour le marché et les
clients. Il en est de même aussi pour les activités d’intermédiation en bourse ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 80 ~

iii) Les niveaux de fonds propres des banques sont très faibles, ce qui traduit la fragilité
des banques par rapport aux aléas du marché et réduit leurs capacités d’actions.
La moyenne des fonds propres dans le secteur bancaire est de 282 millions de DT
et les fonds propres de la plus grande banque s’élève à 700 millions de DT, soit 0,3
milliards de US$. Pour comparer avec les pays de la région, les fonds propres de la
plus grande banque s’élèvent à 3,7 milliards de US$ au Maroc, 1,8 milliards de US$
en Algérie et 2,5 milliards de US$ en Egypte.

Ce niveau de fonds propres constitue un handicap pour permettre aux banques de


répondre aux besoins des grands groupes en matière de financement. Elles ne
peuvent pas non plus envisager des implantations à l’étranger pour pouvoir
accompagner efficacement leurs clients dans leurs stratégies de développement à
l’international ;

iv) La taille des banques implique que les projets de réforme internes d’envergure
(transformation organisationnelle, systèmes d’information, recrutement de
compétences pointues, etc.) pour la sophistication et l’amélioration de la qualité
des services ainsi que les réformes nécessaires à la bonne gouvernance (règles de
Bâle) ne se réalisent pas (en raison de l’importance des couts induits) ou se
réalisent avec beaucoup de retard, mettant les banques en décalage chronique
avec leurs semblables.

B. Vision à l’horizon 2025

Il est concevable de construire deux visions. Celles-ci sont fonction de l’ambition donné au
secteur financier et à son positionnement par rapport aux autres secteurs de l’économie, mais
également de la capacité réelle d’insuffler le changement au cours des années à venir :

- Une vision traduisant une ambition modérée consistant à avoir le système financier en
ligne avec le niveau de maturité et les besoins des autres secteurs de l’économie
nationale à horizon 2025 ;

- Une vision à forte ambition consistant non seulement à hisser le secteur financier en
ligne avec le niveau de maturité des autres secteurs de l’économie nationale à l’horizon
2025 mais également à l’ériger en moteur tirant les autres secteurs de l’économie vers
le haut.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 81 ~

C. Priorités / Initiatives Stratégiques

Les priorités et initiatives stratégiques s’articulent autour de 4 axes principaux :

1. Améliorer le Cadre réglementaire et institutionnel du Secteur Financier

1.1- Accélérer le mouvement de convergence avec les standards internationaux

Parmi l’ensemble des composantes du secteur financier, c’est le secteur bancaire qui a besoin
du plus d’action ; il apparaît comme la vitrine de toute l’économie. Malgré la restructuration
de capital des banques publiques, ce secteur continue à être mal apprécié par les observateurs
internationaux. En effet, son atomicité, le gap par rapport aux standards internationaux, le
poids de l‘Etat dans le secteur et celui des créances accrochées dans le portefeuille des
banques, lui sont reprochés.

Pour changer de façon radicale la donne de la perception du secteur financier, il est impératif
d’enclencher un mouvement de convergence effectif vers les standards internationaux : au
niveau des règles prudentielles en adoptant le dispositif de Bâle III, des règles de
communication financière en adoptant le référentiel IFRS et en s’inspirant de la directive
européenne solvabilité 2 pour les compagnies d’assurance.

Cette convergence doit être suivie par des transformations majeures au sein des institutions
financières sur la voie de la modernité et de la sophistication de leurs services et de leurs
outils.

1.2- Ajuster le modèle de gouvernance des acteurs publics


Pas moins de quatre (4) organismes jouent séparément le rôle de régulateur des institutions
du secteur financier : la BCT qui supervise les banques et établissements financiers, le CGA qui
supervise les sociétés d’assurances, le CMF qui supervise les sociétés cotées sur le marché
financier et les sociétés d’investissement et plus récemment le Ministère des Finances qui
supervise les institutions de micro-finance. De plus, la BCT cumule les fonctions de
gestionnaire de la stabilité des prix et de la stabilité financière (qui reste son rôle fondamental)
d’une part, et de supervision et de régulation des banques et établissements financiers d’autre
part.

Ce modèle a montré plusieurs limites : il consacre la « compartimentalisation » des activités


financières, l’inconsistance des traitements, la diversité des régulateurs auxquels une
Les fondements de la croissance et du développement économique ITES
~ 82 ~

entreprise a affaire (une même entreprise se trouve souvent aux prises avec deux
régulateurs). De plus, la confusion de deux rôles contradictoires au sein de la BCT a montré
par le passé des positions de supervision bancaire inconstantes en raison des impératifs de
notation du risque souverain.

Une revue en profondeur de ce modèle devrait être considérée dans la perspective de la


consolidation des organismes de régulation et de supervision couplée d’une sortie de la
supervision bancaire de la BCT.

1.3- Améliorer le cadre institutionnel des Banques et des établissements financiers


La nouvelle loi du 11 juillet 2016 a apporté plusieurs améliorations au périmètre de l’activité
des banques et établissements financiers, notamment à travers l’intégration de la finance
islamique et la réglementation des établissements de paiement. Néanmoins, plusieurs
restrictions d’activités et obstacles au développement des institutions financières restent en
vigueur.

Le cadre institutionnel et réglementaire doit libérer les énergies et consacrer le principe selon
lequel une institution financière, et à plus forte raison une Banque, doit pouvoir réaliser, en
fonction de la stratégie qui lui est propre, une partie ou la totalité des activités autorisées et
définir le modèle d’affaires qui lui est propre sans restrictions réglementaires préalables ou
complications sous forme de montages juridiques inutiles, à l’instar de ce qui se pratique dans
les réglementations des pays similaires.

En particulier, les activités de services devraient pouvoir être étendues à l’ensemble des
activités de conseil, de gestion de patrimoine, de placements et d’activités de marché sans
restriction aucune ni autorisation ou agrément préalable tant que ces activités sont exercées
pour le compte de la clientèle. Les marges d’intermédiation bancaire sont en voie de
contraction et il est nécessaire de libérer les services autant que faire se peut pour stimuler
les relais de croissance à travers les commissions sur les services et les produits de placements.

Il ne faut pas perdre de vue que le cadre institutionnel et réglementaire doit en même temps
insuffler un air de consolidation du secteur en faisant émerger de grandes institutions
financières (ie- Banques) capables de répondre de façon large aux besoins du marché et d’être
plus compétitives à l’échelle régionale et internationale.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 83 ~

2. Rehausser la Qualité des Services financiers et améliorer la productivité

2.1- Provoquer la consolidation du secteur et favoriser l’émergence d’acteurs de taille


critique
Le diagnostic révèle que le marché bancaire, celui des assurances et d’intermédiation en
bourse sont fragmentés et que la taille des opérateurs et leurs niveaux de fonds propres sont
insuffisants pour tirer profit de l’économie d’échelle, innover en matière de produits et de
qualité de services ou envisager des opérations de croissance d’envergure.

Il est impératif de favoriser l’émergence d’acteurs de taille critique, intégrant l’ensemble de la


chaîne de valeurs des services financiers, pour aboutir à des ensembles bien plus réduits et au
sein desquels une concurrence plus saine, plus vive et certainement plus productive peut
s’installer. Ils seront certainement plus solides financièrement et d’une taille les autorisant à
conduire des projets internes structurants et à mettre en œuvre des stratégies de
développement à l’international.

Pour ce faire, il convient d’encourager, voire même de provoquer, un mouvement de


restructuration et de consolidation (fusions, acquisitions, privatisations) conséquent.

2.2- Désengager l’Etat du Secteur bancaire


L’Etat est aujourd’hui présent dans 10 banques parmi les 23 banques « universelles »
existantes totalisant une part de marché d’environ 40%. Il contrôle directement 6 banques
parmi lesquelles 2 banques se situant dans le Top 5 du marché. Il n’est pas possible dans ces
conditions d’imaginer une concurrence saine et créative sur le marché alors que l’Etat est à la
fois acteur important sur le marché et régulateur du secteur. La forte présence de l’Etat dans
le secteur est une des raisons de dépréciation du secteur évoquée par les agences de
notation et les organismes de financement internationaux.

Le désengagement de l’Etat du secteur bancaire constitue, sans doute, un levier important


pour la consolidation du secteur, l’émergence d’acteurs de taille critique et la dynamisation
du marché des services financiers dans son ensemble. A horizon 2025, la part du secteur public
dans le marché bancaire devrait se situer à moins de 15% environ.

2.3- Réinventer le modèle de compression du taux des créances accrochées


Le taux des créances accrochées se situerait fin 2016 à environ 16% alors que celui des pays
émergents performants est de moins 5%. En se projetant dans le futur, il est impératif de se

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 84 ~

fixer l’objectif de le ramener à 10% à l’horizon 2020 et 4% à l’horizon 2025. Pour ce faire, il
convient d’agir à deux niveaux :

- Le premier est celui d’une revue en profondeur du dispositif législatif régissant le


recouvrement des créances par les banques et établissements financiers (dont
notamment la loi 95 relative aux entreprises en difficulté) dans la perspective
d’une accélération du processus de recouvrement ;
- Le deuxième est la réinvention du modèle des sociétés de recouvrement des
créances (en faisant l’évaluation de l’expérience de plus de 15 ans), notamment
en favorisant l’activation d’un marché de transactions des créances en souffrance
amenant les banques et établissements financiers à s’en défaire plus rapidement
et en créant des véhicules non contrôlés par les banques individuellement et
dédiés au recouvrement des créances.
2.4- Mettre à niveau le secteur des assurances
Le secteur des assurances contribue de façon forte au développement et à la croissance
économique à la fois en réduisant l’incertitude, la volatilité et l’impact des crises aux plans
micro et macro économiques. Le secteur souffre d’une disparité dans le respect des règles
prudentielles tirant vers le bas l’ensemble du secteur, d’une qualité de services insuffisante et
d’une marginalisation de ce secteur dans son ensemble.

Une mise à niveau du secteur des assurances est nécessaire afin de s’ériger en véritable
vecteur de dynamisation de la croissance économique. Cette mise à niveau inclut notamment
l’application stricte des règles prudentielles sectorielles (impliquant notamment un
mouvement de consolidation dans le secteur), la libéralisation de la tarification (notamment
de la branche automobile) et l’amélioration de la qualité de services (modalités de prise en
charge et délais d’indemnisation).

3. Explorer de nouveaux relais de croissance

3.1- Faciliter le développement régional/ international des institutions financières


Il est clair que le développement des institutions financières à l’étranger produit un effet
d’entrainement conséquent sur les autres secteurs de l’économie et véhicule une forte image
sur le pays dans son ensemble. Ultimement, les institutions financières doivent pouvoir
s’implanter à l’étranger par la création de joint-ventures ou de filiales et exercer pleinement

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 85 ~

leurs activités à l’adresse de l’ensemble des marchés dans lesquels elles choisissent de
s’établir.

L’Afrique constitue sans doute une grande opportunité. L’ambition pour 2025 est d’avoir au
moins deux (2) institutions financières présentes sur les principaux marchés africains et
compter parmi les acteurs régionaux de référence. Pour ce faire, il convient de mettre en place
un mécanisme incitatif et des outils appropriés de couverture en garantie (par l’Etat) facilitant
la prise de participations dans des sociétés établies à l’étranger, en dehors des limitations
réglementaires applicables.

Dans l’immédiat ou à court terme, il est indispensable de permettre aux institutions


financières d’accompagner leurs clients tunisiens dans leurs stratégies de développement à
l’international sans restriction et de leur permettre d’intervenir sur des opérations à
l’étranger, notamment pour financer les filiales d’entreprises tunisiennes à l’étranger, sans
autorisation préalable et de couvrir, par l’assurance, les opérations à l’étranger et
l’investissement « hors Tunisie ».

3.2- Mobiliser l’épargne longue sous forme d’assurance vie


L’assurance vie constitue un des relais de croissance les plus importants de l’épargne longue.
Le niveau de pénétration de l’assurance et la part de l’assurance vie restent très faibles en
comparaison avec les pays matures mais aussi aux pays à niveau de développement et à
ambitions équivalents à la Tunisie. La marge de progression reste importante et il convient
d’activer les leviers appropriés (notamment fiscal) pour rattraper le gap.

3.3- Développer l’activité des fonds d’investissement à l’international


Le développement de l’activité de fonds d’investissements constitue un moyen de choix pour
accroître les ressources de financement des entreprises et notamment les PME incluant la
création de projets.

La création du CDC et de l’écosystème qu’il y aurait autour constitue une excellente initiative
pour enclencher un cercle vertueux permettant d’augmenter la taille des actifs gérés et
apporter plus de ressources stables et une présence institutionnelle aux PME. L’enjeu présent
est de réussir l’opérationnalisation du dispositif par la mise en place d’équipes
professionnelles de haut niveau, pour espérer avoir au cours des années à venir les retombées

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 86 ~

sur la création et le développement des PME d’une part et la sophistication de l’écosystème


de l’entrepreneuriat en Tunisie.

Le développement de l’activité de fonds d’investissements constitue aussi une excellente


opportunité pour héberger différents acteurs ayant une vocation d’intervention aux niveaux
régional, continental ou international. Pour ce faire, il convient de mettre en place un cadre
réglementaire propice à l’implantation de fonds d’investissements à l’international et de
holdings off-shore. La Tunisie dispose d’atouts sérieux pour concurrencer plusieurs sites en
méditerranée (Chypre et Turquie notamment) et en Afrique (Iles Maurice notamment).

Les gestionnaires de ces fonds, même s’ils peuvent ne pas intégrer la Tunisie dans leur
politique d’investissement souhaitant uniquement y incorporer leurs fonds, pourront au fil du
temps choisir d’investir une fraction des ressources levées en Tunisie.

Par ailleurs, les effets induits de l’existence de ces fonds en Tunisie en termes d’image, de
profil d’emplois et en termes de courant d’affaires pour les cabinets de services professionnels
sont significatifs.

3.4- Promouvoir des plateformes d’off-shoring dans les Services financiers


La tendance d’externalisation de certaines activités des établissements du secteur financier
(télémarketing bancaire, comptabilité, analyse financière, traitements back office, etc.)
constitue une véritable opportunité pour la Tunisie.

Pour exploiter de telles opportunités et donner aussi plus de clarté, de consistance et de


cohérence aux choix qui seront opérés, il convient de conduire un benchmarking avec les
destinations phares de l’off-shoring dans les services financiers, d’identifier l’univers des
métiers cibles et d’arrêter une stratégie de ciblage des prospects et un plan d’actions sur la
période 2016-2025.

Pour accroitre les chances de succès de cette stratégie, il convient de confier la charge de suivi
et d’accompagnement de ce plan d’actions à une structure à créer impliquant l’ensemble des
institutions financières (banques, assurances, Sociétés de bourse et de conseil, sociétés et
fonds d’investissement, marché financier, …) avec la participation des représentants de
l’administration.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 87 ~

4. Préparer les pré-requis

4.1- Préparer les compétences par une formation appropriée


Il est un fait que le profil et les qualifications des diplômés de l’enseignement supérieur sont
largement en deçà des besoins des opérateurs du secteur financier et notamment pour
certaines activités pointues. Le développement du secteur financier (amélioration de la
qualité, sophistication de l’offre, développement des activités, off-shoring, etc.) doit s’appuyer
sur la mise en œuvre d’un système efficace de préparation des compétences nécessaires.

A cet effet, il convient d’impliquer l’ensemble des institutions financières (banques,


assurances, Sociétés et fonds d’investissement, Marché financier) pour :

- Entreprendre des programmes de partenariat Organisations professionnelles /


Universités portant notamment sur la création de cursus d’enseignement dédiés à
certaines activités ou fonctions et la création de masters ou DESS spécialisés au
sein desquels les professionnels participent activement à travers l’enseignement
et les stages ;
- Lancer des programmes de formation des diplômés du supérieur dans le cadre de
programmes type MBA et Executive MBA avec focus sur les langues anglaise et
française ;
- Développer la culture de la mobilité internationale notamment à travers
l’intégration, dans le cursus de formation, de l’enseignement des autres pays et
cultures et la multiplication des stages et échanges avec l’étranger.

4.2- S’ouvrir sur les compétences étrangères


Le développement de l’off-shoring des services financiers passe incontestablement par une
revue en profondeur de nos législations et de nos comportements à l’égard de l’établissement
des étrangers désirant travailler en Tunisie.

En substance, il est important de faciliter le travail des étrangers en donnant la possibilité de


recrutements d’étrangers pour les sociétés totalement exportatrices et pour les sociétés non-
totalement exportatrices et de faciliter leur résidence en Tunisie (résolution des questions
pratiques qui se posent, accès à la propriété, etc.).

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 88 ~

4.3- Déployer un plan de communication


Comparée à des pays équivalents, la Tunisie accuse un retard important en matière de
visibilité et de communication au niveau international. Les capacités économiques de notre
pays en général et spécifiquement celles du secteur des services financiers restent assez peu
connues sur la scène internationale.

La vision de l’économie tunisienne à horizon 2025, dont celle du secteur financier, doit faire
l’objet d’un plan de communication approprié, géré de façon professionnelle pour opérer
efficacement les changements escomptés. Ce plan s’adresse d’abord en interne aux acteurs
économiques et à l’ensemble des parties prenantes et en externe à l’univers des affaires et de
la finance, aux prospects et aux compétences tunisiennes résidant à l’étranger.

III.1.4 Plan d’action 4 : Le plan régions pour une nouvelle vision du


développement régional, des villes, des infrastructures et de
l’aménagement du territoire

Les régions intérieures du pays ont décroché par rapport aux régions du littoral Est. Mais elles
s'étalent sur plus de 85% du territoire et abritent plus du tiers de la population. Elles
constituent donc une chance pour la croissance et pour le développement du pays. Dans les
dix prochaines années, toute œuvre de développement doit s’opérer dans le but d’extraire les
régions de leur dépression économique et permettre à leurs populations d'avoir les mêmes
chances que le reste de la population du pays. In fine, les territoires des régions intérieures
devraient être aménagés pour permettre l'éclosion de villes et de métropoles motrices qui
auraient pour objectif d'intégrer les campagnes et les territoires régionaux à la nation et au
monde.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 89 ~

A. Vue rétrospective et diagnostic


Tous les indicateurs de l'activité, du chômage, de la pauvreté et du développement humain
sont faibles dans les 14 gouvernorats de l'intérieur (C.F. Diagnostic). Les politiques
néolibérales des années 1990 et 2000 n'ont pas corrigé ce déséquilibre régional, voire l'ont
creusé. Paradoxalement, et en termes d'investissements publics dans les régions, l'État n'a
pas failli. Ce sont les investissements privés dans les secteurs productifs les plus porteurs
qui ont déserté les régions. En réalité, les politiques publiques sont responsables de la
faiblesse des investissements privés dans les régions puisqu'elles ont encouragé plutôt les
investissements sociaux de rattrapage et non ceux qui devraient créer les conditions les plus
à même d’attirer et de pérenniser les entreprises dans les régions intérieures. Il a été suggéré
dans le diagnostic le retour aux investissements publics dans les régions non pas sous la forme
de création d'entreprises publiques mais plutôt sous la forme d'infrastructures de transport,
de communication, de technologie et de logistique pour créer l'environnement adéquat à la
création d'entreprises économiques.

Apparemment, ces infrastructures ne seraient pas efficientes sans une vision plus claire en
termes d'aménagement du territoire. En effet, et pour des raisons économiques évidentes, il
n'est pas permis aujourd'hui de disperser les moyens financiers et humains sur tout le
territoire des régions intérieures. Il est au contraire vivement recommandé de concentrer les

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 90 ~

efforts d'équipements en infrastructures et en logistique sur les nœuds, les points,


finalement les villes les plus importantes en termes de taille démographique et
économiques. Celles-ci devraient, par la suite, polariser à leur tour les villes qui se trouvent
en bas de l'échelle de l'armature urbaine régionale.

B. Vision prospective
Notre nouvelle vision pour les régions est fondée sur une refonte de l’aménagement du
territoire et un redéploiement géostratégique de notre positionnement dans le monde.

La vision pour nos régions à l'horizon 2025 se résume ainsi : toutes les régions seront
interconnectées et contribueront activement à l’insertion de la Tunisie dans l’économie
mondiale. Cette insertion donnerait aux régions intérieures la possibilité d'attirer les
entreprises tant nationales qu'internationales et de contribuer à la diversification de leur base
productive. Les régions seront une chance supplémentaire pour la croissance et le
développement du pays et non une charge.

Afin de concrétiser cette vision, il faut que certaines conditions cadres soient réunies :

1.Rétablir la sécurité et la paix civile sur tout le territoire ;

2.La confirmation d'une approche étatique volontariste vis-à-vis du développement


régional ;

3.Un changement de paradigme au niveau de l'aménagement du territoire : encourager


une métropolisation littorale efficiente et concentrer les efforts de développement dans
les régions sur des "métropoles d'équilibres", se limitant à dix villes.

Cette vision pourrait être concrétisée par l'initiation d'un plan d’action d'envergure, un
véritable Plan Marshall Régions.

C. Programmes, orientations stratégiques et mesures prioritaires


Le Plan Régions proposé se décline en deux orientations stratégiques : une composante
infrastructure et logistique et une composante aménagement du territoire.

La composante infrastructure et logistique vise à désenclaver et connecter définitivement et


à un niveau de qualité international les régions intérieures aux régions du littoral Est et au
monde. Cela nécessite un grand rattrapage en équipements de tous les réseaux (autoroutes,

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 91 ~

routes, pistes, chemin de fer, réseaux TIC, ports et aéroports, plateformes logistiques, zones
franches, etc.).

La composante aménagement du territoire consiste en une correction, sur le long terme, des
armatures urbaines des régions intérieures. Celle-ci vise la création de dix "métropoles
d'équilibres" capables d'impulser le développement en attirant les investissements privés
nationaux et étrangers.

Un tel Plan Régions sera mis en place au cours du Plan de développement économique et
sociale 2016-2020 et produira ses résultats les plus tangibles au cours du Plan suivant 2021-
2025. La décennie prochaine serait la décennie de décollage des régions.

Les zones de développement régional bénéficieront de 50 % des investissements publics, soit


55 milliards de dinars sur la période, tandis que les investissements privés dans ces régions
seront d’un montant de 65 milliards de dinars. Soit un volume global d’investissements publics
et privés pour le Plan Ambitions Régions de 120 milliards de dinars durant les dix prochaines
années, c'est-à-dire une moyenne annuelle d’investissement global de 12 milliards de dinars
(voir tableau 26).

C.1. Orientation stratégique 1 : le plan infrastructure et logistique


pour désenclaver, équiper et connecter définitivement toutes les
régions
Le plan infrastructure et logistique serait décliné en quatre catégories d'actions :

1. Une action de décloisonnement physique : les infrastructures ;

2. Des actions concernant l'amélioration de l’accueil et l’attraction des activités


économiques dans les régions intérieures par le développement de la logistique ;

3. Des actions pour l’amélioration immédiate des conditions de vie et le suivi du


rattrapage au niveau du développement humain ;

4- Enfin des actions transversales pour engager un programme de décentralisation et de


gouvernance locale au profit de nos régions.

1. Le décloisonnement physique : les infrastructures


Le décloisonnement des régions signifie la connexion de toutes les régions au reste du pays,
surtout aux pôles de développement économique du littoral Est et à l'ensemble du monde et

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 92 ~

ce par les différents réseaux. Durant les dix prochaines années, un grand plan programme
comporte les composantes suivantes :

1.1. Le renforcement des infrastructures portuaires (mise à niveau, modernisation et port


en eau profonde etc.) ;

1.2. L’extension du réseau routier et autoroutier, surtout des pistes agricoles ;

1.3. L'extension et la modernisation du réseau ferroviaire, interrégional et intra-urbain


(Tunis, Sahel et Sfax etc.) ;

1.4. La modernisation de l’infrastructure des télécommunications, (haut débit et très haut


débit professionnel etc.) ;

1.5. Le développement du réseau électrique et de gaz naturel (couvrir prioritairement les


villes industrielles ou à potentiel industriel avéré ou à renforcer etc.) ;

1.6. Réaliser les plateformes logistiques programmées et les articuler aux ports et
aéroports et aux grandes villes interfaces à la mondialisation (Tunis, Sousse-Monastir,
Sfax et probablement le binôme Gabes-Zarsis, etc.).

1.1. Les infrastructures portuaires

Le renforcement des infrastructures portuaires concerne l’amélioration urgente des capacités


du port de Radès. Cette action est toutefois très insuffisante et ne permettra d’améliorer que
très marginalement la situation avant la réalisation de la solution pérenne, à savoir, le port en
eaux profondes.

1.1.1. Le lancement urgent des procédures de réalisation du port en eaux profondes qui revêt
une importance vitale pour le développement de la Tunisie.

Sans ce grand projet, il sera impossible de réaliser des taux de croissance du PIB
significatifs au cours des prochaines décennies ;

1.1.2. La modernisation, en priorité, dans le cadre de partenariats public privé, du port de


Skhira pour renforcer son rôle de plateforme pétrolière et phosphatière, ainsi que du
port de Zarzis en appui au développement des zones industrielles et logistiques de
Zarzis-Ben Guerdane ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 93 ~

1.1.3. La modernisation du port de Bizerte en renfort au port de Rades. Il servira au


desserrement du port de Radès pour la période d'avant la réalisation du port en eau
profondes.

1.2. Le réseau routier, autoroutier et les pistes agricoles

1.2.1. Au cours des dix prochaines années, il convient d’envisager la réalisation de près de
820 km de voirie autoroutière, soit presque deux fois les réalisations accomplies depuis
l’Indépendance (420 km).

Dans ce cadre, la Tunisie pourra profiter de sa petite taille pour désenclaver ainsi toutes les
régions intérieures et médianes avec un total, somme toute modeste, de 1250 km en
réalisant l’extension des deux tronçons existants (Tunis Ras Jédir et Tunis Alger via
Ghardimaou), en réalisant un troisième tronçon d’autoroute (Tunis-Le Djérid via les Hautes
Steppes).

La première extension concerne la liaison de Sfax à Gabès puis à la frontière tuniso-libyenne,


couvrant une distance de 330 km jusqu'au poste-frontière de Ras Jedir et reliant le Sud-Est
à la Tripolitaine. Il sera réalisé en deux tranches (Sfax - Gabès sur 150 km, déjà réalisé) puis
Gabès - Ras Jedir sur 180 km, en cours de réalisation) ;

La seconde extension est celle qui reliera Oued Zarga à Bousalem puis à la frontière tuniso-
algérienne, couvrant une distance de 140 km et sera réalisé en deux tranches (Oued Zarga -
Bousalem sur 70 km puis Bousalem - frontière algérienne sur 70 km) avec trois voies rapides
vers Béja, Jendouba et Le Kef . Cette voie mettra tout l'Est algérien à 4h de Tunis et Alger à
5-6h de Tunis.

La connexion autoroutière, tant rêvée, sera ainsi réalisée vers la Libye et vers l'Algérie.

Le troisième projet portera sur une liaison autoroutière desservant les gouvernorats de
Kairouan, Sidi Bouzid, Gafsa et Kasserine couvrant une distance totale d’environ 350 km à
prolonger ultérieurement vers le Jérid et la frontière tunisio-algérienne. Ainsi, la Tunisie
serait reliée à l'Algérie au niveau de l'extrême Nord (Jendouba), au Centre (Kasserine) et au
Sud-Ouest (Tozeur).

1.2.2. Un grand projet de routes régionales transversales reliant les pôles urbains côtiers de
l'Est aux régions et villes de l'intérieures et de l'Ouest est à envisager ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 94 ~

1.2.3. Un grand programme de 40 000 km de pistes agricoles sur 10 ans dans toutes les
régions du pays doit être mis en place.

1.3. Le réseau ferroviaire

Le réseau ferroviaire tunisien n'a pas connu de développement majeur depuis l'Indépendance.
Il est vivement recommandé de remédier à cette situation en le modernisant et l'étendant
pour le relier aux frontières et aux régions intérieures et au Maghreb. A ce titre, il est
recommandé de :
1.3.1. La réalisation prioritaire d'une ligne ferroviaire Enfidha-Kairouan qui relierait le prochain
port en eaux profondes et sa zone logistique au Centre et au Sud-Ouest du pays et
l'Algérie du Sud Est ;
1.3.2. Rétablir et mettre à niveau la ligne 11 Kairouan-Sbeïtla-Djérid (la priorisation est
importante) ;
1.3.3. La consolidation de la ligne Tunis-Kef-Kasserine en engageant les travaux de
renouvellement de la voie sur une longueur de 135 kms, la protection des inondations
sur une longueur de 66 kms, l'aménagement de 19 gares et la signalisation des gares et
des lignes ;

1.3.4. La réalisation d'une ligne Gabès-Médenine, puis son extension vers Ras Jédir ;

1.3.5. La finalisation du projet RFR à Tunis, le renforcement et la modernisation du réseau du


métro du Sahel et l'accélération du projet de métro de Sfax (des projets déjà en cours
de réalisation) ;

1.3.6. Moderniser et mettre à niveau les connexions ferroviaires de la grande région


économique de Tunis : vers Bizerte, Zaghouan, Hammamet-Nabeul et Kélibia.

Notons que sans une articulation de la métropole économique de Tunis et sa région en termes
de transport et de réseaux divers, la diffusion de la croissance et du développement vers les
régions intérieures, qui sont au maximum à 150 km de la dite métropole, serait ralentie et
parfois obstruée.

1.4. Les infrastructures des télécommunications (C.F. partie consacrée aux TIC)

Partant des acquis enregistrés dans ce domaine, un effort supérieur visant à moderniser
l’infrastructure de télécommunications sera engagé à travers :

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 95 ~

1.4.1. Le triplement du réseau de fibres optiques, visant à le faire passer de 9 000 km


actuellement à 50 000 Km à horizon 2025 ;

1.4.2. La connexion de 54 zones industrielles aux réseaux fibres optiques ;

1.4.3. L’édification de nouvelles zones d’activités dédiées à l’off-shoring pour une superficie
bâtie d'un million de m2 à l'horizon 2025.

1.5. Le réseau électrique et de gaz naturel

Le programme de développement du réseau national de gaz naturel, initié en 2005, a connu


un réel succès : 90 villes et 850 000 ménages y étaient connectés en 2015 contre
respectivement 4 et 40 000 en 1990. Apparemment, le rythme de branchement des ménages
et des villes au gaz naturel a décéléré puisque la STEG a prévu pour 2015 1 million d'abonnés
et plus de 120 villes alimentées. Mais le niveau de pénétration reste toujours honorable
puisqu'on se rapproche des 40%.

L’objectif du Plan gaz révisé de la STEG est d’arriver à couvrir un million d'abonnés en 2018. A
cet effet, le réseau de transport et de distribution du gaz à travers le pays passera à 20 000
km en 2020 contre 13 450 km en 2010. Il couvrira toutes les régions du pays. D'ailleurs Le
Nord-Ouest, Bizerte, le Cap Bon, le Nefzaoua et Médenine sont en cours d'alimentation en gaz
naturel. Il faut privilégier les zones industrielles et les entreprises, les ménages venant dans
un second temps. L'usage du gaz naturel est un facteur de compétitivité des entreprises
surtout celles grandes consommatrices d'énergie.

1.6. Réalisez les plateformes logistiques prévue par le Schéma National d'Aménagement du
Territoire de 2007 à Tunis, au Sahel, au Sud-Est, au Kef, à Kasserine et à Gafsa et les adosser
dans les régions frontalières à des zones franches d'activités et de commerce.

2. L’accueil et l’attraction des activités économiques

2.1. Zones industrielles, pôles de compétitivité et Complexes Industriels et Technologiques

Les infrastructures industrielles constituent un facteur clef de l'attractivité des villes


régionales. C’est pourquoi Il est recommandé de mettre rapidement en place une
infrastructure industrielle de haut niveau à travers le développement d’une nouvelle
génération de zones industrielles et la multiplication des pôles de compétitivité et des
complexes industriels et technologiques.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 96 ~

Le schéma directeur des infrastructures industrielles s’organise autour des principales


orientations suivantes :

2.1.1. Le triplement de la superficie des espaces proposés par an, pour passer à l’échelle
nationale, d’une moyenne de 100 hectares de zones industrielles aménagées à 300 ha
par an, soit 3 000 ha au cours de la période 2016-2025. Il s’agit d’assurer que, dans
aucun gouvernorat, un projet ne soit bloqué à cause de la non-disponibilité de terrain.
Sur les 3 000 ha qui doivent être aménagés en zones industrielles, 1 200 ha (40 %) le
seront dans l’axe médian et intérieur alors que cette part était de 16 % avant 2008 ;

2.1.2. L’achèvement, dans les plus brefs délais, du programme des technopôles. La finalisation
et l'opérationnalisation des pôles de compétitivité réalisés ou en cours de réalisation.

Il convient également d’entamer ceux qui ont été programmés sur une superficie de
3 000 ha à raison de deux milliers d’ha dans les zones littorales et de 1000 ha dans les
zones intérieures. Ces pôles sont les composantes motrices de nos plans de
développement régionaux et sectoriels ;

1.1.3. L'achèvement du réseau des Complexes Industriels et Technologiques dans les


gouvernorats de l'intérieur qui développent un dynamisme industriel particulier
(Gafsa, Sidi Bouzid, Kef, Jendouba, Siliana, Béja, Medenine, Tozeur-Kebili, etc.). Seuls
ceux de Gafsa, Kasserine, Kef et Sidi Bouzid sont déjà créés. Excepté celui de Gafsa et
de Kasserine, les autres peinent à démarrer.

A l’horizon 2020, 16 pôles de compétitivité seront opérationnels : 7 dans les zones littorales
et 9 dans les zones de développement régional. Enfin, des accords de jumelage et de
partenariat international seront établis et généralisés entre les technopôles tunisiens et des
technopôles européens. L'objectif du Plan suivant, 2021-2025, est le remplissage des zones
d'activité de tous ces pôles et le rythme de croisière pour les autres composantes : formation,
pépinières d'entreprises, veille technologique et clustering, etc.

2.2. Institutions d’encadrement et mécanismes d’encouragement

Le réseau des structures d'appui à la création d'entreprises comporte actuellement 84


structures réparties sur tous les Gouvernorats : Guichets uniques, Pépinières d'entreprises,
Centres d'affaires et Cellules d'essaimage. Mais il est établi dans le diagnostic que toutes ces
institutions tournent en sous capacité et manquent structurellement de coordination. C'est

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 97 ~

pourquoi deux mesures importantes doivent être prises, à savoir la création d'une instance
qui mettra en réseau toutes les structures d'accompagnement, de suivi et d'encadrement de
nouveaux promoteurs industriels. Cette instance est prévue par le nouveau code des
investissements adopté par l'ARP en 2016. En outre, la Banque des Régions (BR), en cours de
montage, doit être mise en place dans les plus brefs délais.

2.2.1. Le Conseil Supérieure de l'Investissement et la mise en réseau des acteurs régionaux de


promotion de l'activité économique dans les régions.

Les structures d'appui existantes sont loin d'être opérationnelles alors qu'elles sont le point
de passage obligé de tout projet de développement de l'entreprenariat. En toute priorité, dès
2016, elles doivent avoir recruté et formé le personnel dont elles ont besoin et avoir été
équipées en conséquence, de manière à pouvoir remplir leur rôle. Le nouveau code
d'investissement de 2016 propose la création d'un Conseil Supérieure de l'Investissement qui
aurait pour but de mettre en réseau toutes les agences chargées du développement de
l'entrepreneuriat dans les régions pour permettre un vrai accompagnement des promoteurs.

En vue d’accélérer significativement le rythme de création et de développement des PME,


notamment dans les zones de développement régional, il conviendra de lever les obstacles
majeurs identifiés, à savoir l’accès au financement, tant en matière de fonds propres que de
crédits et l’accès à l’expertise d’encadrement et de coaching.

2.2.2. La mise en place de la Banque des Régions (BR)

Il est urgent de mettre en place un pôle PME sous forme de holding financier qui sera une
véritable BANQUE DES REGIONS ET DES PME/TPE, en cours de réalisation, sur la base d’une
restructuration des entités existantes (BTS, BFPME, Fonds régionaux). Il lui sera alloué une
ligne de crédit à taux zéro, de participations et d’interventions de l’ordre de 1 milliard de
dinars ainsi que des compétences nécessaires au niveau régional (environ 200 cadres
permanents et un réseau d’experts en coaching).

Pour assurer le respect de ces priorités régionales, chaque banque sera tenue de respecter un
Ratio d’Activités Prioritaires de financement des PME et des régions.

Parrainage Banque / Région : pour chacun des 14 gouvernorats dits de développement


régional, une banque chef de file prendra en charge les projets dans ledit gouvernorat, chaque
banque s’engageant à constituer, sur place, une cellule étoffée qui sera l'interlocuteur direct

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 98 ~

et le point d'attache avec les principaux intervenants. Cette cellule se chargera de


l'élaboration et de la mise en œuvre d'une stratégie globale pour développer les fonctions et
les services de la banque relatifs à cette région : démarchage, promotion, rencontres à travers
son réseau d’intermédiaires en Tunisie et à l’étranger, financements, etc.

3. L’amélioration immédiate des conditions de vie et le suivi du rattrapage au niveau du


développement humain

Il est extrêmement difficile de projeter le niveau de développement humain futur de la Tunisie


même sur le moyen terme, 2016-2025. En effet, l'IDH est un indicateur composite qui
synthétise quatre indicateurs eux même synthétiques : espérance de vie à la naissance (74.8
en 2014) ; durée attendue de la solarisation (14.6 années en 2014) ; durée moyenne de la
scolarisation (6.8 années en 2014) et RNB par habitant en dollars américain constant de 2011
(10 404 dollars par tête d'habitant en 2014).

Si nous retenons l'hypothèse d'une croissance potentielle modérée comme elle a été retenue
par le Plan :

- Les conditions de vie, de santé publique et privée garderait le niveau d'aujourd'hui et


s'amélioreraient légèrement permettant aux tunisiennes et aux tunisiens de gagner 2 à 4 mois
d'espérance de vie pour atteindre un peu plus de 75 ans ;

-La durée attendue de la scolarisation dépendrait de l'amélioration du niveau de vie


des ménages et de la réussite ou pas de la réforme de l'enseignement mise en œuvre depuis
2015. On peut s'attendre à une amélioration de la durée attendue de la scolarisation pour
arriver à 16 ans en 2025 ;

- La durée moyenne de la scolarisation où le capital scolaire est corrélé plutôt au niveau


de vie des ménages, il est plus difficile de peser dessus. Dans une optique optimiste, on peut
espérer dépasser 8 années en 2025 ;

- Le RNB par habitant en dollars constant de 2011 dépend du taux de croissance qui
sera réalisé entre 2016 et 2025. Avec une croissance économique potentielle moyenne de
4.6% par an, on peut espérer atteindre un RNB/habitant d'environ 15 000 dollars en 2025.

En conséquence l'IDH de la Tunisie atteindrait en 2025 les 0.8. Cette perspective est plus
souhaitée car elle serait la moins périlleuse pour la population et pour l'économie du pays qui
serait mise sur la voie de l'émergence après 2025.
Les fondements de la croissance et du développement économique ITES
~ 99 ~

Dès les deux premières années du Plan 2016-2020, dans une perspective de scénario positif
de sortie de crise, les conditions de vie doivent avoir été significativement améliorées dans les
régions déshéritées. Dans les chefs-lieux de délégation, après avoir désenclavé tout le pays
(routes régionales, locales et surtout pistes agricoles), il est vivement recommandé sur la
période 2016-2020 :

3.1.1. Leur mise à niveau en termes d’équipements publics de toute nature : éducatifs, de
santé, culturels, sportifs, de détente sur la base d’une grille d’équipement à travers
laquelle tous les chef lieux et gouvernorats convergent vers la moyenne nationale dans
un premier temps (fin de la 3e année), puis vers la moyenne des trois gouvernorats les
mieux dotés (la capitale exclue) au terme de la 5e année ;

3.1.2.Le développement des voies de communication aux services des personnes et des
activités économiques locales (bassins de production laitier, maraichers,
d'arboricultures et autres activités de services spécifiques tel que le tourisme
alternatif (réhabilitation des routes, élargissement, liaisons locales et régionales), leur
dotation en infrastructures et services de base (eau, électricité et télécommunications)
et l’amélioration et/ou la création des équipements économiques et sociaux
nécessaires ;

3.1.3.La réhabilitation et l'optimisation de l'usage des structures sanitaires de première


ligne dans les petites villes et localités rurales isolées desservant une population
dispersée : restauration des bâtiments, acquisition d’équipements adéquats,
continuité des soins par l’augmentation du rythme de consultation médicale dans les
Centres de Santé de Base (CSB), doublement du nombre de CSB assurant une
consultation quotidienne, augmentation du nombre de médecins généralistes et
spécialistes ;

3.1.4. La rénovation et la réhabilitation des quartiers populaires, l’objectif étant de couvrir


la moitié des quartiers concernés dans cinq ans et tous les quartiers à l’horizon de 10
ans ;

3.1.5. Activer la construction de logements économiques et sociaux locatifs et encourager


la mobilité de travail des jeunes ménages à travers tout le territoire. Ce système, qui
institue la location-vente, doit permettre aux jeunes ménages une mobilité

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 100 ~

géographique pour raisons économiques et sociales ; consolider le programme


existant (10 000 logements sur cinq ans et passer à la vitesse supérieure de 30 000
logements pour les cinq prochaines années, soit 2020-2025).

Encourager et encadrer l'auto construction légale en mettant les lots de terrains


viabilisés et abordables pour les classes moyennes dans les zones à fortes demandes ;

3.1.6. Créer un ministère de la ville qui coordonnera toutes les politiques concernant le
logement, et l'aménagement urbain des villes. L’objectif est la constitution de villes où
il fait bon à vivre et qui seraient plus compétitives à l'échelle régionale et
méditerranéenne ;

3.1.7. Le lancement d’un Programme National de Lutte Contre la Pauvreté au profit des
catégories vulnérables et des personnes vivant sous le seuil de pauvreté qui
comprendra : (a) l’octroi d’un revenu minimum ; (b) l’assistance maladie totalement
gratuite dans les structures publiques de soins, (c) l’octroi gratuit des médicaments,
notamment ceux contre les maladies chroniques, (d) la prise en charge des fournitures
scolaires et du transport de leurs enfants scolarisés ;

3.1.8. L’accès prioritaire à l’emploi des jeunes nécessiteux dans le cadre du Programme
National d’Emploi des Jeunes ;

3.1.9. Le Programme National de Lutte Contre la Pauvreté procurera une assistance sociale
aux familles vraiment nécessiteuses pour l’amélioration des conditions de vie et
d’habitat et encouragera fortement l’accès aux microcrédits pour la création
d’activités favorisant la sortie de la pauvreté.

4- Engager un programme de décentralisation et de gouvernance locale au profit de nos


régions

La prise en considération des préoccupations des régions fait partie des exigences de la
Révolution.

Depuis l’Indépendance, la construction d’un Etat centralisé et la mise en valeur du littoral ont
été privilégié au détriment des régions de l’intérieur et du sud.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 101 ~

Les évènements, souvent violents, subis par la plupart des régions de l’intérieur et du sud, au
cours de ces dernières années, exigent la mise en œuvre, dans les meilleurs délais possibles,
d’un mode de gouvernance plus proche des préoccupations des citoyens.

A cet effet, il est recommandé, dès les premières années du Plan 2016-2020, un programme
de déconcentration d'abord et de décentralisation ensuite (ou les deux à la fois) et, de manière
concomitante, de gouvernance locale au profit de toutes les régions.

La gouvernance locale portera en particulier sur la participation, la transparence et la


redevabilité.

La décentralisation sera progressive et concernera les trois volets : administratif, fiscal et


politique.

De profondes réformes seront engagées au niveau de la répartition des pouvoirs et des


ressources entre le gouvernement central et les collectivités locales. Cette nouvelle
répartition sera basée sur les principes de :

➢ La subsidiarité pour la répartition des compétences entre l’Etat central et ses services
locaux d’une part et les collectivités locales d’autre part ;

➢ La représentation démocratique, la participation citoyenne, la transparence de la gestion


locale et la redevabilité des responsables en tant que principes de gouvernance du
développement régional et local ;

➢ Le rééquilibrage régional selon des indicateurs objectifs de développement, de solidarité


territoriale impliquant des discriminations positives en faveur des collectivités locales
démunies ;

➢ La communalisation de tout le territoire et des élections municipales ;

➢ La mise en place des districts économiques (découpage, élections, institutions, etc.) ;

➢ Passer progressivement au nouvel ordre territorial tout en évitant la précipitation : la


déconcentration d'abord, la décentralisation ensuite et dans des délais raisonnables.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 102 ~

A cet effet, durant les cinq prochaines années 2016-2020, il est souhaitable d'engager :

4.1. Un programme prioritaire d’appui pour assurer un fonctionnement quasi normal de la


majorité des municipalités et les sortir de l’état de « délabrement généralisé » dans lequel
elles se trouvent ;

4.2. Réformer les Administrations déconcentrées de l'État et les doter de moyens financiers
et humains et les dissocier de l'exécutif régional pour les mettre à la disposition du
développement régional ;

4.3. Mettre en place le nouveau découpage en districts économiques, élire les conseils et les
présidents de ces districts et les doter d'outils et d'institutions de développement
régional : BR et ARDES entre autres.

C.2. Orientation stratégique 2 : l'aménagement du territoire au


service du développement régional
Si nous faisions le bilan des 60 dernières années en matière d’aménagement du territoire,
nous constaterions que nous n’avons réussi ni la polarisation (la création de métropoles
côtières développées) ni un certain équilibre avec les régions de l’intérieur. Au contraire, nous
avons ruralisé nos villes. Pendant toute cette durée et surtout durant les 20 dernières années,
nous avons assisté à un flux d’exode croissant des régions intérieures vers le littoral et vers
l’étranger. La persistance de cette tendance risque d’engendrer un entassement ingérable
des populations dans les régions côtières. D’ici 2041, nous serons environ 13.5 millions
d’habitants dont 3 millions dans les régions intérieures et le reste sur le littoral Est 11. Il est à
noter que le problème du dépeuplement des régions intérieures remonte bien avant
l’Indépendance et même avant le protectorat mais il a tendance à s’accélérer.

Il s’agit de prendre conscience que le développement régional constitue une nouvelle source
de croissance : 30% de la population et 70 % du territoire du pays à faire croître.

Pour se faire il est recommandé de créer, dans les dix prochaines années, une dizaine de
"métropoles d'équilibre" dans les régions intérieures qui assureraient la connexion avec les
"métropoles littorales" et à fortiori avec le monde.

11
Source: INS, 2015: Lesprojections de la population en Tunisie, 2014-2044, 45 p.
Les fondements de la croissance et du développement économique ITES
~ 103 ~

Ces métropoles amélioreraient l'attractivité de leurs régions à l’égard de grands projets


industriels et autres et contribueraient à l'émergence et la mise en place de clusters à
ancrage régional, national et surtout mondial.

1- Constituer, par étapes, 10 pôles urbains d’attractivité

Il conviendra également de rompre avec un populisme qui s’accentue aujourd’hui opposant


les régions intérieures aux régions du littoral qui doivent nécessairement continuer à se
développer et élaborer un Schéma National d’Aménagement du Territoire qui réponde à
cette approche, qui tienne compte de nos expériences passées et d’un benchmarking
international pertinent.

Faire en sorte que, de façon progressive, sur une dizaine d’année, 2016-2025, dix villes,
chefs-lieux de Gouvernorats intérieurs, puissent constituer de véritables pôles
d’attractivité. Dans un premier temps, cela concernerait les villes d’une certaine taille et
proches des grands pôles côtiers. Là ressortent les villes de Kairouan, Gabès, Gafsa et Béja.
Ces villes présentent des bassins d’emplois significatifs qui peuvent les ériger rapidement en
"métropoles régionales attractives". Dans un second temps, il conviendra d’engager le
processus pour Kasserine, Sidi Bouzid, Jendouda, le Kef, Siliana et Médenine.

Il s’agira, dans ce cadre, d’aménager au sein de ces villes des pôles d’attractivité qui seraient
réalisés par la réhabilitation d’espaces ou de bâtiments existants et/ou la création d’espaces
ou bâtiments nouveaux en fonction d’un diagnostic approfondi de l’existant et des possibilités
/ nécessités de réaménagements, extensions et créations ex nihilo.

L’essentiel étant d’assurer, dans un rayon de proximité de l'armature urbaine existante


(quelques kilomètres au maximum), la disponibilité, pour les entreprises et pour leurs
personnels, de toutes les commodités d’un environnement attractif pour la production et
pour le cadre de vie.

Les principales composantes d’un pôle d’attractivité sont les suivantes :

- Un pôle de compétitivité/zone industrielle et de service sur un ou plusieurs sites (forme


Complexe Industriel et technologique). Une offre rapide de bâtiments pour des activités
industrielles, de service et d’off-shoring. Ces Complexes technologiques doivent assurer une
offre de formation et de recherche ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 104 ~

- l'aménagement de centres de vie (habitat, équipements éducatifs et de santé, équipements


récréatifs, espaces verts et de détente, centres culturels polyvalents : cinéma, théâtre, ateliers
d'art, bibliothèques) qui seront modernes et fonctionnels, adossés aux actuels chefs-lieux, afin
d'offrir une meilleure qualité de vie, d'inciter la jeunesse à se fixer et d'attirer les cadres
supérieurs dont les régions ont besoin et servir ainsi de puissant outil d'attraction ;

Chaque pôle d’attractivité abriterait 10 000 emplois à créer sur 10 ans, soit une population
accueillie de l’ordre de 30 000 personnes. Au total, pour les 10 pôles d’attractivité, il s’agirait
de 100 000 emplois (plus de la moitié des emplois à créer dans ces 10 Gouvernorats) et
300 000 habitants sur 10 ans.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 105 ~

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 106 ~

2- Mener des politiques de clusters et de filières ambitieuses à l’international


Il s’agit de développer des clusters, des filières cohérentes basées sur des chaînes de valeurs
qui transcendent les secteurs et les régions. Mais il ne faut pas s’y tromper, ces notions doivent
être abordées de manière non restrictive à l’aspect intégration physique de ressources
naturelles locales mais élargie à l’intégration des facteurs immatériels de compétitivité à
construire. L’objectif étant une intégration par le haut aux marchés internationaux pour
faire en sorte que la mondialisation devienne une chance et une opportunité pour nos
régions. Ainsi, si une part des productions de biens et services à promouvoir concernerait les
économies locales et régionales (transformation de produits agricoles, de marbre, etc.), cette
part resterait limitée, l’essentiel de ces productions devant viser le marché mondial. Dans ce
cadre, comme cela a été le cas pour la zone de libre échange établie entre la Tunisie et l’Union
Européenne pour les produits industriels, l’ALECA, qui concerne les produits agricoles,
pourrait être une chance pour les régions intérieures. Le problème ce n’est pas la protection
mais comment tirer profit d’un grand marché d’une manière qui préserve nos intérêts.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 107 ~

2016- 2021- 2016-


2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025
2020 2025 2025

AGRICULTURE ET PECHE 1290,0 1400,0 1550,0 1760,0 2000,0 2500,0 2800,0 3200,0 4000,0 5200,0 10,2 21,1

IND MANUFACTURIERES 1987,0 2479,0 2646,5 2643,0 2594,0 3220,0 3607,0 4110,0 5330,0 6000,0 7,0 18,3

IND Non
3320 3325 4601 4933 5186 6000 6640 7050 8340 10200 14,7 14,5
MANUFACTURIERES

SERVICES 8874,0 9865,0 11152,0 14179,0 17915,5 19420,0 21910,0 25140,0 27130,0 29990,0 15,7 10,9

EQUIPEMENTS COLLECTIFS 2320,0 2530,0 2700,0 2800,0 2950,0 3100,0 3320,0 3450,0 3850,0 4250,0 5,1 7,6

TOTAL DE LA FBCF 17791,0 19599,0 22649,5 26315,0 30645,5 34240,0 38277,0 42950,0 48650,0 55640,0 116 999 219 757 336757

Accroissements Annuels 7,0 10,2 15,6 16,2 16,5 11,7 11,8 12,2 13,3 14,4 13,0 12,7 12.5

investissements publics 6227,0 6859,0 7927,0 9210,0 10725,0 11984,0 13397,0 15032,0 17027,0 19474,0 40948 76914 117862

Part des investissements


35,0 35,0 35,0 35,0 35,0 32,0 32,0 32,0 32,0 32,0 35
public (en %)

Investissements privés 11564 12739 14722 17105 19920 23283 26028 29206 33082 37835 76050 149435 225485

Part des investissements


65,0 65,0 65,0 65,0 65,0 68,0 68,0 68,0 68,0 68,0 65
privé (en %)

investissements publics
3114 3430 3964 4605 5363 5513 6163 6915 7832 8958 20474 35380 55854
dans les régions (en MD)

part des investissements


50,0 50,0 50,0 50,0 50,0 46,0 46,0 46,0 46,0 46,0 47
publics dans les régions (%)

Investissements privés
2891 3185 3681 4276 4980 6985 7809 8762 9925 11351 19013 44830 63843
dans les régions (en MD)

Total investissements dans


les régions (publics et 6 005 6 615 7 645 8 881 10 343 12 498 13 972 15 677 17 757 20 309 39 487 80 210 119697
privés)

Part des investissements


25 25 25 25 25 30 30 30 30 30 53
privés dans les régions (%)

Sur les dix prochaines années, il serait souhaitable que les districts économiques à créer (6 à
8) soient le lieu d'accueil de clusters à imaginer et à mettre en place et en lieu et place de
bassins de production laitiers, maraîchers, fruitiers, marbrier, alfatier, forestier, etc. Des
districts peuvent accueillir plus d'un cluster.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 108 ~

Tableau 31. FBCF dans les régions en Tunisie, 2016-2025


Source : MIDCI, 2016.

III.1.5.Plan d’action 5 : Le plan national de l’environnement pour le


développement durable

Avec la création de l’Agence Nationale de Protection de l’Environnement en 1988, la Tunisie


a été pionnière parmi les pays arabes et africains dans la mise en place d’institutions et
d’approches dans le domaine de la protection de l'environnement et du développement
durable. En 1991, pour la première fois dans l’histoire institutionnelle du pays, est créé un
ministère de l'environnement et de l'aménagement du territoire. En 1993, une commission
nationale pour le développement durable (CNDD) est établie. En 1996, un programme d'action
national pour le développement durable (Agenda 21 national) a été mis au point. Les plans
quinquennaux de développement économique et social ont commencé à intégrer la notion du
développement durable dès 2002. En outre, un observatoire tunisien de l’environnement et
du développement durable (OTEDD) fut installé à la fin des années 1990 au sein de l’Agence
nationale de protection de l’environnement. L’OTEDD a mis en place des indicateurs de
développement durable et a réalisé une série d'études sur la durabilité dans les divers secteurs
économiques.

Sur le plan international, la Tunisie est engagée dans la totalité des conventions et traités
multilatéraux en rapport avec la protection de l’environnement et le développement durable.
Citons les plus importantes : La Convention Cadre sur le Changement Climatique, le Protocole
de Kyoto et plus récemment l’Accord de Paris ; La Convention sur la diversité biologique et le
Protocole de Nagoya ; La Convention sur la lutte contre la désertification et la Convention de
Stockholm sur les polluants organiques persistants.

La révolution de janvier 2011 a mis en évidence les lacunes des politiques publiques
antérieures et les limites du modèle de développement. La constitution de janvier 2014 a
incarné les principes du développement durable ainsi que les droits économiques, sociaux
et environnementaux des citoyens.

En outre, l’agenda mondial 2030 pour le développement durable, auquel la Tunisie a adhéré
en 2015, un agenda assorti de 17 objectifs de développement durable, exige une plus grande
intégration des dimensions du développement durable (économique, sociale, écologique et

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 109 ~

de bonne gouvernance) dans les politiques publiques, aussi bien macroéconomiques que
sectorielles. Chose qui n’a était que peu ou prou prise en compte jusque-là.

Le développement durable est une thématique transversale. Il consiste en un ensemble de


principes et d’objectifs devant guider, voire épouser, les politiques publiques d’une manière
générale. De ce fait, toutes les institutions de l’Etat et les acteurs économiques en sont
concernés d’une manière ou d’une autre. Néanmoins, l’organisation des pouvoirs publics
d’une part et celle du gouvernement et de ses départements d’autre part, confèrent des
missions spécifiques en la matière au département en charge de l’environnement, avec les
organismes publics sous sa tutelle.

Or, si une telle organisation a permis la mise en place d’instruments comme l’évaluation
d’impact environnemental et le Fonds de dépollution (FODEP), elle n’a pas pour autant réussi
à intégrer la dimension écologique et les préoccupations environnementales dans les divers
secteurs de l’économie. La protection de l’environnement, comme le développement durable,
sont encore considérés comme un « secteur vertical »12 sans ancrage perceptible dans les
choix de politiques économiques.

Nonobstant les dernières années post-révolution qui ont connu et connaissent encore des
dérèglements dans les institutions, l’économie et la société, les défis environnementaux liés
aux activités économiques sont les mêmes que ceux des années 1990 et parfois plus aggravés.
Ces défis peuvent être résumés en trois catégories : une surexploitation des ressources ; des
nuisances générées par les divers types de rejets polluants et un très faible taux de
recouvrement des déchets.

Malgré cela, le pays demeure relativement bien classé en termes d’indice de performance
environnementale. Le rapport « 2016 EPI »13 classe la Tunisie au 53ème rang sur 180 pays
devançant tous les pays arabes et africains. Le score de la Tunisie s’établi à 77,28 sur 100
points avec une progression de 15,71 sur les dix dernières années. Un tel indice, qui peut
paraître incohérent avec l’état actuel apparent de notre environnement, ne peut que nous

12
Les plans quinquennaux de développement, dont celui de 2016-2020, consacrent un chapitre au
développement durable au même titre que les chapitres sectoriels !
13«2016 Environmental Performance Index ». January 2016. Prepared by: Yale Data-Driven Environmental Group ; Yale
University and Center for International Earth Science Information Network (CIESIN), Columbia University. Availableat:
http://epi.yale.edu. La Finlande est classée au premier rang avec un score de 90,68.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 110 ~

encourager (pouvoirs publics et acteurs de la société) à garder le cap et à aspirer à une


meilleure performance dans les dix années à venir.

De là, une cible pourra être retenue pour 2025 : gagner dix rangs dans le classement EPI, soit
environ un score de 80/100.

Pour ce faire, quatre objectifs stratégiques sont préconisés :

- Assurer le découplage entre la production de richesse (PIB) et l’utilisation des ressources


naturelles, des matières et de l’énergie ;
- Engager des programmes conséquents de dépollution des hot spot : Golfe de Gabès ;
Bassin minier de Gafsa ; région de Sfax ; Lac de Bizerte et Golfe de Tunis ;
- Assurer l’intégration effective de l’environnement et des principes de la durabilité au
niveau de tous les secteurs économiques ;
- Asseoir les assises d’une économie circulaire à même de réduire sensiblement les
quantités de déchets.

Six axes stratégiques sont retenus pour atteindre ces objectifs :

Axe 1. Une gouvernance institutionnelle rénovée de l’environnement et du


développement durable ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 111 ~

Axe 2. Des modes de production et de consommation orientés vers une économie


verte et inclusive, innovante, qui limite l’exploitation des ressources naturelles, les
impacts sur l’environnement et améliore la compétitivité et le bien-être des citoyens ;

Axe 3. Une qualité de vie décente garantissant les conditions d’un meilleur
développement socioéconomique et de préservation de la santé humaine ;

Axe 4. Une gouvernance intégrée et durable des ressources naturelles impliquant les
usagers, adaptée aux spécificités écologiques et résiliente au changement climatique ;

Axe 5. Un aménagement du territoire intégrateur des régions du pays, respectueux


des équilibres écologiques, accordant aux villes une plus grande fonctionnalité et une
compétitivité plus importante et offrant les bases d’un transport durable ;

Axe 6. Une gestion du savoir et un système éducatif performants assurant une plus
grande innovation et une meilleure maîtrise des technologies auprès des bénéficiaires.

Onze mesures prioritaires sont prévues dans le cadre de la mise en œuvre des axes
stratégiques :

Mesure 1. Elaborer et mettre en œuvre un plan d’action national de l’environnement


pour le développement durable à l’horizon 2025 ;

Mesure 2. Restructurer les institutions de l’environnement afin d’octroyer à l’action


environnementale plus d’efficacité et d’intégration ;

Mesure 3. Mettre en œuvre une réforme des évaluations d’impact sur


l’environnement et introduire l’évaluation environnementale stratégique des
politiques, plans et programmes publics ;

Mesure 4. Appliquer rigoureusement les règles d’achats durables dans tous les
marchés publics ;

Mesure 5. Réorganiser le secteur de la gestion des déchets urbains, dans l’esprit de la


décentralisation et en garantissant une meilleure participation de la population et du
secteur privé ;

Mesure 6. Réduire le recourt à l’enfouissement des déchets par l’adoption de systèmes


de tri sélectif à l’amont et de valorisation. L’objectif est d’atteindre un taux de
recyclage global de 10% à l’horizon 2025 ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 112 ~

Mesure 7. Instituer une redevance locale pour la gestion des déchets ;

Mesure 8. Rénover le système d’assainissement des eaux usées, en le décentralisant


et en responsabilisant d’avantages les pollueurs ;

Mesure 9. Actualiser et mettre en œuvre la stratégie nationale de conservation de la


biodiversité et des écosystèmes et promulguer la loi sur la biosécurité ;

Mesure 10. Mettre en place une nouvelle génération de plans intégrés de lutte contre
la dégradation des terres aux échelons national, régional et local ;

Mesure 11. Engager l’élaboration d’un nouveau schéma national d’aménagement du


territoire.

Tableau 32. Evolution des indicateurs clés pour les orientations stratégiques du développement
durable
Indicateurs Valeur de Objectifs
base 2025
Indice de performance environnementale (1). Base 2016 77,28 80
Intensité d’utilisation de l’eau tous usages confondus (1000 m3/MDT de PIB) 38,9 30
(2)
. Base 2012
Intensité énergétique globale de l’économie (tep par M$ 2005 de PIB). Base 207 170
2014
Emission de gaz à effet de serre en MteCO2. Valeur de base de 2025 51,6 -32%
correspondant au scénario d’émission sans effort « base line » (3)
Taux de recyclage des déchets (Tous types de déchets et toutes formes de Négligeable 10%
valorisation) (4)
Nombre d’entreprises écologiquement ou socialement responsables. Base 200 1000
2010 (5)
Notes et sources :

(1) L’indice de performance environnementale L’EPI mesure les performances politiques visant à réduire le stress environnemental et à
améliorer la santé humaine, en promouvant la vitalité des écosystèmes et la gestion des ressources naturelles. L’EPI représente une
photographie de la performance environnementale d’un pays par rapport à des cibles. Le calcul de l’EPI tient compte de 16 indicateurs
reliés à chacune des six politiques publiques relatives aux thèmes suivants : qualité de l’air, ressources en eau, ressources naturelles,
énergies renouvelables, biodiversité, santé et environnement. Pour rendre les 16 indicateurs comparables, chacun est converti en une
valeur relative à la cible, avec une échelle comprise entre 0 et 100. Les scores obtenus sont ensuite agrégés avec un système de
pondérations. Le résultat final est une note sur 100. D’après la source citée plus-haut : « 2016 EPI ».
(2) L’intensité d’utilisation de l’eau mesure, en 1000 m3 par MDT de PIB, le volume d’eau douce utilisé par unité de production économique.
L’indicateur ici donné tient compte des utilisations par les divers secteurs économiques en Tunisie : agriculture, sylviculture et pêche,
industrie, collectivités, industrie, tourisme, ménages et autres agents économiques. Source INS d’après Ministère de l’agriculture. Voir :
http://beta.ins.tn/fr/themes/environnement#sub-378, consulté le 15/11/2016.
(3) Source : Rapport INDC Tunisie. Ministère de l'Environnement et du Développement Durable, Août 2015. Réduction totale :

conditionnelle et inconditionnelle
(4) Sur une production totale de déchets urbains estimée à 3 M t, les fractions récupérées sont : les bouteilles en plastique 9500 tonnes
collectés en 2012 (environ 40% des bouteilles d’eau conditionnée vendues, compte non tenu des autres boissons) ; huiles usagées : 12000
t en 2012 (environ 57%) ; piles usagées : 4%en 2010. Source : Observatoire Tunisien de l’Environnement et du Développement Durable,
d’après ANGED : « LES INDICATEURS DE DEVELOPPEMENT DURABLE EN TUNISIE ». Edition 2014.
(5) Sources : Etude GIZ-2012, Pacte Mondial des NU (The Global Compact) et OTEDD d’après CITET op. cit.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 113 ~

III.2. Les leviers / plans d’actions sectoriels

III.2.1.Plan d’action 6 : Pour une agriculture innovante, résiliente et


durable

Le secteur agricole occupe une place importante dans l'économie nationale de par son rôle
déterminant dans la dynamique de croissance, dans la sécurité alimentaire, dans l’équilibre
de la balance commerciale et ses effets d’entraînement sur d’autres secteurs d’activités en
amont et en aval. Il contribue à hauteur de 8 à 12 % dans le PIB et à plus de 10% dans les
exportations.

Son rôle social est également essentiel de par sa contribution à l’emploi (18% de la population
active) et à la stabilité de la société rurale avec près de 32 % de la population qui vit dans des
régions rurales et dépend du secteur agricole soit directement ou indirectement, le secteur
restant la principale source d'emploi dans les régions rurales (en fournissant environ 44% des
emplois ruraux).

Son rôle environnemental est primordial puisqu’il est le principal utilisateur et gestionnaire
des ressources naturelles. Son rôle dans le développement rural et l’aménagement des
territoires est également prépondérant.

Ce chapitre se propose, sur la base d’une revue rétrospective des performances réalisées
par le secteur agricole, des contraintes auxquels il est confronté et des enjeux futurs, de
présenter une vision et des orientations stratégiques pour son évolution et l’amélioration
de ses performances et de définir les principaux objectifs et les mesures et programmes
prioritaires à mettre en œuvre.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 114 ~

A. Vue rétrospective et diagnostic


A.1.État des lieux
L’agriculture a connu durant les trente dernières années une évolution remarquable tant sur
le plan de l’accroissement et de la diversification de la production agricole qui ont contribué
à améliorer les disponibilités alimentaires du pays et ses exportations mais également sur le
plan de l’amélioration des conditions de vie en milieu rural.

Une évolution rendue possible grâce aux efforts déployés pour la modernisation des systèmes
de production, l’introduction de nouvelles technologies, la mobilisation et l’exploitation
accrue des ressources naturelles, notamment l’eau avec le développement du secteur irrigué
et l’utilisation de la majeure partie des terres à vocation agricole du pays.

Au cours des deux dernières décennies, le secteur agricole a enregistré une croissance
annuelle moyenne de 2,8 %, même si sa contribution dans le PIB a diminué et ne représente
plus que 8,8% en 2015 contre plus de 16% en 1980. Il n’en demeure pas moins un secteur
influant sur la croissance et la balance des paiements du pays, les résultats de l’année 2015 le
confirmant pleinement.

Les exportations agricoles ont progressé et se sont diversifiées notamment avec le


développement de l’exportation des fruits et légumes et des produits biologiques (60 produits

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 115 ~

exportés). De gros efforts ont également été déployés par les privés et les pouvoirs publics
pour diversifier les marchés, notamment pour certains produits comme les dattes qui sont
commercialisées dans plus d’une soixantaine de pays.

La part des exportations agricoles et alimentaires s’est située à 14% en 2015 enregistrant une
légère amélioration par rapport aux résultats des années 2008-2010 mais toujours en baisse
par rapport aux années 1984-1988 (24%).

La balance commerciale alimentaire a enregistré durant la période 2011-2015 un taux de


couverture moyen de 74% en baisse de 12% par rapport à la période 2006-2010. Néanmoins,
ces taux restent très variables d’une année à l’autre à cause des fluctuations interannuelles
de la production agricole et de la volatilité des prix des produits agricoles sur les marchés
extérieurs.

Ils ont ainsi varié entre moins de 70% à plus de 100% au cours des deux dernières décennies,
en 2015 le taux de couverture étant de 98% grâce aux exportations de l’huile d’olive dont les
recettes ont enregistré un niveau record.

Cependant, en dépit des progrès réalisés, les performances du secteur agricole restent
insuffisantes, eu égard à ses potentialités. En effet, la productivité est encore faible, la
variabilité interannuelle importante et de plus en plus marquée ce qui handicape fortement
la stabilité de l’offre, en plus d’une compétitivité et d’une valorisation insuffisante des
produits.

Les ressources naturelles subissent une pression de plus en plus forte, bien au-delà de
certaines zones des seuils de résilience des écosystèmes, accentuant leurs dégradations et
affectant leurs potentiels productifs tout en menaçant leur durabilité.

Ce phénomène est accentué d’une part par la faible diversification de l’économie rurale
faisant de l’activité agricole la principale source d’emploi pour la population rurale et d’autre
part par une demande croissante des marchés, notamment extérieurs, sur certains produits
nécessitant la mobilisation de grandes quantités d’eau.

Après la révolution, les abus sur les ressources naturelles se sont multipliés et ont atteint dans
certains cas des dimensions démesurées, notamment :

- pour l’eau avec la multiplication des forages et des branchements illicites sur les réseaux de
distribution des eaux, des pompages non autorisés et des extensions illégales hors les
Les fondements de la croissance et du développement économique ITES
~ 116 ~

périmètres irrigués, des utilisations abusives de l’eau et des gaspillages en plus du refus de
paiement des factures de consommations de l’eau ;

- pour les terres, avec une expansion de l’urbanisation et l’occupation et l’exploitation illégale
de certaines terres domaniales ;

- pour les forêts et parcours, la multiplication des incendies de forêts et l’accentuation de la


dégradation des ressources notamment pour les parcours avec l’occupation de certaines
superficies forestières ;

-pour les ressources halieutiques, l’accentuation du phénomène de la pêche illicite et


l’utilisation des techniques de pêche prohibées.

D’un autre côté, la tendance à la détérioration des termes de l'échange du secteur agricole
avec le reste de l'économie, le partage inéquitable des fruits de la croissance et une politique
des prix non appropriée, se traduisent par une baisse du revenu des agriculteurs qui ne
dépasse pas les 50% du revenu moyen national ce qui rend le secteur de moins en moins
attractif pour les jeunes alors que 43% des exploitants agricoles ont plus de 60 ans.

Les modèles de développement agricoles qui se sont succédés après l’indépendance, ont
certes permis des progrès indéniables avec la mobilisation de la plupart des ressources
naturelles, notamment hydriques, l’introduction des techniques de production intensives et
l’adoption de mécanismes de soutien et de protection de la production agricole nationale,
mais ont, d’un autre côté, engendré des distorsions importantes entre les secteurs et entre
les différentes catégories d’exploitations. À titre d’exemple, l’appui accordé à la céréaliculture
qui n’a pas été accompagné d’un appui similaire aux légumineuses à graines et aux cultures
industrielles, a favorisé la monoculture et induit un déséquilibre des assolements.

De même les incitations et les subventions profitent d’une manière inéquitable aux différentes
catégories d’agriculteurs.

Par ailleurs, le peu de cohérence entre la politique agricole et les autres politiques publiques,
comme la politique commerciale qui a surtout visé la préservation du pouvoir d’achat du
consommateur et l’abondance de l’approvisionnement des marchés, a été peu favorable aux
agriculteurs.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 117 ~

Enfin, malgré les efforts déployés, les contraintes structurelles auxquels est confronté le
secteur agricole comme le foncier, l’endettement etc., n’ont pas pu être levées et continuent
de ce fait de constituer des facteurs de blocages et des freins au développement du secteur.

A.2. Contraintes et facteurs de blocages


Le développement de l’agriculture se heurte ainsi à plusieurs contraintes structurelles dont
notamment :

A.2.1. Les structures agraires et le foncier


La situation foncière se caractérise par le morcellement continu des terres, le nombre des
exploitations agricoles ayant connu un accroissement de 58% entre le début des années
1960 et 2005. Il est estimé à 516 000 unités couvrant une superficie agricole utile de 5,3
millions d’hectares de terres agricoles.

Cet accroissement a surtout concerné les petites exploitations de moins de 10 ha dont le


nombre est passé de 206.000 exploitations au début des années 1960 à 390.000 exploitations
en 2005, soit un taux de progression de 89% traduisant l’émiettement des exploitations alors
que le nombre des exploitations de plus de 10 ha n’a augmenté au cours de la même période
que de 5% passant de 120.000 à 126.000 exploitations.

Elle se caractérise également par la prédominance des petites exploitations puisque les
exploitations dont la taille est inférieure à 5 ha représentent 54% des exploitations totales et
détiennent 11% des superficies agricoles, cette proportion remontant à 75% si on ajoute les
exploitations dont la taille est comprise entre 5 et 10 ha et couvrent une superficie équivalente
à 25% de la superficie totale. Les exploitations dont la superficie dépasse les 50 Ha ne
représentent que 3% de l’ensemble des exploitations et accaparent 34% des superficies
agricoles.

Tableau 33. Répartition du nombre et des superficies des exploitations selon la taille
Nombre % Superficies %
(en 1000 exploitations) (en 1000 ha)
< 5 ha 281 54 556 11
De 5- 10 ha 109 21 757 14
De 10 – 50 ha 112 22 2177 41
De 50 -100 ha 10 2 651 12
100 ha et plus 4 1 1127 22
Total 516 100 5271 100
Source : INS et ONAGRI

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 118 ~

Le statut de ces terres est essentiellement privé ou domanial. Les terres domaniales occupent
500 000 ha et sont gérées sous la forme d’agro-combinats dépendant de l’office des terres
domaniales, d’unités coopératives de production, de sociétés de mise en valeur agricole et de
lots techniciens ou jeunes agriculteurs. Cette diversité des catégories d’exploitations a
favorisé une diversité des systèmes de production et des stratégies différenciées sont
adoptées par les agriculteurs tenant compte de leurs objectifs propres et de leurs contraintes,
ce qui nécessite des approches et des outils adaptés pour leur développement.

Le constat tiré de ces données permet de souligner d’une part la prédominance de la petite
exploitation et les tendances au morcellement et à l’émiettement des terres agricoles et
d’autre part la concentration foncière au sein des plus grandes exploitations.

Le marché foncier a subi des transformations importantes avec un renchérissement excessif


du prix de la terre dépassant de loin sa véritable valeur productive créant ainsi une difficulté
d’accès au foncier pour les agriculteurs et engendrant des tensions sociales au niveau de
certaines régions.

Cette situation, conjuguée aux problèmes de l’absentéisme, de la tendance au vieillissement


de la population agricole et du manque d’attractivité du secteur pour les jeunes ainsi que le
faible niveau de formation des agriculteurs, constitue une source de préoccupation pour
l’avenir du secteur agricole.

A.2.2. Le financement et l’investissement agricoles

Les investissements agricoles ont plus que triplé entre la période 1987-1991 et la période
2011-2015 passant de 1762 à 5803 MD. Cette évolution a été plus marquée pour
l’investissement privé qui est passé pour les mêmes périodes de 696 MD à 3453 MD (396%)
alors que l’investissement public n’a progressé que de 122% (de 1056 MD à 2350 MD).

Tableau 34. Investissements publics et privés, en MD


1987-1991 2011-2015
Montant % Montant %
Public 1056 60,3 2350 40
Privé 696 39,7 3453 60
Total 1762 100 5803 100
Source : INS et ONAGRI et BCT

La part de l’investissement privé est ainsi passée de 40% à la fin des années 1980 à plus de
60% au cours des 5 dernières années, atteignant 65% en 2015. Cette progression des
Les fondements de la croissance et du développement économique ITES
~ 119 ~

investissements privés a été amorcée à la fin des années 1990 et au début des années 2000
après la promulgation du code des investissements, la restructuration des terres domaniales,
l’accord de l’OMC et l’accord d’association avec l’UE.

Toutefois, globalement, la part des investissements mobilisés pour le secteur agricole a


fortement baissé par rapport aux investissements globaux (de 14,9% en 1995 à 6,6% en 2010
et 7,4% en 2015).

L’investissement public, dont les niveaux peuvent être considérés comme bas compte tenu de
l’importance du secteur et de ses besoins, a surtout été orienté vers la mobilisation des
ressources naturelles, notamment le secteur hydraulique qui a accaparé entre 34 et 41% des
investissements, permettant ainsi le développement des périmètres irrigués et l’amélioration
de l’approvisionnement en eau potable de la population rurale. En revanche, d’autres
domaines d’activités comme le renforcement des capacités, l’encadrement et l’infrastructure
rurale n’ont pas bénéficié de moyens suffisants pour donner l’impulsion nécessaire et créer
les conditions favorables au développement du secteur agricole.

La contribution du secteur bancaire dans le financement de l’investissement agricole reste


faible puisqu’elle n’a représenté que 9,3% dans l’investissement global au cours de la période
2011-2015 et seulement 17% dans l’investissement privé dont 68% provient de
l’autofinancement.

Ce constat traduit les difficultés d’accès au financement bancaire pour une part importante
des exploitations agricoles dont seulement 6000 exploitations bénéficient de crédits de
campagne (grandes cultures) et une moyenne de 20000 exploitations réalisent des projets
d’investissement.

Plusieurs raisons sont invoquées pour expliquer cette situation, dont l’endettement des
agriculteurs, la faible rentabilité du secteur et l’absence de mécanismes de gestion des
risques, l’incapacité pour un grand nombre d’agriculteurs de fournir les garanties exigées par
un système bancaire très rigide et inadapté au secteur.

A.2.3. Appui institutionnel et organisation de la profession agricole

Le cadre institutionnel se caractérise par une Administration très présente aussi bien au
niveau central que régional mais dont les capacités deviennent de plus en plus faibles et
l’organisation inadéquate pour assurer l’appui nécessaire au secteur agricole.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 120 ~

En effet même si le nombre du personnel du ministère de l’agriculture a pratiquement doublé


entre 2009 et 2016 (de 14705 à 27813) avec la régularisation de la situation des contractuels
et les recrutements réalisés après la révolution, l’analyse de la répartition de ce personnel par
catégorie fait ressortir une dominance du personnel ouvrier qui représente 65% (18206
ouvriers) de l’ensemble, un taux d’encadrement de 18,9% et qui descend à 13% dans
l’administration régionale et une pyramide des âges inversée avec plus de 76% du personnel
qui se trouve dans la tranche d’âge entre 45-59 ans.

L’inadéquation entre les besoins et les ressources humaines disponibles est également
fortement ressentie particulièrement pour certaines spécialités et activités, notamment celles
du contrôle.

Enfin la multiplicité des structures administratives intervenantes et le manque de coordination


et parfois l’enchevêtrement des rôles et missions altèrent l’efficacité de ces structures.

L’appareil de vulgarisation s’est amoindri avec un nombre de vulgarisateurs qui ne dépasse


pas les 500 contre plus de 800 au cours des années 1980, sachant que ce relatif
désengagement du service public de la vulgarisation agricole n’a pas été totalement comblé
par la vulgarisation professionnelle et privé dont l’intervention par manque d’appui et de
vision est restée assez limitée.

Le tissu associatif et professionnel est assez varié mais son intervention reste minime dans
l’encadrement du secteur et l’organisation des producteurs et des pêcheurs. L’exemple des
coopératives de services agricoles (SMSA) est éloquent puisque seulement 4% des agriculteurs
sont adhérents à ces structures contre plus de 75% en France ce qui reflète le peu
d’organisation des agriculteurs pourtant majoritairement petits.

La loi de 2005 relative à la création de sociétés mutuelles de service agricole(SMSA) en


remplacement des coopératives de services agricoles largement contestée par les agriculteurs
à cause du maintien d’une tutelle administrative sur ces structures devrait être révisée (un
projet a déjà été proposé par le ministère de l’agriculture) et une volonté politique devrait
être affirmée pour soutenir l’organisation des agriculteurs au sein de ces structures à travers
l’adoption d’un programme ambitieux qui prévoit l’accompagnement et les appuis
nécessaires.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 121 ~

A.2.4. Organisation des filières

Les filières agricoles, malgré des réussites non négligeables dans certains secteurs, sont
faiblement organisées et les divers maillons ne sont pas suffisamment intégrés.

La promulgation de la loi d’orientation relative aux activités de production agricole en 2004


qui a entre autres institué les mécanismes de soutien et d’appui au secteur et qui comprend
l’organisation des filières, les contrats de production et les stocks de régulation n’a pas eu
l’effet escompté. Seule la filière « tomate de transformation » s’est inscrite partiellement dans
le cadre de cette loi mais sans un réel succès.

Les modalités de pilotage et de gestion des filières ont montré leurs limites notamment avec
les crises survenues au cours de ces dernières années dans les filières avicoles et laitières.

Le manque d’autonomie dans les prises de décisions au sein des filières et la lourdeur dans
l’application des mesures en plus de la difficulté de mobilisation des financements adéquats
grèvent fortement l’efficacité des interventions.

A.2.5. Ressources naturelles

Les ressources naturelles sont limitées et fragiles, subissent une pression de plus en plus forte
et sont soumises à diverses formes de dégradation (surexploitation et exploitation illicite,
désertification, érosion et perte de fertilité des sols, salinisation des terres irriguées,
dégradation des parcours, expansion urbaine, pollution…).

Ainsi, l’eau est une ressource qui se raréfie de plus en plus, les disponibilités par tête
d’habitant et par an sont en dessous du seuil minimum (440 contre 500 m3), souvent de
mauvaise qualité avec plus de 35% titrant plus de 2g / l de sel (plus de 75% ont une salinité
dépassant 1,5 g/l) et avec des apports irréguliers et des disparités interrégionales importantes.

Les nappes souterraines notamment du centre et du sud du pays ont atteint des niveaux de
surexploitation parfois élevés (139% pour les nappes phréatiques du centre et 169% pour les
nappes profondes de Kébili) menaçant fortement leur durabilité et par la même la durabilité
des systèmes de production utilisant l’eau provenant de ces nappes.

L’infrastructure hydraulique, n’est pas en reste puisque l’envasement des barrages à cause
principalement de la dégradation des bassins versants en amont des réservoirs (on estime le
dépôt de sédiments à 17Mm3 par an) et la vétusté des équipements hydrauliques qui touche

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 122 ~

80 000 ha de périmètres publics irrigués en plus des problèmes d’hydromorphie et de baisse


de fertilité des sols sont autant de contraintes à prendre en considération.

Pour les sols, on estime à 3,5 millions d’hectares les superficies menacées par l’érosion dans
le nord et le centre du pays et à 2,8 millions d’hectares des superficies menacées par la
désertification dans le sud du pays.

Par ailleurs 47% des sols ont une sensibilité à l’hydromorphie et à la salinisation notamment
au niveau des périmètres irrigués, la fertilité des sols s’est détériorée avec des taux de matière
organique inférieure à 1,5% et même à moins de 1% dans certains sols à vocation céréalière
du nord du pays.

Cette dégradation des sols, outre les effets climatiques, est accentuée par des pratiques
agricoles non adaptées et des systèmes de production déséquilibrés et non intégrés.

Les écosystèmes forestiers et de parcours sont gravement menacés et subissent des niveaux
de dégradation élevés (surpâturage, récolte excessive du bois, déforestation et défrichement
en plus de la sécheresse et l’expansion agricole notamment sur les terres de parcours). Le coût
de cette dégradation a été évalué à près de 100 MD par an.

Les ressources halieutiques subissent également une forte pression, le taux de surexploitation
des ressources de fond dans le golfe de Gabès dépasse d’après les estimations les 30% et dans
les autres régions les espèces juvéniles sont les plus touchées.

Les mauvaises pratiques de pêche, l’exploitation incontrôlée et illicite dans des zones
prohibées ont des conséquences néfastes sur les ressources marines par la dégradation des
fonds marins, le déséquilibre des écosystèmes et la difficile régénération des espèces.

Le cadre législatif et réglementaire qui régit la gestion et la protection des ressources


naturelles est dense et complexe avec une multiplication des textes (code des eaux, code
forestier, loi pour la conservation des eaux et du sol et de la protection des terres agricoles …)
mais dont l’application est parfois difficile (cadre institutionnel inadapté, manque de moyens
humains et matériels…).

Les réformes institutionnelles entreprises avec la création des GDAP (Groupements de


développement agricole et de pêche) qui ont remplacé les diverses anciennes AIC
(associations d’intérêt collectifs) n’ont pas eu l’impact souhaité et les résultats obtenus sont
mitigés.
Les fondements de la croissance et du développement économique ITES
~ 123 ~

La révision du cadre législatif qui est en cours notamment pour le code des eaux, le code
forestier, les GDA et autres, devrait permettre d’instituer un cadre plus adapté pour assurer
une meilleure gestion, un contrôle plus efficace et une bonne gouvernance des ressources
naturelles à travers une participation plus large et une plus grande implication des usagers.

A.2.6. Gouvernance

La gouvernance du secteur agricole est à parfaire. En effet, plusieurs lacunes sont relevées qui
se manifestent aussi bien au niveau de la gestion des ressources naturelles qu’au niveau de
l’efficacité de l’intervention des services publics, notamment en matière de recherche et de
vulgarisation, de gestion des filières agricoles et de gestion des terres domaniales.

Les stratégies adoptées par leur caractère descendant et centralisé n’ont pas favorisé une
implication effective des acteurs, notamment professionnels et locaux dans le processus de
prises de décisions et d’orientations et de ce fait n’ont pas su adapter les outils et les
mécanismes d’intervention et d’incitation à la diversité des agriculteurs et des territoires.

B. Vision, orientations stratégiques et objectifs

B.1. Une vision prospective

L’agriculture tunisienne se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins, tout le monde


s’accorde à le dire, confrontée à de multiples contraintes structurelles, climatiques et des
ressources de plus en plus rares. En revanche elle ne manque pas d’atouts majeurs compte
tenu du potentiel productif disponible, de la grande diversité agro-écologique, du savoir-faire
et de grandes marges de progrès en matière de productivité et de qualité.

L’enjeu pour la prochaine décennie est que le secteur agricole occupe pleinement sa place
en tant que facteur de dynamisation de la croissance de l’économie nationale et du
développement des territoires ruraux, en tant que garant de la sécurité alimentaire du pays
et de la gestion durable des ressources naturelles et en tant que source d’emplois potentiels
pour les jeunes.

Pour ce faire, le secteur agricole devra améliorer ses performances à travers l’intensification
et l’amélioration de la productivité et de la compétitivité, une meilleure valorisation des
potentialités territoriales et des niches de croissance, une plus grande capacité d’intégration
et une meilleure insertion dans l’économie internationale.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 124 ~

Il devra mieux tenir compte des changements climatiques et se préparer à une plus grande
ouverture des marchés (avec l’avènement probable de l’accord de libre-échange, ALECA)
progressive et raisonnée, à la concurrence rude sur les marchés internationaux traditionnels
des produits tunisiens et aux restrictions sanitaires et techniques de plus en plus sévères
imposées aux produits exportés.

Pour cela, le secteur agricole aura besoin d’une profonde réforme de son modèle de
développement, d’un appui fort et d’une affirmation renouvelée de son positionnement
stratégique.

Ce modèle devra se recentrer sur l’agriculteur (ou pêcheur) en tant qu’acteur principal du
développement en prévoyant les appuis adaptés à sa diversité, notamment la promotion de
la petite agriculture familiale dans le cadre d’une approche solidaire et de développement
intégré et durable.

Il favorisera d’une part le développement d’une agriculture moderne et à haute productivité


et haute valeur ajoutée et d’autre part la promotion de l’agriculture de terroirs diversifiée
et adaptée aux spécificités régionales.

Il devra engager la mise à niveau du secteur et intégrer la résolution des contraintes


structurelles telles que les problèmes fonciers, l’endettement et les difficultés de
financement, la gestion des risques, l’encadrement, l’installation des jeunes, l’emploi, etc.

Il devra également permettre d’inverser les tendances actuelles de surexploitation et de


dégradation des ressources naturelles (eau, sol, forêts, parcours, ressources halieutiques, etc.)
en améliorant les modes de gouvernance de ces ressources et le cadre réglementaire et en
encourageant l’adoption de pratiques agricoles appropriées.

Des politiques soutenues d’aménagement du territoire et de développement rural devraient


être mises en œuvre pour favoriser la valorisation du potentiel rural, améliorer les conditions
de vie de la population et promouvoir la diversification de l’économie rurale (agroalimentaire,
tourisme écologique ou agritourisme, artisanat etc.).

Un repositionnement du rôle de l’État et des acteurs professionnels et privés, une meilleure


convergence et cohérence des politiques et des actions et une réforme institutionnelle
seront nécessaires.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 125 ~

De ce qui précède, six orientations stratégiques pourraient être proposées pour le secteur
agricole :

- Améliorer et stabiliser l’offre des produits agricoles et de pêche et favoriser une


meilleure insertion de l’agriculture tunisienne dans l’économie mondiale à travers une
amélioration de la productivité, de la compétitivité, de la valorisation des produits en vue
d’atteindre l’objectif de sécurité alimentaire et sanitaire ;

- Préserver, valoriser et optimiser la gestion des ressources naturelles ;

- Améliorer la gouvernance, renforcer et adapter le cadre institutionnel ;

- Favoriser le développement intégré et durable des territoires ruraux ;

- Augmenter la capacité d’adaptation du secteur aux changements climatiques ;

- Réformer la politique d’appui, d’incitations et de subventions.

B.2. Les trois scénarios potentiels

Trois scénarios d’évolution possibles du secteur agricole sont envisagés pour la


période 2016-2025, tenant compte des performances antérieures, des potentialités et de
l’impact attendu des réformes à engager :

- Scénario de rupture qui prévoit une croissance moyenne annuelle de 2 %


représente le scénario bas redouté. Il suppose que la plupart des réformes n’ont pas pu être
engagées, que l’accroissement des investissements s’est maintenu au rythme actuel autour
de 4% annuellement avec la même tendance à la baisse de l’investissement public. Ce scénario
risque de creuser davantage la dualité entre les exploitations agricoles et poursuivre la
tendance à la paupérisation de la population rurale ;

- Scénario de sortie de crise et de pré émergence qui se fonde sur une


croissance de 3,4% pour la période 2016-2020 tel que prévu par le plan quinquennal suivi
par une croissance de 5,2% pour la période 2021-2025. Ce scénario, réaliste et réalisable,
suppose la mise en œuvre des réformes et programmes prévus par le plan quinquennal dans
les délais impartis et la mobilisation d’investissements conséquents en faveur du secteur
agricole, notamment un investissement massif dans la formation, dans l’encadrement et la
recherche pour renforcer les capacités des acteurs dans la modernisation et l’intensification

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 126 ~

des systèmes de production, l’encouragement de l’innovation technologique et


l’augmentation de la capacité d’adaptation du secteur agricole aux changements climatiques ;

- Scénario de décollage et d’émergence qui prévoit une croissance de 6% pour


la période 2016-2025, scénario hautement optimiste et ambitieux qui nécessite une
accélération de la mise en œuvre des réformes et des programmes proposés.

B.3. Présentation du scénario de sortie de crise et de pré-


émergence

Le scénario de sortie de crise et de pré-émergence prévoit notamment d’accroître :

- la valeur ajoutée du secteur agricole de 7948 MD en 2015 à 9388 MD en 2020 et


12072 MD en 2025 ;

- les exportations des produits agricoles et de l’IAA de 4009 MD en 2015 (résultats


exceptionnels) à 4134 MD en 2020 et à 6780 MD en 2025 ;

- les investissements de 1230 MD en 2015 à 2000 MD en 2020 et 5200 MD en 2025.

La mobilisation des ressources naturelles ayant pratiquement atteint ses limites supérieures
notamment pour l’eau, le développement de l’agriculture et de la pêche et la réalisation de
ce scénario reposera sur l’intensification (mais une intensification respectueuse de
l’environnement), la modernisation et la valorisation du potentiel existant.

L’exploitation rationnelle et optimale des ressources, particulièrement pour l’eau, en


consolidant l’orientation de la gestion de la demande et l’amélioration de l’efficacité des
infrastructures et pour le sol en renforçant les programmes de préservation et en adoptant
des mécanismes appropriés et des incitations spécifiques pour favoriser les pratiques
culturales adaptées et améliorer la fertilité des sols et leurs potentiels productifs.

D’autre part, l’innovation technologique, la diversification des produits, la transformation et


la valorisation de la qualité à travers l’agriculture biologique et les appellations et la
labellisation (IP, AOC, etc.), constituent des leviers importants pour la croissance du secteur
agricole et devraient être à ce titre soutenus et développés.

Le secteur agricole misera pour la prochaine décennie sur l’accroissement de la production de


ses produits de base : les céréales dont le blé dur et l’huile d’olive qui influencent d’une
manière significative la balance commerciale alimentaire et la croissance. La production de

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 127 ~

fruits et légumes devraient également croître et leur part dans les exportations augmenter
sensiblement à la faveur des avantages comparatifs dont ils disposent (précocité, étalement
du cycle productif, label méditerranéen), leurs qualités spécifiques et gustatives et une
demande croissante pour ces produits.

D’autres créneaux porteurs sont également à promouvoir, notamment la valorisation des


produits du terroir et des produits forestiers et pastoraux, plusieurs initiatives ayant vu le jour
et pouvant servir d’exemples pour le développement de ces produits.

L’aquaculture en eau de mer ou en eau douce continuera à se développer et à compenser la


baisse attendue de la production de la pêche.

a – Production agricole

La structure de la production agricole ne devrait pas enregistrer des changements


majeurs d’ici 2025, mais une réallocation partielle des superficies devrait être favorisée
pour tenir compte des impératifs suivants :

• La nécessité d’équilibrer les assolements par l’extension des superficies des


légumineuses à graines, le développement des cultures industrielles tel le colza et la
betterave à sucre.

Un soutien particulier devrait être accordé au développement de ces filières,


notamment pour les légumineuses à graines compte tenu de leur importance dans la
préservation de l’environnement et la durabilité des systèmes de production ;

• L’extension et la diversification des cultures fourragères pour une meilleure intégration


de l’élevage et l’amélioration de la couverture des besoins du cheptel en aliments ;

• La protection des sols en fortes pentes du nord du pays contre l’érosion par leur
plantation (oliviers et arbres fruitiers rustiques ou espèces pastorales et forestières) ;

• Des disponibilités en eau de plus en plus limitées rendant nécessaire l’orientation vers
des cultures moins consommatrices en eau ou des cultures à forte valeur ajoutée. Dans
ce cadre, des arbitrages seront nécessaires.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 128 ~

Au vu de ce qui précède, les orientations et objectifs suivants pourraient être retenus pour
les principaux secteurs de la production agricole :

o La production céréalière devrait progresser pour atteindre à l’échéance 2025 les 26


millions de quintaux. L’orientation serait de continuer à encourager le développement
de la production du blé dur et de l’orge.

Les superficies devant baisser légèrement, l’amélioration de la production proviendrait


de l’amélioration de la productivité ;

o La production oléicole est appelée à évoluer pour atteindre 340 000 T d’huile d’olive,
moyennant :

- L’extension des superficies au niveau des régions du nord du pays, notamment


dans les zones à fortes pentes, autour des ouvrages hydrauliques, en tant que
brise vent dans les périmètres irrigués et pour la consolidation des ouvrages de
CES ;

- Le renouvellement des plantations âgées de Sfax et du Sahel ;

- L’encouragement de l’irrigation de complément des oliviers là où les


disponibilités hydriques le permettent ;

- La poursuite des efforts d’amélioration de la qualité, du développement du


conditionnement et de la promotion des signes de qualité (biologique, IP, AOC) ;

o La production de dattes, l’extension des superficies de palmiers dattiers ne pourra être


que très limitée compte tenu de la faiblesse des ressources hydriques. Les efforts seront
donc axés sur l’amélioration de la productivité, la rénovation des anciennes palmeraies,
l’amélioration de la qualité et la valorisation des produits ;

o L’arboriculture fruitière devrait continuer à progresser à travers l’extension raisonnée


des superficies, le renouvellement des plantations âgées (maltaises, pommiers),
l’orientation vers les espèces plus rustiques (amandier, pistachier, grenadier, figuier
etc.), la diversification variétale et l’introduction des nouveautés ;

o Les cultures protégées offrent des possibilités d’évolution remarquables notamment


pour le secteur de la géothermie qui a montré sa forte capacité à produire et à exporter
et dont le potentiel n’est pas totalement exploité (240 ha pour un potentiel de 314 ha)

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 129 ~

Le secteur de la sériciculture nécessite une modernisation de ses moyens de


production pour accroître ses performances et gagner en compétitivité ;

o La production animale et la production laitière devront être orientées vers une plus
grande intégration pour une meilleure compétitivité et une meilleure adéquation dans
le choix des races avec les spécificités des petits producteurs et de leurs milieux
(privilégier les races mixtes plus rustiques) et la promotion de la qualité technique et
sanitaire.

Les productions ovines, caprines et camélidés fortement adaptés au contexte agro-écologique


du pays devraient maintenir leur positionnement au niveau de la structure de la production
animale mais devraient être plus intégrées aux systèmes pastoraux du centre et du sud du
pays (de gros efforts sont à consentir pour l’amélioration des parcours et de leurs modes de
gestion).

Pour le secteur avicole, la production ne devrait pas connaître de grandes évolutions,


l’orientation serait de rechercher un équilibre au niveau de la filière en mettant l’accent sur
l’amélioration de la qualité, la transformation et la recherche de marchés d’export.

b – Pêche et aquaculture

L’effort de pêche devra être rationalisé pour tenir compte de la nécessité de


préservation de la ressource. Les évolutions seront à rechercher au niveau de la pêche du
poisson bleu et le développement de l’aquaculture dont les produits devraient être diversifiés,
la valorisation et le renforcement des capacités d’exportation à travers la mise à niveau et
l’amélioration de la compétitivité des produits.

c – Forêts et parcours

Les écosystèmes forestiers et de parcours couvrent 35% de la superficie du pays, 14%


de la population y réside (près de 800 000 habitants).

Ils fournissent 30 à 40% du revenu des ménages ruraux, 15-25 % des besoins
alimentaires pour le bétail et 14% des besoins des ménages en énergie domestique d’où
l’importance des forêts et parcours pour la subsistance des populations locales en plus de leur
importance environnementale et économique.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 130 ~

En effet, le secteur forestier et pastoral offre des opportunités certaines de


croissance à travers la valorisation des produits, la valorisation des réserves naturelles à des
fins culturelles et touristiques, le développement du tourisme de la chasse, etc.

Les objectifs d’évolution programmés dans le cadre de la stratégie nationale pour les
dix prochaines années du secteur forestier se présentent comme suit :

- Le renforcement de l’effort de reboisement pour atteindre 16 000 ha par an


contre 6 200 ha au cours des 5 dernières années ;

- L’amélioration du rythme d’aménagement forestier et pastoral de 36% à 60%


pour les forêts et de 19,5 % à 34% pour les parcours ;

- L’amélioration du taux d’exploitation des productions forestières de 80% à 90%

La réalisation de ces objectifs nécessite :

- la mobilisation d’investissements publics et privés conséquents sachant


qu’actuellement 80% du budget réservé aux forêts couvre les charges salariales et de
fonctionnement, cette enveloppe étant estimée pour les 10 prochaines années à 800 MD ;

- l’encouragement du partenariat public-privé ou groupement de développement ;

-l’adaptation du cadre institutionnel et législatif (révision du code forestier,


clarification de la situation foncière, simplification des procédures des concessions, etc.) ;

- le renforcement des capacités en ressources humaines, notamment en cadres


techniques spécialisés ;

- l’amélioration de la gouvernance par l’adoption de l’approche participative et de la


co-gestion qui inciterait la population vivant dans les forêts à protéger et à conserver les
ressources ;

- l’adoption de mécanismes appropriés de financement et d’incitations.

d – Les ressources en eau

Au vu des prévisions de l’étude stratégique eau 2030, l’allocation par habitant qui est de 450
m3/hab./an en 2010, tout usage confondu, sera seulement de 370 m3/hab/an en 2030,
toutefois le bilan ressource- demande serait encore équilibré si l’on prenait en considération

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 131 ~

les apports possibles des ressources non conventionnelles programmées (dessalement et


eaux usées traitées).

Il est par conséquent admis que les ressources conventionnelles à elles seules ne pourront
plus suffire à satisfaire les besoins en eau de tous les secteurs et le recours aux eaux non
conventionnelles devient incontournable. Cette orientation a déjà été adoptée depuis
plusieurs années avec l’installation de stations de dessalement des eaux saumâtres et de l’eau
de mer notamment pour couvrir les besoins en eau potable de certaines zones du sud du pays
et améliorer leurs qualités.

De même, le traitement des eaux usées a permis de mobiliser des quantités d’eaux
supplémentaires pour l’agriculture. Toutefois la qualité moindre et l’éloignement des zones
agricoles des lieux de production de ces eaux ont limité leur utilisation (8000 ha seulement
sont irrigués par les eaux usées traitées).

Les orientations pour le secteur de l’eau seraient de :

-consolider l’option prise de gestion de la demande afin d’alléger la pression sur la


ressource et optimiser son utilisation ;

-accorder une place plus importante au petit hydraulique par le renforcement de la


collecte des eaux pluviales à travers les petits ouvrages hydrauliques (impluviums, réservoirs,
bassins, etc.) individuels ou communs. Cette orientation qui revient à des pratiques anciennes
pouvant être améliorées et adaptées au contexte actuel pourrait permettre d’apporter des
quantités d’eau supplémentaires à utiliser pour l’irrigation de complément des plantes ou
pour l’approvisionnement en eau ;

- donner la priorité à la réhabilitation et à la modernisation des périmètres publics


existants pour permettre l’intensification de leur exploitation notamment le périmètre de
Bouhertma sachant que globalement le taux actuel d’exploitation des périmètres publics
irrigués n’est que de 86% ;

-améliorer l’efficience des réseaux d’irrigation par un entretien et une maintenance


régulière afin de réduire les pertes et le gaspillage. Dans ce cadre, l’incitation à l’installation
de petites entreprises par des diplômés pourraient constituer une alternative pour une
meilleure efficacité des interventions ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 132 ~

- renforcer les efforts pour l’adoption des techniques d’économie d’eau et la lutte
contre les gaspillages qui devraient être généralisées au cours de la prochaine décennie et
concerner tous les usages ;

-encourager l’utilisation des énergies renouvelables (photovoltaïques), notamment


pour le pompage de l’eau et les techniques de dessalement appropriées au niveau des
exploitations agricoles ;

-améliorer la gouvernance dans la gestion des systèmes d’eau et des eaux


souterraines en favorisant l’approche participative, clarifiant les missions et responsabilités,
en renforçant l’accompagnement des GDA et l’implication du secteur privé.

Par ailleurs, la réalisation de barrages supplémentaires est encore nécessaire notamment


pour la protection contre les inondations de certaines villes et le remplacement des barrages
envasés.

Les études en cours sur les transferts de l’eau des barrages du nord aux barrages du centre du
pays permettront un éclairage plus précis sur cette option, toujours est-il qu’une répartition
équitable qui diminuerait les disparités interrégionales et allégerait la pression doit être
valorisée.

Enfin, l’eau est une ressource vitale mais qui se raréfie de plus en plus, l’enjeu pour le futur
est de la préserver, optimiser son utilisation et la valoriser à sa juste valeur.

Une prise de conscience générale de l’importance de l’eau aiderait à améliorer son usage et à
la préserver contre toutes les formes de dégradation.

Ainsi, il est urgent de mettre en œuvre un programme national pour la maîtrise de la pollution
qui affecte aussi bien les ressources hydriques que les sols en clarifiant notamment les
responsabilités institutionnelles pour la gestion de l’assainissement rural.

e – Préservation des ressources naturelles

- encourager l’adoption des bonnes pratiques agricoles (assolement équilibré,


intégration de l’élevage, agriculture de conservation, restitution de la fertilité des sols,
stratégies de lutte intégré et biologique, etc.) ;

- renforcer les programmes de lutte contre l’érosion et la protection des bassins


versants en favorisant la démarche d’intégration et l’approche participative ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 133 ~

- réviser le cadre législatif relatif à la préservation des ressources naturelles ;

- renforcer les capacités de l’administration en matière de contrôle et d’application


de la législation contre les abus, l’exploitation et les branchements illicites, les forages non
autorisés, pêche illicite, etc. ;

- maîtriser l’expansion urbaine sur les terres agricoles et les zones forestières et les
parcours en révisant le cadre réglementaire (actualisation des cartes de protection des terres
agricoles) et le renforcement des capacités de contrôle et d’application de la loi.

C. Programmes et mesures prioritaires

Les marges d’amélioration des performances du secteur agricole sont significatives mais le
développement du secteur se heurte aux multiples contraintes structurelles et doit faire face
à de nouveaux enjeux.

Les mesures à prendre sont nombreuses. A ce stade, il est possible de dégager les mesures
prioritaires suivantes pouvant constituer des leviers pour la croissance, la préservation et la
gestion optimale des ressources naturelles :

*Pour les moyennes et grandes exploitations, les structures gérant les terres
domaniales et les petites exploitations organisées au sein d’organisations professionnelles de
base :

- favoriser l’amélioration de la production agricole, la modernisation des


techniques de productions et de gestions à travers l’encouragement de l’investissement privé
qui devrait atteindre 3100 MD en 2025 contre 796 MD en 2015. Le nouveau code des
investissements et les incitations qui seront accordées à l’agriculture devraient être à la
mesure des attentes, ainsi que la mise en œuvre du programme de mise à niveau des
exploitations agricoles qui constitueront des outils majeurs pour atteindre cet objectif.

Le programme de mise à niveau qui s’appuie sur une démarche d’investissement


matériel et immatériel au niveau des exploitations agricoles, couplée à un dispositif d’appui
conseil afin de permettre d’améliorer leur rentabilité économique, durabilité sociale et la
soutenabilité environnementale, se propose de toucher 100 000 exploitations à l’échéance
2025. Une estimation approximative des besoins de financement de ce programme se
monterait à plus de 3000 MD dont 1200 MD d’investissements publics sur 10 ans ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 134 ~

- améliorer la gestion des terres domaniales, notamment en restructurant


l’office des terres domaniales sur la base des propositions de l’étude réalisée à cet effet en
s’orientant entre autres vers le partenariat public -privé accélérant le rythme de location des
fermes de déchéance à de nouveaux promoteurs en vue de favoriser l’investissement et la
mise en valeur de ces terres, accélérant la révision de la loi de 1995 régissant les terres
domaniales et renforçant le bureau de restructuration des terres domaniales en moyens
humains et matériels pour lui permettre de jouer le rôle qui lui est dévolu.

*Pour les petites exploitations

- Favoriser le développement de la petite agriculture familiale en mettant en


œuvre des programmes spécifiques d’appui à ces exploitations visant la promotion de
l’organisation professionnelle dans le cadre de coopératives de services agricoles, le
développement de filières territorialisées valorisant les produits locaux et accordant une
attention particulière à la femme rurale ;

Un appui institutionnel serait nécessaire pour accompagner, faciliter l’accès à un


financement approprié et favoriser l’intégration de ces exploitations dans les filières de
production à travers, entre autres, l’encouragement à l’agrégation ;

- Favoriser l’organisation des filières et le dialogue et la concertation entre les


différents acteurs et permettre aux agriculteurs d’être plus impliqués individuellement ou à
travers leurs structures professionnelles (associations, coopératives de service, groupements
etc.) dans la prise de décision et dans les orientations futures. Dans ce cadre, les filières
devraient être dotées de fonds spécifiques permettant une certaine autonomie pour assurer
une plus grande efficacité des interventions ;

- Améliorer les modes de gouvernance des ressources naturelles par l’adoption de


l’approche participative et un meilleur accompagnement de la gestion collective ;

- Accélérer la promulgation des nouveaux textes régissant les ressources naturelles,


notamment, le code des eaux et le code forestier ;

- Engager la résolution des problèmes fonciers par l’adoption d’une nouvelle politique
foncière qui encouragerait l’exploitation commune, dynamiserait le marché foncier,
favoriserait l’installation des jeunes agriculteurs sur des exploitations économiquement
viables (réforme du crédit foncier, une partie des terres domaniales pourrait être mise à profit

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 135 ~

pour l’aménagement foncier), renforcerait les interventions de l’AFA pour le remembrement


etc.

- Réformer les systèmes de recherche, de formation et de vulgarisation agricole pour


mieux répondre aux besoins du secteur en matière d’innovations technologiques,
d’adaptation aux changements climatiques, de renforcement des capacités et
d’accompagnement et de conseils ;

- Améliorer l’accès des agriculteurs au crédit bancaire en prenant les mesures


nécessaires pour résoudre les problèmes d’endettement et adapter les mécanismes de
financement aux spécificités du secteur, notamment à travers la réduction du coût du crédit
bancaire et l’assouplissement des exigences de garantie ;

-Promouvoir les mécanismes de gestion des risques qu’ils soient climatiques ou


économiques dans le cadre d’une orientation de solidarité nationale avec le secteur agricole
qui subit les effets des aléas climatiques de plus en plus fréquents ;

-Restructurer les services du ministère de l’agriculture, des ressources hydrauliques et


de la pêche, sur la base d’une redéfinition de ses rôles et de ses missions qui devraient être
centrées sur les missions régaliennes et stratégiques, les missions de services publics
(recherche, vulgarisation, formation, etc.) et l’initiation et la mise en œuvre des programmes
de développement.

Cette restructuration devrait concerner aussi bien les services centraux que
régionaux du ministère et viser une plus grande efficacité, une meilleure coordination et
une adéquation de l’organisation administrative avec les besoins du secteur.

Dans ce cadre, des administrations devraient être regroupées, d’autres érigées en


structures plus appropriées et d’autres structures à créer. Ainsi il est proposé, entre autres,
d’envisager la mise en place des structures suivantes :

o Une agence de développement agricole qui serait en charge de la mise en


œuvre des nouveaux programmes de mise à niveau de la petite agriculture, de la promotion
de la qualité et le développement des coopératives de services agricoles ;

o Un office national de la sécurité sanitaire prévu par le projet de loi sur la


sécurité sanitaire qui regrouperait les deux actuelles administrations de la protection des
végétaux et des services vétérinaires ;
Les fondements de la croissance et du développement économique ITES
~ 136 ~

o Un office national des forêts ;

o Une agence de gestion du domaine public hydraulique.

Le secteur de la pêche et de l’aquaculture devrait bénéficier d’une organisation


propre tenant compte de ses spécificités.

- Réformer le système d’incitations et de subventions dont bénéficie le secteur


agricole de façon à le rendre plus équitable et qu’il puisse profiter à tous les agriculteurs,
orienter les pratiques agricoles vers la modernisation, l’innovation et la durabilité des
systèmes de production et encourager les agriculteurs à s’organiser au sein de structures
professionnelles ;

Il est également proposé d’envisager, dans une prochaine étape, de faire bénéficier
les agriculteurs et pêcheurs d’aides directes leur assurant un complément de revenus,
système adopté par plusieurs pays.

- Enfin le développement du secteur agricole est également conditionné par d’autres


politiques publiques, dont notamment la politique commerciale, la politique industrielle, la
politique de transport, etc. Une cohérence de ces politiques avec la politique agricole est
nécessaire pour garantir une meilleure efficacité et créer les conditions favorables à son
évolution.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 137 ~

Tableau 35. Evolution des indicateurs clés pour les orientations stratégiques du secteur agricole
(Million de Dinars)
indicateur 1995 2000 2005 2010 2015 2020 2025
Valeur ajoutée prix
1479* 2875,6 3545,6 4509,5 7948 9388 12072
constant N-1
4,3 1,7 8,7 3,4 5,2
Taux de croissance
(2001-2005) (2006-2010) (2011-2015 (2016-2020) (2021-2025)
Exportations produits
A+IAA 515 707 1471 1879 4009 4134 6780
Exportations principaux produits
Huile d'olive 216,6 263,9 476,7 444,4 1891,9 1020 1610
Dattes 58,3 52,7 130,5 286 442 600 715
Agrumes 10,6 9,8 15,2 21,5 22 30 35
Produits de la pêche 75,8 120,9 202,9 226,2 326,4 450 500
Autres produits 153,7 259,7 645,7 900,9 1326,7 2034 3920
Investissements 596,6 890 786,6 1032,8 1230 2000 5200
Part de l'investissement
14,90% 12,68% 9,37% 6,63% 7,40% 6,5 9,3
global
*valeur ajoutée au prix constant 1990
Source : INS et ONAGRI et BCT

III.2.2. Plan d’action 7 : Vers la maturité industrielle à l’horizon 2025

Représentant 16,6% du PIB en 2014 et près de 80% des exportations de biens et de services,
les industries manufacturières constituent une véritable locomotive de l’économie
tunisienne. Structurée autour d’acteurs privés, tunisiens et étrangers, l’industrie tunisienne a
su négocier plusieurs virages, dont celui de la mondialisation des échanges, caractérisée par
la signature de l’Accord d’association avec l’Union Européenne en 1995 et la suppression des
Accords multifibres en 2005. Toutefois, l’industrie tunisienne a de nombreux défis à relever :
il est attendu qu’elle contribue plus fortement à la résorption du chômage des jeunes
diplômés, qu’elle soit motrice dans un meilleur équilibrage économique et social au niveau
des régions et, enfin, qu’elle poursuive son développement dans un environnement marqué
par des ruptures technologiques.

Après avoir réalisé une vue rétrospective et posé un diagnostic de l’industrie tunisienne, une
vision prospective est développée après prise en compte des facteurs de changement et des
inerties. Cette vision est par la suite déclinée en trois scénarii : un scénario souhaitable
permettant le décollage de l’industrie tunisienne, un scénario médian comprenant une

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 138 ~

phase de sortie de crise et une deuxième de pré-émergence, enfin un scénario de rupture


conduisant au déclin de l’industrie.

Des programmes sont enfin développés reprenant les principales actions à mettre en œuvre
afin d’appuyer la réalisation du scénario souhaitable.

A. Vue rétrospective et diagnostic


A.1. Vue rétrospective
La vue rétrospective de l’industrie manufacturière en Tunisie met en évidence trois périodes
distinctes.

Née post-indépendance, l’industrie manufacturière tunisienne connaît un premier essor au


début des années 1970 grâce à la mise en œuvre d’une politique économique à orientation
libérale et à la mise en place d’un dispositif d’attraction des investissements productifs,
tunisiens et étrangers, orientés vers l’exportation. Cette orientation libérale sera confirmée
au milieu des années 1990 dans le cadre de la signature de l’accord de libre-échange avec
l’Union Européenne, accord dont le volet économique concerne principalement l’industrie.
Même si l’industrie manufacturière reste indéniablement un facteur central de succès de
l’économie tunisienne, elle affronte depuis plusieurs années de nombreux défis qu’elle ne
parvient pas à relever. Ces défis portent notamment sur le déséquilibre régional industriel, la

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 139 ~

faible montée en valeur ajoutée et par là la difficulté à apporter une réponse au chômage des
diplômés et enfin sur l’émergence de groupes industriels d’envergure régionale.

Le tableau 34 illustre le très fort développement de l’industrie manufacturière tunisienne au


cours des 50 dernières années.

Tableau 36.Evolution des indicateurs de l’industrie manufacturière (1962-2015)

1962 1971 1990 2001 2010 2015

Emplois industriels 40.000 93.500 384.000 510.000 588.000 630.000

% population active 5% 8% 20% 20 % 18% 16%

VA Industrie / PIB 7% 10 % 18% 18 % 18,5% 15,6%


(2014)

5% 11 % 10% 6% 3% 1,1%
Croissance VA industrielle
(1961-1970) (1971-1980) (1991-2001) (2001-2010) (2010) (2014)

Exportations industrielles 20 MD 90 MD 2 600 MD 7 792 MD 22 955 MD 26 404 MD


(en millions de dinars) *

Part dans l’export total 3% 5% 74% 73% 74% 78%

Source : INS, MDCI.


* Les exportations Agriculture et IAA sont ventilées à 30% en Agriculture et 70% en IAA

Au cours des cinquante dernières années, l’industrie manufacturière s’est imposée comme
l’un des piliers de l’économie tunisienne. A ce titre, elle constitue le premier secteur
économique marchand. Outre la période post-indépendance qui voit éclore l’industrie
manufacturière tunisienne, celle-ci connaît trois grandes phases, chaque phase constituant un
nouvel accélérateur dans son développement :

La première période de développement industriel couvre les années qui suivent


l’indépendance. L’effort d’investissement industriel est porté en grande partie par l’État
tunisien et permet la mise en place des grandes filières industrielles de base.

La seconde période court sur deux décennies. Elle débute par la mise en œuvre d’une
orientation libérale de l’économie, symbolisée par la promulgation de la loi 72/38 d’avril 1972
et prend fin à la signature de l’accord d’association avec l’Union Européenne en 1995. Un
véritable tissu industriel diversifié se crée en Tunisie, porté par des investisseurs étrangers
mais également tunisiens. Le développement exponentiel de l’industrie du textile-habillement
est l’illustration de cette réussite industrielle.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 140 ~

La mise en œuvre de l’accord d’association signé avec l’Union Européenne en 1995 marque
le début de la troisième période de l’industrie tunisienne. Cet accord entérine l’accès
permanent des entreprises tunisiennes au plus grand marché économique du monde, tout en
les exposant par ailleurs à une concurrence de niveau international. La mise en œuvre de
politiques volontaristes de mise à niveau des entreprises, de développement de leurs
capacités d’exportation, etc. permet la conservation d’un tissu industriel développé mais
également le positionnement de la Tunisie sur de nouveaux créneaux industriels, notamment
le secteur automobile.

Toutefois, ces succès ne peuvent occulter les insuffisances du modèle et les difficultés
rencontrées pour le faire évoluer. Ces insuffisances sont au nombre de trois. La première
porte sur le déséquilibre régional, l’industrie manufacturière restant concentrée sur le littoral.
Or, l’industrie est un secteur économique pourvoyeur d’emplois directs mais également
indirects et ses externalités (effets positifs sur son environnement) sont très significatives. La
seconde limite du modèle est la difficulté à monter en valeur ajoutée, en quittant un modèle
basé sur l’avantage-coût pour une stratégie mettant en évidence les autres avantages
compétitifs de la Tunisie, notamment les compétences. Enfin, la troisième insuffisance porte
sur la faible diversité du modèle, l’industrie tunisienne restant à titre principal une industrie
de sous-traitance et de fabrication pour le compte de donneurs d’ordre européens. La
stratégie industrielle à horizon 2016, définie dès 2007, a apporté des réponses à ces
insuffisances. Toutefois, sa mise en œuvre est devenue très difficile à partir de 2011.

C’est donc une quatrième période de l’histoire industrielle de la Tunisie qui s’ouvre
aujourd’hui.

A.2. Diagnostic

Bien que l’industrie manufacturière enregistre 50 ans de succès et un tissu industriel solide,
elle est aujourd’hui confrontée à des difficultés à se réformer. Le portrait de l’industrie
manufacturière tunisienne peut être brossé autour de dix réalités fortes :

- Réalité 1 : La Tunisie bénéficie d’une histoire industrielle longue de plus de cinquante ans,
et peu de pays émergents peuvent se vanter d’un tel parcours ou « track record » ; cette
histoire industrielle a pour mots-clés ouverture économique en termes de capital, de

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 141 ~

marchés, de législation, etc. Tout acteur économique en Tunisie bénéficie inévitablement


de la culture économique et industrielle libérale ainsi acquise ;

- Réalité 2 : En dépit de sa petite taille, la Tunisie a su adopter des positions fortes dans un
certain nombre de secteurs ou branches, parmi lesquels le textile-habillement et les
équipements automobiles. En 2010, la Tunisie était le premier pays sud-méditerranéen
exportateur de produits industriels en valeur absolue. Par ailleurs, le choix stratégique
effectué en 1995 de développer les activités industrielles dans le secteur automobile a été
couronné de succès. La fin des années 2000 a enfin vu le lancement de l’activité
aéronautique. Toutes ces illustrations expriment une capacité très forte de mobilisation
et de réactivité permettant de traduire des orientations économiques en véritables
succès ;

- Réalité 3 : L’industrie tunisienne est fortement orientée vers les exportations puisque
celles-ci représentent plus de la moitié de la production industrielle. Le marché de l’Union
Européenne est destinataire de près de 80% des exportations industrielles. Les pays
d’Afrique sub-saharienne absorbent moins de 5% des exportations industrielles ;

- Réalité 4 : Malgré ces positions fortes, le degré d’intégration verticale industrielle


demeure faible. L’industrie tunisienne est avant tout une multiplication d’entreprises
ayant une activité similaire. Elle reste par ailleurs orientée vers des activités à faible valeur
ajoutée et la remontée de la chaîne de valeur et l’introduction d’activités d’ingénierie
relèvent plus d’exceptions que de cas fréquents ;

- Réalité 5 : Il existe peu de groupes industriels de taille significative bénéficiant d’une


envergure régionale. Le nombre de groupes industriels disposant de plus de trois
implantations industrielles hors de Tunisie est très faible (moins de 20 groupes) et peu de
groupes industriels comptent parmi les acteurs régionaux majeurs de leur branche
d’activité. Par ailleurs, le nombre d’entreprises industrielles de plus de 200 salariés est de
l’ordre de 500 entreprises, soit 10 % environ des entreprises industrielles de plus de 10
salariés ;

- Réalité 6 : L’industrie manufacturière n’est présente que sur le littoral, en dépit des
efforts réalisés au cours des années 2000 pour étendre l’activité industrielle aux régions
intérieures (plateformes industrielles de textile-habillement ; grandes usines de câblage

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 142 ~

automobile). Même les industries de transformation des produits issus des régions
intérieures sont localisées sur le littoral ;

- Réalité 7 : Le processus de mise à niveau initié au milieu des années 1990 en


accompagnement de la signature de l’accord d’association avec l’Union Européenne a
permis à de très nombreuses entreprises tunisiennes d’améliorer sensiblement aussi bien
leur outil de production que leurs méthodes managériales. L’expérience tunisienne de
mise à niveau des entreprises est considérée comme un véritable succès ;

- Réalité 8 : Les entreprises opérant en Tunisie, qu’elles soient tunisiennes ou étrangères,


pointent certaines insuffisances relatives à l’environnement des affaires. La lourdeur
administrative, la logistique et les relations de travail sont citées comme facteurs externes
peu favorables à la conduite et au développement des affaires. Les créations d’entreprises
sont encore plus fortement pénalisées par l’environnement des affaires, notamment en
matière d’accès au financement ;

- Réalité 9 : La réalité en matière de compétences reste mitigée. Les points forts (formation
des ingénieurs, existence d’une diaspora disponible) le disputent aux limites (culture du
travail, profil des techniciens supérieurs). Il convient toutefois de relever que de
nombreuses entreprises étrangères expriment un niveau de satisfaction élevé quant aux
compétences techniques, cette satisfaction se situant dans une approche statique et non
dynamique (souhait de montée en valeur ajoutée) ;

- Réalité 10 : Au cours des dernières années, les entreprises tunisiennes de taille


significative ont su diversifier leurs sources de financement à travers l’ouverture de leur
capital aux fonds d’investissement, le financement par le marché financier ou encore un
accès facilité à l’endettement bancaire. Toutefois, ceci ne concerne pas le tissu
entrepreneurial tunisien qui souffre d’un accès difficile au financement de quelque nature
que ce soit.

B. Vision, orientations stratégiques et objectifs

B.1. Une vision prospective

La vision prospective de l’industrie manufacturière tunisienne s’appuie à la fois sur des


éléments de continuité et des éléments de rupture.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 143 ~

Au niveau sectoriel, l’industrie manufacturière tunisienne poursuivra son développement


autour de trois secteurs industriels clés. Le secteur des industries mécaniques, électriques et
électroniques, fortement orienté vers l’exportation, s’imposera comme le premier secteur
industriel et représentera près de la moitié des exportations industrielles à l’horizon 2025. Ce
secteur parviendra à capitaliser sur les succès engrangés au cours des 20 dernières années,
qui se traduisent par une image forte de la Tunisie auprès des constructeurs et
équipementiers, notamment automobiles. Les industries Textile & Habillement devraient
maintenir un niveau d’activité significatif, bien qu’en recul aussi bien en termes de production
industrielle qu’en part relative. Les industries Textile & Habillement continueront de
bénéficier des avantages concurrentiels de la Tunisie, notamment la proximité, tout en
engageant avec succès une orientation vers des créneaux à plus forte valeur ajoutée.

Enfin, les industries agro-alimentaires se développeront grâce notamment à la remontée des


chaînes de valeur via une plus grande transformation des produits agricoles. Outre ces
secteurs-clés, d’autres secteurs tels que les sciences du vivant connaîtront également un
développement important.

L’enjeu de montée en valeur ajoutée est et restera un élément-clé de l’industrie


manufacturière tunisienne. Ceci se traduira par la croissance des activités à contenu
technologique (notamment relatives aux secteurs automobile et aéronautique, aux sciences
du vivant, aux plastiques techniques). Les exportations des activités à contenu technologique
devraient représenter plus de 50% des exportations à l’horizon 2025 contre 30% en 2010.

La vocation exportatrice de l’industrie tunisienne se poursuivra en s’accentuant. L’Union


Européenne restera, et de loin, le principal marché des industries manufacturières.
Toutefois, cette vocation exportatrice se doublera d’une vocation internationale, sous forme
d’implantations commerciales puis industrielles dans les pays cibles. Ceci constituera une
rupture significative par rapport à la situation qui prévalait jusqu’à la fin des années 2000. Les
pays du Maghreb et d’Afrique sub-saharienne constitueront les pays d’expansion des
entreprises tunisiennes.

L’industrie tunisienne continuera à être portée par le secteur privé et par l’investissement
étranger, l’investissement public dans les industries manufacturières restant négligeable. Le
secteur privé verra le développement continu de groupes privés solides, adossés à des fonds
d’investissement et pour certains d’entre eux à des partenaires stratégiques étrangers.
Les fondements de la croissance et du développement économique ITES
~ 144 ~

L’élément de rupture proviendra de l’émergence d’un tissu entrepreneurial qui aura sa


dynamique propre, porté par l’innovation produits et process, le positionnement sur des
créneaux porteurs (digital, économie verte, etc.), l’appui des fonds de privateequity et une
orientation internationale marquée.

L’industrie manufacturière se déploiera dans les régions intérieures grâce à une politique
industrielle volontariste et à l’accélération d’une dynamique économique et sociale générale
dans les régions, contribuant à accélérer l’attractivité des régions. Les deux piliers de la
politique industrielle régionale seront l’intégration verticale, à travers la transformation des
ressources agricoles et naturelles, et le développement d’activités industrielles à faible ou
moyenne valeur ajoutée qui se localiseront dans les régions intérieures à la recherche de
bassins d’emplois. La complémentarité de ces piliers sera essentielle pour éviter le seul
développement d’une activité industrielle à faible valeur ajoutée.

Enfin, l’industrie tunisienne aura conduit à l’horizon 2025 un véritable projet d’amélioration
de la compétitivité industrielle, dont l’innovation technologique constituera un élément
moteur.

La vision développée ci-dessus prend en considération les nombreux facteurs de changement


mais également les possibles inerties que va connaître la prochaine décennie et qui, pour
certains d’entre eux, pourraient être de véritables bouleversements.

De nombreux facteurs de changement impacteront le secteur industriel durant la période à


venir, certains d’entre eux correspondant d’ores et déjà à des tendances lourdes déjà en cours
de survenance.

1. L’industrie 4.0 et les changements technologiques à venir

Après la mécanisation, l’électrification et l’automatisation, l’industrie entre


progressivement dans l’ère de la numérisation et de la mise en réseau des flux de valeur
ajoutée. Il s’agit de l’industrie 4.0. L’industrie va être très rapidement et très fortement
affectée par quatre facteurs principaux de changement : l’Internet des objets (qui relie les
machines, les ordinateurs, les hommes, les usines en s’appuyant sur des capteurs et la
transmission via Internet), la Robotique et la Cobotique (Collaboration entre l’homme et la
machine dans une relation où le robot assiste l’homme plus qu’il ne le remplace), la Réalité
augmentée (permettant de faciliter la transmission d’instructions et la formation) et

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 145 ~

l’Impression 3D (facilitant notamment le prototypage, voire la production de petites séries


personnalisées).

Il est bien entendu que les facteurs d’influence ne sont pas les mêmes d’une industrie à l’autre.
Toujours est-il qu’il est évident que seule leur adoption par un large pan du tissu industriel
tunisien permettra à l’industrie tunisienne, d’une part, une amélioration des techniques
d’ingénierie et de fabrication et, d’autre part, une intégration à l’industrie mondiale. A ce titre,
l’attente des investisseurs, notamment ceux tournés vers les marchés étrangers est forte :
leur outil industriel en Tunisie doit avant tout être une usine du futur.

2. Une économie verte qui va progressivement s’imposer

L’industrie de demain sera triplement verte.

D’une part, il est attendu de tous les secteurs d’activité et de toutes les entités industrielles
qu’ils deviennent de plus en plus « green », autrement dit non ou faiblement polluantes. Cette
attente se transformera progressivement en exigence, notamment pour les entreprises
fournissant les marchés de l’Union Européenne.

Par ailleurs, une transformation industrielle est en cours portant sur la production de produits
plus respectueux de l’environnement. L’illustration la plus frappante est l’automobile qui est
en train de relever avec succès plusieurs défis relatifs au développement durable.
L’avènement de la voiture hybride, puis électrique, traduit cette profonde mutation.

Enfin, les filières de l’énergie, de l’environnement, de la biodiversité ou encore de


l’économie circulaire sont en plein essor dans de nombreux pays développés. La Tunisie ne
saurait rester à l’écart de cette évolution.

3. Des évolutions géopolitiques favorables

Dans dix ans, les voisins immédiats de la Tunisie auront connu des transformations
remarquables. La Libye aura mis fin au chaos qui règne actuellement s’engageant sur la voie
de la reconstruction.

Quant à l’Algérie, il est probable qu’elle aura bien avancé sur le chemin de la libéralisation de
son économie. Pour des raisons différentes, mais qui aboutissent aux mêmes résultats,
l’industrie tunisienne sera partie prenante de ces transformations, et ce sous plusieurs formes

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 146 ~

possibles : investissement direct, partenariats industriels avec une entreprise locale,


triangulaires avec une entreprise de l’Union Européenne, etc.

L’Union Européenne ne connaîtra pas de bouleversements sur le plan économique, tant sur le
plan macro-économique qu’au niveau du monde des entreprises. Le marché de l’Union
Européenne constituera donc toujours un marché potentiel considérable pour les entreprises
tunisiennes. Par ailleurs, les entreprises des pays de l’Union Européenne continueront à voir
d’un bon œil tout partenariat industriel avec la Tunisie, si tant est que ce partenariat soit
profitable.

4. Des changements capitalistiques profonds

La structure du capital des entreprises tunisiennes va progressivement connaître l’évolution


naturelle qui correspond au niveau de développement de l’économie tunisienne.

Au niveau des groupes tunisiens, l’évolution va être double : d’une part, chaque groupe va
entamer puis accélérer un recentrage vers un nombre limité de secteurs ; par ailleurs, sous
l’effet de la taille et de la mise en œuvre de politiques d’investissement soutenu, les groupes
tunisiens vont connaître une transformation de leur actionnariat, sous forme de dilution des
actionnaires d'origine et d’entrée plus marquée au capital de petits porteurs (suite à une
introduction en bourse) ou de fonds d’investissement.

Par ailleurs, le tissu entrepreneurial va se développer en Tunisie, notamment grâce à une


plus forte disponibilité d’instruments financiers agissant tant au niveau du capital que de la
dette. Ces instruments financiers seront proposés par des fonds d’investissement
traditionnels ou par des bailleurs de fonds bilatéraux ou multilatéraux.

5. Vers le renforcement des ensembles logistiques régionaux

La régionalisation des échanges logistiques va progressivement prendre la place de la


mondialisation sous la pression de deux facteurs principaux : la multiplication des flux
physiques (relativement à la Tunisie, entre l’Asie et l’Europe-Méditerranée – Afrique) va se
trouver limitée par des contraintes physiques (encombrement des routes maritimes
notamment) et par les pressions écologiques. Ceci constituera un facteur très favorable à la
Tunisie dans le cadre de ses échanges avec l’Union Européenne.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 147 ~

Mais des facteurs d’inertie pourraient perdurer rendant plus lente et difficile la mutation de
l’industrie tunisienne.

5.1. L’inertie d’une administration publique omniprésente

L’administration tunisienne est confrontée à de multiples défis. Ils portent en premier lieu
sur la redéfinition du rôle de l’État, et donc sur la capacité de l’administration à s’aligner sur
le rôle nouvellement défini.

Ce premier aspect explique, au moins en partie, les difficultés de déploiement des


programmes de partenariat public-privé. Par ailleurs, l’administration tunisienne devra se
transformer, au niveau de son organisation, de ses processus, de ses outils (avec la mise en
œuvre du programme e-Gov) et de ses ressources humaines.

5.2. Une mise en œuvre imparfaite du programme d’infrastructures

L’industrie mondiale sera de plus en plus exigeante en termes de qualité, de délais et de prix.
L’infrastructure apparaît comme le nœud gordien des réponses à ces exigences. En effet,
outre les infrastructures de transport (autoroutes, routes, ports, aéroports, etc.) et les
infrastructures de télécommunications, il conviendra également de déployer des clusters et
technopôles répondant aux standards internationaux en termes de recherche, de
collaboration, etc. Bien que développé il y a près de dix ans, ce programme de clusterisation
connaît un déploiement imparfait.

5.3. Une lenteur dans le retour de la confiance des investisseurs

Plus que jamais, après six années d’attentisme, l’industrie tunisienne a besoin de sang neuf en
termes d’investissement, tant sur le plan qualitatif (nouveaux investisseurs, nouveaux projets,
transformation qualitative des implantations industrielles) que quantitatif. Il est donc
primordial que les investisseurs, aussi bien tunisiens qu’étrangers, reprennent confiance
dans le site Tunisie.

B.2. Les trois scénarios potentiels

Les scénarii d’évolution de l’industrie manufacturière à l’horizon 2025 vont de la maturité


industrielle au risque de perte du tissu industriel.

Trois scénarii d’évolution de l’industrie manufacturière tunisienne se dégagent à l’horizon


2025. Le premier scénario, dit de décollage, permettrait à l’industrie tunisienne d’évoluer vers

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 148 ~

la maturité industrielle. Le second, qui est le scénario médian, connaitrait une évolution
continue de l’industrie, sans toutefois apporter des réponses à l’ensemble des déséquilibres
actuellement constatés. Le troisième scénario, basé sur une persistance des tendances des six
dernières années, se traduirait par une perte progressive du tissu industriel tunisien.

B.2.1. Le scénario de décollage : vers la maturité industrielle

Les atouts de la Tunisie industrielle (culture industrielle, compétences, coûts des facteurs,
proximité avec l’Europe, etc.) sont nombreux. C’est en se fondant sur ces atouts et sur une
anticipation des évolutions futures de l’industrie que trois piliers de la stratégie industrielle de
la Tunisie à horizon 2016 ont été définis dans le cadre d’une réflexion stratégique menée en
2008 : Hub industriel et logistique, Innovation et Nearshore européen de l’industrie et des
services. Ces piliers restent plus que jamais d’actualité aujourd’hui et les facteurs de
changement identifiés plus haut viennent renforcer leur pertinence.

Le décollage de l’industrie tunisienne trouvera sa source dans la capacité de la Tunisie à agir


sur cinq niveaux. Le premier axe est relatif à un positionnement ambitieux de la Tunisie à
travers lequel celle-ci développe fortement ses positions internationales dans le secteur des
industries mécaniques et électriques et dans celui des industries agro-alimentaires tout en
maintenant la contribution du secteur du textile-habillement à son niveau actuel. Le second
levier s’appuie sur l’émergence d’une nouvelle économie industrielle, parallèle et
complémentaire à l’industrie actuelle, structurée autour des idées-clés suivantes : nouveaux
marchés (Europe, Maghreb, Afrique sub-saharienne), nouveaux entrepreneurs (renforcement
des groupes privés, développement des startups industrielles et technologiques), nouvelles
niches sectorielles (économie verte, activités technologiques). Le troisième levier porte sur le
déploiement de l’industrie sur l’ensemble du territoire permettant le développement dans les
régions intérieures d’activités industrielles structurées autour de la valorisation des
ressources locales. Le quatrième chantier est celui du développement des compétences,
qu’elles soient techniques, comportementales ou managériales. Le dernier levier porte sur la
mise en place d’un environnement des affaires digne de l’ambition industrielle de la Tunisie,
que ce soit en termes d’accès au financement, d’environnement technologique,
d’infrastructures ou encore de procédures facilitées.

Le scénario de décollage s’appuie sur l’hypothèse favorable d’un redémarrage significatif de


l’activité et de l’investissement industriels en 2017-2018, conformément aux données du

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 149 ~

Plan de développement 2016-2020. Cette période serait mise à profit pour conduire les
chantiers de réforme. L’accélération du rythme de croissance et d’investissement permettrait
alors d’atteindre un taux de croissance du PIB industriel de 8% sur la période 2021-2025.

B.2.2. Le scénario de sortie de crise et de pré-émergence : vers une


industrie résiliente

Le scénario médian, qualifié de scénario de sortie de crise et de pré-émergence, s’appuie sur


les mêmes fondamentaux que le scénario de décollage, notamment sur la capacité de la
Tunisie à retrouver une activité industrielle soutenue au cours des deux prochaines années
2017-2018. Ce scénario s’appuie sur les évolutions suivantes : la Tunisie parvient à maintenir
le tissu industriel exportateur grâce aux avantages compétitifs du pays mais également à
travers un dispositif incitatif agressif (subventions, exceptions au cadre législatif et
réglementaire général, etc.) et les entreprises à capitaux tunisiens poursuivent leur
développement structuré autour d’une diversification de leurs marchés cibles.

Le scénario médian constitue toutefois une situation dégradée par rapport au premier
scénario car il prend en compte le fait que la Tunisie n’arrivera pas à mettre pleinement en
œuvre les chantiers de réforme nécessaires au décollage de son industrie. Ces difficultés
seraient générées par les obstacles que rencontre la Tunisie dans la conduite des réformes
réussies dans lesquelles la sphère publique est fortement impliquée.

Le rythme de croissance du PIB pour la période 2016-2020 serait celui du Plan de


développement 2020, soit 3,8% en prix constants puis de 6,1% sur la période 2021-2025.

B.2.3. Le scénario de rupture : vers la perte progressive du tissu


industriel

Les six dernières années auront été difficiles pour l’industrie manufacturière tunisienne.
Même si celle-ci a prouvé sa capacité de résilience, les signes d’essoufflement sont
nombreux, ainsi que l’exprime le faible niveau d’investissement durant la période 2011-2015.
L’une des raisons de réalisation de ce scénario serait la poursuite de la situation actuelle,
marquée par l’absence de perspectives de stabilisation de la situation générale en Tunisie,
tant sur les plans sécuritaire, social que des finances publiques.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 150 ~

Cette situation, si elle devait perdurer sur les deux prochaines années, pourrait conduire à une
forte fragilisation du tissu industriel pour deux raisons principales : le retrait accentué
d’investisseurs étrangers et la perte de confiance des investisseurs tunisiens.

Ce scénario, non chiffré au niveau de son impact, se traduirait par une forte baisse de la
production industrielle et des pertes d’emplois significatives.

B.3. Présentation du scénario de sortie de crise et de pré-


émergence

Le scénario médian est structuré autour de deux périodes. Au cours de la première période,
2017-2020, l’industrie tunisienne connaîtrait une sortie de la crise correspondant aux années
difficiles 2011-2016. Cette première période verrait le rétablissement de la confiance et la
remise en marche de l’industrie à travers la stabilisation de l’environnement économique,
monétaire, social, logistique, etc. de l’entreprise. La seconde période 2021-2025 verrait une
accélération des investissements industriels permettant de fortes croissances de la
production et des exportations industrielles.

Le tableau ci-dessous met en évidence une reprise progressive de la production industrielle


devant atteindre un taux de 5% en 2020. Ce rythme devrait s’accélérer sur la période suivante
conduisant à une croissance moyenne de 6,1% sur la période 2021-2025.

Tableau 37. Accroissement de la valeur ajoutée et PIB au prix de l’année précédente

2016 2017 2018 2019 2020 2016- 2021-


2020 2025
Industries
2,2 3,2 4,0 4,6 5,0 3,8 6,1
manufacturières

Les exportations devraient reprendre un rythme de croissance à partir de 2016, mais à un


rythme faible, les exportations de biens passant de 27 à 37 milliards de dinars de 2015 à 2020.
En revanche, la période 2021-2025 devrait connaître une forte accélération, les exportations
de biens passant de 37 milliards de dinars en 2020 à 63 milliards de dinars en 2025. Le secteur
des industries mécaniques, électriques et électroniques verrait son poids dans les
exportations se renforcer, passant de 41,5% des exportations de biens en 2015 à 46,3% en
2025.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 151 ~

Tableau 38. Évolution des exportations, à prix courant (en millions de dinars)
2010 2015 2020 2025
Exportations de biens 23 519 100% 27 607 100% 37 226 100 % 62 540 100 %
Agriculture * 564 2,4 % 1 202 4,4 % 1 240 3,3 % 2 034 3,3 %
Industries agro-alimentaires * 1 315 5,6% 2 807 10,2% 2 894 7,8 % 4 746 7,6 %
Phosphates et Mines 3 313 14 % 1110 4% 2350 6,3 % 4324 7%
Énergie 2 158 9,2 % 1986 7,2 % 2028 5,5 % 3245 5,2 %
Habillement, Textile, Cuir et Chaussures 6 036 25,7 % 6003 21,7 % 7907 21,2 % 11 070 17,7 %
Mécaniques, Électriques et Électroniques 8 070 34,3 % 11451 41,5 % 16 463 44,2 % 28 975 46,3 %
Autres 2063 8,8 % 3048 11 % 4344 11,7 % 8146 13 %

* Les exportations Agriculture et IAA sont ventilées à 30% en Agriculture et 70% en IAA

L’investissement dans les industries manufacturières devrait connaître une progression légère
sur la période 2016-2020 de l’ordre de 7% au prix courant. En revanche, le rythme de
croissance annuelle de l’investissement passerait à 18,3% sur la période 2012-2025.

C. Programmes et mesures prioritaires

L’industrie tunisienne s’est construite autour de volontés fortes, portées aussi bien par les
entreprises que par le secteur public. Aujourd’hui, plus que jamais, se ressent la nécessité de
mettre en œuvre une ambition portée par tous. Nommée Industrie 4.0., cette ambition est
structurée autour de quatre programmes-clés, à déployer au cours des dix-huit prochains
mois.

Programme 1 : Une stratégie partagée par tous et monitorée par un Board de


l’industrie

L’industrie manufacturière tunisienne doit réussir le virage qui s’annonce par une mobilisation
de l’ensemble des acteurs autour d’un projet commun est une nécessité.

Il s’agit, dans un premier temps, d’arrêter une stratégie industrielle nationale à la fois
déclinée et alimentée par les stratégies sectorielles et les stratégies régionales. Une
démarche participative doit être déployée. Elle se concrétiserait par l’élaboration d’un pacte
entre le secteur privé et le secteur public reprenant les objectifs et les engagements de
chacune des parties.

L’ensemble des parties prenantes, que ce soit le secteur privé au niveau de ses organismes
représentatifs et des entreprises, ou le secteur public au niveau des ministères et des agences,
seront redevables, envers la communauté, des engagements pris. Un Board de l’industrie et
de la technologie serait institué entre les secteurs privé et public, dont la mission serait de
Les fondements de la croissance et du développement économique ITES
~ 152 ~

suivre le déploiement et les résultats des stratégies définies et des tendances de l’industrie
mondiale. Il assurerait notamment le suivi des programmes et réalisations de trois dimensions
majeures : le développement des compétences, l’innovation et la compétitivité.

Programme 2 : La Tunisie, terre d’investissement et d’expansion

Le positionnement de la Tunisie, à la fois en tant que terre d’investissement et terre


d’expansion, doit être renforcé.

La liberté d’investissement dans le secteur industriel est consacrée depuis fort longtemps en
Tunisie. Cette liberté doit être renforcée en assurant sa généralisation et son extension aux
activités connexes à une activité industrielle, tels que les services et les activités de commerce.

L’ambition internationale de la Tunisie doit être rappelée. A ce titre, le renforcement des liens
économiques et sociaux avec l’Union Européenne doit permettre de poursuivre l’intégration
de l’industrie tunisienne dans le plus vaste marché économique mondial. La prochaine
décennie doit également être consacrée à jeter de nouveaux ponts vers le Maghreb, l’Afrique
sub-saharienne et l’Amérique du Nord. La signature d’accords de libre-échange, le
développement de liaisons aériennes et maritimes et la facilitation des visas font partie d’une
panoplie d’actions à réaliser au plus vite.

Les régions intérieures disposent d’un potentiel industriel réel, fondé notamment sur leur
richesse en ressources naturelles et agricoles. Un enjeu majeur de la prochaine décennie est
de réussir le développement industriel régional en le structurant autour des métropoles
d’équilibre et en créant des écosystèmes permettant l’accompagnement et l’appui à cette
industrie naissante. Ces écosystèmes couvriraient les dimensions Savoir-faire technologique,
Dimension sectorielle, Accompagnement des entreprises et Financement.

Le dynamisme de l’industrie proviendra également du renforcement du tissu


entrepreneurial. D’abord, à travers la création de plus d’entreprises ; ensuite par une
meilleure intégration de ces entreprises au tissu économique ; enfin par un renforcement de
leurs capacités, notamment financières. Un programme d’appui devra être lancé, dont
l’objectif serait précisément de stimuler l’essor de nouvelles entreprises innovantes,
structurées et ambitieuses.

Enfin, il ne saurait y avoir développement d’un secteur industriel fort et conquérant sans la
stricte élimination, voire l’éradication du secteur informel. Celui-ci constitue un facteur

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 153 ~

important de distorsion qui perturbe les entreprises actives au niveau du marché local. Outre
cet élément, la prolifération du secteur informel envoie un signal négatif aux investisseurs sur
le respect de l’État de droit en Tunisie.

Programme 3 : Des compétences au service d’une industrie tournée vers l’avenir

Le développement du l’usine du futur dans plusieurs marchés cible de la Tunisie, notamment


l’Union Européenne, crée en retour des exigences fortes sur la qualité de l’offre industrielle
de la Tunisie. Par ailleurs, il existe un écart de moins en moins soutenable entre le niveau des
salaires dans l’industrie en Tunisie et les aspirations en matière de niveau de vie.

En outre, il convient de relever la dégradation de la compétitivité au cours des dernières


années, certes compensée par la dévaluation compétitive de la monnaie pour les industries
exportatrices. Enfin, l’analyse de l’évolution de la démographie en Tunisie met en évidence
une raréfaction progressive de la main d’œuvre industrielle non qualifiée.

L’ensemble de ces éléments milite en faveur de la mise en œuvre urgente d’un plan national
de développement des compétences. Ce plan comprendrait plusieurs composantes.

D’une part, il convient de déployer un plan de formation à très grande échelle, couvrant les
secteurs d’activité, les régions, les domaines de compétence à cibler (tant en compétences
techniques que managériales et comportementales), etc. Ce plan de formation serait mis en
œuvre dans le cadre d’un partenariat public-privé, partenariat portant aussi bien sur la
conception et le suivi du plan de formation que sur sa réalisation. Une restructuration des
centres de formation professionnelle publics devra être engagée. Parallèlement, l’offre privée
de formation sera encouragée et devra bénéficier d’avantages similaires à ceux accordés aux
centres publics.

D’autre part, l'enseignement supérieur pour les profils d'ingénieurs et de techniciens


supérieurs devra être structuré de manière à répondre aux besoins actuels et futurs des
activités industrielles et technologiques, tout en s’alignant sur les normes de formation
retenues à l’échelle internationale comme référentiel à adopter en Tunisie.

Une commission nationale de formation technologique serait mise en place permettant aux
secteurs public et privé d’assurer le contrôle des formations existantes dans le domaine des
nouvelles technologies et la proposition des ajustements nécessaires, ainsi que l’identification
des besoins en matière de formation et l’adaptation de la formation aux nouveaux besoins.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 154 ~

Enfin, les activités de recherche seront encouragées en mettant, au cœur du dispositif de


recherche, le développement des pôles technologiques, des pôles de compétitivité et des
pôles de recherche.

Programme 4 : Des écosystèmes et des infrastructures

Le développement accéléré de l’industrie tunisienne nécessite la création de plusieurs


écosystèmes dans lesquels l’entreprise pourra évoluer et consolider son développement.

Il s’agit d’abord des écosystèmes technologiques structurés autour des technopoles. Ceux-ci
ont pour vocation de mettre à la disposition des entreprises tout un ensemble de moyens de
recherche, de veille, de formation, d’accès aux acteurs mondiaux, etc. Les écosystèmes
technologiques sont aujourd’hui plutôt déployés par secteur d’activité et devront évoluer vers
une déclinaison par filière. La mise en place de technopôles, initiée dans les années 2000,
devra être parachevée avant 2020.

Des écosystèmes pourront également être déployés selon l’approche zones industrielles
dédiées et chaînes de valeur. Ceci consisterait à regrouper physiquement un ensemble
d’acteurs industriels, liés entre eux par des relations clients-fournisseurs (sous-traitants) ou
par un client-partenaire commun. Le périmètre physique peut être plus large que la zone
industrielle, à l’image des corridors industriels développés en Inde et peut couvrir un
périmètre de quelques dizaines de kilomètres.

Les écosystèmes peuvent également être virtuels ayant pour but d’accélérer la mise en place
de dispositifs dédiés. Deux écosystèmes virtuels devront être déployés :

Le premier écosystème virtuel concerne les régions intérieures. Porté par une vision
stratégique (qu’il conviendra de définir) des axes du développement économique et social
futur de la région, l’écosystème virtuel régional consiste en la mise en réseau des acteurs et
des moyens à mobiliser pour mettre en œuvre le développement souhaité. Une véritable
dynamique serait ainsi créée, faite de coordination, de soutien et d’émulation.

Le second écosystème virtuel est relatif à l’entrepreneuriat. De nombreuses initiatives


existent aujourd’hui, généralement portées par des acteurs de la société civile. Il conviendra
d’appuyer ces initiatives, tout en en renforçant les moyens, notamment en matière de
financement.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 155 ~

Enfin, l’accélération dans la mise en œuvre des infrastructures routières, portuaires et de


télécommunications est nécessaire. Le recours au partenariat public-privé le sera également
afin d’assurer la réalisation effective et dans les délais des programmes d’infrastructures tout
en limitant le recours à l’endettement public.

III.2.3. Plan d’action 8 : La Tunisie Plateforme Digitale en 2025

La transformation de l’économie par le numérique produit des effets sur les individus et sur
les organisations et touche de manière significative toutes les activités économiques, sociales
et culturelles et est considérée comme l’un des moteurs de dynamisation et sources de
croissance et de progrès des sociétés contemporaines.

La Tunisie engagée sur le chemin de la reconstruction a besoin du levier numérique pour lui
donner les moyens de son ambition. La transformation numérique de la Tunisie devra
évoluer vers un état hub digitale, leader du marché du near-shoring dans le bassin
méditerranéen.

Après une brève vue rétrospective, seront présentés les principaux facteurs de changement
ainsi que les inerties qui entravent la mise en œuvre de ces changements.

La vision et les orientations stratégiques permettront de cibler le scénario d’émergence


souhaité pour la Tunisie dans le domaine du numérique et ériger le secteur de l’off-shoring en
locomotive de l’économie tunisienne.

Le scénario de sortie de crise sera décrit et consistera à réaliser les mesures à court terme
proposées dans le présent document et à engager les programmes du plan « Tunisie digitale
2020 ».

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 156 ~

A. Vue rétrospective et diagnostic

a) Des résultats mitigés malgré l’évolution des 15 dernières années :


Bien que le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) se soit
développé de manière soutenable durant la dernière décennie, il a cependant observé une
stagnation durant le dernier quinquennat (cf. tableau 37) :

o La croissance de la valeur ajoutée à prix constants du secteur a été de 7% durant la


période 2011-2015 alors qu’elle s’élevait à 10% durant la période 2006-2010 et à 20%
durant la période 2001-2005 ;

o Les investissements dans les TIC durant les 10 dernières années ont été insuffisants,
en particulier dans le secteur public. La part des investissements du secteur TIC dans
les investissements globaux est de 4,5%, en baisse par rapport à la période 2001-2010
qui était à environ 6% ;

o La part des exportations du secteur TIC du total des exportations, stagne durant les 5
dernières années à2,6%. La croissance de l’exportation était à 15% durant la période
2006-2010 ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 157 ~

o La contribution pour l’emploi reste modeste compte tenu des objectifs assignés au
secteur en contribuant à uniquement 2,6% de l’emploi global (Une reprise est
attendue en 2016 grâce à la relance du programme Smart Tunisia).

Le positionnement à l’international de la Tunisie a également été rétrogradé durant les cinq


dernières années :

o Indice « NetworkedReadiness Index » (NRI) du Forum Économique Mondial : la Tunisie


a été rétrogradée du 50ème rang en 2012 au 87ème rang en 2014 et 81ème rang en 2015.
La Tunisie est classée 4ème en Afrique et 8ème dans le monde Arabe ;

o Indice « UN Global E-Government readinesssurvey » qui évalue le degré d’application


des TIC par les administrations publiques : en 2010, la Tunisie était classée 66ème puis
103ème en 2012 pour reprendre une position de 72ème sur 192 pays en 2015 ;

o Indice « AT Kearney Global Service Location Index », qui évalue la meilleure destination
d’outsourcing : la Tunisie était classée 17ème en 2010 et a été rétrogradée à la 38ème
position en 2016.

En conclusion, le secteur du numérique, en dépit de la croissance observée durant les 15


dernières années, n’arrive pas à devenir réellement une locomotive de l’économie
tunisienne, ses performances ayant stagné ces dernières années.
Tableau 39. Indicateurs économiques du secteur TIC

2005 2010 2015


Valeur Ajoutée prix constants - MD 1848 2885 3921
Croissance annuelle 21,5% 9,4% 6,8%
(2001-2005) (2006-2010) (2011-2015)

Exportations du Numérique - MD 316 792 907


Part dans les exportations 1,70% 2,60% 2,65%
(2001-2005) (2006-2010) (2011-2015)

Nombre d’emplois dans le Numérique 7 660 11 000


Source : Ministère des technologies de la communication et de l’économie numérique.

b) Une grande ambition exprimée à travers le plan Tunisie Digitale 2018 :

Dans ce contexte, le Plan National Stratégique « PNS Tunisie digitale 2018 » élaboré en
2014 et conçu de manière participative avec l’ensemble des parties prenantes ambitionne de

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 158 ~

devenir une référence numérique internationale et de faire des technologies de l’information


et de la communication (TIC) un levier important pour le développement socio-économique.

Il envisage, entre autres, l’inclusion de l’ensemble de la population et des entreprises dans la


société et l’économie numérique, l’équité sociale par un accès au savoir à tous, la création de
plus de 50 000 emplois dans le domaine de l’économique numérique et de l’Off-shoring ainsi
que de champions nationaux et la stimulation de l’écosystème de l’innovation. Le plan vise
aussi à implanter une administration sans papier et à généraliser les usages des TIC dans les
cursus éducatifs.

Dans le domaine de l’administration, le programme « Smart Gov 2020 » a été élaboré en 2016
et aspire à faire évoluer l’Administration vers une entité performante et ouverte, fournissant
des services accessibles et intégrés aux citoyens et aux entreprises et contribuant activement
au développement. Le programme s’articule autour de 4 axes majeurs (1) L‘intégration de
l’administration via l’interopérabilité et la mutualisation des infrastructures et des systèmes
de l’Etat et l’échange électronique des données ; (2) L’ouverture de l’administration via un
cadre de transparence, de concordance, de réutilisation des données et de participation
citoyenne ; (3) Le développement des usages (Citoyen, Entreprise et Administration) par la
mise en ligne de services simples de bout en bout ; (4) L'appropriation du numérique en
sécurisant la transformation numérique de l’administration, la généralisation de l’usage du
numérique et l’instauration de la confiance numérique au sein de l’administration et avec ses
usagers.

c) Des germes de changements et forces motrices :

Plusieurs germes de changement permettent de pressentir un développement accéléré


du secteur TIC et de l’off-shoring en Tunisie :

- La gouvernance du programme « Tunisie digitale » a été mise en place via un Conseil


Stratégique de l’Économie Numérique et un comité de pilotage interministériel ;

- La compétitivité de la destination Tunisie dans le domaine du near-shoring est


démontrée grâce à de nombreux avantages : (1) proximité géographique, (2) tradition
de relation commerciale avec l’Europe, (3) disponibilité et coûts des RH les plus
compétitifs de la région, (4) disponibilité et coûts des infrastructures d’hébergement
et de connectivité télécom ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 159 ~

- La croissance de la demande en main d’œuvre qualifiée dans les pays développés,


dont la population active dans ces économies va stagner et vieillir. Phénomène devant
engendrer un transfert important de l’emploi dans l’économie numérique des pays
développés vers les pays en développement ;

- Pour promouvoir l’offre tunisienne et capter ces opportunités, le programme Smart


Tunisia pour l’off-shoring a été lancé et une unité par objectifs pour la gestion de ce
programme a été mise en place ;

- L’Écosystème et des champions dans le secteur se sont développés dans le near-


shoring et l’export de services numériques vers les pays africains ;

- Une offre de formation universitaire en TIC assez diversifiée est disponible à travers
tout le pays, un secteur d’enseignement privé dynamique émerge et le nombre de
diplômé est en progression, soit 13000 en 2012/2013 (20% des diplômés) ayant,
cependant, des niveaux de formation très disparates ;

- L’usage du numérique a été mobilisé à travers plusieurs programmes lancés par l’Etat
: smart-gov 2020, École numérique 2020, programme de formation mobile M-dev,
etc. ;

- L’infrastructure technologique a été mise en place à travers des pôles de compétitivité


et des espaces technologiques dans les régions disposant d’un patrimoine foncier
important ;

- Le plan de déploiement des infrastructures haut débit et très haut débit a été élaboré
et les zones d’investissement Public-Privé et en PPP ont été identifiées et les licences
4G ont été attribuées en conséquence ;

- L’amélioration du cadre réglementaire, en particulier par l’adhésion à la convention


N° 108 de l’UE pour la protection des personnes à l'égard du traitement automatisé
des données à caractère personnel qui réglemente les flux transfrontaliers des
données.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 160 ~

d) Des inerties qui entravent la mise en œuvre des ambitions

Infrastructures de moyenne qualité :

o Le très haut débit par fibre optique est encore peu développé (taux de couverture de
0,16% en 2015) et couteux pour les PME et les établissements administratifs dans les
régions et constitue un facteur d’affaiblissement de la compétitivité des entreprises
tunisiennes ;

o Avec un taux de couverture de 8,4% en 2015, le réseau de communication fixe est très
peu développé, faute de concurrence et un désengagement de l’Etat dans le
développement du service universel ;

o Les infrastructures en info-nuage ne sont pas encore déployées dans les entreprises et
dans l’administration.

Usages non équitable et superficiels :

o Le haut débit n’est pas réellement accessible de manière équitable aux établissements
d’enseignement, de santé, centres culturels dans les régions et les zones rurales
accélérant ainsi le gap inter-régional et entre les populations. Le taux de couverture de
haut débit fixe étant de 4,7% et mobile de 11,3% ;

o Le taux de pénétration de l’internet au sein des ménages est de 35% et les usages ne
se sont pas développés et sont souvent orientés consommation via les médias sociaux,
le jeu et la communication ;

o Les services offerts aux citoyens par l’administration sont non intégrés, faute
d’infrastructure, d’info structure et de standards d’interopérabilité, impactant de ce
fait les performances de l’administration ;

o Les systèmes d’information et de communication dans les administrations régionales


et locales sont rudimentaires et les services électroniques fournis aux citoyens et aux
entreprises sont souvent peu intégrés.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 161 ~

Écosystème du digital en stagnation :

o Le marché tunisien est peu dynamique et la demande du secteur public faible. Les TIC
représentant uniquement 0,6% des investissements en 2015, l’Etat se désengage dans
les faits du financement du numérique ;

o Le secteur privé est orienté exclusivement vers l’off-shoring et l’export des services
vers les pays africains et plusieurs entreprises SSII sont en souffrance. Il est à relever
un affaiblissement du secteur des petites entreprises ;

o L’écosystème de numérisation des contenus et des services ne s’est pas développé, car
les projets se sont souvent appuyés sur les compétences du secteur public (E-Culture,
E-Éducation, etc.). De plus, les budgets TIC alloués aux projets de numérisation sont
faibles ;

o L’écosystème de l’innovation est peu productif ;

o Un système de logistique, non compétitif et incapable de soutenir le commerce


électronique, à l’exclusion de la Poste, en l’absence d’un cadre de régulation postale
assurant une viabilité du système. De même, la présence des entreprises tunisiennes
dans les places de marchés internationales est faible (estimée à environ 2000 en
2015) ;

o Une image négative de la Tunisie qui impacte négativement le développement du


secteur de l’off-shoring : instabilité politique, sécurité, paix sociale ;

o Indisponibilité des infrastructures d’hébergement de classe A dans les technopôles en


quantités suffisantes.

Écrémage des ressources humaines :

o Les compétences des ressources humaines formées ne sont pas toujours en


adéquation avec les besoins du marché du travail de plus en plus internationalisé ;

o Formation des compétences dans les soft skills (compétences du 21ème siècle) ;

o La Fuite des compétences à l’étranger et écrémage des ressources et de l’intelligence


tunisienne.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 162 ~

Environnement réglementaire non mis en œuvre :

o Le nouveau cadre réglementaire du numérique n’est pas encore mis en place (code du
numérique) en remplacement du cadre actuel (code des télécommunications) ;
o Le cadre d’incitation à l’off-shoring tarde à se mettre en place dans la pratique.

Gouvernance inachevée et faible capacité de réalisation des projets :

o Un niveau de coordination insuffisant dans la mise en œuvre du Plan National


Stratégique Tunisie Digitale avec les départements économiques et sociaux (Industrie,
Santé, etc.) impactant un faible niveau d’intégration des TIC dans les entreprises, les
établissements de santé, etc. ;

o Le niveau d’avancement dans les projets du PNS est très faible et l’environnement
d'exécution est non performant ;

o Le budget pour le développement du numérique dans l’administration est très faible


(0,6% en 2015) et l’Etat se désengage dans les faits du financement du numérique ;

o L’organisation du secteur du numérique est non optimisée et une ambiguïté subsiste


quant au rôle des institutions du secteur et celui du secteur privé ;

B. Vision, orientations stratégiques et objectifs

B.1. Une vision prospective

La Tunisie Hub digital et leader du near-shoring dans le bassin méditerranéen

Dans cette perspective, le secteur des activités liés au numérique profitera d’une croissance
accélérée grâce à un environnement économique et politique stable, favorable et propice
au développement du digital, à l’entreprenariat et à l’innovation, générant de ce fait des
opportunités d’emplois dans tous les secteurs d’activité de l’économie classique et de
l’économie numérique.

Cette croissance sera tirée par la dynamique créée grâce au démarrage effectif des
programmes du plan national stratégique « Tunisie digitale 2018 » mais surtout par une forte
demande du marché européen en ressources dans le digital (estimée à plus de 800 000 postes

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 163 ~

vacants d'ici 2020) constituant une opportunité importante pour la Tunisie qui se trouve
cependant en compétition avec d’autres pays du Maghreb, de l’Europe de l’Est et de l’Asie.

Bien que les diplômes universitaires soient disponibles dans les pays en voie de
développement, les doutes sur la qualité de leur formation pourraient inciter de nombreuses
entreprises à recruter plutôt dans les pays de l’Europe de l’Est ou du Maghreb afin de combler
leur pénurie en main d’œuvre qualifiée.

Le marché du near-shoring dans le numérique sera de plus en plus demandeur de


compétences éprouvées et disponibles, disposant d’habilités de communication, résolution
de problème, technologiques et aptes à opérer dans une environnement international
multilingue.

Les emplois demandés devront aussi être d’un niveau de moindres qualifications puisque
demain ces technologies équiperont la majorité des applications que nous utilisons et des
objets qui nous entourent.

Cette croissance, devra aussi encourager la mobilité des capitaux à la recherche de meilleurs
apports économiques qui devrait conduire à un déplacement plus important des emplois des
pays aux salaires élevés vers les pays à bas salaires.

La demande évoluera d’un marché traditionnel basé sur les transactions vers un marché
orienté vers les domaines de gestion de la connaissance, des données massives et de
l’intelligence. Cette dynamique favorisera la sous-traitance verticale à travers
l’enrichissement et la consolidation des services, l’intégration de la communication et les
médias sociaux.

Pour mieux répondre aux exigences du marché en forte verticalisation, l’industrie du digital
s’organiserait en clusters de services et d’innovation.

Particulièrement pour les centres de contact et le BPO, la centration client prend des formes
plus évoluées : la verticalisation, la spécialisation, l’expertise, etc. seront à la base de l’offre
recherchée. Le marché passe ainsi d’un modèle basé sur les coûts vers un modèle basé sur
la valeur apportée et le partenariat durable.

Le marché de développement de logiciel sera porté par l’innovation et le travail créatif dans
les technologies et les applications mobiles, les plateformes collaboratives sur internet, l’info
nuage, les systèmes embarqués, les objets et les robots connectés, la donnéfication et
Les fondements de la croissance et du développement économique ITES
~ 164 ~

l’analytique, les systèmes intelligents, etc. Le Hub digital tunisien sera arrimé à l’économie
mondiale du numérique et de l’écosystème créé par les géants de l’internet.

B.2. Les trois scénarios étudiés

L’étude prospective a permis de définir trois scénarios d’évolutions possibles :

• Le scénario de rupture catastrophique ;


• Le scénario de sortie de crise et de pré-émergence ;
• Le scénario de décollage et de l’émergence.

Scénario de rupture :

Ce scénario est caractérisé par l’absence de réformes et le ralentissement de la mise en


œuvre des programmes du plan "Tunisie digitale 2020" faute de moyens financiers et de
démarche pour opérer les transformations nécessaires.

Il aura pour principales conséquences le désengagement dans les faits de l’État et une
administration non intégrée, non transparente et non performante, ce qui constituerait un
frein au développement du pays. Une stagnation voire une décroissance du niveau de la
contribution du secteur dans la valeur ajoutée, l’export et l’emploi serait également
constatée.

Ce scénario contribuera aussi à la fuite des compétences vers l’étranger, tendance qui
s'accentuerait, entrainant un écrémage des ressources humaines. Les fractures numériques
et économiques entre les régions et les populations seraient aggravées et l'usage du
numérique deviendrait alors superficiel et orientés vers la consommation.

L’examen du tissu des SSII montre que, dans leur grande majorité, celles-ci seront en difficulté.
Des pertes de parts de marché affecteraient également le domaine de l’off-shoring au profit
des pays concurrents.

Scénario de sortie de crise et de pré-émergence :

Ce scénario est caractérisé par l’engagement en urgence des réformes nécessaires pour
soutenir le développement du secteur et le démarrage de la mise en œuvre des programmes
du plan Tunisie digitale 2020 en mode partenariat public-privé.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 165 ~

Sur le plan des ressources humaines, les compétences nécessaires au besoin du marché
seraient formées pour répondre à la demande du marché export en croissance, avec la
création de 50 000 emplois d’ici 2020.

La sortie de crise se caractérisera également par une consolidation du tissu des SSII et le retour
de l’implantation des entreprises dans les régions faisant des TIC un facteur d’intégration et
d’équilibre régional. Une consolidation de la position concurrentielle de la Tunisie dans le
near-shoring serait alors renforcée.

Ce scénario engagera par la suite la Tunisie dans une transformation profonde grâce au
numérique lui permettant d’évoluer vers une "plateforme digitale".

Ainsi, la Tunisie sera la destination d’entreprenariat et d’investissement dans le numérique


avec un taux élevé d’auto entreprenariat et d’innovation tout en ayant l’Etat comme
catalyseur de la Transformation Numérique.

Une ouverture de l’environnement des affaires dans le digital sera constatée avec une
administration entièrement intégrée et interconnectée au niveau local, régional et national.
Tous les départements de l’administration auront développé des plans de transformation
digitaux.

Les besoins grandissant en ressources humaine compétentes et la pression de la migration


vers les pays développés obligeront la Tunisie à développer une plateforme de formation
internationale dans le digital pour accueillir des compétences issues du bassin méditerranéen
et de l’Afrique.

Scénario d’émergence :

Le scénario d’émergence consiste à transformer la Tunisie en une plateforme digitale d’une


manière durable grâce aux transformations digitales réussies dans les différents secteurs
d’activités économiques et sociaux. Le numérique sera alors un des leviers majeurs du
développement économique et social de la Tunisie, accélérant de ce fait la croissance pour lui
permettre d’occuper une position de leader sur le marché du near-shoring dans le bassin
méditerranéen.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 166 ~

B.3. Présentation du scénario souhaitable de sortie de crise et de


pré-émergence

Le scénario retenu et souhaité consiste à articuler l’émergence de la Tunisie en deux étapes :

– La sortie de crise à engager immédiatement par l’intermédiaire de mesures à court


terme qui seront détaillées dans la prochaine partie ;
– La pré-émergence en ciblant une Tunisie Hub digital et leader du nearshoring dans
le bassin méditerranéen.

Dans ce scénario, la valeur ajoutée à prix constants évoluera de 4000 MD en 2015 à 5400 MD
en 2020 puis à 8250 MD en 2025. De même, les exportations progresseront de 950 MD en
2015 à 9000 MD en 2025. Les emplois créés dans le numérique seront de plus de 120 000
emplois durant la période 2016-2025.

Tableau 40. Récapitulatif des indicateurs clés pour les orientations stratégiques du secteur TIC
2005 2010 2015 2020 2025
Valeur Ajoutée prix constants - MD 1848 2885 3921 5400 8250

Croissance annuelle 21,5% 9,4% 6,8% 6,7% 8,8%


(2001-2005) (2006-2010) (2011-2015) (2016-2020) (2021-2025)

Exportations du Numérique - MD 316 792 907 4000 9000

Part dans les exportations 1,70% 2,60% 2,65% 8,5% 11,8%


(2001-2005) (2006-2010) (2011-2015)

Nombre d’emplois dans le Numérique 7 660 11 000 50 000 120 000

Source : Ministère des technologies de la communication et de l’économie numériqu.

Pour cibler le scénario souhaitable, les orientations stratégiques suivantes ont été retenues :

– Affirmer le rôle de l’Etat catalyseur de développement de l’économie numérique et


plateforme digitale au service des citoyens et du tissu économique et social en
assumant le leadership de l’Etat dans la Transformation Numérique de la Tunisie, en
mettant en place une Plateforme Ouverte Numérique et en utilisant la numérisation
de l’État et des acteurs publics et des données ouvertes comme levier d’accélération
économique ;
– Développer les usages et les services aux citoyens garants de l’intégration digitale et
de l’équité en permettant l’accès à tous les citoyens et aux familles à l’internet,
condition d’un développement économique et social équitable. Ainsi, le taux des

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 167 ~

ménages ayant accès à Internet progressera de 35% en 2015 à 90% en 2025 le taux de
pénétration haut débit mobile dépassant 100% (11% en 2015) grâce aux services aux
citoyens complètement intégrés dans l'administration et au support du
développement régional et local ;
– Eriger la transformation digitale des entreprises en un instrument de compétitivité en
intégrant le numérique dans l’ensemble de la chaîne de valeur des entreprises afin
d’améliorer leur productivité, d’enrichir l’expérience de leurs clients, de développer de
nouvelles opportunités économiques et de disposer d’avantages compétitifs
substantiels. Cette orientation sera menée grâce à des instruments et incitations de
politique publique industrielle aidant les entreprises à s’engager dans cette
transformation ;
– Ambitionner de devenir une destination bien établie et un hub dans le nearshoring :
c’est un hub pour le marché francophone et multilingue européen, un Hub régional
pour la collaboration nord-sud à destination de l’Afrique et une option par rapport aux
destinations asiatiques ;
– Susciter et soutenir l’innovation par la mise en place d’un écosystème mobilisant
toutes les parties prenantes pour favoriser la création d’entreprises du numérique et
leur développement, notamment par des mesures actives d’accès aux financements,
aux marchés publics et le soutien à l’export ;
– Hisser les infrastructures et les services de haut débit au niveau des ambitions de
numérisation de la Tunisie en déployant le très haut débit sur l’ensemble du territoire,
en partenariat public-privé et assurer une couverture haut débit de l’ensemble du
pays. Le taux de pénétration du très haut débit devra également passer de 0,3% en
2015 à 10% en 2025 ;
– Mobiliser les compétences et faire émerger les talents, l’entreprenariat et
l’innovation en permettant à chacun de maîtriser les outils numériques et de partager
la culture qui en découle afin de pouvoir les utiliser de manière efficace dans ses usages
aussi bien personnels que professionnels. Il y a lieu aussi de mobiliser l’ensemble des
acteurs afin de disposer de compétences qualifiées dans le numérique et la R&D
nécessaires au secteur productif du numérique et aux emplois ayant recours aux
technologies du numérique en adéquation avec les besoins, les technologies et
innovations du futur et les modèles économiques y afférents.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 168 ~

C. Programmes et mesures prioritaires

Le scénario retenu comprend Six programmes digitaux transversaux et des programmes de


transformation digitaux sectoriels (PTDS) : Éducation et formation, Recherche, Santé,
Agriculture, Tourisme, Aménagement du territoire et développement local, Transport, etc. Les
programmes nécessiteront environ 10 milliards de Dinars sur la période 2016-2025. En plus
du fond des télécommunications et des financements extérieurs, une grande contribution du
secteur privé sera sollicitée. La participation du secteur privé dans les projets étant estimée à
70%.

C.1. Dix mesures prioritaires

1) Assurer le leadership, la gouvernance et la conduite de la transformation numérique de la


Tunisie par la création de la fonction Digital Transformation Officer au sein du
gouvernement ;

2) Dans les conditions actuelles de pressions sur le budget de l’Etat, dédier le fond de
développement des télécoms exclusivement au financement des activités de
développement de l’économie numérique et gérer les portefeuilles des programmes dans
une démarche de mise œuvre favorisant le PPP comme modèle de référence ;

3) Le déploiement de l’État plateforme ouverte par le développement des données


publiques ouvertes et les services publics ouverts (Open Data & Open Service) en
accélérant la mise en place du cadre national d’interopérabilité du gouvernement ainsi
que les référentiels data de base : citoyen, entreprise et registre de propriété ;

4) Lancer le programme « PME transformation digitale » pour assister les PME à intégrer le
numérique dans leur chaine de valeur, par la sensibilisation, le développement des
compétences numériques et la mise en place d’offres de services et de plates-formes
numériques partagées. Un réseau de "Coach numérique" en vue de les accompagner dans
leur transformation digitale sera mis en place ;

5) Favoriser l’émergence en mode PPP de clusters de services et d’innovations digitales dans


l'industrie digitale créative, l’e-santé, l’éducation numérique, la smart agriculture, les
Fintech, la cyber sécurité (Compétences, export de services, investissement, etc.) ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 169 ~

6) Mutualiser les infrastructures passives des opérateurs privés et des institutions publiques
et accélérer le déploiement du très haut débit par fibre optique dans les régions via la
création d’un opérateur d’infrastructure passive en mode partenariat Public / Privé ;

7) Créer des espaces numériques publics de télétravail au titre du service universel dans les
municipalités pour faciliter aux jeunes l’accès aux plateformes mondiales de micro-travail
et de travail collaboratif ;

8) Généraliser l’info-nuage dans le secteur public et les collectivités locales en vue d’assurer
une meilleure intégration des systèmes d’information de l’Etat et supporter la
transformation digitale de la Tunisie à tous les niveaux ;

9) Développer les infrastructures d’hébergement dans les espaces technologiques : création


de 1 000 000 m² de bâtiments de classe internationale d’ici 2025, avec la possibilité de
déléguer les travaux de construction au secteur privé dans le cadre d’accords PPP ;

10) Engager des programmes de formation complémentaires et de développement de


compétences des demandeurs d’emploi dans le domaine du numérique pour subvenir aux
besoins de l’export du digital et de l’off-shoring.

C.2. Six programmes et 22 mesures supplémentaires

Programme 1 : Gouvernement plateforme digitale :

• Assurer le leadership, la gouvernance et la conduite de la transformation numérique de la


Tunisie :
o Développer pour chaque département un programme sectoriel de transformation
digitale(PSDT) en ligne avec les orientations du plan Tunisie digitale 2025 ;
o Mobiliser l’ensemble des acteurs en organisant les assises annuelles du numérique
pour évaluer et améliorer la stratégie de transformation digitale de la Tunisie ;
o Restructurer le système de mesure et de suivi de l’économie numérique via un
observatoire du numérique.
• Optimiser les structures et les moyens disponibles pour assurer la transformation digitale
de l’économie tunisienne :
o Restructurer les entreprises publiques dans le domaine du numérique et leur assigner
le rôle de maîtrise d'ouvrage déléguée et de gestion des portefeuilles des programmes
et projets de l’État ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 170 ~

o Démarche de mise œuvre favorisant le PPP comme modèle de référence.


• Un gouvernement électronique intégré et développant les données ouvertes et les
services publics ouverts (Open Data & Open Service) :
o Identifier les champs de données stratégiques de l’Etat et les conditions d’ouverture
des services de l’administration et des données massives (Big data) porteuses de
nouveaux usages et de gains en intelligence dans les différents domaines d’activités :
culture, éducation, transport, consommation, énergie, santé, social, financement, etc.
o Promouvoir la réutilisation des données et des services ouverts de l’État par les
entreprises et les développeurs pour favoriser l’éclosion de start-ups et des services
innovants, sans cependant porter préjudice à la protection des données personnelles ;
o Développer le backoffice gouvernemental en mode API facilitant l’intégration des
services, le développement des services par les collectivités régionales et locales et
l’émergence de nouveaux modèles d’affaires innovants de e-services publics ;
o Mettre en place un plan d’actions pour la protection des données et des
infrastructures sensibles.
• Mettre en place un nouveau cadre réglementaire du numérique (Tunisie plateforme
numérique) en remplacement du cadre actuel (code des télécommunications).

Programme 2 : Le développement des usages et des services aux citoyens garants de


l’intégration sociale et de l’équité :

• Promouvoir la connexion des ménages à internet pour passer de 35% en 2015 à 90% en
2025 ;
• Connecter les établissements d’enseignement, de santé, centres culturels, etc. dans les
régions et les zones rurales réduisant ainsi le gap inter-régional et entre les populations ;
• Accélérer le déploiement des services aux citoyens complètement intégrés.

Programme 3 : PME et Transformation Digitale :

• Assurer la gouvernance du programme « PME transformation digitale » en partenariat


avec le secteur privé ;
• Favoriser le décollage du commerce électronique tunisien par :
▪ La réglementation du paiement mobile, le m-commerce et le développement
du last mile financier ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 171 ~

▪ La mise en place d’une régulation postale et la libéralisation du secteur de la


logistique ;
▪ La mise en place d’un système national d’adresses multidimensionnelles pour
faciliter la livraison omni-canal ;
• Assister les PME dans la pénétration des plateformes de commerce électronique
mondiales.

Programme 4 : Leader en near-shoring et export des services numériques

• Revoir la forme juridique de l’unité de gestion par objectifs du programme de


développement de l’off-shoring digital « Smart Tunisia » et s’orienter vers un organe de
gestion Public / Privé ;
• Mettre en application le cadre d’incitation de l’off-shoring : subventions pour la
formation, subventions pour la réalisation et l’aménagement des espaces destinés à
héberger les entreprises spécialisées dans le secteur répondant aux normes
internationales en vigueur (20% du coût) ;
• Alléger les conditions d’éligibilité au programme Smart Tunisia afin d’attirer un maximum
d’entreprises ayant un potentiel de développement et d’emploi ;
• Organiser la collaboration avec le marché européen des services numériques ;
• Engager par l’Etat des partenariats avec les géants de l’internet et les plateformes de
distributions de services et de contenus internationaux pour installer en Tunisie des
fermes de création et des plateformes digitales opérant dans l’écosystème créé par ces
opérateurs.

Programme 5 : Infrastructures et services de très haut débit :

• Mettre en place des modèles de déploiement du très haut débit en partenariat public-
privé et les besoins financiers nécessaires à la couverture de l’ensemble du territoire ;
• Assurer le déploiement des infrastructures haut débit, dans le cadre d’un partenariat
Public / Privé, pour la connexion des établissements d’enseignement, de santé et autres
établissements publics dans les zones rurales et non actuellement desservies ;
• Sécuriser l’infrastructure de connectivité internationale de la Tunisie par la promotion de
nouveaux projets de câbles fibres optiques ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 172 ~

• Soutenir et accélérer le développement de l’internet des objets qui devrait avoir une
incidence significative sur presque tous les secteurs de notre société (transport,
agriculture, industrie, etc.) en mettant en place les conditions d’exploitation sur le réseau
internet tunisien : règlementation, fréquence, sécurité, etc.
• Déployer les systèmes intelligents facilitant la production et la distribution de l’énergie de
façon décentralisée et ubiquitaire et la maîtrise de la consommation électrique : Smart
Grid tunisien, Smart Cities, etc.
• Identifier les infrastructures numériques critiques et les secteurs stratégiques et établir un
plan de sécurisation et de défense.

Programme 6 : Compétences, Talents et Innovation :

• Placer le numérique au cœur de l’éducation et de la formation initiale en renforçant, dès


l’école primaire, l'apprentissage des technologies numériques et de l’informatique
créative ;
• Promouvoir l'innovation via les mesures suivantes :
o Favoriser la mobilité des chercheurs européens en Tunisie et encourager
l’établissement de relations avec les labos de recherche et de développement
européens ;
o Lancer des concours d’innovation dans les domaines technologiques numériques
afin de développer des générations d’entreprises innovantes et l’amorce de projets
structurants pour l’écosystème ;
o Consacrer une part significative des commandes publiques à des propositions
innovantes ;
o Réglementer et promouvoir l’incubation de projets innovants numériques par les
grandes entreprises publiques dans les secteurs d'intérêt général à l’instar de
l’éducation, de la santé, du transport, de l’énergie, etc.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 173 ~

Tableau 41.Evolution des indicateurs pour les orientations stratégiques du secteur TIC
2005 2010 2015 2020 2025
Impact économique
Valeur Ajoutée prix constants MD 1848 2885 3921 5400 8250
Croissance annuelle (moyenne période) 21,5% 9,4% 6,8% 6,7% 8,8%
(2001-2005) (2006-2010) (2011-2015) (2016-2020) (2021-2025)
Exportations du Numérique MD 316 792 907 4000 9000
Part des exportations (moyenne période) 1,7% 2,6% 2,65% 8,5% 11,8%
(2001-2005) (2006-2010) (2011-2015)
Nombre d’emplois cumulés crées dans le Numérique 7 660 11 000 50 000 120 000

Accès
Taux de Pénétration Haut débit Fixe pour 100 hab. 0,17% 4,54% 4,34% 9% 10%
Taux de Pénétration Haut débit Mobile pour 100 hab. 0,9% 11,3% 60% 90%
Taux de pénétration Très haut débit 0,05% 0,30% 5% 10%
Taux d’équipement en ordinateur 13% 23% 60% 90%
Usages
% des ménages ayant accès à internet 2,13% 11,4% 35% 60% 90%
% des individus utilisant internet 9,66% 36,80% 48,52% 70% 80%
Taux d’Usage internet dans l’administration 20,2% 36,5% 65% 85%
Nombre de sites de Commerce électronique 200 300 760 1400 2000
Présence dans les market-places mondiaux 2000 12000 22000
Positionnement de la Tunisie
Networked Readiness Index (NRI) du WEF 50ème(2012) 81ème 45ème 40ème
UN Global E-Government readiness survey 66ème 72ème 60ème 50ème
AT Kearney GLSI index 17ème 38ème (2016) 15ème 12ème

III.2.4. Plan d’action 9 :10 millions de touristes en 2025

Le tourisme en Europe a connu depuis la fin de la 2ème guerre mondiale une croissance
exceptionnelle afin de répondre à l’aspiration aux vacances et aux loisirs d’une population de
plus en plus nombreuse, de plus en plus urbaine et disposant de plus en plus de moyens. La
Tunisie, de par les atouts exceptionnels dont elle dispose (proximité de l’Europe, importance
du linéaire côtier, richesse et variété des ressources culturelles et naturelles) a su tirer profit
de cette conjoncture en développant depuis plus d’un demi-siècle un secteur touristique qui
constitue aujourd’hui une marque importante du paysage et qui représente une composante
importante de l’économie tunisienne.

Depuis 2011, le tourisme traverse une grave crise dont il convient de cerner les causes et
d’identifier les moyens à mobiliser afin de relancer ce secteur dans le cadre d’une vision à
court et à moyen terme.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 174 ~

A. Rétrospective et diagnostic
L’évolution du tourisme permet de distinguer 3 phases importantes :

✓ Le démarrage : l’espoir ;
✓ L’essor : les « 3 glorieuses » ;
✓ La crise : le déclin.

Le démarrage du secteur (1960/1970) : il a été engagé par l’Etat afin de doter le pays d’une
infrastructure d’accueil à même de soutenir le développement, de démontrer la rentabilité du
secteur et de profiter d’une conjoncture touristique favorable. Les réalisations ont dépassé de
loin les prévisions puisque les perspectives décennales des années soixante prévoyaient le
doublement de la capacité alors que les réalisations ont abouti à la multiplication par huit de
la capacité initiale. Ceci a été permis par des investissements directs significatifs de l’Etat
(création de la Société Hôtelière et Touristiques de Tunisie S.H.T.T), la redéfinition du rôle
étatique et l’abandon des investissements directs dans les secteurs concurrentiels. L’Etat s’est
engagé à partir de 1970 dans une nouvelle politique qui a permis un essor considérable du
secteur.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 175 ~

L’essor : (1970/2000) :

Durant cette période, l’Etat s’est engagé dans une politique mieux maîtrisée du
développement du secteur par la création du Ministère du Tourisme et de l’Agence Foncière
Touristique qui a engagé la rationalisation de la croissance en optant pour la concentration de
l’investissement dans 7 zones touristiques pour lesquelles un important programme
d’infrastructures a été réalisé concomitamment à la mise en place d’un cadre juridique
incitatif au profit des secteurs privés. La stratégie s’est avérée concluante puisque 500 hôtels
représentant près de 150.000 lits ont été réalisés durant cette période en dépit d’une
accentuation de la concurrence puisque le nombre des destinations a été multiplié par 10 au
cours de cette période.

Cette période s’est caractérisée par la volonté de diversifier le produit non pas dans le but de
créer des alternatives au tourisme balnéaire mais d’en améliorer la recette, d’assurer une
meilleure redistribution et d’enrichir l’image de la destination.

Des projets importants ont été effectivement réalisés au niveau des parcours de golf, des
marinas et dans le tourisme saharien. Cependant, si l’on met de côté la thalassothérapie où la
Tunisie s’est imposée comme une destination de choix en Méditerranée, le niveau de
développement de l’ensemble des autres créneaux de la diversification n’a pu émerger, ne
serait-ce qu’au niveau de la Méditerranée alors que les destinations concurrentes ont su
mieux répondre aux nouvelles attentes de la clientèle. C’est certainement dans cette
insuffisance d’adaptation de l’offre tunisienne à la demande européenne qu’il convient de
rechercher les causes de la crise.

La crise (2000/2015) :

En 2010, le secteur disposait d’une capacité de près de 240.000 lits permettant d’héberger
près de 7 millions de touristes qui ont passé plus de 35 millions de nuitées, le taux
d’occupation étant alors de 50,7%. A la contribution importante du tourisme aux équilibres
globaux de la Tunisie, s’ajoutent la création d’emploi, le concours à l’intégration de l’économie
nationale, la promotion de la culture et la sauvegarde de l’environnement.

Cette période a été caractérisée par un ralentissement de la demande par rapport à l’offre qui
a poursuivi sa croissance à un rythme modéré puisque seulement 44.000 lits ont été
construits.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 176 ~

Certains pays concurrents, dont le développement a été postérieur à celui de la Tunisie, ont
pu tirer un meilleur profit de la demande européenne : la croissance au taux annuel de 5%
ayant persisté, ils présentaient un produit plus en adéquation avec la demande européenne.

Au cours de cette période, l’écart entre l’offre et la demande s’est creusé, générant une sur
offre qui s’est répercuté par une baisse des prix de vente et n’a pas manqué de se faire sentir
au niveau de la qualité du service. Cette situation a abouti à une baisse de la rentabilité des
investissements et par-delà à une désaffection des promoteurs.

La révolution de 2011, qui a constitué incontestablement un regain d’intérêt par la


destination, a engendré un repli de la demande qui a commencé à se rétracter, compte tenu
de l’instabilité politique et des remous sociaux impactant le pays.

Malheureusement, la situation sécuritaire, notamment les attentats du Bardo et de Port El


Kantaoui (Sousse) en 2015, ont porté un coup « quasi fatal » au tourisme tunisien qui peine
encore à se relever.

A la fin de l’année 2015, après la fermeture de près de 250 hôtels, la situation du secteur a
connu un repli des entrées des européens de 62%, des nuitées de 53,7%, du taux
d’occupation de 45%, des recettes en dinars courant de 40% et du nombre d’emplois directs
de 50%.

La situation financière des hôtels s’est sensiblement détériorée et l’on peut réellement
affirmer que le secteur est véritablement sinistré.

A fin octobre 2015, les dettes classées ont atteint 2.300 Millions de dinars et le total des
engagements bancaires du secteur était d’environ 4.200 Millions de dinars, soit un taux de
dettes classées de 55%.

La crise du secteur est donc fondamentalement due au manque accru d’adéquation d’une
offre terne et vieillissante à une demande croissante dans un contexte d’exigences en
mutation continue.

La crise conjoncturelle liée aux considérations sécuritaires est venue se greffer sur une crise
structurelle, et c’est la conjugaison de ces facteurs continuant à plomber le tourisme tunisien.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 177 ~

B. Vision : orientation, stratégie et objectifs

Le rétablissement de la situation sécuritaire sur l’ensemble du territoire, la stabilisation de


la situation sociale par le renforcement du dialogue et le retour à un fonctionnement normal
des structures administratives du pays constituent autant de préalables nécessaires à la
relance du secteur.

B.1. Stratégie et vision prospective

La stratégie de relance du tourisme passe par une reprise de l’investissement, la mise au point
d’une politique de la qualité totale, la restauration des équilibres financiers des entreprises,
une refondation de la politique de la commercialisation, la sauvegarde de l’environnement, la
redéfinition de la politique du transport aérien et l’instauration d’une nouvelle gouvernance.

1. Pour une relance de l’investissement


- La stratégie prévoit la poursuite nécessaire et modérée de la croissance de la capacité
balnéaire ainsi que la réhabilitation du parc existant. En effet, le parc hôtelier
commence à montrer des signes de « vieillissement » (près du tiers de la capacité à
plus de 40 ans). Cette situation est aggravée par la fermeture prolongée de
nombreuses unités ; il est prévu la mise à niveau de ce parc afin de lui permettre de
mieux répondre aux attentes de la clientèle et de maintenir les emplois ;
- Une attention particulière sera accordée aux quinze gouvernorats intérieurs où il est
possible de créer une capacité additionnelle de 5.000 lits pour le prochain
quinquennat et ceci dans la perspective de tirer le meilleur profit de toutes les
potentialités du pays (Sahara, eaux thermales, sites archéologiques et naturels,
circuits de découverte) ;
- L’expansion et la rénovation de la capacité hôtelière existante dictent la mobilisation
de ressources financières importantes et l’adoption d’un cadre juridique et
d’incitations à même d’en favoriser la création et d’en garantir l’exécution et la
rentabilité. Cette action doit être envisagée avec la reprise du code des
investissements et la mise en place de nouvelles structures d’agrément et de contrôle
qui seront simplifiées et décentralisées ;
- La reprise des investissements, qui conditionne cette diversification du produit, est
nécessaire pour générer un accroissement de l’emploi et des recettes, un étalement
de la saison et une contribution plus significative du tourisme dans la vie des régions
Les fondements de la croissance et du développement économique ITES
~ 178 ~

et dans l’économie du pays. L’avenir du tourisme passe nécessairement par une


meilleure intégration locale et régionale, gage de son épanouissement et de sa
durabilité. C’est dans ces conditions que l’on pourra espérer un retour à la rentabilité
du secteur et à l’accroissement de son attractivité.

La dette du secteur touristique sera traitée en priorité et selon la procédure suivante :

- Sur la base d’un diagnostic objectif de la situation de chacune des entreprises


confrontées à ce problème, il sera procédé à l’élaboration d’un schéma de
consolidation juste, réaliste et spécifique (rééchelonnement des remboursements
notamment) ;
- Enfin, l’Etat devra faire preuve de plus de vigilance au niveau de l’agrément des
nouveaux projets afin d’éviter de nouvelles dérives.
2. Pour une refondation de la promotion et de la commercialisation

La refondation du tourisme passe par une évaluation continue des tendances du marché et
des correctifs qu’il convient d’introduire au niveau de l’offre afin d’y répondre de la manière
la plus adéquate. De même, elle doit tenir compte de l’évolution des marchés vers des
exigences normalisés de qualité, des achats d’opportunités (last minute) et un grand respect
de l’environnement.

• Renforcement du tourisme national :

Le tourisme national constituera un « volant de sécurité » à même d’atténuer les crises du


tourisme international. Son développement passe par l’affirmation du droit du tunisien aux
vacances et aux loisirs et la création d’une offre plus adaptée à cette demande (type
d’hébergement, prix et circuits de distribution). Cette offre pourrait s’adapter aux demandes
algériennes et libyennes dont les motivations sont différentes tout en étant proches du
marché national.

• Consolidation des marchés européens :

Le marché européen avec ses 600 Millions de touristes est le 1er marché du monde. Compte
tenu de notre position géographique, il constitue notre gisement naturel. La priorité sera donc
accordée à la consolidation de notre présence, qui reste encore faible dans de nombreux pays
(Angleterre, Allemagne, pays scandinaves et pays d’Europe de l’Est).

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 179 ~

Cette orientation passe par la limitation de l’emprise des TO européens sur la


commercialisation par une présence plus efficace de nos produits dans les nouveaux circuits
de vente (notamment le Net).

L’individualisation des destinations régionales (la côte de Corail, Djerba, le Sahel, etc…) doit
être engagée constituant une multiplication et une diversification de la destination.

• Ouverture sur les nouveaux marchés :

La pénétration de nouveaux marchés dicte la prospection et le renforcement de nos relations


avec les pays émergents (Chine, Inde, Malaisie, Turquie et Iran).

Une telle politique devra être accompagnée d’un accroissement sensible des budgets et d’une
distribution plus équitable entre les différents intervenants.

• Adoption d’une politique digitale :

La création d’un « Portail Tunisie » de raccordement de l’ensemble des hôtels, agents de


voyage, compagnies aériennes, loueurs de voitures et autres prestataires de services sous la
forme d’un site web marchand permettant de répondre directement au consommateur, doit
être érigée en priorité.

• Instauration d’une nouvelle gouvernance :

La plupart des structures publiques et privées du tourisme tunisien datent de plus de 40 ans.
Elles ne semblent plus en adéquation avec les impératifs de la situation dictant une réforme
nécessaire et urgente s’articulant autour des axes suivants :

✓ Le Ministère doit définir et impulser la politique, en contrôler l’exécution et surtout


approfondir la vision prospective, notamment par le renforcement de l’observation et
de la veille ;
✓ Les structures administratives, notamment l’Office du Tourisme et l’AFT, se limiteront
au rôle d’outil d’exécution de cette politique ;
✓ Les professionnels du tourisme, notamment les fédérations de l’hôtellerie et les
agences de voyages, seraient plus impliquées dans la gestion et plus tard dans la prise
en charge des missions actuellement assurées par l’Etat en matière de promotion et
de formation. L’échelle régionale paraît la plus adéquate pour cette action ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 180 ~

✓ Les fédérations professionnelles devront se multiplier et élargir leur base afin de


devenir des partenaires plus crédibles du développement ;
✓ Un enjeu majeur doit guider cette gouvernance : la recherche de la durabilité du
développement dans le cadre d’un partenariat public-privé très étroit avec les moyens
financiers et humains qu’exige la situation.

Cette nouvelle gouvernance permettra de passer d’une politique de développement


hôtelier à une politique touristique.

• Redéfinition de la politique du transport aérien :

Considérant que 90% des européens arrivent en Tunisie par avion, le rôle du transport aérien
est fondamental dans le développement du tourisme tunisien.

En dépit de grandes difficultés, ce pavillon national (trois compagnies) a pu sauvegarder ses


parts de marché : un touriste sur deux voyage sous pavillon national malgré l’existence de plus
d’une vingtaine de compagnies étrangères opérant en vol régulier et soixante-dix vols en
charter.

Ces compagnies aériennes bénéficient d’une infrastructure aéroportuaire convenable, (sept


aéroports internationaux) et aucune zone touristique n’est à plus d’une heure d’un aéroport
international.

Néanmoins, aujourd’hui, la situation évolue rapidement dans le monde de l’aérien,


notamment avec la progression de « l’Open Sky » et du « lowcost ». Après avoir adopté une
politique « d’Open Sky » pour le charter et pour tout type de trafic à destination de Tozeur et
de Tabarka et autorisé les vols « lowcost » vers les aéroports de Monastir et de Djerba, la
décision d’ouverture totale du ciel, mainte fois différée, devient urgente, les atermoiements
et retards atténuant le choc de l’effet d’annonce de la décision de l’adoption de « l’Open Sky ».

A cet effet, les négociations actuellement en cours avec l’Union Européenne devraient être
accélérées et finalisées car cette mesure est nécessaire et urgente pour « booster » la reprise
du secteur, tout en prenant les mesures à même de s’assurer que cette initiative ne se limite
pas à un écrémage du marché mettant en péril les compagnies nationales ayant un rôle
fondamental dans le renforcement du tourisme tunisien dans les marchés traditionnels et la
pénétration de nouveaux marchés. Enfin, l’Open Sky nécessitera un programme de mise à
niveau des infrastructures aéroportuaires (surtout Tunis). Les efforts engagés pour la

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 181 ~

restructuration financière de Tunis Air devraient être poursuivis et le programme de


renouvellement de la flotte accéléré.

Le transport aérien est confronté à un véritable défi qui ne pourra être gagné que si la Tunisie
s’engage dans une politique plus ambitieuse et plus volontariste qui lui permettra de tirer
profit de sa position géographique au carrefour de l’Afrique, de l’Europe et de la Méditerranée
érigeant Tunis Carthage en véritable Hub international.

Cette orientation passe par la libéralisation du cadre règlementaire, la révision des redevances
aéroportuaires et le développement d’une capacité hôtelière dans et autour de l’aéroport de
Tunis Carthage ainsi que la création d’une offre commerciale importante Hors Taxes.

3. Pour une politique de la qualité :

Le tourisme est par définition une activité de services, c'est dire que la qualité du service est
un facteur déterminant du prix et de la satisfaction de la clientèle.

De toute évidence, cette qualité dépend essentiellement de l’enseignement technique


dispensé.

Il convient de procéder à une refonte en profondeur de l’enseignement touristique dans le


sens :

• d’une meilleure organisation des centres de formation par une restructuration de


l’enseignement et des stages ;
• une plus grande osmose entre les centres de formation et les établissements
hôteliers ;
• un élargissement des formations aux nouveaux métiers du tourisme (internet et
centres techniques, guidance) ;
• une certification des établissements de formation.

Cette politique de la qualité ne doit pas se limiter uniquement au secteur hôtelier, elle devra
cibler l’ensemble des autres secteurs liés au tourisme (Compagnies aériennes, aérogares,
voitures de location, restaurants et cafés, musées et sites archéologiques) en concertation
étroite avec les administrations à leurs différents niveaux, mais aussi les organisations
professionnelles et plus largement la société civile.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 182 ~

4. Pour la sauvegarde de l’environnement :

Avant 2010, de nombreuses dérogations et modifications des plans d’aménagement, dans le


sens d’une densification excessive, ont été accordées ; des occupations abusives du domaine
public maritime, des lits d’Oueds et des zones inondables ont été réalisées. Il en est résulté
une détérioration de l’environnement et une aggravation des rejets.

Cette situation se caractérise également par l’insuffisance de la prise en compte des mutations
du milieu naturel : réchauffement climatique et remontée du niveau de la mer (accentuation
de l’érosion littorale, notamment sur les côtes orientales).

Pour faire face à cette situation, il est proposé la mise au point d’un plan d’aménagement de
l’ensemble du littoral et d’une dotation financière conséquente à l’APAL en mesure de garantir
sa mise en œuvre, notamment par une maîtrise foncière des espaces littoraux.

Par ailleurs, il est urgent de procéder à une reformulation de la politique environnementale


dans le sens d’une utilisation rationnelle des ressources nécessaires au développement
touristique par la mise en application de programmes adéquats concernant notamment :

- le programme de restauration des plages et de sauvegarde du milieu littoral ;


- la préservation de la biodiversité saharienne ;
- la sauvegarde et la rénovation de l’architecture traditionnelle des villes, villages et
paysages destinés à une exploitation touristique ;
- une intégration plus poussée du tourisme dans l’espace et l’économie régionale et
locale.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 183 ~

B.2. Projections 2025 du secteur touristique


Les objectifs qui seront atteints à l’horizon 2025 sont présentés dans le tableau ci-dessous :
Tableau 42. Evolution des indicateurs clés pour les orientations stratégiques du secteur de
tourisme

1962 1970 2000 2010 2015 2020 2025

CAPACITE (en lits 4077 35297 197 453 241 528 170 000 * 218 000 243 000

TAUX D’OCCUPATION (en %) 58.2 46.7 55.8 50.7 26.1 50 55

ENTREES TOURISTIQUES (en


53 411 5 057 6 903 4 202 7 735 9 465
millions)

NUITEES (en millions) 0.4 4 .1 35 .5 35. 5 16. 2 39. 8 48. 7

RECETTES (en millions de


2 54 2 095 3 522 2 415 6 287 8 918
dinars)

EMPLOIS DIRECTS
1 970 14 119 78 981 96 611 53000 87 200 97 200
(en milliers)

* Capacité opérationnelle Source : Le Tourisme en Chiffres (ONTT)

1. La capacité hôtelière :
Le parc hôtelier a enregistré en 2010 241.528 lits construits. Lors des cinq dernières années,
la capacité opérationnelle s’est réduite à environ 170 000 lits, étant donné que près de 70 000
lits sont passés en situation hors exploitation, soit pour rénovation (20000), soit par
obligations contentieuses (50000).

Nous estimons qu’à l’horizon 2020, à la lumière des projets en cours, 5000 nouveaux lits
seront construits, et que 45000 lits à l’arrêt actuellement seront remis en exploitation,
engendrant une capacité totale opérationnelle de 218000 lits.

Compte tenu du cadre prévisible de l’évolution des investissements hôteliers (demande en


hôtels de ville, émergence des concepts ruraux dans les régions et la limite des réserves
foncières sur le littoral), nous estimons que la capacité additionnelle augmentera
annuellement de 5000 lits, élevant le parc hôtelier tunisien à 243000 lits en 2025.

2. Le taux d’occupation :

L’année 2010 a enregistré un taux d’occupation de 50.7%. Ce taux n’était plus que de 26.1%
en 2015. Avec la confirmation de la tendance de reprise, nous estimons qu’il retrouvera son
niveau de 50 % en 2020 et qu’il sera porté à 55% en 2025.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 184 ~

3. Les entrées touristiques :

En 2010, 6 902 749 de touristes sont entrés en Tunisie, dont 53 % d’européens et 27% de
maghrébins.

Pour 2020, notre hypothèse repose sur un rattrapage des chiffres de 2010 avec la même
proportion en termes de provenance à l’horizon 2025. Cela se traduira en 2020 par 7.7 millions
de visiteurs, alors que pour 2025, l’objectif de 10 millions de visiteurs parait réaliste suite au
retour des visiteurs européens à un niveau d’au moins 5.5 millions (3.8 en 2010), des visiteurs
maghrébins à 4 millions (3.1 en 2010) et 0.5 million de visiteurs en provenance des nouveaux
marchés.

4. Les nuitées hôtelières :

En considérant les capacités hôtelières en lits et les taux d’occupation prévisionnels, nous
estimons pouvoir enregistrer respectivement près de 39.8 en 2020 et 48.7 millions de nuitées
en 2020 et 2025.

5. Les recettes touristiques :

Les recettes ont atteint 3522 Millions de dinars en 2010 et ont chuté à 2 414 Millions de dinars
en 2015.

La tendance sera orientée vers une reprise de l’activité avec le retour de la stabilité sécuritaire
et sociale et la levée de la restriction des européens aux voyages vers la Tunisie.

En considérant une augmentation annuelle des tarifs de 3 %, un glissement du dinar jusqu’à


2020 au rythme observé en 2015 et 2016, le volume des recettes exprimé en dinars sera porté
respectivement à près de 6 286 MD et 8917 MD en 2020 et 2025.

C. Programme et mesures prioritaires

• Eradiquer le terrorisme et consolider la paix sociale constituent les préalables


indispensables à la reprise du secteur ;
• Poursuivre les efforts diplomatiques en vue de lever les restrictions au voyage vers la
destination Tunisie ;
• Réaffirmer le rôle fondamental du tourisme dans le développement économique du pays
et les valeurs sociétales de la Nation dans le cadre d’un débat national ;
• Relancer l’investissement par la mobilisation des ressources, la restructuration financière

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 185 ~

des entreprises et l’enrichissement de l’offre ;


• Prévoir des dispositions incitatives dans le code des investissements et promulguer la loi de
partenariat public privé ;
• Rénover l’image de la destination par une promotion mieux ciblée, une insertion accrue au
niveau des nouveaux réseaux de distribution et l’organisation d’événements de haut
niveau, tant sur les marchés émetteurs en Tunisie qu’à l’extérieur ;
• Meilleure présence de la destination sur le web : lancement d’un plan digital ;
• Améliorer la qualité de service par une reprise des normes de classement et une refonte de
la politique de formation des ressources humaines, l’élargissement des filières, la refonte
des programmes et le renforcement du personnel enseignant ;
• Améliorer l’environnement par la valorisation et la sauvegarde des milieux naturels et
urbains, dans le cadre d’une association plus étroite des collectivités territoriales et
l’implication de la société civile ;
• Libéraliser le transport aérien par une refonte du cadre juridique et fiscal en coordination
avec les compagnies nationales dont la gouvernance est à moderniser ;
• Mettre la gouvernance du secteur en conformité avec la Constitution et adopter un
partenariat actif avec les professionnels au niveau de la formation et de la promotion ;
• Rompre avec l’attentisme, gérer la reprise mais surtout engager des réformes structurelles.

Conclusion

Après une expérience de plus d’un demi-siècle, le tourisme tunisien a réussi à conquérir une
place respectable dans le marché Méditerranéen contribuant de manière significative au
développement de l’économie nationale.

Le retard certain pris dans sa réponse aux exigences de la demande et l’instabilité politique
qu’a connu le pays depuis 2011 conjugués à la détérioration sécuritaire l’ont plongé dans une
crise sans précédent par son ampleur et sa longueur.

Le diagnostic a été bien posé, le processus de sortie de crise est clairement identifié, il ne reste
plus que la volonté politique et la mobilisation des moyens humains et financiers pour y
mettre fin. Cette option est en réalité une obligation, car il paraît impensable, voire
impossible, d’envisager une alternative au secteur : le modèle économique et social choisi
par la Tunisie ne saurait se concevoir sans la reprise du Tourisme.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 186 ~

III.2.5. Plan d’action 10 : Le plan Énergie

Nous procèderons, dans la première partie, à une analyse rétrospective et un diagnostic du


secteur. Dans la deuxième partie, nous énoncerons la vision et les orientations stratégiques.
Dans la dernière partie, nous expliciterons enfin les objectifs et les mesures prioritaires
quant au secteur de l’énergie en Tunisie à l’horizon 2025.

A. Analyse rétrospective et diagnostic


A.1. État des lieux
a- La demande d’énergie
En 2015, la consommation nationale d’énergie primaire, hors produits de contrebande et
biomasse traditionnelle, s’est élevée à 9,4 Mtep contre 9,2 Mtep en 2010 et 7,2 Mtep en 2005.
En 2014, la consommation d’énergie primaire se compose de gaz naturel (56%), de pétrole
(43%) et d’énergies renouvelables (1%). 41% de l’énergie primaire consommée est utilisée
pour la production électrique et se compose à 95% de gaz naturel. Après transformation du
pétrole brut en produits pétroliers et d’une partie des hydrocarbures en électricité, l’énergie
est consommée au final par les industries (34%), le secteur du transport (32%), le secteur
résidentiel (18%), le secteur tertiaire (10%) et l’agriculture (7%). L’intensité énergétique

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 187 ~

mesure la quantité d’énergie primaire consommée par unité de PIB. Elle a été de 207 tep/M$
(2010) contre 209 tep/M$ en 2010.

Les quantités de carburants de contrebande, provenant d’Algérie et de Libye, sont estimées à


900 mille tonnes, soit environ ¼ de la consommation nationale. Selon l’AIE, la consommation
tunisienne de biomasse traditionnelle (bois et charbon de bois) serait de 0,9 Mtep, ce chiffre
méritant néanmoins d’être actualisé.

b- Les ressources

En 2015, la production nationale d’énergie a été de 5,0Mtep contre 7,3 Mtep en 2010 et 5,6
Mtep en 2005. Elle se compose de pétrole (51%), de gaz naturel (48%) et d’énergies
renouvelables (1% hors biomasse traditionnelle).

Les réserves d’hydrocarbures, découvertes à ce jour, sont estimées à 340 Mtep. A la fin 2015,
plus des ¾ de ces réserves ont été déjà extraites, les réserves restant à produire étant
estimées à 80 Mtep. Des travaux d’exploration, notamment des forages, sont nécessaires
pour ralentir la baisse de ces réserves, à défaut de les maintenir ou de les augmenter. Les
efforts d’exploration ont cependant diminué des 2/3 ces dernières années : cinq forages
d’exploration ont été réalisés en 2015 et seulement trois en 2014.

Les prélèvements de gaz en nature sur le gazoduc trans-tunisien au titre du forfait fiscal, pour
le transit du gaz naturel d’origine algérienne vers l’Italie, ont très sensiblement baissé: 0,3
Mtep en 2015 contre 0,8 Mtep en 2010 et 1,2 Mtep en 2005. De ce fait, il a fallu augmenter
en conséquence les importations directes de gaz depuis l’Algérie.

La raffinerie de Bizerte, vieille d’une cinquantaine d’année, est obsolète. Elle ne satisfait que
très partiellement la consommation nationale de produits pétroliers et ses produits ne
répondent que très modestement aux besoins du marché domestique.

Environ 900 mille tonnes de carburants, soit un quart de la consommation nationale,


proviendraient de la contrebande avec l’Algérie et la Libye. Ces produits échappent par
définition à tout contrôle règlementaire. Les accointances de la contrebande avec le crime
organisé et le terrorisme ont été à maintes reprises dénoncées. Cette activité illicite menace
le circuit légal de distribution des produits pétroliers et la sécurité nationale. Son impact
financier, plutôt positif tant que les prix internationaux étaient élevés, est devenu négatif en
2015.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 188 ~

Selon les bilans publiés par l’AIE, la Tunisie disposerait d’environ un million de tep par an de
biomasse traditionnelle. La contribution des autres formes d’énergies renouvelables
(solaire, éolienne et hydraulique) à la production nationale d’énergie primaire a été de 2%
en 2015. Chauffe-eau solaire et électricité éolienne connaissent un regain d’intérêt depuis une
dizaine d’années : le programme de promotion « PROSOL » a permis d’équiper environ 10%
des logements en chauffe-eau solaires, deux nouvelles fermes éoliennes d’une capacité totale
d’environ 200 MW sont réalisées par la STEG dans la région de Bizerte.

En 2015, la production nationale d’électricité a été de 19 TWh contre une production de 16


TWh en 2010 et de 13 TWh en 2005. La consommation spécifique du parc des centrales
thermiques exploitées en Tunisie a été de 208 tep/GWh en baisse de -1,3% en moyenne par
an au cours des dix dernières années. Cette amélioration résulte surtout de la contribution
grandissante des centrales à cycle combiné dans la production14.

c- Le bilan énergétique

Le bilan énergétique est déficitaire depuis le début des années 2000. En 2015, le déficit
énergétique a atteint 4,1 Mtep, contre un déficit de 1,1 Mtep en 2010 et de 0,5 Mtep dix ans
plus tôt. Le taux de dépendance énergétique s’est particulièrement dégradé ces dernières
années, passant de 7% en 2005 à 12% en 2010 puis à 43% en 201515.

L’électricité est produite, à plus de 90%, par des centrales fonctionnant au gaz naturel. La
moitié du gaz consommé en Tunisie provient de l'Algérie au titre du gaz fiscal prélevé en
nature sur le gaz transitant vers l'Europe et d’achats directs à la Sonatrach.

La balance du commerce extérieur de l’énergie16 est déficitaire depuis les années 1990. Ce
déficit représente aujourd’hui 25% du déficit total de la balance du commerce extérieur. Il
s’est fortement dégradé depuis 2010 : -3 639 MD en 2014 contre -483 MD en 2010. En 2015,
en dépit de la chute des cours internationaux (le prix du baril de Brent est passé de 99 US$ en
2014 à 52 en 2015), le déficit de la balance du commerce extérieur du secteur a régressé de
7%, atteignant -3 400 MD environ17.

14 En 2014, la consommation spécifique s’est légèrement dégradée en raison de l’utilisation des turbines à cycle ouvert.
15 Le gaz fiscal prélevé est comptabilisé avec le gaz produit sur le sol national.
16 La part des compagnies pétrolières exportée fait partie des exportations nationales de pétrole brut.
17 Cette variation résulte du décalage du prix du gaz indexé sur une moyenne glissante de 9 mois.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 189 ~

d- La tarification et les subventions de l’énergie

A l’exception de quelques produits pétroliers, tous les produits – pétrole, gaz, électricité et
renouvelables – sont subventionnés à la consommation. En 2014, le montant total de la
subvention de l’énergie a atteint 7% du PIB contre 3% en 2010. De plus, l’État cède du pétrole
brut à la STIR et du gaz naturel à la STEG à un prix inférieur aux cours internationaux.

Le montant des subventions accordées par l’État au titre de la compensation des produits
pétroliers, du gaz naturel et de l’énergie électrique est fixé annuellement par la loi des
Finances sur la base d'une hypothèse de prix international du baril de pétrole brut. Les
révisions de prix sont déclenchées en cours d’année en fonction de l’évolution des prix à
l’importation et des équilibres financiers des opérateurs publics qui en découlent. A l'occasion
de chaque ajustement des prix des produits pétroliers, une « structure de prix » est établie qui
explicite le prix de cession, les coûts et marges de stockage et distribution, ainsi que les
diverses taxes, aboutissant au prix de vente au public. Ce système de tarification est complexe
et contraignant tant pour les opérateurs que pour l'Administration.

A.2. Tendances structurelles

a- Une croissance soutenue de la demande d’énergie, un poids plus important du gaz naturel
et une utilisation de l’énergie moyennement efficace

En 2015, la consommation nationale d’énergie primaire a été de 9,4 Mtep, enregistrant une
croissance annuelle moyenne de +3,0% depuis 2005 et de +3,1% au cours des deux dernières
décennies. Le poids du gaz naturel dans la consommation nationale d’énergie primaire a
atteint 47% en 2015 contre une contribution de 43% dix ans plus tôt et de 19% en 1995.

En 2014, l’intensité énergétique a été de 207 tep par million de dollars-2010 de PIB contre une
intensité de 204 tep/M$ en 2005 et de 223 tep/M$ en 1995, soit une réduction de 0,4% en
moyenne par an au cours des deux dernières décennies. A titre de comparaison, l’intensité
énergétique des pays de l’OCDE a été de 112_tep/M$ de PIB en baisse de 1,5% en moyenne
par an au cours des deux dernières décennies. Du point de vue économique, secteur informel
non compris, l’utilisation de l’énergie est globalement moins efficace en Tunisie qu’en
Turquie, au Maroc ou dans la plupart des pays sud européens.

b- Épuisement des ressources connues et mix énergétique basé quasi exclusivement sur les
hydrocarbures

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 190 ~

Les réserves d’hydrocarbures découvertes à ce jour sont estimées au total à 340 Mtep. Plus
des trois-quarts de ces réserves ont déjà été extraites. Leur volume a régressé de 3% en
moyenne par an au cours des deux dernières décennies. Si cette tendance se maintient, les
réserves d’hydrocarbures connues et exploitables ne seront plus que de 60 Mtep en 2025. Au
cours des années soixante et soixante-dix, durant lesquelles ont été découverts les plus grands
gisements, le rendement moyen des forages d’exploration était de 8 millions de barils
équivalent pétrole (Mboe) par forage.

Depuis les années quatre-vingt, ce rendement est quatre fois moins élevé. Cette évolution des
réserves résulte, en partie, du niveau insuffisant des travaux de prospection mais également
de la qualité de ces travaux : une bonne partie des réserves ont été découvertes par quelques
grandes sociétés. Plusieurs de ces sociétés ont quitté la Tunisie dans les années quatre-vingt.
La révision du cadre règlementaire et fiscal, au cours des années quatre-vingt et quatre-vingt-
dix, n’a pas permis de contrarier cette tendance.

Par ailleurs, la production nationale d’énergie primaire se compose essentiellement


d’hydrocarbures : 97% en 2015 contre 99,7% en 2005.

c- Un déficit énergétique structurel

D’une situation excédentaire, depuis la découverte du gisement d’El Borma au milieu des
années 1960, le bilan énergétique est devenu déficitaire au début des années 2000. En 2015,
le déficit énergétique a atteint 4,1 Mtep, le déficit de la balance commerciale énergétique
s’est élevé à 3,4 milliards de dinars et le taux de dépendance énergétique à 43%. Il convient
cependant de souligner que ce déficit s’est particulièrement détérioré au cours des cinq
dernières années.

Plus de 90% de l’électricité est produite à partir de gaz naturel, dont près de la moitié provient
d’un seul fournisseur la Sonatrach. La tentative d’approvisionnement à partir de la Libye n’a
pas abouti par manque de disponibilités du côté libyen.

d- Un outil de raffinage obsolète et un réseau électrique enclavé

La raffinerie de Bizerte, vieille de 50 ans, utilise en partie du pétrole brut importé et fournit
13% de la consommation nationale de produits pétroliers. Une part importante des produits
commercialisés en Tunisie est importée par la STIR ou par les réseaux de la contrebande.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 191 ~

Le réseau électrique tunisien est interconnecté à l’ouest avec l’Algérie et au sud avec la Libye.
L’interconnexion des réseaux électrique égyptien et libyen fragilise le réseau maghrébin. De
ce fait, les échanges avec la Libye sont très faibles et se font occasionnellement en réseau
séparé avec la zone frontalière. Avec l’Algérie, les échanges, le plus souvent à bilan nul,
représentent à peine 2% de la consommation nationale et les interconnexions sont exploitées
au dixième de leur capacité. La mise en valeur du potentiel éolien par la production
d’électricité est encore timide.

e- Des subventions de l’énergie mal maîtrisées

Au cours des dernières décennies, les cours mondiaux du pétrole brut, et par la suite de
l’ensemble des hydrocarbures, ont subi, à différentes reprises, de fortes variations à la hausse
et à la baisse. En Tunisie, la politique des prix de l’énergie répond à une logique interne qui ne
tient pas nécessairement compte de l’évolution des prix internationaux de l’énergie. Malgré
la flambée des prix à l’importation au cours des 15 dernières années (le prix du baril de Brent
a décuplé) et une sérieuse détérioration du bilan énergétique, les prix intérieurs de l’énergie
n’ont pas suivi la progression des cours mondiaux. Entre 2010 et 2014, le montant de la
subvention de l’énergie a plus que doublé : en 2014, il s’est élevé à 7% du produit intérieur
brut contre 3% en 2010. En 2015, avec un prix moyen du baril de Brent de 52 US$, le montant
de la subvention de l’énergie ne serait plus que de 400 MD.

A.3. Évolutions récentes

a- Bouleversements du contexte régional et international

La guerre civile en Libye fragilise la Tunisie. En 2015, la Tunisie a subi trois attentats terroristes
engeandrant, au total, près de quatre-vingt victimes. Le trafic régional d’armes, de drogues et
de migrants prend des dimensions qui affectent la sécurité nationale. La contrebande de
carburants, autrefois limitée aux zones frontalières, touche désormais toutes les régions. La
dégradation de la situation sécuritaire concerne particulièrement le Sud, là où se trouvent
plusieurs champs et installations de pétrole et de gaz.

En 2015, seulement 6 Mtep de gaz ont transité par le Gazoduc trans-tunisien alors que sa
capacité de transport dépasse 30 Mtep. Au cours de la période 2000 - 2008, les prélèvements
annuels de gaz fiscal ont été de 1,2 Mtep. À partir de 2009, les quantités prélevées baissent

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 192 ~

progressivement pour atteindre 0,3_Mtep en 2015. Cette baisse résulte d’une réduction des
achats de gaz algérien par les opérateurs européens.

En 2015, le prix moyen du Brent a baissé de 47% et a atteint 52 $ contre 99 $ un an plus tôt.
Cette chute affecte les investissements risqués relatifs aux forages d’exploration, à la mise en
valeur des ressources de pétrole de schiste et de gaz de schiste et à la promotion des énergies
renouvelables.

La percée technologique dans l’exploitation des schistes aux USA a permis l’exploitation du
gaz et du pétrole de schiste prenant son essor il y a une dizaine d’années grâce à la
combinaison de deux techniques : la fracturation hydraulique et le forage horizontal.
L’exploitation du gaz de schiste a permis aux USA d’améliorer d’une manière substantielle leur
indépendance énergétique et de réduire le prix intérieur du gaz naturel de moitié. Selon l’AIE,
le gaz de schiste couvrirait près de la moitié de la demande de gaz naturel des USA en 2025.

b- Profonds changements du contexte national

Depuis 2011, la situation sécuritaire de la Tunisie s’est beaucoup dégradée. Plusieurs sites de
production et chantiers de travaux du secteur de l’énergie ont subi des agressions, des « sit-
in » et autres perturbations. La production et/ou les investissements sont ralentis et dans
certains cas compromis. De plus, des sociétés du secteur ont été contraintes de recruter du
personnel non opérationnel. La pérennité de l’activité est, dans certains cas, menacée.
Plusieurs investisseurs et/ou opérateurs étrangers se sont désengagés.

L’article 13 de la Constitution précise que tout nouveau contrat relatif à l’exploitation des
ressources naturelles doit être soumis à l’approbation de l’Assemblée des Représentants du
Peuple. Les textes d’application pour la mise en conformité du cadre législatif et règlementaire
existant tardent à être promulgués. Au cours des dernières années, aucun nouveau permis n’a
été attribué et certains permis n’ont pas été renouvelés. Une grave crise de confiance persiste
entre certains acteurs politiques et les opérateurs du secteur.

Au cours des dernières années, la gouvernance du secteur a été attaquée à plusieurs reprises.
Des campagnes de protestation et de revendications sont organisées dont en particulier celle
qui s'est donné comme slogan accrocheur « ouinou el pétrole »18. Des accusations non-

18Le rapport de la Cour des Comptes de l’année 2012, relatif au secteur des hydrocarbures, ne semble pas avoir été soumis au
processus habituel de vérification avant sa publication. Certaines critiques de ce rapport ont été largement relayées par ces
campagnes.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 193 ~

avérées sont malheureusement relayées par des médias, des courants politiques et certains
groupes de pression. La confiance est rompue entre certains courants politiques, d’une part,
les investisseurs et les acteurs institutionnels du secteur d’autre part. L’évaluation de la qualité
de la gouvernance dans le secteur des hydrocarbures, réalisée par « Revenue Watch Institute
» en 2014, attribue à la Tunisie une note globale « insuffisante » de 49/100. Dans ce rapport,
une bonne note du cadre institutionnel et juridique y contraste avec des pratiques très
insuffisantes de divulgation et de faibles conditions générales de gouvernance.

Le secteur des hydrocarbures a particulièrement souffert de ces bouleversements et de


l’instabilité politique du secteur ces dernières années :

- Les travaux d’exploration, nécessaires pour le renouvellement de nos réserves, sont en


berne. Les efforts d’exploration ont diminué de 2/3, cinq forages d’exploration ont été
réalisés en 2015 et seulement trois en 2014. La réduction des travaux d’exploration a un
impact négatif sur le niveau des réserves et par conséquent sur la future production
d’hydrocarbures. Un tiers des investisseurs étrangers ont par ailleurs quitté le pays ;
- Entre 2010 et 2015, la production nationale d’hydrocarbures a été réduite de 31%. Des
sites de production sont bloqués pendant des mois d’une manière anarchique. Des
opérateurs étrangers et non des moindres désespèrent ;
- La dépendance énergétique, maintenue pendant les années 2000 à un niveau inférieur
à 13%, a atteint 43% en 2015 ;
- La contrebande des carburants, qui rappelons-le a atteint un quart de la consommation
nationale, prend des dimensions inquiétantes pour la pérennité de l’activité de
distribution mais également pour la sécurité nationale.

B. Vision et orientations stratégiques

La Tunisie n’est pas un acteur majeur en termes de demande et d’offre d’énergie ou


d’émissions de gaz à effet de serre. Son futur énergétique dépendra de l’évolution du
contexte international et régional mais également de sa capacité à anticiper cette évolution
et à s’y adapter. Nous examinerons dans cette deuxième partie les principaux enjeux à
l’échelle mondiale, régionale et nationale afin de dégager les orientations stratégiques pour
le secteur de l’énergie tunisien à l’horizon 2025.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 194 ~

B.1. Nouveaux enjeux et problématique nationale

a- Principaux enjeux énergétiques dans le monde

A l’horizon 2025, en nous référant au « scénario central » des prévisions de l’AIE et au cas de
référence des prévisions de l’EIA19, le prix du baril de Brent reviendrait à son niveau des années
2010 à 2014 vers 2025 et se situerait à environ 80 US$ dès 2020.

Selon l’AIE, la demande mondiale d’énergie atteindrait 16 milliards de tep en 2025, en


augmentation annuelle moyenne de 1,5% contre 2,4% durant les dix dernières années. Au
cours de la prochaine décennie, la demande d’énergie des pays de l’OCDE se stabiliserait et
celle de l’Union Européenne déclinerait au taux annuel moyen de 0,7%. Par contre, la
demande des pays hors OCDE, en particulier celle de la Chine et de l’Inde, continuerait de
croitre au rythme de 2,6%.

La part des énergies renouvelables, hors biomasse et énergie hydraulique, dans la


consommation mondiale d’énergie primaire atteindrait 3% en 2025 contre 1% en 2010. Pour
les pays de l’OCDE, cette part augmenterait de 2% à 4% au cours de la même période. La
transition énergétique vers une économie dé-carbonée sera probablement ralentie par un bas
prix de l’énergie. Le processus de transition énergétique risque de prendre un certain temps.

Selon l’EIA, le gaz de schiste a représenté, en 2013, un tiers des approvisionnements en gaz
naturel des USA et atteindrait près de la moitié de ses approvisionnements en 2025. En dehors
des USA, la mise en valeur du pétrole de schiste et du gaz de schiste sera probablement freinée
par un bas prix de l’énergie.

b- Principaux enjeux énergétiques dans la région

L’Afrique du Nord dispose d’importantes réserves de pétrole et de gaz, d’un potentiel


appréciable d’énergies renouvelables, surtout solaire et éolienne mais d’un faible potentiel
hydroélectrique et de biomasse. En 2014, l’Afrique du Nord a globalement dégagé un surplus
d’énergie de 92 Mtep contre un excédent de 206 Mtep dix ans plus tôt. Cette chute s’explique
surtout par la réduction des exportations libyennes (-52 Mtep) et algériennes (-47 Mtep). Elle
est exportatrice nette de pétrole et de gaz naturel mais importatrice nette de charbon, de
produits pétroliers et d’électricité.

19« Annual Energy Outlook 2015 », U.S. Energy Information Administration, Avril 2015.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 195 ~

L’Europe est la principale destination des exportations nord africaines d’hydrocarbures (68%
pour le pétrole et 85% pour le gaz). La part de l’Afrique du Nord dans les importations
européennes d’hydrocarbures est par contre relativement faible (10% pour le gaz et 12% pour
le pétrole). La Libye et l’Algérie sont les principaux exportateurs de pétrole, l’Algérie étant le
principal exportateur de gaz.

Acteur majeur, l’Algérie est le premier pays producteur de gaz d’Afrique et le troisième plus
grand producteur de pétrole à l’échelle du continent, le deuxième fournisseur de gaz de
l'Europe et dispose des troisièmes plus importantes ressources de gaz de schiste au monde.
L'économie algérienne dépend des hydrocarbures qui, en 2014, représentent environ 30% de
son PIB, plus de 94% des recettes d'exportation et 60% des recettes de l’État. En 2015, la chute
des cours mondiaux, conjuguée à une contraction des quantités exportées, s’est traduite par
une baisse de 44% de la valeur des exportations algériennes d’hydrocarbures. Il est, par
ailleurs, à noter qu’au cours des dernières années, les USA et l’Italie ont restreint leurs
importations d’Algérie : réduction de 75% des importations de produits pétroliers par les USA
et de 80% des importations de gaz naturel par l’Italie. En 2013, le site gazier d’In Amenas a fait
l’objet d’une attaque terroriste entraînant une réduction temporaire importante de sa
production.

Les infrastructures régionales de transport de gaz naturel sont en expansion permanente.


L’Algérie consolide sa position par le renforcement de son infrastructure gazière. Le Maroc est
interconnecté à l’Espagne au moyen de deux lignes électriques. Toutefois l’intégration des
réseaux électriques maghrébins est lente et certains projets d’interconnexion avec l’Europe
ont été plusieurs fois reportés. Les marchés électriques maghrébins sont encore protégés.

c. Principaux enjeux énergétiques à l’échelle nationale

A court et à moyen termes, nous distinguons trois enjeux majeurs : une baisse forte et durable
des cours mondiaux de l’énergie, un pourrissement de la situation régionale et le maintien du
statuquo interne.

- Le maintien à un niveau bas des cours mondiaux du pétrole entrainerait une forte
réduction des efforts de prospection, un report des investissements pour la mise en
valeur des ressources énergétiques non conventionnelles (énergies renouvelables et gaz
de schiste en particulier) et une baisse des efforts d’économie d’énergie ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 196 ~

- Le pourrissement de la situation sécuritaire régionale risque d’entrainer une réduction,


voire l’arrêt, des importations européennes de gaz naturel (le bilan énergétique de la
Tunisie se trouverait amputé d’une précieuse ressource), le ralentissement des projets
d’intégration des réseaux électriques, le report des projets de mise en valeur des
énergies renouvelables et un plus grand enclavement de la Tunisie ;

- Sur le plan national, avec le maintien du statuquo, les investissements de mise en valeur
des ressources conventionnelles et alternatives risquent de demeurer limités, une partie
du réseau national de distribution des produits pétroliers risquant d’être supplantée par
la contrebande impactant la sécurité énergétique du pays.

d. Deux problématiques majeures

Concernant l’avenir énergétique de la Tunisie, deux problématiques majeures se dégagent


des précédentes analyses : la sécurité énergétique du pays et la gouvernance du secteur. La
Tunisie enregistre un déficit énergétique structurel depuis deux décennies. Ce déficit s’est
particulièrement aggravé ces dernières années, atteignant 43% de la demande nationale
d’énergie primaire en 2015. De fait, la Tunisie a changé de modèle énergétique : de pays
exportateur, membre de l’OPAEP, la Tunisie et devenue importatrice nette d’hydrocarbures.
La sécurité d’approvisionnement devient ainsi l’une des préoccupations de la politique
énergétique du pays. La sécurité énergétique ne signifie pas nécessairement l’autonomie
énergétique. Le coût de la sécurité énergétique est fonction croissante du degré
d’indépendance recherché. Il s’agit de trouver le bon équilibre entre la mise en valeur des
ressources nationales et l’importation d’énergie, en tenant compte du contexte international
et régional. A l’horizon 2025, la Tunisie continuera probablement à importer une partie de son
énergie. Utilisateur de gaz naturel, le secteur de la production électrique est le plus sensible
aux importations.

e- L’impératif d’une vision partagée dans un environnement en profonde mutation

La politique énergétique d’un pays se conçoit deux à trois décennies à l’avance. En Tunisie,
elle est de plus en plus conditionnée par l’évolution énergétique mondiale. L’offre mondiale
sera encore dominée par les énergies fossiles avec une part de plus en plus importante pour
le gaz naturel. Le gaz de schiste, l’énergie éolienne et l’électricité photovoltaïque connaîtront

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 197 ~

des développements significatifs. Toutefois, la transition énergétique vers une économie dé-
carbonée prendra probablement du temps.

La demande mondiale d’énergie sera tirée par l’Asie, la Chine et l’Inde en particulier. Au cours
de la prochaine décennie, l’Europe restera l’un des principaux acteurs du développement des
énergies renouvelables et de la réduction des émissions de GES. Sa demande, en légère baisse
depuis quelques années, maintiendra probablement cette tendance au cours de la prochaine
décennie. Depuis 2010, l’Europe a par ailleurs réduit sérieusement ses importations de gaz
algérien.

L’Afrique du nord dispose d’importantes ressources d’hydrocarbures conventionnels et non


conventionnels ainsi que d’un grand potentiel d’énergie solaire. L’excédent énergétique de
l’Afrique du nord est exporté essentiellement vers l’Europe. Cependant, la dégradation de la
situation sécuritaire de la région risque de détourner l’Europe vers d’autres fournisseurs.

La Tunisie est partagée entre l’espoir d’une abondance énergétique renouvelée et la réalité
d’un déficit énergétique en forte augmentation. Le déficit énergétique, qui date d’une
vingtaine d’années, s’est accéléré ces dernières années et a atteint 43% en 2015. Dans le
cadre du scénario souhaitable de mise en valeur intensive des ressources nationales et de
reprise des exportations algériennes de gaz vers l’Italie, la Tunisie resterait en partie
dépendante des importations d’énergie. Dans un contexte géopolitique incertain, la question
de la sécurité énergétique devient capitale. Cette question s’ajoute à celles non moins
importantes de la réduction des subventions de l’énergie et de la gouvernance du secteur. Les
parties prenantes, consommateurs et acteurs du secteur, attendent des réponses. Mais de
fréquents ou brusques changements des règles du jeu risquent de rendre celles-ci moins
efficientes. Les principaux acteurs politiques sont donc appelés à partager et à mettre en
œuvre une vision commune de l’avenir énergétique du pays.

B.2. Orientations stratégiques

a. Trois scénarios d’évolution possible

Nous examinerons ici trois scénarios d’évolution possible du secteur de l’énergie à l’horizon
2025. Quant à l’évolution du prix international du Brent, nous retiendrons, dans tous les cas
de figure, le scénario central de l’AIE avec un prix de 80 US$/bbl en 2020 et de 100 US$ en
2025.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 198 ~

- Scénario de « rupture négative » : En maintenant l’évolution des cinq dernières années,


on obtiendrait une évolution annuelle moyenne du PIB de +2%20 et un maintien de
l’intensité énergétique à son niveau actuel. La demande d’énergie progresserait ainsi de
+2% par an et atteindrait 12 Mtep en 2025. La production nationale d’hydrocarbures
continuerait à régresser, les prélèvements de gaz algérien au titre du forfait fiscal se
maintiendraient au niveau très bas des dernières années et la contribution des énergies
renouvelables resterait marginale. En 2025, les disponibilités annuelles d’énergies
seraient alors de 2,7_Mtep, le bilan énergétique serait déficitaire de 9,1Mtep et le taux
de dépendance énergétique atteindrait 77%.

- Scénario de « sortie de crise » : Dans l’hypothèse d’une relance des investissements et


de rétablissement des indicateurs du secteur (croissance du PIB de 4,4% et baisse de
l’intensité énergétique de 0,4%), la consommation d’énergie serait de 14 Mtep en 2025.
Dans l’hypothèse du maintien de l’activité d’exploration à son niveau de la décennie
2000-2010 et d’un retour du forfait fiscal à son niveau d’avant 2010 (1,2 Mtep/an), le
total des disponibilités d’énergie serait de 9,0 Mtep. En 2025, le déficit du bilan
énergétique serait alors de 5,3 Mtep et le taux de dépendance de 37%.

- Scénario d’émergence : Ce scénario suppose une évolution du PIB de +6% et de


l’intensité énergétique de -2% par an. La demande d’énergie atteindrait ainsi 15 Mtep
en 2025. Nous supposerons, qu’en 2025, les énergies renouvelables contribueront à
hauteur de 20% de la production nationale d’électricité, que les prélèvements de gaz
fiscal se situeront à 1,2 Mtep par an et que la relance des investissements d’exploration
et de production permettra d’atteindre une production d’hydrocarbures de 8,5 Mtep.
En 2025, le bilan énergétique serait ainsi déficitaire de 3,1 Mtep et le taux de
dépendance serait de 21%.

Ce scénario suppose certains prérequis et la mise en œuvre rapide de plusieurs réformes :

- Le rétablissement de la sécurité dans la région et sur l’ensemble du territoire national ;

- L’instauration d’un climat de confiance avec les investisseurs ;

- La mise en conformité des textes existants avec l’Article 13 de la Constitution ;

20Ces dernières années, l’accélération des recrutements à caractère social, de l’Administration, a engendré une croissance
artificielle du PIB sans création réelle de valeur ajoutée.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 199 ~

- La réorganisation du secteur dans le sens d’une plus grande transparence et de la


responsabilisation des opérateurs ;

- Un ajustement du cadre fiscal favorisant le développement des ressources nationales


fossiles et renouvelables, conventionnelles et non conventionnelles ;

- Une accélération de la politique d’efficacité énergétique.

b- Cinq orientations stratégiques pour le secteur de l’énergie

De ce qui précède, nous dégageons cinq principales orientations stratégiques pour le secteur
de l’énergie à l’horizon 2025 :

- L’amélioration de la gouvernance du secteur ;

- La diversification des fournisseurs d’énergie et la multiplication des fournisseurs de gaz


en particulier ;

- La valorisation des ressources nationales d’énergies fossiles et renouvelables,


conventionnelles et non-conventionnelles ;

- La réforme du système de tarification et de subvention de l’énergie ;

- La maîtrise de la demande des principaux secteurs consommateurs d’énergie.

C. Objectifs et mesures prioritaires

C.1. Principaux objectifs

Les précédentes orientations stratégiques se déclinent selon les cinq ensembles


d’objectifs suivants :

a- Une meilleure gouvernance du secteur afin d’affirmer l’État de droit face à la contrebande,
de garantir la protection des infrastructures, d’instaurer un climat de confiance entre les
parties prenantes et les acteurs du secteur et de mettre en pratique les règles de bonne
gouvernance, en particulier de transparence et de responsabilité.

b- La diversification des sources d’approvisionnement

Des accords d’interconnexion électrique avec l’Europe d’une part, et avec de nouveaux
fournisseurs de gaz naturel, d’autre part, devront être conclus et mis en œuvre.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 200 ~

c- La mise en valeur des ressources nationales

A l’horizon 2025, l’objectif serait de ramener le taux de dépendance énergétique à un niveau


proche de 20%, celui du scénario « d’émergence ». Concernant les hydrocarbures,
l’intensification de l’exploration devrait permettre de renouveler les réserves et de se faire
une idée suffisamment précise des ressources en gaz de schiste. Rappelons que pour le
scénario « d’émergence », nous avons supposé l’intensification de l’activité de prospection et
le maintien du niveau de prospectivité à celui des deux dernières décennies. Même dans ce
cas, plutôt favorable, la balance énergétique resterait déficitaire. Concernant la mise en
valeur des énergies renouvelables, l’ANME, dans le rapport précité, retient un objectif
d’environ 20% de contribution des énergies renouvelables à la production nationale
d’électricité à l’horizon 2025.

d- La refonte de la tarification des produits énergétiques en vue d’une réduction significative


mais progressive des subventions et des distorsions tarifaires.

e- L’amélioration de l’efficacité énergétique

L’utilisation de l’énergie est globalement moins efficace en Tunisie que dans la plupart des
pays d’Europe du sud, en Turquie ou au Maroc. Pour atteindre un niveau comparable à celui
des pays d’Europe du sud, la Tunisie devrait réduire son intensité énergétique de 2% en
moyenne par an au cours des deux prochaines décennies. Dans son rapport « stratégie
nationale de maîtrise de l’énergie » de juin 2014, l’ANME estime l’économie d’énergie pouvant
être réalisée en 2025 à environ 25% de la consommation nationale, moyennant une réduction
additionnelle de l’intensité énergétique de 1,2 point en moyenne par an par rapport au
scénario tendanciel.

Les obstacles à la mise en œuvre des orientations retenues sont d’ordre politique,
règlementaire, fiscal et technique :

- Politique : L’instabilité politique des dernières années (six ministres en charge de


l’énergie en six ans) et l’affaiblissement structurel de l’Exécutif compliquent la mise en
œuvre de toute politique énergétique. L’État s’est montré particulièrement désarmé
face aux nombreux sit-in des chantiers, à la contrebande de carburants et aux
campagnes de dénigrement des institutions publiques. Dans le même temps, le contexte
géopolitique régional fragilise l’approvisionnement énergétique du pays ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 201 ~

- Règlementaire : La mise en conformité du cadre règlementaire avec l’article 13 de la


Constitution tarde et les investissements de mise en valeur des ressources
conventionnelles et non conventionnelles sont gelés. Par ailleurs, le protectionnisme et
le monopole public des importations limitent l’offre et la diversification des
fournisseurs. Enfin, la règlementation contraignante à laquelle sont soumises les
entreprises publiques et leur récente mise à l’index ne les incitent pas à l’initiative et
dans la foulée à la performance.

- Fiscal : Dans un contexte baissier des cours mondiaux de l’énergie, la fiscalité pourrait
constituer un handicap quant à la reprise des investissements de mise en valeur des
ressources nationales, d’hydrocarbures en particulier. Il est à noter, à cet effet, que la
Tunisie est classée parmi les pays à prélèvement fiscal élevé.

La politique de subvention et d’assistance aux utilisateurs a empêché une réforme de


fond de la tarification de l’énergie. Or, la subvention de l’énergie n’incite pas à
l’économie et la distorsion des prix peut orienter les consommateurs vers des choix non
optimaux. Enfin, la volatilité des cours mondiaux des hydrocarbures s’érige en frein à la
mise en valeur des énergies renouvelables.

- Technique : Le rejet de la fracturation hydraulique dans les roches mères est


actuellement le principal obstacle à la mise en valeur des hydrocarbures de schistes.
L’enclavement du réseau national de transport de l’électricité constitue un handicap à
la mise en valeur du potentiel d’énergies renouvelables, son renforcement étant
également nécessaire à cet effet. La non-intégration régionale des réseaux électriques
est un obstacle au développement des échanges d’énergie électrique et à une meilleure
exploitation des capacités installées.

C.2. Mesures prioritaires

Les propositions d’améliorations des performances du secteur de l’énergie sont nombreuses.


Certaines mesures prioritaires allant dans le sens des orientations et objectifs que nous
venons d’évoquer permettent d’apporter une première réponse aux défis posés par les
mutations du contexte énergétique et par les changements de l’environnement politique
national.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 202 ~

a- Amélioration de la gouvernance

Les critères de bonne gouvernance publique les plus cités par les organisations
internationales sont la transparence, la responsabilité, la participation et la suprématie du
droit.

La mise en cause récurrente de la gouvernance du secteur des hydrocarbures a conduit


l’Assemblée Nationale Constituante à préciser, dans l’article 13 de la nouvelle Constitution,
que « les contrats d’investissement qui y sont relatifs [aux richesses naturelles] sont soumis à
la Commission spécialisée de l’Assemblée des Représentants du Peuple ». Un an plus tard,
malgré l’avis du Tribunal Administratif, on déplore une grande confusion et beaucoup de
retards dans l’administration des titres d’hydrocarbures, des avenants à des conventions de
permis étant bloqués par la Commission de l’énergie de l’ARP et ne sont toujours pas soumis
au vote de la l’assemblée plénière. L’instrument pour l’amendement d’une convention
approuvée par décret n’est pas encore fixé. Le principe de suprématie du droit est mis à mal.

Selon le rapport « Indice de Gouvernance des Ressources Naturelles » relatif au secteur


tunisien des hydrocarbures publié en 2014 par Revenue Watch Institute, « la Tunisie a reçu la
note « insuffisante » de 49 et se classe 28e sur 59 pays. Une bonne note dans le domaine du
cadre institutionnel et juridique contraste avec de mauvaises pratiques de divulgation et de
faibles conditions générales de gouvernance ». En 2012, la Tunisie a déposé sa candidature
pour rejoindre l’Initiative EITI (Extractive Industries Transparency Initiative).

Le concept de Responsabilité Sociétale des Entreprises ne s’est pas encore imposé aux
entreprises du secteur, les certifications techniques non plus (sécurité et environnement, en
particulier). La règlementation des entreprises publiques, en vigueur, ne favorise pas l’esprit
d’initiative et la « chasse aux sorcières » menée ces dernières années hypothèque l’avenir du
secteur. La participation des parties prenantes à certaines décisions est prise au pied de la
lettre, des chantiers sont bloqués par des manifestants et certains groupes de pression. La
contrebande de carburants prend des dimensions inquiétantes, non seulement pour la
pérennité du secteur mais également quant à la sécurité et à l’intégrité du pays. Une
proportion significative des opérateurs étrangers a d’ores et déjà quitté la Tunisie.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 203 ~

Pour une meilleure gouvernance du secteur de l’énergie nous retiendrons les mesures
prioritaires suivantes :

- Affirmer l’autorité de l’État face à la contrebande, aux blocages des sites de production
et aux pratiques illicites ;

- Instaurer un climat de confiance entre les élus et les acteurs du secteur ;

- Mettre en conformité la règlementation avec l’article 13 de la nouvelle Constitution ;

- Adhérer à la démarche de l’EITI ;

- Mettre en application les « bonnes pratiques » du FMI « en matière de transparence des


finances publiques pour la gestion des recettes dégagées des ressources naturelles » ;

- Adapter le mode de fonctionnement des entreprises publiques aux exigences


d’efficacité du secteur ;

- Procéder périodiquement à un audit indépendant des réserves ;

- Répondre aux campagnes de dénigrement par de larges campagnes d’information.

b- Diversification du « bouquet énergétique » et des fournisseurs afin de sécuriser


l’approvisionnement du pays en énergie.

• Diversification du « bouquet énergétique » ou « mix énergétique »

- L’électricité peut être produite à partir d’une dizaine d’énergies primaires différentes.
Dans la plupart des pays, le mix électrique est lié à la disponibilité et à la proximité des
ressources primaires. En Tunisie, elle est produite quasi exclusivement à partir de gaz
naturel. À court et moyen termes, le gaz naturel gardera une place dominante.
Toutefois, l’éolien et le photovoltaïque peuvent prendre une plus grande place. L’ANME
propose une contribution des énergies renouvelables au mix électrique de 20 % en
2025. ;

- Les produits pétroliers, le gaz naturel et l’électricité constituent l’essentiel de la


consommation d’énergie finale du secteur industriel. A l’horizon 2025, l’autoproduction
à partir des énergies renouvelables devrait pouvoir prendre une part plus significative
dans la production de l’électricité ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 204 ~

- La consommation du secteur des transports se compose quasi exclusivement de


produits pétroliers. Les possibilités de substitution par du GNC (gaz naturel carburant)
et de l’électricité sont relativement limitées à l’horizon 2025 ;

- La consommation des autres secteurs (résidentiel, tertiaire et agricole) se compose de


produits pétroliers (31%), de biomasse traditionnelle (28%), d’électricité (27%) et de gaz
naturel (12%). A l’horizon 2025, les substitutions envisageables sont
multiples, notamment quant au gaz naturel et aux énergies renouvelables (chauffe-eau
solaire et autoproduction d’électricité). La poursuite des programmes Prosol
permettrait de doubler la part des logements équipés de chauffe-eau solaire ou de
panneaux photovoltaïques.

• Diversification des fournisseurs d’énergie : La Tunisie est importatrice de produits


pétroliers et de gaz naturel. Les fournisseurs des produits pétroliers sont nombreux dans la
région, par contre, pour les importations de gaz naturel, la Tunisie dépend d’un seul
fournisseur, la Sonatrach. Près des ¾ du gaz utilisé servent à produire l’énergie électrique
et 95% de l’électricité est produite par des centrales thermiques au gaz.

- La recherche d’un deuxième fournisseur de gaz qui contribuerait au renforcement de la


sécurité d’approvisionnement devient urgente du fait de la dégradation de la situation
sécuritaire régionale. L’importation de GNL (gaz naturel liquéfié) implique la réalisation
d’un terminal de regazéification et de stockage. Cet investissement et le surcoût du GNL
par rapport au gaz livré par pipeline, peuvent, jusqu’à un certain niveau, être justifiés
par la nécessité de diversifier les sources d’approvisionnement. La mise à jour du plan
d’urgence d’approvisionnement en gaz naturel devrait tenir compte du nouveau
contexte régional et d’un risque de rupture prolongée des importations de gaz
naturel ;

- L’interconnexion directe du réseau électrique tunisien au réseau européen devrait


également être l’une des priorités de la politique énergétique des prochaines années.
Cette interconnexion permettrait de mailler la boucle électrique méditerranéenne,
d’optimiser l’exploitation des capacités installées, de faciliter l’intégration des énergies
renouvelables et d’améliorer la fiabilité du système électrique tunisien ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 205 ~

- Enfin, la libéralisation progressive des importations de produits pétroliers, à l’exception


des produits sensibles tels que le gazole ordinaire et le GPL domestique, contribuerait
également à la diversification des approvisionnements.

c- Mise en valeur des ressources nationales d’énergie

La Tunisie dispose de ressources d’hydrocarbures conventionnelles et non conventionnelles


et d’un potentiel d’énergies solaire et éolienne. On distingue trois catégories de ressources
pétrolières et gazières :

- Des réserves prouvées, connues et exploitables d’hydrocarbures conventionnelles


estimées à 80 Mtep ;

- Des ressources potentielles d’hydrocarbures conventionnelles estimées à 140 Mtep par


l’USGS ;

- Des ressources potentielles d’hydrocarbures non-conventionnelles (huile et gaz de


schiste) estimées à 1,2 milliard de tep par l’EIA.

Trois catégories d’énergies renouvelables offrent par ailleurs un certain potentiel :

- Des ressources de biomasse traditionnelle estimées à 1,0 Mtep par an, cette estimation
méritant d’être soigneusement réévaluée ;

- Des ressources potentielles d’énergie éolienne estimée par l’ANME à 8 GW représentant


un productible équivalant à 4 Mtep/an d’énergie finale ;

- Des ressources significatives d’énergie solaire, environ 10% des logements étant équipés
de chauffe-eau solaire. La production d’électricité photovoltaïque est encore couteuse
et la récente chute des cours mondiaux des hydrocarbures risque d’en retarder le
développement.

Pour la mise en valeur des ressources nationales, nous recommandons les mesures
prioritaires suivantes :

- Publier un Atlas des prospects d’énergies conventionnelles et non conventionnelles,


fossiles et renouvelables à explorer et/ou à développer ;

- Adapter le cadre fiscal aux objectifs de mise en valeur des ressources nationales et au
contexte international et régional ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 206 ~

- Faire appel à la concurrence internationale pour la mise en valeur des nouveaux


gisements d’hydrocarbures et d’énergies renouvelables ;

- Doter les opérateurs nationaux (STEG et ETAP, en particulier) des moyens leur
permettant de mener à bien leurs missions et adapter les règles de fonctionnement de
ces entreprises aux exigences de l’activité ;

- Relancer les programmes Prosol de promotion de l’énergie solaire.

d- Réforme de la tarification

La subvention de l’énergie est mal maîtrisée, atteignant 7% du PIB en 2014. La conjoncture


internationale baissière actuelle est favorable à une refonte de la tarification. L’ajustement
des tarifs des produits pétroliers, du gaz naturel et de l’électricité devront être progressifs.

À cet effet, il est recommandé de :

- Répercuter les coûts réels à tous les stades de la chaîne d’approvisionnement à la


distribution et créer un fond de régulation des prix pour amortir les fluctuations brutales
des cours internationaux. Pour les produits les plus sensibles, une approche graduelle
devrait faciliter l’adaptation des agents économiques ;

- Réduire progressivement les distorsions tarifaires entre les différentes formes


d’énergie. Ces distorsions peuvent en effet conduire les consommateurs vers des choix
non économiques. Créer également une écotaxe qui intègre les effets externes des choix
énergétiques ;

- Simplifier la structure des prix afin de remplacer la logique actuelle de rente par une
logique de performance et d’émulation entre les opérateurs. Fixer plutôt un prix plafond
national intégrant les coûts d’approvisionnement et de distribution ainsi que les taxes.

Le succès d’une telle réforme tarifaire dépendra de la capacité de l’État à neutraliser les effets
pervers de la contrebande de carburants.

e- Amélioration de l’efficacité énergétique

- Dans un souci d’exhaustivité et de transparence, fournir des statistiques qui tiennent


compte de toutes les formes d’énergies consommées ;

- Faire connaître le potentiel d’économie d’énergie par secteur d’utilisation ;

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 207 ~

- Fixer un objectif mesurable de réduction de l’intensité énergétique par secteur ;

- Lancer un programme de réduction des pertes de distribution d’électricité et


d’amélioration de la consommation spécifique des centrales thermiques ;

- Lancer un programme d’économie d’énergie spécifique aux bâtiments publics


(administration, hôtels, etc.) ;

- Mettre en œuvre une réglementation d’économie d’énergie spécifique à la construction


des nouveaux bâtiments et conforme aux standards de la profession. Parallèlement,
lancer des programmes de formation appropriés aux métiers du bâtiment.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES


~ 208 ~

Tableau 43. Evolution des indicateurs clés pour les orientations stratégiques du secteur de
l’énergie

Historique Scénarios 2025

Rupture Sortie de Émergenc


1995 2000 2005 2010 2014
négative Crise e

Population Million 9,0 9,5 10,0 10,6 11,0 12,2

PIB (en milliards US dollars 2010) 22,2 29,1 35,3 44,1 45,7 57 70 87

Consommation nationale d’énergie Mtep 5,3 6,4 7,2 9,2 9,4 11,8 14,3 14,8

- Produits pétroliers (a) Mtep 3,3 3,6 4,1 3,9 4,0


11,7 14,1 12,8
- Gaz naturel Mtep 1,9 2,7 3,1 5,1 5,3

- Énergies renouvelables (b) Mtep 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 0,1 0,2 2,0

Production nationale d’énergies Mtep 4,6 5,7 5,6 7,3 5,6 2,4 7,8 10,5

- Production de pétrole Mtep 4,4 3,8 3,6 4,0 2,9


2,3 7,6 8,5
- Production de gaz naturel Mtep 0,1 1,9 2,0 3,1 2,6

- Production ER (b) Mtep 0,0 0,0 0,0 0,2 0,1 0,1 0,2 2,0

Prélèvement de gaz fiscal Mtep 0,9 1,2 1,2 0,8 0,3 0,3 1,2 1,2

Disponibilités totales d’énergie Mtep 5,5 6,9 6,7 8,1 5,9 2,7 9,0 11,7

Bilan national d’énergie primaire (c) Mtep +0,2 +0,5 -0,5 -1,1 -3,6 -9,1 -5,3 -3,1

Production nationale d’électricité (d) TWh 7,7 10,6 12,7 16,4 19,0 22,5 27 27

Taux d’indépendance énergétique % 103% 107% 93% 88% 65% 23% 63% 80%

TCAM du PIB sur la période % +3,9% +5,6% +3,9% +4,0% +0,9% +2% +4% +6%

Intensité énergétique (tep par M$ 2010 de PIB) (e) 223 212 204 209 207 210 204 170

Consommation par habitant tep 0,552 0,648 0,720 0,870 0,858 0,97 1,17 1,21

Taux d’électrification % 89% 95% 99,1% 99,5% 99,8% 99,8% 99,9% 100%

Sources : AIE, DGE, BP, INS, BCT, estimations


Notes : (a) produits de contrebande non compris ;
(b) biomasse traditionnelle non comprise ;
(c) le gaz fiscal est comptabilisé comme ressources ;
(d) auto producteurs non compris ;
(e) hors biomasse traditionnelle et carburants de contrebande.

Les fondements de la croissance et du développement économique ITES