Vous êtes sur la page 1sur 184

FISCALITE DE L ENTREPRISE

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Fiscalité de l’entreprise: Préambule

Présentation générale de la fiscalité d’entreprise:

Le "métier" de chef d'entreprise suppose de prendre à tout moment un certain nombre de décisions d'ordre fiscal.

Pour éviter de se laisser surprendre et être en mesure de dialoguer avec les administrations concernées, il est
indispensable de connaître et de comprendre les principes de base qui régissent la fiscalité des entreprises et les
obligations comptables qui en découlent.
Les entreprises sont soumises, principalement, à trois grands types d'imposition :

• L’imposition de ses bénéfices,


• La contribution économique territoriale,
• La TVA.

Selon les cas, elles peuvent également être soumises à certaines taxes complémentaires : taxe sur les salaires, taxe
d'apprentissage, taxe sur les véhicules de société, etc.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Fiscalité et Comptabilité: Rôles de la comptabilité
Un environnement normé:

• Instrument obligatoire pour tout commerçant quelle que soit le cadre juridique de son activité;
• Instrument de gestion interne, de contrôle et d’aide à la décision;
• Instrument d’information des tiers, clients, fournisseurs, banque, état…
• Instrument de calcul de l’ensemble des assiettes fiscales et sociales.

• Sources Nationales de la comptabilité: Code du commerce, Plan Comptable Général, Recueil des Normes
Comptables Françaises;
• Sources internationales: Les normes IFRS (International Financial Reporting Standard) élaborées par l’IASB
(International Accounting Standards Board)

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Règles d’évaluation et de présentation des comptes

Le code du commerce stipule que ‘les comptes annuels’ doivent être réguliers, sincères et
donner une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et du résultat de
l’entreprise.
La régularité est la conformité aux règles et procédures en vigueur;
La sincérité est l’application de bonne foi des règles et procédures en fonction de la
connaissance que les responsables des comptes doivent avoir de la réalité;
La notion d’image fidèle est une notion introduite par le PCG correspondant au ‘true and
fair view’ anglo-saxonne. C’est la traduction de l’image de la réalité économique de
l’entreprise.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Principes fondamentaux

L’image fidèle doit résulter des règles et procédures énoncées par le PCG, en mettant
en œuvre des principes garantissant la fiabilité et la qualité de l’information
communiquée aux utilisateurs.
1- Principe de prudence: La comptabilité est établie sur la base d’appréciations
prudentes pour éviter le risque de transfert sur les périodes à venir, d’incertitudes
actuelles;

2- Principe du cout historique: L’entreprise évalue ses biens à deux moments: à l’entrée
dans son patrimoine et à la clôture de chaque exercice. Lorsque l’entreprise achète ses
biens, la valeur d’entrée est le cout d’acquisition, contrairement aux biens donnés ou
l’on parlera de valeur vénale;
A la clôture de l’exercice, si la valeur réelle d’un actif devient inférieur à la valeur
comptable inscrite au bilan, cette dernière est ramenée à la valeur réelle, ce qui n’est
pas le cas dans le sens inverse (principe de prudence).

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


3- Principe de continuité de l’exploitation: Le bilan et le CR doivent être établis en
présumant que l’entreprise continuera normalement son activité.

4- Principe d’indépendance des exercices: Les utilisateurs ayant besoins d’informations


périodiques, le respect de la notion de continuité impose de découper la vie comptable
de l’entreprise en périodes appelées ‘exercices comptables’.
Le principe d’indépendance conduit l’entreprise à affecter chaque charge et chaque
produit à l’exercice concerné. Ainsi le résultat comptable n’est pas déterminé par les flux
de trésorerie mais à partir des dates des engagements juridiques.

5- Principe de permanence des méthodes: La présentation des comptes et les méthodes


d’évaluation ne peuvent être modifiées d’un exercice à un autre sauf si des
changements à caractère exceptionnel interviennent dans la situation de l’entreprise,
justifiant plus de clarté dans l’information.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


6- Principe de non compensation: Aucune compensation ne peut être opérée entre les
postes d’actif et de passif du bilan et les postes de charges et produits du compte de
résultat.
(Ex: un compte bancaire débiteur n’est pas compensé par un compte bancaire créditeur);

7- Principe de l’importance relative: Est significative, toute information susceptible


d’influencer les décisions économiques prises par les utilisateurs des états financiers.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


IMPOSITION DE L’ENTREPRISE AU TITRE DE
SES BENEFICES

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


En matière d'imposition des bénéfices, deux notions sont fréquemment
confondues :
Le type d'imposition : imposition sur le revenu (IR) ou imposition sur les sociétés
(IS), qui dépend de la structure juridique choisie, et le cas échéant des options
formulées par les dirigeants,
le mode de détermination du bénéfice imposable : basé sur la notion de régime
fiscal: A l’intérieur de ses divers régimes, on trouvera:

 Le régime de la micro entreprise,


 Le régime de l’auto entrepreneur,
 Le régime du bénéfice réel normal ou simplifié (pour les BIC) ou de la déclaration
contrôlée (pour les BNC),
Le régime appliqué dépendra, d'une part de la structure juridique choisie, et
d'autre part de l'importance du chiffre d'affaires susceptible d'être réalisé.
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
1- Type d’imposition : IR / IS

Principe général:
Les bénéfices réalisés par l’entreprise constituent des revenus soumis à l’impôt;
Le revenu imposable est dans tous les cas déterminé sur les bases des règles de droit fiscal
en vigueur et sert de base au calcul de l’impôt;
Les règles définissant ce calcul ainsi que les taux applicables, dépendent principalement du
statut juridique de l’entreprise. Deux impositions:
1- au titre de l’IR dans la catégorie des BIC (bénéfices industriels et commerciaux): ce sont
les propriétaires de l’entreprise qui sont imposables et non l’entreprise elle-même;
2- Au titre de l’impôt sur les sociétés (IS) : c’est alors l’entreprise qui est redevable de
l’impôt.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


I.R. - Exploitant individuel,
. Personnes imposables - Associés des sociétés non soumises à l’IS,
- Associé d’EURL.
Domicile fiscal En France Hors de France
Territorialité Revenus source française IR en France IR en France
Revenus source étrangère IR en France Non IR en France
Détermination du résultat 1. Calcul du résultat comptable;
imposable (BIC) 2. Détermination du résultat fiscal: résultat comptable + charges non
déductibles (-) produits non imposables.

Le revenu de l’exploitant est établi en 2 temps:


1. Calcul du résultat fiscal (prélevé ou non), réalisé par l’entreprise selon les
règles des BIC;
Modalités d’imposition
2. Calcul du revenu imposable du foyer fiscal de l’exploitant en tenant
compte de tous ses autres revenus, ainsi que les revenus des autres
membres du foyer fiscal.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


I.S. De plein droit Sur option

- SA - SNC
- SAS - EURL (associé unique personne
Principales Entreprises imposables - SARL physique)
- EURL ( associé unique personne - EIRL
morale)

Activité en France Activité à l’étranger


Territorialité
Siège social en France Soumise à l’IS Non soumise à l’IS

Siège social à l’étranger Soumise à l’IS Non soumise à l’IS

Détermination du résultat La détermination obéit aux mêmes règles que les BIC mais il existe des
imposable: règles fiscales propres à l’IS.
Calcul de l’IS Résultat imposable x taux de l’IS

Détermination du bénéfice net Bénéfice comptable avant IS – IS: l’impôt est comptabilisé en charge
Affectation du bénéfice net Mis en distribution ou réserves (totalement ou partiellement)
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
Bénéfice comptable avant IS
I.S.
(-)
I.S
=
Bénéfice net comptable

Bénéfice distribué Bénéfice non distribué

Imposition à l’IR pour chaque associé aucune imposition

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Principe d’Imputation des déficits fiscaux:

L’imputation des déficits d’une entreprise diffère selon le régime fiscal de l’entreprise:
Déficit des entreprises relevant de l’IR (BIC) Déficit des entreprises relevant de l’IS

- Les déficits générés par une activité - Le déficit constaté peut être reporté en avant
professionnelle relevant des BIC sont imputés sur sur les bénéfices suivants sans limitation de
les autres revenus imposables à l’IR du foyer durée. Néanmoins, l’imputation des déficits
fiscal. antérieurs sur le bénéfice constaté est limité à
- Si le déficit ne peut pas être imputé un plafond de 1 m€ majoré de 50% du
intégralement sur les autres revenus, il est montant du bénéfice imposable de l’exercice
imputable sur les revenus du foyer fiscal excédant 1 m€. La fraction du bénéfice non
pendant les 6 années suivant l’apparition du déduite du fait de ce plafonnement est
déficit. imputable sans limitation de durée selon les
- Les déficits relevant des BIC générés par une mêmes règles.
activité exercée à titre non professionnelle ne Par exemple, une société réalisant un bénéfice de
peuvent être déduits que des bénéfices de 3 millions d'€ peut imputer un précédent déficit,
même nature (mêmes BIC) réalisés au cours quel que soit son montant, dans la limite de 2
des 6 années suivantes. Ils ne peuvent êtres millions d'€, soit 1 million + (2 millions x 50 %).
déduits du revenu global du foyer fiscal. - Le déficit est reportable en arrière sur
l’exercice précédent, ce report est plafonné à 1
mCourthéoux
Cabinet NEXXT François € dans 2019
la limite du bénéfice d’imputation.
Majoration du bénéfice imposable:

Les entreprises relevant du régime de l’IR – (BIC) qui ne sont pas adhérentes à un centre de
gestion agréé ou ne faisant appel à un professionnel de l’expertise comptable agrée par
l’administration, fiscale, subissent une majoration de 25% de leur bénéfice imposable.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


2- Régime d’imposition des bénéfices

Le régime va dépendre de la forme juridique, de la nature de l’activité


et de l’importance du chiffre d’affaire devant répondre aux limites ci
après.
A noter que les entreprises, sur option peuvent choisir un régime
correspondant au chiffre d’affaire de la tranche supérieure.

Seuils applicables pour les années 2017 à 2019:

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Régime Régime de la micro entreprise Régime du réel
de droit
Simplifie Normal
Activités

Ventes de
CA < 170000 € HT 170000 < CA< 789 000 HT CA > 789 000 HT
marchandises
Prestations de
services CA < 70 000 € HT 70 000 < CA < 238 000 HT CA > 238 000 HT

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


1- Le régime de la micro entreprise:

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Le bénéfice de ce régime est soumis au respect d'un montant total de chiffre d'affaires
annuel réalisé par l'entreprise qui varie selon la nature de l'exploitation :
pour les exploitants dont le commerce principal est de vendre des marchandises, objets,
fournitures et denrées à emporter ou à consommer sur place ou de fourniture de
logement, le chiffre d'affaires maximum est fixé à 170 000 euros hors taxes ;
pour les prestataires de services, la limite s'élève à 70 000 euros hors taxes
Ce régime fiscal, qui ne concerne que les entreprises individuelles, donc soumises à l’IR a
pour principale caractéristique d'être particulièrement simple :
L'administration fiscale détermine elle-même le bénéfice imposable en appliquant au
chiffre d'affaires annuel déclaré par l'entrepreneur un abattement forfaitaire représentatif
des frais professionnels: 71% pour les entreprises de ventes, 50% pour les prestations de
services, 34% pour les BNC; Ce bénéfice imposable est réintégré dans l’assiette du foyer
fiscal et est soumis au barème progressif de l’IR.
Les obligations comptables sont réduites au minimum : tenue d'un livre journal détaillant
les recettes et d'un registre annuel récapitulatif présentant le détail des achats.
Le montant du CA annuel est porté directement sur la déclaration d’ensemble des revenus.
Dispense est faite d’établir un bilan et compte de résultat.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Le régime classique de la micro-entreprise s'applique de plein droit, sauf option pour un
régime réel d'imposition. Dans ce cas, l'entrepreneur est dispensé d'établir une déclaration
fiscale au titre des BIC et BNC.
Il lui suffit de porter sur sa déclaration complémentaire de revenus n° 2042 C PRO dans la
partie intitulée "Revenus et plus-values des professions non salariées" le montant de son
chiffre d'affaires (BIC) ou de ses recettes (BNC) ainsi que les éventuelles plus ou moins-
values réalisées ou subies au cours de l'année concernée.
Il est seulement tenu d'indiquer sur sa déclaration de revenus un certain nombre
d'éléments dans la partie « informations générales », afin de permettre l'établissement de
la cotisation foncière des entreprises, notamment : son état civil, le numéro SIRET et
l'adresse de son établissement principal, le nombre de salariés et la nature du revenu
réalisé (BIC ou BNC).

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Récapitulatif du cadre général de la micro entreprise

Entreprises concernées Entreprise Individuelle bénéficiant de la franchise de TVA (*)


Calcul du bénéfice Abattement forfaitaire de 71% pour les ventes de marchandises et 50% pour les
activités de prestations de services 34% pour les activités libérales;
Obligations Tenue d’un registre des achats et d’un livre journal des recettes;
Le montant du CA réalisé est porté directement sur la déclaration des revenus.
A noter que la tenue d’une comptabilité complète n’est pas obligatoire, en
particulier, dispense de la réalisation d’un bilan et d’un compte de résultats.

(*) Les entreprises entrant dans la fourchette de CA concernée par le régime de micro entreprise bénéficie de plein droit d‘une franchise de
TVA : Dans ce cas, les entreprises concernées ne font apparaitre de TVA sur les factures émises, en contrepartie, elles ne peuvent déduire la
TVA sur leurs achats: La franchise de TVA s ’entend pour des CA de 82.800 ou 33.200 selon la nature de l’activité.
Elles doivent en outre porter la mention « TVA non applicable article 293 B du CGI » sur leurs factures.
Les entreprises peuvent renoncer à cette franchise sur option (deux années) reconduite de plein droit en cas de remboursement d’un crédit de
TVA.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Cas particulier de l’exercice d’activités mixtes:

C'est le cas des entreprises qui exercent deux activités liées.


Dans ce cas, le régime fiscal de la micro-entreprise n'est applicable que si le chiffre d'affaires global
annuel réalisé l'année précédente répond aux critères de plafonds ci-dessus et si le chiffre
d'affaires annuel afférent aux prestations de services ne dépasse pas 70 000 € .
Cas de l’exercice d’activités distinctes: c'est le cas des entreprises qui exercent deux activités n'ayant
pas de lien entre elles. Dans ce cas, le chiffre d'affaires à ne pas dépasser pour relever du régime
fiscal de la micro-entreprise est différent selon la nature des activités exercées:

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


1er cas : l'entrepreneur exerce une activité de ventes de marchandises, d'objets, de fournitures et
de denrées à emporter ou à consommer sur place, ou de fourniture d' un logement, ainsi qu'une
activité de prestations de service ou une activité libérale.
Dans ce cas, le régime micro-entreprise n'est applicable que si son chiffre d'affaires global annuel
n'excède pas le plafonds usuel de 170 000 € et si le chiffre d'affaires annuel afférent aux prestations
de services ne dépasse pas 70 000 €.

2ème cas : l'entrepreneur exerce deux activités distinctes relevant du même seuil. Le chiffre
d'affaires global réalisé l'année précédente ne doit pas alors dépasser le seuil de :
 170 000 € si les deux activités consistent à vendre des marchandises, des objets, des fournitures
et des denrées à emporter ou à consommer sur place, ou à fournir un logement,
 70 000 € si l'entrepreneur exerce des activités de prestations de service ou une activité libérale.
Dans ces deux cas, l'entrepreneur devra tenir une comptabilité distincte pour chacune des activités
et doivent par ailleurs bénéficier de la franchise en base de TVA ou être exonérées de TVA au titre
de leur activité.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Sont par nature exclues de ce régime:
• les sociétés: SA , SARL…,
• les organismes sans but lucratif,
• les marchands de biens immobiliers, les lotisseurs et agents immobiliers,
• certains constructeurs,
• les opérations de location de matériels ou biens de consommation durables, sauf lorsqu'elles
présentent un caractère accessoire et connexe,
• les opérations sur marchés financiers,
• les officiers publics et ministériels.
Les limites des plafonds (170 000€ et 70 000 €) s’apprécient en BNC, sur la totalité des recettes
perçues sur une année, en BIC, sur l’ensemble des recettes acquises donc facturées, mais possibilité
est offerte de ne prendre en compte que les recettes perçues (à l’image des BNC) à condition de
procéder de la même manière chaque année.
Lorsque l'activité commence ou cesse en cours d'année (à l'exception des entreprises saisonnières),
le seuil de chiffre d'affaires doit être ajusté au prorata du temps d'exercice de l'activité.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Exemple:
- Un consultant qui a débuté son activité le 1er avril 2016 sous forme d'entreprise individuelle ne
pourra bénéficier du régime de la micro-entreprise au titre de l'année 2017 que si ses recettes
n'excèdent pas : (70 000 / 365 jours) x 275 jours = 52 740 €.

- Un entrepreneur a créé son entreprise le 1er octobre 2018 et a réalisé un chiffre d'affaires de
9500 € entre le 1er octobre et le 31 décembre 2018 (92 jours).
Son CA de 2018 ajusté prorata temporis est de 9 500 x 365 / 92= 37 690 €
Il pourra bénéficier du régime de la micro-entreprise au titre de l'année 2018 ainsi qu’au au titre de
l'année 2019, car il ne dépasse le seuil de 70 000 €.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Quid du dépassement des plafonds en cours d’année?

A compter de l'imposition des revenus de l'année 2017, si vous dépassez pour la première fois le seuil de chiffre d'affaires,
soit 170 000 € HT, sur une année civile (N), le régime de la micro-entreprise (micro-BIC) continue de s'appliquer l'année
civile suivante (N+1). En cas de dépassement du seuil du régime micro-BIC sur deux années civiles consécutives (N et
N+1), vous ne pouvez plus bénéficier de ce régime d'imposition à compter du 1er janvier de l’année qui suit les deux années
de dépassement, soit à partir du 1er janvier N+2. Vous devrez alors déclarer votre activité selon un régime réel d'imposition.

L'année de création d’une activité (N), le régime micro-BIC s'applique de plein droit. L'année suivante (N+1), pour connaître
le régime d'imposition applicable, on apprécie le dépassement du seuil par rapport au chiffre d’affaires de l’année de
création (N), annualisé, pour tenir compte du nombre effectif de jours d'exploitation de l'entreprise ou d'exercice de
l'activité.
Ainsi, pour une création le 1er avril, on calcule le nombre de jours de l'entreprise du 1er avril au 31 décembre soit 275 jours.
Afin d’obtenir son chiffre d’affaires annualisé, le contribuable doit diviser son chiffre d’affaires par le nombre de jours
effectifs de son activité (275) et le multiplier par le nombre de jours dans l’année (365).
La formule est donc : chiffre d’affaires annualisé = chiffre d’affaires effectivement réalisé depuis le 1er avril x 365/275.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Conséquences de la sortie du régime de la micro-entreprise:

Lorsque l’on sort du régime de la micro-entreprise, il n’est plus possible d’opter pour le versement
libératoire de l'impôt sur le revenu. Les versements déjà effectués seront déduits l’année suivante
lors du paiement de l’impôt sur le revenu. Selon sa situation, l'entrepreneur individuel devient
imposable au régime réel simplifié ou au régime réel normal pour les BIC ou au régime de la
déclaration contrôlée pour les BNC.
Les cotisations sociales de l’entrepreneur seront calculées à partir du 1er janvier suivant.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Cas 1 : un contribuable qui crée son activité le 1er avril de l'année N et qui exerce une activité de vente relevant
des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) :
Lors de l'année de création (N), le contribuable réalise un chiffre d'affaires de 120 000 € HT.
Le régime micro-BIC est applicable en N car le chiffre d'affaires réalisé l'année civile précédente (N-1) est nul.
Lors de la deuxième année d'activité (N+1), il réalise un chiffre d'affaires de 180 000 € HT.
Le régime micro-BIC est applicable en N+1 car le chiffre d'affaires réalisé l'année de création (N) proratisé par
rapport au nombre de jours d’activité, soit 159 273 € de chiffre d’affaires HT (120 000 € x 365/275), ne dépasse
pas le seuil d’imposition du régime micro-BIC (170 000 € HT).
Lors de la troisième année d'activité (N+2), il réalise un chiffre d'affaires de 100 000 € HT.
Pour que le contribuable puisse continuer à bénéficier du régime micro-BIC, il ne faut pas que les chiffres
d'affaires réalisés les deux années civiles précédentes, soit en N et N+1, aient dépassé le seuil d’imposition du
régime micro-BIC (soit 170 000 € HT). En l'occurrence, le seuil a été respecté en N (avec 159 273 € HT de chiffre
d’affaires proratisé) mais a été dépassé en N+1 (avec 180 000 € de chiffre d’affaires HT). Toutefois, le régime
micro-BIC reste applicable en N+2 car le contribuable n'a pas dépassé les seuils limites de chiffre d'affaires sur
les deux années civiles précédentes.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Cas 2 : un contribuable crée son activité le 1er avril de l'année N et qui exerce une activité de vente relevant des BIC :
Lors de l'année de création (N), le contribuable réalise un chiffre d'affaires de 140 000 € HT
Le régime micro-BIC est applicable en N car le chiffre d'affaires réalisé l'année civile précédente (N-1) est nul.
Lors de la deuxième année d'activité (N+1), il réalise un chiffre d'affaires de 180 000 € HT.
Le régime micro-BIC est applicable en N+1 car le contribuable n'a pas dépassé le seuil d’imposition du régime micro-
BIC de 170 000 € HT sur les deux années civiles précédentes. En effet, le seuil d’imposition a certes été dépassé
l’année de création (N), avec un chiffre d’affaires proratisé par rapport au nombre de jours d’activité de 185 818 € HT
(140 000 € x 365/275) mais il a été respecté en (N-1) avec un chiffre d’affaire nul.
Lors de la troisième année d'activité (N+2), il réalise un chiffre d'affaires de 100 000 € HT.
Le régime micro-BIC n'est pas applicable en N+2 car le contribuable a dépassé le seuil d’imposition du régime micro-
BIC (170 000 € HT) sur les deux années civiles précédentes : en N, avec un chiffre d’affaires proratisé de 185 818 € HT,
et en N+1, avec un chiffre d’affaires de 180 000 € HT.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Conditions d’option pour un régime réel d'imposition:

Une entreprise entrant dans le champ d'application du régime de la micro-entreprise a la possibilité


d'opter pour un régime réel d'imposition avant:
- Le 1er février de la première année au titre de laquelle elle souhaite bénéficier de ce régime si elle
relève des BIC,
- Le 2ème jour ouvré suivant le 1er mai de l'année suivante si elle relève des BNC (option pour le
régime de la déclaration contrôlée).
L'option est valable 1 an (et non plus 2 ans) tant que l'entreprise reste de façon continue dans le
champ d'application du régime micro. Elle est reconduite tacitement par période de 1 an.

Les contribuables qui désirent renoncer à leur option doivent notifier leur choix auprès du service
des impôts avant le 1er février de l'année suivant la période pour laquelle l'option a été exercée ou
reconduite tacitement.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


2- Le régime spécifique de l’auto entrepreneur

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Les exploitants individuels peuvent opter pour le régime spécifique appelé ‘auto-
entrepreneur’ et s’acquitter par un prélèvement libératoire de leurs cotisations,
contributions sociales et impôt sur le revenu.
Conditions nécessaires pour bénéficier de ce régime: L’activité doit entrer dans le champ
d’application des micro BIC, et être immatriculée au RC ou RM.
L’option d’accès à ce régime doit être exercée au plus tard le 31 décembre de l’année
précédant celle au cours de laquelle les versements seront effectués.
L’auto-entrepreneur peut opter pour un versement libératoire de l’impôt s’il remplit les
conditions suivantes:
Son revenu fiscal de référence de l'avant-dernière année est inférieur ou égal, pour une
part de quotient familial, à la limite supérieure de la deuxième tranche du barème de
l'impôt sur le revenu de l'année précédente, soit 26 791 € pour une création en 2017.
Cette limite est majorée de 50 % ou de 25 % par demi-part ou quart de part
supplémentaire.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


L'option pour un versement fiscal libératoire conduit à un calcul automatique de l’impôt égal à:
 1% du chiffre d'affaires mensuel ou trimestriel pour les exploitants dont l'activité principale est
de vendre des marchandises, des objets, des fournitures et des denrées à emporter ou à
consommer sur place ou de fournir un logement (hôtels, chambres d'hôtes, meublés de
tourisme),
 1,7 % du chiffre d'affaires mensuel ou trimestriel pour les autres prestataires de services
relevant des BIC,
 2,2 % du chiffre d'affaires mensuel ou trimestriel pour les professionnels relevant des BNC.

Cette option doit être formulée auprès du Régime social des indépendants (RSI) ou à partir du site
internet dédié :
 Au plus tard le 31 décembre de l'année précédente,
 Ou, pour les nouveaux micro-entrepreneurs, au plus tard le dernier jour du troisième mois
suivant celui de la création.
Chaque mois ou chaque trimestre, selon l'échéance choisie pour le régime micro-social, le micro-
entrepreneur déclare le chiffre d'affaires réalisé sur cette période, et adresse le règlement
correspondant à l'impôt sur le revenu lié à son activité

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


L'impôt sur le revenu sur ces bases forfaitaires est payé à titre définitif au fur et à mesure
de l'encaissement du chiffre d'affaires.
Contrairement au régime classique de la micro-entreprise, les revenus tirés de l'activité
indépendante ne sont pas soumis au barème progressif par tranches de l'impôt sur le
revenu.
Le montant du chiffre d'affaires ou des recettes devra toutefois être porté sur sa
déclaration complémentaire de revenus n° 2042 C PRO : les revenus de micro-entrepreneur
ne seront pas imposés 2 fois, mais ils seront pris en compte dans la détermination du taux
d'imposition des autres revenus du foyer fiscal.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Le régime du bénéfice réel:

1- Réel simplifié

2- Réel Normal

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Le régime du bénéfice réel (pour les bénéfices industriels et commerciaux) ou celui de la
déclaration contrôlée (pour les bénéfices non commerciaux), confère au chef d'entreprise
la responsabilité de déterminer lui-même son bénéfice imposable, au vu de ses recettes et
de ses dépenses réelles.

Il doit donc tenir une comptabilité complète, qui est plus ou moins complexe à mettre en
œuvre en fonction de la taille de l'entreprise.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Régime du réel simplifié:

Sont soumises obligatoirement au régime réel simplifié d'imposition, les entreprises exclues du
régime des micro-entreprises et qui réalisent un chiffre d'affaires annuel hors taxes inférieur à :
789 000 euros lorsque l'entreprise a une activité de vente ou de fourniture de logement ;
238 000 euros pour une activité de prestation de services
Les entreprises placées de plein droit sous le régime du réel simplifié ou sous celui des micro-
entreprises peuvent opter pour le régime du réel normal. L'option doit être exercée avant le 1er
février de l'année au titre de laquelle l'entreprise souhaite se voir appliquer le régime du réel
normal. Elle est valable deux ans et tacitement reconductible
Les entrepreneurs individuels exerçant une activité artisanale, industrielle ou commerciale ont la
faculté de dresser une comptabilité dite " super-simplifiée alors que Les sociétés commerciales
imposables à l'impôt sur les sociétés (IS) ou les sociétés de personnes relevant de l'impôt sur le
revenu (IR) ou ayant opté pour l'IS ne peuvent pas bénéficier de la comptabilité " super-simplifiée ".
Elles doivent donc tenir une comptabilité selon les règles classiques.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Régime du réel normal
Ce régime bénéficie à toutes les entreprises et s ’applique de plein droit à celles dont le
chiffre d'affaires annuel hors taxes est supérieur à :

789.000 euros pour les entreprises de vente et de fourniture de logement ;


238.000 euros pour les activités de prestations de services.

Les entreprises soumises au régime réel normal sont imposées sur leur bénéfice net dans
la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).
L'entreprise doit avoir une comptabilité régulière et sincère appuyée de pièces
justificatives. En conséquence, la tenue de divers livres comptables devient obligatoire.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Date de dépôt de la déclaration de résultat:

• Entreprises relevant de l'IR


La déclaration de résultat n° 2031 et ses annexes n° 2031 bis et 2031 ter doivent être
adressées au service des impôts des entreprises au plus tard le 2e jour ouvré suivant le 1er
mai par voie dématérialisée. Cette déclaration doit être accompagnée des tableaux de la
liasse fiscale n° 2033-A à 2033-G.
• Entreprises soumises à l'IS
La déclaration de résultat n° 2065 accompagnée de ses annexes n° 2065 bis et n° 2065 ter
doit être adressée au service des impôts des entreprises dans les trois mois de la clôture
de l'exercice ou au plus tard le 2e jour ouvré suivant le 1er mai. Les tableaux de la liasse
fiscale n° 2033-A à 2033-G doivent être joints à la déclaration.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Exemples

1er exemple
Un auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur exerçant une activité de vente de
marchandises réalise en 2016 un chiffre d'affaires hors taxes de 70.985 €.

S'il opte pour le versement libératoire (son revenu fiscal de référence de 2015 est
inférieur à 26.791 €) et il paiera, en 2017, un impôt sur le revenu de 70.985 x 1 % =
709,85 € (arrondi à 710 €).

S'il n'avait pas opté :


son revenu imposable aurait été de : 70.985 - 71 % (abattement forfaitaire) =
20.586 €
en appliquant le barème de l'IR (il est célibataire), le revenu net de 20.600 €
correspond à un impôt estimé à 1.502 €.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


2ème exemple
Un auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur exerçant une activité de vente de marchandises
réalise un chiffre d'affaires hors taxes de 35.000 €.
S'il opte pour le versement libératoire, ce contribuable paiera, au total, en 2017, un impôt sur le
revenu de 35.000 x 1 % = 350 €.
S'il n'opte pas :
son revenu imposable aurait été de : 35.000 - 71 % (abattement forfaitaire) = 10.150 €
en appliquant le barème de l'IR (il est célibataire), avec un revenu net de 10.150 €, le contribuable
est non imposable.

Les deux exemples montrent que le versement libératoire de l'IR n'est intéressant qu'au-delà d'un
certain niveau de revenu. En deçà, l'auto-entrepreneur a tout intérêt de payer l'IR de façon
classique (application de l'abattement pour frais et charges), en soumettant ses revenus au barème
de l'IR.
Attention toutefois de tenir compte des autres revenus dont vous disposez ou de ceux du conjoint ;
vous êtes également redevable des cotisations sociales calculées selon le régime micro-social.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Mode de détermination du résultat imposable

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Produits imposables

Notion d’exercice d’imputation:


Concernant une activité de vente, l’exercice d’imposition se définit comme l’exercice au
cours duquel la livraison a été effectuée.
Concernant la fourniture de services, on discernera la prestation continue avec un
rattachement à l’exercice au fur et à mesure de la prestation, et la prestation ponctuelle,
pour laquelle l’exercice d’imposition sera l’exercice d’exécution de la prestation.
Quel que doit le régime d’imposition IR BIC ou IS rentrent dans la base imposable:
1- les produits d’exploitation :
- Les ventes de biens, de travaux et de services;
- La production immobilisée;
- Les revenus immobiliers inscrits au bilan;
- Les subventions de fonctionnement
- Les redevances de brevets et licences.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


2- Les produits financiers:
Les dividendes et revenus d’obligations bénéficient d’un régime différencié selon le mode
d’imposition:
Produits Entreprise soumise à l’IS Entreprise relevant de BIC
Dividendes - L’entreprise détient moins de 5% du capital
de la société versante: Les dividendes sont
imposés avec les autres produits.
- L’entreprise détient au moins 5% du capital Ces produits ne sont pas soumis à
de la société versante: 2 cas: l’IR dans la catégorie des BIC.
1- Elle n’opte pas pour le régime des sociétés
mère et filiale, le traitement des dividendes est Ils sont déduits extra
alors similaire au cas précédent; comptablement et imposés pour
2- Elle opte pour ce régime: Les dividendes chaque associé dans la catégorie
sont déduits du résultat imposable après des revenus mobiliers.
réintégration d’une quote-part de frais et
charges égale à 5% du produit total des
participations. (cf exemple ci-dessous)
Intérêt des Imposables au fur et à mesure qu’ils ont couru
obligations sur l’exercice, l’éventuel crédit d’impôt étant id
déductible de l’IS pour 2/3.
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
Zoom sur le régime ‘mère / fille’
La distribution de dividendes à une société peut entraîner une double imposition :
Au niveau de la société distributrice, le résultat distribué ayant déjà été soumis à l’impôt sur les sociétés,
Au niveau de la société bénéficiaire, puisque les dividendes font partie du résultat imposable.
Afin d’éviter ce phénomène, les produits de participation revenant aux sociétés mères sont exonérés d’impôt sur les sociétés
au niveau de celles-ci, sous réserve de la réintégration d’une quote-part de frais et charges fixée forfaitairement à 5% du
produit total des participations (articles 145 et 216 du CGI). L’exonération concerne tous les produits trouvant leur origine
dans les résultats que dégagent les filiales : boni de liquidation, distributions de réserves, dividendes…Elle s’applique quelle
que soit la forme juridique de la filiale distributrice et son lieu d’implantation. Toutefois sont exclues les entités soumises au
régime des sociétés de personnes, dont le résultat est imposé au nom de leurs membres.
Elle est soumise aux conditions suivantes :
- Les titres détenus doivent représenter au moins 5% du capital de la filiale,
- Ils doivent être conservés durant au moins 2 ans,
Une option pour le régime des sociétés mères doit être formulée (dans les faits, cette option, qui a un caractère annuel, n’est
soumise à aucun formalisme. Elle découle des mentions portées sur la liasse fiscale). D’un point de vue déclaratif, les produits
exonérés doivent être déduits du résultat comptable et la quote de part de frais et charges doit être réintégrée.
Exemple : Une société mère, qui a réalisé un résultat comptable de 100 000 euros a perçu 50 000 euros de dividende de la
part de sa filiale.
Le résultat fiscal sera égal à 100 000 – 50 000 (soit le dividende exonéré) + 2500 euros (quote-part de frais et charges de 5%
réintégrée) = 52 500 euros.
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
3- Les produits exceptionnels:
Les subventions d’équilibre: imposables dans les résultats de l’exercice;
Les subventions d’équipement: en principe imposable au titre de l’exercice d’attribution,
avec possibilité d’une imposition étalée;
Indemnités perçues à la suite d’un vol par exemple;
Reprises sur amortissements, dépréciations et provisions, sauf si les dotations à l’origine
n’étaient pas déductibles;
Dégrèvements d’impôts: l’opération est imposable si le remboursement correspond à un
impôt antérieurement déduit;
Produits de cessions d’actif, soumis au régime particulier des plus values professionnels.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


PLUS VALUES PROFESSIONNELLES

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Régime d’imposition des plus values professionnelles:

Mode de calcul des plus-values ou moins-values:


Une PV (Plus-value) est la constatation d’une différence entre le prix de cession d’un bien
et sa valeur nette comptable (en principe). C’est la conséquence de la sortie d'une
immobilisation inscrite à l'actif d'une entreprise.
Il y a plus-value dès lors que cette sortie est effectuée aussi bien à titre onéreux qu'à titre
gratuit.
Si le prix de cession est inférieur à la VNC, on constate une moins-value.
En cas d'apport en société, le prix de cession est représenté par la valeur de l'apport.
En cas d'échange, on retient la différence entre la valeur actuelle du bien reçu en échange
et la valeur comptable du bien cédé.

En cas de cession pour un prix anormalement bas (non justifié par l'intérêt commercial de
l'entreprise), la plus-value est déterminée par l'administration par rapport à sa valeur réelle
(ex. : cession à un associé).
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
Eléments concernés par ce régime:

Sont concernés par ce régime:


 Les éléments non amortissables comme: droit au bail, fonds de commerce, terrains;
 Les éléments amortissables comme: constructions, installations techniques, matériels et
outillages
 Concessions de brevets: Les brevets doivent être acquis depuis au moins 2 ans mais aucun délai
n’est exigé si l’entreprise a mis au point les droits cédés ou si elle l’est a acquis à titre gratuit.
 Titres de participations: parts ou actions de sociétés revêtant ce caractère sur le plan comptable,
actions acquises en exécution d'une offre publique d'achat ou d'échange lorsque l'entreprise en
est l'initiatrice, titres ouvrant droit au régime des sociétés mères et filiales,
 Titres de placements: Le champs d’application des plus ou moins values professionnelles est
différents entre régime d’imposition IR et IS:
- IR: Les titres doivent être détenus depuis au moins 2 ans ou depuis moins de 2
ans s’ils sont rattachés à un lot de titres de même nature détenu depuis au moins 2
ans;
- IS: non concernés: les plus values sont des produits imposables, les moins values, des
charges déductibles.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Bases de calculs de la + ou – value:

Immobilisations amortissables Immobilisations non amortissables


Prix de cession - VNC Prix de cession – valeur d’origine
= plus value ou moins value = plus value ou moins value

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Distinction de temps de détention: entre court terme et long terme:

Cette distinction s'établit en fonction de la durée de détention du bien cédé et le fait que
ce bien soit amortissable ou pas. Elle concerne principalement les entreprises soumises à
l’IR.
 En ce qui concerne les éléments amortissables:
Les plus-values sont constatées à l'occasion de la cession d'éléments d'actif acquis depuis :
• moins de 2 ans par l'entreprise : Plus-value (PV) à court terme.
• 2 ans et plus :
- PV à court terme dans la limite de l'amortissement déduit.
- PV à long terme au-delà.

 En ce qui concerne les éléments non amortissables:


• acquis depuis moins de 2 ans : PV à court terme.
• acquis depuis 2 ans et plus : PV à long terme.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Qualification fiscale des plus ou moins values:
Bien détenu depuis – de 2 ans Bien détenu depuis + de 2 ans
Moins value Plus value Moins value Plus value

Bien non amort. CT CT LT LT

Entreprises
soumise à l’IR CT à hauteur
des amort.
Bien amort. CT CT CT
LT pour le
surplus
Entreprise soumise Biens amort. ou
CT CT CT CT
à l’IS non amort. (1)

(1) A l’exception des cessions de titres de participations et brevets (voir ci-dessous)

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Exemples
• Un bien acheté 100 est revendu 50. Sa valeur comptable est de 25, déduction faite des
amortissements (75). La plus-value est de 25 (PV 50 – VNC 25):
Elle est considérée à court terme puisqu'elle est inférieure aux amortissements (75);
• Un bien acheté 100 est revendu 110. Sa valeur comptable est de 60, déduction faite des
amortissements (40). La plus-value est de 50 (PV 110 – VNC 60):
Elle est considérée à court terme pour 40 (montant des amortissements) et à long terme
pour 10.

Exemple de cession d'un véhicule:


Le 31 décembre 2015, un entrepreneur individuel vend 13 000 euros une voiture particulière
inscrite à l'actif de son exploitation. Ce bien a été acquis 10 000 euros le 1er janvier 2013 et a
été amorti à hauteur de 3 000 euros.
La cession de ce bien engendre une plus-value égale à : 13 000 – (10 000 – 3000) = 6 000
euros. Or, s'agissant d'un bien amortissable détenu depuis plus de deux ans, la distinction
suivante est à opérer :
la plus-value est à court terme jusqu'à hauteur de l'amortissement pratiqué soit 3 000 euros ;
la plus-value est à long terme au-delà dudit amortissement soit 3 000 euros (6 000 – 3 000).
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
Exemple de cession d’un droit au bail:

Le 1er mars 2016 un entrepreneur individuel relevant de l'impôt sur le revenu cède, pour
50 000 euros, son droit au bail acquis 10 000 euros le 1er juin 1999. Des honoraires d'un
montant de 5 000 euros ont été versés à une agence immobilière.

Le droit au bail étant un bien non amortissable inscrit à l'actif de l'entreprise depuis plus
de deux ans, l'opération génère une plus-value à long terme égale à :
(50 000 – 5 000) - 10 000 = 35 000 euros.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Taux d’impositions des plus values

 Plus values à CT
 Relevant de l’IR >>> taux de l’IR
 Relevant de l’IS >>> taux de l’IS

Plus values à long terme


Relevant de l ’IR >>> taux de 16% + prélèvements sociaux
Relevant de l’IS (rare) >>> quote-part de frais de gestion de 12% pour les
titres de participation, taux de 15% sur concessions et brevets.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Mode d’imposition des plus-values et moins-values à court terme:

Entreprises soumises à l’IR:


D'une manière générale, la plus-value nette à court terme est intégrée aux résultats de l'entreprise
et imposée au taux de droit commun.
Les entreprises concernées sont celles qui sont soumises à l'impôt sur le revenu quelle que soit la
nature de l'activité exercée (industrielle, commerciale, artisanale ou agricole)
Les plus-values et moins-values constatées au cours d'un même exercice sont compensées et
déterminent une plus-value nette.
Celle-ci est ajoutée aux bénéfices de l'entreprise qui sont ensuite imposés dans les conditions
normales de l'impôt sur le revenu: L'imposition de la plus-value nette se fait donc selon le barème
progressif de l'impôt sur le revenu.
Les entreprises peuvent demander un étalement sur 3 ans de l'imposition de la plus-value . Cette
possibilité d'étalement sur trois ans est toutefois exclue si la plus-value est constatée en fin
d'exploitation, c'est-à-dire dans le cadre de la cession ou de la cessation de l'entreprise.
La moins-value nette éventuellement dégagée s'impute sur les bénéfices d'exploitation. Le déficit
d'exploitation s'impute sur le revenu global du contribuable de la même année. L'excédent de
déficit est ensuite reporté sur le revenu global des six années suivantes.
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
Entreprise soumise à l‘IS:

Quelle que soit la durée de détention, la plus ou moins value est considérée comme CT ( à
l’exception des cessions de brevets et titres de participations pouvant être retraitées en LT: cf ci-
dessous).
La plus-value est imposée aux taux de 33,33 % ou 15 % sans possibilité d'étalement.
Le taux de 15 % s'applique aux sociétés contrôlées à 75 % par des personnes physiques dont le
capital est entièrement libéré et dont le chiffre d'affaires est inférieur à 7 630 000 euros, (ou
contrôlée par une personne morale répondant aux mêmes conditions).
Ce taux réduit s'applique sur une fraction du bénéfice imposable limitée à 38 120 euros par période
de douze mois.
En cas de moins value, l'entreprise a deux possibilités :
Reporter le déficit de manière illimitée sur les exercices suivants (report en avant) dans la limite d'1
million d'euros par an, majoré de 50% de la fraction du bénéfice supérieure à ce plafond ; (même
règle que les reports de déficit).
Opérer le report sur les bénéfices de l'exercice précédant l'exercice déficitaire (report en arrière) et
dans la limite d'1 million d'euros.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Mode d’imposition des plus-values et moins-values à long terme:
De manière générale, Il convient de différencier les plus-values réalisées sur des cessions
d’immobilisations et celle réalisées sur des cessions de valeurs mobilières et droits sociaux.
Concernant les plus-values réalisées sur cession d'immobilisations:
Pour les entreprises soumises à l‘IR,
Une compensation est effectuée entre les plus-values (PV) et les moins-values (MV) déterminant une
plus-value nette globale.
La plus-value nette est ensuite taxée à 16 % (+ 15,5% de droit prélèvements sociaux portant un taux
global est de 31,5 %).
(Compte tenu de la hausse des prélèvements sociaux de 15,5 % à 17,2 % et dans un soucis de cohérence
avec le prélèvement forfaitaire unique, dont le taux s'établirait à 30 % (prélèvements sociaux inclus), la
commission des finances propose par amendement de ramener le taux d'imposition des plus-values
professionnelles à long terme des entreprises relevant de l'IR, à 12,8 %).
La moins-value nette est imputable uniquement sur les plus-values à long terme réalisées pendant les
dix années suivantes (et pas sur le bénéfice).
Les plus values à LT concernant des biens immobiliers bâtis ou non bâtis affectés à l ’exploitation de
l’entreprise (A l’exception des terrains à bâtir), sont imposés après application d’un abattement de 10%
par année de détention au delà de la 5 eme année.
Un certain nombre de cas d'exonération existent:

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Conditions de l'exonération
Trois conditions préalables doivent être remplies pour bénéficier de l'exonération des plus-values professionnelles.
 L'activité exercée
Les plus-values doivent être réalisées dans le cadre d'une activité commerciale, industrielle, libérale, artisanale ou
agricole exercée à titre professionnel.
La notion d'exercice à titre professionnel implique la participation personnelle, directe et continue de l'exploitant à
l'accomplissement des actes nécessaires à l'activité.
Remarque : En cas de location-gérance d'un fonds de commerce, le bailleur peut vendre le fonds sans attendre le
délai de cinq ans s'il remplissait les conditions de délai au moment de la mise en location-gérance.
 La durée de l'activité
L'activité doit avoir été exercée pendant au moins cinq ans.
Ce délai est décompté à partir du début d'activité c'est-à-dire de la date de création ou d'acquisition de la clientèle ou
du fonds de commerce par le contribuable, jusqu'à la date de clôture de l'exercice au titre duquel la plus-value est
réalisée.
Pour évaluer le seuil de chiffre d'affaires, les services fiscaux calculent la moyenne des CA réalisés au titre des
exercices clos aux cours des deux années civiles qui précèdent la date de clôture de l'exercice de réalisation de la plus-
value.
Exemple : si la cession a lieu en septembre de l'année N et que l'exercice est clôturé au 30 juin de l'année N+1, il faut
calculer la moyenne des exercices clos en juin N et N-1.
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
 La nature des biens cédés
L'exonération concerne les biens appartenant à l'actif immobilisé de l'entreprise et affectés à l'exercice de l'activité
professionnelle. Les terrains à bâtir ne peuvent cependant bénéficier d'aucune exonération, à l'exception de ceux
cédés à des personnes physiques et destinés à la construction d'immeubles affectés à un usage d'habitation.
REGIME DE L EXONERATION:
L'exonération des plus-values est subordonnée au respect de limites en terme de chiffre d'affaires réalisé par
l'entreprise:

1 - Pour les entreprises de vente de marchandises ou de fourniture de logements, l'imposition des plus-values est
établie comme suit :
exonération totale de la plus-value si le montant des recettes est inférieur à 250 000 € hors taxes ;
exonération partielle dès lors que les recettes sont comprises entre 250 000 € et 350 000 € hors taxes. Dans ce cas,
la plus-value exonérée est déterminée d'après le rapport existant entre, au numérateur, la différence entre 350 000 €
et le montant des recettes et, au dénominateur, 100 000 € (350 000 - 250 000).
Exemple : une entreprise a réalisé un chiffre d'affaires de 310 000 € et une plus-value de 30 000 €. Le calcul du
montant de la plus-value exonérée est déterminé de la manière suivante :
30 000 x (350 000 - 310 000) / 100 000 = 12 000
La plus-value est donc exonérée à hauteur de 12 000 €. Par conséquent, le montant taxable est égal à 18 000 € (30
000 - 12 000).

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


lorsque le chiffre d'affaires est supérieur à 350 000 €, la plus-value nette professionnelle est
taxable en totalité.

2 – Pour les entreprises de prestations de services


Le régime d'imposition de la plus-value dégagée par ces entreprises est le suivant :
exonération totale si le chiffre d'affaires est inférieur à 90 000 € hors taxes ;
exonération partielle dans la mesure où le montant des recettes est compris entre 90 000 € et 126
000 € hors taxes. En l'occurrence, la plus-value exonérée est déterminée d'après le rapport existant
entre, au numérateur, la différence entre 126 000 € et le montant des recettes et, au dénominateur,
36 000 € (126 000 - 90 000).
Exemple : une entreprise a réalisé un chiffre d'affaires de 115 000 € et une plus-value de 20 000 €.
Le calcul du montant de la plus-value exonérée est déterminé de la manière suivante :
20 000 x (126 000 - 115 000) / 36 000 = 6 111
Ainsi, la plus-value est exonérée à hauteur de 6 111 €. Le montant taxable est donc égal à 13 889 €
(20 000 - 6 111).
lorsque le chiffre d'affaires est supérieur à 126 000 €, la plus-value nette professionnelle est
taxable en totalité.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Appréciation des limites d'exonération:
Cas général:
Le seuil d'exonération s'apprécie au regard de la moyenne des recettes hors taxes réalisées au cours
des exercices clos (ramenés le cas échéant à douze mois), au cours des 2 années civiles qui
précèdent l'année de réalisation de la plus-value.
Cas particuliers:
• En cas d’activités mixtes
Lorsque l'entrepreneur exerce une activité qui se rattache à la fois à la vente et à la prestation de
services, l'exonération totale est applicable aux deux conditions cumulatives suivantes :
• le montant global des recettes n'excède pas 250 000 € ;
• le montant du chiffre d'affaires afférent aux activités autres que la vente ou la fourniture de
logement est inférieur à 90 000 €.
Exemple : une entreprise réalise le chiffre d'affaires suivant : ventes : 149 000 € ; prestations de
services : 75 000 €.
Son chiffre d'affaires global est inférieur à 250 000 € (149 000 + 75 000 = 224 000 €) et celui
concernant les prestations de services n'excède pas 90 000 €. Par conséquent, les plus-values
réalisées par l'entrepreneur sont totalement exonérées d'impôt.
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
• En cas de pluralité d'entreprises:
Si le chef d'entreprise exploite personnellement plusieurs entreprises, le montant des recettes à
prendre en compte est celui réalisé par l'ensemble de ses exploitations.

Il en est de même quand l'exploitant individuel est également membre d'une société de personnes
non soumise à l'IS.
Dans ce cas, il est tenu compte des recettes réalisées dans cette société à proportion de ses droits
dans les bénéfices. Néanmoins, cette globalisation des recettes est effectuée par catégorie de
revenus

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Régime des plus ou moins values à LT pour les entreprises soumises à l'IS,

Le champs d’application du régime du long terme en matière IS est très restreint et concerne uniquement :
• la cession de titres de participation détenus depuis au moins 2 ans : les plus-values nettes à long terme
dégagées sur les titres de participation sont exonérées d'IS sauf quote-part de 12 %.
Exemple: une société soumise à l'impôt sur les sociétés dégageant une plus-value sur des titres de participation
d'un montant de 20 000 euros devra verser au titre de la plus-value 800 euros (soit 20 000 x 12 % x 33,33 %).
• la cession de titres de société à prépondérance immobilière cotée : les plus-values à long terme nettes
dégagées sur les titres de société à prépondérance immobilière cotée sont imposées au taux réduit de 19 %.
La moins-values nette à long terme d'un exercice s'impute sur les plus-values nettes à long terme de cette
même catégorie pendant 10 ans ou sur les plus-values dégagées sur d'autres catégories de titres (sauf titres
de participation) ;
• la cession de parts de fonds communs de placement à risque (FCPR), fonds professionnel de capital
investissement (FPCI) et d'actions de société de capital-risque (SCR) détenus depuis au moins 5 ans produits
de la propriété industrielle bénéficie du régime du long terme au taux de 15 % ;
• les produits de la propriété industrielle : les plus-values de cession de brevets et les produits tirés de la
concession de brevets détenus depuis au moins 2 ans sont imposées au taux réduit de 15 %.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


La moins-value nette à long terme ne peut être imputée que sur les plus-values nettes à long terme qui seront
éventuellement réalisées au cours des dix exercices suivants. Elle vient ainsi en diminution du montant taxable
de la plus-value.
Au-delà des dix exercices, la moins-value est définitivement perdue.

Rappel: Les plus values sur cession de titres de placement ne rentrent pas dans le régime particulier des plus
values professionnelles: les plus values sont des produits imposables, les moins values, des charges
déductibles.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Plus ou moins values nettes Régime fiscal Résultat comptable >> fiscal
Au choix:
- Pas d’étalement - Rien à faire
Plus value court terme IR
- Étalement sur 3 ans - Déduire 2/3 de la plus value du
résultat fiscal et réintégration de
1/3 en n+1 et n+3
Plus value court terme IS Pas d’étalement Rien à faire
Moins value court terme IR et IS Déduction en comptabilité et fiscale Rien à faire
Imposition au taux de 16% A déduire pour bénéficier du taux
Plus value à long terme IR (1)
+ prélèvements sociaux spécifique.
- Titres de participation: pas - Déduire les plus values et intégrer
d’imposition. une quote-part de frais de 12% du
montant brut de la PV
Plus value à long terme IS
- Cession et concession de brevets - A déduire pour bénéficier du taux
taux d’imposition 15% spécifique.
Moins value long terme IR et IS Compensation sur 10 ans des PV LT A réintégrer pour le calcul du
de même nature résultat fiscal

(1) Les plus-values à LT portant sur des biens immobiliers bâtis ou non bâtis affectés à l’exploitation de l’entreprise (sauf terrains à bâtir) sont
imposés après application d’un abattement de 10%Cabinet
par année
NEXXTde détention
François au-delà
Courthéoux de la 5 eme année
2019
CHARGES DEDUCTIBLES

Pour être déductibles fiscalement les charges doivent être comptabilisées au cours de
l’exercice auquel elles se rapportent, c’est à dire engagées et comptabilisées avec
justificatifs.
Elles doivent être liées à la gestion courante et normale de l’exploitation, être engagées
dans l’intérêt de l’entreprise (pas de dépense personnelle !!) et se traduire par une
diminution de l’actif net de l’entreprise.
Exercice d’imputation:

Nature des charges de l’exercice: Régime:


Charges engagées et payées au cours de l’exercice déductibles
Charges engagées au cours de l’exercice restant à payer déductibles
Charges payées mais concernant l’exercice suivant Non déductibles

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Ent. Ind. Ste non Ste soumise à l’
soumise à IS
l’IS
Charges somptuaires Nd Nd nd
Charges non conformes aux conditions de déductibilité Nd Nd Nd
Achats (sauf matériel > 500 €HT) D D D
Frais d’entretiens (sauf réparations augmentant la valeur de l’immo + D D D
remplacement de certains composants)
Loyers et charges locatives sauf: D D D
- Crédit bail sur véhicule de tourisme correspondant à amort. non Nd Nd Nd
déductibles si l’entreprise était propriétaire
Primes d’assurances D D D
Autres services extérieurs sauf: D D D
- Honoraires d’architectes Nd Nd Nd
- Cadeaux ne correspondant pas à l’intérêt de l’entreprise Nd Nd Nd
- Publicités prohibées Nd Nd Nd
- Frais d’installation d’ une immobilisation Nd Nd Nd
Impôts sauf: D D D
- IR Nd Nd nd
- IS Nc Nc Nd
- TVS - pénalités Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019 Nd Nd nd
EI NON IS IS
Charges de personnel D D D
Charges financières (sauf CC) D D D
Charges exceptionnelles sauf: D D D
- VNC des éléments d’actif cédés Nd Nd Nd
- Dons (sauf versés dans l’intérêt du personnel) Nd Nd nd

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Règles de déductibilité de la rémunération des dirigeants:

Type de rémunération / type de société déductibilité


Entreprise individuelle Nd
Associé gérant d’une SNC (Pas d’option pour l’IS) Nd
Associé gérant d’une SNC (option pour l’IS) D
Gérant majoritaire de sarl D
Gérant minoritaire de sarl D
Président de CA – DG – DG délégué – membre de directoire de SA D

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Taux de l’IS

Les exercices ouverts au cours de l’année 2018, du 01/01 au 31/12 ne verront aucun
changement, Le barème voté par la précédente majorité continuant à s’appliquer.
Pour les PME, le taux réduit de 15% va continuer à s’appliquer au cours des 5 années qui
viennent sur la tranche de bénéfice n’excédant pas 38.120 €. (sous réserve de certaines
conditions: voir ci-dessous),
En revanche, les entreprises dont le CA est supérieur à 7,63 m€ voient leur périmètre
d’imposition modifié par rapport aux dispositions prises l’année dernière, et ne
bénéficieront plus du taux réduit à partir de 2019.
Enfin, la baisse du taux maximal de 33,33 % va s’amplifier: initialement prévu à 28%, le taux
sera ramené à 26,5% en 2021 puis 25% en 2022.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Rappel des conditions d’accès au taux réduit de 15%

Les entreprises doivent respecter les conditions suivantes:


• Le capital social doit être totalement libéré,
• Le capital social doit être continu et détenu au moins par 75% de personnes physiques
ou par une personne morale respectant les mêmes critères,
• Ne devant pas réaliser un CA supérieur à 7 630 000 € sur 12 mois.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Taux de l’IS: Un barème remanié est mis en place sur la période courant jusqu’en 2022:

CA annuel Tranche de bénéfice 2018 2019 2020 2021 2022

0 à 38.120 € 15% 15% 15% 15% 15%


CA < 7,63 m€
38.120 € - 500.000 € 28% 28% 28% 26,5% 25%
> 500.000 € 33,33% 31% 28% 26,5% 25%
CA > 7.63 m€ 0 à 500.000 € 28% 28% 28% 26,5% 25%
500.000 € à 250 m€ 33,33% 31% 28% 26,5% 25%
> 250 m€ 33.33% 31% 28% 26.5% 25%

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


De plus, suite à l’invalidation par la cour de justice européenne en mai 2017, la
contribution additionnelle de 3% sur les revenus distribués est définitivement supprimée
pour les sommes mises en paiement à partir de 2018. cette contribution s’appliquait
depuis 2012 sur les dividendes versés par les sociétés à l’IS.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


La déclaration et le paiement de l’impôt de l’IS

Quel que soit le régime d'imposition (réel normal ou réel simplifié), l'entreprise soumise à l'IS doit déclarer son
résultat obligatoirement par voie dématérialisée :
• soit par l'intermédiaire d'un partenaire EDI (échange de données informatisées) (mode EDI-TDFC).
• soit directement à partir de son espace abonné (mode échange de formulaire informatisé ou EFI), pour les
seules entreprises soumises à un régime simplifié d'imposition.
La transmission des fichiers contenant les données déclaratives est effectuée et gérée par le prestataire de
comptabilité-gestion de l'entreprise (expert-comptable, organisme de gestion agréé, association de gestion
comptable...) lorsque l'entreprise choisit la procédure EDI-TDFC.
La date limite de dépôt de la déclaration de résultats dépend de la date de clôture de l’exercice comptable:
• exercice clos au 31 décembre N-1 : dépôt au plus tard le 2e jour suivant le 1er mai N (soit, cette année, le 3
mai 2018) ;
• exercice clos entre janvier et novembre : dépôt au plus tard dans les 3 mois suivant la clôture (par exemple,
pour un exercice clos le 30 juin, dépôt avant le 30 septembre ; pour un exercice clos au 31 janvier, dépôt au
plus tard le 30 avril) ;
• en cas de cessation d’activité, dans les 60 jours.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Dates de paiement des acomptes

Date de clôture de l’ex précédent 1 er acompte 2 eme acompte 3 eme acompte 4 eme acompte
Du 20/02 au 19/05 15/06 15/09 15/12 15/03

Du 20/05 au 19/08 15/09 15/12 15/03 15/06

Du 20/08 au 19/11 15/12 15/03 15/06 15/09

Du 20/11 au 19/02 15/03 15/06 15/09 15/12

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Sociétés concernées par le versement d’acomptes:

Sont dispensés du versement d'acomptes :


• les sociétés dont l'impôt de référence n'excède pas 3 000 €,
• les sociétés nouvellement soumises à l'impôt sur les sociétés,
• les sociétés bénéficiant temporairement d'exonérations et d'abattements d'IS,
• les associations exonérées d'impôt sur les sociétés, uniquement imposées sur leurs
revenus patrimoniaux ou imposés normalement à l'impôt sur les sociétés, lorsque le
chiffre d'affaires du dernier exercice clos est inférieur à 84 000 €,
• les sociétés dont c'est le premier exercice ou la première année d'imposition,
• les organismes sans but lucratif, durant les 12 premiers mois d'assujettissement à l'IS.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Le montant de chaque acompte d’IS est calculé à partir du résultat du dernier exercice clos
(ou de l’avant dernière exercice pour ce qui concerne le 1 er acompte).

Chacun des acomptes sera égal à:

- 3,75% du bénéfice taxé au taux réduit de 15%,


- 7 % du bénéfice taxé à 28 %,
- 8 1/3 % du bénéfice taxé au taux normal de 33 1/3 %.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Exemple de calcul des acomptes d'impôt sur les sociétés
Bénéfice fiscal N-2 : 90 000€
Bénéfice fiscal N-1 : 80 000€
Bénéfice fiscal N : 70 000€
Nous supposons que l'entreprise remplit les conditions pour bénéficier du taux réduit d'IS et il s'agit
d'une PME au sens communautaire.

Taux pour le 2è
Taux annuel Taux par acompte (1/4)
acompte
Taux réduit 15% 3.75% 7.50%
Taux normal jusqu'à
75 000€ dans les PME
28% 7% 14%
communautaires en
2017
Taux normal 331/3% 81/3 % 162/3%

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Calcul du 1er acompte d'IS: (base exercice n-2: résultat 90 000)

38 120 * 3.75% = 1 429.50€

(75 000 - 38 120) * 7% = 2 581.60€

(90 000 – 75 000) * 81/3 % = 1 250€


Montant du 1er acompte d'IS : 1 430 + 2 582 + 1 250 = 5 262€

Calcul du 2ème acompte d'IS:


C'est au moment du paiement du second acompte, que l’entreprise effectue sa
régularisation. Les sommes dues correspondent aux montants cumulés des deux
acomptes, déduction faite de ce qui a déjà été réglé auparavant.

38 120 * 15 % / 2 = 2 859€

(75000 – 38120) * 28 % / 2 = 5163€

(80 000 - 75 000 ) * 33.33 % / 2 = 833€


Montant du second acompte d'IS : 2 859 + 5 163 + 833 – 5 262 = 3 593€
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
Calcul du 3ème et du 4ème acompte d'IS:

38 120 * 3.75% = 1 429.50€

(75000 – 38120) * 7%= 2 581.60€

(80 000 - 75 000 ) * 81/3 % = 417€

Montant des deux acomptes d'IS suivants : 1 429.50 + 2 582 + 417 = 4 429€

Vérification:

Total des acomptes à verser (IS N-1) :

38 120 * 15 % = 5 718€

(75000 – 38120) * 28%= 36 880 * 28% = 10 326€

(80 000 - 75 000 ) * 331/3 % = 1 667€


Soit un total à payer de 17 712€

Total des acomptes : 5 262 + 3 594 + 4 429 + 4 429 = 17 712€


Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
La liquidation de l'IS:

Le résultat de l'exercice N est finalement de 70 000€. L'entreprise pourra demander


le remboursement de l'excédent.

Montant de l'IS dû au titre de l'exercice N :

38 120 * 0.15 = 5 718€

(70 000 - 38 120) * 28% = 8 926€

5 718 + 8 926 = 14 644€ pour un paiement de 17 712€.

Ce montant d'IS est inférieur au montant des acomptes déjà versés.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Exemple 2
Entreprise n’entrant pas dans le cadre du taux réduit de 15%
Les résultats suivants ont été enregistrés:
• Exercice N-2: résultat imposable 150 000 €
• Exercice N-1: résultat imposable 180 000 €

Au titre de l’année en cours N, le premier acompte payable au 15/03 sera de:


150 000 *0,28 / 4: soit 10 500 € (résultat N-1 non encore connu)
Le second acompte payable au 15/06 (après connaissance des résultats de N-1) sera de:
180 000 * 0,28 / 2 – 10 500 soit 14 700 €
Les 3 eme et 4 eme acomptes sont calculée sur les résultats N-1 soit 180 000 * 0,28/4 soit
12 600 € chacun.
Cumul des acomptes: 50 400 €

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Imaginons que le résultat de N connu en N+1 soit de 200 000 € générant une imposition à
hauteur de 200 000 * 0,28 = 56 000 €
Cumul des comptes versés: 50 400 €
Solde de l’IS à régulariser pour le 15/04/N+1: 5 600€.

Imaginons que le résultat de N connu en N+1 est de 150 000 générant une imposition à
hauteur de 150 000 * 0,28 = 42 000 €
Cumul des comptes versés: 50 400 €
Crédit d’impôt: 8 400 €

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Date de paiement du solde d’IS
Nous venons de voir que le paiement de l'impôt sur les sociétés se faisait au moyen de quatre
acomptes versés au cours de l'exercice, calculés sur la base du résultat du dernier exercice connu. Il
s’en suit une liquidation correspondant au montant effectivement dû compte tenu du résultat de
l'exercice qui vient de faire l'objet d'une clôture.
Une fois l'impôt brut calculé, il faut donc en retrancher le montant des acomptes déjà versés. En
intégrant, le cas échéant, les crédits d'impôt dont la société peut être titulaire (ex. : crédit d'impôt
formation des dirigeants d'entreprise, crédit d'impôt apprentissage, etc.).
Si le montant de l'impôt dû au titre de l’exercice N s'avère supérieur au montant des acomptes
versés au cours de cet exercice (calculés par rapport au résultat de l'exercice N-1), le solde égal à
cette différence doit être versé au plus tard le 15 du quatrième mois qui suit la clôture de l'exercice
au moyen de la déclaration n° 2572. (15/04 pour un exercice se clôturant au 31/12)
À l'inverse, si le montant de l'IS dû s'avère inférieur au montant des acomptes, l'excédent de
versement sera remboursé. Le remboursement des excédents d'acomptes d'IS est conditionné au
dépôt de la déclaration de résultats, en plus du relevé de solde de l'IS.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Contribution sociale sur l’IS
Cette contribution sociale, juridiquement distincte de l'impôt sur les sociétés, est égale à 3,3 % de cet
impôt. Elle n'est en général pas due par les entreprises qui réalisent moins de 7 630 000 € de chiffre
d'affaires hors taxes.
Cette contribution est due par :
• les sociétés dont le chiffre d'affaires hors taxes est supérieur à 7 630 000 € ;
• les sociétés, même si leur chiffre d'affaires est inférieur à 7 630 000 €, dont le capital n'est ni
entièrement libéré ni détenu de manière continue pour 75 % au moins de personnes physiques
ou par une société dont le capital est également détenu, pour 75 % au moins, par des personnes
physiques.
Pour la détermination du pourcentage de 75%, les participations des sociétés de capital-risque, des
fonds communs de placement à risques, des sociétés de développement régional et des sociétés
financières d'innovation ne sont pas prises en compte à la condition qu'il n'existe pas de lien de
dépendance entre la société en cause et ces dernières sociétés ou ces fonds
Du fait de son mode de calcul, cette contribution n'est due que par les sociétés redevables d'au
moins 763 000 € d'impôt sur les sociétés.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Modalités de calcul de la contribution sociale sur l'impôt sur les sociétés

La contribution sociale est égale à une fraction de l'impôt sur les sociétés : 3,3%.
Un abattement de 763 000 € est ensuite appliqué, ce qui contribue à en exonérer
de nombreuses entreprises.
Les crédits d'impôt de toute nature et la créance issue du report en arrière des
déficits ne sont pas imputables sur la contribution.
Les paiements s'effectuent à l'aide des mêmes relevés d'acompte que ceux prévues
pour l'IS sur la base de 4 acomptes de 0,835 %. Le solde est exigible avec le solde
d’IS.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


CET

CONTRIBUTION ECONOMIQUE TERRITORIALE

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


B - Contribution économique territoriale: CET
Cette contribution remplace depuis le 1er janvier 2010 la taxe professionnelle. Elle est composée :
- de la cotisation foncière des entreprises (CFE), qui reprend une grande partie des dispositions de
l'ancienne taxe professionnelle,
- et de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), qui remplace la cotisation minimale de
taxe professionnelle.
Il s'agit d'un impôt local, contribuant au financement des collectivités locales, perçu à compter de l'année
qui suit celle de la création. En effet, la CET n'est pas due entre la date de création de l'entreprise et le 31
décembre de cette même année.

Les taux applicables sont définis par les collectivités locales concernées. Le taux global varie donc d'une
commune à une autre.
Les professionnels exerçant certaines activités peuvent en être exonérés. Par exemple : les artisans
exerçant leur activité en entreprise individuelle ou en EURL soumise à l'IR le sont, sous certaines
conditions.

A noter : les personnes qui créent leur entreprise sous le régime "micro-entrepreneur" peuvent
bénéficier selon l'année de création d'une exonération de la CFE.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


CFE

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


La cotisation Foncière des Entreprises
Elle concerne les personnes (physiques et morales) qui exercent une activité professionnelle non salariée
au 1er janvier et qui ne bénéficient pas d'exonération, l’entreprise étant redevable de la CFE dans chaque
commune où elle dispose de locaux ou de terrains.
Base de calcul:
La CFE est calculée sur la valeur locative des biens passibles de la taxe foncière (terrains, constructions,
installations), utilisés par l'entreprise pour les besoins de son activité au cours de la période de référence
(année N - 2).
Les biens visés sont ceux qui appartiennent à l'entreprise, ceux qui sont en location en crédit-bail et ceux
qui sont utilisés gratuitement.
La valeur locative est calculée selon les mêmes règles que celles qui déterminent la taxe foncière. La
valeur retenue est la valeur brute (sans prise en compte des abattements forfaitaires).
Remarque : La base d'imposition peut être réduite (selon conditions) pour les aéroports et installations
antipollution, les installations de manutention portuaire, les artisans, les coopératives, les entreprises
saisonnières et les diffuseurs de presse.
Montant:
Le montant de la CFE est le produit de la base d'imposition et du taux fixé par la commune. Il varie donc
d'une commune à une autre. Il peut être réduit par application d'un dégrèvement si l'activité de
l'entreprise diminue d'une année sur l'autre, ou d'un crédit d'impôt égal à 750 € par salarié pour les
entreprises situées dans les zones de restructuration de la défense (ZRD) sous certaines conditions.
Une cotisation minimale est fixée chaque année par le conseil municipal.
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
Sociétés exonérées de la CFE:
Sont de plein droit exonérée de la CFE, les sociétés qui exercent les activités suivantes:
• Les EURL dont le gérant est une personne physique et qui travaillent à façon pour les
particuliers, soit pour leur compte et avec des matières leur appartenant, qu’elles aient
ou non un enseigne ou une boutique, à condition qu’elles n’utilisent que le concours d’un
ou plusieurs apprentis âgés de 20 ans au plus au début de l’apprentissage;
• Les sociétés de chauffeurs propriétaires d’une ou deux voitures qu’ils conduisent et
gèrent eux-mêmes, ‘ à condition que les 2 voitures ne soient pas simultanément en
service’ pas plus de 7 places.
• Les sociétés de pêche artisanale;
• Les éditeurs et agences de presse, ainsi que les services de presse en ligne.
Par ailleurs, sur décision des collectivités locales, peuvent également âtre exonérées, les
sociétés qui bénéficient d’une exonération d’impôt sur les bénéfices en raison de leur
implantation dans certaines zones du territoire: ZRR (revitalisation rurale), ZRU
(redynamisation urbaine) ou ZFU (zone franche urbaine).

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


A noter que les entreprises qui ne disposent d’aucun bien passible de la taxe foncière
comme par exemple les sociétés domiciliées en application d’un contrat de domiciliation
commerciale, ou celle dont la valeur locative des biens est faible, ne sont pour autant pas
exonérées de la CFE. Elles restent redevables d’une cotisation minimale dont le montant
est fixé chaque année par les collectivités locales en fonction de leur CA:

CA HT Base CFE

CA < 10 000 € Entre 216 et 524 €

10 000 € à 32 600 € Entre 216 et 1 027 €

32 600 € à 100 000 € Entre 216 et 2 157 €

100 000 € à 250 000 € Entre 216 et 3 596 €

250 000 € à 500 000 € Entre 216 et 5 136 €

CA > 500 000 € Entre 216 et 6 678 €

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Déclaration:

• Les entreprises redevables de la CFE doivent produire chaque année une déclaration de
leurs bases d’imposition. Celle-ci doit être déposée au plus tard pour le deuxième jour
ouvrable suivant le 1er mai (c’est-à-dire en même temps que la déclaration annuelle de
résultat pour les entreprises qui clôturent leur exercice le 31 décembre).
• Toutefois, les entreprises qui ont créé un établissement ou qui ont changé d’exploitant en
cours d’année sont tenues de produire une déclaration provisoire (n° 1447-C) relative à
cette taxe, et ce pour le 31 décembre au plus tard de cette même année.

En cas de changement d’exploitant en cours d’année, l’ancien exploitant est tenu d’en faire
la déclaration au service des impôts avant le 1er janvier de l’année suivante.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Modalités de paiement

La CFE est en principe payable en totalité pour le 15 décembre de chaque année. Toutefois,
les entreprises dont le montant de la cotisation de l’année précédente était au moins égal à
3 000 €, sont tenues de verser un acompte pour le 15 juin de l’année suivante, seul le solde
étant dans ce cas payable le 15 décembre.

Désormais, l’administration fiscale n’envoie plus d’avis d’acompte ni de solde de CFE par
voie postale. Ces avis sont consultables sur le site Internet www.impots.gouv.fr, dans
l’espace professionnel des entreprises. Par ailleurs, toutes les entreprises doivent
obligatoirement payer leur CFE par télérèglement ou par prélèvement (mensuel ou à
l’échéance), quels que soient leur régime d’imposition et leur chiffre d’affaires.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


CVAE

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE)
La CVAE est la seconde composante de la contribution économique territoriale.
Champ d'application :
Elle concerne les personnes physiques et morales exerçant en France une activité professionnelle non
salariée à titre habituel au 1er janvier de l'année d'imposition, étant imposables à la CFE et réalisant un
chiffre d'affaires supérieur à 152 500 euros.
Base de calcul
La CVAE est calculée sur la valeur ajoutée réalisée par l'entreprise c’est-à-dire son CA diminué des achats
de biens et charges déductibles.
Montant
C’est une fraction de la valeur ajoutée produite par l'entreprise au cours de l'année d'imposition (ou au
cours du dernier exercice de 12 mois s'il ne correspond pas à l'année civile). A ce montant s'ajoutent les
frais de gestion de la fiscalité locale. Le taux d'imposition est progressif et plafonné à 1,5 %.
(valeur ajoutée x taux effectif d'imposition) + [(valeur ajoutée x taux effectif d'imposition) x 1 %
Toutefois, la valeur ajoutée retenue pour le calcul est plafonnée à :
80 % du chiffre d'affaires réalisé si celui-ci est inférieur ou égal à 7 600 000 €,
85 % du chiffre d'affaires réalisé s'il est supérieur à 7 600 000 €.
Une cotisation minimale de 250 € est due par les entreprises qui réalisent un chiffre d'affaires supérieur à
500 000 €.
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
Taux d'imposition de la CVAE en fonction du chiffre d'affaires
Chiffre d'affaires hors taxe Taux effectif d'imposition
Moins de 500 000 € 0%
Entre 500 000 € et 3 millions € 0,5 % x [(CA - 500 000 €) /2,5 millions €]
Entre 3 millions € et 10 millions € 0,5 % + [0,9 % x (CA - 3 millions €) /7 millions €]
Entre 10 millions € et 50 millions € 1,4 % + [0,1 % x (CA - 10 millions €) / 40 millions €]
Plus de 50 millions € 1,5 %

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


A retenir que l’appréciation du seuil de 152 500 €, le CA à retenir n’est pas le CA comptable
mais se compose du chiffre des ventes augmenté de:

• Montant de redevances pour concessions de brevets, licences, marques, procédés


logiciels et autres droits er valeurs similaires (autres produits: 751);
• Les plus values éventuellement réalisées à l’occasion de cessions d’immobilisations
corporelles ou incorporelles, lorsqu'elles se rapportent à une activité normale ou
courante.
• Les refacturations de frais (compte 791) que ces frais soient déductibles ou non de la VA
produite, en particulier, les refacturations de frais de personnel, de loyers de biens pris
en CB..

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Déclaration de la CVAE:

La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises est due par les redevables qui exercent
leur activité au 1er janvier de l’année d’imposition. Au titre de chaque année d’imposition,
le montant et les éléments de calcul de la valeur ajoutée doivent être déclarés l’année
suivante, au plus tard pour le deuxième jour ouvré suivant le 1er mai. Cette déclaration
porte le n° 1330-CVAE (CERFA n° 14 030).
Elle mentionne également, par établissement, le nombre de salariés employés au cours de
laquelle pour laquelle elle est établie, étant précisé à cet égard que les, salariés qui
exercent leur activité plus de 3 mois sur un lieu situé hors de l’entreprise qui les emploie
doivent être déclarés à ce lieu.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Toutefois, sont dispensées d'établir cette déclaration les SARL et EURL qui remplissent toutes les
conditions suivantes :
- avoir dûment rempli le cadre réservé à la CVAE dans leur déclaration de résultat : formulaire n°
2033-E pour les sociétés au réel simplifié ou n° 2059-E pour celles au réel normal (ou 2035-E pour
celles réalisant des BNC ;
- ne disposer que d’un seul établissement au sens de la cotisation foncière des entreprises (CFE) ;
- ne pas employer des salariés exerçant leur activité plus de trois mois sur un lieu hors de
l’entreprise ;
- ne pas exploiter plusieurs activités nécessitant des déclarations de résultat de natures différentes ;
- ne pas avoir clôturé plusieurs exercices au cours de la période de référence ;
- ne pas être membre d’un groupe fiscal, sauf si ce groupe fiscal réalise moins de 7,63 millions
d'euros ;
- ne pas avoir fusionné au cours de l’exercice de référence CVAE ;
- ne pas être une entreprise qui, n’employant aucun salarié en France et n’exploitant aucun
établissement en France, y exerce cependant une activité de location d’immeubles ou de vente
d’immeubles. Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
Modalités de paiement

Les entreprises ne reçoivent pas d’avis d’imposition pour la CVAE. Celle-ci doit être payée
spontanément, l’année suivant celle au titre de laquelle elle est due, en même temps que
la déclaration annuelle ci-dessus, et ce paiement doit obligatoirement être effectué par
télérèglement.

Toutefois, pour les entreprises dont le montant de la CVAE d’une année N était supérieur à
3 000 €, deux acomptes doivent être versés dans le courant de l’année N +1, l’un pour le 15
juin, l’autre pour le 15 septembre. Chacun de ces acomptes est égal à 50 % de la CVAE de
l’année précédente, et ils doivent là encore être versés par voie de télérèglement.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Minoration d’un acompte de CVAE

Conformément aux dispositions de l'article 1679 septies du CGI, les entreprises


redevables des acomptes de CVAE peuvent, sous leur responsabilité, réduire le
montant de ces acomptes de manière qu'il ne soit pas supérieur au montant de la
cotisation qu’ils estiment effectivement due au titre de l’année d’imposition.
Cette faculté peut être utilisée notamment en cas de baisse attendue du chiffre
d'affaires ou de la valeur ajoutée par rapport à l'année précédente.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


CET + CFE + CVAE:
La dénomination de contribution économique territoriale (CET) est la somme de la cotisation
foncière des entreprises et de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises.
CET = CFE + CVAE
L'entreprise peut éventuellement bénéficier d'une réduction de la CET prise dans son ensemble
dans les deux cas suivants :
 le montant de la valeur ajoutée produite est inférieur au montant de la cotisation due
 de manière temporaire, pour tenir en compte des éventuelles augmentations de taxe découlant
de la réforme de la taxe professionnelle.
Clause de plafonnement sur la valeur ajoutée:
Si la différence entre le montant de la cotisation est supérieure à 3 % de la valeur ajoutée produite,
elle peut faire l'objet d'un dégrèvement dont le montant est égal à cette différence.
Le dégrèvement accordé s'impute sur le montant de la CFE. Les entreprises sont autorisées à
imputer cette réduction par anticipation sur le montant du solde de CFE à verser lors de la
déclaration annuelle s'y référant.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


TVA

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


TVA COLLECTEE

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


La taxe sur la valeur ajoutée est un impôt indirect sur la consommation qui concerne en principe
tous les biens et services consommés ou utilisés en France.
Les entreprises jouent un rôle de collecteurs d'impôt pour le compte de l'Etat : elles facturent la TVA
à leurs clients, au taux de 20 % (taux normal) ou 10 % ou 5,5 % (taux réduit) et la reversent ensuite
au Trésor, déduction faite de la TVA qu'elles auront payée sur leurs achats.
C'est donc le consommateur final qui supporte la charge de la TVA, et non les entreprises qui
concourent à la production des biens et services.
Les opérations imposables au titre de la TVA sont:
 Par nature, les livraisons de biens et de prestations de services, relevant d’une activité
indépendante effectuée à titre onéreux, réalisées par un assujetti à la TVA;
 Par dispositions de la loi: Livraisons de biens ou de services faites à soi même, acquisitions intra
communautaires, et importations de pays tiers.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Mécanisme de la TVA:
TVA collectée sur les ventes:
A chaque fois que l'entreprise facture une vente de biens ou une prestation de services, elle doit
mentionner un montant HT auquel elle ajoute la TVA.
La TVA collectée est due :
 dès la réalisation de l'opération lorsqu'il s'agit de produits vendus, que la vente soit payée ou
non!
 ou lors de l'encaissement du prix lorsqu'il s'agit d'une prestation de service.
TVA déductible ou récupérable:
L'entreprise règle ses fournisseurs TTC. La TVA incluse dans ses règlements est déductible de la TVA
collectée sur ses ventes.
TVA à payer (TVA exigible):
TVA à payer = TVA collectée - TVA récupérable.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Certaines natures d’activités sont exonérées de TVA:

- Locations de terres et bâtiments à usage agricole,


- Locations de terrains non aménagés et locaux nus,
- Locations ou concessions de droits portant sur les immeubles dont les locations sont exonérées.
- Les soins dispensés aux personnes par les membres des professions médicales et paramédicales,
à condition qu'ils soient pratiqués dans le cadre de l'exercice légal de la médecine.
- Les travaux d'analyse de biologie médicale.
- Les activités d'enseignement scolaire et universitaire.
- Les cours ou leçons particulières dispensés par des personnes physiques.
- Les exportations.
- Les transports internationaux.
- Les opérations d'assurance et de réassurance.
- Certaines opérations bancaires et financières.
- Les opérations réalisées par des organismes sans but lucratif (sous certaines conditions).

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


TVA collectée: Cas particulier des livraisons à soi même:
La livraison à soi-même (LASM) est « une opération par laquelle une personne obtient un
bien ou une prestation de services à partir de biens, d’éléments ou de moyens lui
appartenant ». Lors d’une opération de LASM, l’entreprise est à la fois considérée comme
fournisseur et acquéreur du bien ou du service. Par nature, ces opérations, ne constituant
pas des opérations à titre onéreux, sont hors du champ d’application de la TVA.
Ce sont donc des biens ou services produits par l’entreprise pour ses propres besoins (auto
fabrication), ou affectés au personnel, au dirigeant ou à des tiers.
La notion de livraison à soi-même vise à assurer la neutralité fiscale en matière de TVA. En
effet, dans une situation « normale », si l’entreprise achetait le bien ou le service auprès
d’un tiers, elle supporterait en principe la TVA (sauf biens ou services exonérés…). Le
mécanisme des livraisons à soi-même tend donc à imposer certaines opérations qui
auraient pu échapper à la TVA.
L’article 257 II du code général des impôts (CGI) prévoit plusieurs cas de LASM : les biens
immobilisés ou les biens dont le droit à déduction fait l’objet d’une exclusion ou d’une
limitation. La LASM est également prévue dans les opérations de construction lorsque les
immeubles ne sont pas revendus par leur constructeur dans les deux ans de leur
achèvement.
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
1°) Les LASM de biens meubles imposables à la TVA:

La TVA sur LASM s’applique dans les cas suivants :


1- Un assujetti prélève un bien de l’entreprise pour lequel la TVA a été totalement ou
partiellement déduite, pour l’affecter à des besoins autres que ceux de l’entreprise
(utilisation privée, cadeaux etc.). Dans ce cas, il y a TVA sur la LASM non déductible. Une
exception existe pour les échantillons ou objets de faible valeur. (Art. 257 II 1-1° du CGI)
2- Un assujetti affecte aux besoins de l’entreprise un bien qui n’aurait pas ouvert droit à
déduction complète de la TVA s’il avait acquis auprès d’un autre assujetti en vue de sa
nouvelle affectation. (Art. 257 II 1-2° du CGI)
Le bien que l’entreprise se livre à elle-même est susceptible d’entraîner ultérieurement une
régularisation du droit à déduction. C’est notamment le cas des immobilisations. Ainsi, la
livraison à soi-même d’immobilisation est obligatoirement imposable, même quand la TVA
correspondante est entièrement déductible pour l’entreprise. (Art 257 II 1-2° du CGI)

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


2°) Les LASM des biens immeubles imposables à la TVA:

Lorsqu’un assujetti construit un immeuble et qu’il n’est pas vendu dans les 2 ans de son
achèvement, l’opération est placée sous le régime de LASM imposable à la TVA.
La TVA s’applique également pour certains travaux immobiliers réalisés sur les logements sociaux.
(Art 257 I-3° du CGI)
Les apports de la loi de simplification de la vie des entreprises:
L’article 32 de la loi de simplification de la vie des entreprises portant diverses dispositions de
simplification et de clarification du droit et des procédures administratives supprime certains cas
d’imposition à la TVA sur les livraisons à soi-même.

Il supprime notamment l’imposition à la TVA sur LASM lors de l’affectation d’un bien aux besoins de
l’entreprise lorsque l’assujetti aurait pu déduire l’intégralité de la TVA s’il avait acquis ce bien auprès
d’un autre assujetti.
C’est le cas notamment lors d’une livraison à soi-même d’une immobilisation. La TVA ne
s’appliquera que si l’acquisition de l’immobilisation auprès d’un autre assujetti n’ouvrirait pas droit à
déduction complète de la TVA. Le régime LASM immobilisation suit alors le régime des LASM
stock (biens autres qu’immobilisations).

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


En résumé:
Seule l'affectation, par un assujetti, d'un bien produit, construit, extrait, transformé, acheté
ou importé dans le cadre de son entreprise, dans le cas où l'acquisition d'un tel bien auprès
d'un autre assujetti ne lui ouvrirait pas droit à une déduction complète de la TVA, doit faire
l'objet d'une taxation à la TVA par la constatation d'une livraison à soi-même.
Les autres cas de TVA sur livraison à soi-même sont maintenus :
• Les affectations de biens à des besoins autres que ceux de l’entreprise,
• Les affectations par un assujetti à un secteur exonéré quand ce bien a ouvert droit à
déduction complète ou partielle lors de son acquisition.

Prélèvements pour les besoins Biens ouvrant droit à Non soumis à la TVA
De l’entreprise déduction totale
Biens n’ouvrant pas droit à Soumis à la TVA
déduction totale
Prélèvements pour des besoins autres Soumis à TVA lorsque la TVA sur les éléments utilisés
que ceux de l’entreprise (biens ou services) a été déduite totalement ou
partiellement

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Exemples

Un constructeur automobile prélève sur son stock une voiture de tourisme en vue de
l’affecter aux besoins de l’entreprise. Si le constructeur avait acquis la voiture auprès d’un
autre constructeur, l’entreprise n’aurait pas pu déduire la TVA puisqu’elle n’est pas
déductible sur les voitures de tourisme. Or, dans l’hypothèse du prélèvement sur le stock,
le constructeur a pu déduire la TVA sur les matières premières et les machines ayant
permis de construire le véhicule. Cette TVA déductible n’est pas accompagnée d’une TVA
collectée, d’où le problème. On va donc taxer l’auto-fabrication de manière à ce qu’une
déduction de TVA donne lieu à une collecte de TVA. Voilà pourquoi l’auto-fabrication est
imposable car la TVA a été collectée en amont, la TVA doit donc être déductible en aval.
Conséquence : l’auto-fabrication de bien dont l’acquisition auprès d’un tiers n’aurait pas
ouvert droit à déduction est un LASM, c’est une opération imposable. On veut éviter des
distorsions de concurrence

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Un redevable achète un bien pour un prix de 100. La TVA est de 20,00 %, soit un prix de
revient TTC de 120,00 dès lors que la TVA n’est pas déductible. Si le redevable fabrique le
bien pour son propre compte, le prix de revient ressort à 100 puisque l’opération est faite à
titre gratuit. Par conséquent, il sera taxé afin que le prix de revient soit à nouveau égal à
120,00.
Si le bien avait ouvert droit à déduction, en cas d’acquisition auprès d’un tiers, son prix de
revient aurait été de 100. Il n’est donc pas ici besoin de taxer l’auto fabrication.
Si le bien fabriqué constitue une immobilisation, on va encore nécessairement considérer
que la TVA sur les matières premières a été déduite. Donc, l’auto fabrication est taxable
dans tous les cas.
Là encore, la base imposable est constituée par le prix de revient, ce qu’à couter la
fabrication. Par conséquent, la TVA collectée sera égale à la TVA déductible : neutralisation
de la TVA et opération blanche.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Une entreprise fabrique une machine destinée à ses propres besoins. Pour savoir si
l’opération doit supporter la TVA, le dirigeant doit se demander si la TVA acquittée auprès
du fournisseur aurait pu être déduite.
Dès lors, deux hypothèses peuvent se poser :
Si la TVA acquittée auprès du fournisseur aurait pu être intégralement déduite : la livraison
à soi-même de la machine n’est pas imposable.
Si la TVA acquittée n’aurait pas pu être intégralement déduite, la livraison à soi-même de la
machine est imposable.
A noter que la base de valorisation est le cout de revient du produit fabriqué, ou le cout
d’achat des produits prélevés.
Conclusion
Les livraisons à soi-même doivent être appréhendées avec la plus grande prudence par le
dirigeant. En effet, l’absence de soumission à la TVA d’une opération normalement
imposable est susceptible d’être remis en cause en cas de contrôle fiscal avec de graves
conséquences pour l’entreprise.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Taux de TVA en vigueur

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


En principe, le taux normal de TVA s'applique à tous les biens et services.
Les taux réduits ne s'appliquent que dans les cas explicitement visés par la loi.

Coefficient de conversion d'un prix TTC en


Taux sur le prix HT
prix HT

Taux normal 20 % 0,833

Taux réduit
10 % 0,909

Taux réduit 5,5 % 0,947

Taux particulier
(principalement les publications de presse et
certains médicaments) 2,1 % 0,979

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Taux normal de 20%:
Toutes les opérations ne relevant pas d’un autre taux : produits manufacturés, prestations
de services, travaux immobiliers…

Taux intermédiaire de 10%:


Médicaments non remboursables par la SS, transports de voyageurs, logement en hotel ou
meublés, spectacles culturels et de loisirs, opérations de collectes et tris sélectifs, travaux
d’amélioration de transformation ou d’entretien de locaux à usage d’habitation achevés
depuis plus de 2 ans, restauration.

Taux réduit de 5,5%:


Livres, droits d’entrée en salle de cinéma, produits alimentaires, équipements pour
personnes handicapées ..

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Assiette de la TVA
Les principaux éléments pris en compte dans la base d’imposition sont:

Eléments concernés:
Prix de vente HT
Frais fiscaux Taxes spéciales (textile…), droits de douane, TIPP, taxe locale
d’aménagement.
Frais accessoires à la Frais d’emballage, de transport, d’assurances, de
vente cautionnement..
Compléments de prix Majorations pour faible facture ou délai de livraison rapide

Frais de transports Imposés séparément dans des cas particuliers:


- Ventes réalisées aux ‘conditions départ’,
- Facturation séparée: taux alors pratiqué: 20%,

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Principaux éléments exclus de la base d ‘imposition:

Éléments concernés
TVA
Certains frais à la charge du client Ex: contrats indépendants de la vente réglés
directement par le client.
Réductions de prix Escompte rabais ristournes
Indemnités d’assurance Cas d’indemnités d’origine délictuelles car ne
correspondant pas à la contrepartie d’un service
rendu.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Faits générateurs et exigibilité
Le fait générateur est l’évènement qui fait apparaitre la créance sur le trésor, l’exigibilité
étant la date qui fixe la période au titre de laquelle la TVA collectée est due au trésor.
En matière de livraisons de biens meubles corporels, fait générateur et exigibilité
coïncident. Ils correspondent à la date de livraison, entendue comme le pouvoir de
disposer du bien meuble corporel comme un propriétaire. Cet évènement coïncide le plus
souvent avec l’établissement de la facture. La loi applicable à l’opération est donc, sauf
disposition contraire, celle en vigueur au moment de la livraison et la TVA doit être versée
au Trésor au moment de la livraison. En matière de livraisons de biens meubles corporels,
on voit donc que ces deux éléments sont déconnectés du paiement du prix du bien en
question.
En matière de prestations de services et assimilés, les règles sont sensiblement différentes.
En effet, fait générateur et exigibilité ne coïncident pas en la matière. Le principe est le
suivant: Le fait générateur est constitué par l’exécution de la prestation alors que la TVA
grevant cette prestation devient exigible au moment du paiement de celle-ci.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Toutefois, il est possible pour l’entreprise d’opter pour les débits : cette option aura un
effet sur l’exigibilité de la TVA et non sur son fait générateur. Si l’entreprise exerce une telle
option, la TVA sera exigible au moment de l’inscription de la somme due au compte client,
ce qui correspond le plus souvent en principe au moment de la facturation.
Il est à noter que cette option ne peut avoir pour effet que d’avancer le paiement de la TVA
et non de le retarder : en cas de paiement d’acompte en cours de réalisation de la
prestation, la TVA devra être collectée au moment du paiement et non au moment de
l’inscription de la dette client en comptabilité.
Les règles régissant l’exigibilité de la TVA sont également d’une importance capitale. A la
fois pour le preneur ou l’acheteur assujetti. Il bénéficie d’un droit à récupération de la TVA.
La TVA est déductible lorsqu’elle est exigible du côté du vendeur ou du prestataire.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Tableau récapitulatif des faits générateurs et exigibilité:

Nature de l’opération: Fait générateur : Exigibilité:


Livraison de biens meubles corporels Date de livraison du bien Date de livraison du bien
Prestation de service Achèvement de la prestation Date d’encaissement sauf si
l’entreprise a opté pour la TVA sur
débit.
Importations Date de dédouanement Date de dédouanement
Acquisition intracommunautaire Date de délivrance du bien - Le 15 du mois suivant le fait
générateur
- Ou la date de la facture lorsque
celle-ci est délivrée avant le 15
du mois suivant le fait
générateur.
Livraison à soi même Date de 1 ere utilisation Date de 1 ere utilisation

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Tva déductible

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Pour que la TVA soit déductible, l’opération doit répondre aux conditions suivantes:
1. Etre nécessaire à l’exploitation et engagée dans l’intérêt de l’exploitation; (les dépenses
personnelles du dirigeant sont ainsi exclues de la déductibilité);
2. Etre utilisé au moins pour 10% de façon professionnelle;
3. Etre utilisée pour la réalisation d’opérations imposables à la TVA. La déduction d’un
achat est subordonnée au fait que l’opération finale soit taxée au titre de la TVA (sauf
exportation et opération intracommunautaires). Cette restriction est liée à la notion de
coefficient d’assujettissement et de taxation.
4. Ne pas faire l’objet d’une restriction légale du droit à déduction.
La TVA doit être mentionnée sur un document justificatif (facture, déclaration en douane
..)

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Principaux éléments exclus de la déductibilité:

Dépenses de logement engagés Non déductible sauf:


au profit des salariés et • Dépenses relatives à la fourniture à titre gratuit de logements sur
dirigeants de l’entreprise chantiers ou dans les locaux de l’entreprise du personnel de gardiennage
ou de surveillance.
Acquisition ou location de Non déductible sauf:
moyens de transport de • camionnettes, tracteurs, transports publics (taxis, ambulances, bateaux),
personnes • Les véhicules de plus de 9 places à vocation de transport vers le lieu de
travail,
• Les véhicules utilitaires.
Cadeaux, quels qu’en soit le Non déductible sauf:
bénéficiaire et la motivation. • Echantillons, articles publicitaires et spécimens,
• Articles d’une valeur unitaire < 69€ ttc par an et par bénéficiaire.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Zoom sur les conditions de déduction de la TVA sur certains frais généraux
Qu’ils soient payés directement par l’entreprise, ou pris en charge par le biais de
remboursements en faveur du Gérant, certains frais de voyages et de déplacements
peuvent ouvrir droit à déduction de la TVA. Cependant, selon les règles générales en
vigueur à ce sujet, ces frais doivent répondre à certaines conditions.
• Location d'un véhicule:
La TVA sur la location d’un véhicule n’est pas récupérable s’il s’agit d’une voiture de
tourisme. Elle l’est en revanche pour un véhicule utilitaire.
• Frais de transport:
Quel que soit le moyen utilisé (métro, taxi, train, avion, bateau, etc.), la TVA sur les frais de
transports de personnes n’est jamais récupérable (art. 206-IV-2-5e de l’annexe II du CGI).
• Indemnités kilométriques:
Aucune TVA ne peut être récupérée au titre des indemnités kilométriques.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


• Carburants:
Essence : pour les voitures qui sont elles-mêmes exclues du droit à déduction (voitures de tourisme), la
TVA sur l'essence consommée au cours de déplacements professionnels en 2017 est récupérable à
hauteur de 10 % de son montant. Jusqu’en 2017 elle n‘était pas récupérable lorsqu'elle était consommée
par un véhicule ouvrant droit à déduction (véhicule utilitaire notamment).
GPL, GNV et électricité : la TVA est récupérable à 100 % quel que soit le type de véhicule (tourisme ou
utilitaire).
Gazole ou Super éthanol E85 : la TVA est récupérable à hauteur de 80 % de son montant si le véhicule est
une voiture de tourisme, ou à 100 % s’il s’agit d’un véhicule utilitaire.
Lorsqu’elle est déductible, la TVA sur les carburants ne peut être récupérée que si elle apparaît
distinctement sur une facture mentionnant le nom et l’adresse de l’entreprise. Ressortir soi-même le
montant de la TVA sur de simples notes de pompistes ou tickets de pompes automatiques n’est pas
suffisant pour autoriser sa déduction.

Par ailleurs, la TVA relative au carburant consommé au titre de déplacements privés ou du trajet
domicile-lieu de travail n’est pas récupérable. Il n’en reste pas moins admis dans ce cas que la TVA
figurant sur la facture de carburant soit déduite en totalité, mais à condition que, parallèlement, l’
entreprise soumette à la TVA, au titre des “livraisons à soi-même”, et au fur et à mesure de sa
consommation, la part de ce carburant consommé à titre privé (DBDGI 3 L 1433-39).
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
En résumé:

Carburants Véhicule de tourisme Utilitaire


Gazole et super éthanol E85 80 % 100 %
GPL et GNV 100 % 100 %
électricité 100 % 100 %

Essence
Jusqu’en 2016 0% 0%
2017 10 % 0%
2018 20 % 20 %
2019 40 % 40 %
2020 60 % 60 %
2021 80 % 80 %
A compter de 2022 80 % 100 %

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


• Péages d'autoroutes:
La TVA sur les péages d’autoroutes est déductible à 100 % quel que soit le type de véhicule
utilisé, y compris s’il s’agit d’un véhicule de location ou du véhicule personnel du dirigeant.
Il est admis dans ce cas que le reçu délivré au péage fasse office de facture, mais à
condition que soient mentionnés, par vous-même et au dos de celui-ci, l’identification
complète de votre société, le numéro d’immatriculation du véhicule, le nom de son
utilisateur, et l’objet du déplacement effectué (BOI-TVA-DECLA-30-20-20-20-20131018, §
100).
• Tickets de parking:
Il est admis que les dispositions relatives aux péages autoroutiers s’appliquent dans les
mêmes conditions aux notes délivrées par les automates qui ne permettent pas au
fournisseur d’indiquer les éléments d’identification du client. Le ticket délivré fait donc
office de facture, mais à condition que soient mentionnés, par vous-même et au dos de
celui-ci, l’identification complète de votre société, le numéro d’immatriculation du
véhicule, le nom de son utilisateur, et l’objet du déplacement effectué (BOI-TVA-DECLA-30-
20-20-20-20131018, § 120).

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


• Notes d'hôtels:

Y compris lorsqu’elles sont occasionnées par un déplacement professionnel, les dépenses


d’hébergement exposées par le dirigeant ou un membre du personnel d’une entreprise
n’ouvrent pas droit à déduction de la TVA (art. 236 de l’annexe II au CGI).
En revanche, cette taxe est déductible lorsque ces dépenses ont été supportées au profit
de tiers (et qu’elles étaient nécessaires à l’exploitation). Mais dans ce cas, l’identité et la
qualité des bénéficiaires doivent être mentionnées sur la facture de l’hôtelier
Par ailleurs, dans l’hypothèse d’une facture qui comporterait à la fois des dépenses ouvrant
droit à déduction (chambres au profit de tiers) et d’autres exclues du droit à déduction
(chambres au profit du dirigeant et/ou de membres du personnel de l’entreprise), il est
admis que le montant de la taxe déductible soit déterminé en proportion du nombre de
tiers par rapport à l’ensemble des personnes auxquelles se rapporte la facture (BOI 3 D-3-
02 du 15-7-2002).

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


• Dépenses de restaurants:

La TVA sur les dépenses de restaurant est déductible en totalité, sans qu’il soit tenu
compte de la qualité du bénéficiaire, ni de l’appartenance ou non de celui-ci à l’entreprise
(Instr. 3 D-3-02). Toutefois, ceci n’est vrai que dans la mesure où les dépenses
correspondantes sont engagées dans l’intérêt de l’entreprise (ce qui exclut les repas
personnels pris sur le lieu de travail ou à proximité).
Par ailleurs, cette taxe n’est déductible que dans la mesure où elle est ressortie sur une
facture établie par le restaurateur.
Toutefois, pour les factures dont le montant hors taxes est inférieur à 150 €, il est admis
que le nom et l'adresse du client n’y soient plus mentionnées par le restaurateur, mais par
le client lui-même, dans un espace réservé à cet effet sur ladite facture (BOI-TVA-DECLA-
30-20-20-20-20131018, § 150).

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Restriction du droit à déduction:
Principe général:
Depuis le 1er janvier 2008, le droit à déduction se centre sur les opérations économiques,
et est désormais relatif à chaque bien ou service, auquel est affecté un « coefficient de
déduction », calculé en fonction :
• de son degré d’utilisation pour des opérations ouvrant droit à déduction
• de restrictions éventuelles prévues par la loi ou le règlement.
Ainsi la TVA portant sur un bien ou service utilisé à la fois pour des opérations imposées et
des opérations non imposées à la TVA, n’est déductible qu’en proportion d’un ‘coefficient
de déduction’, composé de 3 éléments:
 Le coefficient d’assujettissement,
 Le coefficient de taxation,
 Le coefficient d’admission.

Coefficient de déduction = Coeff. d’assujettissement x Coeff. de taxation x Coeff. d’admission


Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
 Le coefficient d’assujettissement

Correspond pour chaque bien ou service, à la proportion d’utilisation à des opérations situées dans
le champs d’application de la TVA (opérations imposables), donc selon la nature de l’activité.
Un assujetti doit, dès l’acquisition (ou importation ou première utilisation) d’un bien ou service,
déterminer, sous sa propre responsabilité, la valeur du coefficient d’assujettissement : celui-ci
correspond à la proportion d’utilisation du bien ou service à des opérations imposables.
Il est possible de calculer un coefficient d’assujettissement unique par année civile, et pour
l’ensemble des biens et services utilisés à la fois pour des opérations imposables et pour des
opérations non-imposables : aucune formalité préalable n’est nécessaire, il faut cependant être en
mesure de justifier ce calcul.

A noter : si le bien ou service est utilisé exclusivement:


• pour des opérations placées hors du champ d’application de la TVA (opérations non imposables):
coeff. d’assujet. = 0
• pour des opérations placées dans le champ d’application de la TVA (opérations imposables): le
coeff. d’assujet. = 1

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Valeurs du coefficient d’assujettissement :

Biens / services Utilisé à 100 % sur Utilisé pour Utilisé à 100% pour
opérations opérations opérations non
imposables imposables ET imposables
opérations non
imposables
Utilisés à 100%
pour opérations
Coeff 1 0 < coeff < 1 Coeff 0
ouvrant droit à
déduction
Utilisé pour
opération ouvrant
droit à déduction
Coeff 1 0 < coeff < 1 Coeff 0
ET opération
n’ouvrant pas droit
à déduction
Utilisés à 100%
pour opérations
Coeff 1 0 < coeff < 1 Coeff 0
n’ouvrant pas droit
à déduction
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
Exemple:

Une entreprise achète un ordinateur pour 2000 € HT, soit une TVA de 400 €.
Ce matériel est destiné à être utilisé à 40% pour l’exécution d’opération assujetties à la
TVA: En conséquence le coefficient d’assujettissement est de 0,4.
Son activité serait en totalité soumise à TVA, le coefficient serait de 1.
En revanche, son activité serait en totalité hors champs de TVA, le coefficient serait de 0.

Par conséquent, les entreprises ont l'obligation de déterminer leur coefficient de déduction
à la TVA pour connaître, pour chaque achat qu'elles réalisent, le montant de la TVA qu'elles
peuvent déduire

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


 Coefficient de taxation:

Correspond à la proportion d’utilisation du bien ou service à des opérations ouvrant droit à


déduction de la TVA (opérations imposées, exportations et assimilés)
Au sein des opérations imposables, seule peut être déduite la taxe grevant des biens ou services
utilisés à des opérations ouvrant droit à déduction.
Ex : la formation professionnelle continue, exonérée de TVA, n’ouvre pas droit à déduction.
Un coefficient de taxation doit être calculé pour chacun des biens ou services acquis : il est
possible de calculer, de façon forfaitaire, un coefficient de taxation unique par année civile.
Aucune formalité préalable n’est nécessaire
Si le bien ou service est utilisé :
• pour des opérations imposables ouvrant entièrement droit à déduction : coeff. de tax. = 1
• exclusivement pour des opérations n’ouvrant pas droit à déduction : coeff. de tax. = 0
Si le bien ou service est utilisé à la fois
• pour des opérations imposables ouvrant droit à déduction
• et pour des opérations imposables n’ouvrant pas droit à déduction alors le coeff. de taxation
doit être déterminé de façon forfaitaire (correspond
Cabinet NEXXT Françoisau traditionnel
Courthéoux 2019 « prorata de déduction » )
Valeur du coefficient de taxation:

Bien / service Utilisé à 100% pour opérations Utilisé pour opérations imposables
imposables ET non imposables
Utilisé à 100% pour opérations
Coeff 1 Coeff 1
ouvrant droit à déduction
Utilisé pour opérations ouvrant
droit ET opération n’ouvrant pas 0 < coeff < 1 0 < coeff < 1
droit à déduction
Utilisé à 100% pour opérations
Coeff 0 Coeff 0
n’ouvrant pas droit à déduction

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Exemple:

Une entreprise possède un bâtiment où elle exerce deux activités distinctes:


l'une de conseil aux entreprises (soumis à la TVA)
l'autre de formation professionnelle (exonérée à la TVA).
Pour les frais de son bâtiment il conviendra de calculer la proportion que représente
chacune des activités et appliquer cette proportion pour calculer le coefficient de taxation.
S'il travaille à 60 % pour la partie conseil et 40 % pour la partie formation son coefficient
sera de 0,6.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Le coefficient d’admission:

Contrairement aux deux autres coefficients, qui dépendent de l'activité et de l'utilisation


qu'il fait des biens et services qu'il achète, le coefficient d'admission dépend de la
réglementation en vigueur. Il donne pour une catégorie de biens ou services, l'existence
d'une exclusion du droit à déduction (totale ou partielle).
Le coefficient d’admission traduit l’existence de dispositifs particuliers qui excluent de la
déduction tout ou partie de la taxe afférente à certains biens ou services.
Si le bien ou service
• ne fait l’objet d’aucune mesure d’exclusion, coeff. d’admission = 1
• a fait l’objet d’une mesure d’exclusion, le coeff. d’admission est inférieur à 1. La valeur à
retenir au titre de l’année est celle constatée en début de période, quelles que soient les
évolutions de la réglementation intervenues au cours de l’année.
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
On peut citer par exemple : un coefficient égal à 0 pour les biens et services relatifs à la
fourniture du logement à titre gratuit ou des biens cédés gratuitement (cadeaux), véhicule
ou engins conçus pour transporter des personnes (sauf les véhicules neufs, donnés en
location et enseignement de la conduite...). Le coefficient est égal à 1 (100 %) pour le gaz
de pétrole (GPL), à 0,8 pour le Gazole et à 0 pour l'essence. Donc, par exemple les
véhicules roulants à l'essence sans plomb ne peuvent pas déduire leur carburant, par
contre ceux roulants au diésel le peuvent à hauteur de 80 %.

COEF. DEDUCTION = (COEF ASSUJET) x (COEF TAXATION) x (COEF ADMISSION)

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Exemple:

Une entreprise a une activité de conseils: elle entre dans le champ d'application de la TVA
donc son coefficient d'assujettissement = 1 .
Elle fait l’acquisition d'un photocopieur et elle achète du carburant gazole pour ses
déplacements. Pour l'achat du photocopieur, elle entre bien dans le champ d'application
de la TVA, c'est une opération imposée par nature et qui n'est pas exonérée par un texte
de loi, donc son coefficient de déduction sera de 1 * 1 * 1 = 1.
Cette entreprise achète du carburant pour ses déplacements, le coefficient
d'assujettissement sera égal à 1, le coefficient de taxation égal à 1, en revanche, le
coefficient d'admission sera égal à 0,8 (Art 206-IV-2-8 et 10 de l'annexe II du CGI ).
Cette entreprise aura un coefficient de déduction pour cette opération de 1 * 1 * 0,8 = 0,8.
Elle ne pourra déduire que 80 % de sa TVA sur les achats de gazole.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


En résumé
A quelles conditions la TVA est elle déductible?

 Pour être déductible, elle doit répondre à des conditions de fonds (5):

1- être assujetti,
2- la TVA porte sur un bien ou un service utilisé pour la réalisation d'opérations imposables à la TVA.
Ce lien est reconnu pour les frais généraux car ils constituent des dépenses entrant dans le prix des
produits et services de l'entreprise. A noter que certaines opérations, bien que non imposables à la
TVA, ouvrent cependant droit à déduction de la TVA : les livraisons intracommunautaires et les
exportations,
3- la TVA porte sur un bien ou un service nécessaire à l'exploitation et engagé dans l'intérêt de
l'exploitation,
4- la TVA porte sur un bien ou un service qui n'est pas utilisé pour plus de 90% à des fins étrangères
à celles de l'entreprise, par exemple pour les besoins personnels d'un dirigeant,
5- la TVA porte sur un bien ou un service dont la déduction n'est pas interdite par une disposition
légale.
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
Et à des conditions de forme:

1- elle doit apparaître sur un document justificatif. Il peut s'agir, pour l'achat d'un bien ou
d'une prestation de services, d'une facture comportant les mentions obligatoires ; d'un
document douanier s'il s'agit d'une importation, d'un acte notarié pour une vente
d'immeuble, ou d'une déclaration d'entreprise en cas de livraison à soi-même,
2- la facture ou le document en tenant lieu doit être un original et comporter les mentions
prévues par les dispositions des articles 289, II du CGI et 242 nonies de l'annexe II au CGI.

Dans quels cas la déduction de TVA n'est-elle que partielle ?


Depuis le 1er janvier 2008, la TVA acquittée sur le prix d'acquisition d'un bien ou d'un
service est déductible à proportion de son coefficient de déduction qui tient compte à la
fois de son degré d'utilisation pour des opérations ouvrant droit à déduction et des
restrictions éventuelles du droit à déduction le concernant.
Ce coefficient est le produit de trois coefficients : d'assujettissement, de taxation et
d'admission.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Dans quels cas la déduction de TVA est-elle interdite ?

Certains produits ou services n'ouvrent pas droit à déduction de la TVA. C'est notamment
le cas :
1- des biens cédés à titre gratuit ou pour une valeur inférieure à leur prix normal,
2- des services liés aux biens exclus du droit à déduction,
3- des biens ou services utilisés à plus de 90% à des fins étrangères à celles de l'entreprise,
4- les dépenses de logement, occasionnelles ou permanentes, au profit des dirigeants ou
des salariés de l'entreprise, sauf dans certains cas précis (hôteliers, gardiennage, logement
sur des chantiers...),
5- les véhicules de transport de personnes, à l'exception des auto-écoles ou des entreprises
de transport de voyageurs.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


La dépense est affectée: assujettissement Taxation Admission déduction
Entièrement à des opérations imposables: 1
- Entièrement à des ope imposées 1 1 Co adm 1 x 1 x coadm
- Entièrement à des ope exonérées 1 0 Co adm 0
- A la fois imposées et exonérées 1 Co tax Co adm 1 x cotax x coadm

Entièrement à des ope non imposables 0 0


A des ope imposables ET non imposables Co ass
et:
- Pas d’affectation à des ope exonérées Co ass 1 Co adm Coass x 1 x coadm
- Affectation partielle à ope exonérées Co ass Co tax Co adm Coass x cotax x
coadm

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Exemples:

Un entrepreneur individuel achète un immeuble de 500 m2 dont il affecte 300 m2 à son


activité et 200 m2 à des fins personnelles, le coefficient d’assujettissement sera de
300/500 = 0,6.

Une entreprise réalise 500 000 € de chiffre d’affaires. Parmi ce chiffre d’affaires, 400 000
correspondent à de la location nue (exonérée) et 100 000 à de la location commerciale
(imposable). Le coefficient de taxation sera égal à 100 000/500 000 = 0,2.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


L’entreprise A acquiert pour un million d'euros HT un immeuble neuf de 245 mètres carrés, qu‘elle
entend affecter en partie à son activité. Le dirigeant décide de conserver dans son patrimoine privé
la partie de l'immeuble qu'il réserve à son usage privatif (logement à usage d'habitation), d'une
surface de 85 mètres carrés. Le coefficient d'assujettissement de l'immeuble, déterminé l'année de
son acquisition, est égal à 245-85/245, soit 0,65306.... arrondi à 0,66.
Cet entrepreneur exerce trois activités distinctes au regard des règles applicables en matière de TVA
Une activité de conseil soumise à la taxe de plein droit (CA: 100); une activité de formation
professionnelle exonérée (CA: 50); enfin la location d’une partie de ses locaux nus à usage
professionnel, en optant pour la taxation de ses loyers (CA: 150). Il a constitué trois secteurs
distincts au sens de l'article 209 de l'annexe II au CGI, pour chacune de ses activités.
Le coefficient de taxation de l'immeuble, utilisé pour les trois secteurs distincts d'activité, est égal à
100+150/100+50+150, soit 0,8333... arrondi à 0,84. (activités soumises à TVA / total)
L‘entreprise fait appel à un prestataire afin de l'aider dans son activité de formation professionnelle
et de location. Le coefficient de taxation retenu pour cette dépense d'un montant de 4000 euros HT
est égal à 150/150+50, soit 0,75. (activités soumises à TVA / ensemble des activités concernées)
L‘entreprise a acquis une voiture d'une valeur de 15000 euros HT utilisée pour les activités de
formation et de conseil. Le coefficient de taxation retenu pour cette dépense est égal à 100/100+50,
soit 0,6666.... arrondi à 0,67. (activités soumises à TVA / ensemble des activités concernées)
Elle achète également sur l'année pour 1000 euros HT de gazole, dont le coefficient de taxation est
également de 0,67.
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
L'entreprise A constatera, pour son immeuble et pour la prestation d'aide, des coefficients
d'admission égaux à 1, ces dépenses n'étant pas exclues du droit à déduction, pour son véhicule, un
coefficient d'exclusion égal à 0 en vertu du 6° du 2 du IV de l'article 206 de l'annexe II au CGI, et
pour le gazole, un coefficient d'exclusion égal à 0,8, en vertu du 4 du IV de l'article 206 de l'annexe II
au CGI.
L'entrepreneur A arrête définitivement chacun des coefficients avant le 25 avril de l'année suivante.
- pour son immeuble, un coefficient de déduction égal à 0,66 X 0,84 X 1, soit 0,5544 arrondi à 0,56 ;
- pour son prestataire, un coefficient de déduction égal à 1 X 0,75 X 1, soit 0,75 ;
- pour sa voiture, un coefficient de déduction égal à 1 X 0,67 X 0, soit 0 ;
- pour le gazole, un coefficient de déduction égal à 1 X 0,67 X 0,8, soit 0,536 arrondi à 0,54.
Il déduira donc en définitive :
- sur son immeuble, 0,56 X 1000000 X 0,20, soit 112000 € ;
- sur son prestataire, 0,75 X 4000 X 0,20, soit 600 € ;
- sur sa voiture, 0 X 15000 X 0,20, soit 0 € ;
- sur le gazole, 0,54 X 1000 X 0,20, soit 108,00 €.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


L'entreprise B, qui réalise uniquement des opérations imposables, a deux activités :
Une activité de formation professionnelle continue exonérée de TVA,
Une activité de ventes de publications assujettie à la TVA. Le coefficient d'assujettissement
est donc égal à 1. En outre, le coefficient de taxation des biens et services qui ne peuvent
être affectés à l'une ou l'autre de ces activités s'avère être égal à 0,45. L'entreprise
supporte une dépense de gazole de cent euros destinée aux véhicules de tourisme de
l'entreprise. Le coefficient de déduction de cette dépense est égal à 1 X 0,45 X 0,8, soit
0,36 et l'entreprise pourra déduire un montant de TVA égal à 0,36 X 100 X 0,20, soit 7,2
euros. Cette entreprise acquiert également une photocopieuse qu'elle utilise pour les seuls
besoins de son activité de publication et du mobilier de bureau qu'elle utilise pour les seuls
besoins de son activité de formation. Ces dépenses d’immobilisation ont respectivement
été grevées d’une TVA de 200 € et 150 €. Le coefficient de déduction de la photocopieuse
est égal à 1 X 1 X 1=1, l’entreprise pourra donc déduire l’intégralité de la TVA d’amont. En
revanche, le coefficient de déduction du mobilier de bureau est égal à 1 X 0 X 1=0,
l’entreprise ne pourra pas déduire la TVA qu’elle a supportée sur cette dépense.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


La société C acquiert le 1er mars de l’année N un ordinateur pour un prix hors taxe de 4000
euros, soit une TVA correspondante de 800 euros. L’ordinateur est utilisé à la fois à des
opérations ouvrant droit à déduction et à des opérations exonérées n’ouvrant pas droit à
déduction.
Le coefficient d’assujettissement attaché à cette dépense est égal à l’unité.
Le coefficient de taxation attaché aux dépenses mixtes supportées par l’entreprise est, à
titre temporaire au vu du chiffre d’affaires de l’année précédente, de 0,45.
Enfin, cette dépense n’étant pas visée par une exclusion du droit à déduction, son
coefficient d’exclusion égal à l’unité.
Le coefficient de déduction provisoire attaché à cette dépense au moment de son
acquisition en N est égal à 1 X 0,45 X 1, soit 0,45. L’entreprise a ainsi pu déduire
provisoirement 800 X 0,45, soit 360,00 euros.
Au plus tard, le 25 avril de l’année N+1, l’entreprise arrête définitivement ses divers
coefficients. Le coefficient d’assujettissement de cette dépense reste égal à 1, tandis que
son coefficient de taxation s’avère finalement égal à 0,5. La société C peut donc déduire, en
complément à la déduction opérée lors de l’acquisition du bien, un montant égal à 800 X
0,5 – 360,00 soit 40 euros.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Régularisation du droit à déduction de TVA:

Une régularisation doit être effectuée chaque année pour les immobilisations dont les
conditions d’affectation ont variées dans une proportion significative (> 10%)

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Déclaration et paiement de la TVA:

Depuis le 1er octobre 2012, toutes les entreprises doivent, quel que soit leur chiffre d'affaires, télé
déclarer et télé régler leur TVA (ainsi que l'impôt sur les sociétés et la taxe sur les salaires).
Ces démarches peuvent être effectuées doit directement sur le site Internet www.impots.gouv.fr,
soit par l'intermédiaire d'un prestataire (expert-comptable par exemple).
En ce qui concerne les contribuables soumis au régime du réel normal, Ils déposent mensuellement
leur déclaration de TVA (formulaire CA3) et acquittent en même temps la taxe exigible.
Lorsque celle-ci est inférieure à 4 000 euros par an, ils peuvent opter pour des déclarations
trimestrielles.
En ce qui concerne les entreprises soumises au régime du réel simplifié, elles effectuent une seule
déclaration annuelle (imprimé 3517-S) avant le 2ème jour ouvré suivant le 1er mai ou, en cas
d'exercice comptable décalé par rapport à l'année civile, dans les 3 mois de la clôture de l'exercice.
Cette déclaration permet de déterminer la taxe due au titre de la période et le montant des
acomptes pour la période suivante.
Elles versent ensuite des acomptes semestriels en juillet et décembre qui sont calculés sur la base
de la TVA payée l'année précédente (avant déduction de la TVA afférente aux biens constituant des
immobilisations).

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Cas particuliers:
Les entreprises placées sous le régime simplifié dont le montant de TVA exigible l'année
précédente avant déduction de la TVA sur les immobilisations, est inférieur à 1 000 €
sont dispensées du paiement des acomptes. Le montant total de l'impôt exigible est
acquitté lors du dépôt de la déclaration annuelle.
Les entreprises soumises au régime du réel simplifié de plein droit (c'est-à-dire, qui n'ont
pas opté pour ce régime) peuvent, sur option, renoncer à ces formalités simplifiées et
fonctionner comme les entreprises soumises au réel normal au niveau de la TVA en
établissant des déclarations mensuelles ou trimestrielles sur option.
Les entreprises soumises au régime du réel simplifié sur option, peuvent bénéficier de la
franchise en base de TVA si leur chiffre d'affaires n'excède pas les limites d'application du
régime de la micro-entreprise.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Quid du crédit de TVA ?:
La différence entre la TVA collectée et la TVA déductible peut amener l'entreprise à bénéficier d'un
remboursement de crédit de TVA. Cette situation est fréquente en début d'activité lorsque les
investissements sont importants et que le montant des ventes est encore faible.
• 1- Sociétés relevant du régime du réel normal
Les sociétés qui relèvent du régime du réel normal peuvent demander le remboursement de leur
crédit de TVA annuellement, trimestriellement, ou mensuellement.
• Remboursement annuel
Le montant du crédit susceptible d’être remboursé annuellement est celui dont la société dispose
au terme de l’année civile, c’est-à-dire au 31 décembre. Dans ce cas, la demande de
remboursement, matérialisée par le formulaire fiscal n° 3519, doit porter sur un montant au moins
égal à 150 euros et doit être déposée dans le courant du mois de janvier, en même temps que la
déclaration de TVA de décembre ou du quatrième trimestre.
• Remboursement trimestriel ou mensuel
Les crédits de TVA peuvent également faire l’objet de remboursement trimestriels ou mensuels
(selon que l’entreprise déclare sa TVA trimestriellement ou mensuellement). Mais dans un cas
comme dans l’autre, la demande de remboursement n’est acceptée que si elle porte sur un montant
minimum de 760 euros

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


• 2- Sociétés relevant du régime du réel simplifié
Ces sociétés n’ont le choix qu’entre des remboursements annuels ou trimestriels. Mais
pour ce qui concerne les remboursements trimestriels, ceux-ci ne peuvent concerner que
la TVA sur les immobilisations acquises au cours du trimestre, et à condition que son
montant soit au moins égal à 760 euros.

Quant aux remboursements annuels, ils peuvent être demandés directement sur la
déclaration récapitulative CA12 que les sociétés au réel simplifié doivent produire chaque
année, mais ils doivent porter sur un montant minimum de 150 euros.

Nota : une société au “réel simplifié” qui souhaite bénéficier de remboursements mensuels
n’a pas d’autre choix que d’opter pour le régime du “réel normal”. Cette option peut être
formulée, par lettre recommandée, au plus tard le 5 du mois au cours duquel doit être
déposée la première déclaration de TVA, et elle sera valable pour deux ans.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Cas particulier d'une nouvelle société ou d'une première demande

Une nouvelle société peut demander le remboursement de son crédit de TVA (selon les
mêmes règles que ci-dessus) dès qu’elle a manifesté, par sa déclaration d’existence à
l’Administration et par des acquisitions, son intention d’effectuer des opérations
imposables (même si de telles opérations n’ont pas encore été réalisées à la date de la
demande).
Mais dans ce cas toutefois, le service des impôts peut exiger un cautionnement. En outre,
si des circonstances de fait (délais de construction des installations de vente, délais de
fabrication ou de constitution des stocks) donnent de sérieux doutes quant aux possibilités
d’une réalisation effective d’opérations imposables dans un délai normal, l’Administration
peut refuser le remboursement.
Enfin, lorsqu'il s'agit d'une première demande de remboursement, celle-ci doit contenir un
relevé des factures d’achats et de services comportant, dans une première colonne, les
noms et adresses des fournisseurs ou prestataires de services, dans une deuxième
colonne, les date et montant de chaque facture, et enfin dans une troisième colonne
(laquelle devra être totalisée), le montant de la TVA déductible sur chaque facture.
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
Franchise de TVA :
Les entreprises dont le chiffre d'affaires (HT) n'excède pas :
- 82 200 euros pour les activités de vente de marchandises, de vente à consommer sur
place ou les prestations d'hébergement (hôtels, chambres d'hôtes, gîtes ruraux, meublés
de tourisme),
- 32 900 euros pour les autres prestations de services,
bénéficient du régime de franchise en base de TVA : elles ne facturent pas de TVA à leurs
clients, mais en contrepartie, elles ne la récupèrent pas sur leurs achats.
Ce régime est de droit pour les entreprises nouvelles, qui peuvent cependant opter pour
l'application de la TVA, de manière à se préserver leurs droits à déduction.
A noter que l'option pour le paiement de la TVA exclu automatiquement l'entreprise du
régime fiscal de la micro-entreprise l'année suivant celle de l'assujettissement à la TVA.
Ainsi en cas d'option pour la TVA au titre de 2017, le contribuable sera soumis à un régime
réel d'imposition des bénéfices en 2018.
Par ailleurs, en cas d'option au titre de 2017, pour le paiement de la TVA (valable 2 ans) et
pour le régime réel simplifié d'imposition (valable un an), le contribuable restera soumis au
régime réel simplifié au titre de 2018
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
TVA sur opérations import export
Les acquisitions et livraisons de biens effectuées entre des entreprises de pays différents obéissent à des
règles particulières en matière de TVA. Il convient de différencier :
- les achats et ventes de biens réalisés avec un pays de l'Union Européenne : on parle "d'acquisitions et de
livraisons intracommunautaires",
- et les achats et ventes de biens réalisés avec un pays tiers : on parle alors « d'importations et
d'exportations de biens ».
Numéro de TVA intracommunautaire : numéro délivré par le service des impôts des entreprises :
- aux entreprises redevables de la TVA,
- aux assujettis non redevables ayant dépassé un seuil de 10 000 euros d'acquisitions intracommunautaires
au cours de l'année ou qui ont opté pour le paiement de la TVA,
- aux entreprises qui acquièrent ou réalisent des prestations de services auprès ou pour des entreprises
situées dans d'autres Etats membres.

Ce numéro est un identifiant à 13 caractères visant à garantir la sûreté des échanges entre assujettis au
sein de l'Union Européenne. Ce numéro doit figurer sur les factures relatives aux échanges
intracommunautaires.

Numéro d'immatriculation EORI : numéro délivré par le bureau de douane territorialement compétent
afin de se faire enregistrer dans la base communautaire des opérateurs économiques EORI (Economic
Operators Registration
and Identification).
Ce numéro est valable dans toute l'Union Européenne et doit être utilisé comme identifiant dans
toutes relations avec les autorités douanières
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
TVA sur opérations intracommunautaire
Une acquisition intracommunautaire est un achat de marchandise effectué par une entreprise
assujettie établie en France auprès d'une entreprise assujettie établie dans un autre Etat membre de
l'Union européenne.
La TVA française est exigible dès que le lieu de livraison du bien est réputé se situer en France et doit
être acquittée par l'acquéreur du bien. La taxe est exigible le 15 du mois suivant la date de cette
livraison.
La base d'imposition à la TVA est constituée par tous les éléments qui entrent en ligne de compte dans
la détermination du montant de la transaction : prix, services rendus ou à recevoir en contrepartie de la
livraison, subventions directement liées au prix, etc.
Concrètement, lorsqu'un acquéreur français reçoit la facture d'un vendeur établi dans un autre État
membre de l'Union européenne, cette dernière ne contient pas de TVA.
C'est donc l'acquéreur français qui doit payer la TVA française sur le prix de la transaction.
Cependant, cette taxe acquittée par le redevable lors de l'acquisition intracommunautaire est
déductible, sous réserve que les règles de facturation aient été respectées (notamment la mention du
prix hors taxe et des numéros d'identification à la TVA du fournisseur et de l'acquéreur).
Il doit, à ce titre, procéder à l'auto liquidation de la taxe en mentionnant la TVA collectée et la TVA
déductible sur sa déclaration.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Formalisme administratif:

Une DEB (Déclaration d’échanges de Biens) doit être renseignée. Elle permet à toute entreprise qui
réalise en France des opérations intracommunautaires (acquisition ou livraison) de déclarer les
échanges de biens entre Etats membre de l'Union européenne.
Il s'agit d'une déclaration mensuelle qui doit être établie dans les dix jours ouvrables qui suivent le
mois au cours duquel la TVA est devenue exigible au titre des livraisons et acquisitions
intracommunautaires de biens. Elle doit être remise au service des douanes. Elle est produite sur
support papier (formulaire Cerfa) ou par voie électronique.
A l'introduction (acquisitions), une DEB doit être déposée si l'entreprise française se trouve dans
l'un des deux cas suivants :
 elle a réalisé au cours de l'année civile précédente des acquisitions d'un montant supérieur ou
égal à 460 000 euros (DEB exigible dès le premier mois de l'année civile en cours) ;
 elle a réalisé au cours de l'année civile précédente des acquisitions d'un montant inférieur à 460
000 euros, mais elle franchit ce seuil en cours d'année (DEB exigible dès le mois de
franchissement).

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Si le bien est livré en France, l'entreprise française acquitte la TVA en France en appliquant les taux français.
A noter : Le fait générateur de la taxe est le moment où la livraison est effectuée.

Obligations de l'entreprise française :


Acquisitions (importations) intracommunautaires
Paiement de la TVA : le 15 du mois suivant celui au cours duquel la livraison a eu lieu, ou dans certains cas, le 15 du mois suivant celui au cours
de biens
duquel la facture a été délivrée (si elle l'a été avant la livraison).
Formulaire à utiliser : formulaire "normal" CA3 ou CA12, suivant le régime de l'entreprise.
Déclaration d'échanges de biens (DEB) : déclaration mensuelle à faire dans les 10 jours ouvrables qui suivent le mois au cours duquel la TVA est
devenue exigible.
Les importations sont assujetties à la TVA par le service des douanes. La TVA est acquittée par le destinataire réel des biens qui figure sur la
Importations de biens
déclaration d'importation. Son taux est celui qui est applicable à l'intérieur.
en provenance d'un pays tiers
Certaines importations peuvent être exonérées de TVA (article 291 du CGI)
Le bien est livré de France à un pays membre de l'UE.

Le bien est exonéré de la TVA française si les 4 conditions suivantes sont respectées :
la livraison est faite à titre onéreux
l'entreprise française est assujettie à la TVA
l'acquéreur est assujetti à la TVA de son pays et ne bénéficie pas du régime dérogatoire (PRBD)
le bien est expédié ou transporté hors de France
C'est l'acheteur qui verse et déduit la TVA dans son pays.
(Article 262 ter du CGI)
Livraisons (exportations) intracommunautaires de biens
Obligations de l'entreprise française :
- La facture doit indiquer les numéros d'identification à la TVA du vendeur et de l'acquéreur, ainsi que la mention "Exonération TVA, article 262 ter I
du code général des impôts".
- Elle doit mentionner l'opération sur sa déclaration de TVA dans la rubrique "opérations exonérées".
- Elle doit effectuer une déclaration d'échanges de biens (DEB) dans les 10 jours ouvrables qui suivent le mois au cours duquel la TVA est devenue
exigible, auprès du centre interrégional de saisie des données (CISD) dont elle dépend, et ce quel que soit le montant des livraisons
intracommunautaires.

A noter : Si l'acheteur ne communique pas de numéro d'identification (B to C), la TVA est facturée et reversée en France par l'entreprise française.

Les exportations par le vendeur français sont exonérées de TVA si elles remplissent certaines conditions différentes selon que l'exportation est
réalisée par le vendeur ou par l'acheteur non établi en France.
inscription des envois dans les livres comptables,
Exportations de biens production d'une déclaration d'exportation visée par le bureau des douanes : le document administratif unique(DAU).
à destination d'un pays tiers A noter : Pour les marchandises d'une valeur inférieure à 1 000 € et d'un poids net inférieur à 1 000 kg, le DAU peut être remplacé par une simple
facture commerciale, dont l'exportateur doit conserver le deuxième exemplaire visé par le service des douanes.

Cabinet NEXXT
Ces règles sont assouplies François
si l'expédition Courthéoux
est effectuée 2019 postes ou colis postaux d'une valeur inférieure à 8 000 euros.
par paquets
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
TAXE SUR LES SALAIRES

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Entreprises concernées
La taxe sur les salaires est en principe due par toutes les personnes physiques ou morales
employeurs dès lors qu'elles ne sont pas assujetties à la TVA ou qu'elles ne sont pas assujetties sur
90 % au moins de leur chiffre d'affaires.
Sont notamment exonérés de cette taxe :
- certains professionnels agricoles,
- les collectivités publiques,
- les établissements d'enseignement supérieur,
- les centres techniques industriels,
- les employeurs dont le chiffre d'affaires de l'année précédente n'excède pas les limites de la
franchise en base de TVA ( micro-entrepreneurs).

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Assiette de la taxe sur les salaires
La base de calcul de la taxe sur les salaires est constituée du montant brut des
rémunérations payées, y compris des avantages en nature.
Sont désormais inclus dans l'assiette de calcul :

- les sommes allouées par les employeurs au titre de l'intéressement, de la participation, et


de l'abondement à un PEE,

- les contributions des employeurs au financement de certaines prestations


complémentaires de retraite.
Toutefois, certaines rémunérations ne sont pas à intégrer dans la base de calcul de cette
taxe, il s'agit principalement :

- des salaires versés aux enseignants des centres de CFA (centres de formations pour
apprentis);
- des salaires versés par les organismes sans but lucratif aux salariés recrutés à l'occasion
des manifestations de bienfaisance et de soutien exonérées de TVA.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Taux de la taxe sur les salaires

Il existe un taux normal et des taux majorés, sur la base d’ barème progressif.
Pour les salaires versés en 2017 :
 Taux normal : 4,25 % sur la totalité des salaires versés.
Majoré de :
- 4,25 % (soit un taux global de 8,5 %) sur la fraction des rémunérations individuelles
annuelles comprises entre 7 721 euros et 15 417 euros,
- 9,35 % (soit un taux global de 13,60 %) sur la fraction de ces rémunérations excédant 15
417 euros à 152 279 euros.
- 15,75 % (soit un taux global de 20 %) sur la fraction de rémunération individuelle annuelle
supérieure à 152 279 euros.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Déclaration et paiement
La périodicité des déclarations et des paiements varie selon le montant de la taxe annuelle versée
l'année précédente :
Si elle est inférieur à 4 000 euros : l'employeur ne dépose qu'une seule déclaration (formulaire n°
2502) au plus tard le 15 janvier pour les salaires versés au titre de l'année précédente,
accompagnée du paiement de la taxe.

Si elle est comprise entre 4 000 et 10 000 euros : l'employeur adresse, dans les 15 premiers jours du
trimestre suivant celui du paiement des rémunérations, un relevé de versement provisionnel
(formulaire n° 2501) accompagné du paiement de la taxe. Par exception, la taxe due au titre du
dernier trimestre est versée avec le complément exigé lors de la régularisation suite au dépôt de la
déclaration annuelle (n° 2502).

Si elle est supérieure à 10 000 euros : l'employeur dépose, dans les 15 premiers jours du mois
suivant le versement des salaires, le relevé de versement provisionnel accompagné du paiement de
la taxe. La taxe due au titre du mois de décembre est payée avec le complément de régularisation
lors de la déclaration annuelle n° 2502.
Les déclarations et paiements de la taxe sur les salaires sont obligatoirement effectués par voie
électronique.

Les employeurs qui ne sont pas redevables de la taxe sur les salaires (franchise ou abattement) sont
dispensés du dépôt de la déclaration annuelle.
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
Allègements dans certains cas:

Les associations loi 1901 bénéficient d'un abattement sur la taxe due de 20 283 euros.

 La taxe n'est pas due si son montant annuel n'excède pas 1 200 euros.

 Si son montant est inférieur à 2 040 euros, la structure peut bénéficier d'une décote
égale aux 3/4 de la différence entre 2 040 euros et le montant de la taxe sur les salaires
normalement du.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


TAXE SUR LES VEHICULES

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Assujettissement:
La taxe est due par toutes les sociétés ayant leur siège social ou un établissement en France, quels
que soient leur forme juridique (SA, SAS, SNC...), leur objet social (vente de biens ou prestations de
services) ou leur régime fiscal (impôt sur le revenu ou impôt sur les sociétés).
Une société dissoute, qui subsiste comme personne morale pour les besoins de sa liquidation puis e
sa radiation, demeure soumise à la TVS, tant que cette liquidation n’est pas prononcée.
Même s'ils sont immatriculés au nom de personnes physiques, les véhicules possédés ou loués par
les salariés, les associés ou les dirigeants de la société pour leurs déplacements professionnels y
sont également soumis, dans la mesure où l'entreprise en supporte la charge de l'acquisition ou de
la location, pourvoit régulièrement à leur entretien, ou rembourse les frais kilométriques pour au
moins 15 000 kms durant la période d'imposition.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


L’entreprise est assujettie à la TVS à raison des véhicules :

• pris en location par la société pour une durée supérieure à un mois ou à trente jours
consécutifs ;
• mis à la disposition de la société ou d'un établissement par une autre entreprise ou par
le siège d'une société implantée à l'étranger. Les véhicules étrangers sont donc soumis à
la TVS en France à condition d'y être utilisés ;
• appartenant (en qualité de propriétaire ou de locataire) aux salariés de la société et pour
lesquels la société rembourse les frais kilométriques sur une base supérieure à 15 000
kilomètres parcourus à titre professionnel ;
• dont la carte grise porte la mention "VP" (voiture particulière), quel que soit l'âge.
• qui, bien qu'immatriculés dans la catégorie N1 (véhicules de transport de marchandises
d'un poids maximal de 3,5 tonnes qui peuvent transporter jusqu'à 6 personnes en plus
du conducteur), sont en fait destinés au transport de voyageurs et de leurs bagages. En
pratique, il s'agit de berlines haut de gamme et des 4x4.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Véhicules non taxables:

Echappent à la taxe, notamment, les véhicules :


• immatriculés dans la catégorie des " véhicules utilitaires " (CCTE (utilitaire < 3 t 5), CAM (utilitaire
> 3 t 5) ou SCREM) ou " véhicules de société " (VS) sur la carte grise. Les premiers sont conçus
pour le transport de marchandises (camions, camionnettes) et les seconds ne doivent pas
comporter de sièges à l'arrière, même relevables, ni de point d'encrage de fixation ;
• fonctionnant exclusivement ou non au moyen de l'énergie électrique, du gaz naturel véhicules
(GNV) ou du gaz de pétrole liquéfié (GPL), étant précisé que pour les véhicules qui fonctionnent
alternativement au moyen de supercarburant (sans plomb 98 et 95 notamment) et de GPL,
l'exonération est limitée à 50 % du montant de la taxe ;
• fonctionnant exclusivement ou non au superéthanol E 85 et mis en circulation pour la première
fois à compter du 1er janvier 2007. L'exonération porte sur une période de huit trimestres ;
• dont la durée de location n'excède pas un mois civil ou au plus trente jours consécutifs ;
• destinés exclusivement à la vente (concessionnaires par exemple) ou à la location ;
• destinés à l'exécution d'un service de transport à destination du public (taxis notamment).

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Calcul de la taxe
Le montant de la TVS 2017 est déterminé à partir de quatre barèmes :
• un barème établi en fonction du taux d’émission de CO2 du véhicule ;
• un second établi en fonction de sa puissance fiscale ;
• un autre pour déterminer la surtaxe due en fonction de l'âge et du type de motorisation du
véhicule (Diesel ou essence)
• un quatrième enfin, qui s’applique aux seuls véhicules personnels des salariés, gérants ou
associés.

Pour les véhicules de la société, le montant annuel de la taxe due est égal au montant de la TVS
proprement dite, déterminée à l'aide du barème CO2 ou du barème CV fiscaux, à laquelle s'ajoute la
surtaxe "polluants atmosphériques".
Pour les véhicules personnels des salariés, des Gérants ou des associés, la taxe totale est
déterminée comme pour les véhicules de la société, mais elle est amputée le cas échéant d'un
abattement, variable en fonction du nombre de kilomètres indemnisés, et d'un abattement général
de 15.000 €.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


1. Le critère de l'émission de dioxyde de carbone (CO2)

Le tarif calculé sur le taux d'émission de dioxyde de carbone par kilomètre parcouru s'applique aux véhicules
qui ont fait l'objet d'une réception communautaire, dont la première mise en circulation a eu lieu après le 31
mai 2004 et qui ont été acquis, loués ou utilisés après le 1er janvier 2006.

Pour ce type de véhicule, la taxe est directement fonction de son taux d’émission de CO2 au km. Le taux de
référence à retenir est celui qui est indiqué sur la carte grise. Il n’est pas tenu compte à cet égard d’éventuels
aménagements techniques du véhicule, destinés à réduire son taux d’émission de CO2 (sauf à faire modifier la
carte grise).
Pour les véhicules répondant à ces critères cumulatifs, il convient d'appliquer le barème suivant :

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Exemples:

a) Pour un véhicule dont le taux d'émission de Co2 est de 180g/km, le montant de la taxe annuelle
est de 18 € (tarif au gramme de la tranche correspondante) multiplié par 180 (nombre de gramme
de dioxyde de carbone émis par km), soit 3 240 €.

b) Une société a acquis le 2 janvier 2010 un véhicule neuf ayant fait l'objet d'une réception
communautaire dont le taux d'émission de dioxyde de carbone est de 275 grammes par kilomètre.
Considérant la date d'acquisition du véhicule (2 janvier) et la période d'imposition de la TVS (1er
octobre 2009 - 30 septembre 2010), le montant de la taxe s'élève à : 275 x 27 x 9 (mois)/12 =
5568,75 euros.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


2. Barème en fonction de la puissance fiscale
La puissance fiscale est retenue pour le calcul de la TVS des véhicules qui ne répondent pas aux
conditions pour bénéficier du critère du taux d'émission de CO2.
Il est à utiliser “par défaut”, c’est-à-dire qu’il s’applique à tous les véhicules qui ne répondent pas
cumulativement aux trois caractéristiques permettant de bénéficier du barème précédent,
notamment :
• les véhicules déjà possédés, loués ou utilisés avant le 1er janvier 2006 ;
• les véhicules possédés, loués ou utilisés à compter du 1er janvier 2006 mais dont la date de
première mise en circulation est antérieure au 1er juin 2004 ;
• les véhicules qui, quelle que soit leur date d’acquisition, n’ont pas fait l’objet d’une réception CE.
Le tarif de la taxe est fixé de la façon suivante :

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


 3 ème composante : Barème selon les émissions de polluants atmosphériques.
Depuis 2014, s'ajoute à la TVS proprement dite, déterminée à l'aide de l'un ou l'autre des deux
barème ci-dessus, une "surtaxe polluants atmosphériques" dont le montant annuel est déterminé
à l'aide du barème suivant :
Le montant de la taxe déterminé selon la première composante est majoré d'une composante air
destinée à prendre en compte les autres polluants atmosphériques émis par les véhicules.
Elle ne s'applique pas aux véhicules électriques.
Tarif annuel de la composante air :

Année de 1ère mise en circulation Essence et assimilé (1) Diesel et assimilé (2)
jusqu'au 31.12.1996 70 € 600 €
de 1997 à 2000 450 € 400 €
de 2001 à 2005 450 € 300 €
de 2006 à 2010 450 € 100 €
A compter de 2011 20 € 40 €

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


4- Cas spécifique concernant les véhicules personnels des salariés et dirigeants (nouveau
critère de taxation)
Dans beaucoup d'entreprises, le dirigeant ou le salarié est souvent amené à utiliser son véhicule
personnel pour effectuer ses déplacements professionnels. Dans cette hypothèse, l'entreprise
procède au remboursement des indemnités kilométriques.
Les véhicules possédés ou pris en location par les salariés sont soumis à la TVS lorsque la société
leur rembourse les frais kilométriques. La taxe est exigible dès lors que l'indemnité remboursée
couvre plus de 15 000 kilomètres parcourus à titre professionnel. Au-delà de ce plafond, le véhicule
du salarié est considéré comme un véhicule appartenant à la société et est, comme tel, soumis à la
taxe (article 1010-O A du CGI). La société est donc tenue d'acquitter une TVS, pour un véhicule dont
elle n'est ni propriétaire ni locataire.
Coefficient pondérateur
Le montant de la TVS à payer, obtenu sur la base de l'un des deux barèmes, est réduit dans un
premier temps par l'application d'un coefficient pondérateur. Ce dernier est exprimé en
pourcentage dont le taux varie en fonction du nombre de kilomètres remboursés par la société. Le
nombre de kilomètres s'apprécie du 1er octobre au 30 septembre de l'année suivante.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Nb de Km remboursés par la société Pourcentage de la TVS à acquitter

de 0 à 15 000 km 0%
de 15 001 à 25 000 km 25%
de 25 001 à 35 000 km 30%
de 35 001 à 45 000 km 75%
plus de 45 000 km 100%

Exemple: La société a procédé au remboursement des indemnités kilométriques à


hauteur de 21 000 km, le coefficient pondérateur est de 25 %. La société devra payer :
3 000 x 25 % = 750 €.

Enfin, dans un second temps, un abattement de 15 000 € est appliqué sur la taxe
restant due. Il s'applique, sur le montant de la taxe restant due pour l'ensemble des
véhicules donnant lieu à remboursement kilométrique.
Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019
Déclaration et paiement de la taxe

La période d'imposition de la TVS couvre la période du 1er octobre de chaque année au 30


septembre de l'année suivante. Le calcul et la liquidation de la taxe se font par trimestre.
Une déclaration n° 2855 doit être déposée en un seul exemplaire au service des impôts des
entreprises (SIE) du lieu du siège social de la société, au plus tard entre le 1er octobre et le 30
novembre de chaque année. La TVS est versée spontanément lors de la déclaration. Les entreprises
relevant de la direction des grandes entreprises (DGE) doivent souscrire leur déclaration auprès de
ce service.
Lorsque la TVS due après application de l'abattement général de 15 000 € est nulle, la société est
dispensée de déposer la déclaration n° 2855.
Cette taxe n'est pas déductible pour les sociétés soumises à l'impôt sur les sociétés (IS). Elle l'est en
revanche dans les sociétés soumises à l'impôt sur le revenu.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Nouvelles dispositions en matière de déduction de TVA sur les carburants
des VS
A partir de ce mois de janvier 2018, les règles de déduction de la TVA sur l'essence
consommée par les voitures de sociétés et les véhicules utilitaires sont modifiées.
On distingue à cet égard le cas de l'essence consommée par des véhicules qui ouvrent droit
à déduction de la TVA (véhicules utilitaires notamment) et par des véhicules qui n'ouvrent
pas droit à déduction (voitures particulières notamment).
Véhicules ouvrant droit à déduction de la TVA
Pour la première fois à partir de cette année, la TVA sur l'essence consommée par
les véhicules qui ouvrent droit à déduction de la TVA (véhicules utilitaires
notamment) est déductible à hauteur de 20 % de son montant.
Nota : ce taux sera porté à 40 % en 2019, 60 % en 2020, 80 % en 2021, et 100 % en
2022.
La TVA sur le gazole reste quant à elle déductible à 100 % comme auparavant.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019


Véhicules n'ouvrant pas droit à déduction de la TVA

Jusqu'au 31 décembre dernier, la TVA sur l'essence consommée par les véhicules
qui n'ouvrent pas droit à la déduction de la TVA, notamment les voitures
particulières, était déductible à hauteur de 10 % de son montant.
Pour les achats d'essence intervenus à partir du 1er janvier 2018, elle est désormais
déductible à hauteur de 20 %.
Nota : là encore, ce taux sera porté à 40 % en 2019, 60 % en 2020, 80 % en 2021.
En revanche, la TVA sur le gazole consommé par ce même type de véhicule reste,
sans changement, déductible à hauteur de 80 % de son montant.

Cabinet NEXXT François Courthéoux 2019