Vous êtes sur la page 1sur 3

Introduction :

La pétrochimie est la chimie des dérivés du pétrole principalement le naphta, il


est traité dans des vapocraqueurs a 800° en présence de vapeurs d’eau, il se
divise en hydrocarbures plus légers que l’on nomme les grands intermédiaires
qui sont soit oléfinique soit aromatique
Parmi les oléfines on a l’éthylène propylène et butène butadiène
Et les aromatique on a le benzène toluène et le xylène
Aujourd’hui on s’intéresse à la production des oléfines principalement du
butène et butadiène
Propriétés physico chimique :
Propriétés physique : les oléfines ont une Teb inferieure à celle des paraffines
Ils sont insolubles dans l’eau, mais soluble dans des solvants Hc, Etat gazeux
jusqu’à C5H10, liquide jusqu’à C18H36, au delà H18+ ils sont solides.
Propriétés chimique : les oléfines ont une grande réactivité grâce à la liaison pi
Cette liaison peut être "attaquée" par des électrophiles et donner lieu à des réactions
d'addition.
Par exemple ; oléfine+H2 paraffine

Oléfine+halogène  oléfine halogéné / Oléfine+oléfine  polymérisation

Importance des oléfines c4 dans la vie quotidienne :


Le mélange C4 est produit par craquage du naphta dans le vapocraquage. C’est
un mélange gazeux de diverses oléfines en C4, par exemple le butadiène et
l'isobutène et le butène.
Les oléfines C4 sont utilisées dans diverses industries:
Traitement du caoutchouc, les pneus, la résine, peinture au latex, et même
dans l’industrie alimentaire comme le chewing gum, et dans le cosmétique.
- Unité de vapocraquage
Le vapocraquage se compose de plusieurs zones :
Zone de pyrolyse de pyrolyse
Zone de trempe
Et une zone de compression et d’extraction
Variables opératoires du procédé:
-la température : La température choisie est 800°c elle est choisie de telle
façon à maximiser la production des oléfines et minimiser le dépôt du coke.
-temps de craquage : l’importance du temps de séjour est plus grande pour les
charges lourdes que pour les charges légères en général c’est entre 0.1 et 0.5s
-rapport vapeur d’eau/HC : la vapeur d’eau diminue la pression partielle des hc
et donc favorise le craquage et minimise la formation du coke
La quantité utilisée est exprimée en tonne et dépend de la masse moléculaire
de la charge
Pour 1 tonne d’éthane on utilise 0.2 à 0.4 tonne de vapeur d’eau
Pour 1 tonne de naphta on utilise 0.5 à 0.8 tonne de vapeur d’eau
-la charge : ca peut être une charge légère (éthane, propane, butane),
moyenne (naphta), lourde (gasoil)
Si on utilise l’éthane comme charge on obtient 75% d’éthylène
Si on utilise le naphta on obtient 33.6% d’éthylène et 15.6 % propylène 4.5%
butadiène 4.3% les autres c4 17% méthane le reste constitue les aromatiques..
-réactions chimique : la réaction principale de ce procédé est la
déshydrogénation des hydrocarbures mais une quantité de paraffines se forme
en même temps selon la réaction suivante (voir schéma) il y a aussi les
réactions secondaires qui peuvent se produire comme l’isomérisation
cyclisation et formation du coke.
Production des oléfines C4 par le procédé de vapocraquage :
Voici le schéma détaillé du vapocraquage
La zone pyrolyse est en fait constituée de zones, d’abord la charge est
préchauffée a 600°dans la zone de conversion ensuite elle est mélangée a la
vapeur d’eau et passe rapidement (0.5s) par des tubes en aciers dans la zone
de radiation la température atteint 800°c. À la sortie du four le mélange est
refroidi jusqu'à 400° en passant par une zone de trempe indirecte à l’eau
ensuite par une zone de trempe directe utilisant le résidu lourd de pyrolyse.
En sortant de la section chaude du vapocraquage le mélange gazeux
contient des constituants qui doivent être séparés il passe d’abord par une
colonne a distillation ou on le sépare des huiles lourdes ensuite il passe par une
deuxième colonne ou on le sépare d’une partie d’essence.
Le mélange gazeux passe ensuite par un compresseur a plusieurs étages avec
refroidissement dans chaque étage, entre chaque étage on collecte des
fractions liquéfiées ensuite il passe par une colonne de lavage au soude pour
éliminer le soufre. Ensuite par une colonne de séchage pour éviter la formation
des cristaux de glace lors du refroidissement.
Le mélange gazeux passe ensuite par un train de séparation a basse
température
Il est refroidi a -130° on récupère l’hydrogène, il passe ensuite par un
déméthaniseur en récupère le méthane et le résidu a 80° passe par un
déethaniseur, on récupère en tête une coupe C2 qui passe par une conversion
pour hydrogéner l’acétylène en éthane on récupère ensuite le propylène pur a
30°
Le résidu passe par un dépropaniseur, on récupère en tête une coupe C3 qui
passe par une conversion et récupère le propylène a
Le résidu passe enfin par un débutaniseur on récupère alors une coupe C4 qui
âpres passera par une extraction sélective pour séparer le butadiène le
butène…

Vous aimerez peut-être aussi