Vous êtes sur la page 1sur 10

CALCUL DES STRUCTURES

CHAPITRE III : CALCUL DES EFFORTS INTERNES


(Torseur de cohésion)

3ième Année Ingénieur en Génie Civil


Cours assuré par
Dr Hassan ELMINOR
Professeur de Mécanique

Dr Hassan ELMINOR Page 1


1. Passage de l’échelle globale à l’échelle locale

Des efforts extérieurs aux efforts internes le but : connaître la répartition de ces efforts

… Les risques de rupture sont liés aux efforts de cohésion de la matière

… Et l’objectif de ce calcul est de vérifier la tenue mécanique des structures

Principe : On réalise une coupure afin de déterminer le torseur des efforts de cohésion

2_ Efforts internes (Torseur de cohésion)

2.1 Repérage de la coupure fictive

Soit (E) le solide assimilé à une poutre et (E ) l’ensemble


  
extérieur à (E) . R0 (x0, y0,z0) est le repère lié à (E) tel que

x0 est confondu avec la ligne moyenne. Considérons un

plan (P) normal à x0 définissant la section droite (S) de

(E) . Soit G le centre de surface de (S) , OG x.x0
définissant la position de la section droite par rapport à
R0 .

La coupure fictive par le plan (P) partage la poutre en


deux tronçons (E1) et (E2)

Dr Hassan ELMINOR Page 2


2.2 Définition du torseur de cohésion

Le torseur de cohésion GS TcohR


0 est le torseur associé à l'ensemble des actions mécaniques exercées
par le tronçon (E2) sur le tronçon (E1) de la poutre dont les éléments de réduction sont exprimés au
point G centre de la surface (S)


   R 
Tcoh M G 
G 
G

Remarque :

Ces actions, non visibles, sont internes au matériau et lui permettent de garder son intégrité physique
d'où le nom de cohésion.

Le torseur de cohésion est toujours le torseur des actions mécaniques exercées par le tronçon de droite
(E2) sur le tronçon de gauche (E1)
 
R et M G sont fonctions de l’abscisse x du centre de surface G de (S)

Pour simplifier les écritures, il n’y aura pas d’indices sur les éléments de réduction

3_Détermination des éléments de réduction en G du torseur de cohésion


Etude de l’équilibre de la poutre (E) :

 RE  E 0 
Le PFS nous permet d’écrire : TE  E   0
G
M GE  E 0

En utilisant la coupure fictive, les actions mécaniques extérieures peuvent être séparées en deux
groupes :
 
 le torseurs des AM extérieures à la poutre appliquées sur (E1) : TE  E1  RE  E1 
G
M GE  E1

 
 le torseurs des AM extérieures à la poutre appliquées sur (E2) : TE  E2  RE  E2 
G
M GE  E2 

   
L’équilibre de (E) peut s’écrire : TE  E TE  E1TE  E2  RE  E1   RE  E2 0
G
M GE  E1 G M GE  E2 

Dr Hassan ELMINOR Page 3


Etude de l’équilibre de (E1) . Relation entre TE  E1  et Tcohesion
(E1) est en équilibre sous l’action de deux torseurs :

 
 action du milieu extérieur : TE  E1  RE  E1 
G
M GE  E1

 
 action de E2  E1 : GTcoh  
R

G 
M G

 
PFS appliqué à (E1) : TE  E1Tcoh  RE  E1 R0 0
G  GE  E1
M  M G 0

Les éléments de réduction en G du torseur des actions de cohésion peuvent donc s’exprimer de deux
façons :

 
    RE E1     RE E2 
  GTcoh 
 R 
R
 MG   
Tcoh
G
G
M G  GM GE E1 G  GM GE E2 

Remarque :
 Choix de la partie droite ou gauche indifférent (sauf sur la simplicité des calculs !)
 Conventions de signe, assurent une compréhension physique. (exemple N<0 signifie
compression, quel que soit le tronçon considéré)

4_Repère de définition des sollicitations



Soit R(G, x, y, z ) le repère local associé à la section droite fictive (S).

Ce repère est tel que x définit la normale extérieure à (S) relative à
 
(E1) . y et z appartiennent alors au plan (P) de la section (S).
Ce repère sera toujours direct.

Dr Hassan ELMINOR Page 4


Pour cette poutre les repères locaux sont présentés sur la figure ci-dessous :

Remarque : dans le cas d’un portique, l’axe des abscisses x correspond à la fibre moyenne de l’élément
(montant ou traverse).

Un portique est un système constitué de montant(s) et de traverse (s).

4.1 Dénomination des composantes des éléments de réduction du torseur des efforts de cohésion
   
 
R 
Tcoh MG  MG MN tTM f
 R
G 

  
Effort normal N : projection de R sur l’axe x
  
Effort tranchant T : projection de R sur la section droite (y,z )
  
Moment de torsion Mt : projection de MG sur l’axe x
  
Moment de flexion Mf : projection de MG sur la section droite (y,z )

Dr Hassan ELMINOR Page 5


 
et Mf n’ayant pas de direction privilégiée dans (y,z ) , il est préférable d’utiliser les composantes
algébriques de ces vecteurs
 
 N : composante algébrique de N sur x
R Ty : composante algébrique de T sur y
 
 N Mt  Tz : composante algébrique de T sur z

Tcoh M G 

R
Ty Mfy 
G  
G
Tz Mfz R  Mt : composante algébrique de Mt sur x
M G Mfy : composante algébrique de M f sur y

Mfz : composante algébrique de Mf sur z

4.2 Diagrammes
Les composantes algébriques N,Ty,Tz,Mt,Mfy,Mfz varient en fonction de la position du centre de
surface G de la section droite fictive (S). La représentation graphique des fonctions
N(x);Ty(x);Tz(x);Mt(x);Mfy(x);Mfz(x) donne les diagrammes des composantes des éléments de
réduction en G du torseur de cohésion

 Etape très importante ! Pour la suite des développements, il est indispensable de déterminer
correctement les éléments du torseur des efforts internes.
 Intérêt : visualisation rapide des poutres les plus sollicitées
 Découpage en différents tronçons : Selon les actions mécaniques rencontrées Selon la
géométrie de la ligne moyenne

5_Nature des Sollicitations

En fonction de « l’allure » du torseur de cohésion, une typologie des sollicitations est établie.
On appelle sollicitation simple l'état de contrainte d’une poutre dont le torseur de cohésion ne
comporte qu'un élément.

Nature des Effort Effort Moment Moment Torseur de


sollicitations Normal Tranchant de de cohésion
Torsion Flexion
Traction (N>0) N Ty=0 Mt=0 Mfy=0 N 0
 
Tz=0 Mfz=0  Coh   0 0
 0
Compression (N<0) G 0 
N=0 Ty ou Tz Mt=0 Mfy=0 0 0
 
Cisaillement simple Mfz=0  Coh   Ty 0
 T 0
G  z 
N=0 Ty=0 Mt Mfy=0 0 M t 
 
Torsion simple Tz=0 Mfz=0  Coh   0 0 
 
 G 0 0 
N=0 Ty=0 Mt=0 Mfy ou Mfz 0 0 
 
Flexion pure Tz=0  Coh   0 M fy 
 0 M fz 
G  



Dr Hassan ELMINOR Page 6


On appelle Sollicitation composée l’état de sollicitation d’une poutre soumise à plusieurs sollicitations
simples (par exemple : Traction + flexion pure).

Fig. Poutre soumise à une sollicitation simple

6. Cas des problèmes plans


Pour les problèmes plans (cas de ce cours), {Tcoh} se réduit à :

𝑁(𝑥) 0
{𝑇𝑐𝑜ℎ }𝐺 = {𝑇𝑦 (𝑥) 0 }
0 𝑀𝑓𝑧(𝑥)

CONVENTION DE SIGNE
Nous considérons les sollicitations positives somme illustré sur la figure ci-dessous.

Dr Hassan ELMINOR Page 7


Exemple :

7. Variation des efforts interne

Etude d’un tronçon de longueur dx Hypothèses :


• Tranche dx infiniment fine
• Pas d’actions ponctuelles (St Venant)
• Seulement des forces réparties : px(x), py(x) (supposées constantes sur dx)

Soit l’Equilibre du tronçon dx :

𝑑𝑁(𝑥)
= −𝑝𝑥 (𝑥)
𝑑𝑥
𝑑𝑇𝑦 (𝑥)
= −𝑝𝑦 (𝑥)
𝑑𝑥
𝑑𝑀𝑓 (𝑥)
= −𝑇𝑦 (𝑥) (Souvent très utile pour la vérification)
𝑑𝑥

Dr Hassan ELMINOR Page 8


SERIE D’EXERCICES

Pour l’ensemble des exercices (cas des systèmes isostatiques)


Calculer les efforts internes : N(x), V(x) et M(x) et tracer les diagrammes

Exercice 1

Exercice 2

Exercice 3

Dr Hassan ELMINOR Page 9


Exercice4

Exercice 5

Dr Hassan ELMINOR Page 10