Vous êtes sur la page 1sur 18

Les changements globaux

Plan du cours
•  Introduction
–  Climat vs. Météo
–  Facteurs influençant le climat
–  Tendances passées
–  L’effet de serre
–  Impact anthropique
•  Impact de la température sur un organisme vivant
–  A l’échelle biochimique
–  A l’échelle de l’organisme
–  Modalité d’échange de chaleur
•  Impact du changement climatique
–  Sur la biodiversité
–  Sur les activités anthropiques

Introduction: climat vs. météo


Plan du cours
•  Il est important de différencier météorologie & climat :
–  La météorologie permet de prévoir les pressions atmosphériques,
•  Introduction
températures, les précipitations sur une dizaine de jours
–  Climat vs. Météo
–  Facteurs influençant le climat
–  Tendances passées
–  L’effet de serre
–  Impact anthropique
•  Impact de la température sur un organisme vivant
–  A l’échelle biochimique
–  A l’échelle de l’organisme
–  Modalité d’échange de chaleur
•  Impact du changement climatique
–  Sur la biodiversité
–  Sur les activités anthropiques

Introduction: climat vs. météo Introduction: facteurs influençant le climat

•  Il est important de différencier météorologie & climat : •  Le climat n’est pas invariable
–  La météorologie permet de prévoir les pressions atmosphériques,
températures, les précipitations sur une dizaine de jours •  Différents facteurs naturels agissent sur la climat
–  À l’inverse, le Climat = ce sont des études statistiques qui
permettent par exemple d’établir les saisons, de donner des Interactions
"tendances" Soleil Atmopshère /
Variation solaire
96 Variation orbite terrestre Océan
y = 0.0585x + 89.953

CLIMAT
94

92
Température (°F)

90

88 Activités
y = 0.0481x + 87.684
Géologie
86 humaines
Dérive des continents
84
The image part with relationship ID rId2 was not found in the file.
Formation montagnes
82
Volcanisme
y = 0.0406x + 81.001
80

78
1945 1950 1955 1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000

Années
Introduction: facteurs influençant le climat Introduction: tendances passées

•  Le climat n’est pas invariable •  Archives géologiques


!  Sédiments marins
•  Différents facteurs agissent sur la climat !  Récifs coralliens
Temps caractéristiques (années)
!  Les glaces polaires
108 107 106 105 104 1000 100 10 1 0.1
Variations du soleil

Variations de l’orbite terrestre


•  Le climat de la Terre a changé de
Dérive des continents
nombreuses fois dans le passé
Formation des montagnes

Volcanisme

Atmosphère-océan-cryptosphère

Atmosphère-océan

Atmosphère

Activité humaines

(pollution, combustion de C…)

Introduction: tendances passées Introduction: tendances passées

•  Glaciations quaternaires

–  Accélération des cycles glaciaires

–  17 cycles glaciaires

80 000 ans glaciation


+ 20 000 ans déglaciation
Cycle = 100 000 ans

–  Dernière glaciation = Würm


(- 70 000 ans / - 12 000 ans)

–  A chaque fois la température de


la Terre n’a baissé que de 5 à 6°C,
ce qui est suffisant pour déclencher
un refroidissement général

Introduction: tendances passées* Introduction: tendances passées*


Les températures
•  Un nombre croissant d'observations nous donne aujourd'hui une
image d’ensemble d'une planète qui se réchauffe et de plusieurs
autres changements dans le système climatique

•  Le réchauffement observé au XXème siècle ait été le plus important des 1000
dernières années

* IPCC, Climate Change 2001: The Scientific Basis


Introduction: tendances passées Introduction: tendances passées *
Les températures Les températures
•  Et pourtant, cela fait 5°C en 3 siècles

5°C = ce qui différencie


une période glaciaire d’un
« optimum interglaciaire »
comme celui que nous
vivons actuellement

•  Au XXème siècle, cette augmentation a été de 0,6 °C (± 0,2 °C)


•  Amplification moyenne de 0.17°C / 10 ans (± 0,05 °C)

!  Cela paraît si faible…


* IPCC, Climate Change 2001: The Scientific Basis

Introduction: tendances passées Introduction: tendances passées


Les températures Les précipitations
Tendance des températures depuis 1976
•  Au XXème siècle les précipitations ont augmenté de ~ 1% tous les 10 ans
sous la plupart des latitudes moyennes et élevées des continents de
l'hémisphère Nord
•  Les pluies ont diminué
dans la plupart des zones
terrestres sub-tropicales
de l'hémisphère Nord
(10° Nord à 30° Nord)

•  Contrairement à ce qui
s'est passé dans
l'hémisphère Nord, aucun
changement
systématique comparable
n'a été détecté dans les
moyennes générales,
pour les différentes
•  Les changements de températures sont spatialement hétérogènes
latitudes dans
•  Il fait par ex. de + en + chaud dans les hautes latitudes de l’hémisphères nord l'hémisphère Sud
# Walther et al., Nature, 416, p389-395 * IPCC, Climate Change 2001: The Scientific Basis

Introduction: tendances passées * Introduction: tendances passées *


La couverture neigeuse & étendues glaciaires La surface de la mer
Diminution ~ 10 % depuis la fin des années 1960 •  Le niveau moyen global de la mer s'est élevé de 10 à 20 cm au
cours du XXème siècle
•  Depuis 1950, la surface de glace de mer au
Changement niveau de la mer (cm)

printemps et en été, dans l'hémisphère Nord,


a diminué ~10-15% Moyenne mobile
Données satellitaires

Années

•  Hausse hétérogène (1950-2000):


•  0.8 mm / an à Brest (France)
•  3 mm / an à Narvick (Norvège)
Contre-évidences des changements climatiques * Causes des changements climatiques

!  Certaines variables climatiques (ou attendues liées au climat) Les causes de ces phénomènes sont-elles naturelles ou
n’ont pas évolué au cours du XXème siècle imputables aux activités humaines ?
Atmopshère
Soleil
•  Un petit nombre de régions du globe ne se sont pas réchauffées Océan
ces dernières décennies:
•  Certaines parties des océans de l'hémisphère Sud
•  Certaines parties de l'Antarctique CLIMAT
•  Aucune modification de la surface des glaces de mer dans Activités
l'Antarctique depuis 1978 (date des 1ères mesures par satellite) Géologie
humaines

•  Aucune tendance significative dans l'intensité et la fréquence des


tempêtes tropicales et extratropicales ne s'est dégagée au XXème !  L’augmentation de l’activité solaire et/ou la diminution du
siècle volcanisme sont susceptibles d’avoir affecté le climat au cours du siècle
passé
•  Aucune modification systématique de la fréquence des tornades
!  MAIS leurs variations n’ont eu ni l’amplitude ni la durée suffisante pour
engendrer l’augmentation observée de 0,6°C (±0,2°C)
* IPCC, Climate Change 2001: The Scientific Basis

Causes des changements climatiques Introduction: tendances passées

•  Le XXème siècle correspond à une augmentation des •  Le XXème siècle correspond à une augmentation des
concentrations atmosphériques de gaz carbonique et de méthane concentrations atmosphériques de gaz carbonique et de méthane

+30%

Introduction: L’effet de serre Introduction: L’effet de serre

•  Le CO2 & le CH4 représentent 1% des gaz atmosphériques •  Naturellement, les écosystèmes terrestres absorbent le CO2
atmosphériques
•  Ils font partie des Gaz à effet de serre (avec l’Oxyde d’azote; l’Ozone & les
ChloroFluoroCarbone) •  Les puits de CO2 sont (par ordre d’importance)
"  Océans
•  Sources d’émission "  Végétation, sols et litière terrestres
"  Utilisation des combustibles fossiles (charbon, pétrole et gaz naturels) "  Atmosphère
"  Activités industrielles
"  Activités minières Bilan moyen annuel du CO2 (Gt C / an)
"  Combustion de biomasse (forêts) 1980-1989 1989-1998
"  Changement de l’ utilisation des sols
"  Gestion des déchets Emissions dues à l’utilisation des combustibles fossiles + 5.5 ± 0.5 + 6.3 ± 0.6

Emission dues au changement d’affectation des terres + 1.7 ± 0.8 + 1.6 ± 0.8

Fixation par l’océan - 2.0 ± 0.8 - 2.3 ± 0.8

Fixation terrestre - 1.9 ± 1.3 - 2.3 ± 1.3

BILAN : Augmentation dans l’atmosphère + 3.3 ± 0.2 + 3.3 ± 0.2


Introduction: L’effet de serre Introduction: L’effet de serre
#
•  Les gaz à effet de serre vont influencer le climat •  L’effet de serre en résumé:
• 

• Qu’est-ce que l’effet de serre ??


•  L’effet de serre est un phénomène géophysique naturel

!  La surface de la Terre se refroidit en émettant un rayonnement IR


!  L’atmosphère est capable d’absorber une partie de ce
rayonnement par l’intermédiaire de ses gaz à effet de serre (CO2, CH4)
!  L’atmosphère en réémet une partie vers la surface de la Terre
!  La surface s’en trouve donc réchauffée… Sans ES, la
température de la terre serait de -18°C

 Marie-Antoinette Mélières; CNRS; http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosclim/sysfacte/effetserre/index.htm

Introduction: L’effet de serre Causes des changements climatiques


•  Comment agissent les GES ? •  Comment agissent les GHG ?
!  Les GES absorbent les rayonnement IR émis par la surface !  Les GHG absorbent les rayonnement IR émis par la surface

15°C > 15°C

•  Avec la [CO2] atmosphérique préindustrielle (i.e. 280 ppm), l’atmosphère •  Avec [CO2], l’atmosphère emmagasine plus d’énergie
absorbe 450 W.m-2
•  Par conséquent elle en ré-émet plus vers la surface et réchauffe ainsi la
•  L’atmosphère ré-émet toute cette énergie par rayonnement IR: température terrestre
"  195 W.m-2 vers extérieur de la planète
"  324 W.m-2 vers la surface

Conséquences des changements climatiques


Plan du cours
•  Introduction
–  Climat vs. Météo
–  Facteurs influençant le climat
–  Tendances passées
–  L’effet de serre
–  Impact anthropique
•  Impact de la température sur un organisme vivant
–  A l’échelle biochimique
–  A l’échelle de l’organisme
–  Modalité d’échange de chaleur
•  Impact du changement climatique
–  Sur la biodiversité
–  Sur les activités anthropiques
William Thomson, mieux connu sous le Fahrenheit Celsius
nom de Lord Kelvin, (26 juin 1824 en 32 0
Irlande - 17 décembre 1907) 212 100

k = °C + 273,16
°C = 0,55 (°F – 32)
°Ra = °C × 1,8 + 32 + 459,67
Influence de la température
Définitions
°C = °R × 1,25
sur les réactions chimiques
Réaction sans catalyseur
•  Température
La température d’un corps est la mesure de son agitation
moléculaire. La température est donc une grandeur Rx Rate
macroscopique qui est le reflet statistique des
énergies cinétiques des particules à l'échelle
microscopique.
Unité de mesure USI est le Kelvin de symbole k
Les °C Celsius ne sont plus une unité fondamentale depuis 1954
Les °F Fahrenheit, °R Réaumur ou °Ra Rankine par exemple sont des unités qui ne devraient plus être utilisées.
Temperature
•  Chaleur
•  Selon le principe d’Arrhenius, de telles réactions doublent
La chaleur correspond au transfert de l’énergie cinétique d’un
corps vers un autre ou d’une source d’énergie vers un corps.
à peu près leur vitesse pour une augmentation de 10°C.
L’unité USI de la chaleur est le Joule de symbole j •  Cependant, pratiquement toutes les réactions chez les
James Joule (24 décembre organismes vivant utilisent un catalyseur (enzyme).
1818 - 11 octobre 1889)

Le Q10 Synthèse
•  La description mathématique de l’effet de
•  Si Q10=1, cela signifie que la réaction
la température sur un organisme ou même
est insensible à la température
une réaction biochimique est très
complexe.
•  Si Q10>1, la vitesse augmente avec la
•  Pour simplifier, on utilise le Q10. Il est température augmentant
défini comme le facteur par lequel une
réaction ou l’organisme changera suite à
•  Si Q10<1, la vitesse baisse avec la
une augmentation de 10°C.
température augmentant
Q10= RT/RT-10

Description de la
tolérance des animaux
Température comme •  Sténothermes: ne tolèrent qu’une faible
facteur régulant l’activité gamme de températures
–  Poissons tropicaux
– Hibernation : rythme annuel
– Hivernation : rythme annuel •  Eurythermes: tolèrent une grande gamme
– Estivation: rythme annuel de températures
–  Ex. : organismes intertidaux
– Torpeur : rythme nycthéméral
Les modalités Effet de la couleur
d’échange de chaleur
•  Absorption solaire
–  La chaleur absorbée dépend de la lumière
disponible et de la couleur de l’animal.
–  Si les écailles, plumes ou poils sont brillants,
une partie de la lumière sera réfléchie.
–  Possibilité de changer de couleur pour
contrôler la température corporelle
(polymorphisme, instantanément ou sur un
rythme annuel).

Le polymorphisme des Colias Le cas de l’ours polaire


Le poil de l’ours polaire éclairé en ultra-violet ne réémet aucune lumière d’où
•  Papillon ayant une large aire de répartition l’idée qu’il se comporte comme une fibre optique conduisant la lumière
jusqu’à la peau de l’ours!
•  Grojean, R. E., Sousa, J. A., and Henry, M. C., "Utilization of solar radiation by
polar animals: an optical model for pelts", Appl. Opt. 19 , 339-46 (1980).!
•  Tributsch, H., Goslowsky, H., Küppers, U., and Wetzel, H., "Light collection
and solar sensing through the polar bear pelt", Sol. Energy Mater. 21 , 219-36
(1990). !

Les papillons du genre Colias sont des exemples


excellents de mélanisation alpine en présentant En fait, non… le poil de l’ours blanc ne laisse
passer 1/1000ème de la lumière reçue!
des clines altitudinaux à la fois au niveau intra- !
Koon, Daniel W., "Is Polar Bear Hair Fiber Optic?",
spécifique et inter-spécifique. Applied Optics, 37 , 3198-3200 (1998). !
!
Ellers J, Boggs CL: Functional ecological implications of intraspecific differences in wing Mais le poil de l’ours absorbe les UV ce qui est une
melanization in Colias butterflies. Biological Journal of the Linnean Society 2004, 82(1):79-87.
propriété connue de la kératine.!

Radiation Convection
infrarouge
•  Transfert de chaleur d’un objet à un fluide (air ou
•  Tout corps qui n’est pas à eau en général).
0 K émet des infrarouges. •  Le flux net peut-être entrant ou sortant de l’animal.
Le sens du flux dépend de
•  Le transfert augmente lorsqu’il y a du courant ou du
la température de l’animal vent. Mais le corps de l’animal plus ou moins chaud
et des objets l’entourant. que le milieu crée lui-même un courant.
•  L’efficacité du transfert dépend de la forme de
l’animal et de la texture de sa surface. En général,
une surface rugueuse limite l’effet de la convection
en limitant les mouvements de liquide à proximité
du corps.
Conduction Conduction
•  Transfert de chaleur entre deux corps, Le transfert de chaleur existe aussi entre
par contact, par exemple un animal individus et expliquerai l’existence de
dans son terrier copulation multiple chez certains
serpents à la sortie de l’hivernation.
Heterocephalus
glaber (rat-taupe
nu) Quand la femelle de la
couleuvre rayée Thamnophis
sirtalis sort d’hivernation au
Canada, elle produit une
phéromone qui attire des
centaines de serpents mâles
dans le voisinage et se forme
une « balle d’accouplement ».

Evaporation Métabolisme
•  Lors de la respiration, l’animal expulse de l’air saturé en •  Beaucoup de réactions biochimiques
vapeur d’eau. A moins que l’air inhalé soir lui même
saturé en eau, l’évaporation qui se produit dans le dissipent une énorme quantité
poumon fait perdre de la chaleur à l’animal. d’énergie sous la forme de chaleur.
•  Le halètement est une méthode très efficace pour
perdre de la chaleur. •  Certains organismes utilisent ce
métabolisme pour générer de la chaleur
et maintenir leur température corporelle
•  L’évaporation peut aussi se produire au
niveau de la peau. Par exemple, plus élevée que celle du milieu.
Templeton (1970) estime que 60% de
l’eau est perdue chez un lézard par la
peau et 40% par la respiration.

Conséquences des changements climatiques sur la


biodiversité
Plan du cours
•  Introduction 1. Changement d’aire de répartition géographique
–  Climat vs. Météo
–  Facteurs influençant le climat
•  Changement d’altitude
–  Tendances passées •  Changement de latitude
–  L’effet de serre
–  Impact anthropique 2.  Changement dans la survie
•  Impact de la température sur un organisme vivant
–  A l’échelle biochimique
3.  Changement dans la phénologie
–  A l’échelle de l’organisme 4.  Extinction d’espèce
–  Modalité d’échange de chaleur
•  Impact du changement climatique
–  Sur la biodiversité
–  Sur les activités anthropiques
Changement d’aire de répartition géographique Changement d’aire de répartition géographique

•  Changement d’altitude •  Changement de latitude


!  Température → les températures deviennent + clémentes en altitude !  Température → les températures septentrionales + clémentes

Pin de Macédoine (Pinus peuce) en Bulgarie


"  12 espèces d’oiseaux en Angleterre ont vu
! altitude leur zone de répartition s’étendre de 20 km au
nord en 20 ans

Plantes alpines

! altitude de 1 à 4 mètres / décade "  Le renard roux au Canada a vu sa zone de


répartition s’étendre au nord entrainant le recul
du renard arctique

Changement d’aire de répartition géographique Changement dans la survie

•  Changement de latitude
Annuel moyen

Annuel moyen
0.9 0.9

!  Température → les températures septentrionales + clémentes 0.8

0.7
0.8

0.7
annuel

annuel
0.6 0.6
de Surive

de Survie
0.5 0.5

1997
survie

survie
0.4 0.4

0.3 0.3
Taux deTaux

Taux deTaux
0.2 0.2
Cuivré
0.1 0.1
d’Espagne
1970 0 0
1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2 3 4 5 6 7
Années Température Hivernale (Dec-Fev)
Années Températures hivernales moyenne (Déc.-Fév)

•  Chez la grive mauvis (Turdus iliacus) •  Les variations de la survie sont


la survie varie dans le temps positivement corrélées aux
températures moyennes
Limite de répartition sud
stable mais limite nord
hivernales (Déc.-Fév.)
augmente
•  En Europe, sur 35 espèces non-migratrices •  Les températures agissent sur la survie des grives mauvis:
"  63% ont progressé vers le nord de 35-240 km / 100 ans "  Directement: « mort de froid »
"  3% ont progressé vers le sud. "  Indirectement: via la capacité des parents à trouver de la nourriture
Parmesan et al., Nature 399, 579 - 583

Changement dans la phénologie Changement dans la phénologie


•  Les animaux Tortue caouanne
•  La phénologie c’est la répartition dans le temps des phénomènes
périodiques caractéristiques du cycle vital des organismes tels que la
Jour ordinal médian de ponte

reproduction, la floraison, la migration…


Ex: chez les tortues luths, la période de ponte démarre en moyenne
à la mi-Avril et finit à la mi-Août

•  Depuis 1960, on constate que les activités printanières (migration,


reproduction, floraisons) ont lieu de plus en plus tôt

Années

•  Entre 1989 et 2003, la date médiane de la ponte a avancé


d’environ 10 jours en corrélation avec une augmentation de la
température de l’eau

Weishalmpel et al., GCB, 10, 2004


Changement dans la phénologie
•  Les animaux
Triton ponctué Qu’est ce que le NAO ?
3 -20
NAO index > 0
0 20
Indice climatique (NAO)
Date d’apparition
North-Atlantic Oscillation
•  L’indice NAO mesure la différence de
-3 40 pression au niveau des Açores et de
Triton palmé l’Islande
-40
3
NAO index < 0
0
6
0
40 4
2
-3 80
0
-2

"  Chez les tritons, la sortie de l’hivernation est négativement synchronisée -4

avec les températures: + il fait chaud, plus les tritons sortent tôt -6

d’hivernation Year
Forchhammer et al., Nature, 391, 1998

Zone de nourrissage des Zone de nourrissage des


tortues luths de Guyane tortues luths de Guyane
et de Trinidad et de Trinidad

NAO index > 0

Les zones de nourrissage


seront plus froides donc
moins de nourriture pour
les tortues luths ?

Changement dans la phénologie Changement dans la phénologie


•  Les animaux
"  Pourquoi les activités printanières sont-elles de + en + précoces ?
!  Synchronisation de la ponte avec le pic d’abondance des
"  En Angleterre, on a constaté que l’apparition des
ressources alimentaires des juvéniles
papillons (18 espèces) avance en moyenne de 2.8
– 3.2 jours / 10 ans au cours des 50 dernières
années

Précocité des
émergences
d’invertébrés
"  En Europe et aux USA, les migrations printanières
avancent en moyenne de 1.3 – 4.4 jours / 10 ans
"  La reproduction avance en moyenne de 1.9 – 4.8
! précoce des Précocité du Déclenchement
jours / 10 ans au cours des 60 dernières années
températures débourrement de la reproduction
Changement dans la phénologie Changement dans la phénologie
•  Les plantes
Geranium dissectum Geranium rotundifolium
•  Méta-analyse de 143 espèces animales & végétales

Nombre d’espèces
-3 +6

Nombre de jours de changement (/10 ans)


Fitter & Fitter, Science, 296, p1689-1691

•  En Angleterre, les plantes ont avancé leur floraison de 4.5 jours en "  Espèces significatives : avancée 6.9 jours
5.1 jours / 10 ans
moyenne (N=385 espèces; 1990-2000 / 1954-1990): "  Espèces non-significatives : avancée 3.4 jours
"  16% fleurissent significativement + tôt. Avancée moyenne = +15 jour
"  13% fleurissent plus tard !  Il y a bien une réponse (globale et déjà quantifiable) des
!  La réponse n’est donc pas uniforme, même au sein d’une même famille organismes vivants au changement climatique
Root et al., Nature, 2003, 421, p57-60

Toutes les espèces ne répondent pas… Une empreinte globale

"  Cas du gobemouche noir (Ficedula hypoleuca) !  90% des processus physiques et 80% of processus biologiques
identifiés ont changé dans la direction cohérente avec
•  Le pic d’abondance des chenilles défoliatrices
l’augmentation de température
dont se nourrissent les oisillons a avancé de 16 jours
•  La date n’a avancé que de 10 jours entre 1985 & 2003

300
"  Cas de la mésange charbonnière (Parus major) aux Pays-Bas Direction
•  Le pic d’abondance des chenilles défoliatrices attendue 200
dont se nourrissent les oisillons a avancé ~10 jours
•  La date de ponte n’a pas bougé depuis 1980 100

Précocité des Emergences 0


chênes des chenilles

Inverse de la -100
! précoce des
températures direction
Débourrement Déclenchement
des bouleaux de la reproduction attenue
Glaciers
Oiseaux Végétation Invertébrés Amphibiens Mammifères
hydrologie

Extinction d’espèce
Le déclin des manchots
•  Une étude récemment publiée suggère que 15 à 37% des espèces •  Le nombre de manchots Adélie se reproduisant a
pourraient être menacées d’extinction à cause du réchauffement
décliné durant les 40 dernières années. Les
climatique à l’horizon 2050 (Thomas et al., 2004, Nature, 427)
auteurs pensent que le déclin est lié à la
réduction des années présentant une couche
Réchauffement climatique importante de glace dans l’Antarctique ce qui
 rend les sites d’alimentation corrects rares ou
trop distants.
Disparition habitats
•  Dans le même temps, le nombre de manchots à
 jugulaire a augmenté. Le manchot à jugulaire vit
Extinction des espèces dans des îles autour de l’Antarctique mais pas
sur le continent même.

•  Cependant, cette estimation est à considérer avec précaution, car il Fraser, W.R., W.Z. Trivelpiece, D.G. Ainley, and S.G.
est difficile d’anticiper les risques d’extinction liés au changement Trivelpiece, 1992: Increases in Antarctic penguin
populations: reduced competition with whales or a
climatique à l’échelle mondiale loss of sea ice due to environmental warming. Polar
Biology, 11, 525-531.
2001

Déclin de 50% de la population de


manchots empereur de Terre Adélie.
La survie des adultes décline
fortement à partir des années 1970.

Mais… Conclusions…

Les manchots empereur marqués par une bague à La survie des manchots est très influencée
la patte sont revus moins que ceux non-bagués. négativement par la présence d’une bague.
De 1987 à 1996, environ 36 000 manchots de 10
Gauthier-Clerc M, Gendner J, Ribic C, Fraser W, Woehler E, Descamps S, Gilly C, Le Bohec C,
Le Maho Y: Long-term effects of flipper bands on penguins. Proceedings of the Royal Society espèces ont été marqués dans l’hémisphère sud.
B: Biological Sciences 2004, 271:423-426.

Les bagues gênent la nage Nouvelle technologie

Date d’arrivée sur le site de


nidification trois ans après la
pose de la bague Pose d’émetteurs sur les individus
Prédictions liées aux changements climatiques
Suivi des individus
6

Augmentation de la température (°C)


Rapport Spécial du GIEC sur les
5
Scénarios d‘Emissions du (SRES)
Est-on en train de
suivre le 4
1.  L'influence des activités humaines
continuera à modifier la
comportement 3
composition atmosphérique tout
d’individus dans le 2
au long du XXIe siècle
2.  Dans toutes les projections
milieu naturel ou bien basées sur les scénarios du
des individus gênés 1 SRES du GIEC, la température
moyenne globale devrait s'élever
et stressés ? 0 1,4 à 5,8 °C
2000 2020 2040 2060 2080 2100

Années

- AGRICULTURE -
Plan du cours -

•  Introduction
–  Climat vs. Météo
–  Facteurs influençant le climat
–  Tendances passées
« Il n’est pas du tout invraisemblable d’imaginer,
–  L’effet de serre
–  Impact anthropique d’ici quelques décennies, des pistachiers
•  Impact de la température sur un organisme vivant poussant dans le Languedoc, des oliviers à
–  A l’échelle biochimique Lyon, voire du vignoble à champagne dans le
–  A l’échelle de l’organisme
–  Modalité d’échange de chaleur
Sud de l’Angleterre. »
•  Impact du changement climatique Bernard Seguin (INRA)
–  Sur la biodiversité
–  Sur les activités anthropiques

Un indice de température
depuis 1370 en Bourgogne
- AGRICULTURE - -
- AGRICULTURE - -

AGROALIMENTAIRE AGROALIMENTAIRE
Cultures
Cultures –  Maladies, ravageurs : Le réchauffement global
et le glissement des zones agroclimatiques qui en
–  Répartition : Un réchauffement de 1°C se traduirait par le déplacement vers
le Nord de 180 km (et de 150 m en altitude) de la répartition des espèces = découle amènera certains ravageurs et maladies
bouleversement des régions agricoles mondiales à suivre leurs plantes-hôtes. De plus les insectes
étant poïkilothermes, la hausse des températures
Rendement : (dans une certaine limite) amènerait les insectes
" T°C= # du temps de développement = # production à se développer plus vite et sur des aires plus
grandes…
" T°C l’hiver = problème de vernalisation = # production
" [CO2]atmosphérique = " photosynthèse = " production
" [CO2]atmosphérique et " T°C = # disponibilité de N dans le sol = # protéines
" précipitations (dans certaines régions) = problème lessivage, érosion
# précipitations (dans certaines régions) = problème de sécheresse

$ De l’équilibre entre ces tendances dépendra les futurs rendements agricoles Exemple : La chenille processionnaire du pin
et les futures stratégies d’adaptation (fertilisation, irrigation etc…) Thaumetopea pityocampa
Source : Sciences et vie

- AGRICULTURE - -
- AGRICULTURE - -

AGROALIMENTAIRE SYLVICULTURE

Elevage Deux facteurs importants :


–  Biomasse prairiale : Pour un doublement du taux de CO2 actuel, le L’impact du CO2
rendement des prairies devraient augmenter de 20 %. Cependant, comme vu L’impact de la sécheresse
précédemment, les plantes accumuleront plus de sucres solubles et moins de
protéines (" valeur énérgetique, # protéines)

$  Conséquences possibles :

•  Une " du nombre de têtes de bétails par hectare


•  Une " du temps de pâture de 3 semaines
•  Une # de la qualité (croissance et lactation dépendant de la valeur protidique des aliments)

- AGRICULTURE - -
- AGRICULTURE - -

SYLVICULTURE ADAPTATIONS ?
Selon Rosenzweig et Parry (1994), 2 adaptations sont possibles :
Impact du CO2 et de la température :
Selon l’espèce considérée, un doublement de la [CO2] actuelle se Niveau 1 :
traduirait par une " de la production de bois de 40 % Modifications du calendrier des cultures (semis plus précoces)
La " des températures avancerait le débourrement des arbres de 6 à
10 jours pour les feuillus, et de 20 jours pour le pin maritime - pour que les cultures d’hiver évitent les canicules estivales
- pour que les cultures de printemps allongent leur cycle
Impact de la sécheresse :
Les études montrent que la plupart des arbres peuvent supporter un
déficit en eau de 10 % pendant 5 années de suite, mais qu’ils peuvent Niveau 2 :
succomber à 1 année avec un déficit en eau de 50 % Sélection variétale sur l’efficacité photosynthétique, l’efficience d’utilisation
de l’eau.
Utilisation d’OGM et de systèmes d’irrigation complexes
$ D’où beaucoup de recherches et de sélections basées sur les arbres à fortes efficiences d’utilisation
de l’eau
$ On voit très bien que seul le niveau 1 est accessible pour l’agriculteur car le
niveau 2 nécessite des infrastructures de recherches, d’aménagement
difficilement applicables par lui seul…
- URBANISME - -
- URBANISME - -

CHALEUR

Rappel : Selon l’institut de veille sanitaire (InVS) la canicule de 2003 a fait


11435 morts sur le territoire français, soit une surmortalité de 55 % sur la
période d’août.
« Le secteur de la construction est doublement Le phénomène « îlot de chaleur » :
concerné par le réchauffement global. Non $ Les zones urbanisées exercent une pression sur les changements
météorologiques locaux via une bulle d’air chaud qui se forme autour des villes
seulement parce qu’il est un important au fur et à mesure que les espaces verts et les plans d’eau sont remplacées
producteur de gaz à effet de serre, mais aussi par des routes en asphaltes et des bâtiments en bétons.

parce qu’il va devoir s’ adapter au climat de Conséquences :


demain.» Des T°c élevées au centre des villes par rapport aux alentours
Des nuits trop chaudes (appelées nettaiya au Japon)
Jean-Luc Savagnac (CSTB)
Des pics de pollutions associés à ces épisodes de chaleur

- URBANISME - -
- URBANISME - -

CHALEUR CHALEUR (Exemples d’adaptations)

Avec la hausse des températures prévues, ce phénomène s’amplifie : Le 30st Mary Axe ou « Cornichon érotique »
A Beijing (Chine) l’îlot de chaleur grandit chaque année de 5,38 km² depuis 1987 et il
fait régulièrement plus de 40°C en été
A Paris, le quartier de la tour St-Jacques s’est réchauffé de 6°C en 100 ans
Architecte : Norman Foster
Hauteur : 179,8 m

Perspectives d’aménagements Caractéristiques :


Multiplier les surfaces réfléchissantes (vitrages « miroirs ») Vitrages miroirs (reflètent infrarouges)
Utiliser des revêtements clairs (crépis, peintures…) Conçu pour utiliser un minimum de lumière
Augmenter l’inertie thermique des bâtiments (réduire les ouvertures ; béton massif au artificielle
lieu de l’acier ; nombreuses aérations ; grands espaces internes…) Grands espaces internes (circulation de l’air)
Structurer les nouveaux quartiers (grandes avenues ouvertes aux vents dominants, Gestion de la T°c interne par ouverture
espaces verts, plans d’eau…) des vitres (pas de climatisation)

- URBANISME - -
- URBANISME - -

CHALEUR (Exemples d’adaptations) ELEVATION DU NIVEAU DES OCEANS

Les toits verts Quelques chiffres :


Selon le Giec (2001), le niveau des océans devrait s’élever de 9 à 88 cm d’ici 2100
20 % de la population mondiale vit à moins de 30 km du rivage
100 millions de pers. vivent à moins de 1m au-dessus du niveau moyen de la mer
Caractéristiques : Si la mer s’élevait de 1 m, cela occasionnerait la perte de terre de :
- 0,05 % en Uruguay
- 1 % en Egypte
8 cm de terre + végétation = 25 % de - 6 % aux Pays-Bas
chaleur en moins pour un bâtiment d’un - 17,5 % au Bangladesh
- jusqu’à 80 % des îles Marshall
étage, durant l’été
Isolant thermique durant l’hiver
Protège le toit sous-jacent des UV et des
variations thermiques importantes
Réduit l’impact des pluies abondantes en
retenant jusqu’à 70 % de celles-ci avant de
restituer l’eau doucement (pourrait éviter les
Source : La Recherche
inondations en ville)
- URBANISME - -
- URBANISME - -

ELEVATION DU NIVEAU DES OCEANS ELEVATION DU NIVEAU DES OCEANS

Zones particulièrement menacées : Zones particulièrement menacées :

Les espaces deltaïques (Nil, Gange, Rhône) Les atolls


!  Les deltas ne sont plus rechargés en alluvions par les rivières à cause des barrages !  Gravement menacés par la hausse de la mer et la destruction des barrières coralliennes
!  La mer s’infiltre alors dans les terres. La Louisiane perd ainsi 65 km² de terre / an !  L’archipel de Tuvalu a été touché par des inondations en 2001 du à l’augmentation locale
!  Dans le siècle à venir, cela concernerait de 10 à 50 millions d’habitants du niveau marin de 3,2 m sachant que les plus hautes terres culminent à 4,5 m
!  Pas de ressources suffisantes pour construire des infrastructures (digues)
Les polders (terres que l’Homme a gagné sur la mer) !  Des démarches pour une évacuation définitive sont en cours
!  Les Pays-Bas sont les représentants mondiaux de l’utilisation des polders
!  25 % de cet Etat à ses terres en dessous du niveau marin
!  A l’Est de Rotterdam, des terres se situent à 6,7 m en dessous du niveau marin
!  Sans les infrastructures actuelles, 65 % du pays serait régulièrement submergé
!  En 1953, des inondations firent plus de 1300 victimes et 47000 maisons furent détruites

- URBANISME - -
- URBANISME - -

ELEVATION DU NIVEAU DES OCEANS ELEVATION DU NIVEAU DES OCEANS

Principaux phénomènes liés à la submersion Principaux phénomènes liés à la submersion marine :


marine :
La salinisation
!  Les terres submergées deviennent chargées en sel, rendant les cultures impossibles
!  Les nappes phréatiques pourrait être polluées par les sels marins
!  Les estuaires des fleuves subiraient une intrusion saline loin dans les terres

Réduction du volume des eaux souterraines


!  Généralement, l’eau des aquifères, moins dense que l’eau de mer, glisse sur celle-ci
!  Si le niveau de la mer s’élève, alors elle peut faire remonter la nappe en surface
Source : Sénat
!  Ce problème est surtout préoccupant pour les atolls des divers archipels mondiaux

Augmentation de la fréquence des surcôtes Augmentation de la fréquence des surcôtes


!  Ce phénomène consiste en une élévation anormale du niveau de la mer à cause de !  Ce phénomène consiste en une élévation anormale du niveau de la mer à cause de
conditions météorologiques conditions météorologiques
!  Il s’agit en fait de la différence entre le niveau de la marée astronomique et la !  Il s’agit en fait de la différence entre le niveau de la marée astronomique et la
hauteur réelle du niveau de la mer mesurée hauteur réelle du niveau de la mer mesurée

- URBANISME - -
- SANTE - -

ELEVATION DU NIVEAU DES OCEANS Facteurs Climatiques influençant la santé et pathologies associées

Solutions d’adaptations : « L’accroissement de la fréquence et de l’intensité des


vagues de chaleur augmentera le risque de mortalité
Technologies possibles pour se et de maladie, principalement chez les personnes
protéger, se retirer, s’accommoder de
la hausse du niveau marins
âgés et les plus démunis des villes.»
Giec (2001)

« Le réchauffement climatique nous impose de revoir les


axes prioritaires de notre stratégie de prévention des
risques médicaux majeurs.»
Pierre Carli (Chef du Samu de Paris)
Source : UNEP
- SANTE - -
- SANTE - -

Facteurs Climatiques influençant la santé et pathologies associées Facteurs Climatiques influençant la santé et pathologies associées

L’augmentation des températures aura un fort impact sur la santé humaine (suite1)
Rappel : La santé publique passe par une alimentation de bonne
qualité, de l’eau potable, un logement, un milieu Fait important : Les T°c nocturnes subiront une " plus importante
environnemental et social apte à maîtriser les enjeux
sanitaires. $ Or de l’avis des spécialistes, les nuits fraîches permettent à l’organisme de se
remettre de la chaleur de la journée
L’augmentation des températures aura un fort impact sur la santé humaine
D’autres problèmes associés à la hausse des T°c vont être rencontrés plus souvent
Un épisode caniculaire comme 2003 devrait en moyenne revenir tous les 3 à 5 ans aux
alentours de 2050 Les coliques néphrétiques dues à la concentration des urines lors de déshydratations

Les premières conséquences des canicules Les cancers de la peau surtout pour les sujets à peau claire qui se dévêtissent parce qu’il
fait chaud
$ Déshydratation et sollicitation des mécanismes de refroidissement de Les naissances prématurées ainsi qu’une " de la mortalité périnatales
l’organisme
$ Cela implique des accidents vasculaires et respiratoires surtout chez les Les pics de pollution à l’ozone et aux oxydes d’azote sont désormais associés aux vagues
personnes âgées et les nourrissons. de chaleur. Les asthmatiques y seront sensibles mais également les nourrissons et les
$ On s’attend à une " de décès de 12 à 18 % d’ici 2050, à cause des canicules
personnes âgées. Selon l’OMS, 30000 décès annuel en France sont liés à la pollution de
l’air des villes

- SANTE - -
- SANTE - -

Facteurs Climatiques influençant la santé et pathologies associées Vecteurs, maladies…


$ Les scientifiques s’intéressent également à
L’augmentation des températures aura un fort impact sur la santé humaine (suite2)
l’évolution des maladies, des pathogènes ainsi que des
D’autres problèmes associés à la hausse des T°c vont être rencontrés plus souvent
vecteurs les portants, face aux changements
Les allergies dues à l’augmentation des émissions de pollens par les plantes, mais aussi
à cause de l’arrivée possible de nouvelles espèces végétales à pollen allergènes (ex : climatiques annoncés
Arganier du Maroc)
Disponibilité en eau potable
Quelques avantages (quand même…)
Aujourd’hui 1 milliard d’être humain ont un accès insuffisant à l’eau potable. Les
$ La mortalité hivernale devraient baisser. Les pathologies hivernales telles que les
ressources diminuant grandement dans certains pays (les 2/3 des pays arabes
bronchites et bronchiolites devraient diminuer, car les hivers étant moins rudes, les gens
disposent de moins de 1000 m3 / an / hab), les populations se rabattent sur d’autres
se regrouperaient moins dans les lieux chauds, bloquant ainsi les transmissions virales.
sources d’eau de qualité médiocre.

Des solutions ?
$ Chicago, suite à une grande vague de chaleur (600 morts) a mis en place un $ De nos jours, 4 millions de personnes meurent chaque année suite à des maladies
système de surveillance efficace des personnes à risques. Celui-ci a été couplé à des contractées par la consommation d’eau non potable
campagnes d’informations sur les conduites à tenir ainsi qu’un réseau de refuges
climatisés pour les personnes sensibles…

- SANTE - -
- SANTE - -

Vecteurs, maladies… Vecteurs, maladies…

Les vecteurs

Parmi les maladies les plus dangereuses de la planète, la plupart ont recours à un
vecteur pour se propager.
La difficulté pour les organisations sanitaires est de prévoir la nouvelle répartition de
ces vecteurs dans l’avenir

$ Facteurs : T°c ; Humidité de l’air ; présence des eaux stagnantes etc…


Source : La Recherche

Paludisme
Vecteur : Moustique du genre Aedes
T°c " = Développement du parasite (Plasmodium) écourté
Région menacées : Nord du Sahel, majeure partie du Maghreb, Turquie,
Moyen-Orient, Afrique du Sud, une partie du Mexique, du
Brésil et de la Chine
En 1990, 45 % de l’humanité vivait sous la menace du paludisme. D’ici 50 ans ce
chiffre pourrait passer à 60 %…
- SANTE - -
- SANTE - -

Vecteurs, maladies… Vecteurs, maladies…

Divers Divers

La dengue hémorragique véhiculée par un moustique (Aedes aegyptii) inquiète également La dengue hémorragique véhiculée par un moustique (Aedes aegyptii) inquiète également
les scientifiques qui n’ont pas beaucoup de traitement à lui opposer les scientifiques qui n’ont pas beaucoup de traitement à lui opposer

$ 30 % de la population vivait sous menace de la dengue en 1990, cela $ 30 % de la population vivait sous menace de la dengue en 1990, cela
pourrait passer à 50 % d’ici 2085. pourrait passer à 50 % d’ici 2085.
La fièvre jaune, jamais sortie du continent africain et américain, conquit peu à peu le monde
et touche des populations non immunisées.

Citons également la maladie de Lyme qui pourrait se propager dans le Nord jusqu’en Suède,
les arbovirus responsables des fièvres à phlébotomes présents en Italie et qui arrive dans le
Sud de la France et les leishmanioses viscérales présentes dans les Alpes-Maritimes autour
de Marseille

Les maladies à poux et à puces ne sont pas à craindre car ces deux insectes ne sont pas
sensibles au climat et ne devraient donc pas se disperser. Il faut plutôt surveiller les
Source : Sciences et Vie populations de rongeurs.

CONCLUSION -

Les bouleversements que nous allons connaître est le résultats des actions
quotidiennes et passées de l’Homme

L’Homme prend peu à peu conscience de sa vulnérabilité

Depuis une trentaine d’années, les conférences internationales ont mis en avant les
axes prioritaires pour une gestion durable de la planète

La plaie est ouverte et nous ne devons pas seulement apprendre à la soigner mais
aussi à vivre avec elle

Le challenge n’est pas facile a relever car le monde n’est pas établi sur le principe
d’équité.

L’humanité toute entière doit être prête à franchir le pas… Il est temps que l’Homme
pense le changement au lieu de changer de pansement

Pour réviser au cinéma…

unevéritéquidérange