Vous êtes sur la page 1sur 107

Support de cours

Robot Structural Analysis


professionnal 2009

Formateur :

RABHI Amazigh Ishak


r.a.ishak87@gmail.com

« 2014 »
Sommaire

I) Introduction :
1) Description générale du logiciel…………………………………………………...……….2
2) Travail avec le système Robot Structural Analysis……………………………….……......7
2.1) Système de bureau ………………………………………………………………7
2.2) Menus déroulants …………………………………………………………….….8
2.3) Préférences de l’affaire …………………………..................................................9
2.4) Sélection et filtres ……………………………………………...………………..12
2.5) Affichage des attributs de la structure …………………………………...……...14
2.6) Listes utilisées dans le logiciel …………………………………………..………15
2.7) Caractéristiques communes des boîtes de dialogue (pointeur de la souris…)… 15
2.8) Conventions des signes – barres ………………………………………………..16
2.9) Convention des signes (éléments finis surfaciques) ……………………………17
2.10) Liste de raccourcis clavier. ……………………………………………………18
3) Mode d’accrochage du pointeur ………………………………………………………….19

II) Applications :
Exercice d’une structure en R+3
2.1) Etapes de modélisation …………………………………………………………21
2.2) Interprétation des résultats ……………………………………………………...76
I) Introduction :
1) Description générale du logiciel :
Le système Robot Structural Analysis est un logiciel CAO/DAO destiné à modéliser, analyser
et dimensionner les différents types de structures. Robot Structural Analysis permet de
modéliser les structure, les calculer, vérifier les résultats obtenus, dimensionner les éléments
spécifiques de la structure ; la dernière étape gérée par Robot est la création de la
documentation pour la structure calculée et dimensionnée.

Les caractéristiques principales du logiciel Robot Structural Analysis sont les suivantes :
- Définition de la structure réalisée en mode entièrement graphique dans l’éditeur conçu à cet
effet,
- Possibilité de présentation graphique de la structure étudiée et de représentation à l’écran des
différents types de résultats de calcul (efforts internes, déplacements, travail simultané en
plusieurs fenêtres ouvertes etc.),
- Possibilité d’effectuer l’analyse statique et dynamique de la structure,
- Possibilité de composer librement les impressions (note de calcul, captures d’écran,
composition de l’impression, copie des objets vers d’autres logiciels).
Après le lancement du système Robot Structural Analysis, (pour ce faire, cliquez sur l’icône
appropriée affichée sur le bureau ou sélectionnez la commande appropriée dans la barre des
tâches), la fenêtre représentée ci-dessous est affichée, Dans cette fenêtre, vous pouvez définir
le type de la structure à étudier, ouvrir une structure existante ou charger le module permettant
d’effectuer le dimensionnement de la structure.

1
2
La signification des icônes (pour lesquels une info-bulle est affichée si vous positionnez le
pointeur sur l’icône) affichés dans la fenêtre représentée ci-dessus est la suivante :

Les douze premières icônes servent à sélectionner le type de structure :

Etude d’un portique Plan

Etude d’un Treillis Plan

Etude d’un Grillage

Etude d’un Treillis Spatial

Etude d’un portique Spatial

Conception d’un Bâtiment

Etude d’une Plaque

Etude d’une Coque

Etude en contrainte Plane

Etude en Déformation Planes

Etude d’une structure Axisymétrique

Modélisation en Volumique (solide)

3
Les sept icônes suivantes permettent d’accéder directement aux modules métier béton armé

Dimensionnement et ferraillage poutres BA

Dimensionnement et ferraillage poteaux BA

Dimensionnement et ferraillage semelles BA

Dimensionnement et ferraillage d’une poutre sur sol élastique BA

Dimensionnement et ferraillage poutre-voiles BA

Dimensionnement et ferraillage voile BA

Dimensionnement dalle BA

Cette icône permet d’accéder aux structures paramétrables

Les deux icônes suivantes servent à sélectionner les module :

Dimensionnement assemblages acier

Accès direct au module sections

De plus, les icônes suivantes sont disponibles:

Ouvrir un fichier contenant une structure existante

Créer une nouvelle affaire

4
Après la sélection de l’une de ces options, les paramètres du système Robot structural
Analysis sont adaptés aux fonctions du module réglementaire sélectionné ou au type de
structure sélectionné. En fonction de l’objectif et du mode de fonctionnement du module, le
logiciel affiche soit la fenêtre de l’éditeur graphique dans laquelle vous pouvez effectuer la
saisie, soit le bureau spécifique adapté aux fonctions du module (cela concerne les modules
métier).
Les éléments principaux de l’écran sont représentés sur la figure ci-dessous, ils sont
semblables pour la plupart des bureaux (celui-ci représente le bureau de démarrage, Etude
d’un portique plan) :

- La barre de titre sur laquelle les informations de base concernent l’affaire actuelle sont
affichées (nom du projet, informations sur l’état des calculs de la structure : résultats actuels,
nom actuels, calculs en cours)
- Les menus déroulants, les barres d’outils (y compris la barre d’outils affichée à droite de
l’écran qui regroupent les icônes le plus souvent utilisés)
- La liste de sélection des nœuds, barres, cas de charges et modes propres
- La zone graphique (fenêtre de l’éditeur graphique) qui sert à modéliser et visualiser la
structure
- La zone d’état se trouvant dans la partie inférieure de la fenêtre, affiche les informations
suivantes : noms des fenêtres d’édition ouverte, coordonnées de la position du pointeur, unités
utilisées et un groupe d’icônes sur lequel vous pouvez cliquer pour ouvrir les boites dialogue
de gestion les plus importantes ou consulter les informations à propos des ressources
disponibles ( affichage des attributs, Mode d’accrochage)

5
Sélection du mode d’accrochage du pointeur
Filtrage de la sélection graphique
Ouverture de la boite de dialogue (affichage des attributs)
Rétablissement des attributs à afficher par défaut

Sélection du plan dans lequel la vue de la structure étudiée doit être


présentée
Après la sélection de cette option, le logiciel affiche la boîte de dialogue représentée sur la
figure ci-dessous :

Vous pouvez sélectionner le travail :


- Dans la vue 2D (bouton 2D)
- Vue 2D spatial (bouton 2D-3D)
- Vue tridimensionnel (bouton 3D)

6
2) Travail avec le système Robot Structural Analysis :
Nous vous conseillons vivement de prendre connaissance des règles de base régissant le
fonctionnement du système (Robot Structural Analysis)
- Les nouveau nœuds sont créés de façon automatique lors de la définition des barres. Si vous
créez une barre sur des nœuds existants, les nouveaux nœuds ne seront pas créés.
- La suppression d’un élément ne supprime pas les nœuds relatifs.
- Lors de l’affectation d’un attribut (Appui, section, charge, épaisseur du panneau etc.), vous
pouvez définir ses propriétés et ensuite sélectionner les barres/nœuds/panneau/solides
successifs auxquels vous voulez l’affecter. Parfois il est commode de changer cet ordre
d’opérations et effectuer la sélection avant de définir l’attribut c’est ce qu’on appelle
« effectuer une sélection préalable »). Si vous procédez de cette manière, l’attribut défini sera
affecté aux barres/nœuds/panneaux/solide sélectionnés précédemment.
- Le type de barre peut être affecté dès l’étape de définition de la structure (poteau, poutre,
etc.)
2.1) Système de bureau :
Le système Robot Structural Analysis dispose d’un mécanisme de bureau prédéfinis qui
facilite l’étude de structure.
Après un clic sur le champ de sélection des bureaux, la liste des bureaux est affichée.

Après un clic sur le champ de sélection des bureaux, la liste des bureaux est affichée. Si vous
avez sélectionné un des module standard du système Robot Structural Analysis ( par exemple
Poutre BA), la liste ne contient pas les bureaux prédéfinis qui ne concernent pas l’étude
d’exécution des poutres BA

7
2.2) Menus déroulants, menu contextuel, barres d’outils :
Dans le système Robot Structural Analysis, le menu principal comprend deux parties : les
menus déroulants et les barres d’outils contenant les icônes appropriées, Vous pouvez utiliser
l’un ou l’autre en fonction de vos habitudes et de vos préférences.

Menus déroulants :

Les deux types de menus sont affichés à l’écran sous forme de bandes horizontales dans la
partie supérieure de la fenêtre du logiciel (de plus, dans la plupart des bureaux du système),
une barre d’outils verticale est affichée à droite de l’écran. Les menus déroulants et les barres
d’outils donnent l’accès aux fonctions principales accessibles dans le module actif. Bien que
la liste des menus déroulants et la forme de la barre d’outils dépendent du module actif, les
options de base sont accessibles dans chaque module.
Les deux types de menu sont représentés sur les figures ci-dessous, (à titre d’exemple, c’est le
menu principal du bureau DEMARRAGE qui a été pris).
Un clic gauche de la souris sur un des menus déroulants ouvre un sous-menu supplémentaire
dans lequel les commandes spécifiques sont disponibles. Vous devez sélectionner le nom de
la commande.
La liste des menus déroulants est organisée de façon hiérarchique. La sélection d’une option
s’effectue par un clic du bouton gauche de la souris sur la commande sélectionnée. (Si la
commande sélectionnée est mise en surbrillance, vous pouvez appuyer sur la touche <Entrée>
pour l’exécuter. De même, vous pouvez activer une option en appuyant sur la lettre soulignée
dans le nom de la commande voulue. Afin de naviguer dans le menu, vous pouvez utiliser les
flèches disponibles au clavier.

Barres d’outils :

La barre d’outils est un type de menu dans lequel toutes les options sont représentées de façon
symbolique par des icônes. Le menu principal affiche seulement les icones de base.
Les barres d’outils sont organisées de façon analogue à l’organisation des menus déroulants.
Un clic du bouton gauche de la souris sur certaines icônes provoque l’exécution d’une
opération (enregistrement, impression aperçu de l’impression, copie, retour à la vue initial
etc.) ou ouvre une boîte de dialogue (type d’analyse) ou encore appelle une barre d’outils
auxiliaire (définition de la structure, opérations d’édition graphique de la structure, outils).

8
Exemple : afin d’ouvrir la boîte de dialogue « Ligne de construction » dans laquelle vous
pouvez définir les lignes de construction, il faut :
- Dans le menu déroulant « Structure », sélectionner la commande « ligne de construction »

- Ou cliquer sur l’icône affiche dans la barre d’outils verticale à droite de la fenêtre du
logiciel (du bureau DEMARRAGE).
L’exécution des deux actions appelle la même boîte de dialogue.

Menu contextuel :
Lors du travail dans l’éditeur graphique ou dans un tableau, un clic sur le bouton droit de la
souris ouvre un menu contextuel supplémentaire qui affiche les commandes les plus souvent
utilisées. Par exemple, la figure ci-dessous représente le menue contextuel qui s’ouvre après
un clic droit sur la zone graphique du bureau DEMARRAGE (ce menu est affiché pour les
structures de type portique plan)

Les menus, menus contextuels, touche de raccourci clavier et les barres d’outils définis dans
le système Robot Structural Analysis peuvent être personnalisés. Vous pouvez le faire après
avoir sélectionné une des commande du menu déroulant « outils/Personnaliser ». Le logiciel
ouvre alors une boîte de dialogue permettant de personnaliser les menus, les menus
contextuels, les touches de raccourci clavier et les barres d’outils selon vos habitudes et vos
besoins.

2.3) Préférences et Préférences de l’affaire :


Afin de définir les paramètres de travail du système Robot Structural Analysis, vous pouvez
utiliser deux options : Préférences et Préférences de l’affaire.
Dans la boîte de dialogue « Préférences », représentée sur la figure ci-dessous, vous pouvez
définir les paramètres de base du logiciel. Afin d’ouvrir la boîte de dialogue « Préférences »,
- Dans le menu déroulant « Outils », sélectionner la commande « Préférences »,

9
La boîte de dialogue représentée ci-dessus se divise en plusieurs parties, notamment :
- La partie gauche de la boîte de dialogue « Préférences » contient une arborescence qui
affiche la liste des options que vous pouvez personnaliser, pour cela, cliquez avec le bouton
gauche de la souris sur l’option que vous voulez modifier :
- Langues : sélection des paramètres régionaux (pays dont les normes, matériaux et
règlement seront utilisés lors de la définition, des calculs et du dimensionnement de la
structure), sélection de la langue de travail et de la langue des impressions,
- Paramètres généraux : paramètres de l’enregistrement, nombre des dernières
structures étudiées à afficher dans le menu fichier, créer une copie de sauvegarde.bak, astuces
du jour démarrage, effet son etc.,
- Paramètres de l’Affichage : Sélection des couleurs et des types de polices pour
chaque élément de l’écran,
-Barres d’outils et menus : sélection des types de menu et du type de barres d’outils,
- Paramètres de l’impression (Documents (sortie)) : Sélection des couleurs et des
polices à utiliser dans la documentation imprimée, échelle, épaisseur des traits,
- Avancé : Option permettant de purger le dossier TEMP de l’ordinateur et de
sélectionner les opérations d’édition basées sur le noyau ACIS qui servent à effectuer les
opérations booléennes.

-La partie droite de la boite de dialogue « Préférences » contient la zone dans laquelle vous
pouvez définir les paramètres spécifiques du logiciel, l’aspect de cette zone varie en fonction
de la sélection effectuée dans l’arborescence de gauche.

10
Dans la boîte de dialogue «Préférences de l’affaire » représentée sur la figure ci-dessous, vous
pouvez définir les paramètres de base utilisés par le logiciel dans l’affaire actuelle. Afin
d’ouvrir la boîte de dialogue « Préférences de l’affaire », vous précéderez comme suit :
-Dans le menu déroulant Outils, sélectionner la commande « Préférences de l’affaire »

L’aspect et le fonctionnement de cette boîte de dialogue sont analogiques à ceux de la boîte


de dialogue « Préférences ». La partie supérieure de la fenêtre contient six icônes et le champ
avec le nom des préférences de l’affaire actuelles.

Ouvre une fenêtre dans laquelle vous pouvez sélectionner un fichier de


préférences de l’affaire.
Ouvre une fenêtre permettent d’enregistrer les préférences de l’affaire dans un
fichier.
Supprime les préférences de l’affaire actuelle.
Rétablit les paramètres par défaut pour toutes les options pour les préférences de
l’affaire actuelles
Dans cette boîte de dialogue, « Préférences de l’affaire », vous pouvez définir les options
suivantes :
- Unités et formats : ajustement des unités de dimensions, forces, etc.
- Matériaux : Sélection des jeux de matériaux selon la liste de pays, possibilité de
définir des matériaux utilisateur.
- Catalogues de profilés : Sélection des catalogues de profilés à utiliser

11
- Normes : Sélection des normes utilisées lors de la définition et du dimensionnement
de la structure (charges climatiques, dimensionnement acier, dimensionnement béton
armé, dimensionnement des assemblages) ; dans le cas de la sélection de
pondérations, il est possible de lancer l’éditeur des pondérations – cette opération est
possible après un clic sur le bouton (…) disponible à droite de la liste de sélection
des pondérations.
- Paramètres de l’Analyse de la structure : Options de définition du mode de calcul
en statique, définition des paramètres de base des calculs en dynamique non-
linéaires, possibilité d’enregistrer les résultats de l’analyse sismique – combinaisons
des cas sismique.
- Maillage EF : Paramètres de la génération du maillage par éléments finis pour les
structures de type plaque et coque.

2.4) Sélection et filtres:


Lors du travail avec les différents modules de Robot Structural Analysis, vous utiliserez assez
souvent les options de sélection. Leur fonction est de définir la liste de nœuds et de barres sur
laquelle vous effectuerez plus tard des opérations d’édition. Le procédé de sélection est de
créer un ensemble de barres ou de nœuds qui restera actif jusqu’au moment où vous aurez
effectué une sélection suivante. La sélection peut être effectuée de plusieurs façons :
- En mode graphique :
- Soit dans le menu déroulant « Edition/Sélection spéciale » puis cliquer sur le mode
de sélection,
- Soit dans le menu contextuel (clic sur le bouton droit dans la fenêtre de la vue) puis
cliquer sur « sélectionner »

Les captures par fenêtres, de la droite vers la gauche, sélectionnent tous les éléments pris
(même en partie) dans le cadre, alors que les captures de la gauche vers la droite ne
sélectionnent que les éléments compris entièrement dans le cadre,

- Dans la boîte de dialogue « Sélection » (cette boîte de dialogue peut être appelée dans le
menu déroulant « Edition/Sélectionner »
- Dans les zones de la liste déroulante de sélection de nœuds et de barres affichées dans la
barre d’outils : dans ces champs vous pouvez saisir les barres/nœuds à sélectionner,
sélectionner ou de sélectionner tous les nœuds/barres,
- Dans les différents tableaux : mise en surbrillance des lignes appropriées avec la touche Ctrl
ou en faisant glisser la souris

12
Dans cette boîte de dialogue vous pouvez définir la
sélection de nœuds et/ou barres. Pour ce faire, vous
pouvez utiliser les boutons affichés dans la partie
supérieure de la fenêtre (Tout, Rien, Inverser,
Précédente).
La différence dans le fonctionnement des deux boutons
affichés dans la boîte de dialogue est que :

Ajoute les objets sélectionnés à la sélection actuelle ;

Remplace la sélection actuelle par les numéros des objets sélectionnés

Filtre de sélection

Dans cette boîte de dialogue, les options qui permettent de


sélectionner les éléments de la structure qui pourront être
sélectionnés sur l’écran graphique, sont disponibles. Si une
option (par ex. nœuds) n’est pas cochée dans la boîte de
dialogue, les nœuds de la structure ne seront pas sélectionnés
sur l’écran graphique. Si l’option est cochée (elle est alors
accompagnée d’un symbole ), lors de la sélection
graphique, les nœuds de la structure sont sélectionnés.

13
2.5) Affichage des attributs de la structure :
La boîte de dialogue « Affichage des attributs » sert à sélectionner les attributs de la structure
qui seront affichés à l’écran.
La commande est accessible par :
- Le menu déroulant « Affichage », commande « Attribut… »
- L’icône se trouvant en bas, à gauche de l’écran.

Il apparaît alors la boîte de dialogue représentée ci-dessous :


La sélection d’une catégorie se trouvant dans la partie gauche de la boîte de dialogue actualise
la liste d’options groupées par thème.
Vous pouvez sélectionner les catégories (Favoris – Modèle – Nœuds – Barres – Panneaux /
EF – Désignation par couleurs – Charges – Vue … - Structure)
Chaque catégorie regroupe les options permettant d’afficher les attributs spécifiques de la
structure. La figure ci-dessus présente à titre d’exemple les options affichées dans la boîte de
dialogue après la sélection de l’onglet « Favoris ». Pour afficher les attributs de la structure à
l’écran graphique, il faut activer les attributs appropriés dans les onglets de la boîte de
dialogue et cliquer sur le bouton « Appliquer ».
La partie inférieure de la boîte de dialogue regroupe les boutons :

Sélectionner dans toutes les catégories

Désélectionner dans toutes les catégories

Sélectionner tout dans la catégorie active

Désélectionner tout dans la catégorie active


Rétablissement des paramètres par défaut pour les attributs de structure
affichés à l’écran.
14
2.6) Listes utilisées dans le logiciel :
Lors du travail avec « Robot Structural Analysis », dans certaine cas (définition des appuis,
affectation des sections aux barres, définition des charges etc.) il est commode d’utiliser les
listes de certaines gradeurs.
Pour faciliter la définition des listes de nœuds, barres, panneaux, objets, cas de charges,
modes propres etc., vous pouvez utiliser les descriptions des listes ci-dessous.
Les listes des grandeurs peuvent être définies de plusieurs façons :

- Vous pouvez spécifier tous les numéros appartenant à la liste :


1 5 8 10 15 20
- Vous pouvez utiliser les définitions abrégées (commandes A et PAS) :
6A10 désigne la chaîne de numéros : 6 7 8 9 10
6A10PAS2 désigne la chaîne de numéros : 6 8 10
- Vous pouvez utiliser les expressions contenant des répétitions et le pas de la répétition
(commande R)
4R3 désigne la chaîne de numéros : 4 5 6 7 (par défaut, le pas est égal à 1)
4R3PAS2 désigne la chaîne de numéros : 4 6 8 10 (ici, la valeur du pas est égale à
2)
- Vous pouvez exclure une partie de la liste – opération EXC :
1A58 EXC 44 49 52
Désigne la liste des éléments suivants: 1A43 45A48 50 51 53A58
Dans la définition de la liste, la commande EXC peut être utilisée
seulement une fois.
2.7) Caractéristiques communes des boîtes de dialogue (pointeur de la
souris, calculatrices) :
Dans le système Robot Structural Analysis, de nombreuses fonctionnalités ont été implantées
afin de faciliter votre travail lors de la définition de la structure. Le pointeur de la souris peut
prendre des formes différentes en fonction de l’opération en cours d’exécution :
- Lors de l’opération de sélection, le pointeur prend une forme spécifique ;
- Lors de la définition des barres et des nœuds, le pointeur se transforme en une croix
- Lors de l’affectation des attributs (appuis, section, relâchement etc.), le pointeur est
accompagné du symbole du l’attribut à affecter.
De plus, lors de la définition des barres/nœuds, les champs appropriés des boîtes de dialogue
« nœuds » ou « barres » affichent les coordonnées actuelles de la position du pointeur dans la
fenêtre de l’éditeur graphique.
Le mode de gestion du pointeur de la vue à l’aide du troisième bouton (ou de la molette) de la
souris est identique à celui d’AutoCAD ; les modes suivants sont disponibles :
- Un tour de la molette – zoom avant/arrière
- Un tour de la molette + touche « Ctrl » - déplacement horizontal

15
- Un tour de la molette + touche « shift » - déplacement vertical
- Un clic sur la molette – déplacement
- Un double clic sur le troisième bouton – vue initiale.
Après l’activation de l’option du menu « Affichage / Vue dynamique », l’option vue 3D peut
travailler dans un des quatre modes :
- Quatre modes simples : rotation 3D, rotation 2D, zoom avant et déplacement.
Pour changer le mode de travail, il faut sélectionner une option appropriée dans le menu
« Affichage / Vue dynamique » et dans la barre d’outils « Affichage ». Après la sélection du
mode de travail, le mouvement de la souris (dans le cas où son bouton gauche est appuyé)
entraîne les changements de la vue 3D :
- Rotation – permet la rotation de la structure dans tous les plans.
- Rotation 2D – permet la rotation de la structure dans le plan parallèle au plan de
l’écran.
- Zoom : le mouvement « en profondeur » de l’écran – approche / éloigne la structure
du plan de l’écran
- Déplacement – le mouvement dans le plan de la vue (déplacement de la structure par
rapport au centre de l’écran)

2.8) Convention des signes (barres):


L’orientation des vecteurs et des déplacements positifs est conforme au sens des axes.
L’orientation positive des angles, rotations et moments dans le repètre local ou global sont
définie d’après la règle du boulon fileté à droite. Cette convention définit les signes des efforts
externes, forces nodales, déplacements et rotations. Toutes ces grandeurs sont utilisées lors de
la définition de la structure, lors des calculs et pendant la présentation des résultats.
Pour définir les signes des efforts internes agissant dans les éléments spécifiques, vous pouvez
adopter une convention de signes différente. Les conventions de signes utilisées dans le
logiciel pour les efforts internes dans les éléments de type barres et pour les éléments finis
surfaciques.
Dans le logiciel, la convention de signes pour les éléments barres est basée sur la convention
des forces sectorielles. Suivant cette règle, le signe des efforts sectoriels est le même que celui
des forces nodales positives appliquées à l’extrémité de l’élément produisant les mêmes effets
(il s’agit des efforts dont l’orientation est conforme à l’orientation des axes du système local).
Par conséquent, les efforts de compression sont positifs et les efforts de traction sont négatifs.
Les moments fléchissants positifs MY provoquent la traction des fibres de la poutre se
trouvant du côté négatif de l’axe local z. Les moments fléchissants positifs MZ provoquent la
traction des fibres de la poutre se trouvant du côté positif de l’axe local « y ».

16
2.9) Convention des signes (éléments finis surfaciques):
Pour les éléments finis, vous pouvez obtenir les contraintes et les efforts dans l’élément. Les
gradeurs en question sont définies seulement par rapport à la direction locale normale et
tangente à la section transversale. Si l’on prend les désignations suivantes :
n : Vecteur normal à la surface de la section de l’élément
s : Vecteur tangent à la surface de la section
z : Ligne normale à la surface de l’élément
Les trois vecteurs définis (n, s, z) forment un repère cartésien selon la règle du bouton à filet
droit. Les sens positifs des efforts, moments et contraintes agissant dans les sections
transversales données est définie conformément à l’orientation des vecteurs n, s, z.
La convention décrite ci-dessus est représentée de façon schématique sur la figure suivante.
Les efforts, moments et contraintes représentés sur le dessin ont le signe positif.

17
2.10) Liste de raccourcis clavier :

Action Raccourci clavier


Sélectionner tout Ctrl + A
Copier du texte ou une image Ctrl + C
Ouvrir un nouveau projet Ctrl + N
Ouvrir un projet existant Ctrl + O
Lancer l’impression Ctrl + P
Enregistrer le projet Ctrl + S
Couper du texte ou une image Ctrl + X
Répéter l’opération Ctrl + Y
Coller du texte ou une image Ctrl + V
Annuler l’opération Ctrl + Z
Afficher la vue axonométrique de la structure (3D XYZ) Ctrl + Alt + 0
Projeter la structure sur le plan XZ Ctrl + Alt + 1
Projeter la structure sur le plan XY Ctrl + Alt + 2
Projeter la structure sur le plan YZ Ctrl + Alt + 3
Faire un zoom avant sur la structure affichée à l’écran Ctrl + Alt + A
Revenir à la vue initiale (l’échelle et les angles initiaux sont utilisés) Ctrl + Alt + D
Activer/désactiver l’écartement de la structure Ctrl + Alt + E
Faire un zoom défini par fenêtre Ctrl + Alt + L
Activer/désactiver la présentation des croquis des profilés sur la vue Ctrl + Alt + P
Capturer l’écran Ctrl + Alt + Q
Faire un zoom arrière sur la structure affichée à l’écran Ctrl + Alt + R
Activer/désactiver la présentation des symboles des profilés sur la vue Ctrl + Alt + S
Effectuer une rotation continue de la structure autour de l’axe X Ctrl + Alt + X
Effectuer une rotation continue de la structure autour de l’axe Y Ctrl + Alt + Y
Effectuer une rotation continue de la structure autour de l’axe Z Ctrl + Alt + Z
Supprimer du texte ou une image Suppr
Obtenir de l’aide à propos de l’option activée dans la boîte de dialogue F1
Appeler le traitement de texte F9

18
3) Mode d’accrochage du pointeur :
Le mouvement du pointeur de la souris à l’écran graphique dépend du mode du pointeur.
Les paramètres du mouvement du pointeur à l’écran graphique peuvent être définis dans la
boîte de dialogue « Mode d’accrochage »
La boîte de dialogue est accessible :
- après la sélection de la commande « Mode d’accrochage du pointeur disponible
dans le menu « outils »
- Après un clic sur l’icône « Mode d’accrochage du pointeur » affichée dans le
coin gauche en bas de l’écran.
Après la sélection d’une de ces options, le logiciel affiche la boîte de dialogue représentée ci-
dessous.

La partie supérieure de la boîte de dialogue regroupe les trois modes de base de mouvement
du pointeur :
- « Nœuds » : permet d’accrocher le pointeur de la souris seulement aux nœuds définis
dans la structure. L’attention est attirée sur le fait qu’en ce mode, le pointeur n’est pas
accroché aux objets de type polylignes, contours etc. Pour obtenir cet effet, sélectionnez
l’option « objet »
- « Ligne de construction » : permet d’accrocher le pointeur de la souris seulement
dans les points d’intersection des lignes de construction définis par l’utilisateur
(ATTENTION : les lignes de construction doivent être affichées à l’écran).
- « Grille » : permet d’accrocher le pointeur de la souris seulement dans les points de
la grille affichée à l’écran (ATTENTION : la grille doit être affichée à l’écran). Le pas de la
grille affichée à l’écran peuvent être modifié dans la boite de dialogue « espacement de la
grille ».

19
La partie centrale de la boîte de dialogue regroupe les options de définition des parapètres du
pointeur pour les objets (activation de l’accrochage aux barres, lignes, polylignes).
Deux modes de pointeur sont disponibles :
- « Extrémités » : Le pointeur est positionné aux extrémités des barres et des segments
des objets. Si vous décochez la case « Extrémités », l’option «Centre » ne sera pas disponible
(elle ne peut pas être utilisée de façon indépendante).
- « Centre » : le pointeur est positionné dans les centres des barres et des segments des
objets.
La zone située ci-dessous regroupe les options avancées de l’accrochage du pointeur.
Les options en question permettent d’accrocher le pointeur dans les points d’intersection des
barres et des normales. Une option utile est la possibilité de définir les lignes horizontales et
verticales et de rechercher leurs intersections avec les barres ou lignes de construction.
Les modes suivants sont accessibles :
- « Intersections avec la normale » : Pour déterminer les points d’accrochage du
pointeur, le logiciel déterminera la ligne sortant du point sélectionné et normal aux
barres et aux segments d’objets voisins
- « Intersections » : Intersection des barres, segments des objets et extrémités des jarrets
- « Intersection avec la grille » : Intersection avec la grille affichée à l’écran
(ATTENTION : la grille doit être visible !)
- « Intersections avec les lignes de construction » : Intersection avec les lignes
construction affichées à l’écran.

La partie inférieure de la boîte de dialogue regroupe trois boutons :


- « Par défaut » : Après un clic sur ce bouton, les options de base seront sélectionnées
pour l’accrochage du pointeur, à savoir : Nœuds, Lignes de construction, Grille, Objets,
Extrémité, Options avancées, intersections des barres.
- « Tout » : Après un clic sur ce bouton, toutes les options seront sélectionnées dans la
boîte de dialogue « Mode d’accrochage »
- « Aucun » : Après un clic sur ce bouton, aucune option ne sera sélectionnée dans la
boîte de dialogue « Mode d’accrochage ».

20
II) Applications :
1) Exercice d’une structure en R+3 :
1.2) Etapes de modélisation :
Nous allons ici aborder les principales étapes de modélisation d’une structure en béton armé
1) Exécuter le logiciel et choisir une nouvelle affaire
2) Editer les préférences de l’affaire
3) Editer les lignes de construction
4) Définir :
- Les sections (les éléments linéaires, poteaux, poutres…)
- Les éléments surfaciques
- Les matériaux pour les éléments crées
- Les liaisons rigides pour les planchers
- Les cas de charges (permanentes et d’exploitation)
- Calcul modal (Spectre de réponse)
- Les charges sismiques
- La source des masses pour le calcul modal
- Les combinaisons d’actions
5) Insérer les éléments (Poteaux, poutres, Planchers en corps creux, dalle, voiles, escaliers…)
6) Appliquer le diaphragme pour chaque niveau
7) Attribuer les charges (Surfacique, linéaires)
8) Encastrer la structure à la base
9) Analyser
11) Vérifier la période caractéristiques et les modes propres
12) Ajuster ou modifier les voiles si la période ou les modes propres ne sont pas corrects
13) Analyser de nouveau
14) Afficher les tableaux
- Vérifier la période caractéristique et les modes propres
- Classification du système de contreventement
- Vérifier l’effort tranchant à la base
- Afficher les coordonnées du centre de masse et de rigidité
- Vérifier le déplacement inter-étages
- Afficher les efforts dans les voiles
- Afficher les efforts dans les poteaux
- Afficher les efforts dans les poutres
- Afficher les efforts dans les appuis pour le calcul des fondations.

21
L’exercice consiste à modéliser une structure en R+3 en portique contreventée par des voiles
en béton armé.
Les figures ci-dessous représentent le plan de coffrage plancher et escalier de la structure à
modéliser avec le logiciel Robot Structural Analysis.

22
Cette figure représente la coupe en élévation sur l’escalier

23
La figure ci-dessous représente la vue en 3D de la modélisation finale auquel nous allons
aboutir après modélisation à l’aide du logiciel « Robot Structural Analysis »

24
Nous allons maintenant commencer à détailler les étapes de modélisation :
1) Exécuter le logiciel et choisir une nouvelle affaire :
- Lancer le logiciel « Robot Structural Analysis »
- Dans la fenêtre qui s’affiche choisir « Etude d’une coque »

On retrouve ainsi l’espace de travail « Robot »

25
2) Editer les préférences de l’affaire :
Le module Préférences de l’affaire sert à sélectionner et modifier les paramètres de l’affaire
étudiée dans le logiciel Robot.

- Dans le menu « Unités et formats > Autre », on modifie l’unité du déplacement linéaire en
mm

26
- Dans l’onglet « Matériaux », On choisit le matériau avec lequel on travaille,

- Il est également possible d’ajouter de nouvelles propriétés des matériaux en cliquant sur
modifier, comme indiqué dans la figure ci-dessous, puis choisir le matériau qu’on veut
rajouter, puis on définit les nouvelles caractéristiques.

27
On peut ainsi modifier ou rajouter n’importe quel type de matériaux.

- Dans l’onlet « Normes et conception », pour le béton armé, on choisira


le « BAEL 91 mod.99 »

28
- Dans le sous onglet «Charges », On prendra pour les pondérations le
« le BAEL 91_RPS2000 »
- Pour les charges sismiques on prendra le « RPA99 (2003) »

Dans l’onglet « Paramètres du travail », on choisira le type de maillage normal, puis on


clique sur « Modifier »

29
- Cliquer sur paramètres avancées afin d’avoir plus d’options

- Imposer la méthode de « Coons »


- Imposer le maillage Quadrangle à 4 noeuds
- Imposer la taille de la maille à 50cm
- Imposer le type de division « Carré »

30
Il est possible d’enregistrer les préférences de l’affaire :
- Cliquer sur « Enregistrer »
- On spécifie un nom (ici, NORME 1)

31
Pour ouvrir la préférence de l’affaire ayant déjà été enregistrée :
- Cliquer sur « Ouvrir »
- Choisir le nom de la préférence de l’affaire, puis cliquer sur ouvrir
Tous les paramètres ainsi enregistrés seront générés.

32
3) Editer les lignes de construction :
La commande « Ligne de construction » sert à définir les lignes de construction
supplémentaires, pour ce faire :
- Cliquer sur l’icône affiché dans la figure ci-dessous
- Cliquer sur l’onglet « Cartésien » puis sur l’onglet X, pour insérer les coordonnées des axes
suivant X (pour chaque coordonnée insérer, cliquer sur « Insérer »)

33
Il n’est pas nécessaire d’insérer la position par rapport à un axe fixe, il est possible d’insérer
les valeurs des espacements entres les axes
- Insérer la valeur de la position d’axe précédent
- Insérer « 1 » dans le nombre de répétitions
- Insérer ensuite l’espacement des axes.

34
On insère ainsi toutes les coordonnées des
axes suivant X

- De la même manière que pour la création des axes suivant X, on insère les axes suivant Y

Une fois la définition des axes achevée,


cliquer sur « Appliquer »

35
Remarque :
Il est conseillé de ne pas rajouter les axes suivant Z dans la fenêtre de ligne de construction, il
vaudrait mieux les définir au niveau des « Etages »

Nous allons maintenant définir les étages, pour ce faire :


- Cliquer sur « Structure > Etages > Etages »

On aura ainsi définit tous les axes qui vont nous permettre de tracer les poteaux et les poutres.

36
4) Définir :
4.1) Définir les éléments linéaires : « poteaux, poutres » :
- Cliquer sur l’icône : « Profilés de barres »
- Supprimer tous les éléments prédéfinis comme indiqué dans les schémas ci-dessous

- Cliquer sur « Nouveau profilé »


- Commençons par définir les dimensions du poteau « 30x30» comme indiqué dans les figures
ci-dessous
- Cliquer ensuite sur « Ajouter »

37
- Définir les poutres porteuses « 30x40 » et les poutres non porteuses « 30x35 »

En cliquant sur ajouter, on peut constater que les éléments linéaires ont été définis

38
4.2) Définir les éléments surfaciques « plancher en corps creux, escaliers, voiles » :
- Plancher en corps creux :
Nous allons commencer par définir le plancher en corps creux, qui, étant composé de
poutrelles, d’entrevous, de dalle de compression, il est donc préférable de le définir comme
étant un élément sans densité sur lequel on rajoute la charge totale permanente.
- Cliquer sur « Structure > Caractéristiques additionnelles > Bardages… »
- Choisir un nouveau bardage
- Choisir un sens d’orientation de la répartition de charge (ici, orientation dans un seul sens
suivant l’axe local X)
- Spécifier un nom puis cliquer sur « OK »

39
- Escaliers :
L’escalier aura une épaisseur de la paillasse égale à 15cm
- Cliquer sur « Epaisseur EF »
- Définir une nouvelle épaisseur
- Spécifier une épaisseur «ici, 15cm »
- Spécifier un nom à l’escalier
- Spécifier un matériau « ici, BETON 25 »
- Cliquer sur « Ajouter »

40
- Voiles :
Les voiles auront une épaisseur de 20cm, nous allons les définir de la même manière que la
définition de l’escalier

41
4.3) Définir les matériaux pour les éléments crées :
Tous les matériaux crées seront insérés en utilisant le béton de 25Mpa
- Cliquer sur « matériau »
- Sélectionner tous les éléments en maintenant la touche « ctrl » enfoncée
- Choisir le matériau « Béton 25», puis cliquer sur « Appliquer »

4.4) Définir les liaisons rigides pour les planchers :


La commande Liaisons rigides sert à définir les liaisons rigides dans les nœuds de la
structure :
La liaison rigide est utilisée pour modéliser les parties parfaitement rigides des structures
élastiques (définition du corps rigide dans la structure). Pour une telle liaison, tous les nœuds
ont les mêmes rotations et les déplacements identiques en ce qui concerne le mouvement
rigide de la liaison entière. Les rotations et les déplacements définis pour la liaison rigide
peuvent être limités à certains degrés de liberté.
- Cliquer sur « Structure > Caractéristiques additionnelles > Liaisons rigides

42
- Cliquer sur « Définir une nouvelle liaison rigide »
- Imposer les directions (on impose les directions suivant X et Y et la rotation autour de l’axe
Z), puis cliquer sur « Ajouter »

4.5) Définir les cas de charges (permanentes et d’exploitation) :


Nous allons définir les charges permanentes G et les charges d’exploitations Q
- Cliquer sur l’icône « Cas de charge »,

Choisir la nature « Poids propres »,


et spécifier un nom « G »

43
- Choisir ensuite la nature « d’exploitation » puis spécifier un nom « Q »

4.6) Définir le calcul modale et le spectre de réponse :

44
La densité doit être négligée car elle sera prise en considération dans la prochaine étape, si
l’on ne coche pas cette icône, le poids propre sera pris en considération deux fois.

45
Nous pouvons définir l’excentricité minimale à considérer qui est donné par le règlement
Algérien (e = 5% L Structure), dans les deux direction

46
En ayant défini l’analyse modale, en cliquant sur nouveau, on constate que l’on peut
désormais choisir les charges sismiques
On définit d’abord la charge sismique suivant X
- Cocher l’icône « sismique », puis choisir le règlement Algérien « RPA 99 (2003) »
- Spécifier un nom « EX » puis cliquer sur « OK »

On choisir dans cette fenêtre les paramètres sismiques

- Zone III
- Groupe d’usage 2
- Site S3
-Coefficient de comportement R =3.5
- Facteur de qualité Q = 1.2

47
- Cliquer ensuite sur définir l’excentrement
- On choisira une excentricité entre le centre de masse et le centre de torsion de 5%

Nous sommes dans le cas de la direction suivant X, donc nous gardons X = 1, Y = 0, Z =0


Nous devons aussi décocher l’icône de décomposition de la direction, si on laisse cette icône
cochée, Robot va nous décomposer la charge suivant X et Y

48
De la même manière que la définition de la charge suivant X, on définit la charge suivant Y,
la seule différente c’est qu’au niveau de la direction, on laisse uniquement Y = 1

49
4.6) Définir La source des masses modales :
D’après le règlement Algérien, RPA 2003, pour le calcul des modes propres, nous devons
prendre la totalité des masses permanentes et 20% des charges d’exploitation dans le cas d’un
bâtiment à usage d’habitation.

On sélectionne d’abord la
charge « G », puis on
cliquer sur les deux flèches
comme indiqué sur la figure

50
On affecte pour la charge permanente un coefficient de 1 qui signifie 100% des charges, pour
«G»

51
On sélectionne ensuite la charge « Q », puis on clique sur les deux flèches comme indiqué sur
la figure.

On affecte d’un coefficient 0.2 pour


signifier qu’on aura pris en
considération 20% des charges
d’exploitation

52
On aura ainsi défini La totalité des charges permanente et 20% des charges d’exploitation

53
4.7) Définir les combinaisons d’action :
Les combinaisons à prendre en considération sont les suivantes :
A l’ELU (Etat limite ultime) :
En SDT (Situation durable et transitoire) :
1.35 G + 1.50 Q………………………………………….. (1)
En SA (Situation accidentelle) :
G + Q + Ex………………………………………………. (2)
G + Q + Ey………………………………………………...(3)
0.8G + Ex…………………………………………………. (4)
0.8G + Ey…………………………………………………. (5)
A l’ELS (Etat limite de service) :
G + Q……………………………………..………………… (6)

54
Pour les insérer sur « Robot »
- Cliquer sur « Charges > Combinaisons manuelles > Choisir le type de combinaison « ELU,
choisir la nature permanente > Spécifier un nom »

Dans la fenêtre ci-dessus qui s’affiche


- Choisir un coefficient de 1.35 pour G et 1.5 pour Q

55
On aura ainsi crée la combinaison à l’ELU.
De la même manière, on définit les autres combinaisons d’actions.
- Choisir le type ELS pour les combinaisons à l’ELS
- Choisir le type ELA et la nature sismique pour les combinaisons accidentelles.

56
5) Insérer les éléments :
5.1) Insérer les poteaux :
Nous allons insérer les éléments dans un seul niveau puis on les copier dans les autres niveaux
identiques.
- Se mettre en 2D puis insérer les poteaux du premier niveau

57
- On sélectionne tous les poteaux, puis on se met en 3D et on copie les poteaux dans les
autres axes
- Dans la fenêtre translation qui s’ouvre, soit on copie graphiquement de façon simple, soit on
copie en introduisant les coordonnées suivant les directions (X, Y, Z). Si on utilise la copie
avec les coordonnées, on insère les coordonnées suivant les trois directions avec un barre
d’espace entre chaque axe. Ici nous allons copier graphiquement.

58
5.1) Insérer les poutres :
De façon très simple, on insère les poutres en se mettant en vue en plan, les poutres porteuses
seront orientées dans l’axes global X, les poutres non porteuses seront orientées suivant l’axe
global Y

59
5.2) Insérer les axes secondaires pour la création de l’escalier :
Afin d’avoir tous les points nécessaire pour la
création des éléments, nous aurons besoin de
rajouter des axes supplémentaires :
- Suivant X : 5.9m et 9.45m
- Suivant Y :1.3m et 1.5m
- Suivant Z : 1.53m

60
5.3) Insérer le plancher en corps creux :
Nous allons d’abord insérer un contour, puis on lui affecte le bardage crée précédemment.
Nous avions choisir le sens porteur suivant X. Pour que le sens porteur soit orienté
verticalement comme indiqué dans les plans, il faudrait que les deux premiers points de la
création du contour soient orientés verticalement.

61
On aura ainsi insérer, le bardage

5.4) Insérer l’escalier :


- Sélectionner le contour
- Se mettre en vue en plan XY en 2D au niveau 0.00
- Sélectionner le premier point de l’escalier
- Monter au niveau supérieur
- Tracer ainsi la première paillasse

62
Une fois le contour défini, il suffit de lui attribuer le panneau de l’escalier défini
précédemment.
- Cocher « liste d’objet », puis cliquer sur le contour, afin de pouvoir l’attribuer
- Choisir le type de panneau E15 qui représente l’escalier

63
On Insère ainsi la suite de l’escalier, à savoir le palier de repos ainsi que la deuxième
paillasse.

5.5) Insérer les voiles :


On avait défini une épaisseur de voiles égale à 20cm. Nous allons modéliser huit voiles qui
seront disposés dans les angles de la structure, ils auront une longueur de 85cm au nu des
poteaux, mais vu que Robot considère les éléments entraxe, on prendra une longueur égale à
1m.
La modélisation se fait comme suit :
- Se mettre en vue en 2D en élévation
- Insérer le contour qui aura les dimensions du voile (insérer le premier point, puis cliquer sur
la touche 0 du clavier, choisir l’orientation puis insérer la valeur considérée)
- Cliquer sur panneau
- Cocher liste d’objet puis cliquer sur le panneau en question
- Choisir le type de panneau « V20 »
- Cliquer sur « OK »

64
Touche « 0 »
du clavier

65
Une fois le contour du voile inséré, il suffit d’appliquer le panneau (voile) au contour, pour ce
faire :
- Cliquer sur panneau
- Cocher l’icône « liste d’objet »
- Sélectionner le panneau en question
- Choisir le nom du voile ayant été défini
- Cliquer sur « Ajouter »

66
De la même manière on insère tous les voiles du premier niveau.

Il reste maintenant à copier tous les éléments du premier niveau dans les deux niveaux
supérieurs. On ne va pas le copier au dernier niveau car la terrasse inaccessible n’est pas
identique avec les autres étages
- Sélectionner tous les éléments du premier niveau
- Cliquer sur le raccourci « Edition »
- Cliquer sur translation
- Insérer les coordonnées X = 0, Y = 0, Z = 3.06m, à savoir « 0 0 3.06 »
- Insérer le nombre de répétitions (Ici, 2)

67
Il nous reste seulement à insérer les éléments du dernier niveau, nous n’allons pas détailler
les étapes de modélisation, vu qu’elles sont identiques aux précédentes.

6) Appliquer les liaisons rigides ou diaphragmes pour chaque niveau :


- Se mettre en vue en plan XY, niveau +3.06
- Cliquer sur « Structure > Caractéristiques additionnelles > liaisons rigides »
- Choisir la liaison rigide définie précédemment « NM »
- Cliquer sur la zone de texte du nœud maitre
- Choisir un point de la structure (pas forcement, le centre de gravité)
- Cliquer sur la zone de texte des nœuds esclaves
- Choisir tous les points du plancher qui représentent les nœuds esclaves

68
69
Sélectionner tous les nœuds qui représentent les nœuds esclaves.

70
On fera de même pour tous les planchers. Ainsi on aura créé des liaisons rigides à tous les
niveaux

7) Attribuer les charges (surfaciques) :


Les charges permanentes surfaciques seront affectées aux planchers et aux escaliers,
Les charges d’exploitation sont surfaciques et seront affecté aux planchers et aux escaliers.
Nous allons illustrer par des schémas l’affectation des charges au niveau des planchers aux
trois premiers niveaux.
- Sélectionner les trois premiers niveaux
- Choisir le cas de charge « G »
- Cliquer sur « Définir charges »
- Choisir « Charges surfacique uniforme »

71
On insère la valeur de -5.55KN/m² pour les
charges permanentes

G Etage courant = -5.55KN/m²


Q Etage courant = -1.5 KN/m²
G Terrasse = -6.90KN/m²
Q Terrasse = -1.00 KN/m²
G Escalier = -1.32 KN/m² (Le poids propre de la paillasse étant déjà été pris en compte)
Q Escalier = -2.50 KN/m²

72
On peut afficher le tableau de chargement comme ceci :

8) Encastrer la structure à la base :


L’encastrement de la structure à la base se fait de manière très simplifiée :
- Se mettre au niveau de la base
- Sélectionner tous les points d’appuis
- Cliquer sur l’icône « Appuis »
- Choisir le type d’appui « encastrement »
- Choisir le type d’appuis « Linéaire » puis cliquer sur les appuis linéaires « Voiles, base de
l’escalier »

73
74
On sélectionne tous les appuis linéaires (Base des voiles, base des escaliers)

75
9) Analyser la structure :
Une fois la modélisation achevée, il suffit de cliquer sur le bouton « Calculer » pour analyser
la structure

76
11) Vérifier la période caractéristiques et les modes propres :
Selon l’article 4.2.4 du RPA 2003, la valeur de la période fondamentale (T) (Mode1) de la
structure peut être estimée à partir de formules empiriques ou calculée par des méthodes
analytiques ou numériques.
La formule empirique à utiliser est la suivante :

( )

Où :
Ct : Coefficient, fonction du système de contreventement, du type de remplissage.
(Ici, Ct = 0.05 car le système de contreventement est assuré partiellement ou totalement par
des voiles en béton armé… voir le RPA2003)
Hn : Hauteur mesurée en mètre à partir de la base de la structure jusqu’au dernier niveau (N)
(Ici, hn = 12.24m)
D : Dimension du bâtiment mesurée à sa base dans la direction de calcul considérée
D = 9.60m
Selon l’article 4.2.4.4 du RPA, les valeurs de T calculées à partir des formules de méthode
numériques ne doivent pas dépasser celles estimées à partir des formules empiriques
appropriées de plus de 30%.
En d’autres termes :

Pour ce qui concerne les modes propres :


Nous devons avoir
UX > 60% ou UY > 60% dans le mode1
UX > 60% ou UY > 60% dans le mode2
RZ <10 % dans les deux premier modes
La somme des UX et des UY doit être supérieure à 90%

77
12) Augmenter la longueur des voiles :
La période caractéristique de la structure ainsi que les modes propres peuvent être tirés des
tableaux de Robot
Tous les tableaux peuvent être tirés en cliquant avec le bouton droit de la souris, puis cliquer
sur « Tableaux »
- Choisir le tableau des modes propres

78
Remarque :
Nous avons affiché uniquement les résultats dont nous avons besoin.

A partir de ces résultats on voit que :


Les modes propres
UX = 66.21 > 60% dans le deuxième mode
UY = 67.04% > 60% dans le premier mode
La somme de UX = 90.13% > 90% à partir du cinquième mode
La somme de UY = 90.06% > 90% à partir du cinquième mode

La période caractéristique :
Tmodèle = 0.39 s

( )

1.3 x TRPA = 1.30 x 0.287 = 0.373 s

TModèle > 1.30 TRPA

Remarque :
Nous devons modifier la disposition des voiles, nous allons rajouter 30cm pour tous les
voiles.

79
Pour étirer une voile il faut :
-Sélectionner le voile à étirer
- Cliquer à nouveau sur le bord du voile sélectionné
- Appuyer sur la touche « 0 » du clavier
- Orienter le sens de l’étirement en cliquant sur la direction de la flèche
- Insérer la valeur d’étirement « 30cm »
Nous allons supprimer tous les voiles et ne garder que ceux de la base, puis en rajouter 30cm,
puis les copier aux autres niveaux

Touche « 0 »
du clavier

On fera de même pour tous les voiles, on les copie à tous les niveaux et on relance le calcul

80
Tmodèle = 0.35 s

( )

1.3 x TRPA = 1.30 x 0.287 = 0.373 s
TModèle < 1.30 TRPA

A présent, la période caractéristique calculée avec la méthode numérique est inférieure à celle
estimée par le RPA augmenté de 30%. On garde ce modèle
81
13) Afficher les tableaux :
- Classification du système de contreventement :
Selon l’article 3.4 du RPA 2003, l’objet de la classification des systèmes structuraux se
traduit, dans les règles et méthodes de calcul, par l’attribution pour chacune des catégories de
cette classification et méthodes de calcul, par l’attribution pour chacune des catégories de
cette classification, d’une valeur numérique du coefficient de comportement « R ».
Nous allons comparer la reprise des sollicitations due aux charges verticales des voiles par
rapport aux poids total de la structure
- Sollicitations des charges verticales reprisent par les voiles :
- Se mettre au niveau de base
- Sélectionner tous les nœuds appartenant aux appuis des voiles
- Copier les numéros relatifs aux nœuds sélectionnés
- Afficher les tableaux de réaction
- Coller les numéros des nœuds pour afficher les résultats uniquement au niveau des nœuds
considérés
- Choisir le cas « G » puis le cas « Q »

Copier

82
Coller

83
G Voiles = 1518.61 KN
Q Voiles = 122.45 KN
Poids repris par les voiles = G voiles + 0.20 x Q Voiles = 1543.1 KN

- Poids de la structure :
On sélectionne tous les nœuds de la structure puis on affiche les tableaux des réactions à
nouveau.

84
G Structure = 5670 KN
Q Structure = 822.91 KN
Poids de la structure = G Structure + 0.20 x Q Structure = 5834.60 KN
20% du poids de la structure = 1167 KN
Selon l’article 3.4.A.2 du RPA 2003, si les voiles reprennent plus de 20% des sollicitations
dues aux charges verticales. On considère que la sollicitation horizontale est reprise
uniquement par les voiles, nous sommes donc dans le « système de contreventement
constitué par des voiles porteurs en béton armé »

Poids repris par les voiles = 1543.1KN > 20% du poids de la structure = 1167KN

Donc nous sommes bien dans le système de contreventement constitué par des voiles
porteurs en béton armé. Avec R = 3.50

85
- Vérifier l’effort tranchant à la base :
Selon l’article 4.3.6 du RPA2003, la résultante des forces sismiques à la base obtenue par
combinaison des valeurs modales ne doit pas être inférieure à 80% de la résultante des forces
sismiques déterminée par la méthode statique équivalente. En d’autres termes.

VMMS : Effort tranchant calculé avec la méthode modale spectrale (ROBOT)


VMSE : Effort tranchant calculé avec la méthode statique équivalente.
- Effort tranchant calculé avec la méthode modale spectrale :
Nous allons déterminer l’effort tranchant à la base avec la méthode modale spectrale à l’aide
de ROBOT
- Dans les tableaux précédents des réactions :
- Choisir le cas « EX »
- Relever l’effort FX au niveau de la ligne de la somme des réactions

On fera de même pour le cas « EY »

Les efforts tranchants calculés avec la méthode modale spectrale sont les suivants :
VX MMS = 1171.45 KN
VY MMS = 1175.85 KN

86
- Effort tranchant calculé avec la méthode statique équivalente :
Selon l’article 4.2.3 du RPA 2003, la force sismique totale appliquée à la base de la structure,
doit être calculé successivement dans deux directions horizontales orthogonales selon la
formule suivante :

Où :
A : Coefficient d’accélération de zone
D : Facteur d’amplification dynamique moyen,
Q : Facteur de qualité
R : Coefficient de comportement
W : Poids total de la structure
Nous avons calculé au préalable le poids de la structure
W = 5834.60 KN

A = 0.25 (Zone III, groupe d’usage 2)


D = 1.909
Q = 1.15
R = 3.5 (Contreventement en voiles porteurs en béton armé)
Pour avoir plus de précisions sur les coefficients (A – D – Q – R), consulter le RPA
2003(article 4.2.3)
On trouve donc :
VMSE = 914.92 KN

87
- Vérification du déplacement inter-étages :
Selon l’article 4.4.3 du RPA2003, le déplacement horizontal à chaque niveau « k » de la
structure est calculé comme suit :
δk = R δek
δek : Déplacement dû aux forces sismiques Fi (y compris l’effet de torsion)
R : Coefficient de comportement
Le déplacement relatif au niveau « k » par rapport au niveau « k-1 » est égal à :
∆k = δk - δk-1
Selon l’article 5.10 du RPA 2003, les déplacements relatifs d’un étage par rapport aux étages
qui lui sont adjacents, ne doivent pas dépasser 1% de la hauteur d’étage. En d’autres termes

Nous allons relever à l’aide de Robot les déplacements de chaque niveau du à EX et EY


- Afficher les tableaux des étages
- Cliquer sur l’onglet « Déplacements »

88
Suivant X :
δ ek4 = 11.2 mm
δ ek3 = 7.9 mm
δ ek2 = 4.6 mm
δ ek1 = 1.6 mm
δk = R δek avec R = 3.50
δ e4 = 39.20 mm
δ e3 = 27.65 mm
δ e2 = 16.10 mm
δ e1 = 5.69 mm
∆k = δk - δk-1
∆k4 = 11.55 mm

∆k3 = 11.55 mm

∆k2 = 10.41mm
∆k1 = 5.69 mm
On voit bien que les déplacements inter-étage sont inférieur à 1% de la hauteur d’étage
suivant X

89
Suivant Y :
δ ek4 = 10.90 mm
δ ek3 = 7.7 mm
δ ek2 = 4.4 mm
δ ek1 = 1.5 mm
δk = R δek avec R = 3.50
δ e4 = 38.15 mm
δ e3 = 26.95 mm
δ e2 = 15.40 mm
δ e1 = 5.25 mm
∆k = δk - δk-1
∆k4 = 11.20 mm

∆k3 = 11.55 mm

∆k2 = 10.15mm
∆k1 = 5.25 mm
On voit bien que les déplacements inter-étage sont inférieur à 1% de la hauteur d’étage
suivant Y

On conclue donc que le déplacement inter-étage est vérifié.

90
- Afficher les efforts dans les voiles :
Les voiles sont sollicités par un effort normal « N » un moment fléchissant « M » qui sont
maximaux à la section d’encastrement et un effort tranchant « T ».
Afin de retrouver les efforts internes dans chaque voile.
- Sélectionner le voile qu’on voudrait calculer
- Copier le numéro du voile
- Afficher les tableaux des efforts réduits
- Coller le numéro du voile puis appuyer sur « Entrée »
- Cliquer avec le bouton droit sur les tableaux puis cliquer sur « colonne »
- Cliquer sue coupe
- Décocher toutes les coupes sauf la base de l’horizontale

91
NRx : Effort normal au niveau du voile

Si NRx > 0 (Traction)


Si NRx < 0 (Compression)

MRy : Moment fléchissant au niveau du voile


TRy : Effort tranchant au niveau du voile

92
Ferraillage des voiles pleins et des trumeaux :
- Aciers verticaux :

Le ferraillage longitudinal se fera en flexion composée en fissuration peu nuisible avec la


combinaison la plus défavorable entre les trois cas suivants :

Cas 1 : N min – M correspondant


Cas 2 : N max – M correspondant
Cas 3 : M max – N correspondant

- Aciers horizontaux :

Selon l’article 7.7.4.2 du RPA les barres horizontales doivent être munies de crochets à 135°
ayant une longueur de 10 𝜙

 Contrainte limite de cisaillement :

BAEL 99 : art A.5.1.2.1

RPA 2003 : art 7.7.2

 Calcul des armatures :

Les armatures transversales sont déterminées par la formule suivante :

- Pourcentage minimum d’armatures :

Le pourcentage minimum d’armatures verticales et horizontales des voiles pleins et


des trumeaux est donné par le RPA 2003 et le BAEL91

93
o RPA 2003 :

 (globalement dans la section du voile) RPA art 7.7.4.3


 (en zone courante) RPA art 7.7.4.3
 (en zone tendue) RPA art 7.7.4.1

Avec :
ht = h – αd

o BAEL 99 :
 (condition de non fragilité) BAEL99 art A.4.2
(SPC)
 BAEL99 art A.8.1.2.1 (compression
centrée)

Avec :

U : périmètre de la section considérée (m²), 4U donné en (cm²)

94
- Afficher les efforts dans les poteaux :
Les poteaux sont soumis à un moment fléchissant « M », un effort normal « N » et un effort
tranchant « T » ; c’est-à-dire sollicités en flexion composée avec compression ; cependant
l’article B-8-2-10 du CBA 93 préconise de considérer sollicités en compression centrée les
éléments dont l’excentricité due à l’effort normal et au moment fléchissant est de l’ordre de la
moitié du noyau central soit : e ≤ (h/6).
Le sous chapitre 7.4. du RPA 2003 donne des spécifications concernant les poteaux qu’il
faudrait respecter en zone sismique, ce sont les suivantes :
- Armatures longitudinales :
Leur pourcentage minimal sera de :
0.7% en zone I
0.8% en zone IIa
0.9% en zone IIb et III
- Armature transversale :
Les armatures transversales des poteaux sont calculées à l’aide de la formule

Vu : Effort tranchant de calcul


h1 : Dimension du poteau
fe : Contrainte limite élastique de l’acier transversale
ρa : Coefficient correcteur qui tient compte du mode fragile de la rupture par effort tranchant,
ρa = 2.50 si l’élancement géométrique λg ≥ 5
ρa = 3.75 si l’élancement géométrique λg < 5

( )

t : Espacement des armatures transversales. Il est fixé comme suit :


Dans la zone nodale :
t ≤ min (10φl ; 15cm) en zones I et IIa
t ≤ 10 cm en zones IIb et III

Dans la zone courante :


t’ ≤ 15 φl en zones I et IIa
t’ ≤ min (b1/2 ; h1/2 ; 10 φl ) en zones IIb et III

Avec :
φl : Diamètre minimal des armatures longitudinales du poteau.

95
Pour retrouver les efforts dans les poteaux on procède comme suit :
- Sélectionner le ou les poteaux qu’on voudrait étudier (ici, un seul poteau)
- Afficher les tableaux des efforts

96
- Afficher les efforts dans les poutres :
Les poutres sont soumises à un moment fléchissant « M » et un effort tranchant « T » c’est-à-
dire sollicitées en flexion simple ; les effets du moment fléchissant et de l’effort tranchant
seront traités séparément.
Le ferraillage est soumis aux recommandations suivantes :
- RPA 2003 :
o Le pourcentage minimal des aciers longitudinaux sur toute la longueur de la
poutre est de 0.5%,
o Le pourcentage maximum d’armatures est de 4% en zone courante, et de 6%
en zone de recouvrement,
o La longueur minimale de recouvrement est de 50𝜙 en zone III
- CBA 93 :
o Il faut respecter le ferraillage minimal donné par la condition de non fragilité :

- Vérification du béton :

La contrainte tangente conventionnelle ne doit pas dépasser la contrainte limite :

̅̅̅

- Calcul des armatures d’âme :


Diamètre des armatures d’âme :

( )

Détermination des armatures d’âme :

Espacement maximal :
̅

Pourcentage minimal des armatures d’âme :

Armatures inférieures tendues sur appui d’about :

Vérification du béton de la bielle d’about :

97
Armature inférieures tendues sur appui intermédiaire :
.

Il est plus pratique de visualiser les efforts graphiquement au niveau des poutres qu’au niveau
des tableaux,
- On sélectionne poutre qu’on voudrait étudier
- On l’isole
- On affiche le diagramme des moments
- On ouvre le Robot Expert afin de pouvoir ferraillage la poutre

98
- On ouvre le robot Expert
- On choisit Expert en béton armé

99
Dans l’onglet général on choisit :
FeE 400
fc28 = 25MPa
Fissuration non préjudiciable

100
Dans l’onglet calcul :
- Insérer les dimensions de la poutre « 30 x40 »
- Insérer les valeurs des moments mentionnées plus haut
- Cliquer sur « CALCULER »

On retrouve un ferraillage théorique de :


As1 = 2.5 cm²
As2 = 5.0 cm²

101
On clique sur Armature pour choisir le nombre et le diamètre des armatures :

On adopte un ferraillage de
3T12 en travée
6T12 sur appuis

102
- Afficher les efforts dans les appuis pour le calcul des fondations
Pour afficher les efforts au niveau des appuis pour le calcul des fondations, soit on utilise les
tableaux des réactions comme on l’avait fait précédemment, soit on les affiche
graphiquement, on va montrer comment afficher les efforts graphiquement :
- Se mettre par exemple en 2D en élévation
- Cliquer sur « Résultats > Diagramme des barres »
- Cliquer sur l’onglet « Réactions »
-Choisir l’icône FZ
- Cocher « Description » afin d’afficher la valeur de la réaction

On affiche si l’on souhaite, les réactions dans


les trois directions, ainsi que le moment autour
de l’axe Y

103
On obtient ainsi les valeurs des réactions d’appuis verticales.

104
Références :
- Manuel d’utilisation RoboBAT, 2 rue Lavoisier, Montbonnot Zirst 38344 St-Ismier Cedex –
France. E-Mail : service@robobat.fe
- Aide de Robot Structural Analysis
- Règlement Parasismique Algérien RPA 2003
- Béton Armé aux états limies (BAEL 91 Modifié 99).

105