Vous êtes sur la page 1sur 4

Débattre sur la galanterie

Activité 1 : Le thème

1) Regardez l’image. Que voyez-vous ?

© Getty / duncan1890

2) Qu’est-ce que « la galanterie » pour vous ?


Trouvez des synonymes de ce mot et donnez des exemples de gestes de galanterie.
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………

3) Cherchez le mot « galanterie » dans un dictionnaire.


Notez :
- la définition : ……………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………...
- le siècle où son usage s’est développé : ……………………………………………………
- l’adjectif qui lui correspond : ………………………………………………………………….

Activité 2 : Les personnes interrogées

Lisez les questions suivantes. Écoutez l’extrait sonore en entier. Prenez des notes
pendant l’écoute puis répondez.

1) Qui parle ? …………………………………………………………………


2) Où ? ……………………………………………………………………………………………
3) De quel sujet ? ……………………………………………………………………
4) De quelle manière ? ………………………………………………………………………

Extrait de Idées 28/07/2019


Rédactrice : Fanny Kablan
Activité 3 : Que pensent-elles ?

Lisez les propositions. Écoutez l’extrait puis cochez les bonnes réponses.
Parmi les idées suivantes lesquelles sont défendues dans l’extrait sonore ?

□ La galanterie est plutôt rare.


□ La galanterie est primordiale pour la société.
□ Être galant, c’est savoir écouter.
□ La galanterie est très importante dans le couple.
□ La galanterie, c’est dans les deux sens.
□ La galanterie importe beaucoup aux femmes.
□ La galanterie, il ne faut pas trop en user.
□ La société a changé, la galanterie aussi.
□ La galanterie est une forme de sexisme.
□ La galanterie, ce sont de petits gestes gentils.
□ La galanterie n’a plus lieu d’être aujourd’hui.
□ Le mot « galanterie » est un peu démodé.
□ La galanterie est toujours intéressée.
□ La galanterie, c’est une question de respect.

Activité 4 : L’oralité

Lisez l’intervention de l’une des femmes interrogées. Répondez aux questions.


« La galanterie y’a des limites. Pour moi, j’vais payer le resto, c’est pas de la galanterie d’payer
le resto. J’paye le resto parce que, ben, maintenant on a évolué. Bon, ben, avant les femmes,
elles avaient pas de salaire, les mecs ils payaient avec… c’est eux qui avaient l’argent, ils
avaient le job, les femmes restaient à la maison, maintenant c'est plus le cas donc on peut
payer le resto. La galanterie pour moi, c‘est vraiment pas ça, c’est vraiment des p’tites
attentions. »

1) Selon cette personne, pourquoi « payer le restaurant » n’est pas un geste de galanterie ?
Quels changements dans la société décrit-elle ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………

2) Notez tout ce que vous remarquez concernant :


- le rythme de parole : …………………………………………………………………………..
- le choix des mots : …………………………………………………………………………….
- la construction des phrases : ………………………………………………………………...
- la correction grammaticale : ………………………………………………………………….

3) Comment peut-on qualifier ce registre de langue ? …………………………………………….

Extrait de Idées 28/07/2019


Rédactrice : Fanny Kablan
Activité 5 : La galanterie en 2019

Lisez les avis des lecteurs et lectrices du magazine Psychologies sur la galanterie.
1) Soulignez les opinions que vous partagez.

Un effort, Christine, 37 ans


« La galanterie concerne tout autant l’homme que la femme. Dans la vie de tous les jours, c’est un
effort à faire pour que les deux sexes vivent bien ensemble, dans la rue autant que dans le couple.
C’est la preuve que l’on fait naturellement attention à l’autre. »

Un calcul, Loubna, 20 ans


« Je trouve cela beaucoup trop surfait, la galanterie. Je ne pense pas qu’un homme soit
naturellement galant. C’est toujours calculé ou intéressé. Moi, je préfère les réactions spontanées
de la part d’un homme. Au moins, les choses sont claires entre lui et moi, je sais à quoi m’en
tenir. »

Un plaisir, François, 30 ans


« La galanterie se justifie peut-être moins maintenant du fait de l’égalité des sexes, mais moi je
continue à la pratiquer parce que j’aime bien. J’aime bien être aimable, me sentir serviable,
respectueux. Cela me plaît de faire plaisir aux femmes, à commencer par la mienne ! »

Une valeur, Michel, 56 ans


« C’est délicat de défendre la galanterie à une époque où l’on parle quand même beaucoup de
parité. Malgré tout, j’aime la pratiquer parce que je trouve que c’est une belle valeur et qu’il serait
dommage de ne pas l’entretenir. »

Un esclavage, Sabine, 58 ans


« Pour moi, la galanterie a comme corollaire l’esclavage : l’homme porte nos valises, mais il nous
faut faire la vaisselle ! Comme j’estime que toutes les tâches doivent être partagées, j’aime autant
porter ma valise et ne pas être une boniche à la maison ! »

Un intérêt, Françoise, 59 ans


« Je n’accorde aucune valeur à la galanterie. Parce que je remarque que les hommes sont galants
quand ils ont affaire à une belle jeune femme. Ce qui prouve bien que la galanterie a à voir avec la
séduction et qu’elle est toujours intéressée. »

Une tradition, Jean, 66 ans


« C’est sans doute une des rares vieilles traditions qui ne se perdra jamais. Parce que tous les
hommes ont, naturellement, envie de venir en aide, de protéger la femme. Ça fait partie des règles
du jeu entre les deux sexes. »

Une rareté, Francine, 63 ans


« Mon mari m’apporte mon petit-déjeuner au lit chaque matin. Il trouve cela normal. Mais des
hommes aussi attentionnés sont de plus en plus rares. Dommage, c’est tellement bon. Si notre
couple tient, c’est sans doute beaucoup grâce à sa galanterie. »
Témoignages sur Psychologies.com

2) Organisez un débat en classe à partir de la question suivante :


« Galanterie : respect ou sexisme ? »
Inspirez-vous des avis entendus dans le micro-trottoir et lus dans le magazine Psychologies
et formulez votre opinion personnelle.

Extrait de Idées 28/07/2019


Rédactrice : Fanny Kablan
Corrigés

Activité 1 : Le thème
1) Il s’agit d’un homme faisant un baisemain à une femme. Les vêtements nous situent la représentation au
XVIIème ou XVIIIème siècle.
2) Quelques synonymes de galanterie : l’amabilité, la gentillesse, la délicatesse, la politesse, la courtoisie, le
respect.
Quelques exemples de gestes dits « galants » :
- ouvrir les portes
- laisser passer la femme en premier
- payer l’addition
- offrir des fleurs
- marcher sur le bord extérieur du trottoir
- aider à enfiler son manteau
- raccompagner une femme
3) La définition : Galanterie : Disposition à se montrer courtois envers les femmes, à les traiter avec déférence, à
les entourer d'hommages respectueux, d'aimables prévenances. (cnrtl.fr)
Le siècle où son usage s’est développé : Son usage s’est développé au XVIIème siècle. (cnrtl.fr)
L’adjectif qui lui correspond : galant/galante

Activité 2 : Les personnes interrogées

Des femmes d’âges différents s’expriment spontanément dans la rue. Il s’agit d’un micro-trottoir. Elles donnent
leur avis sur la galanterie, expliquent leur définition de ce mot. On entend des hésitations, elles parlent vite, elles
ne sont pas faciles à comprendre (c’est souvent le cas dans les micros-trottoirs, le rythme est très rapide).

Activité 3 : Que pensent-elles ?

X La galanterie est plutôt rare.


X Être galant, c’est aussi savoir écouter.
X La galanterie, c’est dans les deux sens
X La galanterie, il ne faut pas trop l’utiliser.
X La société a changé, la galanterie aussi.
X La galanterie, ce sont de petits gestes gentils.
X Le mot « galanterie » est un peu démodé.
X La galanterie, c’est une question de respect.

Activité 4 : L’oralité
1) Selon elle, auparavant, l’homme travaillait et avait de l’argent. La femme, non. Les hommes payaient le
restaurant car ils pouvaient le faire. Il n’y avait pas d’autre choix. Ce n’était pas de la galanterie. Aujourd’hui, la
situation a évolué. Les femmes peuvent aussi payer le restaurant.
2)
- Le rythme de parole : le rythme est très rapide mais avec de nombreuses hésitations (« euh », « bon »,
« ben »).
- Le choix des mots : des mots familiers (« mecs »), des anglicismes (« job ») et des abréviations (« resto »)
sont utilisés.
- La construction des phrases : des répétitions du sujet (« les femmes, elles… », « les mecs, ils…).
- La correction grammaticale : la correction grammaticale : absence du « il » dans « il y a » et du « ne/n’ » de la
négation.
3) C’est un langage oral familier.

Extrait de Idées 28/07/2019


Rédactrice : Fanny Kablan