Vous êtes sur la page 1sur 41

Le béton précontraint et une invention d’un ingénieur

français Eugène FREYSSINET qui a dès 1926


mis en œuvre le béton précontraint.
A la fin du XIX siècle en 1935 il a définit ainsi la
précontrainte «Précontraindre une construction,
c’est la soumettre avant application des charges à
des forces additionnelles déterminant des
contraintes telles que leur composition avec celles
qui proviennent des charges donne en tout point
des résultantes inférieures aux contraintes limites
que la matière peut supporter indéfiniment sans
altération »,

Eugène Freyssinet , Pont sur l’Elorn en chantier , 1929

La précontrainte, en effet, a pour but de


soumettre le béton à des contraintes
préalables de compression telles
qu’une fois en service, elles
s’opposent aux contraintes de traction
créées par les charges et maintiennent
le béton en état de compression,

Eugène Freyssinet et pierre Vago , Basilique


Pie-x , Lourdes , 1958
2- Principe de la Précontrainte

• Le béton résiste peu et de manière aléatoire, à la traction alors qu’il


a une résistance élevée en compression (rapport de 10 à 20). Les
pièces fléchies ou tendues sont fragiles
• Le béton armé comble cette lacune : les tractions sont reprises par
des armatures en acier adhérentes au béton
• Mais pour mobiliser la résistance des aciers, la fissuration est
inévitable :
– Inconvénients pour la rigidité et la durabilité
– Poids mort du béton tendu, qui limite la portée
• En béton précontraint, on compense par avance les tractions que va
subir le béton en lui appliquant une compression par des armatures
tendues :
– Toute la section participe, le béton, et non l’acier, reprend les
tractions
– La rigidité n’est pas affectée
3
Pré contraindre un solide consiste, comme le
signifie ce mot lui-mème, à exercer sur le
solide considéré, préalablement à son
utilisation normale, une contrainte
Ainsi, par exemple, lorsqu’on désire soulever
une pile de livres, il est nécessaire avant
d’exercer l’effort vertical de les serrer
transversalement afin de les solidariser
cette action transversale préalable est une
forme de précontrainte que nous mettons
en pratique naturellement

Le béton précontraint est un matériau


auquel on a fait subir un traitement
mécanique préalable pour le rendre
apte à résister aux deux sens de
sollicitations compression et traction
Les charges, des contraintes de
Précontrainte d’un tirant compression agissant particulièrement
dans les zones où les charges
devraient faire naître des tensions ; en
d’autres termes, le béton sera pré
comprimé ou précontraint avant
Précontrainte action des charges extérieures, de telle
d’une Dalle façon que l’effet différentiel de la
précontrainte et des charges ne
laissera plus subsister que des zones
comprimées.
Définition donnée par Eugène Freyssinet
• « Les forces de précontrainte sont des forces créées par le
constructeur pour réaliser des contraintes préalables ou
simultanées à celles qui résultent des charges, et qui, se
composant avec celles-ci, donnent des contraintes
résultantes en chaque point, limitées à des taux qui puissent
être indéfiniment supportées par les matériaux, sans
altération. »
• La précontrainte prend tout son intérêt lorsqu’elle permet
d’obtenir un comportement élastique pour une structure
qui, sans elle, serait fissurée.
4
3- Historique du Béton Précontraint
Pour pallier les inconvénients du BA signalés plus haut, on a tenté
de mettre en tension les armatures de béton armé, de manière à
limiter la fissuration.
• De nombreux essais ont eu lieu, en France et à l’étranger, à la fin
du XIXème siècle et au début du XXème. Ces tentatives ont toutes
échoué :
– Traction trop faible, qui ne faisait que retarder l’apparition de la
fissuration,
– Tension initiale annihilée par les déformations différées du béton
• Freyssinet attribue ces échecs à l’état d’esprit des chercheurs :
– On cherchait à améliorer le BA et non à créer un nouveau matériau
– En particulier, dans ces expériences infructueuses, c’est toujours
l’acier qui reprend les tractions, alors que dans le BP tel que le
conçoit Freyssinet, elles sont reprises par le béton, l’acier n’étant
qu’un moyen d’exercer l’effort de précontrainte.
Invention de la précontrainte par Eugène Freyssinet
• Premier brevet sur la précontrainte par armatures
en acier,en 1928. Il s’agit de prétension, pour la
réalisation d’éléments préfabriqués tels que des
poteaux électriques. Impose l’utilisation d’acier à
haute résistance.
• Mise au point des procédés et des outils pour la
fabrication industrielle de poteaux électriques de 1929
à 1933. Mais, crise économique, pas de débouchés au
moment où tout était au point.
Invention de la précontrainte par Eugène Freyssinet
• Le véritable lancement de la précontrainte est constitué par le
sauvetage de la gare maritime du Havre, en 1933. La solution de
consolidation mise en œuvre par Freyssinet faisait largement
appel à la précontrainte
Invention de la précontrainte par Eugène Freyssinet
• En 1939, Freyssinet dépose des brevets concernant la
post-tension: mise en tension de fils multiples par vérin
hydraulique et ancrage par cônes de
béton.
Invention de la précontrainte par Eugène Freyssinet
• La post tension étend le domaine d’emploi de la
précontrainte, qui jusqu’alors se limitait à des éléments
préfabriqués. La post-tension sera aussi largement
utilisée pour assembler des éléments préfabriqués.
Invention de la précontrainte par Eugène Freyssinet
• Conditions, énoncées par Freyssinet, pour pouvoir mettre en pratique la
précontrainte, conditions toujours valables de nos jours :
– Utiliser des aciers de très haute limite élastique.
– Leur donner une très forte tension initiale (au moins 500 MPa)
– Les associer à des bétons peu déformables et dont les lois de déformation
sont bien connues, avec l’avantage supplémentaire que cela correspond
généralement à des résistances importantes et régulières.

Après la guerre de 1939-45


• Développement rapide de la précontrainte dans les grandes structures de
génie civil, et notamment les ponts.
• De nombreux procédés de post-tension ont été développés à partir des
années 50, se distinguant par la nature des armatures et le système
d’ancrage, exemple : fils parallèles et ancrage par boutonnage, ancrage
par manchon serti. Mais les systèmes les plus largement utilisés à travers
le monde depuis plusieurs décennies sont basés sur l’utilisation de câbles
formés de torons, ancrés par coincement conique au moyen de clavettes
métalliques.
3- Différents types de dispositions
Pour pré contraindre une structure en béton, il faut lui appliquer un effort normal de
compression, initial, artificiel, permanent. Ceci peut être réalisé à l’aide de dispositifs
externes à la pièce ou à l’aide de dispositifs internes, le plus souvent des câbles d’acier. Ce
sont ces derniers systèmes qui sont les plus courants et qui ont le plus contribué au
développement de la précontrainte.
La précontrainte peut être appliquée au béton de deux manières différentes, par pré-tension ou
par post-tension des armatures
• La précontrainte par pré-tension est réalisée par des armatures tendues avant bétonnage sur des
bancs de traction fixes.
• La précontrainte par post-tension est réalisée par des armatures mises en tension par appui sur
le béton suffisamment durci de l’ouvrage, et munies d’organes d’ancrages à leurs extrémités.

a - DISPOSITIFS DE PRECONTRAINTE
EXTERIEURS A LA STRUCTURE
Ces dispositifs,qui mettent généralement en
oeuvre des vérins plats pour l’application
des efforts, ne sont utilisés que dans des
cas très particuliers.
Principe de la technique
Les vérins s’appuient sur deux culées fixes ou
solidarisées et compriment alors la pièce
Les vérins peuvent éventuellement être
retirés après calage de la pièce.
b- PRECONTRAINTE PAR CABLE TENDUS AVANT LE COULAGE DU BETON
(PROCEDES PAR PRE-TENSION OU PAR FILS ADHERENTS)

Définition du procédé
La précontrainte par pré-tension consiste à tendre,
préalablement au coulage du béton, des câbles
d’acier entre deux culées fixes. On vient alors couler
le béton autour de ces armatures. Après que le béton
a suffisamment durci on désolidarise les armatures
de leurs culées d’ancrage. Les armatures ont
tendance à se raccourcir pour reprendre leur
longueur initiale (élasticité), mais comme elles sont
noyées dans du béton durci elles ne peuvent se
raccourcir librement et elles entraînent le béton
adjacent par ADHERENCE,ce qui met le béton en
compression. C’est donc l’adhérence entre les
armatures de précontrainte et le béton qui permet le Précontrainte par fils adhérents
transfert de la tension des câbles en compression du
béton.
Avantages et inconvénients du procédé
La mise en oeuvre de la précontrainte par prétension ou fils adhérents implique:
- des installations lourdes concevables dans des usines de préfabrication;
- une résistance élevée du béton à très court terme (entre six heures et douze heures après
. mise en oeuvre), de l’ordre de 25 a 40 MPa, obtenue par un traitement thermique
parfaitement maîtrisé
- une résistance du niveau haute performance a long terme, de l’ordre de 50 à 8o MPa à
28 jours, de façon à limiter le fluage du béton sous précontrainte;
- un contrôle rigoureux de chaque phase de la fabrication et des produits finis .
Technologie de la précontrainte par pré-tension

les bancs précontraint


L’utilisation de ce procédé est essentiellement industrielle, la mise en précontrainte n’étant
pas effectue élément par élément, mais en série à l’aide de bancs de précontrainte . Les
éléments ainsi fabriqués peuvent aller de quelques mètres (poutrelles) à plus d’une dizaine de
mètres de portée.

Banc de précontrainte par fils adhérents

Banc de précontrainte
pour poutrelles
Les Constituants du Béton Précontraint par Armature Adhérente

LE BÉTON
Le Ciment
Les ciments les plus couramment employés sont les CPA (ciment portland artificiel) 400 et
CPA 500 pour leurs résistances à court terme élevées. il doit répondre à la double
condition suivante:
• teneur en chlore des chlorures inférieure à 0,02 %,
• teneur en soufre des sulfures inférieure à 0,10 %.

désignation Resistance minimale en bars

Compression Traction

2j 7j 28 j 2j 7j 28 j

CPA 400 160 315 400 35 55 65

200 355 500 40 60 70


CPA 500
Les Granulats

Les granulats doivent répondre aux conditions qui leur sont demandées pour un béton armé de
bonne qualité. Une attention particulière doit être portée à leur propreté.

Les Adjuvants
Leur utilisation peut être soumise à l’accord préalable du bureau de contrôle, notamment
lorsque le béton est étuvé, des résultats d’essais de compatibilité devant alors être produits.

La Composition du béton de précontrainte


Les dosages utilisés sont de 400 à 450 kg/m3 de ciment, voire parfois dans certains cas 500
kg/m3. Ces forts dosages en ciment ne présentent aucun risque quant aux problèmes de
retrait du fait de la précontrainte.

Les Armatures
Les armatures de précontrainte pour la pré-tension sont constituées de fils non lisses ou de
torons en acier, à haute résistance
c- PRECONTRAINTE PAR CABLES
TENDUS APRES LE DURCISSEMENT
DU BETON (ou procédé par post-tension)
Définition du procédé
On crée artificiellement une réservation à
l’intérieur de la structure à pré contraindre à
l’aide d’une gaine ou d’un tube placé dans le Principe de la précontrainte par post
coffrage avant la mise en place du béton. Une tension
fois le béton durci, on vient mettre en tension
un câble enfilé dans cette gaine ou ce tube. La
mise en tension du câble s’effectue à l’aide
d’un ou deux vérins prenant appui sur le béton
lui-même Par conséquent au fur et à mesure de
l’augmentation de la tension du câble, le béton
est comprimé par la réaction du vérin . Il n’est
pas nécessaire de mettre le câble en tension à
ses deux extrémités simultanément.
L’intensité de la précontrainte est fonction de Tout procédé de précontrainte par post-tension doit
l’allongement du câble comporter
- des moyens d’ancrage, actifs et passifs, des câbles
sur les vérins et sur le béton de la structure
- un système de vérins
- un système d’injection de coulis de ciment et des
gaines
- et naturellement, les câbles.
De nombreux procèdes de précontraintes par post-tension sont disponibles dont :

c-1- PROCEDES DE PRECONTRAINTE FREYSSINET


Ces procédés sont commercialisés par la Société FREYSSINET INTERNATIONAL (STUP pour la
France). On peut classer ces procédés en deux familles
- le procédé “classique” dans lequel l’ancrage des câbles est réalisé par blocage entre un cône
mâle et un cône femelle
- les procédés mono-couronne et mono-groupe dont l’ancrage est réalisé par clavetage.

Cône d’ancrage
Freyssinet

Dispositif d’ancrage d’un cable


De precontrainte par post - tension
Principe d’injection d’une gaine

Détail des orifices d’injections (Le cone male


est percé axialement pour permettre
l’injection de la gaine
c-2- PROCEDES DE PRECONTRAINTE BBR-B

Le procédé BBR-B est d’origine Suisse ;Ce système, comme celui que nous décrirons
ensuite, est distribué en France par la CIPEC, division de l’IB Morin. Son principe
repose sur l’utilisation de fils parallèles dont les extrémités sont “boutonnées” sur
des ancrages métalliques
Le bouton est obtenu par refoulement à froid du fil. Chaque ancrage métallique est filete
afin de pouvoir être saisi par le vérin

Détail d’ancrage
Principe du vérin de mise en tension
du système B.B.R
du système B.B.R
c-3- PROCEDE CCL MULTIFORCE

Ce procédé, distribué par la CIPEC, met en oeuvre des câbles formés de torons de diamètres
12,4 mm et 15,2 mm, parallèles, ancrés individuellement sur des plaques par
l’intermédiaire de clavettes.

Coupe d’un ancrage actif a


clavettes
du système CCL

c-4- PROCEDE DYWIDAG

Ce procédé, d’origine Allemande, met en oeuvre, comme les procédés FREYSSINET multi force et CCL,
des câbles formés de torons parallèles ancrés à l’aide de clavettes en trois parties

Ancrage fixe du système


DYWIDAG a torons
c-5- PROCEDE VSL

Il s’agit également d’un procédé utilisant des torons parallèles de 13 mm et 15 mm, voire de 18
mm, dont les ancrages sont réalisés à l’aide de systèmes de clavettes. Les unités classiques vont
de 1 T 13 à 37 T 15, offrant des forces de rupture de 166,7 KN à 9328 KN (resp.)

Ancrage fixe a épanouissement


du système V.S.L
c-6- PROCEDES PCB

Le procédé PCB met en oeuvre un câble monotoron constitué de fils de diamètre égal ou
inférieur à 5 mm. Le nombre de fils est fonction de la puissance de l’unité désirée.. Ce type de
câble permet de disposer d’une grande puissance de précontrainte ; il permet également une
grande souplesse d’utilisation

Ancrage a bosses du système P.C.B


d- PRECONTRAINTE EXTERIEURE
Cette technique, utilisée depuis quelques années, est en fait un cas particulier de la post tension.
La précontrainte extérieure consiste à disposer les câbles de précontrainte dans des gaines qui
ne sont plus noyées mais extérieures au béton en partie courante. Ces gaines ne sont placées
dans le béton qu’aux extrémités de l’élément et de place en place dans des «bossages de
déviation». Ce dispositif est généralisé en pratique sur les ouvrages d’art exécutés par voussoirs
préfabriqués.

Précontrainte extérieure
Exemple de déviateur de câble
au moyen de bossages

Précontrainte extérieure
Exemple de déviateur de câble
au moyen d’entretoise
Les Constituants du Béton Précontraint par Post – Tensions :
Même constituants du béton précontraint par armature adhérente en rajoutant :

LES GAINES
Ces gaines sont généralement réalisées en feuillard métallique ondulé (pour obtenir une meilleure
rigidité) mais dans certains cas les câbles peuvent être placés dans des tubes d’acier (c’est le cas
des caissons de réacteurs nucléaires) ou même dans des gaines plastiques gaines plastiques.
C’est à l’intérieur de ces gaines que sont disposés les câbles ou les barres de précontrainte. On peut soit
pré-enfiler les câbles dans les gaines avant le bétonnage,ce qui est préférable dans la plupart des
soit les enfiler après le bétonnage, ce qui nécessite alors des gaines de plus gros diamètre et ce qui
pose parfois des problèmes en cas de déformations des gaines lors du coulage

Gaine de type feuillard


Métallique
Ondule agrafe en spirale
LES CABLES D’ACIER
Ces câbles sont classés en deux groupes : les câbles à fils parallèles et les câbles à torons qui
peuvent être eux-mêmes parallèles ou torsadés

Câble a torons parallèles Câble a fils parallèles


Poutrelles Précontraintes

Poutrelles précontraintes Poutrelles précontraintes


Mise en tension

Poutrelles précontraintes
Mise en tension Poutrelles précontraintes
Planchers et Pré dalles

Prédalles Précontraintes Prédalles Caissons Précontraintes

Planchers Précontraints Bétonnage de la dalle


Longrines , Tableaux et piquets
Précontraints

Tableaux précontraints Longrines précontraintes

Longrines précontraintes Piquets Précontraints


Prelinteaux et poutrelles
Préfabriqués

Prelinteaux précontraints Prélinteaux précontraints

Poutre préfabriqué Poutre préfabriqué


PONTS

Pont sur le Rhin près de Strasbourg FRANCE Pont en béton précontraint


Ponts et Viaducs

Viaduc de Crozet

Pont de SHANGAI

Pont de la Carente
Viaduc de la Rivoire
Dalles et Mise en Tension

Plan de ferraillage d’une dalle Préparation du radier pour


Précontrainte La dalle

Mise en tension de la dalle Dalle préfabriqué