Vous êtes sur la page 1sur 2

LesAffaires.

com - Aujourd'hui Page 1 of 2

MesAffairesCom Modifier mon profil Classements des entreprises

8 février 2003

B
L’alchimie de la finance S&
DJ
7 février 2003 S&
Paul Dontigny jr., Investissements PDJ Na
Écrire à l'auteur Ve
DJ
Ni
George Soros est gestionnaire du Hedge Fund HS
Quantum. Il est aussi renommé pour sa transaction à DJ
la baisse sur le Pound Anglais qui a rapporté un gain
Autre acquisition de l'In... de 1 G US$. On l’a même accusé d’avoir «brisé la
Les fiducies... toujours ... banque centrale anglaise». Il n’a pas nié que ses
Les fiducies de revenu da... ventes à découvert massives, accompagnées par des
ventes de d’autres hedge funds, aient envenimé la
situation du Pound. Il a simplement affirmé que si
cette monnaie avait été fondamentalement saine et
Dans nos archives sa valeur justifiée, aucun fonds d’investissement au
monde n’aurait pu la faire chuter.
George Soros g
c
d
e
f
Soros était conscient de l’impact qu’il pouvait avoir
sur le marché, si certaines conditions de vulnérabilité
étaient présentes. C’est le principe de «l’alchimie de
la finance», tel que suggéré et décrit par Soros dans un de ses livres (The Alchemy of
finance). Le principe s’applique autant dans des scénarios positifs, comme dans
l’exemple qui suit.

Imaginons une compagnie ayant beaucoup de potentiel de croissance grâce à une


technologie, à un projet particulièrement payant ou une acquisition stratégique. Des
spéculateurs avertis pourraient faire grimper le titre à un prix tel que la compagnie
puisse émettre des actions à un prix avantageux. En émettant ces actions ou en les
échangeant contre le contrôle de la compagnie acquise, il pourrait en effet y avoir une
véritable création de valeur économique.

Mais il y a plusieurs dangers relatifs à l’utilisation du principe de l’alchimie pour


supporter des marchés ou créer de la valeur. Par exemple, Nortel et les autres ont
poussé le jeu des acquisitions à l’excès et le cercle vicieux s’est retourné contre eux.

Autre exemple: lorsque je dis qu’une grande banque canadienne ne pourrait pas
émettre mon opinion de détenir aucune actions, je tiens compte du principe d’alchimie.
Si une grande banque recommandait soudainement à tous ses clients de vendre 100%
de leurs actions, elle pourrait engendrer un crash boursier.

De plus, si les représentants du gouvernement, de la Fed ou des ministères des


finances annonçaient que l’on s’en va en dépression déflationniste, leur prédiction se
réaliserait rapidement.

Étirons un peu le raisonnement et nous verrons un peu ce qui s’est véritablement passé
depuis 3 ans et où nous en sommes.

Si une compagnie annonce de mauvais résultats et fait part de mauvaises prévisions de


profits pour l’année à venir, alors elle aura du mal à chercher du financement par
l’émission d’actions et sa cote de crédit pourrait être réduite, augmentant ainsi son coût

http://www.lesaffaires.com/fr/Aujourdhui/detail.asp?id=122769&TypeAuteur=1&id... 2/8/2003
LesAffaires.com - Aujourd'hui Page 2 of 2
de financement par dette.

Le principe d’alchimie suggère qu’en prétendant que tout va bien, peut-être que l’on
créera en fait les conditions pour que tout aille bien.

La compréhension du principe d’alchimie devrait nous aider à choisir nos sources


d’information judicieusement. On doit toujours savoir les intérêts de notre interlocuteur.
Bien que cela puisse sembler évident, peu d’investisseurs individuels réalisent la
complexité des marchés financiers et l’étendue des conflits d’intérêts des différents
types de «conseillers».

Nous vivons présentement des moments historiques où une nouvelle militaire ou


économique peut créer une réaction démesurée dans les marchés à tout moment.

On nous dit qu’il n’y a pas de risque de déflation mais la Fed, les économistes et les
gestionnaires en parlent pratiquement à chaque conférence ou communiqué de presse.
Il y a moins d’un an, nous n’entendions pratiquement jamais ce mot «déflation».

On nous dit depuis deux ans que l’économie repart et que la croissance s’en vient …
dans six mois. Mais le gouvernement américain se lance dans des programmes de
relance qui, à ce jour, créent un déficit de 300 GUS $.

Alors lisez bien entre les lignes. Soyez excessivement prudents et protégez-vous.
Personne ne le fera pour vous.

Liste des pub

Quoi de neuf À propos de nous FAQ Contactez-nous

Droits de reproduction et diffusion réservés; © 2001 Publications Transcontinental inc.


Conception et programmation: Marcotte Multimédia Inc. Contenu: Les affaires.com et
partenaires
Optimisé pour Internet Explorer 5, Politique de confidentialité

http://www.lesaffaires.com/fr/Aujourdhui/detail.asp?id=122769&TypeAuteur=1&id... 2/8/2003

Vous aimerez peut-être aussi