Vous êtes sur la page 1sur 116

Mécanique quantique

Etienne Parizot (Prise de notes)


Table des matières

I Espace des états d’un système quantique. 2


1 Notion d’état. 3
1.1 Ordonnancement dans le temps. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2 État instantané d’un système. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2.1 En physique classique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2.2 En physique quantique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.3 Évolution et dynamique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4

2 L’espace des états et sa structure. 5


2.1 Le principe de combinaison. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
2.2 Structure globale de l’espace des états. . . . . . . . . . . . . . . . 6
2.2.1 Rappel sur un espace vectoriel. . . . . . . . . . . . . . . . 6
2.2.2 L’espace des états d’un système quantique. . . . . . . . . 6
2.2.3 Le corps des scalaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
2.2.4 Notation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.3 La dynamique d’un système. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.3.1 L’opérateur d’évolution. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.3.2 Propriétés générales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

3 Comment distinguer les états, et les identifier. 9


3.1 Via la valeur d’une grandeur physique. . . . . . . . . . . . . . . . 9
3.2 Une problématique nouvelle en physique quantique. . . . . . . . . 9
3.3 États à valeur bien définie et autres états. . . . . . . . . . . . . . 10
3.4 La problématique de la mesure. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
3.4.1 Mesure et interaction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
3.5 Interprétation de la mesure. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
3.5.1 L’interprétation de Copenhague. . . . . . . . . . . . . . . 11
3.5.2 L’interprétation d’Everett. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
3.6 Résultat effectif d’une mesure. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
3.6.1 Indéterminisme et aléatoire. . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
3.6.2 La règle de Born. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
3.7 Comment distinguer les états ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
3.7.1 En physique classique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
3.7.2 En physique quantique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
3.8 Préparation d’un système. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
3.9 L’irréversibilité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
3.10 Théorème de non clonage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

1
4 Structure hermitienne. 15
4.1 Produit scalaire sur un R−espace vectoriel. . . . . . . . . . . . . 15
4.1.1 Définition. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
4.1.2 Notion d’orthogonalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
4.1.3 Expression dans une base orthonormée. . . . . . . . . . . 16
4.2 Produit scalaire sur un C-espace vectoriel. . . . . . . . . . . . . . 16
4.2.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
4.2.2 Notion d’orthogonalité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
4.2.3 Expression d’un vecteur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
4.2.4 Notation en physique quantique. . . . . . . . . . . . . . . 18
4.3 Les opérateurs linéaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
4.3.1 Définition. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
4.3.2 Représentation dans une base orthonormée. . . . . . . . . 19
4.3.3 Les éléments de matrice. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
4.3.4 Vecteurs propres et valeurs propres. . . . . . . . . . . . . 20
4.4 L’opérateur adjoint. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
4.4.1 Définition. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
4.4.2 Représentation matricielle de l’adjoint. . . . . . . . . . . . 21
4.4.3 Propriétés importantes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
4.5 Les opérateurs autoadjoints. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
4.5.1 Définition. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
4.5.2 Propriétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
4.5.3 Théorème spectral. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
4.5.4 Sous-espaces propres orthogonaux. . . . . . . . . . . . . . 22

5 Espace des états et observables physiques. 23


5.1 Discussion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
5.2 Construction de l’espace des états. . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
5.3 Coordonnées d’un état de la base {|gi 〉}i∈I . . . . . . . . . . . . . 24
5.4 Relation de fermeture et projecteur orthogonal. . . . . . . . . . . 24
5.5 Norme d’un vecteur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
5.6 Mesure de G. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
5.6.1 Rappel de la règle de Born. . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
5.6.2 L’opérateur Ĝ associé à la grandeur physique G. . . . . . 25
5.6.3 Moyenne des résultats d’une mesure. . . . . . . . . . . . . 26
5.7 Cas de plusieurs grandeurs physiques discriminantes. . . . . . . . 27
5.8 La notion d’observable. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
5.8.1 Définition. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
5.8.2 L’opérateur associé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
5.8.3 Vocabulaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
5.9 Compatibilité entre observables. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

II Systèmes quantiques élémentaires : Qubit, spin 12 . 30


6 Quantum binary digit : Qubit. 31
6.1 Rappel : Le bit classique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
6.2 Système quantique élémentaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
6.3 Représentation des états sur la sphère de Bloch. . . . . . . . . . . 31
6.4 Représentation en vecteur colonne. . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

2
6.5 Opérateurs linéaires sur l’espace des états. . . . . . . . . . . . . . 33

7 L’expérience de Stern et Gerlach. 35


7.1 Rappel sur le moment magnétique. . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
7.2 Principe de l’expérience. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
7.2.1 Action de B 󰂓 sur µ󰂓 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
7.3 Résultat expérimental. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
7.4 Analyse dans le cadre du formalisme quantique. . . . . . . . . . . 39
7.5 Les opérateurs µ̂x , µ̂y et µ̂x . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
7.6 Lien avec la sphère de Bloch. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
7.7 Orientation et composantes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
7.8 spin 12 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44

8 Système de 2 qubits, intrication. 47


8.1 Espace des états du système de deux qubits. . . . . . . . . . . . . 47
8.1.1 L’approche intuitive. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
8.2 Le produit tensoriel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
8.2.1 Théorème et définition. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
8.3 États séparables et états intriqués. . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
8.3.1 Définition. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
8.3.2 Existence d’étas non séparables. . . . . . . . . . . . . . . 48
8.3.3 Exemple : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
8.4 Action sur l’espace des états du système global. . . . . . . . . . . 49
8.4.1 Produit tensoriel d’applications linéaires. . . . . . . . . . 49
8.4.2 Action sur les états de H = H1 ⊗ H2 . . . . . . . . . . . . 49
8.5 Action sur un système de 2 qubits. . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
8.6 Mesures individuelles sur deux qubits intriqués. . . . . . . . . . . 52
(1)
8.6.1 Mesure de Sz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
8.7 Spooky action at a distance. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

III Évolution dans le temps des systèmes quantiques. 55


9 L’opérateur évolution. 56
9.1 Évolution linéaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
9.2 Propriétés importantes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
9.2.1 Invariance par translation dans le temps. . . . . . . . . . 56
9.2.2 L’unitarité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
9.3 Évolution infinitésimale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

10 L’équation de Schrödinger et ses solutions. 59


10.1 L’équation d’évolution. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
10.2 Les états stationnaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
10.3 Évolution d’un état quelconque du système. . . . . . . . . . . . . 60
10.4 Conservation de l’énergie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
10.5 L’opérateur d’évolution. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
10.6 Évolution d’une grandeur quelconque. . . . . . . . . . . . . . . . 61
10.6.1 Théorème. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62

3
11 Exemple de l’action d’un champ magnétique sur une particule
de spin 12 . 63
11.1 Hamiltonien ”semi-classique”. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
11.2 Exemple du spin 12 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63

IV Espace des états de position et opérateurs associés. 65


12 États de position et espace associé. 66
12.1 Espace géométrique et états de position. . . . . . . . . . . . . . . 66
12.2 États à position bien définie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
12.3 États à grandeurs bien définies ? ? ? . . . . . . . . . . . . . . . . . 67

13 Bras et Kets généralisés. 68


13.1 Rappel sur les bras. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
13.2 Bras généralisés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
13.3 Kets généralisés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
13.4 Bras et Kets ”impulsion” 〈p| et |p〉. . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
13.4.1 Définition. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
13.4.2 Propriétés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
13.5 Bras et kets ”position” 〈x0 | et |x0 〉 . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
13.6 Bases généralisées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
13.6.1 Rappel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
13.6.2 Définition. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
13.6.3 Théorème 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
13.6.4 Théorème 2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
13.6.5 Relations de fermeture. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
13.7 La fonction d’onde. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
13.7.1 Les représentations 󰂓r et p󰂓. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
13.7.2 La fonction d’onde. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
13.7.3 Signification. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72

14 Les opérateurs dans l’espace des états de position. 73


14.1 L’opérateur position. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
14.1.1 À une dimension. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
14.1.2 à trois dimensions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
14.2 L’opérateur translation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
14.2.1 À une dimension. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
14.2.2 À 3 dimensions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
14.2.3 Propriétés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
14.3 Générateur des translations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
14.3.1 À une dimension. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
14.3.2 Action de P̂x en représentation position. . . . . . . . . . . 76
14.3.3 à 3 dimension. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
14.4 Relation de commutation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
14.4.1 À une dimension. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
14.4.2 À trois dimensions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
14.5 Relation d’indétermination. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
14.5.1 Théorème. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
14.5.2 Conséquence fondamentale. . . . . . . . . . . . . . . . . . 79

4
14.5.3 Diagonalisation conjointe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
14.5.4 Exemple. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
14.6 L’opérateur de rotation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
14.7 Le générateur des rotations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
14.7.1 En représentation position . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
14.7.2 Les relations de commutation caractéristiques. . . . . . . 82

V Équation de Schrödinger et ”quantification” des systèmes


classiques. 84
15 Système élémentaire (”particule”) libre dans l’espace 3D. 85
15.1 Hamiltonien et équation de Schrödinger. . . . . . . . . . . . . . . 85
15.1.1 À une dimension. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
15.1.2 À trois dimensions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
15.2 Les états stationnaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
15.2.1 En représentation position. . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
15.2.2 En représentation impulsion. . . . . . . . . . . . . . . . . 87
15.2.3 Remarque. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
15.3 Évolution d’un état quelconque. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
15.4 Conservation de p. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
15.5 Évolution de la position. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89

16 ”Particule” (système élémentaire) soumise à un potentiel V (󰂓r). 91


16.1 L’équation de Schrödinger. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
16.2 Les états stationnaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
16.3 Apparence classique ”en moyenne”. . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
16.3.1 Position. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
16.3.2 Impulsion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
16.4 La conservation locale de la probabilité. . . . . . . . . . . . . . . 93
16.4.1 L’interprétation probabiliste de la fonction d’onde. . . . . 93
16.4.2 La conservation locale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
16.4.3 Dans le cas d’une onde plane. . . . . . . . . . . . . . . . . 95

17 Exemple d’un puit de potentiel à une dimension. 96


17.1 Commentaire général. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
17.1.1 Idéalisation d’une situation physique courante. . . . . . . 96
17.1.2 Définition à une constante près. . . . . . . . . . . . . . . . 97
17.2 Hamiltonien et équation de Schrödinger. . . . . . . . . . . . . . . 97
17.3 Puit infini. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
17.4 La barrière de potentiel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

18 L’oscillateur harmonique quantique. 104


18.1 Hamiltonien et équation de Schrödinger. . . . . . . . . . . . . . . 104
18.2 Les opérateurs d’échelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
18.3 Réécriture du Hamiltonien. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
18.4 Relations de commutation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
18.5 Les vecteurs propres de N̂ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
18.5.1 L’action de â et ↠sur |ν〉. . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
18.5.2 Les valeurs propres de N̂ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

5
18.5.3 Les vecteurs propres associés. . . . . . . . . . . . . . . . . 107
18.6 La base de Fock. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110

6
Première partie

Espace des états d’un


système quantique.

7
Chapitre 1

Notion d’état.

1.1 Ordonnancement dans le temps.


La physique quantique révise de nombreuses notions de physique classique et
notre vision du monde, mais pas les notions d’espace et de temps. C’est d’ailleurs
un problème car ça la rend pour l’instant incompatible avec la théorie de la rela-
tivité générale. Les deux théories étant parfaitement vérifiées expérimentalement
dans des domaines très différents. L’infiniment grand pour la relativité générale
et l’infiniment petit pour la mécanique quantique.
La physique quantique utilise les notions d’espace et de temps de façon
proche de la physique classique. La réalité est instantanée. Le passé n’existe
plus et le futur pas encore. La relativité restreinte remet cette notion d’instan-
tanéité en cause mais on peut choisir un référentiel particulier pour obtenir une
succession d’états instantanés dans le temps.
On peut donc considérer les objets présents dans l’univers comme étant dans
des états particuliers à l’instant t.

1.2 État instantané d’un système.


1.2.1 En physique classique.
En physique classique des états se distinguent lorsque des grandeurs phy-
siques (masse, volume, température, ...) prennent différentes valeurs entre les
états en question.
Un état en physique classique est donc défini par les valeurs prisent par
l’ensemble des grandeurs pertinentes pour le système.

1.2.2 En physique quantique.


Contrairement à la physique classique il existe des états parfaitements définis
mais auxquels on ne peut pas associer un ensemble de valeurs de grandeurs
physiques.
Néanmoins ces états existent et caractérisent totalement le système, son
évolution future et son interaction avec l’environnement.

8
1.3 Évolution et dynamique.
L’évolution du système est caractérisée par la succesion des états du système.

À l’instant t le système est dans l’état E(t).


À l’instant suivant t’ le système est dans l’état E(t’).

En physique classique l’évolution d’un système correspond donc à l’évolution


des valeurs des grandeurs qui lui sont associées. Que l’on peut représenter par
un ensemble de fonctions G(t),H(t),F(t), etc...

En physique quantique on ne peut plus utiliser les valeurs de grandeurs as-


sociées aux états du système et l’évolution du système est simplement représenté
par une trajectoire dans l’espace des états.
L’espace des états est l’ensemble de tous les états possibles pour le système.

9
Chapitre 2

L’espace des états et sa


structure.

2.1 Le principe de combinaison.


C’est un principe fondamental qui est à la base de la structure formelle de
la mécanique quantique.

Il énonce qu’à chaque fois qu’il existe deux états possibles pour un système
quantique, toute combinaison linéaire de ces deux états est également possible.

Si E1 est un état possible pour le système ainsi que E2 , alors toute


combinaison linéaire λ1 E1 +λ2 E2 (où λ1 etλ1 sont des scalaires) forment
également un état possible pour le système.

Ce principe historiquement appelé principe de superposition confère à l’es-


pace des états une structure d’espace vectoriel dont les propriétés seront étudiées
plus tard. Ce principe de combinaison se retrouve également en physique clas-
sique. Par exemple dans l’application du principe fondamental de la dynamique.

d−
→v −

m =R
dt

→ −
→ − →
La résultante des forces R est une somme vectorielle de forces (F1 + F2 + ...)
et on peut l’écrire sous forme de différentes combinaisons linéaires. En projetant
par exemple le premier principe sur les axes x,y,z d’un repère :

d−

vx −→
m = Rx
dt
d−

vy −

m = Ry
dt
d−
→vz −

m = Rz
dt
De la même manière on peut observer l’équation générale d’une onde :
1 dG
∆G − =0
c2 dt

10
Si G1 (−→
r , t) est solution de l’équation et G2 (−

r , t) est également solution alors
il est facile de démontrer que toutes les combinaisons linéaires de ces solutions
sont encore solution de l’équation. Car les opérateurs utilisés dans cette équation
(le Laplacien, la dérivée par rapport au temps) sont tous linéaires .

2.2 Structure globale de l’espace des états.


2.2.1 Rappel sur un espace vectoriel.
L’essence d’un espace vectoriel est justement de pouvoir y faire des combi-
naisons linéaires. On associe à un espace vectoriel un corps K (R, C, ...)

Si on prend deux nombres du corps K : α et β


Et deux vecteurs de l’espace vectoriel E : V1 et V2
Toutes les combinaisons linéaires αV1 + βV2 appartiennent encore à l’espace
vectoriel E .

L’espace vectoriel possède également un élément neutre qui ajouté à n’im-


porte quel vecteur le laisse inchangé :

∃n ∈ E/∀V ∈ E, V + n = V

On a également : ∀V ∈ E, 0 ∗ V = n et 1 ∗ V = V ainsi que −1 ∗ V = −V et


−V + V = n .

2.2.2 L’espace des états d’un système quantique.


C’est donc un espace vectoriel. Plus ou moins complexe selon le système
étudié. Il peut être de dimension 2 pour un système très simple, de dimension
infinie, de dimension continue, ...
Mais sur quel corps K ?

2.2.3 Le corps des scalaires


C’est le corps des nombres complexes C qui est utilisé. En physique classique
on travaille essentiellement avec les réels R. Les états étant associés aux valeurs
des grandeurs physiques, une valeur complexe n’aurait pas de sens. Mais en phy-
sique quantique les combinaisons linéaires d’états, qui constituent également des
états, ne sont pas directement associées à des grandeurs physiques. (Dont les
valeurs en physique quantique restent cependant réelles.)

Kronecker disait :
”Dieu a fait les nombres entiers, tout le reste est l’oeuvre de l’homme.”
Les nombres entiers N qui servent de quantificateurs nous sont intuitifs,
et on peut facilement à partir d’eux construire les rationnels Q. De même à
partir de Q on peut construire les réels R. Car Q n’est pas un espace complet
(cf suites de Cauchy). Mais R a un défaut majeur en algèbre, on ne peut pas
trouver de solutions à toutes les équations algébriques. (Le corps R n’est pas
algébriquement clos) d’où l’intérêt de C.

11
Il existe encore des corps plus complexes comme les quaternions H, les octo-
nions O ou les sédénions. Mais pour les quaternions on perd la commutativité,
pour les octonions l’associativité et pour les sédénions il existe même des divi-
seurs de zéro ...

Les réels sont donc parfaits lorsqu’il s’agit de quantifier les choses mais les
complexes bien plus pratiques et naturels pour faire des calculs algébriques et
des combinaisons linéaires comme en physique quantique.

2.2.4 Notation
On utilise deux types de vecteurs en physique quantique, les vecteurs stan-
dards de l’espace géométrique et les vecteurs d’état qui sont des éléments de
l’espace des états.
Chaque état est associé à un élément de l’espace des états représenté
par un vecteur.

Les vecteurs d’état sont représentés par des kets qui se notent |.〉
Cette notation a été inventé par Dirac.
On notera par exemple : |ψ〉, |A〉, | ↑〉, |a1 a2 〉 etc...

Avec deux vecteurs |a〉 et |b〉 une combinaison linéaire se notera :


|ψ〉 = α|a〉 + β|b〉
Où α et β sont des nombres complexes et |ψ〉 un vecteur d’état associé à un
nouvel état du système.

Attention. Une erreur fréquente est d’imaginer que lorsque le système est
dans une combinaison linéaire d’états, comme c’est le cas de |ψ〉, il est à la fois
dans un état et dans l’autre, |a〉et|b〉. Or ce n’est pas le cas, d’où l’utilisation
préférable du terme de combinaison à celui de superposition.

2.3 La dynamique d’un système.


2.3.1 L’opérateur d’évolution.
C’est l’opérateur qui fait passer le système d’un état à l’instant t à un autre
état à l’instant t’ :
|ψ(t)〉 −→′ |ψ(t′ )〉
U (t,t )

2.3.2 Propriétés générales.


Linéarité
C’est un opérateur qui est linéaire. Si partant de |ψ1 (t)〉 on obtient après
action de l’opérateur :
|ψ1 (t′ )〉 = U (t, t′ )|ψ1 (t)〉
Et en partant d’un autre état :
|ψ2 (t′ )〉 = U (t, t′ )|ψ2 (t)〉

12
En appliquant l’opérateur au système |φ(t)〉 = α1 |ψ1 (t)〉 + α2 |ψ2 (t)〉 on ob-
tient :
|φ(t′ )〉 = α1 |ψ1 (t′ )〉 + α2 |ψ2 (t′ )〉
soit : U (t, t′ )(α1 |ψ1 (t)〉 + α2 |ψ2 (t)〉) = α1 U (t, t′ )|ψ1 (t)〉 + α2 U (t, t′ )|ψ2 (t)〉

Invariance par translation dans le temps.


Tout comme en physique classique les lois physiques ne dépendent pas de
l’instant dans le temps où est réalisée une expérience.
L’opérateur U(t,t’) ne dépend donc que de la différence entre t et t’. On peut
écrire U(t’-t).

La continuité.
Si on part de deux états voisins, on arrive à deux états voisins. Cette notion
sera développée ultérieurement. De même pour l’unitarité.

Remarque : L’existence de l’opérateur d’évolution impose un déterminisme.


Tout comme en physique classique, une connaissance de l’état initial du système
permet d’en déduire l’état final.

13
Chapitre 3

Comment distinguer les


états, et les identifier.

3.1 Via la valeur d’une grandeur physique.


En physique classique on distingue les états d’un système par des valeurs
différentes des grandeurs physiques. Qui induiront des comportements différents.
La notion de proximité est alors facile à définir. Deux états proches sont des états
ayant des valeurs proches des grandeurs physiques.

3.2 Une problématique nouvelle en physique quan-


tique.
Prenons un système S et une seule grandeur physique pertinente G. Il existe
des états du système ayant des valeurs bien définies pour G. Pour simplifier on
prendra des valeurs discrètes mais elles peuvent aussi bien être continues. On
les notes {gi }i∈I .
L’état du système ayant la valeur bien définie gi sera noté |gi 〉.
On peut donc associer des kets à leurs valeurs :

|g1 〉 ↔ g1

|g2 〉 ↔ g2
...
Mais quelle valeur donner à G lorsqu’on a une combinaison linéaire ?

α1 |g1 〉 + α2 |g2 〉 ↔ ?
Il est facile de démontrer par un raisonnement par l’absurde que la réponse
ne peut pas être α1 g1 + α2 g2 . On est parti de valeurs discrètes (ce qui est le
cas parfois expérimentalement) et la combinaison linéaires permettrait d’obtenir
toutes les valeurs possibles. L’utilisation de scalaires complexes donnerait des
grandeurs complexes etc ...

14
Cet état bien que parfaitement défini n’est pas associé à une valeur parti-
culière. C’est pourquoi nous allons nous interroger sur la mesure des valeurs des
grandeurs physiques.

3.3 États à valeur bien définie et autres états.


Certains états ont donc des valeurs qui leurs sont associées de manière précise
comme g1, g2 etc ... Ces valeurs résultant de l’intéraction entre le système et
l’instrument de mesure. Les états correspondants |g1 〉, |g2 〉, ... ne peuvent pas
s’écrire comme combinaisons linéaires les uns des autres et nous verrons qu’ils
sont orthogonaux.
D’autres états de la forme α1 |g1 〉 + α2 |g2 〉 n’ont pas de valeurs bien définies.
Que se passe-t-il alors lors d’une mesure ?

3.4 La problématique de la mesure.


3.4.1 Mesure et interaction
L’instrument de mesure M et le syst‘eme S doivent interagir ensemble. Si
S est dans l’état |g1 〉 après l’interaction M est dans l’état |M(g1 )〉 .
L’interaction à partir de l’état combiné précédent placera logiquement l’ap-
pareil de mesure dans l’état α1 |M(g1 )〉 + α2 |M(g2 )〉 .
Le système interagissant avec l’instrument de mesure il faut considérer le
système global S ∪ M. À chaque système est associé un espace vectoriel.

S −→ ES

M −→ EM
S ∪ M −→ ES ⊗ EM
⊗ est un produit tensoriel qui sera vu ultérieurement.
Un exemple d’état de ce système globale :

|g1 〉 ⊗ |M(g1 )〉

Le système est dans l’état |g1 〉 et l’instrument de mesure obtient la valeur g1 .


Un autre état possible :

|g2 〉 ⊗ |M(g2 )〉
Partant de l’état combiné on obtient donc :

α1 |g1 〉 ⊗ |M(g1 )〉 + α2 |g2 〉 ⊗ |M(g2 )〉


Mais quelle est la signification physique de cet état ? Il reste à prendre
connaissance du résultat de la mesure et donc un observateur intervient inter-
agissant de nouveau avec le systeme précédent pour définir un nouveau système
global.

15
3.5 Interprétation de la mesure.
On a maintenant avec l’observateur : S ∪ M ∪ O
L’observateur prenant connaissance de la mesure son état change.
Pour un état bien défini on peut ainsi avoir :

|g1 〉 ⊗ |M(g1 )〉 ⊗ |O(M g1 )〉

ou
|g2 〉 ⊗ |M(g2 )〉 ⊗ |O(M g2 )〉
En partant de l’état combiné on obtient :

α1 |g1 〉 ⊗ |M(g1 )〉 ⊗ |O(M g1 )〉 + α2 |g2 〉 ⊗ |M(g2 )〉 ⊗ |O(M g2 )〉


L’observateur a conscience de lire la valeur g1 , mais également la valeur g2
ce qui est contradictoire ... Les physiciens réfléchissent encore à la question et
deux interprétations se distinguent.

3.5.1 L’interprétation de Copenhague.


Lorsqu’on regarde le résultat d’une mesure, par un phénomène dont le mécanisme
est inexpliqué, une seule composante reste et les autres sont éliminées.
Après la mesure de l’état α1 |g1 〉+α2 |g2 〉 on mesure g1 ou g2 . La combinaison
linéaire disparait et tout se passe comme si le système avait été initialement dans
l’état |g1 〉 ou |g2 〉 . Et au final l’ensemble sera seulement dans l’état :

|g1 〉 ⊗ |M(g1 )〉 ⊗ |O(M g1 )〉


ou
|g2 〉 ⊗ |M(g2 )〉 ⊗ |O(M g2 )〉
avec une certaine probabilité.

Postulat : À l’occasion d’une mesure, toutes les composantes sauf une dis-
paraissent. Et ceci, aléatoirement.

3.5.2 L’interprétation d’Everett.


Cette interprétation est connue également comme l’interprétation des mondes
multiples. On conserve les deux composantes et on considère que l’observateur
fait bien parti d’une combinaison d’état et donc que l’univers se sépare en
plusieurs branches différentes. Dans chacune de ces branches une observation
différente est faite.
Cette interprétation, bien qu’étrange, lève l’incohérence précédente consécutive
à la suppression des composantes. Un même état pouvant être issu d’une infinité
d’états différents dans l’interprétation de Copenhague.

16
3.6 Résultat effectif d’une mesure.
3.6.1 Indéterminisme et aléatoire.
• Si le système est dans l’état bien défini |gi 〉 alors la mesure va donner sans
ambiguité gi . 󰁛
• Si le système est dans l’état αi |gi 〉 la mesure conduit aléatoirement à
i
l’une des valeurs gi .

C’est un indéterminisme absolu car l’expérience a prouvé qu’il n’existe pas


de variables cachées et que rien ne peut prédire à l’avance le résultat ob-
tenu. On peut néanmoins faire des probabilités et vérifier le côté aléatoire
expérimentalement si l’on dispose d’un grand nombre de systèmes dont on est
certain qu’ils sont dans le même état.

3.6.2 La règle de Born.


La mesure est aléatoire et on peut utiliser des probabilités. Tout comme en
physique classique, avec un lancer de dé, il est impossible de prédire le chiffre
qui va sortir du lancer. Mais sur un grand nombre de lancers la probabilité d’1/6
pour chaque chiffre est vérifiée. C’est cette probabilité que nous donne la règle
de Born.
󰁛
Si le système est dans l’état αi |gi 〉 alors la probabilité que la
i
mesure conduise au résultat gi est :

|αi |2
P(gi ) = 󰁛
|αj |2
j

La somme au dénominateur est juste là pour s’assurer que la somme des
probabilité soit égale à 1. P(gi ) ∝ |αi |2 et pour des vecteurs d’états normés le
dénominateur disparait.
Cette formule est très bien vérifiée expérimentalement et souvent présentée
comme un postulat en mécanique quantique. Pourtant un théorème mathématique,
le théorème de Gleason permet de la démontrer.

Remarque : En appliquant la régle de Born à l’état λi |gi 〉 on obtient une


probabilité d’obtenir la valeur gi à 100%, tout comme avec l’état pur |gi 〉.
Les états physiques sont donc définis à un facteur multiplicatif
près.

3.7 Comment distinguer les états ?


3.7.1 En physique classique.
C’est trivial. Des valeurs identiques des grandeurs physiques caractérisent
des états identiques.

17
3.7.2 En physique quantique.
On a accès uniquement aux résultats des mesures qui ne permettent pas de
révéler l’état du système.

Prenons par exemple une position suivant un axe x. Le système peut être
dans les état bien défini |x1 〉, |x2 〉, |x3 〉, ... qui donneraient de manière certaine
x1 , x2 , ...
Mais si à la suite d’une mesure on trouve la valeur x1 on ne peut pas pour
autant connaı̂tre l’état de départ du système qui pouvait être dans une combi-
naison linéaire α1 x1 + α2 x2 + α3 x3 + ...
Une fois la mesure effectuée l’état du système est parfaitement déterminé,
c’est |x1 〉, et toutes les mesures ultérieures donneront x1 de manière certaine.
Si on dispose d’un grand nombre de systèmes préparés de manière iden-
tique on peut faire des statistiques et obtenir une approximation de l’état d’un
système. Mais dans le cas d’un système unique il est impossible à partir du
résultat d’une mesure de retrouver l’état du systême.

Même avec un appareil de mesure parfait, il est impossible de


prendre connaissance de l’état d’un système.

3.8 Préparation d’un système.


Réaliser une mesure ne permet donc pas de connaı̂tre l’état passé d’un
système mais place le système dans un état bien défini lors de la mesure. Sous
réserve que le système n’évolue pas rapidement, on connait alors parfaitement
l’état du système juste après la mesure. On peut ainsi préparer l’état d’un
système en réalisant une mesure.

3.9 L’irréversibilité.
L’opérateur d’évolution permet très clairement de passer d’un état connu à
l’instant t à un autre état parfaitement défini à l’instant t’. Et ainsi, partant
d’un état connu, de connaı̂tre sans ambiguité et sans mesure l’état futur du
système. Mais après une mesure, connaissant l’état du système, il est impossible
de remonter à l’état précédent car une infinité de combinaisons linéaires sont
possibles.

α1 |g1 〉 + α2 |g2 〉 ❳❳❳


❳❳ ❳❳❳
❳❳

|g1 〉


✘ ✘✘✘✘

α1′ |g1 〉 + α2′ |g2 〉 ✘✘✘

18
3.10 Théorème de non clonage.
Des observations précédentes on peut déduire (ou démontrer mathématiquement)
qu’il est impossible de reproduire à l’identique un système quantique inconnu.
En effet la moindre mesure du système le réduirait á une seule de ses compo-
santes.

19
Chapitre 4

Structure hermitienne.

4.1 Produit scalaire sur un R−espace vectoriel.


4.1.1 Définition.
Le produit scalaire entre deux vecteurs d’un R−espace vectoriel est une
forme bilinéaire, symétrique, définie et positive.
C’est une fonction qui associe à deux vecteurs un scalaire réel :

f : E × E −→ R

u, v −→ f (u, v)
La fonction est bilinéaire, linéaire à droite :

f (u, λv1 + µv2 ) = λf (u, v1 ) + µf (u, v2 )

et linéaire à gauche :

f (λu1 + µu2 , v) = λf (u1 , v) + µf (u2 , v)


Elle est symétrique :
f (u, v) = f (v, u)
Positive :
f (u, u) ≥ 0
Définie :
f (u, u) = 0 ⇔ u = 0
On retrouve les propriétés habituelles du produit scalaire des vecteurs géométriques
classiques.
Dans un espace vectoriel à n dimensions et en utilisant une représentation
colonne pour les vecteurs, le produit scalaire se calcule facilement dans une base
orthonormée à l’aide des composantes :
󰀳 󰀴 󰀳 󰀴
u1 v1
󰁅 u2 󰁆 󰁅 v 2 󰁆 󰁛
󰁅 󰁆 󰁅 󰁆
u 󰁅 . 󰁆 v 󰁅 . 󰁆 , f (u, v) = ui v i
.
󰁃 . 󰁄 󰁃 . 󰁄 .
i
un vn

20
Le produit scalaire permet également de définir la norme d’un vecteur :
󰁳
||u|| = f (u, u)

4.1.2 Notion d’orthogonalité


Deux vecteurs sont orthogonaux si leur produit scalaire est nul :

u ⊥ v ⇔ f (u, v) = 0

On peut également définir l’orthogonal d’un sous-espace vectoriel :


Soit A une partie de E , A⊥ {u ∈ E, ∀a ∈ A, f (u, a) = 0}

Une famille de vecteurs {ui } est orthogonale si : ∀i, j , i ∕= j =⇒ f (ui , uj ) = 0

Dans un espace de dimension finie on peut ainsi toujours choisir une base de
vecteurs orthogonaux, puis une base orthonormée.

4.1.3 Expression dans une base orthonormée.


Les vecteurs de la base {ei }i∈N vérifient la relation f (ei , ej ) = δij
En décomposant les vecteurs sur leur base :
󰁛 󰁛
f (u, v) = f ( ui e i , vj ej )
i j
󰁛 󰁛
= ui vj f (ei , ej ) = ui v i
i,j i

On démontre ainsi la relation vu précédemment.

4.2 Produit scalaire sur un C-espace vectoriel.


4.2.1 Définition
En utilisant maintenant le corps des complexes il faut modifier quelques
propriétés du produit scalaire précént. Par exemple pour obtenir des h(u,u)
réels.
La symétrie est modifiée et devient :

h(u, v) = h(v, u)∗


On parle de forme hermitienne.
Pour vérifier cette formule et obtenir le complexe conjugué le produit scalaire
de peut plus être bilinéaire. Il reste linéaire à droite mais devient semi-linéaire
à gauche.

C’est une forme sesquilinéaire, définie positive hermitienne .

21
4.2.2 Notion d’orthogonalité.
Comme précédemment on dit que u et v sont orthogonaux si h(u,v)=0.
De même pour un espace ortogonal. u ⊥ A si ∀a ∈ A, h(u, a) = 0
On retrouve également la possibilité en dimension finie d’avoir une famille
orthogonale ({vi }i∈I tel que ∀i, j h(vi , vj ) = δij ) que l’on peut transformer en
famille orthonormée.

Tout espace hermitien admet une base orthonorée.

Le terme hermitien désigne un espace vectoriel de dimension finie muni d’un


produit hermitien. Les espaces infinis (sous certaines conditions supplémentaires
sont appelés espaces de Hilbert.)

Pour à partir d’une base quelconque obtenir une base orthonormée on peut
utiliser le procédé de Gram-Schmidt :
On part d’une famille libre et génératrice {vi }. On normalise facilement le
premier vecteur : v1′ = 󰀂vv11 󰀂 = √ v1
h(v1 ,v1 )
Puis on projette le vecteur v2 sur v1′ qui est normé : v2′ = h(v1 , v2 )v1 Et pour
obtenir un vecteur orthogonal à v1′ il suffit de prendre : v2⊥ = v2 − v2′ Puis enfin
de normaliser ce nouveau vecteur et de poursuivre le procédé avec les autres
vecteurs.

✻ v2 ✸

v2⊥ ✑




✑ ✲ ✲
v2′ v1

4.2.3 Expression d’un vecteur.


L’expression d’un vecteur est très simple si on possède une base orthonormée
{ei }i∈I car il existe alors un unique jeu de composantes pour décrire le vecteur
dans cette base : 󰁓
∀u ∈ E, ∃!{ui }i∈I tel que : u = i ui ei
Le vecteur peut alors être mis sous forme d’un vecteur colonne :
󰀳 󰀴
u1
󰁅 u2 󰁆
󰁅 󰁆
u󰁅 . 󰁆
󰁃 .. 󰁄
un
En exprimant le produit hermitien :
󰁛 󰁛
h(u, v) = h( ui e i , vj ej )
i j
󰁛 󰁛
= u∗i vj h(ei , ej ) = u∗i vj δij
i,j i,j

22
󰁛
h(u, v) = ui ∗ v i
i

4.2.4 Notation en physique quantique.


On note les vecteurs u et v sous la forme de vecteurs d’état |u〉 et |v〉.
Et le produit hermitien h(|u〉, |v〉) sous la forme 〈u|v〉 .

h(|u〉, |v〉) = 〈u|v〉

On peut représenter ce produit hermitien sous forme de produit de matrices.


Un ket (dans une base particulière) peut être représenté par une matrice (n*1).
Et le produit hermitien peut être vu comme le produit d’une matrice (1*n)
(parfois appelée vecteur ligne)󰀳par󰀴cette matrice (n*1) :
v1
󰀃 ∗ 󰀄 󰁅 v2 󰁆
󰁅 󰁆
u1 u∗2 . . . u∗n × 󰁅 . 󰁆 = u∗1 v1 + u∗2 v2 + ... + u∗n vn
󰁃 .. 󰁄
vn
On peut alors identifier la partie gauche de 〈u|v〉, c’est à dire 〈u| avec le vec-
teur ligne dont les composantes sont les complexes conjugués des composantes
du ket |u〉.
On appelle 〈u| un bra.
On a donc :
〈u|.|v〉 = 〈u|v〉
C’est une forme linéaire qui associe à un vecteur un nombre complexe qui
correspond au produit hermitien.

Un bra et un ket forment donc un braket (jeu de mot avec bracket en anglais
signifiant ”crochet”).

Les propriètés du produit hermitien donnent : 〈u|v〉 = 〈v|u〉∗

4.3 Les opérateurs linéaires.


4.3.1 Définition.
C’est un opérateur qui a un vecteur d’un espace vectoriel associe un autre
vecteur du même espace vectoriel, de manière linéaire :

 : E −→ E

u −→ v = Â(u)
Avec la notation de Dirac : |v〉 = Â|u〉
Comme l’opérateur est linéaire :

Â(α1 |u1 〉 + α2 |u2 〉) = α1 Â|u1 〉 + α2 Â|u2 〉

L’action de  est caractérisée par son action sur les vecteurs de base. La
linéarité permet ensuite de connaı̂tre son action sur n’importe quel vecteur.

23
la base est {|ei 〉}i∈I n’importe quel vecteur |u〉 se note sous la forme
Si 󰁛
|u〉 = ui |ei 〉.
i 󰁛 󰁛
et Â|u〉 = Â ui |ei 〉 = ui Â|ei 〉 (par linéarité)
i i
Connaı̂tre Â|ei 〉 est donc suffisant pour l’action de  sur tous les autres
vecteurs.

4.3.2 Représentation dans une base orthonormée.


Soit la base {ei }i∈I qui est orthonormée , 〈ei |ej 〉 = δij
On cherche à connaı̂tre l’action de  sur les vecteurs de cette base. Le résultat
étant un vecteur s’exprimant comme combinaison des vecteurs de base.
󰁛
Â|ej 〉 = aij |ei 〉
i

 peut alors être représenté par la matrice [aij ] :


󰀳 󰀴
a11 a12 . . . a1n
󰁅 a21 a22 . . . a2n 󰁆
󰁅 󰁆
 = 󰁅 . .. .. .. 󰁆
󰁃 .. . . . 󰁄
an1 an2 . . . ann
Chaque colonne de cette matrice correspond à l’image des vecteurs de base.
Par exemple : 󰀳 󰀴
󰀳 󰀴 a12
󰀳 󰀴 0
a11 a12 . . . a1n 󰁅1󰁆 󰁅 a22 󰁆
󰁅 a21 a22 . . . a2n 󰁆 󰁅 󰁆 󰁅 󰁆
󰁅 󰁆 󰁅0󰁆 󰁅 .. 󰁆
Â|e2 〉 = 󰁅 . .. .. .. 󰁆 󰁅 󰁆 = 󰁅 󰁅 . 󰁆
󰁆
󰁃 .. . . . 󰁄 󰁅 .. 󰁆 󰁅 . 󰁆
󰁃.󰁄 󰁃 .. 󰁄
an1 an2 . . . ann
0 an2

4.3.3 Les éléments de matrice.

aij = 〈ei |Â|ej 〉


󰁛
Â|ej 〉 = akj |ek 〉
k 󰁛
Et h(|ei 〉, Â|ej 〉) = h(|ei 〉, akj |ek 〉) = aij
k
(car tous les termes sont nuls lorsque i∕=k)

La représentation de Dirac est particulièrement efficace car le produit ma-


triciel est associatif :
〈u|.(Â|v〉) = (〈u|Â).|v〉
La dimension des matrices est bien cohérente avec un scalaire :

24
〈u| . Â . |v〉
󰁿󰁾󰁽󰂀 󰁿󰁾󰁽󰂀 󰁿󰁾󰁽󰂀
(1∗n) (n∗n) (n∗1)
󰁿 󰁾󰁽 󰂀
scalaire(1∗1)

4.3.4 Vecteurs propres et valeurs propres.


|ψ〉 est dit vecteur propre de  associé à la valeur propre λ si :

Â|ψ〉 = λ|ψ〉

L’opérateur transforme donc un vecteur en un autre vecteur proportionnel


au premier.

4.4 L’opérateur adjoint.


4.4.1 Définition.
Dans un espace vectoriel E muni d’un produit hermitien h(.,.) :
Soit a ∈ E et la fonction : f : u −→ h(a, u)
Cette fonction est linéaire par définition et c’est une forme linéaire. Elle as-
socie à un vecteur un scalaire.

Le théorème de représentation de Riesz nous dit que dans ce cas :


Pour une forme linéaire f, ∃!b tel que f (u) = 〈b|u〉
Autrement dit, lorsqu’on a une forme linéaire, on peut toujours lui associer
un produit scalaire. (Certaines précautions étant à prendre si l’on n’est pas en
dimension finie.)
Pour un opérateur  , ∀|v〉 l’application |u〉 −→ h(|v〉, Â|u〉) est linéaire en
|u〉. (C’est la composée de deux applications linéaire.)
En vertu du théorème précédent :
∃|v ′ 〉 tel que h(|v〉, Â|u〉) = h(|v ′ 〉, |u〉)

À chaque |v〉 peut donc être associé un |v ′ 〉. On dit alors que |v ′ 〉 est l’image
de |v〉 par l’adjoint de  :

∀|v〉, ∃|v ′ 〉 , h(|v〉, Â|u〉) = h(|v ′ 〉, |u〉)

On appelle † , l’adjoint de  l’application linéaire qui à |v〉 associe |v ′ 〉 :

h(|v〉, Â|u〉) = h(† |v〉, |u〉)


En notation de Dirac :

〈v|Â|u〉 = † |v〉.|u〉


On voit donc que le bra associé au ket † |v〉 est le bra 〈v|Â.

Le bra associé à Â|u〉 c’est 〈u|† .

25
4.4.2 Représentation matricielle de l’adjoint.
On veut connaı̂tre l’action de † sur les vecteurs de base |ei 〉 :

h(† |ei 〉, |ej 〉) = h(|ei 〉, Â|ej 〉)

par définition de l’adjoint.

h(† |ei 〉, |ej 〉) = h(|ej 〉, † |ei 〉)∗

par les propriétés du produit hermitien.

〈ej |† |ei 〉∗ = 〈ei |Â|ej 〉

En passant aux éléments de matrice :

a∗ji = aij

Autrement dit, en représentation matricielle, il suffit d’inverser les lignes et


les colonnes de  et de passer aux conjugués des éléments de matrice pour ob-
tenir la matrice représentant l’adjoint.

La matrice représentant † est la matrice transposée conjuguée de


la matrice représentant Â.

4.4.3 Propriétés importantes.


• †† = Â
L’adjoint de l’adjoint, c’est l’opérateur.

• h(|φ〉, Â|ψ〉) = h(† |φ〉, |ψ〉) = h(|ψ〉, † |φ〉)∗


donc 〈φ|Â|ψ〉 = 〈ψ|† |ψ〉∗

• (λ + µB̂)† = λ∗ † + µ∗ B̂ †

• (ÂB̂)† = B̂ † †

• Si λ est valeur propre de  alors λ∗ est valeur propre de † .

Les démonstrations de ces propriétés sont évidentes en représentation ma-


tricielle mais peuvent également se faire en utilisant les propriétés du produit
hermitien et de l’adjoint.

4.5 Les opérateurs autoadjoints.


4.5.1 Définition.
Un opérateur autoadjoint est son propre adjoint :

† = Â

26
4.5.2 Propriétés
∀|ψ〉, ∀|φ〉 ∈ E , 〈ψ|Â|φ〉 = 〈φ|Â|ψ〉∗
Et en appliquant cette formule aux vecteurs de bases :

〈ei |Â|ej 〉 = 〈ej |Â|ei 〉∗


󰁿 󰁾󰁽 󰂀 󰁿 󰁾󰁽 󰂀
aij a∗
ji

La matrice est égale à sa transposée conjuguée.


Les éléments de la diagonale sont obligatoirement réels et de part et d’autre
de la diagonale se trouvent des complexes conjugués.
󰀳 󰀴
1 2i 0
Exemple :󰁃−2i −4 1 − i󰁄
0 1+i 2

4.5.3 Théorème spectral.


Tout opérateur autoadjoint est diagonalisable en base orthonormée. Ce qui
implique qu’il existe une base orthonormée de vecteurs propres de l’opérateur :

∃{|ei 〉}i∈I , Â|ei 〉 = λi |ei 〉

Ces valeurs propres sont toutes réelles, λi ∈ R.


Et dans cette base de vecteurs propre la matrice de l’opérateur peut se
représenter :
󰀳 󰀴
λ1 0 . . . . . . 0
󰁅 .. 󰁆
󰁅 0 ... ... . 󰁆
󰁅 󰁆
󰁅 .. . .. λ . .. .. 󰁆 = Diag(λ , ..., λ )
 = 󰁅 . . 󰁆 1 n
󰁅 i 󰁆
󰁅. .. .. 󰁆
󰁃 .. . . 0󰁄
0 ... ... 0 λn

4.5.4 Sous-espaces propres orthogonaux.


Si Â|ϕ〉 = λ|ϕ〉 et Â|ψ〉 = µ|ψ〉 , λ et µ sont deux valeurs propres différentes.
De plus si  est autoadjoint † = Â. On a :

|ϕ〉
〈ψ|Â|ϕ〉 = λ 〈ψ|ϕ〉
|ψ〉
〈ϕ|Â|ψ〉 = µ 〈ϕ|ψ〉
et 〈ψ|Â|ϕ〉 = 〈ϕ|Â|ψ〉∗ donc (λ〈ψ|ϕ〉)∗ = µ〈ϕ|ψ〉

λ∗ 〈ϕ|ψ〉 = µ〈ϕ|ψ〉

λ est réel et donc λ∗ = λ donc λ〈ϕ|ψ〉 = µ〈ϕ|ψ〉

Si λ et µ sont des valeurs propres différentes alors 〈ϕ|ψ〉 = 00. Deux


vecteurs propres associés à des valeurs propres distinctes sont nécessairement
orthogonaux.

27
Chapitre 5

Espace des états et


observables physiques.

5.1 Discussion.
Pour une grandeur physique G, certains états peuvent avoir une valeur 󰁛 bien
définie et on les note |gi 〉, mais d’autres non, c’est l’infinité des |ψ〉 = λi |gi 〉.
i
Les états |gi 〉 sont parfaitement distincts les uns des autres. Ils donnent de
manière certaine lors de la mesure une valeur gi . On ne peut pas réécrire un |gi 〉
comme combinaison linéaire d’autres |gi 〉. On peut donc dire que les |gi 〉 sont
orthogonaux entre eux.

5.2 Construction de l’espace des états.


On se place dans le cas où une seule grandeur physique suffit à discriminer
les états.

H = V ect{|gi 〉}i∈I
L’espace des états qui est un espace vectoriel Hilbertien est l’espace engendré
par les |gi 〉.
On définit le produit hermitien de telle sorte que :

h(|gi 〉, |gj 〉) = 〈gi |gj 〉 = δij

Cette définition posée on peut utiliser des vecteurs quelconques :


󰁛
|ϕ〉 = αi |ei 〉
i
󰁛
|ψ〉 = βj |ej 〉
j
󰁛 󰁛 󰁛
〈ψ|ϕ〉 = βj∗ αi 〈ej |ei 〉 = αi βi∗
j i
󰁿 󰁾󰁽 󰂀 i
δij

28
5.3 Coordonnées d’un état de la base {|gi 〉}i∈I .
󰁛 Tout vecteur de l’espace des états peut se mettre sous la forme |ϕ〉 =
αi |gi 〉.
i
Où les αi sont les coordonnées du vecteur |ϕ〉.
󰁛
En prenant le produit scalaire 〈gk |ϕ〉 = αi 〈gk |gi 〉 = αk
󰁿 󰁾󰁽 󰂀
i
δki
Tout comme pour les vecteurs géométriques classiques les composantes du
vecteurs correspondent aux projections du vecteur sur les vecteurs de la base
orthonormée.
󰁛
On peut finalement écrire : |ϕ〉 = 〈gi |ϕ〉|gi 〉
i

5.4 Relation de fermeture et projecteur ortho-


gonal.
󰁛
On a vu que tout vecteur peut s’écrire : |ϕ〉 = 〈gi |ϕ〉 |gi 〉
󰁿 󰁾󰁽 󰂀
i
󰁛 nombre
ou encore |ϕ〉 = |gi 〉〈gi ||ϕ〉 en inversant simplement l’ordre des termes.
i
On voit apparaı̂tre une forme qui appliquée à un vecteur redonne le même
vecteur.
󰁛
On peut donc en déduire que |gi 〉〈gi | = I (l’identité)
i
Cette relation est appelée relation de fermeture.

Les formes |ϕ〉 〈ψ| sont des opérateurs représentés par des matrices (n*n).
󰁿󰁾󰁽󰂀 󰁿󰁾󰁽󰂀
(n∗1) (1∗n)
󰁿 󰁾󰁽 󰂀
(n∗n)
Dans le cas particulier de la forme |ψ〉〈ψ| et en l’appliquant à un vecteur
quelconque :

|ψ〉〈ψ|.|u〉 = |ψ〉〈ψ|u〉 = 〈ψ|u〉|ψ〉


On obtient un vecteur proportionnel à |ψ〉 et dont la norme correspond à la
composante de |u〉 sur |ψ〉 (si |ψ〉 est normé).
Cet opérateur est donc un projecteur sur l’état |ψ〉.

En particulier, avec les vecteurs de base :


|gi 〉〈gi |u〉 = P⊥gi |u〉
C’est le projeté orthogonal de |u〉 sur |gi 〉.
La matrice représentant |gi 〉〈gi | a des 0 partout et un 1 sur la diagonale au
rang i.

29
󰀳 󰀴
0 ... 0
󰁅 .. 󰁆
󰁅. 1 󰁆
Exemple : |g2 〉〈g2 | = 󰁅
󰁅
󰁆
󰁆
󰁃 .. 󰁄
.
0 ... 0
On retrouve bien en faisant la somme des matrices la relation de fermeture.

Si |ϕ〉 est un vecteur d’état, le projecteur orthogonal sur |ϕ〉 se note :

|ϕ〉〈ϕ|
P⊥|ϕ〉 =
〈ϕ|ϕ〉

Le dénominateur permettant de normer le vecteur.

5.5 Norme d’un vecteur.

|| |ϕ〉 ||2 = 〈ϕ|ϕ〉


En introduisant la relation de fermeture :
󰁛 󰁛
〈ϕ|ϕ〉 = |gi 〉〈gi ||ϕ〉 =
〈ϕ|g |〈gi |ϕ〉|2
i i

Tout comme pour les vecteurs géométriques ordinaires, la norme au carré


correspond à la somme des carrés des composantes.

5.6 Mesure de G.
5.6.1 Rappel de la règle de Born.
󰁛
Si |ψ〉 = αi |gi 〉 alors la probabilité d’obtenir gi lors d’une mesure est :
i

|αi |2
P (gi ) = 󰁓 2
j |αj |

5.6.2 L’opérateur Ĝ associé à la grandeur physique G.


On définit l’opérateur Ĝ par son action sur les |gi 〉 :

Ĝ|gi 〉 = gi |gi 〉

On peut ensuite l’appliquer à n’importe quel vecteur :


󰁛
|ψ〉 = αi |gi 〉
i
󰁛 󰁛
Ĝ|ψ〉 = αi Ĝ|gi 〉 = αi gi |gi 〉
i i

30
On peut dans la base des |gi 〉 le représenter par la matrice :
󰀳 󰀴
g1 0 . . . 0
󰁅 .. 󰁆
󰁅 0 g2 . . . .󰁆
󰁅
Ĝ = 󰁅 . 󰁆
. . 󰁆
󰁃 .. .. .. 0 󰁄
0 ... 0 gn

5.6.3 Moyenne des résultats d’une mesure.


󰁛
M oyenneG (|ψ〉) = P(gi )gi
i
󰁛 |αi |2 gi
= 󰁓 2
i j |αj |

Théorème :
〈ψ|Ĝ|ψ〉
M oyG (|ψ〉) =
〈ψ|ψ〉
Démonstration :
󰁛 󰁛
〈ψ|Ĝ|ψ〉 = h( αj |gj 〉, αi gi |gi 〉)
j i
󰁿 󰁾󰁽 󰂀 󰁿 󰁾󰁽 󰂀
|ψ〉 Ĝ|ψ〉

󰁛
= αj∗ αi gi h(|gj 〉, |gi 〉)
i,j
󰁿 󰁾󰁽 󰂀
δij
󰁛
= |αi |2 gi
i

On a le numérateur du théorème et le dénominateur correspond bien à la


définition du carré de la norme.

En général on choisit des vecteurs d’état normés tel que 〈ψ|ψ〉 = 1.


On a alors simplement :

M oyG (|ψ〉) = 〈ψ|Ĝ|ψ〉 = 〈Ĝ〉

Remarques :
• Si le système est dans l’état |gi 〉 :

〈Ĝ〉 = 〈gi |Ĝ|gi 〉 = 〈gi |αi |gi 〉 = αi 〈gi |gi〉 = gi

On obtient bien en moyenne lors des mesure gi .


• La probabilité d’obtenir gi lors d’une mesure est la moyenne du projecteur
orthogonal sur |gi 〉. En effet :

P(gi ) = |αi |2 = 〈ψ|gi 〉〈gi |ψ〉 = 〈P̂⊥gi 〉

31
5.7 Cas de plusieurs grandeurs physiques discri-
minantes.
Deux système peuvent avoir les mêmes valeurs pour une grandeur G et
pourtant être différents. C’est le cas s’ils se distinguent par une autre grandeur
G’.
Si à la grandeur G on associe les états |gi 〉 et à G’ les |gj′ 〉 , les états du
système pourront se noter |gi gj′ 〉. Si G’ ne suffit pas à discriminer le système on
cherche alors une autre grandeur G”. Et ainsi de suite jusqu’à épuisement de
l’espace des états du système.
Il faut donc faire émerger pour un système physique donné un ensemble de
grandeurs discriminantes compatibles. C’est à dire ayant des valeurs bien définies
pour chacune des grandeurs.

5.8 La notion d’observable.


5.8.1 Définition.
On appelle observable toute grandeur physique prenant des valeurs bien
définie pour l’ensemble d’états formant une famille génératrice de l’espace des
états H.

Il est nécessaire d’avoir une famille génératrice afin d’être certain d’obtenir
une valeur pour la grandeur G, pour tous les états possibles du système.

5.8.2 L’opérateur associé.


Soit F la grandeur physique, {|fi 〉} la base ortonormée, on définit F̂ tel que :

F̂ |fi 〉 = fi |fi 〉
󰀳 󰀴
f1 0 . . . 0
󰁅 .. 󰁆
󰁅 0 f2 . . . .󰁆
󰁅
F̂ = 󰁅 . 󰁆
. . 󰁆
󰁃 .. .. .. 0 󰁄
0 ... 0 fn
Cette matrice dans la base des |fi 〉 représente bien un autoadjoint.
Réciproquement, tout opérateur autoadjoint peut être diagonalisé dans une
base orthonormée particulière. Et on pourrait associer à cet opérateur une gran-
deur physique.

5.8.3 Vocabulaire.
On assimile les trois notions suivantes : • Grandeur physique pertinente pour
le système. • Opérateur autoadjoint. • Observable.

32
5.9 Compatibilité entre observables.
On dit que deux observables F et G sont compatibles s’il existe une base
d’états qui ont une valeur bien définie à la fois pour F et pour G.
Dans cette base :
󰀳 󰀴 󰀳 󰀴
g1 0 . . . 0 f1 0 . . . 0
󰁅 .. 󰁆 󰁅 .. 󰁆
󰁅 0 g2 . . . .󰁆 󰁅 ..
. .󰁆
Ĝ = 󰁅 󰁆 et F̂ = 󰁅 0 f2 󰁆
󰁅. . 󰁆 󰁅 . 󰁆
󰁃 .. .. ... 0 󰁄 󰁃 .. . . . . . . 0 󰁄
0 ... 0 gn 0 ... 0 fn
Le premier vecteur de base est |f1 g1 〉, le deuxième |f2 g2 〉, ... Ils sont à la fois
vecteurs propres de F̂ et de Ĝ.

On dit que F̂ et Ĝ sont simultanément diagonalisables. Ce qui est équivalent


à F̂ Ĝ = ĜF̂ .

Prenons un exemple en dimension 3 où f2 = f1 :


󰀳 󰀴 󰀳 󰀴
f1 0 0 g1 0 0
F̂ = 󰁃 0 f1 0 󰁄 et Ĝ = 󰁃 0 g2 0󰁄
0 0 f3 0 0 g3
Le système a trois états pour chaque grandeur aux valeurs parfaitement
définies {|e1 〉, |e2 〉, |e3 〉〉}. Il peut donc être dans l’état |ψ〉 = α|e1 〉 + β|e2 〉.
Cet état a une valeur bien définie de F, en effet :

F̂ |ψ〉 = αF̂ |e1 〉 + β F̂ |e2 〉 = αf1 |e1 〉 + βf1 |e2 〉

f1 (α|e1 〉 + β|e2 〉) = f1 |ψ〉


On trouve donc la valeur f1 pour cet état. Chaque mesure de la grandeur F
donnera de manière certaine la valeur f1 .
Mais il n’y a pas de valeur bien définie pour G.

Ĝ|ψ〉 = αĜ|e1 〉 + β Ĝ|e2 〉 = αg1 |e1 〉 + βg2 |e2 〉

Le résultat d’une mesure de G donnerait aléatoirement et suivant la loi de


Born g1 ou g2 .
Ici, c’est donc G qui permet de discriminer certaines valeurs de F.

On constate également que lorsqu’on a plusieurs vecteurs associés à la même


valeur propre, leur combinaison linéaire forme un nouveau vecteur toujours as-
socié à cette valeur propre. Ils forment donc un sous-espace vectoriel. On peut
donc associer un sous-espace vectoriel à chaque valeur propre.(De dimension 1
si la valeur propre n’est associé qu’à un seul vecteur etc ...).
On peut écrire l’espace des états comme une somme directe des sous-espaces
propres associés aux valeurs propres :

H = Eg1 ⊕ Eg2 ⊕ ... ⊕ Egn

33
Exemple :

H = E g1 ⊕ E g2 ⊕ E g3
󰁿󰁾󰁽󰂀 󰁿󰁾󰁽󰂀 󰁿󰁾󰁽󰂀
|g1 〉 |g2 a〉,|g2 b〉 |g3 〉

La probabilité d’obtenir gi se calcule comme la moyenne du projeté ortho-


gonal sur tout le sous-espace. 〈P̂⊥Egi 〉
Pour un état de la forme |ψ〉 = α1 |g1 〉 + α2a |g2 a〉 + α2b |g2 b〉 + α3 |g3 〉 la
probabilité d’obtenir g2 lors d’une mesure de G est |α2a |2 + |α2b |2 .
Et après la mesure le système sera dans l’état : α2a |g2 a〉 + α2b |g2 b〉
C’est seulement la mesure de la seconde grandeur, différente de G, qui per-
mettra de distinguer les deux états |g2 a〉 et |g2 b〉.

34
Deuxième partie

Systèmes quantiques
élémentaires : Qubit, spin 12 .

35
Chapitre 6

Quantum binary digit :


Qubit.

6.1 Rappel : Le bit classique.


Le bit est une contraction de binary digit, c’est un nombre binaire qui ne
peut prendre que deux valeurs, 0 ou 1.
Mais de manière plus générale, il décrit un système permettant une distinc-
tion élémentaire (+ ou -, noir ou blanc, vrai ou faux etc ...)

6.2 Système quantique élémentaire.


Le problème en physique quantique c’est qu’il n’existe pas de système ne
possédant que deux états, notés par exemple |0〉 et |1〉. Car toutes les combinai-
sons linéaires de ces deux états sont possibles et |ψ〉 = α|0〉 + β|1〉 est un nouvel
état.

Un système quantique composé d’un seul état ne pourrait ni évoluer ni in-


teragir avec un instrument de mesure.(Tous les λ|ϕ〉 étant identiques.) C’est
pourquoi le plus petit système quantique est le système quantique élémentaire
Qubit. C’est un système ayant un espace des états de dimension 2.
Tous les qubits sont donc équivalents d’un point de vue logique (isomorphes)
même si on peut utiliser différentes grandeurs et appareils de mesure pour les
réaliser.(Polarisation d’un photon, spin d’un électron, etc ...)

6.3 Représentation des états sur la sphère de


Bloch.
Pour un système élémentaire à deux états l’expression gén’erale d’un état
peut s’écrire :
|ψ〉 = α|0〉 + β|1〉
Avec α, β ∈ C. Donc quatre nombres réels (deux complexes) semblent nécessaires
pour définir le système.

36
Mais λ|ψ〉 correspondant au mème état que |ψ〉 on peut normaliser tous les
vecteurs d’état avec la condition |α|2 + |β|2 = 1. (Retirant un degré de liberté.)
De même il est possible une fois les vecteurs normalisés de rendre α réel.
(α ∈ R+ ). En écrivant α sous la forme α = |α|eiθ il suffit de multiplier l’état
par e−iθ ce qui ne change rien à la norme du vecteur. (L’état est invariant à un
facteur de phase près ce qui retire un autre degré de liberté.)
Deux nombres réels sont donc suffisants pour parcourir tous les états du
système.

La condition de normalisation |α|2 + |β|2 = 1 impose α ∈ [0, 1] on peut donc


écrire :
π
∃ω ∈ [0, ], ∃ϕ ∈ [0, 2π] tel que α = cos(ω) et β = sin(ω)eiϕ
2
Tout état pouvant alors s’écrire :

|ψ〉 = cos(ω)|0〉 + sin(ω)eiϕ |1〉

En posant θ = 2ω on a :

θ θ
θ ∈ [0, π] et ϕ ∈ [0, 2π], |ψ〉 = cos( )|0〉 + sin( )eiϕ |1〉
2 2

On retrouve la notation des coordonnées sphériques, et on peut associer à


chaque état du qubit un point de la surface de la sphère unité 3D de manière
biunivoque, ou une direction de l’espace à trois dimension.

Cette sphère s’appelle la sphère de Bloch.

Au ket |0〉 est associée la direction θ = 0, pointant suivant u󰂓z .


Au ket |1〉 est associée la direction θ = π, pointant suivant −u󰂓z .

37
La direction u󰂓x correspond à θ = π2 et ϕ = 0 soit √12 |0〉 + √12 |1〉
La direction −u󰂓x correspond à θ = π2 et ϕ = 2π soit √12 |0〉 − √12 |1〉
π π √1 |0〉 + √i |1〉
La direction u󰂓y correspond à θ = 2 et ϕ = 2 soit 2 2
π
La direction −u󰂓y correspond à θ = 2 et ϕ = − π2 soit √12 |0〉 − √i2 |1〉

Attention, on peut remarquer que des états qui sont orthogonaux dans
l’espace des états (|0〉 et |1〉 par exemple) sont à l’opposé l’un de l’autre sur la
sphère de Bloch. Il est facile de le démontrer pour les états précédents.
Démonstration générale :
θ θ
|θ, ϕ〉 = cos |0〉 + sin eiϕ |1〉
2 2
Le point diamétralement opposé à (θ, ϕ) est le point (π − θ, ϕ + π).
Et donc :
π−θ π − θ i(ϕ+π)
| − (θ, ϕ)〉 = cos |0〉 + sin e |1〉
2 2
θ θ
= sin |0〉 − cos ei(ϕ) |1〉
2 2
et
θ θ θ θ
〈−(θ, ϕ)|θ, ϕ〉 = sin cos − cos sin e−iϕ eiϕ = 0
2 2 2 2

6.4 Représentation en vecteur colonne.


Une fois la base orthonormée choisie, tout vecteur d’état (ket) peut se
représenter par ses composantes sous forme de vecteur colonne.
󰀕 󰀖
α0
|ψ〉 = α0 |0〉 + α1 |1〉 va s’écrire |ψ〉 = dans la base |0〉, |1〉.
α1
󰀕 ′󰀖
α0
Un autre vecteur pourrait s’écrire :|ψ ′ 〉 = et leur produit scalaire se
α1′
calculerait : 󰀕 󰀖
󰀃 󰀄 α0′
〈ψ|ψ ′ 〉 = α0 ∗ α1 ∗ = α0∗ α0′ + α1∗ α1′
α1′

6.5 Opérateurs linéaires sur l’espace des états.

 : |ϕ〉 −→ Â|ϕ〉
󰀕 󰀖 󰀕 󰀖 󰀕 󰀖
a11 a12 a11 a12
 = , Â|0〉 = , Â|1〉 =
a21 a22 a21 a22
󰀕 󰀖 󰀕 ∗ 󰀖
† a11 a12 a11 a∗21
Si  est autoadjoint alors  =  et =
a21 a22 a∗12 a∗22
a11 et a22 ∈ R et la matrice la plus générale peur s’écrire :
󰀕 󰀖
λ a∗
avec λ, µ ∈ R, a ∈ C
a µ

38
Exemples fondamentaux :
󰀕 󰀖
1 0
La matrice identité : Iˆ =
0 1
󰀕 󰀖
1 0
σ̂3 =
0 −1
󰀕 󰀖
0 1
σ̂1 =
1 0
󰀕 󰀖
0 −i
σ̂2 =
i 0

Ces matrices s’appellent les matrices de Pauli. Elles sont linéairement indépendantes
et permettent de générer toutes les observables dans un espace de dimension 2
par combinaison linéaire.

Ĝ = aIˆ + bσ̂1 + cσ̂2 + dσ̂3


L’idendité Iˆ a pour valeur propre 1 et tout vecteur est vecteur propre. On
trouverait 1 pour tous les états ce qui rend la grandeur physique associée peu
intéressante. 󰀕 󰀖
1
σ̂3 a pour valeurs propres 1 associée au vecteur |0〉 = et -1 associée au
0
󰀕 󰀖
0
vecteur |1〉 = .
1
󰀣 󰀤
√1
σ̂1 a pour valeurs propres 1 associée au vecteur √1 |0〉 + √1 |1〉 = 2 et
2 2 √1
󰀣 󰀤 2
√1
-1 associée au vecteur √1 |0〉 − √1 |1〉 = 2
2 2 − √12
󰀣 󰀤
√1
σ̂2 a pour valeurs propres 1 associée au vecteur √1 |0〉 + √i |1〉 = 2 et
2 2 √i
󰀣 󰀤 2
√1
-1 associée au vecteur √1 |0〉 − √i |1〉 = 2
2 2 − √i2
On retrouve les kets qui correspondent aux axes de la sphère de Bloch.

39
Chapitre 7

L’expérience de Stern et
Gerlach.

7.1 Rappel sur le moment magnétique.

Lorsqu’une spire de surface S est parcourue par un courant I, un moment


magnétique de la forme µ
󰂓 = IS 󰂓 = IS n̂, avec n̂ la normale á la surface, est créé.
Pour une particule chargée, un moment magnétique µ 󰂓 est associé à un mo-
󰂓 :
ment cinétique (angulaire) L
µ
󰂓 = γL 󰂓

γ est le rapport gyromagnétique.

Exemple : Prenons un éléctron ayant un mouvement circulaire uniforme.


󰂓 = m󰂓r ∧ 󰂓v = mrvn̂
L
dq 2 q qvr
µ
󰂓 = IS n̂ = πr n̂ = 2πr πr2 n̂ = n̂
dt v
2

40
Donc :
q 󰂓
µ
󰂓= L
2m
e
Pour un électron le rapport gyromagnétique vaut donc γ = − 2m

7.2 Principe de l’expérience.


En 1922 Stern et Gerlach ont réalisé une expérience sur l’interaction d’un
moment magnétique avec un champ magnétique inhomogène. Pour faciliter
l’expérience ils ont travaillé sur des atomes d’argent neutres mais qui ont un
spin similaire à celui des électrons. L’idée était de vérifier la quantification du
moment magnétique. Le moment cinétique angulaire étant supposé quantifié
d’après le modèle de Bohr.

7.2.1 󰂓 sur µ
Action de B 󰂓
Il existe un couple pour un moment magnétique plongé dans un champ
󰂓 qui vaut :
magnétique B
󰂓Γ = µ
󰂓 ∧B󰂓

Et pour B 󰂓 uniforme, en appliquant le théorème du moment cinétique :

󰂓
dL 󰂓
󰂓 ∧B

dt

d󰂓
µ 󰂓 = 󰂓
µ∧B
= γ󰂓 −γ B ∧󰂓
µ
dt 󰁿 󰁾󰁽 󰂀
󰂓 (rotation)

d󰂓
µ 󰂓
=Ω∧µ
󰂓
dt
Cette équation correspond à un mouvement de précession :

Le moment magnétique µ 󰂓 va tourner autour de l’axe du champ B, 󰂓 par


󰂓 = eB .
exemple l’axe z. Avec une certaine vitesse angulaire, ω = γ||B|| 2m
En projetant µ󰂓 sur les axes x,y,z si on regarde les valeurs moyennes :

〈µz 〉 = constante, 〈µx 〉 = 〈µy 〉 = 0

󰂓 n’est plus uniforme il existe une force de la forme :


Maintenant si B

F󰂓 = ∇(󰂓
󰂓 µ.B)
󰂓

41
󰀳 ∂ 󰀴
∂x (µx Bx + µy By + µz Bz )
= 󰁃 ∂ (µx Bx + µy By + µz Bz ) 󰁄
∂y

∂z (µx Bx + µy By + µz Bz )
La forme de l’appareil de Stern et Gerlach permet de créer un gradient de
champ magnétique :

Les atomes d’argent sont envoyés dans le dispositif suivant l’axe y. On peut
considérer que le champ magnétique ne varie pas suivant cet axe à cause de la
forme de l’appareil. B(x,z)
On peut en utilisant un développement limité à l’ordre 1 et l’équation de
Maxwell (∇B 󰂓 = 0) mettre B󰂓 sous la forme :

󰂓 = B0 u󰂓z + bz u󰂓z − bxu󰂓x


B

où b représente une petite variation du champ.


On peut alors calculer la force précédente :
󰀳∂ 󰀴 󰀳 󰀴
∂x (µx Bx ) −bµx
F󰂓 = 󰁃 0 󰁄=󰁃 0 󰁄

∂z (µz Bz )
bµz

Le phénomène de précession est toujours présent et en moyenne µx = 0


On a donc :
On peut alors calculer la force précédente :
󰀳 󰀴
0
〈F󰂓 〉 = 󰁃 0 󰁄
bµz

En fonction de leur moment magnétique les atomes sont donc déviés verti-
calement. Avec un maximum de déviation vers le haut ou vers le bas lorsque
le moment magnétique est aligné avec l’axe z. Un moment magnétique per-
pendiculaire (suivant l’axe x) devrait donner une déviation nulle. Et pour une
répartition aléatoire des moments on devrait obtenir en physique classique un
répartition de la déviation sur un axe vertical de l’écran.

Or on obtient seulement deux déviations, les déviations extrêmes, quelque


soit l’orientation de l’appareil.

42
En 4 le résultat attendu par la physique classique. En 5 le résultat de
l’expérience. En 1 c’est le four qui fait sortir en 2 des atomes d’argent, déviés
par le champ magnétique inhomogène en 3.

7.3 Résultat expérimental.


L’appareil mesure la valeur du moment magnétique selon l’axe z, µz et le
résultat indique que les deux seules valeurs possibles sont µz = µ0 ou µz = −µ0
où µ0 est la norme du moment magnétique.
Tout se passe donc comme si le moment magnétique n’avait que deux orien-
tations possibles, z ou -z.

Mais si on tourne l’appareil de 90◦ pour mesurer µx on trouve exactement


les mêmes valeurs, laissant penser que le moment n’est que suivant x ou -x.
On ne peut pas expliquer ce résultat de manière classique.

En physique quantique l’appareil ne mesure pas µz , mais mesure la valeur


que peut prendre µz . Tous les états du système ne correspondent pas à des
valeurs bien définies.
Ici, deux états donnent les deux résultats possibles, l’état |µ0 〉 pour lequel
l’appareil donnera systématiquement la valeur µ0 et l’état | − µ0 〉 pour lequel
l’appareil donnera systématiquement la valeur −µ0 .
Le système peut être dans une combinaison linéaire de ces deux états α|µ0 〉 + β| − µ0 〉
et donnera alors aléatoirement µ0 ou −µ0 .
On peut vérifier expérimentalement l’existence de ces deux états à valeurs
bien définies. On place un deuxième appareil derrière le premier, toujours orienté
suivant z et qui récupère seulement les atomes déviés vers le haut et correspon-
dant à la valeur µ0 .

−→ [S.Gz ] 󰁿󰁾󰁽󰂀
−→ [S.Gz ] −→ 100%(µ0 )
µ0

Tous les atomes sont déviés vers le haut. Le premier appareil a donc préparé
le système dans l’état |µ0 〉 donnant une mesure µ0 pour le deuxième appareil à

43
tous les coups.
On peut vérifier de la même manière l’existence de | − µ0 〉 en sélectionnant
cette fois le faisceau d’atomes dévi’es vers le bas :

−→ [S.Gz ] 󰁿󰁾󰁽󰂀
−→ [S.Gz ] −→ 100%(−µ0 )
−µ0

Mais que se passe-t-il si on cherche à mesurer le moment magnétique suivant


l’axe x après l’avoir préparé suivant l’axe z ?

−→ [S.Gz ] 󰁿󰁾󰁽󰂀
−→ [S.Gx ] −→ 50%(µ0 )50%(−µ0 )
µ0

On obtient à nouveau deux déviations correspondant aux valeurs µ0 et −µ0


pour la mesure du moment magnétique suivant x, µx . On n’obtient donc pas le
résultat classique attendu 0, qui n’est pas une valeur possible pour la grandeur
mesurée.

Poursuivons l’expérience avec un troisième appareil. Notons |+〉z l’état du


système après avoir mesuré µ0 suivant z , |−〉x si l’appareil a mesuré −µ0 suivant
x etc ...

−→ [S.Gz ] −→
󰁿󰁾󰁽󰂀 [S.Gx ] −→
󰁿󰁾󰁽󰂀 [S.Gz ] −→ 50%(µ0 )50%(−µ0 )
on sélectionne |+〉z on sélectionne |+〉x

On retrouve à nouveau les deux seules valeurs possibles pour la grandeur


mesurée µ0 ou −µ0 . On voit du coup que |+〉x est une combinaison linéaire de
|+〉z et |−〉z
Ces expériences montre bien que l’on ne peut pas attribuer une valeur bien
définie pour tous les états du système. On a un système purement quantique
sur un espace vectoriel de dimension 2, un qubit.
On peut prendre comme base les états (|µ0 〉z et |−µ0 〉z ) ou (|µ0 〉x et |−µ0 〉x )
etc ...

7.4 Analyse dans le cadre du formalisme quan-


tique.
Il existe deux états à valeur de µz bien définie , | + µ0 〉z et | − µ0 〉z . Donnant
respectivement +µ0 et −µ0 lors de la mesure de la composante µz du moment
magnétique. Ces deux vecteurs constituent une base et permettent de construire
l’ensemble des états possibles pour le système.

C’est exactement la même chose pour les paires de vecteurs (|+µ0 〉x , |−µ0 〉z )
et (| + µ0 〉y , | + µ0 〉y ) qui correspondent aux mesures prises lorsqu’on tourne
le dispositif de Stern et Gerlach suivant les axes x et y. Avec des valeurs bien
définies cette fois pour µx ou µy . On pourrait évidemment prendre n’importe
quelle direction u et les vecteurs (| + µ0 〉u , | + µ0 〉u ).

44
L’espace des états H = V ect{|+〉u , |−〉u } ∀u.

On choisit une base particulière, par exemple {|+〉z , |−〉z }, comment vont
s’écrire les autres états |+〉u et |−〉u ?
Cherchons |+〉x :
|+〉x = α|+〉z + β|−〉z
On peut normer le vecteur et imposer :

|α|2 + |β|2 = 1

On sait de plus que pour un système préparé dans l’état |+〉x lors d’une mesure
suivant l’axe z on a 50% de chances d’obtenir la valeur +µ0 associée à |+〉z et
50% de chances d’obtenir la valeur −µ0 associée à |−〉z . D’après la règle de Born
on a donc :
1
|α|2 = |β|2 =
2
Comme on l’a vu précédemment on peut imposer à α d’être réel et choisir
pour β un complexe avec une liberté sur le facteur de phase (eiθ ).
On peut donc choisir α = √12 et β = √12 eiθ
Mais comme on peut multiplier n’importe quel vecteur d’états par un com-
plexe sans le changer et qu’une multiplication par e−iθ ne change pas la norme
du vecteur, on peut remplacer |−〉z par |−〉′z = e−iθ |−〉z qui correspond exacte-
ment au même état, et supprimer le facteur eiθ initial.
On peut écrire au final :

1 1
|+〉x = √ |+〉z + √ |−〉z
2 2

Cherchons maintenant |−〉x :


Le raisonnement du dessus reste valable et la forme est :
1 1
|−〉x = √ |+〉z + √ eiϕ |−〉z
2 2
Mais on sait également que ce vecteur est orthogonal au précédent puisqu’ils
correspondent à des valeurs bien définies différentes.

x 〈−|+〉x =0
󰀣 󰀤
󰀓 󰀔 √1 1 1 −iϕ
= √1 √1 e−iϕ 2 = + e =0
2 2 √1 2 2
2

on voit que ϕ = π et :

1 1
|−〉x = √ |+〉z − √ |−〉z
2 2

45
Toujours par la même méthode :
1 1
|+〉y = √ |+〉z + √ eiφ |−〉z
2 2
Mais cette fois on va exploiter l’observation q’une fois le système préparé dans
l’état |+〉y et en tournant l’appareil suivant x on a également une probabilité
de 12 d’obtenir +µ0 , donc :
1
|x 〈+|+〉y |2 =
2
󰀣 󰀤
󰀓 󰀔 √1 1 1 1
= | √12 √12 2
√1 eiφ
|2 = | + eiφ |2 =
2
2 2 2

Equation vérifiée (on peut développer la norme) pour eiφ = ±i , le choix du


signe dépendant du choix direct ou indirect pour xyz.

Au final en choisissant un trièdre direct :

1 i
|+〉y = √ |+〉z + √ |−〉z
2 2

1 i
|−〉y = √ |+〉z − √ |−〉z
2 2

7.5 Les opérateurs µ̂x , µ̂y et µ̂x .


À chaque direction prise par le dispositif il est possible d’associer une ob-
servable (on mesure la grandeur µu avec les deux valeurs bien définies +µ0 et
−µ0 ) et donc un opérateur µ̂u .

On a vu qu’un opérateur Ĝ dont les valeurs propres sont gi et les vecteurs


propres |gi 〉 peut se mettre sous la forme matricielle :
󰀳 󰀴
g1 0 . . . 0
󰁅 .. 󰁆
󰁅 0 g2 . . . .󰁆
󰁅
Ĝ = 󰁅 . 󰁆
󰁆
󰁃 .. . . . . . . 0 󰁄
0 ... 0 gn
Mais on peut également l’écrire :
󰁛
Ĝ = gi |gi 〉〈gi |
i

46
En effet :
󰁛 󰁛
Ĝ|gk 〉 = gi |gi 〉〈gi |gk 〉 = gi |gi 〉δik = gk |gk 〉
i i

Pour la grandeur µz :

Pour la représentation matricielle de l’opérateur dans la base choisie il suffit


de disposer en diagonale les valeurs propres :
󰀕 󰀖 󰀕 󰀖
+µ0 0 1 0
µ̂z = = µ0 = µ0 σ̂3
0 −µ0 0 −1
On peut aussi l’écrire :

µ̂z = µ0 z |+〉〈+|z − µ0 z |−〉〈−|z

Pour la grandeur µx :

µ̂x = µ0 x |+〉〈+|x − µ0 x |−〉〈−|x


󰀣 󰀤 󰀣 󰀤
√1 󰀓 󰀔 √1 󰀓 󰀔
µ̂x = µ0 2 √1 √1 − µ0 2 √1 − √12
√1 2 2 − √12 2
2
󰀕1 1
󰀖 󰀕 1
󰀖 󰀕 󰀖
2 2 2 − 12 0 1
= µ0 1 1 − µ0 = µ0 = µ0 σ̂1
2 2 − 12 1
2 1 0
Pour la grandeur µy :

µ̂y = µ0 y |+〉〈+|y − µ0 y |−〉〈−|y


Qui donne par un calcul analogue :
󰀕 󰀖
0 −i
µ0 = µ0 σ̂2
i 0

Cas général : Orientation suivant 󰂓u un vecteur quelconque de l’espace


3D. 󰀳 󰀴
sinθ cosϕ
En coordonnées sphériques 󰂓u = 󰁃sinθ sinϕ󰁄
cosθ
µ̂u = µ̂.󰂓u = ux µˆx + uy µˆy + uz µˆz

󰀖󰀕 󰀕 󰀖 󰀕 󰀖
0 1 0 −i 1 0
= µ0 sinθ cosϕ + µ0 sinθ sinϕ + µ0 cosθ
1 0 i 0 0 −1
󰀕 󰀖
cosθ sinθe−iϕ
µ̂u = µ0
sinθeiϕ −cosθ

47
Les vecteurs propres associés à cet opérateur peuvent se calculer et sont :
󰀕 󰀖
θ θ cos θ2
|+〉u = cos |+〉z + sin eiϕ |−〉z =
2 2 sin θ2 eiϕ
󰀕 󰀖
θ θ sin θ2
|−〉u = sin |+〉z − cos eiϕ |−〉z =
2 2 −cos θ2 eiϕ
On peut toujours écrire : µ̂u = µ0 u |+〉〈+|u − µ0 u |−〉〈−|u

7.6 Lien avec la sphère de Bloch.


On a vu que tout état dans un espace vectoriel de dimension 2 pouvait se
mettre sous la forme |ψ〉 = cos θ2 |+〉 + sin θ2 eiϕ |−〉 et être représenté sur une
sphère abstraite de l’espace 3D.
Or cette représentation correspond exactement aux vecteurs propres de l’opérateur
précédent.
Le vecteur d’état associé au moment magnétique dans une direction 󰂓u cor-
respond donc au vecteur d’état de la sphère de Bloch de même direction.

7.7 Orientation et composantes.


Tous les états ne possèdent pas de valeurs bien définies. Pour une mesure
suivant l’axe z seuls les états |+〉z et |−〉z donneront de manière certaine les
valeurs +µ0 et −µ0 . Toute autre combinaison non triviale de ces deux état n’a
plus de valeur bien définie et donnera aléatoirement ±µ0 .
La composante du moment magnétique suivant un axe a-t-elle un sens ?
Si le moment magnétique forme un angle θ avec l’axe z, sa composante µz
n’aura pas de valeur bien définie, et sa mesure donnera les deux seules valeurs
possibles +µ0 et −µ0 .
Cependant la valeur moyenne obtenue sur un grand nombre de mesures se-
rait µ0 cosθ comme ce serait le cas pour la composante classique.

Calculons la valeur moyenne de µz dans l’état |+〉u :

〈µ̂z 〉 = u 〈+|µ̂z |+〉u

󰀕 󰀖󰀕 󰀖
󰀃 󰀄 1 0 cos θ2
= cos θ2 sin θ2 e−iϕ
0 −1 sin θ2 eiϕ
󰀕 󰀖
󰀃 󰀄 cos θ2
= cos θ2 sin θ2 e−iϕ
−sin θ2 eiϕ
θ θ
= cos2
− sin2 = cosθ
2 2
On retrouve bien le résultat attendu. Le résultat d’une mesure sur un seul
système quantique reste aléatoire mais sur un grand nombre de systèmes on
retrouve une moyenne identique aux résultat attendu en physique classique.
Parler de composante d’une grandeur a donc bien un sens, mais en terme de
moyennes.

48
7.8 spin 12 .
Pour l’électron il existe également un moment magnétique qui se comporte
comme celui des atomes d’argent de l’expérience de Stern et Gerlach, comme
un Qubit. L’électron possède ce moment même au repos, indépendamment d’un
mouvement particulier. On pourrait être tenté de penser qu’il tourne sur lui
même, mais c’est une particule ponctuelle. On ne peut donc pas relier direc-
tement le moment magnétique à un moment cinétique orbital. Il s’agit d’un
moment intrinsèque.
Le fait que l’électron possède un moment angulaire bien qu’il soit ponctuel
révèle une propriété sans équivalent classique, purement quantique.

Il existe un moment cinétique (angulaire) intrinsèque, appelé spin. C’est un


vecteur 󰂓s auquel on peut associer une direction de l‘espace, au sens de la sphère
de Bloch. Le moment magnétique associé au spin est de la forme :

µ
󰂓 = gγ󰂓s
e
γ est le facteur gyromagnétique. Pour l’électron γ = − 2m
g est le facteur de Landé qui vaut environ 2 pour l’électron. Ce facteur
est vérifié expérimentalement avec une excellente précision. (En accord avec la
théorie jusqu’à un facteur de 10−12 .)

Ce spin a les dimensions d’un moment cinétique kg.m2 .s−1 (mêmes dimen-
sions que 󰄁).

Il peut être représenté par un opérateur 󰂓sˆ qui agit sur un espace vectoriel de
dimension 2. Ses composantes suivant les directions 󰂓ux , 󰂓uy , 󰂓uz sont les matrices :

󰂓sˆ.󰂓ux , 󰂓sˆ.󰂓uy , 󰂓sˆ.󰂓uz


󰄁
qui ont pour valeurs propres 2 et − 󰄁2 .
󰄁
󰂓sˆx = 󰂓sˆ.󰂓ux = σ̂1
2
󰄁
󰂓sˆy = 󰂓sˆ.󰂓uy = σ̂2
2
󰄁
󰂓sˆz = 󰂓sˆ.󰂓uz = σ̂3
2
Cette valeur de 󰄁2 vient de l’expérience et est confirmée par la théorie.
La mesure par Stern et Gerlach permet de calculer un moment magnétique
e󰄁
d’environ µ0 = 10−23 J.T −1 qui comparé au magnéton de Bohr µB = 2m e
=
−24 −1
9, 3.10 J.T nous donne bien ce facteur.

󰄁
󰂓sˆ = σ̂
2

49
Un commutateur est défini de la manière suivante :

[Â, B̂] = ÂB̂ − B̂ Â

On peut facilement calculer les commutateurs suivants :

[σ̂x , σ̂y ] = σ̂x σ̂y − σ̂y σ̂x = 2iσ̂z

[σ̂y , σ̂z ] = σ̂y σ̂z − σ̂z σ̂y = 2iσ̂x


[σ̂z , σ̂x ] = σ̂z σ̂x − σ̂x σ̂z = 2iσ̂y

Ce qui donne pour le spin :

[󰂓sˆi , 󰂓sˆj ] = 󰂃ijk i󰄁 󰂓sˆk

󰂃ijk est le symbole de Levi-Civita qui vaut 1 si les i,j,k sont directs (1,2,3) ,
(2,3,1)ou (3,1,2) et qui vaut -1 si le sens est indirect (1,3,2) etc ... et 0 si deux
indices sont identiques.
Ces relations de commutation sont caractéristiques des moments angulaires
et la théorie montre que ces types commutation imposent des valeurs propres
particulières de la forme :
1
n󰄁 ou (n + )󰄁 avec n ∈ N
2

Remarque : On confond souvent le spin, qui est un opérateur pouvant agir sur
des espaces vectoriels de dimensions variées et associé à un moment cinétique in-
trinsèque avec le nombre quantique de spin qui peut prendre des valeurs entières
ou demi-entières.
Les particules de nombre quantique de spin entier sont les bosons et celles
de nombre quantique de spin demi-entier les fermions.
Pour l’électron le nombre quantique de spin est de 12 .
La théorie montre que l’espace vectoriel associé au nombre quantique de spin
est toujours de dimension 2ns + 1.

Les valeurs propres vont de −ns 󰄁 à +ns 󰄁 par intervalle de 1 :

−ns 󰄁 , −(n − 1)ns 󰄁 , ... , +(n − 1)ns 󰄁 , +ns 󰄁.

Exemple : pour ns = 3 les valeurs propres possibles sont :

−3󰄁, −2󰄁, −1󰄁, 0, 1󰄁, 2󰄁, 3󰄁


3
pour ns = 2 les valeurs propres possibles sont :

3 1 1 3
− 󰄁, − 󰄁, 󰄁, 󰄁
2 2 2 2

50
Calculons la ”norme du spin”. Attention il s’agit de la norme classique mais
appliquée à une grandeur purement quantique.

󰂓sˆ2 = 󰂓sˆx󰂓sˆx + 󰂓sˆy 󰂓sˆy + 󰂓sˆz 󰂓sˆz


Il s’agit encore d’un opérateur.

󰀕 󰀖󰀕 󰀖 󰀕 󰀖󰀕 󰀖 󰀕 󰀖󰀕 󰀖
󰄁2 0 1 0 1 󰄁2 0 −i 0 −i 󰄁2 1 0 1 0
= + +
4 1 0 1 0 4 i 0 i 0 4 0 −1 0 −1
󰁿 󰁾󰁽 󰂀 󰁿 󰁾󰁽 󰂀 󰁿 󰁾󰁽 󰂀
Iˆ Iˆ Iˆ

3 2ˆ
= 󰄁 I
4
qui peut se mettre sous la forme 12 ( 12 + 1)󰄁2 . et de manière générale :

󰂓sˆ 2 = ns (ns + 1)󰄁2 Iˆ

51
Chapitre 8

Système de 2 qubits,
intrication.

8.1 Espace des états du système de deux qubits.


8.1.1 L’approche intuitive.
(1) (1)
Pour le qubit 1 : H1 avec la base {|+〉z , |−〉z }
(2) (2)
Pour le qubit 2 : H2 avec la base {|+〉z , |−〉z }

Les états possibles sont :


|+〉(1) (2)
z et|+〉z

|+〉(1) (2)
z et|−〉z ,
|ϕ〉(1) et|ϕ〉(2)
etc ...
(1) (2)
On va noter ces états |ϕ〉 ⊗ |ϕ〉 et expliquer par la suite la signification
du ⊗ qui remplace le ”et”.
Mais si ces états sont possibles, toutes les combinaisons linéaires faites à par-
tir de ces états sont également possibles et forment un nouvel espace vectoriel :
H = H1 ⊗H2 = V ect{|+〉(1) ⊗ |+〉(2) (1) (2) (1) (2) (1) (2)
z , |+〉z ⊗|−〉z , |−〉z ⊗|+〉z , |−〉z ⊗|−〉z }
󰁿 z 󰁾󰁽 󰂀
vecteur de base

⊗ est appelé produit tensoriel et H est un espace vectoriel engendré par les
4 nouveaux vecteurs de base, formés eux mêmes à partir des vecteurs de base
des espaces vectoriels des particules 1 et 2.

8.2 Le produit tensoriel.


8.2.1 Théorème et définition.
Soit E et F deux espaces vectoriels sur un corps K commutatif (C en
mécanique quantique), il existe un espace vectoriel, noté E ⊗F et une application
bilinéaire φ : E × F −→ E ⊗ F. (φ(x, y) = x ⊗ y )

52
∀g, g : E × F −→ G

∃!g̃ tel que g̃ = g ◦ φ


c’est à dire ∀x ∈ E, ∀y ∈ F :

g(x, y) = g̃(φ(x, y)) = g̃(x ⊗ y)

De plus l’espace E ⊗ F est unique à isomorphisme près.

Autrement dit, on peut prendre deux éléments x et y de deux espaces vecto-


riels différents (EetF) et construire un nouvel espace vectoriel avec (E ⊗ F). Et
on peut remplacer toute application bilinéaire g agissant sur les deux vecteurs
quelconques x et y par une autre application unique g̃ qui agit sur x ⊗ y.

De plus si {ei }i∈I est une base de E et {fj }j∈J est une base de F alors {ei ⊗
{fj }i∈I,j∈J est une base de E ⊗ F. Et donc dim(E ⊗ F) = dim(E) × dim(F)

8.3 États séparables et états intriqués.


8.3.1 Définition.
On dit qu’un état du système est séparable s’il peut être écrit |ψ〉(1) ⊗ |ϕ〉(2) .
Les autres états sont dit intriqués.

8.3.2 Existence d’étas non séparables.


Prenons l’état séparable le plus général pour deux qubits :

|ψ〉(1) ⊗ |ϕ〉(2)

= (α1 |+〉(1) + β1 |−〉(1) ) ⊗ (α2 |+〉(2) + β2 |−〉(2) )

= α1 α2 |+〉(1) |+〉(2) + α1 β2 |+〉(1) |−〉(2) + β1 α2 |−〉(1) |+〉(2) + β1 β2 |−〉(1) |−〉(2)


󰁿 󰁾󰁽 󰂀 󰁿 󰁾󰁽 󰂀 󰁿 󰁾󰁽 󰂀 󰁿 󰁾󰁽 󰂀
A B C D

On peut voir facilement que AD=BC pour des états séparables. Il existe donc
une multitude de combinaisons linéaires différentes possibles qui ne vérifient pas
cette propriété et tous les états ne sont pas séparables.

8.3.3 Exemple :

1
|s〉 = √ (|+〉(1) ⊗ |−〉(2) − |−〉(1) ⊗ |+〉(2) )
2
Cet état se nomme le singulet.
1
|t〉 = √ (|+〉(1) ⊗ |−〉(2) + |−〉(1) ⊗ |+〉(2) )
2
Celui-ci se nomme le triplet.

53
En simplifiant la notation et en prenant |+〉(1) ⊗ |−〉(2) = | + −〉
on a donc :
1
|s〉 = √ (| + −〉 − | − +〉)
2
et
1
|t〉 = √ (| + −〉 + | − +〉)
2
On peut facilement vérifier que |s〉 ⊥ |t〉 :
1
〈s|t〉 = (〈+ − | − 〈− + |).(| + −〉 + | − +〉)
2
1
= (〈+ − | + −〉 + 〈+ − | − +〉 − 〈− + | + −〉 − 〈− + | − +〉) = 0
2 󰁿 󰁾󰁽 󰂀 󰁿 󰁾󰁽 󰂀 󰁿 󰁾󰁽 󰂀 󰁿 󰁾󰁽 󰂀
1 0 0 1

8.4 Action sur l’espace des états du système glo-


bal.
8.4.1 Produit tensoriel d’applications linéaires.
Soit E, F, E ′ , F ′ quatre espaces vectoriels. Et f une application linéaire de E
dans E ′ et g une application linéaire de F dans F ′ .
L’application :
E × F −→ E ′ ⊗ F ′
(x, y) −→ f (x) ⊗ g(y)
est une application bilinéaire.
Il existe donc une application :

f ⊗ g : E ⊗ F −→ E ′ ⊗ F ′

f ⊗ g(x ⊗ y) = f (x) ⊗ g(y)

8.4.2 Action sur les états de H = H1 ⊗ H2 .


Soit l’opérateur Ĝ agissant sur H1 :

Ĝ|gi 〉1 = gi |gi 〉1
󰁛 󰁛
|ψ〉1 = αi |gi 〉1 , Ĝ|ψ〉1 = αi gi |gi 〉1
i i

Ĝ peut être promu en opérateur agissant sur H :




󰁿󰁾󰁽󰂀 = Ĝ
󰁿󰁾󰁽󰂀 ⊗ Iˆ
󰁿󰁾󰁽󰂀
agissant sur H agissant sur H1 agissant sur H2

(1) (2)
Action sur un état |ψ〉 ⊗ |ϕ〉 :

ˆ
Ĝ (|ψ〉(1) ⊗ |ϕ〉(2) ) = Ĝ ⊗ I(|ψ〉 (1)
⊗ |ϕ〉(2) )

54
ˆ (2)
= Ĝ|ψ〉(1) ⊗ I|ϕ〉
󰁛
= αi gi |gi 〉(1) ⊗ |ϕ〉(2)
i

Tout se passe donc comme si l’opérateur n’agissait que sur |ψ〉(1) et laissait
l’autre vecteur d’état |ϕ〉(2) inchangé.
On peut évidemment faire la même chose avec l’opérateur F̂ associé à une
observable différente agissant sur H2 :

F̂ |fi 〉2 = fi |fi 〉2



󰁿󰁾󰁽󰂀 = Iˆ
󰁿󰁾󰁽󰂀 ⊗ F̂
󰁿󰁾󰁽󰂀
agissant sur H agissant sur H1 agissant sur H2

Action conjointe de F̂ et de Ĝ sur le système :


Soit Ĝ agissant sur H1 et F̂ agissant sur H2 , Ĝ ⊗ F̂ agit sur H = H1 ⊗ H2 :

Ĝ ⊗ F̂ (|ψ〉(1) ⊗ |ϕ〉(2) ) = Ĝ|ψ〉(1) ⊗ F̂ |ϕ〉(2)


Donc pour un état séparable tout se passe comme si les opérateurs agissaient
indépendamment sur leurs espaces d’états d’origine. Ĝ agit sur l’état de la par-
ticule 1 et laisse inchangé celui de la particule 2 et réciproquement.

Mais comment Ĝ ⊗ F̂ agit-il sur des états non séparables ? Tout état non
séparable peut s’écrire comme une combinaison linéaire d’états séparables. En
effet, nous avons vu que si {|gi 〉} est une base de H1 et {|fj 〉} une base de H2
alors les vecteurs {|gi 〉 ⊗ |fj 〉} forment une base pour H.

Ĝ ⊗ F̂ (|gi 〉 ⊗ |fj 〉) = Ĝ|gi 〉 ⊗ F̂ |fj 〉


= gi |gi 〉 ⊗ fj |fj 〉

Ĝ ⊗ F̂ (|gi 〉 ⊗ |fj 〉) = gi fi (|gi 〉 ⊗ |fj 〉)

On voit donc que les gi fj sont valeurs propres de l’opérateur Ĝ ⊗ F̂ .


Sur un vecteur quelconque :
󰁛 󰁛
Ĝ ⊗ F̂ (|ψ〉(1) ⊗ |ϕ〉(2) ) = Ĝ ⊗ F̂ ( αi |gi 〉 ⊗ βj |fj 〉)
i j
󰁛 󰁛 󰁛
= Ĝ αi |gi 〉 ⊗ F̂ βj |fj 〉 = αi gi βj fj |gi 〉 ⊗ |fj 〉
i j i,j

8.5 Action sur un système de 2 qubits.



(1) (1)
Action de Ŝz = Ŝz ⊗ Iˆ(2) l’opérateur de spin suivant z, promu sur H :

Ŝz(1) | + +〉 = Ŝz(1) |+〉(1)
z ⊗I
ˆ(2) |+〉(2)
z

󰄁 󰄁
= |+〉(1) (2)
z ⊗ |+〉z = | + +〉
2 2

55
Par des calculs identiques on trouve :
′ 󰄁
Ŝz(1) | + −〉 = | + −〉
2
′ 󰄁
Ŝz(1) | − +〉 = − | − +〉
2
′ 󰄁
Ŝz(1) | − −〉 = − | − −〉
2
On remarque qu’une mesure suivant z donnerait bien pour le spin les valeurs
propres 󰄁2 ou − 󰄁2 en accord avec l’état de la particule 1.
Connaissant l’action de l’opérateur sur les vecteurs de base on peut en
déduire son action sur n’importe quel vecteur de l’espace des états du système.
Par exemple sur le singulet :
′ ′ 1
Ŝz(1) |s〉 = Ŝz(1) √ (| + −〉 − | − +〉)
2
1 ′ 1 ′
= √ Ŝz(1) | + −〉 − √ Ŝz(1) | − +〉
2 2
󰄁 1 1
( √ | + −〉 + √ | − +〉)
2 2 2
󰄁
= |t〉
2
on retrouve le triplet.

Un même calcul donnerait : Ŝz |t〉 = 󰄁2 |s〉
(1)

(1)
|s〉 et |t〉 ne sont donc pas des vecteurs propres de Ŝz et n’ont donc pas de
valeurs bien définies associées.

(1)
Si on représente Ŝz dans la base des | + +〉, | + −〉, | − +〉et | − −〉 :
󰀳 󰀴
1 0 0 0
′ 󰄁 󰁅0 1 0 0󰁆
Ŝz(1) = 󰁅 󰁆
2 0 0 −1 0 󰁄
󰁃
0 0 0 −1
Et en prenant comme base | + +〉, | − −〉, |t〉et |s〉
󰀳 󰀴
1 0 0 0
′ 󰄁 󰁅0 −1 0 0󰁆
Ŝz(1) = 󰁅 󰁆
2 󰁃0 0 0 1󰁄
0 0 1 0

On retrouve bien à chaque fois pour chaque colonne l’action de l’opérateur


sur les vecteurs de la base. Et le même opérateur a des représentations matri-
cielles différentes dans des bases différentes.

(1)
Changeons maintenant de direction avec l’opérateur Ŝx :

Ŝx(1) | + +〉 = Ŝx(1) |+〉(1)
z ⊗I
ˆ(2) |+〉(2)
z

56
󰄁 󰄁
= |−〉(1) (2)
z ⊗ |+〉z = | − +〉
2 2
puis :
′ 󰄁
Ŝx(1) | + −〉 =
| − −〉
2
′ 󰄁
Ŝx(1) | − +〉 = | + +〉
2
′ 󰄁
Ŝx(1) | − −〉 = | + −〉
2
Avec pour représentation matricielle dans la base de départ :
󰀳 󰀴
0 0 1 0
′ 󰄁 󰁅0 0 0 1󰁆
Ŝx(1) = 󰁅 󰁆
2 󰁃1 0 0 0󰁄
0 1 0 0
On peut représenter après les mêmes calculs :
󰀳 󰀴
0 0 −i 0
′ 󰄁 󰁅0 0 0 −i󰁆
Ŝy(1) = 󰁅 󰁆
2 󰁃i 0 0 0󰁄
0 i 0 0

8.6 Mesures individuelles sur deux qubits in-


triqués.
(1)
8.6.1 Mesure de Sz .
Pour calculer la valeur moyenne de l’état séparable |ϕ〉(1) ⊗|ψ〉(2) on calcule :
′ ′
〈Ŝz(1) 〉 = ((2) 〈ψ| ⊗(1) 〈ϕ|) Ŝz(1) (|ϕ〉(1) ⊗ |ψ〉(2) )
󰁿 󰁾󰁽 󰂀 󰁿 󰁾󰁽 󰂀
bra ket

=(2) 〈ψ| ⊗(1) 〈ϕ|Ŝz(1) |ϕ〉(1) ⊗ |ψ〉(2)


(1)
On applique l’identité à droite à |ψ〉(2) et Ŝz à |ϕ〉(1) .

= 〈ϕ|Ŝz(1) |ϕ〉(1)

〈Ŝz(1) 〉 = 〈Ŝz(1) 〉
Donc pour des états séparables, mesurer le spin de la première particule dans
le système des deux particules donne la même valeur moyenne qu’en mesurant
le spin sur la particule seule.

Maintenant pou un vecteur quelconque de la forme α| + +〉 + β| + −〉 + γ| − +〉 + δ| − −〉

57
Le vecteur est normé et |α|2 + |β|2 + |γ|2 + |δ|2 = 1 La probabilité d’obtenir
󰄁
2 vaut |α|2 + |β|2 et celle d’obtenir − 󰄁2 vaut |γ|2 + |δ|2 . La valeur moyenne
s’exprime facilement, c’est du coup :
′ 󰄁 󰄁
〈Ŝz(1) 〉 = (|α|2 + |β|2 ) − (|γ|2 + |δ|2 )
2 2
Calculons cette moyenne dans le cas du singulet |s〉 = √1 (| + −〉 − | − +〉) :
2

1 1
α = 0, β = √ , γ = − √ , δ = 0
2 2
󰄁 1
′ 󰄁 1
〈Ŝz(1) 〉 =
( )− ( )=0
2 2 2 2
Tous les calculs de moyennes précédents peuvent également être faits de
manière matricielle. Par exemple pour le vecteur le plus général mais suivant
l’axe x : 󰀳 󰀴󰀳 󰀴
0 0 1 0 α
󰀃 󰀄 󰄁 󰁅 0 0 0 1󰁆 󰁅 󰁆

〈Ŝx(1) 〉 = α∗ β ∗ γ ∗ δ ∗ 󰁅 󰁆 󰁅β 󰁆
2 󰁃1 0 0 0󰁄 󰁃 γ 󰁄
0 1 0 0 δ
󰀳 ∗ 󰀴
α γ
󰄁󰁅 β∗δ 󰁆
= 󰁅 󰁆
2 󰁃γ ∗ α 󰁄
δ∗ β

(1)
On remarque que pour le singulet |s〉 on a de nouveau 〈Ŝx 〉 = 0. Le même

(1)
type de calcul permettrait d’obtenir 〈Ŝy 〉 = 0 La moyenne est nulle pour

(1)
toutes les directions et on peut montrer facilement que 〈Ŝu 〉 = 0 en utilisant
′ ′ ′ ′ ′
(1) (1) (1) (1)
〈Ŝu 〉 = 〈Ŝ (1) .󰂓u〉 = 〈xŜx + y Ŝy + z Ŝz 〉

Pour le singulet on ne peut donc pas attribuer de direction au spin de la


particule 1. Il n’existe aucune direction de l’espace pour laquelle il est possible
d’attribuer un valeur propre (± 󰄁2 ) de manière certaine. Ce qui n’était pas le
cas de la particule isolée, ce qui démontre de nouveau qu’il ne s’agit pas d’un
système d’états séparables.

8.7 Spooky action at a distance.


C’est une phrase prononcée par Einstein dans le cadre du paradoxe ou pseudo
paradoxe EPR (Einstein, Podolsky,Rosen).
Mesurons le spin total suivant l’axe z pour un système de deux particules
intriquées |s〉 = √12 (| + −〉 − | − +〉) :
′ ′
Ŝztot = Ŝz(1) + Ŝz(2)
󰀳 󰀴 󰀳 󰀴 󰀳 󰀴
1 0 0 0 1 0 0 0 1 0 0 0
󰄁󰁅 0 1 0 0󰁆 󰄁 󰁅0 −1 0 0󰁆 󰁅0 0 0 0󰁆
Ŝztot = 󰁅 󰁆+ 󰁅 󰁆 = 󰄁󰁅 󰁆
2 󰁃0 0 −1 0 󰁄 2 󰁃0 0 1 0󰁄 󰁃0 0 0 0󰁄
0 0 0 −1 0 0 0 −1 0 0 0 −1

58
On lit bien les valeurs propres sur la diagonale et pour un système dans l’état
| + +〉 on trouvera 󰄁 à tous les coups et pour | − −〉 ce sera la valeur −󰄁.
Mais pour le singulet |s〉 la valeur moyenne du spin total suivant z sera nulle.

Lorsqu’on mesure le spin d’une seule particule du système intriqué on va


trouver aléatoirement + 󰄁2 ou − 󰄁2 mais la mesure du spin total donnera systématiquement
0. Les deux particules ont des spins opposés et lorsqu’on mesure + 󰄁2 sur l’une
on mesurera − 󰄁2 sur l’autre.
C’est très troublant car les particules peuvent être tr‘es éloignées l’une de
l’autre et une mesure totalement aléatoire sur l’une imposera immédiatement
une valeur pour la mesure sur l’autre. Deux expérimentateurs distants pourront
comparer leurs résultats aléatoires, mais parfaitement opposés.

Problème de l’interprétation de Copenhague.

Lors de la mesure du spin de |s〉, sur la particule 1 par exemple, l’une des
deux valeurs propres possibles est obtenue et le système est projeté par la mesure
sur un état propre de manière aléatoire. Si on mesure 󰄁2 pour la particule 1, le
système sera juste après la mesure dans l’état | + −〉 et on mesurera − 󰄁2 pour
la particule 2. Si on mesure − 󰄁2 pour la particule 1, c’est l’état | − +〉 et 󰄁2 pour
la particule 2.
Tout se passe comme si la mesure sur une particule à un instant t1 (aléatoire)
choisissait l’état du système et l’imposait instantanément et à distance à la par-
ticule 2. Une mesure sur la particule 2 à t2 ne serait plus aléatoire, connais-
sant la première mesure. Mais si les particules sont suffisamment distantes
(séparées par un intervalle espace) il est possible en changeant de référentiel
d’avoir t1 > t2 , t1 = t2 ou t1 < t2 .
À quel instant se fait la réduction du système à un seul vecteur propre ?

On peut imaginer comme le pensait Einstein que le système n’est pas dans
un état combiné au départ mais dans un des états |+−〉 ou |−+〉. C’est états de
départ nous sont juste inconnus à cause de variables cachées. Mais Bell a montré
qu’on pouvait démontrer expŕimentalement l’existence de variables cachées. En
comparant les corrélation obtenues entre les mesures il a établi des inéquations
que l’on peut vérifier. Toutes les expériences actuelles montrent qu’il n’y a pas
de variables cachées et que le système est bien dans une combinaison linéaire
d’états.

Dans le cadre de l’interprétation d’Everett il n’y a plus de problème car on


ne coupe plus de branches et on conserve les combinaisons linéaires. Plus de
problème de simultanéité ou d’action à distance. Mais du coup il y a plusieurs
consciences différentes d’un même système.

59
Troisième partie

Évolution dans le temps des


systèmes quantiques.

60
Chapitre 9

L’opérateur évolution.

9.1 Évolution linéaire.


Prenons un système dans l’état |ϕ(t0 )〉 à l’instant t = t0 et |ϕ(t)〉 à l’instant
t. Comment va évoluer le système entre t0 et t ?
L’évolution peut être représentée par une application de H dans H qui au
vecteur |ϕ(t0 )〉 associe le vecteur |ϕ(t)〉.

U : |ϕ(t0 )〉 −→ |ϕ(t)〉
|ϕ(t)〉 = U (t0 , t)|ϕ(t0 )〉
L’opérateur Û est un opérateur linéaire.

Û (α|ϕ(t)〉 + β|ψ(t)〉) = αÛ |ϕ(t)〉 + β Û |ψ(t)〉

9.2 Propriétés importantes.


9.2.1 Invariance par translation dans le temps.
Les lois physiques ne variant pas dans le temps l’opérateur agit sur des
intervalles de temps, Û (t − t0 ).
En prenant pour origine t0 = 0 :

|ϕ(t)〉 = Û (t)|ϕ(0)〉

9.2.2 L’unitarité.
En physique classique deux états différents ne peuvent pas aboutir au même
état en suivant une loi physique. Les lois de la physique sont réversibles.
En physique quantique on retrouve un peu la même chose, deux états ortho-
gonaux restent orthogonaux. Par conséquent une base orthonormée reste elle
aussi orthonormée.
Prenons deux vecteurs différents :
󰁛 󰁛
|ϕ(0)〉 = αi |ei (0)〉 et |ψ(0)〉 = βj |ej (0)〉
i j

61
Ils deviennent à l’instant t :
󰁛 󰁛
|ϕ(t)〉 = αi |ei (t)〉 et |ψ(t)〉 = βj |ej (t)〉
i j

Les vecteurs de la base évoluant, or :


󰁛 󰁛
〈ϕ(0)|ψ(0)〉 = αi∗ βj 〈ei (0)|ej (0)〉 = αi∗ βi
i,j i

car la base est ortonormée, mais :


󰁛 󰁛
〈ϕ(t)|ψ(t)〉 = αi∗ βj 〈ei (t)|ej (t)〉 = αi∗ βi
i,j i

pour la même raison et donc :

〈ϕ(t)|ψ(t)〉 = 〈ϕ(0)|ψ(0)〉

En utilisant maintenant la définition de Û et la notion d’adjoint :

〈ϕ(t)|ψ(t)〉 = 〈ϕ(0)|Û † (t) Û (t)|ψ(0)〉 = 〈ϕ(0)|ψ(0)〉


󰁿 󰁾󰁽 󰂀 󰁿 󰁾󰁽 󰂀
〈ϕ(t)| |ψ(t)〉

On voit que Û (t)Û (t) = Iˆ


Un opérateur Û est dit unitaire si Û † Û = Û Û † = Iˆ donc l’opérateur


évolution est bien unitaire.

Remarque : Dans l’interprétation de Copenhague l’unitarité est rompue lors


de la mesure. En projettant sur un état on ne
󰁓peut plus retrouver l’état d’origine.
Par exemple, partant de l’état |ψ〉 = i αi |gi 〉 on a 〈gi |ψ〉 = αi avant la
mesure et 〈gi |ψ〉 = 〈gi |gi 〉 = 1 après la mesure. Le produit scalaire n’est pas
conservé, la mesure n’est pas unitaire.

9.3 Évolution infinitésimale.


L’évolution du système est continue et pour un intervalle de temps infi-
nitésimal un état du système ne va très peu changer. On peut écrire :

t −→ δt

Û (δt) = Iˆ + δtK̂
Au premier ordre l’opérateur évolution est l’opérateur identité auquel on ajoute
une petite variation sous forme d’un autre opérateur.
Posons K̂ = − 󰄁i Ĥ.
iδt
Û (δt) = Iˆ − Ĥ
󰄁
iδt †
Û † (δt) = Iˆ + Ĥ
󰄁

62
iδt iδt † δt2
Û (δt)Û † (δt) = Iˆ − Ĥ + Ĥ + Ĥ Ĥ † = Iˆ
󰄁 󰄁 󰄁 2
󰁿 󰁾󰁽 󰂀
0 au premier ordre

Pour vérifier l’unitarité de Û il faut donc que Ĥ = Ĥ † . L’opérateur Ĥ doit


être hermitien. Les observables étant associées à des opérateurs hermitiens, on
voit au passage la nécessité d’introduire i dans K̂ = − 󰄁i Ĥ. Le 󰄁 est là pour
donner à Ĥ la dimension d’une énergie.

Ĥ est appelé l’opérateur Hamiltonien. C’est le générateur des translations


dans le temps.

63
Chapitre 10

L’équation de Schrödinger
et ses solutions.

10.1 L’équation d’évolution.


Par définition de Û :

|ϕ(t + δt)〉 = Û (δt)|ϕ(t)〉


iδt iδt
|ϕ(t + δt)〉 = (Iˆ − Ĥ)|ϕ(t)〉 = |ϕ(t)〉 − Ĥ|ϕ(t)〉
󰄁 󰄁
|ϕ(t + δt)〉 − |ϕ(t)〉 i
= − Ĥ|ϕ(t)〉
δt 󰄁
∂|ϕ(t)〉 i
= − Ĥ|ϕ(t)〉
∂t 󰄁
∂|ϕ(t)〉
i󰄁 = Ĥ|ϕ(t)〉
∂t
C’est cette équation qui est appelée équation de Schrödinger.

10.2 Les états stationnaires.


Ĥ est un opérateur hermitien, il existe donc une base orthonormée constituée
par ses vecteurs propres {|ψn 〉}n∈I et :

Ĥ|ψn 〉 = En |ψn 〉
󰁿󰁾󰁽󰂀
valeur propre

Pour l’état |ψn 〉 l’évolution est :

∂|ψn 〉
i󰄁 = En |ψn 〉
∂t
C’est un équation différentielle dont la solution est :
−iEn t
|ψn (t)〉 = e 󰄁 |ψn (0)〉

64
Donc seule la phase change, ce qui ne change pas l’état. Donc lorsqu’un
système est dans un état propre de son Hamiltonien il y reste. D’où l’appellation
d’état stationnaire. On peut remarquer également que les valeurs propres En
se conservent et n’évoluent pas dans le temps. Ce qui est bien le cas de l’énergie.

On peut également réécrire l’équation sous la forme :

|ψn (t)〉 = e−iωt |ψn (0)〉


En
avec ω = 󰄁 , avec ω = 2πνn on obtient l’équation connue En = hνn .

10.3 Évolution d’un état quelconque du système.


Il suffit d’exprimer le vecteur en fonction des vecteurs de base.
󰁛
|ϕ(0)〉 = αn |ψn (0)〉
n
󰁛
|ϕ(t)〉 = αn |ψn (t)〉
n
󰁛 −iEn t
|ϕ(t)〉 = αn e 󰄁 |ψn (0)〉
n

Exemple : |ψ1 〉 un vecteur propre de Ĥ de valeur propre E1 .


|ψ2 〉 un vecteur propre de Ĥ de valeur propre E2 .

|ϕ(0)〉 = α1 |ψ1 (0)〉 + α2 |ψ2 (0)〉

|ϕ(t)〉 = Û (t)|ϕ(0)〉 = α1 Û (t)|ψ1 (0)〉 + α2 Û (t)|ψ2 (0)〉


−iE1 t −iE2 t
|ϕ(t)〉 = α1 e 󰄁 |ψ1 (0)〉 + e 󰄁 |ψ2 (0)〉
On voit que le facteur de phase est différent devant les vecteurs de base, il y
a bien cette fois un changement de l’état |ϕ〉.

10.4 Conservation de l’énergie.


󰁓
Reprenons l’état quelconque |ϕ(0)〉 = n αn |ψn (0)〉.
Cet état, contrairement aux |ψn 〉 n’admet pas de valeur bien définie pour
l’énergie. On peut juste calculer la valeur moyenne de son énergie.

〈Ĥ〉 = 〈ϕ(0)|Ĥ|ϕ(0)〉
󰁛 󰁛
αn∗ 〈ψn (0)|Ĥ| αn |ψn (0)〉
n n
󰁛 󰁛 󰁛 󰁛
αn∗ 〈ψn (0)| αn En |ψn (0)〉 = αn∗ αn En = |αn |2 En
n n n n

C’est le résultat qui est naturellement attendu. La somme des valeurs En


avec en facteur la probabilité de les obtenir.

65
󰁓 −iEn t
En faisant de même avec |ϕ(t)〉 = n αn e 󰄁 |ψn (0)〉 :
󰁛 iEn t 󰁛 −iEn t 󰁛
〈Ĥ〉 = αn∗ e 󰄁 〈ψn (0)| αn e 󰄁 En |ψn (0)〉 = |αn |2 En
n n n

On voit bien que la valeur moyenne de l’Hamiltonien est conservée quel que
soit le système. C’est pourquoi il est légitime de l’associer à la notion d’énergie.

10.5 L’opérateur d’évolution.


L’écriture de l’opérateur dans la base des vecteurs propres de l’Hamiltonien
{|ψn 〉} est très simple.
−iEn t
Û (t)|ψn (0)〉 = e 󰄁 |ψn (0)〉
󰁿 󰁾󰁽 󰂀
|ψn (t)〉

Les vecteurs propres de l’Hamiltonien sont donc également vecteurs propre


de Û . On peut mettre Û sous la forme :
󰀳 −iE1 t 󰀴
e 󰄁 0 ... 0
󰁅 .. .. 󰁆
󰁅 −iE2 t
. 󰁆
󰁅 0 e 󰄁 . 󰁆 −iĤt
Û (t) = 󰁅 . 󰁆=e 󰄁
󰁅 . .. .. 󰁆
󰁃 . . . 0 󰁄
−iEn t
0 ... 0 e 󰄁
Par définition de l’exponentielle :

−iĤt −iĤt 1 −iĤt 2 1 −iĤt 3 1 −iĤt n


e 󰄁 = Iˆ + + ( ) + ( ) + ... + ( )
󰄁 2! 󰄁 3! 󰄁 n! 󰄁
On voit bien comment l’exponentielle agit sur un opérateur représenté par
une matrice diagonale. On peut également remarquer qu’au premier ordre on
retrouve l’expression introduite en 3.1.3.

10.6 Évolution d’une grandeur quelconque.


Soit Ĝ un opérateur associé à une grandeur G. Les états propres de Ĥ (|ψn 〉)
ne sont pas forcément vecteurs propres de Ĝ et inversement.
Si à un instant donné |ψ(0) = |gi (0)〉 on mesurera gi mais le système |ψ〉 va
évoluer.
En décomposant |ψ(0)〉 sur la base des |ψn 〉 :
󰁛
|ψ(0)〉 = αn |ψn 〉
n
󰁛 −iEn t
|ψ(t)〉 = αn e 󰄁 |ψn 〉
n

En écrivant les vecteurs propres de l’Hamiltonien dans la base des vecteurs


propres de Ĝ :

66
󰁛
|ψn 〉 = βi |gi 〉
i
󰁛󰁛 −iEn t
|ψ(t)〉 = αn βi e 󰄁 |gi 〉
n i
󰁛󰁛
|ψ(0)〉 = αn βi |gi 〉
n i
󰁓
À t=0 la probabilité d’obtenir la valeur propre gi est donc |βi n αn |2 et à
󰁓 −iEn t
l’instant t, c’est |βi n αn e 󰄁 |2 . La probabilité change bien dans le temps.

10.6.1 Théorème.

∂〈Ĝ〉 −i
= 〈[Ĝ, Ĥ]〉
∂t 󰄁
Démonstration :
〈Ĝ〉 = 〈ϕ(t)|Ĝ|ϕ(t)〉
Si l’observable G ne dépend pas du temps :

∂〈Ĝ〉 ∂〈ϕ(t)| ∂|ϕ(t)〉


= Ĝ|ϕ(t)〉 + 〈ϕ(t)|Ĝ
∂t ∂t ∂t
En utilisant l’équation de Scrödinger :

∂〈ϕ(t)| i ∂|ϕ(t)〉 −i
= Ĥ〈ϕ(t)| et = Ĥ|ϕ(t)〉
∂t 󰄁 ∂t 󰄁
En introduisant les bra et les kets dans l’équation précédente :
i i
〈ϕ(t)| Ĥ Ĝ|ϕ(t)〉 − 〈ϕ(t)| ĜĤ|ϕ(t)〉
󰄁 󰄁
−i
= 〈[Ĝ, Ĥ]〉
󰄁

Donc si une observable commute avec l’Hamiltonien, sa valeur


moyenne ne varie pas dans le temps.
En effet, si [Ĝ, Ĥ] = 0 ⇒ ∂〈∂tĜ〉 = 0

67
Chapitre 11

Exemple de l’action d’un


champ magnétique sur une
particule de spin 12 .

11.1 Hamiltonien ”semi-classique”.


La physique classique n’est qu’une manifestation à l’échelle macroscopique de
phénomènes quantiques. C’est pourquoi il est souvent possible de faire le chemin
inverse, et d’essayer de retrouver depuis les lois de la physique classique, les lois
plus profondes de la physique quantique. Pour cela on associe aux grandeurs
physiques connues des opérateurs quantiques.
Ainsi, en physique classique lorsqu’un moment magnétique µ 󰂓 est plongé dans
un champ magnétique B 󰂓 on a une énergie :

E = −󰂓 󰂓
µ. B

La version quantique est donc tout simplement :

󰂓ˆ.B
Ĥ = −µ 󰂓

En toute rigueur il faudrait également remplacer B 󰂓 par un opérateur (d’où


semi-classique) mais à l’échelle qui nous intéresse, mettant en jeu des milliards
de photons, la moyenne de l’action individuelle de chaque photon est nettement
suffisante.
On a vu que µ󰂓ˆ = gγ󰂓sˆ = gγ 󰄁2 󰂓σ
ˆ = µ0󰂓σ
ˆ et on peut prendre arbitrairement l’axe
z pour direction du champ magnétique B 󰂓 = B0 u󰂓z , on obtient alors :

Ĥ = −µ0 B0 σ󰂓ˆz

11.2 Exemple du spin 12 .


L’hamiltonien Ĥ = −µ0 B0 σ󰂓ˆz a pour vecteurs propres |+〉 et |−〉, les mêmes
que pour σ󰂓ˆz . Et Ĥ|+〉 = −µ0 B0 |+〉 et Ĥ|−〉 = µ0 B0 |−〉.

68
Ce qui va donner comme évolution :
iµ0 B0 t
|+〉(t) = e 󰄁 |+〉(0)

Les vecteurs propres de l’hamiltonien ne changent que d’un facteur de phase.


On a de même : −iµ0 B0 t
|−〉(t) = e 󰄁 |−〉(0)
Et en partant d’un état quelconque : |ψ〉(0) = α|+〉(0) + β|−〉(0) :
iµ0 B0 t −iµ0 B0 t
|ψ(t)〉 = αe 󰄁 |+〉(0) + βe 󰄁 |−〉(0)
µ 0 B0
En posant ω ≡ 󰄁 qui a bien les dimensions d’une pulsation :

|ψ(t)〉 = αeiωt |+〉(0) + βe−iωt |−〉(0)

Regardons comment évolue l’état |+〉x = √1 |+〉z + √1 |−〉z en utilisant


2 2
l’équation précédente.
1 1
| + (t)〉x = √ eiωt |+〉(0) + √ e−iωt |−〉(0)
2 2
Comparons avec l’état orthogonal (suivant -x) à t=0, | − (0)〉x :

1 1 1 1
x(0) 〈−|+〉x(t) = ( √ 〈+|(0) − √ 〈−|(0) )( √ eiωt |+〉(0) + √ e−iωt |−〉(0) )
2 2 2 2
1 iωt 1 −iωt
= e − e
2 2
= isin(ωt)
Et l’évolution par rapport à l’état suivant x initial :

1 1 1 1
x(0) 〈+|+〉x(t) = ( √ 〈+|(0) + √ 〈−|(0) )( √ eiωt |+〉(0) + √ e−iωt |−〉(0) )
2 2 2 2
1 iωt 1 −iωt
= e + e
2 2
= cos(ωt)
On observe ici les composantes de |+〉x(t) sur la base formée par les deux
vecteurs orthogonaux dans l’espace des états {|+〉x(0) , |−〉x(0) }. Les probabilités
après la mesure d’obtenir ces états sont respectivement cos2 (ωt) et sin2 (ωt).
On voit qu’un spin 12 , orienté initialement suivant l’axe x et plongé dans un
champ magnétique suivant z, tourne autour de cet axe avec une pulsation ω.
Comme en physique classique il y a précession. Orienté suivant z, son état ne
changerait pas, ce serait un vecteur propre de l’hamiltonien et seul le facteur de
phase changerait.

Connaı̂tre l’Hamiltonien d’un système permet donc de connaı̂tre sa dyna-


mique.

69
Quatrième partie

Espace des états de position


et opérateurs associés.

70
Chapitre 12

États de position et espace


associé.

12.1 Espace géométrique et états de position.


La position d’un objet dans un référentiel particulier, (x,y,z) par exemple
dans un repère cartésien, n’est qu’une grandeur comme les autres. Mesurer x
revient à mesurer une distance. La distance entre le point dont on veut mesurer
la position et le plan xOz. Comme toutes les grandeurs, la position peut donc
être représentée par un opérateur dont les valeurs propres seront les positions xi
et les vecteurs propres certains états du système |xi 〉. Toutes les combinaisons
linéaires de ces états de position sont également possibles. Et certains états
n’auront pas de valeurs bien définies.

12.2 États à position bien définie.


À une dimension : Repérons sur un axe Ox, la position d’un point associée
à la grandeur X.
Un état à valeur bien définie x0 pour la grandeur X sera noté |x0 〉. L’état
associé à la valeur x1 sera |x1 〉 etc ...
On peut définir l’opérateur X̂ associé à X tel que :

X̂|xi 〉 = xi |xi 〉

C’est la formule habituelle, mais avec une difficulté nouvelle, les xi ne sont
plus des valeurs discrètes mais forment un continuum. (Dans l’état actuel de
nos connaissances.) Tous les x réels sont possibles et les états ne sont plus
d’énombrables. C’est pourquoi il va falloir adapter le formalisme.

On écrivait précédemment pour une grandeur G avec des états discrets bien
définis : 󰁛
|ψ〉 = αi |gi 〉
i
󰁓 󰁕
On va donc remplacer la somme discrète par une intégrale :

71
󰁝 +∞
|ψ〉 = ψ(x) |x〉 dx
−∞ 󰁿 󰁾󰁽 󰂀
fonction d’onde

12.3 États à grandeurs bien définies ? ? ?


On pouvait avec les grandeurs à valeurs discrètes écrire avec les vecteurs de
la base, 〈gk |gi 〉 = δki et󰁓ces vecteurs dénombrables étaient alors orthogonaux.
On avait alors 〈ψ|ϕ〉 = i αi∗ βi (αi et βi , coefficients des vecteurs).
Mais quel sens donner à 〈x|y〉 avec des valeurs continues ?
S’il existe des états position bien définis alors 〈x|y〉 = 1 si x = y et 〈x|y〉 = 0
si x ∕= y. Ce qui peut poser problème pour un continuum de positions.

On a vu qu’un état général peut se noter :


󰁝 +∞
|ψ〉 = ψ(x)|x〉 dx
−∞

Prenons : 󰁝 +∞
〈x0 |ψ〉 = ψ(x)〈x0 |x〉 dx
−∞

Avec 〈x0 |x〉 = 0 partout sauf si x = x0 . La fonction précédente est donc


nulle partout excepté en un point, l’intégrale est donc nulle.
〈x0 |x〉 ne peut pas être une fonction. C’est une distribution, et on va utiliser
la distribution de Dirac δ(x − x0 ). (Qui n’est pas au sens mathématique une
fonction ...) C’est une forme linéaire c’est à dire qu’elle associe à une fonction
un scalaire (complexe) de façon linéaire.
󰁝 +∞
∀f, f (x) δ(x − x0 ) dx = f (x0 )
−∞ 󰁿 󰁾󰁽 󰂀
distribution

On a alors tout simplement ψ(x) ≡ 〈x|ψ〉 .

72
Chapitre 13

Bras et Kets généralisés.

13.1 Rappel sur les bras.


Un bra est un élément de l’espace dual topologique (H′ ) d’un espace de
Hilbert. L’espace dual de H, c’est l’ensemble des formes linéaires continues sur
H (qui a un vecteur de H associent un scalaire complexe).

Soit ω un élément deH′

ω : H −→ C
f −→ ω(f )
Comme espace de Hilbert on peut prendre l’ensemble des fonctions de carré
󰁕 +∞
sommable, H = L2 (R) avec pour produit scalaire, (f, g) = −∞ f ∗ (x)g(x)dx.
Un exemple de bra : ωf : g −→ (f, g)

Et de façon général à tout |x〉 ∈ H on peut associer un bra 〈x| ∈ H′ tel que
〈x|y〉 = h(|x〉, |y〉)et :
|〈x|y〉| ≤ |x||y|
C’est l’inégalité de Cauchy-Schwarz .
Toutes les formes linéaires continues sont des produits scalaires d’un certain
vecteur. Mais la distribution de Dirac δ(x − x0 ) n’est pas continue. C’est cepen-
dant une forme linéaire et c’est ce qui va permettre de généraliser les notions
de bra et de ket.

13.2 Bras généralisés.


Pour H = L2 (R), l’ensemble des fonctions de carré sommable. Les éléments
de H sont toutes les fonctions de carré sommable ψ(x) représentées par |ψ〉.
Par définitin, le bra généralisé 〈x0 | est la forme linéaire non continue qui à
|ψ〉 associe ψ(x0 ), noté 〈x0 |ψ〉.

73
13.3 Kets généralisés.
Dans H = L2 (R) à certains bras généralisés et en particulier aux |x0 /rangle
,on peut associer un ket généralisé via le produit scalaire et l’action sur les
fonctions.

13.4 Bras et Kets ”impulsion” 〈p| et |p〉.


13.4.1 Définition.
ipx
1
Soit la fonction ωp qui à x associe ωp (x) = √2π󰄁 e 󰄁 . Cette fonction n’est
pas de carré sommable mais définit une forme linéaire sur L1 ∩ L2 :

Ωp : L1 ∩ L2 −→ C
󰁝 +∞
ϕ −→ Ωp (ϕ) = ωp (x)∗ ϕ(x)dx
−∞
󰁝 +∞
1 −ipx
Ωp (ϕ) = √ e 󰄁 ϕ(x)dx = ϕ̃(p)
2π󰄁 −∞

C’est la transformée de Fourier.

On note 〈p| ce bra généralisé et le ket généralisé associé à ce bra est noté |p〉
.
Attention ! |p〉 n’appartient pas à H car il est associé à la fonction ωp (x) qui
n’est pas de carré sommable.

13.4.2 Propriétés.
La famille des kets généralisés {|p〉}p∈R est une famille orthonormée, au sens
suivant :
∀p, p′ ∈ R, 〈p|p′ 〉 = δ(p − p′ )

13.5 Bras et kets ”position” 〈x0 | et |x0 〉


.
On a vu que 〈x0 |ψ〉 = ψ(x0 ).
Soit ϕ ∈ S , l’ensemble des fonctions infiniment dérivables C ∞ à décroissance
rapide. Pour construire le ket associé au bra 〈x0 | précédent on veut que :

〈ϕ|x0 〉 = 〈x0 |ϕ〉∗ = ϕ∗ (x0 )


󰁕 +∞
Or on a vu que 〈ϕ|x0 〉 = −∞ ϕ∗ (x)f (x)dx où f(x) est la fonction associée à
|x0 〉.
󰁕 +∞
Pour que −∞ ϕ∗ (x)f (x)dx = ϕ∗ (x0 ) Il faut donc que :

f (x) = δ(x − x0 )

On retrouve à nouveau la distribution de Dirac.

74
13.6 Bases généralisées.
13.6.1 Rappel.
Pour un espace de Hilbert dénombrable, on a une base orthonormée {|en 〉}n∈N
et le système est dit total (ou complet) si ∀n, 〈en |x〉 = 0 ⇔ |x〉 = 0. Et :
󰁛 󰁛
|| |x〉 ||2 = |〈en |x〉|2 = 〈x|( |en 〉〈en |)|x〉
n n

13.6.2 Définition.
La famille de distribution {Tλ }λ∈Λ est appelée base généralisée si :
󰁝
∀|ϕ〉 ∈ S, || |ϕ〉 ||2 = 〈ϕ|ϕ〉 = |〈Tλ |ϕ〉|2 dλ
Λ
Le système est total si :

∀λ ∈ Λ, 〈Tλ |ϕ〉 = 0 ⇔ |ϕ〉 = 0

13.6.3 Théorème 1.
La famille {〈x|}x∈R est une base généralisée de L2 (R).
En effet :
󰁝 +∞ 󰁝 +∞
∀ϕ ∈ S, || |ϕ〉 ||2 = |ϕ(x)|2 dx = |〈x|ϕ〉|2 dx
−∞ −∞

13.6.4 Théorème 2.
La famille {〈p|}p∈R est une base généralisée de L2 (R).
Où 〈p| est le bra généralisé correspondant à la distribution régulière Ωp as-
ipx
1
sociée à la fonction ωp : x −→ √2π󰄁 e 󰄁

Rappels : ωp est la fonction associée au ket généralisé |p〉. (Ket généralisé, car
󰁕 +∞
ce n’est pas une fonction de carré sommable.) Et 〈p|ψ〉 = −∞ ωp∗ (x)ψ(x)dx =
󰁕 +∞ 1 −ipx

−∞

2π󰄁
e 󰄁 ψ(x)dx = ψ̃(p).
On a ainsi une jolie symétrie :

〈x0 |ψ〉 = ψ(x0 )

〈p0 |ψ〉 = ψ̃(p0 )


Démonstration du théorème :
󰁝 +∞
2
∀ϕ ∈ S, || |ϕ〉 || = |ϕ(x)|2 dx
−∞

Et d’après le théorème de Parseval :


󰁝 +∞ 󰁝 +∞ 󰁝 +∞
2 2
|ϕ(x)| dx = |ϕ̃(p)| dp = |〈p|ϕ〉|2 dx
−∞ −∞ −∞

75
On dispose donc maintenant de deux bases pour développer un vecteur
d’état.
󰁝 +∞ 󰁝 +∞
|ψ〉 = 〈x|ψ〉|x〉dx = ψ(x)|x〉dx
−∞ −∞

C’est la représentation x ou représentation position.


󰁝 +∞ 󰁝 +∞
|ψ〉 = 〈p|ψ〉|p〉dp = ψ̃(p)|p〉dp
−∞ −∞

C’est la représentation p ou représentation impulsion.

On peut facilement passer d’une représentation à l’autre.


󰁝 +∞ 󰁝 +∞
1 ipx
〈x|ψ〉 = 〈p|ψ〉 〈x|p〉 dp = ψ̃(p) √ e 󰄁 dp
󰁿 󰁾󰁽 󰂀 −∞ 󰁿 󰁾󰁽 󰂀 󰁿 󰁾󰁽 󰂀 −∞ 2π󰄁
ψ(x) ψ̃(p) ωp (x)

󰁝 +∞
1 ipx
ψ(x) = √ ψ̃(p)e 󰄁 dp
2π󰄁 −∞
ou 󰁝 +∞
1 −ipx
ψ̃(p) = √ ψ(x)e 󰄁 dx
2π󰄁 −∞

13.6.5 Relations de fermeture.


On a vu dans le cas discret que :
󰁛
|ei 〉〈ei | = Iˆ
i

On retrouve cette relation dans le cas continu :


󰁝 +∞ 󰁝 +∞
|ψ〉 = 〈x|ψ〉|x〉dx = |x〉〈x| ψ〉dx
−∞ −∞
󰁿 󰁾󰁽 󰂀

󰁝 +∞
|x〉〈x|dx = Iˆ
−∞

On a de même :
󰁝 +∞
|p〉〈p|dp = Iˆ
−∞

On peut introduire ces relations à l’intérieur des formules, en voici un exemple


avec un produit hermitien :

ψ, ϕ ∈ H ≡ L2 (R)

76
󰁝 +∞ 󰁝 +∞
〈ψ|ϕ〉 = 〈ψ|( |x〉〈x|dx)|ϕ〉 = 〈ψ|x〉〈x|ϕ〉dx
−∞ −∞
󰁝 +∞
= ψ(x)∗ ϕ(x)dx
−∞

On retrouve logiquement l’expression du produit scalaire.

13.7 La fonction d’onde.


13.7.1 Les représentations 󰂓r et p󰂓.
En 3 dimensions, avec un vecteur position 󰂓r on peut en généralisant la for-
󰁕󰁕󰁕
mule obtenue pour 1 dimension écrire |ψ〉 = ψ(󰂓r)|󰂓r〉d3󰂓r avec 〈󰂓r|ψ〉 = ψ(󰂓r).
󰁕󰁕󰁕
De manière identique pour p󰂓, on a |ψ〉 = ψ̃(󰂓
p)|󰂓p〉d3 p󰂓 avec 〈󰂓
p|ψ〉 = ψ̃(󰂓r).

13.7.2 La fonction d’onde.


Par définition, la fonction qui à 󰂓r associe ψ(󰂓r) est appelée fonction d’onde.
C’est une représentation du ket |ψ〉 qui appartient à l’espace de Hilbert.
Elle permet d’obtenir une expression de l’état |ψ〉 une fois la base choisie. Par
exemple, 〈󰂓r|ψ〉 = ψ(󰂓r).

13.7.3 Signification.
On a vu pour le cas discret que si G est une grandeur associée à des états
|gi 〉 ayant des valeurs bien définies
󰁓 gi , alors n’importe quel état du système peut
s’écrire sous la forme |ψ〉 = i αi |gi 〉. Et la probabilité d’obtenir la valeur gi
lors d’une mesure est |αi |2 (si les vecteurs sont normés) ou encore 〈ψ|gi 〉〈gi |ψ〉.
On reconnaét R la moyenne du projecteur sur l’état |gi 〉
󰁕 +∞
De façon analogue dans le cas continu, |ψ〉 = −∞ ψ(x)|x〉dx et la probabilité
d’obtenir x0 correspond à 〈ψ|x0 〉〈x0 |ψ〉.Qui par définition correspond à |ψ(x0 )|2
(toujours pour un vecteur normé).
Avec une différence notable dans le cas continu. La probabilité d’obtenir
exactement une valeur comme x0 est strictement nulle. Mais on peut obtenir
une valeur très proche, dans le petit intervalle x0 +∆x0 . On parle alors de densité
de probabilité. |ψ(x)|2 correspond à une densité de probabilité (dP = |ψ(x)|2 dx
et donc |ψ(x)|2 = dP dx ) et la probabilité d’obtenir lors d’une mesure une valeur
󰁕 x +∆x0
comprise entre x0 et x0 + ∆x0 est x00 |ψ(x)|2 dx.

77
Chapitre 14

Les opérateurs dans l’espace


des états de position.

14.1 L’opérateur position.


14.1.1 À une dimension.
On veut que l’opérateur position vérifie :
X̂|x〉 = x|x〉
En appliquant cette relation à un vecteur d’état quelconque :
󰁝 +∞ 󰁝 +∞
X̂|ψ〉 = X̂ ψ(x)|x〉dx = ψ(x)X̂|x〉dx
−∞ −∞
󰁝 +∞
= ψ(x)x |x〉dx = |ψ ′ 〉
−∞ 󰁿 󰁾󰁽 󰂀
ψ(x)′

ψ ′ (x) = xψ(x)
En représentation position l’opérateur X̂ correspond juste à la multiplication
de la fonction d’onde par x. Ce que l’on peut écrire :

〈x|X̂|ψ〉 = x〈x|ψ〉

En représentation position :
On cherche 〈p|X̂|ψ〉, on cherche donc à évaluer X̂|ψ〉 = |ψ〉′ en p, or par
˜
définition 〈p|X̂|ψ〉 = ψ̃ ′ (p) = xψ(x)(p), la transformée de Fourier de xψ(x).
󰁝 +∞
˜ 1 −ipx
xψ(x)(p) = √ e 󰄁 xψ(x)dx
−∞ 2π󰄁
on remarque que le x apparaissant en plus peut être obtenu en dérivant
l’exponentielle. 󰁝 +∞
∂ 1 −ipx
= i󰄁 √ e 󰄁 ψ(x)dx
∂p −∞ 2π󰄁
󰁿 󰁾󰁽 󰂀
ψ̃(p)

78
on a donc au final :

〈p|X̂|ψ〉 = i󰄁 〈p|ψ〉
∂p

14.1.2 à trois dimensions.


󰂓ˆ qui agit sur les états |󰂓r〉 = |x〉 ⊗ |y〉 ⊗ |z〉 de la façon
On utilise l’opérateur R
suivante :
󰂓ˆ r〉 = 󰂓r|󰂓r〉
R|󰂓
󰁕󰁕󰁕
et sur n’importe quel état |ψ〉 = ψ(󰂓r)|󰂓r〉d3󰂓r
󰁝󰁝󰁝
󰂓ˆ
R|ψ〉 = ψ(󰂓r)󰂓r|󰂓r〉d3󰂓r

󰂓ˆ
〈󰂓r|R|ψ〉 = 󰂓r〈󰂓r|ψ〉
Et en représentation position :

〈󰂓 󰂓ˆ
p|R|ψ〉 󰂓 p|ψ〉
= i󰄁∇〈󰂓

X̂ est autoadjoint, c’est donc une observable.

Démonstration :
󰁝 +∞
h(|ψ1 〉, X̂|ψ2 〉) = 〈ψ1 |X̂|ψ2 〉 = ψ1∗ (x)xψ2 (x)dx
−∞
󰁝 +∞
h(X̂|ψ1 〉, |ψ2 〉) = x∗ ψ1∗ (x)ψ2 (x)dx
−∞
x étant réel on a x∗ = x et donc :

h(|ψ1 〉, X̂|ψ2 〉) = h(X̂ † |ψ1 〉, |ψ2 〉) = h(X̂|ψ1 〉, |ψ2 〉)


󰁿 󰁾󰁽 󰂀
par définition de l’adjoint

X̂ † = X̂

14.2 L’opérateur translation.


14.2.1 À une dimension.
C’est l’opérateur qui a un état |ψ〉 ∈ H associe après une translation de x
en x + a l’état |ψ〉′ = T̂a |ψ〉.
On a une translation de la fonction d’onde et ψ ′ (x) = ψ(x − a) ce qui par
définition peut s’écrire :
〈x|ψ ′ 〉 = 〈x − a|ψ〉
Observons comment l’opérateur agit sur un état quelconque.
󰁝 +∞
|ψ〉 = ψ(x)|x〉dx
−∞

79
󰁝 +∞
T̂a |ψ〉 = ψ(x)T̂a |x〉dx
−∞

mais T̂a |ψ〉 = |ψ ′ 〉 et


󰁝 +∞ 󰁝 +∞
|ψ ′ 〉 = ψ ′ (x)|x〉dx = ψ(x − a)|x〉dx
−∞ −∞

Et en posant x′ = x − a :
󰁝 +∞

|ψ 〉 = ψ(x′ )|x′ + a〉dx′
−∞

Par comparaison : T̂a |x〉 = |x + a〉

14.2.2 À 3 dimensions.
Tout simplement T̂󰂓a |󰂓r〉 = |󰂓r + 󰂓a〉

14.2.3 Propriétés.
Unitarité.
La translation dans l’espace de la fonction d’onde ne change pas l’intégrale
et donc la norme reste identique.
󰁝󰁝󰁝
||ψ〉|2 = |ψ(󰂓r)|2 d3󰂓r
󰁝󰁝󰁝
′ 2
= ||ψ 〉| = |ψ(󰂓r − 󰂓a)|2 d3󰂓r
󰁝󰁝󰁝
= |ψ(r󰂓′ )|2 d3 r󰂓′ = ||ψ〉|2

Composition.

T̂󰂓a T̂󰂓b |󰂓r〉 = T̂󰂓a |󰂓r + 󰂓b〉 = |󰂓r + 󰂓b + 󰂓a〉


On voit que l’opérateur T̂ est commutatif.

Inversibilité.

T̂󰂓a−1 = T̂−󰂓a
On peut remarquer que T̂a étant unitaire T̂a T̂a† = Iˆ et donc T̂−󰂓a = T̂󰂓a†
T̂󰂓a n’est pas autoadjoint, l’opérateur translation n’est pas une obser-
vable.

80
14.3 Générateur des translations.
14.3.1 À une dimension.
On va raisonner à une dimension et procéder de la même manière qu’avec
l’opérateur d’évolution Û .
T̂ étant unitaire et évoluant de façon continue, on peut écrire pour une petite
translation δx, T̂δx = Iˆ + δxK̂ et en choisissant un K̂ particulier :
iδx
T̂δx = Iˆ − P̂x
󰄁
Appliquons cet opérateur à un état quelconque :

T̂δx |ψ〉 = |ψ ′ 〉
〈x|ψ ′ 〉 = ψ ′ (x) = ψ(x − δx)
En utilisant maintenant le développement de T̂δx = Iˆ − iδx
󰄁 P̂x :
iδx
〈x|T̂δx |ψ〉 = 〈x|ψ〉 − 〈x|P̂x |ψ〉
󰁿 󰁾󰁽 󰂀 󰁿 󰁾󰁽 󰂀 󰄁
ψ(x−δx) ψ(x)

ψ(x − δx) − ψ(x)


〈x|P̂x |ψ〉 = i󰄁
δx
∂ψ(x)
〈x|P̂x |ψ〉 = −i󰄁
∂x
La représentation de P̂x en représentation position est :


〈x|P̂x |ψ〉 = −i󰄁 〈x|ψ〉
∂x

N.B. T̂δx étant unitaire, P̂x est autoadjoint. En effet :



T̂δx T̂δx = Iˆ

iδx iδx † iδx † δx2 †


(Iˆ − P̂x )(Iˆ + P̂ ) = Iˆ + (P̂x − P̂x ) + P̂x P̂x
󰄁 󰄁 x 󰄁 󰁿󰄁 󰁾󰁽 󰂀
2

Nul au premier ordre

P̂x† = P̂x

14.3.2 Action de P̂x en représentation position.


󰁕 +∞ ipx
On cherche 〈p| P̂x |ψ〉 = ψ̃ ′ (p) = √1 ψ ′ (x)e− 󰄁 dx
󰁿 󰁾󰁽 󰂀 2π󰄁 −∞
ψ′

󰁝 +∞
−i󰄁 ∂ ipx
=√ ψ(x)e− 󰄁 dx
2π󰄁 −∞ ∂x

81
On va maintenant intégrer par parties. Rappel :
󰁝 +∞ 󰁝 +∞ 󰁝 +∞
d(F G) − GdF = F dG
−∞ −∞ −∞
󰁝 +∞ 󰁝 +∞
[F G]+∞
−∞ − GdF = F dG
−∞ −∞

Mais les fonctions sont de carré sommable et doivent rapidement tendre vers
0 pour les infinis. Le terme [F G]+∞
−∞ est donc nul et on a simplement :
󰁝 +∞ 󰁝 +∞
− GdF = F dG
−∞ −∞

En l’appliquant à la formule précédente :


󰁝 +∞ 󰁝 +∞
−i󰄁 ∂ ipx i󰄁 ∂ ipx
√ ψ(x)e− 󰄁 dx = √ ψ(x) e− 󰄁 dx
2π󰄁 −∞ ∂x 2π󰄁 −∞ ∂x
󰁝 +∞
p ipx
=√ ψ(x)e− 󰄁 dx = pψ̃(p)
2π󰄁 −∞

Au final :
ψ̃ ′ (p) = pψ̃(p)

〈px |P̂x |ψ〉 = px 〈px |ψ〉


ou encore :
P̂x |px 〉 = px |px 〉

On retrouve le même type de relation qu’avec X̂|x〉 = x|x〉.


On avait aussi :
∂ ∂
〈x|P̂x |ψ〉 = −i󰄁 ∂x 〈x|ψ〉 et 〈p|X̂|ψ〉 = i󰄁 ∂p 〈p|ψ〉

14.3.3 à 3 dimension.
La généralisation à 3 dimensions des résultats précédents est triviale.
󰂓 r|ψ〉
〈󰂓r|P̂ |ψ〉 = −i󰄁∇〈󰂓

〈󰂓
p|P̂ |ψ〉 = p󰂓〈󰂓
p|ψ〉

14.4 Relation de commutation.


14.4.1 À une dimension.
Observons le commutateur entre les deux opérateurs précédents :

[X̂, P̂x ] = X̂ P̂x − P̂x X̂

En représentation position :

〈x|[X̂, P̂x ]|ψ〉 = 〈x|X̂ P̂x |ψ〉 − 〈x|P̂x X̂|ψ〉

82
∂ψ(x) ∂
= −i󰄁x + i󰄁 (xψ(x))
∂x ∂x
∂ψ(x) ∂ψ(x)
= −i󰄁x + i󰄁ψ(x) + i󰄁x
∂x ∂x
= i󰄁ψ(x)
〈x|[X̂, P̂x ]|ψ〉 = i󰄁〈x|ψ〉

[X̂, P̂x ] = i󰄁 Iˆ

14.4.2 À trois dimensions.


Il est facile de montrer par un calcul que pour des axes différents les opérateurs
précédents commutent.([Ŷ , P̂x ] = 0, etc...)
Et seuls [x̂, P̂x ] = [Ŷ , P̂y ] = [Ẑ, P̂z ] = i󰄁 Iˆ

14.5 Relation d’indétermination.


14.5.1 Théorème.
Soit deux observables  et B̂,
1
〈ψ|Â2 |ψ〉〈ψ|B̂ 2 |ψ〉 ≥ |〈ψ|[Â, B̂]|ψ〉|2
4

1
〈Â2 〉〈B̂ 2 〉 ≥ |〈[Â, B̂]〉|2
4
Démonstration : On pose |ψ ′ 〉 = (Â + iλB̂)|ψ〉 avec λ ∈ R. La norme de |ψ ′ 〉
est nécessairement positive et donc :

〈ψ ′ |ψ ′ 〉 ≥ 0

〈ψ|(Â−iλB̂)(Â+iλB̂)|ψ〉 = 〈ψ|Â2 |ψ〉−iλ〈ψ|B̂ Â|ψ〉+iλ〈ψ|ÂB̂|ψ〉+λ2 〈ψ|B̂ 2 |ψ〉


= 〈Â2 〉 + iλ〈[Â, B̂]〉 + λ2 〈B̂ 2 〉
Remarque : [Â, B̂] est un imaginaire pur car [Â, B̂]† = B̂ † † − † B̂ † =
B̂ Â − ÂB̂ = −[Â, B̂] , et seuls les imaginaires purs vérifient z ∗ = −z. i[Â, B̂] est
donc réel et l’équation précédente est une simple équation du second degré.

〈Â2 〉 + iλ〈[Â, B̂]〉 + λ2 〈B̂ 2 〉 ≥ 0 s’il n’y a pas de racines et si le discriminant


∆ ≤ 0.

∆ = b2 − 4ac = (i〈[Â, B̂]〉)2 − 4〈Â2 〉〈B̂ 2 〉


|〈[Â, B̂]〉|2 − 4〈Â2 〉〈B̂ 2 〉 ≤ 0
On retrouve bien l’inéquation du théorème.

83
14.5.2 Conséquence fondamentale.
On va s’intéresser à l’écart type σ d’une observable Â. Avec les notations
habituelles
󰁛 pour les vecteurs propres et valeurs propres, Â|ai 〉 = ai |ai 〉 et 〈Â〉 =
ai P (ai ) = 〈ψ|A|ψ〉.
i

Par définition de l’écart type :


󰁛
σ2 = (ai − 〈Â〉)2 P (ai )
i
󰁛
= (ai − 〈Â〉)2 〈ψ|ai 〉〈ai |ψ〉
i

En développant :
󰁛 󰁛 󰁛
= a2i 〈ψ|ai 〉〈ai |ψ〉 − 2ai 〈Â〉〈ψ|ai 〉〈ai |ψ〉 + 〈Â〉2 〈ψ|ai 〉〈ai |ψ〉
i i i
󰁓
(En se rappelant que i |ai 〉〈ai | est l’opérateur unité (des 1 sur la diagonale
󰁛
en représentation matricielle) et ai |ai 〉〈ai | l’opérateur  (les valeurs propres
󰁛 i
sur la diagonale). Et a2i |ai 〉〈ai | c’est l’opérateur Â2 )
i
= 〈Â2 〉 − 2〈Â〉〈Â〉 + 〈Â〉2

σ 2 = 〈Â2 〉 − 〈Â〉2
Formule également connue pour l’écart type.

En utilisant l’écart quadratique ∆A = A − 〈A〉 on a la relation :

∆A2 = (A − 〈A〉)2 = 〈A2 〉 − 〈A〉2


On peut créer l’opérateur ∆ =  − 〈A〉Iˆ On aura alors :
2
σA = 〈ψ|∆Â2 |ψ〉
ou encore
2
σB = 〈ψ|∆B̂ 2 |ψ〉
On peut remarquer que ∆ et ∆B̂ sont également des observables. On peut
donc leur appliquer le théorème précédent :

2 2 1
σA σB ≥ |[∆Â, ∆B̂]|2
4
Un développement simple permettrait de montrer que [∆Â, ∆B̂] = [Â, B̂].
En prenant la racine carré de chaque côté on obtient :

1
σA σB ≥ |[Â, B̂]|
2

C’est la relation d’imprédictibilité. Le plus souvent appelée ”principe d’in-


certitude” d’Heisenberg. Mais cette formulation historique est trompeuse.

84
Il ne s’agit pas d’un principe, puisqu’on peut en faire la démonstration. Et le
terme incertitude peut laisser penser que les observables ont des valeurs bien
définies mais que l’on ne peut pas mesurer avec précision. Or ce n’est pas le cas,
c’est une indétermination qui n’est pas seulement liée à l’appareil de mesure,
mais intrinsèque à l’ensemble appareil de mesure et système. Ce n’est pas une
incertitude ∆G au sens classique du terme, le plus souvent liée à la précision de
l’appareil de mesure. C’est l’impossibilité de prédire le résultat de la mesure, le
système n’ayant pas de valeurs bien définies.
Si les observables  et B̂ ne commutent pas et si le système est préparé
dans un état propre de Â, la mesure donnera toujours la même valeur propre
et σA = 0. Mais en vertu du principe précédent σB = ∞. Une prédiction fiable
sur la mesure de B̂ sera impossible. Plus on pourra prédire les résultats de la
mesure d’une observable  avec précision et plus il sera difficile de le faire pour
l’observable B̂ qui ne commute pas, et réciproquement.

14.5.3 Diagonalisation conjointe.


Théorème : Si [Â, B̂] = 0 ⇔ il existe une base de vecteurs propres communs.

En représentation matricielle on peut donc diagonaliser les deux opérateurs


dans la base commune.

󰀳 󰀴 󰀳 󰀴
a1 0 ... ... 0 b1 0 ... ... 0
󰁅 .. .. .. 󰁆 󰁅 .. .. .. 󰁆
󰁅0 . . .󰁆 󰁅0 . . .󰁆
󰁅 󰁆 󰁅 󰁆
󰁅 .. 󰁆 󰁅 .. 󰁆
 = 󰁅 ... ..
. ai
..
. .󰁆 B̂ = 󰁅 ... ..
. bi
..
. .󰁆
󰁅 󰁆 󰁅 󰁆
󰁅. .. .. 󰁆 󰁅. .. .. 󰁆
󰁃 .. . . 0󰁄 󰁃 .. . . 0󰁄
0 ... ... 0 an 0 ... ... 0 bn

Et les deux observables ayant des états propres communs il est possible
de mesurer avec certitudes les deux observables simultanément, si elles sont
préparées dans un état propre. Les deux possèdent alors des valeurs bien définies
(a1 et b1 , a2 et b2 , etc ...)

On dit alors que  et B̂ sont des observables compatibles.

14.5.4 Exemple.

[X̂, P̂x ] = i󰄁Iˆ

󰄁
σ X σ Px ≥
2
C’est la relation d’incertitude d’Heinsenberg sur la position et l’impulsion.
Les deux observables sont incompatibles et ne peuvent être connues simul-
tanément avec une précision illimitée. Cependant la très faible valeur de 󰄁 ex-
plique le fait qu’à notre échelle ce phénomène passe complètement inaperçu.

85
14.6 L’opérateur de rotation.
On s’intéresse à l’opérateur qui réalise une rotation d’un angle θ autour d’un
axe 󰂓u.
R̂(󰂓u,θ) |ψ〉 = |ψ ′ 〉
En représentation position, ψ ′ (󰂓r) = 〈󰂓r|ψ ′ 〉 = ψ( R−1
(θ,󰂓
r) (󰂓r)) = ψ(R(−θ,󰂓r) (󰂓r))
󰁿 󰁾󰁽 󰂀
Rotation inverse

L’opérateur R̂ est unitaire. En effet, si on calcule le carré de la norme de


|ψ ′ 〉 : 󰁝󰁝󰁝 󰁝󰁝󰁝
〈ψ ′ |ψ ′ 〉 = d3󰂓r|ψ ′ (󰂓r)|2 = d3󰂓r|ψ(R(−θ,󰂓r) (󰂓r))|2

et en posant le changement de variable r󰂓′ = R(−θ,󰂓r) (󰂓r)


󰁝󰁝󰁝
〈ψ ′ |ψ ′ 〉 = d3 r󰂓′ |ψ ′ (r󰂓′ )|2 = 〈ψ ′ |ψ ′ 〉

Les rotations dans l’espace ont un jacobien de 1 et conservent donc les vo-
lumes élémentaires.

L’opérateur étant unitaire on peut procéder de la même manière qu’avec les


autres opérateurs :

iδθ ˆ
R̂(󰂓u,δθ) = Iˆ − J󰂓u
󰄁
Tout comme l’hamiltonien Ĥ était le générateur des translations dans le
temps, l’opérateur impulsion P̂ le générateur des translations dans l’espace,
l’opérateur Jˆ est le générateur des rotations.

14.7 Le générateur des rotations.


14.7.1 En représentation position
En représentation position évaluons l’action de R̂.

〈󰂓r|R̂(󰂓u,δθ) |ψ〉 = 〈󰂓r|ψ ′ 〉 = ψ ′ (󰂓r)

ψ ′ (󰂓r) = ψ(󰂓r − δ󰂓r)


Où δ󰂓r correspond au déplacement causé par la rotation élémentaire d’angle
δθ autour de l’axe 󰂓u.
δ󰂓r = δθ 󰂓u ∧ 󰂓r
On peut retrouver cette formule à partir du vecteur vitesse angulaire

󰂓 ∧ 󰂓(r)
󰂓v = ω

d󰂓r dθ
= 󰂓u ∧ 󰂓r
dt dt
On a donc :

86
ψ ′ (󰂓r) = ψ(󰂓r − δθ 󰂓u ∧ 󰂓r)
En effectuant un développement limité au premier ordre :

󰂓
ψ(󰂓r − δ󰂓r) = ψ(󰂓r) − (δ󰂓r.∇)ψ(󰂓
r)
󰂓 r)
= ψ(󰂓r) − δθ (󰂓u ∧ 󰂓r).∇ψ(󰂓
On a un produit mixte qui est invariant par permutation circulaire (󰂓u∧󰂓v ).w
󰂓=
󰂓 ∧ 󰂓u).󰂓v = (󰂓v ∧ w).󰂓
(w 󰂓 u.

󰂓 uψ(󰂓r)
〈󰂓r|R̂(󰂓u,δθ) |ψ〉 = ψ(󰂓r) − δθ (󰂓r ∧ ∇).󰂓
Et comparons avec R̂(󰂓u,δθ) = Iˆ − iδθ ˆ
󰄁 J󰂓u qui donne :
iδθ
〈󰂓r|R̂(󰂓u,δθ) |ψ〉 = 〈󰂓r|ψ〉 − 〈󰂓r|J󰂓u |ψ〉
󰁿 󰁾󰁽 󰂀 󰄁
ψ(󰂓
r)

󰂓 uψ(󰂓r)
On voit que 〈󰂓r|J󰂓u |ψ〉 = −i󰄁(󰂓r ∧ ∇).󰂓
ˆ
En posant J󰂓 = −i󰄁 󰂓r ∧ ∇ 󰂓 on a finalement :

󰂓ˆ u ψ(󰂓r)
〈󰂓r|J󰂓u |ψ〉 = J.󰂓
ˆ
On a donc trouvé l’expression de l’opérateur J󰂓 en représentation position.
Et on peut remarquer que :
ˆ 󰂓 = 󰂓r ∧ P󰂓ˆ
J󰂓 = 󰂓r ∧ −i󰄁∇

C’est le moment cinétique. Le moment cinétique est donc le générateur des


rotations.
󰂓ˆ puis-
Remarque : En représentation position 󰂓r est équivalent à l’opérateur R
ˆ
󰂓 r〉 = 󰂓r|󰂓r〉.
qu’on a vu que R|󰂓

ˆ 󰂓ˆ 󰂓ˆ
J󰂓 = R ∧P

14.7.2 Les relations de commutation caractéristiques.


ˆ
Explicitons J󰂓 :
󰀳 󰀴 󰀳 󰀴 󰀳 󰀴
X̂ P̂x Ŷ P̂z − Ẑ P̂y
ˆ
J󰂓 = 󰁃 Ŷ 󰁄 ∧ 󰁃P̂y 󰁄 = 󰁃 Ẑ P̂x − X̂ P̂z 󰁄
Ẑ P̂z X̂ P̂y − Ŷ P̂x

Ce qui en représentation position peut encore s’écrire :


󰀳 ∂ ∂ 󰀴
y ∂z − z ∂y
ˆ
J󰂓 = −i󰄁 󰁃z ∂x
∂ ∂ 󰁄
− x ∂z
∂ ∂
x ∂y − y ∂x

Calculons le commutateur [Jˆx , Jˆy ] :

87
[Jˆx , Jˆy ] = Jˆx Jˆy − Jˆy Jˆx
∂ ∂ ∂ ∂ ∂ ∂ ∂ ∂
= −󰄁2 [(y − z )(z − x ) − (z − x )(y − z )]
∂z ∂y ∂x ∂z ∂x ∂z ∂z ∂y
∂ ∂ ∂2 ∂2 ∂2 ∂2 ∂2 ∂2 ∂ ∂
= −󰄁2 [(y (z )−xy 2 −z 2 +xz )−(yz −z 2 −xy 2 +x (z ))]
∂z ∂x ∂z ∂x∂y ∂y∂z ∂x∂z ∂x∂y ∂z ∂z ∂y
∂ ∂ ∂2 ∂2 ∂ ∂
= −󰄁2 [(y (z ) + xz ) − (yz + x (z ))]
∂z ∂x ∂y∂z ∂x∂z ∂z ∂y
∂ ∂2 ∂2 ∂2 ∂ ∂2
= −󰄁2 [(y + yz + xz ) − (yz +x + xz )]
∂x ∂x∂z ∂y∂z ∂x∂z ∂y ∂y∂z
∂ ∂
[Jˆx , Jˆy ] = −󰄁2 (y −x )
∂x ∂y
󰂓ˆ
On reconnaı̂t la composante z de J.

[Jˆx , Jˆy ] = i󰄁Jˆz

On obtiendrait de la même manière :

[Jˆy , Jˆz ] = i󰄁Jˆx

[Jˆz , Jˆx ] = i󰄁Jˆy

Ces relations sont inhérentes à la structure des rotations dans l’espace et on


les retrouve avec l’opérateur Spin. L’opérateur spin est donc un opérateur de
moment cinétique.

88
Cinquième partie

Équation de Schrödinger et
”quantification” des
systèmes classiques.

89
Chapitre 15

Système élémentaire
(”particule”) libre dans
l’espace 3D.

15.1 Hamiltonien et équation de Schrödinger.


En physique classique, une particule libre de masse m (qui n’est soumise à
aucune force) a pour seule énergie son énergie cinétique :

1 p2
E= mv 2 =
2 2m
En remplaçant par les opérateurs quantiques correspondants on obtient :

P̂ 2
Ĥ =
2m

15.1.1 À une dimension.


L’équation de Schrödinger s’écrit :

i󰄁 |ψ(x, t)〉 = Ĥ|ψ(x, t)〉
∂t
En représentation position :

∂ 〈x|P̂x2 |ψ〉 −󰄁2 ∂ 2 ψ


i󰄁 〈x|ψ〉 = 〈x|Ĥ|ψ〉 = =
∂t 2m 2m ∂x2

∂ψ −󰄁2 ∂ 2 ψ
i󰄁 =
∂t 2m ∂x2
C’est l’équation de Schrödinger pour une particule libre.

90
15.1.2 À trois dimensions.

P̂ 2 = P̂ .P̂ = P̂x2 + P̂y2 + P̂z2


Et l’équation devient :

∂ψ −󰄁2
i󰄁 = ∆ψ
∂t 2m

15.2 Les états stationnaires.


On a vu que les états propres de l’Hamiltonien n’évoluaient pas dans le
temps, à un facteur de phase près, ce sont donc des états stationnaires. Les
états stationnaires sont donc les états |ψ〉 qui vérifient :

Ĥ|ψ〉 = E|ψ〉

15.2.1 En représentation position.

−󰄁2
∆ψ(󰂓r) = Eψ(󰂓r)
2m
C’est une équation différentielle linéaire du second degré dont les solutions
ont la forme d’une onde plane.
󰂓
ψ(󰂓r) = Aeik.󰂓r

Explicitons le Laplacien :
󰂓
∆ = div(grad) 󰂓 ∇
= ∇. 󰂓

󰂓 r) = A i󰂓k ei󰂓k.󰂓r
∇ψ(󰂓
󰀳 ∂ i(kx x+ky y+kz z) 󰀴 󰀳 󰀴
∂x e kx
󰂓 r) = A 󰁃 ∂ ei(kx x+ky y+kz z) 󰁄 = Ai 󰁃ky 󰁄 ei(kx x+ky y+kz z) )
(En coordonnées cartésiennes, ∇ψ(󰂓 ∂y
∂ i(kx x+ky y+kz z) kz
∂z e
Et en appliquant la divergence :

󰂓 r) = −A k 2 e󰂓k.󰂓r
󰂓 ∇ψ(󰂓
∇.

On a donc finalement :

󰄁2 k 2 󰂓k.󰂓r 󰂓
Ae = EAek.󰂓r
2m

󰄁2 k 2
E=
2m
p2
Que l’on peut réécrire E = 2m si on pose p󰂓 = 󰄁󰂓k.

91
Remarque : Les vecteurs propres du Hamiltonien sont donc de la forme
󰂓
ψ(󰂓r) = Aeik.󰂓r et n’appartiennent pas à l’espace des états. Ils ne sont pas de
carré sommable. On les a déjà rencontrés, ce sont les kets généralisés |p〉. La
ipx
1
fonction associée était la fonction ωp = √2π󰄁 e 󰄁 à une dimension. Ce qui donne
1 i󰂓
p.󰂓
r
1 󰂓
en 3 dimensions 3 e 󰄁 = 3 eik.󰂓r .
(2π󰄁) 2 (2π󰄁) 2

15.2.2 En représentation impulsion.


On cherche à évaluer 〈p|Ĥ|ψ〉 = 〈p|E|ψ〉

P̂ 2
〈p| |ψ〉 = 〈p|E|ψ〉
2m

On peut faire agir l’opérateur P̂ 2 qui est hermitien sur le bras 〈p| :

P̂ 2
〈p|ψ〉 = E〈p|ψ〉
2m

p2
ψ̃(p) = E ψ̃(p)
2m
Attention, cette équation doit être valable ∀p !
En terme de fonction la seule solution acceptable serait ψ̃(p) = 0. Ce qui
n’aurait pas de sens, toutes les valeurs propres E étant possibles.
C’est pourquoi il faut utiliser une distribution.

p2
ψ̃(p) = δ( − E)
2m
On peut réécrire l’équation :

p2
( − E)ψ̃(p) = 0
2m
La distribution précédente étant bien une solution.

p2 p2
( − E)δ( − E) = 0
2m 2m
2
p
Chaque fois que E ∕= 2m le terme de droite est nul et sinon c’est celui de
gauche.
Et si on repasse en représentation position :
󰁝 +∞
1 ipx
ψ(x) = √ ψ̃(p)e 󰄁 dp
2π󰄁 −∞
󰁝 +∞
1 p2 ipx
ψ(x) = √ δ( − E)e 󰄁 dp
2π󰄁 −∞ 2m
1 ipx
ψ(x) = √ e 󰄁
2π󰄁
On retrouve bien la même expression.

92
15.2.3 Remarque.
On vient de résoudre l’équation de Schrödinger indépendante du temps. On
parle d’états stationnaires mais on a vu que les états propres de l’hamiltonien
|ψE 〉 dépendent du temps, mais avec juste un facteur de phase (dont l’expression
est donnée par l’équation de Schrödinger ”dépendante du temps”.) :
−iEt
|ψE (t)〉 = e 󰄁 |ψE (0)〉

On peut donc écrire ces états propres en séparant la partie spatiale et la


partie temporelle :
ψ(󰂓r, t) = ϕ(󰂓r)f (t)
L’équation de Schrödinger en représentation position :

−󰄁2
∆ψ(r,󰂓 t) = Eψ(r,󰂓 t)
2m
−󰄁2
∆(ϕ(󰂓r)f (t)) = Eϕ(󰂓r)f (t))
2m
En sortant f(t) du Laplacien et en simplifiant par f(t) des deux côtés on
retrouve bien l’équation indépendante du temps :

−󰄁2
∆ϕ(󰂓r) = Eϕ(󰂓r)
2m

15.3 Évolution d’un état quelconque.


Pour les états stationnaires, vecteurs propres de l’Hamiltonien, on a vu que :
−iEt
|ψE (t)〉 = e 󰄁 |ψE (0)〉

Pour un état quelconque :


󰁝󰁝󰁝
|ψ(0)〉 = p|ψ(0)〉 |p〉d3 p󰂓
〈󰂓
󰁿 󰁾󰁽 󰂀
ψ̃0 (p)

󰁝󰁝󰁝
−ip2 t
|ψ(t)〉 = ψ0˜(p)e 2m󰄁 |p〉d3 p󰂓

15.4 Conservation de p.
ˆ
p〉 = 〈ψ(t)|P󰂓 |ψ(t)〉
Rappels : 〈󰂓
et pour une observable Ĝ, ∂〈∂tĜ〉 = −i
󰄁 〈[Ĝ, Ĥ]〉

Si une observable commute avec l’Hamiltonien alors la valeur moyenne de la


grandeur mesurée ne changera pas.
ˆ 󰂓ˆ2 ˆ
Or P󰂓 commute forcément avec l’Hamiltonien puisque Ĥ = 2m P
. (P󰂓 commute
ˆˆ ˆ ˆ
avec lui même ou avec son carré, P󰂓 P󰂓 2 − P󰂓 2 P󰂓 = 0)
Pour une particule libre l’impulsion est donc bien conservée.

93
15.5 Évolution de la position.
󰂓ˆ
On procède comme précédement mais avec R.

󰂓ˆ
∂〈R〉 i 󰂓ˆ
= 〈[Ĥ, R]〉
∂t 󰄁

∂〈R〉 󰂓ˆ i
= 󰂓ˆ
〈[P̂ 2 , R]〉
∂t 2m󰄁
i 󰂓ˆ = i 〈[P̂x2 , R] 󰂓ˆ + [P̂y2 , R]
󰂓ˆ + [P̂z2 , R]〉
󰂓ˆ
= 〈[P̂ 2 + P̂y2 + P̂z2 , R]〉
2m󰄁 x 2m󰄁
Calculons un commutateur :

󰂓ˆ = [P̂x2 , X̂]󰂓ux
[P̂x2 , R]

car P̂x commute avec Ŷ et Ẑ donc seul la composante du commutateur


suivant x n’est pas nulle. On calcule ensuite cette composante :

= P̂x P̂x X̂ − X̂ P̂x P̂x

= P̂x P̂x X̂(−P̂x X̂ P̂x + P̂x X̂ P̂x ) − X̂ P̂x P̂x

= P̂x [P̂x , X̂] +[P̂x , X̂]P̂x


󰁿 󰁾󰁽 󰂀
−i󰄁Iˆ

= −2i󰄁P̂x
On a finalement :

󰂓ˆ
∂〈R〉 i
= 󰂓ˆ + [P̂y2 , R]
〈 [P̂ 2 , R] 󰂓ˆ + [P̂z2 , R]
󰂓ˆ 〉
∂t 2m󰄁 󰁿 x󰁾󰁽 󰂀 󰁿 󰁾󰁽 󰂀 󰁿 󰁾󰁽 󰂀
−2i󰄁P̂x 󰂓
ux −2i󰄁P̂y 󰂓
uy −2i󰄁P̂z 󰂓
uz

󰀳 󰀴
󰂓ˆ P̂
∂〈R〉 1 󰁃 x󰁄 1 ˆ
= 〈 P̂y 〉 = 〈P󰂓 〉
∂t m m
P̂z
ˆ
Confirmant que l’opérateur P󰂓 est bien l’opérateur associé à l’impulsion.

ˆ 󰂓ˆ
∂〈R〉
〈P󰂓 〉 = m
∂t
p
Physique classique : 󰂓r(t) = 󰂓r(0) + t
m
p2
E= Physique quantique :
m
ˆ
d󰂓
p 〈P󰂓 2 〉
=0 〈Ĥ〉 =
dt m

94
ˆ ˆ
d〈P󰂓 〉 󰂓ˆ 〈P󰂓 〉
=0 〈R〉(t) = 〈󰂓r〉(0) + t
dt m

95
Chapitre 16

”Particule” (système
élémentaire) soumise à un
potentiel V (󰂓r).

16.1 L’équation de Schrödinger.


Avec le potentiel, la particule n’est plus libre et l’énergie potentielle s’ajoute
à l’énergie cinétique. L’équation s’écrit cette fois :

∂|ψ〉 P̂ 2
i󰄁 = Ĥ|ψ〉 = |ψ〉 + V̂ (󰂓r)|ψ〉
∂t 2m
On pratique comme précédemment en introduisant un opérateur quantique
associé à l’énergie potentielle. Les lois physiques observables depuis toujours à
notre échelle n’étant qu’une conséquence des lois quantiques plus profondes.

16.2 Les états stationnaires.


On recherche les solutions (vecteurs propres de l’Hamiltonien) de l’équation
de Schrödinger indépendante du temps :
Ĥ|ψE 〉 = E|ψE 〉
P̂ 2
|ψE 〉 + V̂ (󰂓r)|ψE 〉 = E|ψE 〉
2m
Faisons le en représentation position :
P̂ 2
〈󰂓r| |ψE 〉 + 〈󰂓r|V̂ (󰂓r)|ψE 〉 = E〈󰂓r|ψE 〉
2m
On obtient finalement :

−󰄁2
∆ψE (󰂓r) + V (󰂓r)ψE (󰂓r) = EψE (󰂓r)
2m
En représentation 󰂓r , 〈󰂓r|V̂ (󰂓r)|ψE 〉 = V (󰂓r)ψE (󰂓r) puisque l’opérateur ne dépendant
que de 󰂓r on a 〈󰂓r|V̂ (󰂓r) = V (󰂓r)〈󰂓r|.

96
16.3 Apparence classique ”en moyenne”.
16.3.1 Position.

󰂓ˆ
d〈R〉 i 󰂓ˆ
= 〈[Ĥ, R]〉
dt 󰄁
i P̂ 2 󰂓ˆ 󰂓ˆ 〉
= 〈[ , R] + [V̂ (󰂓r), R]
󰄁 2m 󰁿 󰁾󰁽 󰂀
0

󰂓ˆ On retrouve alors
L’opérateur V̂ ne dépendant que de 󰂓r , il commute avec R.
la même expression que pour la particule libre.

󰂓ˆ
d〈R〉
ˆ
〈P󰂓 〉
=
dt m

16.3.2 Impulsion.

ˆ
d〈P󰂓 〉 i ˆ
= 〈[Ĥ, P󰂓 ]〉
dt 󰄁
i P̂ 2 󰂓ˆ ˆ
= 〈[ , P ] +[V̂ (󰂓r), P󰂓 ]〉
󰄁 󰁿2m󰁾󰁽 󰂀
0

ˆ
d〈P󰂓 〉 i ˆ
= 〈[V̂ (󰂓r), P󰂓 ]〉
dt 󰄁
Cette fois l’impulsion varie dans le temps, nous allons calculer le commuta-
teur à une dimension :

〈x|[V̂ (x), P̂x ]|ψ〉 = 〈x|V̂ (x)P̂x |ψ〉 − 〈x|P̂x V̂ (x)|ψ〉


∂ψ(x) ∂
= −i󰄁V (x) + i󰄁 (V (x)ψ(x))
∂x ∂x
∂ψ(x) ∂V (x) ∂ψ(x)
= −i󰄁V (x) + i󰄁 ψ(x) + i󰄁V (x)
∂x ∂x ∂x
∂V (x)
= i󰄁 ψ(x)
∂x
∂V (x)
〈x|[V̂ (x), P̂x ]|ψ〉 = i󰄁 〈x|ψ〉
∂x
Il reste à calculer la moyenne de ce commutateur en introduisant la relation
de fermeture.
󰁝 +∞
〈ψ|[V̂ (x), P̂x ]|ψ〉 = |x〉〈x|
〈ψ|x〉〈x| dx
|x〉〈x|[V̂ (x), P̂x ]|ψ〉dx
−∞
󰁝 +∞
∂V (x)
= ψ(x)∗ i󰄁 ψ(x)dx
−∞ ∂x

97
󰁝 +∞
∂V (x)
= i󰄁 |ψ(x)|2 dx
−∞ ∂x
On reconnaı̂t le terme correspondant à la densité de probabilité, on a donc
par définition :

∂V (x)
= i󰄁〈 〉
∂x
En reprenant l’équation départ et en généralisant maintenant à trois dimen-
sions :
ˆ
d〈P󰂓 〉 ∂V (󰂓r) ∂V (󰂓r) ∂V (󰂓r)
= −(〈 〉󰂓ux + 〈 〉󰂓uy + 〈 〉󰂓uz )
dt ∂x ∂y ∂z

ˆ
d〈P󰂓 〉 󰂓 V̂ 〉
= −〈∇
dt
On retrouve l’expression utilisée en physique classique
󰁓 Newtonienne, mais
sans avoir eu besoin d’utiliser la notion de force. ( F󰂓 = m󰂓a = d󰂓 p 󰂓
dt et F =
󰂓 ).
−∇V
Le potentiel vient remplacer cette notion de force.

16.4 La conservation locale de la probabilité.


16.4.1 L’interprétation probabiliste de la fonction d’onde.
La fonction d’onde en représentation position s’écrit :

ψ(󰂓r, t) = 〈󰂓r|ψ(t)〉

|ψ(r,󰂓 t)|2 correspond à la densité de probabilité de trouver la particule en 󰂓r


si on mesure sa position à l’instant t.
On utilise la densité de probabilité car la probabilité sur une continue de
mesurer une valeur exacte est nulle partout. Par contre cette probabilité peut
se mesurer sur un petit intervalle. La probabilité de trouver la particule entre 󰂓r
et 󰂓r + d󰂓r est proportionnelle à l’intervalle et vaut |ψ(r,󰂓 t)|2 d3󰂓r.
On parle de densité de probabilité de présence de la particule en 󰂓r à l’ins-
tant t, comme si la particule était répartie dans l’espace avec une densité
ρ(r,󰂓 t) = |ψ(r,󰂓 t)|2 .

Attention, il ne faut pas imaginer que la particule possède une position bien
définie avant la mesure. Position que l’on ne connaitrait qu’avec une certaine
probabilité. La particule n’a pas de position dans l’espace bien définie. C’est son
interaction avec l’appareil de mesure qui lui est localisé (approximativement, en
vertu du même principe) qui permet de trouver la particule en un point de l’es-
pace lors de la mesure. C’est cette probabilité d’interaction avec l’appareil de
mesure au voisinage d’un point de l’espace qu’il est possible de calculer.Une fois
la mesure réalisée, la particule sera effectivement localisée là où on l’a trouvée
et ne sera plus dans le même état, avec la même fonction d’onde.

98
16.4.2 La conservation locale.
Existe-t-il une loi de conservation locale de la densité de probabilité de
présence de la particule à l’instant t, ρ(r,󰂓 t) = |ψ(r,󰂓 t)|2 ?

Si à un instant donné on a une grande chance de trouver la particule en un


endroit de l’espace et qu’un peu plus tard cette forte probabilité de présence
se trouve plus loin, cette variation de probabilité ne s’est sans doute pas faite
brutalement. Le pic de probabilité s’est sans doute déplacé de façon continue
dans l’espace.
Observons la variation de ρ(󰂓r′ t) dans le temps en représentation position :

dρ(󰂓r′ t) d|ψ(r,󰂓 t)|2


=
dt dt
dψψ ∗ dψ ∗ dψ ∗
= ψ +ψ
dt dt dt
Et en utilisant l’équation de Schrödinger i󰄁 dψ
dt = Ĥψ :

i i
= − ψ ∗ Ĥψ + ψ Ĥψ ∗
󰄁 󰄁
󰄁 2
Et on a vu que Ĥψ = − 2m ∆ψ + V ψ.
󰄁i ∗ i 󰄁i i
= ψ ∆ψ − ψ ∗ V ψ − ψ∆ψ ∗ + ψV ψ ∗
2m 󰄁 2m 󰄁
󰄁i ∗
= (ψ ∆ψ − ψ∆ψ ∗ )
2m
󰄁i 󰂓 ∗ − ψ ∗ ∇ψ)
󰂓
Posons 󰂓j = 2m (ψ ∇ψ et calculons sa divergence :

󰂓 󰂓j = 󰄁i (∇ψ.
∇. 󰂓 ∇ψ
󰂓 ∗ + ψ ∇.
󰂓 ∇ψ
󰂓 ∗ − ∇ψ
󰂓 ∗ .∇ψ
󰂓 − ψ ∗ ∇.
󰂓 ∇ψ)
󰂓
2m
󰂓 󰂓j = 󰄁i (ψ∆ψ ∗ − ψ ∗ ∆ψ)
∇.
2m
On a donc au final :

dρ(󰂓r′ t) 󰂓 󰂓j
= −∇.
dt
dρ(󰂓r, t) 󰂓 󰂓
+ ∇.j = 0
dt
Cette équation correspond bien à une conservation locale de la densité de
probabilité de présence ρ(󰂓r, t).

On peut le voir par analogie avec l’électricité.


Pour une charge électrique répartie dans l’espace ρ(󰂓r, t), la conservation de
la charge peut s’écrire dQ
dt = 0. Mais une charge ne peut pas disparaı̂tre en
un point de l’espace pendant qu’une autre apparaı̂trait ailleurs instantanément.
Tout simplement car la notion d’instantanéité dépend du référentiel choisie (re-
lativité restreinte). Dans certains référentiels la première charge disparaı̂trait
avant l’apparition de la seconde et dans d’autres ce serait l’inverse.

99
Si la charge varie à l’intérieur d’un petit élement de volume c’est󰁕󰁕qu’un
courant 󰂓j traverse la surface de ce volume élémentaire et dq 󰂓
󰂓jdS.
󰁕󰁕󰁕 dt = −
On a q = ρ(󰂓r, t)dV et en utilisant le théorème de Green-Ostrogradsky
󰁕󰁕 󰁕󰁕󰁕
󰂓=
󰂓jdS div(󰂓j)dV .
La conservation locale de la charge peut donc s’écrire :
󰁝󰁝󰁝 󰁝󰁝󰁝
dq d
= ρ(󰂓r, t)dV = − div(󰂓j)dV
dt dt
󰁝󰁝󰁝
dρ(󰂓r, t)
[ + div(󰂓j)]dV = 0
dt
dρ(󰂓r, t) 󰂓 󰂓
+ ∇.j = 0
dt
On retrouve bien la même équation.

En électricité, 󰂓j = ρ󰂓v . Essayons de voir si on peut retrouver quelque chose


d’analogue en mécanique quantique.

16.4.3 Dans le cas d’une onde plane.


2

On a Ĥ = 2m avec comme vecteurs propres pour l’Hamiltonien, les vecteurs
󰂓 󰄁i 󰂓 ∗ − ψ ∗ ∇ψ)
󰂓
|󰂓
p〉. L’expression j = 2m (ψ ∇ψ est écrite avec les fonctions d’ondes
en représentation position 〈󰂓r|ψ〉 = ψ(󰂓r). On va donc utiliser la représentation
position de |󰂓
p〉 que l’on a déjà rencontrée :
1 i󰂓
p.󰂓
r
〈󰂓r|󰂓
p〉 = 3 e 󰄁

(2π󰄁) 2

i󰂓
p.󰂓
r
ψp (󰂓r) = Ae 󰄁

Où A est la constante de normalisation et |ψp (󰂓r)|2 = AA∗ = A2


En introduisant cette fonction d’onde, solution de l’état stationnaire, dans
l’expression de 󰂓j :

󰂓j = 󰄁i (Ae 󰄁 ∇Ae
i󰂓
p.󰂓
r −i󰂓
p.󰂓
r −i󰂓
p.󰂓
r i󰂓
p.󰂓
r
󰂓 󰄁 − Ae 󰄁 ∇Ae󰂓 󰄁 )
2m
−i󰂓
p.󰂓
r −i󰂓
p.󰂓
r
󰂓
Et ∇Ae = − i󰂓
p
󰄁 Ae , d’où :
󰄁 󰄁

󰂓j = 󰄁i (−Ae 󰄁 i󰂓
i󰂓 r p
p.󰂓 −i󰂓
p.󰂓
r −i󰂓 r i󰂓
p.󰂓 p i󰂓p.󰂓r
Ae 󰄁 − Ae 󰄁 Ae 󰄁 )
2m 󰄁 󰄁
󰂓j = 󰄁i (−A2 i󰂓 p i󰂓
p
− A2 )
2m 󰄁 󰄁
󰂓j = A2 p󰂓
m

󰂓j = |ψ|2 p󰂓
m
L’analogie est parfaite avec la densité de courant électrique !

100
Chapitre 17

Exemple d’un puit de


potentiel à une dimension.

17.1 Commentaire général.


17.1.1 Idéalisation d’une situation physique courante.
En physique classique on rencontre fréquemment des puits de potentiel.

Le système est stable au fond du puit. Si on l’écarte de cette position


d’équilibre il va osciller. Transformant son énergie potentielle en énergie cinétique
et réciproquement. Pour un potentiel de forme parabolique, on retrouve les
équations de l’oscillateur harmonique. Un ressort parfait par exemple.

On va simplifier la situation en prenant une forme carré pour le potentiel.

101
Une particule placée dans un tel potentiel reste piégée au fond. Le potentiel
passe brusquement d’une valeur à une autre. Pour franchir la barrière de po-
tentiel et vérifier la conservation de l’énergie il faudrait que l’énergie cinétique
devienne négative, ce qui n’est pas possible.

17.1.2 Définition à une constante près.


En physique classique le potentiel est défini à une constante près. Le poten-
󰂓 V . Or le gradient
tiel se manifeste à travers les forces sous la forme F󰂓 = −grad
󰂓 󰂓
ne change pas à une constante près. grad V = grad (V + V0 ).

En physique quantique, pas de force. Mais le potentiel intervient dans l’ex-


pression de l’Hamiltonien. Or les vecteurs propres de l’Hamiltonien ne changent
pas non plus si on ajoute un terme constant. Si |ψE 〉 est vecteur propre de Ĥ :
Ĥ|ψE 〉 = E|ψE 〉
ˆ E 〉 = Ĥ|ψE 〉 + E0 I|ψ
(Ĥ + E0 I)|ψ ˆ E 〉 = (E + E0 )|ψE 〉
Le potentiel peut donc être défini à une constante près, ce qui va nous per-
mettre pour simplifier les calculs de prendre, pour l’un des potentiels du puit,
un potentiel nul.

17.2 Hamiltonien et équation de Schrödinger.


On va prendre le potentiel suivant :

102
V =0 V =0

zone 1 zone 2 zone 3

(x < 0) (0 < x < L) (x > L)

V = −V0

On distingue trois zones. La zone 1, avec un potentiel nul pour les x négatifs.
La zone 2, le ”puit” avec un potentiel −V0 sur une certaine distance L à partir
de x = 0. La zone 3, avec un potentiel à nouveau nul pour x < L.

Pour la zone 1 et 3 :
L’équation de Schrödinger va s’écrire :

d|ψ〉 P̂ 2
i󰄁 = Ĥ|ψ〉 = |ψ〉
dt 2m
Le potentiel étant nul on retrouve l’Hamiltonien de la particule libre. On
peut ensuite l’écrire en représentation position :

∂〈x|ψ〉 P̂ 2 󰄁2 ∂ 2 ψ(x, t)
i󰄁 = 〈x| |ψ〉 = −
∂t 2m 2m ∂x2
Avec la séparation possible des parties spatiales et temporelles :
iEt
ψ(x, t) = ϕ(x)e− 󰄁 = ϕ(x)e−iωt

Et en retirant la partie temporelle dont on connaı̂t l’évolution, on obtient


l’équation indépendante du temps :

󰄁2 ∂ 2 ϕ(x)
− = Eϕ(x)
2m ∂x2
∂ 2 ϕ(x) 2m
+ 2 Eϕ(x) = 0
∂x2 󰄁
Equation différentielle du second degré dont les solutions générales sont de
la forme eikx .
2m ikx
−k 2 eikx + Ee =0
󰄁2
󰁵
2mE
k=
󰄁2
On voit qu’il existe deux cas possible, E > et k est réel ou E < 0 et k est
imaginaire pur.

• Si E >, la particule a une énergie supérieure au puit.


La solution la plus générale est de la forme :

ϕE (x) = Aeikx + Be−ikx

103
On peut remarquer en rajoutant la partie temporelle :

ψE (x, t) = Aeikx e−iωt + Be−ikx e−iωt


i(kx−ωt) −i(kx+ωt)
= Ae
󰁿 󰁾󰁽 󰂀 + Be
󰁿 󰁾󰁽 󰂀
Onde progressive vers +x Onde progressive vers -x

Selon les valeurs de A et B on peut donc avoir une onde qui se déplace sui-
vant les x croissants, suivant les x décroissants ou bien une onde stationnaire.

• Si E < 0 : k est imaginaire pur et peut s’écrire k = k0 i avec k0 ∈ R.


Les solutions sont alors de la forme :

ϕE (x) = Ae−k0 x + Bek0 x

Deux cas se distinguent à nouveau.


Si la particule est dans la zone 1, x < 0 et si on souhaite que la fonction
d’onde soit normalisable il faut imposer A=0, car autrement le premier terme
diverge vers l’infini.
La solution est donc de la forme ϕE (x) = Bek0 x .
Cette solution n’est pas nulle mais tend rapidement vers 0 dans le sens des
x décroissants, lorsqu’on s’éloigne du puit.

Si la particule est dans la zone 3, x > 0 et si on souhaite que la fonction


d’onde soit normalisable il faut imposer cette fois B=0, car autrement c’est le
second terme qui diverge vers l’infini.
La solution est donc de la forme ϕE (x) = Ae−k0 x .
On a de nouveau une décroissance exponentielle mais cette fois dans le sens
des x croissants, toujours en s’éloignant du puit.

Pour la zone 2 :
L’Hamiltonien va s’écrire maintenant :

P̂ 2
Ĥ = − V0 Iˆ
2m
L’Hamiltonien ne change qu’à une constante près. Comme vu précédemment
il conserve ses vecteurs propres et toute l’étude précédente sur la particule libre
reste valable avec ce potentiel constant. Il y aura juste un décalage des valeurs
propres, l’énergie. On a maintenant E = 󰄁2m
2 ′2
k
− V0 .
󰁵
2m(E + V0 )
D’où k ′ =
󰄁2
Cette fois k’ reste réel pour des E négatifs jusqu’à −V0 (le fond du puit).
Une onde peut donc exister de la forme :
′ ′
ϕ(x) = Aeik x + Be−ik x
Au final, pour une énergie E > 0 l’onde existe pour tous les x.
Mais pour une énergie −V0 < E < 0, l’onde n’existe que dans le puit et la
fonction d’onde (dont la norme au carré correspond à la probabilité de trouver
la particule) décroit exponentiellement en dehors du puit.

104
Les solutions sont alors de la forme :

Zone 1 : ϕ1 (x) = Aekx


′ ′
Zone 2 : ϕ2 (x) = Beik x + Ce−ik x
Zone 3 : ϕ3 (x) = De−kx
On a donc 4 inconnues complexes A,B,C et D soit 8 inconnues réelles.
Mais le système a des contraintes. La continuité de la densité de probabilité
de présence de la particule impose à ϕ(x) et 󰂓j d’être continus. Et 󰂓j n’est continu
que si ϕ′ (x) l’est. On a donc 4 contraintes complexes (8 réelles) :

ϕ1 (0) = ϕ2 (0) et ϕ′1 (0) = ϕ′2 (0)


ϕ2 (L) = ϕ3 (L) et ϕ′2 (L) = ϕ′3 (L)
Mais on peut normaliser les fonctions d’onde et changer le facteur de phase.
On pourrait par exemple imposer B=1. Il n’y a donc plus que 6 inconnues réelles
pour 8 contraintes. Il n’existe donc pas toujours de solutions. Seules certaines
énergies E seront possibles, le système est quantifié.

Dans le cas où E > 0 les solutions sont :

Zone 1 : ϕ1 (x) = Aeikx + Be−ikx


′ ′
Zone 2 : ϕ2 (x) = Ceik x + De−ik x
Zone 3 : ϕ3 (x) = Eeikx + F e−ikx
Avec 12 inconnues réelles que l’on peut ramener à seulement 10, pour 8
contraintes. Cette fois on a au contraires de multiples solutions qui vont dépendre
de conditions supplémentaires à imposer. L’onde peut arriver par la droite, par
la gauche etc ...

17.3 Puit infini.


La profondeur du puit est infinie et on va déplacer le potentiel pour avoir
V=0 au fond du puit.

V =∞ V =∞

zone 1 zone 2 zone 3

(x < 0) (0 < x < L) (x > L)

V =0
L’unique différence avec le problème précédent est que cette fois il n’est plus
possible de trouver la particule dans les zones 1 et 3 de potentiel infini.
2 ∂ 2 ϕ(c)
En effet, l’équation −󰄁
2m ∂x2 + 󰁿󰁾󰁽󰂀 V ϕ(x) = Eϕ(x) n’est possible que si

ϕ(x) = 0.

105
On a donc :

Zone 1 : ϕ1 (x) = 0
Zone 2 : ϕ2 (x) = Aeikx + Be−ikx
Zone 3 : ϕ3 (x) = 0
Avec seulement 4 inconnues réelles ramenées à deux (toujours par la pos-
sibilité de multiplier la solution par n’importe quel complexe pour en obtenir
une autre). Et 4 contraintes réelles sur la continuité de ϕ(x) en 0 et en L. La
continuité de ϕ′ (x) n’est plus nécessaire car comme ϕ(x) = 0, 󰂓j est également
nul et obligatoirement continu.
Avec plus de contraintes que de solutions ce système est également quantifié.
On peut facilement trouver les solutions.

ϕ1 (0) = ϕ2 (0) ⇔ 0 = A + B
B = −A et donc ϕ2 (x) = A(eikx − e−ikx ) = 2iAsin(kx) Et en utilisant la
deuxième contrainte :

ϕ2 (L) = ϕ3 (L) ⇔ 2iAsin(kL) = 0

Ce qui impose kL = nπ, n ∈ N


󰁴
2 󰄁 π
2 2
2mE 󰄁2 k 2
Avec k = 󰄁 2 ou E = 2m , seules les énergies E n = n sont
2mL2
possibles.
A peut s’obtenir en normalisant la fonction d’onde.
󰁝 L
|ϕ(x)|2 dx = 1
0
󰁝 L 󰁝 L
4A2 sin2 (kx)dx = 2A2 [cos(2kx) + 1]dx = 1
0 0

A2 2 sin(2kL)
[sin(2kx]L 2
0 + 2A L = A ( +2L) = 1
k k 󰂀
󰁿 󰁾󰁽
0

1
A= √
2L

2π λ
On peut également remarquer que si kL = nπ alors λ L = nπ d’où L
. 󰀀 =n
2
La longueur d’onde dans les différents niveaux d’énergie possibles est élégamment
liée à la largeur du puit.

17.4 La barrière de potentiel.


C’est un puit inversé.

106
V = V0

zone 1 zone 2 zone 3

(x < 0) (0 < x < L) (x > L)

V =0 V =0

Les raisonnements sont exactement les mêmes et les solutions pour une
énergie inférieure à V0 sont :

Zone 1 : ϕ1 (x) = Aeikx + Be−ikx


′ ′
Zone 2 : ϕ2 (x) = Cek x + De−k x
Zone 3 : ϕ3 (x) = Eeikx + F e−ikx
Cette fois dans la zone 2 on ne peut pas supprimer de terme pour éviter les
divergences car on intègre de 0 à L et non plus jusqu’à l’infini.
On a donc 12 inconnues réelles, ramenées à 10. Pour 8 contraintes réelles.
Une fois de plus des choix sont donc possibles.
On peut par exemple considérer qu’il n’y a pas de particule arrivant par
la droite et dans ce cas supprimer le terme Eeikx en imposant E=0. On peut
ensuite résoudre le système.
On peut aussi considérer qu’il n’y a pas de particule arrivant par la gauche
et prendre cette fois B=0, etc ...
Dans le cas de la particule provenant de la droite on obtiendrait approxima-
tivement :

107
Contrairement à la physique classique où le franchissement du potentiel se-
rait impossible (une force en −gradV 󰂓 ramènerait brutalement la particule vers
la gauche) la probabilité de présence de la particule n’est pas nulle de l’autre
côté de la barrière. C’est l’effet tunnel.
De l’autre côté de la barrière la particule a perdu de l’amplitude mais
conserve sa longueur d’onde, seule l’onde progressive vers la droite se pro-
page, ϕ3 (x) = F e−ikx . Par contre dans la zone 1 on conserve les deux termes
ϕ1 (x) = Aeikx + Be−ikx . L’onde progressive vers la droite correspond à l’onde
incidente et celle vers la gauche à l’onde réfléchie.
On peut définir des coefficients en amplitude de réflexion et de transmissions :
A F
r= et t =
B B
qui vérifient : |r|2 + |t|2 = 1 confirmant qu’il n’y a pas de perte d’énergie
pour le système.

108
Chapitre 18

L’oscillateur harmonique
quantique.

18.1 Hamiltonien et équation de Schrödinger.


En physique classique, le potentiel pour un ressort est de la forme V (x) =
1 2
2 Kx . Où K est la raideur du ressort et x son élongation par rapport à la posi-
tion d’équilibre. L’équation du mouvement s’écrit mẍ + Kx = 0 ou ẍ + ω 2 x = 0
avec ω 2 = Km

Par analogie, en mécanique quantique on va prendre comme Hamiltonien :

p̂2 1
Ĥ = + mω 2 x̂2
2m 2

Et l’équation de Schrödinger indépendante du temps devient en représentation


position :

Ĥ|ϕ〉 = E|ϕ〉
󰄁 ∂ ϕ(x) 1
2 2
− + mω 2 x2 ϕ(x) = Eϕ(x)
2m ∂x2 2
C’est toujours une équation différentielle du second degré mais qui n‘est plus
à coefficients constants.

18.2 Les opérateurs d’échelle.


On va adimensionner x̂ et p̂. Pour cela on va réécrire l’Hamiltonien :

p̂2 1 󰄁ω 2
Ĥ = + mω 2 x̂2 = (P̂ + X̂ 2 )
2m 2 2

L’Hamiltonien ayant la dimension d’une énergie, comme 󰄁ω , P̂ et X̂ sont


bien sans dimension.
Par identification on doit avoir :

109
󰁵
mω p̂
X̂ = x̂ et P̂ = √
󰄁 m󰄁ω
Les opérateurs notés en majuscule sont habituellement ceux qui sont adi-
mensionnés.

On va introduire deux nouveaux opérateur :

X̂ + iP̂
â ≡ √
2

C’est l’opérateur d’échelle vers le bas.

Et son adjoint :
X̂ − iP̂
↠≡ √
2
C’est l’opérateur d’échelle vers le haut.
On peut facilement exprimer X̂ et P̂ :

â + ↠â − â†
X̂ = √ et P̂ = −i √
2 2

18.3 Réécriture du Hamiltonien.


Calculons ↠â :
1 2 1
↠â = (X̂ + P̂ 2 − iP̂ X̂ + iX̂ P̂ ) = (X̂ 2 + P̂ 2 + i[X̂, P̂ ])
2 2
󰁳
On sait que [x̂, p̂] = i󰄁Iˆ et avec les expressions de X̂ et P̂ comme mω √ 1
󰄁 . m󰄁ω =
1 ˆ
󰄁 , [X̂, P̂ ] = iI.

1 2 ˆ
↠â =
(X̂ + P̂ 2 − I)
2
On peut donc réécrire l’Hamiltonien sous la forme :


Ĥ = 󰄁ω(↠â + I)
2
On définit le nouvel opérateur :

N̂ ≡ ↠â

Cet opérateur est appelé l’opérateur nombre de quanta.


On peut alors remarquer que N̂ est une observable car N̂ † = (↠â)† =
↠ↆ = ↠â = N̂ . Il existe donc une base de vecteurs propres de cette observable.
Ces vecteurs propres sont également vecteurs propres de l’Hamiltonien puisque :

Ĥ = 󰄁ω(N̂ + I)
2

110
18.4 Relations de commutation.

1 2 ˆ − 1 (X̂ 2 + P̂ 2 − I)
ˆ = Iˆ
[â, ↠] = â↠− ↠â = (X̂ + P̂ 2 + I)
2 2
[â, ↠] = Iˆ

[N̂ , â] = N̂ â − âN̂ = ↠ââ − â↠â = (↠â − â↠)â = −[â, ↠]â = −â

[N̂ , â] = −â

[N̂ , ↠] = N̂ ↠− ↠N̂ = ↠â↠− ↠↠â = (↠â − â↠)â = ↠[â, ↠] = â†

[N̂ , ↠] = â†

18.5 Les vecteurs propres de N̂ .


On cherche les vecteurs propres de N̂ vérifiant :

N̂ |ν〉 = ν|ν〉

18.5.1 L’action de â et ↠sur |ν〉.


Comme â = −[N̂ , â] :

â|ν〉 = −[N̂ , â]|ν〉 = âN̂ |ν〉 − N̂ â|ν〉 = νâ|ν〉 − N̂ â|ν〉

N̂ â|ν〉 = (ν − 1)â|ν〉

On remarque que â|ν〉 est vecteur propre de N̂ avec la valeur propre ν − 1.


L’opérateur â appliqué à un vecteur propre de N̂ abaisse sa valeur propre de 1.
C’est pourquoi on l’a appelé opérateur d’échelle vers le bas.

De la même manière : Comme aˆ† = [N̂ , ↠] :

↠|ν〉 = [N̂ , ↠]|ν〉 = N̂ ↠|ν〉 − ↠N̂ |ν〉 = N̂ ↠|ν〉 − ν↠|ν〉

N̂ ↠|ν〉 = (ν + 1)↠|ν〉

On remarque que ↠|ν〉 est vecteur propre de N̂ avec la valeur propre ν + 1.
L’opérateur ↠appliqué à un vecteur propre de N̂ augmente sa valeur propre
de 1. C’est pourquoi on l’a appelé opérateur d’échelle vers le haut.

111
18.5.2 Les valeurs propres de N̂ .
N.B : ν est forcément positive, ν ∈ R+ .
↠â |ν〉 = ν〈ν|ν〉 = ν|| |ν〉 ||2
En effet, 〈ν| 󰁿󰁾󰁽󰂀

Mais c’est également 〈ν|↠â|ν〉 = h(â|ν〉, â|ν〉) = || â|ν〉 ||2
󰁿 󰁾󰁽 󰂀 󰁿󰁾󰁽󰂀
bra ket
Mais si ν ≥ 0 alors ν est obligatoirement entier !
Comme N̂ â|ν〉 = (ν −1)â|ν〉 l’opérateur â agissant sur |ν〉 pourrait permettre
d’obtenir des valeurs propres négatives. Mais si ν est entier on va atteindre la
valeur minimale 0 à partir de laquelle la relation N̂ â|ν〉 = (ν − 1)â|ν〉 n’est plus
valable car établie pour ν ∕= 0. (On ne peut plus écrire â|ν〉 = νâ|ν〉 − N̂ â|ν〉 ⇒
N̂ â|ν〉 = (ν − 1)â|ν〉 mais simplement â|0〉 = 0).
On a également : N̂ |0〉 = 0|0〉 = 0. On obtient le vecteur nul.

ν∈N

18.5.3 Les vecteurs propres associés.

â|0〉 = 0
〈x|â|0〉 = 0
X̂ + iP̂
〈x|√ |0〉 = 0
2
󰁵 󰁵
mω 1
〈x| x̂ + i p̂|0〉 = 0
2󰄁 2󰄁mω
󰁵 󰁵
mω 󰄁 ∂ψ0 (x)
xψ0 (x) + =0
2󰄁 2mω ∂x
∂ψ0 (x) mω
+ xψ0 (x) = 0
∂x 󰄁

C’est une équation différentielle du premier ordre. Il suffit de la mettre sous


la forme ψ̇ 0 (x) mω
ψ0 (x) = − 󰄁 x et d’intégrer des deux côtés pour obtenir la solution
générale :
1 mω 2
ψ0 (x) = Ke− 2 󰄁 x
On reconnaı̂t la forme d’une gaussienne.

112
La constante d’intégration peut s’obtenir en normant la fonction d’onde :
󰁝 ∞
|ψ0 (x)|2 dx = 1
−∞
Au final :
mω 1 − 1 mω x2
ψ0 (x) = ( )4 e 2 󰄁
π󰄁
󰁴
󰄁
On peut poser x0 = mω qui a bien la dimension d’une distance et corres-
pond à l’écart type σ de la gaussienne.
2
x20 1 − 2x
x
2
ψ0 (x) = ( )4 e 0
π
2 2
󰁿󰁾󰁽󰂀 x0 = 2 󰄁ω qui correspond à l’énergie minimale de l’oscilla-
On a alors 12 mω 1

K
teur harmonique.

ˆ les valeurs
L’Hamiltonien pouvant se mettre sous la forme Ĥ = 󰄁ω(N̂ + 12 I)
propres de l’Hamiltonien seront donc les énergies de la forme :

1
En = 󰄁ω(n + ) ∀n ∈ N
2

À l’état fondamental (par définition celui de plus basse énergie) l’oscillateur


est dans l’état |0〉 avec l’énergie minimale non nulle 12 󰄁ω.
Contrairement à la physique classique l’oscillateur ne peut pas avoir une
énergie nulle. Si c’était le cas, on connaı̂trait parfaitement sa position (celle
d’équilibre) et son impulsion (nulle) or d’après le principe d’Heisenberg σx σp ≥ 󰄁2 .
D’où l’impossibilité d’avoir l’oscillateur au repos.
On remarque également que l‘écart entre les niveaux d’énergie vaut 󰄁ω ce qui
correspond bien à ce qui avait été postulé par Planck pour résoudre le problème
du corps noir.

Cherchons maintenant les autres vecteurs propres associés aux fonctions


ψ1 , ψ2 , ψ3 etc ... Il suffit pour cela d’appliquer l’opérateur ↠:
󰁵 󰁵
† mω 1
â |0〉 = x̂|0〉 − i p̂|0〉
2󰄁 2󰄁mω

113
En représentation position :
󰁵 󰁵
mω 󰄁 ∂ψ0 (x)
= xψ0 (x) −
2󰄁 2mω ∂x
x x ∂ψ0 (x)
= √ ψ0 (x) − √0
x0 2 2 ∂x
2 2
x x2 1 − x x x2 1 − x
= √ ( 0 ) 4 e 2x20 + √ ( 0 ) 4 e 2x20
x0 2 π x0 2 π
2
2 1 1 − x2
ψ1 (x) = √ ( 2 ) 4 xe 2x0
2 x0 π
Cette fonction d’onde est-elle normée ?
Regardons pour cela la norme de ↠|0〉 :

||↠|0〉||2 = 〈0|â↠|0〉

= 〈0| [â, ↠] + 󰁿󰁾󰁽󰂀


↠â |0〉 = 〈0|0〉 + 0 = 1
󰁿 󰁾󰁽 󰂀
Iˆ N̂

Donc ψ1 est bien normée.


Regardons pour les vecteurs propres suivants :
ˆ + 〈n|N̂ |n〉 = 〈n|n〉 + n〈n|n〉 = (n + 1)||n〉|2
||↠|n〉||2 = 〈n|I|n〉

La norme est bien la même pour les vecteurs |0〉 et |1〉 mais pas pour les
autres vecteurs. Il faut donc les définir de la façon suivante :
1
|n + 1〉 = √ ↠|n〉
n+1
Ce qui donne :

1 1 1
|n〉 = √ ↠|n − 1〉 = 󰁳 â†2 |n − 2〉 = ... = √ (↠)n |0〉
n n.(n − 1) n!

On voit que l’action des opérateurs d’échelle est la suivante :



↠|n〉 = n + 1 |n + 1〉

â|n〉 = n |n − 1〉
Les fonctions d’ondes peuvent se mettre sous la forme générale :
1 mω 1 ∂ n X2
ψn (x) = √ ( )4 (X − ) e− 2
2 n! π󰄁
n
󰁿 ∂X
󰁾󰁽 󰂀
polynome de degré n

114
Les fonctions d’onde d’indice pair sont paires et celles d’indice impair im-
paires. On peut également remarquer que plus l’énergie est importante plus la
fonction d’onde s’étale dans l‘espace. Ce qui est conforme à l’intuition.

On retrouve dans l’expression de la fonction d’onde les polynomes d’Hermite


de la forme :
x2 ∂ n − x2
e− 2 Hn (x) = (x − ) e 2
∂x

18.6 La base de Fock.


On vient donc de trouver une base orthonormée de vecteurs propres de N̂
qui sont donc également vecteurs propres de Ĥ.
|0〉, |1〉, |2〉... forment une base dénombrable de l’espace de Hilbert. Cet espace
est isomorphe à l’espace des fonctions d’ondes L2 (R), lui aussi dénombrable et
dont on vient de démontrer que les polynomes d’Hermites constituent une base.

115