Vous êtes sur la page 1sur 37

‫الجمهوريـة الجزائريـة الديمقراطيـة الشعبيـة‬

‫وزارة التعليـم العالـي والبحـث العلمـي‬

Université Kasdi Merbah Ouargla ‫جامعـة قاصـدي مربـاح –ورقلـة‬


Faculté des Hydrocarbures et des Energies
Renouvelables et Sciences de la Terre Et ‫كلية المحروقات والطاقات المتجددة‬
l’Univers ‫وعلوم االرض والكون‬
Département de Production des
Hydrocarbures ‫قسـم انتاج المحروقات‬

Niveau : 2éme année Master Production


Module : Les Puits Horizontaux
Enseignant : Hadj Mohammed SIDROUHOU

1
CHAPITRE I : FORAGE DIRIGÉ

1. Introduction au forage dirigé


Le forage directionnel est devenu un outil très important dans le développement des gisements
d'hydrocarbures. Le facteur économique a dicté la nécessité du forage directionnel. Probablement
l'aspect le plus important de forage directionnel est qu'il permet aux producteurs de développer des
réserves qui ne pourraient jamais être économiquement atteintes de n'importe quelle autre façon.

Définition du forage directionnel

Le forage directionnel est la science et l'art de la déviation d'un puits le long d'une trajectoire prédéfinie
à partir de la tête de puits jusqu'à la cible, tous les deux définis avec un système de cordonnées préétablie.
Le forage d'un puits directionnel implique fondamentalement le forage d'un trou a partir d'un point dans
l'espace (surface) à un autre point dans l’espace (la cible).

Développement historique du forage directionnel


Le forage directionnel a été au commencement employé comme opération réparatrice, pour un sidetrack
autour d'un poisson, correction de la verticalité d’un puits, ou pour contrôle des éruptions.
L'intérêt pour le forage directionnel a commencé en 1929 après le développement des outils de mesure
dans le champ de seminole, l'Oklahoma, Etats-Unis.

Types de puits

Des puits sont généralement classifiés comme :


Puits d'exploration : parfois appelé les puits sauvages, sondent des endroits non connu pour déterminer
si le pétrole ou le gaz sont présent
Puits d'évaluation : ils sont forés pour déterminer l'ampleur d'un champ ou les réserves restantes.
Des puits de développement ou de production : ils sont forés dans un champ existant pour des raisons de
production d'hydrocarbures.

2
1.1. Applications du forage dirigé

Les applications du forage dirigé sont multiples et de plus en plus nombreuses. Parmi les principales on
peut citer:

 Puits d'interception (Relief Well)

 Forage latéral (Side-track)


 Forages dirigés pour raisons géologiques

 Forage de drainage

 Emplacements de surface impraticables


 Plates-formes de production à puits multiples

 Puits multilatéraux

1.1.1. Puits pour control de la verticalité


L'une des premières applications du forage dirigé est la correction d'un puits serpenté (crooked
hole)

1.1.2. Puits d'interception (Relief Well)

Ces puits sont destinés à approcher ou même intercepter la trajectoire d'un autre puits en éruption
incontrôlable. C'est l'une des premières applications du forage dirigé (John Eastman en 1934)

3
1.1.3. Puits latéral (Side-track)

Le forage d'un puits latéral consiste à abandonner un puits en cours de forage pour le reprendre à
une profondeur inférieure, soit pur raisons des techniques, soit pour des raisons géologiques, par
exemple:

 à la suite d'opérations de repêchage infructueuses

 en cas d'extrême dog-leg

 en cas de rupture de casing

 en cas de rencontre d'une faille imprévue

1.1.4. Forages dirigés pour raisons géologiques


 Forage à travers une faille pour améliorer le contrôle de déviation ou la production.
 Forage destiné à contourner un dôme de sel

1.1.5. Forage de drainage


 Forages destinés à augmenter la longueur traversée dans le réservoir. Les puits horizontaux en
sont la plus belle illustration.

4
1.1.6. Emplacements de surface impraticables

 Forages depuis le rivage pour atteindre des réservoirs offshore.


 Forages depuis la mer pour atteindre des réservoirs situés sous une côte inhospitalière.
 Forages urbains.
 Forages en montagne. Les puits à long déplacement résultent le plus souvent de l'une de ces
causes.

Emplacements de surface impraticables

1.1.7. Plates-formes de production Multipuits (Clusters)


C'est l'une des plus importantes applications du forage dirigé,
-Permettant le développement économique de réservoir offshore.
-Également utilisée à terre pour des raisons soit économiques, soit écologiques.

Plates-formes de production à puits multiples


5
1.1.8. Puits en Ré-entrée (Re-entry wells)

Dispositifs d’un profil directionnel


Le profil d'un puits directionnel est la trajectoire prévue de la surface au TD final en le projetant sur deux
plans Afin de déterminer le meilleur profil (géométrie) de la surface à la cible l'information suivante
doit être connu

 la position de la tête de puits


 la position de la cible,
 la profondeur verticale (TVD).

6
2.1. Vocabulaire et définitions

Position du puits L'emplacement de la tête de puits


Cible(s) Target(s) Le(s) point(s) visé(s) en sous -sol
Direction de la cible L'azimut relatif entre la tête la de puits et la cible
Azimut La direction du puits par rapport au Nord
Référence de profondeur L'origine des mesures de profondeur
Trajectoire Le cheminement du puits depuis la tête de puits jusqu'à sa
profondeur finale.

Kick-off Le point où le puits quitte la verticale

Inclinaison L'angle du puits par rapport à la verticale

Profondeur mesurée Longueur du puits mesurée le long de la trajectoire

Profondeur verticale La distance verticale entre le plan horizontal contenant

un point du puits et le plan de la référence d profondeur

Déplacement horizontal Distance horizontale entre un point du puits et la Projection

verticale de la tête de puits

7
Build-up Section du puits ou l'inclinaison augmente

Gradient de montée Gradient de montée deg/10m deg/30m deg/100 ft

Drop-off Section du puits ou l'inclinaison diminue

Gradient de chute Gradient de chute deg/10m deg/30m deg/100 ft

Rayon de courbure Le rayon d'une section curviligne du puits

Section droite Section rectiligne du puits

Drain Section du puits située dans le réservoir

Correction Modification de la trajectoire

Dog-leg Paramètre représentant un changement (3-d) de direction

du puits

Azimut initial Azimut du puits en fin de phase d’orientation

Station Point du puits où est effectuée une ‘mesure’ des paramètres

directionnels d’un puits.

Mesure (Survey) Opérations permettant de mesurer:


1. L’inclinaison

2. L’azimut du puits
3. Profondeur mesurée

8
Section tangente Section droite intermédiaire
Atterrissage Procédure permettant d’atteindre les paramètres désirés
au point d’entrée et/ou au point horizontal
Point d’entrée Intersection de la trajectoire avec le toit du réservoir
Point horizontal Point d’arrivée à l’horizontale (ou à l’inclinaison en début
de drain)

9
1.4. Différents Profils de forage dirigés
La forme d'un puits entre la surface et la ou les cibles est appelée profil du puits. Autrefois limités à des
profils simples essentiellement bidimensionnels, les techniques actuelles de forage dirigé permettent la
réalisation de profils tridimensionnels complexes, combinant à la fois des variations d'inclinaison et
d'azimut.

Les profils classiques sont:


- Puits en J
- Puits en S
- Puits à double montée
- Puits horizontaux
- Puits à long déport (extended reach ou long reach Wells)
- Puits inclinés dès la surface
- Puits de ré-entrée
- Puits multilatéraux

1.4.1. Puits en J
La forme la plus simple et la plus commune des puits déviés. Ils débutent par une phase verticale, suivie
d'une phase de montée et se terminent par une phase rectiligne.

Puits en J

10
Applications

 Puits profonds avec de grands déplacements


 Puits de profondeurs modérées avec des sections horizontales modérées ou les casings
intermédiaires ne sont pas obligatoires

1.4.2. Puits en S
D'une forme légèrement plus élaborée, ces puits commencent comme un puits en J, mais se terminent par
une chute en inclinaison, quelquefois jusqu'à la verticale, le plus souvent pour des considérations de
production (installation de la pompe).

Caractéristiques

 Kick-off point (KOP) peu profond


 Section Build-up et section rectiligne
 Section Drop-off

Applications

 Puits à plusieurs couches productrices


 Réduit l'angle d'atterrissage dans le réservoir
 Puits profonds avec de petits déplacements

Inconvénients

 Augmentation du torque & drag


 Sujets aux key seats
 Problèmes de logging

11
1.4.3. Puits à double montée
Au contraire des puits en S, ces puits se terminent par une seconde montée en inclinaison et donc avec
une inclinaison importante.

Puits à double montée

1.4.4. Puits Horizontaux


Cette terminologie couvre les puits où le réservoir est percé par une section horizontale or
sub-horizontale (80 à 100 degrés).

Trois variantes peuvent être considérées selon le gradient de montée et donc le rayon de courbure:

- Long rayon (gradients de 1 à 2 deg/10m)


- Moyen rayon (gradients de 3 à 10 deg/10m)
- Court rayon (gradients < 10 deg/m)

Ils peuvent être:


- à montée unique
- à montées multiples, séparées par des sections rectilignes (dites tangentielles).

1.4.5. Puits à long déplacement (Long reach or Extended Reach wells)

Puits avec un déplacement horizontal de plusieurs kilomètres, foré à haute inclinaison et se terminant par
un drain horizontal.

12
1.4.6. Puits inclinés (tilt or slant wells)
Puits avec une inclinaison dès la surface, pouvant atteindre 45 degrés, et nécessitant un appareil de
forage spécial (tilt or slant rig). L'utilisation de cette technique permet d'atteindre l'horizontale dans des
réservoirs peu profonds.

Puits inclinés (tilt or slant wells)

1.4.7. Puits multilatéraux


Cette technique consiste à forer plusieurs "drains" à partir d'un puits principal et donc une seule tête de
puits.

Puits multilatéraux

1.4.8. Puits en ré-entrée (Re-entry wells)

Cette technique utilisée intensivement depuis les années 80 consiste à abandonner le fond d'un puits
existant (vertical ou dévié) pour forer latéralement un nouveau puits,
celui-ci se terminant souvent par un drain horizontal.
Cette technique permet de faire l'économie du forage et des
équipements de la partie supérieure du puits.

Puits en ré-entrée

13
CHAPITRE II : ÉQUIPEMENTS DE FORAGE DIRIGÉ
Ce chapitre présente les divers équipements utilisés en forage dirigé, les équipements standards dans leur
utilisation en forage dirigé puis les équipements spécifiques au forage dirigé. Il présente ensuite les
équipements de mesure.

I-Équipements de forage

I.1.Équipements standard de forage :


Les équipements standards de forage sont :
I.1.1 - Masse-tiges
I.1.2 - Tiges de forage
I.1.3 - Coulisses de forage.
I.1.4 - Élargisseurs
I.1.5 - Aléseurs à rouleaux
I.1.6 - Amortisseurs de vibrations.
I.1.7 - Raccords
I.1.8 - Aléseurs de key-seat

I.1.1 - Masse-tiges :
Les masse-tiges sont des tubes d'acier dont l'épaisseur du corps leur confère un poids important.
Les masses tiges perdent de leur utilité en forage très dévié et leur utilisation peut même apporter plus
d'inconvénients (frottements, etc.) que d'avantages. De nombreux drains horizontaux sont forés sans
aucune masse-tige dans la garniture.

a/ Les masses tiges lisses (Slick DC) :

b/ Les masse-tiges spiralées (Spiraled DC) :

c/ Les masse-tiges carrées Masse tige lisses et spiralés

d/ Masse-tiges asymétriques

e/ Masse-tiges articulées

Masse-tiges asymétriques Masse tiges carrés

14
I.1.2 Tiges de forage :
Les tiges de forage sont, en nombre, les principaux éléments du train de tiges.
Les tiges de forage sont des tubes d'acier de faible épaisseur, manchonnés et filetés à chaque extrémité.
Elles sont disponibles en différents diamètres, poids linéaires et grades d'acier ainsi que plus ou moins
renforcées, d'où différents types:
a/ Tiges standards (Drill-pipes - DP) :

b) Tiges Lourdes (Heavy weight drill pipes):

c/ Tiges de compression (compressive drill pipes) :

d/ Tiges lourdes spiralées :

I.1.3 Coulisses de forage :

Le but des coulisses de forage est d'aider à libérer le train de tiges en cas de collage ou de coincement
dans le puits.
a/ Coulisses de forage mécaniques
b/ Coulisses de forage hydrauliques
c/ Coulisses de forage hydromécaniques
d/ Accélérateurs

Coulisse Mécanique Coulisse Hydraulique

15
I.1.4 Elargisseurs :
Les élargisseurs sont des outils conçus pour élargir un trou déjà foré. On distingue:
a/ Elargisseurs à bras fixes
b/ Elargisseurs à bras mobiles

Elargisseurs à bras fixes Elargisseurs à bras mobiles

I.1.5 - Aléseurs à rouleaux :


Les aléseurs à rouleaux sont constitués de rouleaux dont la surface est abrasive, montés autour d'un corps
tubulaire.

Aléseurs à rouleaux

I.1.6- Amortisseurs de vibrations

a/ Amortisseurs de vibrations

Le but des amortisseurs de vibrations est de diminuer ou d'éliminer les vibrations axiales du train de
tiges.

b/ Bumper subs

Les "Bumper subs" sont surtout utilisés pour compenser ou amortir le pilonnement sur les
plates-formes flottantes.

16
I.1.7- Raccords :
Les raccords sont des éléments tubulaires courts destinés à divers usages. Leur nombre doit être limité au
minimum nécessaire.
a/ Raccords "Cross-over" :
b/ Raccords pour valve anti-retour :
c / Raccords d'usure :
d/ Extensions :
e/ Raccords à entrée latérale (Side entry subs) :
f/ Junk subs :

Raccords

I.1.8- Aléseurs de key-seat (key-seat wipers)


Le but d'un aléseur de key-seat est de prévenir la formation d'un key-seat ou de l'éliminer du puits.

Ces outils sont constitués d'une chemise coulissant sur un mandrin.

17
I.1.2 Équipements spécifiques au forage dirigé
I.2.1 Moteurs de fond
I.2.2 Stabilisateurs
I.2.3 Équipements amagnétique
I.2.4 Raccords d'orientation
I.2.5 Raccords coudés
I.2.6 Outils de déflexion

I.2.1 Moteurs de fond :


Les moteurs de fond aussi appelés moteurs à déplacements positifs sont devenus les outils sans
lesquels le forage dirigé n'aurait pu évoluer aussi rapidement dans ces dernières années.

I.2.2 Stabilisateurs :
En forage dirigé, l'utilisation de stabilisateurs est l'un, sinon le moyen, de contrôler l'inclinaison du
puits. Ils sont donc largement utilisés, particulièrement en forage dirigé conventionnel.
Différents types de stabilisateurs sont disponibles, variant essentiellement par la conception de leurs
lames:
- lames soudées
- lames intégrales
- à chemise
- à chemise non rotative

La forme des lames varie également:


- lames droites
- lames spiralées à droite
- lames spiralées à gauche

Différents types de stabilisateurs


à lames intégrales - à lames soudées - à chemise

18
I.2.3 Équipements amagnétique :
L'acier des éléments du train de tiges perturbe les lignes du champ magnétique terrestre. Cette
perturbation est proportionnelle à la masse et inversement proportionnelles à la distance.
Pour la bonne utilisation d'instruments de mesures magnétiques il est donc nécessaire d'éloigner les
équipements de mesure des éléments perturbants. Ceci est réalisé en utilisant des matériaux dits
non-magnétiques ou amagnétiques au voisinage des capteurs de mesure.
Ces matériaux amagnétiques peuvent être:
- de l'aluminium

- des aciers inoxydables de haute qualité

- des alliages tels que le "Monel" (70% nickel + 30% cuivre)


Les équipements amagnétiques les plus courants sont:
- des masse-tiges
- des masse-tiges courtes
- des tiges de forage compressives
- des tiges de forage
- des stabilisateurs
- des raccords.
Et bien sur les équipements de mesure eux-mêmes:
- MWD
- Steering tools

Interférence Magnétique

I.2.4- Raccords d'orientation :


Les raccords d'orientation sont conçus pour recevoir une chemise dans laquelle viendra se loger
l'extrémité inférieure ("mule shoe") de l'outil de mesure.
Ils sont habituellement fabriqués en acier amagnétique en raison de leur proximité par rapport au
compas ou aux magnétomètres.
La chemise peut être positionnée et bloquée dans une position permettant d'indexer l'orientation de
l'outil de déviation par rapport à l'outil de mesure.

19
I.2.5 Raccords coudés :
Les raccords coudés sont utilisés en combinaison avec un moteur de fond (de corps droit) pour le
désaxer par rapport à l'axe du puits et donc désaxer l'outil de forage.
Ils sont installés immédiatement au-dessus du moteur.
Ils sont fabriqués soit en acier standard, soit en acier amagnétique.
La valeur de l'angle détermine le gradient de montée ou de rotation du puits, qui dépend aussi des
diamètres du trou et du moteur ainsi que de la longueur de celui-ci, mais aussi de la formation.

Raccord coudé incorporé ("Bent-housing") & Raccord coudé indépendant

I.2.6 Outils de déflexion :


Les outils de déflexion sont souvent appelés "Whipstock" du nom de leur inventeur.
Un Whipstock est un sabot d'acier dont la surface intérieure est concave et sur laquelle viendra
s'appuyer l'outil de forage, ainsi obliger de riper vers la paroi et de sortir du puits initial.
Les Whipstocks peuvent être:
- permanent ou récupérables
- orientables ou non
Ils peuvent être utilisés
- en trou ouvert, pour effectuer un side-track ou démarrer un drain latéral
- dans un tubage, pour y ouvrir une fenêtre.

Whipstock

20
II- Équipements de mesure

Le besoin de connaître la position de la trajectoire d'un puits dévié conduit au besoin de mesurer
régulièrement l'inclinaison et l'azimut du puits. En mode orienté ces mesures permettent de plus de
contrôler le tool face du moteur et donc la direction du puits.
Ces mesures peuvent être effectuées par des instruments de mesures en fond de trou. Ils diffèrent par le
type des capteurs utilisés mais surtout par leur type de transmission de l'information qui peut être:
-En temps différé: L’information est remontée avec l'outil lui-même.
-En temps réel: L’information est transmise du fond vers la surface par l'intermédiaire d'un système de
télémétrie.

II.1-Outils de mesure en temps différé :


*Inclinomètres

*Single-shots magnétiques

*Multi-shots magnétiques

*Gyroscopes

II.2-Outils de mesure en temps réel :


*Steering tools:

*Les MWD (Measurement While Drilling) et LWD (Logging While Drilling)

21
CHAPITRE III : LE FORAGE HORIZONTAL
1. Historique & Introduction
Le forage horizontal est réellement né en Juin 1980 avec le forage du puits Elf Aquitaine Lacq-90
dans le sud de la France.

Il est probable que quelques puits horizontaux avaient été forés avant cette date, entre autre en
Russie, volontairement ou non, mais sans réel succès ni développement jusqu'aux années 80.

Lacq-90 fut suivi par Lacq-91, Casteralou toujours en France puis Rospomare-6d en Italie et Pelican
lake au Canada.

A la fin des années 80 des centaines puits des milliers de puits horizontaux étaient forés chaque
année.

Un tel succès ne s'explique que par les excellents résultats obtenus grâce à la technique du forage
horizontal, malgré quelques ratés, surtout au début. Ce succès a été rendu possible par une rapide
évolution technologique des équipements:

 développement des outils de mesures en temps réel.


 développement d'une nouvelle génération de moteurs de fond.
 évolution des fluides de forage et développement de nouveau équipement de contrôle
des solides.

 meilleure compréhension du comportement du train de tiges.

2. Avantages & inconvénients du forage horizontal

2.1. Avantages du forage horizontal


Les avantages du forage horizontal sont nombreux nous et ne mentionnerons ci après que les plus
intéressants:
 le forage horizontal permet le développement de champs qui n'auraient pu être exploités
commercialement autrement.

 dans beaucoup de réservoirs, le forage horizontal permet d'augmenter la production mais aussi
d'améliorer le taux de récupération, ceci par un meilleur drainage et en retardant l'arrivé d'eau.

22
2.1.1. Réservoirs fracturés

Les réservoirs sont parmi les meilleurs candidats au développement par forage horizontal.
Les fractures de ces réservoirs étant sub-verticales, une conséquence directe est que le meilleur
moyen d'en intercepter le plus grand nombre est de forer un puits horizontal perpendiculairement à
leur direction principale.

Réservoirs fracturés
2.1.2. Réservoirs multi-couches

Dans la plupart des réservoirs multi-couches un puits horizontal peut remplacer plusieurs puits
verticaux ou déviés.
La figure de la page opposée illustre un tel cas réservoir de compartimenté ou un seul puits
horizontal remplace six puits verticaux et plus de améliore la production en retardant le coning
(voir ci-dessous).

Réservoirs multi-couches

2.1.3. Réservoirs à basse perméabilité

Le forage horizontal dans un réservoir à basse perméabilité est une alternative à la fracturation de
ce réservoir.
Le drain horizontal se comporte comme une fracture, avec plusieurs avantages:
 il est plus facile et plus économique de forer long un drain plutôt que d'essayer de créer une
fracture équivalente.
 la direction est parfaitement contrôlée, ce qui n'est pas possible avec la fracturation.

23
2.1.4. Formations non consolidées - Contrôle des sables

La production de sables non consolidés présente de sérieux problèmes pour limiter la quantité de
sable entrant dans le puits.
Cette production de sable dépend des forces de viscosité à la paroi du puits, elle même
proportionnelle au débit de production.
Un drain horizontal foré dans un tel réservoir permet de réduire la vitesse à la paroi et en
conséquence la production de sable, qui peut jusqu'à aller être totalement éliminée.
Une autre conséquence est que ces puits peuvent quelquefois être produits sans mise en place de
coûteuses crépines calibrées.

2.1.5. Coning du gaz et de l'eau

Beaucoup de réservoirs sont produits grâce à un aquifère actif ou par injection artificielle. La
production déclinera très rapidement si le niveau d'eau remonte trop vite dans le puits.
Le forage horizontal aide énormément la production de tels réservoirs:
 en augmentant la distance entre le drain et le contact huile/eau.
 en améliorant la productivité en dispersant le soutirage et donc en diminuant la succion sur
le plan d'eau.
Des considérations similaires peuvent être faites concernant l'arrivé de gaz.

2.1.6. Réservoirs d'huile lourde

Les réservoirs d'huiles lourdes sont une application directe des considérations ci-dessus.
Comme l'eau est beaucoup plus mobile que l'huile, la quantité d'eau augmente très rapidement dès
la percée du plan d'eau. La durée la de période libre d'eau augmente à l'aide du forage horizontal.

24
2.2. Inconvénients du forage horizontal

2.2.1. Coûts additionnels

Il est évident qu'un forage horizontal a un coût plus élevé qu'un forage vertical ou peu dévié. Les
coûts additionnels sont dus à deux facteurs principaux :
 les puits horizontaux sont plus longs, donc nécessitent plus de temps pour les forer, plus
d'outils, plus de fluide, etc. ...
 le coût des services de forage dirigé n'est pas négligeable en particulier par l'obligation
d'utiliser en permanence un moteur de fond de et un MWD.
Le coût additionnel d'un forage horizontal par rapport à un forage verti cal dépend essentiellement
de la profondeur du réservoir et sa de position, onshore or offshore.
Un puits foré dans un réservoir Onshore peu profond sera comparativement plus cher qu'un puits
foré offshore dans un réservoir profond dont le surcoût pourrait ne pas dépasser 20 à 30%.

2.2.2. Risques opératoires

Par rapport aux puits verticaux ou peu déviés les puits horizontaux représentent, au cours de leur
réalisation, un certain nombre de risques supplémentaires
 Pour atteindre la cible
Le forage horizontal n'est pas un problème en lui même, la difficulté réside plus à atteindre une
cible ayant quelquefois une tolérance verticale réduite.
 Le nettoyage du puits
Un bon nettoyage du puits est indispensable au succès d'un forage horizontal. Le fluide doit:
 assurer le transport des déblais entre le front de taille et la surface.
 éviter l'accumulation de déblais dans les parties inclinées du puits
Une élimination efficace des solides est également nécessaire.
 Le comportement des formations
Le comportement des formations peut être très différent lorsqu'elles sont forées à haute
inclinaison, en particulier leur stabilité.
 L'endommagement des formations
 L'évaluation du potentiel de production

25
3. Les types de puits horizontaux
On appelle puits horizontal un puits se terminant par un drain foré à une inclinaison située aux
environs de 90 degrés, c'est à dire compris entre 80 et 100 degrés ou plus.

3.1. Les puits horizontaux

Trois types de puits peuvent être distingués:

Les puits à long rayon :

Ces puits ont un rayon de courbure >200m, (gradients < 3 deg/10m) et permettent l’utilisation de
toutes les procédures de forage conventionnelles, forage avec rotary, carottage, tubage, etc.…et
ceci avec des équipements standards et pour des puits sans restriction de diamètre ou de longueur
de drain. La longueur de ces puits peut atteindre plus de 1000m.

Les puits à moyen rayon :

Ces puits ont un rayon de courbure entre 50m et m 200 (3 < deg/10m < 7), et nécessitent des
équipements adaptés tels des moteurs de fond coudés et ajustables en surface.
Avec un tel rayon de courbure en peut aller jusqu’à 600m de drain horizontal si la trajectoire est
bien réalisée (affinée).

Les puits à rayon court ou ultra court :

Ces puits ont un rayon de courbure < 50m et peuvent atteindre même 5m, et nécessitent des
équipements spécifiques tells que des moteurs articulés et des garnitures articulées. En raison de
difficultés de contrôle de la trajectoire la longueur de drain est limitée à environ 300m, et de tels
puits sont difficiles à compléter, limitant l’utilisation de cette technique.

Comparaison des gradients de montée en inclinaison


26
On peut aussi distinguer les puits par leur déplacement horizontal au point d'entrée
 les puits à faible déplacement horizontal
 les puits à déplacement moyen
 les puits à long déplacement (long reach Wells)

3.2. Les puits à long déplacement

Les puits à long déplacement ont une longue section forée à haute inclinaison jusqu'au toit d u
réservoir, suivie d'un drain horizontal. La longueur totale peut atteindre plusieurs kilomètres, le
record étant à ce jour de 12 km avec BP sur le champ de Witch Farm.

3.3 Les puits en ré-entrée

Les puits en ré-entrée sont une autre séquelle forage du horizontal et consistent un repartir d'un
puits déjà existant, vertical ou dévié, qui est alors abandonné et bouché afin de forer un puits latéral
se terminant le plus souvent à l’horizontale.

3.4. Les puits multilatéraux

Les puits multilatéraux sont un développement du forage horizontal. Ils consistent à forer une ou
plusieurs branches à partir d'un drain primaire qui peut être vertical, dévié ou lui même horizontal.
De nombreux types de puits multilatéraux ont ét forés. Nous ne citerons que deux exemples allant
du plus simple au plus élaboré:
 un puits vertical avec une branche horizontale
 les puits dits en "arête de poisson" ayant plusieurs branches latérales forées alternativement
à partir d'un drain principal.

27
4. Ingénierie et méthodes du forage horizontal

4.1. Programme de forage

4.1.1. Détermination du profil du puits

La détermination du profil du puits dépend de nombreux paramètre et doit répondre à des


impératifs à la fois géométriques et techniques, quelquefois contradictoires. On peut citer:
 Le déplacement horizontal requis au point d ' e n t r é e
Un long déplacement rendra obligatoire le forage d'une section tangentielle et donc un Kick-off
relativement haut.
 La profondeur verticale du réservoir
Un réservoir peu profond peut imposer des conditions géométriques sévères:
 utilisation de rayons moyens ou même courts
 utilisation de rigs inclinés
 La précision de la connaissance de la profondeur verticale au point d'entrée
Une incertitude de quelques mètres oblige à prévoir un atterrissage à inclinaison limitée (70 à 80
degrés)
 L'épaisseur du réservoir
Un réservoir peu épais nécessite un atterrissage à haute inclinaison (> 85 deg)
 La longueur du drain
La longueur du drain dépend essentiellement des caractéristiques de production mais peut être
techniquement limitée, par exemple dans le cas de réservoirs peu profonds.
 La nature des formations traversées
 stabilité à haute inclinaison
La stabilité de certaines formations diminue fortement lorsque l'inclinaison augmente. Des études
géotechniques préliminaires sont recommandées lorsqu'un tel risque existe.
 capacité à permettre des gradients importants
 les pertes
 La nature du réservoir
La nature du réservoir influence:
 la détermination du fluide de forage
> le nettoyage du puits
> les risques de colmatage ou d'endommagement
 la stabilité des parois
 la longueur du drain

28
La longueur optimum du drain doit être déterminée.
 Le type de complétion
Le type de complétion à mettre en place peut conditionner:
 le diamètre du drain (et donc des phases précédentes)
 la nécessité de limiter les gradients de montée
 la présence d'une phase tangentielle d’inclinaison limitée ou le maintien de la verticalité
aussi bas que possible.

4.1.2. Détermination du (des) rayon(s) de courbure

Long rayon (long radius)

Les courbures à long rayon permettent l'utilisation de toutes les procédures de forage
conventionnelles, forage rotary, carottage, tubages, etc.., ceci avec des équipements standards et
pour des puits sans restriction de diamètre ou de longueur de drain.

Rayon moyen (medium radius)

Les courbures à rayon moyen nécessitent des équipements adaptés tels que des moteurs à double
coude. La rotation du train de tiges est impossible pendant les phases d'utilisation de ces moteurs
obligeant à réaliser les phases de montée uniquement en sliding.

La majorité des équipements standards peuvent être utilisés.

Rayon court (short radius)

Les courbures à court moyen nécessitent des équipements spécifiques tels que moteurs articulés et
garnitures articulées. Divers équipements sont disponibles selon les c ompagnies de services.
En raison des difficultés de contrôle de la trajectoire la longueur des drains est limitée à environ
300 mètres et de tels puits sont difficiles à compléter, limitant l'utilisation de cette technique .

4.1.3. Profil théorique d’un puits horizontal :

La trajectoire théorique d’un puits horizontal est composée de deux plans :


1) Un plan vertical dans lequel en trouve la profondeur et le déplacement
2) Un plan horizontal qui représente la direction du puits par rapport au nord.

29
Le plan vertical :
Ce plan comporte en général :
 Une partie verticale,
 Une partie courbe (Build up) à partir de l’amorce d la déviation où l’inclinaison est
augmentée en suivant un gradient d’inclinaison donné jusqu’à atteindre 90 degrés qui
est la cible (Target)
 Une partie horizontale en direction de l’azimut.
Le profil théorique vertical est défini par 4 paramètres :

TVD : la profondeur verticale de l’objectif (Target),


U ou VS : le déplacement horizontal total,
KOP: la cote de l’amorce de la déviation.
BUR : le gradient d’inclinaison de la déviation.
Ce dernier paramètre peut être remplacé par le rayon de courbure R proportionnel à l’inverse du
gradient d’inclinaison.

Le plan horizontal :

Dans ce plan on représente la position du puits dans un plan horizontal par rapport au nord en
indiquant l’azimut de ce dernier.

30
CHAPITRE IV : PUITS HORIZONTAUX DANS LES RÉSERVOIRS
FRACTURÉES
En forant les puits horizontaux perpendiculaires aux ruptures normales, on peut intersecté plusieurs
ruptures normales et les vidanger effectivement. L'amélioration typique de production d'un
horizontal bien dans le réservoir de craie d'Austin est montrée sur le schéma suivant :

Leur expérience de champ a montré une corrélation très forte entre la longueur du puits horizontale
et les taux de production de pétrole. Pour le même abaissement de pression, 500 ft à 2200ft longs du
puits horizontaux a produit aux taux 2.5 à 7 fois qui des puits verticaux.
Le succès des puits horizontaux dans le réservoir fortement foré de craie d'Austin indique qu'en
raison des hétérogénéités de réservoir, un grand nombre d'hydrocarbure peut être laissé, et il est
possible de le récupérer en utilisons les puits horizontaux.
Il pourrait être intéressant de noter cela semblable aux puits verticaux fracturés, les puits horizontaux
donnent une très grande valeur de K h que les puits verticaux non stimulée.
(Le Kh peut être estimé par un essai de puits ou par analyse des courbes de déclin de production.) En
forant un long puits horizontal, le perfectionnement de la perméabilité peut être sensiblement plus
grand que cela obtenu à partir d'un puits fracturé verticale. Ainsi, les longs puits horizontaux ont foré
la perpendiculaire à la tendance normale de rupture amélioreraient la productivité du puits de
manière significative.
Une des raisons principales de stimuler les puits horizontaux est d'augmenter la perméabilité
verticale. Dans le meilleur des cas on voudrait créer les ruptures qui sont perpendiculaire s aux puits
horizontaux dans le plan vertical.
Les puits horizontaux peuvent :
 augmenter le taux de récupération, principalement dû à un index considérablement amélioré
de productivité, et/ou
 amplifier le rapport de rétablissement, et/ou
 aide à résoudre certains problèmes de production.

31
Les principaux réservoirs candidats pour les puits horizontaux sont présentés ci-dessous

1-Formation à Basse perméabilité


Dans ce type de réservoir, la fracture hydraulique peut être exécutée mais (en comparaison d'un puits
horizontal) :
 La fracture est beaucoup moins étendue.
 La perméabilité résiduelle de la fracture est beaucoup inférieure.
 L'orientation de la rupture n'est pas commandée.
 Il est difficile de commander la prolongation verticale de la fracture, la fracture peut se
prolonger hors de la formation ou avoir les moyens l'accès à une zone où il y a un fluide non
désiré : couche aquifère, chapeau de gaz.
Excepté ces cas, un puits horizontal donne un index bien meilleur de productivité pour une formation
de basse perméabilité qu'un puits verticale.
Cependant, cet effet devient en partie atténué avec du temps, pendant que le fluide produit vient des
zones de réservoir qui sont plus lointaines et plus loin à partir du trou de drain horizontal.

2-Formation mince
Ici l'index de la productivité d'un puits vertical est limité par le petit secteur de contact entre le puits
et la couche productrice. Un puits horizontal peut compenser ceci (fourni la perméabilité ve rticale
n'est pas si bas comparé à la perméabilité horizontale)

3-Effet de la turbulence
Un débit élevé dans le secteur de près de puits, une condition qui est souvent produite dans des puits
de gaz mais également parfois dans des puits de pétrole, cause la turbulence qui cause
alternativement d'autres pertes de pression (pas moins de 30% et de plus des pertes de pression
totale).
En raison de la longueur du trou de drain horizontal, le débit est réduit à l'intérieur de la formation.
Ceci diminue l'effet de turbulence, le rendant parfois même négligeable. En conséquence, le
potentiel du puits est amélioré, particulièrement pour des réservoirs de gaz

4-Débit critique (dans le rapport avec le coning)


Dans quelques réservoirs les puits doivent être produits à un taux plus bas qu'un débit critique.
Au-dessus de ce taux inférieur un fluide non désiré (l'eau, gaz) est sucé dans bien par un effet de
coning.
C'est le cas pour ce qui suit :
 Un réservoir de gaz avec une couche aquifère fondamentale (un léger apport de l'eau peut
porter préjudice fortement - en termes de contre-pression sur la couche productrice).

32
 Un gisement de pétrole avec un chapeau de gaz (la production du gaz signifie la partie
perdante de l'énergie qui permet à l'huile d'être produite).
 Un gisement de pétrole avec une couche aquifère fondamentale (épuisement inutile dû à la
production de l'eau, à l'augmentation de la contre-pression sur la couche productrice, à l'eau
non désirée sur la surface).
Les puits horizontaux offrent un double avantage.
 Un meilleur index de productivité qui permet à la différence de pression sur la couche
productrice d'être réduite, limitant de ce fait l'afflux du fluide non désiré.
 Le trou de drain peut être maintenu à une distance maximum de l'interface entre le fluide de
cible et le fluide non désiré.
Les résultats sont un débit critique qui peut être plusieurs fois plus grand (de 2 à 4 fois) que celui d'un
puits vertical, et donnent donc un rétablissement plus rapide. Des capitaux additionnels sont
également un meilleur rapport de rétablissement puisque le fluide non désiré reste dans la formation.

5-Formation insuffisamment consolidée


Dans ces formations le ponçage vers le haut est dû aux forces de viscosité et donc de la vitesse
liquide entre d'autres causes. En raison de sa longueur le trou de drain horizontal réduit la vitesse, et
en conséquence la tendance de porter des grains de sable avec l'écoulement. Cependant, il n'y a
aucun aujourd'hui de moyens de déterminer à l'avance la vitesse critique qui ne devrait pas être
dépassée.
D'ailleurs, beaucoup plus le sable peut s'accumuler dans le trou de drain avant qu'il obtienne branché
vers le haut.

6-Formation naturellement fracturé et hétérogène, etc.


Les fractures normales se développent généralement dans un plan vertical. Le puits horizontal est
donc la meilleure manière d'arrêter le plus grand nombre de ces fractures et de tirer profit de leur
capacité de drainage (fournie l'orientation des ruptures est connu). De même dans les cas de
réservoirs hétérogène, multicouche, etc. le puits horizontal a une meilleure possibilité de trouver le
plus grand nombre de zones avec de bonnes caractéristiques.

7-Récupération secondaire
Les puits horizontaux peuvent augmenter l'efficacité de la récupération secondaire :

 une meilleure capacité d'injection


 l'injection mieux est distribuée dans tout le réservoir causant moins de déformation
d'interface, moins de digitation et donc de percée plus lente et meilleure efficacité rapide.

33
CHAPITRE V : LOGGING ÉLECTRIQUE
Faute d'une énergie pouvant entraîner les outils, au-delà de 50 à 60 degrés d'inclinaison, les
opérations au câble deviennent difficiles puis impossibles, en particulier le Logging électrique.
Le besoin de diagraphier les puits a conduit au développement de nouvelles techniques de logging
appelées TLC (Tough Logging Conditions) permettant de descendre les outils dans les puits
horizontaux:

1. Le système Simphor

Le système Simphor développé par l'IFP (Institut Français du Pétrole) utilise les tiges de forage
comme moyen de poussage et est couramment utilisé par les sociétés de Services. Il permet le
logging des puits en utilisant les outils standards.
Les différents outils sont assemblés et installés au bas des tiges de forage puis descendus dans le
puits jusqu'à une profondeur permettant la descente du câble jusqu'à la tête des outils.
A cette profondeur est installé un side-entry sub puis le câble descendu et connecté au moyen d'un
"wet connector".
La manœuvre est ensuite continuée en ajoutant des tiges, le câble restant entre les tiges et le tubage.
Le logging est possible dès cet instant.
Lorsque la profondeur de logging est atteinte, esure la m est démarrée, les outils étant dé placés en
fonction du déplacement du train de es. tig La mesure est possible dans les deux sens.

2. Pump down stinger

Cette technique utilise également les tiges comme moyen de transport, mais les outils de logging
sont convoyés à l'intérieur des tiges et poussés dans le trou au moyen de la circulation.
Elle nécessite des outils de logging spéciaux pouvant passer à l'intérieur des tiges.
Les différents outils sont assemblés et surmontés par un outil pousseur appelé "locomotive".
Les tiges sont descendues à la profondeur de début du logging. Le train de logging est alors descendu
à l'intérieur des tiges et lorsque nécessaire propulsé hors des tiges par la "locomotive" sous l'effet de
la circulation.
Le logging et la remontée des outils sont effectués par traction sur le câble.

3. Coiled tubing logging

Les différents outils sont assemblés et installés au bas d'un coiled tubing câblé et déplacés selon les
mouvements du tubing.

Cette technique permet une mesure plus continue que le logging sur tiges mais nécessite l'amenée
d'une unité coiled de tubing en plus du rig.

34
Un autre moyen de diagraphier les puits horizontaux est d'utiliser un:

- MWD / LWD

Les derniers développements des MWD, appelés LWD alors (Logging While Drilling) offrent la
possibilité d'effectuer les mesures d'évaluation de la formation en cours de forage.

Les différents systèmes de diagraphies électriques à l'horizontale

35
CHAPITRE VI : COMPLÉTION
Le design de la complétion dépend:
- de la nature de la formation
- de la production potentielle de solides
- des fluides en place
- de la qualité du drain (sections hors du réservoir)
- de la distance au contact huile-eau
- de la distance au contact huile-gaz
Les différentes complétions utilisées varient des puits laissés en trou ouvert aux complétions
complexes incluant plusieurs packers, multiples ou utilisant des crépines:
- trou ouvert (la plupart des puits)
- tubage non cimenté pré-perforé ou fendu.
- tubage non cimenté pré-perforé ou fendu, utilisant un ou plusieurs packers.
- tubage non cimenté pré-perforé ou fendu alternant avec des sections pleines isolées par des packers.
- tubage cimenté totalement ou partiellement puis perforé.
- tubage crépiné
- tubage crépiné et pré-packé.

Packers gonflables
Les packers gonflables sont principalement utilisés pour isoler différentes sections du drain les unes
des autres.

Complétions d’un puits horizontal

36
Com plétion double

37

Vous aimerez peut-être aussi