Vous êtes sur la page 1sur 30

JOURNAL DES IMPOTS

MEDANI RACHID
Mercredi
25/12/2019
N° 0056

IFU à compter du 01/01/2020


A partir du 01/02/2020, l’administration fiscale va sortir son arsenal de guerre, pour
procéder à la régularisation des contribuables suivi au régime de l’IFU, de moment
qu’elle se retrouve avec 50 % de la population éligible à ce régime défaillantes.
En l’absence de Procès Verbal de Constat, tous ces beaux mondes seraient
enrôlés, pas de taxation d’office, juste le minimum de 10 000.00.
En cas de présence de PV de constat
L’administration fiscale doit tenir compte :
De la nature de l’activité exercée
En effet dans certaines activités l’inflation est fortement ressentie.
A titre d’exemple café, pâtisserie, par contre dans d’autres activités elle est moins
ressentie.
Des conditions locales d’exercice d’activité
Les conditions ne sont pas les mêmes d’une activité à une autre, d’une région à une
autre, et même au sein de la même activité.
Dans ce dernier cas et dans la même zone géographique les prix pratiqués peuvent
différer d’un commerçant à un autre.
Remarque
Il est fortement recommandé aux gestionnaires lorsqu’ils se trouvent en présence
d’observations raisonnables et pertinentes, d’approfondir la discussion avec le
contribuable en vue d’un accord sur des bases objectives et correctes.
Il leur est également recommandé, pour éviter un contentieux ultérieur, d’admettre
les propositions des contribuables lorsque celles-ci sont proches des bases évaluées
par le service.
Règles générales
d’assujettissement
Le régime de l’Impôt forfaitaire unique s’applique de plein droit aux :
1)- Personnes physiques dont le commerce principal est de vendre des marchandises et
des objets, lorsque leur chiffre d'affaires annuel n'excède pas 15.000.000 DA, y compris les
artisans exerçant une activité artisanale artistique ;
2)- Personnes physiques exerçant les autres activités lorsque leur chiffre d'affaires annuel,
n'excède pas 15.000.000 DA ;
3)- Personnes physiques qui exercent simultanément des activités relevant des deux
catégories
visées aux paragraphes 1 et 2, ne sont soumises à l'impôt forfaitaire unique que dans la
mesure où la limite de15.000.000 de DA n'est pas dépassée ;
Il est entendu par l'exercice simultané des activités relevant des deux catégories, l'activité
mixte d'achat revente et de prestation de service dans un même local.
Lorsqu'un contribuable exploite simultanément, dans une même localité ou dans des
localités différentes, plusieurs établissements, boutiques, magasins, ateliers, autres lieux
d'exercice d'une activité, chacun d'entre eux est considéré comme une entreprise en
exploitation distincte faisant dans tous les cas l'objet d'une imposition séparée, dès lors que
le chiffre d'affaires total réalisé au titre de l'ensemble des activités exercées n'excède pas le
seuil de trois millions de dinars (15.000.000,00 DA).
Dans le cas contraire, le contribuable concerné peut opter pour l'imposition d'après le
régime du réel pour la totalité de ses revenus.
Exemple 1
Un contribuable qui détient 1 registre principale et deux registres secondaires, principal
achats revente, secondaire, prestation et fabrication, à réalisé les chiffres d’affaires ci-
après :
Principal CA = 2 000 000.00 Taux IFU 5 % droits = 100 000.00
Prestation CA = 4 000 000.00 Taux IFU 12 % droits = 480 000.00
Fabrication = 5 000 000.00 Taux IFU 5 % droits = 250 000.00
1)- le total du CA des trois (3) activités est = à 11 000 000.00, donc ne dépassant pas les
15 000 000.00, à ce titre chacun est considéré comme une entreprise en exploitation
distincte faisant dans tous les cas l'objet d'une imposition séparée.
2)- Principal CA = 2 000 000.00 suivi au réel (option) TAP, TVA et IRG
Prestation CA = 4 000 000.00 TAP
Fabrication = 5 000 000.00 TAP
S’il relève du CDI la TAP est centralisé aussi.
Dans cette hypothèse, si l’un des établissements est suivi au réel, même si le chiffre
d’affaires ne dépasse pas le seuil de 15 000 000.00, les deux autres suivent
En aucun cas, il ne peut relever de deux régimes différents.
Bien à vous.
IFU à compter du 2020
Les nouveaux contribuables
Article 17 du CPF pour 2020
Le régime de l’IFU ne pourra être accordé aux nouveaux contribuables qu’à
compter du 1er janvier de l’année suivant celle du début d’activité et à condition
qu’ils aient au moins trois ((3) mois d’exercice.
Remarque
Ce qui implique que les contribuables qui débute leurs activités à compté du 16/10
de l’année ne pourrons pas soumis à l’IFU en N mais en N+1, dés lors ils seront
suivis au régime général (dépôt des déclarations G n°50 et G n°50 bis).
Dans le cas contraire, ils ne pourront être admis à ce régime qu’à compter du 1 er
janvier de la deuxième année de leur activité. ».
Article 17 bis du CPF pour 2020
Les nouveaux contribuables, sont tenus de souscrire la déclaration prévue à l’article
1er du présent code et de s’acquitter, trimestriellement et de manière spontanée,
du montant de l’impôt forfaitaire unique dû au titre du chiffre d’affaires réellement
réalisé.
Les nouveaux contribuables peuvent opter pour l’imposition d’après le régime du
bénéfice réel, lors de la souscription de la déclaration d’existence, prévue à l’article
183 du code des impôts directs et taxes assimilées. .
Remarque
L’option au réel est tributaire de la souscription de la déclaration d’existence, mais ne
la limite pas dans le temps.

Article 37 PLF pour 2020


Les dispositions de l’article du code des taxes sur le chiffre d’affaires sont
modifiées et rédigées comme suit :
Article 8 du CTCA
Modifie par les articles 71 de la loi de finances 96, 47 de la loi de finances
1997,21 de la loi de finances 2001, 39 de la loi de finances 2003, 27 de la
loi de finances 2007, 2 de la loi de finances complémentaire 2007,15 de la
loi de finances complémentaire 2009, 15 de la loi de finances 2014 et 30
de la loi de finances 2015. Et modifié par l’article 33 de la loi de finances
pour 2020.
Sont exclues du champ d'application de la taxe sur la valeur ajoutée :
1)- les affaires de vente portant sur :
a)- les produits passibles de la taxe sanitaire sur les viandes à l’exception des
viandes rouges congelées ;
b)- les dépouilles provenant des animaux soumis à la taxe à l'abattage, mais
seulement en se qui concerne la première vente après l'abattage.
c)- Les ouvrages d’or, d’argent et de platine soumis au droit de garantie, à
l’exclusion des bijoux de luxe tels que définis à l’article 359 du code des
impôts indirects.
2)- abrogé par l’article 33 de la loi de finances pour 2020.
3)- Les opérations réalisées entre les sociétés membres relevant d’un même groupe
tel que défini par l’article 138 bis du code des impôts directs et taxes assimilées.
Remarque
Le régime général est applicable de droit aux nouveaux contribuables
c'est-à-dire ceux susceptibles d’êtres versés à l’IFU, ne sont pas exclus de
la TVA, je parle des activités de ventes aux détails comme par exemple
l’activité de l’alimentation générale !
Car aucun article ne les exclus après l’abrogation de l’alinéa 2 de l’article
8 du CTCA.
Rédaction de l’alinéa 2 avant son abrogation
2)- Les affaires faites par les personnes dont le chiffre d’affaires global est
inférieur ou égal à 30.000.000 DA.
Pour l'application des dispositions du présent paragraphe, le chiffre d'affaires global,
à considérer chaque année est celui réalisé durant l'année précédente ; si l'intéressé
n'a pas exercé son activité durant l'année entière, le montant annuel de son chiffre
d'affaires est déterminé proportionnellement au chiffre d'affaires réalisé durant la
période d'exploitation.
Pour ne pas pénaliser les contribuable, il ne faut pas l’abroger mais le
modifié comme suit :
2)- Les affaires faites par les personnes dont le chiffre d’affaires global est
inférieur ou égal à 15.000.000 DA.
Pour l'application des dispositions du présent paragraphe, le chiffre d'affaires global,
à considérer chaque année est celui réalisé durant l'année précédente ; si l'intéressé
n'a pas exercé son activité durant l'année entière, le montant annuel de son chiffre
d'affaires est déterminé proportionnellement au chiffre d'affaires réalisé durant la
période d'exploitation.
A défaut
Tous les nouveaux contribuables et quelques soit leurs activités ils sont
assujettis à la TVA.

Mais heureusement, il existe une note qui règle le problème, la voici :

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère des Finances


Direction Générale des Impôts
CIRCULAIRE N° 06 MF/MDB/DGI/DLF/LF/LFC/ 2001
A
Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya
En communication à:
Messieurs les Directeurs Régionaux des Impôts
Messieurs les Inspecteurs Régionaux des Services Fiscaux

Objet : T.V.A. - Exclusion du champ d’application de la TVA des opérations


de vente au détail réalisées par les contribuables relevant du régime du
forfait.
- Assujettissement de la fourniture d’accès à Internet au taux réduit de
7% de la TVA.
Référence : - Articles 10, 12, 13, 14 et 15 de la loi n°01-12 du 19 Juillet
2001 portant loi de finances complémentaire pour 2001.
- Articles 2-12°, 23-12°, 2-18°, 41-8°, 89 et 91 du code des taxes sur le
chiffre d’affaires.
La présente circulaire a pour objet de porter à la connaissance des services, les
modifications introduites par les dispositions des articles 10, 12, 13, 14 et 15 de la
loi de finances complémentaire pour 2001, au niveau des dispositions des articles 2-
12°, 23-12°, 23-18°, 41-8°, 89 et 91 du code des taxes sur le chiffre d’affaires.
I. EXCLUSION DU CHAMP D’APPLICATION DE LA TVA DES OPERATION DE
VENTE AU DETAIL REALISEES PAR LES CONTRIBUABLES RELEVANT DU
REGIME DU FORFAIT :
Les dispositions de l’article 10 de la loi de finances complémentaire pour 2001 ont
modifié celles de l’article 2-12° du code des TCA à l’effet d’exclure du champ
d’application de la TVA les opérations de vente réalisées par les commerçants
détaillants relevant du régime du forfait.
Consécutivement à ces modifications, les opérations de vente au détail, à l’exception
de ceux expressément exclues relèvent du régime général de la TVA aux taux
correspondants aux produits commercialisés (exonérés, 7% et 17%) avec droit à
déduction.
Dans ce cadre, les articles 13 et 14 de la loi de finances complémentaire pour 2001
ont modifié les dispositions de l’article 23-12 et 41-8 du code des TCA pour y
supprimer la référence aux activités de commerce de détail (taux forfaitaire
d’imposition et principe de non déductibilité de la taxe).
II)- FIXATION DES SEUILS POUR L’APPLICATION DU REGIME DU FORFAIT
EN MATIERE DE TVA :
L’article 15 de la loi de finances complémentaire pour 2001 a réhabilité les
dispositions des articles 89 et 91 du code des TCA en vigueur au 31 décembre 2000,
relatives aux régimes d’imposition.
IV)- DATE D’EFFET :
Les présentes dispositions prennent effet à compter du 21 Juillet 2001.
Vous voudrez bien assurer la diffusion de la présente circulaire, veiller à son
application et me faire part, sous le timbre de la présente circulaire, des difficultés
éventuellement rencontrées.
IFU à compter du 2020
Les nouveaux contribuables
Article 17 du CPF pour 2020
Le régime de l’IFU ne pourra être accordé aux nouveaux contribuables qu’à
compter du 1er janvier de l’année suivant celle du début d’activité et à condition
qu’ils aient au moins trois ((3) mois d’exercice.
Remarque
Ce qui implique que les contribuables qui débute leurs activités à compté du
16/10 de l’année ne pourrons pas soumis à l’IFU en N mais en N+1, dés lors ils
seront suivis au régime général (dépôt des déclarations G n°50 et G n°50 bis).
Dans le cas contraire, ils ne pourront être admis à ce régime qu’à compter du
1er janvier de la deuxième année de leur activité. ».
Article 17 bis du CPF pour 2020
Les nouveaux contribuables, sont tenus de souscrire la déclaration prévue à l’article
1er du présent code et de s’acquitter, trimestriellement et de manière spontanée,
du montant de l’impôt forfaitaire unique dû au titre du chiffre d’affaires réellement
réalisé.
Les nouveaux contribuables peuvent opter pour l’imposition d’après le régime du
bénéfice réel, lors de la souscription de la déclaration d’existence, prévue à l’article
183 du code des impôts directs et taxes assimilées..
Remarque
L’option au réel est tributaire de la souscription de la déclaration d’existence, mais ne
la limite pas dans le temps.
Article 14 du CPF à compter du 01/01/2020
Lorsque le chiffre d’affaires de l’une des années de la période forfaitaire s’avère
supérieur à 20 % du chiffre d’affaires retenu sans dépasser les limites
(15 000 000.00) prévues à l’article 282 ter du code des impôts directs et taxes
assimilées, il est procédé à une régularisation sur la base de celui effectivement réali
1er C 4
Année 2020
Préconisé par C n°4
2021/2020
Recette journalière = 5 000.00
Chiffre d’affaires retenu = 5 000.00 x 300 J = 1 500 000.00
Chiffre d’affaires déclaré = 1 300 000.00
Chiffre d’affaires retenu sur C n° 9 1 300 000..00
Différence = 200 000.00
Droit IFU à 12 % 24 000.00
Pénalités à 10 % 2 400..00
Total 26 400..00
Analyse
Le rapport 1 500 000.00 / 1 300 000.00 = 15.38 %
Donc inferieur à 20 % pas de régularisation compte tenu de l’article 14 du CPF en
vigueur à compter du 01/01/2019
2ème C 4
Préconisé par C n°4
2021/2020
Année 2020
Recette journalière = 12 000.00
Chiffre d’affaires retenu = 30 000.00 x 300 J = 9 000 000.00
Chiffre d’affaires déclaré = 7 000 000.00
Chiffre d’affaires retenu sur C n° 9 7 000 000.00
Différence = 2 000 000.00
Droit IFU à 12 % 240 000.00
Pénalités à 25 % 60 000.00
Total 300 000.00
Analyse
Le rapport 9 000 000.00 / 7 000 000.00 = 28.57 %
Donc supérieur à 20 % donc il y’a régularisation
3ème C 4
2021/2020
Année 2020
Recette journalière = 60 000.00
Chiffre d’affaires retenu = 60 000.00 x 300 J = 18 000 000.00
Chiffre d’affaires déclaré = 14 000 000.00
Chiffre d’affaires retenu sur C n° 9 7 000 000.00
Différence = 2 000 000.00
Droit IFU à 12 % 240 000.00
Pénalités à 25 % 60 000.00
Total 300 000.00
Analyse
Le rapport 9 000 000.00 / 7 000 000.00 = 28.57 %
Donc supérieur à 20 % donc il y’a régularisation
L’IMPOT
FORFAITAIRE UNIQUE
Notre synthèse, qui ne vous est pas opposable !
Le Cadre légal
1)- Objet
Les mesures introduites par le Projet de la Loi de Finances pour 2020 ont modifiés de
nouveau le régime de l’impôt forfaitaire unique « IFU ».
2)- Champ d’application :
A) - Règles générales d’assujettissement
Le régime de l’Impôt forfaitaire unique s’applique de plein droit aux :
1)- Personnes physiques dont le commerce principal est de vendre des marchandises et
des objets, lorsque leur chiffre d'affaires annuel n'excède pas 15.000.000 DA, y compris les
artisans exerçant une activité artisanale artistique ;
2)- Personnes physiques exerçant les autres activités lorsque leur chiffre d'affaires annuel,
n'excède pas 15.000.000 DA ;
3)- Personnes physiques qui exercent simultanément des activités relevant des deux
catégories
visées aux paragraphes 1 et 2, ne sont soumises à l'impôt forfaitaire unique que dans la
mesure où la limite de15.000.000 de DA n'est pas dépassée ;
Il est entendu par l'exercice simultané des activités relevant des deux catégories, l'activité
mixte d'achat revente et de prestation de service dans un même local.
Lorsqu'un contribuable exploite simultanément, dans une même localité ou dans des
localités différentes, plusieurs établissements, boutiques, magasins, ateliers, autres lieux
d'exercice d'une activité, chacun d'entre eux est considéré comme une entreprise en
exploitation distincte faisant dans tous les cas l'objet d'une imposition séparée, dès lors que
le chiffre d'affaires total réalisé au titre de l'ensemble des activités exercées n'excède pas le
seuil de trois millions de dinars (15.000.000,00 DA).
Dans le cas contraire, le contribuable concerné peut opter pour l'imposition d'après le
régime du réel pour la totalité de ses revenus.
B) - Les Opérations exclues de l'Impôt Forfaitaire Unique
Sont exclus du régime de l'impôt forfaitaire unique :
1)- Les activités de promotion immobilière et de lotissement de terrains;
2)- Les activités d’importation de biens et marchandises destinés à la revente en
l’état;
3)- Les activités d’achat revente en l’état exercées dans les conditions de gros,
conformément aux dispositions prévues à l’article 224 du présent code;
4)- Les activités exercées par les concessionnaires ;
5)- Les activités exercées par les cliniques et établissements privés de santé, ainsi
que les laboratoires d’analyses médicales ;
6)- Les activités de restauration et d’hôtellerie classées ;
7)- Les affineurs et les recycleurs, des métaux précieux, les fabricants et les
marchands d’ouvrages d’or et de platine ;
8)- Les Travaux publics, hydrauliques et de bâtiments.
Le régime de l’impôt forfaitaire unique demeure applicable pour l’établissement de
l’imposition due au titre de la première année au cours de laquelle le chiffre
d’affaires limites prévus pour ce régime est dépassé.
Cette imposition est établie compte tenu de ces dépassements.
Ce régime demeure également applicable pour l’année suivante.
C) - L'option au régime du réel :
Les nouveaux contribuables peuvent opter pour l’imposition d’après le régime du
bénéfice réel, lors de la souscription de la déclaration d’existence, prévue à l’article
183 du code des impôts directs et taxes assimilées. .
D) - Exemptions :
Sont exemptés de l’impôt forfaitaire unique :
- les entreprises relevant des associations de personnes handicapées agréées ainsi que les
structures qui en dépendent,
- les montants des recettes réalisées par les troupes théâtrales,
- les artisans traditionnels ainsi que ceux exerçant une activité d’artisanat d’art, ayant
souscrit à un cahier des charges dont les prescriptions sont fixées par voie réglementaire.
Les activités exercées par les jeunes promoteurs d’investissements, d’activités ou de
projets, éligibles à l’aide du « Fonds national de soutien à l’emploi des jeunes » ou du «
Fonds national de
soutien au micro crédit » ou de la « Caisse nationale d’assurance-chômage», bénéficient
d’une exonération totale de l’impôt forfaitaire unique, pendant une période de trois (03)
ans, à compter de la date de sa mise en exploitation.
Lorsque ces activités sont implantées dans une zone à promouvoir dont la liste est fixée par
une voie réglementaire, la période de l’exonération est portée à six (06) années à compter
de la mise en exploitation.
Cette période est prorogée de deux (02) années lorsque les promoteurs d’investissements
s’engagent à recruter au moins trois (03) employés à durée indéterminée.
Le non-respect des engagements liés au nombre d’emplois créés entraîne le retrait de
l’agrément et le rappel des droits et taxes qui auraient dû être acquittés.
Toutefois, ils demeurent assujettis au payement du minimum d’imposition correspondant à
50% du montant de celui prévu à l’article 365 bis du code des impôts directs et taxes
assimilées.
3)- PROCEDURES D'IMPOSITION DE L'IMPOT FORFAITAIRE UNIQUE
A) - Modalités de fixation du chiffre d'affaires imposable :
Les contribuables dont le Chiffre d'Affaires annuel n'excède pas le seuil de 3 millions de DA,
sont rendus destinataires par lettre recommandée avec accusé de réception d'une
notification (avis d'évaluation C n°8) mentionnant pour chacune des années de la période
biennale les chiffres d'affaires proposés par le service, lesquels peuvent varier d'une année
à l'autre.
Les bases d’imposition notifiées sont déterminées les éléments contenus dans la déclaration
déposée (G12), les renseignements recueillis par le service (PV de constat) et autres
informations en possession du service.
L’intéressé dispose d’un délai de tente (30) jours, à partir de la date de réception de cette
notification, soit pour faire parvenir son acceptation, soit pour formuler ses observations en
indiquant les chiffres qu’il serait disposé à accepter.
En cas d’acceptation ou d’absence de réponse dans le délai fixé l’évaluation notifiée sert de
base à l’imposition,
Si le contribuable n’accepte pas l’évaluation qui lui a été notifiée et si l’administration fiscale
ne retient pas les contre-propositions qu’il a faites, l’intéressé conserve la possibilité, après
l’évaluation des bases de demander la réduction de l’imposition au moyen d’une réclamation
contentieuse.
Enfin, le service gestionnaire procède à l’envoi de l’avis de notification (C9) fixant les
éléments définitifs d’imposition retenus en matière de chiffre d’affaires et de l’impôt dû.
B) - Taux applicables :
Le taux de l’impôt Forfaitaire Unique est fixé comme suit :
- 5 % au titre des activités d’achat- revente des marchandises et des objets, ainsi que des
activités d’artisanat d’art.
Par l’activité d’artisanat d’art, il faut entendre celles exercées par les artisans traditionnels et
d’art, reprises à la partie I: « artisanat traditionnel et d’art » de la nomenclature des
activités artisanales et des métiers prévus par le décret exécutif N°97-140 du 30 Avril 1997
-12 % au titre des autres activités prestations de services.
Concernant l’activité mixte chaque chiffre d’affaires est soumis au taux correspondant.
4) – Aspects Particuliers :
A) - Dénonciation :
L’évaluation Forfaitaire peut être dénoncée soit :
- Par le contribuable avant le 1er Avril de la deuxième année de la période biennale pour
laquelle elle a été conclue ;
- Par l’Administration fiscale pendant les trois premiers mois de la même année, au cours
desquels le contribuable a lui-même la faculté de mettre un terme à son contrat de l’Impôt
Forfaitaire Unique.
A cet effet, il convient de signaler que l'évaluation forfaitaire peut être dénoncée par
l'administration fiscale (C11) sur la base d'informations dûment fondées, lorsque le chiffre
d'affaires excède le seuil de 15.000.000 DA, tel que prévu à l'article 282 ter du Code des
Impôts Directs et Taxes Assimilées.
Dans ce cas, le contribuable concerné est versé au régime du réel au début de l'année qui
suit celle de la constatation du dépassement du seuil.
B) - Régularisation :
La base d'imposition retenue pour le calcul de l'Impôt Forfaitaire Unique, peut être revue à
la hausse lorsque le chiffre d'affaires de l'une des années de la période forfaitaire s'avère
supérieur à 20 % du chiffre d'affaires retenu, sans dépasser le seuil du forfait.
Il est procédé à une régularisation sur la base de celui effectivement réalisé.
Il est à noter que, le régime de l'Impôt Forfaitaire Unique demeure applicable pour
l'établissement de l'imposition due au titre de la première année au cours de laquelle le
chiffre d'affaires limite prévu pour ce régime, est dépassé.
Aussi l'imposition au titre de cette année doit être établie en tenant compte du montant des
dépassements constatés.
C) - Caducité:
Le contrat de l'Impôt Forfaitaire Unique devient caduc, lorsque le montant du Chiffre
d'Affaires en a été fixé sur la base de renseignements qui se sont avérés par la suite
inexacts ou lorsqu'une inexactitude est constatée dans les documents dont la production ou
la tenue est exigée par la loi. Il est alors procédé à l'établissement d'un nouveau contrat de
l'Impôt Forfaitaire
Unique si le contribuable remplit encore les conditions prévues pour bénéficier du régime
correspondant.
D) - Modification :
L'évaluation forfaitaire est modifiée en cas de changement d'activité ou de législation
nouvelle.
E)- Cession et cessation d'activité :
a)- Cessation :
Sont notamment considérées comme cessation d'activité :
- la rupture de contrat de location des propriétés bâties par des personnes physiques;
- le décès du contribuable.
Lorsque le contribuable cesse son activité au cours de la première année biennale ou, en
cas de reconduction tacite, au cours de l'année suivant celle couverte par cette
reconduction, pour le calcul de l'Impôt Forfaitaire Unique, dans ce cas, la base fixée pour
l'année précédente est ajustée au prorata du temps écoulé du 1er janvier jusqu'au jour de
la déclaration de cessation.
Par ailleurs, lorsque la cessation intervient au cours de la deuxième année biennale, la base
à retenir est celle fixée pour l’année considérée réduite au prorata temporisé.
b)- Cession :
Il est rappelé, qu’en cas de cession, les plus values provenant du fonds de commerce, des
stocks et des éléments de l'actif immobilisé cédés, sont imposables à l'IRG dans les
conditions de l'article 173 du code des impôts directs et taxes assimilées.
Aussi, dans le cas de cession à titre onéreux, le successeur du contribuable peut être rendu
responsable solidairement avec son prédécesseur du paiement de l'impôt dû dans les
conditions prévus par l'article 132/4 et 5 du code des impôts directs et taxes assimilées.
5)- Modalités de Paiement de l ’ I F U :
Nonobstant toutes dispositions contraires, les contribuables relevant du régiml'impôt
forfaitaire unique s'acquittent auprès du receveur des impôts du lieu de l'exercice de leur
activité de l'impôt dans les conditions ci- après :
- l‘impôt forfaitaire unique est établi selon les dispositions prévues aux articles 282
ter et 282 quater du code des impôts directs et taxes assimilées;
- les contribuables procèdent au paiement total de l‘impôt forfaitaire unique
correspondant au chiffre d‘affaires arrêté, entre le 1 er et 31 juillet de chaque année.
Ces contribuables peuvent recourir au paiement fractionné de l‘impôt forfaitaire
unique.
Dans ce cas, ils doivent s‘acquitter, durant la période suscitée, de 50 % du
montant de l‘impôt forfaitaire unique (IFU).
Pour les 50 % restant, leur paiement s‘effectue en deux versements égaux, du 1 er
au 15 septembre et du 1er au 15 décembre.
Lorsque le délai de paiement expire un jour de congé légal, le paiement est reporté
au premier jour ouvrable qui suit. ».
Précis
Les présentes propositions de mesures visent la révision du cadre régissant le
régime de l’impôt forfaitaire unique.
Celles-ci visent essentiellement :
- L’amélioration du rendement du produit de l’IFU nonobstant la révision à la baisse
du seuil d’imposition ainsi que l’exclusion de personnes morales ainsi que les
professions non commerciales de ce régime ;
- La simplification de son mode d’imposition en réaménageant l’établissement de
l’assiette fiscale des personnes relevant de l’IFU à travers l’institution d’un contrat
bilatéral fixant le niveau du chiffre d’affaires annuel pour une période de deux ans
entre ce dernier et l’administration fiscale. A titre de rappel, l’IFU est actuellement
établi unilatéralement, liquidé et payé par le contribuable lui-même ;
- La révision des critères d’éligibilité à ce régime par l’exclusion de certaines
activités qui, de par leur nature, sont incompatibles avec ce régime devant être en
définitif réservé aux petits commerçants ce qui ne manquera pas d’accroitre les
recettes fiscales en raison de leur assujettissement à l’IBS ou à l’IRG selon le cas, à
la TAP et à la TVA ;
- Une augmentation de la population fiscale devant être suivi au régime du réel et
gérée par les CDI et par voie de conséquence celle devant faire l’objet d’un
contrôle fiscal;
- Elargissement de la population fiscale qui sera soumise à l’obligation de
facturation avec mention de la TVA;
- Une meilleure répartition des contribuables entre les CDI et les CPI aux fins d’une
exploitation optimale de ces nouvelles structures ;
- Un meilleur suivi, au plan fiscal, des contribuables relevant de ce régime.
En définitif, il est attendu un accroissement des recettes fiscales en terme,
notamment, de TVA et de TAP dont une partie est destinée au financement du
budget des collectivités locales.
6)- Obligations et Sanctions :
A)- Obligations :
a)- Obligation de déclaration
Les nouveaux contribuables doivent dans les 30 jours du début de leur activité souscrire
auprès de l'inspection des impôts dont ils dépendent, une déclaration d'existence.
Aussi, les contribuables soumis à l'impôt forfaitaire unique sont tenus de souscrire et de
faire parvenir à l'inspecteur des impôts du lieu d'implantation de l'activité, avant le 1er
février de chaque année, une déclaration spéciale dont le modèle est fixé par
l'administration fiscale.
Les contribuables employant du personnel, sont tenus de souscrire trimestriellement, la
déclaration relative à l'IRG/S (modèle G n° 50 ter).
Ils doivent, en outre, tenir et présenter à toute réquisition de l'administration fiscale :
- un registre récapitulé par année, contenant le détail de leurs achats, appuyé des factures
et de toutes pièces justificatives.
- un registre contenant le détail de leurs ventes.
Les deux registres doivent être côtés et paraphés par les services fiscaux.
En cas de cession ou cessation d'activité, les contribuables soumis au régime de l'
Impôt Forfaitaire Unique, sont tenus de faire parvenir à l'inspecteur des impôts de
rattachement, une déclaration de cessation, dans le délai de 10 jours.
Enfin, il est à signaler que pour cette catégorie de contribuables l'obligation déclarative liée
à l'IRG / Domicile (G01) est supprimée.
b) - Obligations de payement :
Les contribuables soumis au régime de l'IFU sont tenus de payer trimestriellement leur
impôt, auprès de la recette du lieu de l'exercice de leur activité.
Aussi, ils s'acquittent selon le cas trimestriellement ou mensuellement de l'IRG, au titre des
salaires versés.
B)- Sanctions:
a)- de déclaration :
Le contribuable qui n'a pas souscrit dans les délais requis la déclaration d’existence est
passible d’une amende fiscale dont le montant est fixé à 30.000 DA, sans préjudice des
sanctions prévues à cet effet.
Sont passibles d’une amende de cinq mille dinars (10.000 DA) les contribuables relevant du
régime de l’impôt Forfaitaire Unique qui ne tiennent pas les registres côtés et paraphés
prévus à cet effet.
En cas de retard ou de défaut de production de la déclaration annuelle (G 12) le service
procède à l'évaluation d'office des Chiffres d'Affaires, bases d'imposition à l‘IFU
b)- de paiement :
Le contribuable qui n’a pas souscrit la déclaration prévue à l’article premier du code
des procédures fiscales, après expiration du délai imparti, sa cotisation est
augmentée, selon le cas, des majorations suivantes :
- 10 % si le retard n’excède pas un (01) mois ;
- 15 % si le retard excède un (01) mois, mais ne dépasse pas deux (02) mois.
- 20 % lorsque le retard excède deux (2) mois ».
c)- Cas particulier de l'IRG - Salaires :
S'agissant de droits au comptant, le défaut de déclaration et de paiement des droits relatifs
à l'IRG/Salaires donne lieu à l'application d'une pénalité de recouvrement de 10 %.
Cette pénalité est portée à 25 % après que l'administration ait mis en demeure le débiteur
par lettre recommandée avec avis de réception, de régulariser sa situation dans un délai
d'un mois.
Tout employeur soumis à l’IFU qui n'a pas opéré les retenues au titre de l’IRG/Salaires ou
qui a effectué des retenues insuffisantes, doit verser le montant des retenues non effectués,
majoré de 25 % de pénalité d'assiette.
Dans ce cas, les droits simples sont calculés en appliquant un taux de 20 % au titre de
l’IRG/ salaires tel que prévu par l'article 130 du CIDTA.
7)-Règles du Contentieux :
Les mêmes règles applicables en matière de contentieux sont étendues au régime de
l'Impôt Forfaitaire Unique.
Toutefois, le délai de traitement du contentieux est ramené à deux (02) mois pour les
réclamations introduites par les contribuables relevant du régime de l'Impôt Forfaitaire
Unique.
8)- Répartition Budgétaire :
Le produit de l'Impôt Forfaitaire Unique est réparti comme suit :
- Budget de l’Etat : 49 %;
- Chambres de commerce et d’industrie : 0,5 %;
- Chambre nationale de l’artisanat et des métiers : 0,01% ;
- Chambres de l’artisanat et des métiers : 0,24 % ;
- Communes : 40, 25% ;
- Wilayas : 5% ;
- Fonds commun des collectivités locales (FCCL) : 5%.155
II) -MODALITES PRATIQUES D'APPLICATION DE l’IFU:
1)- Conditions générales de mise en oeuvre de l'IFU
En plus de ses objectifs de simplification et d'unification avec, notamment, l'abandon de
l'IRG domicile pour cette catégorie de contribuables, l'IFU a été conçu en préservant les
imprimés et le processus de fixation des bases d'imposition déjà en vigueur sous l'ancien
régime du forfait, dans le but évident de faciliter sa mise en oeuvre tant pour les services
gestionnaires que pour les citoyens.
Des aménagements nécessaires ont été apportés, aussi bien aux imprimés utilisés (annexe
n° 2), qu'aux procédures de gestion, notamment, par la mise en place d'une commission
interne d'évaluation dont le rôle est de coordonner les travaux et garantir, ainsi, une
cohérence d'ensemble à cette opération.
A)- Rôle de la commission interne d'évaluation de Wilaya :
Présidée par le DIW, la commission interne d'évaluation se compose des membres
suivants :
- SDOF et deux chefs de bureaux assiette……………………membres.
- SDR…………………...…………………………………….membre.
- SDCTIX …………………………………………………….membre.
- un vérificateur de gestion (assiette) désigné par l'IRSF.........membre.
- Le (s) Chef (s) d'inspections concerné(s)………………….. membre(s).
- Un receveur des Impôts ……………………………………membre.
Elle est chargée de veiller à l'application et au respect de la législation et de la
réglementation en vigueur, d'une part et à la préservation des droits des contribuables,
d'autre part.
Son rôle consiste, en outre, à veiller à la bonne vulgarisation de l'IFU et à la prise en charge
des préoccupations des contribuables et de leurs associations :
a)- à travers des orientations données, préalablement à toute opération de l'IFU et des
actions de vulgarisation, pour la prise en charge de certaines corporations (spécificités de
certaines activités, notamment, les taxis et petits transporteurs, prise en compte des
conjonctures économiques et sociales, spécificités géographiques, etc.)
b)- à travers l’examen des réponses des contribuables portées sur l’avis d’évaluation C N°8,
en cas de contestation.
La commission émet des avis auxquels les services de base doivent se conformer.
B )- Travaux liés à l'assiette :
Les travaux liés à l'assiette concernent, aussi bien la constitution du fichier des
contribuables IFU, que les différentes phases d'établissement des contrats.
a)-Constitution du fichier des contribuables IFU :
Il est impératif que les inspections des impôts, sous le contrôle et l'animation des
DIW, accélèrent les travaux de recensement pour optimiser le fichier des contribuables IFU.
Ces travaux d'identification sur le terrain sont obligatoires et nécessaires pour une maîtrise
satisfaisante de la population et de l'assiette fiscales.
A cette occasion, les travaux d'études sur le terrain doivent être lancés d'une manière
coordonnée en vue de disposer d'un maximum de renseignements concourant à l'évaluation
du chiffre d'affaires à proposer aux contribuables de l’IFU.
Il est précisé dans ce cadre, qu'il est attendu des services une production et une mise à jour
du fichier se caractérisant par une population fiscale forfaitaire plus importante, du fait de
l'élargissement du plafond d'assujettissement (15.000.000,00) par le versement des
contribuables concernés à l'IFU. Cette nouvelle population est constituée, donc :
- Des contribuables déjà suivis au forfait ;
- Des commerçants recensés et non pris en charge par les services ;
- Des nouveaux contribuables ayant exercé pendant au moins 03 mois au 31/12/2019;
b)- Procédure de conclusion des contrats
1)- Envoi des déclarations aux contribuables
Les déclarations série G n° 12 sont fournies par l'Administration Fiscale.
Cependant, pour s'assurer de leur bonne réception par les contribuables, les services
d'assiette devront assurer l'envoi à l'ensemble de la population fiscale soumise à l'IFU.
Pour le cas particulier des contribuables versés du réel au régime de l'IFU, un courrier
personnalisé est prévu à cet effet, les informant des changements introduits et des
obligations qui en découlent.
2) - Réception des déclarations :
L'envoi des déclarations suscitera légitimement un besoin d'information que les
contribuables ne manqueront pas d'exprimer en se déplaçant, notamment, auprès des
services de base.
A ce titre, la DIW et les inspections devront assurer un service d'accueil à même de les
renseigner utilement.
Au fur et à mesure de la réception des déclarations, le registre des déclarations doit être
annoté en conséquence afin de relancer les contribuables défaillants.
3) - Exploitation des déclarations et des renseignements en possession du
service :
Le chiffre d'affaires à proposer au contribuable et servant de base au calcul de l’IFU est
déterminé en tenant compte, le cas échéant, des orientations spécifiques de la commission
interne d'évaluation et de l'exploitation combinée des données suivantes:
- les renseignements contenus dans la déclaration du contribuable ;
- les résultats de recensement et des travaux d’étude ;
- les recoupements et autres renseignements détenus par le service.
4) -Etablissement et envoi de l'avis d'évaluation du chiffre d'affaires (série C n °
8)
Sans attendre la date limite de dépôt du 21 février et pour les déclarations déjà reçues
l'inspection doit procéder, sans délai, à leur exploitation telle que décrite plus haut pour
déterminer les Chiffres d'Affaires à proposer et envoyer les C n°8 correspondants.
Il en sera de même pour le reste des contribuables.
L'enjeu, durant cette phase cruciale, est double : il s'agit d'une part de formuler des
propositions conformes aux instructions données en tenant compte du (contexte fiscal) du
contribuable, et d'autre part de respecter les délais administratifs autorisant la clôture de
l'opération au plus tard début mai.
Cas de contribuables bénéficiant d’exonérations ou d’abattements :
A l'effet de sauvegarder les exonérations et les abattements, toujours en vigueur, accordés
par la législation au titre de l'IRG, de la TAP et de la TVA et qui ne trouvent plus à
s'appliquer avec l'institution de l'IFU, des abattements spécifiques peuvent être appliqués
pour la détermination du CA imposable. Ces abattements feront l'objet d'une note
particulière.
5) - Etablissement de l’avis de notification définitive (série C n °9)
Dès réception des réponses des contribuables, le service d'assiette procède à leur analyse
en vue de l’établissement de l'avis de notification définitive.
Important :
Tous les cas contestés doivent être soumis, pour avis, à la commission interne d'évaluation.
Le C n° 9 est établi en quatre (04) exemplaires destinés :
1)- au contribuable.
2)- au receveur.
3)- à être classé dans le dossier activité.
4)- à l'inspection gérant le domicile pour information et exploitation.
Les services d'assiette doivent faire preuve de sérieux et de célérité à l’effet de mener à
bien la clôture de cette opération dans les délais impartis.
Pour rendre exécutoire les contrats établis, le chef d'inspection est tenu de reprendre sur le
bordereau récapitulatif (série D n°40), les contrats conclus au titre de chaque année.
Ce bordereau établi par commune et en double exemplaire comportera les montants des CA
imposables ainsi que les montants de l’IFU correspondant (y compris l’IFU au minimum
d’imposition).
Textes de références
Article 8 PLF pour 2020
Les dispositions des articles 282 bis, 282 ter, 282 quater et 282 quinquiès du
code des impôts directs et taxes assimilées sont modifiées, complétées et
rédigées comme suit :
Article 282 bis
Il est établi un impôt unique forfaitaire qui couvre l’IRG, la TVA et la TAP.
».
Article 282 ter
Sont soumis au régime de l’impôt forfaitaire unique, les personnes physiques
exerçant une activité industrielle, commerciale, artisanale ainsi que les coopératives
artisanales dont le chiffre d’affaires annuel n’excède pas quinze millions de
dinars (15.000.000 DA), à l’exception de celles ayant opté pour le régime
d’imposition d’après le bénéfice réel.
Sont exclus de ce régime d’imposition :
1)- Les activités de promotion immobilière et de lotissement de terrains;
2)- Les activités d’importation de biens et marchandises destinés à la revente en
l’état;
3)- Les activités d’achat revente en l’état exercées dans les conditions de gros,
conformément aux dispositions prévues à l’article 224 du présent code;
4)- Les activités exercées par les concessionnaires ;
5)- Les activités exercées par les cliniques et établissements privés de santé, ainsi
que les laboratoires d’analyses médicales ;
6)- Les activités de restauration et d’hôtellerie classées ;
7)- Les affineurs et les recycleurs, des métaux précieux, les fabricants et les
marchands d’ouvrages d’or et de platine ;
8)- Les Travaux publics, hydrauliques et de bâtiments.
Le régime de l’impôt forfaitaire unique demeure applicable pour l’établissement de
l’imposition due au titre de la première année au cours de laquelle le chiffre
d’affaires limites prévus pour ce régime est dépassé.
Cette imposition est établie compte tenu de ces dépassements.
Ce régime demeure également applicable pour l’année suivante. ».
Article 282 quater
Les contribuables soumis à l’impôt forfaitaire unique, doivent verser l’impôt dû, à
l’administration fiscale suivant la périodicité prévue à l’article 365 du présent code.
Dans le cas où le chiffre d’affaires réalisé excède 20% du chiffre d’affaires arrêté,
l’impôt complémentaire doit être reversé à l’appui de la déclaration prévue à
l’article 1er du code des procédures fiscales.
Lorsque l’administration fiscale est en possession d’éléments décelant des
insuffisances de déclaration, elle peut rectifier les bases arrêtées suivant la
procédure prévue par l’article 19 du code des procédures fiscales.
Les redressements ainsi opérés sont établis par voie de rôle avec application des
sanctions fiscales pour insuffisance de déclaration prévues à l’article 282 undecies
du code des impôts directs et taxes assimilées.
Les contribuables ayant réalisé un chiffre d’affaires excédant le seuil d’imposition à
l’impôt forfaitaire unique, à la clôture de l’année suivant celle du dépassement du seuil
cité ci-dessus, sont versés au régime du bénéfice réel. ».
Article 282 quinquiès
Lorsqu’un contribuable exploite simultanément, dans une même localité ou dans
des localités différentes, plusieurs établissements, boutiques, magasins, ateliers,
chacun d’entre eux est considéré comme une entreprise en exploitation distincte
faisant dans tous les cas l’objet d’une imposition. ».
Section 4
Taux de l’impôt
Article 282sexiès.
Modifié par les articles 10 de la loi de finances complémentaire 2008, 12 de la loi
de finances 2012 et 13 de la loi de finances 2015.
Le taux de l’impôt forfaitaire unique est fixé comme suit :
- 5%, pour les activités de production et de vente de biens.
- 12%, pour les autres activités. 154
Section 5
Répartition du produit de l’impôt forfaitaire unique
Article 282septiès.
Modifié par les articles 11 de la loi de finances complémentaire 2008, 19 de la loi
de finances 2009, 12 de la loi de finances complémentaire 2009 et 13 de la loi de
finances 2015.
Le produit de l’impôt forfaitaire unique est réparti comme suit :
- Budget de l’Etat : 49 %;
- Chambres de commerce et d’industrie : 0,5 %;
- Chambre nationale de l’artisanat et des métiers : 0,01% ;
- Chambres de l’artisanat et des métiers : 0,24 % ;
- Communes : 40, 25% ;
- Wilayas : 5% ;
- Fonds commun des collectivités locales (FCCL) : 5%.155
Section 6
Exemptions et exonérations
Article 282octiès
Modifié par les articles 13 de la loi de finances complémentaire 2008 et 14 de la
loi de finances 2015.
Sont exemptés de l’impôt forfaitaire unique :
- les entreprises relevant des associations de personnes handicapées agréées ainsi que les
structures qui en dépendent,
- les montants des recettes réalisées par les troupes théâtrales,
- les artisans traditionnels ainsi que ceux exerçant une activité d’artisanat d’art, ayant
souscrit à un cahier des charges dont les prescriptions sont fixées par voie réglementaire.
Les activités exercées par les jeunes promoteurs d’investissements, d’activités ou de
projets, éligibles à l’aide du « Fonds national de soutien à l’emploi des jeunes » ou du «
Fonds national de soutien au micro crédit » ou de la « Caisse nationale d’assurance-
chômage», bénéficient d’une exonération totale de l’impôt forfaitaire unique, pendant une
période de trois (03) ans, à compter de la date de sa mise en exploitation.
Lorsque ces activités sont implantées dans une zone à promouvoir dont la liste est fixée par
une voie réglementaire, la période de l’exonération est portée à six (06) années à compter
de la mise en exploitation.
Cette période est prorogée de deux (02) années lorsque les promoteurs d’investissements
s’engagent à recruter au moins trois (03) employés à durée indéterminée.
Le non-respect des engagements liés au nombre d’emplois créés entraîne le retrait de
l’agrément et le rappel des droits et taxes qui auraient dû être acquittés.
Toutefois, ils demeurent assujettis au payement du minimum d’imposition correspondant à
50% du montant de celui prévu à l’article 365 bis du code des impôts directs et taxes
assimilées.
Article 9 PLF pour 2020
Il est créé au niveau du titre II de la troisième partie du code des impôts
directs et taxes assimilées une section 7 intitulée « majorations et amendes
fiscales ».
Article 10 PLF pour 2020
Il est créé au niveau de la section 7 du titre II de la troisième partie du code
des impôts directs et taxes assimilées, les articles 282 noniès, 282 decies,
282 undecies et 282 duodecies, rédigés comme suit :
Article 282 noniès
Le contribuable qui n’a pas souscrit la déclaration prévue à l’article premier du code
des procédures fiscales, après expiration du délai imparti, sa cotisation est
augmentée, selon le cas, des majorations suivantes :
- 10 % si le retard n’excède pas un (01) mois ;
- 15 % si le retard excède un (01) mois, mais ne dépasse pas deux (02) mois.
- 20 % lorsque le retard excède deux (2) mois ».
Article 282 deciès.
A l’expiration du délai de deux (02) mois prévu à l’article 282 noniès ci-dessus, le
contribuable qui n’a pas souscrit la déclaration édictée par l’article premier du code
des procédures fiscales est imposé d’office, assorti d’une majoration de 25%, après
avoir été mis en demeure, par pli recommandé avec accusé de réception, de la
produire dans un délai de trente (30) jours.
Toutefois, si la déclaration est produite dans le délai de trente (30) jours cité ci-
dessus, la majoration est ramenée à 20%. ».
Art. 282 undecies
Les insuffisances de déclaration ou les cas de manœuvres frauduleuses, objet de
régularisation par l’administration, sont passibles des sanctions prévues à l’article
193 du présent code. ».
Art 282 duodecies
Le défaut de tenue des registres prévus à l’article premier du code des procédures
Article 11 PLF pour 2020
Les dispositions des articles 365 et 365 bis du code des impôts directs et
taxes assimilées sont modifiées, complétées et rédigées comme suit :
Article 365
Nonobstant toutes dispositions contraires, les contribuables relevant
l'impôt forfaitaire unique s'acquittent auprès du receveur des impôts du lieu de l'exercice de
leur activité de l'impôt dans les conditions ci- après
- l‘impôt forfaitaire unique est établi selon les dispositions prévues aux articles 282
ter et 282 quater du code des impôts directs et taxes assimilées;
- les contribuables procèdent au paiement total de l‘impôt forfaitaire unique
correspondant au chiffre d‘affaires arrêté, entre le 1 er et 31 juillet de chaque année.
Ces contribuables peuvent recourir au paiement fractionné de l‘impôt forfaitaire
unique.
Dans ce cas, ils doivent s‘acquitter, durant la période suscitée, de 50 % du
montant de l‘impôt forfaitaire unique (IFU).
Pour les 50 % restant, leur paiement s‘effectue en deux versements égaux, du 1 er
au 15 septembre et du 1er au 15 décembre.
Lorsque le délai de paiement expire un jour de congé légal, le paiement est reporté
au premier jour ouvrable qui suit. ».
Précis
Les présentes propositions de mesures visent la révision du cadre régissant le
régime de l’impôt forfaitaire unique.
Celles-ci visent essentiellement :
- L’amélioration du rendement du produit de l’IFU nonobstant la révision à la baisse
du seuil d’imposition ainsi que l’exclusion de personnes morales ainsi que les
professions non commerciales de ce régime ;
- La simplification de son mode d’imposition en réaménageant l’établissement de
l’assiette fiscale des personnes relevant de l’IFU à travers l’institution d’un contrat
bilatéral fixant le niveau du chiffre d’affaires annuel pour une période de deux ans
entre ce dernier et l’administration fiscale. A titre de rappel, l’IFU est actuellement
établi unilatéralement, liquidé et payé par le contribuable lui-même ;
- La révision des critères d’éligibilité à ce régime par l’exclusion de certaines
activités qui, de par leur nature, sont incompatibles avec ce régime devant être en
définitif réservé aux petits commerçants ce qui ne manquera pas d’accroitre les
recettes fiscales en raison de leur assujettissement à l’IBS ou à l’IRG selon le cas, à
la TAP et à la TVA ;
- Une augmentation de la population fiscale devant être suivi au régime du réel et
gérée par les CDI et par voie de conséquence celle devant faire l’objet d’un
contrôle fiscal;
- Elargissement de la population fiscale qui sera soumise à l’obligation de
facturation avec mention de la TVA;
- Une meilleure répartition des contribuables entre les CDI et les CPI aux fins d’une
exploitation optimale de ces nouvelles structures ;
- Un meilleur suivi, au plan fiscal, des contribuables relevant de ce régime.
En définitif, il est attendu un accroissement des recettes fiscales en terme,
notamment, de TVA et de TAP dont une partie est destinée au financement du
budget des collectivités locales.
Article 43 PLF pour 2020
Les dispositions de l’article 1er du code des procédures fiscales sont modifiées,
complétées et rédigées comme suit :
Article 1 du CPF
Les contribuables soumis au régime de l’impôt forfaitaire unique sont tenus de souscrire et
de faire parvenir à l’inspecteur des impôts du lieu d’implantation de l’activité, avant le 1er
février de chaque année, une déclaration spéciale dont le modèle est fixé par
l’administration fiscale.
Ils doivent tenir et présenter à toute réquisition de l’administration fiscale, un registre côté
et paraphé par les services fiscaux, récapitulé par année, contenant le détail de leurs
achats, appuyé des factures et de toutes pièces justificatives.
En outre, ils doivent également tenir dans les mêmes conditions, un registre côté et
paraphé, contenant le détail de leurs ventes.
De même, les contribuables exerçant une activité de prestation sont tenus d’avoir et de
communiquer à toute réquisition de l’administration fiscale, un livre journal suivi au jour le
jour et représentant le détail de leurs recettes professionnelles.
Article 44 PLF pour 2020
Il est créé au niveau du titre premier de la première partie du code des
procédures fiscales, un article 2, rédigé comme suit :
Article 2 du CPF
L’administration fiscale adresse au contribuable placé sous le régime de l’impôt
forfaitaire unique, par lettre recommandée avec accusé de réception, une
notification de l’avis d’évaluation de l’impôt forfaitaire unique pour chacune des
années de la période forfaitaire.
L’intéressé dispose d’un délai de trente (30) jours à partir de la date de réception
de cette notification, soit pour faire parvenir son acceptation, soit pour formuler ses
observations en indiquant les chiffres qu’il serait disposé à accepter.
En cas d’acceptation ou d’absence de réponse dans le délai fixé, les chiffres d’affaires
notifiés sont retenus pour l’établissement de l’impôt forfaitaire unique.
Si le contribuable n’accepte pas les bases qui lui ont été définitivement notifiées, le
contribuable conserve la faculté, après l’évaluation des bases, de demander la
réduction de l’imposition au moyen d’une réclamation contentieuse, dans les
conditions fixées aux articles 71 à 90 ci-dessous.
Article 45 PLF pour 2020
Les dispositions de l’article 3 bis du code des procédures fiscales sont abrogées.
Article 46 PLF pour 2020
Il est créé au niveau du titre IV de la première partie du code des procédures
fiscales, un article 12, rédigé comme suit :
Article 12 du CPF
L’évaluation des bases d’imposition à l’ l’impôt forfaitaire unique, peut être
dénoncée par l’administration fiscale ou par le contribuable avant le 1er Avril de la
deuxième année de la période biennale pour laquelle elle a été conclue.
Article 47 PLF pour 2020
Les dispositions de l’article 13 du code des procédures fiscales sont modifiées,
complétées et rédigées comme suit :
Article 13
Sous réserve des dispositions de l’article 282 quater du code des impôts directs et taxes
assimilées, le régime de l’impôt forfaitaire unique peut être dénoncé par
l’administration fiscale sur la base d’informations dûment fondées, lorsque le chiffre
d’affaires, rectifié, par elle, excède les seuils prévus à l’article 282 ter du même code.
».
Article 48 PLF pour 2020
Il est créé au niveau du chapitre I du titre IV de la première partie du code
des procédures fiscales, l’article 14, rédigé comme suit :
Article 14 du CPF
Lorsque le chiffre d’affaires de l’une des années de la période forfaitaire s’avère
supérieur de 20 % du chiffre d’affaires retenu sans dépasser le seuil prévu à
l’article 282 ter du code des impôts directs et taxes assimilées, il est procédé à une
régularisation sur la base de celui effectivement réalisé.
Article 49 PLF pour 2020
Il est créé un chapitre II au niveau du titre IV de la première partie du code
des procédures fiscales, intitulé « Caducité du forfait .
Article 50 PLF pour 2020
Il est créé au niveau du chapitre II du titre IV de la première partie du code
des procédures fiscales, l’article 15, rédigé comme suit :
Article 15 CPF
L’IFU devient caduc lorsque le montant en a été fixé sur la base de renseignements
inexacts ou lorsqu’une inexactitude est constatée dans les documents dont la
production ou la tenue est exigée par la loi.
Il est procédé dans les conditions fixées à l’article 2 ci-dessus à l’établissement
d’une nouvelle évaluation si le contribuable remplit les conditions prévues pour
relever de ce régime.
Article 51 PLF pour 2020
Il est créé un chapitre III au niveau du titre IV de la première partie du code
des procédures fiscales, intitulé « Modification du forfait.
Article 52 PLF pour 2020
Il est créé au niveau du chapitre III du titre IV de la première partie du code
des procédures fiscales, l’article 16, rédigé comme suit :
Article 16 CPF
L’évaluation forfaitaire est conclue durant la première année de la période
forfaitaire pour laquelle elle est fixée.
Elle peut être modifiée en cas de changement d’activité ou de législation nouvelle.
Article 53 PLF pour 2020
Il est créé un chapitre IV au niveau du titre IV de la première partie du code
des procédures fiscales, intitulé « Procédure de fixation du forfait pour les
nouveaux contribuables.
Article 54 PLF pour 2020
Il est créé au niveau du chapitre IV du titre IV de la première partie du code
des procédures fiscales, les articles 17 et 17bis rédigés comme suit :
Article 17 du CPF
Le régime de l’IFU ne pourra être accordé aux nouveaux contribuables qu’à
compter du 1er janvier de l’année suivant celle du début d’activité et à condition
qu’ils aient au moins trois ((3) mois d’exercice.
Dans le cas contraire, ils ne pourront être admis à ce régime qu’à compter du 1er
janvier de la deuxième année de leur activité. ».
Article 17 bis
Les nouveaux contribuables, sont tenus de souscrire la déclaration prévue à l’article
1er du présent code et de s’acquitter, trimestriellement et de manière spontanée,
du montant de l’impôt forfaitaire unique dû au titre du chiffre d’affaires réellement
réalisé.
Les nouveaux contribuables peuvent opter pour l’imposition d’après le régime du
bénéfice réel, lors de la souscription de la déclaration d’existence, prévue à l’article
183 du code des impôts directs et taxes assimilées. .
Article 55 PLF pour 2020
Les dispositions de l’article 72 du code des procédures fiscales sont complétée par
un paragraphe 5, rédigées comme suit :
Article 72 du CPF
5)- Les réclamations portant sur l’évaluation des chiffres d’affaires des
contribuables placés sous le régime de l’impôt forfaitaire unique, doivent être
présentées dans un délai de six (06) mois, à compter de la date de la notification
définitive de l’avis d’évaluation.